Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Classer, dire, compter

 | 
Olivier Mattéoni
, 
Patrice Beck

Forme, organisation et ordonnancement des comptabilités

Forme, organisation et ordonnancement des comptabilités : pour une approche codicologique – archéologique – des documents de la pratique

Rapport de synthèse

Patrice Beck

Texte intégral

Introduction

  • 1  Carla Bozzolo, Ezio Ornato, Pour une histoire du livre manuscrit au Moyen Âge. Trois essais de cod (...)
  • 2  Hubert Guillotel, André Chedeville et Bernard Tanguy, Cartulaire de l’abbaye Saint-Sauveur de Redo (...)
  • 3  Pierre Chastang, Lire, écrire, transcrire. Le travail des rédacteurs de cartulaires en Bas-Langued (...)
  • 4Chartae Burgundiae Medii Aevi (CBMA) : ARTEHIS-CNRS-université de Bourgogne-Dijon. Voir www.artehi (...)
  • 5  Ghislain Brunel, Les chartes décorées des Archives nationales (xiiie-xve siècle). Images du pouvoi (...)

1La constitution en 2008, depuis l’Institut de recherches historiques du Septentrion de l’université de Lille 3, d’un groupe de travail international visant à développer les approches matérielles et formelles des comptabilités médiévales, a été évidemment nourrie de quelques réflexions historiographiques. L’étude des documents écrits eux-mêmes, c’est-à-dire de la matière, du format et de l’agencement des supports, donc des choix techniques qui président à leur réalisation, n’était pas chose courante ; l’analyse de la réglure, c’est-à-dire de la mise en pages de l’information et donc de sa mise en scène, ne retenait pas plus l’attention. Ces approches n’étaient certes pas inconnues mais restaient limitées aux livres des bibliothèques et aux trésors des chartes, avec notamment les travaux menés par Carla Bozzolo et Ezio Ornato à partir des années 1980 sur les livres manuscrits médiévaux1, ainsi que, entre autres, les éditions en 1998 et 2004 des cartulaires de l’abbaye Saint-Sauveur de Redon2, le travail pionnier de Pierre Chastang sur les cartulaires languedociens3 et les études des chartriers bourguignons animées depuis 2004 par Eliana Magnani et Marie-José Gasse-Grandjean4, ou encore la présentation que Ghislain Brunel donnait en 2005 des décors des chartes des Archives nationales5.

  • 6  Thomas Jarry, « Terriers et plans parcellaires de Basse-Normandie (xiiie-xviiie siècle) », Enquête (...)
  • 7  Patrice Beck, Archéologie d’un document d’archives. Approche codicologique et diplomatique des che (...)
  • 8  Christian Guilleré et Jean-Louis Gaulin, « Des rouleaux et des hommes, premières recherches sur le (...)
  • 9Écrire, compter, mesurer. Vers une histoire des rationalités pratiques, Actes du colloque de Paris (...)
  • 10  « Les comptabilités pontificales », Actes de la table ronde de Rome, 2003, Valérie Theis et Étienn (...)
  • 11Les sources comptables. Repérage et approche critique (xiie-xve siècle), Louvain-la-Neuve, 14-15 n (...)
  • 12  Patrice Beck, « Codicologie et diplomatique d’un compte de châtelain bourguignon : Michelet Girost (...)
  • 13 Comptabilité(S). Revue d’histoire des comptabilités, n1, 2010, http://comptabilites.revues.org/59(...)
  • 14 Approche codicologique des documents comptables du Moyen Âge, Actes de la table ronde de Paris, 200 (...)

2Mais il n’y avait rien de systématique sur les fonds sériels de gestion courante. Pour les censiers et les terriers, la codicologie est resté très discrète dans les enquêtes menées à l’échelle tant régionale qu’européenne dans les années 1990-20006. Pour les dénombrements des personnes, l’étude codicologique des cherches des feux bourguignonnes, réalisée entre 2002 et 2004 et publiée en 2006, était isolée7. Les comptabilités faisaient certes l’objet de plus d’attention, sans doute comme observatoire particulièrement pertinent des logiques et des comportements du pouvoir, au sein des recherches sur la pratique de l’écrit au Moyen Âge, mais, dans ce que la médiévistique française identifie sous le vocable de « scripturalité », la matérialité des comptes et les conditions techniques de leur fabrication n’étaient pas vraiment posées comme orientation d’étude : le puissant programme énoncé en 1992 par Christian Guilleré et Jean-Louis Gaulin à propos des comptes des châtellenies savoyardes n’évoquait que brièvement la matière et la forme8 ; le colloque pluridisciplinaire organisé en 2001 à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm sur l’« histoire des rationalités pratiques » faisait porter ses travaux sur les « conditions sociales et intellectuelles de la mise en œuvre du calcul économique »9 ; les chercheurs réunis à Rome en 2003 autour des comptabilités pontificales portaient un regard très rapide sur les aspects physiques de leur documentation10 ; ce n’est qu’en novembre 2008 que Jean-Marie Yante organisait à Louvain-la-Neuve une table ronde pour le compte de la Typologie des sources du Moyen Âge occidental afin d’envisager la préparation de volumes sur les sources comptables11 ; et si un compte de gestion bourguignon avait bien été ainsi décortiqué en 2002 à l’occasion d’un séminaire de l’école doctorale de l’université de Paris 112, la publication de cet essai n’était réalisée qu’en 2010, dans le premier numéro de la revue en ligne Comptabilité(S). Revue d’histoire des comptabilités13 revue conçue au sein de l’IRHIS à Lille 3, en même temps que le groupe de recherche. Celui-ci s’est alors attelé à la tâche d’interroger les comptabilités médiévales du point de vue codicologique. Ce fut l’objet des premières rencontres organisées à Paris en octobre 2009 et dont les actes furent publiés en 201114. Les dix communications rassemblées ont présenté des comptabilités d’Artois et de Bourgogne, de Normandie, de Paris et de Narbonne, du Portugal et d’Angleterre. Elles ont analysé le support et le format des documents, le nombre et l’organisation des cahiers, leur numérotation et la pagination des folios, la réglure et la mise en pages, l’identification et la position de chaque intervention, les décors. Elles ont ainsi apporté des arguments nouveaux pour discuter les buts poursuivis par les administrations émettrices, les compétences de leurs agents, l’apparition de normes communes, les rythmes de leur diffusion et les dispositifs de contrôle de leur application : autant d’informations précieuses et fiables sur la fabrique et l’usage des archives, cet outil essentiel de tout pouvoir. Certes, l’analyse attend encore d’autres monographies mais les quelques constats déjà opérés sont loin d’être négligeables, confortent la démarche et tracent la voie.

I. Qualité du support = investissement

3À travers l’étude sérielle et comparée de la nature du support d’écriture (parchemin ou papier), de sa qualité (défauts, découpe, réparations) et de sa provenance (pour le papier à l’aide des filigranes), apparaissent les contraintes (coût, approvisionnement) qui pèsent sur les choix de l’institution émettrice, et donc le niveau de soin qu’elle accorde à la tâche, la valeur de l’investissement qu’elle consent pour la mener à bien.

  • 15  Arnaldo Sousa Melo, « Comptabilités municipales : les livres des comptes de Porto dans la seconde (...)
  • 16  Patrice Beck, « Les comptabilités de la commune de Dijon », dans Approche codicologique des docume (...)
  • 17  Sylvie Bepoix, Fabienne Couvel et Matthieu Leguil, « Entre exercice imposé et particularismes loca (...)
  • 18  P. Beck, Archéologie d’un document d’archives…, op. cit., p. 49-62 ; Chr. Jéhanno, « La série des (...)

4C’est ainsi qu’entre parchemin et papier, le choix est d’évidence problématique, mêlant des questions de conservation différentielle, des contraintes de coût et d’approvisionnement, des choix d’ergonomie et de hiérarchisation qui changent selon les temps, les lieux, les types de document. Alors que les comptables de la ville de Porto dans la seconde moitié du xve siècle utilisent le papier et réservent le parchemin, tantôt neuf, tantôt de récupération, aux couvertures15, l’administration comptable de la commune de Dijon n’abandonne totalement le parchemin au profit du papier qu’en 1545 et réalise jusqu’à cette date « la grosse en parchemin » et « le double en papier »16 (fig. 1) ; tout comme les comptables voisins et contemporains du prince bourguignon17. Les difficultés d’approvisionnement en parchemin ou en papier ne peuvent guère être invoquées. Les notaires utilisent à plein le second pour leurs protocoles, tout comme les enquêteurs des gens des États pour leurs dénombrements ; et grande est la diversité des filigranes rencontrés d’un registre à l’autre et même d’un cahier à l’autre dans un même registre18. Certes le parchemin utilisé par les administrateurs ducaux n’est pas de première qualité : les peaux gardent des bords imparfaitement équarris et les défauts intérieurs ne sont pas rares. Mais coupures et yeux sont réparés, cousus, comblés avant écriture (fig. 2). Le tannage n’est pas parfait : « côté poil » et « côté chair » se distinguent toujours mais l’écriture n’en est pas gênée et le raffinement consistant à organiser les feuilles de telle manière que les deux grains ne soient pas en regard l’un de l’autre (règle de Grégory) est toujours ou presque respecté. Entre l’exemplaire destiné à l’archivage institutionnel et la copie de travail du receveur, entre le solide et majestueux parchemin et le papier subalterne et précaire, la hiérarchie était ici explicite jusque dans le prix de la rédaction, deux fois plus onéreuse sur parchemin que sur papier.

5Ainsi se généralisent des normes techniques, dont certaines s’appliquent aussi bien au livre de bibliothèque qu’au registre administratif : à travers ces trivialités matérielles, c’est déjà bien de « culture de l’écrit » dont il est question.

Figure 1. Mention prérédigée des frais de rédaction des deux exemplaires du compte pour l’année 1448-1449 de la commune de Dijon

Figure 1. Mention prérédigée des frais de rédaction des deux exemplaires du compte pour l’année 1448-1449 de la commune de Dijon

« A lui pour la grosse en parchemin de ce present compte, / contenant [vide] fueilletz, à vint / deniers tournois le fueillet valent [vide]. / Et pour le double en papier pour / ledit receveur, contenant [vide] fueilletz, à / dix deniers tournois le fueillet valent [vide]. / Pour tout [vide]. »

Source : © Archives de la ville de Dijon, M 66-18, cliché P. Beck.

Figure 2. Réparation d’un désordre dans le compte de l’année 1474-1475 de la commune de Dijon

Figure 2. Réparation d’un désordre dans le compte de l’année 1474-1475 de la commune de Dijon

Source : © Archives de la ville de Dijon, M 77-A, cliché P. Beck.

II. Format = ergonomie

  • 19  La série est conservée aux archives départementales de la Côte-d’Or, en cours de numérisation dans (...)
  • 20  Harmony Dewez, « Le rouleau comme support des comptes manoriaux au prieuré cathédral de Norwich (m (...)
  • 21  François Duceppe-Lamarre, « Copier des comptes au début du règne de la comtesse Mahaut d’Artois (1 (...)
  • 22  P. Beck, « Les comptabilités de la commune de Dijon », art. cité
  • 23  F. Duceppe-Lamarre, « Copier des comptes… », art. cité
  • 24  J.-B. Santamaria, « Ruptures politiques et mutations comptables… », art. cité

6Partout ou presque, dans les archives publiques au moins, le rouleau est délaissé au profit du cahier dans la première moitié du xive siècle. Il serait évidemment souhaitable de pouvoir préciser le détail chronologique et géographique de cette tendance lourde : a-t-elle procédé par apparitions simultanées ou par diffusion à partir d’un ou de plusieurs points d’innovation ? L’enquête doit être étendue à des fonds encore inexplorés, se risquer il est vrai à ne jamais trouver de réponse globale en raison de l’importance fort variée des corpus conservés pour ces périodes d’un fonds d’archives à l’autre : en Bresse19 comme en Grande-Bretagne20 et en Artois21, le xiiie siècle et le début du xive sont bien représentés, mais à Dijon22 seules quelques épaves sont conservées pour cette période charnière (fig. 3). Ce n’est certes pas une révolution totale, car les deux formats cohabitent : en Artois, si jusqu’au milieu du xive siècle les administrateurs locaux rendent leurs comptes sur des rouleaux, le receveur général rassemble les informations des précédents sur des registres23, et c’est au moment du rattachement du comté à la couronne de France que le changement s’opère, que les rouleaux sont abandonnés par les receveurs locaux24.

  • 25  H. Dewez, « Le rouleau comme support des comptes manoriaux… », art. cité

7Mais il faut aussi trouver des explications à ce changement de format qui n’a pu qu’entraîner des mutations importantes en termes d’ergonomie et de conception tant d’usage que de conservation des documents. Les réponses ne peuvent arriver que par l’étude « archéologique » des traces laissées sur les documents par leurs concepteurs, leurs utilisateurs et leurs gardiens, comme l’a montré Harmony Dewez à propos des rouleaux manoriaux anglais25. La fixation d’informations en rouleau n’est pas sans vertu quand les receveurs locaux rendent des comptes partiels (postés, trimestriels, domaniaux) et que le receveur général a besoin de lectures globales, voire prévisionnelles et stratégiques : elle rend en effet possible des regroupements et donc des usages modulables selon les besoins de la gestion : thématiques, chronologiques ou géographiques. Rédigé sur une face, suspendu et donc déployé, le rouleau offre directement toute l’information ; roulé pour archivage, écriture à l’intérieur, il protège les encres et donc assure la pérennité de l’information ; l’identification est assurée par le titre placé au sommet visible du verso. Mais quel gâchis de matière que de n’utiliser qu’une de ses faces ! Et puis, le registre protège aussi bien l’information entre les ais de sa couverture, l’information est somme toute plus facile d’accès quand elle est feuilletée plutôt que déroulée, l’indexation est facilitée par le foliotage, l’archivage et l’identification sont plus commodes sur des plats et des dos que sur des courbes. Voilà bien de quoi justifier le triomphe du cahier, et des pistes de recherche à conforter à travers d’autres corpus.

Figure 3. L’un des deux comptes conservés sur rouleau de la commune de Dijon, compte pour l’année 1308-1309

Figure 3. L’un des deux comptes conservés sur rouleau de la commune de Dijon, compte pour l’année 1308-1309

Source : © Archives de la ville de Dijon, M 46bis-B1, cliché P. Beck.

III. Agencement = fixation de l’information

8Pourquoi passer du temps – et il en faut pour analyser avec minutie un corpus représentatif – à noter pour chaque document le nombre de cahiers qui le composent, celui des bifeuillets contenus dans chaque cahier et celui tant des bifeuillets que des feuillets insérés dans les cahiers ou intercalés entre deux d’entre eux ? Pourquoi vérifier la foliotation, la numérotation des cahiers et la présence de reports au début de la page suivante du dernier mot de la page précédente ? Pourquoi, sous l’œil inquiet du conservateur, ouvrir un peu trop les registres afin d’étudier l’agencement de la reliure, repérer les piqûres orphelines qui peuvent témoigner d’une reliure antérieure, tenter de démêler la reliure des cahiers de celle des comptes qui emprisonnent plusieurs cahiers de celle encore de registres associant plusieurs comptes ?

9C’est que ces éléments ressortent de la logique administrative en action qui doit s’attacher à placer, dans la structure même des documents qu’elle crée, des moyens de fixer et de contrôler l’information qu’elle entend conserver, utiliser et transmettre, afin de pallier autant que possible les faiblesses des agents, la fragilité de leur compétence et de leur honnêteté. Il s’agit d’empêcher les suppressions ou les ajouts cryptés de folios qui pourraient « arranger » l’information, de n’autoriser que les corrections et les repentirs explicités (fig. 4).

Figure 4. Bifeuillet ajouté dans un compte de la commune de Dijon

Figure 4. Bifeuillet ajouté dans un compte de la commune de Dijon

Source : © Archives de la ville de Dijon, M 78-A, cliché P. Beck.

10Entre les folios 34 et 35 du compte pour l’année 1480-1481 de la commune de Dijon un bifeuillet a été ajouté après constitution du cahier et foliotation : une autre main a ajouté « primo » au folio 34 et a identifié les nouveaux folios 34 II° et 34 III°.

11Comment ne pas s’interroger sur la composition pour le moins très hétéroclite du registre de la comptabilité de la commune de Dijon pour l’année 1392-1393 ? Les dix cahiers qui le composent présentent huit nombres différents de bifeuillets, les trois premiers comportent au moins un bifeuillet et/ou un feuillet juxtaposé ou intercalé, le cinquième cahier est composé de 13 feuillets montrant dix filigranes différents (fig. 5) !

12Ce travail de déconstruction du document tel qu’il parvient entre les mains du chercheur paraît indispensable, en contrepoint et donc en « mode contrôle » des discours explicatifs, quand ils existent, des acteurs de ces changements. Combien de repentirs et de corrections sont ainsi visibles dans les séries documentaires, quand ont-ils été réalisés et par qui ? Autrement dit, quels dispositifs de contrôle sont mis en place par les corps administratifs ? Quelles capacités et volonté sont développées pour mener à bien les missions ? En recherchant les traces des manipulations dont ces documents ont été l’objet avant et au cours de leur gestion patrimoniale et conservatoire, c’est bien de la genèse des pratiques administratives et donc de la genèse de l’État dont il est question.

Figure 5. Composition du compte de l’année 1392-1393

M 47 – Organisation de contenu

Cahier I

1 bifeuillet juxtaposé & 3 bifeuillets emboîtés & 1 feuillet juxtaposé

Cahier II

5 bifeuillets emboîtés & 1 bifeuillet intercalé

Cahier III

3 bifeuillets emboîtés & 2 feuillets intercalés

Cahier IIII

5 bifeuillets emboîtés

Cahier V

13 feuillets comptant 10 filigranes

Cahier VI

4 feuillets comptant 3 filigranes

Cahier VII

2 bifeuillets emboîtés

Cahier VIII

12 feuillets comptant 2 filigranes

Cahier IX

10 bifeuillets emboîtés

Cahier X

5 feuillets comptant 2 filigranes

Document A – fo 1 à 108 : Compte de Perrenot Moreaul… Receveur général des deniers de la ville… St-Jean-Baptiste 1392-1393.

© Archives de la ville de Dijon, M 47-A.

IV. Réglure = communication

  • 26  A. Sousa Melo, « Comptabilités municipales : les livres des comptes de Porto… », art. cité Sur pap (...)

13Ce n’est plus de la matière et ce n’est pas encore de l’écriture, mais c’est déjà un discours : la réglure, qui, fixée préalablement à la rédaction, sépare l’espace disponible en plusieurs sous-ensembles, prépare la place de chaque intervention. Le canevas est-il le même partout et pour tout type de document ? Évolue-t-il dans le temps, partout au même moment ? La tendance générale paraît désormais robuste : le passage du rouleau au registre s’accompagne d’une transformation de la mise en pages qui n’est pas uniquement justifiée par ce changement de format. Sur les rouleaux, la densité de l’écriture est remarquable, le texte couvre à l’extrême la surface, un seul trait vertical laissant à droite une marge réduite qui n’accueille généralement que les initiales marquant les paragraphes et quelques rares annotations. Sur les registres, un cadre central est marqué, les marges prennent de l’ampleur et ce sont trois espaces à la verticale et trois à l’horizontale qui sont alors délimités : soit neuf plages d’écriture différenciées et parfois plus, quand le cadre central est séparé en deux colonnes et quand les traits verticaux sont doublés pour créer des « gouttières » permettant de guider parfaitement la séparation des initiales à gauche et des chiffres à droite du corps du texte (fig. 6). Les lignes sont tracées à la pointe sèche sur une seule face ou grasse sur les deux faces, c’est selon. Les guides horizontaux, supérieurs et inférieurs, traversent les bifeuillets ouverts et les alignements sont régularisés d’un bifeuillet à l’autre, dans les cahiers et même d’un cahier à l’autre, à l’aide de piqûres marquant les points de croisement des lignes. La standardisation est patente, réalisée sans doute par des petites mains avant que les scribes ne s’emparent du support. Elle n’est pas dénuée de maladresse et de particularités mais elle est partout attestée, utilisée à Paris comme à Dijon, Besançon, Lille, Caen ou Narbonne, pour les princes, les évêques et les échevins. Il est vrai qu’elle n’est pas marquée sur les feuilles de papier des comptes de la ville de Porto, mais elle est toutefois bien présente dans l’esprit des rédacteurs qui laissent, comme ailleurs, une marge à gauche pour les annotations et une à droite pour y placer les chiffres les uns en dessous des autres26.

14Le but est évident : donner de la clarté à l’information, faciliter le contrôle et la recherche des informations, donner à chaque intervention une place afin qu’elle laisse une trace de son action. Ainsi, dans le cadre central et dans la marge de droite, le rédacteur isole les chiffres des mots qui les expliquent ; en haut sont stipulées les mentions « légales » de réception du compte ; dans la marge de gauche, les annotations (refus, questions, références, suivi des affaires) des contrôleurs (fig. 7). Voici la fabrique des archives en marche : l’administration se donne les moyens de gérer dans la durée, d’un compte à l’autre, les biens, les personnes et les activités.

Figure 6. Réglure au folio 2 du compte de la commune de Dijon de l’année 1395-1396

Figure 6. Réglure au folio 2 du compte de la commune de Dijon de l’année 1395-1396

Source : © Archives de la ville de Dijon, M 48-A, cliché P. Beck.

Figure 7. Trois mains différentes au folio 6 v° du compte de la commune de Dijon pour l’année 1448-1449

Figure 7. Trois mains différentes au folio 6 v° du compte de la commune de Dijon pour l’année 1448-1449

Source : © Archives de la ville de Dijon, M 66-A, cliché P. Beck.

15Dans le cadre, la déclaration du receveur ; dans la marge de droite, un signe mnémotechnique et une demande faite au receveur par le contrôleur, puis, en dessous, une explication.

V. Décors = mise en scène

  • 27  Chr. Jéhanno, « La série des comptes de l’Hôtel-Dieu de Paris… », art. cité, notamment fig. 6 à 35
  • 28  Gh. Brunel, Les chartes décorées des Archives nationales, op. cit.

16Il n’y a rien de systématique dans l’apparition de décors dans les comptabilités : elles sont absentes de la majorité de registres, ornent certains comptes – et encore non systématiquement –, s’y limitent aux titres et aux têtes de rubrique par une ornementation plus ou moins complexe des lettrines à l’aide de la même encre que pour le reste du texte. Mais partout le trait est expert à ciseler les cadelures qui peuvent multiplier les motifs. Les grotesques ne sont pas rares : anthropomorphes, animaliers, végétaux ou géométriques, ils restent simples et leur trait apparaît nettement plus maladroit, hésitant, sauf en de rares exemples, tels ceux que Christine Jéhanno a exhumés des comptabilités de l’Hôtel-Dieu de Paris27. Les scribes ne sont pas enlumineurs ou « imagiers » et leur employeur n’en demande pas tant, ne leur passe pas commande, sauf peut-être dans certains cas – hypothèse qui mérite assurément une étude en soi. Ces scribes des comptabilités connaissent cependant l’art de l’écriture et même de la calligraphie : les motifs qu’ils dessinent n’ont rien à envier à ceux qui ornent les chartes royales28. Ils montrent ainsi leur savoir-faire, pas seulement sur leur « compte premier » et sur la page de titre, et sans l’exigence de souligner telle rubrique plus importante que telle autre : tout laisse à penser qu’il s’agit d’initiatives personnelles, imprévisibles, de délassements de plume au gré de l’envie, au folio 1 comme aux folios 51 ou 55 v° pour monumentaliser le C de « C’est le compte » comme celui de « Charbonnerie » ou bien le A de quelque « Achapt de draps pour la livrée des sergents de ladite ville » (fig. 8, 9 et 10).

Figure 8. Lettrine décorée au folio 2 du compte de la seigneurie de Cysoing pour l’année 1440

Figure 8. Lettrine décorée au folio 2 du compte de la seigneurie de Cysoing pour l’année 1440

Source : Coll. Archives départementales du Nord, Lille France – J472/310, cliché Élise Trullemans.

Figure 9. Lettrine décorée au folio 51 du compte de la commune de Dijon pour les années 1474 à 1478

Figure 9. Lettrine décorée au folio 51 du compte de la commune de Dijon pour les années 1474 à 1478

Source : © Archives de la ville de Dijon, M 77-A, cliché P. Beck.

Figure 10. Lettrine décorée au folio 55 v° du compte de la commune de Dijon pour les années 1474 à 1478

Figure 10. Lettrine décorée au folio 55 v° du compte de la commune de Dijon pour les années 1474 à 1478

Source : Archives de la ville de Dijon, M 77-A, cliché P. Beck.

Conclusion

17Voici les pistes explorées au cours de la session de travail tenue à Paris en octobre 2009 et dont il est possible de lire le détail dans le numéro 2 de la revue en ligne Comptabilité(S). Revue d’histoire des comptabilités. Elles sont évidemment à poursuivre et c’est ce que font déjà les textes qui suivent, dans l’attente d’autres encore qui permettront d’affiner les analyses comparatistes et de rendre plus robustes les hypothèses formulées.

  • 29  Parmi de nombreuses manifestations : Décrire, inventorier, enregistrer entre Seine et Rhin au Moye (...)

18La recherche historique vit aujourd’hui un curieux paradoxe qu’il ne faudrait pas pousser jusqu’à l’absurde : certains chercheurs et groupes développent largement les études sur la culture de l’écrit et donc le « retour aux documents »29 ; et c’est tant mieux. À l’aide des nouveaux outils de numérisation et de communication, avec la bénédiction des archivistes soucieux de conservation, sont aussi mises en ligne des séries documentaires énormes et c’est une chance. Est ainsi mis à disposition un matériau riche, mais dématérialisé : l’« original » est à la fois rapproché et éloigné du chercheur. Gardons-nous de perdre le contact avec la matière : elle a beaucoup à nous apprendre.

Notes

1  Carla Bozzolo, Ezio Ornato, Pour une histoire du livre manuscrit au Moyen Âge. Trois essais de codicologie quantitative, CNRS Éditions, Paris, 1983. Ces travaux restent des modèles toujours actifs au sein du Groupe d’histoire du livre médiéval du Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris (LAMOP-CNRS-université Paris 1 Panthéon-Sorbonne). Voir notamment l’enquête en cours d’Émilie Cottereau sur « Les missels et bréviaires manuscrits du Moyen Âge, étude sociologique et codicologique ».

2  Hubert Guillotel, André Chedeville et Bernard Tanguy, Cartulaire de l’abbaye Saint-Sauveur de Redon, t. 1, Éditions de l’Association des amis des archives historiques du diocèse de Rennes, Dol et Saint-Malo, Rennes, 1998 ; Jean-Pierre Bruntech, Hubert Guillotel, Bernard Tanguy et alii, Cartulaire de l’abbaye Saint-Sauveur de Redon, t. 2, Éditions de l’Association des amis des archives historiques du diocèse de Rennes, Dol et Saint-Malo, Rennes, 2004.

3  Pierre Chastang, Lire, écrire, transcrire. Le travail des rédacteurs de cartulaires en Bas-Languedoc (xie-xiiie siècle), Paris, Éditions du CTHS, 2001.

4Chartae Burgundiae Medii Aevi (CBMA) : ARTEHIS-CNRS-université de Bourgogne-Dijon. Voir www.artehis-cnrs.fr/CBMA.

5  Ghislain Brunel, Les chartes décorées des Archives nationales (xiiie-xve siècle). Images du pouvoir royal, Paris, Somogy éditions d’Art, 2005.

6  Thomas Jarry, « Terriers et plans parcellaires de Basse-Normandie (xiiie-xviiie siècle) », Enquêtes rurales, n° 5, Cahiers de la Maison de la recherche en sciences humaines, Caen, 1998 ; Terriers et plans terriers du xiiie au xviiie siècle, Actes du colloque de Paris, 1998, Jean-Marc Moriceau, Ghislain Brunel, Olivier Guyotjeannin (éd.), Paris, École des chartes, 2002 ; De l’estime au cadastre en Europe. Le Moyen Âge, Actes du colloque de Paris, 2003, Albert Rigaudière (dir.), Paris, IGPDE/Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2006.

7  Patrice Beck, Archéologie d’un document d’archives. Approche codicologique et diplomatique des cherches des feux bourguignonnes (1285-1543), Paris, École des chartes (« Études et rencontres », n° 20), 2006.

8  Christian Guilleré et Jean-Louis Gaulin, « Des rouleaux et des hommes, premières recherches sur les comptes de châtellenies savoyards », Études savoisiennes, 1, 1992, p. 51-108. Dans le prolongement, le site www.castellanie.net met progressivement en ligne la documentation comptable locale des anciens États de Savoie.

9Écrire, compter, mesurer. Vers une histoire des rationalités pratiques, Actes du colloque de Paris, 2001, Natacha Coquery, François Menant, Florence Weber (dir.), Paris, 2006.

10  « Les comptabilités pontificales », Actes de la table ronde de Rome, 2003, Valérie Theis et Étienne Anheim (coord.), Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, 118-2, 2006, p. 165-268.

11Les sources comptables. Repérage et approche critique (xiie-xve siècle), Louvain-la-Neuve, 14-15 novembre 2008.

12  Patrice Beck, « Codicologie et diplomatique d’un compte de châtelain bourguignon : Michelet Girost et les pressoirs de Chenôve (1401-1404) », présentation au séminaire du 21 novembre 2002 de l’École doctorale d’histoire de l’université de Paris 1 dirigé par Monique Bourin et Élisabeth Zadora-Rio sur le thème Compter les objets, mesurer la terre. Éléments pour une étude des mécanismes mentaux dans l’Occident médiéval.

13 Comptabilité(S). Revue d’histoire des comptabilités, n1, 2010, http://comptabilites.revues.org/59.

14 Approche codicologique des documents comptables du Moyen Âge, Actes de la table ronde de Paris, 2009, Patrice Beck et Olivier Mattéoni (dir.), Comptabilité(s). Revue d’histoire des comptabilités, no 2, 2011, http://comptabilites.revues.org/364.

15  Arnaldo Sousa Melo, « Comptabilités municipales : les livres des comptes de Porto dans la seconde moitié du xve siècle », dans Approche codicologique des documents comptables…, op. cit.

16  Patrice Beck, « Les comptabilités de la commune de Dijon », dans Approche codicologique des documents comptables…, op. cit.

17  Sylvie Bepoix, Fabienne Couvel et Matthieu Leguil, « Entre exercice imposé et particularismes locaux. Étude codicologique des comptes de châtellenie des duché et comté de Bourgogne, de 1384 à 1450 », dans Approche codicologique des documents comptables…, op. cit.

18  P. Beck, Archéologie d’un document d’archives…, op. cit., p. 49-62 ; Chr. Jéhanno, « La série des comptes de l’hôtel-Dieu… », dans Approche codicologique des documents comptables…, op. cit.

19  La série est conservée aux archives départementales de la Côte-d’Or, en cours de numérisation dans le cadre du projet www.castellanie.net.

20  Harmony Dewez, « Le rouleau comme support des comptes manoriaux au prieuré cathédral de Norwich (mi-xiiie–mi-xive siècle) », dans Approche codicologique des documents comptables…, op. cit.

21  François Duceppe-Lamarre, « Copier des comptes au début du règne de la comtesse Mahaut d’Artois (1302-1329) », dans Approche codicologique des documents comptables…, op. cit. ; Jean-Baptiste Santamaria, « Ruptures politiques et mutations comptables au bailliage d’Hesdin en Artois au xive siècle », dans Approche codicologique des documents comptables…, op. cit.

22  P. Beck, « Les comptabilités de la commune de Dijon », art. cité

23  F. Duceppe-Lamarre, « Copier des comptes… », art. cité

24  J.-B. Santamaria, « Ruptures politiques et mutations comptables… », art. cité

25  H. Dewez, « Le rouleau comme support des comptes manoriaux… », art. cité

26  A. Sousa Melo, « Comptabilités municipales : les livres des comptes de Porto… », art. cité Sur papier, la réglure peut se faire nettement plus discrète, réalisée par pliage, voir P. Beck, Archéologie d’un document d’archives…, op. cit., p. 86-87.

27  Chr. Jéhanno, « La série des comptes de l’Hôtel-Dieu de Paris… », art. cité, notamment fig. 6 à 35.

28  Gh. Brunel, Les chartes décorées des Archives nationales, op. cit.

29  Parmi de nombreuses manifestations : Décrire, inventorier, enregistrer entre Seine et Rhin au Moyen Âge, Actes du colloque de Namur, mai 2008, Xavier Hermand, Jean-François Nieus, Étienne Renard (org.) ; Gouverner par l’enquête au Moyen Âge (Programme ANR 2009-2011), Laure Verdon (coord.) ; Genèse médiévale d’une méthode administrative : ressources comptables en Dauphiné, Provence, Savoie et Venaissin, xiiie-xve siècle (Programme ANR 2011-2014), Armand Jamme (coord.) ; Monuments ou documents ? Les comptabilités, sources pour l’histoire du contrôle social, xiiie-xviiie siècle, Actes du colloque de Bruxelles, décembre 2012, Paul Bertrand, Emmanuel Bodart, Nathalie Demaret et alii (coord.).

Table des illustrations

Titre Figure 1. Mention prérédigée des frais de rédaction des deux exemplaires du compte pour l’année 1448-1449 de la commune de Dijon
Légende « A lui pour la grosse en parchemin de ce present compte, / contenant [vide] fueilletz, à vint / deniers tournois le fueillet valent [vide]. / Et pour le double en papier pour / ledit receveur, contenant [vide] fueilletz, à / dix deniers tournois le fueillet valent [vide]. / Pour tout [vide]. »
Crédits Source : © Archives de la ville de Dijon, M 66-18, cliché P. Beck.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4080/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 780k
Titre Figure 2. Réparation d’un désordre dans le compte de l’année 1474-1475 de la commune de Dijon
Crédits Source : © Archives de la ville de Dijon, M 77-A, cliché P. Beck.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4080/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Figure 3. L’un des deux comptes conservés sur rouleau de la commune de Dijon, compte pour l’année 1308-1309
Crédits Source : © Archives de la ville de Dijon, M 46bis-B1, cliché P. Beck.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4080/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Figure 4. Bifeuillet ajouté dans un compte de la commune de Dijon
Crédits Source : © Archives de la ville de Dijon, M 78-A, cliché P. Beck.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4080/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Figure 6. Réglure au folio 2 du compte de la commune de Dijon de l’année 1395-1396
Crédits Source : © Archives de la ville de Dijon, M 48-A, cliché P. Beck.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4080/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre Figure 7. Trois mains différentes au folio 6 v° du compte de la commune de Dijon pour l’année 1448-1449
Crédits Source : © Archives de la ville de Dijon, M 66-A, cliché P. Beck.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4080/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 8. Lettrine décorée au folio 2 du compte de la seigneurie de Cysoing pour l’année 1440
Crédits Source : Coll. Archives départementales du Nord, Lille France – J472/310, cliché Élise Trullemans.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4080/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Figure 9. Lettrine décorée au folio 51 du compte de la commune de Dijon pour les années 1474 à 1478
Crédits Source : © Archives de la ville de Dijon, M 77-A, cliché P. Beck.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4080/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Figure 10. Lettrine décorée au folio 55 v° du compte de la commune de Dijon pour les années 1474 à 1478
Crédits Source : Archives de la ville de Dijon, M 77-A, cliché P. Beck.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4080/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

Auteur

Patrice Beck est professeur honoraire d’histoire et d’archéologie médiévales de l’université Charles-de-Gaulle Lille 3 et membre de l’Institut de recherches historiques du Septentrion (UMR 8529/IRHIS, CNRS-université Lille 3). Parmi ses dernières publications concernant la thématique du colloque, on retiendra : Comptables et comptabilités au Moyen Âge. Approche codicologique des documents comptables du Moyen Âge, Actes de la table ronde de Paris, 1er-2 octobre 2009, P. Beck et Olivier Mattéoni (dir.), publiés dans la revue en ligne Comptabilité(S). Revue d’histoire des comptabilités, no 2, 2011, http://comptabilites.revue.org/364 ; Le vocabulaire et la rhétorique des comptabilités médiévales. Modèles, innovation, formalisation, Actes de la table ronde internationale de Dijon-Besançon, 30 septembre et 1er octobre 2010, P. Beck et Sylvie Bepoix (dir.), publiés dans Comptabilité(S). Revue d’histoire des comptabilités, no 4, 2012, http://comptabilites.revues.org/838. Savoirs et savoir-faire comptables au Moyen Âge, Actes de la table ronde internationale de Lille, 6-7 octobre 2011, P. Beck et Christine Jéhanno (dir.), publiés dans Comptabilité(S). Revue d’histoire des comptabilités, no 7, 2015, http://comptabilites.revues.org/1599.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540