Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Classer, dire, compter

 | 
Olivier Mattéoni
, 
Patrice Beck

Pratiques comptables : des savoirs aux savoir-faire

L’enregistrement des dépenses pontificales à Avignon au xive siècle. Quelques réflexions sur les sources des Grands Livres et sur le rôle des cursores

Philippe Bernardi

Texte intégral

Introduction

  • 1  Pour une bibliographie complète et raisonnée jusqu’en 2000, nous renverrons ici à Olivier Poncet, (...)
  • 2  Johann Peter Kirsch, « L’administration des finances pontificales au xive siècle », Revue d’histoi (...)
  • 3  Dossier réalisé sous la direction de Valérie Theis et d’Étienne Anheim : Les comptabilités pontifi (...)

1Les comptes de la Chambre apostolique ont, depuis 1880-1881 et l’ouverture de l’Archivio Segreto Vaticano aux chercheurs, nourri des travaux historiques nombreux et divers1 qui, pour partie, ont porté sur l’administration pontificale elle-même. La confection et la nature des registres conservés ont, en effet, attiré très tôt l’attention des historiens qui, à l’exemple de Johann Peter Kirsch en 19002, s’intéressèrent à l’organisation financière de la papauté et plus particulièrement aux évolutions qu’elle connut au cours du xive siècle. La comptabilité camérale a ainsi, depuis plus d’un siècle, fait l’objet de diverses études allemandes, françaises ou italiennes dont l’apport a été rappelé dans un dossier sur « Les comptabilités pontificales » publié dans les Mélanges de l’École française de Rome, en 20063.

  • 4  Sur ces premières évolutions, voir Karl Heinrich Schäfer, Die Ausgaben der apostolischen Kammer un (...)
  • 5  Voir F. Piola Caselli, « L’evoluzione… », art. cité ; S. Weiß., Rechnungwesen…, op. cit. ; Étienne (...)
  • 6  Voir F. Piola Caselli, « L’evoluzione… », art. cité ; S. Weiß, Rechnungwesen…, op. cit. ; Élydia B (...)

2Plusieurs changements importants dans les procédures d’enregistrement comptable ont été mis en évidence par ces travaux : le passage ou la rupture opérée entre une gestion externe des finances pontificales, assurée par des banquiers, et la prise en main de celles-ci par les officiers de la cour, au début du pontificat de Clément V (1305-1314) ; les modifications majeures intervenues dans le mode d’enregistrement comptable, au début du pontificat de Jean XXII (1316-1334), avec l’apparition des Grands Livres où recettes et dépenses sont enregistrées séparément et sous diverses rubriques4 ; l’adoption, aux côtés des Grands Livres systématiques – dans lesquels les dépenses sont rangées sous diverses rubriques (tituli) de manière chronologique –, de Grands Livres chronologiques ou « journaux », dans lesquels les dépenses sont rangées de manière chronologique, toutes rubriques confondues, vers le milieu du pontificat de Benoît XII (1334-1342)5 ; le dégagement du solde annuel et des bilans mensuels et l’apparition des rouleaux de comptes (rotuli compotorum), durant le pontificat d’Innocent VI (1352-1362)6.

  • 7  Dans l’article de É. Barret, « Des livres aux rouleaux… », art. cité, p. 218-218, une série de sch (...)
  • 8  É. Anheim, « La normalisation… », art. cité, p. 192.
  • 9Ibid., p. 187.

3Les différentes étapes de l’enregistrement des dépenses et leur évolution ont, de même, retenu l’attention des chercheurs, qui remettent aujourd’hui partiellement en cause les schémas de filiation antérieurs7. L’idée d’une confection des livres systématiques à partir des livres chronologiques a, ainsi, été abandonnée au profit de celle d’une simple collation entre les deux types de registres, rédigés à la lecture de « divers cahiers, feuillets, manuels et autres quittances8 ». De cet ensemble de pièces aux Grands Livres – rédigés chacun en trois exemplaires sous Urbain V (1362-1370) –, des Grands Livres aux divers rouleaux, voire des grands aux petits rouleaux, l’« hypergraphie » constatée de la Chambre apostolique permet de rompre l’isolement factice du compte pour appréhender ce qu’Étienne Anheim désigne comme une « chaîne d’écriture9 ».

  • 10  Valérie Theis et Étienne Anheim, « La comptabilité des dépenses de la papauté au xive siècle. Stru (...)

4Au-delà du constat de l’évolution formelle et de la complexification de la procédure, ce que les études les plus récentes soulignent, dans ce domaine, c’est « un changement même dans l’usage des instruments comptables : tout d’abord destinés au contrôle des officiers et du personnel de la curie, ils deviennent lentement des outils de gestion économique, à mesure qu’une papauté toujours plus endettée éprouve le besoin de maîtriser davantage ses dépenses que ses serviteurs10 ».

  • 11  Fausto Piola Caselli (« L’evoluzione… », art. cité, p. 430) a conclu à leur abandon mais Élydia Ba (...)

5La présente contribution se propose, dans la lignée de la réflexion engagée autour de Valérie Theis et d’Étienne Anheim, de revenir sur la genèse des Grands Livres afin de mieux saisir le moment et la nature du ou des contrôles exercés. L’Archivio Segreto Vaticano ne conserve pour les années 1352-1362 qu’un à deux registres annuels (l’un systématique et l’autre chronologique) – aucun pour 1359 –, auxquels s’ajoutent, vers le milieu du pontificat, différents types de rouleaux établissant des bilans mensuels ou annuels. Et, s’il a été montré que les responsables des services curiaux tenaient encore des cahiers de dépenses dans la seconde moitié du xive siècle11, aucun n’a été retrouvé pour cette période. Ce dénuement documentaire très relatif ne facilite pas la démarche mais incite alors à s’interroger sur les traces éventuelles laissées dans les Grands Livres par la chaîne d’écriture dont ils sont un des aboutissements.

  • 12  En fin de volume se trouvent aussi consignées les dépenses pour l’aumône de la Pignotte, dont il n (...)

6À la quinzaine de registres comptables avignonnais disponibles pour ce règne s’en ajoute un seizième, le Introitus et Exitus 269, qui reprend pour la rubrique Opera et edificia toutes les dépenses concernant les travaux de construction consignées dans les Grands Livres, entre le début de 1353 et avril 136112. L’analyse des dépenses enregistrées dans ce volume, entre début mars 1353 et fin décembre 1355, est le point de départ des réflexions et des observations proposées.

I. Le Grand Livre : un monument comptable

7Du point de vue formel, le registre Introitus et Exitus 269 reprend la présentation de la rubrique Opera et edificia des Grands Livres systématiques. Chaque versement est enregistré dans l’ordre chronologique et fait l’objet d’une présentation allant dans nombre de cas jusqu’à nous donner le nom du responsable du compte, celui du « receveur » nommé et l’objet du compte, puis le détail des paiements avec :

  • la nature et la quantité d’unités fournies,

  • le prix unitaire de celles-ci,

  • leur coût.

8Pour ces 34 mois, on ne relève pas moins de 147 de ces « sous-comptes », chacun de ceux-ci s’achevant sur une somme totale (summa universalis) exprimée en monnaie de compte et en monnaie réelle, suivie d’une équivalence en florins ou en écus suivant les cas.

9On distingue deux types de sous-comptes : les premiers, qui peuvent être qualifiés de « simples », ne présentent qu’un paiement ; les seconds – qui forment à peu près la moitié des sous-comptes de l’échantillon retenu – présentent une série de paragraphes ou items. Ils peuvent ne présenter que quelques items, mais en regroupent parfois jusqu’à une centaine. Ce sont ainsi près de 1 500 items qui se trouvent enregistrés, dont 795 prennent la forme d’une opération : simples additions, comme dans les « sommes finales », ou opérations plus complexes, quand il est question, par exemple, du paiement à l’unité d’un nombre entier, décimal ou rationnel de pièces.

  • 13  Philippe Bernardi, « L’enregistrement des dépenses pontificales : calculs et pratiques comptables (...)

10L’ensemble de ces 795 opérations a été refait et le détail des résultats obtenus est exposé dans un article13 dont seules les conclusions seront reprises ici.

11La première remarque qui peut être faite à la lecture de ces comptes est la mise en place, à travers l’usage de certaines unités de mesure, d’une expression comptable quelque peu conventionnelle ou virtuelle de la réalité matérielle des chantiers. La seconde porte sur les opérations elles-mêmes, qui, du point de vue strict du calcul, présentent de nombreuses irrégularités. Près de 60 % des sous-comptes dont les opérations peuvent être refaites présentent des erreurs ou des approximations. La fiabilité de la copie peut alors être mise en doute, mais le rapprochement possible entre l’Introitus et Exitus 269 et les Grands Livres systématiques conservés – qui ont été approuvés par la Chambre apostolique – montre que la copie est extrêmement fidèle et que ce qui nous apparaît comme des erreurs de calcul n’a pas empêché l’approbation du compte.

12Si nous cherchons à aller au-delà de ce constat pour envisager la nature de ces erreurs, nous constatons qu’il s’agit, pour partie, de simples lapsus de copiste. Certaines opérations ont, par ailleurs, vu leur résultat arrondi, par exemple, au denier par suppression de l’obole (demi-denier). En définitive, seuls 23 % des sous-comptes paraissent comporter de « véritables » erreurs de calcul, soit un peu moins de 3 % des 795 opérations enregistrées. Et ceci pour un total insignifiant au regard du total des dépenses de construction annuelles.

13Les irrégularités constatées, quelle que soit leur nature, interrogent sur le statut du Grand Livre et sur son mode d’élaboration. Le fait que le texte fautif ait été approuvé montre que l’on ne peut incriminer un quelconque relâchement dans l’élaboration d’une copie de travail. Les erreurs, d’où qu’elles proviennent, n’ont pas été corrigées lors de l’approbation du compte, ce qui laisse entendre que le contrôle exercé à ce niveau ou à ce moment ne portait pas sur l’ensemble des opérations. L’analyse du compte systématique approuvé pour l’année 1355 (Introitus et Exitus 277) permet d’observer, en effet, que l’approbation (le plus souvent signifiée par le signe ap.) se retrouve placée au niveau de la summa pagine ou de la summa universalis, qui clôt un exercice. Et, de fait, ces sommes qui résultent de l’addition des paiements consignés sur une même page ou pour une période donnée, ne présentent aucune erreur.

  • 14  Il est observable, par exemple, dans le Grand Livre Int. et Ex. 200 couvrant les années 1343-1344, (...)

14Il semble bien que, à ce niveau, le détail des paiements n’ait pas été repris, les représentants de la Chambre se contentant de viser les totaux (peut-être en les rapprochant de ceux consignés dans les comptes chronologiques) qui seuls se détachent à la fin de paragraphes pouvant couvrir plusieurs pages. Il s’agit là d’un mode de présentation déjà attesté au début du pontificat de Clément VI (1342-1352)14 et qui paraît s’imposer progressivement. Le détail des paiements y perd en lisibilité par l’abandon du retour à la ligne en fin d’item, les sommes intermédiaires se trouvant ainsi comme fondues dans la justification ou le descriptif des dépenses. Cette évolution formelle n’a, jusqu’ici, pas retenu l’attention des chercheurs. Elle semble aboutie sous Innocent VI et on peut se demander si elle ne participe pas d’un dégagement progressif des bilans (annuels et mensuels) et de la transformation du compte en outil de gestion.

  • 15  Sur ce point, voir É. Anheim, « La normalisation… », art. cité.
  • 16  Raymond Guitbaud est désigné comme director operum, c’est-à-dire comme administrateur des travaux, (...)

15Quoi qu’il en soit, l’inattention évidente au détail des paiements laisse clairement entendre qu’à ce niveau de la chaîne d’écriture, seuls les totaux ou les « sommes » avaient de l’importance. Le contrôle sur la rectitude des opérations intermédiaires (celles qui fixaient le montant des salaires dus individuellement en fonction du nombre de journées travaillées comme le coût d’un ouvrage ou de fournitures en fonction de leur prix unitaire) devait s’exercer en amont. Si l’on admet l’existence d’un brouillon préparatoire à la rédaction du Grand Livre15, une partie des lapsus peut provenir d’une mise au propre défaillante. Un contrôle pouvait s’exercer lors de la préparation du brouillon, mais, si tel était le cas, le contrôle, s’appliquant à toutes les opérations, aurait dû produire une forme de lissage des erreurs, les répartissant sur l’ensemble du compte, ce qui ne se produit pas. La répartition des irrégularités en fonction de l’origine des dépenses permet, en effet, de constater, par exemple, que c’est dans les sommes versées par le directeur des œuvres (Raymond Guitbaud16) que se rencontrent la plupart des totaux arrondis ou que les erreurs de calcul patentes se retrouvent le plus souvent dans les comptes de ferrures.

  • 17  ASV : Int. et Ex. 171, fo 75.
  • 18  É. Barret, « Des livres aux rouleaux… », art. cité, p. 206, n. 23. Dans le cas présent, peut-être (...)
  • 19Ibid., p. 218-219.
  • 20  Voir É. Anheim, La forge de Babylone. Pouvoir pontifical et culture de cour sous le règne de Cléme (...)
  • 21  V. Theis, « Décrire le chantier… », art. cité, p. 657.

16Ces indices, ténus, laissent entendre que les services du trésorier ne refaisaient vraisemblablement pas l’ensemble des calculs dont les résultats leur étaient livrés. Les contrôles sur les calculs intermédiaires devaient, en toute logique, s’effectuer, comme les calculs eux-mêmes, avant la rédaction des Grands Livres. Le texte des Grands Livres y fait du reste parfois allusion comme dans le cas du compte systématique conservé pour la quatrième année du pontificat de Benoît XII (1338) qui contient des formules du type : « Die ultima mensis maii, pro expensis pro operibus domini nostri pape in mense maii [...] in libro rationum contentis, solvimus diversis personis…17 ». Le livre de compte (liber rationum) dont il est alors question semble correspondre à un exemplaire de ces comptes – parfois appelés manuales par les historiens et que, suivant la proposition d’Élydia Barret, nous désignerons comme « cahiers de comptes18 » – rédigés par des officiers et qui sont considérés comme l’étape d’enregistrement précédent celle des Grands Livres. C’est ce que certains schémas d’enregistrement présentent comme les « comptes des administrateurs19 », c’est-à-dire les comptes rendus par les responsables des services curiaux (cuisine, paneterie, bouteillerie, maréchalerie, œuvres…). Limiter les sources des Grands Livres à ce seul type de documents paraît toutefois trop réducteur. Plusieurs travaux consacrés au domaine de la peinture comme à celui de la construction20 ont montré que la reddition de compte a pu être confiée à d’autres agents ; l’obtention d’un titre tel que ceux de pictor pape, magister operum pape, voire fusterius domini nostri ou ferraterius domini nostri pouvant s’accompagner d’une « délégation du premier stade de mise en forme des écritures comptables21 ». Ce qui a été interprété comme la conséquence d’un développement de la sous-traitance a conduit à un fractionnement de la documentation composée de divers comptes auxquels il convient d’ajouter des quittances. C’est cette diversité dont nous retrouvons l’empreinte dans les Grands Livres d’Innocent VI. Ces comptes apparaissent, en effet, comme des écrits composites, réunissant des éléments d’origine et de nature différentes. Nous y trouvons, d’une part, des règlements liés à une convention notariale et exposés sous la forme : « Comme un contrat a été passé avec M. Untel pour la réalisation de tel travail à tel prix, tant de florins lui ont été versés tel jour. » La forme adoptée est impersonnelle (« soluti fuerunt ») et ne porte aucune précision sur l’origine du versement, ce qui laisse à penser que la somme en question a été réglée directement par les services du trésorier. Outre ces quittances, y figure la trace de divers comptes – celui du directeur des œuvres (director operum palatii domini nostri pape), celui du « maître des serrures et des ferrures » (magister sarralharum et ferraturarum), celui du « charpentier du pape » (fusterius domini nostri pape), etc. – établis pour une période d’un ou plusieurs mois, mais aussi celle des comptes de marchands de bois, de plâtriers, d’horlogers, etc. intervenant plus ponctuellement.

  • 22  É. Barret, « Des livres aux rouleaux… », art. cité, p. 209-210.

17Ce caractère composite correspond bien à l’image donnée par un petit recueil préparatoire retrouvé pour l’année 136022. Cet ensemble réunit des folios de dimensions et d’origine diverses qui, une fois approuvés, étaient classés par ordre chronologique avec indication, en marge, de la rubrique dans laquelle devait être affectée la dépense.

  • 23  Je ne peux, sur ces questions de gestion, que renvoyer aux analyses subtiles de Valérie Theis (« D (...)

18L’administrateur, sous l’effet de la sous-traitance, n’apparaît que comme un contributeur parmi d’autres et les Grands Livres prennent la forme d’un ensemble relativement hétérogène de « sous-comptes » et de quittances. Si l’approbation vient apposer une sanction sur ces divers « sous-comptes », la responsabilité des dépenses se trouve fractionnée entre diverses personnes puisque ce n’est plus pour chaque sortie que le contrôle peut s’exercer mais sur la totalité d’un (sous-)compte, fût-il réduit23.

  • 24  Élydia Barret note la présence de ces signes d’approbation sur les feuillets rassemblés dans le re (...)
  • 25  ASV : Int. et Ex. 269, fo 9.
  • 26  V. Theis, « Décrire le chantier… », art. cité, p. 658.

19L’administrateur est un responsable aisé à identifier. Les maîtres titrés peuvent également apparaître comme tels, mais, parmi les personnes présentant des comptes en 1353-1355, plusieurs ne portent aucun titre particulier et il semble douteux que la Chambre apostolique ait délégué la maîtrise de l’écrit à chacun de ses fournisseurs. Les signes d’approbation et les diverses corrections que portent ces cahiers de comptes24 montrent qu’ils faisaient l’objet d’un contrôle, mais il faut bien reconnaître qu’avec le système de reddition de compte un certain décalage s’opérait entre l’action consignée (qu’il s’agisse du paiement d’un service ou de fournitures) et la vérification de son compte rendu par écrit. Le compte des serrures présenté par le maître des serrures du palais le 31 octobre 1353 couvre, ainsi, la période allant du 1er juin au 31 octobre25. Comment imaginer que les personnes en charge de la vérification des comptes aient pu faire le tour des quelques 200 pièces mises en œuvre au cours de ces cinq mois ? Ce mode de fonctionnement impliquait pour le vérificateur de ne s’en tenir qu’à la lettre du compte qui revêtait un caractère relativement « abstrait ». Il imposait aussi, dans la mesure où les écritures relataient des actions ou des transactions matérielles qui avaient eu lieu, une certaine confiance dans la personne qui rendait compte ; cela a déjà été souligné, de même que les liens étroits existant entre « le port d’un titre, la maîtrise de l’écrit et la confiance de la Chambre26 ».

20Ce « système des titres » vient, pour la première moitié du xive siècle, concurrencer, en quelque sorte, une pratique plus ancienne en permettant aux artisans « titrés » de ne plus passer par le contrôle d’un cursor ou du directeur des œuvres. La relative perte de contrôle de l’administrateur a déjà été évoquée à partir des travaux de Valérie Theis, auxquels il convient de renvoyer, mais le rôle des cursores dans l’organisation des comptes de dépenses de la Chambre a, lui, encore peu été mis en lumière.

II. Entre ombre et lumière : les cursores, des contrôleurs à pied d’œuvre

  • 27  Il est possible de citer, pour l’essentiel : Paul Maria Baumgarten, Aus Kanzlei und Kammer. Erörte (...)
  • 28  B. Guillemain, La cour pontificale…, op. cit., p. 301.

21Les travaux consacrés à ces membres du personnel de la Chambre apostolique ne sont pas très nombreux27. Leur titre de cursores (courriers) paraît mettre en avant leur action dans la livraison des missives pontificales et, de fait, c’est principalement sur cet aspect de leur activité que s’est concentrée la recherche, même si tous les auteurs s’accordent sur le fait que ce personnel répondait à « des besoins extrêmement variés28 ». Un texte de 1306 évoque ainsi leurs diverses missions :

  • 29  Ce texte, donné par Renouard (« Comment les papes d’Avignon… », art. cité, p. 7), a été mentionné (...)

« Ipsi vero debent esse solliciti ad faciendum servicia, que ponuntur eis per dominum papam et camerarium, et portare litteras, convocare prelatos et facere citationes et portare commissiones auditoribus super causis audiendis. Quando dominus equitat, vadunt circa eum, ne aliquis propinquet sibi ; quando dominus exit in ecclesia vel in aula, aperiunt viam domino, ne pressura fiat ei. Quolibet die debent deputari IIIIor ad custodiam palacij et plures, sicud videtur camerari.29.. ».

  • 30  Y. Renouard, « Comment les papes d’Avignon… », art. cité, p. 8.
  • 31  B. Schwarz, « Les courriers pontificaux… », art. cité, p. 648.
  • 32  Y. Renouard, « Comment les papes d’Avignon… », art. cité, p. 10.
  • 33  B. Schwarz, « Im Auftrag des Papstes… », art. cité, p. 63.
  • 34  Voir notamment Yves Renouard, « Achats et paiements de draps flamands par les premiers papes d’Avi (...)

22Il s’agissait « bien plus [de] délégués du pape que de simples messagers30 ». Et c’est, en effet, plus largement comme « agent de transmission pour l’administration financière31 » que le cursor doit retenir notre attention. Yves Renouard a souligné, dès 1937, la participation des courriers à « l’achat et [au] contrôle des fournitures de tout ordre dont a besoin la Curie32 », ce qui apparaît comme une nouveauté introduite par les papes avignonnais33. Mais si le rôle d’acheteur a été bien mis en évidence par plusieurs travaux34, la fonction de contrôle est, elle, le plus souvent simplement mentionnée. Cette surveillance – il est vrai moins marquante que celle exercée par les courriers aux portes du palais ou autour des personnes du papes et du camérier – revient pourtant de manière très fréquente dans les comptes. Reprenons, par exemple, l’intitulé du compte des serrures présenté par le maître des serrures du palais le 31 octobre 1353 :

  • 35  ASV : Int. et Ex. 269, fo 9.

« Die XXXI mensis octobris, magister Gensonus, sarralherius palatii domini nostri pape, de operibus per eum factis in dicto palatio a prima die mensis junii proxime preteriti usque ad ultimam diem ante dictam octobris, prout constat per relationem Petri Boneti, cursoris domini nostri pape, prout sequitur35 ».

  • 36  Ce personnage que l’on trouve désigné sous les noms de Gensonus, Jansonus ou Jensonus Cathalani ou (...)
  • 37  Voir B. Guillemain., La cour pontificale…, op. cit., p. 585.
  • 38  Pour Karl Heinrich Schäfer (Die Ausgaben der apostolichen Kammer unter Benedikt XII., Klemens VI. (...)
  • 39  Certaines versions du compte précisent « specialiter deputatus », ASV : Int. et Ex. 270, fo 64.
  • 40  Le 6 avril 1353 (ASV : Int. et Ex. 269, fo 2 vo-3) : « sequitur computum Petri Chauleti sarralheri (...)
  • 41Ibid., fo 5 et 6.
  • 42Ibid., fo 15.
  • 43  ASV : Int. et Ex. 267, fo 176.
  • 44  Le 3 avril 1354, par exemple, c’est associé à maître Chrétien de Canturane, verrier, qu’il rend co (...)

23Le maître Jessin de Châlons36 « surveilla », selon Bernard Guillemain, les ouvrages de fer37, et il apparaît, dans cette mention, avec le « titre » de « serrurier du palais de notre seigneur le pape ». Le compte rendu de ses œuvres et fournitures passa toutefois par le rapport, la relatio, qu’en fit le courrier Pierre Bonet (ou Bovet). Suivons un peu ce Pierre Bonet. Nous en trouvons mention dans les documents pontificaux entre 1351 et 136738. En mars 1353, il est affecté (« deputatus »)39 auprès de Pierre Chaulet, « serrurier du palais de notre seigneur le pape », pour rapporter sur ses travaux et livraisons40. Il en va de même pour les mois d’avril et de mai41 puis, de juin à fin octobre, il rend compte sur les activités de Jessin de Châlons, nous l’avons vu, et, parallèlement, de juillet à la fin décembre, il est associé à Rostaing Berc, charpentier et sergent d’arme du pape, pour rapporter sur les pièces métalliques fournies par le ferronnier Guillaume Barnoin42. Une année bien remplie, donc, surtout si l’on considère que, le 29 décembre, il est fait état du compte du bois de chauffage et du charbon livrés par le marchand Pierre de Ponte et reçus par Pierre Bonet (« receptis ab eo per Petrum Boneti, cursorem43 »). Durant tout le pontificat d’Innocent VI, il apparaît ainsi, seul ou associé44, chargé de recevoir le bois de chauffe et le charbon fournis par les marchands Pierre de Ponte, Isnard Porchalle ou Tucho Lamberti, ou de rendre compte de ce qui avait trait aux pièces métalliques sur les chantiers pontificaux (serrurerie, ferronnerie).

  • 45  Y. Renouard, « Comment les papes d’Avignon… », art. cité, p. 11.
  • 46  Sur cette convention, voir Ph. Bernardi, « Le maître des œuvres du pape… », art. cité, p. 424 ; V. (...)

24Selon Yves Renouard, cette activité serait liée aux « fonctions d’acheteurs » des courriers : « le marché conclu, ils accompagnent souvent les marchandises achetées jusqu’à Avignon ; au palais pontifical, ils en prennent livraison et les vérifient soigneusement [...]. Après quoi ils rédigent un rapport sur la foi duquel la Chambre paie les fournitures45 ». Il remarquait une « véritable spécialisation » parmi les courriers, qui, « une fois qu’ils sont chargés des fournitures de la curie, ne sont généralement plus employés à d’autres fonctions, mais encore chacun d’entre eux s’occupe avec constance de certaines catégories très déterminées de fournitures ». C’est ce qui semble être le cas de Pierre Bonet à la nuance près qu’il associe deux « spécialités ». La situation décrite par Renouard mérite toutefois quelques réajustements au vu des précisions apportées par certains documents pontificaux. En premier lieu, il ne semble pas que l’on puisse systématiquement lier l’intervention des cursores au suivi d’achats faits à l’extérieur d’Avignon. La double spécialité de Pierre Bonet rendrait le suivi des pièces métalliques et des bois et charbons difficile, mais, surtout, nous savons qu’une partie des fournisseurs résidait à Avignon. Plus encore, le contrat de fourniture exclusif passé le 15 juillet 1351 avec le serrurier d’Avignon Pierre Chaulet montre qu’en ce qui concerne les pièces métalliques au moins, le marché pouvait être fixé par des conventions passées directement entre le marchand et le trésorier46. Il s’agissait, en ce cas, d’un accord-cadre régissant l’obligation de répondre aux besoins du chantier, d’une part, et le prix à acquitter pour les différents types de pièces, de l’autre. Le courrier, non mentionné dans le contrat, ne prenait alors en charge que la réception des objets métalliques sur le chantier.

  • 47  Par exemple, le 11 mai 1347 : « computat Ludovicus de Vienna, cursor domini nostri pape, ad recipi (...)
  • 48  Le 21 mai 1346, il est ainsi fait mention de charges de chaux « receptis ab eo et mensuratis per V (...)

25Cette notion de « réception » est très présente dans les comptes et, sous le pontificat de Clément VI, se rencontrent de nombreuses allusions au fait que les courriers devaient « recevoir » tel ou tel matériau47. On peut imaginer que cette réception consistait en un comptage et/ou mesurage48 et en une vérification de la qualité des fournitures.

  • 49  ASV : Int. et Ex. 202, fo 114bis, « Solvimus Johanni Pascalis ad relationem P. Verneti, cursoris d (...)

26Le contrôle effectué alors ne se limitait pas – et c’est la seconde remarque qu’inspirent les comptes – aux seules fournitures, puisque les rapports faits portent également sur des travaux. Nous le voyons avec Pierre Bonet et les diverses réparations qu’il « relate ». Nous en trouvons de nombreuses autres mentions telle celle, en date du 24 décembre 1342, faisant état d’un paiement effectué ad relationem P. Verneti, cursoris domini nostri ad hoc deputati pour 18 manœuvres qui portèrent de la chaux à raison de 20 deniers par jour et par ouvrier49. Sans nier qu’une partie des contrôles exercés par les courriers ait été liée aux achats dont ils avaient la charge, il n’est pas possible de réduire ceux-ci à un suivi de leurs « fonctions d’acheteurs ».

27Le récapitulatif des versements faits au ferronnier Pierre Chaulet, dans un compte de 1354, met en évidence une autre facette du contrôle exercé par le cursor : celle du contrôle des prix et, partant, des sommes versées :

  • 50  Ce personnage n’a pas été retrouvé parmi les listes fournies par B. Guillemain, La cour pontifical (...)
  • 51  ASV : Int. et Ex. 273, fo 82, le 3 avril 1354.

« Die eadem [3 avril] facto computo cum Petro Chauleti de operibus per eum factis in capella nova pro ferris vitrarum seu verriarum, prout constat per relationem magistri Christiani, verrerii, et Petri Boneti, cursoris domini nostri, ad hoc specialiter deputatorum, repertum fuit sibi debere CLX lb, X s., valent CXXXIII flor., XVIII s. De quibus habuerat a domino episcopo Convenarum, tunc thesaurario, C flor., et sic restabant sibi debere quos habuit XXXIII flor. XVIII s. Scilicet, quia decipiebat cameram, ut retulerunt dominus Raymundus Guitbaudi et Petrus Boneti, cursor, et dominus Johannes Nabairo50, computandi libram ferri II s., VI d. que dabatur pro XV d. restituit eos t[unc] ideo non scribuntur hic51 ».

  • 52  Dominique Vingtain, Avignon. Le Palais des Papes, La Pierre-qui-Vire, 1998, p. 220.
  • 53  La première mention retrouvée de Pierre Bonet est précisément dans une relatio sur les fournitures (...)
  • 54  Ces faits sont rappelés dans le compte de 1354 (ASV : Int. et Ex. 269, fo 22 vo, le 31 mai).

28Cette mention est particulièrement intéressante car elle laisse entrevoir une partie du mécanisme d’enregistrement des dépenses. Arrêtons-nous un instant sur son détail. Le compte des pièces de métal fournies par Pierre Chaulet pour les verrières de la Grande Chapelle de Clément VI, achevée en 135152, a été donné par Chrétien de Canturane, maître verrier à qui ont été commandés les vitrages, et Pierre Bonet, en charge de la relatio des travaux de Pierre Chaulet depuis septembre 1351 au moins53. Les pièces mentionnées dans ce compte ont été vraisemblablement fournies à la fin de 1351, au moment de la mise en place des baies. Il s’agit alors de solder une dette – ce qui sera fait avec le verrier à la fin du mois de mai suivant, en référence à un prix-fait passé sous le pontificat de Clément VI et à la relatio qu’il en fit au trésorier d’alors, le 10 janvier 135254. Le nombre et le poids des pièces métalliques livrées ne sont pas contestés. En revanche, le prix unitaire indiqué se révèle faux. C’est, nous dit le texte, une erreur mise en évidence par Raymond Guitbaud, Pierre Bonet et un certain Jean Nabairo. Pierre Chaulet « avait trompé la Chambre » (decipiebat cameram). Comment expliquer que la relatio de Pierre Bonet ait été fausse alors qu’il dénonce lui-même le tarif appliqué dans les calculs ? A-t-il, un temps, été abusé par Chaulet sur la qualité du métal ? N’avait-il en charge que l’appréciation des quantités ? Il est difficile de répondre. L’intervention de Guitbaud, Bonet et Nabairo montre néanmoins que Bonet regardait les prix et pouvait peser sur l’enregistrement et le paiement des dépenses.

29Les comptes usent de formules la plupart du temps assez stéréotypées pour évoquer le rôle des courriers. Une attention particulière portée aux termes entourant ce rôle permet cependant d’entrevoir un ensemble d’actions débordant ou précisant le cadre de la relatio. En 1354, par exemple, un nouveau paiement à Jessin de Châlons se présente sous la forme suivante :

  • 55  ASV : Int. et Ex. 269, fo 20 vo.

« Die XXIIII mensis aprilis, sequitur computum Jensoni Catalani, sarralherii, de operibus per eum factis in palatio apostolico domini nostri pape a mense februarii proxime preteriti usque ad diem XXIIII predictam. Primo, computat pro una sarralha cum vecte pro campanerio Beate Marie de Domps, de mandato Petri Boneti cursoris qui facit relationem de omnibus operibus, XV s. ...55 ».

  • 56  On trouve également le terme preceptum employé en lieu et place de mandatus (par exemple Ibid., fo(...)
  • 57Ibid., fo 46 vo : « et pro alia reparanda cum una clave in porta panetarie de mandato dicti cursor (...)
  • 58Ibid., fo 53 vo : « Pro reparando unam sarralham cancelli de fusta prope portale Beate Marie de Do (...)
  • 59  Nous en donnerons un dernier exemple qui, la même année 1356, ne met pas en scène Pierre Bonet : « (...)

30Ce paragraphe appelle deux remarques : en premier lieu, nous constatons que la mention de la relatio du courrier peut être omise dans l’en-tête du paiement, n’étant évoquée qu’au détour d’une autre mention qui, elle – et c’est là notre seconde remarque –, fait état du mandatus de Pierre Bonet, c’est-à-dire de son pouvoir d’ordonner ou de commander au serrurier56. Nous sommes là, semble- t-il, au-delà des attributions d’un simple receveur et là encore nous retrouvons en partie l’acheteur, mais en partie seulement, puisque le mandatus peut s’appliquer aussi à des réparations57. C’est, en 1356, « en présence » du courrier que certaines réparations furent exécutées58, attestant d’une implication directe de celui-ci. Le courrier rendait compte en partie au moins de ce qu’il avait commandé, vu et reçu sur et pour le chantier59. Mais sous quelle forme rendait-il compte ? Pierre Bonet peut, ici encore, nous servir de guide. Le 15 décembre 1355, en effet, nous trouvons mention d’un achat de bois formulé ainsi :

  • 60  ASV : Int. et Ex. 277, fo 154.

« computum Inardi Porchalha, provisoris lignorum, fustium et carbonum neccessariorum propalacio domini nostri pape [...] prout constat per relationem Petri Bonet, cursor[is ?] qui dicta ligna recepit. Et primo dixit se recepisse idem Petrus a predicto Inardo ...60 ».

  • 61  ASV : Int. et Ex. 202, fo 110 vo.
  • 62ASV: Collectoriae 462, fo 43 vo.

31C’est, ici, directement Pierre Bonet qui « dit » et le Grand Livre suit son écrit. Cela montre que la relatio prenait la forme d’un compte et que l’auteur du compte n’est pas nécessairement la personne au nom de laquelle le compte est mis (ici, Isnard Porchalle). Ce type de mention est très rare dans les comptes d’Innocent VI qui usent principalement de la formule ad relationem X ad hoc deputati. Il est toutefois assez répandu si l’on considère les pontificats précédents. En novembre 1342, l’intervention de Bibianus de Solongello, courrier du pape, alors en charge des fournitures de serrures est consignée sous la forme suivante : « facta ratione de ferramentis receptis a Johanne Lanterii, sarralherio, pro operibus hospitiorum de ultra Rodanum in mensibus julii et augusti, computat Bibianus de Solongello, cursor pape ...61 ». La mention est encore plus claire en juin 1347, quand le courrier Pierre Vernet est chargé de recevoir les pierres du chantier du palais et que le Grand Livre note alors : « et primo computat dictus P. Verneti recepisse ..62 ». Mais le travail de réécriture des Grands Livres est, en négatif, encore mieux perceptible dans la mention de la relatio de Nicolas de Florence sur les travaux des scieurs de long, transcrite le 8 octobre 1347 :

  • 63Ibid., fo 46.

« Sequitur computum Andree Bruni, Guillermi de Fonte, Guillermi Pelliparii et Jacobi de Fonte habitatoris Avinionis resegatorum lapidum de Urgone de lapidibus per eos scisis sive resecatis pro operibus novi palacii apostolici prout constat per relationem Nicholai de Florensia, cursoris domini nostri pape ad hoc deputati Al nom de dio chonto novello delle peire entalhate colla sera. Primo, de mensis septembris recepi die sabbati primo die septembris ego Nicholaus de Florensia domini nostri pape cursor de Andrea Bruni ...63 ».

32Cette mention, unique par sa qualité, se présente comme la transcription fidèle, évidente, d’une de ces pièces aujourd’hui disparues qui servaient à la confection des Grands Livres. Elle atteste à son tour du fait que la formule « computum X » ne signifie pas nécessairement que X était le rédacteur du compte et montre que la relatio des courriers prenait, au moins dans certains cas, la forme d’un compte.

  • 64  Cela a déjà été bien mis en évidence par Stefan Weiß, Die Versorgung des päpstlichen Hofes in Avig (...)
  • 65  V. Theis, « Décrire le chantier… », art. cité, p. 662.

33De nombreux parallèles peuvent être établis entre ces activités de réception sur le chantier et celles d’acheteurs, qui ont été beaucoup mieux étudiées. Le rôle des courriers dans l’enregistrement des dépenses ne se limitait pas, on le voit, à quelques comptes rapportant leurs déplacements et leurs acquisitions dans des régions éloignées64. Il s’inscrivait aussi dans le quotidien du palais, à travers des mentions concernant le chauffage des pièces, la distribution des aumônes et, surtout, la fourniture de matériaux et de services pour la construction et l’entretien des bâtiments. La référence au rapport (relatio) des cursores se retrouve principalement dans la rubrique Opera et edificiis des Grands Livres mais n’est pas limitée au pontificat d’Innocent VI. Elle semble toutefois prendre, à partir de 1352, une forme plus normalisée – avec la formulation ad relatio­nem X ad hoc deputati – et devenir, peut-être, plus systématique. Alors que, pour la première moitié du xive siècle, Valérie Theis constate, nous l’avons vu, que l’obtention d’un titre tel que ferraterius pape ou fusterius domini nostri semble dispenser du contrôle d’un cursor ou du directeur des œuvres65, nous observons, avec des cas comme celui de Pierre Chaulet, par exemple, que la situation est différente à partir de 1350. Peut-être ne s’agit-il, du reste, que d’une modification formelle, la relatio du courrier se voyant plus systématiquement mentionnée alors qu’elle pouvait être auparavant occultée ou sous-entendue par l’allusion à une « réception ».

34Le sondage mené sur la rubrique Opera et edificiis pour les trois premières années du pontificat d’Innocent VI montre que les entrées se divisent en un nombre réduit de catégories. Il y a :

    • 66  C’est le cas de Bernard Gaucelme, acheteur de la cuisine, qui, en 1354, fait réparer le vivier (AS (...)

    les comptes d’administrateurs, c’est-à-dire dans ce cas surtout ceux du directeur des œuvres Raymond Guitbaud, parfois ceux d’autres administrateurs qui ont eu à commander des travaux66 (22 entrées sur 147, env. 15 %) ;

  • une série de quittances (dont celles concernant les interventions de Jean de Louvres, maître des œuvres du palais) renvoyant à des contrats notariés tenant lieu de justificatifs et dont le bien-fondé n’est examiné qu’en fin de chantier (78, 53 %) ;

  • une série de comptes d’officiers (ceux du charpentier et sergent d’armes Rostaing Berc, ceux du châtelain du palais pontifical de Pont-de-Sorgues, etc.) (8, env. 5,5 %) ;

  • une série de comptes supervisés par des officiers (cursores dans plus de la moitié des cas, sergents d’armes, directeur des œuvres) (25, env. 17 %) ;

  • quelques comptes donnés au nom d’un artisan (14, env. 9,5 %).

35Cette répartition pointe, une fois de plus, l’hétérogénéité des sources des Grands Livres. Tout en soulignant l’importance des prix-faits et de la sous-traitance en matière de constructions pontificales, nous ne nous intéresserons qu’à la dernière catégorie proposée, qui apparaît en grande partie factice. En effet, en dehors des dépenses faites par un moine bénédictin chargé de la réfection de l’horloge du palais et de celles liées à l’achat de pièces de bois, estimées par plusieurs charpentiers, la plupart des comptes présentés le sont par des personnes (Pierre Chaulet, Jessin de Châlons, Isnard Porchalle) dont les travaux et fournitures sont généralement soumis à la relatio d’un courrier. Il n’est pas impossible que le scribe ait simplement omis la mention de la relatio. Dans d’autres cas (celui de la fourniture de plâtre, de pierres ou de plomb), il a pu y avoir prix-fait, comme en ce qui concerne les diverses dépenses présentées par le verrier Chrétien de Canturane.

36Quoi qu’il en soit, nous constatons que les dépenses de la Chambre apostolique enregistrées dans les Grands Livres peuvent, en ce qui concerne la rubrique Opera et edificiis, se diviser pour l’essentiel en deux grandes catégories : les quittances de prix-faits (53 %) et les comptes faits ou « rapportés » par des officiers de la Chambre (au moins 37,5 %).

  • 67  La « responsabilité individuelle des officiers » apparaît, pour Philippe Genequand (L’organisation (...)
  • 68  B. Schwarz, « Im Auftrag des Papstes… », art. cité.

37Les Grands Livres paraissent, dans ces conditions, enregistrer des données « internes » ou en grande partie produites par les services de la Chambre. Un système de délégations multiples a été mis en place, qui repose sur la confiance et la responsabilité d’un certain nombre d’officiers au rang desquels se trouvent les courriers67. Faut-il mettre cette observation en relation avec l’accroissement constant du rôle des courriers comme agents de transmission pour l’administration financière ou avec le recours des papes, à partir du milieu du xive siècle, à des compagnies commerciales pour l’envoi de leurs missives68 ?

38Après le règne d’Innocent VI, la mention dans les Grands Livres du rôle tenu par les courriers s’estompe devant celle, dominante, du directeur des œuvres. Faut-il lier ce phénomène à la personne de Bertrand Nogayrol, successeur, sous Urbain V, de Raymond Guitbaud, ou à un changement plus ample dans les pratiques comptables de la Chambre ?

Conclusion

39Les Grands Livres, sources privilégiées de l’histoire de la papauté avignonnaise, nous renseignent également sur leur propre genèse et sur l’organisation de la comptabilité pontificale. Les efforts de normalisation et de réécriture des scribes de la Chambre apostolique ne sont, en effet, pas parvenus à gommer totalement l’hétérogénéité de la documentation rassemblée, faite de quittances et de divers types de comptes. L’intérêt de ces sources est d’autant plus grand que, sous le pontificat d’Innocent VI, les Grands Livres tendent – comme le montrent les irrégularités repérées dans les opérations mentionnées – à se dégager de la réalité des transactions pour devenir des outils de gestion des revenus et des dépenses de la papauté. Le cœur battant des échanges et du marché – mais aussi de leur contrôle – se replie alors sur une documentation préalable, qui – est-ce un hasard ? – a été beaucoup moins bien conservée. Le texte des Grands Livres fait allusion de manière répétée à l’intervention des courriers du pape, chargés de rapporter sur les dépenses, et met en évidence le rôle des cursores dans la réception des fournitures mais également dans l’organisation et la supervision d’une partie des travaux. Aux côtés des quittances, dont le nombre s’accroît avec le recours à la sous-traitance, et des comptes des administrateurs, il faut alors faire une place, entre autres, aux comptes rendus par ces membres de la familia du pape et au contrôle que ceux-ci purent exercer sur les dépenses. Les courriers ne furent pas les seuls à livrer de tels documents, plusieurs personnages appartenant au « monde de l’office » faisant de même en raison, par exemple, de leurs compétences particulières (tels les charpentiers et sergents d’armes Rostaing Berc et Pierre Gautier). L’intervention des courriers semble, elle, une extension de plusieurs fonctions conjointes, liées à leur « statut » : celle d’acheteur, celle de surveillant et celle d’« agent de transmission pour l’administration financière ».

40Le caractère probatoire du Grand Livre s’applique alors semble-t-il surtout à l’état final des calculs, aux sommes, en avalisant par retombée toute la chaîne de contrôles et d’écrits dont il est le produit.

41Le rôle des cursores mis en évidence n’est en rien, pour le domaine des constructions comme pour d’autres rubriques, une création du pontificat d’Innocent VI. Il nous apparaît toutefois de manière plus flagrante à cette époque. Faut-il y voir la marque d’une intervention plus systématique des courriers ou bien une volonté de noter plus systématiquement leurs interventions ? A-t-on ainsi voulu souligner leur responsabilité ? Ces questions demeurent encore pendantes et ne pourront probablement trouver de réponses que dans une enquête beaucoup plus large, revenant en détail sur les différentes rubriques des Grands Livres de plusieurs pontificats.

Notes

1  Pour une bibliographie complète et raisonnée jusqu’en 2000, nous renverrons ici à Olivier Poncet, Les entreprises éditoriales liées aux archives du Saint-Siège. Histoire et bibliographie (1880-2000), Rome, École française de Rome (« Collection de l’École française de Rome », 318), 2003.

2  Johann Peter Kirsch, « L’administration des finances pontificales au xive siècle », Revue d’histoire ecclésiastique, I, 1900, p. 274-296.

3  Dossier réalisé sous la direction de Valérie Theis et d’Étienne Anheim : Les comptabilités pontificales, Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge (MEFRM), 118-2, 2006.

4  Sur ces premières évolutions, voir Karl Heinrich Schäfer, Die Ausgaben der apostolischen Kammer unter Johann XXII., Paderborn, 1911, p. 3-7 ; Bernard Guillemain, Les Recettes et les Dépenses de la Chambre apostolique pour la quatrième année du pontificat de Clément V (1308-1309) (Introitus et Exitus [désormais abrégé Int. et Ex.75), Rome, École française de Rome (« Collection de l’École française de Rome », 39), 1978 ; Fausto Piola Caselli, « L’evoluzione della contabilità camerale nel periodo avignonese », dans Aux origines de l’État moderne. Le fonctionnement administratif de la papauté d’Avignon, Rome, École française de Rome (« Collection de l’École française de Rome », 138), 1990, p. 411-437 ; Tilmann Schmidt, Libri rationum Bonifatii pape VIII (Archivum secretum vaticanum, Collect. 446 necnon Intr. et Ex. 5), Cité du Vatican (« Littera antiqua », 2), 1984 ; Stefan Weiß, Rechnungwesen und Buchhaltung des Avinioneser Papsttums (1316-1378). Eine Quellenkunde, Hanovre, MGH (« Hilfsmittel », 20), 2003 ; Valérie Theis, « La réforme comptable de la Chambre apostolique et ses acteurs au début du xive siècle », MEFRM, 118-2, 2006, p. 169-182.

5  Voir F. Piola Caselli, « L’evoluzione… », art. cité ; S. Weiß., Rechnungwesen…, op. cit. ; Étienne Anheim, « La normalisation des procédures d’enregistrement comptable sous Jean XXII et Benoît XII (1316-1342) », MEFRM, 118-2, 2006, p. 183-201.

6  Voir F. Piola Caselli, « L’evoluzione… », art. cité ; S. Weiß, Rechnungwesen…, op. cit. ; Élydia Barret, « Des livres aux rouleaux. Aspects de l’enregistrement comptable d’Innocent VI à Grégoire XI (1352-1378) », MEFRM, 118-2, 2006, p. 203-219.

7  Dans l’article de É. Barret, « Des livres aux rouleaux… », art. cité, p. 218-218, une série de schémas simples rend très bien compte des différences entre « interprétation traditionnelle » et « nouvelle hypothèse ».

8  É. Anheim, « La normalisation… », art. cité, p. 192.

9Ibid., p. 187.

10  Valérie Theis et Étienne Anheim, « La comptabilité des dépenses de la papauté au xive siècle. Structure documentaire et usages de l’écrit », MEFRM, 118-2, 2006, p. 165-168, spéc. p. 168.

11  Fausto Piola Caselli (« L’evoluzione… », art. cité, p. 430) a conclu à leur abandon mais Élydia Barret (« Des livres aux rouleaux… », art. cité, p. 206) souligne qu’ils étaient encore en usage sous le pontificat de Grégoire XI (1370-1378).

12  En fin de volume se trouvent aussi consignées les dépenses pour l’aumône de la Pignotte, dont il ne sera pas traité ici.

13  Philippe Bernardi, « L’enregistrement des dépenses pontificales : calculs et pratiques comptables à Avignon au xive siècle », Comptabilité(S). Revue d’histoire des comptabilités, no 7, 2015, (http://comptabilites.revues.org/1705).

14  Il est observable, par exemple, dans le Grand Livre Int. et Ex. 200 couvrant les années 1343-1344, mais n’est pas adopté dans le Int. et Ex. 193 qui clôt le pontificat de Benoît XII de janvier à avril 1342.

15  Sur ce point, voir É. Anheim, « La normalisation… », art. cité.

16  Raymond Guitbaud est désigné comme director operum, c’est-à-dire comme administrateur des travaux, à partir de 1349 et jusqu’en 1360, voir Bernard Guillemain, La cour pontificale d’Avignon (1309-1376). Étude d’une société, Paris, École française de Rome (« Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome », 201), 1962, p. 401, 584 et 585. Le personnage n’apparaît avec ce titre dans les comptes qu’à partir d’avril 1349, voir Philippe Bernardi, « Le maître des œuvres du pape : officier ou entrepreneur ? » dans Offices, écrit et papauté (xiiie-xviie siècle), Armand Jamme et Olivier Poncet (dir.), Rome, École française de Rome (« Collection de l’École française de Rome », 386), 2007, p. 407-425. Cependant, Valérie Theis émet l’hypothèse d’une entrée en fonction dès 1347 dans son article « Décrire le chantier ou écrire le chantier ? Titres et offices dans les comptes de construction pontificaux de la première moitié du xive siècle », dans Offices, écrit et papauté…, op. cit., p. 643-666. Il est présent sur les chantiers pontificaux bien avant cette nomination, puisque nous le trouvons mentionné pour l’achat et la réception de bois d’œuvre dès 1342 (Arch. seg. vat. [abrégé en ASV] : Int. et Ex. 202, fo 111).

17  ASV : Int. et Ex. 171, fo 75.

18  É. Barret, « Des livres aux rouleaux… », art. cité, p. 206, n. 23. Dans le cas présent, peut-être s’agit-il du compte conservé sous la cote Int. et Ex. 165, dont les folios 25 à 30 couvrent le mois de mai 1338.

19Ibid., p. 218-219.

20  Voir É. Anheim, La forge de Babylone. Pouvoir pontifical et culture de cour sous le règne de Clément VI (1342-1352), thèse de doctorat sous la direction de Jacques Verger, EPHE, 2004 ; V. Theis, « Décrire le chantier… », art. cité.

21  V. Theis, « Décrire le chantier… », art. cité, p. 657.

22  É. Barret, « Des livres aux rouleaux… », art. cité, p. 209-210.

23  Je ne peux, sur ces questions de gestion, que renvoyer aux analyses subtiles de Valérie Theis (« Décrire le chantier… », art. cité, p. 657).

24  Élydia Barret note la présence de ces signes d’approbation sur les feuillets rassemblés dans le registre Collectoriae 450 (art. cité, p. 209-210). Nous retrouvons des corrections par exemple dans les registres cotés Int. et Ex. 330 et 335, qui correspondent respectivement à un cahier de comptes tenu par Guillaume Berard pour la maréchalerie en 1368-1374, et à un cahier de comptes de Bernard de Manso, directeur des œuvres, pour 1370-1371.

25  ASV : Int. et Ex. 269, fo 9.

26  V. Theis, « Décrire le chantier… », art. cité, p. 658.

27  Il est possible de citer, pour l’essentiel : Paul Maria Baumgarten, Aus Kanzlei und Kammer. Erörterungen zur Kurialen Hof- und Verwaltungsgeschichte im xiii-xiv und xv Jahrhundert, Fribourg-en-Brisgau, 1907, p. 217-247 ; Emmanuel Rodocanachi, « Les courriers pontificaux du xive au xviie siècle », Revue d’histoire diplomatique, t. xxvi, 1912, p. 392-428 ; Yves Renouard, « Comment les papes d’Avignon expédiaient leur courrier », Revue historique, t. CLXXX, 1937, p. 1-29 ; B. Guillemain, La cour pontificale…, op. cit., p. 301-303 ; Anne-Marie Hayez, « Les courriers des papes d’Avignon sous Innocent VI et Urbain V (1352-1370) », dans La circulation des nouvelles au Moyen Âge, xxxive congrès de la SHMESP, Paris, Publications de la Sorbonne, 1994, p. 49-62 ; Brigide Schwarz, « Im Auftrag des Papstes : die päpstlichen Kursoren von ca. 1200 bis ca. 1470 », dans Päpste, Pilger, Pönitentiarie, Andreas Meyer, Constanze Rendtel et Maria Wittmer-Butsch (dir.), Tübingen, 2004, p. 49-71 et eadem, « Les courriers pontificaux du xiiie au xve siècle (vers 1200-vers 1470) », dans Offices et papauté (xive-xviie siècle). Charges, hommes, destins, Armand Jamme et Olivier Poncet (dir.), Rome, École française de Rome (« Collection de l’École française de Rome », 334), 2005, p. 647-650.

28  B. Guillemain, La cour pontificale…, op. cit., p. 301.

29  Ce texte, donné par Renouard (« Comment les papes d’Avignon… », art. cité, p. 7), a été mentionné dans Johannes Haller, « Zwei Aufzeichnungen über die Beamten der Curie in 13. und 14. Jahrhundert », Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, I (1898), p. 1-38 et Guillaume Mollat, « Miscellania Avignonensia », Mélanges d’archéologie et d’histoire, 1927, p. 1-5. Il a été publié par Amato Pietro Frutaz, « La famiglia pontificia in un documento dell’inizio del sec. xiv », dans Palaeographica, diplomatica et archivistica. Studi in onore di Giulio Battelli, Rome, 1979 (Storia e letteratura, 140), II, p. 277-323, spec. p. 309. Sur l’organisation de ce collège, voir aussi Tilmann Schmidt, « Das päpstliche Kursorenkollegium und seine Statuten von 1306 », Deutsches Archiv, 50, 1994, p. 581-601 ; B. Schwarz, « Im Auftrag des Papstes… », art. cité.

30  Y. Renouard, « Comment les papes d’Avignon… », art. cité, p. 8.

31  B. Schwarz, « Les courriers pontificaux… », art. cité, p. 648.

32  Y. Renouard, « Comment les papes d’Avignon… », art. cité, p. 10.

33  B. Schwarz, « Im Auftrag des Papstes… », art. cité, p. 63.

34  Voir notamment Yves Renouard, « Achats et paiements de draps flamands par les premiers papes d’Avignon de 1301 à 1346 », Mélanges d’archéologie et d’histoire, 52, 1935, p. 273-313 ; Bernard Guillemain, « Missions et achats d’un officier pontifical à Bordeaux et en Gascogne entre 1355 et 1369 », Annales du Midi, 73, 1961, p. 35-44 ; ou Robert Delort, « Notes sur les achats de draps et d’étoffe effectués par la Chambre apostolique des papes d’Avignon », Mélanges d’archéologie et d’histoire, 74, 1962, p. 252-255.

35  ASV : Int. et Ex. 269, fo 9.

36  Ce personnage que l’on trouve désigné sous les noms de Gensonus, Jansonus ou Jensonus Cathalani ou de Cathalauno (et non de Cathalonia comme je l’ai publié par erreur dans Ph. Bernardi, « Le maître des œuvres du pape… », art. cité, p. 424) est, dans un contrat de 1351, appelé Gensonus de Sancto Marcho de Cathalauno, faber curie romane sequens (ASV : Collectoriae 497, fo 47 vo, le 15 juillet 1351 – ce texte a été publié dans l’article susdit et dans V. Theis, « Décrire le chantier… », art. cité, p. 663). Cet artisan, désigné comme « forgeron suivant la cour romaine », est donné en 1353 comme « serrurier du palais de notre seigneur le pape ». Il est qualifié, dans d’autres passages des Grands Livres simplement de forgeron (faber) ou de serrurier (sarralherius) d’Avignon. Mal connu, il est mort dans le second semestre 1355.

37  Voir B. Guillemain., La cour pontificale…, op. cit., p. 585.

38  Pour Karl Heinrich Schäfer (Die Ausgaben der apostolichen Kammer unter Benedikt XII., Klemens VI. und Innocenz VI., Paderborn, 1914, p. 909-910), Pierre Bonet aurait été cursor entre 1353 et 1362. Mais la première mention qu’il donne de lui fait état d’une pension pour son logement (solutio pensionum hospiciorum cursorum pape) touchée pour deux années, ce qui laisse à penser qu’il était déjà cursor en 1352 au moins. Nous le retrouvons, de fait, mentionné à diverses reprises à partir de septembre 1351 (ASV : Collectoriae 462, fo 264 vo, 265 vo, 266, 269 vo, 308 vo, 309, 310, 311, 312, 312 vo et 313 vo). De plus, dans le volume suivant édité par le même auteur (Die Ausgaben der apostolischen Kammer unter den Päpsten Urban V. und Gregor XI., (1362-1378), Paderborn, 1937, p. 65 et 174), nous retrouvons ce personnage actif en décembre 1363 et février 1367.

39  Certaines versions du compte précisent « specialiter deputatus », ASV : Int. et Ex. 270, fo 64.

40  Le 6 avril 1353 (ASV : Int. et Ex. 269, fo 2 vo-3) : « sequitur computum Petri Chauleti sarralherii palatii domini nostri pape de operibus per ipsum factis in dicto palatio a prima die mensis martii proxime preteritis usque ad ultimam diem dicti mensis inclusive prout constat per relationem Petri Boneti cursoris domini nostri pape ad hoc deputati ».

41Ibid., fo 5 et 6.

42Ibid., fo 15.

43  ASV : Int. et Ex. 267, fo 176.

44  Le 3 avril 1354, par exemple, c’est associé à maître Chrétien de Canturane, verrier, qu’il rend compte des travaux de Pierre Chaulet (ASV : Int. et Ex. 269, fo 20).

45  Y. Renouard, « Comment les papes d’Avignon… », art. cité, p. 11.

46  Sur cette convention, voir Ph. Bernardi, « Le maître des œuvres du pape… », art. cité, p. 424 ; V. Theis, « Décrire le chantier… », art. cité, p. 663.

47  Par exemple, le 11 mai 1347 : « computat Ludovicus de Vienna, cursor domini nostri pape, ad recipiendum calcem deputatus, se recepisse a ... », ASV : Collectoriae 462, fo 12.

48  Le 21 mai 1346, il est ainsi fait mention de charges de chaux « receptis ab eo et mensuratis per Vincencium de Sancto Vincencio », courrier du pape, ASV : Int. et Ex. 242, fo 128.

49  ASV : Int. et Ex. 202, fo 114bis, « Solvimus Johanni Pascalis ad relationem P. Verneti, cursoris domini nostri ad hoc deputati, pro XVIII operarios qui oneraverunt calcem que fuit portata de Castro Novo ad rationem pro quolibet operario XX d... ».

50  Ce personnage n’a pas été retrouvé parmi les listes fournies par B. Guillemain, La cour pontificale…, op. cit., ou Schäfer. S’agit-il de Jean de Nabaye, procureur fiscal qui prête serment le 14 mai 1348 (B. Guillemain, Ibid., p. 292) ?

51  ASV : Int. et Ex. 273, fo 82, le 3 avril 1354.

52  Dominique Vingtain, Avignon. Le Palais des Papes, La Pierre-qui-Vire, 1998, p. 220.

53  La première mention retrouvée de Pierre Bonet est précisément dans une relatio sur les fournitures de Pierre Chaulet, faite avec Raymond Guitbaud, le 7 septembre 1351 (ASV : Collectoriae 462, fo 264 vo).

54  Ces faits sont rappelés dans le compte de 1354 (ASV : Int. et Ex. 269, fo 22 vo, le 31 mai).

55  ASV : Int. et Ex. 269, fo 20 vo.

56  On trouve également le terme preceptum employé en lieu et place de mandatus (par exemple Ibid., fo 59).

57Ibid., fo 46 vo : « et pro alia reparanda cum una clave in porta panetarie de mandato dicti cursoris ».

58Ibid., fo 53 vo : « Pro reparando unam sarralham cancelli de fusta prope portale Beate Marie de Domps et prope cancellum ubi reponitur fusta domini pape in presentia dicti cursoris V s. ».

59  Nous en donnerons un dernier exemple qui, la même année 1356, ne met pas en scène Pierre Bonet : « Die ultima mensis julii, computavit Johannes de Masano, fusterius Avinionis, de XII scabellis traditis per eum die XXIII mensis aprilis proxime preterita Anceloto de Pontoysa, cursori et familiario camere domini nostri pape, ut constat per relationem ipsius, ad opus palatii domini nostri pape, ad rationem pro quolibet XI s., valent in universo et fuerunt ei soluti in V flor. XII s. », Ibid., fo 54.

60  ASV : Int. et Ex. 277, fo 154.

61  ASV : Int. et Ex. 202, fo 110 vo.

62ASV: Collectoriae 462, fo 43 vo.

63Ibid., fo 46.

64  Cela a déjà été bien mis en évidence par Stefan Weiß, Die Versorgung des päpstlichen Hofes in Avignon mit Lebensmitteln (1316-1378). Studien zur Social- und Wirtschaftsgeschichte eines mittelalterlichen Hofes, Berlin, 2002.

65  V. Theis, « Décrire le chantier… », art. cité, p. 662.

66  C’est le cas de Bernard Gaucelme, acheteur de la cuisine, qui, en 1354, fait réparer le vivier (ASV : Int. et Ex. 269, fo 30 vo).

67  La « responsabilité individuelle des officiers » apparaît, pour Philippe Genequand (L’organisation et la politique de la cour pontificale d’Avignon sous Clément VII [1378-1394] : à partir des documents comptables et des lettres, Genève, 2003, thèse de doctorat, p. 1059-1076), comme l’un des trois principes fondamentaux du fonctionnement de la cour pontificale sous Clément VII (1378-1394).

68  B. Schwarz, « Im Auftrag des Papstes… », art. cité.

Auteur

Philippe Bernardi est directeur de recherche au CNRS et directeur du Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris (UMR 8589/LAMOP). Archéologue de formation, il travaille sur l’histoire économique, sociale et technique de la construction à la fin du Moyen Âge (xiiie-milieu xvie siècle), principalement à partir des sources écrites conservées pour le Sud-Est de la France. Ses ouvrages les plus récents sont : Maître, valet et apprenti au Moyen Âge. Essai sur une production bien ordonnée, Toulouse, CNRS-université Toulouse-Le Mirail, Méridiennes, série Histoire et techniques, 2009 ; Bâtir au Moyen Âge, Paris, CNRS Éditions, 2011 ; en codirection avec J.-B. Mathon, Aux sources des plafonds peints médiévaux, Capestang, RCPPM, 2011 ; avec Patrice Beck, Brèves d’histoire, Paris, Publications de la Sorbonne, 2014 ; avec P. Beck et Laurent Feller, Rémunérer le travail au Moyen Âge. Pour une histoire sociale du salariat, Paris, Picard, 2014.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540