Version classiqueVersion mobile

La mobilisation financière pendant la Grande Guerre

 | 
Florence Descamps
, 
Laure Quennouëlle-Corre

Introduction

Florence Descamps

Texte intégral

1C’est à l’été 2012 qu’a surgi l’idée de travailler sur les Finances et la Grande Guerre. Certes, la perspective à deux ans du Centenaire nous a renforcées dans cette idée, Laure Quennouëlle-Corre et moi-même, mais c’est moins pour des raisons commémoratives et opportunistes que proprement scientifiques que nous avons décidé d’adopter ce thème de recherche et de proposer au Comité pour l’histoire économique et financière un colloque sur ce sujet.

2En effet, lors du démarrage du séminaire « Histoire du ministère des Finances au xxe siècle » que nous animons, Laure Quennouëlle-Corre et moi-même, à l’EPHE, nous avons tenu une première séance sur le ministère des Finances au sortir de la guerre et sur le tout début des années vingt, à l’instar de la plupart des travaux d’histoire politique, économique et sociale, qui démarrent au lendemain du premier conflit mondial. À cette occasion, nous avons pris conscience de nos lacunes dans la connaissance du ministère des Finances pour la période 1914-1918 en tant que telle : comment le ministère des Finances est-il entré en guerre ? S’y était-il préparé ? A-t-il adopté une organisation spécifique pour la conduite de la guerre ? Quelles ont été les innovations organisationnelles, financières et budgétaires de cette période ? A-t-il pris une part décisive ou non à la conduite de la guerre ? Comment les fonctionnaires des Finances ont-ils vécu la guerre et à quels postes ? Quel a été l’impact de la guerre sur le ministère, et plus largement sur l’État de finances ?

3De fait, à l’exception de quelques travaux en histoire des relations financières internationales et en histoire monétaire, le recensement bibliographique a imposé le constat d’un très faible nombre de travaux récents consacrés aux finances publiques et à l’administration des Finances pour la Grande Guerre, ce qui contraste avec l’investissement continu dont a fait l’objet le ministère des Finances pendant la Seconde Guerre mondiale depuis une trentaine d’années, devenu entre-temps, il est vrai, ministère de l’Économie nationale.

  • 1 Voir bibliographie en annexe.
  • 2 Voir bibliographie en fin de volume.

4En outre, même parmi les travaux d’histoire financière internationale et monétaire, à quelques auteurs près, qui sont pour certains présents dans la salle1, la plupart des auteurs français soit s’arrêtaient en 1914, soit commençaient au lendemain des traités de paix2. De fait, la tentation est très grande – et nous l’avons vérifié dans l’organisation de ces journées – soit de s’arrêter au déclenchement de la guerre et d’en rester à l’âge d’or du franc germinal, soit de sauter à pieds joints par-dessus les années de conflit pour aller directement à la sortie de guerre, au bilan économique et financier de la guerre, aux conséquences et à l’héritage du conflit dans l’entre-deux-guerres. Dans les deux cas, la séquence 1914-1918 est certes perçue comme un tournant majeur dans l’histoire de l’Europe, comme une rupture décisive, comme un événement matriciel, mais elle n’est pas toujours étudiée en tant que telle et pour elle-même.

  • 3 Alain Chatriot, « Une véritable encyclopédie économique et sociale de la guerre. Les séries de la D (...)

5Deuxième observation, le relatif désintérêt contemporain pour l’histoire des finances publiques de la guerre contraste avec les travaux de la Dotation Carnegie pour la paix, qui, dans la première moitié des années vingt, rappelons-le, s’était donnée pour objectif initial l’évaluation des coûts de la guerre, puis avait étendu ses recherches, face à l’ampleur de l’événement, à l’étude des économies de guerre et des sociétés pendant et au sortir de la guerre. Au final, c’est bien aux questions économiques et aux questions de finances publiques, mais aussi aux questions administratives, que la Dotation a consacré la plus grande majorité de ses travaux3. Si l’on se reporte à la liste des études publiées par la Fondation (plus de 160 études ou contributions), les titres sont parfaitement éloquents : finances, coûts, dépenses, crédits, commerce, industrie, assurances, pensions, effets économiques, prix et salaires, contrôles, vie économique, taxes, monnaies, budgets, administrations et structures gouvernementales, bureaux et services…

  • 4 Patrick Fridenson, 1914-1918, l’autre front, Paris, Éditions ouvrières, coll. « Cahiers du Mouvemen (...)
  • 5 Voir l’Encyclopédie de la Grande Guerre sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeaud et Jean-Jacqu (...)

6Après 1945, il y a donc eu comme une réorientation des préoccupations historiennes. De fait, après une intense focalisation sur le front militaire, qui se dédouble lui-même, d’un côté, en un front des états-majors et du commandement, et de l’autre, en un front des combattants et des tranchées, c’est « l’autre front4 », intérieur, civil, économique, industriel et social, qui a mobilisé et mobilise encore aujourd’hui les sciences sociales. L’histoire sociale, l’histoire économique, à dominante industrielle, et l’histoire culturelle de la Grande Guerre ont de ce fait engrangé les avancées scientifiques et historiographiques les plus importantes. La conséquence de cet investissement massif, c’est, depuis quelques décennies, le relatif effacement des questions de finances publiques, effacement dont rend compte le très faible nombre de notices consacrées aux aspects financiers dans les innombrables dictionnaires et encyclopédies de la Grande Guerre5. Seules s’y maintiennent in extremis les notices sur les questions monétaires et de finances internationales, tandis que les questions touchant aux administrations de guerre sont éclipsées par les généralités consacrées à l’économie de guerre.

  • 6 Pierre Renouvin, Les Formes du gouvernement de guerre, Paris, PUF, 1925 ; Fabienne Bock, « L’exubér (...)

7Pierre Renouvin avait pourtant ouvert un vaste champ de recherches sur « les formes du gouvernement de guerre » et « l’exubérante végétation de l’État6 ». Mais pendant longtemps, il a fait peu d’émules, hormis Stéphane Rials, qui, cinquante ans après Renouvin, écrit en 1977 son ouvrage sur « l’organisation de la bataille et la bataille de l’organisation » dans les administrations publiques. Heureusement, des travaux d’histoire politique plus récents ont permis d’éclairer les transformations ministérielles pendant la Grande Guerre : citons en premier lieu des travaux biographiques autour des élites gouvernementales et administratives : Albert Thomas, Marcel Sembat, Arthur Fontaine, Étienne Clémentel, Louis Loucheur, Alexandre Ribot, mais aussi des travaux sur le régime de la IIIe République, notamment sur les transformations du pouvoir exécutif (Nicolas Rousselier) ou sur le parlementarisme (Fabienne Bock). Ensuite, le regain de l’histoire de l’État, à partir des années quatre-vingt-dix, a produit quelques travaux plus longitudinaux sur les politiques publiques ou sur certains départements ministériels bien particuliers : le ministère de l’Armement ; le ministère du Commerce et de l’Industrie (Clotilde Druelle-Korn) ; les services de la Main-d’œuvre au ministère du Travail ou de la Guerre (Laurent Dornel) ; le service de la Poste aux armées (Amandine Le Ber-Nadège Schepens), les Travaux publics ou les services du Charbon (Pierre Chancerel) ; l’Office des mutilés et des réformés/l’Office national des anciens combattants (Marie Llosa) ou les administrations hospitalières, pour ne citer que quelques exemples. Enfin, avec les célébrations du Centenaire, qui fonctionne comme un efficace stimulus, les administrations civiles de guerre font l’objet d’un net regain d’intérêt : citons d’abord le colloque de juin 2014 sur le rôle du ministère des Travaux publics ; citons aussi le colloque consacré aux « mises en guerre de l’État », les 30 octobre et 1er novembre 2014, sous la direction du CRID, dont le programme a permis d’apporter des éléments nouveaux, notamment sur l’articulation entre pouvoir central et pouvoirs locaux, entre administrations de guerre et administrations sociales. Le Comité pour l’histoire économique et financière de la France et le ministère des Finances pouvaient-ils rester en dehors de ce mouvement de recherche ?

  • 7 Voir en fin de volume la bibliographie, et notamment les travaux de Gaston Jèze sur les dépenses et (...)

8Notre proposition d’organiser un cycle de journées d’étude sur « Les Finances dans la Grande Guerre » s’appuie donc sur le constat d’une relative discrétion académique sur les questions de finances publiques en temps de guerre (monnaie, dette, dépenses, fiscalité, réforme de l’État), alors même que ces dernières ont été au cœur de l’historiographie des années vingt7 et qu’elles s’imposent aujourd’hui massivement dans l’actualité nationale et internationale. Elle s’appuie sur la volonté de faire droit à ces aspects décisifs du devenir des sociétés occidentales, à l’échelle de l’événement lui-même, dans tout son poids et dans toute son épaisseur, comme à l’échelle du siècle dans toute sa diachronie. D’un point de vue scientifique, elle prend également sa source dans la conviction qu’à l’instar des autres périodes historiques plus anciennes, les finances de guerre sont au cœur des transformations de l’État, et que l’État de guerre est pour quelque chose dans la mutation de l’État de finances. Autrement dit, si dans l’Histoire, l’État fait la guerre et la guerre fait l’État, il nous semble nécessaire d’étudier comment en 1914-1918 les Finances ont fait la guerre et ce que la guerre a fait aux Finances. Notre proposition répond enfin au désir, soit de revisiter avec un œil neuf ce qui a été étudié dans les années vingt, soit d’établir des comparaisons entre les choix de financement qui ont été faits par les différents belligérants, soit d’explorer certains thèmes trop peu connus comme les innovations fiscales de la période.

  • 8 Nous empruntons ces deux termes à Alexandre Ribot, ministre des Finances de 1914 à 1917, dans Lettr (...)

9Notre objectif est donc d’ajouter à l’étude du front militaire du champ de bataille et à celle du front social de l’arrière l’étude de la mobilisation financière de la France, en dégageant un troisième front, le « front financier8 », un front qui serait autant extérieur (la diplomatie financière des emprunts et des créances de la France) qu’intérieur (la mise en ordre de bataille de l’État de finances tant du côté de la dépense que de la recette) : comment les pouvoirs publics français ont-ils financé la guerre ? Qui ont été les acteurs de cette mobilisation financière ? Quels choix ont-ils faits et pourquoi ? Selon quelle organisation ? Avec quelles justifications ? Avec quels outils et quels moyens ? Comment le corps social a-t-il réagi à cette « mobilisation financière » ? Quel en a été le prix ? Quels en ont été les résultats ?

10Enfin, ce cycle d’étude s’insère dans une plus vaste réflexion sur la transformation du système financier français au xxe siècle et de ses acteurs publics et privés, et plus particulièrement sur la construction, la mutation et le développement du ministère des Finances, en tant qu’acteur politique, financier, économique et administratif. La Grande Guerre a-t-elle été ou non un moment décisif dans l’histoire de ce département ministériel ? N’a-t-elle été qu’une parenthèse sans suite et sans fruit ? A-t-elle joué un rôle amplificateur et accélérateur de tendances antérieures ou, au contraire, a-t-elle été le moment d’une profonde mutation structurelle ?

11Pour répondre à ces questions, nous avons proposé une série de quatre journées d’étude : les premières sur le financement de la guerre par l’emprunt et sur la « mobilisation financière », ce sont celles que vous trouverez exposées dans le présent ouvrage. Les deuxièmes seront consacrées à l’impact qu’a eu la guerre sur le système de gestion des finances publiques, sur la recomposition des pouvoirs et sur la place du ministère des Finances au sein du gouvernement de guerre, du régime parlementaire et de l’appareil étatique français. Les troisièmes auront trait à la mise en place d’une nouvelle fiscalité, à ses interactions économiques et sociales et à la transformation (ou non) des services financiers. Les dernières porteront sur le coût de la guerre et les transformations plus globales de l’État, de l’économie et de la société.

Notes

1 Voir bibliographie en annexe.

2 Voir bibliographie en fin de volume.

3 Alain Chatriot, « Une véritable encyclopédie économique et sociale de la guerre. Les séries de la Dotation Carnegie pour la Paix Internationale (1910-1940) », L’Atelier du Centre de recherches historiques, 03.1, 2009, [En ligne : http://acrh.revues.org/413] DOI : 10.4000/acrh.413.

4 Patrick Fridenson, 1914-1918, l’autre front, Paris, Éditions ouvrières, coll. « Cahiers du Mouvement social », 1977.

5 Voir l’Encyclopédie de la Grande Guerre sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeaud et Jean-Jacques Becker, parue en 2004, qui rend compte de la production historiographique des dix dernières années et qui ne comporte que deux contributions sur les aspects financiers : « Financer la guerre » (A. Plessis) et « Les Monnaies en déroute » (O. Feiertag) – et encore la seconde porte-t-elle davantage sur les conséquences de la guerre et sur les années vingt que sur la monnaie dans et pendant la guerre. La conclusion de l’Encyclopédie fait silence sur les aspects financiers et budgétaires. Même constat chez François Cochet et Rémy Porte (dir.), Dictionnaire de la Grande Guerre, 1914-1918, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2008, dans le Dictionnaire de la Grande Guerre de Jean-Jacques Becker (2013), dans Les 100 Mots de la Grande Guerre d’André Loez (2013), dans le Dictionnaire de la Grande Guerre de Jean-Yves Le Naour (2008)… Une seule entrée : « Économie de guerre ». Ce relatif désintérêt pour les organes financiers et pour la politique des finances publiques, qui ne laisse pas d’interroger et qui reproduit celui déjà constaté lors d’une autre grande commémoration nationale, le Bicentenaire de la Révolution française, se lit également dans l’agenda du Comité du Centenaire de la Grande Guerre, où les événements universitaires à contenu économique et financier restent minoritaires et n’existent que parce qu’ils sont soutenus par des initiatives institutionnelles (Banque de France, ministère des Finances, banques).

6 Pierre Renouvin, Les Formes du gouvernement de guerre, Paris, PUF, 1925 ; Fabienne Bock, « L’exubérance de l’État en France de 1914 à 1918 », dans Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n° 3, 1984, p. 44-51.

7 Voir en fin de volume la bibliographie, et notamment les travaux de Gaston Jèze sur les dépenses et les finances de guerre.

8 Nous empruntons ces deux termes à Alexandre Ribot, ministre des Finances de 1914 à 1917, dans Lettres à un ami, souvenirs de ma vie politique, Paris, Éditions Bossard, 1924, p. 116-118.

Auteur

Normalienne et agrégée d’histoire, Florence Descamps est maître de conférences en histoire à l’École pratique des hautes études (EPHE). Elle y anime un double séminaire sur la création et l’utilisation des témoignages oraux en histoire contemporaine et sur l’histoire du ministère des Finances au XXsiècle. Elle participe depuis 2005 au groupe de pilotage du séminaire Histoire de la gestion des finances publiques XIXe-XXe siècles et a codirigé la publication des deux premiers volumes des actes L’invention de la gestion des finances publiques. Élaborations et pratiques du droit comptable et budgétaire au XIXsiècle (1815-1914), http://books.openedition.org/igpde/1693 et Du contrôle de la dépense à la gestion des services publics de l’État, http://books.openedition.org/igpde/2886. Elle a publié de nombreux articles sur le ministère des Finances au XXsiècle et sur la réforme de l’État. Dernièrement, elle a publié « La RCB 1966-1971 : une première expérience managériale au ministère des Finances ? », in E. Godelier, M. Le Roux, G. Garel, A. David et E. Briot (dir.), Pensée et pratiques du management en France, Inventaire et perspectives 19e-20e siècles, 2011, consultable en ligne sur http://mtpf.mlab-innovation.net/fr/sommaire/chapitre-2/la-rcb-1966-1971-une-première-expérience-managériale-au-ministère-des-finances.html ; « Les inspecteurs des Finances et la réforme de la gestion publique au XXe siècle », in F. Cardoni, N. Carré de Malberg et M. Margairaz (dir.), Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009, Paris, IGPDE/Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2012, p. 141-150, http://books.openedition.org/igpde/3568 et « Les techniciens des Impôts et la naissance d’une expertise fiscalo-financière : L’État moderne 1928-1939 », in F. Monnier et J.-M. Leniaud (dir.), Experts et décisions, Paris/Genève, Droz, 2013, p. 47-57.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search