Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Classer, dire, compter

 | 
Olivier Mattéoni
, 
Patrice Beck

Regards extérieurs et d’aujourd’hui

Pratiques comptables dans le palais de Mari au Proche-Orient ancien (début du iie millénaire av. J.-C.)

Grégory Chambon et Ilya Arkhipov

Texte intégral

Introduction1

  • 1 Nous remercions les organisateurs pour nous avoir offert la possibilité de présenter une communicat (...)
  • 2  Pour un résumé quantitatif du corpus cunéiforme, voir Michael P. Streck, « Großes Fach Altoriental (...)

1On considère traditionnellement que la comptabilité est née au Proche-Orient ancien à la fin du IVmillénaire, avec les premiers textes écrits en « proto-cunéiforme », le premier stade d’une écriture résultant de l’agencement de signes en forme de coins, imprimés sur des tablettes d’argile par un calame en roseau. L’archéologie proche-orientale a ainsi mis au jour des dizaines de milliers de tablettes à caractère comptable, constituant parfois de véritables archives et datant de différentes périodes sur une échelle chronologique d’environ 3 000 ans2. Pourtant, les études en assyriologie portant sur les pratiques et les normes comptables sont beaucoup moins étendues et problématisées que celles entreprises depuis de nombreuses années par d’autres historiens, comme par exemple les médiévistes.

2Ce paradoxe s’explique en grande partie par le fait que les pratiques comptables ne sont souvent pas considérées comme un objet d’étude en soi, mais comme un élément parmi d’autres intégrés à des recherches plus vastes dans les domaines spécialisés que sont l’histoire économique, la reconstitution archivistique ou bien l’histoire de l’écriture. Le manque d’études spécialisées sur le sujet est également dû aux recherches sur la diplomatique des documents, restées jusqu’à seulement récemment très – trop – marginales en assyriologie ; il n’existe par exemple aucune véritable étude diachronique sur la typologie des documents.

  • 3  Une des rares exceptions est l’étude de M. Van de Mieroop, qui propose une approche fonctionnelle (...)

3De façon générale, la question la plus souvent abordée dans les études touchant à la comptabilité au Proche-Orient ancien est celle du « comment » : comment une comptabilité était-elle tenue ? Comment les documents comptables étaient-ils produits ? Les travaux entrepris sur ce sujet sont donc avant tout descriptifs, explorant les techniques comptables à partir du contenu des textes plutôt qu’à partir des contextes et même des espaces archivistiques3.

4En réintégrant les procédures comptables au cœur de la relation complexe entre le « classer », le « compter », le « calculer », l’« enregistrer », le « légitimer » au sein d’une communauté (administration, institution, ligue de marchands, etc.), dans un espace – ou plusieurs espaces – précis, nous souhaitons argumenter que la question du « comment » est étroitement liée à la question du « pourquoi », qui revêt trois aspects principaux.

  • 4  Les assyriologues ont commencé à s’intéresser aux archives cunéiformes en tant que telles seulemen (...)
  • 5Voir l’étude de Piotr Steinkeller, « The function of written documentation in the Administrative P (...)
  • 6  Voir à ce propos D. Charpin, « Une pratique administrative inconnue », Mari. Annales de recherches (...)

5Le premier concerne les pratiques archivistiques4. Il n’existait pas en Mésopotamie de véritables « archives d’État » et à caractère public, et donc les catégories archivistiques qui sont les nôtres ne s’appliquent pas automatiquement à la documentation cunéiforme. Dès lors, pourquoi les Anciens ont-ils décidé de conserver des documents comptables ? Cette question, lorsqu’elle est abordée sans anachronisme, est particulièrement complexe5. On sait par exemple que, malgré le fait que les reçus de denrées ne servaient plus à rien après la rédaction de récapitulatifs sur plusieurs jours ou plusieurs mois, ils étaient encore conservés par la personne à laquelle les denrées avaient été remises, et constituaient une preuve de réception en cas de contestation6. Les tablettes enregistrant les dettes étaient, au contraire, détruites lors de la remise de dettes, qui donnait lieu à l’établissement d’un nouveau document.

  • 7  Cet aspect a été en particulier discuté dans le cadre du colloque Classer, dire, compter. Discipli (...)
  • 8  Nous renvoyons pour cette discussion à Grégory Chambon, « L’historien face aux données chiffrées e (...)

6Le deuxième aspect touche le problème particulier de la fiabilité des documents. Pourquoi existe-t-il de fréquents écarts entre les données chiffrées des récapitulatifs et celles des actes ponctuels ? Une première réaction, qui repose sur notre façon moderne de concevoir le degré de « fiabilité » du document comptable, consisterait à interpréter ces écarts comme de banales erreurs de scribe. La vision d’un « bon comptable » n’est néanmoins pas la même pour l’usager, qui se réfère à un idéal d’impartialité et d’objectivité dans l’enregistrement des données quantitatives et l’établissement de calculs, que pour l’institution en charge de la tenue des comptes, qui appréciera plus les facultés d’adaptation du fonctionnaire aux attentes et aux résultats escomptés (apurement de comptes, balances commerciales, évaluation de taxes…)7. Dès lors, l’étude précise des chiffres et des erreurs relevées sur les documents nécessite au préalable leur contextualisation et leur historicisation8.

7Le troisième aspect, enfin, renvoie de façon plus générale aux motivations mêmes des Anciens concernant la tenue des comptes. Pourquoi les anciens administrateurs tenaient-ils – ou devaient-ils – rendre des comptes ? Existait-il réellement des contrôles de ces comptes ? Plusieurs chercheurs ont en effet soupçonné, à partir de l’étude de certains corpus, les scribes d’avoir effectué des calculs a posteriori dans les récapitulatifs, probablement parce qu’ils ne retrouvaient pas les actes ponctuels originaux, ou bien par facilité, lorsque, par exemple, les effectifs de personnel recevant des rations au Palais demeuraient inchangés d’un mois à l’autre. De façon plus générale, se pose la nature des données chiffrées elles-mêmes : s’agit-il de l’enregistrement de résultats effectifs ou de données programmatiques ? Doivent-elles être considérées comme étant de la même importance que les modalités de la transaction, décrites également souvent dans les comptes ?

8Après un bref point historiographique sur les études en assyriologie qui se sont intéressées à la tenue de comptabilités, nous souhaitons indiquer de nouvelles pistes de recherches et de problématiques, dans lesquelles nous inscrivons notre projet. Dans une dernière partie, nous présentons ce projet à partir d’un cas d’étude, celui des archives de la cité de Mari sur le moyen Euphrate datant des xixe et xviiie siècles av. J.-C.

I. Études sur la comptabilité au Proche-Orient ancien

A. Origine de l’écriture et de la comptabilité

  • 9Voir la synthèse de Hans J. Nissen, Peter Damerow et Robert K. Englund, Archaic Bookkeeping: Writi (...)

9Écriture cunéiforme et comptabilité ont entretenu pendant près de trois millénaires des liens très étroits, et cela dès l’apparition des premiers documents écrits, à la fin du IVe millénaire av. J.-C. dans le Sud mésopotamien. L’opinion la plus répandue dans la recherche considère que l’invention de cette écriture résulte avant tout de la nécessité de fixer des données quantitatives afin de répondre à des besoins comptables de plus en plus complexes9 ; une nouvelle gestion des biens et des stocks a dû en effet accompagner l’augmentation rapide de la population et l’essor de vastes centres urbains à la fin du IVe millénaire.

  • 10  L’auteur a écrit de nombreux articles sur le sujet. Nous citons ici les deux principaux ouvrages d (...)
  • 11Voir par exemple les recensions de R. K. Englund, Science, 260, 1993, p. 1670-1671 ; Joran Friberg (...)
  • 12  Voir en particulier H. J. Nissen, P. Damerow et R. K. Englund, Archaic Bookkeeping…, op. cit.
  • 13Voir le résumé de R. K. Englund, « Accounting in protocuneiform », dans Oxford Handbook of Cuneifo (...)
  • 14  Un exemple illustre bien les difficultés d’interprétation des documents. Il s’agit de la tablette (...)

10Certains chercheurs vont même plus loin et considèrent, comme Denise Schmandt-Besserat10, que l’écriture serait le résultat en deux dimensions d’une tradition comptable vieille de plusieurs siècles et fondée sur l’usage de petits jetons/calculi d’argile en trois dimensions. Même si cette thèse a été par la suite beaucoup discutée, voire contestée11 – bien qu’on la retrouve dans les manuels scolaires actuels –, les spécialistes des plus anciens textes écrits s’accordent pour dire que plusieurs idéogrammes archaïques et en particulier ceux constituant les premiers systèmes de mesures identifiés dérivaient certainement de groupes de jetons « pré-littéraires » organisés par unités de mesure avec des relations arithmétiques entre elles (par exemple, un jeton d’une forme donnée « valant » trois jetons d’une autre forme)12. L’identification de ces nombreux systèmes ainsi que l’analyse sémantique minutieuse de plusieurs centaines de tablettes dites « archaïques » ont permis l’établissement d’une typologie de ces premiers documents13. L’interprétation du contenu, et en particulier la signification exacte des premiers signes écrits, étant encore peu assuré, l’étude des procédures comptables repose avant tout sur l’identification de signes répétitifs, probablement les indicateurs d’une terminologie administrative, et la mise en série de textes sur lesquels apparaissent ces mêmes idéogrammes14.

  • 15  Nous disposons par exemple de deux versions d’un même document, un contrat de pacage entre un berg (...)

11La question centrale demeure en fait celle du passage à l’écrit : pourquoi être passé de la manipulation de ces objets en trois dimensions symbolisant les denrées (les calculi), flexible et traduisant, d’une certaine manière, la transaction, à l’inscription de signes figés sur la tablette d’argile, dont la plupart seraient censés représenter ces calculi ? L’écriture, à ses origines, servait-elle à garder la trace d’une dépense ou bien avait-elle un effet de prestige ? Les spécialistes expliquent généralement son invention par un changement de paradigme dans les activités de gestion et de comptabilité à la fin du IVe millénaire et insistent particulièrement sur le « gain » obtenu par l’usage de l’écrit, qui fixe les informations transmises autrefois oralement et élargit le champ des possibles grâce à l’introduction d’une syntaxe et d’une exploitation variée du support écrit (lignes, cases, etc.). La réalité de la documentation invite néanmoins à nuancer cette vision – très moderne – d’un développement linéaire et progressivement hégémonique de l’écriture et à relativiser son impact dans les structures socio-économiques et politiques des civilisations antiques15.

B. Quelques éléments historiographiques

  • 16  Nous pouvons néanmoins citer plusieurs contributions importantes, comme celles réunies par M. Huds (...)
  • 17  Aucune véritable synthèse sur la comptabilité n’est disponible pour les périodes dynastique archaï (...)

12Nous avons déjà indiqué qu’il n’existe aucune synthèse diachronique sur la comptabilité mésopotamienne16. La période du IIIe millénaire a offert un très grand nombre de sources pour l’étude de la comptabilité et de la tenue de « livres de comptes » ; plusieurs milliers de textes administratifs datant du xxive siècle ont par exemple été trouvés dans la ville antique d’Ebla dans l’Ouest syrien et environ 90 000 textes datant de la IIIe dynastie d’Ur à la fin du IIIe millénaire proviennent de plusieurs sites du Sud mésopotamien17.

  • 18  Pour la période paléobabylonienne, il n’existe que des synthèses obsolètes et/ou concernant des ar (...)

13Pour les périodes suivantes, le IIe et le Ier millénaires, où la quantité de documents d’archives trouvés est moindre, on est frappé par la grande diversité des formats et des genres. Ne possédant souvent pas les informations sur le contexte de fouilles de ces documents, ni même parfois sur leur provenance (fouilles illicites), les philologues ont retenu des critères de classification simples, fondés essentiellement sur les indications terminologiques données par les scribes eux-mêmes dans les textes18.

C. Documents « administratifs » ou documents « juridiques » ?

14Dès la plus haute époque, deux grandes catégories pour les textes d’archives (compte non tenu des lettres) ont été définies par les assyriologues : les textes « administratifs » et les textes « juridiques », les premiers enregistrant des transactions dans une même institution (household) et les seconds entre plusieurs unités économiques, allant des simples familles de particuliers aux grands organismes.

  • 19  Cf. déjà K. Veenhof, « Cuneiform Archives. An Introduction », dans Cuneiform Archives and Librarie (...)

15On a ainsi eu tendance à rechercher la documentation administrative dans les grandes institutions, comme les temples ou les palais et les textes juridiques chez les particuliers, bien que les deux types de documents se retrouvent dans les deux groupes d’archives19.

  • 20  Cf. D. Charpin, « Archivage et classification : un récapitulatif de créances à Mari sous Zimrî-Lîm (...)

16Cette distinction a néanmoins ses limites ; un document comptable offre la possibilité d’un contrôle de la gestion de biens, et donc, dans un certain sens, n’est pas moins juridique qu’un texte dit « juridique », tandis que des documents relevant du droit, tels que les créances, ont été utilisés dans la gestion économique d’une maison20.

17Il est donc difficile d’établir une typologie et d’interpréter une terminologie particulière sans être proche des préoccupations des anciens et de comprendre le rôle exact des pratiques comptables dans le système économique, à un niveau micro (dans un palais) ou macro (dans des échanges interrégionaux).

D. Les archives de la ville de Mari sur le moyen Euphrate

  • 21  Les documents comptables de Mari ont surtout été publiés dans les séries Archives royales de Mari (...)

18Un formidable corpus peut nous permettre d’enrichir les réflexions dans le domaine de la comptabilité ; des milliers de textes comptables (dont environ 6 000 ont été pour l’instant publiés), datant des xixe et xviiie siècles (dans la période dite « paléobabylonienne ») et retrouvés dans le Palais de Mari sur le moyen Euphrate21.

  • 22  D. Charpin, « L’historien face aux archives paléo-babyloniennes », dans Too much data? Generalizat (...)

19On a affaire ici non pas à des archives « publiques » ou à des archives « d’État » mais à des archives du roi. Elles peuvent être en particulier divisées en archives « vivantes » et archives « mortes », selon que les textes ont été accumulés jusqu’au dernier moment ou bien que les Anciens les ont mis au rebut22 ; ils faisaient le tri et se débarrassaient ainsi des documents qui avaient une valeur temporaire, comme les mémorandums, les petits textes de comptabilité, etc., dont beaucoup ont été réemployés comme matériaux de construction. Une analyse précise de cette documentation du point de vue de la diplomatique et de la reconstruction des lots d’archives a donné lieu au projet COMPTABAB, dont nous présentons un cas d’étude dans ce qui suit.

II. Le cas des archives du palais de Mari : pratiques comptables in situ

A. Premières remarques et questionnements

  • 23  J.-M. Durand, « L’organisation de l’espace dans le Palais de Mari », dans Le Système palatial en O (...)

20Plusieurs lots d’archives de Mari, regroupés selon le type de denrées dont on assurait la comptabilité, ont déjà été publiés ; il s’agit par exemple de la distribution des rations d’huile, des dépenses d’ovins, de la gestion du métal et de la consommation de vin dans le Palais, dont la comptabilité semble avoir dépendu de « bureaux » différents dans le Palais, même si la notion de bureau doit être réinterprétée pour ces périodes antiques23. Plusieurs observations ont pu être faites à partir de ces lots et ont suscité de premiers questionnements concernant les techniques comptables.

21Premièrement, on distinguait traditionnellement les « billets de réception », s’il y figurait le mot clé akkadien namhartum (sumérien šu-ti-a), « réception », des « billets de dépense », si le terme şītum (sumérien zi-ga), « dépense », apparaissait. Théoriquement, ce double enregistrement aurait permis le contrôle de la circulation des biens. En réalité, il n’existe pas à Mari de formule universelle pour enregistrer la « réception » ou la « dépense » de biens du point de vue de l’organisme comptable : ainsi, le même mot clé namhartum peut introduire aussi bien le nom du fonctionnaire qui reçoit des biens entrant au Palais de l’extérieur que le nom de l’artisan qui reçoit d’un stock palatial des « consommables » à dépenser dans l’immédiat. Ce qui permet de juger du caractère de l’opération – entrée, sortie ou transaction interne du point de vue du Palais –, c’est le contenu du document plutôt que son formulaire. Afin de reconstituer les flux des denrées à travers le Palais ou la gestion des stocks, on ne peut donc s’appuyer exclusivement sur la terminologie.

  • 24  Pour une argumentation plus détaillée, voir I. Arkhipov, Le vocabulaire de la métallurgie et la no (...)

22D’ailleurs, la raison d’être des documents enregistrant des entrées (du point de vue économique) était de noter le fonctionnaire responsable ou le lieu de stockage des biens reçus par le Palais, à côté de la réception en elle-même. La plupart des textes comptables de Mari correspondent (du point de vue comptable) à des sorties, que ce soit une dépense irréversible ou la transmission à un responsable24.

  • 25  N. Ziegler, Le Harem de Zimrî-Lîm, FM, IV, Paris, 1999, p. 23.

23Ce n’est pas pour autant qu’ils servaient uniquement pour des contrôles a posteriori. Une liste de rations d’huile, par exemple, peut servir de prévision pour la prochaine distribution. Il existe même un exemple de réutilisation d’un texte comptable ; un scribe a effacé la date inscrite sur une liste de rations pour le harem du roi de Mari et l’a remplacée par une date postérieure d’un mois, car les données de la distribution n’avaient pas varié25.

  • 26Jack Sasson, « Accounting discrepancies in the Mari NÌ.GUB [NÍG.DU] texts », dans Zikir šumim. Ass (...)

24Deuxièmement, de fréquentes différences entre les comptes journaliers et les récapitulatifs ont été relevées26. Ce statut de l’erreur, beaucoup étudié par les médiévistes, reste à explorer en assyriologie et une typologie précise manque encore (erreur conventionnelle, erreur de report, résultat correspondant à un calcul particulier à reconstituer, taxe déguisée, etc.). Plusieurs premières hypothèses ont été néanmoins proposées.

  • 27  Voir pour ce problème G. Chambon, « Un nouveau récapitulatif sur la gestion de l’huile à Mari », d (...)

25En écartant la simple erreur de calcul – qui a pu humainement se produire, mais pas systématiquement –, on a évoqué le fait que le scribe n’avait pas toujours sous les yeux tous les documents de dépense dont il devait rédiger le récapitulatif. Mais la nécessité de rendre des comptes l’a poussé à s’appuyer sur des estimations ou des comptes antérieurs. On peut même, dans plusieurs cas, soupçonner le scribe d’avoir effectué des calculs a posteriori, en obtenant des totaux pour plusieurs mois par simple multiplication du premier total par le nombre de mois, sans contrôle des réelles dépenses mensuelles27.

26Troisièmement, les scribes semblent souvent porter plus d’intérêt aux « modalités de l’action » qu’aux données chiffrées exactes. Ils relèvent par exemple avec un soin minutieux les circonstances d’une dépense d’huile (pour des invités de marque au Palais, pour l’onction du roi, pour faire fonctionner des lampes à l’huile, etc.), alors que les récapitulatifs, au lieu de lisser et réduire ce genre d’information pour privilégier le calcul des quantités, ajoutent parfois des détails qui n’apparaissent pas dans les comptes journaliers.

  • 28  D. Charpin « Une pratique administrative méconnue », MARI, 3, 1984, p. 258-259.

27Enfin, ces documents sont classés en petits billets journaliers et en récapitulatifs sur un ou plusieurs mois, à partir de leur format, et surtout de la terminologie employée. Les premiers, contrairement aux seconds, portent souvent des empreintes du sceau des personnes engagées dans la transaction. Parfois, des duplicatas de documents ont été rédigés. La pratique de la cancellation existait également ; on marquait ainsi les tablettes avec de l’ocre rouge28.

28On voit à travers ces premières observations que les comptables de Mari avaient des préoccupations propres à travers la tenue de leurs comptes, et, encore une fois, la question du pourquoi est indissociable de la question du comment. Pourquoi les scribes réalisaient-ils parfois des duplicatas ? Pourquoi certains documents comptables portent des empreintes de sceaux et d’autres non ?

29Il nous semble important de chercher à répondre à ces questions en considérant simultanément tous les aspects de cette comptabilité : la diplomatique des documents, la terminologie des formulaires et également le contexte archéologique de ces documents, qui fait l’objet de la partie suivante.

B. Contexte archéologique

30Les fouilles réalisées à Mari par André Parrot entre 1933 et 1938 ont permis de mettre au jour des tablettes cunéiformes dans plus de 40 pièces du Palais royal. Leur répartition varie beaucoup : certaines pièces ont livré des milliers de textes et d’autres seulement un seul.

31Les épigraphistes ont généralement réparti ces archives pour leur publication selon leur provenance, pièce par pièce. Même si cette méthode semblait à première vue logique, elle est vite apparue problématique : des documents du même type provenaient de différents lieux du Palais, et, réciproquement, les lots constitués de documents trouvés dans un même lieu ne présentaient souvent aucune cohérence interne du point de vue de leur contenu. De plus, des douzaines de joints entre fragments censés provenir de pièces très éloignées ont été réalisées.

  • 29  D. Charpin « La fin des archives dans le palais de Mari », Revue d’assyriologie, 9, 1995, p. 29-40

32On pourrait imputer les raisons de cet apparent désordre aux Babyloniens qui ont envahi Mari au milieu du xviiie siècle et ont ramené quelques documents « sensibles » du point de vue politique à Babylone ; le grand tri réalisé alors aurait conduit au mélange des archives les unes avec les autres29.

  • 30  Jean Margueron, « Quelques remarques concernant les archives retrouvées dans le palais de Mari », (...)

33Mais des études dans les années 1980 ont apporté une tout autre explication30. Durant les fouilles de Parrot, les relevés concernant la provenance des tablettes ont été souvent négligés, se révélant faux ou n’ayant tout simplement pas été enregistrés. Il faut imaginer que pas moins de 13 000 documents ont été trouvés en six campagnes de fouilles et qu’à ce moment Parrot fouillait avec 300 ouvriers et seulement un « chef de chantier » et un architecte… Cette prise de conscience a eu des conséquences sur les publications des textes ; la provenance des tablettes à l’intérieur du Palais, difficile à établir en raison du grand désordre des archives, a été souvent simplement omise.

34Or, la reconstitution du contexte de fouille (pièce de provenance d’un document, environnement, éventuellement artefacts trouvés à proximité) est à nos yeux cruciale pour comprendre la nature exacte des pratiques comptables dans le Palais de Mari. Nous nous fixons comme objectif méthodologique de comparer systématiquement le contenu des textes (c’est-à-dire le formulaire, la date éventuelle du texte, l’objet de la transaction) avec leur lieu de provenance (d’après les données de fouilles), afin d’émettre d’éventuelles hypothèses correctives sur ce dernier et de rapprocher ainsi des groupes de textes en apparence éloignés les uns des autres dans le Palais (que cet éloignement soit dû aux Babyloniens ou aux archéologues) et reconstituer ainsi des archives. Par exemple, il ne fait aucun doute que les billets de dépense d’huile, tous très semblables et standardisés et provenant de la pièce n° 79, appartenaient à la même archive. Dès lors, on peut supposer que tout autre texte répondant exactement aux mêmes critères externes et internes mais enregistré comme provenant d’une autre pièce a également appartenu à cette archive.

C. Les archives du grain dans le Palais

  • 31  L’édition de ces archives dans un Florilegium Marianum est en préparation par G. Chambon.

35Un autre de nos objectifs est de nous concentrer particulièrement sur un lot de documents comptables faisant tous référence à un administrateur de Mari du nom d’Ilu-kân31. Environ 200 de ces documents ont déjà été publiés ici et là dans diverses éditions sans être considérés comme définissant une véritable archive, et 71 sont encore inédits. Les éditeurs ont alors remarqué que ce personnage réceptionnait des denrées alimentaires pour le Palais, dont en particulier des quantités de grains, et qu’il avait exercé seul sa fonction pendant presque tout le règne du roi Zimrî-Lîm (environ 13 ans au xviiie siècle av. J.-C.), ce qui est une exception.

36La majorité des textes enregistrant des réceptions ou des dépenses de denrées par Ilu-kân proviennent de la salle 5. Cette petite pièce était située dans la zone des cuisines du bâtiment où demeurait en particulier le roi, à l’ouest de la grande cour du Palmier, qui était, entre autres, le lieu des banquets et des festivités.

37L’étude de cette archive apparaît particulièrement prometteuse du point de vue de la compréhension des pratiques comptables, pour trois raisons :

  1. Elle concerne les activités d’un individu (en interaction avec d’autres) à l’intérieur de l’économie palatiale et du système comptable associé. Nous aimerions en particulier savoir pourquoi il était si irremplaçable : parce qu’il était efficace ? Parce que son statut était élevé ? Ou/et parce qu’il contrôlait et dirigeait une partie important des procédures comptables ?

  2. Ces documents enregistrent un seul type d’opération : la réception de grain (orge, blé) par Ilu-kân, ce qui offre la possibilité d’étudier comment les comptes concernant les denrées entrant dans le Palais étaient tenus.

  3. Du point de vue diplomatique, le contenu des textes, leur format et leur structure varie beaucoup. La majorité correspond à des petits billets de réception (en forme de savonnette). De grandes tablettes de forme rectangulaire contiennent les totaux de ces reçus sur une période donnée, allant d’un à 12 mois. La taille de ces récapitulatifs dépend alors plus de la présence de détails sur les opérations effectuées et leur contexte (modalités de l’action) que sur la période couverte. Il nous apparaît que deux comptabilités étaient probablement tenues et croisées. Il peut exister par exemple deux récapitulatifs couvrant la même période mais ne se recoupant pas, c’est-à-dire que les scribes ne se sont pas appuyés sur les mêmes reçus pour leur rédaction. Or, il est particulièrement étonnant que, du point de vue du contenu comme du format, le type des reçus utilisés pour l’un soit identique au type des reçus utilisés pour l’autre. Les dates enregistrées sur les reçus ayant servi à la rédaction de l’un ou l’autre des récapitulatifs se succèdent parfois. Pourquoi les scribes n’ont-ils donc pas rassemblé la totalité des reçus pour écrire un unique grand récapitulatif ? Pourquoi certaines informations inscrites sur les billets de réception ne sont-elles pas reprises systématiquement sur les récapitulatifs et vice-versa ?

Conclusion

38Notre approche méthodologique, qui somme toute peut paraître banale pour un médiéviste, n’a pour l’instant pas été suivie pleinement en assyriologie ; elle consiste à croiser les informations issues de l’étude diplomatique des documents, de l’étude philologique des textes et de la reconstitution des archives, sur un cas d’étude (le Palais de Mari) circonscrit à une période précise (13 ans) et s’appuyant sur un corpus riche en documents et diversifié.

  • 32  D’après les remarques de Jean-Marie Durand dans « Du texte à l’histoire » (discours prononcé devan (...)

39Nos premières observations et analyses tendent alors à nous faire suivre l’hypothèse récente de Jean-Marie Durand, le responsable des épigraphistes de Mari, qui considère beaucoup de textes dits « administratifs » comme étant en fait d’inspiration juridique et comme des « accords » passés entre l’autorité administrative et l’acteur économique, non comme l’enregistrement brut de données à partir duquel on pourrait naïvement penser être en mesure de décrire simplement une activité économique palatiale32. Le texte et les données chiffrées qui lui sont étroitement associées représentent en réalité une sorte de consensus entre les acteurs d’une opération, qui doit lui-même être soumis à un contrôle d’une autorité.

40Il semblerait que cette comptabilité ne cherche pas réellement à produire de véritable bilan (des réceptions et dépenses) ni de « fiche » prévisionnelle (même si certains documents, comme on l’a vu, peuvent servir de prévision, ou du moins peuvent être utilisés pour en produire de semblables postérieurement). Elle semble produire plutôt des quitus, rédigés par des administrateurs préoccupés par l’obligation de rendre des comptes à l’autorité royale ; la précision des données chiffrées peut alors passer parfois derrière la nécessité de décrire le contexte précis des opérations. Le principal souci du comptable de Mari était le même que celui des documentations du Moyen Âge : il avait comme principal souci de rendre un travail qui lui fasse honneur et qui, surtout, contente l’autorité royale qui demandait des comptes. Était-ce pour autant un « bon comptable » ?

Notes

1 Nous remercions les organisateurs pour nous avoir offert la possibilité de présenter une communication au colloque Classer, dire, compter. Discipline du chiffre et fabrique d’une norme comptable à la fin du Moyen Âge organisé à Paris les 10 et 11 octobre 2012 par les Archives nationales et la Cour des comptes, et ainsi d’initier des discussions entre chercheurs d’aires géographiques, historiques et culturelles différentes, afin de porter un regard extérieur sur la discipline du chiffre et sur la fabrication de normes comptables. Cette présentation a été préparée dans le cadre du projet pics franco-russe COMPTABAB dirigé par Nele Ziegler (directrice de recherche au CNRS, UMR 7192, Paris) et Ilya Arkhipov (chargé de recherche à l’Académie des sciences de Russie, Institut d’histoire mondiale, Moscou), qui s’intéresse aux pratiques comptables du Proche-Orient ancien, au IIe millénaire av. J.-C.

2  Pour un résumé quantitatif du corpus cunéiforme, voir Michael P. Streck, « Großes Fach Altorientalistik. Der Umfang des keilschriftlichen Textkorpus », MDOG, 142, 2010, p. 35-58. Pour une typologie générale des documents cunéiformes, voir Dominique Charpin, Hammu-rabi de Babylone, Paris, Presses universitaires de France, 2003, p. 22-35.

3  Une des rares exceptions est l’étude de M. Van de Mieroop, qui propose une approche fonctionnelle à la compréhension des comptabilités mésopotamiennes mettant en jeu d’autres aspects que l’analyse formelle des contenus des textes (rôle et responsabilité des scribes, flux des denrées…) : Marc Van De Mieroop, « Accounting in Early Mesopotamia », dans Creating Economic Order: Record-Keeping, Standardization and the Development of Accounting in the Ancient Near East, Michael Hudson et Cornelia Wunsch (éd.), Bethesda, 2004, p. 47-64.

4  Les assyriologues ont commencé à s’intéresser aux archives cunéiformes en tant que telles seulement à partir du dernier quart du xxe siècle. Voir en particulier Cuneiform Archives and Libraries. Papers read at the 30e Rencontre Assyriologique Internationale Leiden, 4-8 July 1983, Klaas R. Veenhof (éd.), Leyde, 1986 ; Gli archivi dell’Oriente Antico, Paolo Matthiae (éd.), Archivi e Cultura, 29, 1996 ; Olof Pedersén, Archives and Libraries in the Ancient Near East 1500-300 B.C., Bethesda, 1998 ; D. Charpin, « L’archivage des tablettes dans le Palais de Mari : nouvelles données », dans Veenhof Anniversary Volume, W. H. van Soldt, J. G. Dercksen, N. J. C. Kouwenberg et Th. J. H. Krispijn (éd.), PIHANS, 89, Leyde, 2011, p. 13-30 ; Ancient Archives and Archival Traditions. Concept of Record Keeping in the Ancient Word, Maria Brosius (éd.), Oxford, 2003.

5Voir l’étude de Piotr Steinkeller, « The function of written documentation in the Administrative Praxis of Early Babylonia », dans Creating Economic Order…, op. cit. (n. 3), p. 65-85, qui met en cause le rôle de l’écrit dans la gestion économique au IIIe millénaire.

6  Voir à ce propos D. Charpin, « Une pratique administrative inconnue », Mari. Annales de recherches interdisciplinaires, 3, 1984, p. 258-259.

7  Cet aspect a été en particulier discuté dans le cadre du colloque Classer, dire, compter. Discipline du chiffre et fabrique d’une norme comptable à la fin du Moyen Âge, et ces échanges ont permis d’enrichir notre problématique.

8  Nous renvoyons pour cette discussion à Grégory Chambon, « L’historien face aux données chiffrées et métriques de la documentation cunéiforme : intérêt pour l’histoire sociale et culturelle », dans Les matériaux de l’historien de l’Orient, Actes du colloque tenu au Collège de France, Paris, 29-30 mai 2013, Damien Chaussende et Jean-Marie Durand (éd.), à paraître.

9Voir la synthèse de Hans J. Nissen, Peter Damerow et Robert K. Englund, Archaic Bookkeeping: Writing and Techniques of Economic Administration in the Ancient Near East, Chicago, 1993. Voir également le point de vue de Jean-Jacques Glassner, qui ne réduit pas l’invention de l’écriture au seul besoin comptable : J.-J. Glassner, Écrire à Sumer : l’invention du cunéiforme, Paris, 2000.

10  L’auteur a écrit de nombreux articles sur le sujet. Nous citons ici les deux principaux ouvrages de synthèse : Denise Schmandt-Besserat, Before Writing, 2 vol., University of Texas Press, 1992, et eadem, How Writing Came About, University of Texas Press, 1996.

11Voir par exemple les recensions de R. K. Englund, Science, 260, 1993, p. 1670-1671 ; Joran Friberg, « Preliterate counting and accounting in the Middle East », Orientalistische Literaturzeitung, 89, 1994, col. 477-502 ; J. Oates, Cambridge Archaeological Journal, 3/1, 1993, p. 149-153 ; M. A. Powell, Journal of the American Oriental Society, 114, 1994, p. 96-97 ; Paul Zimansky, Journal of Field Archaeology, 20, 1993, p. 414-517. À propos du passage des calculi en trois dimensions aux signes en deux dimensions, voir les remarques d’Eva Cancik-Kirschbaum, « Der Anfang aller Schreibkunst ist der Keil », dans Die Geburt des Vokalalphabets aus dem Geist der Poesie : Schrift, Zahl und Ton im Medienverbund, Wolgang Ernst et Friedrich Kittler (éd.), Munich, Wilhem Fonk Verlag, 2006, p. 2006.

12  Voir en particulier H. J. Nissen, P. Damerow et R. K. Englund, Archaic Bookkeeping…, op. cit.

13Voir le résumé de R. K. Englund, « Accounting in protocuneiform », dans Oxford Handbook of Cuneiform Culture, K. Radner et E. Robson (éd.), Oxford, Oxford University Press, 2011, p. 36-38.

14  Un exemple illustre bien les difficultés d’interprétation des documents. Il s’agit de la tablette MSVO 4, 66 comportant deux colonnes divisées en plusieurs cases (elles-mêmes subdivisés en deux) et enregistrant différents types de bières et de produits céréaliers, en face des quantités de grain nécessaires pour leur production. Elle peut être interprétée comme un texte de comptes récapitulant la production de divers produits, comme un brouillon réalisé avant l’établissement d’un récapitulatif ou bien comme un texte « scolaire » dans le cadre de la formation des futurs scribes de l’administration. Voir les diverses remarques à ce sujet de R. K. Englund, « Grain Accounting Practices in Archaic Mesopotamia », dans Changing Views on Ancient Near Eastern Mathematics, Jens Høyrup et Peter Damerow (éd.), BBVO, 19, 2001, p. 13-17 ; Frühe Schrift und Techniken der Wirtschaftsverwaltung im alten Vorderen Orient : Informationsspeicherung und –verarbeitung vor 5 000 Jahren, P. Damerow, R. K. Englund et H. J. Nissen (éd.), Berlin, 1990, p. 73-75 ; G. Chambon et E. Cancik-Kirschbaum, « Maßangaben und Zah lvorstellung in archaischen Texten », Altorientalische Forschungen, 33, 2006, p. 192-193.

15  Nous disposons par exemple de deux versions d’un même document, un contrat de pacage entre un berger et un propriétaire de cheptel, datant du milieu du IIe millénaire av. J.-C. ; il s’agit d’une tablette et d’une bulle creuse en argile qui contenait des calculi représentant les ovins. Cette bulle, destinée au berger, était brisée en fin de contrat (inscrit au préalable sur la tablette) afin d’en vérifier le contenu et d’évaluer l’évolution du troupeau (voir J.-J. Glassner, Écrire à Sumer…, op. cit. [n. 9], p. 154-155). On s’aperçoit donc que, outre le fait que le système des calculi était encore utilisé plusieurs siècles après l’invention de l’écriture, il vaut mieux, au lieu de retracer une généalogie des pratiques comptables fondée uniquement sur le développement de l’écrit, considérer plusieurs niveaux de comptabilité dans certaines administrations de Mésopotamie, portant sur les mêmes opérations, et dans lesquels l’écriture ne serait qu’un outil parmi d’autres.

16  Nous pouvons néanmoins citer plusieurs contributions importantes, comme celles réunies par M. Hudson et C. Wunsch, dans Creating Economic Order…, op. cit., et correspondant à des périodes différentes. Lors de deux colloques assyriologiques, certains aspects de la comptabilité ont été traités dans le cadre de l’archivistique mésopotamienne (Cuneiform Archives and Libraries, op. cit. [n. 4], et Ancient archives and archival traditions…, op. cit. [n. 4]).

17  Aucune véritable synthèse sur la comptabilité n’est disponible pour les périodes dynastique archaïque et paléo-akkadienne (xxviiie-xxiie siècle av. J.-C.), y compris les archives d’Ebla. Au contraire, la typologie et l’archivistique des documents comptables, ainsi que l’histoire économique en général de l’époque d’Ur III (la fin du xxiie-xxie siècle av. J.-C.) ont fait l’objet de plusieurs études dont on peut trouver un résumé dans Walter Sallaberger et Aage Westenholz, Mesopotamien: Akkade-Zeit und Ur-III-Zeit, Fribourg, Éditions universitaires de Fribourg (« Orbis Biblicus et Orientalis », 160/3), 1999, spéc. p. 212-214 ; à compléter en particulier par deux articles de P. Steinkeller, qui ont été publiés dans les actes du colloque Creating Economic Order…, op. cit. (n. 4).

18  Pour la période paléobabylonienne, il n’existe que des synthèses obsolètes et/ou concernant des archives particulières (cf. ci-dessous sur Mari). Pour les périodes après 1500 av. J.-C., une reconstitution générale d’archives cunéiformes a été effectuée par O. Pedersén dans Archives and Libraries…, op. cit. (n. 4). La seule synthèse spécialisée sur les archives comptables ne concerne que la période néobabylonienne plus tardive (viie-vie siècles av. J.-C.), voir Michael Jursa, Neo-Babylonian Legal and Administrative Documents. Typology, Contents and Archives, Guides to the Mesopotamian Textual Record (GMTR), 1, Münster, 2005.

19  Cf. déjà K. Veenhof, « Cuneiform Archives. An Introduction », dans Cuneiform Archives and Libraries…, op. cit., p. 10-11 ; P. Steinkeller, « Archival Practices at Babylonia in the Third Millennium », dans Ancient Archives and Archival Traditions…, op. cit., p. 139.

20  Cf. D. Charpin, « Archivage et classification : un récapitulatif de créances à Mari sous Zimrî-Lîm », dans Proceedings of the 51st Rencontre Assyriologique Internationale held at the Oriental Institute of the University of Chicago July 18-22, 2005, Studies in Ancient Oriental Civilization, 62, R.D. Biggs, J. Myers et M.T. Roth (éd.), Chicago, 2008, p. 1-13.

21  Les documents comptables de Mari ont surtout été publiés dans les séries Archives royales de Mari (vol. VII, IX, XI, XII, XVIII, XIX, XXI à XXV, XXX à XXXII) et Florilegium Marianum (vol. III, IV, X à XII).

22  D. Charpin, « L’historien face aux archives paléo-babyloniennes », dans Too much data? Generalizations and model-building in ancient economic history on the basis of large corpora of documentary evidence, AOAT, H.D. Baker, B. Janković et M. Jursa (éd.), Münster (paraîtra en traduction anglaise ; la version française est déjà accessible sur http://www.digitorient.com/?p=190), p. 15.

23  J.-M. Durand, « L’organisation de l’espace dans le Palais de Mari », dans Le Système palatial en Orient, en Grèce et à Rome, Actes du colloque de Strasbourg, 19-22 juin 1985, Edmond Lévy (éd.), Leyde, Brill, 1987, p. 39-110.

24  Pour une argumentation plus détaillée, voir I. Arkhipov, Le vocabulaire de la métallurgie et la nomenclature des objets en métal dans les textes de Mari, MDBP 3, ARM, 32, Leuven-Paris-Dudley, 2012, p. 2-6. Ces observations correspondent à la situation mésopotamienne en général, cf. Van de Mieroop, op. cit.

25  N. Ziegler, Le Harem de Zimrî-Lîm, FM, IV, Paris, 1999, p. 23.

26Jack Sasson, « Accounting discrepancies in the Mari NÌ.GUB [NÍG.DU] texts », dans Zikir šumim. Assyriological Studies Presented to F.R. Kraus on the Occasion of his Seventieth Birthday, G. van Driel et al. (éd.), Leyde, 1982, p. 326-341.

27  Voir pour ce problème G. Chambon, « Un nouveau récapitulatif sur la gestion de l’huile à Mari », dans Fundstellen. Gesammelte Schriften zur Archäologie und Geschichte Altvorderasiens ad honorem Hartmut Kühne, D. Bonatz, R. M. Czichon et F .J. Krepner (éd.), Wiesbaden, 2008, p. 287-288 ; et D. Charpin, « L’historien face aux archives paléo-babyloniennes », art. cité, p. 19.

28  D. Charpin « Une pratique administrative méconnue », MARI, 3, 1984, p. 258-259.

29  D. Charpin « La fin des archives dans le palais de Mari », Revue d’assyriologie, 9, 1995, p. 29-40.

30  Jean Margueron, « Quelques remarques concernant les archives retrouvées dans le palais de Mari », dans Cuneiform Archives and Libraries…, op. cit., p. 141-152.

31  L’édition de ces archives dans un Florilegium Marianum est en préparation par G. Chambon.

32  D’après les remarques de Jean-Marie Durand dans « Du texte à l’histoire » (discours prononcé devant Mario Liverani à la Sapienza en 2010 et en cours de publication).

Auteurs

Grégory Chambon est maître de conférences en histoire des sciences et techniques et en assyriologie à l’université de Bretagne occidentale. Ses recherches portent sur les « rationalités pratiques » des sociétés du Proche-Orient ancien et il s’intéresse en particulier aux pratiques comptables et aux usages des poids et mesures à l’époque paléobabylonienne (2000-1600 av. J.-C.). Dans ce cadre, il a édité 190 documents comptables concernant la gestion du vin dans le palais de Mari et prépare l’édition de 220 textes concernant la comptabilité du grain. Il a entres autres publié : Le vin à Mari, Florilegium Marianum, XI, Paris, 2009 ; « L’historien face aux données chiffrées et métriques de la documentation cunéiforme : intérêt pour l’histoire sociale et culturelle », Actes du colloque Les matériaux de l’historien de l’Orient organisé par le Collège de France, la Société asiatique et le CNRS, 29-30 mai 2012, Journal asiatique, 301/2, Paris, 2013, p. 367-384.

Ilya Arkhipov est chargé de recherche à l’Institut d’histoire mondiale de l’Académie des sciences de Russie (Moscou), spécialiste de l’histoire du Proche-Orient ancien à l’époque paléobabylonienne (2000-1600 av. J.-C.). Il est en particulier l’auteur de l’ouvrage comportant l’édition de 645 documents comptables cunéiformes de Mari (xviiie siècle av. J.-C.). Par ailleurs, il est codirecteur du projet PICS franco-russe Comptabilité babylonienne (COMPTABAB, 2014-2016). Il a notamment publié Matériaux pour le dictionnaire de babylonien de Paris. 3. Le vocabulaire de la métallurgie et la nomenclature des objets en métal, Leuven-Paris-Walpole, Peeters (« Archives royales de Mari », 32), 2012, XII + 538 p.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540