Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Classer, dire, compter

 | 
Olivier Mattéoni
, 
Patrice Beck

Forme, organisation et ordonnancement des comptabilités

Le compte et son décor : entre norme comptable et liberté du scribe

Christine Jéhanno

Note de l’éditeur

Dans les versions HTML et ePub de cet article les figures A à J sont insérées au fil du texte. Dans les versions papier et PDF, elles sont rassemblées dans un cahier central couleur.

Texte intégral

Introduction

  • 1  Ghislain Brunel, Images du pouvoir royal. Les chartes décorées des Archives nationales, xiiie-xve (...)
  • 2  Une bonne illustration en est fournie par Louis Douët d’Arcq, qui néglige la question de l’ornemen (...)
  • 3  Les recherches codicologiques ont élaboré, depuis des décennies, une solide méthodologie dont on s (...)
  • 4  Olivier Guyotjeannin invite, à propos des chartes ornées, à s’interroger : « Qui éprouve le besoin (...)

1En préambule à son livre consacré aux chartes décorées, Ghislain Brunel appelait à étendre la quête qu’il avait menée dans le Trésor des Chartes royales des Archives nationales aux dépôts d’archives de province et aux chartes princières et, surtout, il pointait « l’océan des registres comptables, des livres fonciers, des documents de gestion », y voyant une nouvelle piste encore vierge pour « des aventuriers enthousiastes1 ». Bien que lui-même d’un enthousiasme modéré puisqu’il poursuivait : « Certes, ces sources renferment des images moins abouties », il reconnaissait qu’elles méritaient « un sort meilleur que l’indifférence actuelle ». Cette indifférence est en effet patente et héritée d’une longue tradition. Preuve en est que rares ont longtemps été les éditions – dont le nombre témoigne pourtant de l’intérêt que les historiens ont très tôt accordé aux comptes – faisant une place aux caractères externes, plus encore à une éventuelle ornementation2. Cette lacune commence seulement d’être comblée dans le sillage de nouvelles préoccupations qui ont vu le jour depuis que la codicologie a quitté le domaine des seuls manuscrits pour gagner les archives et autres documents de la pratique, et, dernièrement, les comptes médiévaux3. Pour ce qui est du décor, l’indifférence tient plus spécifiquement au fait que l’on considère d’emblée les écrits de gestion comme strictement utilitaires, ce qui conduit à leur dénier a priori tout souci esthétique et, partant, à ne prêter aucune attention à sa manifestation. La fréquentation des comptes médiévaux suffit pourtant à convaincre du contraire et amène à penser que la question mérite d’être examinée. Au-delà d’un relevé des ornements – préalable nécessaire – à partir duquel il convient de tenter d’établir une typologie, il faut s’interroger sur les raisons de l’existence de comptes dotés d’ornements, alors que d’autres en sont dépourvus. Se pose surtout le problème de la fonction de ce décor4. Dans le cadre de l’étude de la norme comptable, il s’agit en particulier de comprendre comment le décor s’inscrit dans la fabrique de la norme : participe-t-il de son élaboration et, si oui, comment ?

I. Inventaires des éléments de décor du corpus

  • 5  Comme pour les chartes, sont seuls repérés dans les inventaires les décors exceptionnels par leur (...)
  • 6  Archives nationales (France) désormais Arch. nat.
  • 7  Pour les comptes de l’Hôtel-Dieu de Paris et de l’hôpital Saint-Jacques-aux-Pèlerins : service des (...)
  • 8  Que soient remerciés en particulier Isabelle Theiller, Philippe Bernardi, Rieko Kasai, Élisabeth L (...)
  • 9  Le fait que le corpus ait été rassemblé de manière aléatoire a pu, paradoxalement, lui conserver u (...)

2Répondre à ces interrogations suppose de rassembler un corpus, idéalement exhaustif, et à défaut aussi large que possible, sans privilégier a priori ni un espace ni un temps, encore moins un type de comptes. Il y a là une aventure – celle évoquée par Ghislain Brunel – et on ne peut que souscrire à son image de l’océan, tant est immense la masse documentaire à brasser. Les inventaires ne facilitent guère la collecte, car ils ne mentionnent pas systématiquement le décor5. Il faut en outre s’astreindre à observer attentivement chaque feuillet de chaque compte pour s’assurer de ne pas passer à côté d’éléments de décor parfois bien ténus. Une telle tâche, étendue à l’ensemble des dépôts, ne serait-ce que français, dépasse à l’évidence les capacités d’un chercheur, et on a conscience du caractère restreint du corpus sur lequel s’appuie pour l’heure l’étude. Il est formé pour l’essentiel des comptes médiévaux conservés à Paris, aux Archives nationales6 et à celles de l’Assistance publique7, ainsi que de ceux de quelques dépôts départementaux et municipaux de province, sondés au hasard. Il s’est trouvé heureusement étoffé grâce à la collaboration de chercheurs qui ont bien voulu partager leur connaissance des comptes sur lesquels ils travaillent eux-mêmes8. Dès lors, le corpus, constitué de façon largement aléatoire, n’a aucune prétention à la représentativité et est assez disparate9. Il se limite aux xive et xve siècles, regroupe des comptes émanant d’institutions diverses : communes, établissements monastiques, hospitaliers, chapitres, fabriques, confréries, collèges, autorités souveraines ou princières, au niveau soit central (hôtel, argenterie, chambre, etc.), soit local (bailliage, châtellenie, etc.). Certains sont des comptes isolés, d’autres s’organisent en séries plus ou moins longues et plus ou moins lacunaires. Il y manque des comptes de péages, de greniers à sel, d’autres tenus ponctuellement pour une opération du type levée fiscale, chantier ou exécution testamentaire, et aussi des comptabilités artisanales et marchandes, des comptabilités rurales enfin. Il a donc beaucoup de défauts, mais le mérite d’avoir rendu possible une première étude dont les résultats, provisoires, sont livrés ici.

A. De nombreux comptes plus ou moins ornés

3Dans l’ensemble des comptes examinés, les décors spectaculaires qui ont pu être relevés ont été rares, quand bien même aucun n’a pu échapper. Ce premier constat ne saurait suffire pourtant à remettre en cause la pertinence de l’enquête. Ne retenir que ces quelques pièces serait en effet une erreur, celle-là même qui a contribué à asseoir l’idée que les comptes ne sont qu’exceptionnellement des documents ayant mérité d’être ornés. Nombreux sont en réalité ceux qui se signalent d’emblée par une ornementation, certes sobre, mais néanmoins bien visible, souvent répétée au fil des pages. Plus nombreux encore sont les comptes dont le décor ne saute pas aux yeux, mais dont on s’avise, à y mieux regarder, qu’il est pourtant bel et bien présent. C’est qu’il faut s’entendre sur cette notion de « décor », problème de définition qui se pose aussi pour les chartes. Pour ces dernières, Ghislain Brunel n’a retenu que

« les strates moyenne et supérieure de décoration où l’on dépasse la simple abstraction formelle pour représenter l’humain, l’animal, la créature imaginaire, où l’on utilise des emblèmes identifiables et des insignes du pouvoir, où l’on met en scène un événement à la manière des lettres historiées des manuscrits »,

alors qu’il écartait à l’inverse

  • 10  Ghislain Brunel, « Entre art et pouvoir : l’illustration des chartes en France (fin du xiiie-milie (...)

« les degrés minimaux de décoration consistant à agrandir les initiales et les lettrines, à leur donner du volume et du relief, à les agrémenter de motifs géométriques ou floraux – quelle que soit la virtuosité calligraphique du dessinateur –, à redoubler ou épaissir leurs traits et leurs encadrements extérieurs10 ».

  • 11  Selon les préconisations de l’IRHT qui engage à relever tous les éléments de décor, même « seconda (...)

4Après bien des hésitations, le parti a été pris, pour les comptes, d’intégrer certains de ces « degrés minimaux », soit d’adopter une définition plus souple qui assimile à un décor tout ce qui outrepasse l’écriture strictement fonctionnelle11. Il a semblé en effet que la calligraphie, même dépourvue d’éléments figuratifs, dès lors qu’elle est un tant soit peu sophistiquée, trahit une préoccupation ornementale. Une telle option est évidemment discutable et ne va pas sans difficulté tant la limite est floue entre écriture simplement tracée avec soin, juste agrandie et épaissie, qui a été écartée, et écriture ornée, telle celle qui développe des cadelures, fréquentes au xve siècle, qui a paru devoir être prise en considération. C’est finalement le critère du souci esthétique qui a été retenu comme le plus pertinent. Il devient manifeste aussitôt qu’est introduit le plus minime des éléments qui n’ajoute rien à la lisibilité, aussi fruste ou discret soit-il. Un exemple parmi tant d’autres en est fourni par le compte de la prieure de l’Hôtel-Dieu de Paris pour l’année 1378 (fig. 1).

Figure 1. Un décor discret : compte de la prieure de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1378

Figure 1. Un décor discret : compte de la prieure de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1378

Source : Archives de l’AP-HP, Hôtel-Dieu, liasse 1452, pièce 6555, fo 96 ro12 (http://archives.aphp.fr/​).

5Sur la plupart de ses feuillets, comme celui-ci, assez sobre à première vue, se repèrent de petits motifs (des fleurs ?) qui viennent séparer ou encadrer les mots des rubriques, ce qui n’apporte rien à la lisibilité, parfaite, mais met en valeur les mots déjà distingués par un module supérieur à celui de l’écriture des articles. Une observation plus attentive révèle que l’effort d’ornementation a porté aussi sur la majuscule R de « Recepte », prolongée à gauche d’un filet, et sur le point du i de « primo », éléments qui n’auraient cependant suffi à eux seuls à faire classer ce compte parmi les comptes ornés. Se discerne enfin un très discret visage inscrit dans la boucle de l’initiale L du premier article, plus développée que les suivantes. Rien de spectaculaire certes, mais, avec les premiers motifs, cela n’en constitue pas moins, au sens retenu, un décor.

  • 13  Un bon exemple est fourni par le compte de la prieure de l’Hôtel-Dieu de Paris pour l’année 1493, (...)
  • 14  Remarque qui vaut aussi pour les chartes tant il y a peu en commun entre celles qui présentent jus (...)

6Le mot étant pris dans cette acception large, la recension a produit une moisson considérable d’éléments de décor, souvent passés jusque-là inaperçus ou négligés, et il a bien fallu finir par constater que la part des comptes « ornés » est forte, beaucoup plus qu’on ne le soupçonne de prime abord. Est-ce pour partie le résultat d’une conservation différentielle, les comptes peu soignés ayant été moins volontiers conservés au fil du temps que ceux qui possédaient une valeur esthétique, et nous étant donc parvenus en plus faible proportion ? Probablement, et il est prudent de considérer ce biais, aussi regrettable qu’inévitable, introduit dans une enquête qui ne peut à l’évidence porter que sur les comptes conservés et non sur les comptes produits. En outre, les archives livrent essentiellement des états finaux, plus fréquemment ornés que les états préalables ou intermédiaires servant à leur établissement, plus souvent détruits ensuite, qui sont, eux, pour autant qu’on ait pu en juger à partir des rares témoins subsistants, dépourvus de décor13. Quoi qu’il en soit, le constat d’une proportion non négligeable de comptes ornés conforte l’idée de la nécessité d’une enquête. Dans son état d’avancement actuel, il n’a pas paru possible, ni souhaitable, de chiffrer cette proportion de comptes ornés tant sont grandes dans l’ensemble du corpus les disparités entre, d’un côté, des comptes dont chaque feuillet a fait l’objet d’un traitement, au demeurant plus ou moins élaboré, d’un autre côté, ceux qui présentent un décor spectaculaire sur leur premier feuillet, mais sur lui seul, et d’un autre côté encore, ceux où se glissent comme subrepticement quelques grotesques ou essais de plume figurés. Sous bénéfice d’inventaire et en l’attente d’une méthode de quantification affinée, on se bornera à dire que cette proportion est suffisante pour contredire l’idée communément admise qu’il n’y aurait là que des documents purement utilitaires. Du reste, il n’est pas sûr que le calcul d’un pourcentage soit judicieux tant il oblige à opposer « comptes ornés » et « comptes non ornés », ce qui ne traduit pas fidèlement la réalité, dans laquelle on est bien davantage confronté à des comptes plus ou moins ornés14. C’est la première leçon de la collecte.

7L’autre est que les innombrables éléments de décor repérés présentent un éventail très large de situations. À défaut d’un inventaire complet, on s’en tiendra ici à la présentation des cas les plus significatifs pour tenter d’ébaucher une typologie.

B. Un éventail très large de situations

8D’un point de vue formel, les lettres calligraphiées l’emportent largement. Pour s’en tenir aux formes quelque peu élaborées, il faut retenir parmi les plus communes, au moins au xve siècle, les lettres cadelées, aux cadeaux d’ampleur variable (fig. 2). D’autres sont prolongées par des filets, antennes ou autres traits de plume abstraits (fig. 3). Il est même de véritables lettres filigranées, exceptionnelles toutefois (fig. 4).

Figure 2. Lettres cadelées

Figure 2. Lettres cadelées

Sources :
1. Compte des gros fruits du chapitre Saint-Honoré à Paris, 1480-1481, Arch. nat., H5 3339, fo 10 ro.
2. Compte de l’abbaye de Montmartre, 1473-1475, Arch. nat., LL 4005, fo 3 vo.
3. Compte de la fabrique de la paroisse Saint-Jacques-de-la-Boucherie à Paris, 1461-1464, Arch. nat., LL 784, fo 194 ro.
4. Compte de la fabrique de la cathédrale d’Angers, 1469-1470, Bibl. mun. Angers, ms 740, fo 1 ro.
5. Compte de l’abbaye Saint-Antoine à Paris, 1508-1510, Arch. nat., H5 3862, fo 121 ro.
6. Compte de la censive de Sainte-Opportune à Paris, 1471-1472, Arch. nat., H5 3462, non folioté.

Figure 3. Lettres à antennes : compte du receveur général d’Artois, Toussaint 1303

Figure 3. Lettres à antennes : compte du receveur général d’Artois, Toussaint 1303

Source : Coll. Archives départementales du Nord, Lille-France, B 13596, fo 1 ro.

Figure 4. Initiales filigranées : comptes de Raoul, comte d’Eu, 1345-1348

Figure 4. Initiales filigranées : comptes de Raoul, comte d’Eu, 1345-1348

Sources: Arch. nat., JJ 269 : 1. fo 1 ro; 2. fo 71 ro.

  • 15  « Lettre décorative exécutée au trait, dont les parties grasses sont figurées par une ligne double (...)
  • 16  C’est le cas en particulier des comptes de la ville d’Amiens au xve siècle (Bibliothèques d’Amiens (...)

9Plus nombreuses sont les lettres évidées (fig. 5)15. Dans les comptes les plus sobrement décorés, elles constituent même le seul élément ornemental, répété à chaque titre16. Les parties évidées sont soit laissées telles quelles, soit agrémentées de motifs, abstraits ou figurés. Elles peuvent être très ouvragées, comme le A initial du compte du receveur de la nation allemande de l’université de Paris en 1447 (fig. 6).

Figure 5. Lettres évidées

Figure 5. Lettres évidées

Sources :
1. Compte de l’abbaye de Saint-Martin-des-Champs, 1404-1405, Arch. nat., LL 1381, fo 19 ro.
2. Compte du collège de Laon à Paris, 1433-1434, Arch. nat., H3 2803/1, fo 91 ro.
3. Compte de la paroisse Saint-Hilaire et Saint-Hippolyte à Paris, Arch. nat., H3 778/1, fo 6 ro.
4. Compte de la ville d’Amiens, Bibliothèques d’Amiens métropole, archives municipales, CC 23, fo 24 ro.
5. Compte de Tancarville, 1433, Archives départementales de la Seine-Maritime17, 1 ER 17, fo 1 ro.
(http://www.archivesdepartementales76.net)

Figure 6. Lettre évidée ouvragée : compte du receveur de la nation allemande de l’université de Paris, 1447

Figure 6. Lettre évidée ouvragée : compte du receveur de la nation allemande de l’université de Paris, 1447

Source: Arch. nat., H5 2587, fo 46 ro.

  • 18  Compte du receveur de la nation allemande de l’université de Paris de 1454 : Arch. nat., H5 2587, (...)
  • 19  Les lettres émanchées (au sens strict « lettre dont les parties pleines sont subdivisées dans leur (...)

10Apparaissent plus rarement des lettres ruban et, exceptionnellement, des lettres enclavées18. A encore été repéré ce qu’on pourrait qualifier de lettres émanchées, à ceci près que la réalisation en est généralement adaptée à l’emploi d’une encre monochrome19. À cette réserve près, une investigation étendue mettrait sans doute au jour des exemples couvrant au moins en partie le reste de la nomenclature élaborée par les codicologues pour les manuscrits : lettres juridiques, rechampies, cloisonnées, charpentées, géométriques, en fer de lance, puzzles, toscanes, lombardes, etc.

11Le décor est aussi souvent figuratif, adoptant principalement des motifs végétaux, tels des feuilles, fleurs, rinceaux ou roseaux (fig. 7), plus rarement animaliers, aux créatures réelles ou fabuleuses (fig. 8).

Figure 7. Motifs végétaux

Figure 7. Motifs végétaux

Sources :
1. Compte du collège de Dormans-Beauvais à Paris, 1435-1438, Arch. nat., H3 2785/8, fo 135 ro.
2. Compte du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1416, Archives de l’AP-HP, Hôtel-Dieu, liasse 1452, pièce 6557, fo 8 ro.
3. Compte de la confrérie de Saint-Augustin à Paris, 1421-1422, Arch. nat., H5 3605, non folioté.
4. Compte du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1458, Arch. nat., H5 3663, p. 84.
5. Compte du collège de Presles à Paris, 1429, Arch. nat., H3 2874/1, fo 31 vo.

Figure 8. Motifs animaliers

Figure 8. Motifs animaliers

Sources :
1. Compte de l’aumône Notre-Dame de Chartres, 1460-1461, Arch. dép. d’Eure-et-Loir, H-Dépôt I E 70, fo 1 ro.
2. Compte du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1429, Archives de l’AP-HP, Hôtel-Dieu, liasse 1452, pièce 6562, fo 45 ro.
3. Compte du domaine d’Arras, Ascension 1362, Coll. Archives départementales du Nord, Lille-France, B 13877, fo 137 ro.
4. Compte du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1416, Archives de l’AP-HP, Hôtel-Dieu, liasse 1452, pièce 6557, fo 93 ro.
5. Compte du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1416, Archives de l’AP-HP, Hôtel-Dieu, liasse 1452, pièce 6557, fo 153 ro.

12Des objets apparaissent aussi à l’occasion, notamment des couronnes, de même que la fleur de lis. Extrêmement fréquentes surtout, les grotesques, qui vont du visage à peine esquissé, comme dans l’exemple déjà donné (fig. 1), voire limité à deux yeux sous la forme de petits tirets nichés dans les espaces d’une lettre, au profil tracé avec un luxe de détails, en passant par tous les stades intermédiaires (fig. 9).

Figure 9. Grotesques

Figure 9. Grotesques

Sources :
1. Compte de la ville d’Amiens, 1401-1401, Bibliothèques d’Amiens métropole, archives municipales, CC 11, fo 67 vo.
2. Compte de la commune de Dijon, 1474-1478, © Archives de la ville de Dijon, M 77-A, fo 55 vo.
3. Compte de l’abbaye Saint-Antoine à Paris, 1492-1494, Arch. nat., H5 3863, fo 103.
4. Compte de la censive de Sainte-Opportune à Paris, 1475-1476, Arch. nat., H5 3462, non folioté.
5. Compte de l’argentier de Jeanne de Laval, 1467, Bibl. mun. Angers, ms 1064, fo 89 ro.
6. Compte de Souvigny, 1415-1416, Archives départementales de l’Allier, A 172, fo 47 ro.
7. Compte de la ville de Tours, 1421, Archives municipales de Tours, CC 19, fo 53 vo.
8. Compte de la fabrique de la paroisse parisienne de Saint-Pierre-aux-Bœufs, 1471-1477, Arch. nat., H5 4614, fo 32 ro.
9. Compte de la baronnie de L’Aigle, 1490, Médiathèque d’Alençon, ms 51, fo 2 ro.
10. Compte de la ville de Besançon, 1495, Arch. mun. Besançon, CC 59, fo 1 ro.

13Tous ces éléments peuvent du reste se combiner, car les scribes-dessinateurs ne se cantonnent pas à tel ou tel type isolé par les codicologues et se montrent insensibles à de telles classifications. Ainsi, l’initiale du titre du compte de l’Hôtel-Dieu de Chartres de 1472-1473 (fig. 10) arbore à la fois des cadelures, d’élégants motifs végétaux et un beau visage barbu, tous harmonieusement associés.

Figure 10. Décor combinant différents types ornementaux : compte de l’aumône Notre-Dame de Chartres, 1472-1473

Figure 10. Décor combinant différents types ornementaux : compte de l’aumône Notre-Dame de Chartres, 1472-1473

Source : Arch. dép. d’Eure-et-Loir, H-Dépôt I E 77, fo 1 ro.

14Ces motifs soit prolongent la lettre, soit se placent dans les espaces libres délimités par elle, que l’on peut alors qualifier de lettre habitée, voire historiée quand elle donne lieu à une véritable « histoire », comme cette scène de chasse maladroitement tracée (fig. 11).

Figure 11. Scène de chasse : compte du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1446

Figure 11. Scène de chasse : compte du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1446

Source : Archives de l’AP-HP, Hôtel-Dieu, liasse 1452, pièce 6568, fo 5 vo.

15Plus rarement apparaissent des lettres figurées, c’est-à-dire des lettres dont le corps est constitué par un ou plusieurs végétaux, animaux ou personnages. Elles peuvent être assez frustes, mais aussi très élaborées (fig. 12).

Figure 12. Majuscules R figurées

Figure 12. Majuscules R figurées

Sources :
1. Compte de l’hôpital Saint-Jacques-aux-Pèlerins à Paris, 1396-1397, Archives de l’AP-HP, Saint-Jacques, liasse 150, pièce 2318, fo 97 ro.
2. Compte du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1429, Archives de l’AP-HP, Hôtel-Dieu, liasse 1452 pièce 6562, fo 7 ro.

16Là encore, toutes les combinaisons sont possibles comme pour la lettre R du compte de 1429 du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris dont la haste est à la fois cadelée et en partie figurée, puisque sa panse est faite d’une suite de visages barbus coiffés de curieux bonnets surmontés de petits fanions (fig. 13). La lettre se développe en outre en une scène complète avec l’adjonction d’un personnage analogue, mais portant un collier de grelots et en pied, surgissant du petit fond pour se saisir de la haste.

Figure 13. Une composition élaborée : compte du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1429

Figure 13. Une composition élaborée : compte du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1429

Source : Archives de l’AP-HP, Hôtel-Dieu, liasse 1452, pièce 6562, fo 8 vo.

17Il y a en revanche moins de variété dans les procédés mis en œuvre. Les ornementations sont pour l’essentiel réalisées au trait, à l’encre noire, généralement la même encre que le reste du texte. Parfois néanmoins, deux « encres noires » sont utilisées concurremment, l’une plus sombre que l’autre, ce qui amplifie l’effet décoratif. S’observent aussi quelques traitements en grisaille (fig. 14).

Figure 14. Traitement en grisaille : compte du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1428

Figure 14. Traitement en grisaille : compte du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1428

Source : Archives de l’AP-HP, Hôtel-Dieu, liasse 1452, pièce 6561, fo 1 ro.

18L’emploi de la couleur est rarissime et signale par là même une volonté ornementale toute spéciale. Il peut prendre des formes rudimentaires comme les lettres rehaussées (fig. A), c’est-à-dire mises en valeur par une simple touche de couleur en surcharge, mais quelques décors comportent plusieurs touches de différentes teintes qui s’intègrent dans une composition plus complexe. C’est le cas dans la page de titre du compte de l’hôpital parisien Saint-Jacques-aux-Pèlerins pour l’an 1500-1501, où des aplats de jaune et de rouge sont visibles dans les feuillages et les fleurs qui ornent le C de compte et le R de « Recepte », qui abrite quant à lui de plus un visage (fig. B). Le rouge encore, mais aussi le vert, sont venus agrémenter le spectaculaire décor du premier feuillet du compte de 1418 du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris (fig. C).

Figure A. Lettres rehaussées

Figure A. Lettres rehaussées

Sources :
1. et 3. Compte de la paroisse Sainte-Opportune à Paris, 1473-1474, Arch. nat., H3462, non folioté.
2. Compte du collège de Dormans-Beauvais à Paris, 1430-1432, Arch. nat.,
H2785/7-2, fo 268 ro.

Figure B. Initiales colorées : compte de l’hôpital Saint-Jacques-aux-Pèlerins à Paris, 1500-1501

Figure B. Initiales colorées : compte de l’hôpital Saint-Jacques-aux-Pèlerins à Paris, 1500-1501

Source : Archives de l’AP-HP, Saint-Jacques, liasse 341, pièce 2414, fo 1 ro.

Figure C. Décor en couleurs : compte du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1418

Figure C. Décor en couleurs : compte du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1418

Source : Archives de l’AP-HP, Hôtel-Dieu, liasse 1452, pièce 6559, fo 1 ro.

  • 20  C’est le sens strict donné par D. Muzerelle (Vocabulaire codicologique…, op. cit.) ; le terme sera (...)
  • 21  Il est possible que le décor très élaboré inaugurant le compte de 1486 au folio 101 vo du même reg (...)

19On n’a cependant trouvé qu’un exemple de ce qu’il conviendrait d’appeler une lettrine au sens restreint d’« initiale se détachant sur un fond peint (ornemental ou historié) qui l’encadre20 » : celle qui orne le compte du receveur de la nation d’Allemagne de l’université de Paris pour l’année 1461 (fig. D)21. S’en rapproche l’initiale armoriée du compte de l’évêque d’Avignon pour les années 1363-1366 (fig. E) : Démanché coloré de rouge et bleu, sur fond de hachures bleues, prolongé par un décor filigrané et perlé et surmonté d’armes supportées par deux oiseaux.

Figure D. Lettrine : compte du receveur de la nation d’Allemagne de l’université de Paris, 1461

Figure D. Lettrine : compte du receveur de la nation d’Allemagne de l’université de Paris, 1461

Source: Arch. nat., H2588, fo 1 ro.

Figure E. Initiale armoriée : compte de l’évêque d’Avignon, 1363-1366

Figure E. Initiale armoriée : compte de l’évêque d’Avignon, 1363-1366

Source : Archives départementales de Vaucluse, 1 G 9, fo 1 ro.

C. Un décor lié à la lettre

  • 22  Ces écritures d’apparat sont définies comme des « éléments auxiliaires ou intermédiaires entre l’é (...)

20Au-delà de cette infinie diversité se laissant mal réduire à des généralités, il est pourtant un point commun essentiel : l’étroite symbiose entre le décor et la lettre. On touche ici aux limites de l’écriture et du décor, à ce qu’il est convenu d’appeler les « écritures d’apparat » qui abolissent la distinction traditionnelle entre ornementation et écriture22. Il n’y a presque jamais d’ornementation se suffisant à elle-même, indépendante de l’écriture, qui, quasiment toujours, sert de point de départ, même s’il arrive que, partant de la lettre, le décor s’en éloigne jusqu’à s’en détacher presque. Dans le compte de la prieure de l’Hôtel-Dieu de Paris pour l’année 1435 se remarque, dans une marge de gauche, un dessin inhabituel, que l’on peut à la rigueur qualifier d’histoire, assez maladroitement exécuté, figurant une possible marchande de poisson à son étal, face à un joueur de flûte (fig. 15).

Figure 15. Une lettre décorée prolongée en une histoire : compte de la prieure de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1435

Figure 15. Une lettre décorée prolongée en une histoire : compte de la prieure de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1435

Source : Archives de l’AP-HP, Hôtel-Dieu, liasse 1452, pièce 6564, p. 315.

  • 23  Archives de l’AP-HP, Hôtel-Dieu, liasse 1452, pièce 6564, p. 316.

21Si la petite scène attire l’œil en premier, c’est en réalité d’abord l’initiale A qui a fait l’objet d’un traitement, lui très ouvragé. Il s’agit d’une lettre figurée, formée par un poisson, selon un modèle qui se retrouve fréquemment, et qui a été non seulement prolongée par des cadelures et bordée à droite par de petits motifs répétitifs, mais également assortie d’une demi-fleur de lis épousant les courbes du poisson. Cette demi-fleur de lis abrite un écu fleurdelisé et est surmontée d’une autre fleur de lis entière, plus petite, évidée sur un fond noir. Il est à penser que le poisson formant le A a suggéré l’idée de la poissonnière au scribe qui a laissé libre cours à son imagination pour un moment de récréation. À la page suivante, la même main a réitéré des fioritures analogues, bien que moins élaborées, pour la même initiale A, sans développer cette fois de motif figuratif23. Toujours est-il que c’est bien la lettre qui est à l’origine du décor. La tête du joueur de flûte vient se loger dans l’espace libre entre les deux jambes du A. On retrouve le même procédé quelques pages plus loin (fig. 16). La même main y a tracé une initiale D, bordée des mêmes petits motifs répétitifs, prolongée d’un fouet qui s’achève par une boule, transformée en un gros fruit que picore un oiseau perché sur un arbre. Dans la panse de la lettre s’inscrit un petit personnage, reproduit, plus gauchement encore, dans l’histoire qui a conquis la marge et qui évoque la cueillette de fruits.

22De tels cas sont peu fréquents. Ordinairement, l’ornementation s’en tient aux lettres qu’elle ne fait que prolonger.

23Au total, large est la palette des possibilités explorée par les scribes, même si, on le constate, la qualité des réalisations est extrêmement variable. Il serait du reste vain de chercher à établir une hiérarchie entre ces procédés ou entre les résultats produits, car, d’une part, il est des décors sans aucune figuration dont la virtuosité de l’exécution surpasse largement celle de scènes complexes mais grossièrement esquissées, et que, d’autre part, le niveau moyen voire médiocre des réalisations peut être compensé par leur fréquence au sein d’un registre. Toujours est-il que cette diversité nous incite à apporter des réponses nuancées à la question de la fonction du décor. Pourquoi un décor ? Quel rôle joue-t-il ? Quelle valeur confère-t-il au compte ? Que traduit-il du statut de cet écrit ?

Figure 16. Compte de la prieure de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1435

Figure 16. Compte de la prieure de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1435

Source : Archives de l’AP-HP, Hôtel-Dieu, liasse 1452, pièce 6564, p. 318.

II. Fonctions du décor

A. Un décor au service de l’écriture comptable

  • 24  Par exemple : compte du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1443 (Archives de l’AP-HP, Hôtel-Dieu, li (...)
  • 25  Dans ce compte, le phénomène se reproduit au début de la dépense (fo 27 vo), ce qui est plus inhab (...)

24Si le décor s’arrime presque toujours aux lettres tracées, c’est qu’il est mis au service du texte et lui est toujours subordonné. Il vient en premier lieu souligner les articulations du compte. C’est presque toujours le titre qui bénéficie du meilleur traitement ornemental, et, dans celui-ci, l’initiale. Il est significatif que les quelques lettres réservées que l’on ait trouvées soient celles de l’initiale du titre général24. Cela montre que ce sont les seules pour lesquelles soit il avait été prévu de faire intervenir un spécialiste, soit le scribe en avait gardé pour la fin la réalisation particulièrement délicate, sans que ni l’un ni l’autre n’aient finalement fait leur office. Un exemple en est fourni (fig. 17) par le compte de la ville de Boulogne-sur-Mer pour l’année 1415-1416 au premier feuillet duquel n’a pas été tracé le C initial, alors que la première lettre de chacun des mots de la première ligne du titre a été délicatement décorée25.

Figure 17. Initiale réservée du compte de la ville de Boulogne-sur-Mer, 1415-1416

Figure 17. Initiale réservée du compte de la ville de Boulogne-sur-Mer, 1415-1416

Source: Arch. nat., KK 280, fo 1 ro.

  • 26  Autre exemple probable, l’initiale du compte de la ville d’Amiens pour l’année 1413-1414 (Biblioth (...)

25Dès lors, une initiale sommairement tracée en tête d’un compte orné peut s’interpréter comme un tracé provisoire à compléter ultérieurement – une sorte de lettre d’attente –, la lettrine prévue devant être spectaculaire au point de ne pouvoir être réalisée par le scribe, au moins dans la foulée de l’écriture. C’est probablement le cas du compte du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris pour l’an 1458 (fig. 18), dont le décor est par ailleurs très soigné et dont l’extrême sobriété de l’initiale du titre s’explique mal autrement26.

Figure 18. Lettre d’attente en tête du compte du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1458

Figure 18. Lettre d’attente en tête du compte du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1458

Source: Arch. nat., H5 3663, p. 1.

26À l’évidence, l’initiale du compte occupe une place privilégiée, ce qu’accentue le décor. Il est tentant de voir là une volonté d’ostentation, même si le titre n’était probablement pas directement visible, caché qu’il était le plus souvent par une couvrure destinée à protéger l’ensemble des feuillets, le premier en particulier. Le souci ornemental peut s’étendre à l’ensemble du premier mot – souvent le mot « Compte » –, voire à un groupe de mots constituant tout ou partie de la première ligne comme dans le compte de la ville de Boulogne-sur-Mer déjà cité (fig. 17) ou dans celui du receveur de la châtellenie de Souvigny en Bourbonnais pour l’année 1414-1415 (fig. 19). Il y a là un parallèle à faire avec les chartes, dont l’initiale recueille l’essentiel du décor, qui, lorsqu’il s’étend, concerne d’ordinaire la seule première ligne.

Figure 19. Première ligne ornée : compte du receveur de la châtellenie de Souvigny en Bourbonnais, 1414-1415

Figure 19. Première ligne ornée : compte du receveur de la châtellenie de Souvigny en Bourbonnais, 1414-1415

Source : Archives départementales de l’Allier, A 171, fo 1 ro.

27Tout de suite après le titre général dans la hiérarchie du décor viennent les articulations majeures, à savoir le titre de la « Despense », éventuellement celui de la partie « Arrerages » quand elle existe, celui de la « Recepte » recevant en général un décor plus sobre, sinon inexistant, dès lors que l’effort a porté sur le titre global qui le précède immédiatement, sur la même page. Suivent les titres de chapitre et enfin les sous-titres, notamment dans les chapitres de recettes de rentes, quand elles sont organisées par lieu, les noms de ces localités bénéficiant parfois d’un décor. Sont également soignées, mais moins fréquemment, les sommes récapitulatives, dites parfois « grosses sommes » (fig. 20), alors que les sommes de chapitre bénéficient rarement d’une ornementation. La hiérarchie de ces articulations est soulignée par le traitement ornemental qui en est fait, et qui obéit lui-même à une hiérarchie jouant subtilement sur la complexité, la qualité et la taille.

Figure 20. « Grosses sommes » ornées : compte du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1458

Figure 20. « Grosses sommes » ornées : compte du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1458

Sources: Arch. nat., H5 3663 : 1. p. 13 ; 2. p. 92 ; 3. p. 175 ; 4. p. 103.

  • 27  Cas aussi au moins du début du compte du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris de 1457 dont n’est conser (...)

28Dans chaque compte, le scribe détermine le niveau jusque auquel il s’applique à orner : ce peut être uniquement le titre ou le titre plus les seules articulations majeures pour l’un, alors qu’un autre s’attache aux titres de tous les chapitres et que quelques-uns vont jusqu’à décorer chaque majuscule de chaque item, comme dans le compte du pitancier du prieuré de Saint-Ayoul de Provins pour l’an 1460, et ce bien au-delà de la première page (fig. 21)27.

Figure 21. Initiales d’item ornées : compte du pitancier du prieuré Saint-Ayoul de Provins, 1460

Figure 21. Initiales d’item ornées : compte du pitancier du prieuré Saint-Ayoul de Provins, 1460

Source : Provins, Fonds ancien de la bibliothèque municipale, ms 257, fo 14 ro ©Ville de Provins.

29Mais ce niveau peut varier d’un compte à l’autre, y compris au sein d’une série émanant d’une même institution. Il n’y a pas non plus de systématisme absolu : parfois, à l’intérieur d’un compte, la hiérarchie est bousculée et on voit apparaître un décor que le schéma usuel ne justifie pas. Le haut des rectos des feuillets attire spécialement cette ornementation qui ne porte pas sur les rubriques : la première ligne bénéficie souvent d’un traitement plus soigné que le reste de la page, surtout lorsqu’elle coïncide avec le début d’un article, ce qui n’est pas sans faire écho, là encore, à la première ligne des chartes.

  • 28  Archives de l’AP-HP, Hôtel-Dieu, liasse 1452, pièce 6558.

30À l’inverse, la constance du scribe est souvent prise en défaut et des titres qui auraient dû être ornés selon le schéma général ne le sont pas. Inattention ? Peut-être. Inconstance ou lassitude ? Sans doute, comme cela se produit aussi dans certains manuscrits, tant les premiers feuillets d’un compte sont dans l’ensemble les plus ouvragés. À la différence du scribe d’une charte, celui d’un compte comme celui d’un manuscrit doit gérer sur la longueur un écrit qui couvre plusieurs dizaines voire centaines de feuillets. Peut-être aussi le scribe se trouve-t-il pris par le temps, et, pressé de fournir un compte au contrôle dans le délai imparti, doit-il renoncer au cours du travail de copie aux ajouts décoratifs qu’il avait d’abord prévus. Celui qui copie le compte du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris pour l’année 1417 s’évertue à doter chaque item d’une lettrine, mais y renonce dès le verso du deuxième feuillet pour se limiter aux titres et sommes, comme c’est l’usage, et, de loin en loin, à la première lettre de la première ligne d’une page28.

  • 29  Par exemple dans les comptes des châtellenies savoyardes, bien que sous forme de rouleaux et non d (...)

31Toujours est-il que l’ornementation vise clairement à permettre au lecteur de se repérer à l’intérieur d’un compte. En cela, elle accompagne la mise en place d’une norme qui vise à clarifier la matière comptable en séparant strictement partie recette et partie dépense, en les structurant en chapitres et sous-chapitres et en rendant les sommes récapitulatives bien visibles. La présentation même des comptes s’en ressent, qui ménage des sauts de ligne plus ou moins grands avant et après les rubriques, en fonction de la hiérarchie, et adopte pour celles-ci la position généralement centrée ou en retrait qui les distingue des articles rédigés à longues lignes, ainsi qu’une graphie couramment de plus grand module et grasse. Cette disposition s’impose de manière très générale au cours du xive siècle29 et participe de l’élaboration d’une norme comptable que le décor, quand il existe, a donc pour rôle d’appuyer. Au-delà de l’objectif pratique d’une meilleure efficacité dans la transmission de l’information, mise en page et décor concourent à sa véritable mise en scène.

  • 30  Les marges de tête et surtout de pied servent aussi, outre aux foliotation, signatures et/ou récla (...)

32D’un autre côté, l’affermissement de la norme comptable conduit à cantonner le décor dans des limites de plus en plus étroites. La mise en page est ainsi normalisée et adopte un schéma spécifique aux comptabilités. La réglure, au moins au cadre, généralement bien visible, même lorsqu’elle est réduite à deux verticales faites au pli, délimite clairement les espaces de la page. Le rectangle central, à l’instar de celui des manuscrits, accueille l’essentiel du texte, à savoir, dans le cas de comptabilités, le corps des articles ainsi que les rubriques. Mais les marges ne sont pas là destinées à rester vierges de texte : celle de droite est assignée à la consignation des montants correspondant aux articles, et celle de gauche aux éventuels ajouts ou corrections et, surtout, aux mentions de contrôle. Ni l’une ni l’autre ne sauraient être investies par le décor, alors qu’il s’y déploie dans les manuscrits de cette période30. La marge de gauche – celle du contrôle – paraît particulièrement sanctuarisée, alors même qu’elle n’est susceptible de servir qu’occasionnellement. L’espace des marges dévolu à l’enlumineur des manuscrits devient inaccessible au scribe-dessinateur des comptes. Tout au plus peut-il trouver une place dans les tronçons de marge placés au niveau des titres, qui ne seront forcément pas annotés. Ainsi contraint, il profite des rares surfaces qui lui sont autorisées et on comprend dès lors qu’il s’attache aux lettres.

33Ce souci de renforcer par le décor la mise en ordre de l’écriture comptable, tout en l’y subordonnant, est manifeste, mais ne suffit pas à justifier l’ensemble des ornements. Il n’explique pas, en particulier, le fait que certains comptes sont ornés et d’autres non, et ce y compris pour un même émetteur. Il faut donc chercher d’autres raisons à la présence d’un décor que l’on n’a pour l’heure considéré que dans son aspect purement décoratif qui fait qu’il vaudrait par sa seule présence. Il convient de l’envisager aussi comme un mode d’expression, un élément porteur de sens.

B. Un décor porteur de sens ?

  • 31  Ce motif de deux visages opposés se retrouve par exemple répété à l’envi dans les comptes du collè (...)
  • 32  Archives de l’AP-HP, Hôtel-Dieu, liasse 1452, pièce 6559, fo 51 vo. À noter qu’aucun décor de ce t (...)

34Le dessin aurait-il une fonction illustrative ? On aurait pu le penser à la vue des grotesques du compte de 1458 du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris : à la rubrique des rentes dues à l’hôpital dans la localité de Tournedos, deux personnages à l’air renfrogné, tenant chacun un phylactère où se lit le mot « Tournedos »… se tournent le dos (fig. 22). Mais, outre que le motif n’est pas rare31, c’est là clin d’œil de scribe facétieux à son lecteur, s’amusant au demeurant davantage d’un jeu de mots qu’il n’illustre. Plus douteux, l’exemple du Christ en croix qui forme la lettrine de la très longue recette des dons et aumônes faits au maître de l’Hôtel-Dieu de Paris en 1418, dans lequel on pourrait éventuellement voir un rapport avec l’épidémie qui ravage la capitale cette année-là32.

Figure 22. Jeu de mots : compte du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1458

Figure 22. Jeu de mots : compte du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1458

Source: Arch. nat., H5 3663, p. 80.

35Seul véritable cas d’illustration avéré du corpus pour l’instant, celui, tout à fait exceptionnel, du compte de l’évêché d’Avignon de 1365-1366 où un dessin rehaussé de couleurs représente par deux fois, et sous deux angles différents, la tour de Barbentane que l’évêque a fait édifier (fig. F) : la première fois dans la marge du sommaire, en regard de l’annonce du chapitre des dépenses engagées pour sa construction, l’autre au niveau de la somme finale du chapitre qui leur est consacré. Le dessin, de facture réaliste, est tracé avec un soin méticuleux et une grande habileté. Il fait apparaître le détail des tuiles, des moellons, les meurtrières, les élégantes baies géminées, etc., jusqu’à l’ombre portée des créneaux. Il n’y a pas à douter de la volonté du dessinateur de livrer une image reconnaissable du bâtiment.

Figure F. La représentation de la tour de Barbentane : compte de l’évêché d’Avignon, 1365-1366

Figure F. La représentation de la tour de Barbentane : compte de l’évêché d’Avignon, 1365-1366

Source : Archives départementales de Vaucluse, 1 G 9, fo 23 vo et 54 ro.

36À l’inverse de ce cas, tout à fait singulier, les situations d’inadéquation entre sujet et décor sont légion dans les comptes. Les deux petites scènes du compte de la prieure de l’Hôtel-Dieu de Paris pour l’an 1435, décrites plus haut, en sont un bon exemple, puisqu’elles flanquent les titres de deux chapitres de dépenses pour réparations de maisons, où il n’est nullement question de marchande de poissons ni de cueillette de fruits.

  • 33  Sur cet exemple, voir Olivier Mattéoni, « Mots, langue et discours dans les comptes d’Étienne d’En (...)
  • 34  De façon assez surprenante, aucun exemple de ce genre n’a pu être relevé dans les comptes royaux c (...)

37C’est que la signification recelée par le décor dépasse le sens littéral. Il se fait parfois porteur d’un message, plus ou moins explicite. Ainsi, le compte de 1392-1395 que rend Étienne d’Entraigues, trésorier de Forez, au duc de Bourbon, s’ouvre sur une magnifique lettrine, peinte en rouge, ornée de dentelle blanche, prolongée à la plume par des antennes et autres volutes, mais aussi assortie d’un petit visage de profil et d’un chien, symbole de fidélité, et arbore surtout, en bleu, une ceinture dont la boucle et l’extrémité sont toutes deux peintes à l’or, qui vient s’enrouler à la lettre de manière à présenter le mot « Espérance », à la fois devise du duc et rappel de l’ordre de chevalerie qu’il a fondé (fig. G)33. Le décor du compte se fait ainsi véhicule de l’image du pouvoir ducal, affirmation et justification de ce pouvoir qui, dans le cas présent, lève l’impôt. L’image est à la gloire de l’autorité de tutelle à laquelle le compte doit être soumis, ce qui se produit notamment dans certains comptes princiers34.

Figure G. Compte de fouage du trésorier de Forez, 1392-1395

Figure G. Compte de fouage du trésorier de Forez, 1392-1395

Source : Compte du fouage du trésorier de Forez, 1392-1395, Archives départementales de la Loire, B 1917, fo 6 ro.

  • 35  O. Mattéoni, « Mots, langue et discours dans les comptes d’Étienne d’Entraigues… », art. cité, § 1 (...)
  • 36  Ordonnance de Charles V relative à la majorité des rois, août 1374, Arch. nat., J 401, no 6B, repr (...)

38C’est aussi ce dessein que sert le compte, rendu par le même d’Entraigues, à la duchesse de Bourbonnais et comtesse de Forez en 1390-1392 (fig. 23). L’initiale C est figurée par deux dauphins qui se rejoignent par la bouche et la queue, selon une disposition héraldique qui correspond aux armes de la famille d’Anne Dauphine, les Dauphins d’Auvergne35, et n’est pas sans rappeler certaines chartes de Charles V, Charles VI ou Charles VII36, la somptuosité en moins.

Figure 23. Compte du receveur de la duchesse Anne Dauphine, comtesse de Forez, 1390-1392

Figure 23. Compte du receveur de la duchesse Anne Dauphine, comtesse de Forez, 1390-1392

Source : Archives départementales de la Loire, B 1927, fo 1 ro.

39C’est encore le cas du compte de l’évêché d’Avignon déjà évoqué (fig. E) où les armes d’Anglic Grimoard sont représentées dans la lettrine du premier feuillet, assorties du chapeau cardinalice, surmontées qui plus est de celles du pape Urbain V, qui n’est autre que son frère, et dont l’ajout vise à accroître le prestige de l’évêque. Il est à noter que les armes d’Anglic Grimoard se retrouvent à chacune des vues de la tour de Barbentane (figure F), où leur présence justifie peut-être à elle seule l’emploi de la couleur (gueules et or), indispensable pour que le propriétaire de l’écu soit identifiable. On peut rapprocher de ces exemples ceux de l’Hôtel-Dieu d’Argentan (fig. H) et de la fabrique de la paroisse Saint-Pierre-aux-Bœufs à Paris (fig. 24), où le titre s’orne de la figuration du saint patron de l’institution, à savoir respectivement, une représentation en pied subtilement colorée de saint Thomas Becket mitré bénissant, et la tiare pontificale assortie des clefs de saint Pierre, dont la présence vient renforcer l’aura de l’émetteur.

Figure H. Saint Thomas Becket : compte de l’Hôtel Dieu Saint-Thomas d’Argentan, 1484-1485

Figure H. Saint Thomas Becket : compte de l’Hôtel Dieu Saint-Thomas d’Argentan, 1484-1485

Source : Compte de l’Hôtel-Dieu d’Argentan, 1484-1485, Archives départementales de l’Orne, H dépôt 2, tome 6/2, p. 123.

Figure 24. Tiare de saint Pierre : compte de la paroisse Saint-Pierre-aux-Bœufs à Paris, 1462-1471

Figure 24. Tiare de saint Pierre : compte de la paroisse Saint-Pierre-aux-Bœufs à Paris, 1462-1471

Source: Arch. nat., H5 4614, fol. 1 ro.

40L’insertion dans le décor d’un élément représentant l’autorité qui détient le pouvoir éminent est aussi l’expression de la soumission à cette autorité. Ainsi, le compte de la ville de Moulins de 1468 s’orne au titre de la partie Dépense d’une lettre dans la panse de laquelle figure un lis barré, évocation simplifiée à l’extrême, mais très explicite, des armes du duc de Bourbon : les trois lis de France brisés d’une cotice (fig. 25).

Figure 25. Compte des receveurs de la ville de Moulins, 1468

Figure 25. Compte des receveurs de la ville de Moulins, 1468

Source : Arch. mun. Moulins, 281, fo 14 ro.

  • 37  Olivier Mattéoni, Un prince face à Louis XI. Jean II de Bourbon, une politique en procès, Paris, P (...)

41Ce n’est sans doute pas innocent, à une époque où le duc promeut la ville au rang de capitale princière, y faisant des travaux d’embellissement et d’urbanisme en même temps qu’il en fait dresser le terrier37. De la même façon, quand Etienne d’Entraigues, trésorier du duc de Bourbon, arbore la devise à la ceinture, il signifie la domination ducale. Il met aussi en avant sa fidélité au prince qu’il sert, ce qui lui permet, sous couvert de la glorification du prince, de mettre en exergue sa propre personne. Cette attitude se retrouve chez certains rédacteurs de comptes pour lesquels le décor est le moyen de donner à voir leur personnalité. Il est significatif que leur nom apparaisse mentionné dès les premiers mots du titre, alors que dans d’autres comptes c’est l’institution émettrice, qu’elle soit prince, hôpital ou ville, qui vient d’abord, voire seule.

42On en a un bon exemple avec la série, fournie, des comptes des receveurs de la ville de Moulins. Les receveurs se succèdent et ne manifestent pas une égale volonté de produire des comptes ornés. Or, l’arrivée aux responsabilités, en 1443, de Georges Boursier se traduit par un titre particulièrement élaboré, dont on comprend bien qu’il est destiné à mettre à l’honneur ce personnage au moment de son entrée en fonction (fig. 26). Les comptes qu’il rend ensuite sont en effet marqués par un effort esthétique sensiblement moindre. Mais, dans ce cas, il n’y a pas de message véhiculé par le décor : sa seule présence suffit à distinguer celui qui rend le compte (qui n’est pas nécessairement celui qui a tenu la plume). Il ne semble donc pas, en l’état actuel de l’enquête, que le décor vaille essentiellement par le sens, même si cela est parfois vrai. Dans la plupart des situations, la seule présence d’un décor suffit.

Figure 26. Compte de Georges Boursier, receveur de la ville de Moulins, 1443-1444

Figure 26. Compte de Georges Boursier, receveur de la ville de Moulins, 1443-1444

Source : Arch. mun. Moulins, cote 266, fo 1 ro.

C. Une valorisation du document comptable ?

  • 38  Marie-Anne Moulin, « Un exemple de comptabilité hospitalière : les comptes de l’Hôtel-Dieu Saint-T (...)

43La question de savoir s’il confère à l’écrit comptable une valeur particulière est délicate à trancher. Dans certains cas, il est indubitable que le document comptable acquiert grâce au décor le statut d’écrit mémoriel. Le meilleur exemple est celui du compte de l’évêché d’Avignon qui renferme les images déjà mentionnées. La représentation figurée de la tour de Barbentane vient y renforcer le souvenir des travaux réalisés pour la construction, conservé par la partie dépense : l’image est un marqueur de la mémoire autrement puissant que les mots. En outre, le dessin y est complété par la reproduction des six vers que l’évêque a fait graver dans le marbre au-dessus de la porte de la tour, rappelant l’identité du commanditaire et l’année de l’édification. C’est assez dire la fonction mémorielle assignée au compte. En dehors de ce cas particulier, le compte s’apparente aux memoria dans le sens où il est un inventaire probatoire des droits, ce qui lui vaut d’être conservé. Dans son état final, il est donc loin de l’écrit transitoire qu’on a longtemps pensé. Sa pérennité nécessaire lui fait « mériter » un traitement ornemental. On sait que les comptabilités sont archivées entre autres choses pour servir de preuve si nécessaire. L’Hôtel-Dieu d’Argentan recourt ainsi à ses comptes médiévaux à l’époque moderne pour justifier des droits anciens38. Plusieurs comptes du collège parisien de Laon sont annotés d’une main moderne en regard des articles se rapportant au fief du Mes, qui sont soigneusement numérotés, signe d’une recherche d’informations effectuée très postérieurement à l’établissement du registre. En outre, une main anonyme a profité du verso vierge du dernier feuillet du compte de 1426-1427 pour indiquer :

  • 39Arch. nat., H3 2803/1, fo 90 vo.

« Il y a ycy des ansiens comptes du college, lesquelz avec plusieurs aultres ay rasamblé et mis en ce coffre pour en aidier au college se on en a affaire, come le cas peult advenir etc. […] 1516 [d’abord 1506 raturé en 1516] ay tous rasamblé ceulx que ay peu retrouver et mis ycy au comencement de mars an dessud. etc. »39.

  • 40  Agnès Bos, « Les archives des fabriques parisiennes à la fin du Moyen Âge et à l’époque moderne », (...)
  • 41  Terrier, octobre 1404 : Bibl. d’agglomération de Saint-Omer, ms 858 ; 35 cahiers de comptes, 1403 (...)
  • 42  Les somptueux décors du terrier de l’abbaye parisienne de Saint-Germain-des-Prés de 1428 (Arch. na (...)
  • 43  Un décalage analogue se fait jour entre les livres somptueusement décorés des procureurs de la nat (...)

44De même, les fabriques parisiennes ne cessent d’inventorier leurs comptes et d’en recopier des extraits, et ce tout au long de l’époque moderne, afin d’appuyer leurs droits dans des procès, mais aussi d’écrire leur histoire40. La conservation des comptes est cruciale, surtout en l’absence de censier ou de terrier qui a valeur de preuve en justice. Il semble significatif que les institutions qui disposent de censiers leur réservent le décor le plus soigné, alors qu’il est absent ou d’un moindre degré dans leurs comptes. Ainsi, les comptes de l’hôpital Saint-Jean-Baptiste d’Aire-sur-la-Lys, sont dépourvus de tout ornement, alors que son censier, bien que sobre, est au moins doté de rubriques tracées à l’encre rouge41. Le décor marquerait ainsi une sorte de hiérarchie de statut entre les différents types d’écrits documentaires d’une institution42. La confrontation n’ayant pu encore être menée systématiquement, il n’y a à ce stade qu’un sentiment qui devra être étayé, en étendant les investigations aux cartulaires, voire aux registres de délibérations43.

  • 44  Voir Jean-Claude Schmitt, « L’univers des marges », dans Le Moyen Âge en lumière. Manuscrits enlum (...)

45Quoi qu’il en soit, le décor soigné dont sont agrémentés certains comptes les rend dignes de prendre place parmi le « trésor », tant ils se rapprochent de manuscrits : à l’évidence, pour le compte d’Anglic Grimoard (fig. I), dont la première page se présente comme celle d’un livre enluminé, au texte soigneusement encadré de délicates bordures au rouge et au bleu alternés, commencé par une lettrine peinte et délicatement filigranée, mais dans une certaine mesure aussi pour le compte du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris de 1429, qui n’est pas sans rappeler, malgré une qualité bien moindre et l’absence de couleurs, les marges habitées, avec une scène de chasse où un chien poursuit un renard en partie réfugié dans un terrier et un petit personnage (ou un singe ?) au geste obscène (fig. 27)44.

Figure I. Début du compte de l’évêché d’Avignon, 1363-1366

Figure I. Début du compte de l’évêché d’Avignon, 1363-1366

Source : Archives départementales de Vaucluse, 1 G 9, fo 1 ro.

Figure 27. Personnages et animaux dans les marges : compte du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1429

Figure 27. Personnages et animaux dans les marges : compte du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1429

Source : Archives de l’AP-HP, Hôtel-Dieu, liasse 1452, pièce 6562, fo 1 ro.

  • 45  Propos rapporté dans François Menant, « Les transformations de l’écrit documentaire entre le xiie (...)

46On peut aller plus loin en voyant dans la présence d’un décor, même modeste, une manifestation de la dimension symbolique accordée à ce type d’écrit, dimension qui lui est en général déniée mais qui n’en paraît pas absente, ainsi que le pointe Michael Clanchy, pour qui « la distinction entre documents de gestion pratiques, d’une part, et littéraires ou religieux, d’autre part, est souvent difficile à défendre parce que la fonction de nombreux documents “pratiques”, comme les chartes ou les comptes, était d’abord symbolique45 ».

  • 46  François Ducceppe-Lamarre le constate aussi à propos du rouleau de compte du bailliage de Langlée (...)

47Pour autant, on peine à admettre que quelques grotesques glissées subrepticement dans les feuillets d’un compte suffisent à lui valoir une place élevée dans la hiérarchie des écrits. Il est du reste frappant de constater que les autorités de contrôle se montrent fort peu sensibles aux efforts d’ornementation déployés par les scribes, ce qui est assez surprenant si ceux-ci visent à valoriser l’écrit comptable. En effet, alors que le décor est réalisé avant la présentation du compte aux autorités de contrôle, celles-ci ne font preuve d’aucun égard à son endroit, annotant en marge souvent d’une main rapide, multipliant les ratures et surcharges, ne cherchant en tout cas pas à être à la hauteur des réalisations, même les plus artistiques46. Pour elles, la matière comptable prime sur toute autre préoccupation. L’activité de contrôle prend le pas sur le décor.

48Tout cela ne suffit pas encore à expliquer entièrement la présence du décor ni surtout sa grande diversité. Je n’y vois qu’une explication, celle du rôle finalement déterminant du scribe, qu’il y aurait lieu de réévaluer.

D. La libre expression du scribe-dessinateur

  • 47  Les receveurs de la nation allemande de l’université de Paris constitueraient une exception, s’il (...)
  • 48  Cela suppose un dépouillement systématique des comptes à la recherche des quelques articles qui, d (...)
  • 49  En dehors du décor, des changements de main sont repérables, par exemple celui, très visible, dans (...)

49Celui qui tient la plume n’est pas, la plupart du temps, l’émetteur lui-même, mais agit à sa commande moyennant une rétribution47. En dehors peut-être des lettres réservées dont il a été question plus haut, il semble que texte et décor soient le fait d’une seule et même personne. Cela est avéré dans deux cas de décors pourtant parmi les plus élaborés du corpus. Les exubérants développements de la lettrine qui ouvre le compte de 1418 du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris (fig. C) ont contraint le scribe, qui écrit donc le titre dans la foulée, à décaler plusieurs mots des cinq lignes suivantes pour ne pas empiéter sur les volutes. De la même façon, au premier feuillet du compte de Dieppe de 1446 (fig. K), le tracé en belles lettres évidées de grand module du mot compte – au somptueux C figuré – a conduit le scribe, à la ligne suivante, à espacer deux mots de part et d’autre de la hampe du P qui s’y prolonge. Il faut en conclure que sont à l’œuvre des scribes-dessinateurs. Il est difficile de mesurer le degré de subordination qui est le leur à partir des sources48, mais ils semblent jouir d’une grande autonomie et ne pas être soumis à des prescriptions strictes de la part des commanditaires qui les emploient et qui paraissent peu interventionnistes en dehors du titre peut-être et de quelques cas exceptionnels. Cette grande latitude explique à la fois l’existence de comptes ornés et d’autres non, et la variété des choix esthétiques, sachant que plusieurs scribes se succèdent à l’écriture des comptes d’une même institution, voire aux feuillets d’un même compte49.

Figure K. Titre du compte de la ville de Dieppe, 1446

Figure K. Titre du compte de la ville de Dieppe, 1446

Source : Archives départementales de la Seine-Maritime, G 506, fo 1 ro.

  • 50  À titre d’exemple, citons le cas de l’Hôtel-Dieu de Paris, dans le compte du maître de 1443 : « Po (...)
  • 51  P. Beck, « Les comptabilités de la commune de Dijon… », art. cité, § 31. À l’abbaye de Montmartre (...)

50La volonté de certains scribes de décorer leurs comptes est d’autant plus remarquable que l’activité ne paraît pas rémunérée en tant que telle, si l’on en croit la formulation des articles qui évoque un paiement de la copie au forfait50. Sauf à supposer des conditions de salaire intégrant des consignes relatives au décor qui ne seraient pas détaillées dans les registres, tout ajout d’ornementation est non seulement gratis mais allonge le temps de travail dans des proportions parfois significatives et diminue d’autant le salaire horaire. On le comprend encore moins quand la rémunération s’effectue à la page, comme dans le cas des comptes de la ville de Dijon qui sont pourtant largement décorés51. Il faut croire que, aux yeux des scribes, le décor revêt un enjeu important, et que cet enjeu est symbolique et non économique. En plus de leur conscience professionnelle qui les pousse à produire un travail de qualité, ils voient dans le décor le seul moyen de se faire « reconnaître », invisibles qu’ils sont, le plus souvent non nommément désignés dans les articles du compte mentionnant les paiements effectués pour la réalisation du compte. Ce besoin de reconnaissance est tel qu’il pousse certains à « signer » leurs comptes, comme un artiste appose son nom à son œuvre.

  • 52  Elles ont pu m’échapper dans des comptes moins attentivement scrutés, car elles sont si discrètes (...)
  • 53  Plusieurs autres mentions de son nom et/ou de sa devise (« On le dit ») sur un phylactère tenu dan (...)
  • 54  Archives de l’AP-HP, Hôtel-Dieu, liasse 1452, pièce 6559, fo 6 ro ; probable autre mention, trop p (...)
  • 55  Arch. dép. de la Seine-Maritime, G 499, fo 1 ro. Le scribe Jean d’Arry, auteur du compte du maître (...)

51À l’Hôtel-Dieu de Paris ont pu être ainsi découvertes d’authentiques « signatures »52. L’exemple le plus éclatant réside dans la lettrine du titre du compte du maître de 1418, très ouvragée et colorée (fig. J). Autour du C s’enroule un phylactère portant l’inscription « Johannes Colini, clericus Eduensis diocesis, Parisius stans », qui proclame l’identité du scribe, ainsi que son statut de clerc et son origine, le diocèse d’Autun53. D’autres sont plus discrets, tels Jean d’Arry, dont le nom se discerne à peine sur un phylactère entourant la hampe du P de la « première grosse somme » dans le compte de 144654. D’autres encore se contentent de reproduire de loin en loin une devise qui peut suffire à les singulariser. Le scribe du compte de Dieppe de 1408 a tracé sur le phylactère s’enroulant autour de la haste du L majuscule initial du titre général « Dieu soit loé », qui peut néanmoins n’être qu’une formule de dévotion impersonnelle55. Pour ceux qui n’ont pas ces audaces, le décor peut être une sorte de carte de visite pour peu qu’il soit caractéristique. Parmi les nombreux scribes qui produisent les comptes du collège de Dormans-Beauvais de Paris, deux au moins ont usé de ce procédé. Le premier « signe » un seul compte, celui de 1440-1445, en agrémentant systématiquement de grappes de petites fleurs les hastes, spécialement des L et des H, non seulement des titres, mais aussi de toutes les premières lignes des feuillets, parfois jusqu’à celles des chiffres romains de la foliotation (fig. 28), ce qui est unique. L’autre multiplie dans les comptes les grotesques sous la forme de profils d’une grande maîtrise, souvent adossés (fig. 29). À l’Hôtel-Dieu de Paris, celui qui a écrit le compte de l’année 1416 a choisi le motif du roseau pour ponctuer les titres et sommes (fig. 30), alors que son successeur recourt plutôt à un petit motif végétal et à des petits visages barbus inscrits dans les boucles des lettres (fig. 31).

Figure J. Compte signé de Jean Colin : compte du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1418

Figure J. Compte signé de Jean Colin : compte du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1418

Source : Archives de l’AP-HP, Hôtel-Dieu, liasse 1452, pièce 6559, fo 1 ro.

Figure 28. « Signature » fleurs : compte du collège de Dormans-Beauvais, 1440-1445

Figure 28. « Signature » fleurs : compte du collège de Dormans-Beauvais, 1440-1445

Sources: Arch. nat., H3 2785/8: 1. fo 233 vo; 2. fo 278 ro; 3. fo 312 vo.

Figure 29. « Signature » profils : comptes du collège de Dormans-Beauvais, 1475 à 1479

Figure 29. « Signature » profils : comptes du collège de Dormans-Beauvais, 1475 à 1479

Sources: Arch. nat., H3 2785/12 : 1. fo 220 ro; 2. fo 245 ro; 3. fo 290 ro; 4. fo 295 vo; 5. fo 325 ro; 6. fo 335 ro; 7. fo 330 ro; 8. fo 335 ro.

Figure 30. « Signature » roseau : compte du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1416

Figure 30. « Signature » roseau : compte du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1416

Sources : Archives de l’AP-HP, Hôtel-Dieu, liasse 1452, pièce 6557 : 1. fo 1ro ; 2. fo 71 ro ; 3. fo 45 ro ; 4. fo 101 ro ; 5. fo 50 vo ; 6. fo 93 ro.

Figure 31. Motif végétal et visages : compte du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1417

Figure 31. Motif végétal et visages : compte du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1417

Sources : Archives de l’AP-HP, Hôtel-Dieu, liasse 1452, pièce 6558 : 1. fo 3 vo ; 2. fo 8 ro ; 3. fo 11 vo ; 4. fo 8 vo ; 5. fo 41 vo ; 6. fo 33 ro.

  • 56  Arch. nat., H3 2785/12.

52Il n’est pas à exclure que cette ponctuation d’un registre par le même motif participe d’une recherche d’harmonie générale, ce qui relativiserait la volonté de ces scribes de se mettre en avant. Il peut aussi s’agir d’un motif particulièrement bien maîtrisé, que le dessinateur se plaît à répéter parce qu’il trouve plus facile de le reproduire. Tous n’ont pas en effet un talent hors pair et ne sont pas capables de produire un décor de qualité. Celui qui remplace à l’écriture des comptes du collège de Dormans-Beauvais l’auteur des visages mentionné plus haut, pour l’exercice 1479-1480, fasciné par les modèles de son devancier, tente des imitations ; elles sont hélas bien maladroites, et le compte suivant est à nouveau confié au dessinateur talentueux56. Les plus habiles ont à cœur de faire montre de ces compétences particulières, par amour de la belle ouvrage, et peut-être aussi dans l’espoir d’être employés à nouveau. Pour cela, d’aucuns préfèrent, plutôt que de répéter inlassablement un motif qui constitue une « marque de fabrique », faire étalage de toute l’étendue de leurs possibilités, en variant au maximum les types de lettres. Une telle attitude compromet l’espoir de pouvoir identifier un scribe à sa « marque de fabrique ».

  • 57  Même pour les manuscrits enluminés, les commanditaires n’imposeraient pas non plus un programme ic (...)

53Reste que se remarquent aisément des différences de styles. Elles sont attribuables au fait que les scribes, sans consignes de leurs employeurs, laissent libre cours à leur fantaisie. On n’a ainsi pas pu mettre en évidence de styles qui soient propres à une institution émettrice sur la durée et auxquels les scribes-dessinateurs successifs aient eu à se conformer57. L’éclectisme est la règle. Le soin apporté à la réalisation est lui aussi des plus variables. Dans bien des cas, il faut voir dans leurs traits de plumes de simples moments de délassement que les copistes s’octroient dans la longue litanie des articles et des chiffres réclamant une extrême concentration. Peut-être s’agit-il seulement de tester une plume retaillée et de se redonner du cœur à l’ouvrage. Mais il est délicat de décider si l’on a affaire au dessin d’un scribe peu doué qui s’est appliqué du mieux qu’il a pu ou à celui d’un dessinateur émérite agissant à la va-vite. L’interprétation que l’historien en fait est pourtant très différente et cela incite à la plus grande prudence.

  • 58  Archives de la ville de Dijon, M 46bis à M 81 pour la période médiévale.

54Malgré cette grande diversité, d’étonnants échos sont apparus entre les décors de comptes différents. Ils pourraient accréditer l’idée d’une circulation des scribes, travaillant successivement pour divers émetteurs. La traque n’en est qu’à ses débuts, si bien que les résultats en sont encore incertains. On a ainsi relevé de grandes similitudes entre les comptes de la ville de Dijon58 et ceux de l’Hôtel-Dieu de Paris, qui méritent des investigations supplémentaires. Bornons-nous ici à deux suggestions très ponctuelles. La première est celle d’un motif au grelot figurant dans le compte de la confrérie de Saint-Augustin à Paris pour l’année 1421-1422, dans deux compositions assez différentes, dont l’une n’est pas éloignée de celle que l’on trouve dans le compte de l’argentier de Charles le Téméraire, duc de Bourgogne, de 1470 (fig. 32). Plus troublante encore, la rose ou quartefeuille, quasi identique, et dans des compositions aux multiples analogies, dans le compte de la prieure de l’Hôtel-Dieu de Paris de 1423 et un compte de la confrérie de Saint-Augustin, toujours à Paris, de l’année précédente (fig. 33).

Figure 32. Motif au grelot

Figure 32. Motif au grelot

Sources :
1. et 2. Confrérie de Saint-Augustin à Paris, 1421-1422, Arch. nat., H3 3605, non folioté.
3. Compte de l’argenterie du duc de Bourgogne, 1470, Archives générales du Royaume, Bruxelles, CC 1925 R.

Figure 33. Motif à la rose

Figure 33. Motif à la rose

Sources :
1. Compte de la prieure de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1423, Archives de l’AP-HP, Hôtel-Dieu, liasse 1452, pièce 6560, fo 3 ro.
2. Compte de la confrérie de Saint-Augustin à Paris, 1421-1422, Arch. nat., H3 3605, non folioté.

  • 59  C’est ce que tente Lisa Jefferson pour les scribes des marchands de Londres, de manière assez conv (...)

55De tels indices suffisent-ils à conclure que le même scribe a rédigé ces différents comptes ? Cela n’est pas à exclure totalement mais reste difficile à établir en l’absence d’autres indices concordants59 et peut même sembler douteux dans bien des cas, notamment en raison d’écarts chronologiques et/ou géographiques. Dans l’exemple de la rose précité, l’unité de lieu et de temps paraît autoriser le rapprochement. Est-ce assez probant pour identifier l’auteur, comme on identifie un artiste médiéval anonyme à certaines caractéristiques de sa peinture : « le scribe à la rose » comme on parle – toutes proportions gardées ! – du « maître de Saint-Gilles » ? Le concours d’historiens de l’art pourrait peut-être permettre d’explorer cette piste avec plus d’assurance.

  • 60  Ghislain Brunel, Images du pouvoir royal…, op. cit., p. 7, pointait cette nécessité de confronter (...)
  • 61  M. Morgat-Bonnet, Plume de greffier…, op. cit.

56En l’état actuel de l’enquête, je pencherais davantage pour l’hypothèse d’une circulation des modèles, voire d’un réservoir de motifs communs, dans lesquels puisent les uns et les autres, certains se bornant à les copier, les autres, plus habiles ou imaginatifs, les réinterprétant ou les agençant de manière à y apporter leur touche personnelle. Ces motifs ne sont du reste pas propres aux scribes-dessinateurs des comptes. On les trouve en effet dans d’autres types d’écrits, à la fois manuscrits, on l’a dit, chartes et écrits « pratiques » comme les arrêts du Parlement de Paris60. Saisissante par exemple est la similitude entre le double S tracé d’une part – par la même main ? – dans les comptes de la prieure de l’Hôtel-Dieu de Paris de 1423 et de la confrérie de Saint-Augustin de 1421-1422 et d’autre part celui de la charte des Célestins de France de 1394 (fig. 34). Le décalage chronologique irait dans le sens de l’idée avancée par Monique Morgat-Bonnet d’une diffusion, depuis la chancellerie royale, de modèles qui se retrouvent par exemple dans les registres du Parlement61.

Figure 34. Double S dans les comptes et les chartes

Figure 34. Double S dans les comptes et les chartes

Sources :
1. Compte de la prieure de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1423, Archives de l’AP-HP, Hôtel-Dieu, liasse 1452, pièce, fo 21 ro.
2. Charte des Célestins de France, 1394, Arch. nat., J 188A, no 55.
3. Compte de la confrérie de Saint-Augustin, 1421-1422, Arch. nat., H5 3605, non folioté.

57Comment ne pas être frappé par les innombrables « lettres au poisson » qui émaillent les chartes d’émetteurs divers, les registres du Parlement et les comptes d’origine variée ? Comment ne pas rapprocher le magnifique titre du compte de Dieppe des plus belles chartes ornées des rois de France (fig. K) ? Le tracé très particulier des lettres du mot compte, délicatement mises en relief par la bordure rouge, et surtout la majuscule L figurée par l’assemblage d’un dragon gueule ouverte dont les serres s’accrochent au tronc d’un arbre aux racines noueuses et au feuillage finement dessiné, et d’un dauphin, le tout dans un jeu de couleurs subtilement passées, n’auraient pas été désavoués par un scribe-dessinateur de la chancellerie royale et sont assurément dignes du Trésor des chartes !

  • 62  Pour Monique Morgat-Bonnet, « ces décors témoignent ainsi de la circulation des idées et des style (...)
  • 63  Par exemple le Liber de arte scripturali du xve siècle (BNF, ms. fr. 8685) ou, en Italie, le très (...)
  • 64  BNF, ms. fr. 8685, fo 3 ro, 5 vo et 6 vo. La suite est consacrée à des cadelures auxquelles se mêl (...)

58Ces exemples plaident en faveur d’une circulation de modèles62, et ce au-delà de la seule écriture comptable, ou au moins d’emprunts aux mêmes sources. Encore reste-t-il à préciser lesquelles. On sait qu’il existe des répertoires de modèles qui circulent63 et il est à penser que nos scribes les ont connus. La graphie du mot compte de l’exemple qui précède, notamment les lettres P et T, n’est pas sans rappeler les premiers modèles du Liber de arte scripturali64. Plus largement, on doit envisager un environnement dans lequel baignent ces hommes, qui sont sans doute pour beaucoup des spécialistes de l’écrit, non cantonnés à l’écriture comptable, si tant est que l’on puisse le conjecturer puisque leur formation nous reste encore largement inconnue. Ils sont par ailleurs des lecteurs sans doute familiers de manuscrits décorés et imprégnés de leurs motifs d’enluminures sans qu’ils aient nécessairement besoin de recourir à des recueils de modèles. Un Jean Colin, natif d’Avallon, probablement arrivé dans la capitale avec le duc de Bourgogne en 1418, scribe de l’Hôtel-Dieu la même année, au cours de ses études médicales parisiennes comme boursier du collège des Dix-Huit, puise au répertoire de l’emblématique princière que lui fournit sa culture curiale. Elle explique peut-être l’étendue exceptionnelle de sa palette graphique, son emploi de couleurs et sa relative originalité dans le contexte de l’écriture comptable, comme la conscience de soi qu’il manifeste et qui n’a pu le contraindre à une discrétion dont se sont mieux accommodés ses homologues.

Conclusion

59Ce premier tour d’horizon a permis d’établir que documents comptables et ornementation ne sont pas par nature incompatibles, bien au contraire. Il a mis en évidence la présence massive d’éléments décoratifs, et a validé la pertinence de l’étude des comptes à la lumière de leur décor. Au-delà de ce constat, il invite à se montrer désormais attentif au décor qui doit retenir l’attention du chercheur, non seulement comme un objet d’étude en soi, mais comme une partie intégrante de la réflexion globale sur le document écrit dont on ne saurait désormais se dispenser, au même titre que l’examen codicologique. Plus délicate à résoudre a été la question de la fonction du décor, ou plutôt de ses fonctions. Plusieurs ont été envisagées, sans être toutes pleinement convaincantes. Selon les comptes, très divers, l’une peut convenir, et l’autre non. Elles peuvent du reste n’être pas exclusives l’une de l’autre. Une des plus concluantes est celle consistant à participer à la fabrique de la norme comptable. Pourtant, le rôle qu’y joue le décor est paradoxal. D’un côté, le décor accompagne voire souligne la mise en place d’une norme qui se précise en matière de mise en page et d’organisation du compte et devient de plus en plus contraignante, au point de cantonner ce décor à des espaces restreints et clairement délimités. D’un autre côté, la diversité des ornements, dont seulement quelques exemples ont été montrés ici, et le fait que la place qu’ils occupent varie d’un compte à l’autre, y compris au sein d’une série, me semblent la manifestation d’une liberté irréductible à l’imposition d’une norme. Faut-il y déceler une sorte de résistance à une contrainte qui s’appesantit ? Peut-être. Plus probablement s’agit-il d’une souplesse délibérément ménagée pour servir d’exutoire, exutoire rendu d’autant plus nécessaire que les cadres se font de plus en plus stricts. L’acceptation, voire l’intériorisation de la norme est obtenue au prix d’une autonomie accrue, contrepartie concédée de bonne grâce tant qu’elle ne contrevient pas aux règles essentielles. Cette liberté, c’est la liberté personnelle du scribe enlumineur, qui, s’il en a l’envie, le temps et le talent, y trouve un moyen d’expression que ne lui laisse pas le travail de copie, ainsi qu’un moyen d’être reconnu, de sortir quelque peu de l’ombre et de l’anonymat. Il resterait à mieux connaître ces individus, dont certains, par chance, n’ont pas résisté au besoin de clamer leur identité au cœur même de leur compte, et à en savoir plus sur leurs relations avec les commanditaires : contrats, consignes, rémunérations, recrutement, formation, contacts, circulation, etc.

60L’enquête en est encore à ses débuts et doit être poursuivie en étoffant le corpus et en l’étendant à des types de comptes qui en sont absents. Il y faudra une attention plus grande à la chronologie, aspect qui n’a pu être abordé ici, ainsi qu’au lien entre le décor et les supports. Mais, au vu des premiers résultats, se pose la question de savoir s’il est judicieux de la mener sur les seules comptabilités. Ne gagnerait-elle pas à confronter le décor des différents types de l’écrit documentaire et celui-ci à l’enluminure des manuscrits ? Une comparaison élargie éviterait de cloisonner arbitrairement des usages qui apparaissent comme généralisés à l’ensemble des documents pratiques.

Notes

1  Ghislain Brunel, Images du pouvoir royal. Les chartes décorées des Archives nationales, xiiie-xve siècle, Paris, Somogy, 2005, p. 8.

2  Une bonne illustration en est fournie par Louis Douët d’Arcq, qui néglige la question de l’ornementation – et plus généralement les caractères externes – des comptes de l’argenterie des rois de France, dans l’introduction de son édition (Louis Douët d’Arcq, Comptes de l’argenterie des rois de France au xive siècle, Paris, Renouard et Cie, 1851), et ce alors que, la même année, il s’attache aux Archives nationales à inventorier les chartes décorées du Trésor des chartes (Gh. Brunel, Images du pouvoir royal…, op. cit., p. 35). Au siècle suivant, Michel Mollat fait figure de précurseur en consacrant une demi-page de sa présentation des comptes de la vicomté de Dieppe à « La présentation matérielle des registres » (Michel Mollat, La comptabilité du port de Dieppe au xve siècle, Paris, Armand Colin, 1951, p. 6). S’il s’intéresse au support et au format des registres, à l’écriture et à l’état de conservation, il ne dit cependant mot d’un éventuel décor et il fournit une reproduction qui en est dépourvue (Ibid., hors texte après la page 32), alors que les pages de titre de certains comptes comportent des ornementations, quelques-unes magnifiques, parfois même colorées. Une des premières, Monique Chauvin, dans son étude des comptes de la châtellenie de Lamballe, s’intéresse non seulement aux caractères externes des comptes, mais signale aussi le « souci décoratif dont témoignent souvent les titres qui, selon les procédés courants à l’époque, s’ornent de motifs constamment repris : profils humains, poissons, dragons » (Monique Chauvin, Les comptes de la châtellenie de Lamballe. 1387-1482, Paris, Klincksieck, 1977, p. 25). Récemment, dans son introduction à l’édition des comptes des marchands merciers londoniens, Lisa Jefferson va plus loin dans l’analyse des caractères externes de ces comptes, s’attachant en particulier à distinguer, et parfois à identifier, les différentes mains, en s’appuyant sur l’observation fine des éléments décoratifs dont les scribes agrémentent leur graphie (Lisa Jefferson, The Medieval Account Books of the Mercers of London : An Edition and Ttranslation, Farnham, Ashgate, 2009, p. 6-15). Ces quelques jalons témoignent du chemin parcouru en quelque cent cinquante ans.

3  Les recherches codicologiques ont élaboré, depuis des décennies, une solide méthodologie dont on s’était pourtant peu avisé qu’elle pouvait être appliquée à d’autres champs et y fournir de précieuses grilles d’analyse, ce qu’a montré Patrice Beck dans Archéologie d’un document d’archives. Approche codicologique et diplomatique des cherches des feux bourguignonnes (1285-1543), Paris, École des chartes, 2006. Enrichissement réciproque d’ailleurs, car la codicologie des manuscrits a certainement des partis à tirer de la codicologie des documents. Pour ce qui est des comptes, la table ronde du groupe de recherche sur les comptabilités médiévales, tenue à Paris en 2009, a été consacrée à une approche codicologique et a montré la pertinence de ce questionnement ; certaines des communications ont été tout particulièrement attentives au décor (Comptabilité[S]. Revue d’histoire des comptabilités, no 2, 2011, http://comptabilites.revues.org/ [mis en ligne le 23 mai 2011]). L’ornementation d’autres documents d’archives médiévaux, ceux des registres du Parlement de Paris, a donné lieu à une exposition réalisée par Monique Morgat-Bonnet : Plume de greffier. La Lettre et l’image dans les archives du Parlement de Paris, Criminocorpus, publiée le 16 juillet 2014, consultée le 18 juillet 2014, https://criminocorpus.org/musee/17542/.

4  Olivier Guyotjeannin invite, à propos des chartes ornées, à s’interroger : « Qui éprouve le besoin de cette ornementation, que les récents développements de l’histoire de l’image nous interdisent de considérer comme “futile” ? En quoi donc fait-elle sens ? Peut-on, en retour, en tirer quelque enseignement non seulement sur les usages de l’image mais aussi sur la réception et les usages de l’acte médiéval ? » (Gh. Brunel, Images du pouvoir royal…, op. cit., p. 14). Autant de questions aisément transposables aux comptabilités.

5  Comme pour les chartes, sont seuls repérés dans les inventaires les décors exceptionnels par leur ampleur ou leur qualité, si bien que l’absence de mention de décor dans un inventaire ne suffit pas à se dispenser de la consultation des documents eux-mêmes, qui peuvent se révéler ornés.

6  Archives nationales (France) désormais Arch. nat.

7  Pour les comptes de l’Hôtel-Dieu de Paris et de l’hôpital Saint-Jacques-aux-Pèlerins : service des archives de l’AP-HP, 3, rue des Minimes, Paris 3e ; site Internet : http://archives.aphp.fr.

8  Que soient remerciés en particulier Isabelle Theiller, Philippe Bernardi, Rieko Kasai, Élisabeth Lalou, Isabelle Vérité, Émilie Lebailly, Didier Boisseuil, Julie Pilorget, Olivier Mattéoni, qui ont répondu à mes sollicitations et partagé volontiers leurs images, et plus généralement les membres du réseau constitué autour de Patrice Beck qui participe depuis plusieurs années aux travaux de recherche sur les comptabilités médiévales. Ma reconnaissance va aussi aux responsables des fonds anciens des Archives nationales, qui m’ont permis l’accès aux originaux des documents microfilmés, indispensable à une telle recherche, et aux conservateurs des différents dépôts, qui ont autorisé la reproduction des images des documents de leurs fonds.

9  Le fait que le corpus ait été rassemblé de manière aléatoire a pu, paradoxalement, lui conserver une relativement bonne représentativité.

10  Ghislain Brunel, « Entre art et pouvoir : l’illustration des chartes en France (fin du xiiie-milieu du xve siècle) », Bibliothèque de l’École des chartes, t. 169, 2011, p. 41-77, spéc. p. 43.

11  Selon les préconisations de l’IRHT qui engage à relever tous les éléments de décor, même « secondaires » dans un ordre hiérarchique décroissant allant des images peintes aux jeux de plume à l’encre, prolongements à l’italienne et cadeaux : « La décoration du manuscrit », dans Livret du stage d’initiation au manuscrit médiéval (domaine latin et roman), Caroline Bourlet, Jean-Marie Flamand, Caroline Heid, Jacques-Hubert Sautel, Olivier Legendre (éd.), Thierry Buquet (collab.), Paris-Orléans, Ædilis (« Publications pédagogiques », 2), IRHT, 2011, http://aedilis.irht.cnrs.fr/stage/decoration-manuscrit.htm. La base Initiale, catalogue de manuscrits enluminés, réalisée par l’IRHT, comporte de fait quelques exemples de comptes ornés, dont certains fort modestement, comme ceux des cens et rentes de la collégiale Saint-Martin d’Angers pour la période 1384-1518, aux lettres simplement cadelées (Bibl. mun. Angers, ms 770, fo 96 ro et 196 ro).

12http://archives.aphp.fr/

13  Un bon exemple est fourni par le compte de la prieure de l’Hôtel-Dieu de Paris pour l’année 1493, dont on a conservé et l’état final sur parchemin (Archives de l’AP-HP, Hôtel-Dieu, liasse 1452, pièce 6572) et un état préalable sur papier (Arch. nat., H5 3665) : seul le premier est orné, le second se cantonnant à une écriture strictement fonctionnelle. Des recherches plus approfondies devraient permettre de découvrir d’autres doublons dont la confrontation viendra confirmer ou non cette idée.

14  Remarque qui vaut aussi pour les chartes tant il y a peu en commun entre celles qui présentent juste quelques grotesques ajoutées à la première ligne et les rares qui développent de somptueuses histoires.

15  « Lettre décorative exécutée au trait, dont les parties grasses sont figurées par une ligne double qui en limite le contour, et non par un aplat d’encre » : Denis Muzerelle (IRHT), Vocabulaire codicologique : répertoire méthodique des termes français relatifs aux manuscrits, avec leurs équivalents en anglais, italien, espagnol, édition hypertextuelle, version 1.1, 2002-2003 (établi d’après l’ouvrage édité à Paris, Éditions CEMI, 1985).

16  C’est le cas en particulier des comptes de la ville d’Amiens au xve siècle (Bibliothèques d’Amiens métropole, archives municipales, CC 10 à 85) et de la ville de Boulogne-sur-Mer de 1414-1415 (Arch. nat., KK 280).

17http://www.archivesdepartementales76.net

18  Compte du receveur de la nation allemande de l’université de Paris de 1454 : Arch. nat., H5 2587, fo 101 vo.

19  Les lettres émanchées (au sens strict « lettre dont les parties pleines sont subdivisées dans leur longueur, selon une ligne ondulée, brisée ou échancrée, en deux moitiés dont chacune est peinte d’une couleur différente » : D. Muzerelle (IRHT), Vocabulaire codicologique…, op. cit.) sont adaptées à la monochromie en ce sens que leurs parties pleines, subdivisées dans leur longueur, sont colorées de la même encre ou de deux encres dites « noires », l’une plus claire que l’autre, alors que la ligne de séparation, élargie, est laissée blanche. Exemples de lettre émanchée au sens strict à la figure E du cahier couleur et de lettres émanchées monochromes aux figures 4 et 25.

20  C’est le sens strict donné par D. Muzerelle (Vocabulaire codicologique…, op. cit.) ; le terme sera désormais utilisé dans son sens étendu d’initiale décorée par un procédé quelconque.

21  Il est possible que le décor très élaboré inaugurant le compte de 1486 au folio 101 vo du même registre ait été réalisé dans la perspective d’être peint, mais il a finalement été sobrement traité en grisaille.

22  Ces écritures d’apparat sont définies comme des « éléments auxiliaires ou intermédiaires entre l’écriture du texte et le décor » par Patricia Stirnemann et Marc H. Smith, « Forme et fonction des écritures d’apparat dans les manuscrits latins (viiie-xve siècle) », Bibliothèque de l’École des chartes, t. 165, 2007, p. 67-100, spéc. p. 67.

23  Archives de l’AP-HP, Hôtel-Dieu, liasse 1452, pièce 6564, p. 316.

24  Par exemple : compte du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1443 (Archives de l’AP-HP, Hôtel-Dieu, liasse 1452, pièce 6565, fo 1 ro) ; comptes du collège de Laon de 1387-1388 et du terme de Pâques 1392 (Arch. nat., H3 2803/1, fo 29 ro et 47 ro) ; comptes des receveurs de la nation d’Allemagne de l’université de Paris (Arch. nat., H3 2588, fo 1 vo [1461], 45 ro [1470], 48 ro [1471], 51 ro [1472], 97 vo [1485], 107 vo [1487] et 112 vo [1488]).

25  Dans ce compte, le phénomène se reproduit au début de la dépense (fo 27 vo), ce qui est plus inhabituel.

26  Autre exemple probable, l’initiale du compte de la ville d’Amiens pour l’année 1413-1414 (Bibliothèques d’Amiens métropole, archives municipales, CC 15, fo 1 ro).

27  Cas aussi au moins du début du compte du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris de 1457 dont n’est conservé qu’un bifeuillet ayant servi de couvrure au compte de l’année suivante : Arch. nat., H5 3663. Il s’agit vraisemblablement d’un état final destiné à la tutelle capitulaire, mais avorté, car, alors que les items ont été soigneusement copiés, les montants correspondants n’ont pas été portés.

28  Archives de l’AP-HP, Hôtel-Dieu, liasse 1452, pièce 6558.

29  Par exemple dans les comptes des châtellenies savoyardes, bien que sous forme de rouleaux et non de codices : Christian Guilleré et Guido Castelnuovo, « De la comptabilité domaniale à la comptabilité d’État : les comptes de châtellenie savoyards », dans Écrire, compter, mesurer. Vers une histoire des rationalités pratiques, Natacha Coquery, François Menant, Florence Weber (dir.), Paris, Éditions Rue d’Ulm, 2006, p. 213- 230, spéc. p. 215. En Artois, les prémices d’une mise en page normée s’observent dès la fin du xiiie siècle, au moins pour ce qui est des titres de rubrique : François Duceppe-Lamarre, « Copier des comptes au début du règne de la comtesse Mahaut d’Artois (1302-1329) », Comptabilité(S), no 2, 2011, http://comptabilites.revues.org/592 (mis en ligne le 25 août 2011, consulté le 29 juillet 2014). À Dijon, les comptes de la ville, conservés en grand nombre et sur une longue période, témoignent de la normalisation progressive de la mise en page : Patrice Beck, « Les comptabilités de la commune de Dijon », Comptabilité(S), no 2, 2011, http://comptabilites.revues.org/371 (mis en ligne le 23 mai 2011, consulté le 29 juillet 2014). La même normalisation intervient dans la première moitié du xive siècle à Montferrand : R. Anthony Lodge, Les comptes des consuls de Montferrand (1273-1319), Paris, École des chartes, 2006, p. xiii, et Les comptes des consuls de Montferrand (1346-1373), Paris, cole des chartes, 2010, p. iv-v.

30  Les marges de tête et surtout de pied servent aussi, outre aux foliotation, signatures et/ou réclames, occasionnellement à l’ajout d’articles omis et, la seconde, aux calculs, parfois plusieurs fois repris, servant à établir des sommes par page.

31  Ce motif de deux visages opposés se retrouve par exemple répété à l’envi dans les comptes du collège de Dormans-Beauvais des années 1475-1476 à 1478-1479, sans la même raison d’être (Arch. nat., H3 2785/12).

32  Archives de l’AP-HP, Hôtel-Dieu, liasse 1452, pièce 6559, fo 51 vo. À noter qu’aucun décor de ce type n’existe pour les mêmes chapitres des autres comptes.

33  Sur cet exemple, voir Olivier Mattéoni, « Mots, langue et discours dans les comptes d’Étienne d’Entraigues, trésorier de Forez (2de moitié du xive siècle) », dans Le vocabulaire et la rhétorique des comptabilités médiévales. Comptabilité(S), no 4, 2012, spéc. § 12 et fig. 5, http://comptabilites.revues.org/1156 (mis en ligne le 6 novembre 2012, consulté le 8 août 2014). On retrouve cette devise, complétée par le mot « allen », dans une composition moins élaborée, sur un phylactère en lieu et place de la ceinture, dans un autre compte d’Étienne d’Entraigues : Arch. dép. de la Loire, B 1916, fo 3 ro ; http://www.loire.fr.

34  De façon assez surprenante, aucun exemple de ce genre n’a pu être relevé dans les comptes royaux conservés aux Archives nationales.

35  O. Mattéoni, « Mots, langue et discours dans les comptes d’Étienne d’Entraigues… », art. cité, § 11 et fig. 3.

36  Ordonnance de Charles V relative à la majorité des rois, août 1374, Arch. nat., J 401, no 6B, reproduite dans Gh. Brunel, Images du pouvoir royal…, op. cit., p. 201-202 ; règlement de la succession au trône en faveur du dauphin Louis de Guyenne, 26 décembre 1407, Arch. nat., J 402, no 14, reproduite dans Ibid., p. 206 ; pragmatique sanction arrêtée en Grand Conseil par Charles VII, 7 juillet 1438, Arch. nat., J 941, no 1, reproduite dans Ibid., p. 47. Il est à noter que l’on retrouve le dessin répété deux fois d’un très beau dauphin héraldique, couronné, figurant l’initiale d’un titre dans le terrier de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés de 1438 (Arch. nat., LL 1066, fo 30 ro et 35 ro) et un autre non couronné moins ouvragé au folio 48 ro.

37  Olivier Mattéoni, Un prince face à Louis XI. Jean II de Bourbon, une politique en procès, Paris, Presses universitaires de France (« Le nœud gordien »), 2012, p. 90-93.

38  Marie-Anne Moulin, « Un exemple de comptabilité hospitalière : les comptes de l’Hôtel-Dieu Saint-Thomas d’Argentan (1402-1499) », Tabularia. Sources écrites de la Normandie médiévale (« Études »), no 10, 2010, p. 63-108.

39Arch. nat., H3 2803/1, fo 90 vo.

40  Agnès Bos, « Les archives des fabriques parisiennes à la fin du Moyen Âge et à l’époque moderne », Bibliothèque de l’École des chartes, t. 156, juillet-décembre 1998, p. 369-405, spéc. p. 390-393.

41  Terrier, octobre 1404 : Bibl. d’agglomération de Saint-Omer, ms 858 ; 35 cahiers de comptes, 1403 à 1453 : Arch. mun. Aire-sur-la-Lys, GG 171 et GG 172, étudiés par Justine Lavogiez, Les documents de gestion de l’hôpital Saint-Jean-Baptiste d’Aire-sur-la-Lys au xve siècle, mémoire de master, université du Littoral-Côte d’Opale, 2010.

42  Les somptueux décors du terrier de l’abbaye parisienne de Saint-Germain-des-Prés de 1428 (Arch. nat., LL 1066) mériteraient par exemple d’être comparés à ceux des comptes.

43  Un décalage analogue se fait jour entre les livres somptueusement décorés des procureurs de la nation allemande de l’université de Paris, qui consignent les délibérations, et les comptes des receveurs, plus sobres, et ce pour la même période : comptes des receveurs, Arch. nat., H3 2587 (1425-1461) et H3 2588 (1461-1494), Bibl. Sorbonne, MSAU registre 91 (1496-1530) ; livres des procureurs, Bibl. Sorbonne, MSAU 6 (1425-1452 et 1465-1466), MSAU 7 (1466-1478), MSAU 8 (1477-1492).

44  Voir Jean-Claude Schmitt, « L’univers des marges », dans Le Moyen Âge en lumière. Manuscrits enluminés des bibliothèques de France, Jacques Dalarun (dir.), Paris, Fayard, 2002, p. 328-362. Ghislain Brunel fait de la même façon un parallèle entre les décors des chartes et ceux des marges des manuscrits : Gh. Brunel, Images du pouvoir royal…, op. cit., p. 39.

45  Propos rapporté dans François Menant, « Les transformations de l’écrit documentaire entre le xiie et le xiiie siècle », dans Écrire, compter, mesurer…, op. cit., p. 36.

46  François Ducceppe-Lamarre le constate aussi à propos du rouleau de compte du bailliage de Langlée (AD Pas-de-Calais, A1881) : « Si le compte de Langlée est le plus raturé et le plus truffé de suscriptions, de manière paradoxale il est le seul à avoir reçu des lettres décorées », dans « Copier des comptes au début du règne de la comtesse Mahaut d’Artois (1302-1329) », Comptabilité(S). Revue d’histoire des comptabilités, no 2, 2011, http://comptabilites.revues.org/592. Les massicotages brutaux intervenus à l’époque moderne lors de la mise en place de nouvelles reliures trahissent la même indifférence : par exemple, à l’Hôtel-Dieu de Paris, les comptes de la prieure des années 1428-1436 et celui du maître de 1418 (Archives de l’AP-HP, Hôtel-Dieu, liasse 1452, pièces 6564 et 6559). La même amputation par rognage s’observe du reste sur de prestigieux manuscrits enluminés, comme le Tacuinum sanitatis conservé à l’université de Liège (cote 1041), illustré par Giovannino de’ Grassi, célèbre enlumineur, peintre et architecte milanais : Carmélia Opsomer, « Le scribe, l’enlumineur et le commanditaire : à propos des Tacuina sanitatis illustrés », dans La collaboration dans la production de l’écrit médiéval, Actes du XIIIe colloque du Comité international de paléographie latine, Weingarten, 22-25 septembre 2000, Herrad Spilling (éd.), Paris, École des chartes, 2003, p. 183-192.

47  Les receveurs de la nation allemande de l’université de Paris constitueraient une exception, s’il se confirmait qu’ils écrivaient eux-mêmes leurs comptes. Autre exception : les rédacteurs des comptes de l’hôpital Saint-Jacques-aux-Pèlerins à Paris, selon Rieko Kasai, « Les demandes des donateurs de l’hôpital Saint-Jacques-aux-Pèlerins à Paris aux xive et xve siècles : une analyse de la gestion des livres de comptes », dans Les relations médecin-malade. Des temps modernes à l’époque contemporaine, Élisabeth Belmas, Serenella Nonnis-Vigilante (dir.), Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2013, p. 87-104.

48  Cela suppose un dépouillement systématique des comptes à la recherche des quelques articles qui, dans chacun, font état des rétributions des copistes, puis un examen attentif des formules employées, qui restent à faire. Ces mentions sont cependant très concises, sèches et stéréotypées et ne laissent pas deviner les éventuelles conditions d’exécution établies entre le commanditaire et l’exécutant.

49  En dehors du décor, des changements de main sont repérables, par exemple celui, très visible, dans le compte du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris de 1443, entre les feuillets 75 vo et 76 ro : Archives de l’AP-HP, Hôtel-Dieu, liasse 1452, pièce 6565.

50  À titre d’exemple, citons le cas de l’Hôtel-Dieu de Paris, dans le compte du maître de 1443 : « Pour avoir fait escripre se present compte par Jehan Sire… XXVIII s. » et « A Jehan Sire pour avoir escript ce present compte… XXXII s. » (Archives de l’AP-HP, Hôtel-Dieu, liasse 1452, pièce 6565, fo 72 vo et 75 ro) ; dans le compte de la prieure de 1425 : « Pour la peine et salaire d’un clerc qui a minué, grossé et doublé ce present compte et pareillement le compte de l’annee precedent finissant au jour de noel mil CCCC XXII et XXIII… LXII s. » (Archives de l’AP-HP, Hôtel-Dieu, liasse 1452, pièce 6560). Une analyse plus poussée des rémunérations pourrait peut-être déterminer si le montant global prend malgré tout en considération l’effort décoratif et comment.

51  P. Beck, « Les comptabilités de la commune de Dijon… », art. cité, § 31. À l’abbaye de Montmartre en 1473-1475, le scribe est rémunéré à la page : « Item pour avoir fait minuter, grossoier et doubler ce present compte qui contient en grosse et double la quantité de deux cens fueilles de papier, pour chascune fueille, deux solz parisis » (Arch. nat., H5 4005, fo 239 vo).

52  Elles ont pu m’échapper dans des comptes moins attentivement scrutés, car elles sont si discrètes qu’elles passent facilement inaperçues.

53  Plusieurs autres mentions de son nom et/ou de sa devise (« On le dit ») sur un phylactère tenu dans son bec par un coq qui remplace la première syllabe du nom, à la manière d’un emblème parlant, par exemple fo 87 vo. Sur ce personnage et le suivant, voir Christine Jéhanno, « À la recherche de ceux qui écrivirent les comptes de l’Hôtel-Dieu de Paris au Moyen Âge », Mémoires de la Société d’histoire de Paris et de l’Île-de-France, t. 63, 2012, p. 233-254, spéc. p. 245-253.

54  Archives de l’AP-HP, Hôtel-Dieu, liasse 1452, pièce 6559, fo 6 ro ; probable autre mention, trop pâlie pour être lisible : fo 1 ro. Autre phylactère indéchiffrable dans l’initiale de la rubrique Dépense du compte de la même institution en 1416 : pièce 6557, fo 73 ro.

55  Arch. dép. de la Seine-Maritime, G 499, fo 1 ro. Le scribe Jean d’Arry, auteur du compte du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris pour l’année 1446, agit de même avec la formule « Ave Maria » répétée aux folios 1 ro et 6 ro (Archives de l’AP-HP, Hôtel-Dieu, liasse 1452, pièce 6558).

56  Arch. nat., H3 2785/12.

57  Même pour les manuscrits enluminés, les commanditaires n’imposeraient pas non plus un programme iconographique strict en dehors de quelques éléments clefs, selon Michael Camille dans Images dans les marges. Aux limites de l’art médiéval, Paris, Gallimard, 1997 pour la traduction, p. 56, pour qui « tout le reste venait de surcroît et laissait place à l’improvisation des enlumineurs ».

58  Archives de la ville de Dijon, M 46bis à M 81 pour la période médiévale.

59  C’est ce que tente Lisa Jefferson pour les scribes des marchands de Londres, de manière assez convaincante, mais sans pouvoir toujours parvenir à des certitudes, L. Jefferson, The Medieval Account Books…, op. cit., p. 6-15. La même enquête est menée par Ghislain Brunel pour quelques scribes des chartes des rois de France qu’il retrouve au service d’autres commanditaires, Gh. Brunel, « Entre art et pouvoir… », art. cité, p. 68-74.

60  Ghislain Brunel, Images du pouvoir royal…, op. cit., p. 7, pointait cette nécessité de confronter chartes et livres et engageait à étendre la comparaison aux registres fonciers et comptabilités (« Entre art et pouvoir… », art. cité, p. 76).

61  M. Morgat-Bonnet, Plume de greffier…, op. cit.

62  Pour Monique Morgat-Bonnet, « ces décors témoignent ainsi de la circulation des idées et des styles entre les grandes institutions monarchiques ». Elle précise : « les greffiers du Parlement s’inspiraient des modes et des thèmes lancés par la chancellerie. [...] Le greffier du Parlement reprend les motifs iconographiques parfois immédiatement, le plus souvent avec un temps de retard, mais ils perdurent sous sa plume longtemps après que la chancellerie royale les a oubliés » (Plume de greffier…, op. cit.).

63  Par exemple le Liber de arte scripturali du xve siècle (BNF, ms. fr. 8685) ou, en Italie, le très fameux alphabet de Giovannino de’ Grassi en lettres figurées daté de la fin du xive siècle (Bergame, Biblioteca Civica « Angelo Mai », ms. VII. 14).

64  BNF, ms. fr. 8685, fo 3 ro, 5 vo et 6 vo. La suite est consacrée à des cadelures auxquelles se mêlent quelques visages de profil, dont l’un (fo 15 ro) peut être rapproché du profil dessiné au début du compte de l’aumône Notre-Dame de Chartres (fig. 10).

Table des illustrations

Titre Figure 1. Un décor discret : compte de la prieure de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1378
Crédits Source : Archives de l’AP-HP, Hôtel-Dieu, liasse 1452, pièce 6555, fo 96 ro12 (http://archives.aphp.fr/​).
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4086/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Figure 2. Lettres cadelées
Crédits Sources : 1. Compte des gros fruits du chapitre Saint-Honoré à Paris, 1480-1481, Arch. nat., H5 3339, fo 10 ro.2. Compte de l’abbaye de Montmartre, 1473-1475, Arch. nat., LL 4005, fo 3 vo.3. Compte de la fabrique de la paroisse Saint-Jacques-de-la-Boucherie à Paris, 1461-1464, Arch. nat., LL 784, fo 194 ro.4. Compte de la fabrique de la cathédrale d’Angers, 1469-1470, Bibl. mun. Angers, ms 740, fo 1 ro.5. Compte de l’abbaye Saint-Antoine à Paris, 1508-1510, Arch. nat., H5 3862, fo 121 ro.6. Compte de la censive de Sainte-Opportune à Paris, 1471-1472, Arch. nat., H5 3462, non folioté.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4086/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 784k
Titre Figure 3. Lettres à antennes : compte du receveur général d’Artois, Toussaint 1303
Crédits Source : Coll. Archives départementales du Nord, Lille-France, B 13596, fo 1 ro.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4086/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 860k
Titre Figure 4. Initiales filigranées : comptes de Raoul, comte d’Eu, 1345-1348
Crédits Sources: Arch. nat., JJ 269 : 1. fo 1 ro; 2. fo 71 ro.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4086/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Titre Figure 5. Lettres évidées
Crédits Sources : 1. Compte de l’abbaye de Saint-Martin-des-Champs, 1404-1405, Arch. nat., LL 1381, fo 19 ro.2. Compte du collège de Laon à Paris, 1433-1434, Arch. nat., H3 2803/1, fo 91 ro.3. Compte de la paroisse Saint-Hilaire et Saint-Hippolyte à Paris, Arch. nat., H3 778/1, fo 6 ro.4. Compte de la ville d’Amiens, Bibliothèques d’Amiens métropole, archives municipales, CC 23, fo 24 ro.5. Compte de Tancarville, 1433, Archives départementales de la Seine-Maritime17, 1 ER 17, fo 1 ro.(http://www.archivesdepartementales76.net)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4086/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Figure 6. Lettre évidée ouvragée : compte du receveur de la nation allemande de l’université de Paris, 1447
Crédits Source: Arch. nat., H5 2587, fo 46 ro.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4086/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 7. Motifs végétaux
Crédits Sources : 1. Compte du collège de Dormans-Beauvais à Paris, 1435-1438, Arch. nat., H3 2785/8, fo 135 ro.2. Compte du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1416, Archives de l’AP-HP, Hôtel-Dieu, liasse 1452, pièce 6557, fo 8 ro.3. Compte de la confrérie de Saint-Augustin à Paris, 1421-1422, Arch. nat., H5 3605, non folioté.4. Compte du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1458, Arch. nat., H5 3663, p. 84.5. Compte du collège de Presles à Paris, 1429, Arch. nat., H3 2874/1, fo 31 vo.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4086/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Figure 8. Motifs animaliers
Crédits Sources : 1. Compte de l’aumône Notre-Dame de Chartres, 1460-1461, Arch. dép. d’Eure-et-Loir, H-Dépôt I E 70, fo 1 ro.2. Compte du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1429, Archives de l’AP-HP, Hôtel-Dieu, liasse 1452, pièce 6562, fo 45 ro.3. Compte du domaine d’Arras, Ascension 1362, Coll. Archives départementales du Nord, Lille-France, B 13877, fo 137 ro.4. Compte du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1416, Archives de l’AP-HP, Hôtel-Dieu, liasse 1452, pièce 6557, fo 93 ro.5. Compte du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1416, Archives de l’AP-HP, Hôtel-Dieu, liasse 1452, pièce 6557, fo 153 ro.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4086/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Figure 9. Grotesques
Crédits Sources : 1. Compte de la ville d’Amiens, 1401-1401, Bibliothèques d’Amiens métropole, archives municipales, CC 11, fo 67 vo.2. Compte de la commune de Dijon, 1474-1478, © Archives de la ville de Dijon, M 77-A, fo 55 vo.3. Compte de l’abbaye Saint-Antoine à Paris, 1492-1494, Arch. nat., H5 3863, fo 103.4. Compte de la censive de Sainte-Opportune à Paris, 1475-1476, Arch. nat., H5 3462, non folioté.5. Compte de l’argentier de Jeanne de Laval, 1467, Bibl. mun. Angers, ms 1064, fo 89 ro.6. Compte de Souvigny, 1415-1416, Archives départementales de l’Allier, A 172, fo 47 ro.7. Compte de la ville de Tours, 1421, Archives municipales de Tours, CC 19, fo 53 vo.8. Compte de la fabrique de la paroisse parisienne de Saint-Pierre-aux-Bœufs, 1471-1477, Arch. nat., H5 4614, fo 32 ro.9. Compte de la baronnie de L’Aigle, 1490, Médiathèque d’Alençon, ms 51, fo 2 ro.10. Compte de la ville de Besançon, 1495, Arch. mun. Besançon, CC 59, fo 1 ro.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4086/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 852k
Titre Figure 10. Décor combinant différents types ornementaux : compte de l’aumône Notre-Dame de Chartres, 1472-1473
Crédits Source : Arch. dép. d’Eure-et-Loir, H-Dépôt I E 77, fo 1 ro.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4086/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 11. Scène de chasse : compte du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1446
Crédits Source : Archives de l’AP-HP, Hôtel-Dieu, liasse 1452, pièce 6568, fo 5 vo.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4086/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 696k
Titre Figure 12. Majuscules R figurées
Crédits Sources : 1. Compte de l’hôpital Saint-Jacques-aux-Pèlerins à Paris, 1396-1397, Archives de l’AP-HP, Saint-Jacques, liasse 150, pièce 2318, fo 97 ro.2. Compte du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1429, Archives de l’AP-HP, Hôtel-Dieu, liasse 1452 pièce 6562, fo 7 ro.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4086/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Figure 13. Une composition élaborée : compte du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1429
Crédits Source : Archives de l’AP-HP, Hôtel-Dieu, liasse 1452, pièce 6562, fo 8 vo.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4086/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 856k
Titre Figure 14. Traitement en grisaille : compte du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1428
Crédits Source : Archives de l’AP-HP, Hôtel-Dieu, liasse 1452, pièce 6561, fo 1 ro.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4086/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Figure A. Lettres rehaussées
Crédits Sources : 1. et 3. Compte de la paroisse Sainte-Opportune à Paris, 1473-1474, Arch. nat., H3462, non folioté.2. Compte du collège de Dormans-Beauvais à Paris, 1430-1432, Arch. nat., H2785/7-2, fo 268 ro.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4086/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Figure B. Initiales colorées : compte de l’hôpital Saint-Jacques-aux-Pèlerins à Paris, 1500-1501
Crédits Source : Archives de l’AP-HP, Saint-Jacques, liasse 341, pièce 2414, fo 1 ro.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4086/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure C. Décor en couleurs : compte du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1418
Crédits Source : Archives de l’AP-HP, Hôtel-Dieu, liasse 1452, pièce 6559, fo 1 ro.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4086/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Figure D. Lettrine : compte du receveur de la nation d’Allemagne de l’université de Paris, 1461
Crédits Source: Arch. nat., H2588, fo 1 ro.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4086/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure E. Initiale armoriée : compte de l’évêque d’Avignon, 1363-1366
Crédits Source : Archives départementales de Vaucluse, 1 G 9, fo 1 ro.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4086/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Figure 15. Une lettre décorée prolongée en une histoire : compte de la prieure de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1435
Crédits Source : Archives de l’AP-HP, Hôtel-Dieu, liasse 1452, pièce 6564, p. 315.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4086/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 1020k
Titre Figure 16. Compte de la prieure de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1435
Crédits Source : Archives de l’AP-HP, Hôtel-Dieu, liasse 1452, pièce 6564, p. 318.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4086/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 696k
Titre Figure 17. Initiale réservée du compte de la ville de Boulogne-sur-Mer, 1415-1416
Crédits Source: Arch. nat., KK 280, fo 1 ro.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4086/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Figure 18. Lettre d’attente en tête du compte du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1458
Crédits Source: Arch. nat., H5 3663, p. 1.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4086/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Titre Figure 19. Première ligne ornée : compte du receveur de la châtellenie de Souvigny en Bourbonnais, 1414-1415
Crédits Source : Archives départementales de l’Allier, A 171, fo 1 ro.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4086/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre Figure 20. « Grosses sommes » ornées : compte du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1458
Crédits Sources: Arch. nat., H5 3663 : 1. p. 13 ; 2. p. 92 ; 3. p. 175 ; 4. p. 103.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4086/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Figure 21. Initiales d’item ornées : compte du pitancier du prieuré Saint-Ayoul de Provins, 1460
Crédits Source : Provins, Fonds ancien de la bibliothèque municipale, ms 257, fo 14 ro ©Ville de Provins.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4086/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Figure 22. Jeu de mots : compte du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1458
Crédits Source: Arch. nat., H5 3663, p. 80.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4086/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure F. La représentation de la tour de Barbentane : compte de l’évêché d’Avignon, 1365-1366
Crédits Source : Archives départementales de Vaucluse, 1 G 9, fo 23 vo et 54 ro.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4086/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Figure G. Compte de fouage du trésorier de Forez, 1392-1395
Crédits Source : Compte du fouage du trésorier de Forez, 1392-1395, Archives départementales de la Loire, B 1917, fo 6 ro.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4086/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Figure 23. Compte du receveur de la duchesse Anne Dauphine, comtesse de Forez, 1390-1392
Crédits Source : Archives départementales de la Loire, B 1927, fo 1 ro.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4086/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre Figure H. Saint Thomas Becket : compte de l’Hôtel Dieu Saint-Thomas d’Argentan, 1484-1485
Crédits Source : Compte de l’Hôtel-Dieu d’Argentan, 1484-1485, Archives départementales de l’Orne, H dépôt 2, tome 6/2, p. 123.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4086/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 820k
Titre Figure 24. Tiare de saint Pierre : compte de la paroisse Saint-Pierre-aux-Bœufs à Paris, 1462-1471
Crédits Source: Arch. nat., H5 4614, fol. 1 ro.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4086/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Figure 25. Compte des receveurs de la ville de Moulins, 1468
Crédits Source : Arch. mun. Moulins, 281, fo 14 ro.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4086/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 928k
Titre Figure 26. Compte de Georges Boursier, receveur de la ville de Moulins, 1443-1444
Crédits Source : Arch. mun. Moulins, cote 266, fo 1 ro.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4086/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Figure I. Début du compte de l’évêché d’Avignon, 1363-1366
Crédits Source : Archives départementales de Vaucluse, 1 G 9, fo 1 ro.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4086/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Figure 27. Personnages et animaux dans les marges : compte du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1429
Crédits Source : Archives de l’AP-HP, Hôtel-Dieu, liasse 1452, pièce 6562, fo 1 ro.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4086/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
Titre Figure K. Titre du compte de la ville de Dieppe, 1446
Crédits Source : Archives départementales de la Seine-Maritime, G 506, fo 1 ro.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4086/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Figure J. Compte signé de Jean Colin : compte du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1418
Crédits Source : Archives de l’AP-HP, Hôtel-Dieu, liasse 1452, pièce 6559, fo 1 ro.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4086/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Figure 28. « Signature » fleurs : compte du collège de Dormans-Beauvais, 1440-1445
Crédits Sources: Arch. nat., H3 2785/8: 1. fo 233 vo; 2. fo 278 ro; 3. fo 312 vo.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4086/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Figure 29. « Signature » profils : comptes du collège de Dormans-Beauvais, 1475 à 1479
Crédits Sources: Arch. nat., H3 2785/12 : 1. fo 220 ro; 2. fo 245 ro; 3. fo 290 ro; 4. fo 295 vo; 5. fo 325 ro; 6. fo 335 ro; 7. fo 330 ro; 8. fo 335 ro.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4086/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Figure 30. « Signature » roseau : compte du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1416
Crédits Sources : Archives de l’AP-HP, Hôtel-Dieu, liasse 1452, pièce 6557 : 1. fo 1ro ; 2. fo 71 ro ; 3. fo 45 ro ; 4. fo 101 ro ; 5. fo 50 vo ; 6. fo 93 ro.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4086/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Titre Figure 31. Motif végétal et visages : compte du maître de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1417
Crédits Sources : Archives de l’AP-HP, Hôtel-Dieu, liasse 1452, pièce 6558 : 1. fo 3 vo ; 2. fo 8 ro ; 3. fo 11 vo ; 4. fo 8 vo ; 5. fo 41 vo ; 6. fo 33 ro.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4086/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Figure 32. Motif au grelot
Crédits Sources : 1. et 2. Confrérie de Saint-Augustin à Paris, 1421-1422, Arch. nat., H3 3605, non folioté.3. Compte de l’argenterie du duc de Bourgogne, 1470, Archives générales du Royaume, Bruxelles, CC 1925 R.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4086/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Figure 33. Motif à la rose
Crédits Sources : 1. Compte de la prieure de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1423, Archives de l’AP-HP, Hôtel-Dieu, liasse 1452, pièce 6560, fo 3 ro.2. Compte de la confrérie de Saint-Augustin à Paris, 1421-1422, Arch. nat., H3 3605, non folioté.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4086/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Figure 34. Double S dans les comptes et les chartes
Crédits Sources : 1. Compte de la prieure de l’Hôtel-Dieu de Paris, 1423, Archives de l’AP-HP, Hôtel-Dieu, liasse 1452, pièce, fo 21 ro.2. Charte des Célestins de France, 1394, Arch. nat., J 188A, no 55.3. Compte de la confrérie de Saint-Augustin, 1421-1422, Arch. nat., H5 3605, non folioté.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4086/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 484k

Auteur

Christine Jéhanno est maître de conférences en histoire du Moyen Âge à l’université du Littoral-Côte d’Opale. Spécialiste d’histoire économique et d’histoire urbaine, elle s’intéresse en particulier à l’histoire des hôpitaux de Paris, et de leurs comptabilités, à la fin du Moyen Âge. Elle a publié dans ce dernier champ de recherches plusieurs articles : « La série des comptes de l’Hôtel-Dieu de Paris à la fin du Moyen Âge : aspects codicologiques », Comptabilité(S), Revue d’histoire des comptabilités, no 2, 2011, http://comptabilites.revues.org/639 ; « À la recherche de ceux qui écrivirent les comptes de l’Hôtel-Dieu de Paris à la fin du Moyen Âge », dans Mémoires de la Société d’histoire de Paris et de l’Ile-de-France, t. 63, 2012, p. 233-254 ; « Un grand hôpital en quête de nouvelles ressources : l’Hôtel-Dieu de Paris à la fin du Moyen Âge », dans Assistenza e solidarità in Europa, secc. xiii-xviii, Actes du colloque international de la Fondazione Istituto Internazionale di Storia economica F. Datini, 22-26 avril 2012, Prato (Italie), 2013 ; « Les comptes médiévaux ont-ils vocation à être exacts ? Le cas de l’Hôtel-Dieu de Paris », communication présentée lors de la table ronde internationale d’histoire des comptabilités médiévales tenue en octobre 2011, Comptabilité(S). Revue d’histoire des comptabilités, no 7, 2015, http://comptabilites.revues.org/1672. Sa thèse, « Sustenter les povres malades ». Alimentation et approvisionnement à Paris à la fin du Moyen Âge : l’exemple de l’Hôtel-Dieu, paraîtra en 2016.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540