Version classiqueVersion mobile

Ressources publiques et construction étatique en Europe. XIIIe-XVIIIe siècle

 | 
Katia Béguin

Marchés des titres de dette publique

« Un homme avisé est capable de faire face à toutes les catastrophes ». Les compétences professionnelles des opérateurs financiers génois, florentins et portugais à l’époque des foires de change du xviie siècle

Claudio Marsilio

Note de l’auteur

L’auteur tient à remercier M. Marcello Cattaneo Adorno, le propriétaire des archives privées Durazzo Giustiniani de Gênes, pour son amabilité et son accueil ainsi que Mme Maddalena Giordano, l’archiviste, pour son assistance lors de la consultation des documents.
Abréviations : Archivio storico del comune di Genova (ASCG) ; Archivio di Stato di Genova (ASGe) ; Archivio di Stato di Firenze (ASFi) ; Archivio Durazzo Giustiniani di Genova (ADGG) ; Archivio Saminiati Pazzi di Milano (ASPMi) ; Archivio di Stato di Roma (ASR).

Texte intégral

I. Les foires de change : bref aperçu historique

  • 1  J. A. Van Houtte, « Bruges et Anvers marchés “nationaux” ou “internationaux” du xive au xvie siècl (...)
  • 2  E. Cornaert, « Caractères et mouvement des foires internationales au Moyen Âge et au xvie siècle » (...)
  • 3  R. L. Reynolds, « Genoese trade in the late twelfth century, particularly in cloth, from the fairs (...)
  • 4  Les travaux les plus importants sont : R.-H. Bautier, « The fairs of Champagne », dans R. Cameron (...)
  • 5  S. Epstein, « Fairs, towns, and states in Renaissance Europe », dans S. Cavaciocchi (éd.), Fiere e (...)
  • 6  M. Cassandro, « Credito e banca in Italia tra Medioevo e Rinascimento », Credito e sviluppo econom (...)
  • 7  M. Cassandro, « Strategia degli affari dei mercanti-banchieri italiani alle fiere internazionali d (...)
  • 8  M.-T. Boyer-Xambeau, G. Deleplace, L. Gillard, Banchieri e principi. Moneta e credito nell’Europa (...)
  • 9  M. Cassandro, « Le fiere nell’economia europea medievale e della prima età moderna », Studi storic (...)

1Les foires flamandes des xie et xiie siècles, qui se tenaient dans la ville de Bruges, furent les premières rencontres commerciales de dimension internationale qui favorisèrent le développement des échanges commerciaux. Vint ensuite Anvers1, qui s’inscrivait d’une certaine manière dans la tradition de Bruges, mais dont les procédures plus complexes répondaient mieux aux nécessités d’une économie en plein essor2. Au xiiie siècle, les marchands italiens originaires de Sienne, Florence, Lucques, Milan et Gênes3 investirent les places commerciales de Champagne4, et furent bientôt suivis d’autres marchands venant de toute l’Europe5. Lors de ces rencontres, les échanges commerciaux allaient de pair avec des opérations de crédits, faisant ainsi progresser les mécanismes de change monétaire et d’autres instruments analogues6. Les marchands génois commencèrent à prendre part aux foires de Champagne à partir du xve siècle. Leur participation se fit plus intense au siècle suivant, qui les vit s’imposer sur ce nouveau type de foires où seules les lettres de change étaient négociées7. Mais les foires de change ne prirent leur visage moderne qu’après leur transfert à Lyon au xvie siècle8. En réalité, dans la ville traversée par le Rhône, les marchands banquiers organisaient deux séries de foires différentes : une foire de marchandises et une foire de change, celle-ci étant clairement liée à la croissance de plus en plus forte du marché du crédit international9.

  • 10  G. Giacchero, Il Seicento e le compere di San Giorgio, Gênes, Sagep, 1979, p. 39 et p. 59 ; D. Gio (...)
  • 11  J. G. da Silva, Banque et crédit en Italie au xviie siècle, Paris, Klincksieck, 1969. Pour une bib (...)

2Dans les années 1530, les banquiers génois, mus par le boycottage manifeste des marchands français et de nombreux marchands italiens à l’égard des opérateurs financiers ligures, établirent une nouvelle foire de change. C’est ainsi qu’en 1535, le Sénat de Gênes institua Besançon, en Franche-Comté, comme siège des foires de change, sous l’autorité de Charles Quint, nouveau « protecteur » de la toute récente République10. Par la suite, en 1579, ces rencontres furent transférées à Plaisance, sous la protection des ducs Farnèse, ville dans laquelle les foires de change connurent leur apogée au cours des quarante années suivantes. En effet, grâce au rassemblement d’un nombre croissant d’opérateurs économiques originaires de tout le continent européen et à l’augmentation du volume d’affaires, Plaisance accéda au rang de première place du marché du crédit en Europe11.

  • 12  Pour une analyse générale du marché financier en Europe à l’époque moderne, se référer à L. Neal, (...)
  • 13  « Bisenzone » (Besançon) est le toponyme couramment usité, également au xviie siècle, pour désigne (...)
  • 14  Au sujet des banquiers génois en Espagne sous le règne de Philippe IV, voir C. Álvarez Nogal, Los (...)
  • 15  A. Castillo Pintado, « Los juros de Castilla. Apogeo y fin de un instrumento de crédito », Hispani (...)

3Au cours des xvie et xviie siècles, les banquiers génois proposèrent dans toute l’Europe des services financiers en quantité et en qualité telles que peu de concurrents pouvaient prétendre les égaler. Le réseau des foires de change génoises constitua sans aucun doute un excellent moyen de traitement et de gestion de l’information financière. Les foires permettaient également un transfert rentable des métaux précieux à différents créanciers dans toute l’Europe12. Le succès des banquiers génois s’explique par l’importance du rôle qu’ils jouèrent dans le financement de la monarchie espagnole. Cette hégémonie débuta au xvie siècle avec les premiers prêts (les asientos) qu’ils consentirent à la couronne et perdura jusqu’à la fin du xviie siècle. Aux foires de « Bisenzone »13, les banquiers génois14 collectaient auprès de diverses sources les fonds nécessaires à leurs prêts, afin de réduire les risques de crédit, et finançaient ainsi les obligations à long terme du roi grâce à des prêts à court terme15.

4Plus qu’au commerce international, c’est au volume considérable de transactions générées par la dette publique de la couronne espagnole et aux spéculations financières des opérateurs les plus influents d’Europe (génois et florentins, essentiellement) que les foires de change génoises durent leur essor. Ainsi, Plaisance et, par la suite, Novi accédèrent au rang de principaux marchés du crédit et accueillirent un nombre croissant de négociants issus de toute l’Europe. Grâce à cela, le volume de transactions augmenta et les relations commerciales internationales connurent une croissance remarquable.

5Les foires de change de Novi créèrent les conditions de l’émergence d’un réseau financier performant sous contrôle génois et permirent aux opérateurs également présents sur les autres marchés financiers du Nord de l’Italie (Plaisance, Vérone et Bolzano) de pratiquer l’arbitrage. En 1621, les banquiers génois décidèrent de transférer le siège de la foire à Novi, sur le territoire de la République de Gênes. Cet acte marqua le début d’une série de sécessions au sein de la contrattatione (corporation) des banquiers exerçant sur les foires italiennes. Au début du xviie siècle, l’histoire des foires de change fut ainsi caractérisée par l’existence simultanée de plusieurs places financières. Certains opérateurs financiers italiens, tels que des banquiers florentins ou milanais par exemple, décidèrent de ne pas participer à la première foire de Novi aux côtés de leurs homologues génois et de continuer à organiser leurs foires à Plaisance, donnant ainsi le coup d’envoi à une série de foires parallèles et menant de facto à une sécession en 1622. Les banquiers vénitiens s’opposèrent également à la décision des Génois qui les obligeait à se rendre à Novi pour participer à la nouvelle foire. À partir de 1631, eux aussi mirent en place une foire parallèle, à Vérone. Cette nouvelle foire s’avéra fragile, probablement à cause de la faible participation des opérateurs, et reçut un accueil plutôt froid de la part des courtiers italiens et étrangers, surtout. Elle était donc vouée à disparaître assez rapidement (probablement en moins de vingt ans).

  • 16  G. Canali, Il magistrato mercantile di Bolzano e gli statuti delle fiere, Florence, s.n., 1942. Le (...)
  • 17  Un exemplaire de la réglementation régissant la foire de Bolzano est disponible à la Bayerische St (...)

6À la fin des années 1620, les autorités de Bolzano accordèrent une première série de privilèges aux marchands de la ville afin de relancer le commerce dans la cité du Haut-Adigeois. Les efforts pour réorganiser les foires traditionnelles, avec le soutien personnel de Claude de Médicis, archiduchesse d’Autriche-Tyrol, s’intensifièrent au début des années 1630 et aboutirent à la création d’une juridiction commerciale (Magistrato mercantile) en 163316. De ce fait, la réglementation relative aux foires fut modifiée par les marchands et les autorités locales et promulguée en version bilingue (italien et allemand) en 163517.

Tableau 1. Chronologie comparée des foires de change italiennes au xviie siècle

Novi

Plaisance

Vérone

Bolzano

Chandeleur

Purification

Février

Mi-Carême

Pâques

Saint Marc

Mai

Fête-Dieu

Août

Saint Jean-Baptiste

Août

Saint Barthélemy

Toussaint

Saint Charles

Novembre

Saint André

7La seconde moitié du xviie siècle signa la fin de l’âge d’or des foires génoises, qui perdirent peu à peu leur monopole sur le marché du crédit européen, tout en conservant cependant une forte influence sur le marché monétaire, au moins jusqu’à leur transfert temporaire à Sestri Levante en 1693 et définitif à Santa Margherita Ligure en 1708. Le choix de ces deux petites villes de la Riviera du Levant traduit bien le déclin des foires génoises à la fin du xviie siècle.

II. La lettre de change : définition

8Les lettres de change étaient des promesses de paiement représentées par une dette contractée devant notaire. Ces transactions scripturales engageaient :

  1. le marchand, qui contractait un emprunt devant notaire ;

  2. le créancier, qui prêtait l’argent et exigeait le remboursement ;

  3. le(s) représentant(s) du créancier qui pouvai(en)t percevoir le remboursement à la place du créancier.

  • 18  M. A. Denzel, « The system of cashless payment as a basis for the commercial integration of Europe (...)
  • 19  R. De Roover, L’évolution de la lettre de change (xive-xviie siècles), Paris, A. Colin, 1953.
  • 20  C. Marsilio, « Four times a year for so many years”. The Italian exchange fairs during the 16th-17(...)

9La lettre de change (lettera di cambio) devint le moyen de paiement18 scriptural le plus utilisé et l’instrument de crédit le plus fiable pour fournir des liquidités sur les places commerciales et financières européennes les plus importantes19. Le tireur envoyait au bénéficiaire l’original de la lettre de change et, par sécurité, plusieurs duplicatas (prima, seconda, terza di cambio), accompagnés d’une lettre qui, dans le cas de la foire de change, était appelée spaccio di fiera. Le bénéficiaire envoyait alors la lettre de change au tiré pour que celui-ci lui verse le montant indiqué20.

III. Mieux comprendre les foires de change

  • 21  Les manuale di mercatura les plus intéressants traitants des foires de changes sont : Giovanni Dom (...)

10Les foires de change peuvent être définies comme un marché du crédit permettant de transférer des fonds considérables d’une ville à une autre21. Ces flux monétaires généraient d’importants profits lorsque ces placements lucratifs arrivaient à échéance. Les foires étaient des institutions bien établies dont les cycles rythmaient le calendrier financier européen. Elles permettaient de collecter en quelques jours et au même endroit des volumes de fonds considérables pour les injecter immédiatement dans le circuit financier sous forme de crédits, remboursables trois mois plus tard lors de la foire suivante.

11Les foires faisaient appel à des mécanismes complexes et leur bon fonctionnement supposait l’existence d’un réseau d’agents et d’informations le plus vaste et le plus fiable possible. Dans les faits, ces réseaux de paiements interconnectés commencèrent à bien se développer à partir du moment où la circulation des lettres de change bénéficia d’une protection légale et où la solidité des relations réciproques entre les professionnels se renforça. Ce réseau se constitua grâce à un dispositif social qui excluait toute forme d’automatisme ou d’anonymat : en l’occurrence, des individus en nombre restreint se reconnaissaient les uns les autres grâce à leur appartenance familiale ou communautaire.

  • 22  Voir en particulier : G. D. Peri, Il negotiante, partie I, p. 73-84.

12Une foire durait habituellement huit jours et ne pouvait pas se tenir plus tôt que prévu. À titre exceptionnel, elle pouvait être retardée, et dans ce cas, le report faisait l’objet d’une décision ratifiée par le Sénat de Gênes. Les trattanti, c’est-à-dire les banquiers qui participaient à la foire, se retrouvaient généralement chez le consul qui leur offrait l’hospitalité22. Ils notaient les transactions dans leur scartafaccio, le carnet dans lequel étaient consignées toutes les opérations de débit et de crédit, et le remettaient ensuite au chancelier de la foire (le notaire en charge de surveiller les activités) pour permettre le début des négociations.

  • 23  Les meilleures listes de prix sont celles indiquées dans J. J. McCusker et C. Gravesteijn, The beg (...)

13Le deuxième jour, les banquiers compensaient leurs positions et dressaient un premier bilan prévisionnel. Le troisième jour était employé à fixer le cours des monnaies en provenance des marchés les plus importants d’Europe et le calendrier d’échéance des lettres de change. Le quatrième jour, les banquiers envoyaient les lettres de change et les listes de prix (listini) et répondaient aux messages précédemment envoyés au sujet des avis d’acceptation des lettres de change établies le premier jour de la foire23. Le cinquième jour, les lieux et dates d’acceptation des transactions, les taux de change et les places financières choisies pour le règlement étaient consignés dans un livre (le libro del calculo). Le sixième jour était consacré à l’établissement du bilan final, la réception des réponses aux lettres envoyées précédemment permettant de compenser bon nombre de positions, en particulier les opérations en suspens. Le chancelier rencontrait les banquiers et consignait toutes les écritures faisant l’objet d’un protêt et les écritures en suspens. Le septième jour, chaque opérateur contrôlait les montants inscrits dans son carnet (scartafaccio), notait l’adresse des banquiers, échangeait les lettres de change dûment signées et enregistrait les paiements reçus. Le huitième jour, les banquiers remettaient le « bilan » au Consul, qui déclarait officiellement la clôture de la foire.

IV. Les compétences professionnelles des courtiers opérant sur les foires de change

14Les études menées par des historiens de l’économie ont rarement souligné l’importance des agents travaillant sur les foires, alors même que leurs méthodes de travail pourraient également livrer des informations fructueuses pour comprendre les compétences professionnelles d’un banquier moderne. À l’époque, un procuratore di fiera devait posséder les compétences suivantes : compréhension globale des fluctuations du marché financier comme de la situation politique, sagacité, vision à long terme et, enfin et surtout, aptitude à prendre des décisions rapidement afin de ne laisser passer aucune chance de profit.

15Durant les foires, les trattanti ou cambisti pouvaient agir en leur nom propre (en tant que propriétaires) ou en qualité d’employés, mais opéraient sans doute le plus souvent comme agents ou mandataires (les procuratore di fiera). Pour que les transactions soient possibles, il était nécessaire que les agents reçoivent des instructions quant aux procédures à suivre. La fiabilité des agents et la rigueur des procédures étaient également un facteur du succès durable du réseau. Ce système facilitait la socialisation et la valorisation de l’expérience acquise, sachant que les chances de profit augmentaient avec le nombre de participants. Ces relations permettaient également de mettre en lumière les disparités entre les prix pour une même monnaie cotée sur des marchés différents et concouraient à réduire les risques liés au défaut de paiement des lettres de change émises sur des marchés étrangers.

16L’opérateur expérimenté devait être en mesure d’interpréter les signaux envoyés par le marché concernant une série d’indicateurs économiques, comme l’évolution des taux de change et des taux d’intérêt, afin d’adapter son comportement en conséquence d’une manière concrète et efficace. En outre, il se devait d’agir dans le respect des principes d’une corporation dans laquelle les qualités d’un opérateur étaient appréciées au premier chef selon l’estime qu’on lui portait et la confiance qu’il inspirait.

  • 24  G. Felloni, Moneta, credito e banche in Europa : un millennio di storia, Gênes, Brigati, 1999, p.  (...)

17Pour que les transactions soient possibles, il était nécessaire que les agents reçoivent des instructions quant aux procédures à suivre. Deux types de lettres commerciales permettaient d’échanger les informations utiles : les lettres de foire (spacci) et les lettres de change (tracta). Les lettres de foire contenaient les instructions requises pour exécuter l’accord de change. Toutefois, seule la lettre de change, qui contenait l’ordre de paiement envoyé à l’agent présent sur la foire, permettait d’exécuter la transaction matérielle24. Ainsi, l’accord de change stipulait qu’une partie présente sur un marché recevant un certain montant monétaire était tenue de disposer d’un opérateur sur un autre marché pour verser un montant de valeur équivalente dans une autre monnaie.

V. Les opérateurs florentins : quelques exemples

  • 25  Je tiens à remercier le professeur Wolfgang Kaiser pour son aide tout au long de mes recherches da (...)
  • 26  On trouve dans les documents de Bartolommei deux séries complètes de livres de comptes relatifs au (...)
  • 27  Il existe au moins deux éditions différentes de la réglementation régissant les foires de change d (...)

18Nous avons découvert dans les archives publiques de Florence (Archivio di Stato) une collection impressionnante de livre de comptes ayant appartenu à Antonio Maria Bartolommei, un des banquiers florentins les plus influents de la première moitié du xviie siècle25. Parmi ces documents figuraient les livres de comptes de Bartolommei tenus durant les foires de change de Plaisance (1601-1611)26, à l’aide desquels nous avons pu calculer les commissions qu’il avait payées à Vincent Bartolini, son procuratore. Il convient de rappeler qu’en vertu de la réglementation régissant les foires (capitoli delle fiere)27, les commissions des procuratore di fiera étaient de 0,33 % des montants négociés à l’occasion de chaque foire. Il est intéressant de constater que le montant des commissions touchées par Bartolini resta stable jusqu’en 1607, date à laquelle elles enregistrèrent une hausse importante. Pour mémoire, en 1607, la couronne espagnole fit faillite (quiebra). Il est possible que les opérateurs florentins aient été relativement moins affectés par les difficultés financières du Trésor espagnol que les banquiers génois, manifestement éprouvés par cette faillite, et aient profité de cette conjoncture pour développer leurs affaires.

  • 28  S. Groppi, L’archivio Saminiati Pazzi, Milan, EGEA, 1990, p. 84-87. Je tiens à remercier le profes (...)

19Les livres de comptes de Luca Tornaquinci pour la période de 1624 à 1626 constituent un second exemple d’informations sur le marché du crédit florentin. Nous disposons de certaines informations sur la compagnie Tornaquinci. Cette entreprise florentine fut exploitée de mai 1624 à décembre 1626. Les associés dans l’affaire étaient Luca Tornaquinci (à Venise), Matteo Tornaquinci (à Florence), Andrea Bettini et Giovacchino Guasconi (qui dirigeait une autre entreprise à Venise). À la fin de l’année 1626, la mort de Luca Tornaquinci mit fin aux activités commerciales. Peu après, une nouvelle compagnie fut fondée par les mêmes associés, plus quelques autres banquiers (Ascanio Saminiati et Giovacchino Guasconi), tous formés dans l’entreprise de Luca28. Quelques années plus tard, Ascanio Saminiati devint l’un des agents les plus puissants sur le marché aux changes florentin.

Graphique 1. Commissions payées à Vincenzo Bartolini, l’agent (procuratore) d’Antonio Maria Bartolommei lors des foires de Plaisance 1601-1611 (exprimées en écus de marc, scudi di marche)

Graphique 1. Commissions payées à Vincenzo Bartolini, l’agent (procuratore) d’Antonio Maria Bartolommei lors des foires de Plaisance 1601-1611 (exprimées en écus de marc, scudi di marche)

N. B. : Les lettres à côté des numéros des années dans le graphique 1 correspondent aux trimestres.

Source : ASFi, Bartolommei, regg. 145-146-147.

Graphique 2. Commissions perçues par Luca Tornaquinci, agent de la firme Tornaquinci, lors des foires de Plaisance 1624-1625 (en écus de marc)

Graphique 2. Commissions perçues par Luca Tornaquinci, agent de la firme Tornaquinci, lors des foires de Plaisance 1624-1625 (en écus de marc)

Source : ASPMi, regg. 176, 177, 178, 179, 180, 182, 183, 184.

VI. La compagnie Spinola, une « grande entreprise » génoise opérant sur les foires

  • 29  Un exposé plus détaillé concernant les investissements économiques et financiers de la compagnie S (...)

20Bartolomé Spinola était un puissant banquier génois qui officiait auprès de la couronne espagnole comme Factor general del rey. À ce titre, il négociait pour le compte de la Real Hacienda española (le Trésor royal) de nombreux contrats portant sur des produits financiers appelés des asientos de dinero. Afin de rassembler les fonds nécessaires aux dépenses militaires liées à la guerre des Flandres, il décida de s’associer avec la société Gregorio Spinola et Giovanni Luca Spinola, notamment. Cette société, dont Gregorio Spinola, le frère de Bartolomé, était l’un des propriétaires, négociait un nombre considérable de lettres de change sur les foires italiennes (Novi, Plaisance et Vérone) afin de garantir à Bartolomé l’obtention des crédits requis aux dates prévues. Il est possible de suivre l’évolution du dispositif de paiement (paghe) de la compagnie Spinola pendant plus de vingt ans. Le graphique ci-dessous, relatif aux asientos gérés par Spinola, donne un aperçu des fonds considérables que la compagnie prêta à la couronne espagnole entre 1630 et 164229.

Graphique 3. Asientos gérés par Spinola, exprimés en escudos espagnols 1630-1642

Graphique 3. Asientos gérés par Spinola, exprimés en escudos espagnols 1630-1642

Source : ASCG, Albergo dei Poveri, regg. 683, 686, 687, 688.

  • 30  Les conditions de paiement étaient décrites en termes très précis dans des lettres. Il était en pa (...)
  • 31  G. Mandich, Le pacte de ricorsa et le marché des changes au xviie siècle, Paris, A. Colin, 1953. P (...)

21Bartolomé donnait des ordres de paiement30 depuis Madrid et la compagnie Spinola, grâce à son réseau très développé de clients et d’agents, obtenait des crédits sur différents marchés financiers italiens. En échange, Bartolomé remboursait la société de son frère en émettant de nouvelles lettres de change négociées sur différentes places financières européennes, en utilisant parfois la technique dite du pacte de ricorsa (patto di ricorsa)31.

22Le système de paiement scriptural en usage dans les foires était d’une grande complexité, mais extrêmement efficace et adapté au calendrier de paiement de la caja militar espagnole installée à Bruxelles. Une fois que la couronne avait payé ses dettes (en espèces ou en lingots d’argent), les banquiers génois étaient prêts à vendre l’argent à d’autres opérateurs financiers (habituellement des courtiers florentins ou vénitiens) et de nouveaux asientos pouvaient être conclus.

23La stratégie efficace sur le marché financier de l’époque consistait à être simultanément présent sur tous les marchés du crédit. La compagnie Spinola était représentée sur les foires génoises (à Novi) par Giovanni Tommaso Romairone, l’un des agents génois les plus estimés qui travaillait pour les sociétés les plus puissantes de Gênes. Pendant les années 1630, la société génoise était également représentée sur les foires vénitiennes de Vérone par Bernardino Benzio, du moins jusqu’à la faillite de sa société en 1636. Sur les foires de Plaisance, leur agent était Giovanni Battista Agliati, l’un des opérateurs majeurs du marché financier de Milan.

  • 32  Les mediatori dei cambi employés par la compagnie Spinola étaient : Leonardo Pittaluga, Pier Anton (...)

24Entre 1639 et 1644, la société Spinola fit également appel à de nombreux agents (mediatori di cambio32) pour négocier davantage de lettres de change sur le marché génois. Les mediatori di cambio n’intervenaient pas sur le marché financier international, mais pouvaient garantir localement (par exemple sur le marché génois) des fonds importants à leurs clients en un temps record. En pratique, ils obtenaient généralement des prêts de la part d’investisseurs privés (il s’agissait habituellement d’investisseurs individuels, mais parfois également d’institutions religieuses) et aidaient les asientistas à réunir les crédits nécessaires au financement des transactions sur les foires de change.

25L’étude des registres comptables (grands livres) a permis d’estimer les charges d’exploitation supportées par la compagnie Spinola lors des foires de Novi (1631-1643).

Graphique 4. Commissions perçues par les agents de Spinola sur les foires de change italiennes de Novi (Giovanni Tommaso Romairone), Plaisance (Giovanni Battista Agliati) et Vérone (Bernardino Benzio) 1631-1647 (en lires génoises)

Graphique 4. Commissions perçues par les agents de Spinola sur les foires de change italiennes de Novi (Giovanni Tommaso Romairone), Plaisance (Giovanni Battista Agliati) et Vérone (Bernardino Benzio) 1631-1647 (en lires génoises)

N. B. : 1631-d correspond au 4e trimestre de 1631 ; 1632-b correspond au 2e trimestre de 1632.

Source : ASCG, Albergo dei Poveri, regg. 686, 687, 688.

Graphique 5. Charges d’exploitation supportées par la compagnie Spinola durant les foires 1631-1643 (en lires génoises)

Graphique 5. Charges d’exploitation supportées par la compagnie Spinola durant les foires 1631-1643 (en lires génoises)

N. B. : Les lettres à côté des numéros des années dans le graphique 5 correspondent aux trimestres.

Source : ASCG, Albergo dei Poveri, regg. 686.

VII. Giorgio e Giovanni Giorgio Sanguineti : une entreprise génoise de taille moyenne 1634-1656

26Nous disposons de peu d’informations sur la société génoise Giorgio e Giovanni Giorgio Sanguineti. Toutefois, nous avons découvert dans les archives publiques génoises (Archivio Storico del Comune) quelques registres comptables bien conservés qui nous ont permis de retracer l’activité de la compagnie Sanguineti sur les foires génoises. Grâce à la comptabilité en partie double, il nous a ainsi été possible de reconstituer le réseau de la compagnie Sanguineti et de comprendre l’importance des relations professionnelles entretenues avec d’autres membres de la famille installés dans les principales places commerciales d’Italie et d’Espagne.

Tableau 2. Le réseau des frères Sanguineti 1634-1656

Giorgio1

Gênes

Giovanni Giorgio

Gênes

(Giovanni) Francesco2

Cagliari
Tolède (1631-1633)
Madrid (1640)

Lelio

Lucques

Giulio

Milan

Gregorio

Ferrare

Genesio

Naples

1.  Giorgio Sanguineti, associé à Giacinto Costa and Geronimo Vassallo.
2.  ASR, Odescalchi, feudo di Bracciano, reg. XXXI.E.12, registre des lettres de Papirio Odescalchi, ASR, 1632-1633.

27Giorgio et son frère Giovanni Giorgio ont été négociants pendant vingt ans sur les foires de Novi. Nous avons fait le compte des commissions versées à leurs agents à l’occasion de ces foires :

28De même que pour la compagnie Spinola, nous avons également comptabilisé les charges d’exploitation, bien que les livres de comptes ne nous aient pas permis de couvrir une période très longue.

Tableau 3. Charges d’exploitation de la compagnie Sanguineti sur les foires 1634-1637 (en lires génoises)

Année et foire

Frais

Notes

1634, Pâques

177

voyage & hébergement (Lelio Sanguineti)

1635, Pâques

279

voyage & hébergement (Leonardo Pecchietto)

1635, Toussaint

139

voyage & hébergement (Leonardo Pecchietto)

1636, Pâques & Toussaint

241

voyage & hébergement (Leonardo Pecchietto)

1636, Toussaint

130

voyage & hébergement (Leonardo Pecchietto)

1637, Chandeleur

116

voyage & hébergement (Leonardo Pecchietto)

Source : ASCG, Albergo dei Poveri, regg. 678, 679.

Graphique 6. Commissions versées aux agents de Sanguineti (Lelio Sanguineti et Lelio Picchetti) 1634-1655 (en lires génoises)

Graphique 6. Commissions versées aux agents de Sanguineti (Lelio Sanguineti et Lelio Picchetti) 1634-1655 (en lires génoises)

N. B. : 1634-a correspond au 1er trimestre de 1634 ; 1634-c correspond au 3e trimestre de 1634.

Source : ASCG, Albergo dei Poveri, regg. 678, 679.

VIII. Giovanni Antonio Sauli, un entrepreneur individuel opérant sur les foires 1618-1622

  • 33  Au sujet de l’activité commerciale de Sauli, voir : C. Marsilio, Dove il denaro fa denaro..., op.  (...)

29Giovanni Antonio Sauli, né à Gênes en 1596, était le fils de Lorenzo Sauli, doge de Gênes entre 1599 et 160133. Les archives commerciales et privées de Giovanni Antonio Sauli sont conservées à l’Archivio Durrazo Guistiniani de Gênes. Leur consultation nous a permis de suivre l’évolution de ses activités sur les foires de change génoises. Grâce aux livres de comptes tenus par ses deux agents (Pier Antonio et Ottavio Zenoggio), nous avons retracé son activité sur le marché à l’occasion des foires :

Graphique 7. Commissions versées aux agents de Giovanni Antonio Sauli (Pier Antonio et Ottavio Zenoggio) 1618-1622 (en lires génoises)

Graphique 7. Commissions versées aux agents de Giovanni Antonio Sauli (Pier Antonio et Ottavio Zenoggio) 1618-1622 (en lires génoises)

N. B. : Les lettres à côté des numéros des années dans le graphique 7 correspondent aux trimestres.

Source : ADGG, Sauli, reg. 1288.

30Il convient de souligner que les commissions reçues par les deux procuratori di fiera provenaient d’un seul et unique investisseur. En effet, les seules charges comptabilisées dans les scartafacci di fiera (carnets) de Sauli étaient les siennes propres. Un montant moyen minimum de 50 livres par foire témoigne de l’importance du volume de lettres de change négociées sur chaque foire.

IX. Les hommes d’affaires portugais et les asientos 1626-1647

  • 34  Une œuvre de référence sur les convers portugais est : J. Lúcio de Azevedo, História dos cristãos (...)

31Le déficit du Trésor royal espagnol se creusait chaque année dans des proportions importantes et la situation devint critique durant les premières années du règne de Philippe IV. La banqueroute de 1627 marqua un tournant décisif. Il apparaît clairement que le comte-duc d’Olivares cherchait à affaiblir les opérateurs financiers génois, dont la prédominance sur le marché était depuis longtemps solidement établie, de même qu’à contraindre les banquiers marranes à servir le nouveau souverain avec loyauté en prenant des risques34. Le système de paiement mis en place par les asientistas s’articulait autour d’un dispositif social qui n’admettait ni les automatismes ni l’anonymat. Dans ce cadre, quelques individus appartenant à une même famille ou communauté se reconnaissaient les uns les autres et se rendaient mutuellement service.

  • 35  F. Ruiz Martín, « La banca en España hasta 1782 », dans F. Ruiz Martín et al., El Banco de España  (...)
  • 36  J. C. Boyajian, Portuguese bankers at the court of Spain 1626-1650, New Brunswick N.J., Rutgers Un (...)
  • 37  N. Bröens, Monarquía y capital mercantil : Felipe IV y las redes comerciales portuguesas 1627-1635(...)
  • 38  C. Sanz Ayán, « Presencia y fortuna de los hombres de negocios genoveses durante la crisis hispana (...)
  • 39  L’ouvrage suivant présente avec clarté la gestion complexe du marché du crédit dans les Flandres p (...)

32Il convient également de rappeler qu’entre 1580 et 1640, l’Espagne et le Portugal, du fait d’une union dynastique, appartenaient à un seul et même royaume, formant ainsi l’Union ibérique. Dans son ouvrage La banca en España hasta 178235, F. Ruiz Martín insiste notamment sur la nécessité d’étudier le rôle essentiel des banquiers judéo-convers compte tenu des relations qu’ils entretenaient avec le marché d’envergure internationale que représentaient Amsterdam d’une part et Anvers d’autre part, en particulier pendant la période de 1627 à 1647. En revanche, l’historiographie consacrée aux banquiers portugais se limite aux quelques ouvrages de référence de J. C. Boyajian36, N. Bröens37 et C. Sanz Ayán38 qui se sont penchés sur le rôle éminent que jouèrent les opérateurs financiers portugais dans la finance espagnole. Ces travaux montrent que les Portugais ne cessèrent de perfectionner leur mode de gestion et de règlement des difficultés financières, matérielles ou logistiques majeures liées à l’exécution de leurs contrats de prêt39.

33Ainsi, la dimension internationale de la finance portugaise est d’ores et déjà fermement établie. En revanche, la forme de l’organisation mise en place par les banquiers portugais et le fonctionnement de leurs réseaux d’employés, d’agents et de commissionnaires restent encore flous. Lorsque, après 1626, les banquiers portugais commencèrent à financer Philippe IV, leur activité était assez éloignée du marché du crédit traditionnel. Le rôle joué par les opérateurs portugais pourrait s’expliquer par leur capacité grandissante à gérer et à résoudre les difficultés financières, matérielles et logistiques rencontrées dans l’exécution de leurs contrats de prêt sur différentes places européennes. Restent à déterminer les causes profondes de l’entrée des Portugais dans le monde de la finance. En effet, les moyens mis en œuvre par ces réseaux opérationnels doivent être éclairés, notamment leur aptitude à contrôler les flux de métaux précieux et à tenir compte de la complexité du système de conversion des monnaies d’or et d’argent, mécanisme monétaire sur lequel reposait l’efficacité des asientos.

34Le graphique ci-dessous recense les taux moyens annuels des intérêts échus au titre des prêts des banquiers portugais à la Couronne espagnole :

Graphique 8. Taux d’intérêt moyen (annuel) des asientos portugais

Graphique 8. Taux d’intérêt moyen (annuel) des asientos portugais

35Il convient de mentionner que ces données ne sont pas exhaustives (nous travaillons en ce moment sur des éléments d’information récemment recueillis à l’Archivo general de Simancas) ; toutefois, elles permettent déjà d’accréditer l’hypothèse d’une évolution manifeste des investissements portugais pendant l’Union ibérique, en particulier au cours de la période située entre les deux crises les plus graves (en 1627 puis en 1647) qui touchèrent le Trésor royal.

Notes

1  J. A. Van Houtte, « Bruges et Anvers marchés “nationaux” ou “internationaux” du xive au xvie siècle », Revue du Nord, n° 34, 1952, p. 89-109 ; id., « The rise and decline of the market of Bruges », Economic history review, II ser., n° 19, 1966, p. 29-47 ; H. Van Der Wee, The growth of the Antwerp market and the European economy (fourteenth-sixteenth centuries), 3 vol., Louvain, 1963 ; H. Van der Wee et J. Materné, « Antwerp as a world market in the sixteenth and seventeenth centuries », Antwerp : story of a metropolis 16th-17th century, Gand, J. Van der Stock, 1993, p. 19-31.

2  E. Cornaert, « Caractères et mouvement des foires internationales au Moyen Âge et au xvie siècle », Studi in onore di Armando Sapori, I, Milan, 1957, p. 357-371 ; C. Verlinden, « Mercati e fiere », dans M. M. Postan, E. E. Rich et E. Miller (dir.), Storia economica di Cambridge. III : Le città e la politica nel Medioevo, Turin, 1978, p. 137-175.

3  R. L. Reynolds, « Genoese trade in the late twelfth century, particularly in cloth, from the fairs of Champagne », Journal of economic and business history, 3/3, 1931, p. 362-381.

4  Les travaux les plus importants sont : R.-H. Bautier, « The fairs of Champagne », dans R. Cameron (dir.), Essays in French economic history, Homewood Ill., Irwin, 1970, p. 42-63 ; R. D. Face, « Techniques of business in the trade between the fairs of Champagne and the south of Europe in the 12th and 13th centuries », Economic history review, n° 10, 1958, p. 427-439.

5  S. Epstein, « Fairs, towns, and states in Renaissance Europe », dans S. Cavaciocchi (éd.), Fiere e mercati nella integrazione delle economie europee secc. XIII-XVIII. Atti della XXXII settimana di studi dell’Istituto internazionale di storia economica F. Datini di Prato, Florence, Atti delle Settimani di studio e altri convegni, serie II, 32, 2001, p. 71-90 ; idem, « Regional fairs, institutional innovation, and economic growth in late medieval Europe », Economic history review, n° 47, 1994, p. 459-462.

6  M. Cassandro, « Credito e banca in Italia tra Medioevo e Rinascimento », Credito e sviluppo economico in Italia dal Medioevo all’età contemporanea, Vérone, SISE, 1988, p. 131-145.

7  M. Cassandro, « Strategia degli affari dei mercanti-banchieri italiani alle fiere internazionali d’Oltralpe (secoli XIV-XVI) », dans Aspetti della vita economica medievale, Florence, Università degli studi di Firenze, Istituto di storia economica, 1985, p. 140-150 ; id., « Uomini d’affari ed economia delle fiere tra XIII e XVI secolo », dans S. Cavaciocchi (éd.), Fiere…, op. cit., p. 755-778.

8  M.-T. Boyer-Xambeau, G. Deleplace, L. Gillard, Banchieri e principi. Moneta e credito nell’Europa del Cinquecento, Torino, Einaudi, 1991 ; A. Orlandi, Le Grand Parti. Fiorentini a Lione e il debito pubblico francese nel XVI secolo, Florence, Olschki, 2002.

9  M. Cassandro, « Le fiere nell’economia europea medievale e della prima età moderna », Studi storici Luigi Simeoni, n° 51, 2001, p. 9-27.

10  G. Giacchero, Il Seicento e le compere di San Giorgio, Gênes, Sagep, 1979, p. 39 et p. 59 ; D. Gioffrè, Gênes et les foires de change : de Lyon à Besançon, Paris, SEVPEN, 1960, p. 117.

11  J. G. da Silva, Banque et crédit en Italie au xviie siècle, Paris, Klincksieck, 1969. Pour une bibliographie sur les foires de Gênes au xviie siècle : C. Marsilio, Dove il denaro fa denaro. Gli operatori finanziari genovesi nelle fiere di cambio del XVII secolo, Novi Ligure, Città del Silenzio, 2008. Autre article de référence sur les foires de « Bisenzone » : L. Pezzolo, G. Tattara, « Una fiera senza luogo : was Bisenzone an international capital market in sixteenth century Italy », Journal of economic history, n° 68, 2008, p. 1098-1122. Voir également : G. Felloni, Gli investimenti finanziari genovesi in Europa tra il Seicento e la Restaurazione, Milan, Giuffrè, 1971. Idem, « Asientos, juros y ferias de cambio (1541-1675) », dans A. Otazu (dir.), Dinero y crédito, Madrid, Moneda y Crédito, 1978, p. 335-359.

12  Pour une analyse générale du marché financier en Europe à l’époque moderne, se référer à L. Neal, « How it all began : the monetary and financial architecture of Europe during the first global capital markets 1648-1815 », Financial history review, 7/2 (2000), p. 117-140.

13  « Bisenzone » (Besançon) est le toponyme couramment usité, également au xviie siècle, pour désigner ces foires, car les premières furent organisées à Besançon.

14  Au sujet des banquiers génois en Espagne sous le règne de Philippe IV, voir C. Álvarez Nogal, Los banqueros de Felipe IV y los metales preciosos americanos 1621-1665, Madrid, Banco de España, 1997 et id., El crédito de la monarquía hispánica durante el reinado de Felipe IV, Valladolid, Junta de Castilla y Léon, Consejeria de Educacion y Cultura, 1997.

15  A. Castillo Pintado, « Los juros de Castilla. Apogeo y fin de un instrumento de crédito », Hispania, n° 23, 1963, p. 43-70. Id., « Mecanismos de base de la hacienda de Felipe IV », Historia de España. Vol. XXV : La España de Felipe IV. El gobierno de la monarquía, la crisis de 1640 y el fracaso de la hegemonía europea, Madrid, R. Menéndez Pidal, 1982, p. 217-255.

16  G. Canali, Il magistrato mercantile di Bolzano e gli statuti delle fiere, Florence, s.n., 1942. Les travaux les plus récents sont ceux de M. A. Denzel, Die Bozner Messen und ihr Zahlungsverkehr 1633-1850, Bolzano, Verlag-Anst. Athesia, 2006 ; M. A. Denzel et A. Bonoldi, Bozen im messenetz Europas 17-19 Jahrhundert. Bolzano nel sistema fieristico europeo (secc. XVII-XIX), Bolzano, Verl.-Anst. Athesia, 2007.

17  Un exemplaire de la réglementation régissant la foire de Bolzano est disponible à la Bayerische Staatsbibliothek (Munich), 4 MERC. 135,8, Privilegium über diejenigen […], 1635. Je souhaite remercier Christof Jeggle qui m’a remis une copie de ce document.

18  M. A. Denzel, « The system of cashless payment as a basis for the commercial integration of Europe and the world », dans M. A. Denzel (éd.), From commercial communication to commercial integration, Middle Ages to 19th century, Stuttgart, Franz Steiner, 2004, p. 199-248.

19  R. De Roover, L’évolution de la lettre de change (xive-xviie siècles), Paris, A. Colin, 1953.

20  C. Marsilio, « Four times a year for so many years”. The Italian exchange fairs during the 16th-17th century : comparing financial institutions », Bankhistorisches Archiv. Banking and finance in historical perspective, 36/2, 2010, p. 151-165.

21  Les manuale di mercatura les plus intéressants traitants des foires de changes sont : Giovanni Domenico Peri, Il negotiante, un volume divisé en quatre parties : Il negotiante di G. D. Peri genovese, parte I, Gênes, 1638 ; Il negotiante di G. D. Peri genovese, parte II, Gênes, 1647 ; I frutti di Albaro, overo Il negotiante, parte III, Gênes, 1651 ; Il negotiante di G. D. Peri genovese, parte IV, Venise, 1655.

22  Voir en particulier : G. D. Peri, Il negotiante, partie I, p. 73-84.

23  Les meilleures listes de prix sont celles indiquées dans J. J. McCusker et C. Gravesteijn, The beginning of commercial and financial journalism. The commodity price currents, exchange rate currents, and money currents of early modern Europe, Amsterdam, Centraal Boekhuis, 1991.

24  G. Felloni, Moneta, credito e banche in Europa : un millennio di storia, Gênes, Brigati, 1999, p. 94.

25  Je tiens à remercier le professeur Wolfgang Kaiser pour son aide tout au long de mes recherches dans les archives de Florence et de Rome.

26  On trouve dans les documents de Bartolommei deux séries complètes de livres de comptes relatifs aux foires de Plaisance : la première série, utilisée pour rédiger cet article, se réfère à la période 1601-1611 et la seconde couvre la période 1633-1649 (ASFi, Bartolommei, regg. 1645, 1646, 1647 et 1648).

27  Il existe au moins deux éditions différentes de la réglementation régissant les foires de change de Gênes : Capitoli e ordini delle fere di Besenzone, che si fanno al presente in la città di Piacenza. Con li quali dette fere, e li negotij di cambij che si fanno in esse si doveranno reggere, e governare, da tutti li Banchieri trattanti, e negotianti in quelle doveranno esser inviolabilmente osservare in tutto, come in appresso si dirà, Gênes, 1622 et Capitoli e ordini delle fere di Besenzone, che si fanno al presente in la città di Piacenza, ristampate di novo con le gionte fatte dal Serenissimo Senato dell’anno 1622 sin al presente. Con li quali dette fere, e li negotij di cambij che si fanno in esse si doveranno reggere, e governare, e da tutti li Banchieri trattanti, e negotianti in quelle doveranno esser inviolabilmente osservare in tutto, come in appresso si dirà, Gênes, 1637. L’édition florentine (utilisée dans les foires de Plaisance après la « sécession » génoise de 1622) est Capitoli delle fiere de cambi da farsi nella città di Piacenza, stabiliti al tempo dell’Ill.mo sig. Pietro Mozzi senatore fiorentino, console eletto dalle AA. Sereniss. Di Toscana e dei M. Ill. Ottavio Secchi di Milano e Marco Otti di Venezia consiglieri eletti dalle loro nationi. Fermati con Grazia e Privilegio del Serenissimo Duca di Piacenza e Parma nel 1622. Et al presente distinti in Capitoli con l’aggiunta delle ordinationi fatte da Signori Consolo, Consiglieri, e Trattanti fino a l’anno 1628, Plaisance, 1629. L’édition vénitienne (utilisée dans les foires de Vérone) est : Capitoli e ordini spettanti all’Ufficio della Casa de’ Mercanti, regolati e presi dal Maggior Consiglio dei XII, Vérone, 1639.

28  S. Groppi, L’archivio Saminiati Pazzi, Milan, EGEA, 1990, p. 84-87. Je tiens à remercier le professeur Franco Saba pour son aide durant mes recherches à l’Université Bocconi, où ces documents sont conservés.

29  Un exposé plus détaillé concernant les investissements économiques et financiers de la compagnie Spinola figure dans le livre (à paraître) que Carlos Álvarez Nogal consacre à Bartolomé Spinola, factor general de Philippe IV.

30  Les conditions de paiement étaient décrites en termes très précis dans des lettres. Il était en particulier extrêmement important de spécifier les lieux et la chronologie de ces paiements.

31  G. Mandich, Le pacte de ricorsa et le marché des changes au xviie siècle, Paris, A. Colin, 1953. Pour un exemple de patto di ricorsa, voir en annexe.

32  Les mediatori dei cambi employés par la compagnie Spinola étaient : Leonardo Pittaluga, Pier Antonio Rolla, Agostino Maggiolo, Agostino Verdura, Giovanni Giacomo e Pietro Vitale, Raffaele e Giovanni Battista Sangiacomo, Raffaele Pino, Giovanni Giacomo Boasi, Pietro Strigella, Cristoforo Luxardo, Geronimo Carriola, Emanuele Cortegiani, Nicolò Rosso, Giuliano Spinola, Agostino Orsino and Geronimo Gardano. Voir : C. Álvarez Nogal, L. Lo Basso, C. Marsilio, « La rete finanziaria della famiglia Spinola : Spagna, Genova e le fiere di cambio 1610-1656 », Quaderni storici, 124/1, 2007, p. 97-110, en particulier p. 102-103.

33  Au sujet de l’activité commerciale de Sauli, voir : C. Marsilio, Dove il denaro fa denaro..., op. cit., p. 163-180.

34  Une œuvre de référence sur les convers portugais est : J. Lúcio de Azevedo, História dos cristãos novos portugueses, Lisbonne, A.M. Teixeira, 1921. Les travaux plus récents sont : L. M. E. Shaw, « The Inquisition and the Portuguese economy », Journal of European economic history, 18 (1989), p. 415-431 et B. López Belinchón, Honra, liberdad y hacienda : hombres de negocios y judios sefardíes, Alcalá de Henares, Instituto internacional de estudios sefardíes y andalusíes, Universidad de Alcalá, 2001.

35  F. Ruiz Martín, « La banca en España hasta 1782 », dans F. Ruiz Martín et al., El Banco de España : una historia económica, Madrid, Banco de España, 1970, p. 1-196. On se réfèrera également à une étude plus récente : F. Ruiz Martín, Las finanzas de la monarquía hispánica en tiempos de Felipe IV 1621-1665, Madrid, Real Academia de la Historia, 1990.

36  J. C. Boyajian, Portuguese bankers at the court of Spain 1626-1650, New Brunswick N.J., Rutgers University Press, 1983. Dans sa thèse de doctorat, J. C. Boyajian expose de nombreux éléments d’appréciation qui tendent à confirmer l’existence d’un réseau de banquiers portugais (Voir J. C. Boyajian, « The Portuguese bankers and the international payments mechanism, 1626-1647 », PhD dissertation, University of California, Berkeley, 1978).

37  N. Bröens, Monarquía y capital mercantil : Felipe IV y las redes comerciales portuguesas 1627-1635, Madrid, Universidad Autónoma de Madrid, 1989.

38  C. Sanz Ayán, « Presencia y fortuna de los hombres de negocios genoveses durante la crisis hispana de 1640 », Hispania, n° 65 (2005), p. 91-114.

39  L’ouvrage suivant présente avec clarté la gestion complexe du marché du crédit dans les Flandres pendant la première moitié du xviie siècle : M. A. Echevarría Bacigalupe, Flandes y la monarquía hispánica 1500-1713, Madrid, Silex Ediciones, 1998, en particulier p. 245-331.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Commissions payées à Vincenzo Bartolini, l’agent (procuratore) d’Antonio Maria Bartolommei lors des foires de Plaisance 1601-1611 (exprimées en écus de marc, scudi di marche)
Légende N. B. : Les lettres à côté des numéros des années dans le graphique 1 correspondent aux trimestres.
Crédits Source : ASFi, Bartolommei, regg. 145-146-147.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3967/img-1.png
Fichier image/png, 58k
Titre Graphique 2. Commissions perçues par Luca Tornaquinci, agent de la firme Tornaquinci, lors des foires de Plaisance 1624-1625 (en écus de marc)
Crédits Source : ASPMi, regg. 176, 177, 178, 179, 180, 182, 183, 184.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3967/img-2.png
Fichier image/png, 25k
Titre Graphique 3. Asientos gérés par Spinola, exprimés en escudos espagnols 1630-1642
Crédits Source : ASCG, Albergo dei Poveri, regg. 683, 686, 687, 688.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3967/img-3.png
Fichier image/png, 15k
Titre Graphique 4. Commissions perçues par les agents de Spinola sur les foires de change italiennes de Novi (Giovanni Tommaso Romairone), Plaisance (Giovanni Battista Agliati) et Vérone (Bernardino Benzio) 1631-1647 (en lires génoises)
Légende N. B. : 1631-d correspond au 4e trimestre de 1631 ; 1632-b correspond au 2e trimestre de 1632.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3967/img-4.png
Fichier image/png, 75k
Titre Graphique 5. Charges d’exploitation supportées par la compagnie Spinola durant les foires 1631-1643 (en lires génoises)
Légende N. B. : Les lettres à côté des numéros des années dans le graphique 5 correspondent aux trimestres.
Crédits Source : ASCG, Albergo dei Poveri, regg. 686.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3967/img-5.png
Fichier image/png, 70k
Titre Graphique 6. Commissions versées aux agents de Sanguineti (Lelio Sanguineti et Lelio Picchetti) 1634-1655 (en lires génoises)
Légende N. B. : 1634-a correspond au 1er trimestre de 1634 ; 1634-c correspond au 3e trimestre de 1634.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3967/img-6.png
Fichier image/png, 73k
Titre Graphique 7. Commissions versées aux agents de Giovanni Antonio Sauli (Pier Antonio et Ottavio Zenoggio) 1618-1622 (en lires génoises)
Légende N. B. : Les lettres à côté des numéros des années dans le graphique 7 correspondent aux trimestres.
Crédits Source : ADGG, Sauli, reg. 1288.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3967/img-7.png
Fichier image/png, 14k
Titre Graphique 8. Taux d’intérêt moyen (annuel) des asientos portugais
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3967/img-8.png
Fichier image/png, 15k

Auteur

Claudio Marsilio est docteur en histoire de l’Université Bocconi de Milan (Italie). Il est spécialiste de l’histoire économique et financière des débuts de l’époque moderne. Il est actuellement détenteur d’une bourse de perfectionnement postdoctorale de la Fundação para a Ciência e a Tecnologia du Portugal, et travaille en collaboration avec le Gabinete de História Económica e Social (GHES) de l’Instituto Superior de Economia e Gestão (ISEG) de l’Université de Lisbonne (Portugal). Il a récemment publié : « Lisbon, London, or Genoa ? Three alternative destinations for the Spanish Silver of Philip IV (1627-1650) », dans G. Depeyrot (dir.), Three Conferences on International Monetary History, Wetteren, Moneta, 2013, p. 399-413 ; « Genoese Finance, 1348-1700 », dans G. Caprio (dir.), Handbook of Key Global Financial Markets, Institutions, and Infrastructure, vol. 1, Oxford, Elsevier, 2012, p. 123-132 ; « O dinheiro morreu. Paz à sua alma danada ». Gli operatori finanziari del xvii secolo tra investimenti e speculazion, Palerme, Associazione Mediterranea, 2012.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search