Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Classer, dire, compter

 | 
Olivier Mattéoni
, 
Patrice Beck

Regards extérieurs et d’aujourd’hui

La comptabilité d’État en pays d’Islam : normes et formes (viie-xve siècle)

Éric Vallet

Texte intégral

Introduction

  • 1  La translittération des termes arabes et persans cités dans l’article est simplifiée. Seules sont (...)
  • 2  Sur cet ouvrage, voir Walther Hinz, « Das Rechnungswesen orientalischer Reichsfinanzämter im Mitte (...)

1Rédigé en Iran dans les années 1440 par un certain ‘Alî al-Shîrâzî1, le « Soleil de l’écriture comptable » (Shams al-siyâq), manuel à l’usage des administrateurs financiers de l’État timouride, pourrait apparaître au premier abord comme un produit isolé de la ferveur bureaucratique orientale2 : nombre de traités consacrés à l’administration, plus particulièrement dans son versant fiscal et financier, furent composés en arabe ou en persan au cours des derniers siècles du Moyen Âge, et certains d’entre eux ont subsisté jusqu’à nos jours. L’existence de normes utilisées pour l’établissement de la comptabilité d’État est toutefois un phénomène ancien en Islam, remontant aux viiie-xe siècles, lorsque les bureaux de l’administration connurent, sous l’impulsion des califes omeyyades puis abbassides, un essor certain. C’est alors qu’apparurent les premiers traités systématiques, décrivant des procédures comptables complexes, souvent obscures, qui requéraient les compétences spécialisées de scribes secrétaires (kuttâb) et l’application de règles précises d’élaboration et de présentation. Cette production étalée sur une longue durée n’a pas encore reçu toute l’attention qu’elle méritait, tant les difficultés qui se posent pour son interprétation sont nombreuses.

  • 3  À l’exception notable du vénérable Supplément aux dictionnaires arabes de Reinhart Dozy (Leyde, Br (...)
  • 4  Sur la question des archives, voir notamment les travaux de la Société des historiens médiévistes (...)

2Souvent conservés en des exemplaires uniques, ces guides de la pratique administrative présentent tout d’abord de réelles difficultés paléographiques et lexicographiques. Les dictionnaires arabes, héritiers d’une longue tradition ancrée dans la connaissance des textes religieux et poétiques, ne prennent guère en compte le vocabulaire technique3. Par ailleurs, on ne peut apprécier la valeur de ces écrits théoriques sans les confronter aux ensembles documentaires issus de la pratique réelle des secrétaires, conservés jusqu’à aujourd’hui. Or, ces ensembles demeurent encore trop lacunaires, fragmentaires et dispersés pour offrir un point de comparaison solide. Beaucoup reste donc à faire pour appréhender la ou plutôt les « cultures comptables » de l’Islam médiéval. Le renouveau actuel des études papyrologiques arabes et de l’intérêt pour les documents de la pratique n’a pour l’instant guère porté sur cette « discipline du chiffre », qui s’était pourtant imposée avec force dans le monde des marchands tout autant que dans celui des administrateurs4. La présente contribution se concentrera plus particulièrement sur l’élaboration des normes comptables au sein des appareils d’État, en un parcours chronologique rapide depuis les premières conquêtes arabes jusqu’au xve siècle. Elle tentera de mettre plus particulièrement en valeur l’impact de la diffusion des codex administratifs et comptables (registres, daftar) en s’attardant sur un cas particulier récemment mis en lumière, celui des archives du sultanat rassoulide du Yémen (1229-1454).

I. Genèse de la comptabilité publique de langue arabe

3La question de l’établissement d’une comptabilité étatique en langue arabe dut se poser très tôt dans l’histoire de l’Islam – plus tôt sans doute que ce que l’on affirme souvent. Le plus ancien texte arabe daté sur un support souple (papyrus d’Ahnas/Héracléopolis) atteste déjà l’existence de pratiques administratives d’enregistrement, dans le cadre des armées de conquête :

  • 5  P. Vind. inv. G. 39726, traduction établie d’après Adolf Grohmann, From the World of Arabic Papyri (...)

« Au nom de Dieu, le Miséricordieux, le Compatissant !
Voici ce qu’ont pris ‘Abdallâh, fils de Jâbir, et ses compagnons d’armes, en fait de brebis de boucherie à Héracléopolis. Nous avons pris d’un représentant de Théodorakios, fils cadet d’Apa Kyros, et d’un remplaçant de Christophoros, fils aîné d’Apa Kyros, cinquante brebis des brebis de boucherie et quinze autres brebis. Il les donna, pour être abattues, à l’équipage de ses vaisseaux, à sa cavalerie et à son infanterie cuirassée au mois de jumâdâ premier de l’an vingt-deux. Écrit par Ibn Hadîd5. »

  • 6  Voir notamment sur ce point Christian Robin, « La réforme de l’écriture arabe à l’époque du califa (...)

4Nous sommes alors en 645 de l’ère chrétienne, six ans après le début de la conquête de l’Égypte par les Arabes, et la mainmise sur les terres de la Haute-Égypte est encore fragile. La langue courante de l’administration égyptienne est alors le grec, qui côtoie dans ce papyrus l’arabe : c’est en grec que la reconnaissance de la nature de la réquisition faite par le commandant en chef des armées arabes de Haute-Égypte, Jâbir b. ‘Abdallâh, est d’abord inscrite, et c’est dans cette même langue qu’au verso de cet acte une simple phrase, portée postérieurement, indique que les brebis ont bien été remises à la troupe d’occupation. Le texte arabe peut apparaître ici comme une simple traduction de l’acte grec, mais il témoigne déjà d’une utilisation assez poussée de la langue arabe en contexte administratif. Ce papyrus est en effet en même temps la plus ancienne attestation datée sur support souple de l’usage de points diacritiques pour distinguer les consonnes de l’arabe entre elles. Cet usage, contrairement à une légende tenace, n’a pas commencé à s’imposer d’abord dans le contexte du texte sacré coranique, mais plutôt dans l’administration6. En réalité, tout laisse à penser que l’utilisation de la langue arabe écrite à des fins d’administration précède l’arrivée de l’islam, même si aucune trace matérielle de cela n’a été à ce jour retrouvée.

  • 7  Sur l’histoire de cette pratique, voir notamment l’article « Dwn » de A. A. Duri dans Encyclopédie (...)
  • 8  Référence à plusieurs papyri égyptiens dans G.-R. Puin, Der Dwn…, op. cit., p. 120-124 ; Kosei Mor (...)

5Très tôt, les armées de conquête se sont trouvées dans l’obligation de tenir leurs propres comptes. Selon plusieurs récits historiques, largement corroborés, c’est sous le règne du second calife, ‘Umar b. al-Khattâb (634-644), que furent établis les premiers recensements des hommes qui composaient l’armée et de leurs familles. Ces documents sont mentionnés dans les sources sous le terme de dîwân, au départ des rouleaux de papyrus, qui permettaient d’assurer la redistribution annuelle des revenus de la conquête auprès de tous ces ayants droit7. Rares sont les vestiges de cette nature à avoir été retrouvés à ce jour8, mais la pratique des dîwân a été si fondatrice que le terme a fini par désigner l’ensemble des bureaux de l’administration au sein des États islamiques, et plus particulièrement des bureaux financiers. C’est donc dans le cadre de l’administration des armées de la conquête et de la gestion des réquisitions imposées aux populations locales que prirent forme les premiers comptes rédigés en arabe.

  • 9  Il faut également ajouter pour cette période, hors Égypte, le petit corpus de Nessana et de Khirbe (...)
  • 10  Dans une bibliographie abondante, on renverra plus particulièrement à la note fort dense de Jean G (...)
  • 11  P. Lond. IV 1338, cité par J. Gascou, « De Byzance à l’Islam… », art. cité, p. 105.

6Dans le domaine de la perception de l’impôt, la plus grande diversité régnait d’un bout à l’autre de l’Empire de l’Islam. Partout où ils s’étaient installés, il semble que les conquérants arabes aient laissé en place les anciennes administrations, bouleversant peu dans un premier temps leurs habitudes et leurs pratiques. C’est en tout cas ce que montre le cas égyptien, seule région pour laquelle une documentation substantielle, encore en partie inexplorée, a subsisté pour le viie siècle9. Les habitudes forgées au cours des périodes hellénistique, romaine puis byzantine se prolongent : c’est en grec qu’apparaissent les seuls exemples de comptabilité fiscale conservés pour l’Égypte du premier siècle de l’Islam, sous des formes diverses, allant de simples feuillets à des rouleaux d’une certaine longueur10. Nous apprenons ainsi par un papyrus issu du célèbre corpus d’Aphroditô en date du 12 septembre 709 que le gouverneur musulman de l’Égypte, Qurra ibn Sharîk, convoqua dans sa capitale, Fustât, le responsable (pagarque) de la région d’Aphroditô en lui demandant de présenter le recueil fiscal complet (katagraphon) comprenant les effectifs des hommes payant la capitation et le détail des propriétés pour chaque district placé sous son autorité11. Il est probable que cet inventaire était lui-même encore entièrement en grec.

  • 12  Pour un bilan récent de cette question, voir Chase F. Robinson, ‘Abd al-Malik, Oxford, 2005, p. 11 (...)
  • 13  Voir notamment les publications récentes de Federico Morelli, Corpus Papyrorum Raineri XXII, Griec (...)
  • 14A. Grohmann, « New Discoveries in Arabic papyri. An Arabic Tax-account Book », Bulletin de l’Insti (...)
  • 15  On trouvera des bibliographies très complètes dans les ouvrages récents de Gladys Frantz-Murphy, A (...)
  • 16Constantin Leyerer, « Die Verrechnung und Verwaltung von Steuern im Islamischen Ägypten: Vorberich (...)
  • 17Geoffrey Khan, Arabic Documents from Early Islamic Khurasan, Londres, The Nour Foundation, 2007 ; (...)

7L’arabisation des registres de l’administration fiscale qui commence sous le règne du calife umayyade ‘Abd al-Malik (685-705) constitua certes un pas important et contribua sans nul doute à une certaine harmonisation des pratiques de l’écriture administrative (au sens à la fois matériel et littéraire). Toutefois, il semble bien que cette arabisation n’ait pas été un mouvement coordonné, impulsé par la volonté califale, mais plutôt le résultat d’évolutions de la politique fiscale dans les principales provinces (Syrie, Égypte, Irak, Iran et Khurâsân), qui imposait que les cadres arabes du nouvel État contrôlent plus directement le prélèvement de l’impôt12. L’arabisation ne signifia pas non plus la disparition immédiate des documents fiscaux en d’autres langues que l’arabe, comme le montre le maintien de tels documents en grec ou en copte en Égypte dans la seconde moitié du viiie siècle13. Elle ne se fit donc que progressivement. On connaît toutefois déjà de longue date l’existence d’un « livre de compte » en arabe, datant du viiie siècle, et conservé en Égypte sous la forme d’un rouleau de papyrus14, ainsi que de nombreux documents conservés sous forme de feuilles volantes (sahîfa, pl. suhuf)15. Selon les conclusions de l’étude minutieuse menée par l’historien allemand de la comptabilité Constantin Leyerer sur une partie de ces documents, « la comptabilité des agents du fisc d’époque arabe en Égypte ressemble à celle que nous avons pu observer dans ce pays à l’époque ptolémaïque ou byzantine : d’après sa forme et sa technique, elle appartient à la première période de l’histoire de la comptabilité16 ». Des études récentes consacrées à des fragments de parchemins retrouvés dans la région du Khurâsân (Iran et Afghanistan actuels) ont permis de développer d’utiles comparaisons entre ces deux provinces éloignées de l’Empire de l’Islam. La découverte d’un lot d’archives familiales, constitué dans le Nord-Est de l’Afghanistan au tout début de l’époque abbasside, et comprenant 32 documents légaux et administratifs épars rédigés entre 755 et 777 sur parchemin (essentiellement des quittances de taxe, ainsi qu’un relevé cadastral) a permis de montrer la très grande proximité lexicale des actes arabes produits en Égypte et dans le Khurâsân à la même époque17. Des études plus poussées sur la mise en forme de ces documents fiscaux restent à mener, sans qu’il faille chercher à tout prix une parfaite uniformité : il ne faut sans doute pas négliger ici l’importance de la variété des supports (papyrus, parchemin) et des modes de conservation (rouleaux, feuillets épars) d’un bout à l’autre de l’Islam.

II. Une forme privilégiée : le daftar

  • 18  La seule synthèse sur cette question reste à ce jour l’article « Daftar » de B. Lewis, EI², vol. I (...)
  • 19  Voir par exemple le récit d’al-Jahshiyârî (mort en 942), Kitâb al-wuzarâ’ wa-l-kuttâb (« Livre des (...)
  • 20Synthèse commode dans Jonathan M. Bloom, Paper Before Print. The History and Impact of Paper in th (...)

8L’introduction du registre fiscal en arabe sous forme de codex, composé de cahiers assemblés, est une étape importante, bien que sa chronologie soit peu assurée18. Selon les récits que l’on trouve dans les ouvrages qui évoquent au xe siècle l’histoire de l’administration abbasside, c’est à Khâlid b. Barmak (mort en 781-782), fondateur de la célèbre lignée des vizirs abbassides, les Barmécides, que l’on devrait l’introduction de cette innovation dans les bureaux de l’administration fiscale dépendant directement du premier calife abbasside, al-Saffâh19. Mais il n’est pas impossible que la pratique plus ancienne de ces registres ait existé dans l’administration locale de l’Irak ou dans celle des provinces orientales. Il est intéressant de noter ici qu’un terme unique s’imposa rapidement pour désigner cette nouvelle réalité matérielle du registre : daftar (pl. dafâtir). Ce nom, tiré du grec diphtera (« la peau ») – ce qui renforce l’idée d’un emprunt à des pratiques plus anciennes – renvoie directement à l’apparence matérielle du registre. L’introduction du papier dans l’administration centrale à partir du règne de Hârûn al-Rashîd (reg. 786-809) consacra le succès du daftar : plus léger et plus maniable que le parchemin, le registre de papier s’imposa largement, même s’il n’effaça pas des formes alternatives de mise par écrit, feuillets épars ou rouleaux (sijill). Le papyrus se maintint d’ailleurs de façon significative, notamment en Égypte, jusqu’au xe siècle20.

  • 21  Ishâq b. Ibrâhîm b. Wahb, al-Burhân fî wujûh al-bayân, A. Matlûb et Kh. Hadîthî (éd.), Bagdad, 196 (...)
  • 22  Cf. Claude Cahen, « Quelques problèmes économiques et fiscaux de l’Iraq būyide », Annales de l’Ins (...)
  • 23  Ibrahim al-Muleihi, « Le Qirmeh d’Égypte », Bulletin de l’Institut d’Égypte, XXIX, 1946-1947.
  • 24Cf. W. Hinz, « Das Rechnungswesen… », art. cité ; et L. Fekete, Die Siyaqat-Schrift in der türkisc (...)
  • 25Claude Cahen et Robert B. Serjeant, « A Fiscal Survey of the Medieval Yemen Notes Preparatory to a (...)

9Des mentions incidentes dans les chroniques ou la description théorique qui en est laissée dans les manuels d’administration permettent de se faire une idée plus précise des usages suivis dans la réalisation de ces registres. Avec l’apparition des premiers manuels de comptabilité étatique au xe siècle en Irak et le maintien de ce genre tout au long de la période médiévale, l’existence de pratiques normées au sein de l’administration islamique ne fait guère de doute. Élaborer un compte relève d’un art qu’un secrétaire irakien du xe siècle, Ibn Wahb al-Kâtib, n’hésite pas à comparer au maniement de la prose la plus raffinée21. Outre la maîtrise des savoirs arithmétiques22, les fonctionnaires des finances se devaient d’employer dans l’exercice de leur fonction une écriture particulière, qui est cependant loin d’être uniforme d’un bout à l’autre de l’Islam. Là où en Égypte subsiste longtemps l’héritage gréco-copte pour l’écriture des nombres et des fractions (écriture dite qirmeh23), les dîwân de l’Orient adoptèrent leur propre graphie (dîwânî), plus communément désignée à partir de l’époque mongole sous le nom de siyâq ou siyâqa (littéralement la « bonne tenue »). Ce dernier type d’écriture devait connaître une large diffusion à l’époque ottomane24. D’autres régions, comme le Yémen, conservèrent toutefois leur système propre, notamment pour la notation des fractions25.

  • 26Al-Khwârizmî, Kitâb mafâtih al-’ulûm, G. Van Vloten (éd.), Leyde, 1895, p. 54-58, traduit en angla (...)

10Apparaît également à partir de l’époque abbasside une terminologie composite et complexe, distinguant divers types de dafâtir fiscaux et financiers. À la fin du xe siècle, un secrétaire de la cour samanide, Muhammad ibn Ahmad al-Khwârizmî, ne dénombre pas moins de 22 types de registres en usage dans l’administration fiscale et financière, une profusion qui ne devait pas être démentie par la suite26.

  • 27  Cl. Cahen et H. Inalcik, « Kānūn », EI², vol. III, p. 557-562.
  • 28Cf. Jeremy Johns, Arabic Administration in Norman Sicily. The Royal Diwan, Cambridge, Cambridge Un (...)
  • 29  Voir Ibn Mammatî, Kitâb qawânîn al-dawâwîn, A. S. Atiya (éd.), Le Caire, 1943, p. 305 ; et plus la (...)
  • 30  Cf. Nicolas Michel, « Les Circassiens avaient brûlé les registres », dans Conquête ottomane de l’É (...)
  • 31Cf. W. Hinz, « Das Rechnungswesen… », art. cité, p. 134-137 ; M. Minovi et V. Minorsky, « Naşīr al (...)

11Un premier ensemble de documents se rattache à l’établissement des impôts. Tous s’articulent à un cadastre général, conservé sous la forme d’un daftar, et désigné en Orient sous le nom bien connu de qânûn (le « canon »). Ce terme, également emprunté au grec, fut promis à une grande carrière puisqu’il en vint à désigner à partir de l’époque ottomane la Loi propre de l’État, émise par le souverain27. De ce qânûn découlait le montant de l’imposition foncière et un ensemble de registres qui permettaient de suivre les différentes étapes de la perception. Très peu d’exemples de ces registres ont survécu pour la période médiévale. On en conserve des traces indirectes, comme dans les jarâ’id siciliens, inventaires de propriétés et recensements de foyers fiscaux élaborés pour l’église sicilienne de Monreale entre 1178 et 1183 « à partir des dafâtir du dîwân al-tahqîq al-ma‘mûr28 ». Les traités égyptiens d’al-Makhzûmî (mort apr. 1171) et d’Ibn Mammâtî (mort en 1209) en offrent par ailleurs une description théorique détaillée29, même si rares sont les qânûn-s à avoir été conservés pour la période médiévale en Égypte : tous ceux qui subsistaient furent liquidés après la refonte des cadastres survenue dans le sillage de la conquête ottomane30. La même organisation scripturale, adossée à un qânûn, prévaut dans le monde persan d’époque mongole et post-mongole31.

  • 32C.E. Bosworth, « Abû ‘Abdallāh… », art. cité, p. 121-122 ; W. Hinz, « Das Rechnungswesen… », art.  (...)
  • 33C.E. Bosworth, « Abû ‘Abdallāh… », art. cité, p. 127-130 ; Cl. Cahen, « Contribution… », art. cité(...)
  • 34Miskawayh, Tajârib al-umam, H. F. Amedroz (éd.), Oxford, 1920, vol. I, p. 151-152.

12Si l’on se tourne maintenant vers l’administration financière à proprement parler, trois niveaux de registres peuvent être partout distingués. Au plus près de l’administration quotidienne, l’existence de registres des dépenses et des recettes journalières, connus généralement sous le nom de rûznâmah/rûznâmaj, un terme emprunté au persan, où il signifie littéralement le « livre du jour », est la mieux documentée32. À partir de ces rûznâmaj étaient établis des récapitulatifs mensuels appelés généralement khatma, un terme renvoyant à la notion de clôture au moyen d’un sceau. Enfin, la compilation de ces états mensuels permettait de dresser des récapitulatifs annuels, appelés khatma jâmi‘a par al-Khwârizmî33. Ces khatma servaient essentiellement à l’information des plus importants responsables de l’État (vizir, conseillers, souverains), qui n’étaient pas tenus au courant de l’état des finances au jour le jour mais plutôt de mois en mois voire d’année en année. Lorsqu’en 927, ‘Alî ibn ‘Îsâ, vizir du calife abbasside de Bagdad, demanda à disposer des rûznâmaj chaque semaine afin de savoir « ce qui avait été dépensé, ce qui avait été engrangé et ce qui restait » (mâ halla wa-mâ qabada wa-mâ baqiya), le fait est suffisamment notable pour être relevé dans la chronique de Miskawayh (mort en 1030)34.

  • 35  Cf. Cl. Cahen, « Bayt al-māl », EI², op. cit., vol. I, p. 1176-1181.
  • 36  Al-Jahshiyârî, Kitâb al-wuzarâ’…, op. cit., p. 281-288 ; Ibn Khaldûn, Le livre des exemples, A. Ch (...)
  • 37  André Miquel, La géographie humaine du monde musulman jusqu’au milieu du xie siècle, Paris, EPHE/M (...)
  • 38Alfred von Kremer, « Über das Einnahmebudget des Abbasiden-Reiches vom Jahre 306 H. /918-919 », De (...)
  • 39Berlin, Museum of Islamic Art, inv. I.7750.1. Publication du fac-similé dans Ernest Herzfeld, Die (...)

13La diffusion assez large des données issues de certains états financiers annuels est bien attestée par les chroniques, mais aussi par la littérature géographique et administrative, à partir du ixe siècle au moins35. Le plus ancien récapitulatif annuel, datant de l’époque du calife Hârûn al-Rashîd, se présente comme un inventaire des recettes du califat province par province. Il est encore cité à la fin du xive siècle par Ibn Khaldûn dans sa célèbre introduction à l’histoire36. D’autres données se rapportant à la première moitié du ixe siècle sont également mentionnées dans le traité de Qudâma ibn Ja‘far (mort en 948) et dans le premier compendium géographique arabe du secrétaire Ibn Khurradâdhbih (mort en 885 ou 912)37. Autre exemple bien connu, le budget califal de l’année 918-919 reprend la même forme38. Un fragment de papyrus de taille significative (38 x 26,5 cm) constitue le seul témoignage matériel avéré de cette pratique pour le ixe siècle. Il fut retrouvé par l’archéologue allemand Herzfeld lors des fouilles de Sâmarrâ’(capitale du califat abbasside entre 836 et 892), jeté à même le sol dans une vaste salle du palais Jawsaq, vraisemblablement l’un des sièges du dîwân abbasside. Bien que conservé de façon très lacunaire, il présente tous les traits d’un document officiel, avec une écriture assez large et lisible. La lecture qui en a été faite par Alfred Grohmann dès les années 1950, en cours de révision par Lucian Reinfandt (Vienne), indique qu’il s’agit d’un récapitulatif des impôts prélevés en Égypte à une date inconnue, pour un total de plus d’un million de dirhams, mentionné en toutes lettres au bas du document39. La circulation de montants divers correspondant aux revenus de l’État, dont on retrouve trace dans la littérature annalistique ou géographique, s’appuyait très probablement sur des documents de cet ordre qui, dépouillés de la technicité des comptes journaliers et des calculs intermédiaires, offraient au public éclairé une conscience générale des richesses de l’Empire.

14Faire état de ses comptes annuels, c’était justifier d’une certaine manière la puissance de l’État. Tous ces textes sont pourtant loin de pouvoir nous offrir des données continues pour les ixe-xie siècles. Pourquoi les bilans de certaines années furent-ils très largement diffusés alors que d’autres n’eurent jamais les honneurs de la chronique ? Par quels canaux cette diffusion s’opérait-elle ? Il reste difficile de répondre à ces questions pour l’époque abbasside, mais des ensembles de documents postérieurs permettent de cerner avec plus de précision cette pratique et les formes qu’elle adopta au cours des derniers siècles du Moyen Âge.

III. Constitution et diffusion des récapitulatifs annuels : le cas exemplaire du Yémen rassoulide

  • 40  Walther Björkmann, Beiträge zur Geschichte des Staatskanzlei im Islamischen Ägypten, Hambourg, 192 (...)
  • 41Cl. Cahen, Makhzumiyyt…, op. cit.
  • 42W. Hinz, « Das Rechnungswesen… », art. cité.

15L’originalité de la documentation yéménite se mesure au regard de celle qui a été conservée pour les plus grands États de l’Islam médiéval entre le xiiie et le xve siècle. L’Égypte et la Syrie sous domination ayyoubide et mamlouke offrent en effet dans le domaine fiscalo-administratif le corpus le plus connu, grâce aux travaux menés dès la première moitié du xxe siècle sur les grandes encyclopédies égyptiennes d’Ibn Fadl Allâh al-’Umarî (mort en 1348) et al-Qalqashandî (mort en 1418)40, puis entre les années 1950 et 1970 sur les traités plus anciens d’al-Makhzûmî et d’Ibn Mammâtî, dont l’exploration minutieuse fut inaugurée par Claude Cahen41. Les finances du domaine plus oriental des Mongols ilkhânides aux xiiie et xive siècles, puis des Timourides, successeurs de Tamerlan tout au long du xve siècle, sont également éclairées par divers compendiums rédigés au cours des xive et xve siècles42. Il s’agit néanmoins d’une documentation normative, présentant un visage largement idéalisé des administrations que leurs auteurs servaient.

  • 43  Pour une première présentation d’ensemble de ces volumes, voir Éric Vallet, L’Arabie marchande. Ét (...)
  • 44Nûr al-ma‘ârif fî nuzum wa-qawânîn wa-a‘râf al-Yaman fî al-‘ahd al-muzaffarî al-wârîf, M. Jâzim (é (...)
  • 45  Anonyme, Irtifâ‘al-dawla al-mu’ayyadiyya/Livre des revenus du sultan al-Mu’ayyad Dâwûd, Sanaa, CEF (...)
  • 46The Manuscript of al-Malik al-Afdal. A Medieval Arabic Anthology from the Yemen, G.R. Smith et D.M (...)
  • 47Al-Hasan b. ‘Alî al-Husaynî, Mulakhkhas al-fitan wa-l-albâb wa-misbâh al-hudâ li-l-kuttâb, Milan, (...)

16À la différence de ces derniers cas, de véritables documents d’archive administrative et financière ont été conservés pour le sultanat rassoulide, qui domina avec éclat le Yémen et une grande partie de l’Arabie entre 1229 et 1454. Quatre volumes à la forme plus ou moins aboutie, élaborés entre la fin du xiiie siècle et le début du xve, doivent retenir notre attention43. Le plus ancien, un épais manuscrit de 224 folios désigné par son éditeur sous le nom de Nûr al-maârif, fut constitué par la réunion de copies de documents épars ayant majoritairement trait aux règles d’administration de la maison sultanienne et de ses ressources propres sous les règnes des sultans al-Muzaffar Yûsuf (reg. 1250-1295) et al-Ashraf ‘Umar (reg. 1295-1296)44. Le second se présente comme un registre quasi complet présentant le détail des revenus du sultanat pour une année – que l’on peut situer d’après divers indices à l’extrême fin du xiiie siècle sous le règne du sultan al-Mu’ayyad Dâwûd (reg. 1296-1321)45. Le troisième ensemble qui compose la nébuleuse de ces archives rassoulides est un « manuscrit bibliothèque » comprenant 151 textes différents, dont une petite série de documents administratifs et financiers, conservés au milieu de traités de médecine, d’astronomie ou d’agronomie. Tous furent copiés entre 1372 et 1376 pour le compte du sultan al-Afdal al-‘Abbâs (reg. 1363-1377)46. Enfin, le quatrième manuscrit prend la forme plus banale d’un traité administratif, rédigé en 1412 par un secrétaire du dîwân rassoulide, al-Hasan ibn ‘Alî al-Husaynî. Il recèle notamment une description systématique de tous les bureaux composant l’administration ainsi qu’une présentation des revenus annuels des différentes parties du royaume, à une date non précisée47. Dans cet ensemble, les récapitulatifs des ressources annuelles de l’État occupent une place majeure : six documents de longueur inégale, étalés sur près d’un siècle et demi, relèvent de ce genre (tabl. 1).

17L’enjeu particulier de cette activité de synthèse fiscale se mesure à la façon dont le geste même de la mise en archive est souligné. La conservation de ces documents ne relève pas uniquement du hasard, mais de la volonté explicite, portée au plus haut niveau de l’État, de constitution d’une véritable archive, comme l’atteste cette mention précédant la copie du premier document (L1) effectuée sur l’ordre du sultan al-Afdal al-‘Abbâs, un siècle environ après le moment où furent assemblées les premières données financières le composant :

  • 48The manuscript of al-Malik al-Afdal…, G.R. Smith et D.M. Varisco (éd.), op. cit., p. 146.

« Voici le complément de notre maître le sultan al-Malik al-Afdal – que Dieu prolonge son règne –, ajouté par lui en sha‘bân 775 (janvier-février 1374). Il dit : […] j’ai trouvé un document (waraqa) portant l’écriture de mon père al-Malik al-Mujâhid […] disant : J’ai vu un document portant l’écriture du successeur (khalîfa), mon grand-père al-Muzaffar disant : les revenus des montagnes sont […]48 ».

Tableau 1. Les comptes annuels des provinces dans les archives rassoulides

Règne

Sources

Provinces mentionnées

Al-Muzaffar Yūsuf

L1 : Anthologie d’al-Afdal, p. 146-148, non daté (liste)

Montagnes

Haut et Bas Yémen

Al-Mu’ayyad Dâwûd

L2 : Irtifâ‘al-dawla al-mu’ayyadiyya, non daté (liste)

Plaines et montagnes

Yémen entier

L3 : Anthologie d’al-Afdal, p. 145-146, tiré du daftar al-mu’ayyadî (liste)

Montagnes et plaines

Bas Yémen

T1 : Anthologie d’al-Afdal, p. 150 et 267 (tableau), daté de 1320

Montagnes et plaines

Yémen entier

Al-Afdal al-‘Abbâs

T2 : Anthologie d’al-Afdal, p. 148-149 (tableau), daté du 9 mars 1366

Plaines et montagnes

Bas Yémen

Composite

T3 : Mulakhkhas al-fitan (tableau), daté de 1412

Montagnes et plaines

Yémen entier

  • 49  É. Vallet, L’Arabie marchande…, op. cit., p. 91.
  • 50The manuscript of al-Malik al-Afdal…, G.R. Smith et D.M. Varisco (éd.), op. cit., p. 148.

18Dans une forme originale de légitimation savante du pouvoir, trois générations de souverains sont ici présentées sous les traits de secrétaires curieux de retrouver des documents passés, experts en écriture (khatt). La procédure d’enregistrement des informations se fait même de plus en plus précise dans le temps, puisque al-Afdal date sa propre copie, à la différence de ses prédécesseurs. Toutefois, outre le souci de manifester la continuité dynastique, l’ardeur mise à conserver ces documents s’explique aussi par leur rareté. L’observation fine du document T2 est à ce titre riche d’enseignements : réalisé au sortir d’une longue période d’instabilité, l’inventaire des ressources du royaume en 1366 s’inscrit dans un contexte plus large de remise en ordre du sultanat49. Il fut copié tel quel sur l’ordre du sultan en décembre 1376, sans ajout de données nouvelles50. L’estimation de 1366 était-elle toujours considérée comme valable, tout au moins pour l’information du sultan, au moment de la copie ? Ou bien l’élaboration de ce type de document était-elle suffisamment exceptionnelle pour qu’il fût à tout prix conservé ?

  • 51  Par exemple, Irtifâ‘…, op. cit., p. 64.
  • 52  Par exemple, Ibid., p. 32-33 (une série de noms de hauts dignitaires exemptés de taxes sont barrés (...)

19De fait, l’établissement de ces récapitulatifs annuels n’avait pas seulement valeur informative pour le souverain, mais également valeur normative, comme le montre clairement l’examen de l’Irtifâ’al-dawla al-mu‘ayyadiyya (L2). Plusieurs passages de ce volume impliquent en effet l’existence de montants de référence pour les revenus fiscaux annuels des différentes provinces du sultanat. Ces valeurs étaient utilisées année après année pour évaluer la qualité de la levée d’impôts et contrôler des abus éventuels des agents du fisc51. Un récapitulatif tel que l’Irtifâ’pouvait donc être utilisé pendant plusieurs années et le volume comporte d’ailleurs des marques d’actualisation minimes mais indubitables52.

  • 53  Sur ce point, voir les analyses développées dans É. Vallet, L’Arabie marchande…, op. cit., p. 89-9 (...)
  • 54The manuscript of al-Malik al-Afdal…, G.R. Smith et D.M. Varisco (éd.), op. cit., p. 274.

20Il convient enfin de souligner une évolution significative de la forme même de ces récapitulatifs financiers, qui adoptent clairement à partir de la seconde moitié du xive siècle le tableau (jadwal) comme mode privilégié de présentation, en rompant avec l’usage plus ancien de la simple liste, où les revenus de chaque province n’étaient séparés que par un discret signe graphique (point). Nous avons pu montrer ailleurs que l’adoption de la forme tabulaire, inscrite dans un mouvement culturel et scientifique plus large, témoigne avant tout de la prégnance de l’astronomie comme mode d’appréhension privilégié du territoire sultanien53. L’archive comptable se fait ainsi savoir sur le monde. Elle constitue également un fil ténu mais discret rattachant le petit sultanat du Yémen à la grande histoire de l’islam. Nulle trace plus éloquente de cet enjeu de prestige que la copie, dans l’anthologie du sultan al-Afdal, d’inventaires des revenus d’autres États, comme celui de l’Ilkhânat de Perse, sous le règne d’Abû Sa’îd en 736/1336 (revenus de 26 provinces), aux marges duquel ont été ajoutés, peut-être de la main du sultan lui-même, les revenus de l’Égypte à l’époque des pharaons, des califes omeyyades et des premiers Abbassides54. Faire état de ses revenus, les faire connaître : cette préoccupation avait sans doute pris un nouveau sens politique dans le cadre de la compétition entre États de l’Islam à la fin du Moyen Âge.

Conclusion

21Les quelques réflexions qui précèdent n’auront qu’effleuré un sujet complexe, sur lequel bien des recherches restent encore à mener. Si l’existence de normes de présentation comptable ne fait aucun doute, encore faut-il évaluer à sa juste mesure le processus qui a fait très tôt de la maîtrise de l’écrit comptable un pan important des compétences requises pour les administrateurs de l’État en terre d’Islam. Processus classique de constitution d’un Empire appuyé sur un appareil bureaucratique à tendance centralisatrice, diront sans aucun doute certains. Là ne réside sans doute pas l’originalité de la « culture comptable » de l’État islamique, mais bien plutôt dans sa constitution comme « culture » aux deux sens du terme : maîtrise de techniques hautement complexes pour une part, mais également élaboration de savoirs sur l’homme, sur le monde et son histoire. La comptabilité participait ainsi pleinement de cette culture profane universelle qui fondait en grande partie l’exercice du pouvoir dans le monde de l’Islam médiéval.

Notes

1  La translittération des termes arabes et persans cités dans l’article est simplifiée. Seules sont indiquées les voyelles longues. Sauf mention contraire, les dates sont également données en ère chrétienne.

2  Sur cet ouvrage, voir Walther Hinz, « Das Rechnungswesen orientalischer Reichsfinanzämter im Mittelalter », Der Islam, 29/2, 1950, p. 1-29.

3  À l’exception notable du vénérable Supplément aux dictionnaires arabes de Reinhart Dozy (Leyde, Brill, 1881) qui rend encore d’appréciables services par le nombre de citations textuelles sur lesquelles il s’appuie et par son intérêt marqué pour ce type d’usages lexicaux particuliers.

4  Sur la question des archives, voir notamment les travaux de la Société des historiens médiévistes français rassemblés dans L’Autorité de l’écrit au Moyen Âge (Orient-Occident), Paris, Publications de la Sorbonne, 2009, 403 p. ; à compléter par les réflexions récentes de Tamer El-Leithy, « Living Documents, Dying Archives: Towards a Historical Anthropology of Medieval Arabic Archives », Al-Qantara, 32/2, 2011, p. 389-434 ; Frédéric Bauden, « Du destin des archives en Islam. Analyse des données et éléments de réponse », dans La correspondance entre souverains, princes et cités-États. Approches croisées entre l’Orient musulman, l’Occident et Byzance (xiiie-début xvie siècle), D. Aigle et S. Péquignot (dir.), Turnhout, Brepols, 2013, p. 27-49 ; Lucian Reinfandt, « Mamlk Documentary Studies », dans Ubi sumus ? Quo vademus ? Mamluk Studies. State of the Art, S. Connermann (éd.), Bonn, Bonn University Press (« Mamluk Studies », 3), 2013, p. 285-309.

5  P. Vind. inv. G. 39726, traduction établie d’après Adolf Grohmann, From the World of Arabic Papyri, Le Caire, Al-Maarif Press, 1952, p. 113-114.

6  Voir notamment sur ce point Christian Robin, « La réforme de l’écriture arabe à l’époque du califat médinois », Mélanges de l’université Saint-Joseph, 59, 2006, p. 319-341.

7  Sur l’histoire de cette pratique, voir notamment l’article « Dwn » de A. A. Duri dans Encyclopédie de l’Islam, 2e éd., Leyde, Brill, vol. II, p. 332-336 (abrégée ci-après EI²) ; l’étude classique de Gerd-Rudiger Puin, Der Dwn von ‘Umar ibn al-Khattāb: ein Beitrag zur frühislamischen Verwaltungsgeschichte, Bonn, Rheinische Friedrich-Wilhelms Universität, 1977 ; actualisée par Hugh Kennedy, The Armies of the Caliphs. Military and Society in the Early Islamic State, Londres-New York, Routledge, 2001, p. 59-67 ; Maged S. A. Mikhail, « Notes on the “Ahl al-Dīwān”: the Arab-Egyptian Army of the Seventh to the Ninth Centuries C. E. », Journal of the American Oriental Society, 128/2, 2008, p. 273-284 ; et Sobhi Bouderbala, Ğund Mir. Étude de l’administration militaire dans l’Égypte des débuts de l’Islam (21/42-218/833), thèse de doctorat en histoire, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2008, p. 176-183. L’usage du terme dîwân est maintenant bien attesté avant même l’apparition de l’islam dans le monde sassanide, voir à ce propos Ryka Gyselen, « Dwn et trésorerie sassanide : premières attestations sigillographiques », Studia Iranica, 32, 2003, p. 123-126, et l’article « Dwn » de F. de Blois dans Encyclopaedia Iranica, 1995, vol. VII/4, p. 432, selon lequel le terme pehlevi dîvân, signifiant « inscription » ou « document », dériverait ultimement du sumérien dub, « tablette ».

8  Référence à plusieurs papyri égyptiens dans G.-R. Puin, Der Dwn…, op. cit., p. 120-124 ; Kosei Morimoto, « The Diwans as Registers of the Arab Stipendiaries in Early Islamic Egypt », Itinéraires d’Orient, GECMO (« Res Orientales », 6), 1994, p. 353-66 ; à compléter par Petra Sijpesteijn, « The Archival Mind in Early Islamic Egypt », dans From Andalus to Khurasan. Documents from the Medieval Muslim World, P. Sijpesteijn et alii (éd.), Leyde-Boston-Cologne, Brill, 2008, p. 165, n. 10.

9  Il faut également ajouter pour cette période, hors Égypte, le petit corpus de Nessana et de Khirbet el-Mird, voir C.J. Kraemer, Excavations at Nessana, Non-Literary Papyri, Princeton, 1958, p. 175-197 ; et Adolf Grohmann, Arabic Papyri from irbet al-Mird, Louvain, Publications universitaires de Louvain, 1963.

10  Dans une bibliographie abondante, on renverra plus particulièrement à la note fort dense de Jean Gascou, « De Byzance à l’Islam : les impôts en Égypte après la conquête arabe », Journal of the Economic and Social History of the Orient, 26/1, 1983, p. 97-109 ; aux travaux de Gladys Frantz-Murphy, The Agrarian Administration of Egypt from the Arabs to the Ottomans, Le Caire, IFAO (« Supplément aux Annales islamologiques », 9), 1986 ; et de Jorgen Baek Simonsen, Studies in the Genesis and Early Development of the Caliphal Taxation System, Copenhague, 1988 ; à compléter pour la bibliographie plus récente par Petra M. Sijpesteijn, « Landholding Patterns in Early Islamic Egypt », Journal of Agrarian Change, 9/1, 2009, p. 120-133 ; et Clive M. Foss, « Egypt under Mu’wiya. Part I: Flavius Papas and Upper Egypt », Bulletin of the School of Oriental and African Studies, 72/1, 2009, p. 1-24, et « Egypt under Mu’wiya. Part II: Middle Egypt, Fustt and Alexandria », Bulletin of the School of Oriental and African Studies, 72/2, 2009, p. 259-278.

11  P. Lond. IV 1338, cité par J. Gascou, « De Byzance à l’Islam… », art. cité, p. 105.

12  Pour un bilan récent de cette question, voir Chase F. Robinson, ‘Abd al-Malik, Oxford, 2005, p. 113-121.

13  Voir notamment les publications récentes de Federico Morelli, Corpus Papyrorum Raineri XXII, Griechische Texte XV, Documenti greci per la fiscalità e la amministrazione dell’Egitto arabo, Vienne, 2001.

14A. Grohmann, « New Discoveries in Arabic papyri. An Arabic Tax-account Book », Bulletin de l’Institut d’Égypte, XXXII, 1951, p. 159-170.

15  On trouvera des bibliographies très complètes dans les ouvrages récents de Gladys Frantz-Murphy, Arabic agricultural leases and tax receipts from Egypt: 148-427 A.H./765-1035 A.D., Vienne, De Gruyter (« Corpus Papyrorum Raineri », XXI), 2001 ; Werner Diem, Arabische Steuerquittungen des 8. bis 11. Jahrhunderts aus der Heidelberger Papyrussammlung und anderen Sammlungen, Wiesbaden, 2008 ; Petra Sijpesteijn, Shaping a Muslim State: The World of a Mid-Eighth Century Egyptian Official, Oxford, Oxford University Press, 2013.

16Constantin Leyerer, « Die Verrechnung und Verwaltung von Steuern im Islamischen Ägypten: Vorbericht nach den Papyri PER inv. Ar. Pap. 5999 und P. Cair. BÉ inv. no 1400 », Zeitschrift der Deutschen Morgenländischen Gesellschaft, 103, 1953, p. 40-69, ici p. 51.

17Geoffrey Khan, Arabic Documents from Early Islamic Khurasan, Londres, The Nour Foundation, 2007 ; idem, « Remarks on the Historical Background and Development of Early Arabic Documentary Formulae », dans Documentary Letters from the Middle East: The Evidence in Greek, Coptic, South Arabian, Pehlevi, and Arabic (1st-15th c. CE), E. Grob et A. Kaplony (éd.), numéro spécial d’Asiatische Studien/Études asiatiques, LXII/3, 2008, p. 885-906.

18  La seule synthèse sur cette question reste à ce jour l’article « Daftar » de B. Lewis, EI², vol. II, p. 78-83.

19  Voir par exemple le récit d’al-Jahshiyârî (mort en 942), Kitâb al-wuzarâ’ wa-l-kuttâb (« Livre des vizirs et des secrétaires »), M. al- Saqqâ’(éd.), Le Caire, 1938, p. 89, cité dans « Daftar », art. cité.

20Synthèse commode dans Jonathan M. Bloom, Paper Before Print. The History and Impact of Paper in the Islamic World, New Haven et Londres, Yale University Press, 2001, p. 46-88. Pour des exemples de comptes fiscaux sur rouleaux de papyrus des ixe et xe siècles, voir Albert Dietrich, Arabische Papyri aus dem Hamburger Staats- und Universitätsbibliothek, Leipzig, Brockhaus, 1937, p. 81 et suiv.

21  Ishâq b. Ibrâhîm b. Wahb, al-Burhân fî wujûh al-bayân, A. Matlûb et Kh. Hadîthî (éd.), Bagdad, 1967, p. 354, cité par H. L. Heck, The construction of knowledge in the Islamic Civilization. Qudma b. Ja’far and his Kitāb al-kharāj wa-inā‘at al-kitāba, Leyde-Boston-Cologne, Brill, 2002, p. 82-83.

22  Cf. Claude Cahen, « Quelques problèmes économiques et fiscaux de l’Iraq būyide », Annales de l’Institut d’études orientales, Alger, 1952, p. 326-353 (repris dans Les peuples musulmans dans l’histoire, Damas, Institut français de Damas, 1977, p. 367-404).

23  Ibrahim al-Muleihi, « Le Qirmeh d’Égypte », Bulletin de l’Institut d’Égypte, XXIX, 1946-1947.

24Cf. W. Hinz, « Das Rechnungswesen… », art. cité ; et L. Fekete, Die Siyaqat-Schrift in der türkischen Finanzverwaltung, Budapest, 1955.

25Claude Cahen et Robert B. Serjeant, « A Fiscal Survey of the Medieval Yemen Notes Preparatory to a Critical Edition of the Mulakhkhas al-fitan of al-Hasan b. ‘Alī al-Šarīf al-Husaynī », Arabica, 4/1, 1957, p. 30-32.

26Al-Khwârizmî, Kitâb mafâtih al-’ulûm, G. Van Vloten (éd.), Leyde, 1895, p. 54-58, traduit en anglais par C. Edmund Bosworth, « Abū ’Abdallāh al-Khwārazmī on the Technical Terms of the Secretary’s Art. A Contribution to the Administrative History of Mediaeval Islam », Journal of the Economic and Social History of the Orient, 12, 1969, p. 120-129.

27  Cl. Cahen et H. Inalcik, « Kānūn », EI², vol. III, p. 557-562.

28Cf. Jeremy Johns, Arabic Administration in Norman Sicily. The Royal Diwan, Cambridge, Cambridge University Press, 2002, p. 170-192 ; à compléter désormais par Annliese Nef, Conquérir et gouverner la Sicile islamique aux xie et xiie siècles, Rome, École Française de Rome, 2011, p. 251-267.

29  Voir Ibn Mammatî, Kitâb qawânîn al-dawâwîn, A. S. Atiya (éd.), Le Caire, 1943, p. 305 ; et plus largement l’étude classique de Claude Cahen, « Contribution à l’étude des impôts dans l’Égypte médiévale », Journal of the Economic and Social History of the Orient, V/3, 1962, p. 244-278 (texte repris dans idem, Makhzmiyyt. Études sur l’histoire économique et financière de l’Égypte médiévale, Leyde, 1977).

30  Cf. Nicolas Michel, « Les Circassiens avaient brûlé les registres », dans Conquête ottomane de l’Égypte (1517). Arrière-plan, impact, échos, N. Michel et B. Lellouch (dir.), Leyde-Boston-Cologne, Brill, 2012, p. 225-268.

31Cf. W. Hinz, « Das Rechnungswesen… », art. cité, p. 134-137 ; M. Minovi et V. Minorsky, « Naşīr al-Dīn ūsī on Finance », Bulletin of the School of Oriental and African Studies, X, 1940, p. 761.

32C.E. Bosworth, « Abû ‘Abdallāh… », art. cité, p. 121-122 ; W. Hinz, « Das Rechnungswesen… », art. cité, p. 114-119 ;

33C.E. Bosworth, « Abû ‘Abdallāh… », art. cité, p. 127-130 ; Cl. Cahen, « Contribution… », art. cité, p. 251.

34Miskawayh, Tajârib al-umam, H. F. Amedroz (éd.), Oxford, 1920, vol. I, p. 151-152.

35  Cf. Cl. Cahen, « Bayt al-māl », EI², op. cit., vol. I, p. 1176-1181.

36  Al-Jahshiyârî, Kitâb al-wuzarâ’…, op. cit., p. 281-288 ; Ibn Khaldûn, Le livre des exemples, A. Cheddadi (trad.), Paris, Gallimard (« Bibliothèque de la Pléiade »), 2002, vol. 1, p. 451-454. Voir également le commentaire donné par Franz Rosenthal dans sa traduction anglaise : The Muqaddimah, vol. I, p. 361 et n. 120. Pour une étude de cette liste, la présentation d’Alfred von Kremer, Culturgeschischte des Orients unter den Chalifen, Vienne, 1875, vol. I, p. 263-280, reste utile.

37  André Miquel, La géographie humaine du monde musulman jusqu’au milieu du xie siècle, Paris, EPHE/Mouton, 1967, vol. 1, p. 96, 102-103 ; P.L. Heck, The construction of knowledge…, op. cit., p. 113.

38Alfred von Kremer, « Über das Einnahmebudget des Abbasiden-Reiches vom Jahre 306 H. /918-919 », Denkschrift der philosophisch-historischen Klasse der Wiener Akademie der Wissenschaft, XXXVI, 1888, p. 283-362.

39Berlin, Museum of Islamic Art, inv. I.7750.1. Publication du fac-similé dans Ernest Herzfeld, Die Ausgrabungen von Samarra. VI. Geschichte der Stadt Samarra, Hambourg, 1948, p. 209 (fig. XXV) et 271 (description). Lectures et analyses : Adolf Grohmann, recension du livre de Herzfeld parue dans The Islamic Quarterly, 1, 1954, p. 127-130 ; Lucian Reinfandt, « Administrative Papyri from the Abbasid Court in Samarra (AD 836-892): A First Report », dans Actes du xxvie congrès en papyrologie. Genève 16-21 août 2010, Paul Schubert (coord.), Genève, Droz, 2012, p. 639-645.

40  Walther Björkmann, Beiträge zur Geschichte des Staatskanzlei im Islamischen Ägypten, Hambourg, 1928, 217 p. ; Maurice Gaudefroy-Demombynes, La Syrie à l’époque des Mamelouks d’après les auteurs arabes : description géographique, économique et administrative précédée d’une introduction sur l’organisation gouvernementale, Paris, Geuthner, 1923, 288 p.

41Cl. Cahen, Makhzumiyyt…, op. cit.

42W. Hinz, « Das Rechnungswesen… », art. cité.

43  Pour une première présentation d’ensemble de ces volumes, voir Éric Vallet, L’Arabie marchande. État et commerce sous les sultans raslides du Yémen (626-858/1229-1454), Paris, Publications de la Sorbonne (« Bibliothèque historique des pays d’Islam », 1), 2010, p. 69-83.

44Nûr al-ma‘ârif fî nuzum wa-qawânîn wa-a‘râf al-Yaman fî al-‘ahd al-muzaffarî al-wârîf, M. Jâzim (éd.), Sanaa, CEFAS, 2003-2005, 2 vol. ; la présentation donnée dans l’introduction du volume est maintenant à compléter par Éric Vallet, « Décrire et analyser les archives rasûlides : le cas de Nûr al-ma‘ârif », Chroniques yéménites, 2007 (publication en ligne), où il est démontré que le manuscrit actuel est composé d’au moins deux registres ayant eu au départ une existence indépendante.

45  Anonyme, Irtifâ‘al-dawla al-mu’ayyadiyya/Livre des revenus du sultan al-Mu’ayyad Dâwûd, Sanaa, CEFAS-DAI, 2008.

46The Manuscript of al-Malik al-Afdal. A Medieval Arabic Anthology from the Yemen, G.R. Smith et D.M. Varisco (éd.), Londres, E.J.W. Gibb Memorial Trust, 1998.

47Al-Hasan b. ‘Alî al-Husaynî, Mulakhkhas al-fitan wa-l-albâb wa-misbâh al-hudâ li-l-kuttâb, Milan, Biblioteca Ambrosiana, H 130 ; traduction anglaise par R.B. Serjeant et G.R. Smith, A Medieval Administrative and Fiscal Treatise from the Yemen. The Rasulid Mulakhkhas al-fitan of al-Hasan b. ‘Alî al-Husaynî, Oxford, Oxford University Press, 2007 ; à compléter par É. Vallet, L’Arabie marchande…, op. cit., p. 80-83.

48The manuscript of al-Malik al-Afdal…, G.R. Smith et D.M. Varisco (éd.), op. cit., p. 146.

49  É. Vallet, L’Arabie marchande…, op. cit., p. 91.

50The manuscript of al-Malik al-Afdal…, G.R. Smith et D.M. Varisco (éd.), op. cit., p. 148.

51  Par exemple, Irtifâ‘…, op. cit., p. 64.

52  Par exemple, Ibid., p. 32-33 (une série de noms de hauts dignitaires exemptés de taxes sont barrés avec l’inscription butila, « a été supprimé »).

53  Sur ce point, voir les analyses développées dans É. Vallet, L’Arabie marchande…, op. cit., p. 89-94, et idem, « Des “sultans-secrétaires” ? Pratique de l’archive et savoirs encyclopédiques dans l’État rasūlide, viie-ixe/xiiie-xve siècle », Annales islamologiques, 46, 2012, p. 229-254.

54The manuscript of al-Malik al-Afdal…, G.R. Smith et D.M. Varisco (éd.), op. cit., p. 274.

Auteur

Éric Vallet est maître de conférences en histoire médiévale à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, membre de l’UMR 8167 (Orient et Méditerranée/Islam médiéval) et membre junior de l’Institut universitaire de France. Il est notamment l’auteur de : L’Arabie marchande. État et commerce sous les sultans rasûlides du Yémen (626-858/1229-1454), Paris, Publications de la Sorbonne, 2010 ; « Des “sultans-secrétaires” ? Pratique de l’archive et savoirs encyclopédiques dans l’État rasûlide (viie-ixe/xiiie-xve siècles) », Annales islamologiques, 46, 2012, p. 229-254.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par