Version classiqueVersion mobile

La mobilisation financière pendant la Grande Guerre

 | 
Florence Descamps
, 
Laure Quennouëlle-Corre

Les relations financières entre la Russie et la France pendant la Première Guerre mondiale : arme financière et logiques de marché

Olivier Feiertag

Texte intégral

  • 1 Estimation pour 1913 sur la base d’une valeur totale de 16 milliards de francs de fonds russes rapp (...)
  • 2 Jean Bouvier, François Furet et Marcel Gillet, Le Mouvement du profit en France au 19e siècle, Pari (...)

1Les emprunts russes en France pèsent très lourd dans l’histoire longue du système financier français du xixe au xxe siècle. Ce poids est bien sûr traduit, au premier chef, par la part considérable des fonds russes à la Bourse de Paris à la veille de la Première Guerre mondiale : la valeur des titres publics et assimilés russes peut être évaluée au quart environ de la capitalisation boursière de la Bourse de Paris en 19131. Mais le poids des emprunts russes sur le système bancaire français est tout aussi notable. Les bénéfices retirés des « affaires russes » par le Crédit Lyonnais entre 1896 et 1914 représentent plus du tiers des bénéfices de la première banque de dépôts française2. Enfin, l’impact des emprunts russes sur le système monétaire français n’est pas non plus négligeable, en particulier sur le fonctionnement de l’étalon-or, avant comme après 1914.

  • 3 Nous remercions ici nos collègues de l’Institut d’histoire de l’Académie des sciences de Russie, qu (...)
  • 4 Jean Delmas, « La Guerre imaginée par les cinq grands états-majors », dans Jean-Jacques Becker et a (...)
  • 5 Jean-Jacques Becker, L’Europe dans la Grande Guerre, Paris, Belin, 1996, p. 69-70.

2L’étude des emprunts russes pendant la Première Guerre mondiale permet de mieux mettre en lumière ces enjeux de longue durée. C’est une incitation à dépasser le terminus a quo de 1914, qui borne presque tous les travaux consacrés à l’histoire des emprunts russes3. Cette histoire permet de poser sur de nouveaux frais le problème déjà ancien des rapports complexes entre l’arme financière et la rationalité des marchés de l’argent. L’alliance diplomatique et militaire entre l’Empire russe et la République française, la fameuse « alliance de revers » conclue en 1894, est, on le sait, au cœur de la « carte de guerre » des différents états-majors, aussi bien du côté de l’Entente que de la Triple Alliance4. Et de fait, l’offensive russe d’août 1914 en Prusse-Orientale et en Galicie, victorieuse à Gumbinnen le 19 août et à Lemberg le 26 août, oblige von Moltke à retirer le 29 août quatre divisions de l’armée von Kluck pour les envoyer à l’est, affaiblissant ainsi l’aile droite allemande. C’est l’une des causes reconnues de la victoire de la Marne5. À l’inverse, l’éclatement de la révolution de février 1917, paralysant l’action de l’armée russe sur le front oriental, est une des causes du désastre de l’offensive française du printemps 1917.

  • 6 Voir, par exemple, Pierre Albin, L’Alliance franco-russe, Paris, Alcan, 1913. Voir aussi René Girau (...)
  • 7 R. Girault, Emprunts russes et investissements français en Russie, 1887-1914, Paris, Armand Colin, (...)
  • 8 Raymond Poidevin, Finances et relations internationales, 1887-1914, Paris, Armand Colin, 1970, p. 5
  • 9 Pierre Renouvin et Jean-Jacques Duroselle, Introduction à l’histoire des relations internationales, (...)

3Dans cette perspective, l’étude des relations financières entre la Russie et la France revêt une importance toute particulière. Le développement des flux financiers entre les deux économies a très tôt été analysé comme l’autre face de l’alliance diplomatique et stratégique6. L’histoire des emprunts russes massivement souscrits en France entre 1887 et 1914 a fait l’objet de la grande thèse de René Girault, mais on sait qu’elle est également, côté russe, au centre des travaux de Valerii Ivanovich Bovykin7. Le problème historique principal de tous ces travaux est celui de « l’arme financière », c’est-à-dire, pour reprendre la définition commode de Raymond Poidevin, l’utilisation politique du facteur financier dans les relations internationales8. L’hypothèse est de prime abord séduisante. Son pouvoir explicatif, du siècle des Fugger à nos jours, est très grand. Sans doute trop grand pour que les choses soient aussi simples. Pierre Renouvin, très tôt, en avait nettement indiqué les limites : l’arme financière est d’un maniement difficile, et les conditions de son utilisation par les États n’ont rien de mécanique9.

4L’histoire des relations financières franco-russes illustre parfaitement l’ambiguïté de l’arme financière à l’intersection des logiques politiques et des réalités du marché. Ni Valerii Bovykin ni René Girault, à l’issue de leurs analyses des relations financières entre la Russie et la France jusqu’en 1914, ne tranchent véritablement : les dynamiques des rapports financiers entre la République française et l’Empire russe semblent avoir mêlé étroitement les motifs diplomatiques et militaires, en particulier dans le cas des emprunts d’État, mais des logiques « purement » économiques ont également joué : elles ont ainsi nettement précédé – dès 1888 – le rapprochement politique qui s’amorce, lui, comme l’on sait, le 11 juillet 1891 avec la visite de l’escadre de la marine française à Kronstadt pour aboutir. Il est donc difficile de dire dans quelle mesure « l’arme financière » a joué ou non, et surtout dans quelle mesure elle a supplanté la rationalité économique, aboutissant finalement au défaut russe de 1917.

5D’une certaine manière, la période de la guerre permet de trancher ce débat. C’est, en quelque sorte, « l’épreuve du feu » : comment a fonctionné de 1914 à 1918, par-delà la rupture de la révolution de 1917, l’arme financière dans les relations entre la Russie et la France ? Les logiques diplomatiques et militaires l’ont-elles emporté sur les règles et les dynamiques de marché ? C’est une question importante pour l’histoire de la Première Guerre mondiale, qui est présentée généralement comme ayant mis fin au libéralisme économique de la période du xixe siècle et au régime de l’étalon-or. Mais c’est une question qui va bien au-delà et qui engage en fait tout le xxe siècle, mettant en question une certaine faiblesse structurelle persistante du système monétaire et financier français jusqu’à une date récente.

  • 10 Il resterait bien entendu à croiser les sources françaises avec les sources d’archives russes, en p (...)

6Nous tenterons d’éclairer cette problématique, du côté français, à la lumière de sources d’archives encore inédites : celles de la direction du ministère des Finances du ministère des Finances français et celles de la Banque de France10. Dans un premier temps, nous brosserons le tableau de l’importance des fonds russes sur le marché de Paris au moment de la déclaration de guerre. Nous tenterons ensuite d’analyser la portée des accords financiers conclus entre la France et la Russie de 1915 à 1917 avant de nous interroger, dans un troisième temps, sur les conséquences de la révolution bolchevik et de la répudiation de la dette de l’ancien régime russe sur la politisation des relations financières internationales qui devaient dès lors caractériser la majeure partie du xxe siècle.

I. L’importance du marché des fonds russes à Paris à l’été 1914

7Le tableau du marché des fonds russes à Paris à la veille de la déclaration de guerre est bien connu : le stock réel des emprunts russes – emprunts d’État et assimilées – souscrits à Paris dépasse alors les 10 milliards de francs-or. C’est, d’après Alfred Neymark, la moitié de la valeur des rentes françaises souscrites à cette date à la Bourse de Paris. C’est à peu près le quart de la capitalisation boursière française. Il faut ajouter à cette somme environ 2,3 milliards d’investissements directs français dans l’industrie et la banque. Ces chiffres font de Paris la principale place étrangère pour les valeurs russes, loin devant Londres et Berlin.

  • 11 Voir infra la communication de Bertrand Blancheton, « Décider dans l’urgence : la gestion monétaire (...)

8La crise financière globale de l’été 1914 remet brutalement en question cette relation. D’une part, les provisions déposées dans des banques françaises pour le paiement des coupons russes sont bloquées par le moratoire presque total des dépôts et des comptes bancaires institué par le décret du 2 août 191411. D’autre part, les hostilités paralysent les exportations russes (céréales, pour l’essentiel) qui, à ce moment de l’année, permettaient de renflouer les disponibilités de change et d’équilibrer la balance des comptes russes. De ce point de vue, le déclenchement de la guerre correspond à une crise systémique qui remet en cause, comme l’analyse très lucidement l’agent du ministère des Finances russe à Paris Arthur Raffalovich, tout le fonctionnement du marché financier à l’échelle du monde :

  • 12 Archives de la Banque de France (ABF), 1370200008/104, note d’Arthur Raffalovich sur l’accord franc (...)

« Quelle situation la guerre a-t-elle créée ? Dès son début, elle a jeté une perturbation dans tout ce mécanisme d’ajustement. Elle est survenue au moment même où la Russie allait pouvoir compter sur ses exportations agricoles pour fournir aux banques le change qui devait leur permettre d’atténuer leurs engagements auprès des maisons françaises12. »

  • 13 CAEF, B33837, lettre du 22 octobre 1914 à Duvernet.

9En août 1914, les principales banques françaises concernées par le placement et donc le service des emprunts russes – le « grand consortium », sous le chef de file de la Banque de Paris et des Pays-Bas – ont constitué, le 15 août, un fonds mutuel de 25 millions de francs pour permettre de faire face à l’échéance mensuelle. Ce fonds a été formé grâce à la Banque de France, qui a accepté d’escompter à ces banques des effets de commerce pour un montant maximum de 25 millions de francs. Mais « ces établissements n’entendent pas distraire de ce fonds quoi que ce soit pour payer des coupons d’emprunts négociés ailleurs que chez eux13 ». Dans ces conditions, la guerre semblant devoir durer plus que quelques semaines, il est question de constituer un fonds de 100 millions sous l’égide de la Banque de France. En fait, dès la fin d’août 1914, afin de faire face à l’échéance du 1er septembre, la Russie propose de constituer un fonds à Paris, sous la forme d’un compte spécial à la Banque de France d’un montant de 200 millions, correspondant à un crédit de la Banque d’État de Russie.

  • 14 CAEF, B33837, lettre de M. Paléologue, ambassadeur de France à Pétrograd, à T. Delcassé, ministre d (...)

« Plus que jamais, m’a dit Monsieur Bark, rapporte l’ambassadeur de France à Pétrograd, nous tenons à prouver que le crédit de la Russie est au-dessus de toute atteinte14 ».

  • 15 CAEF, B33837, note remise par l’ambassadeur de Russie en France à M. Delcassé, ministre des Affaire (...)

10Mais le ministre des Finances russe tente, en retour, de négocier que le moratoire ne s’applique pas à l’intégralité des dépôts du gouvernement impérial dans les banques françaises. Il souhaite aussi que les banques françaises participent à la constitution d’un fonds commun qui leur soit propre, le recours au compte de garantie de 200 millions ne jouant le rôle que d’un appoint subsidiaire en dernier ressort15.

11Il apparaît donc que face à la crise financière systémique causée par la déclaration de guerre, une réponse immédiate a été donnée par le marché, c’est-à-dire à travers la formation d’un fonds mutuel sous l’égide du « grand consortium » des banques, puis sous l’égide de la Banque de France, institution toujours privée à cette date. Mais la prolongation de la guerre oblige à envisager d’autres solutions à la lancinante question des règlements financiers entre la France et la Russie.

II. Le protocole Bark-Ribot du 4 octobre 1915 : business as usual ?

  • 16 ABF, 1370200008/104, convention franco-russe du 2 février 1915, correspondance entre le ministère d (...)

12En février 1915, une conférence réunit à Paris les Alliés de la Triple Entente : France, Royaume-Uni et Empire russe. Les trois ministres des Finances sont réunis, flanqués, pour la première fois à ce niveau international, des gouverneurs de la Banque d’Angleterre et de la Banque de France. Affirmant la solidarité financière interalliée et destinée à doubler l’alliance militaire d’une alliance financière, la conférence débouche sur l’ouverture de crédits de trésorerie mutuels, conclus toutefois sur une base bilatérale et non sur la base d’une mutualisation des réserves de change dont la Grande-Bretagne, jalouse de sa position dominante au sein du système des paiements internationaux, ne veut pas entendre parler. Le ministère des Finances français ouvre ainsi un crédit d’avance de 625 millions de francs à la Russie16. Mais très vite, ce crédit est épuisé par le paiement du service de la dette russe et par la croissance des commandes militaires russes en France.

  • 17 ABF, Protocole Bark-Ribot du 4 octobre 1915.

13Le protocole financier franco-russe du 4 octobre 1915 est négocié par les ministres des Finances des deux pays : Piotr Lvovitch Bark, ministre des Finances russe du 30 janvier 1914 au 28 février 1917, et Alexandre Ribot. Il consiste à ouvrir à la Russie un compte d’avances, tenu par la Banque de France, en contrepartie de la remise de bons du ministère des Finances français sans intérêt, destiné à payer en France les intérêts et l’amortissement des emprunts émis ou garantis par le gouvernement russe, mais aussi les achats ou commandes de munitions et de matériel de guerre faits en France par le gouvernement russe. Les bons du ministère des Finances remis à la Russie seront ensuite présentés à l’escompte de la Banque de France moyennant le prélèvement du taux d’escompte de 5 % en vigueur. Le protocole prévoyait enfin que « le remboursement du solde des avances sera fait par le gouvernement russe un an après la cessation des hostilités, au moyen d’un emprunt que le gouvernement russe se propose de faire en France sous les auspices du gouvernement français17 ».

  • 18 F. Donker Curtius, « Fondement juridique des crédits internationaux de trésorerie », Revue de scien (...)
  • 19 Ibid., p. 611.
  • 20 ABF, 1370200008/104, Protocole Bark-Ribot du 4 octobre 1915.

14Le protocole Bark-Ribot, reconduit en 1916 et en 1917, est le cadre principal des crédits ouverts par la France à la Russie pendant la guerre. Il constitue une innovation importante dans le champ des relations financières internationales puisqu’il inaugure le type des « crédits de trésorerie » consentis directement par un État souverain à un autre État18. Mais, comme le souligne dès 1931 le juriste internationaliste F. Donker Curtius, « la Trésorerie n’est pas plus une banque que l’État une société commerciale. […] Dans ses opérations les plus imprégnées de commercialité, on découvre à l’analyse, un résidu de puissance publique19 ». Initialement, il était prévu que le ministère des Finances russes puisse bénéficier d’un droit de tirage de 125 millions de francs par mois sur son compte ouvert à la Banque de France. Piotr Bark avait évalué, lors des négociations à Paris, le montant du besoin annuel de financement de la Russie en France à 1 500 millions20. Au total, ce sont plus de 3,530 milliards de francs-or qui auront été accordés à la Russie par la France entre 1915 et 1917. Sur cette somme, 1 580 millions avaient servi à payer les intérêts et l’amortissement des emprunts émis par ou avec la garantie du gouvernement russe ; 1 640 millions avaient financé l’achat de matériel et l’entretien de l’armée russe présente sur le front occidental et sur le front d’Orient ; 20 millions avaient été versés à l’ambassade de Russie à Paris pour ses frais de fonctionnement.

  • 21 Jean Garrigues, « Alexandre Ribot, des principes libéraux au pragmatisme de guerre », Histoire@Poli (...)
  • 22 Ainsi qu’en témoignent ses archives personnelles, conservées aux Archives nationales sous la cote 5 (...)

15On peut à bon droit s’interroger sur les motivations à l’origine du protocole financier interallié de 1915. Cet accord relève-t-il, comme on l’a dit alors, des logiques politiques de la mobilisation financière en temps de guerre ou des nécessités économiques de marché ? La figure du principal négociateur français apporte déjà certains éléments de réponse. Le ministre des Finances français, Alexandre Ribot, comme le souligne Jean Garrigues, n’a pas, en effet, de culture proprement économique. « C’est un juriste, passionnément juriste21 ». Il est nommé ministre des Finances le 26 août 1914 dans le second cabinet Viviani. Il a 72 ans. Il demeure à ce poste clef tout au long de l’union sacrée jusqu’au 18 mars 1917, au lendemain immédiat de la révolution de février. Son entourage confirme sa proximité avec les banques d’affaires de la Place : Gaston Griolet le relie à Rothschild, donc au conseil de régence de la Banque de France, et Octave Homberg à la Banque de l’Indochine et à la BUP. Le libéralisme de Ribot ne fait donc pas de doute. Il s’exprime dans ses réticences pour financer la guerre par l’impôt et dans sa préférence pour l’emprunt. Mais son libéralisme imprègne aussi les relations financières qu’il négocie avec la Russie. Ribot est associé dès l’origine au processus de rapprochement diplomatique et financier entre la Russie et la France22 : c’est Ribot, ministre des Affaires étrangères, qui entame dès l’été 1891 avec son homologue russe, Nicolas de Gier, les pourparlers qui aboutissent à la convention militaire secrète du 17 août 1892, ratifiée par Alexandre III le 27 décembre 1893 et par le Parlement français le 4 janvier 1894. Ces différents éléments biographiques convergent en tout cas pour expliquer que l’objectif de Ribot en 1915, comme d’ailleurs des négociateurs russes, est d’assurer jusqu’au bout le service de la dette russe et la continuité du marché.

16Il est bien établi que la préoccupation principale de l’agence du ministère des Finances russe à Paris, durant toute la durée du conflit, est d’assurer la continuité des paiements du service (amortissements et intérêt) des emprunts russes. Le 3 décembre 1917, Raffalovich écrit au ministre des Finances français :

  • 23 CAEF, B 33837, lettre de A. Raffalovich au directeur du MGF, 3 décembre 1917.

« Vous allez me prendre en grippe si j’ai l’air d’insister pour vous voir et régler nos arrangements23 ». « L’afflux des coupons est très considérable. Il reste à la Banque de France 39 millions de francs environ. Ce serait une somme immédiate de 38 millions de francs au moins à mettre à notre disposition ».

  • 24 CAEF, B33837, lettre de A. Raffalovich au directeur du MGF, 1er décembre 1917.

17Pour Raffalovich, il convient « d’accorder toute priorité à la dette russe qui demande 45 millions de F. par mois24 ». Le montant moyen mensuel des coupons russes à payer s’élève alors à 45 millions de francs, soit 480 millions par an. Sur ce montant, les amortissements s’élèvent à 3 millions de francs par mois, soit 36 millions par an.

  • 25 CAEF, B 33837, note sur le service des annonces de tirage d’amortissement, A. Raffalovich, 10 décem (...)

18Le 10 décembre 1917, Raffalovich rédige une nouvelle note à l’attention du directeur du Mouvement général des fonds, André Luquet, pour justifier le financement à hauteur de 80 000 francs des frais d’insertion dans la presse des listes d’amortissement des fonds russes. La prestation est confiée à la Banque de Paris et des Pays-Bas. « Toutes les annonces informent le public qu’en écrivant 47 rue de Berri, il reçoit de l’agence du Ministère des Finances gratuitement les listes de tirage25 ». Par ailleurs, « la Banque de France, moyennant une rémunération du ministère des Finances russe, vérifie les numéros des titres déposés chez elle ». Il est donc établi qu’à la fin de 1917, la logique de marché continuait à prévaloir. C’est le sens de la lettre que le gouverneur de la Banque de France adresse en réponse au ministre des Finances le 10 décembre 1917 :

  • 26 CAEF, B 33837, lettre du gouverneur de la Banque de France au ministre des Finances, 10 décembre 19 (...)

« Je prends bonne note qu’aucune interruption ne devra être apportée au service du coupon, et qu’en conséquence le montant des coupons échus qui auront été payés pendant le mois de décembre sera remboursé sur visa du Crédit Lyonnais, qui centralise les bordereaux des autres banques26 ».

19Tous ces éléments concourent à montrer que le but principal des crédits de trésorerie consentis par la France à son allié russe visait à faire perdurer en temps de guerre la régularité du paiement du service de la dette russe à Paris, et que ces crédits étaient destinés, par un simple jeu d’écriture, à revenir aussitôt, à peine mobilisés par l’agent du gouvernement russe à Paris, dans le passif des principales banques françaises. La révolution bolchevik devait toutefois brutalement mettre fin à ce modèle économique et aboutir à politiser pour longtemps les relations financières internationales.

III. Révolution russe et politisation des relations financières internationales

  • 27 Voir Ioannis Sinanoglou, « Journal de Russie d’Albert Thomas », Cahiers du monde russe et soviétiqu (...)
  • 28 CAEF, B 33837, lettre d’Albert Thomas au ministre des Finances, novembre 1916.

20La révolution bolchevik du 7 novembre (25 octobre) 1917 marque le tournant décisif dans les rapports financiers entre la France et la Russie. Mais une évolution nette est perceptible dès la révolution de février 1917 : les logiques politiques l’emportent dès cette date sur les logiques de marché. L’action d’Albert Thomas, ministre de l’Armement depuis le 12 décembre 1916, influence fortement cette évolution. Le rôle de premier plan joué par Albert Thomas dans les rapports franco-russes pendant la guerre est bien connu27 : il tente par exemple, en mars 1917, d’élargir le champ du protocole financier franco-russe au paiement d’achats d’armes effectués pour le compte de la Russie mais dans les pays neutres, notamment en Argentine, ou encore en Italie, entrée en guerre depuis avril 1915. Il se heurte toutefois au refus du ministère des Finances, inquiet des répercussions négatives sur le taux de change du franc de ses achats à l’étranger28.

21La révolution bolchevik devait balayer ces derniers scrupules des lois du marché. Dès le 30 novembre 1917, Oscar J. Crosby, le secrétaire adjoint au ministère des Finances américain, alertait Klotz, le ministre des Finances français, du péril :

  • 29 CAEF, B33837, lettre d’O. J. Crosby à L. Klotz, 30 novembre 1917.

« It appears that it is one a great peril if our Government on the one hand and yours on the other find any difficulty, technical or other, in taking over their contracts with the Russian Government29 ».

  • 30 CAEF, B 33837, cessions à la Russie au 30 novembre 1917.

22À cette date, la valeur du matériel de guerre livré par la France à la Russie s’élevait à un montant d’environ 1,5 milliard de francs, dont 723 millions avaient déjà été payés au moyen du compte d’avances Bark-Ribot tenu par la Banque de France30. Mais une partie de ce matériel livré à la Russie par le ministère de la Guerre français était achetée aux USA par la France ! C’est le sens de la lettre de Crosby à Klotz :

« May I also cite here the fact that large amount of material are being delivered on Russian order for which your own Government has made itself responsible ».

  • 31 CAEF, B00311976, note du ministère du Blocus et des Régions libérées, Comité de restriction des app (...)

23Mais l’événement clef est bien entendu la répudiation par décret en date du 29 décembre 1917 des dettes du régime impérial par le gouvernement bolchevik. Le traité de Brest-Litovsk du 3 mars 1918 a été complété par un accord financier germano-russe en date du 27 août 1918. Ce traité secret, aussitôt connu du gouvernement français, posait d’une part le principe d’une indemnité de guerre de 6 milliards de marks à charge de la Russie et, d’autre part, « que le gouvernement russe reconnai[ssait] sa responsabilité à l’égard des dettes publiques contractées par la Russie dans le passé envers des créanciers allemands (porteurs d’emprunts russes)31 ». La portée de ces dispositions a été parfaitement saisie par Arthur Raffalovich :

  • 32 CAEF, B00311976, lettre d’A. Raffalovich, agent du ministère des Finances de Russie à Paris, au dir (...)

« Les nouvelles concernant la procédure adoptée par les Allemands et les maximalistes dans l’annexe au traité de Brest Litowsk sont à la fois confuses et redoutables par leurs conséquences. Si nos ennemis n’ont pas tiré grand bénéfice au point de vue alimentaire et industriel de leur envahissement de la Russie, ils semblent avoir profité de la trahison des maximalistes pour voler une grande partie de l’encaisse or, pour inaugurer une politique d’indemnité de guerre dont les alliés auront à se souvenir le jour de la victoire32 ».

24Par ailleurs, l’agent du ministère des Finances s’interrogeait sur la clause secrète prévoyant un principe de compensation « entre l’avoir des Allemands en Russie et l’avoir des Russes dans les banques allemandes : a-t-on, contrairement à toutes les règles concernant le respect de la propriété privée donné aux créanciers allemands les marks appartenant à des Russes dans les institutions de crédit à Berlin ? C’est une forme nouvelle de spoliation des fortunes privées ».

25La révolution bolchevik n’a pas mis fin aux crédits ouverts par la France à la Russie. Mais ces crédits ont dès lors pris la forme d’un financement des armées russes blanches dans le contexte nouveau de la guerre civile. Il est difficile, dans l’état actuel de la documentation, d’évaluer globalement l’ampleur de cette aide financière à laquelle procéda également de son côté le gouvernement britannique. Mais les archives du Mouvement général des fonds conservent les traces comptables de ces crédits, le plus souvent gagés sur le matériel militaire et la flotte réunis par les chefs militaires blancs jusqu’en 1941, à la veille de l’invasion de l’URSS par l’Allemagne nazie.

Conclusion

26L’histoire des relations financières entre la Russie et la France de 1914 à 1920 montre que la guerre n’a pas suspendu les logiques du marché – au moins dans le camp de l’Entente. Les crédits consentis par la France à son allié russe s’inscrivent pleinement dans la continuité des contrats d’avant-guerre : ils sont destinés pour l’essentiel à permettre au gouvernement russe de continuer, via les avances de la Banque de France, à honorer le paiement du service de sa dette auprès des banques françaises. Le reste de ces crédits sert à financer en francs les achats de guerre russes en France (à l’exclusion de tout autre marché allié ou neutre). C’est donc sans conteste une forme de prêt lié.

27Cette résilience des logiques de marché en pleine guerre permet de nuancer la vision généralement répandue d’une « suspension » des lois et de la rationalité économique à l’été 1914. Le modèle « impérialiste » d’avant 1914 n’a pas disparu du jour au lendemain en 1914. C’est sans doute même bien l’un des moteurs principaux à l’origine du déclenchement de la Grande Guerre.

28Mais la vraie rupture, de ce point de vue, apparaît bien plus nettement en 1917. Elle est directement liée à la révolution russe et également, secondairement, à l’entrée en guerre des États-Unis. Elle détruit véritablement les « règles du jeu », c’est-à-dire le respect des contrats et de la propriété privée. Le droit des États, c’est-à-dire le droit du plus fort – prime désormais et pour longtemps dans la vie économique internationale. La « politisation » des relations financières internationales est formalisée dès le traité de Brest-Litovsk, avant d’être au centre du traité de Versailles. C’est assurément le legs le plus durable de la Première Guerre mondiale.

Notes

1 Estimation pour 1913 sur la base d’une valeur totale de 16 milliards de francs de fonds russes rapportés à une valeur boursière consolidée évaluée à 70 milliards de francs. Voir René Girault, Emprunts russes et investissements français en Russie, 1887-1914, Paris, CHEFF, 1999 [réédition], p. 84 ; Michèle Saint-Marc, « Introduction aux statistiques monétaires et financières françaises (1807-1970) », Revue internationale d’histoire de la banque, n° 8, 1974, p. 98.

2 Jean Bouvier, François Furet et Marcel Gillet, Le Mouvement du profit en France au 19e siècle, Paris, Mouton, 1975, p. 240-241.

3 Nous remercions ici nos collègues de l’Institut d’histoire de l’Académie des sciences de Russie, qui nous ont permis, à l’occasion de deux colloques à Moscou (décembre 2013 et octobre 2014), d’approfondir cette thématique de recherche, notamment à la lumière des travaux publiés en russe. Que soient plus particulièrement remerciés Irina Potkina, Iouri Petrov et Alexandre Bourmeyster.

4 Jean Delmas, « La Guerre imaginée par les cinq grands états-majors », dans Jean-Jacques Becker et al., Guerre et Culture (1914-1918), Paris, Armand Colin, 1994.

5 Jean-Jacques Becker, L’Europe dans la Grande Guerre, Paris, Belin, 1996, p. 69-70.

6 Voir, par exemple, Pierre Albin, L’Alliance franco-russe, Paris, Alcan, 1913. Voir aussi René Girault, « Sur quelques aspects financiers de l’alliance franco-russe », Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. VIII, avril 1961.

7 R. Girault, Emprunts russes et investissements français en Russie, 1887-1914, Paris, Armand Colin, 1973 ; Valerii I. Bovykin, Iz istorii vozniknovenija pervoj mirovoj vojny, otnochenija Rossii i Frantsii v 1912-1914, Moscou, 1961.

8 Raymond Poidevin, Finances et relations internationales, 1887-1914, Paris, Armand Colin, 1970, p. 5.

9 Pierre Renouvin et Jean-Jacques Duroselle, Introduction à l’histoire des relations internationales, Paris, A. Colin, 1964, p. 135 et suiv.

10 Il resterait bien entendu à croiser les sources françaises avec les sources d’archives russes, en particulier avec les sources de la Banque d’État de Russie. Voir История Банка России 1860-2010, Moscou, 2010, vol. 1, p. 463-473.

11 Voir infra la communication de Bertrand Blancheton, « Décider dans l’urgence : la gestion monétaire et financière de l’année 1914 ».

12 Archives de la Banque de France (ABF), 1370200008/104, note d’Arthur Raffalovich sur l’accord franco-russe, 2 février 1915.

13 CAEF, B33837, lettre du 22 octobre 1914 à Duvernet.

14 CAEF, B33837, lettre de M. Paléologue, ambassadeur de France à Pétrograd, à T. Delcassé, ministre des Affaires étrangères français, 15 août 1914. Maurice Georges Paléologue (1859-1944) est directeur des Affaires politiques au Quai d’Orsay en 1912-1913. Il est nommé ambassadeur de France à Pétrograd à partir de janvier 1914. Voir ses mémoires, La Russie des tsars pendant la Grande Guerre, Paris, Plon, 1921-1922, 3 vol. 

15 CAEF, B33837, note remise par l’ambassadeur de Russie en France à M. Delcassé, ministre des Affaires étrangères, 27 août 1914.

16 ABF, 1370200008/104, convention franco-russe du 2 février 1915, correspondance entre le ministère des Finances et la Banque de France du 20 et du 26 février 1915.

17 ABF, Protocole Bark-Ribot du 4 octobre 1915.

18 F. Donker Curtius, « Fondement juridique des crédits internationaux de trésorerie », Revue de science et de législation financière, octobre-décembre 1931, p. 601.

19 Ibid., p. 611.

20 ABF, 1370200008/104, Protocole Bark-Ribot du 4 octobre 1915.

21 Jean Garrigues, « Alexandre Ribot, des principes libéraux au pragmatisme de guerre », Histoire@Politique, n° 16, janvier-avril 2012, http://www.histoire-politique.fr ; voir aussi Martin E. Schmidt, Alexandre Ribot. Odyssea of a Liberal in the Third Republic, La Hague, Martin Nijhoff, 1974.

22 Ainsi qu’en témoignent ses archives personnelles, conservées aux Archives nationales sous la cote 563AP.

23 CAEF, B 33837, lettre de A. Raffalovich au directeur du MGF, 3 décembre 1917.

24 CAEF, B33837, lettre de A. Raffalovich au directeur du MGF, 1er décembre 1917.

25 CAEF, B 33837, note sur le service des annonces de tirage d’amortissement, A. Raffalovich, 10 décembre 1917.

26 CAEF, B 33837, lettre du gouverneur de la Banque de France au ministre des Finances, 10 décembre 1917.

27 Voir Ioannis Sinanoglou, « Journal de Russie d’Albert Thomas », Cahiers du monde russe et soviétique, vol. 14, n° 1-2, janvier-juin 1973, p. 86-204.

28 CAEF, B 33837, lettre d’Albert Thomas au ministre des Finances, novembre 1916.

29 CAEF, B33837, lettre d’O. J. Crosby à L. Klotz, 30 novembre 1917.

30 CAEF, B 33837, cessions à la Russie au 30 novembre 1917.

31 CAEF, B00311976, note du ministère du Blocus et des Régions libérées, Comité de restriction des approvisionnements et du commerce de l’ennemi [mars 1918].

32 CAEF, B00311976, lettre d’A. Raffalovich, agent du ministère des Finances de Russie à Paris, au directeur du ministère des Finances, 8 septembre 1918.

Auteur

Olivier Feiertag est professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Rouen. Il a notamment publié Wilfrid Baumgartner, un grand commis des finances à la croisée des pouvoirs (1902-1978), Paris, IGPDE/Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2006, http://books.openedition.org/igpde/1013.

Ses recherches actuelles portent sur le système financier, la régulation financière nationale et internationale, les institutions financières internationales au XXe siècle. Ses publications récentes sur ces questions sont : Bank al-Magrhib, l’émergence d’une banque centrale du XXe au XXIe siècle, Paris, Le Cherche Midi, à paraître. L’économie française de 1914 à nos jours, le temps de la mondialisation, Paris, La Documentation française, 2011. Banques centrales à l’échelle du monde, l’internationalisation des banques centrales du XXe au XXIsiècle (avec M. Margairaz), Paris, Presses de Sciences Po, 2012. « Robert Triffin et la construction de l’Europe monétaire (avec É. Bussière) » in J.C. Koeune et A. Lamfalussy (dir./eds), À la recherche d’un nouvel ordre monétaire mondial. In Search of a New World Monetary Order, Bruxelles, Peter Lang, 2012.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search