Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Classer, dire, compter

 | 
Olivier Mattéoni
, 
Patrice Beck

Discipline du chiffre et fabrique d’une norme comptable à la fin du Moyen Âge

Introduction

Olivier Mattéoni

Texte intégral

  • 1  Constitué en 2008 à l’initiative de Patrice Beck, professeur d’histoire du Moyen Âge à l’universit (...)
  • 2  Que l’on songe aux grandes séries des archives bourguignonnes ou savoyardes, ou encore aux fonds d (...)
  • 3  Philippe Wolff, Commerces et marchands de Toulouse (vers 1350-vers 1450), Paris, Plon, 1954.
  • 4  Guy Fourquin, Les campagnes de la région parisienne à la fin du Moyen Âge, Paris, Presses universi (...)
  • 5  Guy Bois, La crise du féodalisme. Économie rurale et démographie en Normandie orientale du début d (...)
  • 6  Marie-Thérèse Lorcin, Les campagnes de la région lyonnaise aux xive et xve siècles, Lyon, 1974.
  • 7  Arlette Higounet-Nadal, Périgueux aux xive et xve siècles. Étude de démographie historique, Bordea (...)
  • 8  Maurice Berthe, Le comté de Bigorre, un milieu rural au bas Moyen Âge, Paris, SEVPEN, 1976 ; idem, (...)
  • 9  Henri Dubois, Les foires de Chalon et le commerce dans la vallée de la Saône à la fin du Moyen Âge (...)
  • 10  Pierre Charbonnier, Une autre France. La seigneurie rurale en basse Auvergne du xive au xvie siècl (...)
  • 11  Michel Le Mené, Les campagnes angevines à la fin du Moyen Âge, 1350-1530. Étude économique, Nantes (...)
  • 12  Bernard Chevalier, Tours, ville royale (1356-1520). Origine et développement d’une capitale à la f (...)
  • 13  Robert Favreau, La ville de Poitiers à la fin du Moyen Âge. Une capitale régionale, 2 vol., Poitie (...)
  • 14  Jean-Pierre Leguay, La ville de Rennes au xve siècle à travers les comptes des miseurs, Paris, Kli (...)
  • 15  Françoise Humbert, Les finances municipales de Dijon du milieu du xive siècle à 1477, Paris, Les B (...)
  • 16  Michel Hébert, Tarascon au xive siècle. Histoire d’une communauté urbaine provençale, Aix-en-Prove (...)
  • 17  Réjane Brondy, Chambéry, histoire d’une capitale, vers 1350-1560, Lyon-Paris, Presses universitair (...)
  • 18  Denis Menjot, Murcie castillane. Une ville au temps de la frontière (1243-milieu du xve siècle), 2 (...)
  • 19  Albert Rigaudière, Saint-Flour, ville d’Auvergne au bas Moyen Âge. Étude d’histoire administrative (...)
  • 20  Le groupe de travail franco-espagnol, réuni sous l’égide de Denis Menjot et Manuel Sánchez Martíne (...)
  • 21  Maurice Rey, Les finances royales sous Charles VI. Les causes du déficit, 1388-1413, Paris, SEVPEN (...)
  • 22  Sur les finances des territoires bourguignons, signalons, dans une riche bibliographie : Jean Rauz (...)
  • 23  Sur la Bretagne, la recherche indispensable est la thèse de Jean Kerhervé, L’État breton aux 14e e (...)
  • 24  Bernard Chevalier, « Genèse de la fiscalité urbaine en France », Revista d’Història Medieval, 7, 1 (...)
  • 25  Voir, parmi tant d’autres, l’exemple de la documentation du consulat de Millau, remarquablement pr (...)
  • 26  Sur les comptes des receveurs bretons, les données ici présentées proviennent de J. Kerhervé, L’Ét (...)
  • 27Ibid., p. 413. La régence s’est aussi marquée par une réorganisation financière de l’hôtel ducal : (...)
  • 28  J. Kerhervé, L’État breton…, op. cit., t. 1, p. 413-414. Sur la mise en forme des comptes, cf. l’e (...)
  • 29  J. Kerhervé, L’État breton…, op. cit., t. 1, p. 414.

1La rencontre de Paris de 2012, dont le volume rassemble ici les actes, a été l’aboutissement d’un travail d’équipe lancé en 20081. Au point de départ de cette initiative, il y avait un constat : le fait que les archives comptables de la fin du Moyen Âge, conservées en si grand nombre dans tant de dépôts, aussi bien en France qu’en Europe, n’avaient jamais fait l’objet d’une enquête d’ensemble de nature codicologique et diplomatique. Certes, les comptabilités ont été et continuent d’être largement exploitées, et des séries attendent encore leurs historiens2. Les grandes thèses d’histoire économique et sociale qui ont caractérisé la production historiographique française des années 50 à 80 du siècle dernier – ainsi les thèses de Philippe Wolff3, Guy Fourquin4, Guy Bois5, Marie-Thérèse Lorcin6, Arlette Higounet-Nadal7, Maurice Berthe8, Henri Dubois9, Pierre Charbonnier10, Michel Le Mené11, pour n’en citer que quelques-unes –, les thèses d’histoire urbaine, notamment celles qui se sont intéressées aux finances des villes – à l’image des classiques que sont les thèses de Bernard Chevalier sur Tours12, de Robert Favreau sur Poitiers13, de Jean-Pierre Leguay sur Rennes14, de Françoise Humbert sur Dijon15, de Michel Hébert sur Tarascon16, de Réjane Brondy sur Chambéry17, de Denis Menjot sur Murcie18, ou encore celles des historiens du droit Albert Rigaudière sur Saint-Flour et Florent Garnier sur Millau19, ou les travaux produits par l’école espagnole ou italienne20 –, sans oublier naturellement les thèses sur les finances des rois21 et des princes – que l’on songe, pour ces dernières, aux recherches portant sur l’espace bourguignon22 ou la Bretagne23 –, toutes ont fait grand profit des comptabilités, quand bien même ces dernières n’avaient pas toujours, loin s’en faut, un caractère continu. De leur étude minutieuse, mille données ont été fournies. Pour les villes, la restitution du système financier a permis de scruter au plus près la question des ressources, notamment l’importance prise dans celles-ci par l’impôt indirect, qui a permis d’assurer aux communautés des revenus réguliers face à la montée des dépenses dues à la mise en défense des villes à partir du milieu du xive siècle24. De même, l’élaboration de règles pour la tenue des registres de comptes, qui a souvent suivi ou accompagné l’ouverture d’autres documents de gestion (livres de travaux, comptes de fortifications, registres d’impositions, livres de dettes), a été dans la plupart des cas restituée avec grande précision25. Pour les princes, les études ont montré que les structures financières de leurs territoires n’étaient pas toutes identiques, loin de là, et que la part des revenus du domaine, par exemple, variait d’un espace à l’autre. En revanche, toutes les recherches ont souligné le degré de développement atteint par les administrations financières portées par les comtes et les ducs dans leurs principautés, administrations qui n’avaient souvent rien à envier à celle du roi. Ce perfectionnement est allé de pair avec une rationalisation des présentations comptables. Dans la Bretagne ducale, par exemple, la structure des comptes telle qu’elle se dévoile dans les registres des recettes ordinaires de la fin du xive siècle, les premiers conservés en nombre, est déjà ancienne ; elle remonte, à l’évidence, à la première moitié du siècle26. Plusieurs changements néanmoins se manifestent à partir du début du xve siècle : le rouleau de parchemin, qui était encore largement majoritaire à la fin du principat de Jean IV, est abandonné assez rapidement, de sorte que, dès 1410, tous les comptes de châtellenie, spécialement les originaux, sont tenus dans des registres de parchemin. Jean Kerhervé attribue ce changement à la régence de Philippe le Hardi, propice à l’importation en terre bretonne de méthodes bourguignonnes et françaises27. Au cours du xve siècle, les efforts de clarification et de présentation sont partout notables dans les comptes ordinaires du duché : sous-titres de plus en plus écrits en capitales souvent ornées pour bien marquer les chapitres, introduction d’éléments décoratifs, texte plus aéré28. Surtout, l’agencement du contenu s’adapte aux évolutions de l’organisation générale des finances du duché : les recettes extraordinaires, que les receveurs enregistraient au début du xvsiècle, disparaissent quand se met en place une administration spéciale pour la levée de l’impôt, qui possède alors ses propres registres de comptabilité. De même, la « technique du dédoublement comptable », qui séparait recettes et dépenses des deniers d’un côté, recettes et dépenses des revenus en nature de l’autre, est abandonnée assez tôt. Plus encore, les marges des comptes se remplissent au fur et à mesure que la Chambre des comptes de Vannes monte en puissance et exerce un contrôle de plus en plus rigoureux sur les comptables et leurs comptabilités29.

  • 30  Par exemple, Jean Kerhervé accorde quelques développements à la structure et à la présentation des (...)
  • 31  Patrice Beck, « Rappel du projet d’enquête », dans Compte rendu de la Rencontre 1. Introduction à (...)
  • 32  Jacques Le Goff et Pierre Toubert, « Une histoire totale du Moyen Âge est-elle possible ? », Actes (...)
  • 33Ibid., p. 38.
  • 34Pragmatische Schriftlichkeit im Mittelalter. Erscheinungsformen und Entwicklungsstufen, Hagen Kell (...)
  • 35Michael Clanchy, From Memory to Written Record. England 1066-1307, 2e éd. revue, Oxford-Malden, Bl (...)
  • 36  Voir notamment Paolo Cammarosano, Italia medievale. Struttura e geografia delle fonte scritte, 8e  (...)
  • 37  Jack Goody, La raison graphique. La domestication de la pensée sauvage, trad. fr., Paris, Les Édit (...)
  • 38  Pierre Chastang, « Cartulaires, cartularisation et scripturalité médiévale : la structuration d’un (...)
  • 39  Sur la riche bibliographie relative aux cartulaires, Les cartulaires, Actes de la table ronde orga (...)

2Dans ces travaux tous remarquables, dont il faudrait citer avec moult détails toute la richesse, les réalités matérielles et formelles des documents ont parfois retenu l’attention30. Mais elles n’ont pas donné lieu à un développement complet et précis sur les supports, la taille et les dimensions des registres, le nombre et la préparation des cahiers dont ceux-ci se composaient. C’est donc, entre autres, pour pallier cette absence d’investigation ou sa timidité qu’est née l’idée d’engager une enquête d’envergure sur ces questions. S’attacher à l’analyse des supports, du format, du nombre et de l’organisation des cahiers, de la mise en page (réglure, nombre de lignes, espace d’écriture) et de l’articulation des parties du compte entre elles est loin, en effet, d’être sans intérêt. Au contraire, une enquête de ce type doit permettre, pour reprendre les mots de Patrice Beck, de « donner des arguments pour révéler à la fois les buts poursuivis par l’administration émettrice et les compétences de ses agents, [et] pour définir les enjeux de l’usage de l’écrit et les stratégies des pouvoirs développés en la matière31 ». Bien sûr, cette interrogation n’est pas née de rien. Fille de son temps, elle s’intègre dans un mouvement plus général de questionnement autour de la fabrique du document écrit. Élaboré dans les années 1970, ce questionnement a d’abord touché un type documentaire spécifique et, d’une certaine manière, emblématique de la documentation médiévale : le cartulaire. En 1975, Pierre Toubert et Jacques le Goff invitaient à questionner le cartulaire comme un « document-monument »32. Par cette formule parlante, ces deux auteurs voulaient signifier que le cartulaire devait faire l’objet d’une étude globale qui non seulement s’intéresse aux données, aux renseignements, au contenu du cartulaire, mais prenne aussi en compte les conditions de son élaboration, de sa confection et de sa conservation. « Le document n’est pas innocent », écrivaient-ils. « Il résulte d’un montage conscient ou inconscient de l’histoire, de l’époque, de la société qui l’ont produit d’abord, mais aussi des époques successives pendant lesquelles il a continué à vivre, fût-ce dans l’oubli, pendant lesquelles il a continué à être manipulé, fût-ce par le silence33 ». Si cette réflexion nous paraît aller de soi aujourd’hui, il est clair qu’elle ne l’était pas encore il y a près de 40 ans. C’est dire si notre approche des sources a évolué depuis. Celle-ci, il faut le rappeler, doit beaucoup aux historiographies étrangères : historiographie allemande d’abord, avec les historiens de l’école de Münster qui ont forgé le concept de pragmatische schriftlichkeit pour désigner l’usage de l’écrit et la diffusion des pratiques scripturaires à des fins de gestion et d’administration34, historiographie anglo-saxonne ensuite, dans le sillage des travaux de Michael Clanchy sur la literacy35, historiographie italienne enfin dont la riche réflexion sur l’écrit documentaire a pris appui sur les abondantes archives des communes de l’Italie centrale et septentrionale36, sans omettre les réflexions de nature anthropologique de Jack Goody sur les pouvoirs et les savoirs de l’écrit37. De ces travaux et analyses est née la notion de scripturalité pour évoquer la production et l’usage de documents écrits à des fins pratiques – on a pu alors parler de « culture pratique de l’écrit » – mais aussi leur conservation et leur organisation38. Dans cette réflexion générale, le document comptable est resté à l’écart des investigations historiennes. Or le compte est un écrit à part entière. Écrit certes particulier, qui comprend des données chiffrées, qui répond à sa logique, celle d’instructions et de formulaires aujourd’hui malheureusement perdus, mais qui constitue un instrument de gestion au cœur des pratiques non seulement économiques, mais aussi politiques et sociales des hommes du temps. Ainsi, comme dans le débat sur les cartulaires, la question du lien entre écriture comptable et préservation, pour ne pas dire entretien d’une mémoire, demeure de toute première importance39.

  • 40Le Robert. Dictionnaire historique de la langue française, Alain Rey (dir.), t. 1, Paris, Dictionn (...)
  • 41  On se reportera ci-dessous à la riche contribution de Christine Jéhanno, « Le compte et son décor  (...)

3Dire que le compte est un écrit particulier pourra paraître à d’aucuns comme une formulation surprenante. C’est pourtant une évidence. La première partie du titre du colloque, qui a été conservé pour la publication, intégrait d’ailleurs cette vision des choses : le verbe « classer » renvoie à une opération d’agencement, de répartition, d’ordonnancement d’informations, de données qu’il faut souvent exposer et détailler40 – d’où l’importance du cadre matériel de présentation –, le verbe « dire », quant à lui, évoque les mots, le texte, voire le récit. Le compte est en effet un texte ordonné, avec ses parties et ses rubriques, le tout servi par une présentation souvent soignée, agrémentée parfois de lettrines ornées et de motifs décoratifs, qui joue des combinaisons du texte et des chiffres, au service de la mise en ordre de l’information comptable41. À la fin du Moyen Âge, le compte connaît des évolutions générales communes à bien des institutions qui en sont à l’origine. C’est la raison pour laquelle l’ambition du colloque était d’insister sur ces processus d’évolution, résumés dans le titre par deux formulations : « discipline du chiffre », d’une part, « fabrique d’une norme comptable », d’autre part.

  • 42  Chr. Guilleré et G. Castelnuovo, « De la comptabilité domaniale à la comptabilité d’État : les com (...)
  • 43  On notera que l’évolution n’a pas été partout la même dans l’espace savoyard. Ainsi, les comptes d (...)
  • 44  Delphine Gardey, Écrire, calculer, classer. Comment une révolution de papier a transformé les soci (...)
  • 45  Comme les tables de calcul et d’équivalence de monnaies incluses dans un manuel pour les gens des (...)
  • 46  À l’image du Talamus élaboré en 1475 à la demande de la Chambre des comptes de Moulins qui voulait (...)
  • 47  Voir le travail en cours de Stéphane Lamassé sur ce traité qui a fait l’objet d’une présentation l (...)
  • 48  Luca Pacioli, Summa de Arithmetica, Geometria, Proportioni et Proportionalita, Venise, 1494. Voir (...)

4Par « discipline du chiffre », c’est aux efforts de présentation des données chiffrées – recettes et dépenses – dans les comptes auxquels on pense en premier lieu. Les efforts de mise en page ont entre autres pour finalité de mieux présenter les sommes des articles de recettes et de dépenses pour une lecture plus rapide. Voici les comptes des châtelains savoyards. L’évolution de leur présentation, que l’on peut suivre minutieusement puisque la série est continue depuis la seconde moitié du xiiie siècle, est plus que parlante. Aux « paragraphes compacts, sans respiration », se substitue en effet progressivement, dans le courant du xive siècle, « une présentation en trois colonnes », où celle de droite, désormais réservée aux seules mentions des sommes mises en recettes ou dépensées, permet de détacher les données chiffrées du texte42. Cette évolution n’est certes pas propre à la comptabilité savoyarde. Elle est partout notable. Plus intéressant à relever est que cette évolution concerne les deux grandes formes de support que sont le rouleau et le codex, puisque les comptes de châtellenie savoyards sont des rouleaux et demeurent sous cette forme jusqu’à l’époque moderne43. À n’en pas douter, cet affinement dans la présentation des données chiffrées a contribué à une meilleure appréhension des données comptables et facilité le travail de calcul, tant du receveur que des hommes en charge du contrôle. La formule « discipline du chiffre » veut aussi renvoyer à la question des techniques et des savoir-faire comptables, en d’autres termes à ce que Delphine Gardey a qualifié pour une période plus contemporaine de numeracy, sorte de pendant de la literacy appliqué au calcul et aux chiffres, et qu’il faut entendre comme un processus de meilleure compréhension et de plus grande maîtrise des données chiffrées, au sens large une « culture du chiffre »44. On sait qu’au cours du xve siècle, plusieurs Chambres des comptes se dotent d’instruments de calcul (tables d’opérations, tables de conversion de monnaies45, tables d’équivalence de mesures46) afin de faciliter le travail des clercs et des vérificateurs. Apparaissent aussi, dans le même temps, des manuels pratiques ou des traités destinés aux gens des comptes pour leur permettre de mieux travailler, à l’image du traité de Jean Adam de 1475, destiné à un correcteur des comptes et où son auteur s’attache à adapter les algorithmes savants à des préoccupations techniques, proposant une synthèse entre arithmétique à jetons et arithmétique pratique47. Sans doute, cette évolution qui affecte l’espace français est en retard par rapport à l’espace italien, où, force du monde marchand oblige, de tels instruments de calcul sont attestés dès le xive siècle. Il reste qu’un tournant semble alors se produire qu’il serait intéressant de mieux circonscrire. Le contrôle devient non seulement un enjeu des rapports entre l’autorité et les comptables, mais désormais, et sans doute davantage qu’avant, un instrument pour une meilleure gestion. Certes, les comptes que nous étudions et qui sont évoqués dans le présent volume restent simples dans leur agencement et leur organisation. Nous sommes encore loin de la comptabilité marchande et plus complexe codifiée par Luca Pacioli dans son Tractatus de 149448. Il n’empêche : la rationalisation a aidé à une meilleure discipline des données chiffrées et participé à l’élaboration d’une norme comptable.

  • 49  En 1961, dans son ouvrage consacré aux finances de la ville de Dijon, Françoise Humbert avait sent (...)
  • 50  Otto Pfersmann, « Norme », dans Dictionnaire de la culture juridique, Denis Alland et Stéphane Ria (...)
  • 51  Se reporter ci-dessous aux réflexions générales de Sébastien Kott sur la norme comptable et ses ac (...)
  • 52La fabrique de la norme. Lieux et modes de production des normes au Moyen Âge et à l’époque modern (...)
  • 53  J. Kerhervé, L’État breton…, op. cit., t. 1, p. 412 ; Olivier Guyotjeannin et Olivier Mattéoni, «  (...)
  • 54  Olivier Mattéoni, « Vérifier, corriger, juger. Les Chambres des comptes et le contrôle des officie (...)
  • 55  Jacques Dalarun, Gouverner, c’est servir, Paris, Alma, 2012, p. 311 ; Michel Senellart, Les arts d (...)
  • 56  Cette image a été largement développée dès le ive siècle dans les règles monastiques, qui usent de (...)
  • 57  Clément Lenoble, « Contrôle des comptes et vie religieuse chez les chanoines et les frères mendian (...)

5Des trois tables rondes qui ont précédé ce colloque est ressorti en effet un constat : d’un lieu l’autre, d’une institution l’autre, d’un support l’autre, d’une comptabilité l’autre, les comptes de la fin du Moyen Âge présentent de réelles similitudes dans leur structuration49, d’où l’idée que les comptes répondent à une norme qui s’est élaborée, précisée au cours de la période finale du Moyen Âge. Si l’on entend par norme comptable un ensemble de règles – rappelons que le terme norma apparaît historiquement comme synonyme de regula dès l’Antiquité50 – qui visent à une meilleure organisation, compréhension et contrôle des comptabilités, cela signifie que des dispositions, à un moment donné ou progressivement, ont été élaborées, puis diffusées51. Le thème de la « fabrique de la norme comptable » renvoie en fait à différents questionnements, auxquels les travaux du colloque ont apporté des éléments d’appréciation : conditions et lieux de la production de la norme, modalités de sa diffusion, effectivité52. Il ne faudrait toutefois pas limiter la notion de « norme comptable » qu’à une simple affaire de technique. L’agencement, le classement, l’ordonnancement des informations et des données chiffrées que renferme un compte, servis par une mise en pages claire et continue en trois ensembles, renvoient à un ordre des choses, dont il convient de restituer la logique et les fondements. Lorsque les comptes des receveurs bretons placent en premier parmi les destinataires de dons les établissements religieux où les ducs ont fait des fondations perpétuelles, suivis par les paiements destinés directement au duc et à sa famille, l’ordonnancement n’est en rien innocent53. Il s’agit d’une vision hiérarchique du pouvoir, qui conforte la puissance ducale en insistant sur son assise sacrée. Au-delà, la question de la valeur – administrative et/ou juridique – du compte doit être posée. Pour les comptes royaux et princiers, la validation par une instance de contrôle, la Chambre des comptes, instance juridictionnelle s’il en est, revêt le compte d’une connotation juridique54. Qu’en est-il pour les comptes d’autres institutions (villes, hôpitaux, communautés ecclésiastiques) ? Tout seigneur est débiteur de justice. À ce titre, la validation d’un compte est l’une des figures du jugement à la fin du Moyen Âge. Elle s’inscrit en tout dans le système symbolique de la justice comme dans l’ordre normatif du droit. Plus largement d’ailleurs, les réflexions récentes autour du concept de regimen et de gouvernementalité peuvent être de quelque utilité dans notre réflexion relative à la valeur du contrôle des comptes. Si l’on accepte en effet de voir dans le regimen une figure du vicariat55, il n’y a rien d’étonnant alors à ce que la reddition des comptes soit utilisée comme une métaphore du bon gouvernement des sujets56. Dans les couvents mendiants d’Italie et de la France méridionale, le vocabulaire employé pour évoquer la reddition des comptes – à commencer par la formule reddere rationem qui renvoie à l’idée de justification, voire d’aveu – était empreint d’une forte connotation théologique et juridique, d’où la présence, au sein des contrôleurs, de frères théologiens57.

  • 58  L’époque moderne a laissé quelques formulaires. On signalera par exemple cette intéressante « inst (...)
  • 59  Arch. dép. Loire, B supplément 1. Compte publié dans Marguerite Gonon, Documents linguistiques de (...)
  • 60  J. Kerhervé, L’État breton…, op. cit., t. 1, p. 413, n. 23. On trouvera d’autres exemples d’interv (...)
  • 61  Ernest Coyecque, L’Hôtel-Dieu de Paris au Moyen Âge. Histoire et documents. II. Délibérations du c (...)
  • 62Inventaire sommaire des archives hospitalières de Lille antérieures à 1790, t. 1, Lille, 1979, p.  (...)

6Quoi qu’il en soit, le temps du contrôle et de la vérification des comptes a été un des temps forts dans la fabrique de la norme comptable. En l’absence de véritables formulaires qui nous auraient éclairés sur les recommandations données aux receveurs et autres trésoriers pour présenter leurs comptes58, les vérifications et les corrections portées sur les registres lors de l’audition, de même que les rappels à l’ordre ou les demandes de précision, constituent des éléments susceptibles de nous éclairer sur les modalités de diffusion de règles, qui présupposent un certain degré de contrainte. Plusieurs exemples montrent que ces stipulations avaient de réels effets. En 1388, au comté de Forez, la rédaction du compte de la construction de la muraille de Feurs a donné lieu à l’intervention de deux clercs. À l’initiative des gens des comptes de Montbrison, l’un des deux clercs s’est attaché à rectifier la présentation du chapitre des recettes telle qu’elle avait été rédigée par le premier, car elle n’était pas conforme au style de la Chambre59. En 1419, la Chambre des comptes de Vannes enjoint au receveur de la châtellenie de Moncontour de mentionner les minus des débirentiers du domaine ducal par colonnes, « ou au long, sans estre ainsi en prose », les paragraphes compacts qu’il présentait jusqu’alors rendant à l’évidence le contrôle difficile, leur présentation étant peu conforme aux règles en usage60. En 1466, le compte de l’Hôtel-Dieu de Paris qui a été remis aux chanoines de Notre-Dame en charge de l’audition ne correspondait pas aux canons de la présentation. En raison de l’indisponibilité du maître en charge d’habitude de cette tâche, la rédaction en avait été confiée à un boursier, à l’évidence inexpérimenté. La chose était suffisamment grave pour donner lieu à une délibération spéciale du chapitre selon laquelle l’institution de tutelle acceptait à titre exceptionnel de recevoir le compte à l’audition, mais à condition que l’on revînt dès l’exercice suivant à la présentation traditionnelle61. En 1468, le lundi de la Semaine sainte, un incendie se déclara à l’hôpital comtesse de Lille. Il entraîna la mort du maître en charge de la tenue des comptes. La disparition dans les flammes des « livres de la librarie » et de « tous les briefs, lettres de cens, comptes, memoires et pappiers esquelz l’en escripvoit journelment les receptes et mises » priva l’hôpital de sa mémoire comptable. L’institution eut toutes les peines à établir un nouveau compte pour l’exercice 1467-1468. Pour ce faire, il fallut procéder, « a grant difficulté, peines et labeurs », à l’inventaire des biens, dresser la liste des rentes en enquêtant, et surtout, de mémoire, reconstituer l’architecture du compte telle qu’elle était dans ceux partis en fumée62. La transmission des modèles se faisait donc par la reproduction des comptes précédents ; elle se faisait aussi par l’apprentissage auprès des anciens. Plus largement – et les règlements relatifs à la Chambre des comptes de Paris le confirment –, des prescriptions concernant la présentation matérielle existaient. L’ordonnance de Mehun-sur-Yèvre de 1454, destinée aux gens des comptes de Paris, comprend un article des plus clairs sur le sujet :

  • 63Ordonnances des rois de France, t. XIV (1790), p. 341-348, spéc. p. 346 ; Gilbert Jacqueton, Docum (...)

« Item, que lesdiz officiers comptables feront doresenavant, ou feront faire par leurs procureurs ou clercs, leurs comptes de bon et souffisant volume, et y escriront ou feront escrire plus serré qu’ilz n’ont fait par cy-devant ; et pour ce faire, auront en ung lieu de ladicte Chambre ung exemplaire de la grandeur et du volume, tant en escripture comme en espace, tel qu’il semblera estre de faire a ceulx dudit bureau ; et ne sera tauxé doresenavant pour chacun feuillet de leurs comptes renduz en ladicte Chambre que deux solz tournois au plus, tant pour les comptes qui se font a parisis comme de ceulx a tournois63 ».

  • 64  Il est clair que tous ces efforts de présentation et de classement de l’information aident à l’éme (...)

7On le voit : les préoccupations pratiques peuvent être dictées par des préoccupations pécuniaires. Cela étant, le respect de normes d’écriture et de présentation répond à une logique conservatoire, l’uniformisation du cadre de présentation et d’écriture devant permettre un meilleur contrôle de l’information comptable64.

  • 65  Pour les comptes municipaux de la ville de Rennes, les auditeurs des comptes faisaient le déplacem (...)
  • 66  À partir de 1392-1393, les comptes de la ville deviennent plus complets et plus rigoureux dans leu (...)
  • 67  Pour ces exemples, voir infra Florent Garnier, « Expressions de la norme juridique dans les compta (...)
  • 68  O. Mattéoni, « Vérifier, corriger, juger… », art. cité, p. 58-59 (repris dans idem, Institutions e (...)
  • 69  Anne Lemonde, Le temps des libertés en Dauphiné. L’intégration d’une principauté à la Couronne de (...)
  • 70  Jean Thibaud, « Le personnel de la Chambre des comptes de Blois à la fin du Moyen Âge », dans La F (...)
  • 71  Cl. Lenoble, L’exercice de la pauvreté…, op. cit., p. 116-117, qui mentionne deux caisses, celle d (...)
  • 72  Dans sa contribution infra, « Le budget de maître Antonio Alabanti, prieur de la Santissima Annunz (...)

8Au-delà, postuler qu’une norme comptable s’est élaborée et diffusée à la fin du Moyen Âge conduit à poser la question des transferts entre institutions et des acteurs à l’origine de la circulation d’informations et, le cas échéant, de modèles. On sait que des relations parfois étroites ont existé entre le personnel comptable des villes – souvent des membres de l’élite urbaine, connaissant bien les rouages de l’administration municipale – et les officiers princiers et royaux. En quoi cela a-t-il pu influer sur la tenue et l’organisation des comptes ? Dans des villes comme Moulins, Lille, Dijon ou Rennes, les comptes urbains ont été vérifiés, souvent dès la fin du xive siècle, soit au moment où les dépenses des villes étaient en forte augmentation, par le personnel de la Chambre des comptes du lieu65. Cette intervention fut alors l’occasion d’ajustements dans la disposition des rubriques en vue d’une plus forte uniformisation, comme en atteste l’exemple des comptes de la ville de Lille à partir de 1392-139366. Parfois, les juridictions supérieures – Chambres des comptes, Parlements, Cours des aides – pouvaient intervenir directement dans le contrôle et la révision des comptes urbains, comme ce fut le cas, à plusieurs reprises au xve siècle, pour Millau, Le Puy-en-Velay, Pézenas, Cordes ou Moissac67. Là encore, la portée de ces interventions était importante pour la tenue des comptes. Entre le monde de l’administration royale et celui des princes, de nombreux mouvements de personnel sont attestés aux xive et xve siècles, et ils ont été facteurs de diffusion d’expériences et de pratiques administratives. Ainsi, la création des Chambres des comptes dans le royaume par les princes dans les années 1360-1380 avait pour modèle clairement affiché la Chambre des comptes du roi68. Afin de les mettre sur pied ou, plus précisément, de transformer en instance de contrôle les commissions ad hoc qui avaient cours jusqu’alors pour vérifier les comptabilités, les princes ont pu faire appel à des maîtres parisiens. L’un d’eux, Jean Crété, est connu pour avoir réformé la Chambre des comptes de Dauphiné, avant d’œuvrer à l’organisation des Chambre des comptes de Dijon et de Lille voulues par Philippe le Hardi en 138669. Quelques années plus tard, ce sont deux clercs parisiens qui firent de même pour la Chambre des comptes du duc d’Orléans70. Mais qu’en était-il en dehors de la sphère royale et princière ? Notamment au sein du monde ecclésiastique ? Certes, entre le monde des administrations laïques et celui des clercs, bien des relations existaient, qui ont pu être propices, là aussi, à la diffusion de pratiques. N’oublions pas qu’au sein des Chambres des comptes, une part du personnel est formée de clercs, dont les compétences s’abreuvent à des univers variés. Dans les villes, les relations entre les frères mendiants et les responsables urbains, dont beaucoup étaient issus de la marchandise, doivent aussi être prises en considération lorsque l’on réfléchit en termes de pratiques et d’expérience, quand bien même les comptabilités au sein des ordres mendiants font apparaître une relative complexité, due notamment à l’existence de plusieurs caisses71. Il est clair qu’il conviendrait de cerner au plus près ces relations, ces contacts, ces échanges72. Gardons-nous néanmoins de l’excès qui consisterait à vouloir tout ramener à des jeux d’influences et de modèles. Les pratiques naissent aussi du bon sens, des besoins, des circonstances. En des lieux différents, de semblables solutions ont pu éclore de l’imagination humaine, indépendamment de contacts avérés. Mais il faudrait à coup sûr remonter plus en amont de la période qui nous retient, qui ferait alors apparaître le primat de la sphère ecclésiastique. Dès le xie siècle, la gestion de la mémoire des morts, l’administration des domaines monastiques, la mise en place d’une fiscalité pontificale, tout a contribué à l’émergence et au perfectionnement chez les clercs d’outils comptables qui ont pu, par leurs intermédiaires, essaimer vers les mondes laïques, les clercs étant massivement présents dans l’entourage des princes et des grands au xiiie siècle.

  • 73  La première table ronde, qui s’est tenue à Paris en octobre 2009, avait pour thème Approches codic (...)
  • 74  L’Autorité des normes comptables (ANC) a été créée par l’ordonnance no 2009-79 du 22 janvier 2009. (...)
  • 75  Jacques Richard et Collette Christine, Comptabilité financière. Normes IFRS versus normes français (...)
  • 76  Voir en tête de ce volume les réflexions de Didier Migaud, Premier président de la Cour des compte (...)

9Les travaux du colloque ont été organisés en plusieurs sessions. Les trois premières ont repris les thématiques des tables rondes qui se sont tenues ces trois dernières années, chaque automne73. C’est la raison pour laquelle chaque session a été introduite par un rapport de synthèse qui restitue dans ses grandes lignes les apports de ces trois rencontres tout en proposant des questionnements propres à alimenter les débats. Ont ainsi été abordées, chaque fois à travers trois ou quatre communications qui ont traité d’un point particulier, d’un espace géographique, d’une institution émettrice, d’abord la question de l’ordonnancement et de la forme des comptabilités à travers le prisme d’un questionnement codicologique, ensuite celle des compétences et des savoir-faire comptables, enfin celle de la rhétorique de l’écrit comptable. Si l’espace français a donné lieu à plusieurs approches, d’autres espaces européens ont été évoqués (Italie, Espagne, Angleterre, Pays-Bas). De même, toutes les comptabilités – comptabilités seigneuriales, comptabilités princières et royales, comptabilités urbaines, comptabilités pontificales, comptabilités hospitalières, comptabilités monastiques – ont retenu l’attention à travers une thématique. À des fins de comparaison et pour mettre en perspective les travaux, la quatrième session a porté son regard sur l’extérieur, avec une plongée vers le Proche-Orient mésopotamien à travers les archives comptables du temple de Mari au IIe millénaire av. J.-C., et une autre dans les pays d’Islam à travers les comptabilités d’État pour une période en partie contemporaine à celle étudiée lors du colloque (ixe-xve siècle). Puis la communication sur la comptabilité privée et la comptabilité publique aux xixe et xxe siècles a conduit à la table ronde conclusive. En réunissant pour celle-ci des praticiens actuels de l’expertise comptable et de la Cour des comptes, des juristes et des gestionnaires, il était attendu de ces derniers une réaction à nos réflexions, nos hypothèses, nos considérations. Le résultat fut, sans conteste, à la hauteur des espérances. À une époque, la nôtre, où existe en France – depuis janvier 2009 – une Autorité des normes comptables (ANC) chargée, entre autres, d’établir « sous forme de règlements les prescriptions comptables générales et sectorielles que doivent respecter les personnes physiques ou morales soumises à l’obligation légale d’établir des documents comptables conformes aux normes de la comptabilité privée »74, à une époque, toujours la nôtre, où les normes nationales doivent composer avec les normes internationales, les fameuses International Financial Reporting Standards (IFRS), dont la légitimité est questionnée, les préoccupations des comptables médiévaux parlent-elles aux praticiens d’aujourd’hui75 ? Pour les magistrats de la Cour des comptes, les préoccupations de leurs lointains prédécesseurs sont-elles si éloignées dans leurs fondements et leurs exigences des leurs (recherche du bien commun, contrôle et conservation du domaine et des biens publics, impératif de compétence et de rigueur)76 ?

10Dans les comptes de la ville de Nevers pour l’exercice 1485-1486, le receveur, arrivé au terme de son registre, s’est laissé aller à l’écriture d’un poème. Le dernier feuillet de son compte rapporte en douze vers les « gectes et gectoirs » de son époque, qui ne sont rien d’autre qu’un résumé des devoirs du bon receveur. Que ces quelques vers rendent agréable la lecture de ce volume et donnent aux travaux dont il rend compte une couleur point trop austère :

  • 77  Arch. com. Nevers, CC 74, cité dans abbé Boutillier, Inventaire sommaire des archives communales a (...)

Toy qui es receveur de roy,
De duc, de conte, oy et me croy.
Reçoy avant que tu escripve
Escrips avant que tu délivre,
De recevoir faiz diligence
Et faitz tardive délivrance,
Advise bien en ton papier
Quand et combien te fault payer,
En tes clercs pas tant ne te fye
Que tes propres faiz en oblie
Et faiz diligence de compter
Ainsi pourras plus hault monter77.

Notes

1  Constitué en 2008 à l’initiative de Patrice Beck, professeur d’histoire du Moyen Âge à l’université Charles-de-Gaulle Lille 3, ce groupe de recherche a rassemblé une trentaine de chercheurs français et étrangers. Cette entreprise, qui a duré quatre ans et qui a pris fin en 2012 avec le colloque de Paris, montre qu’il est clairement possible aujourd’hui, malgré le discours ambiant, de constituer un groupe de travail sans passer par l’Agence nationale de la recherche (ANR) avec le seul soutien des laboratoires (ici deux UMR, l’IRHIS-université Charles-de-Gaulle Lille 3, et le LAMOP-université Paris 1 Panthéon-Sorbonne). L’ensemble des travaux (trois tables rondes) a donné lieu à publication : publication électronique pour les trois tables rondes dans la revue Comptabilité(S). Revue d’histoire des comptabilités, publication papier pour les actes du colloque terminal grâce, pour cette dernière, aux soins de l’IGPDE/Comité pour l’histoire économique et financière de la France, qui a droit à notre chaleureuse gratitude. Que les chercheurs qui ont participé à ce groupe de travail et dont les noms suivent soient remerciés pour leur implication active au projet et leurs contributions lors des tables rondes et du colloque de Paris : Denise Angers, Martine Aubry, Sylvie Bepoix, Philippe Bernardi, Paul Bertrand, Didier Boisseuil, Caroline Bourlet, Pascal Chareille, Fabienne Couvel, Harmony Dewez, François Duceppe-Lamarre, Laure-Hélène Gouffan, Emmanuel Grélois, Pierre Jaillard, Marie-Laure Jalabert, Christine Jéhanno, Sophie Jolivet, Stéphane Lamassé, Matthieu Leguil, Samuel Leturcq, Éliane Lochot, Arnaldo Sousa Melo, Giuliano Pinto, Daniel Russo, Jean-Baptiste Santamaria, Isabelle Theiller, Aude Wirth-Jaillard, Jean-Marie Yante. Qu’il me soit aussi agréable de remercier, au sein de la Cour des comptes et aux Archives nationales, toutes les personnes qui ont aidé à l’organisation du colloque terminal : à la Cour des comptes, Messieurs Didier Migaud, Premier président, Christian Descheemaeker, président de chambre, président du comité d’histoire de la Cour des comptes, Vincent Feller, avocat général, Jean-François Potton, chargé de mission au comité d’histoire de la Cour des comptes et des juridictions financières ; aux Archives nationales, Madame Agnès Magnien, directrice, et Monsieur Bruno Galland, directeur des publics. Enfin, je veux remercier très chaleureusement Madame Patricia Bas, de l'IGPDE, pour sa rigueur et sa disponibilité dans le suivi éditorial de cette publication.

2  Que l’on songe aux grandes séries des archives bourguignonnes ou savoyardes, ou encore aux fonds des comptabilités urbaines qui, pour certaines villes, présentent des séries continues ou quasi continues. Sur les archives de Bourgogne et leur « embarras de richesse », voir Robert-Henri Bautier et Janine Sornay, Les sources de l’histoire économique et sociale. II. Les États de la maison de Bourgogne, 2 vol., Paris, CNRS Éditions, 1984-2001 ; Werner Paravicini, « L’embarras de richesse : comment rendre accessibles les archives financières de la maison de Bourgogne-Valois ? », Académie royale de Belgique. Bulletin de la classe des lettres et des sciences morales et politiques, 6e série, t. VII, 1996, p. 21-68 ; Bertrand Schnerb, « Les archives des ducs de Bourgogne. Tradition, inventaires, publications », dans La cour de Bourgogne et l’Europe. Le rayonnement et les limites d’un modèle culturel, Werner Paravicini (dir.), Ostfildern, Jan Thorbecke Verlag, 2013, p. 27-32 ; et Pierre Cockshaw, « Les archives bourguignonnes, les plus riches d’Europe ? », Ibid., p. 43-54, qui écrit au sujet des archives financières bourguignonnes : « En ce qui concerne les comptes, on peut dire que les archives conservées sont absolument extraordinaires : de la recette générale des finances aux recettes locales en passant par les recettes des différentes principautés et les comptes urbains nous découvrons que presque tout a été conservé » (p. 43). Sur les archives financières de la Savoie, voir R.-H. Bautier et J. Sornay, Les sources de l’histoire économique et sociale du Moyen Âge. Provence, Comtat Venaissin, Dauphiné, États de la maison de Savoie, 3 vol., Paris, CNRS Éditions, 1968-1974 ; Mario Chiaudano, La finanza sabauda nel sec. XIII. 1. I rendiconti del Dominio dal 1257 al 1285, 2. I ‘rotuli’e i ‘computi’ della Corte di Filippo I, conte di Savoia e di Borgogna dal 1269 al 1285, 3. Le ‘Extente’e altri documenti del Dominio (1205-1306), Turin, 1933-1937 ; Guido Castelnuovo et Christian Guilleré, « Les finances et l’administration de la maison de Savoie au xiiie siècle », dans Pierre II de Savoie. Le « Petit Charlemagne » († 1268), Bernard Andenmatten, Agostino Paravicini Bagliani, Éva Pibiri (éd.), Lausanne, Université de Lausanne, 2000, p. 33-125 ; eidem, « De la comptabilité domaniale à la comptabilité d’État : les comptes de châtellenie savoyards », dans Écrire, compter, mesurer. Vers une histoire des rationalités pratiques, Natacha Coquery, François Menant et Florence Weber (dir.), Paris, École normale supérieure Éditions, 2006, p. 213-230.

3  Philippe Wolff, Commerces et marchands de Toulouse (vers 1350-vers 1450), Paris, Plon, 1954.

4  Guy Fourquin, Les campagnes de la région parisienne à la fin du Moyen Âge, Paris, Presses universitaires de France, 1964.

5  Guy Bois, La crise du féodalisme. Économie rurale et démographie en Normandie orientale du début du xive siècle au milieu du xvie siècle, Paris, Presses de la Fondation nationale des Sciences politiques-EHESS, 1976.

6  Marie-Thérèse Lorcin, Les campagnes de la région lyonnaise aux xive et xve siècles, Lyon, 1974.

7  Arlette Higounet-Nadal, Périgueux aux xive et xve siècles. Étude de démographie historique, Bordeaux, Fédération historique du Sud-Ouest, 1978.

8  Maurice Berthe, Le comté de Bigorre, un milieu rural au bas Moyen Âge, Paris, SEVPEN, 1976 ; idem, Famines et épidémies dans les campagnes navarraises à la fin du Moyen Âge, 2 vol., Paris, SFIED, 1984.

9  Henri Dubois, Les foires de Chalon et le commerce dans la vallée de la Saône à la fin du Moyen Âge (vers 1280-vers 1430), Paris, Publications de la Sorbonne, 1976.

10  Pierre Charbonnier, Une autre France. La seigneurie rurale en basse Auvergne du xive au xvie siècle, 2 vol., Clermont-Ferrand, Publications de l’Institut d’études du Massif central, 1980.

11  Michel Le Mené, Les campagnes angevines à la fin du Moyen Âge, 1350-1530. Étude économique, Nantes, Cid Éditions, 1982.

12  Bernard Chevalier, Tours, ville royale (1356-1520). Origine et développement d’une capitale à la fin du Moyen Âge, Paris-Louvain, Publications de la Sorbonne, 1977.

13  Robert Favreau, La ville de Poitiers à la fin du Moyen Âge. Une capitale régionale, 2 vol., Poitiers, Société des antiquaires de l’Ouest, 1978.

14  Jean-Pierre Leguay, La ville de Rennes au xve siècle à travers les comptes des miseurs, Paris, Klincksieck, 1969 ; à compléter par idem, Un réseau urbain au Moyen Âge : les villes du duché de Bretagne aux xive et xve siècles, Paris, Maloine, 1981.

15  Françoise Humbert, Les finances municipales de Dijon du milieu du xive siècle à 1477, Paris, Les Belles Lettres (« Publications de l’université de Dijon », XXIII), 1961.

16  Michel Hébert, Tarascon au xive siècle. Histoire d’une communauté urbaine provençale, Aix-en-Provence, Édisud, 1979.

17  Réjane Brondy, Chambéry, histoire d’une capitale, vers 1350-1560, Lyon-Paris, Presses universitaires de Lyon-CNRS Éditions, 1988.

18  Denis Menjot, Murcie castillane. Une ville au temps de la frontière (1243-milieu du xve siècle), 2 t., Madrid, Casa de Velázquez, 2002.

19  Albert Rigaudière, Saint-Flour, ville d’Auvergne au bas Moyen Âge. Étude d’histoire administrative et financière, Paris, Presses universitaires de France (« Publications de l’université de Rouen », 72), 1993 ; Florent Garnier, Un consulat et ses finances. Millau (1187-1461), Paris, IGPDE/Comité pour l’histoire économique et financière de la France (« Études générales »), 2006, http://books.openedition.org/igpde/1055.

20  Le groupe de travail franco-espagnol, réuni sous l’égide de Denis Menjot et Manuel Sánchez Martínez et dont les travaux ont pour cadre l’Occident méditerranéen, a produit plusieurs volumes sur la fiscalité des villes dont les comptes sont au cœur de l’analyse : La fiscalité des villes au Moyen Âge (France méridionale, Catalogne et Castille). 1. Étude des sources, Toulouse, Privat, 1996 ; La fiscalité des villes au Moyen Âge (Occident méditerranéen). 2. Les systèmes fiscaux, Toulouse, Privat, 1999 ; La fiscalité des villes au Moyen Âge (Occident méditerranéen). 3. La redistribution de l’impôt, Toulouse, Privat, 2002 ; La fiscalité des villes au Moyen Âge (Occident méditerranéen). 4. La gestion de l’impôt, Toulouse, Privat, 2004 ; L’impôt dans les villes de l’Occident méditerranéen, xiiie-xve siècle, D. Menjot, A. Rigaudière et M. Sánchez Martínez, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2005. Sur l’Italie, on évoquera dans une riche bibliographie William M. Bowsky, The Finances of the Commune of Siena, 1287-1355, Oxford, Clarendon Press, 1970 ; Patrizia Mainoni, « Finanza pubblica e fiscalità nell’Italia centro-settentrionale fra xiii e xv secolo », Studi storici, 1999/2, p. 449-470 ; eadem (dir.), Politiche finanziarie e fiscali nell’Italia settentrionale (secoli xiii-xv), Milan, Edizioni Unicopoli, 2001.

21  Maurice Rey, Les finances royales sous Charles VI. Les causes du déficit, 1388-1413, Paris, SEVPEN, 1965, et Le domaine du roi et les finances extraordinaires sous Charles VI, 1388-1413, Paris, SEVPEN, 1965 ; Jean-François Lassalmonie, La boîte à l’enchanteur. Politique financière de Louis XI, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France (« Études générales »), 2002.

22  Sur les finances des territoires bourguignons, signalons, dans une riche bibliographie : Jean Rauzier, Finances et gestion d’une principauté au xive siècle. Le duché de Bourgogne de Philippe le Hardi (1364-1384), Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France (« Études générales »), 1996 ; Andrée Van Nieuwenhuysen, Les finances du duc de Bourgogne Philippe le Hardi (1384-1404). Économie et politique, Bruxelles, Éditions de l’université de Bruxelles, 1984 ; Denis Clauzel, Finances et politique à Lille pendant la période bourguignonne, Dunkerque, Les éditions des Beffrois, 1982.

23  Sur la Bretagne, la recherche indispensable est la thèse de Jean Kerhervé, L’État breton aux 14e et 15e siècles. Les ducs, l’argent et les hommes, 2 t., Paris, Maloine, 1987.

24  Bernard Chevalier, « Genèse de la fiscalité urbaine en France », Revista d’Història Medieval, 7, 1996, p. 21-38 ; Philippe Contamine, « Les fortifications urbaines en France à la fin du Moyen Âge : aspects financiers et économiques », Revue historique, t. CCLX, no 527, 1978, p. 23-47 ; A. Rigaudière, « Le financement des fortifications urbaines en France du milieu du xive siècle à la fin du xve siècle », Revue historique, t. CCLXXIII, no 553, 1985, p. 19-95 (repris dans idem, Gouverner la ville au Moyen Âge, Paris, Anthropos-Economica, 1993, p. 417-497).

25  Voir, parmi tant d’autres, l’exemple de la documentation du consulat de Millau, remarquablement présentée et analysée par Fl. Garnier, Un consulat et ses finances…, op. cit., p. 53-58 et 171-178. Pour une mise en contexte, voir Jean Glénisson et Charles Higounet, « Remarques sur les comptes et sur l’administration financière des villes françaises entre Loire et Pyrénées (xive-xvie siècle) », dans Finances et comptabilités urbaines du xiiie au xvie siècle, Actes du colloque de Blankenberge, 6-9 septembre 1962, Bruxelles, 1964, p. 31-74.

26  Sur les comptes des receveurs bretons, les données ici présentées proviennent de J. Kerhervé, L’État breton…, op. cit., t. 1, p. 411-416.

27Ibid., p. 413. La régence s’est aussi marquée par une réorganisation financière de l’hôtel ducal : Ibid., p. 226-238 ; Michael Jones, La Bretagne ducale. Jean V de Montfort (1364-1399) entre la France et l’Angleterre, trad. fr., Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1998, p. 62-63 (éd. angl. 1970).

28  J. Kerhervé, L’État breton…, op. cit., t. 1, p. 413-414. Sur la mise en forme des comptes, cf. l’exemple des comptes de la châtellenie de Lamballe étudiés par Monique Chauvin, Les comptes de la châtellenie de Lamballe, 1387-1482, Paris, Klincksieck, 1977, notamment p. 17-26 et photos hors texte.

29  J. Kerhervé, L’État breton…, op. cit., t. 1, p. 414.

30  Par exemple, Jean Kerhervé accorde quelques développements à la structure et à la présentation des comptes dans son maître livre. Il est notamment sensible aux motifs décoratifs des lettrines : Ibid., p. 411-414. Dans son étude sur les comptes de Lamballe, Les comptes de la châtellenie de Lamballe…, op. cit., p. 17-25, Monique Chauvin livre une présentation de qualité sur les comptes de la seigneurie, dans laquelle elle évoque le format, la préparation des registres, l’écriture et le décor.

31  Patrice Beck, « Rappel du projet d’enquête », dans Compte rendu de la Rencontre 1. Introduction à l’enquête, octobre 2008, publication en ligne sur le site de l’IRHIS, http://irhis.recherche.univ-lille3.fr/00-Comptabilites/Lille2008.html (dernière consultation le 20 février 2014). Patrice Beck est l’un des premiers à avoir mené une approche codicologique du document comptable : cf. son article « Codicologie d’un compte de châtelain bourguignon : Michelet Girost et les pressoirs de Chenôve (1401-1404) », Comptabilité(S). Revue d’histoire des comptabilités, no 1, 2010, http://comptabilites.revues.org/76 (mis en ligne le 10 décembre 2010, dernière consultation le 20 février 2012). Voir aussi idem, Approche d’un document d’archives. Approche codicologique et diplomatique des cherches des feux bourguignonnes (1285-1543), Paris, École des chartes (« Études et rencontres », 20), 2006.

32  Jacques Le Goff et Pierre Toubert, « Une histoire totale du Moyen Âge est-elle possible ? », Actes du 100e Congrès national des Sociétés savantes, Paris, 1975 (Section de philologie et d’histoire), t. 1, Paris, 1977, p. 31-44, spéc. p. 39.

33Ibid., p. 38.

34Pragmatische Schriftlichkeit im Mittelalter. Erscheinungsformen und Entwicklungsstufen, Hagen Keller, Klaus Grubmüller et Nikolaus Staubach (éd.), Munich, 1992 ; H. Keller, « Oralité et écriture », dans Les tendances actuelles de l’histoire du Moyen Âge en France et en Allemagne, Jean-Claude Schmitt et Otto Gerhard Oexle (dir.), Paris, Publications de la Sorbonne (« Histoire ancienne et médiévale », 66), 2002, p. 127-142. Ce dernier travail comporte une riche bibliographie.

35Michael Clanchy, From Memory to Written Record. England 1066-1307, 2e éd. revue, Oxford-Malden, Blackwell (1e éd., 1976).

36  Voir notamment Paolo Cammarosano, Italia medievale. Struttura e geografia delle fonte scritte, 8e éd., Rome, Carocci Editore, 2003 (1re éd., La Nuova Italia Scientifica, 1991) ; Scritture e potere. Pratiche documentarie e forme di governo nell’Italia tardomedievale (xiv-xv secolo), Isabella Lazzarini (dir.), Reti medievali rivista, 9, 2008, http://www.rmojs.unina.it/index.php/rm/issue/view/4 (dernière consultation le 5 mars 2014).

37  Jack Goody, La raison graphique. La domestication de la pensée sauvage, trad. fr., Paris, Les Éditions de Minuit, 1979 (éd. angl. 1977) ; idem, Pouvoirs et savoirs de l’écrit, trad. fr., Paris, La Dispute, 2007.

38  Pierre Chastang, « Cartulaires, cartularisation et scripturalité médiévale : la structuration d’un nouveau champ de recherche », Cahiers de civilisation médiévale, xe-xiie siècles, 49, 2006, p. 20-31 ; idem, « L’archéologie du texte médiéval. Autour de travaux récents sur l’écriture au Moyen Âge », Annales HSS, 63, 2008, p. 245-269 ; Joseph Morsel, « Ce qu’écrire veut dire au Moyen Âge. Observations préliminaires à une étude de la scripturalité médiévale », Memini. Travaux et documents, 4, 2000, p. 3-43 (texte repris avec corrections dans Écrire, compter, mesurer. 2. Vers une histoire des rationalités pratiques, Natacha Coquery, François Menant et Florence Weber [dir.], édition en ligne, p. 4-32, http://www.presses.ens.fr/PDF/ECMonline.pdf) ; Étienne Anheim et Pierre Chastang, « Les pratiques de l’écrit dans les sociétés médiévales (vie-xiiie siècle) », Médiévales, 56, 2009, p. 5-10 ; Paul Bertrand, « À propos de la révolution de l’écrit (xe-xiiie siècle). Considérations inactuelles », Ibid., p. 75-92.

39  Sur la riche bibliographie relative aux cartulaires, Les cartulaires, Actes de la table ronde organisée par l’École nationale des chartes et le GDR 121 du CNRS, Paris, 5-7 décembre 1991, Olivier Guyotjeannin, Laurent Morelle et Michel Parisse (éd.), Paris, École des chartes (« Mémoires et documents de l’École des chartes », 39), 1993 ; Les cartulaires méridionaux, Daniel Le Blévec (dir.), Paris, École des chartes-Salvé (« Études et rencontres », 19), 2006. Pour une étude précise, Pierre Chastang, Lire, écrire, transcrire. Le travail des rédacteurs de cartulaires en Bas-Languedoc (xie-xiiie siècles), Paris, CTHS-Histoire, 2001 ; idem, La ville, le gouvernement et l’écrit à Montpellier, Paris, Publications de la Sorbonne (« Histoire ancienne et médiévale », 121), 2013. Sur les cartulaires urbains, L’écrit et la ville, Michel Hébert et Kouky Fianu (éd.), Memini. Travaux et documents, 12, 2008.

40Le Robert. Dictionnaire historique de la langue française, Alain Rey (dir.), t. 1, Paris, Dictionnaires Le Robert, 1992, p. 431.

41  On se reportera ci-dessous à la riche contribution de Christine Jéhanno, « Le compte et son décor : entre norme comptable et liberté du scribe ».

42  Chr. Guilleré et G. Castelnuovo, « De la comptabilité domaniale à la comptabilité d’État : les comptes de châtellenie savoyards », dans Écrire, compter, mesurer. 2Vers une histoire des rationalités pratiques, op. cit., p. 213-230, spéc. p. 214-215 et 219-230 pour les exemples.

43  On notera que l’évolution n’a pas été partout la même dans l’espace savoyard. Ainsi, les comptes de la ville de Chambéry sont sous forme de rouleaux jusqu’en 1382, avant d’être ensuite tenus sur des registres. Voir R. Brondy, Chambéry, histoire d’une capitale…, op. cit., p. 61.

44  Delphine Gardey, Écrire, calculer, classer. Comment une révolution de papier a transformé les sociétés contemporaines (1800-1940), Paris, La Découverte, 2008.

45  Comme les tables de calcul et d’équivalence de monnaies incluses dans un manuel pour les gens des comptes de Lille. Voir Jean-Baptiste Santamaria, La Chambre des comptes de Lille de 1386 à 1419 : essor, organisation et fonctionnement d’une institution princière, Turnhout, Brepols (« Burgundica », 20), 2012, p. 196.

46  À l’image du Talamus élaboré en 1475 à la demande de la Chambre des comptes de Moulins qui voulait disposer pour un meilleur contrôle des comptabilités des receveurs d’une grille d’équivalence entre les mesures de capacité de toutes les châtellenies du duché de Bourbonnais. Voir Arch. dép. Allier, A 8.

47  Voir le travail en cours de Stéphane Lamassé sur ce traité qui a fait l’objet d’une présentation lors de la table ronde de Lille des 6 et 7 octobre 2011 par Stéphane Lamassé et Olivier Mattéoni sous le titre Savoirs théoriques et pratiques comptables au xv e siècle : Jean Adam et son traité d’arithmétique.

48  Luca Pacioli, Summa de Arithmetica, Geometria, Proportioni et Proportionalita, Venise, 1494. Voir l’édition critique Trattato di partita doppia, Venezia 1494. Edizione critica par Annalisa Conterio, Introduzione e commento par Basil Yamey, Nota filologica par Gino Belloni, Venise, Albrizzi Editore, 1994 ; voir également Argante Ciocci, Luca Pacioli e la matematizzazione del sapere nel Rinascimento, Bari, Cacucci Editore, 2003.

49  En 1961, dans son ouvrage consacré aux finances de la ville de Dijon, Françoise Humbert avait senti la nécessité, à la fin de son développement sur la présentation des comptes du « receveur général des deniers de la ville », de les comparer avec ceux du receveur général du duc et ceux de l’abbaye dijonnaise de Saint-Bénigne. Elle notait une grande similitude dans l’organisation des comptes municipaux et des comptes ducaux, mais une différence avec les comptes de Saint-Bénigne. Elle écrivait ainsi : « Le compte de Saint-Bénigne ne présente aucun point commun avec celui de la ville. Les recettes et les dépenses prennent place dans ce registre sans autre division que celle des sommes reçues et des sommes payées. Il n’y a pas de répartition en chapitre comme dans le registre du receveur municipal […]. Les registres de la recette générale du duc présentent beaucoup de traits communs avec les registres municipaux. La disposition des recettes est assez différente, car les revenus ducaux sont surtout extraordinaires. Mais les dépenses sont disposées d’après le même ordre : pensions, dons, achats de chevaux, achat de vaisselle, de draps, de vins, “ambaxaderies et grosses messageries”, “voiages et menus messageries”, dépense commune, gages et “effaux de paye” », Fr. Humbert, Les finances municipales de Dijon…, op. cit., p. 51-52.

50  Otto Pfersmann, « Norme », dans Dictionnaire de la culture juridique, Denis Alland et Stéphane Rials (dir.), Paris, Presses universitaires de France, 2003, p. 1079.

51  Se reporter ci-dessous aux réflexions générales de Sébastien Kott sur la norme comptable et ses acteurs, dans sa conclusion au colloque : « Regard rétrospectif sur une possible “culture comptable” ».

52La fabrique de la norme. Lieux et modes de production des normes au Moyen Âge et à l’époque moderne, Véronique Beaulande-Barraud, Julie Claustre, Elsa Marmurszten (dir.), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012. Sur la notion d’effectivité, qui n’est pas à confondre avec celle d’efficacité, voir Corinne Leveleux-Teixeira, « Fabrique et réception de la norme. Brèves remarques sur l’effectivité en droit médiéval », dans La fabrique de la norme…, op. cit., p. 17-30, et Jacques Commaille, « Effectivité », dans Dictionnaire de la culture juridique, op. cit., p. 583-585. Voir aussi infra les remarques terminales de la contribution de Florent Garnier, « Expressions de la norme juridique dans les comptabilités urbaines d’Auvergne et du Rouergue au Moyen Âge », sur la norme, sa réception et son acceptation, à partir du concept de « force normative » récemment développé par Catherine Thieberge et son équipe, cf. Catherine Thibierge et alii, La force normative. Naissance d’un concept, Paris, LGDJ-Bruylant, 2009.

53  J. Kerhervé, L’État breton…, op. cit., t. 1, p. 412 ; Olivier Guyotjeannin et Olivier Mattéoni, « Écrire, décrire, ordonner. Les actes et la légitimité du pouvoir à la fin du Moyen Âge », dans Les vecteurs de l’idéel. La légitimité implicite (II), Jean-Philippe Genet (dir.), Rome-Paris, École française de Rome-Publications de la Sorbonne, 2015, à paraître.

54  Olivier Mattéoni, « Vérifier, corriger, juger. Les Chambres des comptes et le contrôle des officiers en France à la fin du Moyen Âge », Revue historique, t. CCCIX, no 641, 2007, p. 31-67 (repris dans idem, Institutions et pouvoirs en France, xive-xve siècles, Paris, Picard, 2010, p. 123-152).

55  Jacques Dalarun, Gouverner, c’est servir, Paris, Alma, 2012, p. 311 ; Michel Senellart, Les arts de gouverner. Du regimen médiéval au concept de gouvernement, Paris, Seuil, 1995, p. 84-90 dans son développement sur la figure du rector telle qu’elle est présentée chez Grégoire le Grand.

56  Cette image a été largement développée dès le ive siècle dans les règles monastiques, qui usent de la métaphore de la reddition des comptes pour évoquer le gouvernement de la communauté par le maître, c’est-à-dire par l’abbé. L’image vaut aussi pour l’évêque ; elle sert à décrire sa responsabilité envers Dieu, cf. Valentina Toneatto, Les banquiers du Seigneur. Évêques et moines face à la richesse (ive-début ixe siècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012, p. 299-315, qui note cependant que la métaphore de la reddition des comptes a aussi un sens matériel et comptable. Dans son sermon Adorabunt eum, Gerson fait dire au roi au début du xve siècle : « Je ne suis que son serviteur [à Dieu] a sa volonté commis et ordonné pour gouverner son peuple deuement et justement et en rendray compte jusques au derrain denier en sa Chambre des comptes, en son parlement hault luy seant sur le lit de justice », cité par Ph. Contamine, « Introduction », dans La France des principautés. Les Chambres des comptes, xive et xve siècles, Ph. Contamine et O. Mattéoni (dir.), Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France (« Animation de la recherche »), 1996, p. xxxvi-xxxvii. Voir aussi Graeme Small, « Vizualing the state in the towns and cities of the Burgundian Netherlands : The chambre des comptes at Lille, 1466 », dans Marquer la ville. Signes, traces, empreintes du pouvoir (xiiie-xvie siècle), Patrick Boucheron et Jean-Philippe Genet (dir.), Paris-Rome, Publications de la Sorbonne-École française de Rome, 2014, p. 483-511.

57  Clément Lenoble, « Contrôle des comptes et vie religieuse chez les chanoines et les frères mendiants (xive-xve siècles) », dans Contrôler les comptes : rites, techniques, portées (xiiie-xve siècle), Actes des journées d’étude des 23 et 24 février 2012, Avignon, Armand Jamme (dir.), à paraître. À compléter par idem, L’exercice de la pauvreté. Économie et religion chez les franciscains d’Avignon (xiiie-xve siècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, p. 113-147 : l’auteur y insiste sur les liens étroits qui existent dans la tenue et le contrôle des comptes entre gestion, discipline et obéissance.

58  L’époque moderne a laissé quelques formulaires. On signalera par exemple cette intéressante « instruction » épiscopale de 1646 pour la rédaction des comptes de fabriques éditée par Anne Bonzon dans « Quand l’Église parle d’argent… Le contrôle ecclésiastique de l’argent des villages dans la France du Nord au xviie siècle », dans L’argent des villages. Comptabilités paroissiales et communales, fiscalité locale du xiiie au xviiie siècle, Actes du colloque d’Angers, octobre 1998, Antoine Follain (éd.), Rennes-Caen, Presses universitaires de Rennes-Association d’histoire des sociétés rurales (« Bibliothèque d’histoire rurale », 4), 2000, p. 303-307.

59  Arch. dép. Loire, B supplément 1. Compte publié dans Marguerite Gonon, Documents linguistiques de la France, série francoprovençale. Documents linguistiques du Forez (1260-1498), Paris, CNRS Éditions, 1974, p. 256-321, spéc. p. 256.

60  J. Kerhervé, L’État breton…, op. cit., t. 1, p. 413, n. 23. On trouvera d’autres exemples d’interventions et d’injonctions des gens des comptes dans l’espace bourguignon pour appeler aux respects des règles de présentation comptable dans les textes infra de Matthieu Leguil, « “Faire et ordonner ses comptes” dans les deux Bourgognes aux xive et xve siècles. Uniformité ou diversité des comptabilités des principautés méridionales de l’État bourguignon ? », et de Marc Boone, « L’influence des pratiques et du savoir-faire “étatiques” dans les comptes des villes flamandes et des principautés des anciens Pays-Bas aux xive et xve siècles ». D’une manière générale, la normalisation des comptes en terre bourguignonne est une normalisation « française », qui emprunte aux « canons de la monarchie » (M. Leguil, infra) ; à compléter sur cette question par Sylvie Bepoix, Fabienne Couvel et M. Leguil, « Entre exercice imposé et particularismes locaux. Étude codicologique des comptes de châtellenie des duché et comté de Bourgogne de 1384 à 1450 », dans Approche codicologique des documents comptables du Moyen Âge. Comptabilité(S). Revue d’histoire des comptabilités, no 2, 2011, http://comptabilites.revues.org/491 ; ainsi que par S. Bepoix et F. Couvel, « Rendre bon compte en Bourgogne à la fin du Moyen Âge : le dire au travers des ordonnances et le faire selon les mots des receveurs », dans Le vocabulaire et la rhétorique des comptabilités médiévales. Modèles, innovations, formalisation. Comptabilité(S). Revue d’histoire des comptabilités, no 4, 2012, http://comptabilites.revues.org/1195.

61  Ernest Coyecque, L’Hôtel-Dieu de Paris au Moyen Âge. Histoire et documents. II. Délibérations du chapitre Notre-Dame de Paris relatives à l’Hôtel-Dieu (1326-1539), Paris, 1889, p. 161, cité dans Chr. Jéhanno, « Entre le chapitre cathédral et l’hôtel-Dieu de Paris : les enjeux du conflit de la fin du Moyen Âge », Revue historique, t. CCCXIII/3, no 659, 2011, p. 527-560, spéc. p. 538.

62Inventaire sommaire des archives hospitalières de Lille antérieures à 1790, t. 1, Lille, 1979, p. 419 (information transmise par Christine Jéhanno, que je remercie infiniment).

63Ordonnances des rois de France, t. XIV (1790), p. 341-348, spéc. p. 346 ; Gilbert Jacqueton, Documents sur l’administration financière en France de Charles VII à François Ier (1443-1523), Paris, 1891, p. 74-90, spéc. p. 86.

64  Il est clair que tous ces efforts de présentation et de classement de l’information aident à l’émergence de « rationalités pratiques », cf. Écrire, compter, mesurer. Vers une histoire des rationalités pratiques, op. cit.

65  Pour les comptes municipaux de la ville de Rennes, les auditeurs des comptes faisaient le déplacement depuis Vannes, où siégeait la Chambre des comptes, cf. J. Kerhervé, L’État breton…, op. cit., t. 1, p. 403. La commission en charge du contrôle des comptes de Moulins comprenait au moins un membre de la Chambre des comptes à partir des années 1450 : O. Mattéoni, Servir le prince. Les officiers des ducs de Bourbon à la fin du Moyen Âge (1356-1523), Paris, Publications de la Sorbonne (« Histoire ancienne et médiévale », 52), 1998, p. 133-134.

66  À partir de 1392-1393, les comptes de la ville deviennent plus complets et plus rigoureux dans leur présentation. Ces modifications sont à mettre au crédit des gens des comptes qui sont chargés depuis cette date de vérifier les comptabilités de la ville, cf. Denis Clauzel, « Lille : un laboratoire d’expérimentation pour la Chambre des comptes ? », dans Liber amicorum Claude Lannette. Bulletin de la Commission historique du Nord, hors-série 2001, p. 37-48.

67  Pour ces exemples, voir infra Florent Garnier, « Expressions de la norme juridique dans les comptabilités urbaines d’Auvergne et du Rouergue au Moyen Âge » ; ainsi que A. Rigaudière, « Le contrôle des comptes dans les villes auvergnates et vellaves aux xive et xve siècles », dans La France des principautés. Les Chambres des comptes…, op. cit., p. 207-242, spéc. p. 234 (repris dans idem, Penser et construire l’État dans la France du Moyen Âge [xiiie-xve siècle], Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2003, p. 621-660, spéc. p. 652).

68  O. Mattéoni, « Vérifier, corriger, juger… », art. cité, p. 58-59 (repris dans idem, Institutions et pouvoirs en France…, op. cit., p. 144-146).

69  Anne Lemonde, Le temps des libertés en Dauphiné. L’intégration d’une principauté à la Couronne de France (1349-1408), Grenoble, Presses universitaires de Grenoble (« La pierre et l’écrit »), 2002, p. 200 ; B. Schnerb, « L’activité de la Chambre des comptes de Dijon entre 1386 et 1404 », dans La France des principautés. Les Chambres des comptes…, op. cit., p. 55 ; Robert Stein, « Burgundian Bureaucracy as a Model for the Low Countries? The Chambres des comptes and the Creation of an Administrative Unity », dans Powerbrokers in the Late Middle Ages/Les courtiers du pouvoir au bas Moyen Âge, R. Stein (dir.), Turnhout, 2001, p. 3-25, spéc. p. 11.

70  Jean Thibaud, « Le personnel de la Chambre des comptes de Blois à la fin du Moyen Âge », dans La France des principautés. Les Chambres des comptes…, op. cit., p. 152.

71  Cl. Lenoble, L’exercice de la pauvreté…, op. cit., p. 116-117, qui mentionne deux caisses, celle du couvent et celle de la sacristie, mais il ne s’agit là que d’un minimum.

72  Dans sa contribution infra, « Le budget de maître Antonio Alabanti, prieur de la Santissima Annunziata de Florence (1477-1485) », Darwin Smith fournit un bel exemple : à Florence, depuis le milieu du xive siècle, les mendiants sont présents dans les commissions de contrôle des comptes de la commune. Darwin Smith écrit : « En Toscane, par les hommes et au-delà des livres, il y avait osmose entre les pratiques comptables laïques et celles des communautés mendiantes ». N’oublions pas, par ailleurs, que Luca Pacioli est un frère franciscain.

73  La première table ronde, qui s’est tenue à Paris en octobre 2009, avait pour thème Approches codicologiques des documents comptables du Moyen Âge. La seconde, qui a eu lieu à Dijon et à Besançon à l’automne 2010, avait pour titre Le vocabulaire et la rhétorique des comptabilités médiévales. Modèles, innovations, formalisation. La troisième, qui a été accueillie dans les locaux de l’université de Lille 3, a traité de Savoirs et savoir-faire comptables à la fin du Moyen Âge. Les actes de ces trois tables rondes ont été publiés dans la revue Comptabilité(S). Revue d’histoire des comptabilités, no 2, 2011 pour la première (http://comptabilites.revues.org/364), no 4, 2012 pour la seconde (http://comptabilites.revues.org/838), no 7, 2015 pour la troisième (http://comptabilites.revues.org/1599).

74  L’Autorité des normes comptables (ANC) a été créée par l’ordonnance no 2009-79 du 22 janvier 2009. Sur ses missions, voir la page de présentation de son site, http://www.anc.gouv.fr/sections/l_anc/ (dernière consultation le 5 mars 2014).

75  Jacques Richard et Collette Christine, Comptabilité financière. Normes IFRS versus normes françaises, 9e éd., Paris, Vuibert, 2011. Sur la question de la légitimité de l’International Accounting Standard Board, qui met au point les normes comptables internationales, voir infra Didier Bensadon, « Pouvoir et comptabilité : normalisation comptable et consolidation des comptes au xxe siècle », qui rappelle le débat qui oppose les tenants de cette légitimité, au nom d’une souveraineté englobante, et ceux qui la contestent à cause de l’absence de légitimité politique de l’institution. Voir à ce sujet Alain Burlaud et Bernard Colasse, « Normalisation comptable internationale : le retour du politique », Comptabilités-Contrôle-Audit, t. 16, n° 3, 2010, p. 153-175, versus Gilbert Gélard et Benoît Pigé, « Normalisation comptable internationale et légitimité », Comptabilités-Contrôle-Audit, t. 17, n° 3, 2011, p. 87-99. Lire aussi infra les dernières remarques de la contribution de Yannick Lemarchand, « Quelques singularités de la normalisation comptable sur la longue durée », sur l’« abdication des États » face à « la normalisation internationale de la comptabilité financière ».

76  Voir en tête de ce volume les réflexions de Didier Migaud, Premier président de la Cour des comptes, qui a accueilli le colloque en la Grand’Chambre le 11 octobre 2012.

77  Arch. com. Nevers, CC 74, cité dans abbé Boutillier, Inventaire sommaire des archives communales antérieures à 1790, ville de Nevers, Nevers, Imprimerie de J. Vincent, 1876, p. 36.

Auteur

Olivier Mattéoni est professeur d’histoire du Moyen Âge à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et directeur adjoint du Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris (UMR 8589/LAMOP). Il a codirigé la publication de l’ouvrage La France des principautés. Les Chambres des comptes, xive et xve siècles, Actes du colloque tenu aux archives départementales de l’Allier, Moulins-Yzeure, 6-8 avril 1995, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France (« Animation de la recherche »), 1996. Sur les Chambres des comptes médiévales, il a publié : « Vérifier, corriger, juger. Les Chambres des comptes et le contrôle des officiers en France à la fin du Moyen Âge », Revue historique, no 641, janvier-mars 2007, p. 31-69, www.cairn.info/revue-historique-2007-1-page-31.htm ; « La Chambre des comptes du roi de France et l’affirmation de l’État au milieu du xve siècle : le registre KK 889 (Musée AE II 523) des Archives nationales », dans Corinne Leveleux-Texeira, Anne Rousselet-Pimont, Pierre Bonin et Florent Garnier (dir.), Le gouvernement des communautés politiques à la fin du Moyen Âge (xiiie-xve siècle). Entre puissance et négociation : État, ville, finances, Actes du colloque en l’honneur d’Albert Rigaudière, Paris, 6-8 novembre 2008, Paris, Éditions Panthéon-Assas, 2010, p. 279-292 ; « L’étude des Chambres des comptes en France à la fin du Moyen Âge : bilan, débats et enjeux », dans Contrôler les finances sous l’Ancien Régime : regards d’aujourd’hui sur les Chambres des comptes, Dominique Le Page (dir.), Paris, IGPDE/Comité pour l’histoire économique et financière de la France (« Animation de la recherche »), 2011, p. 63-79, http://books.openedition.org/igpde/110. Dans le cadre de l’enquête sur les comptabilités médiévales, il a publié : « Codicologie des documents comptables (xiiie-xve siècle). Remarques introductives », dans Comptables et comptabilités au Moyen Âge. Approche codicologique de la documentation comptable, Actes de la table ronde de Paris, 1er-2 octobre 2009, O. Mattéoni et P. Beck (dir), Comptabilité(S). Revue d’histoire des comptabilités, no 2, 2011, http://comptabilites.revues.org/382 ; et « Mots, langue et discours dans les comptes d’Étienne d’Entraigues, trésorier de Forez (2de moitié du xive siècle) », dans Comptables et comptabilités au Moyen Âge. 3. Vocabulaire et rhétorique des comptabilités médiévales. Modèles, innovation, formalisation, Actes de la table ronde internationale de Dijon-Besançon, 30 septembre et 1er octobre 2010, P. Beck et Sylvie Bepoix (dir.), Comptabilité(S). Revue d’histoire des comptabilités, no 4, 2012, http://comptabilites.revues.org/1156.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540