Version classiqueVersion mobile

Ressources publiques et construction étatique en Europe. XIIIe-XVIIIe siècle

 | 
Katia Béguin

Construction politique et mobilisation des ressources publiques

Le crédit au Moyen Âge : les prêts à la couronne d’Angleterre entre 1272 et 1345

Adrian R. Bell, Chris Brooks et Tony K. Moore

Texte intégral

1Cet article présente les principales conclusions d’un projet de recherche récemment mené au Centre ICMA de l’Université de Reading et financé par l’Economic and Social Research Council (ESRC). Dans le cadre de cette étude, nous avons appliqué l’analyse et les théories financières modernes aux débuts de la dette souveraine, en l’occurrence aux accords de crédit conclus par les « trois Édouard », rois d’Angleterre de 1272 à 1377, et une succession de compagnies marchandes italiennes. Pour ces trois rois, un accès régulier au crédit était indispensable au bon fonctionnement de l’administration ainsi qu’au financement d’une politique étrangère ambitieuse. Les marchands espéraient bénéficier du paiement d’intérêts et de l’assurance d’un accès avantageux au marché anglais, notamment au marché de la laine. Cet article retrace brièvement la chronologie des relations entre les rois d’Angleterre et les compagnies marchandes successives, avant d’aborder plus en détail certains points fondamentaux, à savoir les bénéfices escomptés par les marchands, le mode de financement de ces prêts et la question de savoir si les défauts de paiement des rois anglais firent réellement « sauter la banque ».

  • 1  Pour les principaux documents, voir A. R. Bell, C. Brooks, T. K. Moore (dir.), Accounts of the Eng (...)

2La reconstitution des relations entretenues par les rois d’Angleterre et leurs banquiers italiens en matière de crédit se fonde sur des sources primaires conservées aux Archives royales. Ces sources comprennent des comptes officiels entre les rois et les banquiers ainsi que des registres plus généraux relatifs aux recettes et aux dépenses royales1. Malheureusement, les comptes des marchands eux-mêmes, qui auraient pu permettre de mieux comprendre leur activité auprès de la couronne d’Angleterre, n’ont pas été conservés. Dans le cadre de notre étude, nous avons retranscrit toutes les transactions entre les rois et les marchands sous la forme d’un document à double entrée, en les inscrivant au débit ou au crédit du compte du roi auprès des marchands. Cela signifie que l’argent reçu par les marchands est inscrit au crédit du roi et que les paiements effectués par les marchands ou les indemnités accordées à ceux-ci sont inscrits au débit du roi. Le graphique 1 fait apparaître les débits inscrits au compte du roi. Fait important, les dons ou les indemnités promis aux marchands par le roi, qui constituaient souvent des paiements d’intérêts déguisés, ont été inscrits au débit du compte. Ainsi, les chiffres bruts correspondent au principal augmenté des intérêts.

Graphique 1. Sommes figurant au débit des comptes des rois d’Angleterre 1272-1345

Graphique 1. Sommes figurant au débit des comptes des rois d’Angleterre 1272-1345

I. Les Ricciardi de Lucques 1272-12942

  • 2  L’étude la plus détaillée demeure celle de R. W. Kaeuper, Bankers to the Crown. The Riccardi of Lu (...)

3Les marchands de Lucques, qui fournissaient à la maison royale des soieries et autres tissus fins, sont mentionnés pour la première fois dans les sources anglaises à partir du milieu des années 1240. La compagnie marchande des Ricciardi accorda un premier prêt au prince Édouard (futur Édouard Ier) pendant la neuvième croisade de 1270-1272. Après son accession au trône, Édouard les intégra au système financier de la couronne. Les Ricciardi avançaient au roi des liquidités ou effectuaient en son nom des paiements en faveur de tierces parties. La plupart de ces avances et de ces paiements étaient organisés par l’intermédiaire de la Garde-robe royale, le principal organe financier chargé des dépenses. En retour, les Ricciardi percevaient les droits de douane sur les exportations de laine, institués en juin 1275, auxquels s’ajoutaient, si nécessaire, d’autres fonds prélevés sur les recettes royales, tels que les produits de l’impôt et des paiements en provenance du Trésor. On admet généralement que dans le cadre de cet accord, le remboursement des prêts consentis par les Ricciardi était garanti par l’attribution des recettes douanières. Garantir des prêts de montant indéterminé par l’attribution à long terme de droits de douane constituait en soi une technique financière innovante. Cependant, ce système s’apparenterait davantage à un compte courant moderne assorti d’une autorisation de découvert de grande ampleur.

4D’après les éléments que nous avons reconstitués, les Ricciardi avancèrent plus de 500 000 £ (intérêts compris) à Édouard Ier entre 1272 et 1294, soit en moyenne 23 000 £ par an. Cela correspondait à plus de la moitié des recettes moyennes annuelles de la Garde-robe royale. Bien sûr, ces avances ne furent pas consenties de manière uniforme tout au long du règne. La chronologie des avances des Ricciardi (graphique 1) présente une courbe en dents de scie, les périodes d’emprunt massif étant suivies de périodes de repli. Par exemple, les Ricciardi fournirent plus de 40 000 £ à la Garde-robe du roi durant la première guerre galloise en 1277. Pendant la deuxième guerre galloise de 1282-1283, les Ricciardi accordèrent encore davantage de financements en avançant près de 100 000 £. Par la suite, Édouard dut se tourner vers eux pour financer son séjour prolongé en Gascogne de mai 1286 à août 1289. En France, la maison royale était dépourvue des recettes ordinaires perçues en Angleterre et s’en remit donc aux Ricciardi pour régler les dépenses du roi, qui s’élevèrent à 107 485 £. Ces trois périodes réunies totalisent près de la moitié de l’ensemble des avances que les Ricciardi consentirent à Édouard Ier.

5Il convient de souligner que bien que les Ricciardi aient manipulé au total des sommes faramineuses, ils encoururent un risque final bien inférieur au montant de ces prêts. La majorité de ces avances étaient compensées rapidement par le transfert de certaines sources de recettes royales. Par exemple, les 23 000 £ dues aux Ricciardi en novembre 1279 furent compensées par le produit des droits de douane sur la laine des dix-huit mois suivants et les sommes versées par les Ricciardi à la Garde-robe du roi entre novembre 1281 et novembre 1285 furent principalement remboursées par les recettes douanières perçues par la compagnie entre Pâques 1282 et Pâques 1286. Même la dette colossale de 54 180 £ constatée par le roi vers 1290, résultant de ses dépenses en Gascogne, ne s’élevait plus qu’à 18 925 £ en 1294.

6Cependant, le « système Ricciardi » s’avéra fragile, en témoigne son effondrement rapide à la suite du « resserrement de crédit » de 1294. Au début de cette même année, les finances des Ricciardi semblaient encore solides. En juin 1291, le roi les avait chargés de collecter en son nom l’intégralité de l’impôt pontifical en Angleterre (soit au moins 66 667 £). Cette opération entraîna le renversement complet de la position respective du compte de la compagnie marchande et de celui du roi, ce dernier présentant de ce fait un excédent appréciable. Lorsque la guerre entre l’Angleterre et la France éclata inopinément en 1294, Édouard chercha bien évidemment à retirer ces fonds pour financer ses armées. Les Ricciardi, dont les capitaux étaient immobilisés dans des prêts ou autres transactions commerciales, furent eux aussi pris de court et, du fait des perturbations et des incertitudes provoquées par la guerre, se trouvèrent dans l’incapacité de mobiliser des fonds à court terme sur le marché interbancaire. Ils ne purent donc pas fournir au roi le soutien financier dont il avait cruellement besoin. Par conséquent, le roi les destitua de leur charge de percepteurs des droits de douane sur la laine et confisqua leurs biens anglais, composés principalement de laine, mais également de créances détenues par la compagnie sur des particuliers.

II. Les Frescobaldi de Florence de 1294 (environ) à 13123

  • 3  Concernant les Frescobaldi, voir R. W. Kaeuper, « The Frescobaldi of Florence and the English Crow (...)

7La fonction de « banquiers de la couronne » des Ricciardi échut aux Frescobaldi blancs de Florence. Bien que leurs premiers prêts à Édouard Ier remontent à la guerre franco-anglaise de 1294-1298, ce n’est qu’après la fin du conflit et le rétablissement des réseaux commerciaux et des réseaux de financement habituels entre l’Italie et l’Angleterre qu’ils commencèrent à prêter des sommes importantes à la couronne d’Angleterre. Sans être aussi étroitement intégrés à l’administration royale que les Ricciardi, les Frescobaldi fournirent des services financiers (prêts, règlement de dettes royales, transfert international de fonds, notamment) à Édouard Ier et à Édouard II jusqu’à ce que les dirigeants de la compagnie soient bannis d’Angleterre en 1311-1312, à la suite du conflit politique intérieur qui opposa Édouard II et certains barons réunis au sein d’une alliance connue sous le nom d’Ordainers.

8Au total, les Frescobaldi avancèrent aux rois d’Angleterre environ 180 000 £ (intérêts compris) entre 1294 et 1312, soit en moyenne 10 000 £ par an, un montant qui représente moins de la moitié des sommes avancées par les Ricciardi. À la date de leur ultime compte officiel, en 1310, Édouard II constata une dette de 21 675 £ à l’égard des Frescobaldi. Ce montant est souvent considéré comme celui des pertes finales qu’ils subirent sur les prêts accordés au roi, mais il exclut certaines sources de recettes royales pour lesquelles les Frescobaldi ne présentèrent jamais de comptes. Par exemple, ils continuèrent à percevoir les droits de douane sur la laine pendant une année supplémentaire, soit près de 14 000 £. La perception des droits de douane sur la laine en Écosse et en Irlande leur rapporta des sommes considérables et ils bénéficièrent également des bénéfices réalisés par les monnaies royales entre 1309 et 1311. Les Frescobaldi parvinrent donc certainement à recouvrer la majeure partie des montants avancés au roi et même à dégager des opérations réalisées avec Édouard Ier et Édouard II un profit d’au moins 20 000 £ d’intérêts, avant déduction des frais et des coûts de financement.

9Comme précédemment exposé, les opposants politiques du roi évincèrent les Frescobaldi de leur fonction de « banquiers de la couronne », bien qu’Édouard II ait tout fait pour les protéger. Les ordonnances visant les Frescobaldi furent publiées en 1310, mais la compagnie ne quitta l’Angleterre qu’en 1312. Contrairement aux Ricciardi en 1294, les Frescobaldi ne furent pas pris de court et eurent le temps de préparer leur départ, notamment en faisant sortir illégalement d’Angleterre de l’or et des bijoux dissimulés dans des sacs de laine et même en ordonnant à leur représentant en Gascogne d’acheter du vin au nom du roi, même au double du prix courant, pour l’expédier en Italie, aux fins de revente. Par ailleurs, il n’existe aucune preuve de la faillite des Frescobaldi. La compagnie était toujours en activité en 1313, deux ans après l’expulsion de ses représentants hors d’Angleterre, et ne fut dissoute qu’en 1315. S’il semble que les Frescobaldi, surtout la branche active en Angleterre, aient perdu en importance, ce déclin fut plus vraisemblablement dû aux troubles politiques qui agitaient alors Florence. Les Frescobaldi blancs, en particulier, se trouvèrent du côté des perdants dans la querelle entre les Guelfes noirs et les Guelfes blancs.

III. Antonio Pessagno4

  • 4  Concernant Pessagno, voir N. M. Fryde, « Antonio Pessagno of Genoa, king’s merchant of Edward II o (...)

10Originaire de Gênes, Antonio Pessagno succéda d’abord aux Frescobaldi au poste de financier principal du roi. Son arrivée constituait un double changement : d’une part, il n’appartenait à aucune compagnie marchande proprement dite et, d’autre part, il descendait d’une vieille famille de la noblesse génoise, et non toscane. Pessagno séjourna pour la première fois en Angleterre en 1310 et fut qualifié de « marchand du roi » dès 1312. L’année suivante, l’un des Frescobaldi restés en Angleterre écrivait à Florence que Pessagno « fait ce qu’il veut, contente tout le monde et est si généreux à la cour, envers les grands comme envers les petits, que tout le monde l’apprécie ». Entre avril 1312 et novembre 1314, Pessagno déboursa plus de 111 000 £ pour le compte du roi, notamment pour financer la campagne désastreuse de Bannockburn. Mais comme il percevait diverses recettes royales, la dette du roi à son égard n’était plus que de 7 000 £ au terme de cette période. Il joua par la suite un rôle moindre, mais avança de nouveau des fonds pour un montant total de 35 000 £ jusqu’en 1319. Il s’agissait de sommes considérables pour un marchand indépendant et il semble que, comme les Ricciardi, il ait plutôt agi comme intermédiaire pour un large groupement de prêteurs. Il fut ainsi chargé d’obtenir des prêts importants auprès du pape et en France et de transférer ces fonds en Angleterre.

IV. Les Bardi de Florence de 1315 (environ) à 13365

  • 5  Cette période a été relativement peu étudiée. Voir cependant E. B. Fryde, « Loans to the English C (...)

11Les Bardi étaient l’une des plus anciennes et des plus importantes familles florentines et faisaient des affaires en Angleterre depuis les années 1270. Ils avaient alloué des fonds aux Ricciardi dans le cadre de prêts « interbancaires » en 1277 et en 1282-1283 et accordé des prêts mineurs à Édouard Ier et à Édouard II en 1294, 1297 et 1309. Ce n’est cependant qu’à partir de 1315 environ qu’ils occupèrent le devant de la scène en tant que financiers principaux du roi, fonction qu’ils conservèrent près de trente ans, jusqu’à leur faillite en 1345-1346. Les historiens se sont généralement concentrés sur les dernières années des Bardi en Angleterre, mais ceux-ci exerçaient la fonction lucrative de « banquiers de la couronne » depuis plus de vingt ans quand survint la crise des années 1340. Au total, les débits (intérêts compris) inscrits au compte du roi en faveur des Bardi avant 1337 s’élevaient à 280 000 £. Il y eut des périodes d’emprunts particulièrement importants entre 1315 et 1319 et entre 1334 et 1336, en raison des dépenses liées aux guerres menées par le roi contre l’Écosse, puis en 1329-1332, lorsqu’Édouard III s’efforça d’asseoir son pouvoir au début de son règne. À d’autres périodes, toutefois, et plus particulièrement durant les dernières années du règne d’Édouard II, les Bardi et d’autres compagnies marchandes reçurent en dépôt des sommes importantes. L’existence de cette relation durable et mutuellement profitable explique le soutien apporté par les Bardi à Édouard III au début de ce qui deviendrait la guerre de Cent Ans.

V. Les Bardi et les Peruzzi 1336-13456

  • 6  Concernant les Bardi et les Peruzzi, voir A. Sapori, La crisi delle compagnie mercantili dei Bardi (...)

12L’épisode le mieux connu de l’histoire du crédit au Moyen Âge est probablement la relation entre Édouard III et les deux compagnies florentines des Bardi et des Peruzzi, qui commença à la fin de l’année 1336, alors qu’Édouard III se préparait à entrer en guerre contre la France, pour aboutir à la prétendue défaillance du roi, généralement considérée comme la cause de la faillite de ces compagnies. Bien que les Bardi aient déjà derrière eux une longue histoire comme créanciers de la couronne d’Angleterre, les besoins de financement résultant du conflit à grande échelle contre la France excédaient les ressources de leur compagnie. De ce fait, les Bardi s’unirent aux Peruzzi pour financer les opérations militaires d’Édouard III. Les sources relatives à cette période sont malheureusement difficiles à interpréter, l’appareil administratif peinant à suivre les dépenses du roi. De plus, la faillite des Peruzzi au beau milieu d’un processus comptable interminable avec l’Échiquier entraîna l’impossibilité d’établir un compte définitif. S’agissant des Bardi, le problème est inverse : il subsiste une série de comptes qui sont incomplets et font en partie double emploi et peuvent donc difficilement être rapprochés. L’analyse qui suit se fonde sur nos propres données, ainsi que sur les travaux d’autres historiens, principalement Edmund Fryde et Edwin Hunt.

  • 7  Cronica di Giovanni Villani, livre XII, chapitre LV, traduit en anglais dans W. J. Ashley (dir.), (...)

13Sur le papier, les chiffres relatifs à la dette d’Édouard III envers les Bardi et les Peruzzi sont stupéfiants. Le chroniqueur italien Giovanni Villani, un contemporain, estimait que le roi d’Angleterre devait 900 000 florins (135 000 £) aux Bardi et 600 000 florins (90 000 £) aux Peruzzi7. Selon les éléments que nous avons pu reconstituer, les Peruzzi déclaraient avoir avancé au roi un tout petit peu moins de 140 000 £ et avoir reçu seulement 71 000 £ à titre de remboursement. La dette d’Édouard III envers les Peruzzi se serait donc élevée à 70 000 £. Ce chiffre inclut cependant près de 65 000 £ de dons, d’indemnités et de paiements douteux. Concernant les Bardi, les débits inscrits au compte du roi s’élèvent à près de 264 000 £ et les crédits à seulement 165 000 £, soit un déficit de près de 100 000 £. Une fois encore, près des deux tiers de cette somme correspondent à des intérêts (dons ou indemnités) et non au principal. En bref, les dettes faramineuses d’Édouard III correspondaient pour l’essentiel à des promesses d’intérêt non suivies de paiement et non à des pertes sur le principal du prêt. Toutefois, ces chiffres ne tiennent pas compte des frais, probablement conséquents, engagés par les Bardi et les Peruzzi pour financer à long terme la dette souveraine d’Édouard III.

  • 8  Calendar of Patent rolls 1338-1340, Londres, H.M.S.O., 1898, p. 255.
  • 9  A. Beardwood, Alien merchants in England 1350-1377, Cambridge Mass., The Mediaeval Academy of Amer (...)
  • 10  Calendar of patent Rolls 1345-1348, Londres, 1902, p. 87. Ces mesures de protection furent recondu (...)

14La faillite des Bardi et des Peruzzi dans les années 1340 fut imputée à Édouard III, lequel leur devait en effet des sommes colossales. Mais la réalité est plus nuancée. Premièrement, lorsqu’Édouard III ordonna à l’Échiquier de cesser les paiements en mai 1339, il prit soin de préciser que cet ordre ne s’appliquait pas aux paiements destinés aux Bardi et Peruzzi8. Deuxièmement, Édouard III ne dénonça jamais officiellement ses dettes et continua à rembourser aux Bardi et aux Peruzzi des sommes appréciables alors même que ces deux compagnies ne lui avançaient plus que des sommes mineures. Entre 1345 et 1348, après la dissolution de la compagnie des Bardi, Édouard III versa plus de 23 000 £ à leurs représentants, et lui et son petit-fils Richard II continuèrent à effectuer des paiements occasionnels, jusqu’à ce que les créanciers renoncent au solde de la dette en 13919. Troisièmement, les Bardi et les Peruzzi avaient contracté des emprunts importants auprès de déposants anglais et Édouard III comme Richard II les protégèrent des poursuites judiciaires engagées par leurs créanciers anglais10. Les souverains anglais semblent avoir essayé de bonne foi de rembourser les marchands florentins, même aux dépens de leurs propres sujets.

VI. Résultats des recherches

A. Bénéfices

  • 11  A. R. Bell, C. Brooks et T. K. Moore, « Interest in medieval accounts : evidence from England 1272 (...)

15Quelle que soit la forme du crédit, le taux d’intérêt est un paramètre fondamental. Malheureusement, la question des taux d’intérêt est traitée de manière inégale dans la littérature historique. Cela est dû en partie à l’insuffisance des données disponibles. Bien souvent, les informations nécessaires au calcul des taux d’intérêt ne figuraient pas dans les documents, afin notamment de masquer le paiement des intérêts pour contourner l’interdiction de l’Église de pratiquer l’usure. Il y a également un manque de constance dans les méthodes et la terminologie utilisées par les historiens. Nous avons élaboré une méthode standardisée de calcul des taux d’intérêt annuels composés adaptée aux sources historiques et avons créé un calculateur en ligne des taux d’intérêt historiques11.

  • 12  Voir l’ouvrage de D. Stasavage, States of credit : size, power and the development of European pol (...)

16Les modèles de dette souveraine dits de réputation affirment que l’accès d’un gouvernement au crédit et les taux d’intérêt correspondants dépendent de la perception de la fiabilité de ce gouvernement12. Il a été possible de calculer des taux d’intérêt exacts pour un certain nombre de transactions auxquelles les rois d’Angleterre étaient parties prenantes. Une synthèse de ces taux figure dans le tableau 1 ci-dessous. La très grande diversité des taux d’intérêt pratiqués, de 15 % à presque 150 %, est le résultat le plus frappant. En règle générale, les rois d’Angleterre pouvaient emprunter à 15 % ou 20 % en temps de paix ou de stabilité économique mais, en période de forte pression fiscale, et bien évidemment en temps de guerre, les taux d’intérêt pouvaient s’élever à 30 ou 40 %, voire plus. Toutefois, le taux d’intérêt n’était pas la seule variable importante. En période de crise, les rois d’Angleterre éprouvaient davantage de difficultés à obtenir des prêts à long terme et devaient recourir à des emprunts à court terme. Établir une relation durable avec une compagnie marchande particulière constituait un avantage important pour le roi car cela lui permettait d’avoir un accès relativement facile au crédit, à des taux d’intérêt moins élevés.

Tableau 1. Taux d’intérêt appliqués aux prêts accordés aux rois d’Angleterre 1272-1340

Créanciers

Date du prêt

Valeur du prêt

Intérêt

Taux d’intérêt

Bonasius Bonante de Florence

1273-1276

915 £
15 shillings (s.)

304 £ 5 s.

14,1 %

Marchands de Florence

1279-1280

2 250 marcs (m.)

250 m.

14,4 %

Albisso Fifanti d’Asti

1297 (un mois)

265 £

35 £

145,3 %

Marchands d’Asti (remboursés par les Frescobaldi)

Prêt octroyé en octobre 1297 et remboursé en mai 1298

4 000 livres tournois (l. t.)

1 140 l. t.

46,1 %

Frescobaldi

1294-1302

23,1 %

Frescobaldi

1309-1310

10 000 m.

1 000 £

23,7 %

Antonio Pessagno

? (six mois)

4 000 £

350 £

17,5 %

John le Bachiler d’Anvers

Nov. 1338 - fév. 1339

540 £

60 £

66,7 %

Marchands de Malines

Nov. 1338 - sept. 1341

6 000 £

6 000 £

41,4 %

  • 13  Les dons promis aux Bardi depuis 1309 étaient calculés dans un mémoire établi par les clercs royau (...)
  • 14  A. R. Bell, C. Brooks et P. Dryburgh, The English wool market c. 1230-1307, Cambridge, Cambridge U (...)

17Il est clair que les compagnies marchandes italiennes attendaient un retour direct sur leurs investissements, notamment sous forme d’intérêts. Les Frescobaldi reçurent au moins 20 000 £ d’intérêts et plus de 84 000 £ furent promises aux Bardi entre 1329 et 1341, même s’ils n’en reçurent finalement qu’une petite partie13. Prêter à la couronne n’était pas exclusivement une activité à perte destinée à accéder aux marchés anglais ou à gagner la faveur royale. Ceci étant dit, les bénéfices accessoires d’une relation étroite avec la couronne n’étaient pas négligeables. Le rôle de « banquier de la couronne » allait de pair avec un certain statut social et politique : Orlandino da Poggio, membre de la compagnie des Ricciardi, avait son propre logement dans les bâtiments de la Garde-robe royale, Pessagno devint sénéchal de Gascogne et Bettino di Frescobaldi fut nommé au conseil du roi. Les marchands avaient accès à des informations privilégiées, en particulier en ce qui concerne le commerce de la laine14. Lorsqu’ils étaient banquiers de la couronne, les Ricciardi et les Frescobaldi dominaient le marché à terme de la laine, particulièrement lucratif, et les Bardi et les Peruzzi jouissaient d’un monopole sur les exportations directes de laine vers l’Italie.

B. Financement

18S’agissant du financement, la question de la provenance des sommes d’argent considérables avancées aux rois d’Angleterre par les marchands est tout aussi importante.

  • 15  E. S. Hunt, The medieval super-companies…, p. 181 et p. 259.

19Lorsqu’une compagnie marchande était créée, chacun des associés contribuait au capital initial. Au bout d’un certain temps, habituellement plusieurs années, la societas était dissoute et les bénéfices étaient distribués aux associés, proportionnellement à leur apport en capital. Une nouvelle compagnie était alors créée avec les apports des mêmes associés ou d’autres. À son apogée, en 1310, la deuxième societas Peruzzi avait un capital de 103 000 florins, l’équivalent d’environ 15 450 £. En 1335, après plusieurs années peu prospères, le capital des Peruzzi a pu chuter jusqu’à 26 000 florins (environ 3 900 £)15, ce qui était à l’évidence insuffisant pour leur permettre de financer tant les prêts substantiels octroyés à Édouard III l’année suivante que leurs autres activités. L’essentiel des ressources des compagnies marchandes italiennes devait donc provenir de sources externes. La présente recherche met l’accent sur trois sources en particulier.

  • 16  TNA, C 47/13/1, n° 28. Dans une requête présentée par les Frescobaldi en 1307, il ne s’agissait pl (...)
  • 17  E. S. Hunt, « A new look… », op. cit., p. 155.
  • 18  Giovanni Villani, Nuova Cronica, livre XII, chapitre LV.
  • 19  E. B. Fryde, « The deposits of Hugh le Despenser the Younger with Italian bankers », Economic hist (...)

20Les dépôts constituèrent la première source de financement externe pour les compagnies marchandes. En 1302, les Frescobaldi prétendirent que leurs déposants, à Florence, avaient essayé de retirer 200 000 florins (30 000 £) de leurs comptes après avoir appris que la compagnie était engluée dans la gestion des finances d’Édouard Ier16. Hunt a soutenu qu’en 1335, les Peruzzi avaient été en grande partie financés par des dépôts et des avances à court terme effectués par des marchands florentins (à hauteur de 220 000 florins soit 33 000 £)17. Villani, quant à lui, a soutenu que les Bardi avaient fait défaut sur 550 000 florins (82 500 £) de dettes, à Florence et ailleurs18. Les filiales étrangères de ces compagnies acceptaient également les dépôts ou contractaient des dettes à court terme (comptes fournisseurs). En 1306, lorsque la filiale londonienne de la compagnie Pulci-Rimbertini mit la clé sous la porte, ses représentants quittèrent subrepticement l’Angleterre en devant de l’argent à de nombreux magnats et dignitaires de la couronne. Après la disgrâce du trésorier royal Walter de Langton en 1307, on découvrit que ce dernier avait déposé 1 333 £ auprès des Frescobaldi et 2 121 £ auprès des Bellardi de Lucques. Entre 1322 et 1326, le favori d’Édouard II, Hughes le Despenser le jeune, eut un compte actif auprès des Peruzzi19. Dans les années 1340, les Bardi et surtout les Peruzzi comptaient de nombreux créanciers anglais, qui furent probablement les véritables victimes de la faillite des deux compagnies.

  • 20  W. E. Lunt, Financial relations of the Papacy with England to 1327, Cambridge Mass., The Mediaeval (...)
  • 21  A. R. Bell et al., « Credit finance… », op. cit., p. 106-107.

21La collecte des revenus pontificaux en Angleterre, notamment les revenus des bénéfices anglais d’ecclésiastiques italiens résidant en Italie et surtout les impôts payés par l’Église d’Angleterre, constitua la deuxième source de financement. Au cours des années 1250, pour financer les « affaires siciliennes » d’Henri III, le pape préleva sur l’Église d’Angleterre un impôt qui permit de collecter environ 50 000 £. L’impôt le plus important fut probablement la décime sexennale levée en 1274 pour financer la croisade, d’un montant d’environ 130 000 £. Enfin, la décime triennale de 1291, également destinée à financer la croisade, permit de recueillir environ 60 000 £20. Ces impôts étaient généralement payés à des représentants des compagnies marchandes italiennes en Angleterre pour être reversés à Rome. Ces compagnies détenaient ainsi en Angleterre des sommes importantes, disponibles pour réaliser des placements commerciaux ou consentir des prêts. La décime de 1274 revêtit une importance particulière parce qu’Édouard Ier et le pape ne purent se mettre d’accord sur les modalités de la croisade et que les sommes correspondant à cet impôt restèrent en dépôt auprès des compagnies marchandes jusque dans les années 1290. Il n’est dès lors pas surprenant de constater que ces mêmes compagnies, qui étaient dépositaires en 1283 d’importantes recettes pontificales, aient également octroyé des prêts à la couronne d’Angleterre et joué un rôle majeur dans le commerce de la laine. Ainsi, par exemple, la décime pontificale déposée auprès des Ricciardi aurait probablement couvert la majeure partie du « découvert » d’Édouard Ier auprès de cette compagnie21.

  • 22  Ibid., p. 111-113.
  • 23  TNA, C 47/1/13 n° 28.

22Les « prêts interbancaires » constituèrent la troisième source de financement. Les Ricciardi semblent avoir agi comme intermédiaires en levant des fonds auprès d’un cartel d’autres compagnies marchandes, en gérant ces emprunts et en les remboursant au nom du roi. À titre d’exemple, ils recueillirent ainsi plus de 10 000 £ auprès de onze compagnies en 1277, et environ 19 000 £ auprès de douze compagnies en 1282-1283 (dont les Bardi et les Frescobaldi, dans les deux cas)22. De fait, ils surent faire appel aux ressources de toute la communauté italienne d’Angleterre pour accroître les fonds à leur disposition. En 1302, les Frescobaldi demandèrent au roi le paiement d’une indemnité au titre des frais encourus afin d’emprunter des sommes d’argent importantes, à Florence et sur les foires de Champagne, pour financer les avances qui lui étaient faites23. Il est probable que les Bardi et les Peruzzi aient réuni de la même manière sur les marchés financiers internationaux une partie des fonds avancés à Édouard III. Les banques modernes fonctionnent d’une manière similaire, les dépôts ne couvrant pas tous les prêts octroyés.

  • 24  E. S. Hunt, « A new look… », op. cit., p. 155.

23Ce modèle de financement eut pour conséquence que les compagnies marchandes italiennes furent des institutions financières très endettées. La reconstitution du bilan des Peruzzi pour l’année 1335 effectuée par Hunt montre que cette compagnie présentait un actif total de 500 000 florins pour seulement 21 000 florins de capitaux propres (actions), soit un ratio d’environ 1/24. Et même si le sopracorpo, c’est-à-dire les prêts des associés (actionnaires) à la compagnie, d’un montant de 14 000 florins, est intégré à leur apport en capital, le ratio capitaux propres/actif total reste de 1/1424. Un niveau d’endettement aussi élevé et une telle dépendance à l’égard des sources externes de financement (qu’il s’agisse de dépôts ou d’emprunts sur les marchés monétaires) rendirent les compagnies marchandes très vulnérables aux chocs, en particulier en l’absence de banque centrale agissant comme prêteur en dernier ressort.

VII. Fin de la relation

24La relation financière entretenue par les rois d’Angleterre et les communautés marchandes italiennes successives leur fut mutuellement profitable pendant la majeure partie de la période étudiée. Toutefois, le bon fonctionnement de cette relation a moins suscité l’intérêt que les ruptures, plus spectaculaires. La chute de la compagnie Ricciardi en 1294, l’expulsion des Frescobaldi hors d’Angleterre en 1311 et, surtout, la faillite des Bardi et des Peruzzi dans les années 1340 ont généralement été imputées aux défauts de paiement de la couronne d’Angleterre. Nous prétendons que les faillites de ces compagnies ne résultèrent pas directement de défaillances de la couronne d’Angleterre. En 1294, le compte d’Édouard Ier avec les Ricciardi était globalement créditeur si l’on inclut l’impôt pontifical détenu par ces derniers au nom du roi. La faillite de la compagnie fut plutôt due au « resserrement de crédit », conséquence de la guerre entre la France et l’Angleterre, qui l’empêcha d’accéder aux marchés interbancaires. Quant à l’expulsion des Frescobaldi, elle fut imposée à Édouard II par ses opposants politiques. En outre, il semble que les Frescobaldi aient réussi à se désengager d’Angleterre de manière tout à fait satisfaisante et que la crise politique à Florence, dans laquelle ils se trouvèrent du côté des perdants, leur ait été plus dommageable. Enfin, même si Édouard III devait sans aucun doute des sommes importantes aux Bardi et aux Peruzzi, ce qui contribua sans doute à leurs difficultés, il est peu probable qu’il ait été le principal responsable de leur faillite. Encore une fois, les bouleversements économiques et politiques qui agitèrent Florence pendant les années 1340 jouèrent probablement un rôle plus important.

Notes

1  Pour les principaux documents, voir A. R. Bell, C. Brooks, T. K. Moore (dir.), Accounts of the English Crown with Italian merchant societies, 1272-1345, Kiev, The List and Index Society, 2009. L’ensemble des documents est disponible à l’adresse : http://apps.icmacentre.ac.uk/medievalcredit/credit-finance-dataset.php. Nous soulignons que, bien que les écritures identiques figurant dans les diverses sources aient été recensées, l’analyse de ces documents reste subjective.

2  L’étude la plus détaillée demeure celle de R. W. Kaeuper, Bankers to the Crown. The Riccardi of Lucca and Edward I, Princeton, Princeton University Press, 1973. On se reportera toutefois aux révisions figurant dans A. R. Bell, C. Brooks et T. K. Moore, « Credit finance in the Middle Ages : Edward I and the Ricciardi of Lucca », dans Thirteenth century England XIII : England & France, c. 1180-c. 1330, Woodbridge, The Boydell Press, 2011, p. 101-116.

3  Concernant les Frescobaldi, voir R. W. Kaeuper, « The Frescobaldi of Florence and the English Crown », Studies in medieval and Renaissance history, 10, 1973, p. 41-95.

4  Concernant Pessagno, voir N. M. Fryde, « Antonio Pessagno of Genoa, king’s merchant of Edward II of England », dans L. De Rosa (dir.), Studi in memoria di Federigo Melis, Naples, Giannini, 1978, 5 vol., II, p. 159-178.

5  Cette période a été relativement peu étudiée. Voir cependant E. B. Fryde, « Loans to the English Crown 1328-1331 », English historical review, 70, 1955, p. 198-211.

6  Concernant les Bardi et les Peruzzi, voir A. Sapori, La crisi delle compagnie mercantili dei Bardi e dei Peruzzi, Florence, L.S. Olschki, 1926 ; E. B. Fryde, « Financial resources of Edward III in the Netherlands 1337-1340 », Revue belge de philologie et d’histoire, 40, 1967 ; E. S. Hunt, « A new look at the dealings of the Bardi and Peruzzi with Edward III », Journal of economic history, 50, 1990, p. 149-162 ; E. S. Hunt, The medieval super-companies. A study of the Peruzzi company of Florence, Cambridge, Cambridge University Press, 1994.

7  Cronica di Giovanni Villani, livre XII, chapitre LV, traduit en anglais dans W. J. Ashley (dir.), Edward III and His wars 1327-1360, Londres, D. Nutt, 1887, p. 95-96.

8  Calendar of Patent rolls 1338-1340, Londres, H.M.S.O., 1898, p. 255.

9  A. Beardwood, Alien merchants in England 1350-1377, Cambridge Mass., The Mediaeval Academy of America, 1931, p. 4-9 et annexe A, p. 122-133.

10  Calendar of patent Rolls 1345-1348, Londres, 1902, p. 87. Ces mesures de protection furent reconduites chaque année jusqu’en 1374.

11  A. R. Bell, C. Brooks et T. K. Moore, « Interest in medieval accounts : evidence from England 1272-1340 », History, 94, 2009, p. 411-433. Le calculateur de taux d’intérêt est disponible à l’adresse suivante :

12  Voir l’ouvrage de D. Stasavage, States of credit : size, power and the development of European polities, Princeton, Princeton University Press, 2011.

13  Les dons promis aux Bardi depuis 1309 étaient calculés dans un mémoire établi par les clercs royaux et décrits comme des « dons au nom de l’usure » (The National Archives [TNA], C 47/13/6, n° 13).

14  A. R. Bell, C. Brooks et P. Dryburgh, The English wool market c. 1230-1307, Cambridge, Cambridge University Press, 2007.

15  E. S. Hunt, The medieval super-companies…, p. 181 et p. 259.

16  TNA, C 47/13/1, n° 28. Dans une requête présentée par les Frescobaldi en 1307, il ne s’agissait plus de 30 000 £ mais de 50 000 £, soit environ 333 333 florins (TNA, SC 8/47/2343).

17  E. S. Hunt, « A new look… », op. cit., p. 155.

18  Giovanni Villani, Nuova Cronica, livre XII, chapitre LV.

19  E. B. Fryde, « The deposits of Hugh le Despenser the Younger with Italian bankers », Economic history review, nouv. séries 3, 1951, p. 344-362.

20  W. E. Lunt, Financial relations of the Papacy with England to 1327, Cambridge Mass., The Mediaeval Academy of America, 1939.

21  A. R. Bell et al., « Credit finance… », op. cit., p. 106-107.

22  Ibid., p. 111-113.

23  TNA, C 47/1/13 n° 28.

24  E. S. Hunt, « A new look… », op. cit., p. 155.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Sommes figurant au débit des comptes des rois d’Angleterre 1272-1345
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3952/img-1.png
Fichier image/png, 21k

Auteurs

Titulaire de la chaire d’histoire de la finance et directeur d’école doctorale à l’ICMA Centre de la Henley Business School de l’Université de Reading, Adrian R. Bell étudie l’histoire de la finance médiévale, la vie des soldats au Moyen Âge et l’économie du football professionnel. Il a co-dirigé plusieurs projets de recherche nécessitant la construction et l’analyse de vastes bases de données. Dans le cadre d’un projet financé par le Leverhulme Trust, ses recherches portent actuellement, sur les taux de change au Moyen Âge. Il a notamment publié : (avec C. Brooks et T. Moore), « The credit relationship between Henry III and merchants of Douai and Ypres, 1247-1270 », Economic History Review, 67 (1), 2014, p. 123-145, en ligne sur : http://centaur.reading.ac.uk/30670 ; (avec C. Sutcliffe), « Valuing medieval annuities : were corrodies underpriced ? », Explorations in Economic History, 47 (2), 2010, p. 142-157, en ligne sur : http://centaur.reading.ac.uk/18664 ; (avec C. Brooks et T. Moore), Accounts of the English Crown with Italian merchant societies, 1272-1345, List and Index Society, 2009 ; (avec C. Brooks et P. Dryburgh), The English wool market c. 1230-1307, Cambridge University Press, 2007.

Professseur de finance et directeur de recherché au ICMA Centre de la Henley Business School de l’Université de Reading, Chris Brooks est titulaire d’un PhD et d’un BA d’économie et d’économétrie de l’Université de Reading. Son champ de recherche inclut la valeur des actifs, le management de fonds, la finance comportementale, l’histoire financière et l’analyse économétrique et modélisée de la finance et de l’immobilier. Il est l’auteur de la première introduction du manuel d’économétrie Introductory Econometrics for Finance (Cambridge University Press, 2014), actuellement dans sa troisième édition et vendu à plus de 50 000 exemplaires. Il a récemment publié : (avec A. Bell et T. Moore), « The credit relationship between Henry III and merchants of Douai and Ypres, 1247-1270 », Economic History Review, 67 (1), 2014, p. 123-145 ; (avec I. Oikonomou et S. Pavelin), « The effects of corporate social performance on the cost of corporate debt and credit ratings », Financial Review, 49 (1), 2014, p. 49-75 ; (avec A. Bell et T. Moore), « Medieval foreign exchange : a time series analysis », dans M. Casson, N. Hashimzade (dir.), Large Databases in Economic History : Research Methods and Case Studies. Routledge Explorations in Economic History, Abingdon, Routledge, 2013, p. 97-123, en ligne sur : http://centaur.reading.ac.uk/35341 ; (avec A. Bell et T. Moore), « Credit finance in thirteenth-century England : the Ricciardi of Lucca and Edward I 1272-1294 », dans J. Burton, F. Lachaud, P. Schofield, K. Stöber, B. Weiler (dir.), Thirteenth-century England xiii (proceedings of the Paris conference, 2009), The Boydell Press, 2011, p. 101-116.

Tony K. Moore est professeur associé au ICMA Centre de la Henley Business School de l’Université de Reading. Ses recherches portent sur les relations entre le centre et les périphéries dans l’Angleterre médiévale et l’histoire de la finance. Il a collaboré à des études sur la dette souveraine anglaise et sur les conséquences de la perte de la Normandie en 1204. Il est actuellement chercheur associé au projet de recherches du Leverhulme Trust sur les taux de change au Moyen Âge. Il a récemment publié : (avec A. Bell et C. Brooks), « The credit relationship between Henry III and the merchants of Douai and Ypres, 1247-1270 », Economic History Review, 67, 2014, p. 123-145 ; « Score it upon my taille”. The use (and abuse) of tallies by the medieval exchequer », Reading Medieval Studies, 39, 2013, p. 1-24.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search