Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Classer, dire, compter

 | 
Olivier Mattéoni
, 
Patrice Beck

Compter et « conter » : ordre, langue et discours des comptes

Compter et « conter » : ordre, langue et discours des comptes

Rapport de synthèse

Olivier Mattéoni

Texte intégral

Introduction

  • 1  La table ronde s’est tenue le 30 septembre 2010 à Dijon, aux archives municipales, et le 1er octob (...)
  • 2  Texte de l’appel à contribution diffusé aux membres du groupe de recherche.
  • 3  Citation de Patrice Beck dans son introduction au numéro des actes de la rencontre, « Le vocabulai (...)
  • 4Le vocabulaire et la rhétorique des comptabilités médiévales. Comptabilité(S). Revue d’histoire de (...)

1L’enjeu de la table ronde de Dijon-Besançon d’octobre 2010 consacrée à l’analyse des mots et du vocabulaire des comptes1, dont ce rapport a l’ambition de restituer les principaux enseignements, était d’essayer de « révéler », pour reprendre les termes mêmes de la présentation donnée aux participants, « les manières dont les institutions comptables et leurs agents ordonnaient, justifiaient, décrivaient, présentaient et se représentaient leur activité, dans les administrations publiques des États et des communes, dans les domaines seigneuriaux laïcs et ecclésiastiques, comme dans les entreprises artisanales et marchandes2 ». Pour ce faire, invitation avait été faite de prendre en compte, non seulement les comptabilités elles-mêmes, premier matériau qu’il fallait naturellement explorer, mais aussi, en complément, les textes normatifs. Il s’agissait de voir comment l’information était présentée, restituée, ordonnée, ce que ces choix pouvaient nous dire quant aux valeurs et aux partis pris retenus. Il s’agissait ainsi d’« établir des points de comparaison, tant en diachronie qu’en synchronie, pour révéler des évolutions et des variations géographiques et/ou sociales, étudier […] la circulation des modèles, les conditions de l’innovation et les modalités de formalisation de l’écriture comptable3 ». De cette rencontre, dont les actes ont été publiés en 2012 dans la revue Comptabilité(S). Revue d’histoire des comptabilités4, plusieurs enseignements ont pu être tirés. Je voudrais dans ce rapport de synthèse rendre compte de certains traits qui m’avaient alors frappé tout en insistant sur des aspects moins mis en avant. Je retiendrai trois aspects : d’abord la question de l’organisation des comptes, point essentiel à la réflexion sur la fabrique de la norme comptable (I) ; ensuite le thème du discours des comptes à travers les articles de dépenses, qui représentent souvent de longues narrations qui ne sont pas sans poser interrogation (II) ; enfin la question de la légitimité du compte à travers les mots de la vérification, quand bien même ici ce sont d’abord les pratiques de vérification au sein des Chambres des comptes qui seront examinées (III). Je me permettrai d’intégrer dans ces remarques des exemples tirés de mes propres recherches, en particulier sur les comptes du comté de Forez de la seconde moitié du xive siècle. Que cet espace d’exposition soit aussi le lieu pour lancer quelques pistes sur des points qui méritent encore recherche et approfondissement.

I. Structure du compte et norme comptable

  • 5  C’est le cas de toutes les comptabilités qui ont fait l’objet d’une présentation lors de la rencon (...)
  • 6  Denise Angers, « “Ideo ordinetur”. Les comptes de la vicomté de Caen au crible de l’analyse des ge (...)
  • 7  Ainsi dans les comptabilités seigneuriales de Dieppe et de Tancarville au xve siècle, voir Isabell (...)
  • 8  D. Angers, « “Ideo ordinetur”. Les comptes de la vicomté de Caen… », art. cité, § 7-8 et fig. 3.
  • 9  Jean Kerhervé, L’État breton aux 14e et 15e siècles. Les ducs, l’argent et les hommes, 2 t., Paris (...)
  • 10  Albert Rigaudière, Saint-Flour, ville d’Auvergne au bas Moyen Âge. Étude d’histoire administrative (...)
  • 11Les comptes des consuls de Montferrand (1346-1373), R. Anthony Lodge (éd.), Paris, École des chart (...)
  • 12Les comptes des consuls de Montferrand (1346-1373), R.A. Lodge (éd.), op. cit. ; A. Rigaudière, Sa (...)
  • 13  J. Kerhervé, L’État breton aux 14e et 15e siècles…, op. cit., t. 1, p. 412.
  • 14  Sylvie Bepoix et Fabienne Couvel, « Rendre bon compte en Bourgogne à la fin du Moyen Âge : le dire (...)
  • 15  Françoise Humbert, Les finances municipales de Dijon du milieu du xive siècle à 1477, Paris, Les B (...)
  • 16Ibid., p. 14-15.
  • 17  Ainsi à Millau, avec les registres des impositions directes municipales (« comu », « talh », « dim (...)
  • 18  À l’image, par exemple, des comptes de fouages du trésorier de Forez de la seconde moitié du xve s (...)

2La question de l’organisation des comptes est bien sûr le premier point qui retient l’attention lorsque l’on réfléchit à la fabrique de la norme comptable. Comme cela a été indiqué dans l’introduction générale au volume, où que l’on regarde (institutions, espaces géographiques), l’organisation des comptes de la fin du Moyen Âge présente assez rapidement une structure proche, qui renvoie à une comptabilité à partie simple. À partir de la seconde moitié du xive siècle, les comptes s’ordonnent généralement en deux grands ensembles. Le premier correspond à la partie recettes, ou « charges », le second à la partie dépenses ou « mises »5. Parfois, la structure est plus complexe, à l’image des comptes de la vicomté de Caen de la seconde moitié du xve siècle, qui ajoutent aux deux premières parties traditionnelles trois autres sections, dont l’une, intitulée « Deniers rendus et non receus », mentionne les revenus non perçus avec l’indication des raisons pour lesquelles ils ne le furent pas. De ces revenus, qui renvoient à des droits, il fallait impérativement garder mémoire pour en justifier le bien-fondé au moment de la vérification des comptes6. Les comptables sont sensibles à cette préoccupation essentielle pour la conservation du domaine. Si leurs comptes ne comportent pas une section ainsi spécialement identifiée, ils prennent néanmoins toujours soin de mentionner dans des chapitres additionnels les « dechiés » et autres revenus et « deniers non perçus »7. Au sein des sections, les recettes en argent et celles en nature sont distinguées, et il en est de même pour les dépenses. Dans certaines comptabilités toutefois, recettes et dépenses en nature sont déclinées en premier, alors que, dans d’autres, cette place revient aux recettes et dépenses en argent, mais cette classification tend à être abandonnée au plus tard au cours du xve siècle. À l’intérieur de ces deux grandes parties, le nombre de rubriques est variable selon les institutions, les sources de revenus, la variété des dépenses. À tel endroit, la liste des recettes est la partie la plus longue, à d’autres, c’est l’inventaire des dépenses, ce qui est le cas de loin le plus fréquent. Dans les comptes de la vicomté de Caen, le nombre de chapitres composant la section « Recettes » et la section « Dépenses » est identique, soit 17 sous-sections, qui se terminent pour la première par la « Recette commune », pour la seconde par la « Dépense commune »8. Dans les comptes des recettes ordinaires des ducs de Bretagne, la partie recettes pouvait occuper jusqu’aux trois quarts du registre9, alors que dans les comptes urbains de Millau, de Saint-Flour ou encore de Moulins, c’est l’énumération des dépenses qui prenait le plus de place ; elle occupait dans certains comptes les deux tiers, voire les trois quarts des cahiers10. Dans les comptes de Montferrand du xive siècle, cette part était encore plus grande11. Mais là, les dépenses étaient seulement détaillées selon un ordre chronologique, plus ou moins respecté12. D’une comptabilité l’autre, d’une période l’autre, des variations dans l’organisation des rubriques sont décelables et des ajustements toujours possibles. En Bretagne, le classement des rubriques dans les comptes des receveurs ducaux obéit essentiellement à la règle consistant à « séparer revenu fixe et casuel d’une part, produits en espèces et produits en nature de l’autre13 ». Au duché de Bourgogne, la section « Dépenses en argent » dans les comptes de châtellenie présente un certain degré de complexité, comparé aux registres équivalents de la Comté voisine, en combinant nature du prélèvement et date et lieu de perception14. Dans les comptes urbains, à l’image de ceux de Dijon, les recettes s’organisent en grandes catégories – « rentes non muables », « revenus et amodiations muables », « amendes » –, chacune déclinée en autant de chapitres qu’il y a de sources de revenus15. Ainsi les « rentes non muables » comprennent les « louaiges de maison » de même que les cens et les rentes levés sur les biens de la censive de la ville, alors que le produit des fermes compose « les revenus et amodiations muables ». Quant aux amendes, elles sont réparties selon leur objet – amendes de boucherie, de boulangerie, « amendes arbitraires »16. Les comptes urbains ont dû toutefois intégrer d’autres rubriques, en rapport avec les sources de revenus nouvelles qui sont développées au cours de la période. L’insuffisance des ressources ordinaires pour faire face aux nouveaux besoins dus à la guerre et aux nécessités de la défense a vite conduit les gouvernements des villes à intégrer dans leurs comptes les revenus en provenance de la fiscalité, directe et indirecte. Octroyés par les autorités princières ou royales, les subsides sont décomptés, en tout cas sous une forme générale, dans les comptes des receveurs, la levée pouvant donner lieu, à côté, à l’ouverture de comptes spécialisés et détaillés17. Dans les comptabilités princières, la levée de l’impôt poussa à la constitution de comptes spécifiques, distingués des comptes du domaine ou des revenus ordinaires. Mais leur structuration se calqua sur ces derniers, avec les recettes déclinées en premier, les dépenses, auxquelles était liée la levée des impôts, en second18.

  • 19  Fr. Humbert, Les finances municipales de Dijon…, op. cit., p. 50, et détail p. 174-206.
  • 20  Walter Prévenier, « Quelques aspects des comptes communaux en Flandre au Moyen Âge », dans Finance (...)
  • 21  Sur cette part de liberté des receveurs et des comptables, leur marge de manœuvre, voir, parmi les (...)
  • 22  Dans l’exemple étudié par Laure-Hélène Gouffan, le registre de comptabilité d’Hyères de 1397-1398 (...)

3Pour les dépenses, les rubriques sont souvent très nombreuses. Dans les comptabilités urbaines qui ont adopté ce mode de classement, elles peuvent osciller entre une dizaine et une trentaine. À Dijon, les dépenses sont classées en près de dix sous-sections, qui vont des pensions et gages aux achats de différents produits en passant par les dépenses d’ouvrages et les « dépenses communes », catégorie dont l’appellation, suffisamment floue, pouvait englober toute une série de dépenses variées qui ailleurs, pouvaient donner lieu à l’ouverture de chapitres spécifiques19. À Alost, en Flandre, les livres de comptes comptabilisent jusqu’à 27 rubriques de dépenses par exercice20. Si le cadre général de présentation est donc fixé, un peu partout, assez tôt, il n’est toutefois en rien figé et des variations, micro-variations le plus souvent, sont perceptibles, ici dans l’appellation de telle ou telle rubrique, là dans la dénomination de telle ou telle taxe, ailleurs dans la formulation même du compte, au tout début21. Ce constat renvoie aux hommes, aux comptables ou à leurs clercs, tout autant qu’aux habitudes et aux traditions locales que la centralisation administrative ne parvient pas à gommer complètement – ainsi au duché et à la Comté de Bourgogne – et sans doute y aurait-il une étude plus poussée à faire pour mieux relier ces hommes et leurs productions comptables22. Le compte contrôlé qui nous est parvenu a-t-il été mis au propre à partir des livres journaux par le comptable lui-même, ou bien par son clerc ? Si ce dernier est intervenu, quelle a été sa marge de manœuvre pour remettre en ordre, selon le style, le journal, c’est-à-dire la comptabilité, au jour le jour, de son supérieur ? Il y a là autant d’interrogations auxquelles il est malheureusement difficile de répondre en raison de la disparition, le plus souvent, des comptes préparatoires, qui rend la restitution de la chaîne opératoire des plus délicates.

  • 23  S. Jolivet, « Justifier les dépenses vestimentaires dans la recette générale… », art. cité, partie (...)
  • 24Les comptes des consuls de Montferrand (1346-1373), R. Anthony Lodge (éd.), op. cit., p. vi.
  • 25  Cf., par exemple, les comptes de la trésorerie de Dole, dont la taille passe d’une centaine de feu (...)

4Je reviendrai plus avant sur l’interprétation à donner, à mes yeux, aux récits des dépenses. Dès à présent, arrêtons-nous sur un constat : les rubriques s’allongent au cours de la période qui nous retient, avec, là encore, des chronologies variables. Les comptes du trésorier de Forez, notamment les comptes d’impôt, laissent se développer dès les années 1380 de longs paragraphes relatifs à la mise en défense du comté et au paiement des gens d’armes. Le même constat a été fait pour les comptes de la recette générale des finances du duc de Bourgogne. Déjà longs, les articles tendent à s’allonger encore dans les années 1440-1450, suite à une série de réformes visant à restreindre et à mieux contrôler les dépenses de l’hôtel, et ce mouvement se prolonge jusque vers 1480 : ici, la précision et les détails fournis valent rationalisation23. Pour les comptes de Montferrand, Anthony Lodge a montré dans sa précieuse édition que les articles de la partie « Dépenses » connaissaient un net allongement à partir du milieu du xive siècle. Alors que le nombre moyen de mots s’établissait à une quinzaine par article dans les comptes de la fin du xiiie siècle, il atteint une quarantaine dans le compte de 1372-137324. Un peu partout, le grossissement de la taille des livres de comptes au cours du xve siècle est en partie le reflet de cette évolution25. Dans tous les cas, il s’agit de dire et de décrire pour mieux comptabiliser et contrôler.

  • 26  Le premier compte conservé concerne l’exercice 1399-1400. Il est en français, voir Arch. mun. Moul (...)
  • 27  La série débute avec le compte de Huguenin de Varie, « receveur des peages, barrages et pontenages (...)
  • 28  Le premier compte de 1392 qui ouvre la riche série des comptes municipaux – mais de rares épaves o (...)
  • 29  Le premier compte de la série qui débute en 1356 est en langue d’oc, voir Fl. Garnier, Un consulat (...)
  • 30  Le premier compte de la riche série (58 comptes) qui court de 1376 à 1468 est en langue d’oc, voir (...)
  • 31  J. Kerhervé, L’État breton aux 14e et 15e siècles…, op. cit., t. 1.
  • 32  S. Bepoix et F. Couvel, « Rendre bon compte en Bourgogne à la fin du Moyen Âge… », art. cité ; voi (...)
  • 33  I. Theiller, « Structure et rhétorique des registres comptables hauts-normands… », art. cité, http (...)
  • 34  O. Mattéoni, « Mots, langue et discours dans les comptes d’Étienne d’Entraigues… », art. cité, htt (...)
  • 35  Sur l’audition des comptes à la Chambre des comptes de Montbrison après l’arrivée des Bourbons en (...)
  • 36  Géraud Lavergne, Le parler bourbonnais aux xiiie et xive siècles, Paris-Moulins, Honoré Champion-L (...)
  • 37  J. Kerhervé, L’État breton aux 14e et 15e siècles…, op. cit., t. 1, p. 410-416 pour les comptes de (...)
  • 38Les comptes des consuls de Montferrand (1273-1319), R. Anthony Lodge (éd.), Paris, École des chart (...)
  • 39  Le mouvement concerne les autres principales villes de Basse-Auvergne, comme Riom ou encore Aiguep (...)
  • 40  Parmi quelques exemples, les comptes de l’Hôtel-Dieu de Paris conservés pour le xve siècle – compt (...)
  • 41  Cf. dans le présent volume, supra, Philippe Bernardi, « L’enregistrement des dépenses pontificales (...)
  • 42  Anne Lemonde, Le temps des libertés en Dauphiné. L’intégration d’une principauté à la Couronne de (...)
  • 43  Si à Hyères le compte de Rocafort pour l’année 1397-1398 est en provençal, comme pour les villes d (...)
  • 44  Serge Lusignan, La langue des rois au Moyen Âge. Le français en France et en Angleterre, Paris, Pr (...)
  • 45Comptes de l’hôtel des rois de France aux xive et xve siècles, M. L. Douët-d’Arcq (éd.), Jules Ren (...)
  • 46  Maurice Rey, Le domaine du roi et les finances extraordinaires sous Charles VI (1388-1413), Paris, (...)
  • 47  Il faut aussi prendre en considération la géographie linguistique du royaume. Sous Philippe VI et (...)

5Cet allongement des rubriques, la mise en récit de certaines dépenses ont-ils un rapport avec le recours massif à la langue vernaculaire ? La question mérite d’être posée, car l’impression qui ressort est celle effectivement d’une large diffusion du vernaculaire – français, occitan, francoprovençal dans l’espace du royaume de France – comme langue des comptes dans les deux derniers siècles du Moyen Âge. À certains endroits, le vernaculaire s’impose dès le départ, c’est-à-dire dès les premiers comptes conservés (Moulins26, Nevers27, Dijon28, Millau29, Saint-Flour30, pour les comptes de quelques municipalités, receveurs de Bretagne31, châtelains de Bourgogne32, pour quelques exemples de comptes princiers, comptes de Dieppe, de Tancarville, de Montivillers, pour quelques séries de comptes seigneuriaux normands33, etc.), mais il n’est pas sûr que ces comptes conservés correspondent aux premiers comptes tenus, qui ont pu disparaître. Ailleurs, le vernaculaire a pu remplacer le latin au cours du xive ou du xve siècle. Un bel exemple est fourni par les comptes des receveurs du comté de Forez, terre de tradition linguistique francoprovençale. Le passage du latin au français s’effectue au cours de la seconde moitié du xive siècle34. Il tient à l’arrivée en 1368 des Bourbons en Forez, qui imposent le passage au français dans la documentation comptable. Cette modification a d’abord touché les comptes de la trésorerie, où le duc-comte de Forez, Louis, nomme, dès sa prise de possession, un de ses fidèles, Étienne d’Entraigues, originaire du Bourbonnais, dont la langue est le français. Ici, la diffusion du français, en accord avec les pratiques d’écriture alors en cours à la chancellerie ducale, répond à une volonté politique, sans doute encouragée d’ailleurs par la Chambre des comptes de Montbrison. En effet, les comptes des prévôts y étaient vérifiés par des conseillers, dont la plupart étaient membres de la Chambre des comptes de Moulins, spécialement envoyés chaque année en Forez pour l’audition35. Or en Bourbonnais, depuis le début du xive siècle, les comptes des châtellenies sont rédigés en langue d’oïl36. Le même constat a été fait pour la Bretagne où l’existence de deux langues, en sus du latin, à savoir le breton et le gallo, a vite conduit les autorités ducales à privilégier le français comme langue de l’administration, et donc des comptabilités37. Dans les comptes de la ville de Montferrand, le changement de langue qui s’opère progressivement à partir des années 1360 pour s’imposer à partir de 1385 ne substitue pas le français au latin, mais la langue d’oïl à la langue d’oc38. Cette modification d’importance s’explique par des considérations politiques : la mainmise de Jean de Berry sur l’Auvergne à partir de 1360 s’accompagne d’une francisation de la langue de l’administration. Les villes soumises à l’autorité du nouvel apanagiste n’échappent pas au mouvement général pour leurs écrits pratiques39. Autre exemple : les comptes des institutions hospitalières. Tout dépend ici de la tutelle de l’institution – tutelle laïque ou ecclésiastique – et de la date. L’impression néanmoins est que, là aussi, en tout cas à partir de la seconde moitié du xive siècle, même pour les établissements dépendant d’autorités ecclésiastiques, les comptes sont très globalement tenus en langue vernaculaire (langue d’oc, langue d’oïl, flamand)40. Bien sûr, des exceptions existent : des comptes de la papauté41 aux comptes dauphinois et savoyards42, en passant par les comptabilités des monastères et des abbayes – mais pas systématiquement –, voire de certaines villes, notamment méridionales43 – mais pour celles-ci, le choix de la langue pour les comptes doit être comparé à celui fait pour les registres de délibérations, qui n’est pas toujours le même –, les exemples ne manquent pas de comptes qui demeurent en latin jusqu’à la fin du xve siècle. Il reste que la tendance est là. L’enquête générale qu’il conviendrait cependant de conduire sur ce sujet devrait permettre de mieux préciser les évolutions chronologiques et les nuances géographiques. Pour les comptabilités royales, elle devrait aussi être mise en relation avec ce qu’a été la politique langagière de la chancellerie, que l’on connaît bien désormais44. Si l’on prend l’exemple des comptes de l’argenterie, on note que ceux à notre disposition sont en français dès le règne de Philippe VI, et il en est de même pour les comptes de l’hôtel45. Il en va en revanche différemment pour différents livres de comptabilité relatifs au Trésor – journaux, extractus, compotus Thesauri, etc. –, qui sont en latin et le demeurent jusque dans la seconde moitié du xve siècle46. S’agit-il ici de marquer, par rapport à des ressources qui renvoient à des biens empreints de sacralité, une dimension plus profonde, plus à même de traduire le mystère de la royauté47 ? Il reste que le latin n’est pas totalement absent des registres de comptes, même ceux tenus en français. J’y reviendrai plus bas, mais gardons à l’esprit que le latin est demeuré, dans un certain nombre d’institutions, notamment les Chambres des comptes, la langue par excellence du contrôle des comptabilités.

  • 48  M. Gonon, Documents linguistiques de la France…, op. cit.
  • 49Ibid., p. xx.
  • 50Les comptes des consuls de Montferrand (1346-1373), R.A. Lodge (éd.), op. cit., p. xxxix.
  • 51Ibid., p. xxxiii-xxxv. Sur le plan lexical, c’est avec le vocabulaire de l’administration et de la (...)
  • 52  Dominique Ancelet-Netter, La dette, la dîme et le denier. Une analyse sémantique du vocabulaire éc (...)
  • 53  Sur cette question, voir infra l’étude de Denis Menjot, « Le discours fiscal des comptes urbains d (...)

6Si le recours au français doit donc être replacé dans ce qu’ont été les politiques langagières des pouvoirs et des institutions, on ne doit pas négliger non plus une autre dimension qui a pu jouer dans la généralisation du vernaculaire comme langue des comptes. Pour décrire certaines réalités, notamment des réalités nouvelles liées à la mise en place de l’impôt, ou encore certaines dépenses, le vernaculaire – qu’il s’agisse du français, du flamand, de la langue d’oc ou du francoprovençal – a pu s’avérer mieux adapté. La chose a bien été montrée pour le comté de Forez48. Les comptes en latin du début du xive siècle comportent souvent des termes en francoprovençal, intraduisibles ou que le clerc en charge de la rédaction n’a pas fait l’effort de traduire. Dans le compte de Jean Ier de Forez pour son voyage hors du comté en 1314-1316, compte en latin rédigé par un clerc de sa suite, on constate que, « dès qu’il faut nommer des objets de la vie courante, le latin est défaillant » ; il cède alors la place à un « vocabulaire dialectal49 ». À Montferrand, le rédacteur en charge des comptes de la ville des années 1367-1368 et 1372-1373, soit les deux premiers comptes à mélanger auvergnat et français, éprouve les mêmes difficultés à rendre en français ce qu’Anthony Lodge appelle « les réalités terre à terre et locales » ; il conserve alors souvent le lexique occitan50. Mais la confrontation des deux langues est aussi l’occasion de voir émerger dans le corps des comptes tout un lexique nouveau francisé, emprunté au vocabulaire savant du latin51. Sur un autre plan, il y aurait à réfléchir aux éventuelles interactions entre le vocabulaire fiscal et technique lié à l’impôt qui apparaît alors dans les textes normatifs, mais aussi dans les écrits des penseurs et des théoriciens, et celui auquel recourent les comptes. On sait que le xive siècle a été riche en création de termes techniques, sous l’effet des traductions ; on a pu ainsi parler, dans le domaine fiscal, d’une véritable « avalanche » de termes nouveaux pour dire et concevoir l’impôt52. Y a-t-il adéquation, similitude, différence entre ce vocabulaire des théoriciens et celui qui se rencontre sous la plume des praticiens ? Comment les comptables restituent-ils les mots de la fiscalité53 ? Distinguent-ils toujours bien la taille du fouage, les aides des dons, les contributions fondées sur le commerce de tel produit ou de tel autre ? Ou jouent-ils de plusieurs mots, qu’ils associent ?

II. Le compte et son discours

  • 54  P. Beck, « Le vocabulaire et la rhétorique des comptabilités médiévales… », art. cité, écrit : « D (...)

7On le voit à ces remarques, le compte n’est pas qu’un simple bilan de recettes et de dépenses. Mieux même, les données proprement chiffrées y sont finalement réduites. Le plus gros d’un compte est constitué de texte, donc de mots, qui peuvent être considérés comme des éléments à part entière d’un discours54. À ce titre, la partie textuelle du compte répond à des règles précises, qui ont pour but de mettre d’abord en évidence une information. Mais le discours du compte est aussi un discours de justification, et c’est ce point plus particulier que j’aimerais développer. Deux espaces plus précisément laissent se déployer ce discours : d’une part le début du compte, d’autre part les justifications des dépenses.

  • 55  Cette copie ne se trouve souvent que dans le compte du premier exercice, le comptable se dispensan (...)
  • 56  Arch. dép. Nord, B1920, fo 1 r°-v°, transcrit dans Comptes généraux de l’État bourguignon entre 14 (...)
  • 57  Cf. pour la ville de Dijon la copie de la lettre d’établissement de Jean Moisson comme « receveur (...)
  • 58  Par exemple, les comptes des recettes ordinaires du duc de Bretagne ne paraissent pas inclure de c (...)
  • 59  Gérard Minaud, « Les juristes médiévaux italiens et la comptabilité commerciale avant sa formalisa (...)
  • 60  S. Bepoix et F. Couvel, « Rendre bon compte en Bourgogne à la fin du Moyen Âge… », art. cité, § 11 (...)

8Concernant les « préambules », ils constituent des parties de discours indispensables à la légitimation de l’action de l’agent comptable. Mais cette légitimation est souvent plus nettement affirmée dès le début du compte par la copie de la lettre de nomination qui institue l’officier dans son office ou dans la mission à laquelle le prince le destine. Cela est fréquent dans les comptes bourguignons55. Si l’on prend le compte du trésorier général de Bourgogne pour l’exercice du 3 octobre 1419 au 2 octobre 1420, rendu par Guy Guilbaut, compte qui correspond à son premier exercice comme receveur général de toutes les finances ducales, la lettre de nomination est transcrite en son entier après le titre du compte dans lequel ledit Guy Guilbaut donne les dates de son exercice comptable56. La transcription des lettres est annoncée à la fin de cette partie préliminaire : détaillant les qualités de Guilbaut, le processus de désignation – une désignation après l’avis et la délibération du conseil – et les prérogatives qui sont attachées à la charge déléguée, la lettre, qui comporte également à la fin du texte les clauses injonctives attendues en tel cas, vaut pour la caution juridique qu’elle donne à l’action du receveur. La transcription donne aussi la teneur de ce qui est écrit au dos de la lettre, en l’occurrence la mention du serment du nouveau receveur, lequel serment, apprend-on, a été effectué dans les mains mêmes du duc. Cette mention est essentielle, puisque l’entrée en charge ne vaut qu’une fois le serment reçu. D’autres types de comptes – comptes d’hôtel, comptes de châtellenie, comptes de municipalité – peuvent aussi inclure en leur début la transcription de la lettre de nomination du receveur en charge de l’exercice comptable57, même si cette pratique n’avait rien de systématique, loin de là58. On ne manquera pas de rapprocher cette façon de procéder de la réflexion des juristes du temps – Balde notamment – lorsqu’ils récapitulent les éléments qui font du livre de compte des marchands un instrument juridique. Parmi plusieurs éléments recensés se trouve l’inscription portée en son début qui donne l’identité du marchand59. Faut-il voir dans cette transcription un surplus de légitimité que se donne le nouveau comptable quand il fait procéder à la rédaction au net de son compte ? Dans d’autres cas, plus rares néanmoins car il répond à des situations particulières, le début du compte pouvait livrer la copie d’un texte plus ambitieux, à l’image de l’ordonnance de Jean sans Peur de 1411, recopiée en tête des comptes de certaines châtellenies bourguignonnes pour l’exercice de la même année60. Ordonnance de réforme devant mettre fin à nombre d’abus dans la tenue des comptes, le texte devient alors pour le comptable comme un guide, sous l’autorité duquel il place son action, et un programme duquel il ne doit dévier.

  • 61  Nicolas Offenstadt parle au sujet des comptes médiévaux d’écrits « bavards et justificatifs » : En (...)
  • 62  Voir, pour un accès rapide à cette source, l’édition de M. Mollat des comptes de la recette généra (...)
  • 63  Arch. dép. Loire, B 1915, fo 9 ; édité dans Étienne Fournial et Jean-Pierre Gutton, Documents sur (...)
  • 64  Je reprends ici des éléments que j’ai développés d’une manière plus approfondie dans O. Mattéoni, (...)
  • 65  Arch. dép. Loire, B 1915, fo 9 ; Documents sur les trois États du pays et comté de Forez…, op. cit (...)
  • 66  Arch. dép. Loire, B 1915, fo 3 ; Documents sur les trois États du pays et comté de Forez…, op. cit (...)
  • 67  Arch. dép. Loire, B 1915, fo 13 ; Documents sur les trois États du pays et comté de Forez…, op. ci (...)
  • 68  Arch. dép. Loire, B 1915, fo 18 vo ; Documents sur les trois États du pays et comté de Forez…, op. (...)
  • 69  Sur la carrière d’Étienne d’Entraigues, voir O. Mattéoni, « Mots, langue et discours dans les comp (...)
  • 70  La formule est d’Aude Wirth-Jaillard, « La rhétorique des documents comptables médiévaux : réflexi (...)
  • 71  Cf., par exemple, la précision des achats de tissus et objets pour la confection des habits à la c (...)

9Mais c’est dans les dépenses que le discours de justification se déploie dans des proportions souvent considérables, donnant lieu à de véritables paragraphes explicatifs61. Les dépenses des comptes du trésorier de Forez cités plus haut ou encore celles de la recette générale du duc de Bourgogne62 sont de longs articles qui endossent la forme de véritables récits. Cela est particulièrement vrai pour les justificatifs des dépenses militaires, les paiements des gens d’armes, les frais des mises en défense. Chaque fois, l’article, qui peut se déployer sur des dizaines de lignes, entre dans les détails, décrit les opérations, met en action les protagonistes. On est frappé par la précision de la narration. Voici les comptes du trésorier de Forez, Étienne d’Entraigues, pour les années 1387-139263. Ils comprennent de nombreuses dépenses en rapport avec la guerre et la défense du comté64. Pour justifier le paiement de 33 s. t. à Guillin Le Bloy, sergent à cheval, qui a porté « haastivement » des lettres à Moulins au conseil de monseigneur, le trésorier livre le contenu de la lettre, qui nous apprend que « les Anglois qui vindrent a Saint Rambert estoient lors a Villedieu pres de Saint Flour pour faire ladite chevauchee en Forez65 ». De même, pour justifier les 30 francs octroyés à Pierre Gordin qui est allé, en février 1388, de Montbrison à Paris porter des lettres au duc, d’Entraigues en détaille le contenu : il y est une nouvelle fois question des Anglais qui entendaient faire « en son païs de Forez une grosse chevauchee et le domagier en toutes manieres66 ». Plus généralement, on est frappé par la couleur du récit, sorte de mise en abyme qui insiste sur le danger représenté à la fin des années 1380 et au début des années 1390, où la pression fiscale est forte, par la menace des routiers qui pèse sur le comté. La mise en récit joue alors des adverbes pour rendre compte de la précipitation de la mise en défense – « hastivement », « diligemment », « moult », « merveilleusement » – en même temps qu’elle insiste constamment « sur la male volunté et emprise des ennemiz67 », lesquels, outre de « chevaucher et de parforer la frontière ou encore de s’embuschieir en telle ou telle forêt, roboyent les marchands et spioyent les forteresses68 ». À n’en pas douter, les articles témoignent d’un authentique « savoir-faire rhétorique ». Étienne d’Entraigues, l’auteur, en sus d’être trésorier, est un homme d’écriture. Il est proche de la chancellerie ducale, où officie son frère69. Dans ses articles, il fait référence, pour appuyer son récit justificatif, aux mandements délivrés, aux lettres reçues, aux quittances présentées. Par les couleurs de l’exposé, les justifications des dépenses combinent intratextualité (avec des citations internes à la trésorerie et au vocabulaire comptable) et intertextualité (avec citations d’autres genres documentaires, en l’occurrence lettres, mandements, ordonnances). D’une manière générale, les dépenses pour fait de guerre donnent souvent lieu à de longs développements, ce qui a pu faire dire que la guerre s’apparentait dans les comptes à une « figure de rhétorique70 ». Le même constat vaut, dans d’autres comptes, pour les dépenses liées à des dons effectués par le duc à des officiers et à des fidèles. Il s’agit alors de mettre en avant la grâce du prince qui octroie là une pension, ici un cadeau, ailleurs une faveur. Au lieu d’un inventaire froid des sommes payées, le compte détaille, raconte, met en scène un pouvoir en action, des officiers au travail, des hommes de guerre au combat. Il en est de même pour les descriptions quasi nominalistes d’objets, dont le luxe de détails parfois fournis, au style flamboyant, fait du compte comme un complément de l’inventaire du « Trésor »71.

10On peut s’interroger sur cette volonté de consigner des informations si longues, avec une telle précision, alors que les dépenses sont justifiées par des quittances et des mandements qui pourraient suffire lors de la vérification. Bien sûr, des considérations matérielles peuvent être invoquées. Il n’est pas sûr, en effet, que les quittances soient conservées longtemps après le contrôle, alors que le compte, lui, l’était. Dans ces conditions, l’enregistrement détaillé des dépenses permet de garder la mémoire des faits, des événements, ce qui donne au compte une dimension « mémorielle » manifeste. Un autre élément doit aussi être pris en considération, qui renvoie aux conditions dans lesquelles les comptes étaient contrôlés. Comment, en effet, la vérification se déroulait-elle ? Les comptes faisaient-ils l’objet d’une lecture à haute voix, en tout cas pour certaines parties ? Si l’on admet qu’il en était ainsi, le fait de rédiger les articles trouverait ici une justification supplémentaire.

  • 72  Pour jouer sur l’ambiguïté des mots « compte »/« conte », à l’image des désignations des comptes d (...)
  • 73  Sur la procédure de contrôle à la Chambre des comptes, voir Olivier Mattéoni, « Vérifier, corriger (...)
  • 74  Sur cette question de la légitimité des actes et de l’écrit administratif, voir Olivier Guyotjeann (...)

11De tous ces points de vue, il ressort une évidence : le compte est aussi un « conte »72, un livre qui garde mémoire, qui consigne une information, information que le contrôle du compte, effectué à la Chambre des comptes dans le cas des comptabilités royales et princières, voire des comptabilités urbaines, permet en quelque sorte de valider, mieux encore, d’approuver. Il convient ici de ne pas oublier que le contrôle des comptes, dans les instances de contrôle que sont les Chambres des comptes, est une procédure de nature judiciaire73. Si ce sont d’abord des sommes, des calculs, et derrière des recettes et des dépenses qui sont vérifiées lors de l’audition, ce sont aussi des mots qui portent et justifient ces dépenses. La parole du compte est donc revêtue d’une force symbolique. Le jugement lui donne légitimation. Revêtu de l’autorité de la chose jugée, le compte est bien un document de pouvoir, qui dit une vérité. Instrument d’une politique – en l’occurrence celle du prince –, il est aussi justification de cette politique. La légitimité de l’action du prince s’en trouvait d’autant plus confortée que le jugement des comptes était, comme tout jugement, placé sous le sceau de l’autorité divine74.

III. Dire la légitimité du compte

  • 75  Henri Jassemin, La Chambre des comptes de Paris au xve siècle, Paris, Picard, 1933, p. 115-150.
  • 76  Cf. l’exemple des comptes de la vicomté de Caen, voir D. Angers, « “Ideo ordinetur”. Les comptes d (...)
  • 77  Voir l’édition du compte des recettes et dépenses d’Hugues Pinelle pour la duchesse Anne de Bourbo (...)
  • 78  Jean-Baptiste Santamaria, La Chambre des comptes de Lille de 1386 à 1419 : essor, organisation et (...)
  • 79  J. Kerhervé, L’État breton aux 14e et 15e siècles…, op. cit., t. 1, p. 392-398
  • 80  Pour une vision de cet ordonnancement des annotations des gens des comptes, voir les différentes r (...)
  • 81  Antoine Garapon, Bien juger. Essai sur le rituel judiciaire, Paris, Odile Jacob, coll. « Opus », 1 (...)
  • 82  D. Angers, « “Ideo ordinetur”. Les comptes de la vicomté de Caen… », art. cité, 2e partie, § 15-25
  • 83  Sur le domaine et les enjeux de sa protection, Guillaume Leyte, Domaine et domanialité publique da (...)

12Dans les Chambres des comptes, le temps de la vérification faisait ainsi intervenir une autre rhétorique, celle des clercs et des maîtres de l’institution. Lors de la table ronde de Dijon-Besançon, plusieurs relations ont insisté sur sa particularité, que les travaux anciens d’Henri Jassemin avaient déjà soulignée75. Cantonnée à la marge gauche des pages de comptes, sanctuaire de l’expression du contrôle, la parole de la vérification s’exprime généralement en latin – ainsi à la Chambre des comptes de Paris76 ou encore à la Chambre de Moulins77 –, même si de notables exceptions existent au sein d’un même espace politique, comme dans l’espace bourguignon entre la Chambre des comptes de Dijon, fidèle au latin, et celle de Lille, adepte du français78, ou encore à la Chambre de Vannes, qui use majoritairement du français au xve siècle79. Hors les Chambres, les situations étaient des plus variables, pouvant alterner latin et français. Les récapitulations de sommes – « grosses sommes » (grossa), qui correspondaient aux totaux des grandes sections du compte, et « fausses sommes », qui étaient les totaux des chapitres secondaires – étaient souvent en latin, placées au centre de la colonne centrale d’écriture, rappelant que, selon le style ayant cours à la Chambre de Paris, les comptabilisations relevaient des maîtres, c’est-à-dire des juges, quand bien même dans la réalité elles étaient souvent accomplies en amont par les clercs en charge de l’examen80. Magie du chiffre, magie de la langue qui le met en valeur : les sommes ainsi reportées ne l’étaient qu’une fois les vérifications accomplies. Les indications en marge permettent de se rendre compte de ce travail minutieux, tatillon, consistant à examiner et à s’assurer qu’une recette est telle qu’elle doit être et qu’une dépense s’avère conforme aux justificatifs que sont le mandement et la quittance, qui en attestent le paiement. Les indications en marge correspondent donc à ce travail de vérification, qui n’est finalement rien d’autre qu’un travail d’instruction pour traquer erreurs, fautes et éventuelles malversations : le paradigme en est ici l’inquaesta in secreto. Les travaux sur cet aspect particulier des comptes ont tous souligné cette minutie. Le contrôle joue de formules latines courtes et sèches, que la tonalité particulière du subjonctif et de la voix passive à valeur souvent impérative dramatise. Les radiatur, corrigatur, videatur, loquatur, ordinetur renvoient à un langage d’initié, caractéristique de cette parole de justice si importante et dont les historiens du rituel judiciaire ont souligné la puissance et le caractère performatif81. Ces expressions sont les témoins d’un dialogue, d’abord entre clercs et maîtres quand le contrôle s’effectuait en deux temps, ensuite et surtout entre maîtres et comptables, même si cet échange était inégalitaire. Toutes les parties du compte étaient passées au crible de la sagacité des contrôleurs, même les parties des impayés, tels ces « deniers non rendus et non receus » des comptes de la vicomté de Caen, déjà signalés plus haut, que les maîtres parisiens s’acharnaient, exercice après exercice, à annoter, demandant toujours des explications sur les cens impayés depuis bien longtemps ou sur les biens détruits de nul rapport, dont l’origine remontait parfois à plusieurs dizaines d’années82. Cet exemple est intéressant pour ce qu’il nous dit de la conscience des maîtres dans leur mission première qu’est la conservation du domaine83.

  • 84Comptes de l’hôtel des rois de France aux xive et xve siècles, M. L. Douët-d’Arcq (éd.), op. cit.,(...)
  • 85  J. Kerhervé, L’État breton aux 14e et 15e siècles…, op. cit., t. 1, p. 396-397.
  • 86  Sur le profil des maîtres des comptes, J. Kerhervé, L’État breton aux 14e et 15e siècles, t. 2, sp (...)
  • 87  J. Kerhervé, L’État breton aux 14e et 15e siècles…, op. cit., t. 1, p. 397.
  • 88  Martine Aubry, « Le comptable au travail : les signes techniques en marge des comptabilités lilloi (...)
  • 89  Pierre Bourdieu parle de « magie performative » dans Ce que parler veut dire. L’économie des échan (...)
  • 90  Cf. la reproduction du début du xvie siècle montrant un jugement des comptes avec en arrière-plan (...)

13Plus largement d’ailleurs, le respect du style était une préoccupation majeure des gens des comptes, qui n’hésitaient jamais à rappeler aux comptables qui venaient devant eux cet impératif. Usant de formules dont la logique démonstrative n’est pas sans rappeler le discours des plaidoiries judiciaires, les gens des comptes justifiaient le refus de certaines dépenses par l’écart à la norme que représentait telle dépense ou telle justification. Par exemple, dans le compte de l’hôtel de la reine Isabeau de Bavière pour l’année 1401, la somme de deux articles qui se suivent est soulignée. En marge est écrit : « Loquatur quia non est consuetum. Ideo de ordinatione dominorum, videlicet supradicti magistri hospicii domini regis et dominorum compotorum, radiantur iste due partes84 ». Là où les annotations des gens des comptes étaient en français, comme à Vannes, les commentaires n’en étaient pas moins assurés. À un receveur qui revendiquait tout bonnement le droit de se tromper, les gens des comptes répondirent : « De ces protestations on ne gree que droit et n’est pas coustume, ni ne appartient en compte en recevoir nulles » ; ou encore, à celui qui demandait « un défraiement exceptionnel », il fut répondu : « l’on n’a point coustume de bailler arrollement pour apurement car lesdits apurements viennent par defaut des officiers85 ». Les formules négatives sonnent ici fermement. Mais, s’il en était besoin, les maîtres, pour beaucoup hommes de loi86, ne rechignaient pas à faire appel aux autorités, à l’image une nouvelle fois des plaidoiries judiciaires. Usant du latin qui se mêlait alors au français, le propos devenait plus long, plus solennel encore : le Code, le Digeste, les commentateurs, tels Balde ou Bartole, pouvaient être sollicités. Afin de rappeler la nécessité impérieuse de présenter une quittance pour justifier un débours, les maîtres, outre invoquer les règles de la vérification comptable, pouvaient parfois appuyer leur dire sur une autorité. Dans un compte de la Trésorerie de l’Épargne du duc de Bretagne, il est par exemple rappelé, face à un article de dépense appuyée sur une quittance, que le paiement a bien eu lieu car, suivant l’enseignement de la glose, « per restitucionem cirografi ipso facto liberatur debitor87 ». Il y aurait à faire une étude systématique de ces mentions et de ces formules – mais aussi des signes et des marques qui les accompagnent, à l’image de l’enquête menée sur les comptabilités lilloises88 –, qui, au-delà de leur caractère stéréotypé, relèvent d’une rhétorique du pouvoir et de l’autorité. « Parole magique » au sens où l’entend Pierre Bourdieu89, cette langue entrait en écho avec le cadre – le bureau – dans lequel se déroulaient les vérifications, bureau dont le décor exaltait à Paris, par la présence d’un tableau de la Crucifixion, la vocation de juge de « messeigneurs » des comptes90.

Conclusion

14L’étude de l’ordonnancement des comptes, l’analyse des mots qui les structurent, l’interprétation du discours qu’ils véhiculent, tous ces éléments sont au cœur de la fabrique de la norme comptable. Donner toute sa valeur à ces aspects du compte est sans doute l’un des enjeux les plus prometteurs des enquêtes à venir sur les comptes, et les trois contributions qui suivent, chacune à sa façon, apportent de riches éléments à la réflexion. C’est que les mots et le discours des comptes ne font que renvoyer à des manières d’identifier et de classer. Mieux cerner ces procédés de classification, mieux identifier les façons de nommer, de dire, de décrire – ici les taxes et les impôts, là les objets de valeur et les catégories de produits, là encore les hommes et les sujets –, c’est finalement mieux comprendre les transformations cognitives et matérielles qui ont façonné les pratiques de gestion, d’administration et, au-delà, de gouvernement à la fin du Moyen Âge.

Notes

1  La table ronde s’est tenue le 30 septembre 2010 à Dijon, aux archives municipales, et le 1er octobre à Besançon, à l’université de Franche-Comté. Outre le LAMOP et l’IRHIS, la rencontre a été possible grâce au soutien des archives municipales de Dijon, du laboratoire ARTEHIS (CNRS-université de Dijon), du laboratoire des sciences historiques de l’université de Besançon et des municipalités de Dijon et de Besançon.

2  Texte de l’appel à contribution diffusé aux membres du groupe de recherche.

3  Citation de Patrice Beck dans son introduction au numéro des actes de la rencontre, « Le vocabulaire et la rhétorique des comptabilités médiévales. Modèles, innovations, formalisation. Propos d’orientation générale », dans Le vocabulaire et la rhétorique des comptabilités médiévales. Comptabilité(S). Revue d’histoire des comptabilités, no 4, 2012, § 17, http://comptabilites.revues.org/840.

4Le vocabulaire et la rhétorique des comptabilités médiévales. Comptabilité(S). Revue d’histoire des comptabilités, no 4, 2012, http://comptabilites.revues.org/838.

5  C’est le cas de toutes les comptabilités qui ont fait l’objet d’une présentation lors de la rencontre de Dijon-Besançon, et ce quel que soit l’espace géographique. Ainsi, les comptes de la ville de Porto au xve siècle présentés par Arnaldo Sousa Melo portent le titre explicite de « Livro da Receita e Despesa », voir son article « Le vocabulaire des comptabilités portugaises dans les livres de comptes municipaux de la deuxième moitié du xve siècle », dans Le vocabulaire et la rhétorique des comptabilités médiévales…, op. cit., http://comptabilites.revues.org/1184.

6  Denise Angers, « “Ideo ordinetur”. Les comptes de la vicomté de Caen au crible de l’analyse des gens de la Chambre des comptes », dans Le vocabulaire et la rhétorique des comptabilités médiévales…, op. cit., http://comptabilites.revues.org/1055, spéc. § 10.

7  Ainsi dans les comptabilités seigneuriales de Dieppe et de Tancarville au xve siècle, voir Isabelle Theiller, « Structure rhétorique des registres comptables hauts-normands à la fin du Moyen Âge », dans Le vocabulaire et la rhétorique des comptabilités médiévales…, op. cit., http://comptabilites.revues.org/1065, spéc. § 11.

8  D. Angers, « “Ideo ordinetur”. Les comptes de la vicomté de Caen… », art. cité, § 7-8 et fig. 3.

9  Jean Kerhervé, L’État breton aux 14e et 15e siècles. Les ducs, l’argent et les hommes, 2 t., Paris, Maloine, 1987, t. 1, p. 412.

10  Albert Rigaudière, Saint-Flour, ville d’Auvergne au bas Moyen Âge. Étude d’histoire administrative et financière, 2 t., Paris, Presses universitaires de France (« Publications de l’université de Rouen »), 1982, t. II, p. 658-661, écrit : « L’énumération de ces dépenses est fort longue. Elle occupe, en principe, plus des trois quarts du registre car le scribe s’attache à les décrire avec précision en plus de l’indication chiffrée qu’il mentionne, en bas et à droite de son commentaire » (p. 660) ; Florent Garnier, Un consulat et ses finances, Millau (1187-1461), Paris, IGPDE/Comité pour l’histoire économique et financière de la France (« Études générales »), 2006, p. 38-43, http://books.openedition.org/igpde/1055, mentionne de son côté que les dépenses « représentent très souvent les deux tiers d’un cahier en papier comprenant 30 à 140 folios » (p. 38) ; Paul Baer, Les institutions municipales de Moulins sous l’Ancien Régime, Paris, Librairie de la Société du recueil J.-B. Sirey et du journal du Palais (université de Paris-faculté de droit), 1906, p. 200-202, cite l’exemple du compte de 1430, qui « contient 10 articles de recettes et 211 articles de dépenses » (p. 201 ; Arch. mun. Moulins, no 264).

11Les comptes des consuls de Montferrand (1346-1373), R. Anthony Lodge (éd.), Paris, École des chartes (« Études et rencontres », 31), 2010. Pour les exercices dont les comptes nous sont parvenus complets, la section des dépenses est nettement plus importante que la section des recettes. Ainsi, pour l’exercice 1355-1356, la partie « Recettes » comprend 18 articles (un folio recto-verso) et la partie « Dépenses » 989 (30 folios) (calcul effectué à partir de l’édition, Ibid., p. 171-214 ; registre CC 164) ; pour l’exercice 1364-1365, 10 articles composent la section « Recettes » (un folio recto-verso) et 515 la section « Dépenses » (23 folios) (Ibid., p. 340-380 ; registre CC 167) ; pour l’exercice 1372-1373, 15 articles forment la section « Recettes » (un folio recto-verso) et 418 la section « Dépenses » (33 folios) (Ibid., p. 415-452 ; registre CC 169).

12Les comptes des consuls de Montferrand (1346-1373), R.A. Lodge (éd.), op. cit. ; A. Rigaudière, Saint-Flour, ville d’Auvergne au bas Moyen Âge…, op. cit., t. II, p. 660 ; Fl. Garnier, Un consulat et ses finances…, op. cit., p. 38.

13  J. Kerhervé, L’État breton aux 14e et 15e siècles…, op. cit., t. 1, p. 412.

14  Sylvie Bepoix et Fabienne Couvel, « Rendre bon compte en Bourgogne à la fin du Moyen Âge : le dire au travers des ordonnances et le faire selon les mots des receveurs », dans Le vocabulaire et la rhétorique des comptabilités médiévales…, op. cit., http://comptabilites.revues.org/1195, spéc. § 26-27. L’agencement de la section « Recettes » dans les comptes seigneuriaux de l’espace haut-normand est assez proche : les recettes sont déclinées « par lieux et par termes pour les rentes foncières et par thématiques pour les autres recettes (louages, droit d’admission, fouage, etc.) », voir I. Theiller, « Structure et rhétorique des registres comptables hauts-normands… », art. cité, http://comptabilites.revues.org/1065, § 11.

15  Françoise Humbert, Les finances municipales de Dijon du milieu du xive siècle à 1477, Paris, Les Belles Lettres (« Publications de l’université de Dijon », XXIII), 1961, p. 14.

16Ibid., p. 14-15.

17  Ainsi à Millau, avec les registres des impositions directes municipales (« comu », « talh », « dimergue », « prest »), dont la levée donne lieu à la tenue de livres de comptes particuliers, voir Fl. Garnier, Un consulat et ses finances…, op. cit., p. 46-48 et 672-676.

18  À l’image, par exemple, des comptes de fouages du trésorier de Forez de la seconde moitié du xve siècle, voir Olivier Mattéoni, « Mots, langue et discours dans les comptes d’Étienne d’Entraigues, trésorier de Forez (2de moitié du xive siècle) », dans Le vocabulaire et la rhétorique des comptabilités médiévales…, op. cit., http://comptabilites.revues.org/1156, spéc. § 14 ; sur l’exploitation de ces comptes, idem, « Mise en place et répartition de l’impôt princier en Forez à la fin du Moyen Âge, au temps des Bourbons », dans L’impôt au Moyen Âge. L’impôt public et le prélèvement seigneurial en France, fin xiie-début xvie siècle, Actes du colloque de Bercy, juin 2000, vol. II : Les espaces fiscaux, Philippe Contamine, J. Kerhervé et A. Rigaudière (dir.), Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France (« Animation de la recherche »), 2002, p. 451-481 (repris dans idem, Institutions et pouvoirs en France [xive-xve siècles], Paris, Picard [« Les médiévistes français », 10], 2010, p. 201-223).

19  Fr. Humbert, Les finances municipales de Dijon…, op. cit., p. 50, et détail p. 174-206.

20  Walter Prévenier, « Quelques aspects des comptes communaux en Flandre au Moyen Âge », dans Finances et comptabilités urbaines du xiiie au xvie siècle, Actes du colloque de Blankenberge, 6-9 septembre 1962, Bruxelles, Crédit communal de Belgique, 1964, p. 114-145, spéc. p. 139. D’une manière générale, signe de leur puissance, les villes de Flandre classent leurs dépenses, comme d’ailleurs leurs recettes, par grandes rubriques parfaitement structurées.

21  Sur cette part de liberté des receveurs et des comptables, leur marge de manœuvre, voir, parmi les communications présentées lors de la table ronde de Dijon-Besançon : S. Bepoix et F. Couvel, « Rendre bon compte en Bourgogne à la fin du Moyen Âge… », art. cité, § 30 ; Sophie Jolivet, « Justifier les dépenses vestimentaires dans la recette générale de toutes les finances du duc de Bourgogne Philippe le Bon », dans Le vocabulaire et la rhétorique des comptabilités médiévales…, op. cit., http://comptabilites.revues.org/1141, qui écrit au terme de sa démonstration : « La forme du compte, en tant qu’outil de travail, tend vers la rationalisation mais elle continue d’être modifiée en fonction de la personnalité du receveur et des contraintes auxquelles celui-ci est soumis » (§ 43).

22  Dans l’exemple étudié par Laure-Hélène Gouffan, le registre de comptabilité d’Hyères de 1397-1398 a un caractère composite qui tient aux habitudes d’écriture de son auteur, le marchand Bertrand Rocafort. Le compte est loin de répondre aux canons traditionnels de présentation des comptes urbains, voir L.-H. Gouffan, « L’écriture comptable d’un marchand provençal au tournant du xve siècle : les comptabilités de Bertrand Rocafort d’Hyères », dans Le vocabulaire et la rhétorique des comptabilités médiévales…, op. cit., http://comptabilites.revues.org/1170.

23  S. Jolivet, « Justifier les dépenses vestimentaires dans la recette générale… », art. cité, parties V et VI, § 26-42.

24Les comptes des consuls de Montferrand (1346-1373), R. Anthony Lodge (éd.), op. cit., p. vi.

25  Cf., par exemple, les comptes de la trésorerie de Dole, dont la taille passe d’une centaine de feuillets à la fin du xive siècle à plus de 250 dans les années 1470, voir Matthieu Leguil, « “Faire et ordonner ses comptes” dans les deux Bourgognes aux xive et xve siècles. Uniformité ou diversité des comptabilités des principautés méridionales de l’État bourguignon ? », dans le présent volume supra. À l’augmentation de la taille des registres, une autre raison peut être invoquée : le contrôle plus pointilleux des gens des comptes qui poussent à l’explication et à l’introduction d’informations complémentaires au sein du compte, voir J. Kerhervé, L’État breton aux 14e et 15e siècles…, op. cit., t. 1, p. 414.

26  Le premier compte conservé concerne l’exercice 1399-1400. Il est en français, voir Arch. mun. Moulins, no 245.

27  La série débute avec le compte de Huguenin de Varie, « receveur des peages, barrages et pontenages », qui court de mai 1389 à mai 1390. Il est en français, voir Arch. mun. Nevers, CC 1 ; abbé Boutillier, Inventaire sommaire des archives communales antérieures à 1790, ville de Nevers, Nevers, Impr. de J. Vincent, 1876.

28  Le premier compte de 1392 qui ouvre la riche série des comptes municipaux – mais de rares épaves ont été conservées pour la première moitié du xive siècle – est en français, voir P. Beck, « Les comptabilités de la commune de Dijon », dans Approche codicologique des documents comptables du Moyen Âge. Comptabilité(S). Revue d’histoire des comptabilités, no 2, 2011, http://comptabilites.revues.org/371.

29  Le premier compte de la série qui débute en 1356 est en langue d’oc, voir Fl. Garnier, Un consulat et ses finances, Millau…, op. cit., p. 38 et suiv.

30  Le premier compte de la riche série (58 comptes) qui court de 1376 à 1468 est en langue d’oc, voir A. Rigaudière, Saint-Flour, ville d’Auvergne au bas Moyen Âge…, op. cit., t. 1, p. 29-32, t. 2, p. 658-661.

31  J. Kerhervé, L’État breton aux 14e et 15e siècles…, op. cit., t. 1.

32  S. Bepoix et F. Couvel, « Rendre bon compte en Bourgogne à la fin du Moyen Âge… », art. cité ; voir aussi dans le présent volume, supra, M. Leguil, « “Faire et ordonner ses comptes” dans les deux Bourgognes aux xive et xve siècles… », art. cité.

33  I. Theiller, « Structure et rhétorique des registres comptables hauts-normands… », art. cité, http://comptabilites.revues.org/1065, § 12.

34  O. Mattéoni, « Mots, langue et discours dans les comptes d’Étienne d’Entraigues… », art. cité, http://comptabilites.revues.org/1156, spéc. § 3 ; Marguerite Gonon, Documents linguistiques de la France. Série francoprovençale. I. Documents linguistiques du Forez (1260-1498), Paris, 1974, p. xxii-xxv.

35  Sur l’audition des comptes à la Chambre des comptes de Montbrison après l’arrivée des Bourbons en 1368, voir Olivier Mattéoni, Servir le prince. Les officiers des ducs de Bourbon à la fin du Moyen Âge (1356-1523), Paris, Publications de la Sorbonne (« Histoire ancienne et médiévale », 52), 1998, p. 210-213 et 227-230.

36  Géraud Lavergne, Le parler bourbonnais aux xiiie et xive siècles, Paris-Moulins, Honoré Champion-Louis Grégoire, 1909 (réimpr. Marseille, Lafitte Reprints, 1976), p. 101-105, édition du compte des recettes et des dépenses de la châtellenie de Rochefort, 1310-1311 (Arch. nat., P 13782, no 3093).

37  J. Kerhervé, L’État breton aux 14e et 15e siècles…, op. cit., t. 1, p. 410-416 pour les comptes des recettes ordinaires.

38Les comptes des consuls de Montferrand (1273-1319), R. Anthony Lodge (éd.), Paris, École des chartes (« Études et rencontres », 23), 2006, p. vii, qui décrit ainsi la substitution progressive de l’occitan sous sa forme auvergnate par le français : d’abord des registres dont l’auvergnat est « peu contaminé de parisianismes » (décennie 1360 et début de la décennie 1370), puis un registre (1379-1385, CC 170) rédigé moitié en auvergnat, moitié en français, enfin le registre des années 1385-1390 (CC 171) qui est entièrement écrit en français. Sur la langue des registres mixtes, voir l’étude introductive du même R. Anthony Lodge dans Les comptes des consuls de Montferrand (1346-1373), op. cit., p. xxi-xxxix.

39  Le mouvement concerne les autres principales villes de Basse-Auvergne, comme Riom ou encore Aigueperse : Auguste Brun, Recherches historiques sur l’introduction du français dans les provinces du Midi, Paris, Honoré Champion, 1923 (réimpr. Genève, Slatkine, 1973), p. 53-54.

40  Parmi quelques exemples, les comptes de l’Hôtel-Dieu de Paris conservés pour le xve siècle – comptes du maître et comptes de la prieuse –, institution sous la tutelle du chapitre cathédral de Notre-Dame de Paris, sont en français, voir Christine Jéhanno, « Les comptes de l’Hôtel-Dieu de Paris au Moyen Âge. Documents pour servir à l’histoire économique et sociale », Études et documents, IX, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1997, p. 503-527, et eadem, « Un grand hôpital en quête de nouvelles ressources : l’Hôtel-Dieu de Paris à la fin du Moyen Âge », dans Assistenza e solidarietà in Europa, secc. xiii-xviii/Social Assistance and Solidarity in Europe from the 13th to the 18th Centuries, Atti della Quarantaquattresima Settimana di Studi, 22-26 aprile 2012, Francesco Ammannati (éd.), Florence, Firenze University Presse (« Fondazione Istituto Internazionale di Storia Economica F. Datini », Prato), 2013, p. 227-246. En France du Nord, les comptes des hôpitaux ci-dessous cités sont majoritairement en langue vernaculaire (français, picard, flamand) à partir du xive siècle : hôpital du Saint-Esprit en Grève à Paris, Hôtel-Dieu d’Amiens, Hôtel-Dieu de Soissons, Hôtel-Dieu de Chartres, Hôtel-Dieu de Laon, hôpital Comtesse de Lille, l’hôpital Saint-Jean-Baptiste d’Aire-sur-la-Lys, hôpital et maladrerie Sainte-Marie-Madeleine de Bergues (comptes en flamand dès 1400, date du premier compte conservé), hôpital Saint-Jean de Bergues (comptes en flamand dès 1399, date du premier compte conservé). Pour l’Hôtel-Dieu d’Orléans, les comptes sont en latin jusqu’en 1390, avant d’être rédigés en français, voir Annie Saunier, « Le pauvre malade » dans le cadre hospitalier médiéval, France du Nord, vers 1300-1500, Paris, AP éditions Arguments, 1993, p. 242-245 ; Claudine Billot, Chartres à la fin du Moyen Âge, Paris, École des hautes études en sciences sociales (« Civilisations et Sociétés », 76), 1987, p. 274-279 et 326 ; Nicolas Offenstadt, En place publique. Jean de Gascogne, crieur au xve siècle, Paris, Stock (« Essais et documents »), 2013, p. 23 et 240 et les citations dans le texte qui montrent que la langue des comptes est le français. Merci infiniment à Christine Jéhanno pour les indications concernant la langue des comptes des hôpitaux du Nord de la France. À l’opposé, les comptes de plusieurs hôpitaux vaudois, pourtant sous tutelle communale, demeurent en latin, même au xve siècle, voir Marie-Noëlle Jomini, Marie-Hélène Moser et Yann Rod, Les hôpitaux vaudois au Moyen Âge : Lausanne, Lutry, Yverdon, Lausanne, Université de Lausanne (« Cahiers lausannois d’histoire médiévale », 37), 2005. Les comptes de fabrique et de confrérie sont également majoritairement en langue vernaculaire à partir du xive siècle, voir Denis Cailleaux, « Les comptes de construction des cathédrales médiévales », Les cahiers de la Sauvegarde de l’art français, no 15, 2002, p. 20-33, http://www.denis-cailleaux.com/wp-content/uploads/2012/02/Denis-CAILLEAUX-Les-comptes-des-cathedrale.pdf, qui écrit : « Inscrits sur des registres, rédigés en latin au xiiie et au début du xive siècle, puis généralement en français à la fin du Moyen Âge, ces comptes [les comptes des fabriques] se présentent généralement sous une forme simple » (p. 11) ; Bernard Delmaire, « Comptes d’églises, comptes des pauvres, comptes de communautés dans le Nord de la France du xiiie au xvie siècle », dans L’argent des villages. Comptabilités paroissiales et communales, fiscalité locale du xiiie au xviiie siècle, Actes du colloque d’Angers, octobre 1998, Antoine Follain (éd.), Rennes-Caen, Presses universitaires de Rennes-Association d’histoire des sociétés rurales (« Bibliothèque d’histoire rurale », 4), 2000, p. 69-96, spéc. les éditions p. 79-96 ; Jean-Michel Matz, « L’argent des fabriques dans l’Anjou et le Maine du xve au milieu du xvie siècle », Ibid., p. 97-118, spécialement l’édition du compte de la fabrique de Juigné-sur-Loire de 1451-1452, p. 111-118.

41  Cf. dans le présent volume, supra, Philippe Bernardi, « L’enregistrement des dépenses pontificales à Avignon au xive siècle. Quelques réflexions sur les sources des grands livres et sur le rôle des cursores » ; à compléter par Les comptabilités pontificales. Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge (MEFRM), Valérie Theis et Étienne Anheim (dir.), 118-2, 2006, p. 165-268.

42  Anne Lemonde, Le temps des libertés en Dauphiné. L’intégration d’une principauté à la Couronne de France (1349-1408), Grenoble, Presses universitaires de Grenoble (« La pierre et l’écrit »), 2002, p. 393-395 ; Christian Guilleré et Jean-Louis Gaulin, « Des rouleaux et des hommes : premières recherches sur les comptes de châtellenies savoyards », Études savoisiennes. Revues d’histoire et d’archéologie, 1, 1992, p. 51-108.

43  Si à Hyères le compte de Rocafort pour l’année 1397-1398 est en provençal, comme pour les villes d’Apt ou de Reillane qui optent pour le vernaculaire dès la fin du xive siècle, d’autres villes de Provence restent fidèles au latin jusqu’à la seconde moitié du xve siècle, alors que d’autres (Digne et Vence) font alterner latin et provençal tout au long du siècle, voir L.-H. Gouffan, « L’écriture comptable d’un marchand provençal au tournant du xve siècle… », art. cité, http://comptabilites.revues.org/1170, spéc. § 15-17 ; Michel Hébert, « Latin et vernaculaire : quelles langues écrit-on en Provence à la fin du Moyen Âge ? », dans Le provençal, langue et histoire. Provence historique, t. 47, no 188, 1997, p. 281-299, spéc. p. 290 et 298, http://provence-historique.mmsh.univ-aix.fr/n/1997/Pages/PH-1997-47-188_01.aspx. Sur les comptes de la ville de Digne, voir Florie Varitille, La ville de Digne à la fin du Moyen Âge : politique et société, mémoire de master 2, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2013.

44  Serge Lusignan, La langue des rois au Moyen Âge. Le français en France et en Angleterre, Paris, Presses universitaires de France (« Le nœud gordien »), 2004.

45Comptes de l’hôtel des rois de France aux xive et xve siècles, M. L. Douët-d’Arcq (éd.), Jules Renouard (« Société de l’histoire de France »), 1865. Les comptes de l’hôtel de Philippe le Bel sont en latin jusqu’à la fin de son règne, voir Les comptes sur tablettes de cire de la Chambre aux deniers de Philippe le Hardi et de Philippe le Bel (1282-1309), Élisabeth Lalou (éd.), Paris, De Boccard (« Documents financiers de l’AIBL. Recueil des historiens de la France », VIII), 1994.

46  Maurice Rey, Le domaine du roi et les finances extraordinaires sous Charles VI (1388-1413), Paris, SEVPEN (« Bibliothèque générale de l’École pratique des hautes études. VIe section »), 1965, p. 77-79 pour une présentation rapide ; à compléter par Henri Moranvillié, « Extraits de journaux du Trésor (1345-1419) », dans Bibliothèque de l’École des chartes, t. 49, 1888, p. 149-214 et 368-452 ; Journaux du trésor de Philippe VI de Valois, suivi de l’Ordinarium Thesauri de 1338-1339, Jules Viard (éd.), Paris, Imprimerie nationale (« Documents inédits sur l’histoire de France »), 1899 ; Comptes du Trésor (1296, 1316, 1384, 1477), Robert Fawtier (éd.), Paris, Imprimerie nationale (« Documents financiers de l’AIBL. Recueil des historiens de la France », II), 1930.

47  Il faut aussi prendre en considération la géographie linguistique du royaume. Sous Philippe VI et Jean II, les comptes d’impôts et de subsides concernant les sénéchaussées du Languedoc sont en latin, alors qu’ils sont rédigés en français pour la Normandie et la France du Nord, voir Catalogue de comptes royaux des règnes de Philippe VI et de Jean II (1328-1364), 1re partie, Raymond Cazelles (éd.), Paris, Imprimerie nationale-De Boccard (« Documents financiers de l’AIBL. Recueil des historiens de la France », VI), 1984.

48  M. Gonon, Documents linguistiques de la France…, op. cit.

49Ibid., p. xx.

50Les comptes des consuls de Montferrand (1346-1373), R.A. Lodge (éd.), op. cit., p. xxxix.

51Ibid., p. xxxiii-xxxv. Sur le plan lexical, c’est avec le vocabulaire de l’administration et de la justice que l’influence « parisienne » est la plus marquée. Anthony Lodge écrit : « On assiste dans ce domaine à une véritable “relexification” du vernaculaire local par l’importation de termes étrangers » (p. xxxiii).

52  Dominique Ancelet-Netter, La dette, la dîme et le denier. Une analyse sémantique du vocabulaire économique et financier au Moyen Âge, Lille, Presses universitaires du Septentrion (« Histoire et civilisation »), 2010, notamment p. 166-226 ; Lydwine Scordia, « Le roi doit vivre du sien ». La théorie de l’impôt en France (xiiie-xve siècles), Paris, Presses universitaires de Vincennes (« Collection des études augustiniennes. Série Moyen Âge et Temps Modernes », 40), 2005.

53  Sur cette question, voir infra l’étude de Denis Menjot, « Le discours fiscal des comptes urbains des Couronnes de Castille et d’Aragon à la fin du Moyen Âge ».

54  P. Beck, « Le vocabulaire et la rhétorique des comptabilités médiévales… », art. cité, écrit : « Dans les registres de la comptabilité publique conservés à partir des premières décennies du xive siècle, il y a bien plus de mots que de chiffres, bien plus de phrases que d’opérations. On se prend alors à penser que les documents ainsi élaborés servent au moins autant à conter, ou raconter, qu’à compter » (§ 1).

55  Cette copie ne se trouve souvent que dans le compte du premier exercice, le comptable se dispensant de la reproduire de nouveau dans les comptes suivants.

56  Arch. dép. Nord, B1920, fo 1 r°-v°, transcrit dans Comptes généraux de l’État bourguignon entre 1416 et 1420, Michel Mollat (éd.), avec le concours de Robert Favreau, 3 parties en 6 vol., Paris, Imprimerie nationale (« Documents financiers de l’AIBL. Recueil des historiens de la France », V), 1965-1976, t. 1, p. 217-220.

57  Cf. pour la ville de Dijon la copie de la lettre d’établissement de Jean Moisson comme « receveur general de la ville et commune de Dijon, tant de la recette ordinaire comme de l’extraordinaire » au début du compte de l’année 1475-1476, reproduite et transcrite dans P. Beck, « Le vocabulaire et la rhétorique des comptabilités médiévales… », art. cité, fig. 2 et 3 (Arch. mun. Dijon, M 48, fo 1). Autre exemple : la transcription au début du compte de Regnaudin Doriac de la lettre du 9 septembre 1421 par laquelle Charles VI le désigne comme maître de sa Chambre aux deniers, des garnisons de ses vins et de son argenterie pour l’exercice 1421-1422, voir Comptes de l’hôtel des rois de France aux xive et xve siècles, M. L. Douët-d’Arcq (éd.), op. cit., p. 270-271.

58  Par exemple, les comptes des recettes ordinaires du duc de Bretagne ne paraissent pas inclure de copies de lettres de nomination, voir J. Kerhervé, L’État breton aux 14e et 15e siècles…, op. cit., t. 1, p. 411-414. Le même constat vaut pour les comptes de Forez, comptes de châtellenie comme comptes du trésorier, voir O. Mattéoni, « Mots, langue et discours dans les comptes d’Étienne d’Entraigues… », art. cité.

59  Gérard Minaud, « Les juristes médiévaux italiens et la comptabilité commerciale avant sa formalisation en partie double de 1494 », Revue historique, no 660, 2011, p. 781-810, spéc. p. 799-800.

60  S. Bepoix et F. Couvel, « Rendre bon compte en Bourgogne à la fin du Moyen Âge… », art. cité, § 11-12 et n. 13.

61  Nicolas Offenstadt parle au sujet des comptes médiévaux d’écrits « bavards et justificatifs » : En place publique. Jean de Gascogne, crieur au xve siècle, op. cit., p. 22.

62  Voir, pour un accès rapide à cette source, l’édition de M. Mollat des comptes de la recette générale de toutes les finances, Comptes généraux de l’État bourguignon entre 1416 et 1420, op. cit.

63  Arch. dép. Loire, B 1915, fo 9 ; édité dans Étienne Fournial et Jean-Pierre Gutton, Documents sur les trois États du pays et comté de Forez. 1. Des origines à la réunion du comté à la couronne (1531), Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, 1987, no 10, p. 86.

64  Je reprends ici des éléments que j’ai développés d’une manière plus approfondie dans O. Mattéoni, « Mots, langue et discours dans les comptes d’Étienne d’Entraigues… », art. cité, spéc. § 17.

65  Arch. dép. Loire, B 1915, fo 9 ; Documents sur les trois États du pays et comté de Forez…, op. cit., I, no 10, p. 86.

66  Arch. dép. Loire, B 1915, fo 3 ; Documents sur les trois États du pays et comté de Forez…, op. cit., I, no 11, p. 95.

67  Arch. dép. Loire, B 1915, fo 13 ; Documents sur les trois États du pays et comté de Forez…, op. cit., I, no 9, p. 74.

68  Arch. dép. Loire, B 1915, fo 18 vo ; Documents sur les trois États du pays et comté de Forez…, op. cit., I, no 12, p. 104-105.

69  Sur la carrière d’Étienne d’Entraigues, voir O. Mattéoni, « Mots, langue et discours dans les comptes d’Étienne d’Entraigues… », art. cité, § 3.

70  La formule est d’Aude Wirth-Jaillard, « La rhétorique des documents comptables médiévaux : réflexions à partir des comptes du receveur de Châtel-sur-Moselle (1429-1510) », dans Le vocabulaire et la rhétorique des comptabilités médiévales…, op. cit., http://comptabilites.revues.org/1098, § 24.

71  Cf., par exemple, la précision des achats de tissus et objets pour la confection des habits à la cour de Bourgogne, voir S. Jolivet, « Justifier les dépenses vestimentaires de la recette générale… », art. cité.

72  Pour jouer sur l’ambiguïté des mots « compte »/« conte », à l’image des désignations des comptes dans le compte général du receveur d’Artois pour l’année 1303-1304, qui fait alterner les appellations « contes » et « comptes », voir François Duceppe-Lamarre, « “Pour se painne de transcrire” : des rouleaux aux quaternions. Permanence et mutation du vocabulaire des doublons comptables dans les premières années du règne de la comtesse Mahaut d’Artois (1303-1304) », dans Le vocabulaire et la rhétorique des comptabilités médiévales…, op. cit., http://comptabilites.revues.org/1115, § 3-7 et fig. 1-3.

73  Sur la procédure de contrôle à la Chambre des comptes, voir Olivier Mattéoni, « Vérifier, corriger, juger. Les Chambres des comptes et le contrôle des officiers en France à la fin du Moyen Âge », Revue historique, no 641, 2007, p. 31-69 (repris dans idem, Institutions et pouvoirs en France [xive-xve siècles], op. cit., p. 123-152).

74  Sur cette question de la légitimité des actes et de l’écrit administratif, voir Olivier Guyotjeannin et Olivier Mattéoni, « Écrire, décrire, ordonner. Les actes et la légitimité du pouvoir à la fin du Moyen Âge », dans « Les vecteurs de l’idéel ». Le pouvoir symbolique entre Moyen Âge et Renaissance. La légitimité implicite II, Jean-Philippe Genet (dir.), Paris-Rome, Publications de la Sorbonne-École française de Rome, à paraître.

75  Henri Jassemin, La Chambre des comptes de Paris au xve siècle, Paris, Picard, 1933, p. 115-150.

76  Cf. l’exemple des comptes de la vicomté de Caen, voir D. Angers, « “Ideo ordinetur”. Les comptes de la vicomté de Caen… », art. cité, spéc. § 15-27.

77  Voir l’édition du compte des recettes et dépenses d’Hugues Pinelle pour la duchesse Anne de Bourbon du 1er octobre 1496 au 30 septembre 1497 avec, en marge, toutes les mentions en latin des clercs et maîtres de la Chambre des comptes de Moulins (Arch. nat., P 13552, no 120) dans Chartes du Bourbonnais, 918-1522, Jacques Monicat et Bernard de Fournoux (éd.), Moulins, Crépin-Leblond et Cie éditeurs, 1952, p. 386-418.

78  Jean-Baptiste Santamaria, La Chambre des comptes de Lille de 1386 à 1419 : essor, organisation et fonctionnement d’une institution princière, Turnhout, Brepols (« Burgundica », 20), 2012.

79  J. Kerhervé, L’État breton aux 14e et 15e siècles…, op. cit., t. 1, p. 392-398

80  Pour une vision de cet ordonnancement des annotations des gens des comptes, voir les différentes reproductions de pages de comptes dans D. Angers, « “Ideo ordinetur”. Les comptes de la vicomté de Caen… », art. cité, fig. 6, 7, 9, 10 et 11.

81  Antoine Garapon, Bien juger. Essai sur le rituel judiciaire, Paris, Odile Jacob, coll. « Opus », 1997.

82  D. Angers, « “Ideo ordinetur”. Les comptes de la vicomté de Caen… », art. cité, 2e partie, § 15-25.

83  Sur le domaine et les enjeux de sa protection, Guillaume Leyte, Domaine et domanialité publique dans la France médiévale (xiie-xve siècles), Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 1996, spéc. p. 386-389.

84Comptes de l’hôtel des rois de France aux xive et xve siècles, M. L. Douët-d’Arcq (éd.), op. cit., p. 138.

85  J. Kerhervé, L’État breton aux 14e et 15e siècles…, op. cit., t. 1, p. 396-397.

86  Sur le profil des maîtres des comptes, J. Kerhervé, L’État breton aux 14e et 15e siècles, t. 2, spéc. chap. XVI et XVII, p. 699-807, et idem, « Les présidents de la Chambre des comptes de Bretagne au xve siècle », dans La France des principautés. Les Chambres des comptes, xive-xve siècles, Philippe Contamine et Olivier Mattéoni (dir.), Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France (« Animation de la recherche »), 1996, p. 165-204 ; John Bartier, Légistes et gens de finances au xve siècle. Les conseillers des ducs de Bourgogne Philippe le Bon et Charles le Téméraire, Bruxelles, Palais des académies, 1955 ; O. Mattéoni, Servir le prince. Les officiers des ducs de Bourbon à la fin du Moyen Âge, op. cit., chap. VIII et IX, p. 299-366, et idem, « L’apport de la prosopographie à la connaissance des carrières des officiers de la Chambre des comptes de Moulins (vers 1450-vers 1530) », dans L’État moderne et les élites, xiiie-xviiie siècles. Apports et limites de la méthode prosopographique, Jean-Philippe Genet et Günther Lottes (dir.), Paris, Publications de la Sorbonne (« Histoire moderne », 36), 1996, p. 123-138 ; Guido Castelnuovo, Ufficiali e gentiluomini. La società politica sabauda nel tardo medioevo, Turin, FrancoAngeli, 1994, chap. VII et VIII, p. 149-228 ; Danielle Prévost, Le personnel de la Chambre des comptes de Paris de 1320 à 1418, 4 vol., thèse de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2001, et eadem, « Maître des comptes à Paris au xve siècle, un couronnement de carrière », Études et documents, IX, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1997, p. 3-26 ; Noël Coulet, « Le personnel de la Chambre des comptes de Provence sous la seconde maison d’Anjou (1381-1481) », dans La France des principautés…, Ph. Contamine et O. Mattéoni (dir.), op. cit., p. 135-148.

87  J. Kerhervé, L’État breton aux 14e et 15e siècles…, op. cit., t. 1, p. 397.

88  Martine Aubry, « Le comptable au travail : les signes techniques en marge des comptabilités lilloises (1291-1369) », dans Le vocabulaire et la rhétorique des comptabilités médiévales…, op. cit., http://comptabilites.revues.org/1128.

89  Pierre Bourdieu parle de « magie performative » dans Ce que parler veut dire. L’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard, 1982, p. 101, et plus largement la deuxième partie de l’ouvrage, « Langage et pouvoir symbolique », p. 98-161.

90  Cf. la reproduction du début du xvie siècle montrant un jugement des comptes avec en arrière-plan le retable de la Crucifixion, Arch. nat., AN, PP 96 (Musée, AE II 634). La présence de ce retable au cœur de la Chambre, dans le bureau, n’est pas sans rappeler le tableau de la Crucifixion qui se trouvait dans la « Grand’Chambre » du Parlement de Paris. Sur cette dernière œuvre, aujourd’hui visible au musée du Louvre, et sur le rapprochement à faire avec la Crucifixion de la Chambre des comptes, voir Philippe Lorentz, La Crucifixion du Parlement de Paris, Paris, Réunion des Musées nationaux-Le Louvre (« Solo », 29), 2004 ; et Christian de Mérindol, « Le retable du Parlement de Paris. Nouvelles lectures », Histoire de la justice, 5, 1992, p. 19-34.

Auteur

Olivier Mattéoni est professeur d’histoire du Moyen Âge à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et directeur adjoint du Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris (UMR 8589/LAMOP). Il a codirigé la publication de l’ouvrage La France des principautés. Les Chambres des comptes, xive et xve siècles, Actes du colloque tenu aux archives départementales de l’Allier, Moulins-Yzeure, 6-8 avril 1995, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France (« Animation de la recherche »), 1996. Sur les Chambres des comptes médiévales, il a publié : « Vérifier, corriger, juger. Les Chambres des comptes et le contrôle des officiers en France à la fin du Moyen Âge », Revue historique, no 641, janvier-mars 2007, p. 31-69, www.cairn.info/revue-historique-2007-1-page-31.htm ; « La Chambre des comptes du roi de France et l’affirmation de l’État au milieu du xve siècle : le registre KK 889 (Musée AE II 523) des Archives nationales », dans Corinne Leveleux-Texeira, Anne Rousselet-Pimont, Pierre Bonin et Florent Garnier (dir.), Le gouvernement des communautés politiques à la fin du Moyen Âge (xiiie-xve siècle). Entre puissance et négociation : État, ville, finances, Actes du colloque en l’honneur d’Albert Rigaudière, Paris, 6-8 novembre 2008, Paris, Éditions Panthéon-Assas, 2010, p. 279-292 ; « L’étude des Chambres des comptes en France à la fin du Moyen Âge : bilan, débats et enjeux », dans Contrôler les finances sous l’Ancien Régime : regards d’aujourd’hui sur les Chambres des comptes, Dominique Le Page (dir.), Paris, IGPDE/Comité pour l’histoire économique et financière de la France (« Animation de la recherche »), 2011, p. 63-79, http://books.openedition.org/igpde/110. Dans le cadre de l’enquête sur les comptabilités médiévales, il a publié : « Codicologie des documents comptables (xiiie-xve siècle). Remarques introductives », dans Comptables et comptabilités au Moyen Âge. Approche codicologique de la documentation comptable, Actes de la table ronde de Paris, 1er-2 octobre 2009, O. Mattéoni et P. Beck (dir), Comptabilité(S). Revue d’histoire des comptabilités, no 2, 2011, http://comptabilites.revues.org/382 ; et « Mots, langue et discours dans les comptes d’Étienne d’Entraigues, trésorier de Forez (2de moitié du xive siècle) », dans Comptables et comptabilités au Moyen Âge. 3. Vocabulaire et rhétorique des comptabilités médiévales. Modèles, innovation, formalisation, Actes de la table ronde internationale de Dijon-Besançon, 30 septembre et 1er octobre 2010, P. Beck et Sylvie Bepoix (dir.), Comptabilité(S). Revue d’histoire des comptabilités, no 4, 2012, http://comptabilites.revues.org/1156.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540