Version classiqueVersion mobile

Ressources publiques et construction étatique en Europe. XIIIe-XVIIIe siècle

 | 
Katia Béguin

Construction politique et mobilisation des ressources publiques

Pas de dettes sans impôts. Les relations entre la politique fiscale, les institutions et la situation politique en Italie entre 1350 et 1700

Luciano Pezzolo

Texte intégral

Introduction

  • 1  Douglass North et Barry Weingast, « Constitutions and commitment : the evolution of institutions g (...)
  • 2  David Stasavage, Public debt and the birth of the democratic state : France and Great Britain 1688 (...)

1Depuis quelques années, l’histoire financière élargit et approfondit ses problématiques et ses méthodes. L’approche néo-institutionnelle a sans conteste permis de comprendre la logique des systèmes financiers et a apporté un éclairage nouveau sur les relations complexes qui existent entre la structure institutionnelle et les résultats économiques1. La question des dettes souveraines et de leur crédibilité a été analysée de différents points de vue et dans une perspective comparatiste. Ces démarches ont permis de mettre en évidence certaines caractéristiques de chaque régime politique et d’expliquer pourquoi certains États ont emprunté à un coût plus élevé que d’autres. Plusieurs éléments ont été invoqués : l’édifice constitutionnel, les relations de pouvoir au sein des élites, la géopolitique et la pression militaire, ou encore la taille des États2.

  • 3  Perry Anderson, Lineages of the absolutist state, Londres, Verso, 1974, p. 169-172.

2La présente communication explore les relations entre l’édifice constitutionnel et la fiscalité en comparant quatre États à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne en Italie, à savoir le duché de Savoie, la république de Venise, l’État florentin et le royaume de Sicile. Comme on le sait, Venise et la Florence de la Renaissance étaient des républiques. La première a conservé ce statut jusqu’à la fin, en 1797, et la deuxième est devenue un grand-duché en 1530 et a été intégrée au nouvel État national en 1859. Ces deux régimes politiques ont servi de modèles à l’étude de l’histoire politique et économique du Moyen Âge et de la Renaissance italiens. Venise, république dirigée par une oligarchie, était fortement liée au commerce international et disposait d’un vaste empire en Méditerranée orientale. À partir du xve siècle, son territoire s’est également étendu en Italie continentale. À Florence aussi, les commerçants et les banquiers étaient les acteurs classiques de la vie politique et économique. De la même manière qu’à Venise, son territoire s’est élargi à la plus grande partie de la Toscane. Toutefois, contrairement à la Sérénissime, elle a été confrontée à des troubles politiques, à des luttes entre factions, à des révoltes et à l’ascension d’une famille régnante, les Médicis. Les deux autres situations étudiées sont celles du Piémont et de la Sicile, le premier étant une principauté et la deuxième un royaume soumis aux couronnes aragonaise puis habsbourgeoise. L’histoire du Piémont est traditionnellement associée à celle de la dynastie des Savoie, laquelle allait conduire le processus d’unification de l’Italie pendant le Risorgimento. Le duché a longtemps été considéré comme la version italienne de l’absolutisme européen, version qui présentait des ressemblances avec la France comme avec la Prusse3. En revanche, la Sicile est habituellement envisagée comme une région périphérique classique, que ce soit en matière politique ou économique. L’île a toutefois su résister à la pression de centres distants comme Barcelone, Madrid ou Rome.

3Le tableau 1 présente les principales caractéristiques des régions considérées en matière de population urbaine.

Tableau 1. Taux d’urbanisation (villes de plus de cinq mille habitants)

Piémont

Vénétie

Toscane

Sicile

1300

31,1

48,0

1400

15,0

30,0

1500

20,8

21,0

49,6

1600

14,0

22,8

19,0

72,6

1700

13,1

18,2

18,5

63,0

Sources : Paolo Malanima, « Italian cities 1300-1800. A quantitative approach », Rivista di storia economica, vol. 14, 1998 ; Domenico Ligresti, Popolazione, insediamenti, territorio nella Sicilia moderna 1505-1806, Catane, Amara, 2000, p. 296 ; Andrea Zannini, « Sempre più agricola, sempre più regionale. L’economia della repubblica di Venezia da Agnadello al Lombardo-Veneto 1509-1817 », dans Giuseppe Del Torre et Alfredo Viggiano (dir.), 1509-2009. L’ombra di Agnadello: Venezia e la Terraferma, Atti del Convegno internazionale di studi, Venezia 14-16 maggio 2009, Ateneo veneto, 197, 9/I 2010, p. 144.

  • 4  Stephan R. Epstein, An island for itself, Cambridge, Cambridge University Press, 1992, p. 50 et 70 (...)
  • 5  Voir par exemple Maurice Aymard, « Un bourg de Sicile entre xvie et xviie siècle : Gangi », Conjon (...)

4De prime abord, l’une des principales différences entre la Sicile, les deux républiques et le Piémont est la taille des villes. La Vénétie et, dans une moindre mesure, la Toscane sont des territoires où les villes marquent le paysage, tandis que dans le Piémont seul un petit nombre d’agglomérations remplissent les fonctions urbaines classiques. La Sicile, quant à elle, présente un taux d’urbanisation élevé depuis le Moyen Âge. Sa structure urbaine se caractérise par de grands centres (elle compte même deux capitales, Palerme et Messine) et par la présence frappante de villes de taille moyenne et d’agrovilles (les borghi)4. Cependant, ces agrovilles n’étaient pas de simples centres ruraux, car leur hiérarchie sociale et économique était assez complexe5.

5Par ailleurs, en Sicile et dans le Piémont, il existait des institutions représentatives, les parlements, qui étaient, de manière classique, composés de membres de trois états, le clergé, les seigneurs féodaux et les habitants des villes. En revanche, en Toscane et en Vénétie, les ecclésiastiques, les villes, les seigneurs féodaux et les institutions rurales ne disposaient pas d’assemblée politique (unique exception, il existait un parlement dans le Frioul, un territoire situé dans l’est de la Vénétie), ce qui ne veut pas dire – comme nous le verrons – qu’ils n’avaient aucun pouvoir de négociation.

6Quelques chiffres sur ces quatre États peuvent aider à comprendre leur évolution financière.

7Il va sans dire que ces chiffres doivent être considérés comme de simples indications compte tenu du haut degré d’incertitude qui entoure la documentation fiscale. Les trajectoires qui apparaissent dans le tableau 2 montrent une augmentation générale des recettes des États, mais cette augmentation sous-estime l’accroissement réel de la pression fiscale sur les sujets de ces États. Les taxes municipales, les contributions sous forme de services ou en nature et les impôts collectés à l’échelle locale et qui ne rentraient pas dans les caisses centrales représentaient une part importante de la ponction fiscale. Néanmoins, on peut voir que le rythme d’augmentation des recettes varie d’un État à l’autre. Sur la période considérée, Venise n’a pas réussi à doubler ses recettes alors que la Sicile l’a fait et que Florence les a même triplés au cours du xvie siècle. La forte imposition apparente des Toscans est sans doute due à la taille démographique relativement petite de leur État. Il est également intéressant de relever qu’une comparaison internationale montre que le Piémont, Venise et (sans doute) Florence ont obtenu de bons résultats.

Tableau 2. Recettes de l’État par habitant dans le Piémont, à Venise, à Florence et en Sicile entre 1500 et 1700 (en grammes d’argent)

Piémont

Venise

Florence

Sicile

France

Angleterre

1500

31

17

7

11

10

1550

27

22

8

12

1600

32

37

54

24

15

16

1650

46

53

14

58

35

1700

42

54

18

45

83

Source : Luciano Pezzolo, Mars and Pluto. War and finance in Italy 1350-1700, à paraître.

I. Le duché de Piémont-Savoie

8Les territoires du duc de Savoie s’étendaient des régions qui se trouvent aujourd’hui en Savoie française et en Suisse jusqu’à Nice et à la partie occidentale de la vallée du Pô. L’hétérogénéité était la caractéristique la plus visible du duché : la relation entre un territoire donné et le duc était spécifique et résultait du processus de formation de l’État. Les pouvoirs seigneuriaux étaient répandus, car la plupart des vallées et des communautés rurales étaient placées sous l’autorité de seigneurs féodaux. Un petit nombre de villes contrôlaient leurs alentours (les contados) et certaines communautés étaient directement placées sous contrôle ducal. Cette diversité de situations se retrouvait bien sûr en matière fiscale. La géographie fiscale et administrative de l’État se caractérisait par toute une série de privilèges, d’immunités et d’exemptions. Tout d’abord, les terres ecclésiastiques n’étaient pas soumises à une imposition directe, ce qui explique le faible rôle joué par le clergé aux parlements. En fait, c’étaient les villes et les grands domaines qui étaient les interlocuteurs les plus importants du duc aux parlements, car ils payaient la plus grande partie des impôts réclamés par le souverain.

  • 6  Alessandro Barbero, Il ducato di Savoia. Amministrazione e corte di uno stato franco-italiano, Bar (...)

9Comme partout ailleurs, le prince pouvait compter sur des ressources financières spécifiques : son domaine, ainsi que des recettes provenant de taxes sur le commerce et la consommation. Lorsque cela était nécessaire, le parlement était le seul à pouvoir lui donner l’autorisation de lever un impôt extraordinaire, la subvention, qui était collectée par des agents des seigneurs féodaux et par les communautés. Même si l’on dispose de peu d’informations sur le Piémont de la fin du Moyen Âge, il semblerait que la situation financière du duc fût assez mauvaise. En 1449, la guerre contre le condottiere milanais François Sforza s’est avérée désastreuse en raison de lourdes contraintes financières6. Il n’est donc pas étonnant que, durant la dernière période des guerres d’Italie, le duché ait été facilement conquis et conservé par les Français (1536-1559).

  • 7  Helmut Koenigsberger, Estates and revolutions, Ithaca N.Y., Cornell University Press, 1971, p. 19- (...)
  • 8  Matthew Vester, « Fiscal commissions, consensus and informal representation : taxation in the Savo (...)
  • 9  Luciano Allegra, La città verticale. Usurai, mercanti e tessitori nella Chieri del Cinquecento, Mi (...)
  • 10  Matthew Vester, « Territorial politics and early modern “fiscal policy” : taxation in Savoy 1559-1 (...)

10Lorsqu’en 1559, Emmanuel-Philibert, le nouveau duc, arriva pour régner sur ses territoires, une nouvelle page de l’histoire de la Savoie s’ouvrit. Après avoir joué un rôle politique remarquable entre les xve et xvie siècles grâce à la faiblesse des pouvoirs ducaux, l’assemblée des trois états piémontais ne fut plus jamais convoquée officiellement après 15607. Cela étant, les décrets ducaux faisaient suite à des réunions et à des négociations officieuses entre le duc et les élites locales8. En 1560, le nouveau duc essaya d’accroître ses recettes. Au départ, le pouvoir décida d’augmenter le taux de la gabelle en négociant avec les seigneurs féodaux et avec les communautés. La légitimité de cet impôt reposait sur une taxe coutumière, de sorte que personne ne pouvait se plaindre en prétendant qu’il s’agissait d’une nouveauté. Mais la collecte de cet impôt s’avéra difficile et certaines communautés préférèrent verser une somme forfaitaire plutôt que d’acheter du sel auprès du monopole. En 1561, la gabelle fut transformée en une subvention fixe, le tasso. Celui-ci était censé rapporter chaque année 200 000 écus d’or pendant les sept années suivantes. Le duc justifia ce nouvel impôt en affirmant qu’il était beaucoup plus juste que la gabelle. Le tasso provoqua une lutte entre les seigneurs féodaux, le clergé et les communautés, ainsi qu’entre les groupes sociaux des villes. Tout le monde essaya de transférer cette charge sur ceux qui bénéficiaient jusqu’alors d’une immunité. Les marchands et les artisans de Quiers, par exemple, réussirent à éviter l’évaluation de leurs biens meubles à l’occasion du prélèvement de cet impôt9. Cependant, le tasso, réduit de moitié par rapport au montant initial, a, en 1567, été prolongé de douze ans et, entre-temps, le duc leva d’autres impôts indirects10.

  • 11  Felice Amato Duboin (éd.), Raccolta per ordine di materia delle leggi, cioè editti, patenti, manif (...)

11Le tasso a suivi le chemin de nombreux autres impôts extraordinaires et est finalement devenu un prélèvement ordinaire. Comme bien d’autres, cette obligation n’était pas un simple impôt direct. Les communautés pouvaient en réalité recourir à différents moyens (impôts directs, capitations, accises, péages) pour satisfaire la demande de l’État. Comme d’autres prélèvements, le tasso était utilisé par le pouvoir pour émettre des emprunts. Une partie de ses recettes était affectée au versement des intérêts aux prêteurs jusqu’à ce que le principal fût remboursé. Quelques années après la première collecte de cet impôt, le duc se servit d’une partie de ses recettes pour récompenser certaines personnes et pour verser des intérêts aux créanciers. Progressivement, une part importante du tasso fut aliénée. Indépendamment de la question des créanciers, les contribuables qui souhaitaient se libérer de cette charge pouvaient acquitter une somme globale. De plus, un individu pouvait acheter le droit de collecter l’impôt auprès des communautés. Pour le xviie siècle, les chiffres montrent qu’environ un tiers des recettes furent aliénées. À la fin de ce même siècle, près de la moitié de la dette publique était financée par le tasso et des personnes privées avaient acheté le droit de s’approprier la moitié des recettes de cet impôt11. Ainsi, entre les xvie et xviie siècles, les recettes les plus importantes du duc diminuèrent de plus en plus en raison des aliénations, des apanages, des pensions et des concessions.

12Entre 1600 et 1713, le duché a guerroyé pendant trente-huit ans et a participé pendant dix-neuf ans à des conflits secondaires : une année sur deux a été marquée par des engagements militaires. Il n’est donc pas surprenant que le xviie siècle ait été qualifié de période de « finances extraordinaires ». En 1659, un subside militaire fut levé, en théorie seulement pour un an, mais il devait être prolongé jusqu’en 1700, année où il fut transformé en impôt ordinaire. Deux ans auparavant, le duc avait créé une autre taxe, l’impôt dit des 308 000 lires, qui a suivi le même chemin que le tasso et le subside militaire et est devenu une charge ordinaire. Même si ces trois impôts semblent accréditer l’idée d’un absolutisme croissant de l’État savoyard, il convient de souligner certaines limites de la politique fiscale du duc. Tout d’abord, le tasso, qui représente une sorte de modèle pour les impôts suivants, était prélevé suivant un système de quotes-parts, c’est-à-dire que chaque communauté devait verser un montant donné – fixé grâce à des négociations entre l’État et la communauté. Ensuite, chaque communauté pouvait choisir les moyens financiers à utiliser pour satisfaire la demande de l’État. Les cités dont l’activité commerciale était importante pouvaient exploiter les droits sur le commerce et la consommation, tandis que les centres ruraux devaient compter sur la consommation et sur les terres. Le choix effectué dépendait bien sûr des relations de pouvoir au sein d’une communauté. Autre point, le nouvel impôt n’était pas lié au cadastre, par conséquent, au cours du temps, la répartition de la charge n’a pas évolué, contrairement à la structure foncière. De plus, une grande partie des immunités (celles qui concernaient principalement les terres féodales et les terres ecclésiastiques) n’était pas remise en cause. Enfin et surtout, le prélèvement devait obtenir l’accord des élites. C’étaient elles qui faisaient en sorte de limiter les éventuelles applications nouvelles du tasso, car elles assuraient à la trésorerie ducale des rentrées financières régulières en échange d’une relative liberté quant à la répartition de la charge fiscale entre les sujets.

II. Le royaume de Sicile

  • 12  William Armstrong Percy, « The earliest revolution against the “modern state” : direct taxation in (...)
  • 13  Stephan R. Epstein, « Conflitti redistributivi, fisco e strutture sociali (1392-1516) », dans Fran (...)

13Contrairement au Piémont, la plus grande île de la Méditerranée a été soumise à plusieurs régimes différents, des Arabes et des Normands aux Angevins, aux Aragonais (1282-1516) et aux Habsbourg d’Espagne (1516-1713). La fiscalité sicilienne se caractérise par quelques constantes. À la fin du Moyen Âge, les bases du régime fiscal remontaient à l’époque de Frédéric II, lorsque l’impôt le plus important, à côté des droits sur la consommation et le commerce, était la collecta ou generalis subventio. Reposant sur une estimation vague de la démographie et de la richesse, elle ne pouvait être levée que dans certaines occasions : pour la défense du royaume, le couronnement du roi, l’adoubement du fils du roi ou le mariage de la fille ou de la sœur du roi. Sous la domination angevine (1266-1282) puis aragonaise, cet impôt devint de facto ordinaire, avec certaines limites12. En réalité, jusqu’en 1477, le montant maximal que le roi pouvait prélever par la collecta s’élevait à 5 000 onces, somme fixée dès 1268. De plus, les seigneurs féodaux et les villes n’ont accepté de collecta annuelle qu’en 1439. Dans les années 1440, l’histoire fiscale sicilienne est entrée dans une nouvelle ère : en 1446-1447, le parlement a accordé une subvention (le donativo) de 150 000 florins pour une période de six ans et, en 1452-1453, il a accepté un prélèvement de 200 000 florins pour une durée de douze ans. La différence entre la colletta traditionnelle et le donativo était uniquement de nature politique : la première était considérée comme une obligation arbitraire tandis que la deuxième était le fruit d’une négociation politique entre les élites siciliennes et le roi13. Sous le règne d’Alphonse Ier, les relations entre la couronne et les élites devinrent plus complexes, car la société urbaine était de plus en plus structurée et se posait en interlocuteur solide du roi, à côté de la noblesse féodale traditionnelle.

14Le nouveau contexte et l’évolution des relations de pouvoir dans l’île favorisèrent les demandes croissantes d’argent formulées par le roi. À partir du milieu du xve siècle, le parlement approuva toutes les requêtes du souverain en accordant des sommes remarquables pour la politique étrangère des Aragons puis des Habsbourg. Comme le montre le graphique 1, pendant deux siècles et demi, le parlement a multiplié par quinze les quantités (en argent) versées au roi. Entre la seconde moitié du xve siècle et le milieu du xvie siècle, cette valeur a doublé (elle est passée de près d’une tonne à deux tonnes), le nombre de tonnes d’argent a triplé dans les années 1630 (pour s’élever à 8,8 tonnes) puis a augmenté de manière spectaculaire dans les années 1640 (en dépassant les 14 tonnes) pour atteindre environ 16 tonnes dans la seconde moitié du xviie siècle.

Graphique 1. Montants accordés par le parlement de Sicile entre 1446 et 1700 (en kilogrammes d’argent)

Graphique 1. Montants accordés par le parlement de Sicile entre 1446 et 1700 (en kilogrammes d’argent)

Sources : Valeurs, converties en argent, extraites de Vincenzo D’Alessandro, « La Sicilia dal Vespro a Ferdinando il Cattolico », dans Vincenzo D’Alessandro et Giuseppe Giarrizzo, La Sicilia dal Vespro all’Unità, Turin, UTET, 1989, p. 40-41 ; Salvo Di Matteo et Francesco Pillitteri, Storia dei Monti di Pietà in Sicilia, Palerme, Cassa di risparmio V.E. per le province siciliane, 1973, p. 22 ; Antonino Giuffrida, La finanza pubblica nella Sicilia del ‘500, Caltanisetta, S. Sciascia, 1999, p. 125-127 et Domenico Ligresti, Governo e territorio nella Sicilia moderna, Catane, CUECM, 1997, appendice I.

  • 14  Helmut Koenigsberger, The practice of Empire. The government of Sicily under Philip II, Ithaca N.Y (...)
  • 15  Antonino Mongitore, Parlamenti generali del regno di Sicilia, I, Palerme, Presso P. Bentivenga, 17 (...)

15À partir du début du xviie siècle, les sommes accordées par le parlement devinrent la principale source de recettes royales en Sicile : alors qu’au xvie siècle, elles représentaient environ un tiers des recettes de l’État, au siècle suivant, leur part est passée à plus de 40 %. Durant la même période, la dette royale est passée de 300 000 écus en 1564 à deux millions d’écus en 164014. Apparemment, les recettes des impôts acceptés par le parlement permettaient de faire face sans difficulté à l’augmentation de la dette. Il était clair que le donativo ne servait qu’à régler les créanciers15. Le large accord du parlement a donc permis au roi de bénéficier de recettes fiscales croissantes et de demander de plus en plus d’argent aux prêteurs.

  • 16  Voir la description qu’en fait Daniele Palermo dans Sicilia 1647. Voci, esempi, modelli di rivolta(...)

16Toutefois, ce mécanisme efficace cessa de fonctionner lorsque la couronne demanda davantage de prélèvements durant la guerre de Trente Ans. Jusqu’alors, l’île avait réussi à faire face à la pression fiscale, mais à partir du début du xviie siècle, la situation économique générale s’aggrava. En 1647, des révoltes éclatèrent partout dans l’île et les toutes premières cibles des émeutiers furent les collecteurs d’impôts, les créanciers des communautés et les personnes qui étaient censées profiter du système d’imposition16.

III. L’État florentin

  • 17  Anthony Molho, Florentine public finances in the Early Renaissance 1400-1433, Cambridge Mass., Hav (...)

17L’organisation fiscale de la république de Florence est caractéristique des villes italiennes médiévales. Les principales recettes ordinaires provenaient de droits sur la consommation et le commerce, principalement levés en milieu urbain, tandis que les impôts directs étaient considérés comme un dispositif extraordinaire. Entre le milieu du xive siècle et le début du xve siècle, les besoins militaires récurrents provoquèrent une hausse spectaculaire de la fiscalité et une augmentation gigantesque de l’endettement17. Dans les années 1340, l’État émit un emprunt (le Monte Comune) auquel les citoyens de Florence étaient obligés de souscrire. Le montant réclamé aux Florentins était déterminé par une évaluation fiscale de leurs biens et de leurs activités économiques, ce dont le célèbre catasto de 1427 témoigne de manière étonnante. Les citoyens inscrits sur le rôle des impôts devaient prêter à l’État et avaient le droit en échange de recevoir 5 % de la somme versée par an. Leurs créances se négociaient sur un marché particulier. Le fait que l’État réclame des quantités croissantes d’argent entraîna de graves difficultés chez les citoyens qui prêtaient sous la contrainte et par conséquent sur le marché secondaire des titres émis par l’État. La pression fiscale s’accentua et ce marché s’effondra. De nombreux Florentins furent donc obligés de céder leurs créances à bas prix pour se procurer de l’argent afin de souscrire aux nouveaux emprunts forcés. De plus, l’État permettait aux citoyens soit de prêter, soit de verser une somme plus faible qui ne donnait droit à aucun remboursement. Le taux d’intérêt fut progressivement réduit jusqu’à 1 % seulement et les intérêts versés de manière irrégulière. De ce fait, nombre de Florentins qui prêtaient sous la contrainte devinrent de véritables contribuables. Par ailleurs, à côté des emprunts forcés, une vague d’impôts extraordinaires frappa les habitants de Florence à partir des années 1440. Durant la période de la république (1494-1512), l’État leva un nouvel impôt foncier direct qui devait durer jusqu’à la fin du grand-duché. Il est important de souligner que, sous le régime ducal, l’une des plus importantes différences entre les contribuables urbains et les contribuables ruraux, c’est-à-dire la fiscalité directe, s’est estompée. Apparemment, l’État florentin de la fin de la Renaissance était plus homogène en matière fiscale que la cité de la fin du Moyen Âge. Plus loin, nous étudierons les éventuelles relations entre les évolutions politiques et la politique fiscale.

IV. La république de Venise

  • 18  La présente section s’appuie sur l’ouvrage de Reinhold C. Mueller, Banks, panics and the public de (...)

18Le régime fiscal et le système financier de Venise ressemblaient à ceux de Florence. De longue date, les responsables des finances de la cité s’appuyaient principalement sur des impôts indirects, à savoir des droits sur le commerce, la consommation et les activités économiques en général18. Les recettes provenant du domaine (locations de terres et droits de propriété, frappe de monnaie, etc.) étaient assez faibles. En temps de paix, le budget ordinaire couvrait les dépenses ordinaires comme le salaire des officiers, des soldats et des marins de la flotte, les coûts d’exploitation de l’arsenal et le versement des intérêts d’emprunts. Or Venise a rarement été en paix. Des conflits, non seulement avec d’autres puissances, mais aussi avec des pirates, des campagnes brèves mais intenses contre des rebelles sur des territoires conquis à l’étranger, des tensions à la frontière avec les puissances voisines, la protection contre les raids et les escortes pour les navires marchands : tout cela imposait à Venise de rester pratiquement en permanence en état d’urgence et de mobilisation. Ce n’est pas un hasard si elle fut la première puissance de la Méditerranée à disposer d’une flotte stable qui patrouilla dans l’Adriatique à partir du xive siècle. Au début du xve siècle, la Sérénissime conquit une grande partie de la vallée du Pô (jusqu’à Bergame à l’ouest et au Frioul à l’est), par conséquent sa domination s’étendit de la partie occidentale de la Lombardie jusqu’à la colonie lointaine de Chypre.

  • 19  Richard T. Rapp, « The unmaking of the Mediterranean trade hegemony : International trade rivalry (...)

19Il convient de noter que la répartition des recettes de l’État s’est modifiée de manière significative tout au long du xviie siècle à cause du déclin relatif du rôle commercial de Venise dans les échanges internationaux. Comme les recettes fiscales provenant du commerce international diminuaient, l’État s’est de plus en plus appuyé sur les droits sur la consommation intérieure et sur l’Italie continentale. Entre 1587 et 1670, la part du commerce dans les recettes de l’État est passée de 36 % à 15 % tandis que la part des impôts sur la consommation a augmenté : de 26 % au départ, elle a atteint 33 %19.

20En principe, tous les sujets de la république de Venise étaient imposés : les laïcs et les ecclésiastiques, les veuves, les citoyens et les paysans, les nobles, les marchands et les propriétaires terriens. Le doge lui-même devait payer des impôts. Toutefois, parmi tous ces contribuables, il existait des différences significatives qui reflétaient la structure de la société et la manière dont l’État était constitué : la capitale, l’Italie continentale et les colonies lointaines n’étaient pas soumises au même régime et leurs traditions juridiques et leurs structures économiques, sociales et politiques différaient. Les contribuables de la capitale et ceux du continent (le stato da terra) étaient inscrits sur des rôles différents. De plus, les seconds se répartissaient entre citadins et paysans. Les propriétaires fonciers de Venise jouissaient de privilèges particuliers : ils étaient par exemple dispensés de l’obligation de fournir des services pour l’entretien de l’armée en temps de paix. Néanmoins, ces différences entre contribuables s’atténuèrent durant les deux derniers siècles de la république.

21À l’instar de Florence, Venise eut abondamment recours aux emprunts forcés. Jusqu’aux années 1370, le niveau d’endettement dépendait des engagements militaires et de la décision de rembourser l’argent emprunté par l’intermédiaire de la Camera degli imprestiti (« Chambres des emprunts »), le service qui était chargé de gérer la dette publique. La troisième guerre contre Gênes (1378-1381) provoqua la première grave crise financière pour l’État. Le versement des intérêts, jusque-là effectué assez régulièrement, fut suspendu. Les demandes d’emprunts forcés augmentèrent et, sur le marché, le cours des titres émis par l’État s’effondra. La lourde ponction fiscale toucha particulièrement les citoyens les plus vulnérables. Comme ces prêts étaient exigés des Vénitiens dont les biens étaient estimés dans les rôles d’imposition, ceux qui n’avaient pas fait l’objet d’une évaluation échappèrent évidemment à cette obligation et purent en même temps acheter sur le marché des créances publiques extrêmement dévaluées. De ce fait, la situation a basculé en faveur des spéculateurs qui avaient acheté à bas prix des titres qui offriraient ultérieurement un taux d’intérêt réel élevé. La crise de la fin du xive siècle inaugura une longue période de déclin pour les Monte Vecchio, la dette consolidée. Les guerres quasi continues en Italie et contre les Turcs au Levant ne laissèrent aucun répit aux finances publiques, de sorte que le taux d’intérêt des emprunts d’État anciens diminua progressivement et que le versement des intérêts devint de plus en plus irrégulier.

22En 1463, l’État commença à lever la decima (dîme), un impôt direct semi-régulier qui s’appliquait surtout aux revenus immobiliers à Venise et sur le continent, et la tansa, qui portait sur d’autres types de revenus (commerce, corporations, boutiques). Auparavant, plusieurs impôts directs extraordinaires avaient été créés. Ces impôts s’appliquaient surtout aux personnes qui n’étaient pas obligées de prêter à l’État. Toutefois, à partir des années 1460, cette pratique devint de plus en plus ordinaire et institutionnalisée. La crise de la dette imposait de trouver un moyen pour faire face aux difficultés croissantes. C’est pourquoi un régime mixte associant des prêts forcés à intérêt et des impôts directs fut instauré. La fiscalité reposait toujours sur l’estimo (le rôle d’imposition), un document sur lequel figuraient les revenus de chaque contribuable et qui devait être mis à jour périodiquement pour tenir compte de l’évolution des biens imposables. Comme pour la decima, le contribuable déclarait surtout les revenus provenant de ses biens immeubles, puis l’administration fiscale vérifiait sa déclaration d’impôt. En revanche, le montant de la tansa était déterminé de manière discrétionnaire par une commission qui examinait l’ensemble des revenus et des dépenses du contribuable. Ce système aurait très bien fonctionné si les rôles avaient été mis à jour régulièrement. Alors que la loi exigeait que les redecime (nom donné au rôle d’imposition dans le langage administratif de l’époque) soient remplis fréquemment, ils ne furent complétés qu’à quatre occasions au xvie siècle et seulement une fois au siècle suivant. Par ailleurs, les contribuables d’Italie continentale furent progressivement contraints de payer des impôts directs. Comme ses intérêts hors du territoire italien étaient peu à peu menacés par ses concurrents sur le plan militaire ou économique, Venise est passée d’un régime fiscal centré sur la capitale et le commerce international à une configuration dans laquelle la partie continentale du territoire était de plus en plus sollicitée. Le poids de la dette fut donc transféré des consommateurs étrangers aux contribuables de Venise et aux sujets qui vivaient sur le continent.

V. Analogies et différences

23Les cas examinés ici présentent des trajectoires politiques et financières différentes. À la fin du Moyen Âge, le pouvoir du duc de Piémont vis-à-vis des seigneurs féodaux était assez faible, tandis que les villes jouaient un rôle secondaire, même si elles contribuaient de manière importante aux recettes fiscales. Les troubles politiques et l’invasion par l’armée française en 1536 ne firent pas disparaître l’assemblée des trois états, qui continua à fonctionner. L’arrivée du nouveau duc en 1560 et la disparition concomitante du parlement piémontais semblèrent rapprocher la situation du duché de celle des grandes monarchies européennes. Mais au xviie siècle, des problèmes de succession montrèrent de manière spectaculaire que la maison de Savoie restait structurellement faible. Une guerre civile éclata et des menaces étrangères provoquèrent une grande incertitude politique. La Sicile, quant à elle, a subi de graves troubles au xive siècle et au début du xve siècle. Cependant, par la suite, la situation politique fut relativement bonne. Intégrée au régime aragonais puis à celui des Habsbourg, l’île représenta un rempart contre la menace ottomane jusqu’aux années 1570. Après cette période, les intérêts des Habsbourg se portèrent sur la Flandre et l’Europe du Nord. Le parlement sicilien fut donc convoqué pour soutenir l’effort colossal et croissant de la monarchie dans l’arène internationale. Venise, elle aussi, était soumise à une pression quasi permanente en raison de ses engagements politiques. La formation de son empire hors d’Italie à la fin du Moyen Âge fut le résultat d’une âpre lutte contre des concurrents faibles (l’Empire byzantin) ou forts (Gênes). Sa défense contre les Ottomans au début de l’époque moderne provoqua des difficultés financières. Sur le continent, le xve siècle vit l’émergence d’un territoire sous contrôle vénitien, brièvement perdu entre 1509 et 1516. Il fut conservé sans engagement militaire important jusqu’à la chute de la république. À l’instar de Venise, Florence dut dépenser beaucoup d’argent pour élargir son territoire au xve siècle, mais, après les troubles suscités par les guerres d’Italie, les siècles suivants furent relativement calmes. Cependant, contrairement à Venise, la cité de l’Arno est passée d’une république à une principauté. Les besoins militaires, entre autres, ont eu une incidence sur les politiques fiscales et financières des régimes examinés. Toutefois, l’objectif de la présente communication est de se concentrer sur les éventuelles relations entre l’édifice institutionnel et la fiscalité. Par conséquent, deux problèmes principaux se posent. Tout d’abord, peut-on établir une sorte de path dependence (« chemin de dépendance ») pour les politiques fiscales ? Ensuite, les différences constitutionnelles jouent-elles un rôle ?

  • 20  W. A. Percy, « The earliest revolution… », op. cit., p. 69-83.
  • 21  L. Allegra, La città verticale…, op. cit., p. 172-181.

24Les principales caractéristiques du régime fiscal sicilien remontent au xiiie siècle, lorsque l’empereur Frédéric II leva un subside général qui reposait, au moins théoriquement, sur l’évaluation des biens de chaque feu20. Ce mécanisme devait perdurer pendant plusieurs siècles. Ainsi, comme le principe d’une fiscalité directe semi-régulière s’enracinait dans la tradition du royaume, le prélèvement du donativo n’a pas constitué un événement frappant. En revanche, en Savoie, l’introduction du tasso au début des années 1560 a constitué un tournant. En réalité, jusqu’alors, les sujets avaient acquitté des subsides et des subventions occasionnellement, alors qu’avec le nouvel impôt, une charge régulière leur était imposée. D’une certaine manière, cette innovation mettait en évidence les relations nouvelles qui s’étaient établies entre le duc et ses contribuables21. Le tasso a donc symbolisé l’accroissement de l’autorité ducale.

  • 22  Giuseppe Petralia, « Fiscality, politics and dominion in Florentine Tuscany at the end of the Midd (...)

25La politique fiscale menée par l’État florentin peut être divisée en au moins deux périodes : durant la première moitié du xve siècle, une politique sévère visant à imposer la souveraineté de Florence sur les communautés soumises a été engagée. La réaction de certaines villes a été aussi vigoureuse que la politique menée par l’État. Arezzo s’est soulevé en 1409, 1431, 1502 et 1529. Le célèbre catasto de 1427 – une gigantesque collecte de données socio-économiques permettant de réaliser une nouvelle évaluation fiscale – a provoqué une insurrection à Volterra en 1429. Même si auparavant, plusieurs rôles d’imposition avaient été établis, cette nouvelle évaluation fut jugée illégitime et considérée comme une violation de l’accord entre Florence et les communautés soumises22 : cette décision était contraire à une sorte d’imposition morale des contribuables. Après cette grave période de difficultés financières au xve siècle, l’État florentin a connu une longue période de calme relatif, les contribuables toscans eurent donc peu de raisons de se plaindre. La fiscalité foncière directe ne jouait qu’un rôle secondaire dans les recettes de l’État, les droits de douane sur les biens consommés continuant à être de première importance.

  • 23  Giuseppe Del Torre, Venezia e la Terrraferma dopo la guerra di Cambrai, Milan, Franco Angeli, 1986 (...)

26S’agissant de la république de Venise, le recours à la fiscalité directe fut de plus en plus fréquent tout au long du xve siècle. L’État lança également des emprunts forcés auxquels étaient soumis les citoyens vénitiens, tandis que les contribuables du continent payaient presque régulièrement un impôt foncier. Dans les années 1530, après une grave crise politique qui vit Venise perdre ses territoires continentaux pour quelques années, l’État institua un nouvel impôt foncier, la subvention ordinaire, qui était supposée s’appliquer aux propriétaires fonciers du continent. Cet impôt engendra une lutte âpre entre les villes et les institutions rurales au sujet de la répartition de la charge fiscale23. La question essentielle n’était pas tant le nouvel impôt que son montant en fonction de la structure de la propriété foncière.

27En résumé, le royaume de Sicile avait une longue tradition de fiscalité ordinaire directe, tandis que le duc de Savoie n’a pu en bénéficier qu’à partir des années 1560. En revanche, les deux cités examinées ici satisfaisaient leurs besoins financiers principalement par des emprunts forcés ou volontaires. L’une des différences qui distinguait les contribuables urbains des ruraux était que ces derniers devaient payer des impôts directs. Toutefois, à partir du xvie siècle, la structure fiscale des États italiens connut des changements importants, car l’assiette et la gamme des instruments fiscaux et financiers s’élargirent. Les régimes fiscaux ont donc évolué en tenant compte des mutations économiques et surtout des relations de pouvoir au sein des États.

VI. Accord des institutions et fiscalité

  • 24  Igor Mineo, « Il problema della rappresentanza politica nei regni meridionali italiani del tardo M (...)
  • 25  Voir par exemple le refus du marquis de Sortinon de voter le donativo extraordinaire en 1615 : Fra (...)

28Ce n’est pas un hasard si les parlements se sont transformés en institutions ordinaires au milieu du xve siècle, lorsque les princes demandèrent plus de subsides, de subventions et d’aides. Les parlements devinrent ainsi le lieu institutionnel de légitimation de la collecte d’impôts, qui tendait à être plus régulière qu’auparavant24. Cette situation a bien sûr renforcé le pouvoir de négociation des assemblées, car chaque accord donné à la couronne supposait des privilèges et des prérogatives pour leurs représentants. Cependant, en fin de compte, ce mécanisme a été favorable au prince, car il lui a permis de mobiliser de plus en plus de moyens financiers. En Sicile, les rois d’Espagne sont arrivés à leurs fins en s’appuyant sur les villes pour contrebalancer les pouvoirs seigneuriaux. Chaque assemblée était précédée de négociations entre les officiers royaux et les représentants locaux et les premiers exploitaient les divisions des seconds. En outre, le fait de rejeter une demande royale de subvention aurait été considéré comme un acte hostile au roi25.

29Le cas du Piémont semble être une exception. L’assemblée des états était une institution puissante entre le xve et le xvie siècles, lorsque l’autorité du duc était faible. Dès qu’Emmanuel-Philibert s’assit sur le trône, il décida de se débarrasser du parlement. Il s’assura du soutien de la noblesse féodale afin de persuader le reste de ses sujets d’accepter le tasso. Les élites locales prirent conscience qu’il n’eut pas été opportun de s’opposer à la demande de l’État, car le nouveau régime ouvrait des possibilités de négociation et de mobilité sociale à l’ombre du duc. De ce fait, Turin et ses élites devinrent les principaux interlocuteurs du souverain. Les relations officieuses entre le duc, la cour et les autorités locales favorisèrent les levées d’impôts et le bon déroulement des procédures de consentement en Savoie.

  • 26  James Grubb, Firstborn of Venice. Vicenza in the Early Renaissance state, Baltimore, Johns Hopkins (...)

30Ni Venise ni Florence ne disposaient d’un parlement ou d’une autre arène institutionnelle. Néanmoins, le mécanisme de légitimation y était aussi solide que dans les États où un parlement existait. À partir de la fin du xiie siècle, les communes italiennes s’emparèrent de la prérogative impériale de percevoir des impôts. Depuis lors, elles luttèrent – avec plus ou moins de succès – contre leurs concurrents sur le plan fiscal (principalement les seigneurs féodaux, les communautés et, dans une moindre mesure, les institutions ecclésiales). Les principaux interlocuteurs des deux républiques étaient les élites locales. Venise devait faire face à des élites urbaines puissantes qui disposaient de solides relations internationales. Au xve siècle, le patriciat vénitien a choisi de ne pas beaucoup intervenir dans les relations fiscales entre les puissances locales (villes et institutions rurales). Cela a permis à l’État de bénéficier d’une sorte de paix fiscale et de lever des impôts sans résistance particulière26. De même, après avoir appliqué, comme nous l’avons vu, une politique sévère pendant une certaine période, Florence dut réduire ses exigences à l’égard des communautés soumises. En matière de recettes fiscales et de tensions politiques, Venise est parvenue à un meilleur résultat que Florence grâce à son attitude modérée vis-à-vis des contribuables. Cet accord a été obtenu en négociant, au xve siècle, avec les élites urbaines et, à partir du début du xvie siècle, en négociant également avec les institutions rurales. Les grands-ducs de Florence n’ont pas favorisé la création d’institutions rurales et ont continué à profiter de relations clientélistes avec les élites locales, mais la pression fiscale était légère.

  • 27  Eugenio Alberi (éd.), Relazioni degli ambasciatori veneti al senato, série II, vol. V, 1858, Turin (...)
  • 28  Domenico Ligresti, Feudatari e patrizi nella Sicilia moderna (secoli XVI-XVII), Catane, CUECM, 199 (...)

31En Sicile et dans le Piémont, les institutions féodales avaient conservé un rôle important : les seigneurs locaux avaient le droit d’imposer leurs vassaux. Ils étaient sans doute particulièrement réticents à laisser les collecteurs d’impôts royaux pénétrer sur leur territoire. Au fil du temps, cette concurrence fiscale a connu des hauts et des bas en fonction de la puissance relative des protagonistes et de la situation économique. En Sicile, par exemple, la baisse de la rente foncière au xviie siècle a conduit les seigneurs locaux à exercer une pression plus forte sur leurs vassaux, ce qui a entravé leur capacité à payer les impôts levés par l’État. Dans le Piémont du xvie siècle, les seigneurs féodaux s’inquiétèrent du poids croissant de la fiscalité ducale et de l’impossibilité qui en résultait pour leurs vassaux d’acquitter les droits féodaux27. Une forte concurrence sur les droits fiscaux semble ainsi avoir engendré de l’incertitude quant à la capacité de l’État à collecter des impôts. De ce fait, une faible centralisation du pouvoir serait à l’origine des difficultés financières des États dont les autorités locales (seigneurs féodaux, mais aussi ecclésiastiques) étaient puissantes. Cependant, cette vision des choses n’est pas confirmée par les exemples siciliens et piémontais. En Sicile, les différences entre petite noblesse et élites urbaines n’étaient pas aussi marquées qu’on ne le pense généralement28. Les seigneurs locaux, les patriciens urbains et les officiers royaux avaient formé un réseau dense fait de relations, de réciprocité et d’intérêts communs, de sorte qu’il est difficile de distinguer nettement les prérogatives de chacun de ces groupes. En Savoie, les élites urbaines comme les seigneurs féodaux prirent conscience qu’ils devaient agir de manière officieuse et se constituer une clientèle à la cour afin d’obtenir des avantages et de conserver leurs prérogatives propres.

32En résumé, les institutions, qu’il s’agisse de parlements ou d’instances de plus petite taille, avaient leur importance dans la mesure où elles représentaient un espace de légitimation, mais les personnes susceptibles d’être investies et l’ampleur de l’accord obtenu jouaient un rôle essentiel. Les véritables différences entre les États étudiés concernent la dynamique des relations de pouvoir et les canaux institutionnels qui permettent une négociation efficace entre les groupes sociaux d’un régime. Si les États avaient été désireux ou capables de favoriser l’apparition de nouvelles instances représentant la société, l’accord obtenu aurait pu être plus ample, avec des effets positifs sur l’efficacité fiscale des États et sur leur capacité à emprunter à faible coût.

Notes

1  Douglass North et Barry Weingast, « Constitutions and commitment : the evolution of institutions governing public choice in seventeenth century England », Journal of economic history, vol. 49, 1989, p. 803-833.

2  David Stasavage, Public debt and the birth of the democratic state : France and Great Britain 1688-1789, Cambridge Mass.-New York, Cambridge University Press, 2003 et id., States of credit. Size, power and the development of European polities, Princeton, Princeton University Press, 2011.

3  Perry Anderson, Lineages of the absolutist state, Londres, Verso, 1974, p. 169-172.

4  Stephan R. Epstein, An island for itself, Cambridge, Cambridge University Press, 1992, p. 50 et 70-72 ; Anton Blok, « South Italian agro-towns », Comparative studies in society and history, vol. 11, 1969, p. 121-135.

5  Voir par exemple Maurice Aymard, « Un bourg de Sicile entre xvie et xviie siècle : Gangi », Conjoncture économique, structures sociales. Hommage à Ernest Labrousse, Paris, Mouton, 1974, p. 353-373 et D. Ligresti, « Popolazione, insediamenti, territorio nella Sicilia moderna. Carte e grafici », dans Giuseppe Giarrizzo et Enrico Iachello (dir.), Le mappe della storia. Proposte per una cartografia del Mezzogiorno e della Sicilia in età moderna, Milan, Franco Angeli, 2002, p. 56-72 et D. Ligresti, « Popolazione, insediamenti, territorio nella Sicilia moderna (1505-1806) », Catane, s. n., 2000.

6  Alessandro Barbero, Il ducato di Savoia. Amministrazione e corte di uno stato franco-italiano, Bari, Laterza, 2002, p. 68-97.

7  Helmut Koenigsberger, Estates and revolutions, Ithaca N.Y., Cornell University Press, 1971, p. 19-79 ; A. Barbero, Il ducato…, op. cit., p. 17-20.

8  Matthew Vester, « Fiscal commissions, consensus and informal representation : taxation in the Savoyard domains, 1559-1580 », Parliaments, estates and representation, vol. 20, 2000, p. 59-74.

9  Luciano Allegra, La città verticale. Usurai, mercanti e tessitori nella Chieri del Cinquecento, Milan, Franco Angeli, 1987, p. 172-177.

10  Matthew Vester, « Territorial politics and early modern “fiscal policy” : taxation in Savoy 1559-1580 », Viator, vol. 32, 2001, p. 280-302.

11  Felice Amato Duboin (éd.), Raccolta per ordine di materia delle leggi, cioè editti, patenti, manifesti… emanati dai sovrani della Real Casa di Savoia, Turin, Stamperia Reale, 1854, vol. 22, p. 1242-1245.

12  William Armstrong Percy, « The earliest revolution against the “modern state” : direct taxation in medieval Sicily and the Vespers », Italian quarterly, 22, 1981, p. 69-83 ; id., « The indirect taxes of the medieval kingdom of Sicily », Italian quarterly, 85, 1981, p. 73-85.

13  Stephan R. Epstein, « Conflitti redistributivi, fisco e strutture sociali (1392-1516) », dans Francesco Benigno et Claudio Torrisi (dir.), Elites e potere in Sicilia dal Medioevo ad oggi, Rome, Meridiana Libri, 1995, p. 40-41.

14  Helmut Koenigsberger, The practice of Empire. The government of Sicily under Philip II, Ithaca N.Y., Cornell University Press, 1969, p. 134 ; Giovanni Marrone, L’economia siciliana e le finanze spagnole nel Seicento, Caltanisetta, Salvatore Sciascia, 1976, p. 24.

15  Antonino Mongitore, Parlamenti generali del regno di Sicilia, I, Palerme, Presso P. Bentivenga, 1749, p. 86.

16  Voir la description qu’en fait Daniele Palermo dans Sicilia 1647. Voci, esempi, modelli di rivolta, Palerme, Associazione mediterranea, 2009.

17  Anthony Molho, Florentine public finances in the Early Renaissance 1400-1433, Cambridge Mass., Havard University Press, 1971 ; Elio Conti, L’imposta diretta a Firenze nel Quattrocento 1427-1494, Rome, Nella sede dell’Istituto, 1984.

18  La présente section s’appuie sur l’ouvrage de Reinhold C. Mueller, Banks, panics and the public debt 1200-1500, Baltimore et Londres, John Hopkins University Press, 1997 ; et sur Luciano Pezzolo, Una finanza d’Ancien Régime. La Repubblica veneta tra XV e XVIII secolo, Naples, Edizioni scientifiche italiane, 2006.

19  Richard T. Rapp, « The unmaking of the Mediterranean trade hegemony : International trade rivalry and the commercial revolution », Journal of economic history, vol. 35, 1975, p. 507.

20  W. A. Percy, « The earliest revolution… », op. cit., p. 69-83.

21  L. Allegra, La città verticale…, op. cit., p. 172-181.

22  Giuseppe Petralia, « Fiscality, politics and dominion in Florentine Tuscany at the end of the Middle Ages », dans William Connell et Andrea Zorzi (dir.), Florentine Tuscany. Structures and practices of power, Cambridge, Cambridge University Press, 2000, p. 67-69.

23  Giuseppe Del Torre, Venezia e la Terrraferma dopo la guerra di Cambrai, Milan, Franco Angeli, 1986, p. 77-83.

24  Igor Mineo, « Il problema della rappresentanza politica nei regni meridionali italiani del tardo Medioevo », dans Laura Casella (dir.), Rappresentanze e territori. Parlamento friulano e istituzioni rappresentative territoriali nell’Europa moderna, Udine, Forum Edizioni, 2003, p. 324.

25  Voir par exemple le refus du marquis de Sortinon de voter le donativo extraordinaire en 1615 : Francesco Vergara (dir.), Il parlamento di Sicilia del 1615. Atti e documenti, Acireale, Bonanno, 1991, p. 90-98.

26  James Grubb, Firstborn of Venice. Vicenza in the Early Renaissance state, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1988.

27  Eugenio Alberi (éd.), Relazioni degli ambasciatori veneti al senato, série II, vol. V, 1858, Turin, Savoie (Giovanni Correr, 1566), p. 6.

28  Domenico Ligresti, Feudatari e patrizi nella Sicilia moderna (secoli XVI-XVII), Catane, CUECM, 1992.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Montants accordés par le parlement de Sicile entre 1446 et 1700 (en kilogrammes d’argent)
Crédits Sources : Valeurs, converties en argent, extraites de Vincenzo D’Alessandro, « La Sicilia dal Vespro a Ferdinando il Cattolico », dans Vincenzo D’Alessandro et Giuseppe Giarrizzo, La Sicilia dal Vespro all’Unità, Turin, UTET, 1989, p. 40-41 ; Salvo Di Matteo et Francesco Pillitteri, Storia dei Monti di Pietà in Sicilia, Palerme, Cassa di risparmio V.E. per le province siciliane, 1973, p. 22 ; Antonino Giuffrida, La finanza pubblica nella Sicilia del ‘500, Caltanisetta, S. Sciascia, 1999, p. 125-127 et Domenico Ligresti, Governo e territorio nella Sicilia moderna, Catane, CUECM, 1997, appendice I.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3955/img-1.png
Fichier image/png, 79k

Auteur

Luciano Pezzolo est professeur associé d’histoire moderne au département des humanités de l’Université Ca’ Foscari de Venise. Son principal champ de recherche est l’histoire économique et militaire de l’Italie médiévale et du début de l’époque moderne. Il a récemment publié : « The via italiana to capitalism », dans L. Neal et J. Williamson (dir.), The Cambridge History of Capitalism, Cambridge, Cambridge University Press, 2014 ; « The Venetian economy », dans E. Durtseler (dir.), A Companion to History of Venice 1400-1797, Leiden, Brill, 2013 ; « Republics and principalities in Italy », dans Bartolomé Yun-Casalalla, Patrick K. O’Brien et Francisco Comín Comín (dir.), The Rise of Fiscal States : a Global History, 1500-1914, Cambridge, Cambridge University Press, 2012, p. 267-284 ; (avec Giuseppe Tattara), « Una fiera senza luogo” : Was Bisenzone an international capital market in sixteenth-century Italy ? », The Journal of Economic History, 68(4), déc. 2008, p. 1098-1122.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search