Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Classer, dire, compter

 | 
Olivier Mattéoni
, 
Patrice Beck

Pratiques comptables : des savoirs aux savoir-faire

Le budget de maître Antonio Alabanti, prieur de la Santissima Annunziata de Florence (1477-1485)

Darwin Smith

Texte intégral

Introduction1

  • 1 La matière de cet article est issue de Memoriale de maestro Antonio Alabanti, prieur de la Santissi (...)
  • 2  L’ouvrage de référence sur les origines de l’ordre est celui de Franco Andrea Dal Pino, I frati Se (...)
  • 3  Comme le droit exclusif de prêcher l’Épiphanie et le dimanche de la Passion à la chapelle Sixtine (...)

1Le couvent de l’Annunziata à Florence est la maison mère du moins connu des ordres mendiants : les servi beatae Mariae Virginis (« serviteurs de la bienheureuse Vierge Marie ») ou servites, fondé vers le milieu du xiiie siècle par sept pénitents laïcs florentins, d’origine marchande. Approuvé par Benoît XI en 13042, l’ordre atteint son apogée à la fin du xve siècle, quand le pape Innocent VIII, par la bulle Apostolice Sedis intuitus (1487), non seulement lui attribue la parité des droits avec les grands ordres mendiants – franciscains, dominicains, carmes, ermites de saint Augustin –, mais accorde aussi aux servites des privilèges uniques en leur genre3.

  • 4  L’icône miraculeuse, dont la plus ancienne référence est postérieure d’un siècle à la fondation de (...)
  • 5  À l’occasion de son avènement, Louis XI fait un don de 200 écus d’or pour l’achat d’une « Paix » e (...)
  • 6  Dans le fonds constitué à la suite des décrets napoléoniens des 24 mars 1808 et 13 septembre 1810, (...)
  • 7  Nous faisons référence ici aux deux registres édités par E. M. Casalini : Registro di entrata e Us (...)
  • 8  L’Annunziata de Florence détient encore plusieurs centaines de volumes et de documents, dont une i (...)
  • 9  Les historiens de la peinture se sont intéressés à l’Annunziata du fait des panneaux peints par Fr (...)

2Du fait de son histoire, intimement liée à celle de la ville, et par la présence d’une image miraculeuse de la Vierge qui recevait la visite de pèlerins4 et des dons en provenance de toute l’Europe5, les servites et le couvent de l’Annunziata ont joué un grand rôle dans la vie civique à Florence. De ce rôle témoigne un remarquable ensemble de livres comptables, dont les premiers remontent au dernier quart du xiiie siècle et les plus récents au xixe siècle. 1 274 pièces sont conservées à l’Archivio di Stato à Florence6. Quelques éléments, les plus anciens, sont déposés au siège actuel de l’ordre, à Rome7, et le reste, demeuré dans les archives du couvent, était quasi inaccessible encore récemment8. Malgré l’importance de ces sources et en dépit des recherches considérables sur Florence et ses institutions à la Renaissance, le rôle du couvent et des servites à cette époque est encore méconnu dans l’historiographie, sauf pour les historiens de la peinture, de l’architecture et de la musique9.

  • 10  Les deux titres sont contemporains de son priorat, avant son élection au généralat de l’ordre, en (...)
  • 11  Une heure avant le coucher du soleil : « Et cette nuit, à la 11e heure [du jour], fut élu le nouve (...)
  • 12  Christofano da Giustinopoli, malade, ne peut plus exercer sa charge, mais reste général en titre j (...)

3Dans les archives accessibles, un registre a retenu notre attention – Archivio di Stato Firenze, Corporazioni religiose soppresse 119, Pezzo 873 – car il contenait des informations fondamentales sur la pratique musicale à la fin du xve siècle : la composition organique d’un chœur polyphonique, son mode de travail et son répertoire, un document unique en son genre. Il nous était cependant difficile de situer dans le temps ces informations et de bien les interpréter, car le registre se présentait de prime abord comme un assemblage hétérogène de listes, de fragments de comptabilités et d’extraits de contrats, de mains diverses, s’étalant de 1457 à 1483 pour les éléments datés. Cependant, un double titre sur une couverture enveloppante en parchemin donnait le volume comme Memoriale ou Libro di ricordi de maître Antonio Alabanti da Bologna10. Ce maître en théologie avait occupé la fonction de prieur de l’Annunziata de Florence du 7 novembre 147711 jusqu’à son élection comme vicaire général de l’ordre des servites, le 25 mai 148512.

  • 13  A.S.F., C.S. 119, P. 48, Ricordanze, segnato A (1433-1477, 1480-1481) ; Ibid., P. 49, Ricordanze, (...)
  • 14  La collaboration entre le prieur et ses procureurs est visible dans le registre par l’intervention (...)

4Pour élucider la datation et le contenu du Memoriale, nous en avons réalisé l’édition et examiné l’organisation en le contextualisant grâce à d’autres registres de comptabilité du couvent qui lui sont contemporains : livres maîtres, livres d’encaissement et décaissement, d’enregistrements, de créditeurs et débiteurs, de reçus, de sacristie13. Sous l’apparente hétérogénéité des dates, des écritures et des mises en page, il a été possible d’établir qu’il s’agissait d’un instrument de contenu et d’usage cohérents exclusivement à la main de l’Alabanti et de ses procureurs14 : commencé en 1478, le Memoriale rassemble les données de son bilan en préparation à l’audition de ses comptes à la fin de l’exercice 1483.

  • 15  A.S.F., C.S. 119, P. 49, Ricordanze segnato B, fo 94 vo : « et doit avoir pour la régence de trois (...)
  • 16  Si le débat sur l’usure et la question de la place de l’argent au sein des ordres mendiants ont su (...)

5Parmi les éléments les plus singuliers – à nos yeux – préparés pour cette audition figure, au titre de la personne du prieur, le chiffrage de ses indemnités mensuelles, de ses frais de missions et de sa compensation forfaitaire pour un manque à prêcher15 ; au titre de sa gestion collective, nous remarquons une série de calculs que nous analysons ici comme préparatoires à l’établissement d’un budget des « dépenses ordinaires » de la communauté. Cette démarche budgétaire s’inscrit dans le contexte d’une gestion financière particulièrement dynamique de l’Alabanti au sein de l’ordre des servites et, plus généralement, de la réflexion sur l’usure au sein des ordres mendiants ; elle est aussi à mettre en relation avec les premières traces formalisées de budget publiées récemment pour l’Italie septentrionale16.

I. Organisation, usage et datation du Memoriale

  • 17  Le papier des cahiers, de pliage in 4o, provient d’un même battoir : il présente des filigranes id (...)
  • 18  L’édition du Memoriale a permis d’évaluer ces volumes par le comptage du nombre de signes respecti (...)
  • 19  Le syndic agit et signe au nom du chapitre de la communauté pour ses affaires internes ; le procur (...)
  • 20  Bernardo Mini signe un contrat d’une durée d’un an le 22 août 1482, qui ne sera pas renouvelé ; so (...)
  • 21  Zanobio del Giocondo travaille aux écritures comptables au moins depuis le 7 juin 1480 jusqu’au dé (...)
  • 22  Par contrat, le procureur et facteur a charge de « faire et entreprendre chaque et toute chose app (...)
  • 23  Il s’agit certainement d’un frère servite originaire de la même région que l’Alabanti, comme on le (...)

6Le Memoriale est composé de six cahiers de papier où interviennent cinq mains différentes17. Celle de maître Alabanti, la seule présente sur tous les cahiers, réalise un volume d’écriture supérieur aux autres mains réunies, dont trois sont celles de ses adjoints18 : frère Stefano di Giuliano da Milano, procureur (procuratore) et syndic (sindaco)19 à diverses reprises, Bernardo Mini20 et Zanobio di Domenico del Giocondo21, deux citoyens florentins laïcs salariés par le couvent comme « facteurs » (fattore) et procureurs22. Une dernière main n’a pu être identifiée23.

Cahier 1 (8/824, fo 1-16) — Réalisé principalement par Zanobio del Giocondo et frère Stefano da Milano entre avril 1478 et novembre 1481 : synthèse de l’apurement du conto vecchio (« compte ancien ») ou récolement des comptes créanciers du couvent antérieurement au 7 novembre 1477 inclus (jour du décès du précédent prieur), mais soldés pendant l’exercice de l’Alabanti ; paiement des intérêts des emprunts anciens et nouveaux ; état rétrospectif des recettes de la chapelle (août 1469-octobre 1481) ;

  • 24  Ce double chiffre correspond à l’organisation des pages du cahier par rapport au pli de la couture (...)

Cahier 2 (8/824, fo 17-32) — Réalisé postérieurement au premier cahier et antérieurement au suivant : coûts des travaux de rénovation du couvent par comptes fournisseurs (chaufourniers, chaudronniers, sablonniers, maçons, charpentiers, tailleurs de pierre, forgerons, transporteurs, peintres, vitrerie, cirier) ; état des encaissements et décaissements (entrata e uscita) ;

Cahier 3 (8/7, fo 33-47) — Réalisé entre juin 1480 et l’automne 1483 : relevé rétrospectif par le prieur des revenus de vin, de la cire et des ventes de biens du couvent pour les années 1462-1469 ; premiers éléments de comptabilité prévisionnelle qui reprennent ceux, cancelés, du cahier précédent ; liste des maîtres en théologie associés au couvent ; directives d’entretien des exploitations agricoles ; premiers éléments prévisionnels du bilan final (annonce du « compte et solde avec les frères florentins ») ;

  • 25  Il s’agit ici de quinions : cinq pages avant et cinq pages après la couture.

Cahier 4 (5/525, fo 48-57) — Réalisé consécutivement au cahier 3 et exclusivement par la main de l’Alabanti : première liste de la communauté et de son personnel (63 personnes : 18 novices, 23 prêtres, 8 convers, 7 profès, 8 séculiers) ; enregistrement du transfert du stock de cire devant dix frères florentins (2 décembre 1483) ; tableau organique du chœur et son programme de travail ; apurement de la fin de l’exercice 1477 pour la seule partie concernant l’Alabanti (période du 8 novembre 1477 à la fin mars 1478) ;

Cahier 5 (5/5, fo 58-67) — Réalisé consécutivement au cahier 4 et achevé en mars 1484 au plus tard, exclusivement de la main de l’Alabanti avec deux brèves insertions de Zanobio del Giocondo : comptes personnels du prieur – frais de missions ; reliquats de l’exercice 1477 ; seconde liste de la communauté et de son personnel (70 personnes : 20 novices, 26 prêtres, quatre convers, 12 profès, huit séculiers) ; tableau du chœur polyphonique et de son programme de travail ;

  • 26Memoriale, fo 70 ro 31 : Cancellasi per uno achordo alle Richordanze [segnato] B, c. 160 (« Cancel (...)

Cahier 6 (8/8, fo 68-83) — Commencé en 1482 par Zanobio del Giocondo et frère Stefano da Milano, rédigé pour l’essentiel au cours de l’exercice 1483 par l’Alabanti avec quelques ajouts postérieurs jusqu’en mai 1485 : comptes des travaux de la pieve de San Martino à Lubaco (cancelés le 29 janvier 1488)26 ; tableau du menu de la communauté ; bilan des achats immobiliers ; bilans synoptiques (entrata/uscita, réforme et rénovation du couvent) ; budget de la viande ; budget des dépenses ordinaires ; réforme de l’économie domestique ; revenus des exploitations agricoles (grain, vin, huile) ; synopsis pour l’entretien d’embauche du jardinier.

7L’analyse des contenus et la distribution des écritures nous conduisent à distinguer d’une part la question de la cohérence de l’usage et d’autre part celle de l’intégrité matérielle du registre. Nous estimons qu’il y a eu deux blocs distincts dans l’histoire du Memoriale, dont l’ensemble des cahiers a été préparé et utilisé entre 1478 et 1485 :

    • 27  Ces quatre cahiers présentent sur leurs tout premiers folios, en succession rapide, les écritures (...)

    les quatre octonions (cahiers 1, 2, 3, 6) commencés par le prieur en collaboration avec l’un ou l’autre de ses procureurs entre 1478 et 148227.

    • 28  Sur le cahier 5, il y a seulement deux interventions de Zanobio del Giocondo. La première se trouv (...)
    • 29  L’administration à Florence suit le style de l’Annonciation, c’est-à-dire que l’année commence et (...)

    les deux quinions (cahiers 4 et 5) de la main quasi exclusive du prieur28, préparés pour l’exercice 1483 (au style de Florence)29.

  • 30  Seuls les trois premiers folios (68 ro-70 ro) avaient été utilisés par ses procureurs pour l’enreg (...)
  • 31  A.S.F., C.S. 119, P. 49, Ricordanze B, fo 94-96 : « J’enregistre comment aujourd’hui 5 mai 1484, n (...)
  • 32  Dans le dernier cahier, l’Alabanti rédige un synopsis pour l’entretien d’embauche du jardinier, ma (...)
  • 33Memoriale, fo 42 ro7-19 : « Faire sommer Zohane Salviati pour les limites de la pieve [de San Mart (...)

8Pour cet exercice, l’Alabanti regroupe les quatre grands cahiers utilisés par lui et ses procureurs avec les deux petits cahiers qu’il commence pour son seul usage, et forme le Memoriale dans l’état où il nous est parvenu. Le quatrième octonion, presque complètement vierge30, lui sert à l’exposition de son bilan général en vue de la clôture de ses comptes le 3 avril 148431. Instrument de communication entre le prieur et ses adjoints32, l’usage en réseau des cinq derniers cahiers est manifeste par le report d’informations d’un cahier sur l’autre, par des memoranda à caractère injonctif33, par la progression cohérente d’écritures concernant un même objet. À cet égard, celles qui concernent la pieve de San Martino à Lubaco sont révélatrices :

  • 2e cahier (fo 28 vo 14-17) : Règlement du solde de l’achat de la pieve ;

  • 3e cahier (fo 42 ro 8) : « Solliciter les bulles pour la pieve » ;

  • 4e cahier (fo 50 vo 21) : « Bulles de la pieve : 20 florins » ;

  • 5e cahier (fo 66 vo 7) : « Porter les dépenses de la bulle au Libro dele Recordanze » ;

  • 6e cahier (fo 68 ro-70 ro) : Comptes des travaux de la pieve (20 février-12 décembre 1482).

  • 34  Pour les seules écritures comptables, le Memoriale contient toute une variété de dispositifs et de (...)

9L’usage des cahiers du Memoriale, vade-mecum utilisé en divers lieux et circonstances, peut se comparer à celui d’un ordinateur portable d’un directeur de PME (Petite et Moyenne Entreprise) et de ses collaborateurs directs au début du xxie siècle : un bureau ambulant en réseau avec quelques dizaines de « dossiers » contenant des « fichiers », où sont enregistrés des comptes34, des notes de synthèse, des documents de référence à différents stades d’élaboration, des memoranda, les listes des salariés et personnes-ressources.

II. Calcul du coût hebdomadaire de l’alimentation

  • 35  Par tableau, nous entendons une écriture sous forme de blocs distribués de façon non linéaire mais (...)
  • 36Memoriale, fo 72 vo 7 : « levata l’usanza de mangiare soto la scala » ; fo 78 ro 2 : « levato el m (...)
  • 37 Memoriale, fo 80 vo 9 : « Poiché i frati sono in refetorio, portare pane e vino » ; fo 72 vo 3 : « (...)

10L’alimentation de la communauté est l’objet d’un effort évident de la part du prieur, comme le montre la mise au net d’un menu hebdomadaire sous forme d’un tableau similaire à celui du chœur polyphonique (voir doc. 1)35. Son effort est lié à un souci de réglementer de façon stricte le mode d’alimentation des frères – dans son bilan, il proclame avoir « supprimé l’habitude de manger sous l’escalier […] dans le cellier et dans les chambres36 », afin d’instaurer un ordo quasi liturgique pour les repas : « le pain et le vin ne seront apportés qu’une fois les frères installés dans le réfectoire », où ils devront manger « selon le même ordre que dans le chœur37 ».

  • 38  Texte du document 1 : « Dimanche (Domenica) : Pois blancs (Ciesse biancho), Figues ou beignets (Fi (...)
  • 39  Le couvent était autosuffisant pour le pain, et presque pour le vin. Le vin, l’huile et les céréal (...)

11Il s’agit d’un menu type de base annuelle composé uniquement de fruits, de légumes et de poisson, sans précision des jours carnés38. Par ailleurs, le pain et le vin ne sont mentionnés ou évalués à aucun moment dans la comptabilité alimentaire du prieur39. Un peu plus loin, après la liste des acquisitions immobilières (fo 71 ro), le dernier état synoptique des encaissements et décaissements (fo 71 vo-72 ro) et le bilan de la réforme du couvent (fo 72 vo-73 ro), l’Alabanti copie une série de calculs relatifs aux achats de viande, d’œufs, de fromage et de poisson destinés à compléter le menu type.

Document 1. Menu hebdomadaire

Document 1. Menu hebdomadaire

Avec l’aimable autorisation du ministère italien du Patrimoine, de la Culture et du Tourisme, Antonio Alabanti, fo 70 vo. Tous droits réservés.

1re étape : coût de la viande par repas (fo 75 ro 1-3)

12Le prieur calcule d’abord le prix d’un plat de viande :

Plat (piatanza) de veau (vitello), 35 livres

Plat pour deux agneaux (agnelli) et demi

Plat d’agneau châtré (castrone), 30 livres

2 l. 18 s. 4 d.

3 l. 10 s.

2 l. 10 s.

  • 40  Le personnel du couvent est très mobile du fait des occupations respectives des frères, mais en mê (...)
  • 41  L’absence complète de viande de porc est conforme à ce qui est observé par ailleurs, car elle est (...)

13La suite de ses calculs montre que le « plat » (piatanza) se rapporte au service d’un repas de la communauté dont la dernière liste chiffrée (voir supra I. « Cahier 6 ») totalise 70 membres40, ce qui donne un ratio d’une livre de viande (338 g) pour deux personnes (vitello) ou environ (castrone)41.

2e étape : variations des coûts mensuels selon les viandes (fo 75 ro 4-10)

14À partir de ces coûts unitaires, l’Alabanti calcule le différentiel mensuel pour le choix d’une viande plutôt qu’une autre, sur la base de cinq ou six plats à la semaine, à raison de quatre semaines par mois :

Attention : prendre 5 plats d’agneau au lieu d’agneau châtré, coûtera 5 lires de plus, soit 20 l. par mois.

Attention : prendre 6 plats d’agneau au lieu de veau, coûtera 3 l. 10 s. de plus à la semaine, soit 14 l. par mois.

15Ultérieurement, il cancelle ce différentiel et recalcule un coût unitaire par viande mais de six plats, le maximum hebdomadaire autorisé par les décrets capitulaires (fo 75 ro 12-14) :

Six plats de veau coûtent

Six plats d’agneau châtré

Six plats d’agneau

17 l. 9 s.

15 l.

21 l.

16Puis, sur cette nouvelle base, il recalcule le différentiel mensuel en envisageant tous les choix possibles (fo 75 ro 15-24) :

  • 42  Nous comptons 3 l. 11 sous ; l’Alabanti a d’abord écrit « 5 l. 11 sous » en chiffres avant de barr (...)

Remplacer le veau par l’agneau coûte 4 l. 11 s. de plus par semaine, soit 18 l. 4 s. par mois42.

Remplacer l’agneau châtré par l’agneau coûte 6 l. par semaine, soit 24 l. par mois.

Remplacer l’agneau châtré par le veau coûte 2 l. 9 s. de plus pour 6 plats, soit 9 l. 16 s. par mois.

3e étape : coût hebdomadaire d’un menu complet (fo 74 ro 1-17)

  • 43  L’Alabanti répète matina et sera pour chaque entrée ; nous avons simplifié la présentation.

17Le prieur établit ensuite le coût hebdomadaire des besoins en viande, fromage, œufs et poisson, les répartissant au quotidien selon le matin (matina) et le soir (sera)43 :

[Matin]

Dimanche, veau : 35 livres

Lundi, agneau châtré : 30 livres

Mardi, agneau châtré : 30 livres

Mercredi, œufs : 200

Jeudi, veau : 30 livres

Vendredi : fromage et fruits

Samedi, œufs mollets : 100

  2 l. 18 s. 4 d.

  2 l. 10 s.

  2 l. 10 s.

  3 l.   6 s.

  2 l. 10 s.

  1 l. 13 s.

[Soir]

Dimanche, agneau châtré : 30 livres

Lundi, omelettes, œufs : 100

Mardi, tourte, œufs : 50

Mercredi, omelettes vertes, œufs : 100

Jeudi, agneau châtré : 30 livres

Vendredi, salades

Samedi, tourtes, œufs : 50

Fromage pour la semaine : 20 livres

Toutes les vigiles, poisson : 30 livres

[Total]

  2 l. 10 s.

  1 l. 13 s.

        16 s.

  1 l. 13 s.

  2 l. 10 s.

        16 s.

  3 l.

18 l.

46 l.   5 s. 4 d.

4e étape : coût hebdomadaire synthétique et réduit (fo 74 vo 9-17)

18Enfin, il produit un calcul synthétique en consolidant les coûts par denrée et en modifiant les données de toutes les quantités unitaires sauf le fromage, pour aboutir à une réduction importante du coût total hebdomadaire :

Viande, pour les dimanches, mardi et jeudi, matin et soir, à 72 livres par jour, soit par semaine 18 l.

Fromage, par semaine : 20 livres

Œufs, lundi soir : 100

Œufs, mercredi midi et soir : 300

Vendredi, poisson : entre 36 et 40 livres

Samedi, œufs, midi et soir, 300

[Total]

 3 l.

 1 l.    8 s.

 4 l.    4 s.

 4 l.

 4 l.    4 s.

34 l. 16 s.

  • 44  Il y a trois prix différents selon que les œufs sont « normaux » (1 l. 8 s. les 100), destinés aux (...)
  • 45  La consommation de viande était réglementée par un décret du chapitre général de Parme (1353) : « (...)
  • 46  Le total de 72 livres de viande pour une somme de 18 l. donne une livre de viande à 1 s. 8 d., ce (...)
  • 47  Le poste du poisson passe de 14 l. à 4 l., bien que la quantité paraisse en augmentation : comme c (...)

19Ces derniers calculs sont particulièrement intéressants, car ils témoignent d’un effort complet de rationalisation comptable, aussi bien sur les denrées et les coûts que pour le nombre de jours carnés. La fourniture d’œufs est passée de 600 à 700 pour une même qualité44, la pietanza unique de 36 livres de viande pour n’importe quel jour de la semaine45 donne un coût référence de 3 lires46, et le poisson est désormais consommé le vendredi et non plus toutes les vigiles47. Par rapport à l’étape précédente, le coût est réduit de 11 lires, 9 sous 4 deniers, soit près d’un quart de la somme totale.

20Le coût hebdomadaire réduit (34 lires et 16 sous) est ensuite intégré à une liste des « dépenses ordinaires » mensuelles.

III. L’état mensuel des « dépenses ordinaires »

  • 48  La répartition dépenses ordinaires/dépenses extraordinaires est constitutive de la conception gest (...)

21À la suite des calculs du coût hebdomadaire de l’alimentation de sa communauté, l’Alabanti a dressé la liste de l’ensemble des dépenses mensuelles fixes : salaires des frères et des séculiers (contrats d’emploi ou de prestations), impôts et taxes, frais d’infrastructure (voir doc. 2) ; ce sont les « dépenses ordinaires » (spese ordinare), en opposition aux « dépenses extraordinaires » (spese straordinare) – travaux, ustensiles, literie, serrurerie, transports, péages, livres, aumônes, cire, etc.48.

  • 49  Le prieur a ajouté ultérieurement ce qui est édité en ligne 18, qui consolide les postes 16 et 17, (...)

Salaire et indemnité forfaitaire pour 30 prêtres

 60 l.     

Salaire des chanteurs, de l’organiste et pour le latin

 90 l.     

Le cuisinier et son aide

  7 l.     

Le jardinier, son serviteur et l’âne

  8 l.     

5

Deux maîtres qui font cours aux étudiants

 12 l.     

La nourriture

180 l.     

Deux écrivains

 16 l.     

Dépenses de mouture du grain

 14 l.     

Petit bois pour le four

  8 l.     

10

Dépenses de novices, profès et convers

 50 l.     

Lavandier et barbier

 12 l.     

Médecins pour soigner

  4 l.     

Dépense de bois pour le feu

 44 l.     

Taxe du Général et du Provincial

 17 l.     

15

Université de Pise

 17 l.     

(Benedeto, maçon)

(15 l.)    

(Deux ouvriers)

(4 l.)49

Dépense et salaire de Beto et deux ouvriers

 20 l.     

[Total]

555 l.     

22La dépense pour « la nourriture » – 180 lires (ligne 6) – a été obtenue à partir du coût hebdomadaire établi par les calculs précédents, à raison d’un mois à cinq semaines :

34 l. 16 s. × 5 = 174 lires.

  • 50  Si l’on fait le total avec les lignes 16 et 17 initiales, on obtient 558 l., et 559 l. avec la lig (...)
  • 51  Le rapport entre les calculs, le menu et la réalité effective pourrait apparaître par l’étude comp (...)

23Comme pour plusieurs autres postes, ainsi que pour le total final, le chiffre a été arrondi50, à la fois pour simplifier les calculs et pour intégrer les dépenses mineures non chiffrées – « huile… gros sel et sel fin… saindoux… épices… légumes… noix… fruits » – listées au verso du folio suivant au sein d’une nomenclature analytique exhaustive des dépenses (fo 76)51.

  • 52  Contrat de Zanobio del Giocondo, A.S.F., C.S., P. 49, Ricordanze, fo 79 vo : « Et ceci s’entend po (...)
  • 53  Les calculs et la somme finale présentés par l’Alabanti montrent que l’alimentation est bien le pr (...)

24C’est seulement pour l’alimentation que l’Alabanti donne le calcul qui lui permet d’arriver au total mensuel d’une « dépense ordinaire » : si l’évaluation de la masse salariale ne posait pas de difficulté – les salaires étaient fixés par des contrats annuels qui précisaient les mensualités52 –, il n’en était pas de même pour la « nourriture », de très loin le poste le plus coûteux, et dont le calcul exigeait, on l’a vu, l’intégration de plusieurs variables sur plusieurs étapes53.

Document 2. État mensuel des dépenses ordinaires

Document 2. État mensuel des dépenses ordinaires
  • 54  Texte du document 2 : « [1] Salario e vestimenti per 30 preti : lb. 60 ; [2] Salario de’cantori, o (...)

Avec l’aimable autorisation du ministère italien du Patrimoine, de la Culture et du Tourisme, Antonio Alabanti, fo 75 vo54. Tous droits réservés.

25À ce stade de l’analyse, nous nous sommes posé la question de la fonction concrète de cet état mensuel des « dépenses ordinaires » dans le bilan du prieur. Sachant que l’équilibre des recettes et des dépenses, des encaissements et des décaissements, constitue le point nodal de la gestion comptable, pouvait-il s’agir de dépenses prévisionnelles et, si oui, ces dernières pouvaient-elles être associées à des recettes prévisionnelles ? Autrement dit : était-ce un budget ?

IV. L’état rétrospectif des recettes de la chapelle

26Pour être au plus près d’une réponse à la question d’une visée budgétaire aux calculs de l’Alabanti, il convient de connaître les ressources en numéraire dont il disposait pour régler les « dépenses ordinaires » du couvent – dépenses obligatoires ou de première nécessité.

  • 55  A.S.F., C.S. 119, P. 247, fo 1 ro, 1er novembre 1482 : « Questo libro è de’frati capitulo et conve (...)
  • 56  La cassetta della muraglia est un coffret installé dans le mur d’enceinte du couvent ; relevée tou (...)

27Dans le livre de caisse (Libro di Entrata e Uscita) de l’Annunziata55, les encaissements (intrata) étaient enregistrés selon une stricte répartition : 1) les sommes provenant de l’extérieur du couvent ou de membres de la communauté (intrata « externe »), inscrites les unes après les autres du premier au dernier jour de chaque mois ; 2) les sommes provenant des trois lieux de dépôt d’aumônes à l’intérieur du couvent (intrata « interne »), inscrites à la fin de chaque mois : le tronc de la muraille (cassetta della muraglia), la sacristie supérieure (sagrestia di sopra) et la chapelle de l’Annunziata (chapella della Nuntiata). De très loin, les aumônes effectuées à la chapelle représentent les encaissements les plus importants, dus aux offrandes votives de pèlerins venus en nombre, sinon en masse, deux fois par an, en raison du caractère miraculeux de l’image de la Vierge conservée dans le sanctuaire56.

  • 57Memoriale, fo 3 vo-12 ro. On peut parler de certification, car non seulement il s’agit du résultat (...)
  • 58Memoriale, fo 13 vo-16 ro. C’est en repérant que les sommes les plus importantes survenaient toujo (...)
  • 59  Ni par le Libro di sagrestia (archives du couvent, vol. 62), qui donne l’entrata au quotidien, ni (...)
  • 60  Zanobio signe son contrat comme procureur le 22 août 1483, mais il est probablement embauché par l (...)

28De manière apparemment inexplicable, après la certification du solde de tous les comptes créditeurs du priorat précédent57, le premier cahier du Memoriale fournit un état rétrospectif de l’intrata de la chapelle de 1469 à 1480 sous la forme de listings mensuels avec total annuel (fo 13 vo-16 ro, voir doc. 3)58. Cependant, si le solde des comptes créditeurs reproduisait les données du livre maître (libro Rosso), en revanche les totaux annuels des encaissements de la chapelle n’étaient fournis par aucun des livres de compte59. La réalisation de l’état rétrospectif et le calcul de ces totaux constituent donc une opération nouvelle qui transcende la norme de l’administration comptable du couvent, opération voulue par l’Alabanti, puisque c’est un laïc embauché par lui, Zanobio del Giocondo, qui les a réalisés à partir d’un contrôle approfondi de la comptabilité sur neuf ans en arrière60.

29La volonté du prieur d’effectuer des calculs sur l’intrata dont il a commandé l’historique transparaît dans une note du début d’exercice 1483, selon laquelle il faut « faire la somme de tout l’encaissement » (fo 66 vo 6 : Somare tuta la intrata, etc.). Cette somme lui est fournie par le camerlingue en titre, mais sur une période de neuf mois seulement, en laissant de côté les encaissements d’août, de septembre et d’octobre, qui comprennent les importants revenus de la fête de la Nativité de la Vierge (8 septembre) :

  • 61  A.S.F., C.S. 119, P. 247, fo 10 vo, 31 juillet 1483 : « Soma tuta l’entrata da dì primo di novembr (...)

« Somme de tout l’encaissement depuis le 1er novembre 1482 jusqu’au 31 juillet 1483, enregistré par moi, frère Justino de Donato, camerlingue du couvent, comme on le voit en bas [de page], mois par mois et page par page : 14 443 lires 4 sous61 ».

Document 3. État rétrospectif des encaissements de la chapelle, 1469-1470

Document 3. État rétrospectif des encaissements de la chapelle, 1469-1470

Avec l’aimable autorisation du ministère italien du Patrimoine, de la Culture et du Tourisme, Zanobio del Giocondo, fo 13 vo. Tous droits réservés.

  • 62  Les 12 années rétrospectives permettent de visualiser les fluctuations des encaissements du « poum (...)

30Comparé à l’état rétrospectif, ce résultat met en évidence l’augmentation spectaculaire des encaissements, puisque sur un exercice de neuf mois seulement ils totalisent une somme bien supérieure à celles des deux meilleurs exercices annuels complets pendant les neuf ans qui ont précédé le priorat de l’Alabanti (voir doc. 3)62 :

Intrata « 1469 » (août 1469

Intrata « 1470 » (août 1470

juil. 1470) :  9 818 lires 17 sous

juil. 1471) : 11 107 lires  7 sous.

  • 63  Soit le total des comptes créditeurs soldés dans le premier cahier (4 436 l. 13 s. 5 d.), auquel i (...)
  • 64  Soit le total de l’ensemble des comptes fournisseurs du deuxième cahier, qui ne comprennent pas le (...)
  • 65  Suite à la conjuration des Pazzi (1478) et à la mort de Julien de Médicis dans la cathédrale, Laur (...)
  • 66  Non seulement le cadre architectural de l’église est rénové, mais encore l’Alabanti signe en juin  (...)
  • 67  La liste des acquisitions immobilières, foncières et fermières présentée dans le bilan est impress (...)
  • 68  À partir de 1482 apparaissent dans le livre des Entrata e Uscita des sommes données par les laïque (...)
  • 69  A.S.F., C.S. 119, P. 246, fo 8 ro, 28 mai 1483 : « Da maestro Mengo da Faença, medico, per insino (...)

31En outre, l’historique rendait observable les tendances de longue durée de la principale source de revenus du couvent, ce dont le prieur avait besoin pour payer plus de 9 000 lires de dettes dont il avait hérité63, mettre en œuvre une politique d’embellissement du couvent (13 453 lires en travaux de rénovation64), de la liturgie musicale65 et de son cadre66, et de développement immobilier, foncier et agricole67. Cette politique produisait des résultats financiers évidents non seulement pour l’intrata « interne » de la chapelle mais aussi pour l’intrata « externe »68. Sur le plan financier, le prieur opère alors à très grande échelle, puisqu’en mai 1483 il se rend à Rome afin d’obtenir une bulle pontificale pour aliéner les biens du couvent jusqu’à concurrence de 1 000 grands florins (fiorini larghi : 6 000 lires)69.

32La période de neuf mois calculée pour l’intrata de 1483 à la demande de l’Alabanti pose néanmoins question. Nous avons fait deux hypothèses en rapport avec l’éventualité d’une projection budgétaire. La première est que ces neuf mois constitueraient une période référence destinée à couvrir les « dépenses ordinaires » du couvent, les trois mois non comptabilisés servant de couverture pour les « dépenses extraordinaires ». La seconde hypothèse est que l’intrata rétrospective sur 12 ans (neuf années pour le priorat précédent et les trois premières années du priorat de l’Alabanti) devait servir à établir la « vérité » des revenus de la chapelle de l’Annonciation : à Florence, à cette époque, existait la tradition de calculer une moyenne sur trois ans pour établir la « vérité » d’un revenu fluctuant et de nature composite ; ainsi furent calculés les revenus des exploitations fermières des Médicis pour l’impôt de 1469 :

  • 70  Extrait du registre A.S.F., Mediceo avanti il Principato, Filza 87, no 61, édité par Paolo Nanni, (...)

« Dans ce cahier, nous procéderons à l’enregistrement de toutes les propriétés de Laurent et de Julien de Médicis situées dans le Mugello, et pour chacune d’elles nous en dirons les revenus. Nous signifions par là que nous dirons les loyers des maisons et des locations de leurs possessions, ainsi que les revenus des exploitations et autres terres louées hors de leurs possessions ; afin de mieux connaître la vérité de ces revenus [souligné par nous], nous prendrons trois récoltes successives, puis la tierce partie du tout, que nous déclarons alors comme revenu annuel pour chacune d’elles70. »

V. Reconstitution de la démarche budgétaire de l’Alabanti

33Nous avons appliqué le même procédé « afin de mieux connaître la vérité » des encaissements de la chapelle de l’Annunziata : une moyenne calculée par périodes de trois ans, mais sur l’ensemble de l’état rétrospectif présenté dans le Memoriale, en ne prenant que les neuf mois correspondant au calcul demandé par l’Alabanti pour l’exercice 1483, c’est-à-dire de novembre à juillet inclus :

1re période

Nov. 1469 – juil. 1470 = 7 156 l. 17 s

Nov. 1470 – juil. 1471 = 8 153 l.   5 s.

Nov. 1471 – juil. 1472 = 7 242 l.   4 s.

22 552 l. / 3 = 7 517 l.

2e période

Nov. 1472 – juil. 1473 = 6 477 l.   3 s.

Nov. 1473 – juil. 1474 = 5 096 l.   9 s.

Nov. 1474 – juil. 1475 = 4 262 l.   8 s.

15 836 l. / 3 = 5 278 l.

3e période

Nov. 1475 – juil. 1476 = 5 434 l.   7s.

Nov. 1476 – juil. 1477 = 5 336 l. 11 s

Nov. 1477 – juil. 1478 = 6 110 l.   3 s.

16 881 l. / 3= 5 627 l.

4e période

Nov. 1478 – juil. 1479 = 6 118 l. 16 s.

Nov. 1479 – juil. 1480 = 7 651 l. 14 s.

Nov. 1480 – juil. 1481 = 5 945 l.

34Sur le premier triennal du priorat de l’Alabanti (4e période), la « vérité » de l’encaissement est de :

  • 71  Le résultat est arrondi par proximité à la lire supérieure.

19 715 l. 10 s. / 3 = 6 572 lires71.

35On observe aussi que la moyenne entre la 1re et la 3e période (périodes extrêmes du priorat antérieur à celui de l’Alabanti) produit un résultat identique :

(7 517 l. + 5 627 l.) / 2 = 6 572 lires.

36Surtout, ce double résultat est très proche (à 1,3 % près) du coût annuel des « dépenses ordinaires » sur la base mensuelle établie par le prieur :

555 l. × 12 = 6 660 lires.

37On constate ainsi qu’il y a équilibre entre le coût des « dépenses ordinaires » annuelles et la « vérité » des encaissements calculée selon une projection à base rétrospective de 12 ans. Nous estimons que ces chiffres constituent la projection budgétaire qui a conduit l’Alabanti à baisser le coût de l’alimentation hebdomadaire entre la 3e et 4e étape de ses calculs (voir supra II.), sinon le coût des « dépenses ordinaires » aurait été nettement supérieur à la « vérité » de l’intrata calculée sur les bases fournies dans son Memoriale :

6 972 l. + (11 l. 4 s. 9 d. × 12) = 7 348 lires.

  • 72  « Questo fu quel gran generale Alabanti e chi vuol imparare a ghovernare i conventi lega questo li (...)

38De ce fait, la transcription des principales étapes du calcul des « dépenses ordinaires » par le prieur avait une valeur non seulement démonstrative vis-à-vis des comptables qui allaient examiner son bilan, mais aussi exemplaire pour ses procureurs ou pour les gestionnaires ultérieurs, ce qui justifie la troisième mention de couverture du Memoriale : « Cet homme fut le grand général Alabanti et que celui qui veut apprendre à diriger un couvent lise ce livre72 ! »

  • 73Franceso Bianchi, « Health and Welfare Institutions in Renaissance Italy: Selected Sources from Ve (...)

39Sept ans plus tard, en juin 1490, le conseil de la confrérie hospitalière de San Marcello à Vicence approuve un budget dont le principe est commenté dans un long préambule qui en appelle à la raison pour justifier la démarche budgétaire. Comme pour l’Annunziata, il s’agit d’un budget « pour l’ordinaire » (per ordinario), comprenant le détail de la nourriture – le poste le plus important –, des soins médicaux, de l’habillement et des salaires, d’un total de 3 648 l. 3 s. en dépenses et de 3 707 l. 10 s. 2 d. en revenus73.

Conclusions

40La gestion comptable de l’Annunziata de Florence par maître Antonio Alabanti s’inscrit dans plusieurs contextes.

  • 74  En 1357, le prieur général de l’ordre est accusé « d’oppression, de dilapidation et de tyrannie da (...)
  • 75  Dès les premières décennies du xive siècle, deux frères servites assurent régulièrement, pour des (...)
  • 76  Christine Gadrat, « L’édition du Memoriale de Niccolò Galgani de Sienne O.P. », Mélanges de l’Écol (...)
  • 77  Charles-Marie de la Roncière, Raffaella Citeroni et Eugenio M. Casalini ont souligné l’aspect rema (...)
  • 78  La question de la possession d’un pécule est un sujet encore délicat à l’intérieur de l’ordre, d’o (...)
  • 79  Sur le rôle des Médicis à travers l’opera de l’Annunziata, créée en 1445 par la commune et composé (...)
  • 80  Au dos de la corniche du tabernacle est gravé : « Piero di Cosimo Medici fece fare questa opera et (...)
  • 81  L’expression cose nostre à propos des servites est utilisée par Clarisse Orsini, femme de Laurent (...)

41Les contextes mendiant, toscan, florentin et médicéen. Depuis l’époque de sa fondation, au milieu du xiiie siècle, la gestion comptable du couvent des servites à Florence se révèle sophistiquée et pérenne. En effet, malgré plusieurs crises internes aux xive et xve siècles, il ne semble pas y avoir eu de solution de continuité dans cette gestion quand l’Alabanti prend la direction de la communauté en 147774. En témoignent la conservation suivie d’une documentation comptable depuis la fin du xiiie siècle et la prise de responsabilité des frères servites dans les institutions urbaines laïques : la comptabilité de la commune (il Comune) de Florence était supervisée par deux frères mendiants – servites, ermites de saint Augustin, franciscains, dominicains – à tour de rôle tous les six mois et ce depuis le milieu du xive siècle75. En Toscane, par les hommes et au-delà des livres, il y avait osmose entre les pratiques comptables laïques et celles des communautés mendiantes. L’existence d’un Memoriale de la main du prieur du couvent des dominicains de Sienne, pour les années 1416-1417, d’un contenu et d’un usage comparables à celui de l’Alabanti, laisse également supposer que de tels instruments opéraient selon des modalités convergentes en raison des nécessités auxquelles ces registres répondaient76. Il semble probable que l’origine marchande des fondateurs de l’ordre des servites participe de ce qui relève non d’une singularité au sein des ordres mendiants, mais d’une précocité remarquable s’agissant de la gestion de l’argent77. Nourrie par une pratique constante, cette gestion fondait l’évolution normative de la vie communautaire par des statuts votés à l’occasion des chapitres généraux qui se tenaient tous les trois ans, une évolution très sensible en ce qui concerne l’alimentation (consommation de viande) et l’usage de l’argent (autorisation d’un pécule78). Enfin, l’action de l’Alabanti au couvent de Florence prend place dans un cadre politique : celui du gouvernement des Médicis, une des quatre familles membres de l’Œuvre du couvent79, qui, sous Pierre, avait payé les 4 000 florins du marbre de l’autel et de son tabernacle80 et, sous Laurent, avait définitivement fait des servites « [leur] chose » (cose nostre81).

  • 82  L’Alabanti n’est pas un cas isolé. Lorenzo Guiducci, élu prieur de San Lorenzo (couvent sur lequel (...)
  • 83  Sur la création des Monts-de-Piété, voir Maria Giuseppina Muzzarelli, Il denaro e la salvezza. L’i (...)
  • 84  Ce concile fut convoqué sous la houlette du frère mineur observant Fortunato Coppoli da Perugia, s (...)
  • 85  L’Alabanti, rédacteur de la quasi-totalité des contrats d’affermage et d’embauche dans le livre de (...)
  • 86  A.S.F., C.S. 119, P. 49, fo 90 ro, 1er octobre 1490 : « Ceux des frères qui ont donné lesdites som (...)
  • 87  Luca Pacioli, Trattato di partita doppia, Venezia 1494, Edizione critica par Annalisa Conterio, In (...)

42Théorie et pratique : la science et l’argent. Quelles que soient les compétences propres à l’Alabanti82, les servites étaient engagés, comme leurs confrères franciscains et dominicains, dans le débat sur l’usure à l’occasion de la création des monts-de-piété83 : lors du Consilium montis pietatis de 1473, pas moins de cinq maîtres théologiens servites adhéraient à la position franciscaine favorable à la création du mont florentin84. Mais ces théologiens étaient tout autant des praticiens de la gestion comptable et financière, comme le montrent les fonctions qu’ils assumaient85 et la nature bancaire des dispositifs mis en place à l’intérieur même des communautés, tel cet emprunt de 423 grands florins appartenant en propre aux frères, réalisé par Antonio Alabanti (désormais général de l’ordre) au couvent de Florence en 1490, avec versement biannuel d’intérêts au taux fixe de 8 %, en vue de l’achat d’une exploitation fermière (podere) de 1 000 florins86. Le mouvement qui se dessine avec la préparation de budgets au sein de communautés devant répondre à des besoins collectifs importants, à Vicence et à Florence, rappelle qu’il convient de considérer les couvents mendiants en tant que structures de recherche et de transmission des savoirs, non seulement pour la réflexion spirituelle, la théologie et la théorie de l’usure, mais aussi pour la gestion effective de la terre, de la force de travail et de l’argent. À cet effet, ils disposaient d’archives qui permettaient de réaliser des séries comptables et des moyennes dans la longue durée, d’évaluer et de perfectionner la comptabilité et ses outils. Le frère mendiant Luca Pacioli pouvait ainsi, en 1494, après une longue expérience en Italie centrale et septentrionale, produire la synthèse des pratiques marchandes de son temps et jeter les bases normatives de la comptabilité moderne87 : non seulement rien ne distinguait les pratiques comptables mendiantes et laïques, mais par son statut comme par ses intérêts, Pacioli se trouvait au cœur de la construction scientifique et technique des objets du savoir.

Notes

1 La matière de cet article est issue de Memoriale de maestro Antonio Alabanti, prieur de la Santissima Annunziata de Florence (1477-1485), travail présenté pour l’habilitation à diriger des recherches, université de Paris I, 2010, 3 vol. (1. Introduction, Index, Glossaire, 2. Édition critique, 3. Fac-similé). Un premier exposé des calculs budgétaires de l’Alabanti et de leur contexte a été publié en 2012 (D. Smith, « Le Memoriale : de la polyphonie à la gestion entrepreneuriale », dans Devenir historien, Paris, Publications de la Sorbonne, p. 142-156). Cependant, à l’occasion du présent travail, nous avons pu aller plus avant que nous n’avions pu le faire dans l’interprétation des données matérielles du document et de son contenu, et élargir nos perspectives grâce aux publications récentes de Francesco Bianchi (voir infra n. 73), de Raffaella Citeroni (voir infra n. 16) et de Raoudha Guemara (voir infra n. 16). Nous remercions vivement Odir Jacques Dias, archiviste des servites à Rome, pour son aide aussi bien pour l’histoire de l’ordre que pour la documentation.

2  L’ouvrage de référence sur les origines de l’ordre est celui de Franco Andrea Dal Pino, I frati Servi di s. Maria dalle origini all’approvazione (1233 ca.-1304). 1. Storiografia-Fonti-Storia, 2. Documentazione, Presses universitaires de Louvain (« Recueil de travaux d’histoire et de philologie », 4e série, fasc. 49-50), 1972.

3  Comme le droit exclusif de prêcher l’Épiphanie et le dimanche de la Passion à la chapelle Sixtine (résumé de la bulle dans Fonti storico-spirituali dei servi di Santa Maria, II, dal 1349 al 1495, Servitium editrice, Vicence, 2002, p. 306-308, doc. 654). L’expédition originale de la bulle, datée du 27 mai 1487, se trouve toujours aux archives du couvent (vol. 88), dans une reliure à coins et fermoirs d’argent niellé et ciselé, commandée par Antonio Alabanti et dont les motifs illustrent les grandes figures de l’ordre, chef-d’œuvre du maître orfèvre Antonio di Salvi (reproduction en couleurs dans La chiesa e la città a Firenze nel xv secolo, Gianfranco Rolfi, Ludovica Sebregondi et Paolo Viti [éd.], Florence, Silvana editoriale, p. 126) ; 32 copies de la bulle furent commandées par Antonio Alabanti, alors général de l’ordre, à la chancellerie pontificale (Fonti storico-spirituali…, op. cit., p. 310, doc. 659).

4  L’icône miraculeuse, dont la plus ancienne référence est postérieure d’un siècle à la fondation de la communauté, n’était dévoilée qu’à l’occasion des fêtes de la Vierge ou devant les visiteurs les plus importants, dont ce pouvait être la première station après leur entrée en ville. Les deux fêtes qui drainaient le plus de pèlerins étaient l’Annonciation (25 mars) et la Nativité (8 septembre). L’église était envahie par de multiples effigies et objets votifs en cire, notamment des bustes grandeur nature, attachés au bout de longues perches ou suspendus à la voûte ; l’évêque Abraham de Souzdal, venu à l’occasion de sa participation au concile de Florence en 1439, rapporte qu’il n’y en avait pas moins de 6 000 qui témoignaient de guérisons miraculeuses. Les offrandes en or et en argent furent ultérieurement rangées dans l’Armadio degli Argenti, dont les volets externes avaient été peints par Fra Angelico et son atelier au cours des années 1435-1455.

5  À l’occasion de son avènement, Louis XI fait un don de 200 écus d’or pour l’achat d’une « Paix » en or, déposée dans l’Armadio degli Argenti au mois de février 1462 : « Una pace d’oro, a di rieto uno manicho, di sopra a uno angeletto che tiene una croce : tutto queste cose d’oro. Dipintavi dinanzi Nostra Donna col figliuolo in braccio sotto uno padiglione, con quatro angeli d’intorno ; di rieto è uno scudo col segno del re di Francia ; la qual pesa libbre 2 once 2. Comperò dicta pace el convento da Piero di Cosimo de’Medici e per lui da Giuliano Gondi per prezzo di fiorini 180 larghi, a honore di Nostra Donna e in memoria della maiestà del re Lodovico, re di Francia, dal quale habbiamo avuto in duo volte scuci dugento e altre limosine, le quali sono spese nel costo della detta pace come apare à l’uscita del convento, nel mese di febraio 1461 (1462 n. s.), con certi versi d’intorno, cominciano “Cum simul in populos pacis patris unica mater” » (édité par Iginia Dina, « Da un inventario di ex-voto d’argento all’Annunziata di Firenze, 1447-1511 », Testi dei Servi de la donna di Caffagio, Eugenio M. Casalini, Iginia Dina et Paola Ircani Menichini, Florence, Convento della SS. Annunziata, 1995, p. 266-267).

6  Dans le fonds constitué à la suite des décrets napoléoniens des 24 mars 1808 et 13 septembre 1810, qui ont supprimé les biens des congrégations religieuses dans le cadre plus général de la suppression des ordres religieux en Italie, entre 1806 et 1812, d’où l’appartenance de ces registres au fond des « Corporazioni religiose soppresse dal Governo Francese » (en abrégé C.S.), no 119 pour la Santissima Annunziata. Toutes les « pièces » (pezzi) de ce fonds ne sont pas des registres de nature comptable, financière ou économique, mais ces derniers en constituent une très importante partie.

7  Nous faisons référence ici aux deux registres édités par E. M. Casalini : Registro di entrata e Uscita di Santa Maria di Cafaggio (REU) 1286-1290. Trascrizione, commento, note e glossiaro, Florence, Convento della SS. Annunziata, 1998, qui constitue le plus ancien registre d’administration et de comptabilité conventuelle à Florence, signalé comme tel par Charles-Marie de la Roncière, Prix et salaires à Florence au xive siècle (1280-1380), École française de Rome, Palais Farnèse, 1982, p. 17 et « Ricordanze di santa Maria di Cafaggio (1295-1332) », Testi dei Servi…, op. cit., p. 11-135.

8  L’Annunziata de Florence détient encore plusieurs centaines de volumes et de documents, dont une importante partie est antérieure au xvie siècle. En 2006, nous avons pu consulter au parloir du couvent leur plus ancien mastro, le Campione Nero (1442-1454), ainsi que le registre des Entrata e Uscita di Sagrestia (1441-1477), qui porte la cote « vol. 62 » ; le père Eugenio Casalini, qui nous les avait communiqués, nous avait alors déclaré qu’il n’existait ni catalogue ni inventaire de ces archives.

9  Les historiens de la peinture se sont intéressés à l’Annunziata du fait des panneaux peints par Fra Angelico et son atelier pour l’Armadio degli Argenti et ceux de l’architecture à cause de la réalisation d’un nouveau chœur et de sa coupole pour l’église du couvent par Michelozzo, un des plus grands architectes de la fin du xve siècle. En ce qui concerne la musique, le couvent a abrité certains des meilleurs chanteurs polyphoniques franco-flamands dans les années 1480, grâce à la constitution d’un chœur « professionnel » en appui du chœur des novices et des frères, héritier d’une riche tradition musicale (D. Smith, Memoriale…, op. cit., p. 79-104). En dernier lieu, voir l’article d’Antonio Natali, « I servi di Maria e la nascità della “maniera moderna” », Studi Storici O.S.M., 61, 2012, p. 191-204.

10  Les deux titres sont contemporains de son priorat, avant son élection au généralat de l’ordre, en mai 1485 : Memoriale di maestro Antonio Alabanti, nostro priore, 1483 et Libro di ricordi di maestro Antonio da Bologna, priore di Fiorenza, 1483. Le terme de Memoriale ne désigne pas seulement des écritures familiales de statuts divers, mais aussi des écritures gestionnaires et comptables, comme le montrent non seulement celui de l’Alabanti, mais aussi de nombreux autres registres, comme celui édité par Duccio Balestracci, « Il memoriale di frate Angiuliere, granciere a Poggibonsi. Note sul salariato nel contado (1373-1374) », Rivista di storia dell’agricoltura, 17, 1977, p. 79-129, beaucoup plus réduit (une vingtaine de feuillets) et qui contient principalement des relevés de paiements. Les deux appellations différentes signalent d’emblée le caractère atypique du contenu.

11  Une heure avant le coucher du soleil : « Et cette nuit, à la 11e heure [du jour], fut élu le nouveau prieur… » (« Et eadem nocte, hore 11, electus fuit novus prior huius devoti conventus reverendus magister Antonius de Bononia, procurator ordinis nostri », Florence, Couvent de la Santissima Annunziata, Archives, vol. 74, fo 34 vo, cité par I. Dina, « Da un inventario… », art. cité supra n. 5, p. 278).

12  Christofano da Giustinopoli, malade, ne peut plus exercer sa charge, mais reste général en titre jusqu’à sa mort : c’est la raison pour laquelle l’Alabanti n’est élu que « vicaire général ». Mais, dès cette date, il exerce pleinement la charge de général (Fonti storico-spirituali…, op. cit., p. 297-298, doc. 633).

13  A.S.F., C.S. 119, P. 48, Ricordanze, segnato A (1433-1477, 1480-1481) ; Ibid., P. 49, Ricordanze, segnato B (10 nov. 1477-1493) ; Ibid., P. 197, Libro Rosso, segnato B (1471-1478) ; Ibid., P. 198, Libro Giallo, segnato C (1er janv. 1479-1484) ; Ibid., P. 199, Libro Azzurro, segnato D (1er janv. 1485-1493) ; Ibid., P. 246, Entrata e Uscita (1er janv. 1479-1481) ; Ibid., P. 247, Entrata e Uscita (1er janv. 1482-1486) ; Ibid., P. 615, Di tutte le cose di casa (1484-1490) ; Ibid., P. 698, Giornale del camarlingho (1477-1480) ; Ibid., P. 791, Debitori e creditori : Poderi (1479-1483) ; Ibid., P. 857, Libro de’vestimenti (1469-1492) ; Ibid., P. 1048, Ricevute (5 juillet 1477-mars 1482) ; Ibid., P. 1049, Ricevute (1482-1486) ; Florence, Couvent de la Santissima Annunziata, Archives, vol. 62, Entrata e Uscita di Sagrestia (1441-1477).

14  La collaboration entre le prieur et ses procureurs est visible dans le registre par l’intervention de sa main (A) avec trois des autres mains à l’intérieur d’un même dispositif d’écriture : mains A + B : fo 12 vo/13 ro ; A + C : fo 61 vo et 63 vo ; A + D : fo 31 vo/32 ro (D. Smith, Memoriale…, op. cit., p. 26-27).

15  A.S.F., C.S. 119, P. 49, Ricordanze segnato B, fo 94 vo : « et doit avoir pour la régence de trois années 25 florins, soit 150 lires […] et 80 florins pour quatre Carêmes, qui lui sont donnés en compensation de ce qu’il n’a pu aller prêcher pendant quatre ans, soit 480 lires, […] et 24 florins d’or pour une tunique, qui lui sont donnés en aumône de six années de priorat ». Cette délibération du 5 mai 1484, qui résume l’ensemble de l’audition et de la transaction finale sur les remboursements et les paiements faits au prieur, répond à des chiffrages préparés dans le Memoriale, où l’Alabanti avait compté cinq Carêmes et non quatre. Les comptes des frais et indemnités de l’Alabanti peuvent être comparés à ceux du prieur de Santa Maria della Scala à Vérone entre 1487 et 1492, publiés par R. Guemara dans sa thèse de doctorat d’État, soutenue en 2003 (Santa Maria della Scala. Économie et gestion d’un monastère à Vérone de 1324 à 1492, éditée sous le titre Vivre sur Terre en quête du Ciel, Université de Tunis, 3 vol., 2010) : ils témoignent d’une évolution coordonnée des pratiques de gestion comptable à l’intérieur de l’ordre (op. cit., vol. 3, p. 254-268).

16  Si le débat sur l’usure et la question de la place de l’argent au sein des ordres mendiants ont suscité une immense littérature (pour une synthèse des problèmes posés, voir Giacomo Todeschini, Richesse franciscaine. De la pauvreté volontaire à la société de marché, Lagrasse, Verdier, 2008, en particulier le chapitre IV : « Le marché comme forme de la société »), cela a été fait presque exclusivement à partir d’une documentation normative : la pratique comptable et financière n’a jamais été considérée ou envisagée comme un aliment ou un fondement possible de cette réflexion. Cela est dû au fait que l’économie des couvents suscite l’intérêt des historiens depuis une quinzaine d’années seulement. Pour l’Italie, le point sur la documentation économique des frères prêcheurs et des mendiants a été fait en 2004 par Attilio Bartoli Langeli et Gian Paolo Bustreo, « I documenti di contenuto economico negli archivi conventuali dei Minori e dei Predicatori nel xiii e xiv secolo », dans L’Economia dei conventi dei frati minori e predicatori fino alla metà del Trecento, Atti del XXXI convegno internazionale, Assisi, 2003, Spolète, Centro italiano di studi sull’alto medioevo, 2004, p. 121-150. Le seul article porté à notre connaissance qui touche la comptabilité de l’Annunziata de Florence est celui de Rafaella Citeroni (« Les comptes des couvents des servites de Marie à Vérone et à Florence, xiiie-xive siècles », dans Économie et religion. L’expérience des ordres mendiants [xiiie-xve siècle], Nicole Bériou et Jacques Chiffoleau [dir.], Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2009, p. 63-99), qui avait auparavant travaillé sur L’ordine dei Servi di Santa Maria nel Veneto. Tre insediamenti trecenteschi : Venezia (1316), Verona (1324), Treviso (1346), Rome, Facoltà Teologica Marianum, 1998. Enfin, voir le travail pionnier par ses dimensions et son approche de Raoudha Guemara, op. cit. supra. Il ne nous a pas été possible de dépouiller intégralement les Studi Storici O.S.M. (1933-), dont il n’existe aucune collection complète en France.

17  Le papier des cahiers, de pliage in 4o, provient d’un même battoir : il présente des filigranes identiques (où l’on peut distinguer les deux formes miroirs). Dans deux cahiers, on observe de légères différences consécutives à une usure de la marque, usure qui correspond à un écart dans le temps variable entre quelques mois et un an, temps maximum d’usage d’une forme. De ce fait, le papier étant acheté au fur et à mesure des besoins, on peut affirmer qu’il provient de deux stocks différents.

18  L’édition du Memoriale a permis d’évaluer ces volumes par le comptage du nombre de signes respectifs de chaque main : le prieur (A) environ 34 000 signes, le frère Stefano da Milano (B) 5 000 signes, Zanobio del Giocondo (C) 19 000 signes, le frère servite anonyme (D) 800 signes, Bernardo Mini (E) 1 000 signes.

19  Le syndic agit et signe au nom du chapitre de la communauté pour ses affaires internes ; le procureur est habilité à agir et à représenter le couvent ou le prieur à l’extérieur. Le frère Stefano da Milano est syndic au moins entre mars et juin 1483, puis syndic et procureur en 1487-1488.

20  Bernardo Mini signe un contrat d’une durée d’un an le 22 août 1482, qui ne sera pas renouvelé ; son écriture est présente dans la comptabilité jusqu’en juin 1483.

21  Zanobio del Giocondo travaille aux écritures comptables au moins depuis le 7 juin 1480 jusqu’au début 1486 ; il signe un contrat comme procureur, d’une durée d’un an, le 22 août 1483 ; il exerce comme procureur au moins jusqu’à l’élection de l’Alabanti au généralat de l’ordre, en mai 1485 : son contrat aura été renouvelé tacitement ou verbalement. Son travail dans le Memoriale et l’ensemble de la comptabilité du couvent montre que cet expert-comptable issu d’une grande famille florentine (célèbre par le modèle de Léonard de Vinci, la Gioconda) devient l’homme de confiance de l’Alabanti, qui l’a choisi pour travailler à ses côtés.

22  Par contrat, le procureur et facteur a charge de « faire et entreprendre chaque et toute chose appartenant et survenant audit couvent de Florence, telles que : récupérer de l’argent, engager des procès, revoir les écritures, solder les comptes ». Bien que nous n’ayons rien trouvé dans les textes statutaires à ce sujet, la pratique ne laisse aucun doute quant au fait qu’il fallait être citoyen florentin pour s’occuper de la comptabilité du couvent : les dix comptables que nous avons identifiés sur une période de dix ans sont tous désignés comme « frères florentins », et ce sont exclusivement eux qui contrôlent les comptes du prieur (D. Smith, Memoriale…, op. cit., p. 105, n. 2).

23  Il s’agit certainement d’un frère servite originaire de la même région que l’Alabanti, comme on le voit par ses graphies typiques des scripta du Nord de l’Italie, qu’il est le seul à partager avec lui : graphie en -x- pour transcrire le son [z] (Pixa pour Pisa) et graphème -z- pour l’affriquée palatale [ʤ], dans zalo pour giallo, zohane pour giovane pour la seule double page où il est intervenu, achevée par le prieur (D. Smith, Memoriale…, op. cit., p. 28 et 33).

24  Ce double chiffre correspond à l’organisation des pages du cahier par rapport au pli de la couture : dans ce cas, huit pages avant et huit pages après, soit des octonions.

25  Il s’agit ici de quinions : cinq pages avant et cinq pages après la couture.

26Memoriale, fo 70 ro 31 : Cancellasi per uno achordo alle Richordanze [segnato] B, c. 160 (« Cancelé par accord aux Ricordanze [marqué] B, p. 160 »). La date de cancellation est effectivement fournie par les Ricordanze, au fo 161 vo, où est enregistré le solde du compte du maçon Andrea da Folle par accord avec le frère Stefano da Milano, agissant alors comme syndic et procureur du couvent, et dont on reconnaît l’écriture dans la cancellation du Memoriale : c’est lui qui, six ans auparavant, avait enregistré le compte.

27  Ces quatre cahiers présentent sur leurs tout premiers folios, en succession rapide, les écritures de l’Alabanti et/ou de Zanobio del Giocondo et du frère Stefano da Milano.

28  Sur le cahier 5, il y a seulement deux interventions de Zanobio del Giocondo. La première se trouve sur une page déjà commencée par le prieur et qui enregistre les liquidités présentes dans le « coffre aux trois clés », que le prieur était statutairement le seul à pouvoir ouvrir : il est probable que le prieur comptait, et que son procureur écrivait. La seconde intervention paraît également être le résultat d’une situation d’enregistrement où ils étaient tous deux présents (les écritures sont intriquées).

29  L’administration à Florence suit le style de l’Annonciation, c’est-à-dire que l’année commence et s’achève au 25 mars : ainsi, l’année 1483 va du 25 mars 1483 au 25 mars 1484. Plus précisément, la fête de l’Annonciation (ou parfois « Incarnation ») commençait aux vêpres du 24 mars, et le millésime pouvait basculer dès ce moment. Faute d’une information suffisante de notre part, il est toutefois possible qu’à Florence le millésime changeait au moment d’allumer le cierge pascal dans la cathédrale. Pour ce qui est de la pratique comptable, nous avons relevé des salaires mensualisés payés au 30 ou au 31 du mois échu (y compris pour mars), et, lors de l’audition générale des comptes de l’Alabanti, ses indemnités sont soldées à la date du 3 avril.

30  Seuls les trois premiers folios (68 ro-70 ro) avaient été utilisés par ses procureurs pour l’enregistrement des comptes de travaux à la pieve de San Martino à Lubaco.

31  A.S.F., C.S. 119, P. 49, Ricordanze B, fo 94-96 : « J’enregistre comment aujourd’hui 5 mai 1484, nous [fr. Michele di Cambio de Florence, fr. Benedeto di Barone de Florence, fr. Giovanni di Nicholò de Florence, fr. Justin de Florence, fr. Batista di Biagio de Florence, et avec le consentement de tous les frères florentins habitant au couvent] avons fait compte et solde avec maître Antonio da Bologna et lui donnons comme il apparaît, entrée après entrée, du 4 janvier 1478 jusqu’au 3 avril 1484, 824 l. 10 s. et 8 d., rabattu de quelques entrées mises à son compte […] ».

32  Dans le dernier cahier, l’Alabanti rédige un synopsis pour l’entretien d’embauche du jardinier, mais c’est Zanobio del Giocondo qui négocie, établit et signe le long contrat au nom du couvent en février 1485. C’est le seul contrat du Libro de Ricordanze rédigé et signé par le procureur, à la différence des 35 autres qui précèdent, qui sont rédigés et signés par l’Alabanti lui-même : le transfert de la responsabilité effective de la gestion à Zanobio del Giocondo après le solde des comptes de l’Alabanti en avril 1484 apparaît ici de manière tangible (D. Smith, Memoriale…, op. cit., p. 75-78).

33Memoriale, fo 42 ro 7-19 : « Faire sommer Zohane Salviati pour les limites de la pieve [de San Martino in Lubacho]. – Faire sommer ceux de [la ferme de] Quinto pour notre sorgho etc. – Faire prendre en culture la terre de la ferme de San Bavilo. – Faire déclarer la dîme de l’abbaye [de San Gaudenzo] payée par messire Giuntino. – Envoyer [quelqu’un] voir notre huile à Val di Bisenzo. – Faire labourer nos exploitations du val d’Arno. – Envoyer notre frère Francesco en val d’Arno. – Faire faire le blé à notre vieil ouvrier [de la ferme] de Bronio » ; fo 55 vo : « D’abord à Romituzo, récupérer le champ que tient le sieur Zohane avec Girolamo. – À Quinto, confirmer l’un des ouvriers et licencier l’autre… ». Ces memoranda peuvent aussi bien être destinés à ses procureurs qu’à lui-même, puisqu’ils concernent des actions pour lesquelles ils avaient précisément été embauchés.

34  Pour les seules écritures comptables, le Memoriale contient toute une variété de dispositifs et de marques : en partie double contraposte ou sottoposte, reports référencés, cancellations avec renvoi, ponctuation des chiffres contrôlés, reports en non-valeur, etc.

35  Par tableau, nous entendons une écriture sous forme de blocs distribués de façon non linéaire mais formant une organisation spatiale ; il n’y en a que deux dans le Memoriale, qui se présentent de la même façon : le menu de la communauté et le tableau du chœur polyphonique ; tous deux sont des mises au net très soignées, avec accolades pour délimiter clairement les blocs.

36Memoriale, fo 72 vo 7 : « levata l’usanza de mangiare soto la scala » ; fo 78 ro 2 : « levato el mangiare in chaneva e a le chamere ».

37 Memoriale, fo 80 vo 9 : « Poiché i frati sono in refetorio, portare pane e vino » ; fo 72 vo 3 : « Mangiare in refetorio con l’ordine simile al coro ».

38  Texte du document 1 : « Dimanche (Domenica) : Pois blancs (Ciesse biancho), Figues ou beignets (Fichi o fritelle), Poisson frais (Pesse fresco), bouilli (lesso), Savoureux (Savore) ; Le soir (La sera) : Salade (insalata), Épinard frits (Spinaci friti), Fruits (Fructe). Lundi (Lunedi) : Salade (insalata), Fèves ou gesse (Fave o ciserchia), Poisson en salaison (Pesse salato), Haché vert (minuto). Mardi (Martedi) : Poireaux (pori), Haché vert (Minuto), Poisson en salaison (Pesse salato), Fèves accommodées (Fasoli riconci), Fruits (Frute). Mercredi (Mercoredi) : Salade (Insalata), Pois rouges (Ciesse rosso), Poisson frais (Pesse fresco), Savoureux (Savore), Ficaire (Favarella). Jeudi (Giovedi) : Poireaux (Porri), Petits pois (Pesselli), Poisson en salaison (Pesse salato), Épinards frits (Spinaci friti), Fruits (Frute). Vendredi (Venerdi) : Salade (Insalata), Chou (Chavolo), Poisson frais (Pesse frescho), Ficaire (Favarella), Fruits (Fructe). Samedi (Sabbato) : Poireaux (Porri), Haché vert (Minuto), Poisson en salaison (Pesse salato), Ficaire (Favarella), Fruits (Fructe). De temps en temps (Alchune volte) : Pastinache (racine de la famille des ombellifères, extrêmement savoureuse, consommée sous différentes formes), Raviolis (Ravioli), Beignets (Fritelle). Les jours où il est d’usage de manger de la viande au couvent, frère Gabriel reçoit de la viande pour les séculiers qui sont à demeure » (« In diebus quibus consuetum est comedere carnes in conventu, provideatur de carnibus pro fratre Gabriele secularibus qui sunt in domo »). Il ne s’agit pas d’un menu saisonnier ou en relation avec le calendrier liturgique, mais il exprime une ascèse conforme à l’esprit de la règle de saint Augustin et des décrets capitulaires de l’ordre par l’affirmation implicite du respect des jeûnes du calendrier : c’est le plus petit commun dénominateur de tout ce qui doit être ingéré au long de l’année.

39  Le couvent était autosuffisant pour le pain, et presque pour le vin. Le vin, l’huile et les céréales (froment, sorgho) figurent en quantité et non en valeur dans le bilan du prieur. Cependant, les importants besoins du couvent en vin obligent à des achats auprès d’un fournisseur au moins. L’unique mention de « pain cuit » dans le Memoriale intervient à l’occasion d’un commentaire du prieur sur la réforme de l’administration, fo 77 vo 1-9 : « Pour la réforme de la gestion du couvent, un livre où sera tenue la comptabilité de toutes les choses indiquées ci-dessous, et d’abord du four : Petit bois – Ustensiles – Son et remoulage – Farine et pain cuit » (D. Smith, Memoriale…, op. cit., p. 59 et suiv.).

40  Le personnel du couvent est très mobile du fait des occupations respectives des frères, mais en même temps de nombreux frères itinérants (forastieri) sont de passage, sans oublier les chanteurs de statut individuel variable – séculiers, moines, prêtres – entretenus par la communauté (logés, habillés, blanchis, rasés, nourris), et dont certains contrats prévoient qu’« ils doivent servir honnêtement au réfectoire et se comporter pendant le repas conformément aux frères ». Cependant, leur présence effective n’est pas certaine, car une fois leur participation à la messe, aux vêpres et aux laudes remplie, ils étaient libres de chanter « en quelque lieu honnête, en quelque église que ce soit et enseigner selon leur bon plaisir » (D. Smith, Memoriale…, op. cit., p. 88 et suiv.). Nous pensons que le prieur, compte tenu de variables qui peuvent s’annuler les unes les autres, calcule à partir du chiffrage de la communauté présenté par lui quelques pages auparavant.

41  L’absence complète de viande de porc est conforme à ce qui est observé par ailleurs, car elle est rarement consommée fraîche, mais fumée ou salée (voir, par exemple, Maddalena Belli, Francesca Grasso et Beatrice Sordini, La cucina di un ospedale del Trecento. Gli spazi, gli oggetti, il cibo nel Santa Maria della Scala di Siena, Sienne, Pacini, 2004, p. 25, n. 118). La volaille est également absente : comme c’est l’usage, elle est réservée aux malades ou préparée pour de grandes occasions.

42  Nous comptons 3 l. 11 sous ; l’Alabanti a d’abord écrit « 5 l. 11 sous » en chiffres avant de barrer et d’écrire « quattro la settimana e s. 11 ».

43  L’Alabanti répète matina et sera pour chaque entrée ; nous avons simplifié la présentation.

44  Il y a trois prix différents selon que les œufs sont « normaux » (1 l. 8 s. les 100), destinés aux tourtes (1 l. 12 s.) ou mollets (1 l. 13 s.) ; il se peut que cette différence soit liée à la présence d’ingrédients spécifiques à la préparation culinaire (herbes pour les « omelettes vertes », par exemple). En 1478, un contrat de fourniture au couvent de 2 000 œufs par mois fixait un prix de 1 l. 9 s. la centaine. Par ailleurs, les 700 œufs calculés pour la troisième étape doivent être mis en rapport avec la mention « Antonio da Repolli, per 700 ova » (fo 66 vo 13), lequel est devenu fournisseur du couvent en avril 1482. Une autre liste hebdomadaire (fo 82 ro 12-19) arrive à un total de 550 – cette liste ne spécifie pas qu’il s’agit d’œufs, mais les entrées correspondent aux jours et aux repas où ils sont consommés : ces notations correspondent peut-être aux enregistrements de situations concrètes comme étapes des différents calculs des quantités hebdomadaires.

45  La consommation de viande était réglementée par un décret du chapitre général de Parme (1353) : « In primis statuimus et mandamus quod nullus prior nostri ordinis det vel dare permictat carnes fratribus suis, nisi tribus diebus in ebdomada, sub pena privationis sui officii, absque licentia sui provincialis. » (Constitutiones novae sive ordinationes factae in capitulis generalibus, 1295-1473, Monumenta Ordinis Servorum sanctae Mariae a quibusdam eiusdem Ordinis presbyteris edita, Bruxelles-Rome, 20 vol., 1897-1930, vol. 2, p. 40) Les six plats de viande servis en quatre jours – dimanche, lundi, mardi, jeudi – à la troisième étape de ses calculs sont désormais groupés en trois journées à deux plats de viande – dimanche, mardi, jeudi. Il est difficile d’interpréter si c’est par commodité comptable ou pour une raison statutaire que le prieur opère ainsi. On peut faire l’hypothèse que les trois jours fixés par le décret de 1353 étaient déjà compris de façon pragmatique comme des unités de consommation et que le calcul de l’Alabanti à la troisième étape n’était pas une transgression de la règle mais la démonstration de son application stricte ; on peut aussi penser que le prieur a finalement reporté sur trois jours seulement la consommation de viande (hypothèse pour nous la moins probable, vu la manière dont le prieur consolide ses quantités à la quatrième étape).

46  Le total de 72 livres de viande pour une somme de 18 l. donne une livre de viande à 1 s. 8 d., ce qui correspond aux prix du veau et de l’agneau châtré utilisés comme base à la première étape : 2 l. 18 s. pour 35 livres de veau (fo 75 ro 1) et 2 l. 10 s. pour 30 livres d’agneau châtré (fo 75 ro 3).

47  Le poste du poisson passe de 14 l. à 4 l., bien que la quantité paraisse en augmentation : comme cela arrive parfois dans ses calculs, le prieur a sauté une étape ; en indiquant que le poisson était consommé « toutes les vigiles », au coût de 18 l. pour 30 livres, le prieur a omis d’indiquer la multiplication de la quantité de poisson par le nombre hebdomadaire de vigiles, 30 livres × 6, pour une somme totale de 320 s. (18 l.), soit un prix de 2 s. la livre de poisson. C’est seulement ainsi que cette évaluation peut s’accorder avec le deuxième compte, qui affiche un prix de 80 s. pour 36 à 40 livres de poissons, soit un prix compris entre 1 s. 10 d. et 2 s. la livre. C’est avec le poste du poisson que l’Alabanti obtient l’essentiel de la réduction du coût hebdomadaire global.

48  La répartition dépenses ordinaires/dépenses extraordinaires est constitutive de la conception gestionnaire de l’Alabanti, comme le montre la dernière liste de dépenses au dernier feuillet du Memoriale (fo 83 vo 14-22) – mais elle est générale à cette époque : Spexe strarodinare – Spexe ordinare – Spexe d’orto – Spexe de sagrestia – Spexe de forestaria – Spexe de cocina – Spexe de forno – Spexe de salarii – Spexe de poderi (« Dépenses ordinaires – Dépenses extraordinaires – Dépenses de jardin – Dépenses de sacristie – Dépenses de foresterie – Dépenses de cuisine – Dépenses de four – Dépenses de salaires – Dépenses d’exploitations fermières »). À l’examen de sa comptabilité, on comprend qu’une « dépense ordinaire » recouvre ce qui, pour l’Alabanti, fait l’objet d’un salaire mensuel ou d’une sortie d’argent constante de même périodicité ; il est probable que la liste du fo 76 ro constitue la liste de base des dépenses extraordinaires, alors que le verso contient la liste de base des dépenses ordinaires.

49  Le prieur a ajouté ultérieurement ce qui est édité en ligne 18, qui consolide les postes 16 et 17, en arrondissant le total à la dizaine supérieure.

50  Si l’on fait le total avec les lignes 16 et 17 initiales, on obtient 558 l., et 559 l. avec la ligne 18, mais en aucun cas 555 l. Bien qu’il soit possible que le chiffre de 555 l. corresponde à un total intermédiaire avant grattage et modification de plusieurs entrées, la volonté du prieur de donner des comptes ronds est évidente.

51  Le rapport entre les calculs, le menu et la réalité effective pourrait apparaître par l’étude comparative des achats de vivres et de denrées pour le dernier trimestre de l’exercice 1483 (janvier-février-mars 1484). La lecture cursive que nous avions faite du Libro Giallo au moment de notre édition montrait une très large variété d’ingrédients et de denrées achetés qui confirme le caractère extrêmement synthétique de l’évaluation du prieur.

52  Contrat de Zanobio del Giocondo, A.S.F., C.S., P. 49, Ricordanze, fo 79 vo : « Et ceci s’entend pour une année tout entière, c’est-à-dire pour tout le mois d’août et les mois à venir de 1484, au prix d’un grand ducat par mois, et, en plus, de donner audit Zanobio des produits du couvent tels que grain, vin, huile et bois à valeur de quatre autres ducats l’an, outre les 12 grands ducats, soit en tout 16 ducats par an en argent et en nature, pour toute fin dudit Zanobio à l’égard du couvent, et réciproquement du couvent à son égard pour toute autre chose et compte qu’ils auraient pu avoir ensemble de par le passé jusqu’au jour présent ».

53  Les calculs et la somme finale présentés par l’Alabanti montrent que l’alimentation est bien le problème central à résoudre pour la gestion économique des communautés de plusieurs dizaines de frères ou de sœurs, comme A. Bartoli Langeli et G. P. Bustreo l’ont souligné (art. cité, p. 134) : « Restava l’urgenza di rispondere ai bisogni di communità che arrivarono a contare, proprio in coincidenza con il pieno Trecento, anche quattro o cinque decine di frati […] » (note : « Bisogni sopratutto alimentari […] »). R. Guemara, dans son analyse des dépenses quotidiennes au couvent des servites de Vérone, observe le caractère extraordinairement dispendieux de l’alimentation pour certaines fêtes, occasions exceptionnelles ou régimes spéciaux (Vivre sur Terre…, op. cit., vol. 3, p. 6).

54  Texte du document 2 : « [1] Salario e vestimenti per 30 preti : lb. 60 ; [2] Salario de’cantori, organista, e per gramatica : lb. 90 ; [3] Chuocho e guatero : lb. 7 ; [4] Ortolano e famiglio e asino : lb. 8 ; [5] Duo maestri che legano a studenti : lb. 12 ; [6] El chamangiare : lb. 180 ; [7] Duo scrivani : lb. 16 ; [8] Spexa del macinare : lb. 14 ; [9] Stipa per el forno : lb. 8 ; [10] Spexa de novitii, professi e conversi : lb. 50 ; [11] Lavandaio e barbiere : lb. 12 ; [12] Medici per medicare : lb. 4 ; [13] Spexa de legne per bruisare : lb. 44 ; [14] Taxe de generale e provinciale : lb. 17 ; [15] Studio de Pisa : lb. 17 ; [16] Benedeto, muratore : lb. 15 ; [17] 2 manovalli : lb. 4 ; [18] Spexa e salario de Beto e 2 manovalli : lb. 20. » Le prieur a d’abord donné les salaires de Beto et des deux ouvriers de façon indépendante, avant de les consolider en arrondissant la somme de 19 à 20 lires.

55  A.S.F., C.S. 119, P. 247, fo 1 ro, 1er novembre 1482 : « Questo libro è de’frati capitulo et convento di sancta Maria de’servi di Firençe, è comincato al tempo del reverendo padre maestro Antonio d’Alberto da Bologna, degno priore di questo convento, essendo camarlingo et sindaco frate Iustino di Donato da Firençe, frate di detto ordine, e titolato Entrata e Uscita segnato D cominçato questo dì primo di novembre 1482, e cominça l’Entrata carta c. [blanc] per insino 50, et et c. [blanc] comincia l’Uscita. » Même si les ressources « externes » y sont enregistrées au jour le jour, il ne s’agit pas du registre où elles étaient effectivement enregistrées au fur et à mesure, mais d’une mise au propre.

56  La cassetta della muraglia est un coffret installé dans le mur d’enceinte du couvent ; relevée tous les deux mois seulement, elle fournit de petites sommes : 3 l. 10 s. pour novembre et décembre 1482, soit moins d’un florin (A.S.F., C.S. 119, P. 247, 31 décembre 1482). La sagrestia di sopra est la chapelle du chœur du sanctuaire, qui rapporte des sommes modestes de l’ordre de quelques florins par mois : 49 l. 5 s. en décembre 1482 (Ibid., 31 décembre 1482) ; la chapella della Nuntiata rapporte mensuellement de 50 à 500 florins : 651 l. 13 s. en décembre 1482 (Ibid., 31 décembre 1482).

57Memoriale, fo 3 vo-12 ro. On peut parler de certification, car non seulement il s’agit du résultat d’une vérification comptable d’un contractuel laïque autre que celui qui a établi les comptes, mais qui reproduit aussi très exactement le dispositif en partie double du mastro (livre maître), avec une réduction synthétique des données auparavant vérifiées dans les livres subsidiaires.

58Memoriale, fo 13 vo-16 ro. C’est en repérant que les sommes les plus importantes survenaient toujours aux mois de mars, d’avril et de septembre, qui correspondent aux deux plus grandes fêtes de la Vierge – 25 mars (Annonciation), 8 septembre (Nativité) –, qu’il fut évident qu’il devait s’agir des revenus de la chapelle ; cela a été confirmé par les entrées du Libro Rosso où étaient rapportés les mêmes totaux des sommes transférées mensuellement par le chapelain (ce qui explique la présence de son nom à côté de celui du camerlingue sur le document 3 : Frate Antonio camarlingho e fra Filippo saghrestano ; Frate Antonio detto e fra Filippo detto).

59  Ni par le Libro di sagrestia (archives du couvent, vol. 62), qui donne l’entrata au quotidien, ni par le livre maître qui somme l’entrata mensuelle ; c’est à titre exceptionnel que le Libro di Entrata e Uscita donne, à la demande du prieur, le total sur neuf mois (voir infra n. 61).

60  Zanobio signe son contrat comme procureur le 22 août 1483, mais il est probablement embauché par l’Alabanti dès l’hiver 1477, sinon dès l’élection du prieur, car sa révision du Libro Rosso, à partir duquel il reproduit ses soldes, est antérieure à leur report dans le Memoriale, report effectué entre le 14 juillet 1478 et le 14 janvier 1479. Dans un deuxième temps, après le 14 janvier 1479, Zanobio procède aux reports et aux calculs de l’intrata de la chapelle.

61  A.S.F., C.S. 119, P. 247, fo 10 vo, 31 juillet 1483 : « Soma tuta l’entrata da dì primo di novembre 1482 per insino a dì 31 di luglio 1483, tenuta per me frate Iustino da Donato, camerlingo de convento, come de pié si vede, mese per mese e facia per faça : lb 14443 s. 4 ». De façon unique dans le registre, pour en souligner l’importance autant que pour le rendre visible, ce total est inscrit en très gros chiffres.

62  Les 12 années rétrospectives permettent de visualiser les fluctuations des encaissements du « poumon financier » du couvent et de constater la baisse constante de l’intrata de la chapelle de 1470 à 1477, puis sa remontée progressive dès l’arrivée de l’Alabanti : 1469 : 9 818 l. ; 1470 : 11 107 l. ; 1471 : 9 429 l. ; 1472 : 9 115 l. ; 1473 : 8 535 l. ; 1474 : 7 988 l. ; 1475 : 7 859 l. ; 1476 : 6 752 l. ; 1477 : 6 309 l. ; 1478 : 8 521 l. ; 1479 : 8 467 l. ; 1480 : 9 981 l.

63  Soit le total des comptes créditeurs soldés dans le premier cahier (4 436 l. 13 s. 5 d.), auquel il faut ajouter 800 florins de dettes en suspens : « On a payé beaucoup de dettes, il reste à payer 800 florins tout au plus » (« S’è pagato molti debiti, resta a pagare al più fiorini 800 ») – 4 800 lires s’il s’agit de fiorini larghi –, ainsi que l’inscrit le prieur en 1483 (fo 41 vo 9) pour résumer plusieurs actions importantes relatives à l’état du couvent à son arrivée.

64  Soit le total de l’ensemble des comptes fournisseurs du deuxième cahier, qui ne comprennent pas le coût des importants travaux à la pieve de San Martino à Lubaco.

65  Suite à la conjuration des Pazzi (1478) et à la mort de Julien de Médicis dans la cathédrale, Laurent de Médicis a transféré sur l’Annunziata la constitution d’un chœur polyphonique capable de rivaliser avec les grandes chapelles des cours de Milan, Ferrare, Naples et la chapelle pontificale ; il délègue à cet effet son chanteur personnel, Arnoul de France (alias Arnoul Gréban), pour recruter des professionnels en France et dans les Flandres. Le chœur est finalement constitué le 29 janvier 1484, sur la base de quatre chanteurs externes, installés au couvent, secondés par une douzaine de « pigistes », qui encadrent un chœur de frères et de novices spécialement entraînés au chant polyphonique, selon un programe détaillé par le prieur (voir D. Smith, Memoriale…, op. cit., p. 88-104). Rappelons que le « salaire des chanteurs, de l’organiste et du latin » constitue le second poste de dépenses après l’alimentation dans l’état des dépenses ordinaires (voir doc. 2, ligne 12).

66  Non seulement le cadre architectural de l’église est rénové, mais encore l’Alabanti signe en juin 1481 un contrat avec un cirier pour la production rapide et à délais constants de mannequins ou de bustes de cire grandeur nature, dans le but de proposer, à la demande de riches fidèles, un service fait soit pour remplacer des mannequins anciens qui pendaient au plafond de l’église et risquaient de s’écraser sur la tête des fidèles par l’amollissement progressif de leur cire et la rupture de leur structure (des accidents sont répertoriés), soit pour en installer de nouveaux : « J’enregistre comment aujourd’hui 13 juin 1481 maître Archangelo de Giovanni d’Antonio de Florence, cirier, promet à moi, maître Antonio da Bologna, vicaire du couvent de la Nuntiata de Florence, de faire toutes les fois que je le voudrai des images de cire grandeur nature en mode et forme contenues dans le présent enregistrement. D’abord, que ledit maître devra faire l’image selon la mode, la forme et l’habit qu’il plaira audit vicaire ou toute autre personne en lieu du prieur ou pour le prieur ; de même, qu’il doive la faire d’une armature forte et bien liée ; de même, il devra peindre lesdites images et colorer à ses frais, et de ses cheveux et barbe et toutes autres choses qui appartiennent au peintre, sauf pour ce qui est du travail de brocart ; et devra ledit maître Archangelo faire n’importe quelle effigie dans un délai de dix jours de travail ou dans un délai de 12 jours. Et toutes ces choses étant faites, ledit maître Antonio, vicaire du couvent, promet audit maître Arcangelo deux grands florins d’or par effigie, le couvent fournissant la cire et toutes les autres choses nécessaires, sauf les couleurs et les cheveux. Et ainsi s’oblige ledit maître Archangelo à observer, sous peine d’astreinte de 25 ducats, présents sire Mariano di Francesco di Bardino et Zanobio di Domenico del Giocondo. » (A.S.F., C.S. 119, P. 48, fo 131 vo-132 ro)

67  La liste des acquisitions immobilières, foncières et fermières présentée dans le bilan est impressionnante (fo 71 ro) : « Acquisitions : L’abbaye de Santo Gaudenzo – La cure de Santo Martino à Lubaco – Une bande de terrain du jardin vers la Sapienza – Un champ à Tavole – Un [autre] champ à Tavole – Une maison de Dame Caterina – Deux maisons de Piero dala Chareta – Deux fermes à Vinci – La ferme de Marabotino – La petite ferme de Lastra – Une maison de feu Zohane Macigni, qu’occupe Carlo – Un sixième d’une autre maison – La ferme de l’évêque Mariano – La compagnie de San Sebastiano – La ferme de Santo Martino à Lubaco – Le champ de Dame Zintile à la Tore – Retiré la ferme de Garminzo des mains de Dame Caterina – La fabrication de la cire et des chandelles au couvent – La petite maison de la muraille – La petite maison du jardin. » Pour ce qui est du développement agricole, la réalisation en série, par l’Alabanti, de contrats d’exploitation pour une demi-douzaine de poderi en 1482 traduit la volonté d’une gestion globale et des revenus fermiers et de l’exploitation de la terre, qui s’inscrit dans un mouvement de technicisation de l’agriculture, observé par les historiens de la Toscane pour la même époque (voir Gabriella Piccinini, « Mezzadria e potere politico. Suggestioni dell’età moderna e contemporanea e realtà medievale », dans Contratti agrari e rapporti di lavoro nell’Europa medievale, Alfio Cortonesi, Massimo Montanari et Antonella Nelli [éd.], Bologne, Clueb, 2006). Ce mouvement est sensible dans d’autres provinces : Alberto Tanturri a mis en relief la remarquable dimension entrepreneuriale d’une exploitation gérée par les servites en Campanie du xve au xixe siècle : « Un importante patrimonio ecclesiastico del regno di Napoli : gli armenti della SS. Annunziata di Sulmona », Nuova Rivista Storica, 90, 2006, p. 653-702.

68  À partir de 1482 apparaissent dans le livre des Entrata e Uscita des sommes données par les laïques, le plus souvent directement à l’Alabanti, pour l’exécution de messes chantées, au tarif d’un florin la messe, soit l’équivalent de 30 messes basses. Au cours de l’année 1483, l’Alabanti achète ou fait copier un total de 12 messes polyphoniques nouvelles. (D. Smith, Memoriale…, op. cit., p. 83 et suiv.).

69  A.S.F., C.S. 119, P. 246, fo 8 ro, 28 mai 1483 : « Da maestro Mengo da Faença, medico, per insino a dì [blanc], fiorini vinticinque largho d’oro in oro i quali prestò a maestro Antonio d’Alberto, nostro padre priore, quando andò a Roma per chavare una bolla per alienare de’beni del convento insino nella quantità di fiorini 1 000 larghi, a Libro Giallo, segnato C, carta 358. » Cette entrée correspond à celle de Memoriale, fo 72 ro33 : Maestro Ser Zohane Mengo, f. 25. Mengo da Faenza est connu dans l’histoire de la médecine pour un traitement contre la peste.

70  Extrait du registre A.S.F., Mediceo avanti il Principato, Filza 87, no 61, édité par Paolo Nanni, « Lorenzo agricultore. Sulla proprietà fondiaria dei Medici nella seconda metà del Quattrocento », Rivista di storia dell’agricoltura, 32, 1992, p. 1-148.

71  Le résultat est arrondi par proximité à la lire supérieure.

72  « Questo fu quel gran generale Alabanti e chi vuol imparare a ghovernare i conventi lega questo libro. » La mention est postérieure à septembre 1495 – date de la mort d’Antonio Alabanti, alors général de l’ordre – et antérieure au milieu du xvie siècle. Il faut noter, en conclusion, la cohérence des deux titres inscrits sur le registre par rapport à son contenu : l’exercice gestionnaire et comptable de l’Alabanti pour l’année 1483, à présenter pour l’examen de ses comptes (voir supra n. 10).

73Franceso Bianchi, « Health and Welfare Institutions in Renaissance Italy: Selected Sources from Veneto », dans Quellen zur europäischen Spitalgeschichte in Mittelalter und Früher Neuzeit, Martin Scheutz, Andrea Sommerlechner, Herwig Weigl et Alfred Stefan Weiß (éd.), Vienne-Munich, Bölhau-Oldenbourg, 2010, p. 219-242 : « Among the published sources, doc. A/3 –a deliberation of the confraternity of San Marcello on administrative matters– must be highlighted for two main reasons: the appeal to rationality in the preamble… and the detailed annual budget, which is a unique example in Renaissance Europe, as far as we know » (citation p. 211-212, édition du budget et de son préambule p. 225-228).

74  En 1357, le prieur général de l’ordre est accusé « d’oppression, de dilapidation et de tyrannie dans les couvents de l’ordre, spécialement celui de Florence » (Fonti storico-spirituali…, op. cit., p. 27-28, doc. 22). Entre mai 1431 et juillet 1433, l’enregistrement des encaissements et des décaissements cesse après la fuite du prieur avec la caisse du couvent (1 000 florins, sans compter un certain nombre d’ex-voto en argent de la chapelle). De 1441 à 1447, le couvent est occupé par des membres de la congrégation de l’Observance en provenance de Lombardie.

75  Dès les premières décennies du xive siècle, deux frères servites assurent régulièrement, pour des périodes de six mois, la charge de camerlingue de la commune : quelques mentions (non sourcées) sont données par E. M. Casalini, « Il convento dell’Annunziata di Firenze durante l’Umanesimo », I Servi di Maria nell’età delle Riforme, Quaderni di Monte Senario, 4, 1981, p. 103 : « 1374 – fr. Paolo Guiduccini e fr. Bartholommeo Richi ; 1375 – fr. Niccolò e fr. Bartholomeo ; 1377 – fr. Iacopo e fr. Bartholomeo ; 1378 – fr. Andrea di Giovanni e fr. Filippo Pieri ». Pour le xve siècle, des références sont fournies par Paola Ircani Menichini, Vita quotidiana e storia della SS. Annunziata di Firenze nella prima metà del Quattrocento, Florence, Biblioteca della Provincia toscana dei Servi di Maria, SS. Annunziata di Firenze, 2004, p. 252, qui cite une vingtaine de frères différents ayant occupé la charge de camerlingue de la commune entre 1400 et 1436. Aucune étude ne permet de savoir quand exactement cela a été mis en place et si d’emblée tous les ordres mendiants ont participé à ce système que nous connaissons seulement par des sources secondaires : une recherche est à faire. En regardant non seulement chez les mendiants mais aussi chez les cisterciens, l’adoption de pratiques gestionnaires « mondaines » au sein des couvents a été mise en évidence par L. Chiappa Mauri, « L’economia cistercense tra normativa e prassi. Alcune riflessioni », Gli spazi economici della Chiesa nell’Occidente mediterraneo (secoli xii-metà xiv), Pistoia, Centro Italiano di studi di storia e d’arte, 1999, p. 63-88, en particulier p. 64, n. 10 et 11, et p. 85. L’auteur, qui insiste sur la capacité des moines blancs à « comprendre et s’insérer dans les mécanismes du pouvoir et de l’économie locale », fournit l’exemple d’un frère notaire, Niccolò de Vercelli, qui, après une longue vie professionnelle, se retire comme convers au couvent de Rivalta Scrivia, en réorganise l’archive pour mettre en place (en 1304 !) un registre d’attestation de l’ensemble des biens de l’abbaye (Ibid., p. 86). Hors de Florence, il existe de nombreux cas de frères mendiants ayant exercé les charges de camerlingue aussi bien dans de petites que de grandes communautés urbaines : à Sienne, à partir du milieu du xve siècle, les moines de S. Galgano assurent régulièrement la charge de camerlingue des finances communales (Ibid., p. 87) ; à Settimo, « nel xiii secolo, monaci cistercensi, insieme ad umiliati, ricoprinoro più volte la carica di camarlingo e tesoriere del Comune; nel 1346 un cistercense dirigeva i lavori del cantiere per le mura di Buggiano » (Paolo Pirillo, « Il fiume come investimento: i mulini e i porti sull’Arno della Badia a Settimo [secc. xiii-xiv] », Rivista di storia dell’agricoltura, 29, 1989, p. 19-43).

76  Christine Gadrat, « L’édition du Memoriale de Niccolò Galgani de Sienne O.P. », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, 116, 2004, p. 631-634.

77  Charles-Marie de la Roncière, Raffaella Citeroni et Eugenio M. Casalini ont souligné l’aspect remarquablement précoce de cette comptabilité. De leur côté, A. Bartoli Langeli et G. P. Bustreo, dans l’introduction de leur article sur les documents de contenu économique des frères mineurs et prêcheurs (art. cité supra n. 16), signalent une absence de documentation « propre et originale des ordres mendiants » antérieure au milieu du xive siècle, à l’exception de registres provenant de l’ordre des servites : ceux des généraux Lotaringo da Firenze (1285-1300) et Andrea Balducci (1305-1306), ceux du couvent de Florence édités par E. M. Casalini (op. cit. supra n. 7), ceux du couvent de Pistoia étudiés par Davide Maria Montagna (Studi Storici O.S.M., 31, 1981, p. 31-48) et ceux du couvent de Vérone, dont les registres forment une série continue de 1341 à 1806 (voir E. Campara, « Santa Maria della Scala di Verona nel registro degli anni 1341-1345 », Studi Storici O.S.M., 47, 1997, p. 37-127), exploités peu après par Raoudha Guemara (Vivre sur Terre…, op. cit.) ; ils concluent : « Per inciso, è lecito addurre, a proposito dei Servi, l’appartenenza genetica dell’ordine all’orizzonte culturale e alla tradizione pratica della Toscana mercantile e communale » (op. cit., p. 122).

78  La question de la possession d’un pécule est un sujet encore délicat à l’intérieur de l’ordre, d’où provient la quasi-totalité des publications liées à son histoire. Paola Ircani Menichini a fait remarquer, à propos des constitutions et des décrets capitulaires récemment publiés dans les deux volumes de Fonti storico-spirituali (op. cit. supra n. 3) : « […] non sono complete. Mancano infatti […] molti Decreti capitolari (le Costituzioni nuove): per esempio quelli di Pistoia 1296, Siena 1301, Montepulciano 1303, Città della Pieve 1306, Siena 1317 e altri, mentre sono incompleti i Decreti di Firenze 1402. In particolare si tralasciano i riferimenti al denaro e alle vestimenta, concessi in uso ai frati (v. per esempio Bologna 1350) » (souligné par nous ; P. Ircani Menichini, Vita quotidiana…, op. cit., p. 10).

79  Sur le rôle des Médicis à travers l’opera de l’Annunziata, créée en 1445 par la commune et composée de quatre laïcs et d’au moins deux religieux élus par le chapitre, voir Diane Finiello Zervas, « “Quos volent et eo modo quo volent”: Piero de’Medici and the Operai of SS. Annunziata, 1445-55 », dans Florence and Italy: Renaissance Studies in Honour of Nicolai Rubinstein, Peter Denley et Caroline Elam (éd.), Londres, Westfield college (« Westfield publications in medieval studies »), 1988, p. 465-479 ; Beverly Louise Brown, « The Patronage and Building History of the Tribuna of SS. Annunziata », Mitteilungen des Kunsthistorischen Institutes in Florenz, 25, 1981, p. 59-146 ; Wolfgang Liebenwein, « Die Privatisierung des Wunders : Piero de’Medici in SS. Annunziata und San Miniato », dans Piero de’Medici ‘Il Gottoso’(1416-1469), Andreas Beyer et Bruce Boucher (éd.), Berlin, Akademie Verlag, 1993, p. 251-290 ; E. M. Casalini, « La Santissima Annunziata e i Serviti », dans La chiesa e la città a Firenze nel xv secolo, Gianfranco Rolfi, Ludovica Sebregondi et Paulo Viti (éd.), Florence, Silvana Editoriale, 1992, p. 119-121.

80  Au dos de la corniche du tabernacle est gravé : « Piero di Cosimo Medici fece fare questa opera et Pagnio di Lapo da Fiesole fu el maestro che lla fe’MCCCCIIL / Costò fiorini 4 000 el marmo » (E. M. Casalini, « La santissima Annunziata e i Serviti », art. cité, p. 119).

81  L’expression cose nostre à propos des servites est utilisée par Clarisse Orsini, femme de Laurent de Médicis, dans une lettre adressée à Niccolò Michelozzi datée du 20 juillet 1482, où elle demandait au chancelier de son mari d’aider l’Alabanti face à un emprunt forcé de la ville (citée par Natalie R. Tomas, The Medici Women: Gender and Power in Renaissance Florence, Aldershot, Ashgate, 2003, p. 62).

82  L’Alabanti n’est pas un cas isolé. Lorenzo Guiducci, élu prieur de San Lorenzo (couvent sur lequel les Médicis disposaient du juspatronat, confirmé par Sixte-Quart en 1473) peu après Antonio Alabanti à l’Annunziata, gouvernera le couvent selon les mêmes pratiques et visiblement les mêmes objectifs : il contrôle personnellement les comptes du camerlingue et de la sacristie, annexe les pieve de S. Cresci à Maciuoli et de Santa Maria d’Antella, commande des antiphonaires de grand luxe pour la liturgie, réforme la discipline de la vie communautaire, etc. (voir D. Smith, Memoriale…, op. cit., p. 147-147).

83  Sur la création des Monts-de-Piété, voir Maria Giuseppina Muzzarelli, Il denaro e la salvezza. L’invenzione del Monte di Pietà, Bologne, Il Mulino, 2001, et Banchi pubblici, banchi privati e Monti di Pietà nell’Europa preindustriale, Gênes, Società Ligure di Storia Patria, 1991.

84  Ce concile fut convoqué sous la houlette du frère mineur observant Fortunato Coppoli da Perugia, suite à la décision de la commune (24 mars 1473) de créer un Mont-de-Piété à Florence, qui suscita une forte opposition des dominicains de San Marco. Une cinquantaine de docteurs en droit et maîtres en théologie y participèrent (voir Marco Ciardini, Un « consilium » per il Monte di Pietà, Florence, 1905). Parmi les théologiens servites consultés, les frères Bartholomeo di Marcho da Montepulciano, vicaire du couvent en 1478, et Giovanni Baptista di Marchi da Firenze, syndic et camerlingue en 1479 (voir Celestino Piana, La facoltà teologica dell’Università di Firenze nel Quattro e Cinquecento, Grottaferrata, Romae, Editiones Collegi s. Bonaventurae ad Claras aquas, 1977, p. 239).

85  L’Alabanti, rédacteur de la quasi-totalité des contrats d’affermage et d’embauche dans le livre des Ricordanze, effectue lui-même l’examen de la comptabilité la plus ancienne du couvent, de 1457 à 1469.

86  A.S.F., C.S. 119, P. 49, fo 90 ro, 1er octobre 1490 : « Ceux des frères qui ont donné lesdites sommes d’argent […] seront nommés maintenant : frère Ghabriello di Lottieri da Firençe, 25 grands florins d’or ; fr. Franciescho di Bartolomeo da Firençe, 100 florins poinçonnés ; fr. Stefano di Giuliano da Milano, 50 grands florins d’or ; fr. Gismondo di Benciveni della Scharsa, 150 grands florins d’or ; fr. Diodato di Giuliano da Firençe, 30 grands florins d’or ; fr. Zaccheria di Lorenço da Firenze, 39 grands florins d’or ; fr. Salvestro di Salvestro da Firençe, 29 grands florins d’or […]. Le susdit chapitre, frères et couvent, voulant pour partie reconnaître ledit bénéfice et ne pas être ingrat d’un tel don, ont ordonné qu’en lieu de rétribution auxdits frères et pour leur vie durant, lesdits et sus-nommés donateurs aient chaque année dudit couvent à raison de 8 % de ce qu’ils ont donné, soit en grands florins soit en florins estampillés. Et veulent que cette rétribution soit donnée auxdits donateurs, en quelque état, grade et conditions qu’ils se trouvent, même s’ils fussent hors de la religion ou d’une autre religion et doivent avoir cette rétribution par moitié au début de chaque six mois, et leur commission commence à courir au 1er novembre 1490 [souligné par nous] » (D. Smith, Memoriale…, op. cit., p. 116-118). La question des emprunts chez les servites a été abordée par R. Guemara pour le couvent de Vérone, qui relève « les montants assez considérables que certains [frères] possèdent et prêtent à leurs couvents. » (Vivre sur Terre…, op. cit., vol. 3, p. 238 et suiv., citation p. 242) Depuis le milieu du xve siècle, la papauté avait formellement autorisé, au cas par cas, la prise d’intérêts : la bulle de Nicolas V du 1er août 1454, autorisant la constitution d’un Montem publicum à Ancône avec un prêt à 5 %, est éditée par Luciano Palermo, « Finanza, indebitamento e sviluppo economico a Roma nel Rinascimento », dans Debito pubblico e mercati finanziari in Italia, Secoli xiii-xx, Giuseppe de Luca et Angelo Moioli (éd.), Milan, Angeli, 2007, p. 83-102. Les activités bancaires au sein des institutions religieuses de l’époque, non seulement en Italie mais aussi en France, sont voilées par le caractère institutionnel de la documentation généralement exploitée et par la nature sensible du sujet dans l’histoire de l’Église moderne et contemporaine (cf. n. 78), voir Kouky Fianu et Darwin Smith, « Qu’est-ce que le chapitre de Notre-Dame de Paris au xve siècle ? », dans Notre-Dame de Paris, 1183-2013, Cédric Giraud (éd.), Turnhout, Brepols, 2013, p. 419-434.

87  Luca Pacioli, Trattato di partita doppia, Venezia 1494, Edizione critica par Annalisa Conterio, Introduzione e commento par Basil Yamey, Nota filologica par Gino Belloni, Venise, Albrizzi (« Accademia »), 1994. Il s’agit de la neuvième partie, la plus étendue, de la Summa de Arithmetica, Geometria, Proportioni et Proportionalità (c. 150r-224v), composée de douze parties qui abordent tous les aspects de la formation du marchand et de la construction de son savoir pour résoudre les questions tarifaires et comptables, mais prises dans une réflexion théorique générale sur la mathématisation du savoir (voir Argante Ciocci, Luca Pacioli e la matematizzazione del sapere nel Rinascimento, Bari, Cacucci editore, 2003, en particulier le chapitre 3 : « L’arte minore ovvero la “Pratica negociaria” », p. 221-237). Les détails du parcours biographique du frère franciscain, généralement identifié sous le nom de frate Luca dal Borgo ou da Sansepolcro, qui a séjourné à Florence dans les années 1480 puis au début du xvie siècle, ont été reconstitués par Baldassare Boncompagni, « Appendice di documenti inediti relativi a Fra Luca Pacioli », Bollettino di bibliografia e di storia delle scienze matematiche e fisiche, 1879, p. 352-438 (Bibliothèque de l’Observatoire, cote PA M. 2186 (1-20) fonds spécifique CP). Parmi les entreprises récentes de recensements régionaux qui permettent de répérer la documentation ad hoc, voir Daniela Rando, Archivi di monasteri e conventi. L’età mediœvale, Trevise, Archivio di Stato (« Itinerari tra le fonti. Quaderni », 6), 1994, et Ermanno Orlando, « La documentazione a registro dei monasteri e conventi trevigiani fra Tre e Quattrocento », Rassegna degli Archivi di Stato, 61, 2001, p. 129-165, qui décrivent l’explosion documentaire pour le xve siècle, avec apparition générale de livres capitulaires, inventaires des biens, entrées-sorties, vacchete de reçus, livres de grainetiers. Ainsi, les dominicains de S. Nicolà de Trevise possèdent deux livres (1391-1437 et 1451-1491) spécifiant les détails de leurs revenus annuels sur leurs possessions : lieu, description du bien ou du terrain, locataire, titre de propriété (testament, achat, permutation), fréquence des paiements, situation débit-crédit, etc. Leur Libro dei resti pour les années 1474-1480 précise que le livre est tenu « à la façon de Venise », c’est-à-dire « des livres des marchands vénitiens » : « Presens […] liber tenebitur secundum more venetiarum et deinceps conscribentur in eo omnes introitus et exitus domus tam in pequniis quam in omnibus aliis, sub forma, ut dictum est, librorum mercatorum venetorum » (E. Orlando, art. cité, p. 164-165).

Table des illustrations

Titre Document 1. Menu hebdomadaire
Crédits Avec l’aimable autorisation du ministère italien du Patrimoine, de la Culture et du Tourisme, Antonio Alabanti, fo 70 vo. Tous droits réservés.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4097/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Document 2. État mensuel des dépenses ordinaires
Crédits Avec l’aimable autorisation du ministère italien du Patrimoine, de la Culture et du Tourisme, Antonio Alabanti, fo 75 vo54. Tous droits réservés.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4097/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Document 3. État rétrospectif des encaissements de la chapelle, 1469-1470
Crédits Avec l’aimable autorisation du ministère italien du Patrimoine, de la Culture et du Tourisme, Zanobio del Giocondo, fo 13 vo. Tous droits réservés.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4097/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M

Auteur

Darwin Smith est directeur de recherche au CNRS (UMR 8589/LAMOP). Parmi ses publications, on citera : avec Gabriella Parussa et Olivier Halévy, Le théâtre français du Moyen Âge et de la Renaissance. Histoire, textes choisis, mises en scène, Paris, L’avant-scène théâtre (« Anthologie de L’Avant-scène théâtre »), 2014, 544 p. ; Devenir historien, Paris, Publications de la Sorbonne, 2012, 205 p. ; avec Kouky Fianu, « Qu’est-ce que le chapitre de Notre-Dame de Paris au xve siècle ? », dans Notre-Dame de Paris, 1163-2013, Turnhout, Brepols, 2013, p. 417-434.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540