Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Classer, dire, compter

 | 
Olivier Mattéoni
, 
Patrice Beck

Compter et « conter » : ordre, langue et discours des comptes

Les mots de la comptabilité et la naissance d’un savoir d’État (époque moderne)

Marie-Laure Legay

Texte intégral

Introduction

1Nul doute que le champ lexical du mot « compte » s’est considérablement enrichi au bas Moyen Âge, à mesure, pourrait-on dire, que les hommes d’affaires s’enrichissaient eux-mêmes par les voies du capitalisme. Les xive et xve siècles forment aussi l’articulation entre deux époques de l’histoire de l’État, la fin du féodalisme, quelle que fût sa forme, donnant naissance à une organisation dotée de moyens de contrôle inédits sur un territoire donné. Pour être plus concis, nous pouvons affirmer sans grand risque que les mots de la comptabilité sont devenus familiers dans le langage des praticiens du capitalisme et de l’État, les teneurs de livres.

  • 1Anthony G. Hopwood, « The archeology of accounting systems », Accounting, Organizations and Societ (...)
  • 2Robert Henry Parker, « Reckoning, merchant accounts, bookkeeping, accounting in English, 1543-1914 (...)
  • 3Pierre Labardin et Marc Nikitin, « Accounting and the words to tell it: an historical perspective  (...)
  • 4Carl-August Malchus, Handbuch der Finanzwissenschaft und Finanzverwaltung, Stuttgart-Tübingen, J.G (...)

2Mais précisément, quels mots emploient-ils et que nous révèle cet emploi sur la construction du capitalisme et de l’État ? Le mot « comptabilité » lui-même n’appartient pas au langage de l’époque qui nous intéresse. Il est beaucoup plus tardif. Cela s’explique du fait qu’au temps de Luca Pacioli on tient des registres, c’est-à-dire que l’on pratique une technique d’enregistrement des faits comptables (recette, dépense) sans relation avec de quelconques objectifs de politique économique1. Il faut attendre la fin du xviiie siècle et la naissance de la comptabilité nationale pour voir apparaître de telles préoccupations. D’après Robert Henry Parker, le terme de « bookkeeping », qui date de la fin du xviie siècle et qualifie l’action de tenir les comptes, est en usage durant tout le xviiie siècle en Angleterre, et cède la place au terme « accounting » au siècle suivant seulement2. L’étude de Pierre Labardin et Marc Nikitin conclut à une évolution similaire pour la France, où le terme « tenue des comptes » domine la première moitié du xixe siècle. Le mot « comptabilité » existe à cette époque, mais il est encore peu employé, et s’impose dans la deuxième moitié du xixe siècle3. En Allemagne en revanche, le terme « buchhaltung » demeure en usage encore aujourd’hui. Carl August Malchus emploie le mot « comptabilität » par emprunt à l’expression française contenue dans la loi du 14 septembre 1822. Il continue d’employer le terme « buchführung » pour désigner les livres (journal, manuel…) utiles à l’enregistrement des opérations4.

  • 5  Michel Foucault, Les mots et les choses. Une archéologie des sciences humaines, Paris, Gallimard, (...)

3Le « livre seul » donc – sola scriptura ! –, le registre sur lequel on inscrit et on compte, voilà l’objet d’étude privilégié. Encore pourrait-on approfondir les préliminaires étymologiques et rappeler que l’on n’enregistre ni ne compte partout de la même façon. Parker, toujours, a écrit que le tout premier mot pour désigner le compte commercial fut le mot « reckoning » (estimation, estime), et non « account »… On le mesure à l’envi : la démarche fait comprendre la nature complexe de cette discipline, la « comptabilité », qui a à voir avec l’écriture, le calcul, l’examen, mais aussi la loi, la justice, l’ordre… Les mots désignent des activités objectives certes, mais ils renvoient surtout aux choix subjectifs que des groupes sociaux, en relation avec le pouvoir politique ou financier, ont établis et imposés à l’ensemble de la société de leur temps. Les mots de la comptabilité, qui peut être définie comme un système de contrôle, relèvent des observations foucaldiennes sur les conditions d’apparition du discours5.

  • 6  Laurent Perrillat, « Le contrôle des comptes et l’enregistrement à la chambre des comptes du Genev (...)

4Dans cet article, nous nous proposons de comprendre les enjeux comptables de la fin du Moyen Âge et du début de l’époque moderne à partir des mots employés au cours de cette époque dans les administrations publiques. La transition vers l’État moderne s’est traduite en effet par un enrichissement conséquent des fonctions attribuées au compte : dans la perspective médiévale, le compte, rendu par le receveur d’un territoire donné, exprime la reconnaissance de la tutelle souveraine. Comme l’indique Laurent Perrillat, c’est essentiellement un document d’archives et de référence6. La Chambre des comptes examine le document, puis l’archive avec les pièces justificatives comme preuve de la gestion de l’agent. À la fin du Moyen Âge toutefois, le compte change de nature. L’agent le rédige soigneusement avant l’examen, article par article, comme un document de travail provisoire ; ce document est d’abord visité par les auditeurs, puis corrigé, annoté, biffé, raturé au vu des pièces fournies, avant d’être jugé. Un dialogue plus poussé avec les autorités de contrôle s’établit et le compte définitif devient le résultat d’un travail commun.

5Pour explorer ce champ lexical et les enjeux qui le sous-tendent, nous apprécierons d’abord les mots de la prévision budgétaire, puis ceux de l’exécution du budget et du contrôle de l’exécution.

I. Les mots de la prévision budgétaire

  • 7  Kurt Weissen, « Les comptes de la principauté épiscopale de Bâle autour de 1500 », dans La Comptab (...)
  • 8  Pierre de Savonne, Instruction et manière de tenir livres de compte par parties doubles, soit en c (...)

6Quand peut-on parler de prévision budgétaire ? Quand un souverain fait tenir pour un territoire donné un état des recettes et des dépenses, un document unique où les deux termes apparaissent, les dépenses étant assignées sur les recettes pour l’année à venir. On trouve au Moyen Âge de tels états de recettes et de dépenses, mais le plus souvent pour une seule caisse, pas pour tout un royaume. Tenir ensemble recettes et dépenses constitue d’ailleurs déjà en soi une petite révolution. Les chanoines de la cathédrale de Bâle, par exemple, durent imposer au prince évêque le report dans un même livre des recettes et dépenses – principe acquis autour de 1500 d’après Kurt Weissen7 – pour permettre le calcul du solde. Pour les chanoines, comme pour les marchands, il s’avérait difficile de « souder » les comptes. Témoin cet auteur, Pierre de Savonne, qui note en 1567 le temps « prolixe et pénible » que les marchands passent à « courir un débiteur ou créditeur en dix ou douze carnets8 ».

  • 9  Andrea Zannini, « Système comptable d’une République de marchands et construction d’un État territ (...)
  • 10  Luciano Pezzolo, « Sistema di potere e politica finanziaria nella Republica di Venezia (sec. xv-xv (...)

7Mais éviter la faillite d’une caisse est une chose, anticiper sur l’ensemble des caisses d’un territoire en est une autre, qui appartient plutôt à l’époque moderne. L’opération suppose en effet une compilation de tous les états des receveurs par la ou les Chambres des comptes établies sur ce territoire. Former un état général des recettes et des dépenses révèle un degré de centralisation administrative rarement atteint avant le xviie ou le xviiie siècle. De ce point de vue, le cas de Venise est tout à fait intéressant : chaque caisse donnait lieu à un brouillard, au journal du Scontro – un comptable qui répondait des sommes confiées au cassier, charge patricienne –, et à un cahier spécial pour le calcul du solde. Les faits de gestion, recouvrements et paiements, étaient donc bien suivis. La tenue du livre-journal lui-même fit l’objet d’instructions précises par les réviseurs aux écritures établis en 1575 par le Sénat. Mais Andrea Zannini montre bien que la république mit beaucoup de temps pour avoir une vision d’ensemble. L’autonomie des caisses – plus de 200 au xviiie siècle dans la Dominante – ne permit pas d’établir un état général des recettes et des dépenses pour toute la république avant les réformes de Girolamo Costantini en 17369. Le patriciat vénitien était très attaché à l’autonomie de gestion des caisses, car il craignait de voir une magistrature unique « devenir un centre unificateur et coordinateur qui aurait fini par dominer tout l’appareil politique et administratif10 ». Avant Costantini donc, l’absence d’institution financière centrale empêcha la synthèse organique de la finance d’État. On ignorait la fonction du bilan comme instrument de la politique économique. En raccourci, l’on pourrait dire que si Venise fut le berceau de la comptabilité marchande, elle se révéla très en retard pour construire une comptabilité publique digne de ce nom.

  • 11  L’équipe a produit un Dictionnaire historique de la comptabilité publique, Rennes, Presses univers (...)
  • 12  Archivo di Stato di Turino, Camera dei conti, Savoia, inventario 20 (paquets 1 à 7 : xviie siècle) (...)

8Le mot « bilan » a été au cœur de bien des interrogations au sein de l’équipe de chercheurs qui s’est penchée entre 2006 et 2010 sur l’histoire de la comptabilité publique11. Ce mot est synonyme de « balance », dont il est issu, et se trouve surtout employé dans les administrations italiennes, où les livres des caissiers étaient le plus souvent tenus en partie double. Pour ma part, j’ai étudié les États de Savoie et je me suis aperçue que pour désigner le même document on utilisa plusieurs termes, comme par exemple en 1568 le « sommaire » des revenus de Savoie, mais aussi en 1572 les « états de revenus » de Savoie, en 1573 l’« état de la trésorerie de Savoye », en 1618 le « bilan de la Thrésorerie et gabelle de Savoye », en 1633 le « bilan général des finances de Savoye », et plus tard encore le « compte de la trésorerie générale de Savoie » (1785)12. Le « bilan » peut donc qualifier précisément cet état prévisionnel synthétique de recettes et dépenses pour l’année à venir. Un tel document « balance » les recettes et les dépenses d’un souverain ; il est dressé par une administration centrale qui a nécessairement compilé auparavant les soldes des livres des receveurs et se trouve donc en mesure d’assigner les dépenses sur les recettes pour l’exercice suivant. Il suppose une culture étatique centralisée. On est ici à l’opposé de la culture politique vénitienne.

9Et la France ? Les ministres se formèrent assez tôt une idée d’ensemble des finances du territoire. Les réformes de François Ier et Henri II contribuèrent en effet à centraliser les informations. Au xviie siècle, cette centralisation atteignit un degré inégalé dans le reste de l’Europe. Les bureaux ministériels dressaient des états du roi, c’est-à-dire « des rôles énonciatifs des recettes à faire par les comptables qui contiennent aussi les noms des propriétaires de gages, augmentations de gages, et de pensions assignées sur les finances et domaines avec la quotité des sommes qui leur sont dues ou attribuées et de celles à verser, soit au trésor roïal, soit dans d’autres caisses ». Au temps du surintendant Sully, on comptait cinq états généraux du roi : « l’idée de dresser pour chaque partie de finances des états généraux qui en prescrivent nettement et uniformément la forme m’a toujours paru si heureuse et si propre à conduire à la plus grande exactitude que j’étendis cette méthode sur tout ce qui en était capable ». Le nombre des états du roi ne cessa de croître en effet avec le temps. En 1767, on en comptait 144, soit autant de petits budgets à exécuter. Le système des états, comme le système des bilans, constituait donc une organisation à partir de laquelle les dépenses ordinaires pouvaient être engagées en toute légalité. Pour exécuter les états généraux, ou le budget, on procédait par fractionnement : fractionnement en état du roi particulier pour chaque receveur, sur la recette duquel on assignait des dépenses et fractionnement en état de distribution pour chaque trésorier actif qui recevait des fonds.

II. L’exécution du budget

  • 13Mark Hengerer, « Herz der Hofkammer – haubt buech über das universum. Die kaiserliche Hofbuchhaltu (...)

10Les termes utilisés pour suivre l’exécution des états sont ceux du contrôle comptable à proprement parler. Il paraît utile de dégager ici deux emplois anciens et courants du mot « contrôle ». L’acception française est « vérification » ou « surveillance » car le registre de contrôle ou « contre-rôle » initia la fonction de contrôleur. Le sens du mot anglo-américain « control » est « direction » ou « maîtrise ». « Control » est donc un faux ami. Dans les États allemands en revanche, le terme « Gegenschreiber » a le même sens que dans la langue française. Par exemple, l’instruction du 1er septembre 1537 de l’empereur Habsbourg Ferdinand Ier précise qu’à côté du trésorier de la chambre, « le contrôleur tient son propre livre de recettes13 ».

  • 14  M.-L. Legay, « Comptabilité publique », dans Dictionnaire historique de la comptabilité publique, (...)

11Plus généralement, les agents du contrôle administratif des comptes n’utilisaient pas le même langage que les magistrats des Chambres des comptes chargés du contrôle judiciaire. Les premiers avaient besoin de « bordereaux », « d’extraits », de « copies »… pour procéder à la vérification dont ils étaient chargés (c’est-à-dire le suivi administratif de la réalité des recettes et de la réalité des paiements), tandis que les seconds étaient surtout chargés de vérifier la validité des comptes, ce qui ne relevait pas du même champ lexical14.

12Prenons l’exemple du terme « extrait » pour en comprendre la signification organisationnelle : l’extrait est ce qu’on tire d’un compte. Il constitue un relevé. Initialement, les extraits de compte étaient de simples bordereaux envoyés aux bureaux centraux sans que ces derniers aient les moyens d’en faire la balance, à cause de la confusion des exercices notamment. Dans l’Empire germanique par exemple, on sollicita des « extraits » ou relevés (Auszüge) annuels, trimestriels ou mensuels de chaque receveur ou trésorier impérial (pour les branches des revenus administrés directement par l’administration impériale) et de chaque chambre « provinciale » (pour les revenus administrés dans les Länder). L’instruction de 1568 rappelait que chaque extrait devait être reporté dans des registres centraux. Les relevés mensuels des comptes et leur centralisation sont une pratique établie dans toutes les comptabilités européennes à l’époque moderne, mais il faut attendre le xviiie siècle pour que les extraits, tirés de la clôture des journaux, permettent de faire la balance des recettes et des dépenses d’un comptable. L’extrait devient alors le relevé du journal dans le grand livre. L’édit de juin 1716 organisa en France ce contrôle grâce à la formation de bureaux chargés du suivi des journaux et des fonds. Dans les Pays-Bas autrichiens, on voit également apparaître un nouveau vocabulaire associé à des moyens de contrôle nouveaux et des extraits de bilan sont réclamés dans l’administration des domaines, mais seulement à partir du milieu du xviiie siècle.

13La distinction des deux voies de contrôle, judiciaire et administrative, tendit donc à se renforcer et la prééminence du contrôle administratif sur le judiciaire à caractériser l’autorité financière d’un État moderne. En France, le « contrôle général des finances », inauguré en 1661 par Colbert, finit d’ailleurs par s’imposer à toute l’organisation financière du royaume. Ce « contrôle général » tire ses origines des deux offices de « controlleurs généraux de nostre Épargne, deniers extraordinaires et casuels » créés le 9 mai 1527 par François Ier. Ces deux officiers avaient la charge explicite de contrôler les mouvements de fonds des trésoriers de l’Épargne et des parties casuelles, l’un pour la recette, l’autre pour la dépense, « sans lequel contrôle et registre aucunes parties ne seront passées et allouées par les gens de nos comptes en la dépense des comptes ». Henri II reprit cette organisation et la perfectionna en créant en 1547 « deux bons personnages expérimentez pour contreroller la recette et dépense des deniers ». Le contrôle stricto sensu consistait dans la signature au dos de toutes les quittances que le trésorier de l’Épargne donnait aux receveurs (contrôle de la recette qui se faisait à Paris, au château du Louvre) et dans la signature au dos des mandements portant quittance que donnait le trésorier pour les assignations des parties que le roi ordonnait être payées par les receveurs (contrôle de la dépense qui se faisait auprès de la cour, c’est-à-dire au plus près de l’ordonnancement). Les mêmes règles s’appliquaient au trésorier des parties casuelles. Au temps de Sully, on interdit aux Chambres des comptes d’allouer des parties à l’appui des comptes des comptables publics avant qu’elles n’aient été préalablement inscrites dans les états du roi et vérifiées au Conseil des finances. Le contrôle administratif des comptes se renforçait donc, au détriment de la vieille gestion judiciaire des finances. Avec Colbert, le Contrôle général des finances se chargea de la direction des affaires de finances au sein du nouveau Conseil royal des finances et prit la dimension d’un véritable ministère de l’Économie et des Finances.

14L’un des outils majeurs de ce contrôle administratif fut l’état au vrai. Par l’édit de septembre 1522, il fut ordonné à tout receveur général de « bailler état en entier et au vrai » au Trésorier de France, de « toute la recette et de la dépense de chaque année expirée » et de lui « exhiber » les pièces justificatives de ses opérations. L’état au vrai était un état des recettes et des dépenses faites par un comptable public une fois l’exercice achevé. Il s’agissait d’un véritable compte, divisé par chapitre, où les sommes étaient émargées en chiffres et où les pièces des dépenses étaient visées en marge. Ce document avait pour vocation d’être comparé à l’état du roi, qui était l’état des recettes et des dépenses pour l’exercice à venir. En 1661, Colbert franchit une étape supplémentaire en créant le « bureau de vérification des états au vrai ».

15Ce qu’il faut également saisir pour comprendre l’évolution de la comptabilité publique, ce passage du contrôle médiéval des comptes au contrôle moderne, c’est le rôle du quittancement. Les quittances existaient depuis bien longtemps comme reconnaissances de paiement. En Angleterre par exemple, le système archaïque de quittancement, les fameux morceaux de bois de noisetier appelés tallies tally – ou taille –, était utilisé par les officiers du Lower Exchequer, ou caisse centrale des recettes et dépenses de la monarchie anglaise. Les tallies étaient délivrées aux comptables et autres personnes qui venaient y verser des fonds. Mais la maîtrise du quittancement devient un enjeu de contrôle financier et l’on voit bien que les États modernes, à travers la formation des Trésors – Treasury, Trésor de l’épargne, Trésor royal, Trésor de guerre –, ont voulu maîtriser l’ensemble des opérations et suivre ainsi l’état des paiements et de la dette. À partir de 1716 par exemple, toutes ces quittances comptables du Trésor royal, des receveurs généraux des finances et des receveurs généraux des domaines et bois devaient être contrôlées dans le mois du jour de leur date.

16Mention particulière doit être faite pour les quittances délivrées dans l’administration militaire. On distinguait en effet les dépenses employées dans les états de distribution mensuels, pour lesquelles il était rapporté des quittances de chaque partie prenante avec les autres pièces nécessaires sans que lesdits trésoriers soient obligés de les faire certifier, et les paiements faits aux compagnies. Selon la déclaration du 14 juin 1702 qui astreint les trésoriers des guerres à dresser des états de dépenses pour chaque compagnie, ces derniers devaient rapporter à compter de cette date pour la justification de ces paiments non plus des rôles de montre, mais des quittances en parchemin signées des Majors chargés du détail des régiments et des bataillons et certifiées par les colonels.

17Au fond, on le voit à travers ce développement, ce n’est le plus souvent pas tant le vocabulaire qui change que les modes opératoires du contrôle qui se perfectionnent.

III. L’organisation comptable

18Ces modes opératoires dépendent entièrement de l’organisation étatique à laquelle on a affaire et de la culture qui la traverse. Je voudrais terminer sur ce dernier aspect.

  • 15  Raymond de Roover, « Aux origines d’une technique intellectuelle : la formation et l’expansion de (...)
  • 16  Philippe Desan, « “Pour clore nostre conte” : la comptabilité de Montaigne », Littérature. Science (...)

19L’un des apports fondamentaux de la recherche menée entre 2006 et 2010 par l’équipe ANR est d’avoir montré que les organisations étatiques ont su développer le contrôle de la gestion des finances sans passer par l’adoption de la partie double. L’importance de cette dernière a été maintes fois soulignée. Face au nombre toujours plus grand de transactions, et donc de journaux, de carnets et de mémoriaux, débordé par le chevauchement compliqué des écritures, le marchand s’y perd. L’établissement d’un bilan correct devient une tâche impossible. Il modifie alors l’écriture comptable et adopte la partie double. Comme l’a indiqué Raymond de Roover, le développement de cette technique eut pour effet de « substituer un système cohérent de comptes aux multiples livres analytiques, et de remplacer par une balance les inventaires et états récapitulatifs15 ». Cette restructuration de l’écriture comptable a débouché sur une appréhension centralisante de la connaissance et du monde. Au fond, ce qui est déterminant à l’articulation du Moyen Âge et de l’époque moderne, c’est la promotion de cette nouvelle culture de l’enregistrement, enregistrement des faits économiques comme des faits de vie, si l’on suit la démonstration faite à propos des Essais de Montaigne par Philippe Desan16.

  • 17  Robert Descimon, « Les élites du pouvoir et le prince : l’État comme entreprise », dans Les élites (...)
  • 18  Marzio A. Romani, « Connaître pour gouverner. Angelo Pietra et les réformes de Guillaume Gonzaga I (...)

20Cependant, le vocabulaire de la comptabilité marchande, bien qu’intégré par les administrations, n’a pas été entièrement assimilé par le champ lexical de la comptabilité publique. La partie double se définit quand chaque opération de l’entreprise produit une double série de variations patrimoniales de signe contraire (en débit et en crédit) et de même valeur, mais appliquée à une entreprise aussi complexe qu’un État17, la partie double ne s’adapte que partiellement. Le moine bénédictin au service du duc Guillaume de Mantoue-Montferrat à la fin du xvie siècle, Angelo Pietra, ne proposait pas d’ailleurs une transposition ex abrupto de la partie double, mais un « ensemble de relevés comptables et de contrôles croisés, menés à différents niveaux (Prince, Chambre des comptes, réviseurs aux écritures, chef comptable, Surintendant) ». C’est ce que nous indique Marzio Romani18. Les réticences à l’égard de la partie double étaient non seulement d’ordre technique, mais aussi d’ordre moral et politique, la libéralité des princes s’accommodant mal d’une comptabilité de marchand. Les défenseurs de la tenue des livres en recette, dépense et reprise rappellent que le roi n’est pas un homme d’affaires soucieux de faire du profit avec le produit de l’impôt, et n’a donc pas besoin de la partie double. À la fin du xviiie siècle, les Institutions politiques du baron de Bielfeld (1760), largement diffusées en Europe occidentale, apportent de l’eau à leur moulin en soulignant que les finances d’un État n’ont pas à être régies comme celles d’un particulier. L’auteur conclut ses chapitres consacrés aux finances par une condamnation sans appel de l’usage de la partie double, qui ne saurait convenir qu’au commerce des particuliers.

21S’il y a donc bien eu hybridation culturelle entre sphère privée et sphère publique de la comptabilité, bien des réformes comptables ont combiné des héritages anciens aux pratiques nouvelles.

22Au fond, la culture organisationnelle de chaque État ou territoire nous en dit plus long sur le vocabulaire comptable. La comptabilité camérale par exemple remonte au Moyen Âge et se trouve liée à l’administration des biens domaniaux (kammerguts) dans le système féodal.

  • 19  M.-L. Legay, « La science des comptes dans les monarchies française et autrichienne au xviiie sièc (...)

23Appliquée au domaine du prince, elle a cherché à rendre compte des recettes et des dépenses selon leur origine en établissant des rubriques ou chapitres de comptes19. Dans la première période, la comptabilité se fondait sur un livre de caisse, dans lequel le caissier inscrivait chronologiquement les faits tant en recettes qu’en dépenses, un registre dans lequel les mêmes faits étaient résumés et rapportés par rubriques, et un compte annuel, qui résumait le livre des rubriques. Le compte général était obtenu par la somme des comptes annuels des différentes branches de revenus de l’administration. L’Autrichien Puechberg fit remarquer cependant que la même personne tenait le livre de caisse et le livre de rubriques, ce qui fait qu’« on devait croire le comptable sur parole ». En outre, la formation des extraits (Monatsextracten) du journal ne permettait pas de se procurer des connaissances utiles sur l’exécution du budget, parce que ces relevés, contrairement aux bilans mensuels (cameralischen Monatsabschlusse) que Puechberg se proposait de mettre en place, ne répondaient pas à la question : « combien, pour chaque rubrique, est-il entré ou sorti de la caisse pendant ce mois particulier ? » Dès lors, la compilation des extraits ne permettait pas davantage de composer un compte annuel véritable.

24Les améliorations de Puechberg donnèrent naissance à la comptabilité camérale nouveau style, qui est, dans ses fondements théoriques, une adaptation de l’esprit de la comptabilité en partie double à la comptabilité publique :

« Un des buts les plus importants de la nouvelle comptabilité d’État (Staatsbuchführung) est de donner aux autorités administratives une vision claire des finances. Voilà pourquoi la chambre des comptes s’est occupée de rendre cette matière plus commode et plus compréhensible. Dans cette intention, elle a rédigé le “bilan annuel caméral”, lequel est présenté avec précision. Chacun, même celui qui est peu renseigné sur les méthodes comptables, peut y porter attention, comme si les moyens de la comptabilité en partie double étaient acquis. Au moyen de ce bilan annuel caméral, la connaissance de la tenue en partie double devient entièrement superflue pour les administrateurs. Un tel instrument reste dans les mains de la chambre des comptes ».

25Pour ce faire, Puechberg reprend donc les outils existants en Autriche à son époque : le journal de caisse et le journal des mandats (de liquidation), mais en perfectionne l’utilisation. Il souligne la nécessité de séparer la comptabilité de caisse et la comptabilité de contrôle en soumettant ces journaux à l’inspection d’un comptable qui prendrait soin de connaître quels sont les engagements (Schuldigkeiten) de l’État.

Conclusion

26Peut-être conviendrait-il d’apprécier le contrôle des comptes au regard de deux grands enjeux et de dissocier in fine le rapport du souverain au territoire d’une part, et le rapport du souverain à la société d’autre part. Les Chambres ou Cours des comptes relèvent du premier enjeu : la maîtrise du territoire. La comptabilité accompagne le processus de renforcement de la souveraineté. Ajoutons qu’en ce sens, elle se construit en respectant une culture organisationnelle qui ne peut transcender le territoire et atteindre l’universel. Cependant, le contrôle des comptes renvoie aussi aux jeux d’acteurs, à la nature des relations que les pouvoirs ont tissées avec les élites. De ce point de vue, l’émergence de la nation en politique fait naturellement évoluer les processus de contrôle des comptes en systèmes plus complets tendant à la maîtrise des finances « publiques », en sus de la maîtrise du territoire.

Notes

1Anthony G. Hopwood, « The archeology of accounting systems », Accounting, Organizations and Society, vol. 12, no 3, 1987, p. 207-234.

2Robert Henry Parker, « Reckoning, merchant accounts, bookkeeping, accounting in English, 1543-1914 », dans External Financial Reporting, B. Carsberg et S. Dev (éd.), Londres, Prentice Hall, 1994, p. 109-122.

3Pierre Labardin et Marc Nikitin, « Accounting and the words to tell it: an historical perspective », Journal of Accounting Business and Financial History, vol. 19, no 2, 2009, p. 149-166.

4Carl-August Malchus, Handbuch der Finanzwissenschaft und Finanzverwaltung, Stuttgart-Tübingen, J.G. Cotta, 1830.

5  Michel Foucault, Les mots et les choses. Une archéologie des sciences humaines, Paris, Gallimard, 1966.

6  Laurent Perrillat, « Le contrôle des comptes et l’enregistrement à la chambre des comptes du Genevois », dans Contrôler les finances sous l’Ancien Régime. Regards d’aujourd’hui sur les Chambres des comptes, Actes du colloque de Paris, 28-30 novembre 2007, Dominique Le Page (dir.), Paris, IGPDE/Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2011, p. 266.

7  Kurt Weissen, « Les comptes de la principauté épiscopale de Bâle autour de 1500 », dans La Comptabilité publique en Europe, 1500-1850, Anne Dubet et Marie-Laure Legay (dir.), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011, p. 107.

8  Pierre de Savonne, Instruction et manière de tenir livres de compte par parties doubles, soit en compagnie ou en particulier, Lyon, Jean de Tournes, 1581, p. 16.

9  Andrea Zannini, « Système comptable d’une République de marchands et construction d’un État territorial (Venise, xve-xvie siècles) », dans La Comptabilité publique…, A. Dubet et M.-L. Legay (dir.), op. cit., p. 113. Voir aussi idem, Burocrazia e burocrati a Venezia in età moderna. I cittadini originari (sec. xvi-xviii), Venise, Istituto Veneto di Scienze, Lettere ed Arti, Memorie, Cl. di Sc. morali, lettere ed arti, 1993 ; Il Sistema di revisione contabile della Serenissima. Istituzioni, personale, procedure (secc. xvi-xviii), Venise, Albrizzi editore, 1994 ; et « La finanza pubblica : bilanci, fisco, moneta e debito pubblico », dans Storia di Venezia, VIII, 1998, p. 431-477.

10  Luciano Pezzolo, « Sistema di potere e politica finanziaria nella Republica di Venezia (sec. xv-xvii) », dans Origini dello Stato. Processi di formazione statale in Italia fra Medioevo e Età moderna, Giorgio Chittolini, Molho Anthony et Pierangelo Schiera (éd.), Bologne, Il Mulino, 1994.

11  L’équipe a produit un Dictionnaire historique de la comptabilité publique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010.

12  Archivo di Stato di Turino, Camera dei conti, Savoia, inventario 20 (paquets 1 à 7 : xviie siècle) ; inventario 16, mazzo 370 (compte pour 1703), mazzo 446 (compte pour l’année 1785). Voir Marie-Laure Legay, « Les bilans de la trésorerie de Savoie aux xviie et xviiie siècles », dans La Comptabilité publique…, A. Dubet et M.-L. Legay (dir.), op. cit., p. 155-164.

13Mark Hengerer, « Herz der Hofkammer – haubt buech über das universum. Die kaiserliche Hofbuchhaltung zwischen Transaktionsdokumentation und Staatsgestaltung (16. bis 18. Jahrhundert) », dans Hofwirtschaft. Ein ökonomischer Blick auf Hof und Residenz in Spätmittelalter und Früher Neuzeit. 10Symposium der residenzen-Kommission der Akademie der Wissenschaften zu Göttingen, Stuttgart, Jan Thorbecke Verlag, 2008, p. 191-240.

14  M.-L. Legay, « Comptabilité publique », dans Dictionnaire historique de la comptabilité publique, op. cit., p. 129.

15  Raymond de Roover, « Aux origines d’une technique intellectuelle : la formation et l’expansion de la comptabilité à partie double », Annales d’histoire économique et sociale, vol. 9, 1937, p. 171-193.

16  Philippe Desan, « “Pour clore nostre conte” : la comptabilité de Montaigne », Littérature. Science et littérature, no 82, 1991, p. 28-42.

17  Robert Descimon, « Les élites du pouvoir et le prince : l’État comme entreprise », dans Les élites du pouvoir et la construction du pouvoir en Europe, Reinhard Wolfgang (dir.), Paris, Presses universitaires de France, 1996, p. 159.

18  Marzio A. Romani, « Connaître pour gouverner. Angelo Pietra et les réformes de Guillaume Gonzaga III, duc de Mantoue et du Monteferrat », dans La Comptabilité publique…, A. Dubet et M.-L. Legay (dir.), op. cit. (n. 6), p. 231-244.

19  M.-L. Legay, « La science des comptes dans les monarchies française et autrichienne au xviiie siècle. Le modèle colbertiste en cause », Histoire et mesure, vol. XXV, no 1, 2010, p. 231-260.

Auteur

Marie-Laure Legay est professeur d’histoire moderne à l’université de Lille. Elle est spécialiste de l’histoire politique et financière de l’Europe des Lumières. Elle a dirigé le projet ANR sur les réformes des comptabilités publiques entre 2006 et 2010. Ses dernières publications portent sur La banqueroute de l’État royal : la gestion des finances publiques de Colbert à la Révolution, publié aux éditions de l’EHESS en 2011 et sur L’Histoire de l’argent à l’époque moderne, publié chez Armand Colin en 2014.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540