Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Classer, dire, compter

 | 
Olivier Mattéoni
, 
Patrice Beck

Pratiques comptables : des savoirs aux savoir-faire

Monnaies de compte et monnaies réelles dans les comptabilites medievales : l’exemple du registre du connetable d’Eu (1311-1349)

Marc Bompaire et Émilie Lebailly

Texte intégral

I. Le registre de Raoul d’Eu

1Le document présenté, en particulier dans ses aspects monétaires (et notamment les calculs « d’avaluement »), est inventorié comme suit dans l’état général des fonds des Archives nationales : « État des dettes et créances de feu Raoul, comte d’Eu et connétable de France, avec relevés des règlements de 1345 à 1348 ».

A. Le connétable Raoul d’Eu

  • 1  Philippe Contamine, « Les tournois en France à la fin du Moyen Âge », dans Das ritterliche Turnier (...)

2Raoul de Brienne, comte d’Eu et de Guînes, a été connétable de France de 1329 (mort de Gaucher de Châtillon) à sa mort accidentelle en janvier 1345. Le 19 janvier 1345, au lendemain du mariage du fils cadet du roi, le duc d’Orléans, avec Blanche de France, fille de Charles IV et de Jeanne d’Evreux, il participe à une joute ; il est blessé d’un coup de lance au ventre et meurt dans la nuit1. C’est un grand officier de la couronne, proche des fils de Philippe le Bel et de Philippe VI dont il a probablement partagé la jeunesse à la cour. Quelques éléments généalogiques permettent de situer sa proximité avec la famille royale.

  • 2Arch. nat., JJ 269, fo 101 vo.

3Sa fille Jeanne épousa en premières noces Gautier VI de Brienne, duc d’Athènes et comte de Lecce, cousin de la branche aînée, et le contrat de mariage fut passé devant la reine de France, Jeanne de Bourgogne, le 18 juin 13422. Gautier devint également connétable de France à la suite de ses deux cousins, en 1356, mais il mourut à la bataille de Poitiers le 19 septembre 1356. En secondes noces, Jeanne épousa Louis d’Évreux, comte d’Étampes, prince du sang.

4Son fils Raoul II fut connétable de France après son père. C’est le seul exemple connu d’hérédité de cet office. Il est plus connu que son père car il fut décapité sur ordre de Jean le Bon en novembre 1350, ce qui entraîna la confiscation de tous ses biens et pourrait expliquer la présence du registre dans le Trésor des chartes.

5L’hôtel de Brienne (devenu après son décès hôtel d’Étampes) fut acheté par le dauphin, futur Charles V, à Jeanne en mai 1361 pour 4 000 royaux d’or et forma une (petite) partie de l’hôtel Saint-Pol.

B. Le document

6Il convient de souligner d’emblée le caractère original du registre dans son contenu – qui n’est pas celui d’un simple livre de comptes –, pour lequel on peut difficilement trouver des parallèles, et en même temps de saluer l’effort de conception du document et la qualité de sa présentation, de son ornementation, mais aussi des calculs qu’il contient.

1. Description matérielle

  • 3  Charles-Moïse Briquet, Les filigranes : dictionnaire historique des marques du papier dès leur app (...)
  • 4  Et probablement des variantes de ce numéro signalées par C.-M. Briquet, op. cit. : Pise, 1330-1331 (...)

7Le registre JJ 269 est un manuscrit in-folio sur papier de 108 feuillets, composé de huit cahiers. Le papier, de très bonne qualité et de grand format (394 x 292 mm) présente deux motifs de filigrane. Le premier, un fruit en forme de poire entouré de deux feuilles, est utilisé du début du registre au folio 98. Il y a dans l’ouvrage de Briquet3 de nombreuses variantes de ce filigrane, dont la plus ancienne est attestée en 1329 et les plus récentes au début du xve siècle. Le deuxième motif figure deux cercles traversés d’une croix latine ; on ne le trouve qu’au dernier cahier (folios 102 à 107) et on peut le rapprocher de deux filigranes de Briquet datés de 1329 et de 13344. On peut déjà en conclure que le papier du dernier cahier est lui aussi antérieur à 1340. Les vergeures sont parallèles aux lignes d’écriture, tracées à l’encre. La justification et la réglure sont homogènes sur l’ensemble du document. Cette étape de préparation a été faite d’une traite sur l’ensemble des huit cahiers, ce qui confirme que le registre a été constitué en une seule fois. La reliure, plein cuir, date du début du xxe siècle.

2. Étapes de rédaction

8La rédaction du registre a commencé du vivant du comte d’Eu, le premier folio nous renseigne tout de suite à ce sujet :

« Les comptes de plusieurs personnes envers lesquelles monseigneur le conte de Eu, connétable de France, a eu à faire et aussi dettes dues de lui accrues en plusieurs et diverses années avant que Robert de Seris vint servir ledit mons. le connétable et depuis jusques au 19e jour de janvier l’an mil 344 [a. st.], que ledit mons. le connétable trepassa a Paris ».

  • 5  Arch. nat., JJ 269, fo 1 r° à 65 ro, § 1 à 170.

9En effet, la dernière partie de la phrase est un ajout d’une autre main. On imagine que les quittances et les comptes des différents fournisseurs avaient été rassemblés ; ce sont ces pièces que Robert de Seris a décidé de réunir en un seul registre : les articles des différents fournisseurs du comte sont rédigés de manière bien distincte les uns des autres, un par page. Du coup, le reste de la page a parfois été utilisé pour ajouter un autre petit compte. Ainsi, les poissonniers sont intercalés entre les chevaliers du comte5.

10Dans un deuxième temps, le document a été réutilisé, complété et « avalué » à la demande du fils, probablement pour régler la succession du connétable d’Eu, soit après janvier 1345. On en a au moins deux indices :

  • le « premier jet » s’arrête folio 65 recto, le verso est blanc, et au folio 66 (§ 171) commencent les « vielles dettes payées depuis la Chandeleur 1345 (n. st.) » (dettes datées de 1340 au plus tard). On change de nouveau de folio (67 ro) pour les dettes réglées à Pâques 1345 (n. st.), à Pierre Des Essarts et Le Galois de la Heuse (§ 172 et 173) ;

    • 6Ibid., fo 70 ro.

    l’intitulé du § 1746 est explicite :

« Ci aprés s’ensuivent les comptes abregés de plusieurs marchands et bonnes gens auxquels mons. le conte de Eu, connetable de France, que Dieu absolve, eut a faire a son vivant, si comme ci-devant en ce livre est contenu, auxquelles bonnes gens et marchands mons. le conte de Eu et de Guynes, son fils, aprés lui connetable de France, a depuis compté et fait compter finalement et extraire les deus de plusieurs livres et roles. Sur lesquels deus il commença a entrer en paiement tantot aprés le decés dudit monseigneur son pere qui trepassa a Paris le 19e jour de janvier l’an de grâce mil 344 [a. st.]. Et aussi s’ensuivent cy aprés les comptes de plusieurs marchands et autres auxquels ledit monseigneur le conte de Eu et de Guynes a depuis eu a faire pour son fait … ».

  • 7Ibid., fo 78 ro.

11On relève au moins deux étapes dans l’élaboration du document : du vivant du comte et après son décès, mais pas seulement pour régler sa succession. On peut même en déceler une troisième, puisque son fils, Raoul II, a continué à utiliser le registre pour son propre compte (dettes et copies d’actes). La mention de date la plus tardive du document concerne une « cedule du tresor 24 de janvier [1]348 (a. st.)7 ».

12La rédaction, enfin, n’est pas homogène sur l’ensemble du document. On y repère facilement les corrections, les ajouts (notamment pour les « avaluements » monétaires) faits par les différents scribes, qui étaient probablement au nombre de trois.

3. Contenu et typologie du registre

  • 8Ibid., fo 93-107, etc.

13Si ce registre porte au dos la mention précitée (« État des dettes et créances de feu Raoul, comte d’Eu et connétable de France, avec relevés des règlements de 1345 à 1348 »), il est plus qu’un simple registre de comptes : sur 107 folios, les dettes et créances en couvrent 79, soit environ les deux tiers, mais le reste est consacré à des copies de lettres royales et de titres de famille (contrats de mariage de ses enfants, autorisation de reports de paiements, ventes ou rachats de terres, etc. [§ 201-2258]).

14On a donc affaire à un document à double typologie, qui nous donne un instantané de la situation financière et patrimoniale des héritiers du comte d’Eu après son décès. Toutefois, aucun bilan comptable n’est possible, car quasiment aucune recette n’y figure en tant que telle (les rentes ne sont citées que pour servir à des assignations), en tout cas pas assez pour établir un lien entre les dépenses et les recettes du comte d’Eu.

Tableau 1. Analyse du contenu du registre

Liste non chronologique des dettes
(commencée du vivant de Raoul)

§ 1 à 173, fo 1 ro-76 vo

Liste des officiers et valets de l’hôtel qui ont reçu
des gratifications à la mort du connétable
(rédigée après 1345)

§ 174, fo 70 ro-vo

Abrégé récapitulatif des dettes et créances précédentes (rédigé après 1345)

§ 175, fo 71 ro-75 v°

Énumération des rentes royales dont le connétable jouissait (sur le Trésor, à vie, à héritage pour ses terres d’outre-Manche, etc.) et synthèse de l’utilisation qui en a été faite (le plus souvent elles servirent d’assignation aux créanciers du comte) (probablement rédigé après janvier 1345)

§ 176-179, fo 77 ro-79 vo

Donation de la terre d’Usson en Poitou par une tante du comte, Jeanne d’Eu, vidamesse d’Amiens et jadis vicomtesse de Touraine

§ 180, fo 80 ro, 28 août 1343

Copies de lettres royales (dix actes, tous de 1343 à trois exceptions près, un s. l. n. d., deux de 1340)

§ 181-190, fo 81 ro-84 vo

Réponses que firent au roi les trésoriers des guerres
au sujet des réclamations du connétable pour ses « droits des guerres » (1340)

§ 191-192, fo 86 ro-88 vo

Créances, principalement des trop-perçus de gages
par ses chevaliers pour la période des campagnes
de 1337 à 1340

§ 193-200, fos 89 vo-92 ro

Copies de lettres de Philippe VI

§ 202-212, fo 94 ro-96 vo. Dates extrêmes des actes copiés : 6 février 1337 (§ 205)-janvier 1346 (§ 204)

Ébauche de cartulaire : copies d’actes du comte
d’Eu concernant sa famille (contrats de mariage
de ses enfants)

§ 213-224, fo 96 vo-105 ro

Copie d’une lettre de Philippe VI

§ 225, fo 107 ro

Source : Arch. nat., JJ 269.

15Peut-on à partir de ces éléments essayer de définir le type documentaire auquel pourrait se rattacher le registre ? De nombreux rapprochements peuvent être esquissés, mais aucun ne rend pleinement compte du contenu du registre.

  • 9  On compte 35 « commerçants de bouche » : 13 poissonniers, six bouchers et quatre marchands de vola (...)

16Il n’est pas composé selon le modèle des comptes royaux ou princiers connus pour la période. Ce n’est pas, en particulier, un compte d’hôtel de type traditionnel, en l’absence de recettes. Pas davantage un journal, malgré la présence d’ajouts. Encore moins un compte de la connétablie, malgré l’enregistrement de « droitures » versées par le Trésor. Il n’a pas été conçu à la mort de Raoul d’Eu comme un compte d’exécution de sa succession, même si un arrêté des comptes est établi à ce terme. Il se présente plutôt au départ comme un livre de « comptes de clients », fournisseurs et chevaliers9, mais avec une présentation soignée qui conviendrait davantage à un compte de présentation, de bilan. Son objet et son usage évoluent sensiblement à la mort du comte d’Eu avec l’insertion d’un nombre important de copies d’actes et de titres, qui ne suffisent pas à en faire un livre de raison.

4. Formalités de contrôle

  • 10Arch. nat., JJ 269, fo 70 ro.

17On peut noter que d’autres documents ayant servi à l’élaboration du registre sont mentionnés, « livres et rôles » (§ 17410 cité ci-dessus), et que des renvois sont faits à des comptables successifs, mais cela ne permet pas de décrire le fonctionnement de la gestion et de la comptabilité du connétable.

18Certains comptes sont arrêtés avec une certaine solennité devant témoins et parfois même en la Chambre des comptes :

  • 11Ibid., f°1 vo.

« Fait ce compte a Paris en l’ostel mons. le venredi 18 jours d’octobre [1]336, presens mons. de Bailleul, mons. Jehan de Caieu, mons. de Beuseville, mons. de Houdetot, Colart des Eaunys et Robert de Seris11 ».

  • 12Ibid., fo 43 ro.

« Fait en la chambre des comptes a Paris 26 de mars fenissant l’an [1]340, presens mons. Jehan de Cayeu, Pierre des Essars, Gieffroy de Flory et Robert de Seriz12 »

  • 13Ibid., fo 11 ro.

« Fait et veu ce compte a Paris le 3e jour de septembre [1]343, presens mons. Jehan de Cayeu, messire Jehan Le Courtois et Robert de Seris, lettre sur ce de mons. donné l’an et jour dessus dis13 ».

  • 14Ibid., fo 45 vo : ajout au bas du folio.

« Ramenbrant que des anchieres de la forrest de Chisit de l’an [1]342 que on li roya en son darrenier compte, il se rapporte a la chambre des comptes et a Gillebert Malemains [écuyer du comte]14 ».

  • 15Ibid., fo 43 v°, marge gauche.

19Une annotation en latin, « videantur cum diligencia omnes iste partes15 », dans l’article du mercier lucquois Belhommet Turel, receveur du comte en Poitou, est même assez caractéristique des interventions des clercs des comptes lors d’un examen à la Chambre des comptes de Paris.

  • 16Ibid., fo 80 ro.

20Cela est-il dû au fait que Robert de Seris est également clerc du roi : « clerc du roy et dudit mons. le connestable16 » ?

21Ce n’est pas le caractère le moins surprenant pour ce registre qui ne se rapproche que bien peu d’une comptabilité publique et pour lequel les termes de singularité, d’unicité, d’exception semblent les plus appropriés.

II. Calculs monétaires et comptabilité

22Le registre du connétable Raoul d’Eu est tout aussi remarquable par l’abondance et la qualité des calculs monétaires qui y sont insérés ainsi que par la diversité des systèmes de compte et de calcul qui y sont concurremment employés afin de trouver des solutions aux multiples problèmes de conversion et d’indexation qui se posaient au comptable.

A. Les calculs de change entre monnaies de systèmes différents

  • 17  Marc Bompaire, « Compter au xiiie siècle avec la diversité des monnaies : livres, sous et deniers  (...)

23Cet aspect d’uniformisation et de conversion entre diverses monnaies de compte ou de référence avait été présenté plus particulièrement lors de la table ronde de Lille17, il sera donc brièvement évoqué.

24Dans le registre, cela concerne uniquement la conversion entre (livres, sous et deniers) parisis et tournois. Portant principalement sur des transactions à Paris, le compte est majoritairement tenu en monnaie parisis : livres, sous et deniers parisis constituent la monnaie de compte principale. Or la monnaie royale en France est alors le plus souvent la monnaie de Tours, la monnaie tournois, en particulier depuis que saint Louis, en 1266, a articulé les émissions monétaires autour du denier tournois, du gros tournois valant 12 deniers, soit 1 sou, et de l’écu d’or valant 10 s., soit 1/2 livre tournois.

  • 18Arch. nat., JJ 269, fo 58 vo.

25Toutefois dès saint Louis et même dès Philippe Auguste, un taux de conversion avait été établi : 4 parisis = 5 tournois. Celui-ci fait partie du bagage intellectuel de tout utilisateur de la monnaie et, de fait, dans le registre il apparaît de façon implicite : on précise parfois que les tournois sont réduits à parisis pour figurer dans les mêmes additions (« et les tournois ramenés à parisis18 »), mais le plus souvent l’opération sur ces deux espèces, pleinement « intégrée » dans le calcul mental, n’est pas même précisée. À l’époque de Philippe VI, il s’agit déjà d’un automatisme, d’un « réflexe » chez tous les comptables. Et les mentions de tournois et de parisis n’ont rien à voir avec un maniement différencié de pièces différentes, des deniers parisis et des deniers tournois :

  • 19Ibid., fo 1.

« 16 000 livres tournois, a parisis 12 80019 » ;

  • 20Ibid., fo 2.

« Demeure en paiement : 3 542 l. 18 d. t., qui valent 2 833 [l.] 13 s. 2 d. ob. parisis20 » ;

  • 21Ibid., fo 31.

« pour 200 l. p., 250 l. tournois21 » ;

  • 22Ibid., fo 58 vo.

« Somme a li : 11 l. 18 s. 4 d. t. 4 angeloz et 4 escuz. Angelot a 17 s. p., escu a 13 s. 4 d. p. et les tournois ramenés a parisis, somme toute a li : 15 l. 12 s. p.22 ».

26En détaillant les opérations de ce dernier exemple afin de vérifier le calcul, on peut mesurer ce que cette formulation a de synthétique : 4 x 17 s. = 68 s. p. pour les anges ; 4 x 13,33 s. pour les écus = 53 s. 4 d. p., soit un total de 121 s. 4 d. p. = 6 l. 1 s. 4 d. p. ; à quoi s’ajoute la valeur des tournois ramenés à parisis : 4/5 de 11 l. 18 s. 4 d. t. = 9 l. 10 s. 8 d. p. La somme est bien de 9 l. 10 s. 8 d. + 6 l. 1 s. 4 d. = 15 l. 12 s. p.

B. Évaluer les monnaies réelles

27Un second aspect du travail du comptable consiste à insérer à leur valeur de compte les diverses monnaies réelles qui sont citées dans les comptes et qui ont été maniées par le connétable, ses agents ou les « diverses personnes auxquelles il a eu a faire », qu’il s’agisse notamment de monnaies étrangères ou de monnaies anciennes n’ayant plus cours légal en monnaie du compte.

  • 23Ordonnances des rois de France de la troisième race…, Eusèbe de Laurière (éd.), t. I, Paris, 1723, (...)

28La règle est en effet que seules ont cours légal les monnaies auxquelles l’ordonnance royale en vigueur le plus récemment criée et publiée a explicitement donné cours. Parfois les ordonnances ou leurs annexes (affichées aux étals des changeurs comme déjà en 132223) laissent un cours toléré et provisoire à certaines pièces anciennes ou même étrangères, comme le florin d’or de Florence ou l’esterlin d’argent anglais.

29Les autres pièces ne valent plus que leur poids de métal, leur valeur à la casse, ou plutôt à la fonte. Pour connaître ces valeurs métalliques, les comptables peuvent disposer de listes, mais celles qui sont conservées apparaissent davantage dans les aide-mémoire de marchands, de changeurs ou d’officiers des monnaies, voire dans les recueils des mathématiciens que dans ceux des officiers des comptes et des comptables.

  • 24  Marc Bompaire et Françoise Dumas, Numismatique médiévale, Turnhout, Brepols, 2000, annexe P, p. 64 (...)
  • 25Arch. nat., JJ 269, fo 58 vo.
  • 26Ordonnances des rois de France…, E. de Laurière (éd.), op. cit., t. II, 1729, p. 249.

30Pour la période correspondant au registre, quelques ordonnances fixent les valeurs de monnaies anciennes et étrangères24. En dehors du gros tournois d’argent, il s’agit surtout des monnaies d’or frappées avec une grande variété de types entre 1336 et 1343, qui apparaissent d’ailleurs toutes dans le registre. Dans cette logique, le cours plancher des monnaies correspond à leur valeur intrinsèque, leur contenu de métal précieux. Or, dans l’exemple qui vient d’être cité25, le cours de 17 s. p. attribué à l’ange d’or s’écarte de celui que prévoit l’ordonnance de 134626 alors en vigueur : 16 s. 9 d. p. Il s’agit donc de la transcription par le comptable du cours sur lequel s’accordent les parties, du cours en vigueur au moment de l’opération, d’un cours marchand. Le registre réunit ainsi une série remarquable d’évaluations des monnaies d’or témoignant des écarts entre cours légal et cours marchand à l’occasion de paiements en monnaie réelle, mais on y relève aussi l’emploi des pièces d’or comme monnaie de compte et, dans ce cas, certaines évaluations de monnaies d’or sont de simples artefacts comptables (cf. ci-dessous). Comme dans l’exemple ci-dessus, le cours marchand est le plus souvent supérieur à celui que prévoit l’ordonnance. Cela peut s’interpréter comme le souci dans l’ordonnance d’inciter les détenteurs d’anges à les faire refondre pour leur poids de métal (1/42 de marc face à 1/54 pour l’écu courant légalement pour 13 s. 4 d. p. donne 17 s. et presque 2 d. p. de valeur métallique intrinsèque pour l’ange). Néanmoins, l’élément qui détermine principalement la fixation de ces cours des monnaies d’or semble être le souci d’aligner leurs variations sur celles de la monnaie d’argent et de maintenir tant bien que mal le ratio or/argent.

C. Tenir compte des variations de valeur des monnaies

1. Instabilité et mutations monétaires

31L’instabilité de la monnaie d’argent et de billon qui sert de point d’appui à la monnaie de compte (livres, sous et surtout deniers tournois) est à la source de la principale difficulté rencontrée par le comptable pour uniformiser, homogénéiser et rendre comparables les sommes qu’il comptabilise afin de pouvoir opérer additions et soustractions. Quand un compte s’étend sur un terme comptable ou même une année, on a rarement plus de deux niveaux de valeur de la monnaie utilisée dans le compte, une monnaie forte et une monnaie faible, et les comptables préfèrent parfois même alors scinder le compte en deux périodes. En revanche, dans ce compte qui réunit des opérations s’étendant de 1311 à 1345, puis jusqu’en janvier 1349, le travail est autrement complexe car on se situe dans une période de « mutations monétaires », c’est-à-dire de cycles d’affaiblissement du contenu métallique des monnaies entrecoupés de renforcements et de stabilisations. Un petit nombre de passages du registre (une dizaine d’articles) correspond au cycle d’affaiblissement des années 1324-1329, mais la grande masse des mentions concerne l’affaiblissement des années 1337-1343. Durant cette période sont frappées successivement deux monnaies blanches, le gros à la couronne créé le 7 février 1337 qui a cours pour 10 d. t. et le gros au lis qui prend sa suite le 27 janvier 1341 avec un cours de 15 d. t. ou 12 d. p. jusqu’au renforcement monétaire du 22 août 1343. Des doubles parisis de billon à bas titre sont frappés parallèlement et suivent le même rythme d’affaiblissement, que l’on peut résumer dans le tableau suivant (tabl. 2), où le titre est exprimé en millièmes, mais aussi en deniers ou douzièmes de fin (subdivisés en 24 grains), et le poids en grammes, mais aussi sous la forme de la taille au marc, c’est-à-dire du nombre de pièces frappées avec un marc de métal pesant 244,75 g.

Tableau 2. Émissions de monnaies d’argent de 1337 à 1343

Date

Pièce

Cours

Titre (d)

(‰)

Taille

Poids (g)

1337 17 février

Gros à la couronne

10 d. t.

10 d. 15 gr.

847 ‰

96

2,55 g

1338 31 octobre

8 d.

638 ‰

96

2,55 g

1340 29 janvier

7 d.

558 ‰

105

2,33 g

1340 6 avril

6 d.

479 ‰

108

2,27 g

1341 27 janvier

Gros à la fleur de lis

15 d. t.

6 d.

479 ‰

84

2,91 g

1341 17 février

6 d.

479 ‰

96

2,55 g

1342 26 juin

6 d.

479 ‰

120

2,04 g

32Comment pour le comptable tenir compte des variations monétaires, comment indexer les valeurs ?

2. Faut-il indexer ?

  • 27Ordonnances des rois de France…, E. de Laurière (éd.), op. cit., t. I, p. 458.

33Certaines dettes et créances se paient en monnaie courante, « a tele monnoie comme il courra au temps du paiement », selon la formulation donnée en janvier 130927. C’est le cas des cens, rentes et autres loyers : un denier tournois reste un denier tournois, même si la pièce contient trois fois moins d’argent (ou trois fois plus). C’est d’ailleurs ce cas de renchérissement des loyers (en métal précieux) qui a provoqué à Paris l’émeute qui avait menacé Philippe le Bel en 1306. De ce fait, depuis 1306, les renforcements monétaires sont accompagnés de règlements précisant les modalités pour réaliser les paiements, selon un même schéma que l’on peut détailler en reprenant le cas des ordonnances sur les paiements prises à l’occasion du renforcement monétaire de 1343.

a. La réglementation de 134328

  • 28  L’ordonnance de renforcement du 22 août 1343 (Ibid., t. II, p. 182-186) a été accompagnée d’une se (...)

34En 1343 sont successivement envisagés les cas :

  • des rentes : « Premierement que toutes rentes en deniers se paieront pour les termes a venir […] a tele monoie et tel prix comme monoie aura son cours selonc nos ordonnances faites sur le cours de nos monoies pour les termes qui sont a venir, jasoit ce que aucunes desdites rentes en deniers ayent esté achetées au temps que la monoie estoit plus foible » ;

  • des ventes de bois et des fermes muables (avec possibilité de renoncer pour les opérations engagées après 1340) ;

  • des loyers avec possibilité de payer en monnaie faible 15 jours encore (mais pas de renoncer au bail).

35Une déclaration complémentaire précise les étapes du renforcement selon les termes suivants : « les loiers se poieront selon les premieres ordenances c’est assavoir la Saint Remi floible monnoie, le noel un gros pour 3 solz parisis, Pasques et Saint Jehan un groz pour 2 sols parisis ». Gages, fiefs, rentes à vie se paieront jusqu’au 22 septembre à faible monnaie, jusqu’au lundi avant la Toussaint à moyenne monnaie et à compter du lundi avant la Toussaint à forte monnaie.

36En dehors de ces cas spécifiques, l’indexation des valeurs est de règle. Elle l’est même dans les cas ci-dessus lorsqu’elle est prévue par des conventions particulières qui doivent être respectées bien que cette pratique soit contraire aux ordonnances royales et qu’il ait par exemple été interdit aux notaires de compter en pièces d’or réelles dans toutes les ordonnances antérieures sur les monnaies :

« et est a scavoir que ou cas qu’il y auroit […] certains contraus faisant mention de certaine monoie et sur certain pris, nostre entente est que sanz enfraindre ils soient tenuz et gardez en leur force et vertu ».

b. Les modes d’indexation

  • 29  M. Bompaire et Fr. Dumas, Numismatique médiévale, op. cit., annexe O, p. 633-639 pour des listes d (...)

37De fait, on l’a vu, des indexations sur les monnaies d’or apparaissent en bien des pages du registre. Après 1347, quand reprend l’affaiblissement monétaire, c’est même bien souvent l’écu qui sert de pivot aux indexations, dans le registre comme ailleurs. Cela se traduit par la rédaction et la copie de listes du cours de l’écu d’or à partir de cette date29, dont plusieurs exemplaires sont conservés et qui peuvent être comparées aux cours attestés lors des paiements réels, dans le registre comme dans les comptes du Trésor royal.

  • 30Arch. nat., JJ 269, fo 46 vo.

38En 1329, lors du renforcement, c’est le cours du gros tournois d’argent qui avait été pris comme pivot pour les indexations : « dettes […] seront paiees au pris et a la value que bons gros tournois d’argent se mettoient es lieux ou les contraux se firent quant la debte fut acreue ». On en trouve encore un exemple dans le registre en 1345 : « forte monnoie courant a present, c’est assavoir un tournois d’argent pour 12 parisis30 ».

39En 1343, comme déjà en 1309, c’est le marc d’argent, son cours commercial, ou plus exactement le tarif d’achat du métal aux ateliers monétaires (un tarif réglementé et donc bien connu) qui sert de référence pour les indexations, selon ce que le texte de l’ordonnance décrit comme un « avaluement » :

« Item les emprunts et debtes accrues du temps passé a poier a certains termes ou sans termes seront poiees de la monoie qui couroit ou temps du contraut ou de l’emprunt fait, toute usure ou convention d’usure cessant. Et se debat y a, elle sera avaluee au pris et a la value que marc d’argent valoit au temps que le contrat fut faiz et que la debte fut accrue, c’est a sçavoir et entendre des deniers prettez et des denrees vendues, exceptees fermes et ventes de bois dont mention est faite cy dessus ».

3. « Avaluement »

a. Une enquête de vocabulaire

40Le terme apparaît alors avec un sens technique de procédure de calcul d’indexation, à côté de celui d’« évaluation », d’usage moins spécifique, plus générique. C’est du moins ce qu’a permis de corroborer une rapide enquête de vocabulaire dans la documentation monétaire et à partir des dictionnaires.

  • 31  Frédéric Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du ixeau x (...)

41Dans le Dictionnaire de Godefroy31, « avaluation » apparaît néanmoins dans un exemple tiré d’une ordonnance monétaire de 1421, où le terme « avaluement » figure aussi plusieurs fois avec le même sens (Ordonnances…, E. de Laurière (éd.), op. cit., XI, p. 134-136). Le premier exemple cité figure dans un texte du Trésor des chartes de 1323 (Arch. nat., JJ 61, fo 130) : « les pris et avaluements des escanges dessus nommés approvons ». Le terme semble encore un simple synonyme d’évaluation et Godefroy donne un exemple de Jean Bodin montrant que cela redevient le cas au xvie siècle (« Arcadius avalua la livre d’or à 100 livres de cuivre »), et on trouve des exemples d’associations (« prisée et avaluement », « avaluement et estimation », « avaluement et apréciation ») qui orientent vers cette signification élargie. En revanche, au xive siècle, dans les traductions par Nicole Oresme de deux passages d’Aristote tirés de la Politique (« Choses qui ne sont comparables et ne peuvent être égalisées ne avaluées l’une à l’autre si comme il dit de beauté de corps et de vertu ») et de l’Éthique (« denier est aprisié et avalué et fait égal au froment »), on voit que l’auteur du De moneta privilégie ce terme pour traduire l’homogénéisation de choses hétérogènes.

42Un doute existe à nos yeux sur l’emploi du nom « avaluée » dans un document de 1287 (Arch. dép. Doubs), car il reprend une formule classique pour des paiements en divers objets or, argent ou monnaie « à la value » (« la valuée » ?, la valeur) : « lesquieus florins promet a rendre par conte ou par poiz a l’avaluée à Monseigneur le comte (de Bourgogne) ». Dans l’ordonnance de 1309 sur les paiements, le terme d’avaluement n’apparaît que dans cette expression « à la value » : le paiement devait se faire « a la value que la monnaie valoit ou temps que le marchiez ou la convenance furent faiz et saura l’en la valeur par le pris que valoit le marc d’argent ».

43Deux points paraissent ressortir de cette rapide enquête : il s’agit d’un terme qui est apparu avec les mutations de la monnaie ; il disparaît quand la pratique « technique » de l’avaluement des monnaies disparaît, au cours du xvie siècle.

b. L’« avaluement » dans le registre

44Les annotations du registre emploient régulièrement « avalués » pour cette opération décrite par l’ordonnance de 1343 :

  • 32Arch. nat., JJ 269, fo 11.

« La somme 811 l. 1 d. ob. p. devant dis dehus de mons. audit Geffroy et a ses hoirs fu avaluee a Paris 8 de mars [1]343 [a. st.]32 ».

  • 33Ibid., fo 6.

« Ainsi doit pour ce ledit Gieffoy 16 l. 4 s. 4 d. p. febles, valent avaluez 4 l. 18 s. 10 d. p. forts, renduz a mons. ci-dessouz33 ».

45Il y a plusieurs dizaines de mentions similaires dans le registre, mais on trouve aussi parfois d’autres formulations, en particulier quand la conversion correspond à une opération simple et non à une règle de trois :

  • 34Ibid., fo 11 vo.

« A Thomas Scaramp, 1 500 l. foibles qui valent 750 l. fors34 ».

  • 35Ibid., fo 12 ro.

« A Regnier de Puillan, rabatuz foibles a fors35 ».

c. La procédure et les calculs de l’« avaluement »

46On peut supposer un certain formalisme quand l’opération se déroule devant témoins ou au Trésor, comme lors du remboursement de l’orfèvre Simon de Lille ou de Jean Poilevillain :

  • 36Ibid., fo 55.

« [P]aiez par le tresor et la avaluez marc d’argent a tel pris comme il valoit au jor que les paiemens y escheoient et ramené à marc d’argent pour 64 s. t. forte monnoie36 ».

  • 37Ibid., fo 11.

« La somme 811 l. 1 d. ob. p. devant dis dehus de mons. audit Geffroy fu avaluee a Paris 8 de mars 1343 [a. st.] par Jehan de Flory, fil et hoir dudit Geffroy, Pierre du Mesnil et Guillemin Le Poivre avecques Robert de Seris pour mons.37 ».

  • 38Ibid., fo 15.

« Jehan Pollevillain […] avoit une lettre de mons. donnee a Paris mercredi devant la Nostre Dame en septembre [1]330, […] 100 l. p. fors, rendus audit Pollevillain au tresor au terme de l’Ascencion [1]344 […] avaluez en la maniere qui s’ensuit, c’est assavoir a 55 s. 6 d. t. que marc d’argent valoit au jour de l’emprunt, pour ce 45 marcs et un tiers d’once valent a parisis 115 l. 6 s. 4 d. p. fors38 ».

47Les calculs sont rigoureusement exacts :

100 l. p. = 125 l. t. ou 2 500 s. t. ; 2 500 / 55,5 x 64 = 2 882 s. 10 d. t. ; soit à 4 parisis pour 5 tournois, 2 306 s. 4 d. p. ou 115 l. 6 s. 4 d. p.

  • 39  BNF, ms. fr. 4924.

48Le Trésor a suivi la procédure décrite dans un manuel de la Chambre des comptes39 :

« Si tu veulx savoir advaluer debtes par cedulles ou monnoyes du temps passé au temps de present ou au temps que tu voudras faire ton advaluement de temps, regarde par ce livre ci-dessus [la liste des valeurs du marc] en l’advaluement et cours de monnoyes combien valoit li marc d’argent a la monnoye au jour de ta debte et employe ta somme de debte a autre de ta cedulle en argent a ce pris et regarde quans marcs et quantes onces tu auras d’argent et fay une somme ; et aprés revien au temps et au jour que tu feras ton advaluement et regarde que vault a ce jour le marc d’argent monnoyé en ced. livre et a ce prix ramaine toute ta somme de marcs et d’onces d’argent que tu as faictes par devant, et que montera tond. argent ce sera ce que vauldra ta debte ».

49Dans certains cas, toute la procédure, avec les éléments nécessaires, sinon toutes les étapes du calcul, est ainsi décrite dans le registre du connétable d’Eu :

  • 40  Arch. nat., JJ 269, fo 24 vo avec changement de main pour la mention de l’avaluement.

« Richart d’Arragon, coffrier40. A li, pour 3 males, 3 bahuz, 3 sommes et 3 paires de coffres, dont il a lettre de mons. donnee meccedi aprés la saint Martin d’esté l’an [1]323, 20 l. p. – A 4 l. marc d’argent, valent a 64 s. 16 l. p. forts.
A li, par cedule de Gautier de La Nuefville donnee 15 de juign et l’an [13]27, pour 5 males, 5 bahuz et une somme, 16 l. p. – A 100 s. marc d’argent, valent a 64 s. 10 l. 4 s. 9 d. ob. p. forts.
Somme a li : 35 l. p. – Valent avaluez 26 l. 4 s. 9 d. ob. p. fors ».

50Les calculs sont exacts, sauf la somme des dettes initiales (20 + 16 = 36 et non 35).

d. Outils pour le calcul

51Pratiquer ainsi l’avaluement suppose de connaître le cours du marc d’argent à chaque date et de disposer comme au Trésor ou à la Chambre des comptes de listes de valeurs du marc d’argent.

  • 41Ibid., fo 26 ro.

52Dans certains cas, les éléments sont donnés mais l’avaluement n’est pas calculé. Ainsi, pour Pierre L’Espinguier : « A li, pour busche prise de li, dont il a cedule de messire Guillaume Escallart donnee en l’an [1]329, 35 s. p. – Marc d’argent a 111 s.41 ».

  • 42Arch. nat., Z1b 54, fo 22 v°-37 vo. L’édition de registre « mémorial » de la Chambre des monnaies (...)
  • 43  BNF, ms. lat. 11709, fo 167 vo-171, liste incomplète, pour les valeurs du marc jusqu’à 4 l. 8 s. t

53Ce n’est pas nécessaire tant que les comptes ne sont pas clos, mais c’est aussi le signe que cette opération fastidieuse rebutait les comptables, ou du moins ceux qui tenaient les comptes du connétable Raoul d’Eu. Et pourtant, il n’était pas forcément nécessaire de calculer. En effet, des séries de comptes faits figurent dans divers registres officiels comme le « Registre entre deux ais » de la Chambre des monnaies42 pour convertir en monnaie de 64 s. t. le marc des sommes allant de 1 s. à 1 000 l. pour chacune des 38 valeurs du marc d’argent attestées dans les listes durant les périodes antérieures, depuis Philippe IV jusqu’à 1343. Tous ces tableaux ont été dressés après la réforme de 1343, au temps où le marc d’argent valait 64 s. t. Recopier sans erreur cette quinzaine de pages de tableaux de chiffres représentait toutefois un investissement hors de portée pour la plupart des comptables. À notre connaissance, seuls deux exemplaires existent. Ils émanent de la Chambre des monnaies et probablement du Trésor43. Ils ne paraissent pas très usés et sans doute n’ont-ils pas été très consultés. Il est vrai que dès 1347, avec la reprise de l’instabilité monétaire, ces tables n’étaient plus adaptées. Les listes de valeur du marc d’argent qui permettaient l’avaluement figurent en revanche dans des dizaines, sinon des centaines de manuscrits.

e. Quels enseignements tirer des « avaluements » dans le registre ?

54L’examen complet du registre témoigne de très nombreuses opérations d’avaluement pour l’ensemble des années du compte. On y relève peu d’erreurs de calcul, mais beaucoup de cas où les calculs n’ont pas été poussés jusqu’aux valeurs divisionnaires et qui seraient exacts avec 1 ou 2 d. d’écart. Il y a aussi des coquilles sur des dates, des valeurs du marc, des sommes…

  • 44  Arch. nat., JJ 269, fo 19 et 71.

55Un des intérêts de l’avaluement est que, même lorsque l’on n’a que le résultat de la conversion en monnaie de 1343, on peut rétablir la valeur du marc d’argent au moment de l’opération concernée. Cela permet de préciser la date de certaines dépenses non datées puisque la valeur du marc d’argent utilisée dans le calcul correspond à une période précise, qui peut être courte, voire de corriger des coquilles (1337 pour 1327 dans un cas44).

56Cette série d’informations est particulièrement précieuse dans la mesure où les archives relatives aux émissions ou à la fabrication monétaire sont particulièrement indigentes avant la création de la Chambre des monnaies en 1346. Les données du registre permettent à plusieurs reprises de préciser les cours et les dates figurant dans les listes de valeur du marc d’argent (tabl. 3).

Tableau 3. Évaluation du marc d’argent : données du registre comparées à celles des listes

  • 45  M. Bompaire et Fr. Dumas, Numismatique médiévale…, op. cit., annexe L, p. 616-618.

Registre

Liste de cours du marc d’argent45

Dates

75 s. t. 1311

67 s. 6 d. à 75 s. t.

1311 20 janvier

4 l. 1323 (fo 24 v°)

4 l.

1323 2 mars à 1326 4 juillet

5 l. le 15 juillet 1327 (fo 24 v°)

5 l.

1327 20 janvier à 1328 8 janvier

108 s. t. « Carême 1327 » (fo 19 et 71)

108 s.

1328 8 janvier au 7 novembre

108 s. t. 1328 (fo 25 et 71-72)

111 s. t. 1329 (fo 26 et 72)

111 s.

1328 7 novembre à 1330

75 s. t. « l’an 37 »,

76 s.

1338 1er au 18 février

81 s. t. l’an 1337 (fo 17 vo)

Φ

4 l.

1338 18 février au 2 octobre

4 l. t. « l’an 337 » (fo 64 vo)

4 l. t. « l’an 38 » (fo 40)

74,66 s. t. « l’an 38 » (fo 40)

?

4 l. t. en juin 1338 (fo 60 vo)

4 l. t. en août 1338 (fo 63)

4 l. 4 s. t. le 18 octobre 1338

Φ

4l. 4 s. t.

1338 28 octobre au 16 novembre

4 l. 4 s. t. à la Toussaint 1338 (fo 48 v°)

4 l. 16 s. t. le 8 décembre (fo 76 vo)

Φ

4 l. 16 s.

1338 18 décembre à 1339 3 janvier

4 l. 16 s. t. l’an 38 (fo 41 vo)

100 s. t. le 22 mars 1339 (fo 21)

5 l.

1339 3 janvier au 19 août

100 s. ob. t. le 18 juillet 1339 (fo 35)

105 s. t. le 14 octobre 1339 (fo 63 vo)

5 l. 5 s.

1339 19 août au 17 décembre

110 s. t. en janvier 1340 (fo 73)

110 s.

1339 17 décembre à 1340 5 février

6 l. 5 s. t. « l’an 39 » (fo 19 et 73)

6 l. 5 s.

1340 5 février au 10 avril

125 s. 7 d. t. le 25 mars 1340 (fo 21)

6 l. 6 s. t. 1339 (fo 33)

Φ

6 l. 15 s. t. (fo 40)

6 l. 15 s.

1340 10 avril au 1er août

6 l. 15 s. t. [avril-août 1340] (fo 40, 63)

6 l. 15 s. t. « l’an 40 » (fo 76)

7 l. t. « de ce temps » [« l’an 40 »] (fo 76)

7 l.

1340 1er août au 4 décembre

7 l. t. [août-décembre 1340] (fo 59, 73 vo)

7 l. t. le 2 octobre 1340

7 l. 8 s. 6 d. t. « l’an 40 » (fo 76)

Φ

7 l. 10 s.

1340 4 décembre à 1341 5 février

8 l. 4 s. 3 d. t. « l’an 40 » (fo 19)

Φ

8 l. 4 s.

1341 5 au 13 février

8 l. 4 s. t « l’an 40 » (fo 40 vo)
(à 1 d t)

9 l. 4 s. t. « l’an 40 » (fo 25)

Φ

9 l. 12 s.

1341 13 février au 18 août

9 l. 4 s. t. le 30 avril 1341 (fo 39)

9 l. 4 s. t. en mai 1341 (fo 73 vo)

9 l. 4 s. t. le 25 mai 1341 (fo 49)

9 l. 4 s. t. le 20 mai 1342 (fo 71 et 23)

9 l. 4 s. t. le 26 mai 1341 (fo 18)

9 l. 4 s. t. le 19 janvier 1341 (fo 22 vo)

10 l. t. le 30 septembre 1341 (fo 39)

10 l.

1341 18 août au 13 décembre

10 l. t. en novembre 1341 (fo 64 vo)

10 l. 10 s. t. le 26 janvier-14 février 1342 (fo 55)

10 l. 10 s.

1341 13 décembre à 1342 12 mars

11 l. t. le 20 mars 1342 n. st. (fo 63 v°)

11 l.

1342 12 mars au 30 juin

11 l. t. le 29 avril 1342 (fo 55)

11 l. t. [entre mars et juin 1342] (fo 58 vo)

12 l. 10 s. « été 342 » (fo 64 vo)

12 l. 10 s.

1342 30 juin au 7 septembre

13 l. t. « yver 342 » (fo 64 vo)

13 l.

1342 7 septembre à 1343 9 avril

13 l. t. le 26 novembre 1342 (fo 39)

13 l. t. le 20 février 1343 (fo 55)

13 l. t. en mars 1343 (fo 76)

13 l. 10 s.

1343 9 avril

  • 46  Félicien de Saulcy, Recueil de documents inédits relatifs à l’histoire des monnaies frappées par l (...)
  • 47BNF, ms. lat. 11709, fo 167 vo, et Arch. nat., Z1b 54, fo 22 vo.

57On trouve ainsi la confirmation d’un cours de 55 s. 6 d. t. pour le marc d’argent, qui n’était attesté que dans une seule liste et seulement entre le 9 avril et le 12 mai 133046. On peut penser que ce cours s’appliquait encore début septembre 1330, puisque la liste qui faisait foi au Trésor indique un changement de cours à 57 s. 6 d. t. le 20 septembre. Ce cours de 55 s. 6 d. t. figure néanmoins parmi les valeurs du marc dans les comptes faits compilés en 1343 (cf. ci-dessus)47.

  • 48Arch. nat., JJ 269, fo 25.
  • 49Ibid., fo 39.
  • 50Ibid., fo 49.
  • 51Ibid., fo 73 vo.
  • 52Ibid., fo 71.
  • 53Ibid., fo 23.
  • 54Ibid., fo 18.
  • 55Ibid., fo 22 vo.
  • 56Arch. nat., Z1b 54, fo 34.

58Dans un cas, un faisceau d’avaluements met en évidence un cours intermédiaire du marc d’argent qui ne figure pas dans les listes, une valeur apparemment « inédite » qui pourrait venir compléter la liste classique. Le marc d’argent est indiqué à 9 l. 4 s. t. pour une dizaine d’opérations de mars à mai 1341 au moins, alors que les listes indiquent des cours de 8 l. 4 s. t. le 5 février 1341 puis de 9 l. 12 s. t. dès le 13 février et jusqu’au 18 août. Ce cours de 9 l. 4 s. t. apparaît régulièrement pour des opérations datées « de l’an 40 a. st.48 » ou, plus précisément, du 30 avril 134149, du 25 mai 134150, de mai 134151. Ce cours est expressément indiqué dans un « abrégé des dettes avaluees a forte monnoie courant avant Pasques entrans 1345 » pour Pierre Le Flamenc52, dont le compte particulier53 indique un accord datant du 20 mai 1341, pour Guillaume de Poitou54, à qui cette somme restait due depuis le 26 mai 1341 et était assignée sur les droits « a prendre par les tresoriers des guerres, lettres de mons. donnees a Paris 26 de mars fenissant [1]342 ». Ce cours s’explique moins, en revanche, pour le compte, un peu plus tardif, de Guillaume de La Cauchée, qui part de Noël 1341 avec assignation du 19 janvier 1341 (a. st.)55. Il serait à substituer aux cours de 8 l. 4 s. le 5 février 1341 puis de 9 l. 12 s. t. indiqué dans les listes dès le 13 février et jusqu’au 18 août mais qui n’apparaît nulle part dans le registre. Il faut d’ailleurs noter que dans les comptes faits du registre entre deux ais de la Cour des monnaies la valeur 9 l. 4 s. t. apparaît bien pour le marc d’argent56, mais non la valeur de 9 l. 12 s. t. Ce serait alors une véritable correction qu’il conviendrait d’apporter à la liste des valeurs du marc d’argent.

4. Au-delà de la procédure légale

a. Les arrondis et les comptes « l’un par l’autre »

59Les avaluements illustrent un réel savoir-faire calculateur des comptables fondé sur la maîtrise de la règle de trois, mais ces derniers ne l’appliquaient pas de façon systématique et routinière et leur esprit était toujours en éveil pour éviter et alléger les calculs avec autant d’élégance que possible. Les observations qui suivent ne doivent pas être évaluées comme une marque de paresse ou d’une absence de tout souci de la précision des comptables, même si elles se bornent à présenter les stratégies d’évitement qu’ils développaient pour réduire l’ampleur de ces calculs.

  • 57Arch. nat., JJ 269, fo 18.
  • 58Ibid., fo 41 vo.

60Dans le compte de Jehanne La Bardelle, des dettes de mai 1334, juin 1336 et novembre 1337 sont simplement additionnées et comptées comme « monnaie forte », alors que, selon les listes, le marc d’argent avait valu successivement 55 s. et 72 s. 6 d. t.57. Comme la moyenne de ces valeurs est bien proche de la valeur de la monnaie forte de 1344 (à 64 s. t. pour le marc d’argent), on comprend que toutes ces « monnaies fortes » aient été considérées comme équivalentes. Les dettes de Jean de Montmartre « de 30 jusques a 36 et 38 » sont de même comptées en monnaie forte et additionnées avec celles de l’hiver 1343 et de 1344, après le renforcement monétaire58.

  • 59Ibid., fo 16 vo.

61Dans le compte de Jeanne la Lavandière, les cédules des années d’affaiblissement 1339, 1340 et 1342 sont additionnées, la somme, en monnaie faible, faisant l’objet d’une conversion globale : « 7 l. 9 s. 7 d. febles valent l’un par l’autre 40 s. p. forts59 » (soit un taux de 3,75 d. faibles pour 1 d. fort). Cette somme est à son tour additionnée avec des sommes de monnaie forte de 1344 et de 1337.

  • 60Ibid., fo 23.

62Des sommes de l’an 1342, de l’an 1340 et de l’été 1343 sont de même comptées « marc d’argent a 11 l. l’un par l’autre, valent a 64 s. […]60 », selon un cours attesté seulement du 10 mars au 30 juin 1342. Le détour par une évaluation moyenne du marc d’argent montre du moins que, même dans ces cas, les comptables pratiquaient la procédure de l’avaluement par le marc d’argent. Pour le cas de Jeanne la Lavandière (avec un taux de 3,75 d. faibles pour 1 d. fort), cela signifie que les comptables se référaient implicitement à un cours de 12 l. t. pour le marc d’argent. Il ne peut s’agir que d’un cours moyen puisque ce cours n’est pas attesté dans les listes officielles de valeur du marc d’argent. Il n’a été atteint et même dépassé que le 30 juin 1342, avec 12 l. 10 s. t.

  • 61Ibid., fo 17 vo.

63Des dettes étalées sur une période plus longue encore, de 1335 à 1339 et de 1340 à 1343, sont également converties en bloc (compte de Pintorie : « avaluez a 10 l. 10 s. t. que marc d’argent pooit valoir l’un par l’autre a marc d’argent a 64 s. t.61 »). Il s’agit bien encore dans ce cas d’une estimation moyenne (avec un taux de 3,25 d. pour 1 d. fort), car le cours de 10 l. 10 s. t. n’est atteint qu’en décembre 1341 !

64Faut-il considérer que l’opération visait à favoriser une des parties ? Cela montre plutôt que les comptables n’étaient pas des fanatiques du calcul d’avaluement au point de l’appliquer à chaque fraction de dette. Ils n’ont toutefois recouru à cette pratique que dans cinq cas parmi les centaines d’opérations contenues dans le registre :

  • 62Ibid., fo 18 ro.

« La Bardelle. A elle, par lettre de mons. donnee 4e jour de may l’an 34, 58 l. p. / A elle, par cedule de mons. Pierre de Mezilles donnee 7 jours de juing [1]336, pour les despens de l’ostel madame, 103 s. 5 d. / Item, par cedule de Robert de Seriz par les debtes de ses comptes fenissans premier de novembre [1]337, 109 s. 5 d. parisis. / Somme : 68 l. 12 s. 10 d. parisis. fors. – Assignez au Tresor sus la rente a heritaige que mons. y prent, a les prendre au terme de Toussains [1]344 par lettres de mons. donnee a Paris 24 de mars [1]343 [a. st.]62 ».

  • 63Ibid., fo 23.

« Pierre de Meaux. Somme a feble monnoie : 22 l. 15 s. 11 d. p., marc d’argent a 11 l., l’un par l’autre valent a 64 s., 6 l. 7 s. 4 d. p.63 ».

  • 64Ibid., fo 16 vo.

« A Jehanne La Lavendiere. A elle, par cedule de Robert de Seris pour les debtes de ses comptes de l’an [13]37, un escu pour 16 s. p., 105 s. 10 d. p. / A elle, par 3 cedules de messires Gilles et Regnaut des anz 39, 40 et 42 et senz cedule par les comptes de ceulx dessus diz pour 7 l. 9 s. 7 d. febles, valent l’un par l’autre 40 s. p. forts. / A elle, par autres 3 cedules des dessus diz de l’an [13]44, 104 s. p. / Somme a elle : 12 l. 9 s. 10 d. p. forts64 ».

b. « Avaluement » sur le marc d’or

  • 65Ibid., fo 11.

65Dans certains cas, on s’affranchissait des règles de l’avaluement dans le cadre d’accords amiables. C’est ce qui se produit pour Geoffroy de Tory et ses héritiers le 3 septembre 134365. La négociation est globale et amiable, et elle était d’autant plus nécessaire qu’aucune indexation n’avait été prévue ni organisée jusqu’alors, comme le précise le texte : « assavoir est que les monnaies ne de receptes ne de mises ne sont point avaluees ». L’évaluation, « l’avaluement », doit finalement intervenir à Paris le 8 mars 1344. Les sommes sont ramenées à leur valeur en or en fonction du cours de l’or à la date des opérations concernées et le poids d’or ainsi obtenu est converti en écus d’or (comptés pour leur simple valeur métallique, pour 1/54 de marc) puis à leur contre-valeur en monnaie (d’argent et de billon) en se fondant sur le cours légal de l’écu, une procédure complexe avec un enchaînement de calculs et de conversions où l’on suspecte d’abord la recherche d’une indexation avantageuse.

66Le choix du marc d’or est déjà hors norme mais, de plus, le cours retenu est assez arbitraire et approximatif. Pour toute l’année 1340, on compte 100 l. t. pour le marc d’or. Or, selon les listes, il valait 95 l. en avril ; il atteint 100 l. de mai à juillet et monte à 108 l. en octobre et jusqu’à 115 l. en février : la moyenne annuelle pondérée devrait donc dépasser un peu 100 l. t. L’écart est plus net encore pour l’an 1341, où le marc passe de 115 à 130 l. t. en août selon les listes conservées, mais on s’en tient à la valeur de 100 l. t. « eu regard a 2 ou 3 parties qui sont d’avant l’an 1340 », période où le marc valait entre 60 et 70 l. t. et on prend tout « l’un par l’autre ». La procédure n’est pas simplifiée en prenant l’or comme moyen terme de l’avaluement, mais ce choix offre l’avantage de donner une valeur ronde, 100 l. t., pour les calculs. Les étapes sont nombreuses mais les calculs sont simples, et pour cet accord fait en présence des parties, peut-être pouvait-on se contenter de telles approximations :

« Somme toute dehue audit Gieffroy et a ses hoirs : 811 l. 1 d. ob. p.
Fait et veu ce compte a Paris le 3e jour de septembre [1]343, presens mons. Jehan de Cayeu, messire Jehan Le Courtois et Robert de Seris, lettre sur ce de mons. donné l’an et jour dessus dis. Assavoir est que les monnoies, ne de receptes ne de mises, ne sont point avalués, si comme il puet apparoir, la somme 811 l. 1 d. ob. p. devant dis dehus de mons. audit Geffroy et a ses hoirs fu avaluee a Paris 8 de mars [1]343 [a. st.] par Jehan de Flory, fil et hoir dudit Geffroy, Pierre du Mesnil et Guillemin Le Poivre avecques Robert de Seris pour mons., c’est assavoir pour tout l’an [1]340 500 l. t., a 100 l. t. le mars font 270 escuz. Et pour tout l’an [1]341, heu regart a 2 ou 3 parties qui sont davant l’an [13]40, a 100 l. t. le marc d’or, l’un par l’autre font 547 escuz, pour chascun 13 s. 4 d. p. valent 363 l. 13 s. 4 d. p. fors ».

c. Conversion un fort pour cinq faibles

  • 66  Le cours du double parisis (2 d. p. = 2,5 d. t.) a été ramené de 2,5 d. t. (soit 5 oboles tournois (...)
  • 67Ordonnances…, E. de Laurière (éd.), op. cit., t. II, p. 191-193.

67D’autres modes d’indexation apparaissent d’un usage courant, alors même qu’ils s’écartent des calculs d’avaluement que l’on pourrait obtenir à partir de la valeur du marc d’argent. Une trentaine de mentions concernant l’été 1343 convertissent la faible monnaie à la forte dans un rapport de cinq pour un, avec parfois de légers écarts (de quelques deniers) par rapport au calcul exact. Cela supposerait pour l’été 1343 une valeur du marc d’argent cinq fois plus élevée qu’au temps de la monnaie forte (5 x 64 s. t. = 16 l. t.). Or cette valeur de 16 l. t. n’a jamais été atteinte ! En revanche, les ordonnances du 22 août et du 26 octobre 1343 prévoient pour les monnaies d’argent une réduction par cinq de leur cours qui doivent passer de 15 d. t. à 9 d. t. le 22 septembre, à 6 d. t. puis à 3 d. t. dès le 28 octobre pour les blancs et de 2,5 d. t. à 1 ob. t.66 pour les doubles parisis67 :

« Comme […] denier d’or fin a l’escu fait en noz coins auroit cours et seroit pris et mis depuis le vingt-deux jour de septembre darrainierement passé […] pour 45 s. t. ; le blanc denier d’argent a la fleur de lis pour 9 d. t., le parisis noir pour 3 mailles t. ; le nouvel bon gros tournois d’argent que nous faisons faire de present du poids et de la loy du temps de Monsr saint Louis et de nos autres predecesseurs rois de France auroient cours et seroient pris et mis pour 3 s. 9 d. t. et le petit parisis que nous faisons faire a present, les douze auroient cours pour un des bons gros tournois […].
Ordonons que nosdites monoies […] vendront dés maintenant a une fois […] : denier d’or fin a l’escu 16 s. 8 d. t. ; denier blanc a la fleur de lis pour 3 d. t. ; double noir parisis pour maille tournoise ; bon gros tournois pour douze parisis et pour quinze tournois ; petiz parisis que nous faisons faire a present les 12 pour un bon gros […]. »

68L’ordonnance du 22 août organisait le renforcement en quatre étapes étalées sur une durée de 13 mois, finalement réduites par l’ordonnance du 26 octobre 1343 à trois étapes sur deux mois. Ainsi la monnaie 30e (« moyenne ») ne fut jamais mise en œuvre et la monnaie forte fut inaugurée dès le 28 octobre 1343. On peut présenter sous forme de tableau (tabl. 4) les données de ces ordonnances.

69Les ordonnances ne précisent ni les cours des marcs d’or et d’argent ni le pied de monnaie et les cours du gros et de l’écu au temps de la très faible monnaie ne sont pas indiqués. Quoi qu’il en soit, les éléments dont on dispose permettent de relever des possibilités diverses pour la conversion des anciennes dettes qui s’ouvraient dans le cadre de ces ordonnances (tabl. 5).

Tableau 4. Valeurs (prévues) en 1343 pour le renforcement progressif des monnaies en (4) ou 3 temps

      Très faible      

   Faible/Moyenne   

Forte

22-08/22-09

22-09/28-10

28-10

Écu

45 s. t.

16 s. 8 d. t.

Blanc

15 d. t.

9 d. t.

3 d. t.

Double p.

2,5 d. t.

1,5 d. t.

ob. t.

Gros t.

45 d. t.

        15 d. t. = 12 d. p.

D. p.

1/12 g. t.

1/12 g. t.

D. t.

1/15 g. t.

1/15 g. t.

Pied

60e

45e

15e

Marc argent      

13,5 l. t.

9,6 l. t.

3,2 l. t.

Marc or

> 171 l. t.

117 l. t.

43,33 l. t.

Tableau 5. Taux de conversion de la faible à la forte monnaie selon les ordonnances de 1343

       Faible        

  Faible/Moyenne  

       Forte        

Marc argent

4,22

3

1

Pied de monnaie

4

3

1

Gros tournois

3,75 ?

3

1

Marc d’or

3,94

2,7

1

Écu d’or

4,5 ?

2,7

1

Écu d’or

5 ?

3

1,11

Blanc et double p.       

5

3

1

70Ce rapport 5/1 qui traduit un renforcement plus profond, plus violent que celui que l’on pouvait obtenir par la procédure légale d’avaluement par le marc d’argent, mais aussi en indexant les valeurs sur le gros tournois, l’écu ou même le marc d’or, a donc eu un certain succès, peut-être à cause de la simplicité du calcul qu’il permettait – une division par cinq (un doublement suivi d’une division par dix) –, même si en ce qui concerne les deniers (par 12), cela n’est plus aussi simple.

  • 68Arch. nat., Z1b 361, no 2.

71L’annotation à la fin du compte de P. Le Bourrelier montre bien l’hésitation sur cet avaluement, mais celui-ci fut également validé par la Chambre des comptes après débat également, selon une annotation portée à la Chambre des comptes et pieusement conservée dans les archives de la Chambre des monnaies68 : « Fiet ei de 5 ad unum », en marge de la requête d’un ancien receveur de Rouergue (« Ce sont les choses de quoi Guillaume de La Font se tient pour grevé sur l’estat de l’avaluation des monnaies »), qui avance des arguments solides (« en avaluation des monnaies faut que l’on prenne ou au marc ou au gros et pour ce qu’avaluement à 5 d. de la monnaie de l’an 1343 a un denier de la monnaie de l’an 45 ne serait mie a monnaie 60e mais serait bien monnaie 75e laquelle ne fut onques au plus haut que 60e »), mais qui ne suffirent pas à imposer le principe de l’avaluement sur le pied de monnaie (ou sur le gros tournois), ni d’ailleurs sur le marc d’argent comme le prévoyait l’ordonnance.

72Voici quelques exemples de ce mode de conversion dans le registre :

  • 69Arch. nat., JJ 269, fo 17.

« Regnaut Roussel. A li, par cedule de messire P. de Mesilles de l’esté 43, pour 49 s. 6 d. febles, 9 s. 11 d. p. forts69. »

  • 70Ibid., fo 21 vo.

« Etienne le Mareschal. Demeure 35 s. 4 d. p. febles, valent 7 s. 1 d. p. forts70. »

  • 71Ibid., fo 22 ro.

« Pierre Le Bourrelier. Item, a li, par cedule de 26 de may [1]341, 63 s. 7 d. p. febles. Et par les comptes messire Gille de l’an [1]343, 9 l. 6 s. p. feble71. »

« Somme de feble monnoie : 12 l. 9 s. 7 d. p., valent de la forte 50 s. p. »

« Fait a Paris 10 d’avril [1]344. Et ainsi avaluez car, qui l’eust paié ou temps de la feble monnoie, il s’en fust tenus pour contens.

  • 72Ibid., fo 26 vo.

Renart. A li, par cedule de messire P. de Mesilles de l’esté [1]343, pour 100 s. p. febles, 20 s. p. forts72 ».

5. L’utilisation des monnaies d’or : compte, indexation, avaluement

a. Les émissions

Tableau 6. Émissions des monnaies d’or citées dans le registre

Date

Espèce

Taille au marc

Cours

Valeur métallique de l’écu

1326 (16-02)

Royal

58 au marc (4,21 g)

20 s. p

1337 (1-02)

Écu

54 au marc (4,53 g)

20 s. t

1338 (14-11)

Lion

50 au marc (4,90 g)

20 s. p.

20 s. t. 

1338 (14-11)

Lion

50 au marc (4,90 g)

20 s. p.

[23,15 s. t.]

1339 (14-06)

Pavillon

48 au marc (5,10 g)

30 s. t.

[26 2/3 s. t.]

1340 (7-02)

Couronne

45 au marc (5,44 g)

40 s. t.

[33 1/3 s. t.]

1340 (14-04)

Double

36 au marc (6,80 g)

60 s. t.

[40 s. t.]

1341 (7-02)

Ange

34 au marc (7,27 g)

75 s. t.

[47,22 s. t.]

1341(24-08)

Ange 2e

38 au marc (6,44 g)

75 s. t.

[52,77 s. t.]

1342 (28-06)

Ange 3e

42 au marc (5,83 g)

85 s. t.

[66,11 s. t.]

1343 novembre

Écu 2e

54 au marc (4,53 g)

16 s. 8 d. t.

16 2/3 s. t. 

b. Comptes et indexations fondés sur les monnaies d’or

73Des comptes sont tenus dans les diverses monnaies d’or au moment où elles ont légalement cours, ce qui est parfois assez bref. Ensuite, dans certains cas, l’ensemble du compte de la personne concernée continue à être tenu dans cette même monnaie d’or au prix de conversions qui manifestent que ces monnaies ne sont pas réellement maniées mais que ce sont de pures monnaies de compte permettant au passage une indexation sur l’or. Les comptes tenus en monnaie d’or concernent d’ailleurs le plus souvent des personnages d’un certain niveau de fortune, marchands, orfèvres et autres financiers du connétable, comme Pierre Des Essars ou le Lucquois Belhomet Turel.

Pavillon
  • 73Ibid., fo 39.

74L’indexation sur le pavillon d’or est liée au remboursement d’une somme comptée en pavillons pour l’achat de vivres à Thomas Le Lombart à Tournai le 7 décembre 1339, soit à une date où le pavillon circulait73. La conversion tient compte du contenu métallique du pavillon, 9/8 de l’écu valant donc 15 s. p. en 1344 (écu à 13,33 s. p.) et 1/48 de marc. Cela permet de fonder l’indexation en fait sur la valeur du marc d’or et ce compte est clos le 5 juillet 1343 avant le retour à la forte monnaie.

Ange
  • 74Ibid., fo 52 vo.
  • 75Ibid., fo 39 vo.

75Les quelques mentions d’anges (ou angelots) d’or de mai 134174 et de septembre75 pour la première émission correspondent bien à la période de circulation de ces pièces, mais les cours (76 s. 6 d. et 80 s. t.) s’écartent du cours légal de 75 s. t. et reflètent une évaluation ultérieure pour le remboursement de ces pièces en septembre et décembre 1341. Cette évaluation est directement liée aux valeurs du marc d’or à 130 puis 136 l. t. (en comptant l’ange pour 1/34 de marc), alors même que les anges étaient toujours la monnaie d’or en circulation, mais que les anges de la seconde émission pesaient seulement 1/38 de marc. Il faut en conclure que les anges de la première émission n’avaient plus cours légal ou plutôt qu’on préférait les prendre pour leur valeur métallique, supérieure au cours légal.

Couronne
  • 76Ibid., fo 43, interfolio.

76L’indexation sur la couronne d’or, dans le compte du Lucquois Belhomet Turel76, se fonde aussi sur son contenu métallique, 1/45 de marc d’or, comparé à celui de l’écu (1/54 de marc) ou du pavillon (1/48e). Tout cela fut revu « à la Chambre des comptes » le 26 mars 1341.

Écu
  • 77Ibid., fo 45.

77Ce nouvel état des dettes fit l’objet d’un engagement sous le scel du Chatelet, encore un document officiel, le 14 avril 1341 pour 4 000 écus. Le compte qui en est rendu depuis le terme de l’Ascension 1341 est tenu en monnaie tournois avec une conversion immédiate en écus selon la valeur (marchande) de l’écu à chaque terme. Il se présente ainsi77 :

« Item sus la recepte du terme de la saint Martin [1]341, on a pris 1 600 l. t., a 52 s. t. l’escu font 615 escus et 20 s. tournois.
Item sus la recepte du terme de l’Ascencion [1]342, on a pris 1 600 l. t., a 55 s. t. l’escu font 582 escus meins 10 s. tournois.
Et sus le terme de la saint Martin ensuivant l’an dessus dit, on a pris 1 600 l. t. a 64 s. t. l’escu font 500 escus ».

78Les valeurs qui sont indiquées doivent être considérées comme celles de fragments de métal précieux, de lingots, plus souvent que comme le reflet d’un cours marchand de ces espèces.

Royal

79L’orfèvre du roi, Simon de Lille, avait fait ainsi indexer sur le royal d’or le prix, soit 7 666 royaux, de la couronne d’or qu’il a livrée au connétable par une lettre passée le 28 octobre 1336 devant le Châtelet, où une telle clause ne fut pas jugée illégale. Très logiquement, c’est en fonction de la valeur du royal (16 s. p. depuis 1338) que la dette est avaluée en août 1338 en présence du connétable. De ce fait, les remboursements (partiels) ultérieurs sont aussi comptés en royaux, alors même que le royal n’avait plus cours : il s’agit d’un pur intermédiaire permettant l’avaluement prévu dans l’acte. Mais comme le royal n’avait plus cours légal, on se fondait sur le cours du marc d’or pour calculer le cours du royal réduit à sa valeur métallique de lingot pesant 1/58 de marc d’or. L’écart est ainsi calculé entre ce cours métallique, 1/58 de 52 l. 16 s. soit 18,2 s. p., et le cours légal de 16 s. p., qui donne pour le marc 46 l. 8 s. p. :

  • 78Ibid., fo 54.

« Simon de Lille. Par ledit Tresor premier de juing [1]339, 800 l. p., le marc d’or 52 l. 16 s. parisis et le royal a ce fuer 18 s. 2 d. ob. p., font 879 royaux 5 s. 3 ob.
Chiet a venir a 16 s. parisis le royal, pour chascun royal 2 s. 2 d. ob. Pour ce, 97 l. 13 d. ob. p. font (le royal 18 s. 2 d. ob. p.) et 106 royaux 11 s. ob. Demeure en paiement 773 royaux 5 s. 11 d. parisis78 ».

c. Avaluements par l’écu

  • 79Ibid., fo 46 vo.

80Des indexations sur l’écu apparaissent occasionnellement. Elles sont à la base d’avaluements en écus et peut-être faut-il comprendre ainsi une mention figurant dans un document officiel où l’on aurait dû précisément faire la chasse à ce type de clauses, une « lettre de Chastellet 18 de decembre [1]343, 1 300 l. p. fors, un escu d’or pour 13 s. 4 d. p.79 ».

81Des avaluements sont ainsi parfois opérés en prenant l’écu comme moyen terme, plutôt que le marc d’argent ou le marc d’or, sans que l’on ait mention de clauses d’indexation justifiant ce recours à la pièce d’or. Ainsi on rencontre dès le 10 février 1341, pour le restor d’un cheval mort en 1339 :

  • 80Ibid., fo 57.

82« 210 l. 11 s. 2 d. t. […], un escu pour 45 s. t., 93 escus et demi, l’escu pour 13 s. 4 d. parisis fors valent 62 l. 6 s. 8 d. p. fors80 ». Il s’agit typiquement d’une procédure d’avaluement.

  • 81Ibid., fo 60 vo.

83De même, on relève le 20 mars 134381 : « 60 l. p. a 50 s. p. l’escu font 24 escus qui valent 16 l. p. », où la mention d’avaluement, à partir de « a 50 s. p. », est inscrite par une seconde main, avec un cours de 50 s. p., qui est bien un cours commercial de l’écu car il ne correspond pas à une fraction de la valeur du marc d’or.

  • 82Ibid., fo 67.
  • 83Ibid., fo 61.
  • 84Ibid., fo 67-68.

84L’écu sert même après 1344 à évaluer le marc d’argent avec une valeur qui s’écarte un peu de celles des listes82, mais il s’agit d’argenterie et du compte de Pierre Des Essars, largement tenu en écus, en 134383 et surtout à partir de 134684.

d. Le choix de l’or

  • 85Ibid., fo 56.

85Le passage par la monnaie d’or peut illustrer un rapport de force de la part de certains créanciers privilégiés pour qui ce mode d’indexation et de conversion peut représenter une garantie et une possibilité de gain complémentaires. Dans certains cas, une conversion se fait à un taux particulièrement avantageux pour une des parties, mais le comptable le souligne85 : « Demeure deuz a li 55 florins ramenez par sa volenté et a sa requeste a 35 florins au lyon, 16 jours de mars [1]341 [a. st.] ». Comme il y a 40 lions et 70 florins au marc, 55 florins contiennent moins d’or que 32 lions. L’indexation sur l’or est donc très présente dans les esprits des marchands de premier rang et cette priorité donnée à l’or doit être prise en considération à côté du souci du moindre effort et du confort du comptable.

  • 86Ibid., fo 17.
  • 87Ibid., fo 19 vo.

86Le lien entre statut social, montant des transactions et compte en or n’est pas pour autant systématique : Alix La Grisonne n’est pas un haut fournisseur du connétable et ses créances pour « hostages » ou autres ne dépassent pas 62 l. p.86. Aucune des sommes qui lui étaient dues ou qui lui ont été remboursées n’a été payée en écus. Pourtant, après un compte en monnaie forte jusqu’en 1340, les sommes qui lui sont dues en 1341 et 1342 sont converties en écus et le total est converti en monnaie forte au cours de 13 s. 4 d. p. pour l’écu. Le passage par l’écu est également pratiqué pour Jean le Sage, boulanger87. Les écus à 16 s. p. puis 32 s. p. correspondent respectivement aux années 1337 et 1342, avant la conversion en écus à 13 s. 4 d. p. de 1344. Comme sur le marc d’argent, les indications données en série par le registre sur le cours de l’écu d’or sont d’un apport précieux pour la connaissance de la conjoncture du marché monétaire en une période mal connue.

Conclusion

  • 88  Raymond Cazelles, Étienne Marcel, champion de l’unité française, Paris, Tallandier, 1984.
  • 89  Marc Bompaire, « Le gouvernement des monnaies de Jean Poilevillain (1355) », dans Guerre, pouvoir (...)

87La profonde originalité du registre du connétable d’Eu apparaît dans son objet et dans sa composition. C’est l’occasion de saisir en action tout un aspect du travail du comptable qui bien souvent nous échappe. La période qu’il couvre en fait de plus un témoin à peu près unique de la façon dont un comptable, un gestionnaire pouvaient réagir en période d’instabilité monétaire. La qualité technique du registre de Raoul d’Eu apparaît excellente aussi sur ce plan du calcul monétaire, même si ce savoir-faire ne masque pas la faiblesse de l’organisation comptable du connétable. Le savoir du comptable comporte l’obligation d’être bon calculateur pour appliquer la règle de trois de l’avaluement, dont la pratique se codifie précisément au moment de la réforme monétaire de 1343, mais il implique aussi un savoir financier pour choisir et arbitrer entre les différents modes possibles d’indexation des valeurs. C’est un jeu dans lequel excellaient les grands marchands, orfèvres et changeurs, qui parvenaient à imposer, à leur avantage, leurs propres pratiques d’indexation ou d’avaluement. Tel est le cas des marchands de chevaux, mais surtout de Simon de Lille, orfèvre du roi, des bourgeois de Paris Geoffroy de Flory, argentier de Philippe V, Pierre Des Essars, beau-père d’Étienne Marcel, qui fut un temps conseiller et principal financier de la cour avant sa disgrâce en 134688, ou du maître des monnaies Jean Poilevillain, emprisonné par trois fois89, ou du Lucquois Belhomet Turel, qui fut lui aussi emprisonné en 1355.

  • 90  Chap. 21, trad. Frédéric Chartrain, Traité des monnaies de Nicolas Oresme et autres écrits monétai (...)

88Nicolas Oresme90 dénonce en effet avec véhémence ces « changeurs […], manieurs d’argent et receveurs qui prennent une grande partie du revenu ou gain qui provient de la mutation des monnaies ». Le comptable du connétable d’Eu pourrait reconnaître bien volontiers avec lui que « tant que les mutations se prolongent elles donnent lieu à un nombre presque incalculable d’ambiguïtés, d’obscurités, d’erreurs et de difficultés inextricables dans les comptes de dépenses et de recettes », puisqu’il est « fatal par de telles mutations que les revenus évalués à une certaine quantité d’argent subissent soit une injuste diminution soit une augmentation non moins injuste ».

Notes

1  Philippe Contamine, « Les tournois en France à la fin du Moyen Âge », dans Das ritterliche Turnier im Mittelalter. Beiträge zu einer vergleichenden Formen- und Verhaltensgeschichte des Rittertums, J. Fleckenstein (éd.), Göttingen, 1985, p. 425.

2Arch. nat., JJ 269, fo 101 vo.

3  Charles-Moïse Briquet, Les filigranes : dictionnaire historique des marques du papier dès leur apparition vers 1282 jusqu’en 1600, 4 vol., Genève, 1907.

4  Et probablement des variantes de ce numéro signalées par C.-M. Briquet, op. cit. : Pise, 1330-1331 ; Montpellier, 1336 ; Sienne, 1333-1339.

5  Arch. nat., JJ 269, fo 1 r° à 65 ro, § 1 à 170.

6Ibid., fo 70 ro.

7Ibid., fo 78 ro.

8Ibid., fo 93-107, etc.

9  On compte 35 « commerçants de bouche » : 13 poissonniers, six bouchers et quatre marchands de volailles, dix marchands de chevaux, mais aussi des chevaliers de l’entourage du comte, et des financiers et autres prêteurs marchands ou orfèvres.

10Arch. nat., JJ 269, fo 70 ro.

11Ibid., f°1 vo.

12Ibid., fo 43 ro.

13Ibid., fo 11 ro.

14Ibid., fo 45 vo : ajout au bas du folio.

15Ibid., fo 43 v°, marge gauche.

16Ibid., fo 80 ro.

17  Marc Bompaire, « Compter au xiiie siècle avec la diversité des monnaies : livres, sous et deniers », Comptabilité(S). Revue d’histoire des comptabilités, no 7, 2015, (http://comptabilites.revues.org/1616).

18Arch. nat., JJ 269, fo 58 vo.

19Ibid., fo 1.

20Ibid., fo 2.

21Ibid., fo 31.

22Ibid., fo 58 vo.

23Ordonnances des rois de France de la troisième race…, Eusèbe de Laurière (éd.), t. I, Paris, 1723, p. 771.

24  Marc Bompaire et Françoise Dumas, Numismatique médiévale, Turnhout, Brepols, 2000, annexe P, p. 640-642 avec les références.

25Arch. nat., JJ 269, fo 58 vo.

26Ordonnances des rois de France…, E. de Laurière (éd.), op. cit., t. II, 1729, p. 249.

27Ordonnances des rois de France…, E. de Laurière (éd.), op. cit., t. I, p. 458.

28  L’ordonnance de renforcement du 22 août 1343 (Ibid., t. II, p. 182-186) a été accompagnée d’une seconde ordonnance donnée le même jour sur les paiements (Ibid., t. II, p. 187-188). De même, l’ordonnance du 26 octobre (Ibid., t. II, p. 191-193) a été précisée par une déclaration du même jour (Ibid., t. II, p. 193-195).

29  M. Bompaire et Fr. Dumas, Numismatique médiévale, op. cit., annexe O, p. 633-639 pour des listes débutant en 1343.

30Arch. nat., JJ 269, fo 46 vo.

31  Frédéric Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du ixe au xve siècle, t. I, Paris, F. Vieweg libraire-éditeur, 1881.

32Arch. nat., JJ 269, fo 11.

33Ibid., fo 6.

34Ibid., fo 11 vo.

35Ibid., fo 12 ro.

36Ibid., fo 55.

37Ibid., fo 11.

38Ibid., fo 15.

39  BNF, ms. fr. 4924.

40  Arch. nat., JJ 269, fo 24 vo avec changement de main pour la mention de l’avaluement.

41Ibid., fo 26 ro.

42Arch. nat., Z1b 54, fo 22 v°-37 vo. L’édition de registre « mémorial » de la Chambre des monnaies a fait l’objet du diplôme de l’EPHE de M. Hourlier en 2010, dont la publication est en préparation.

43  BNF, ms. lat. 11709, fo 167 vo-171, liste incomplète, pour les valeurs du marc jusqu’à 4 l. 8 s. t.

44  Arch. nat., JJ 269, fo 19 et 71.

45  M. Bompaire et Fr. Dumas, Numismatique médiévale…, op. cit., annexe L, p. 616-618.

46  Félicien de Saulcy, Recueil de documents inédits relatifs à l’histoire des monnaies frappées par les rois de France…, t. I, Paris, 1879, p. 15. La tradition de ces listes et leur regroupement en diverses familles ont été établis par L. Borrelli de Serres, « Les variations monétaires sous Philippe le Bel et les sources de leur histoire », Gazette numismatique française, t. 5-6 (1901-1902), p. 245-367 et 9-67. La liste du registre entre deux ais de la Chambre des monnaies qui servit le plus souvent de référence est présentée dans M. Bompaire et Fr. Dumas, Numismatique médiévale…, op. cit., annexe L, p. 615-625.

47BNF, ms. lat. 11709, fo 167 vo, et Arch. nat., Z1b 54, fo 22 vo.

48Arch. nat., JJ 269, fo 25.

49Ibid., fo 39.

50Ibid., fo 49.

51Ibid., fo 73 vo.

52Ibid., fo 71.

53Ibid., fo 23.

54Ibid., fo 18.

55Ibid., fo 22 vo.

56Arch. nat., Z1b 54, fo 34.

57Arch. nat., JJ 269, fo 18.

58Ibid., fo 41 vo.

59Ibid., fo 16 vo.

60Ibid., fo 23.

61Ibid., fo 17 vo.

62Ibid., fo 18 ro.

63Ibid., fo 23.

64Ibid., fo 16 vo.

65Ibid., fo 11.

66  Le cours du double parisis (2 d. p. = 2,5 d. t.) a été ramené de 2,5 d. t. (soit 5 oboles tournois) à 1 obole tournois.

67Ordonnances…, E. de Laurière (éd.), op. cit., t. II, p. 191-193.

68Arch. nat., Z1b 361, no 2.

69Arch. nat., JJ 269, fo 17.

70Ibid., fo 21 vo.

71Ibid., fo 22 ro.

72Ibid., fo 26 vo.

73Ibid., fo 39.

74Ibid., fo 52 vo.

75Ibid., fo 39 vo.

76Ibid., fo 43, interfolio.

77Ibid., fo 45.

78Ibid., fo 54.

79Ibid., fo 46 vo.

80Ibid., fo 57.

81Ibid., fo 60 vo.

82Ibid., fo 67.

83Ibid., fo 61.

84Ibid., fo 67-68.

85Ibid., fo 56.

86Ibid., fo 17.

87Ibid., fo 19 vo.

88  Raymond Cazelles, Étienne Marcel, champion de l’unité française, Paris, Tallandier, 1984.

89  Marc Bompaire, « Le gouvernement des monnaies de Jean Poilevillain (1355) », dans Guerre, pouvoir et noblesse au Moyen Âge. Mélanges en l’honneur de Philippe Contamine, Jacques Paviot et Jacques Verger (éd.), Paris, Presses de la Sorbonne, 2000, p. 101-110.

90  Chap. 21, trad. Frédéric Chartrain, Traité des monnaies de Nicolas Oresme et autres écrits monétaires du xive siècle (Jean Buridan, Bartole di Sassoferrato), Claude Dupuy (éd.), Lyon, La Manufacture, 1989, 208 p. Pour le texte d’Oresme, voir The De moneta of Nicholaus Oresme and English Mints documents, Charles Johnson (éd.), Édimbourg-Londres, Nelson, 1956, XLII-114 p.

Auteurs

Marc Bompaire, archiviste paléographe, est directeur de recherches au CNRS et directeur d’études à l’EPHE, où il enseigne la numismatique et l’économie monétaire de l’Occident médiéval et moderne. Il est l’auteur avec Philippe Contamine, Stéphane Lebecq et Jean-Luc Sarrazin d’Économie médiévale, Paris, Armand Colin, 1993 ; et avec Françoise Dumas de Numismatique médiévale, Turnhout, Brepols, 2000. Ses recherches portent notamment sur les pratiques et les savoirs des spécialistes monétaires et il a édité les actes du colloque « Marchands, mathématiciens et métallurgistes : une culture monétaire au Moyen Âge ? » Revue numismatique, no 167, 2011, p. 15-263. Il a abordé les pratiques monétaires des comptables à l’occasion de la table ronde de Lille dans le cadre du projet de recherche « Comptables et comptabilités au Moyen Âge » : « Compter au xiiie siècle avec la diversité des monnaies : livres, sous et deniers », Comptabilité(S). Revue d’histoire des comptabilités, no 7, 2015, http://comptabilites.revues.org/1616.

Émilie Lebailly est attachée de conservation du patrimoine au Conseil départemental d’Eure-et-Loir, responsable du château de Maintenon. Parmi ses publications relatives à la question des comptabilités, elle a publié les volumes 1 à 3 des Comptes de l’Argentier de Charles le Téméraire, duc de Bourgogne (1468, 1469 et 1470), Paris, Académie des inscriptions et belles lettres (« Recueil des historiens de la France. Documents Financiers », X [4 vol. ]), Paris, 2001, 2002 et 2008.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540