Version classiqueVersion mobile

Classer, dire, compter

 | 
Olivier Mattéoni
, 
Patrice Beck

Pratiques comptables : des savoirs aux savoir-faire

Pratiques comptables : des savoirs aux savoir-faire

Rapport de synthèse

Stéphane Lamassé

Texte intégral

  • 1  La plupart des communications de cette table ronde sont parues dans la revue électronique Comptabi (...)
  • 2  Voir Écrire, compter, mesurer. Vers une histoire des rationalités pratiques, Natacha Coquery, Fran (...)

1La table ronde lilloise des 6 et 7 octobre 2011 intitulée « Savoirs et savoir-faire comptables » centrait la problématique sur les relations complexes existant entre la production documentaire, les savoir-faire et les connaissances engagées dans la constitution de la documentation comptable1. Les historiens présents se sont intéressés autant aux enjeux de l’acte d’écriture, aux techniques et aux réflexions intellectuelles qu’à ce qui, hors du texte, pouvait les aider à mieux comprendre l’activité des comptables. L’intérêt de cette rencontre était de s’être inscrite volontairement dans une durée longue et d’avoir pu confronter différents types de comptabilités : comptabilités princières, ecclésiastiques, urbaines et, dans une moindre mesure, marchandes. Reconnaître dans le fait de « classer, dire, compter » des activités mathématiques n’était pas forcément une idée neuve, mais l’exercice demeure assez peu fréquent2. Cette table ronde a multiplié les points de vue, en concentrant l’étude sur le seul document comptable et cela sans a priori sur ce qui devait être compris comme une activité mathématique. Les résultats ont été encourageants, les découvertes nombreuses, espérons qu’ils pourront susciter l’intérêt et permettre d’approfondir ce travail. Il n’est pas aisé de résumer un ensemble d’interventions aussi denses, le regroupement que nous en donnons autour des grands thèmes qui ont traversé ces journées ne doit pas occulter l’extrême richesse de chacune d’elles.

2Le premier thème concernait les informations sur les savoir-faire comptables que l’on pouvait extraire d’une étude minutieuse du document.

  • 3  Luca Pacioli, Summa de Arithmetica, Geometria, Proportioni et Proportionalita, Venise, 1494. Voir (...)
  • 4  Didier Boisseuil et Pascal Chareille, « Savoirs et savoir-faire comptables au prisme d’une comptab (...)
  • 5  La démarche de ces deux auteurs rappelle l’observation faite par Alfred W. Crosby, La mesure de la (...)

3Parmi les changements que la comptabilité a connus, la partie double, dont l’auteur du premier texte connu est le mathématicien Luca Pacioli3, a fait l’objet d’une communication originale. Cette technique complexe se fonde en partie sur une multiplicité des écritures, un ordonnancement des quantités supposant un processus de relecture et de vérification. Didier Boisseuil et Pascal Chareille ont proposé de mobiliser toutes ces informations pour tenter de recomposer un document comptable italien du début du xvie siècle composé de quatre registres4. Leur démarche consistait à investir les logiques et les réflexes qui ont mené à la production du document. Pour naviguer dans cette comptabilité complexe, ils ont utilisé les quantités et les références5, replaçant l’historien au cœur de la manipulation du document.

  • 6  Yumiko Sankoji, « Le grand livre d’un marchand drapier lyonnais du xive siècle : l’écriture de la (...)

4La variété des productions et des finalités documentaires a, quant à elle, été relevée par Yumiko Sankoji à partir d’une analyse experte des 14 pages de comptabilité d’un drapier lyonnais du xive siècle6. Elle y étudie la disposition, dans la page, de l’écriture de la dette et de la créance et montre que celle-ci a des aspects calculatoires.

  • 7  D. Boisseuil, P. Chareille, Samuel Leturcq, Stanley Théry, « Contrôle et self-control dans les com (...)

5L’analyse de la comptabilité de la ville de Tours rappelle l’importance de la communauté dans la production de la comptabilité7 et soulève la question du rapport entre le calcul et la vérification des comptes.

6Le second thème s’organisait autour de la mobilisation des compétences de calcul dans l’écriture comptable. En effet, rares sont les comptabilités offrant une introduction dotée de règles de calcul, encore que ce « peu » pourrait trouver son sens dans le peu d’attention que l’on porte traditionnellement à ce type d’informations. Très souvent, il faut déduire les mathématiques utilisées et procéder à un travail de reconstruction, car elles n’ont pas forcément vocation à être énoncées. En effet, peu de brouillons, peu de règles et peu de calculs relatifs à la production ou à la vérification des comptabilités sont parvenus jusqu’à nous.

  • 8  Marc Bompaire, « Compter au xiiie siècle avec la diversité des monnaies : livres, sous et deniers  (...)
  • 9  Voir aussi les interventions de Jean-Baptiste Santamaria, « Savoirs, techniques et pratiques compt (...)

7Dès le xiiie siècle, aux prises avec une diversité monétaire importante, les comptables essaient de construire une monnaie de compte8. Comme le souligne Marc Bompaire, construire un système de compte monétaire met en œuvre des savoir-faire de haut niveau qui n’ont pourtant pas retenu l’attention de l’historiographie, en tout cas pas autant que la partie double. Non seulement les monnaies sont extrêmement diverses par leur nature, mais leur circulation suit une temporalité assez longue en même temps que leur cours évolue. La persistance coutumière d’une évaluation dans une monnaie qui n’a plus cours nécessite de recourir à des équivalences. C’est un des calculs quotidiens qu’effectuent les gens des Chambres de comptes9. Pour réussir à articuler les valeurs, les comptables utilisaient des listes de monnaies, qui sont fournies dans certains traités d’arithmétique, mais aussi des méthodes, qu’il est possible de restituer à partir du vocabulaire utilisé, et les traces qu’ils ont pu laisser sur leurs calculs, comme le « quinzain » que l’on trouve dans le « mémorial » de Robert de Bourgogne. La manipulation des calculs est donc bien plus régulière que l’on ne croit et elle suppose, sans conteste, des compétences fines.

  • 10  Christine Jéhanno, « Les comptes médiévaux ont-ils vocation à être exacts ? Le cas de l’Hôtel-Dieu (...)
  • 11  Marc Bompaire a donné un autre exemple de cette « illusion » d’erreur avec l’exemple des formules (...)

8Christine Jéhanno et Philippe Bernardi ont orienté la perspective vers le rapport au calcul et à la valeur, à partir de documentations comptables spécifiques : comptes hospitaliers et comptabilité papale. L’erreur apparaît souvent comme le passage entre deux mondes, l’invisible et fugace moment du calcul et la mise en ordre, au propre, qui transforme le statut du nombre venant d’être écrit. Il y a des corrections dans les notes marginales des comptabilités, mais elles portent rarement sur les calculs, et les inversions de nombres sont rares. Une étude systématique des erreurs n’est pas encore d’actualité. Elle supposerait une double approche, statistique et érudite, accompagnée d’une documentation plus large. Christine Jéhanno a reposé le débat autour de la question, qui pourrait paraître iconoclaste à un esprit rationnel : « Les comptes ont-ils vocation à être exacts ? » Elle l’étudie à partir de la comptabilité de l’Hôtel-Dieu de Paris à la fin du Moyen Âge10. Le premier temps de la démarche est de saisir et de comprendre les erreurs. Certaines, repérées par la vérification contemporaine, n’en sont pas, car le calcul peut intégrer d’autres opérations (frais de transport, calcul de remise, etc.11). Par ailleurs, les arrondis sont fréquents, le traitement des fractions reste difficile et il n’est pas toujours aisé d’attribuer l’erreur au comptable ou au copiste. Toutefois, même si elles sont souvent très faibles, le repérage systématique des erreurs permet sur une durée longue d’observer des différences chez les maîtres des comptes.

  • 12  Philippe Bernardi, « L’enregistrement des dépenses pontificales : calculs et pratiques comptables (...)

9Philippe Bernardi, rendant compte de la tenue de la comptabilité de la Chambre apostolique sous le pontificat d’Innocent VI, renvoie l’image d’une chambre assez efficace dans la mesure où l’ensemble des erreurs ont un coût représentant 0,02 % des sommes engagées sur la période. L’étude de la « chaîne d’écriture » le conduit à expliquer en partie ce succès par l’utilisation de procédés d’uniformisation de l’écriture, qui donne une impression de « standardisation comptable »12. Il nous invite ainsi à prendre garde à la réalité de l’échange consigné dans les registres et oriente la lecture vers les processus de simplification des calculs mis en œuvre dans une société où le calcul représente un certain coût.

  • 13  Paul Benoit, « Arithmétiques commerciales et comptabilités dans la France médiévale », dans Histoi (...)

10On retiendra une certaine importance de l’inattention, et non de l’incompétence des acteurs, accompagnée d’une certaine « désinvolture » dans le contrôle, ce qui conduit par là même à s’interroger sur la valeur de ce dernier et sur ses véritables enjeux. La vérification d’un calcul est peut-être aussi un arbitrage entre la volonté de précision souhaitée et l’investissement technique nécessaire. Cette réflexion sur la « tolérance » à l’erreur pose aussi la question de la relation des documents de la pratique à certains types de nombre, comme les fractions. Paul Benoit avait fait observer que les fractions, parfois en chiffres arabes, apparaissaient dans certaines comptabilités marchandes au xve siècle13. De manière évidente, ces nombres posent encore des difficultés, même s’ils sont connus des marchands qui les manipulent plus volontiers. Dans le cadre des comptabilités considérées, il semble que ces nombres fractionnaires n’affleurent que rarement, ce à quoi l’intervention de Sylvie Bepoix apporte des nuances, car les comptes des receveurs de la Comté de Bourgogne révèlent un usage assez régulier des fractions.

11Enfin le statut de l’erreur, la question des nombres manipulés ont conduit à s’interroger sur les compétences des acteurs en matière de calcul et sur la façon dont les historiens peuvent essayer de les approcher.

  • 14  Jean-Baptiste Santamaria, « Savoirs, techniques et pratiques comptables dans l’administration des (...)
  • 15  Paul Benoit avait déjà fait cette observation à partir de la Chambre des comptes de Paris.
  • 16  Ainsi trouve-t-on des tables dans d’autres contextes : il existe dans un certain nombre d’ouvrages (...)

12En présentant les pratiques comptables à la Chambre des comptes de Lille aux xive et xve siècles, Jean-Baptiste Santamaria a donné à voir une situation assez exceptionnelle14. Les compétences de calcul des comptables dépassent, en effet, les opérations élémentaires et abordent les proportions. Dès 1420, il existe à Lille un règlement où l’on statue sur la tenue des comptes. D’après ce texte, les calculateurs commettant des erreurs devaient se justifier. On sait aussi que l’activité de calcul suppose des conditions matérielles et nécessite en particulier l’achat de jetons qui apparaissent dans la comptabilité15. Parmi les instruments dont les gens des comptes se sont dotés, il existait à Lille un manuel, aujourd’hui conservé à Bruxelles, contenant des tables, notamment de multiplication, pour aider les vérificateurs dans leurs pratiques calculatoires. Il serait intéressant de comparer ce genre de documentation avec ce que l’on trouve dans les arithmétiques en langue vulgaire au même moment16. Jean-Baptiste Santamaria explique la présence de ces tables par le besoin des gens des comptes de simplifier les opérations de calculs répétitifs, ce qui témoignerait d’une certaine conscience des difficultés et des besoins liés aux pratiques comptables. On retrouve l’idée d’un soulagement des calculs, mais cette hypothèse met aussi en avant l’idée d’une activité mathématique opérationnelle séparée.

  • 17  Alain Schärling, « Le comptable médiéval, son matériel et ses gestes ».
  • 18  Stéphane Lamassé et Olivier Mattéoni, « Savoirs théoriques et pratiques comptables au xve siècle : (...)
  • 19  Émile Noël, Maurice Caveing, Le Matin des mathématiciens : entretiens sur l’histoire des mathémati (...)

13Alain Schärlig a présenté quelques pratiques calculatoires à partir de la table d’abaque17. Fixant un cadre, il a déplacé le regard des chercheurs sur ce que compter pouvait signifier dans cette société du bas Moyen Âge. Trop souvent les historiens s’intéressant à la comptabilité tiennent à l’écart de leur démarche ces aspects « techniques », alors même qu’avant de tenir un discours sur le sens des calculs, il faut en saisir la pratique. Chiffres arabes, chiffres romains, calculs sur abaque, sur poussière ou encore sur papier, les débats sont parfois vifs entre les historiens, et ce de manière un peu vaine. En effet, les techniques de calcul peuvent se superposer, voire se combiner aux xive et xve siècles. Un autre document, tout aussi original, a fait l’objet d’une présentation, qui est venue renforcer l’idée selon laquelle la seconde moitié du xve siècle connaît des changements, en tout cas en France, dans la formalisation du savoir comptable. Il s’agit de l’ouvrage écrit par Jean Adam et destiné à un notaire de Louis XI18. Une des caractéristiques de cet ouvrage est de lancer un pont entre les arithmétiques marchandes et la pratique de la table d’abaque. Cet ouvrage est certes le livre d’un homme qui veut faire carrière, mais il ouvre sur une production écrite plus large, encore trop peu étudiée. On peut y suivre des pratiques de calcul liées ou non à l’abaque et une volonté d’adapter un contenu aux impératifs de gestion des comptables royaux. D’ailleurs, les problèmes de partage présentés par Jean Adam ne sont pas sans entrer en écho avec les situations rencontrées dans les Chambres des comptes de Lille et de Dijon. Calculateur de talent bien qu’il commette quelques erreurs, Jean Adam est sans conteste une figure intéressante dans ce « matin des mathématiciens » dont parlait Guy Beaujouan19.

  • 20  Matthieu Leguil, « Le châtelain, le compte et le clerc. Les acteurs de la reddition des comptes de (...)
  • 21  Sylvie Bepoix, « Le savoir-faire comptable des receveurs du comté de Bourgogne…», art. cité.

14Au-delà de ces destins singuliers, Matthieu Leguil a proposé, à travers une prosopographie des châtelains ducaux bourguignons aux xive et xve siècles, d’évaluer leur rôle et leurs compétences comptables. Ouvrir ainsi sur un personnel aux fonctions à la fois administratives, judiciaires, financières et militaires permettait d’envisager d’autres productions comptables20. Responsables de leur compte, les châtelains doivent en maîtriser la fabrication. Ils vont chercher les compétences là où elles existent en faisant appel très souvent à des « auxiliaires » (clercs, praticiens du droit, marchands). Cette étude a été confortée par celle de Sylvie Bepoix qui défend l’idée d’une répartition des tâches21.

15En conclusion, il est ressorti des travaux de la table ronde de Lille que la thématique des savoir-faire comptables avait toute sa place dans une réflexion générale sur la norme comptable. Posant plus largement la question du rapport au nombre, les communications ont ouvert sur des perspectives qui attendent d’être prolongées, qu’il s’agisse de la formation et de l’apprentissage des comptables, des rapprochements entre cultures mathématiques ou, plus fondamentalement, de la formalisation des savoirs mathématiques et de leur diffusion au sein du monde des praticiens.

Notes

1  La plupart des communications de cette table ronde sont parues dans la revue électronique Comptabilité(S). Revue d’histoire des comptabilités, no 7, 2015, (http://comptabilites.revues.org/1599).

2  Voir Écrire, compter, mesurer. Vers une histoire des rationalités pratiques, Natacha Coquery, François Menant et Florence Weber (dir.), Paris, Éditions École normale supérieure, 2006, et notamment le regard croisé proposé par Karine Chemla dans « Postface. Écritures pratiques et histoire des sciences », p. 265-275. Élargissant le champ d’étude, elle observe que « des pratiques et des connaissances à caractère mathématique sont également mobilisées dans toutes sortes d’activités et de savoirs, des plus ordinaires aux plus spécialisés » (p. 267).

3  Luca Pacioli, Summa de Arithmetica, Geometria, Proportioni et Proportionalita, Venise, 1494. Voir l’édition critique Trattato di partita doppia, Venezia 1494. Edizione critica par Annalisa Conterio, Introduzione e commento par Basil Yamey, Nota filologica par Gino Belloni, Venise, Albrizzi Editore, 1994.

4  Didier Boisseuil et Pascal Chareille, « Savoirs et savoir-faire comptables au prisme d’une comptabilité d’entreprise à partie double : l’alunière de Monterotondi (1507-1508) ».

5  La démarche de ces deux auteurs rappelle l’observation faite par Alfred W. Crosby, La mesure de la réalité. La quantification dans la société occidentale (1250-1600), trad. fr., Paris, Éditions Allia, 2003, p. 216 : « La comptabilité en partie double était et reste encore un moyen d’absorber, de maintenir en suspension, puis de coordonner des masses de données qui jusqu’alors se répondaient dans le néant, et d’en extraire du sens ».

6  Yumiko Sankoji, « Le grand livre d’un marchand drapier lyonnais du xive siècle : l’écriture de la dette et de la créance ».

7  D. Boisseuil, P. Chareille, Samuel Leturcq, Stanley Théry, « Contrôle et self-control dans les comptes de la ville de Tours (milieu xive-xve siècle) ».

8  Marc Bompaire, « Compter au xiiie siècle avec la diversité des monnaies : livres, sous et deniers ».

9  Voir aussi les interventions de Jean-Baptiste Santamaria, « Savoirs, techniques et pratiques comptables dans l’administration des Pays-Bas bourguignons, fin xive-début xve siècle », et de Sylvie Bepoix, « Le savoir-faire comptable des receveurs du comté de Bourgogne au xve siècle : fiabilité des chiffres et des opérations ».

10  Christine Jéhanno, « Les comptes médiévaux ont-ils vocation à être exacts ? Le cas de l’Hôtel-Dieu de Paris ».

11  Marc Bompaire a donné un autre exemple de cette « illusion » d’erreur avec l’exemple des formules de différentiel à la livre.

12  Philippe Bernardi, « L’enregistrement des dépenses pontificales : calculs et pratiques comptables à Avignon au xive siècle ».

13  Paul Benoit, « Arithmétiques commerciales et comptabilités dans la France médiévale », dans Histoire de fractions, fractions d’histoire, P. Benoit, Karine Chemla, Jim Ritter (dir.), Bâle, Birkhäuser, 1992, p. 307-323.

14  Jean-Baptiste Santamaria, « Savoirs, techniques et pratiques comptables dans l’administration des Pays-Bas bourguignons… », op. cit.

15  Paul Benoit avait déjà fait cette observation à partir de la Chambre des comptes de Paris.

16  Ainsi trouve-t-on des tables dans d’autres contextes : il existe dans un certain nombre d’ouvrages d’arithmétiques pratiques des tables de conversion, comme dans BNF, ms. fr. 1339.

17  Alain Schärling, « Le comptable médiéval, son matériel et ses gestes ».

18  Stéphane Lamassé et Olivier Mattéoni, « Savoirs théoriques et pratiques comptables au xve siècle : Jean Adam et son traité d’arithmétique ».

19  Émile Noël, Maurice Caveing, Le Matin des mathématiciens : entretiens sur l’histoire des mathématiques, Paris, Belin, 1985, p. 171.

20  Matthieu Leguil, « Le châtelain, le compte et le clerc. Les acteurs de la reddition des comptes de châtellenie en Bourgogne aux xive et xve siècles, d’après l’exemple du bailliage d’Auxois ».

21  Sylvie Bepoix, « Le savoir-faire comptable des receveurs du comté de Bourgogne…», art. cité.

Auteur

Stéphane Lamassé a soutenu sa thèse en 2007 en histoire médiévale et histoire des sciences sur les arithmétiques marchandes à la fin du Moyen Âge. Aujourd’hui maître de conférences en histoire médiévale à l’université Paris 1, il a dirigé une partie de ses activités scientifiques vers des problématiques interdisciplinaires entre le champ des mathématiques, de l’informatique et de l’histoire. Parmi ses publications, on note : « Relationships between French “practical arithmetics” and teaching? », dans Ancient Sources and Teaching Context: Problems and Perspectives, Alain Bernard et Christine Proust (dir.), Springer (« Boston Studies in the Philosophy and History of Science », 301), 2014 ; « Les traités d’arithmétique médiévale et la constitution d’une langue de spécialité », dans Sciences et langues au Moyen Âge, Joëlle Ducos (dir.), Heidelberg, 2012, p. 65-104 ; avec Charlotte Hug, Camille Salinesi et Rebecca Deneckère, « Process modeling for Humanities: tracing and analyzing scientific processes », dans Annual Conference of Computer Applications and Quantitative Methods in Archaeology (CAA 2011), Philip Verhagen (éd.), Pékin (Chine), Amsterdam University Press, 2012, p. 245-255.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search