Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Classer, dire, compter

 | 
Olivier Mattéoni
, 
Patrice Beck

Forme, organisation et ordonnancement des comptabilités

Les brouillons sur tablettes de cire de la royauté française : une conservation paradoxale

Élisabeth Lalou

Texte intégral

  • 1  Élisabeth Lalou, « Les comptes sur tablettes de cire de Cîteaux (1321-1325) », dans Comptes rendus (...)
  • 2Scripturae. Trésors médiévaux des Archives de l’Oise, exposition programmée par Bruno Ricard, Pari (...)
  • 3  É. Lalou, Les comptes sur tablettes de cire de Jean Sarrazin, chambellan de saint Louis, Turnhout, (...)
  • 4  É. Lalou, Les comptes sur tablettes de cire de la chambre aux deniers de Philippe III le Hardi et (...)

1Nous avons conservé en France pour le Moyen Âge un corpus important de comptes sur tablettes de cire : un volume provient des archives de Cîteaux1 et contient les comptes du boursier de Cîteaux, un second des archives communales de Senlis2 (constitué du résultat d’une enquête sur les finances de la ville à l’issue de laquelle la commune fut supprimée), et un corpus important – dix registres – et célèbre comprend les brouillons de comptes de l’hôtel de plusieurs rois de France, Louis IX3 (comptes tenus par Jean Sarrazin, un de ses chambellans), Philippe III et Philippe IV (tenus par Pierre de Condé et Jean de Saint Just, maîtres de la chambre aux deniers du roi) et Jean le Bon4.

2Je voudrais ici présenter ce corpus de tablettes de cire dans sa matérialité, montrer l’organisation de l’ensemble des comptes du roi qu’elles contiennent avant d’aborder leur statut de brouillon et leur conservation paradoxale. Les tablettes de Cîteaux et de Senlis seront utilisées pour illustrer quelques exemples.

I. Description matérielle

  • 5Les Tablettes à écrire de l’Antiquité à l’époque moderne, Actes du colloque de Paris, octobre 1990 (...)
  • 6  É. Lalou, Ibid.

3Les tablettes royales sont des registres de bois et de cire5, ou plutôt étaient des registres, car un seul volume est encore conservé dans sa reliure originelle6, celui conservé à l’Archivio di stato de Florence. Pour tous les autres, les feuillets ont été séparés les uns des autres.

  • 7  Édition par Karol Gorski et Witold Szczuczko, Tabliczki Woskowe Miasta Torunia, Ok 1350-Ipol. xviw(...)

4On peut se faire une idée de l’aspect que devaient présenter ces archives royales, transportées dans la charrette aux deniers de la chambre aux deniers du roi, en regardant le corpus de tablettes de la ville de Torun en Pologne. Les gros et épais volumes contiennent le censier de la nouvelle et de la vieille ville au xive siècle. Une édition partielle en a été réalisée et les archives de la ville ont créé un site pour les mettre en valeur7. Un fonds similaire se trouvait à Gdansk/Danzig dont il reste seulement des épaves.

  • 8L’art chez les Clarisses de France. Beauté et pauvreté, Jacques Charles-Gaffiot (dir.), Paris, Cen (...)

5Le petit carnet de sainte Colette8, conservé dans un couvent de clarisses de Besançon et qui a été exposé lors de l’exposition sur les Clarisses en 1994, donne une idée aussi de ces volumes qui étaient des codices, des registres.

  • 9Recueil des historiens des Gaules et de la France, Natalis de Wailly et Leopold Delisle (éd.), t.  (...)

6Natalis de Wailly9, qui a publié une édition des tablettes de Jean Sarrazin, chambellan de saint Louis, dans le tome 21 du Recueil des historiens des Gaules et de la France, a fait exécuter un dessin du volume dans son état original. Les tablettes de saint Louis ont l’extrémité arrondie. Ce sont les plus grandes de tout le corpus des tablettes royales françaises.

A. Dimensions10

  • 10  BNF, ms. lat 9021 (cire : 135 x 272 mm) ; BNF, ms. lat. 9022 (130 x 300 mm) ; Florence, Archivio d (...)

7Ces registres sont hauts (entre 33 et 39 cm) et étroits (entre 13 et 16 cm). Les tablettes de Jean Sarrazin sont plus grandes que les autres volumes (47,5 x 20,5 cm), comme on peut le voir au Musée de l’histoire de France aux Archives nationales, où l’un des feuillets est exposé. Les tablettes de Senlis mesurent 39 cm sur 17, celles de Cîteaux 36 cm sur 15,5.

B. Écriture et mise en pages

8L’écriture était soit parallèle au grand côté et disposée alors en trois colonnes (comme pour le registre de saint Louis ou les tablettes de Cîteaux), soit parallèle au petit côté des tablettes comme dans l’ensemble des tablettes de Philippe III et Philippe IV. Que les tablettes soient tenues dans un sens ou dans l’autre, les dimensions de la page écrite sont similaires puisque les trois colonnes divisent la page en un espace identique.

9La mise en pages était préparée avant utilisation. Le soin apporté à la mise en pages est paradoxale puisque ces comptes sur tablettes étaient des brouillons. C’est à vrai dire un élément qui permet de s’interroger sur leur véritable statut. Le cas échéant, les trois colonnes étaient marquées par des lignes qui déterminaient une marge en tête de la ligne d’écriture.

10On trouve des titres écrits dans un module plus important au début des nouvelles périodes de compte. Ainsi, dans les comptes journaliers de Philippe IV, on lit le titre « Nova vadia. Hic incipiunt nova vadia ». Ces comptes journaliers sont écrits parallèlement au petit côté du registre : l’ensemble de la période de compte comprend une marge à gauche dans laquelle sont inscrits la date du jour et le lieu où se trouve le roi. Chaque jour énumère les dépenses de la paneterie, de l’échansonnerie, de la cuisine, du fruit, de l’écurie et de la chambre, qui figurent les unes sous les autres.

11Dans les tablettes de Jean Sarrazin, l’ordre alphabétique est utilisé et préparé pour la seconde partie du volume. Une page était réservée pour le A et les autres lettres de l’alphabet. La lettre figure en haut de la page qui lui est réservée. Fut noté dans ces pages réservées le nom selon l’ordre alphabétique de prénom des personnages qui recevaient des deniers de la chambre aux deniers. Pour certaines lettres, l’espace prévu s’est révélé trop large et des notes qui auraient dû figurer sous d’autres lettres y furent écrites. Le scribe eut alors le soin de bien indiquer par un titre le sujet de ces paragraphes.

12Dans ces deux exemples, la mise en pages est l’image d’un compte qui constitue le volume. Les derniers feuillets de certains registres, comme celui conservé à Genève, contiennent seulement des notes informes sans mise en pages préexistante.

C. Utilisation plurielle

  • 11Actes et comptes de la commune de Provins de l’an 1271 à l’an 1330, Maurice Prou et Jules d’Auriac (...)

13Les tablettes ont été utilisées plusieurs fois : on en a la preuve car on voit dans toutes des traces d’une écriture dont l’essentiel a été effacé pour réutiliser les tablettes. Elles étaient utilisées trois ou quatre fois : elles faisaient d’abord l’objet d’un érasage avec la partie plate du stylet, puis elles étaient potentiellement « recirées » – on refaisait alors à neuf la couche de cire. On en connaît des mentions dans les comptes de Provins pour la fin du xiiie siècle11. Les volumes étaient utilisés jusqu’à ce que le bois commence à se casser. La faiblesse du bois est visible dans certaines tablettes, comme à Senlis ou dans les tablettes de Reims. La page se casse au milieu ou dans les coins.

  • 12  Arch. dép. Haut-Rhin, H Unterlinden, 2/3. Elles commencent en 1394 et continuent jusqu’au xvie siè (...)
  • 13  Reinhard Bull, Ernst Moser, Hermann Kuhn, « Wachs als Beschreib- und Siegelstoff, Wachsschreibtafe (...)

14Il existe aussi des tablettes qui associent la cire et le parchemin ou le papier. Nous en connaissons deux exemples : l’un, conservé aux archives départementales du Haut-Rhin, est le registre des dominicaines des Unterlinden12 de Colmar. Un volume conservé à Nuremberg13 se présente de la même façon. Ces volumes sont des censiers ou terriers qui furent utilisés pour les Unterlinden notamment de 1394 au début du xvie siècle. Les adresses des immeubles sur lesquels étaient levées les sommes d’argent étaient écrites sur le papier ou le parchemin et la cire recueillait les chiffres. Le volume pouvait ainsi être utilisé plusieurs fois : seuls les chiffres étaient modifiés et ensuite probablement recopiés sur parchemin ou papier.

II. Les comptes de l’hôtel du roi

15Les tablettes royales contiennent les comptes de l’hôtel du roi dans toute la diversité de leur organisation du milieu du xiiie siècle au milieu du xive.

16Les tablettes de saint Louis comprennent trois parties : la première comprend les dépenses des six métiers ou offices de l’hôtel classés chronologiquement qui nous fournissent ainsi l’itinéraire du roi ; la seconde est intitulée « sommes (debita) dues à J. Sarrazin » et est classée dans l’ordre alphabétique ; une troisième partie comprend des listes de dons, d’aumônes, de nouveaux chevaliers, des listes de robes, le restaur des chevaux.

17Plus important, les comptables utilisent les deux sens du registre, ce qui porte le nom dans les tablettes elles-mêmes de « tor de table ». Chez Jean Sarrazin, le « tor de table » reprend les sommes globales obtenues en recettes, dont les dépenses sont copiées dans l’autre sens du registre.

18L’organisation des comptes de Philippe III et Philippe IV est similaire mais propose toute une gamme de comptes inscrits sur chaque volume. On peut distinguer trois types d’organisation de ces comptes. La première partie comprend d’une part les dépenses de chacun des six métiers, comme dans les comptes de saint Louis, complétées par le journal des dépenses des métiers. Les deux comptes renvoient l’un à l’autre, à la manière du « tor de tables ». Un « tor de tables » se trouve en outre à la fin du journal, avec l’indication des grosses sommes que le comptable est allé chercher au Trésor du Temple ou a reçu directement de sénéchaux méridionaux. Le journal détaille l’utilisation qui a été faite de ces sommes. Les sommes remises aux maîtres des métiers sont à leur tour détaillées dans le volume des dépenses des métiers.

19Pour deux ans du règne de Philippe IV, on a conservé les comptes journaliers du roi : source primordiale pour établir l’itinéraire du roi. Les dépenses journalières de chacun des métiers sont indiquées dans ces quatre volumes de tablettes. Elles nous renseignent pour les années 1301-1302 et 1302-1304, classées par chacun des six métiers de l’hôtel : paneterie (panis), échansonnerie (vinum), cuisine (coquina), fruiterie (fructus), écurie (avena), chambre (camera).

20Lors des récapitulés au bout d’un peu moins d’un mois, on fait les comptes, et les tablettes présentent alors les gages versés aux serviteurs « retenus » ainsi que les listes de milites, clerici et valeti.

21Enfin, deux registres de tablettes conservent les brouillons de comptes « extraordinaires ». Ces chapitres de comptes présentent les dépenses pour les dons et aumônes, les hernesia (harnois), les nouveaux chevaliers, le restaur des chevaux et bêtes de somme, les aumônes casuelles et les dîmes du pain et du vin de l’hôtel versées à différents établissements ecclésiastiques.

  • 14Le premier budget de la monarchie français : le compte général de 1202-1203, Ferdinand Lot et Robe (...)

22Cette organisation des comptes de l’hôtel reste stable entre 1282 et 1307. L’existence de comptes d’itinera, c’est-à-dire les comptes journaliers, est attestée déjà dans le « premier budget » de 1202 édité par Lot et Fawtier14, soit au tout début du xiiie siècle.

  • 15  Holger Kruse, Hof, Amt und Gagen die täglichen Gagenlisten des burgundischen Hofes (1430-1467) und (...)
  • 16  Robert-Henri Bautier et Janine Sornay, Les sources de l’histoire économique et sociale du Moyen Âg (...)

23On perçoit toutefois une évolution entre saint Louis et Jean II : au xive siècle, les comptes journaliers sont plus développés ; les listes de victuailles sont plus étendues, sans toutefois correspondre au détail des écroues bourguignonnes tenues sur « roulets » de parchemin ou de papier, qu’a étudiées Holger Kruse15, et dont Janine Sornay a fait l’inventaire16.

III. Statut des comptes royaux sur tablettes de cire

24Ces comptes ainsi organisés sont, par leur support de cire, des brouillons. Ils furent, tout ou partie, recopiés sur des rouleaux de parchemin ou dans des registres.

  • 17  É. Lalou, Les comptes sur tablettes de cire…, op. cit., p. liii ; BNF, ms. fr. 2833, f191 vo ; B (...)

25Pour les comptes royaux, nous n’avons conservé aucun compte qui aurait pu être issu de ces brouillons. Un seul fragment pour la croisade d’Aragon, lui-même connu uniquement par une copie, renvoie à des éléments que l’on trouve dans le journal des dépenses17. En effet, les paiements pour l’armée de la croisade d’Aragon figurent dans les tablettes de l’hôtel, l’ost alors ne s’étant pas encore séparé de l’administration de l’hôtel.

  • 18  É. Lalou, « Les comptes sur tablettes de cire de Cîteaux (1321-1325) », art. cité.

26Pour l’abbaye de Cîteaux, on a conservé des comptes nettement postérieurs tenus sur un grand registre de papier. Ce registre est tenu à deux colonnes. Les mêmes chapitres que sur les tablettes de cire de Cîteaux se trouvent dans ce registre. Ce registre lui-même contient dans une première partie une copie au net, mais la suite du compte se présente comme un lieu où noter au fur et à mesure les éléments de compte dans chacun des chapitres. Une bonne partie du registre présente d’ailleurs des feuillets vierges18.

27Ces brouillons sont cancellés. En regardant de plus près, on voit que les tablettes de Jean Sarrazin comportent deux types de cancellation : chaque ligne peut être barrée (c’est le cas dans la liste alphabétique des « Alia debita » : il s’agit là probablement de signifier que le compte est apuré avec telle ou telle personne). Ailleurs, notamment dans les listes ainsi que dans les comptes des métiers, de grandes croix signifient que cette partie de compte a été utilisée, probablement recopiée.

28Les tablettes royales de Philippe III et Philippe IV portent beaucoup moins de signes de cancellation. Les comptes journaliers conservés à Reims n’en comportent pas du tout.

29Les tablettes royales recevaient donc des brouillons destinés à être supprimés. Et pourtant nous avons conservé ces quelques exemplaires de tablettes.

  • 19  É. Lalou, Les comptes sur tablettes de cire…, op. cit., p. 763-765 et p. iv ; Joseph Petit, Essai (...)

30On sait que les tablettes des années antérieures étaient conservées par les comptables. D’après une note dans le journal du Trésor de Philippe IV, il restait en 1300 encore des tablettes des années 1280 dans les archives de la Chambre des comptes naissante. Nous avons conservé d’ailleurs dans les épaves de la Chambre des comptes des extraits de tablettes perdues (pour les années 1282, 1289, 1292, 1293)19.

31Lors de la copie, les comptes perdaient certains de leurs éléments. Des détails disparaissaient. Les comptes journaliers notamment sont si denses que la copie paraît relever d’un travail de titan et elle ne devait pas intervenir.

32Des fragments de comptes furent donc pris en note et se trouvent ainsi copiés sur certaines tablettes, comme celles conservées à Genève. On garde ainsi des récapitulés, des notes provenant de comptes antérieurs et conservés ou recopiés sur cire pour servir au travail du comptable. Le comptable conservait donc provisoirement sur cire des éléments de comptes. La conservation de ces tablettes aide-mémoire peut donc se comprendre en partie.

33Puisque tout n’était pas recopié, la copie n’était du coup plus accessible – elle était peut-être envoyée à la Chambre des comptes – ou difficilement accessible. Les comptables conservaient donc des notes sur tablettes ou certaines tablettes en entier qui leur seraient encore utiles.

  • 20  Alexandre Teulet, Layettes du Trésor des chartes. 1. 755-1223, Paris, Plon (« Archives de l’Empire (...)

34On peut émettre l’hypothèse que les tablettes que nous avons conservées furent ensuite oubliées dans un coin, lorsque les tablettes de cire furent remplacées par l’utilisation de brouillons sur d’autres supports et notamment le papier. L’état de désordre des fonds du Trésor des chartes tel qu’il est décrit par Gérard de Montaigu vers 1364 peut laisser penser à cet « oubli »20.

35Certaines tablettes furent toutefois peut-être conservées à dessein, et pas seulement par hasard, pour conserver la mémoire d’événements importants. En effet, les tablettes de Jean Sarrazin contiennent le détail des dépenses du pèlerinage de saint Louis au Mont-Saint-Michel, à Pâques 1256, et deux registres de cire conservent les dépenses quotidiennes du voyage de Philippe IV le Bel en Languedoc en 1303-1304. Cette similitude, dans un corpus au demeurant relativement restreint, permet de penser que cette conservation fut volontaire.

36À Senlis, le registre de tablettes fut peut-être conservé parce que la commune fut supprimée à l’issue de l’enquête sur les finances de la ville. La ville put donc conserver le volume pour garder mémoire de cet événement important.

37La conservation des tablettes de cire à partir de la fin du xive siècle est due ensuite à leur changement de statut : les tablettes de cire, dont l’usage diminuait, devinrent rapidement des objets de curiosité et entrèrent dans les collections de particuliers, puis dans les cabinets de curiosité.

  • 21  É. Lalou, Les comptes sur tablettes de cire…, op. cit., p. ix-x.
  • 22  « Item, veult et ordonne que aucun inventaire ne soit faict après son décès desdits livres, tablea (...)

38On connaît l’histoire de certains de ces registres par des signatures apposées au fil des siècles par les différents possesseurs ou par les gens qui les ont vues et ont voulu essayer d’écrire dessus. Le parcours le plus long qui a pu être reconstitué est celui du volume conservé aujourd’hui à Florence21. Le volume a appartenu à Lazare de Baif (mort en 1547), ambassadeur à Venise et maître des requêtes ordinaires du roi. Elles sont passées dans la collection de la famille Dauvet et d’abord dans celle de Jean Dauvet, seigneur des Marests (mort en 1559). Puis elles firent partie de la collection de Pierre Lescot l’architecte (1515-1568)22, et demeurèrent dans sa famille jusqu’en 1632. Elles finirent dans la collection de Gian-Gastone, le dernier grand duc de Florence (1671-1737).

  • 23  À côté de Duquesnoy, Daniel Vize ou Berthault est indiqué : « L’an XLIIII (44) nous eusmes grande (...)

39Des noms figurent aussi sur les tablettes conservées à Reims et sur les tablettes de Jean Sarrazin. Il en est de même sur les tablettes de Senlis23.

40Au xviie siècle, à l’exception des tablettes alors déjà conservées à Genève, Florence et Reims, les tablettes royales se trouvaient dans les bibliothèques des jésuites (Louis le Grand), dans celle des Carmes déchaussés, ainsi que celles de Saint-Victor et de Saint-Germain. Ces dernières ont apparemment subi un incendie qui a pu faire fondre la cire sur certains feuillets.

41La conservation encore aujourd’hui de ces dix volumes de tablettes royales est donc miraculeuse. En effet, les tablettes furent utilisées comme brouillon de façon massive et, sur ces centaines ou milliers de registres, nous n’en avons conservé que dix.

  • 24  John Lawrence Sharpe III, « The Dakhleh tablets and some codicological considerations », dans Les (...)

42Je rappellerai pour finir que le statut de brouillon n’a pas toujours été celui des tablettes de cire. Ainsi, dans l’Antiquité, chez les Grecs, les grands textes étaient conservés sur des codices de bois et de cire, ou simplement de bois, comme ce livre contenant des discours d’Isocrate retrouvé en Égypte24. Ce superbe livre de bois de saule avec application de gomme arabique pour permettre l’utilisation de l’encre mesure 32 x 16 x 3,1 cm. Un livre de compte datant de 360 de notre ère fut retrouvé à côté du livre d’Isocrate. Ce livre de comptes (33,4 x 10,7 x 3 cm) pose accessoirement la question de la densité des comptes : il contient en effet quatre ans de comptabilité, quand il fallait deux volumes uniquement pour les comptes journaliers de Philippe IV. Il est vrai que les comptes d’une ferme ne sauraient nécessiter autant de place que les comptes de la cour du roi de France au début du xive siècle.

43À Rome, on consignait sur des tablettes les testaments ainsi que les actes de naissance.

44Une fresque de la chapelle des Peruzzi à Florence montre la scène où le nom de saint Jean-Baptiste est noté sur une tablette. Et on a conservé des tablettes romaines portant le nom d’enfants, qui constituent ainsi autant d’actes de naissance. La naissance de saint Jean-Baptiste annonce l’arrivée de Jésus Christ et la rédemption. Or, dans beaucoup d’enluminures médiévales, les tables de la loi portées par Moïse sont représentées sur le modèle des tablettes de cire en diptyque. À Florence, au xve siècle, mais aussi ailleurs, les tablettes de cire pourtant vouées au feu in fine devaient encore inspirer le respect, puisqu’elles étaient représentées au début des temps comme l’annonce de la fin des temps.

Figure 1. Comptes ordinaires du roi, 1303, tablettes de Reims

Figure 1. Comptes ordinaires du roi, 1303, tablettes de Reims

Source : Tabulae ceratae, annorum 1303-1304. 7e tablette de cire en bois de hêtre de Philippe IV le Bel. © Reims, BM, Ms 1465.

Figure 2. Tablette dite « Morimond », recto

Figure 2. Tablette dite « Morimond », recto

Source : © Archives départementales de la Côte-d’Or, cliché F. Petot, 2010.

Notes

1  Élisabeth Lalou, « Les comptes sur tablettes de cire de Cîteaux (1321-1325) », dans Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles lettres, janvier 2011, 2012, p. 175-188.

2Scripturae. Trésors médiévaux des Archives de l’Oise, exposition programmée par Bruno Ricard, Paris, Somogy éditions d’Art, 2011 ; Jules Flammermont, Histoire des institutions municipales de Senlis, Paris, École des hautes études (« Bibliothèque de l’École des hautes études », 44), 1881. Les photographies des tablettes de cire de Senlis sont en ligne sur le site des archives départementales de l’Oise.

3  É. Lalou, Les comptes sur tablettes de cire de Jean Sarrazin, chambellan de saint Louis, Turnhout, Brepols (« Monumenta palaeographica Medii Aevi »), 2003 (avec photographies des tablettes).

4  É. Lalou, Les comptes sur tablettes de cire de la chambre aux deniers de Philippe III le Hardi et Philippe IV le Bel (1282-1309), sous la direction de Robert-Henri Bautier, Paris, Académie des inscriptions et belles lettres, 1994 ; eadem, « Un compte de l’hôtel du roi sur tablettes de cire, 10 octobre-14 novembre [1350] », Bibliothèque de l’École des chartes, t. 152, 1994, p. 93-127. Cet ensemble de tablettes conservées à la BNF est en cours de numérisation.

5Les Tablettes à écrire de l’Antiquité à l’époque moderne, Actes du colloque de Paris, octobre 1990, É. Lalou (éd.), Turnhout, Brepols (« Bibliologia », 12), 1992, et « Les tablettes de cire médiévales », Bibliothèque de l’École des chartes, t. 147, 1989, p. 123-140.

6  É. Lalou, Ibid.

7  Édition par Karol Gorski et Witold Szczuczko, Tabliczki Woskowe Miasta Torunia, Ok 1350-Ipol. xviw, Varsovie, Poznan, Torun (« Societas scientiarum Torunensis », Fontes 69), 1980. Photographie sur http://www.unesco-ci.org/photos/showphoto.php/photo/4728/title/collection-of-wax-tablets-of-the-town-of-torun28poland-29-/cat/871 (consulté le 23 août 2013).

8L’art chez les Clarisses de France. Beauté et pauvreté, Jacques Charles-Gaffiot (dir.), Paris, Centre culturel du Panthéon, 1994, p. 77, n° 28, Sainte Colette 1381-1447, T feuillet 80 x 50 x 10, xve siècle.

9Recueil des historiens des Gaules et de la France, Natalis de Wailly et Leopold Delisle (éd.), t. XXI, p. 284-292.

10  BNF, ms. lat 9021 (cire : 135 x 272 mm) ; BNF, ms. lat. 9022 (130 x 300 mm) ; Florence, Archivio di stato (cire : 169 x 330 mm, cadre : 182 x 348 mm) ; BNF, ms. lat. 9024 (cire 170 x 343 mm) ; bibl. mun. Reims (170 x 343 mm, cadre : 187 x 365 mm) ; BNF, ms. lat. 9025 (cire : 130 x 388 mm) ; Genève, bibl. publique et universitaire (cire : 140 x 348 mm, cadre : 158 x 362 mm).

11Actes et comptes de la commune de Provins de l’an 1271 à l’an 1330, Maurice Prou et Jules d’Auriac (éd.), Provins, 1933, p. 89.

12  Arch. dép. Haut-Rhin, H Unterlinden, 2/3. Elles commencent en 1394 et continuent jusqu’au xvie siècle. Photo dans Les dominicaines d’Unterlinden, exposition du musée Unterlinden, juin 2001, Paris, Somogy éditions d’Art, 2000, p. 22, n° 8. 14 feuillets sont reliés entre eux. Ils contiennent plus de 200 notices correspondant aux maisons grevées de rentes dans l’ordre des rues de Colmar, voir Émile Herzog, « Une bien curieuse colligende du monastère des Unterlinden de Colmar », Archives alsaciennes d’art et d’histoire, XI, 1932, p. 75-82.

13  Reinhard Bull, Ernst Moser, Hermann Kuhn, « Wachs als Beschreib- und Siegelstoff, Wachsschreibtafeln und ihre Verwendung », dans Vom Wachs-Hoechster, Beiträge zur Kenntnis der Wachse, Francfort, 1968, p. 785-894, n° 633 et tableau n° 22.

14Le premier budget de la monarchie français : le compte général de 1202-1203, Ferdinand Lot et Robert Fawtier (éd.), Paris, Champion (« Bibliothèque de l’École des hautes études, Sciences historiques et philologiques », fasc. 259), 1932.

15  Holger Kruse, Hof, Amt und Gagen die täglichen Gagenlisten des burgundischen Hofes (1430-1467) und der erste Hofstaat Karls der Kühnen, 1456, Bonn, Bouvier Verlag (« Pariser Historische Studien », 44), 1996.

16  Robert-Henri Bautier et Janine Sornay, Les sources de l’histoire économique et sociale du Moyen Âge. 2e série : Les États de la Maison de Bourgogne, vol. 1, fasc. 1, Archives centrales de l’État bourguignon (1384-1508), Archives des principautés territoriales. 1. Les principautés du Sud, 2. Les principautés du Nord (supplément), Paris, CNRS Éditions, 2001 : Écroues p. 89-90, 94-97, 100-102, 104-105, et dans vol. 1, fasc. 2, Archives des principautés territoriales. 2. Les principautés du Nord, Paris, CNRS Éditions, 1984, p. 58, 256 et 417.

17  É. Lalou, Les comptes sur tablettes de cire…, op. cit., p. liii ; BNF, ms. fr. 2833, f191 vo ; BNF, ms. fr. 20853 ; Recueil des historiens des Gaules et de la France, N. de Wailly et L. Delisle (éd.), op. cit., t. XXI, p. 516.

18  É. Lalou, « Les comptes sur tablettes de cire de Cîteaux (1321-1325) », art. cité.

19  É. Lalou, Les comptes sur tablettes de cire…, op. cit., p. 763-765 et p. iv ; Joseph Petit, Essai de restitution des plus anciens mémoriaux de la Chambre des comptes de Paris, Paris, 1899, n° 80, p. 129.

20  Alexandre Teulet, Layettes du Trésor des chartes. 1. 755-1223, Paris, Plon (« Archives de l’Empire. Inventaires et documents »), 1863, p. xii : « C’était comme une mer de chartes et de registres, entassés pêle-mêle, et où l’on ne pouvait trouver qu’avec une extrême difficulté les pièces dont on avait besoin ». Les archives de la Chambre des comptes, dans le cas où les tablettes y auraient été conservées, semblaient mieux classées. Charles-Victor Langlois, « Registres perdus des archives de la Chambre des comptes de Paris », dans Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque nationale, t. 40, Paris, 1917, p. 33-398.

21  É. Lalou, Les comptes sur tablettes de cire…, op. cit., p. ix-x.

22  « Item, veult et ordonne que aucun inventaire ne soit faict après son décès desdits livres, tableaux, pictures, medailles, portraitcz, anticquitez, medailles antiques et modernes et autres choses semblables qui se trouveront tant en son estude, gallerie et cabinet de sa maison du cloistre en laquelle il se tient a present que autres lieux ».

23  À côté de Duquesnoy, Daniel Vize ou Berthault est indiqué : « L’an XLIIII (44) nous eusmes grande guerre / Et l’an Vc 45 la grande peste nous vint ».

24  John Lawrence Sharpe III, « The Dakhleh tablets and some codicological considerations », dans Les tablettes à écrire de l’Antiquité à l’époque moderne, op. cit., p. 127-148.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Comptes ordinaires du roi, 1303, tablettes de Reims
Crédits Source : Tabulae ceratae, annorum 1303-1304. 7e tablette de cire en bois de hêtre de Philippe IV le Bel. © Reims, BM, Ms 1465.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4082/img-1.png
Fichier image/png, 5,2M
Titre Figure 2. Tablette dite « Morimond », recto
Crédits Source : © Archives départementales de la Côte-d’Or, cliché F. Petot, 2010.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4082/img-2.png
Fichier image/png, 3,6M

Auteur

Élisabeth Lalou est professeur d’histoire du Moyen Âge à l’université de Rouen. Elle est l’une des spécialistes des comptes sur tablettes de cire. Sur le sujet elle a publié : Les comptes sur tablettes de cire de la chambre aux deniers de Philippe III le Hardi et Philippe IV le Bel (1282-1309), Robert-Henri Bautier (dir.), Paris, Académie des inscriptions et belles lettres, 1994, XCI-1029 p. ; « Un compte de l’Hôtel du roi sur tablettes de cire, 10 octobre-14 novembre [1350] », Bibliothèque de l’École des chartes, t. 152, 1994, p. 93-127 ; Les comptes sur tablettes de cire de Jean Sarrazin, chambellan de saint Louis, Turnhout, Brepols (« Monumenta palaeographicae Medii Aevi »), 2003, 205 p. ; « Les comptes sur tablettes de cire de Cîteaux (1321-1325) », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles lettres, 28 janvier 2011, p. 175-188. Elle a également dirigé la publication des actes du colloque de Paris, octobre 1990, Les Tablettes à écrire de l’Antiquité à l’époque moderne, Turnhout, Brepols (« Bibliologia », 12), 1992. Elle est aussi l’auteur de « La chambre des comptes de Paris : sa mise en place et son fonctionnement fin xiiie-xive siècle », dans La France des principautés. Les chambres des comptes, xive-xve siècle, Philippe Contamine et Olivier Mattéoni (dir.), Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1996, p. 3-16.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540