Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’échec a-t-il des vertus économiques ?

 | 
Natacha Coquery
, 
Matthieu de Oliveira

Avant-propos. L’échec économique, ses infortunes et ses vertus

Natacha Coquery et Matthieu de Oliveira

Texte intégral

1À l’été 2008, la planète tremble en découvrant l’ampleur de la crise financière qui s’annonce. Les « subprimes », ce produit financier à vocation immobilière, massivement proposées aux ménages des États-Unis, quelle que soit la capacité d’emprunt réelle de ceux-ci, avant d’être « titrisées » et dissimulées au sein de bouquets d’autres placements moins toxiques, deviennent une réalité dévastatrice. En quelques semaines, c’est toute l’économie mondiale qui en subit le contrecoup, basculant dans une récession aux effets économiques et sociaux aussi dramatique que durables.

2La première « victime » de cette crise est sans conteste la banque d’investissement Lehman Brothers. Fondée à Montgomery (Alabama) en 1850, elle s’installe à New York au lendemain de la guerre de Sécession et s’impose progressivement comme un des principaux établissements bancaires états-uniens, puis mondiaux au cours du xxsiècle. En 2006, avec un chiffre d’affaires de 46,7 milliards de dollars pour un résultat net de 4 milliards, Lehman Brothers fait figure de géant indestructible. On sait pourtant, aujourd’hui, que la stratégie du too big to fail n’a pas prévalu : le 15 septembre 2008, la banque se déclare en faillite et se place sous la protection du chapitre 11 du droit fédéral, espérant une intervention salvatrice de Bank of America… qui apporte finalement son aide à Merrill Lynch.

3L’échec – financier, économique – est patent. Et encore ne prend-il toute sa dimension qu’à mesure que les établissements bancaires, puis les économies nationales, toutes plus ou moins interdépendantes, découvrent l’ampleur de leur exposition au risque systémique et revoient drastiquement à la baisse leur prévision de résultat et de croissance. Peut-on pour autant considérer que l’échec a eu une vertu et que du séisme est sorti un bien ? Sans doute si l’on considère que la clarification d’une situation hasardeuse représente un bienfait, mais à quel prix ? Plus largement, dès l’annonce, puis la prise de conscience de l’ampleur de la crise, le « plus jamais ça » devient le passage obligé du discours des autorités économiques et politiques qui, toutes, en appellent à plus de contrôle et de régulation comme leurs prédécesseurs, confrontés à des situations comparables, l’avaient fait avant eux. Pour les tenants d’une intervention plus forte de l’État, c’est l’occasion de dénoncer la dérive ultralibérale et de promouvoir une politique d’encadrement, de soutien, sur le mode keynésien, et d’accompagnement de l’activité économique avec le quantitative easing. Pour d’autres, il ne s’agit finalement que d’un comportement déviant d’une minorité d’acteurs condamnables, mais qui ne justifie aucunement une reprise en main (considérée comme) trop sévère. De fait, la principale annonce politique a porté sur une séparation plus stricte des banques de détail et d’investissement, ce qui revient en fait à la réactivation du Glass-Steagall Act de… 1933, abrogé en 1999. Or les réformes adoptées se contentent souvent d’apporter des ajustements à la marge à la législation en vigueur. Et l’on ne peut que remarquer que la demande d’encadrement intervient, une nouvelle fois, a posteriori, comme si acteurs et décideurs n’avaient pas la capacité (conceptuelle et/ou politique) d’évaluer les risques et d’anticiper la crise.

4Tout le monde n’a pas également pâti du désastre annoncé, et c’est l’industrie cinématographique qui s’est saisie de ce triste épisode pour en faire une success story. En 2011, Margin Call de J.C. Chandor relate, vues des hautes sphères et de la salle de marché d’une grosse banque d’affaire de New York, les dernières heures avant le déclenchement de la crise. Chacun, quel que soit son niveau de responsabilité, prend conscience du cataclysme qui approche et tente d’y faire face, en ayant pleine conscience de la réaction en chaîne que vont provoquer leurs décisions. Le film, d’un budget somme toute modeste de 3,5 millions de dollars, en rapporte près de 20 (à l’été 2012, avant sa sortie en DVD à l’automne), connaît un succès public, enfin reçoit 16 nominations (dont celle du meilleur scénario original aux Oscars 2012) et quatre prix (dont le grand prix du Festival international du film policier de Beaune 2012).

 

5Success story, demande accrue de régulation, crise, faillite, échec, tels sont donc les axes d’une réflexion à laquelle l’histoire (économique) et les membres de l’Association française d’histoire économique entendent participer. L’historiographie abonde en effet en succès, en réussites et en conquêtes, parfois au risque d’oublier les échecs, tout aussi nombreux, qu’ils soient humains, financiers, commerciaux, stratégiques, technologiques ou politiques. Les travaux d’histoire économique et sociale, lorsqu’ils s’intéressent à la question, ne réussissent pas toujours à en dévoiler les ressorts et les conséquences. Comment les historiens perçoivent-ils et analysent-ils l’échec économique, en regard des enjeux qui lui sont propres ? Et quels sont, pour les contemporains, les éléments qui permettent d’en comprendre la réception, l’analyse et la sanction ? Faut-il y voir la source des efforts d’autres agents, une simple étape au sein d’un processus d’innovation ? Forts de leur connaissance des cas déjà étudiés, des dépouillements réalisés en archives, les travaux présentés dans ce volume entendent faire varier les échelles d’analyse – temporelle, spatiale et sociale – et ainsi révéler les multiples dimensions de l’échec. Ils illustrent la nécessité de préciser l’échelle à laquelle on constate l’échec avant d’en tirer les conséquences, puisque l’échec des uns forge parfois le succès des autres et peut avoir des retombées imprévisibles, pas nécessairement négatives, que l’on se place au niveau des individus, des familles, des sociétés ou de l’humanité tout entière.

 

6Du point de vue économique et social, l’échec apparaît autant une sanction de l’action que de l’inaction. Certes, les entrepreneurs savent qu’ils peuvent se trouver confrontés à des difficultés, passagères ou durables, sectorielles ou générales, conjoncturelles ou structurelles, internes ou extérieures, dont le degré de gravité peut mener à la faillite. Mais comment doivent-ils envisager les risques, s’y préparer, tenter d’en cerner les contours, les manifestations et les conséquences afin, le cas échéant, d’en atténuer les effets, voire de les circonvenir  ? Cette capacité de réflexion stratégique, qu’elle s’exerce sur le court, le moyen ou le long terme, caractérise notamment l’acteur institutionnel ou public : n’est-il pas le mieux à même d’envisager et de coordonner les intérêts particuliers selon un objectif commun ?

7Lorsque pointe l’échec, plusieurs options s’ouvrent : c’est l’heure des choix. Faut-il choisir une gestion prudente ou bien procéder à des ajustements limités en graduant la réponse ? Quand les difficultés s’intensifient, que l’échec devient manifeste, les choix se radicalisent : doit-on réorienter l’activité et se faire plus offensif, au risque parfois de la fuite en avant, ou au contraire abandonner un créneau, un projet… ? L’échec peut ainsi alimenter le repli et le conservatisme aussi bien que l’innovation et la prise de risques.

8L’échec entraîne souvent une remise en question, qui ne va pas de soi parce qu’il force à choisir : explorer ses causes semble parfois plus difficile que de les nier, de trouver des excuses ou d’accabler un bouc émissaire. Si la remise en cause est une vertu possible de l’échec, quels en sont les lieux et les outils ? Comment et pourquoi interviennent institutions arbitrales ou judiciaires, écoles et universités, parlements et groupes professionnels, experts et auditeurs ? Quelle part attribuer aux accidents ou aux blocages institutionnels ? Plus largement, quels sont les rôles de l’opinion publique et le sens de l’action étatique ?

9Une fois l’échec matérialisé, quelle attitude adopter ? Faut-il renoncer ou persévérer ? Le renoncement même ne doit-il pas être nuancé ? Ne faut-il pas aussi en mesurer le sens et le poids, d’abord en envisageant les alternatives possibles, ensuite en évaluant qui en paye le prix ? Les sanctions symboliques ou matérielles associées à l’échec et leur répartition entre familles, organisations ou nations, loin d’être neutres, ne contribuent-elles pas à éclairer ses causes et ses conséquences ? La persévérance suppose que l’action menée était la bonne, mais qu’un aléa ou une erreur a mené à l’échec : en modifiant le projet initial, en réorientant l’action, peut-on le surmonter ? En sens inverse, la persévérance découle-t-elle de l’absence d’autres solutions, d’impossibilités techniques, sociales ou politiques, ou encore du caractère inconcevable de toute alternative ? L’utilisation de l’échec, enfin, peut-elle écarter les acteurs de la voie dans laquelle ils s’engageaient, entraîner les stratégies vers d’autres horizons ? Certains échecs ne conduiraient-ils pas alors à des bénéfices individuels ou collectifs, révélant leurs conséquences positives à plus long terme, selon le régime de l’action inattendue, qui guide à leur corps défendant les acteurs soumis à des contraintes qui les dépassent ?

 

10Voici donc rappelées, en une sorte d’inventaire à la Prévert, quelques-unes des interrogations qui ont présidé à la tenue du congrès de l’AFHÉ qui s’est tenu aux Archives nationales du monde du travail de Roubaix les 4 et 5 octobre 2013. La communauté historienne s’est à son tour saisie de l’enjeu et a soumis des propositions qui couvrent un large éventail de champs thématiques et chronologiques dont ce volume est le reflet.

11On trouvera ici 24 interventions inédites, organisées en cinq grands thèmes, chacun introduit et présenté par un texte liminaire qui en synthétise les apports. Leur seule évocation (Les usages sociaux de la faillite ; Histoire des entreprises ; Espaces transfrontaliers et politique en Europe ; Les districts et les territoires ; Institutions et politiques publiques) rend compte de la richesse et de la multiplicité des approches sur un thème de réflexion qui, de prime abord, pouvait surprendre par sa formulation antinomique. L’introduction d’Aldo Schiavone, autour de « Quelques hypothèses sur les temps qui nous attendent », nous confirme dans la justesse de l’intuition originale.

12La réussite scientifique d’un congrès dépend non seulement de la qualité des intervenants mais aussi des institutions qui ont contribué à son organisation et assuré son fonctionnement. Nous adressons ici nos remerciements les plus chaleureux aux personnes qui ont accompagné ce congrès et qui ont une part importante dans son succès, à commencer par M. et Mme Le Roc’h Morgère, directeur et directeur adjoint des ANMT, ainsi que leur équipe, pour leur accueil, mais aussi la BNP-Paribas, solide partenaire de l’AFHÉ, l’université Lille 3 et l’IRHiS (UMR 8529). Le congrès a également bénéficié du soutien financier de la Région Nord-Pas-de-Calais, du Comité pour l’histoire de La Poste, de l’Ordre des experts-comptables et du Comité d’histoire consulaire.

13Nous remercions également nos collègues universitaires qui ont accepté de siéger au comité scientifique et nous ont aidés à opérer les choix dans les nombreuses propositions pour composer un programme équilibré. La liste est trop longue pour être citée ici, mais elle est dûment reproduite avant cet avant-propos, de même que celle des membres du comité 10’organisation. Nous remercions particulièrement les membres du comité qui ont accepté la tâche difficile de présider, d’animer les séances et d’introduire les sessions dans ce volume.

14Nos remerciements vont enfin à l’IGPDE, qui publie les actes du congrès dans sa collection « Histoire économique et financière de la France », et spécialement à Catherine Guillou, éditrice hors pair.

Auteurs

Natacha Coquery est une ancienne élève de l’ENS Fontenay, agrégée
d’histoire, professeur d’histoire moderne à l’université de Lyon 2, membre senior de l’Institut universitaire de France, ancienne présidente de l’Association française d’histoire économique (AFHE) de 2010 à 2013. Spécialiste de la consommation, du crédit et du commerce de détail à Paris au xviiie siècle (Tenir boutique à Paris au xviiie siècle. Luxe et demi-luxe, Paris, Éditions du Comité historique et scientifique, 2011), ses recherches actuelles portent sur le marché du luxe, des années 1780 aux années 1820.

Matthieu de Oliveira est agrégé d’histoire, maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Lille 3-IRHiS (UMR 8529). Ses travaux portent sur la place de l’argent dans la France post-révolutionnaire. Il a récemment dirigé (avec J. Jambu) un numéro thématique de la Revue du Nord consacré à « La monnaie en Flandre et dans le Nord (xviie-xixsiècle) » et publié « Du teneur de livres au comptable. Formalisation et diffusion des savoirs comptables dans la France de la première industrialisation », in C. Christen (dir.), L’éducation industrielle et les savoirs enseignés aux ouvriers adultes en France (1800-1870), Les Études sociales, 159, 2014, p. 103-118.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site