Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mobilisation financière pendant la Grande Guerre

 | 
Florence Descamps
, 
Laure Quennouëlle-Corre

Table des matières

Florence Descamps

Introduction

Richard Roberts

Le ministère des Finances britannique et la gestion de la crise financière de 1914 en Grande-Bretagne – Improvisation et innovation

I. Déclenchement de la crise
II. Endiguement de la crise, acte I – prêteur en dernier ressort
III. Endiguement de la crise, acte II – moratoire et billets du ministère des Finances
IV. Résolution de la crise, acte I – relance du marché de l’escompte et recapitalisation des banques
V. Résolution de la crise, acte II – marché des changes, moratoire général et Bourse des valeurs mobilières
VI. Mesures d’urgence et financement de la guerre
VII. Le ministère des Finances, sauveur de la City et des contribuables
Olivier Feiertag

Les relations financières entre la Russie et la France pendant la Première Guerre mondiale : arme financière et logiques de marché

I. L’importance du marché des fonds russes à Paris à l’été 1914
II. Le protocole Bark-Ribot du 4 octobre 1915 : business as usual ?
III. Révolution russe et politisation des relations financières internationales
Laure Quennouëlle-Corre

Les emprunts français aux États-Unis 1914-1917 : vers un nouvel ordre monétaire et financier international

I. L’emprunt franco-anglais, enjeux et conséquences (automne 1915)
A. La situation financière tendue des Alliés à l’été 1915
B. Les difficiles négociations de l’emprunt
C. Les résultats de l’emprunt : de l’enthousiasme à la déception
II. 1915-1917 : Une levée de crédits de plus en plus difficile
A. Les emprunts garantis sur titres
B. Les emprunts des villes françaises en septembre 1916
C. Le poids des autorités monétaires et les atermoiements politiques américains
III. Les nouveaux habits de la diplomatie financière française
Gerd Hardach

De l’argent pour Armageddon. La mobilisation financière de l’Allemagne entre 1914 et 1918

Introduction
I. Août 1914
II. La mobilisation financière d’avant-guerre
III. L’illusion d’une guerre courte
IV. Mobilisation financière et guerre d’usure
V. La mobilisation économique
VI. L’inflation
VII. Les limites de la mobilisation financière : le commerce extérieur
VIII. De la guerre à la paix
Conclusion
Bertrand Blancheton

Décider dans l’urgence :
la gestion monétaire et financière de l’année 1914

Introduction
I. Les mesures d’urgence pour juguler la crise de liquidité au seuil du conflit
A. Tensions financières et panique bancaire
B. Moratoire des dépôts bancaires ou réescompte sans limite, les enjeux du choix pour une banque centrale
C. Les mesures de freinage de l’escompte
II. La dette flottante et ses conséquences sur le contrôle monétaire
A. Vue d’ensemble du financement de la guerre
B. Les dangers de la dette flottante
Vincent Duchaussoy et Éric Monnet

La Banque de France et le financement direct et indirect du ministère des Finances pendant la Première Guerre mondiale : un modèle français ?

I. La création monétaire et le financement de l’État : quelques distinctions théoriques
A. Le seigneuriage
B. La création monétaire
II. Les choix de l’entrée en économie de guerre
III. Un bilan du financement monétaire de la Grande Guerre
A. Le bilan de la Banque de France et les avances à l’État
B. L’intérêt public et l’intérêt privé
C. Les autres contributions de la banque centrale à l’économie de guerre
D. Comparaison avec les pays étrangers
Philippe Verheyde

La Caisse des dépôts et consignations dans la Grande Guerre. L’indispensable soutien à l’État : inversion ou inflexion ?

I. La Caisse des dépôts à la Belle Époque
A. Un établissement discret
B. Une activité bicéphale
II. La Caisse des dépôts dans la guerre : soutenir la rente
A. Les grands emprunts de la Défense
B. Apurer le passif de juillet 1914
C. Le retour de la Caisse d’amortissement
D. Un fonctionnement en trompe-l’œil
E. Le grand emprunt de la victoire
III. La Caisse des dépôts et l’État, un changement de paradigme
A. La Caisse des dépôts et le financement à court terme
B. Du soutien de la Caisse par l’État au soutien de l’État par la Caisse
C. Entre l’État et la Caisse : l’autonomie présentée comme la valeur suprême
Clotilde Druelle-Korn

« Du papier, de grâce du papier pour l’amour de Dieu. » Le ministère du Commerce au secours de la circulation monétaire pendant la Grande Guerre : monnaies de nécessité consulaires et chèques postaux

I. Lorsque la nécessité fait loi, les chambres de commerce de France auxiliaires des autorités monétaires
A. Les embarras de l’activité économique devant la raréfaction de la monnaie divisionnaire
B. Le précédent de la guerre franco-prussienne et le recours aux émissions de billets de nécessité par les chambres de commerce en remplacement de la monnaie divisionnaire
C. Le cadre légal de l’émission des monnaies de nécessité pendant et après la guerre
D. La question de la répartition des pertes et profits des émissions entre les chambres et l’État, bilan des émissions
E. 1919-1928 : poursuite des émissions de nécessité, les jetons-monnaies des chambres de commerce et fin de la monnaie métallique divisionnaire
II. Le recours à la compensation par la création attendue des chèques postaux
A. Le vote de la loi du 7 janvier 1918
B. Juillet 1918-année 1919 : l’essor spectaculaire des comptes courants et des chèques postaux
André Straus

Que peut-on savoir des souscripteurs aux valeurs du ministère des Finances français pendant la première guerre mondiale ?

I. L’appel aux ressources de trésorerie
A. L’innovation des bons de la Défense nationale
B. Un « précircuit » du ministère des Finances ?
C. Les obligations de la Défense nationale
D. Les emprunts à long terme
II. Le premier emprunt 5 %
III. L’emprunt de 1916
IV. L’emprunt de 1917
V. L’emprunt de 1918
A. L’emprunt en province
B. L’exemple de l’Empire : l’Indochine
VI. Après la guerre : 1920

Bibliographie indicative

I. Historiographie et généralités
II. Histoire politique et histoire de l’État
III. Histoire économique, monétaire et financière
IV. Sources imprimées