Version classiqueVersion mobile

Ressources publiques et construction étatique en Europe. XIIIe-XVIIIe siècle

 | 
Katia Béguin

Impôt ou emprunt, impôt et emprunt ?

La paga floreni. Utilisations politiques d’un impôt sur les dividendes à Gênes (fin du xve siècle)

Carlo Taviani

Texte intégral

  • 1  Anthony Molho, Florentine public finances in the Early Renaissance 1400-1433, Cambridge Mass., Har (...)

1L’une des principales différences entre la dette publique de Gênes et celle d’autres cités-États pendant la Renaissance réside dans l’organisation des créanciers. Même si, ailleurs, les créanciers de l’État devinrent influents, ils ne s’organisèrent pas en associations autonomes. On a émis l’hypothèse qu’à Florence, les grands détenteurs de dette flottante avaient acquis un pouvoir tel qu’ils pouvaient influer sur les politiques. Toutefois ils ne s’organisèrent pas en corporation1. À Gênes, en revanche, les créanciers créèrent une corporation, la Casa di San Giorgio, qui non seulement acquit progressivement une forte autonomie par rapport à la commune mais développa aussi un pouvoir politique et même territorial. Fondée en 1407, la Casa di San Giorgio acquit de la commune certains territoires entre 1446 et 1562 : Pietrasanta et Sarzana situées dans le nord de la Toscane d’aujourd’hui, Famagouste à Chypre, Caffa au bord de la mer Noire, la Corse, Levanto, Vintimille, Lerici et Pieve di Teco en Ligurie. Bien que l’on puisse mesurer l’influence politique de diverses manières, l’acquisition de ces territoires constitue un moment particulièrement important dans l’histoire politique de la Casa di San Giorgio qui, non seulement disposa de la propriété de ces territoires, mais également les gouverna en y exerçant un pouvoir et une domination les plus forts possibles pour l’époque : par l’application du ius gladi et de la plena iuridictio, termes ratifiés par la commune dans les contrats de cession.

  • 2  Je cite ici le long passage de l’Histoire de Florence sur San Giorgio :
    « Il en est résulté que les (...)

2L’un des premiers textes ayant analysés et rendu célèbre ce processus politique est l’Histoire de Florence de Machiavel. Dans le chapitre 29 du livre VIII, Machiavel identifie deux pouvoirs, la commune et la Casa di San Giorgio, qui coexistent dans la même « enceinte »2.

  • 3  Rodolfo Savelli, « Tra Machiavelli e San Giorgio. Cultura giuspolitica e dibattito istituzionale a (...)
  • 4  Carlo Bitossi, « Il governo della Repubblica e della Casa di San Giorgio : i ceti dirigenti dopo l (...)

3Avec la diffusion de l’Histoire de Florence, la vision machiavélienne de la Casa di San Giorgio a surtout été discutée à Gênes, où l’image d’un pouvoir divisé pouvait constituer un problème. Les spécialistes en ont récemment mis en lumière l’importance, non seulement en mesurant le poids que celle-ci a eu dans le contexte génois3, mais également en éprouvant du point de vue historique le bien-fondé du jugement de Machiavel4. Carlo Bitossi a ainsi soutenu que la vision de Machiavel d’un double pouvoir politique ne correspondait pas à la réalité, car à Gênes les mêmes familles occupaient des charges administratives à la Casa di San Giorgio et à la commune. Son analyse porte toutefois sur la fin du xvie siècle et sur le début du xviie siècle. Or l’Histoire de Florence a été écrite au début du xvie siècle et la vision de Machiavel faisait référence à la réalité historique de son époque et à celle des décennies précédentes. Il s’agit d’une période très peu étudiée de l’histoire de San Giorgio. Ma recherche vise à éclairer certains aspects qui peuvent mettre en évidence les relations entre San Giorgio et la commune pendant cette période. Bien des thèmes pourraient être abordés sous cet angle, mais ma recherche s’arrête particulièrement sur l’acquisition des territoires (1446-1518), sur la rédaction de notes politiques et financières secrètes et sur les questions relatives à la possession de titres de créances et aux gains réalisés grâce à ces derniers. Dans cet article, le deuxième point sera examiné de façon partielle et le troisième de manière plus exhaustive. Il sera fait référence à l’une des notes secrètes rédigées par les experts financiers génois entre la moitié et la fin du xve siècle et le sujet portera sur la taxation des titres de créances.

4Depuis sa fondation, la Casa di San Giorgio vendait des titres de créances (luoghi) avec une valeur nominale de 100 lires. Chaque luogo rapportait des intérêts (paghe) à son détenteur. Les luoghi aussi bien que les paghe étaient négociables. Les intérêts sur les luoghi étaient payés grâce aux recettes des gabelles cédées par la commune à la Casa di San Giorgio. Celle-ci confiait le recouvrement des gabelles à des collecteurs privés qui versaient une recette calculée sur la base des sommes qu’ils espéraient recouvrir par la suite.

5La paga floreni représentait l’impôt perçu par la commune sur les paghe dans la proportion de 1 florin (25 sous) par luogo. Cet impôt était versé par la Casa di San Giorgio à l’Officio di Moneta (Office de la Monnaie) de la commune5. La Casa di San Giorgio collectait la paga floreni, en appliquant un prélèvement sur les paghe qu’elle devait verser aux détenteurs des luoghi (luogatari)6. Les détenteurs de luoghi ne recevaient que trois paghe sur quatre au cours d’une année, la quatrième étant retenue. Ils pouvaient toutefois déduire un certain pourcentage de la paga floreni de l’impôt principal, l’avaria. Certains détenteurs de luoghi étaient totalement exonérés du paiement de l’impôt : les institutions religieuses et les étrangers à la ville (en particulier les habitants d’Asti)7. Il existe une documentation du milieu du xve siècle qui met en lumière des opérations complexes concernant cet impôt. Jacques Heers et Giuseppe Felloni ont mis en évidence le fait que, très souvent, la Casa di San Giorgio s’appropriait la paga floreni, bien qu’elle fût due à la commune8, car celle-ci, à court d’argent, demandait des avances sur la paga floreni des mois suivants, voire des années suivantes.

6Cet essai vise à identifier certaines périodes au cours desquelles la Casa di San Giorgio s’est approprié la paga floreni. On disait alors « prendre la paga ». Celle-ci n’était pas toujours le simple gage d’un prêt accordé à la commune et, même lorsque c’était le cas, des questions non seulement financières mais également politiques entraient en jeu. L’objectif est de montrer, en analysant certains cas, comment la Casa di San Giorgio s’est superposée à la commune dans les fonctions politiques. L’analyse de l’utilisation de la paga floreni devient un moyen d’étudier les relations entre la Casa di San Giorgio et la commune. Comme nous allons essayer de le démontrer, dans les cas les plus importants, la Casa di San Giorgio a exercé une fonction non seulement politique au sens général du terme mais aussi territoriale.

I. L’acquisition de la paga floreni par la Casa di San Giorgio

  • 9  Archives d’État de Gênes, Archives secrètes 538, c. 89v.
  • 10  Tous les autres contrats se trouvent dans la série des Manuscrits en parchemin des Archives d’État (...)
  • 11  Voir les Archives historiques de la commune de Pietrasanta, Consigli e partiti, anno 447, 38, c. 1 (...)

7Le 7 août 1446, en garantie d’un prêt accordé à la commune, la Casa di San Giorgio obtenait la paga floreni de 1447 et de 1448 et la petite ville de Pietrasanta. En plus de la paga floreni, la Casa di San Giorgio recevait ainsi un territoire, le premier parmi beaucoup d’autres gagnés par la suite. Les contrats de cession des autres territoires ont été conservés. Ils font état, non seulement du passage de propriété, mais aussi de la cession de la plena iurisdictio, à savoir le pouvoir d’administrer la terre et de gouverner ses habitants. Concernant la cession de Pietrasanta, aucun contrat n’a été conservé et seule une mention figure dans les actes de chancellerie de la commune9. L’état de la documentation existante laisse à penser qu’aucun contrat n’a été rédigé10. Nous savons cependant que la Casa di San Giorgio a acquis le droit de gouverner ce territoire car les actes de chancellerie de Pietrasanta des semaines suivantes font référence au changement d’administration11. À Pietrasanta arrivèrent des représentants de San Giorgio et le gouvernement changea. La cession de Pietrasanta est importante dans l’histoire politique et territoriale de San Giorgio car il s’agit du premier territoire à être cédé à la Casa.

  • 12  Le contrat de cession se trouve dans les Archives d’État de Gênes, Manuscrits en parchemin XXIV, c (...)
  • 13  Archives d’État de Gênes, Sala 34, 607/2319. Le volume I des registres Litterarum de San Giorgio c (...)

8Quelques années plus tard, l’appropriation de la paga floreni par San Giorgio concerna à nouveau la iurisdictio territoriale. Avec la chute de Constantinople en 1453, l’administration génoise des colonies de la Méditerranée devint très complexe. Fin 1453, pour faire face aux dépenses, la ville de Caffa, au bord de la mer Noire, fut cédée par la commune à San Giorgio qui l’acquit encore une fois avec merum et mixtum imperium et gladii potestas12. Fin 1455, un groupe de Génois fut envoyé à Rome pour s’entretenir de la défense de la Méditerranée avec le pape Calixte III. Parmi eux se trouvaient le maître de théologie Deodato Bochono, évêque en Corse, Battista de Goano, Dorino Grimaldi et le cardinal Fieschi13. Battista de Goano joua un rôle déterminant dans l’histoire de San Giorgio. Non seulement il fut présent aux assemblées où furent décidées certaines des acquisitions territoriales les plus importantes, mais il participa aussi aux délibérations et en influença le résultat.

  • 14  Jacques Heers, « La vente des indulgences pour la croisade à Gênes et en Lunigiana en 1456 », Misc (...)
  • 15  Jacques Heers, Gênes au xve siècle, op. cit., p. 165.

9Le pape autorisa la vente des indulgences et, au cours de l’année suivante, de nombreux franciscains furent envoyés en Ligurie pour y procéder. Jacques Heers a analysé cet aspect tandis que Julius Kirshner s’est intéressé au débat théologique sur l’opération financière de 1456, qui aura lieu de nombreuses années après14. Tous les aspects de l’implication de la Casa di San Giorgio dans l’opération de 1456 n’ont pas été étudiés de manière approfondie. Le 12 mai 1456, Calixte III autorisait les protecteurs de San Giorgio (administrateurs de San Giorgio) à prendre possession de la paga floreni des trois années suivantes. Jacques Heers a soutenu que, comme dans la plupart des autres cas, la Casa di San Giorgio avait pris possession de la paga floreni parce qu’elle avait avancé des sommes d’argent à la commune15. Toutefois, puisqu’il ne reste aucune trace de ces prêts, il serait possible d’expliquer le prélèvement de la paga floreni différemment, en précisant le contexte de la bulle papale.

  • 16  Julius Kirshner, pour reconstituer le cas de 1456, s’est fondé sur l’ouvrage de Jacques Heers, Gên (...)
  • 17  Comme l’a noté Julius Kirshner, même si la bulle contenait une référence aux nonnulli qui craignai (...)
  • 18  La bulle papale indiquait que la pétition adressée au pape par les Génois mentionnait que si la pa (...)

10À ce moment-là, il n’y avait pas de paghe disponibles pour les années qui suivaient immédiatement et la Casa di San Giorgio fut obligée de recourir à la paga floreni des paghe de 1464, 1465 et 1466. Il s’agit de l’un des cas où les paghe furent vendues bien avant leur « maturité », c’est-à-dire avant qu’elles ne puissent être perçues. C’est ce long délai qui poussait les acquéreurs qui prenaient un risque à demander un rabais sur le prix des paghe16. Une telle transaction pouvait représenter un péché d’usure et, au cours des décennies suivantes, comme cela a été mis en évidence par l’étude de Julius Kirshner, les théologiens entamèrent de nombreuses discussions à ce sujet. Même si la bulle de Calixte III faisait référence aux scrupules des acquéreurs de paghe, nous ne savons pas si le phénomène de l’escompte des paghe était répandu auparavant, ni s’il suscitait véritablement des craintes, en l’occurrence chez les investisseurs génois17. La bulle papale permettait de vendre les paghe à un prix inférieur. Elle confirmait en outre l’implication de San Giorgio dans l’affaire. Il y était dit que la Casa di San Giorgio pouvait obtenir le consentement du pontife pour participer à l’opération complexe, non seulement parce qu’elle avait défendu les territoires de la chrétienté, mais aussi parce que le gouvernement des territoires en question lui revenait : « le gouvernement et la défense de cette cité [Caffa] appartiennent à votre Office [Casa di San Giorgio] »18. Le gouvernement territorial, la iurisdictio, jouait un rôle déterminant dans la concession papale.

11L’opération financière fut même validée par la suite, en 1479, quand la bulle de Calixte III fut confirmée par Sixte IV. À cette époque, le rapport de force avec les Turcs avait changé et les colonies génoises de la Méditerranée orientale étaient désormais perdues.

12Outre le cas de Caffa, la Casa di San Giorgio prit possession de la paga floreni en de nombreuses occasions, la plupart du temps en réponse à un besoin financier de la commune. Dans presque tous les cas, il en résulta que la Casa di San Giorgio exerça à la place de la commune des fonctions qui n’étaient pas purement financières. Enfin, la paga floreni fut utilisée en 1490 pour abolir la taxation directe à Gênes, nommée avaria. Jusque-là, toutes les dépenses ordinaires de la commune avaient été couvertes par la taxation directe. À partir de ce moment, 66 % des dépenses furent assumés par la Casa di San Giorgio, alors que le restant demeurait en grande partie couvert par la taxation directe des côtes (avaria delle Riviere). San Giorgio put assurer cette nouvelle charge en augmentant toutes les taxes indirectes (gabelle) de 5 % et en acquérant la paga floreni.

II. Une souveraineté divisée

13Le 8 août 1474, une assemblée des Protecteurs de San Giorgio et de 256 coparticipants se réunissait pour délibérer des dépenses. Les corsaires infestaient les côtes et il fallait armer des navires de défense. Ce n’était pas seulement Gênes qui était en danger, mais toutes les côtes (Riviere).

  • 19  Archives d’État de Gênes, Banco di San Giorgio, Manuscrits, 38, cc. CIv-CIIr.

14Aux huit protecteurs de San Giorgio avait été accordé le pouvoir (ampia balia) de trouver l’argent pour armer une flotte de galères et le doge lui-même avait décidé que le « demi florin » (la moitié de la paga floreni) de 1486 et celui de 1487 qui « devaient être versés à l’Office de la Monnaie et ne l’avaient pas été » serviraient à financer l’armement de la flotte. La Casa di San Giorgio armerait la flotte19. Une fois de plus, ce n’était pas la commune qui exerçait ses fonctions mais San Giorgio, et la paga floreni n’était pas cédée comme gage d’un prêt accordé par San Giorgio à la commune mais pour permettre à San Giorgio de faire face à une dépense qui concernait la défense navale de Gênes, devoir habituellement rempli par la commune.

  • 20  Archives d’État de Gênes, Archives secrètes 539, 10 juin 1448, cc. 93v-94r.

15Le 31 août 1475, les huit protecteurs ainsi que les délégués de l’Office de Chio (une magistrature spéciale élue pour traiter les affaires de Chio) se présentaient devant une assemblée plénière de la Casa di San Giorgio composée de 332 investisseurs. Il fut dit que l’assemblée de la commune, tenue quelques jours auparavant et composée de 450 citoyens, avait décidé d’essayer de sauver Chio20 par tous les moyens possibles. Et il fut décidé que les paghe floreni des années 1479, 1480 et 1481 seraient prises.

  • 21  « Lo dicto officio non solamente non a voluto acceptare, ma etiam dio non a volsudo meterlo denanc (...)

16L’avance de la paga floreni à la commune fut toujours soumise à l’assemblée de la Casa di San Giorgio. Nous ignorons s’il y eut toujours la participation de la majeure partie des investisseurs. Mais en tout cas le résultat de la négociation n’était jamais connu d’avance. Le 10 juin 1448, par exemple, en raison de la guerre contre le marquis de Finale, la commune avait demandé à la Casa di San Giorgio d’avancer la paga floreni de 1450. Bien que les conditions du prêt fussent avantageuses, « l’Office [Casa di San Giorgio] non seulement ne voulut pas l’octroyer, mais ne voulut même pas le proposer à son conseil »21.

17La documentation relative à la paga floreni permet de déterminer quand la Casa di San Giorgio a justifié sa demande d’appropriation par l’exercice de fonctions importantes. Dans les nombreux documents contenant les délibérations est exprimée la position des protecteurs de San Giorgio qui défendent l’impérieuse nécessité de trouver de l’argent pour financer, entre autres, les guerres, la gestion des territoires, les besoins navals, dans l’intérêt de la communauté. La plupart des documents reflètent la position de la Casa di San Giorgio. Au cours de la même période, cependant, dans l’enceinte de l’Office de la Monnaie de la commune se développait une réflexion critique sur une telle pratique et, probablement, sur la Casa di San Giorgio elle-même. Peu de pièces permettent de documenter de telles positions. Toutefois, nous avons pu mettre au jour des documents qui permettent d’éclairer certains cas. En 1464, la commune de Gênes tomba sous la domination des Sforza, seigneurs de Milan. Comme cela s’était déjà produit par le passé au cours d’autres dominations milanaises sur Gênes, la Casa di San Giorgio devenait une institution importante pour les Milanais. Vers la fin des années 1460, un représentant de l’Office de la Monnaie écrivit une note secrète pour le duc de Milan. En dehors de leur rôle officiel, des notaires et des scriba de cet office, experts en matière de finances de la commune et de San Giorgio comme Giovanni Capello, pouvaient devenir d’habiles conseillers.

  • 22  La phrase est en langue vulgaire mêlée de latin, comme le reste de la note : « Perché governi in G (...)

18Capello écrivait que Gênes pouvait être gouvernée à la seule condition d’exclure les factions des Adorno et des Fregoso, et il donnait de nombreux conseils sur la manière de contrôler l’organisation complexe des côtes génoises. Demeurait cependant un troisième pouvoir : la Casa di San Giorgio. Les factions étaient décrites comme un élément normal de la vie politique pouvant être écarté. En contrôlant les ports de la Ligurie, la Casa di San Giorgio, était décrite comme une institution qui interférait d’une autre manière avec la commune : « Si, à Gênes, les gouvernements sont faibles, c’est qu’il y a deux royaumes, la Casa di San Giorgio et la commune, et vous ne pouvez gouverner deux royaumes en même temps22. »

  • 23  « Lo fiorino de’ loci già non è de Santo Georgio, scilicet è de’ locatarii, ma perché da molti ani (...)

19Le conseiller du duc de Milan proposait de réformer la Casa di San Giorgio et, entre autres conseils, lui suggérait de prélever pour lui-même la paga floreni et de l’utiliser pour diminuer les impôts afin de gagner l’approbation du peuple. La paga floreni appartenait à la commune de Gênes et non à la Casa di San Giorgio et le duc de Milan, en tant que seigneur de la commune de Gênes, avait le droit de l’utiliser. Capello soutenait que la Casa di San Giorgio s’était emparée de la paga floreni : « Le fiorino des luoghi n’appartient pas à la Casa di San Giorgio, c’est-à-dire aux détenteurs des luoghi, mais, puisque l’on en décide depuis de nombreuses années pour le Palais [la commune], il est possible de dire qu’il appartient à ceux qui gouvernent23. »

20Au sein de l’Office de la Monnaie se développait une critique radicale non seulement de l’usage de cette taxe mais également des fonctions mêmes de la Casa di San Giorgio : à la fin du xve siècle, la Casa di San Giorgio avait exercé certaines prérogatives de la commune et elle le faisait désormais pour servir ses propres intérêts. La paga floreni devenait l’un des symboles du pouvoir de la Casa di San Giorgio. Comme cela a été dit en introduction, Machiavel décrivait quelques décennies plus tard le fonctionnement de la Casa di San Giorgio dans son Histoire de Florence. Ce passage a toujours été interprété comme un éloge et il est difficile de penser à une ironie cachée. Toutefois, entre les lignes, on pouvait lire qu’un double pouvoir s’était formé « dans la même enceinte » et que cette division de la iurisdictio jetterait une ombre sur le jugement que la postérité porterait sur Gênes. Au cours des siècles suivants, avec l’apparition d’un nouveau vocabulaire du pouvoir politique, Gênes allait devenir l’exemple par excellence de la « division dangereuse de la souveraineté de l’État ».

Notes

1  Anthony Molho, Florentine public finances in the Early Renaissance 1400-1433, Cambridge Mass., Harvard University Press, 1971 et id., « Le città-stato e i loro debiti pubblici. Quesiti e ipotesi sulla storia di Firenze, Genova e Venezia 1350-1450 », dans Tra crisi, trasformazione, sviluppo (XIIIe congrès d’études : Pistoia, 10-13 mai 1991), Pistoia, Centre italien d’études d’histoire et d’art, 1993, p. 185-215. La présence de certains grands détenteurs de dette flottante a été étudiée par Jérémie Barthas, L’argent n’est pas le nerf de la guerre : Essai sur une prétendue erreur de Machiavel, Rome, École française de Rome, 2011. Voir en particulier l’annexe avec la liste des grands investisseurs.

2  Je cite ici le long passage de l’Histoire de Florence sur San Giorgio :
« Il en est résulté que les citoyens, regardant comme tyrannique le gouvernement de l’État [la commune], lui ont retiré toute leur affection pour la reporter sur la compagnie de San Giorgio, qui s’est toujours administrée d’une manière sage et pleine de gaité. C’est là ce qui donne naissance à toutes ces révolutions si faciles et si promptes, qui soumettent le Génois tantôt à un de leurs concitoyens, tantôt à un étranger ; car ce n’est pas San Giorgio, mais le gouvernement [la commune] qui change : aussi, chaque fois que les Fregosi et les Adorni se sont disputés la suprême autorité, comme on ne combattait que le gouvernement, la majeure partie des citoyens s’est tenue à l’écart, et l’a laissé devenir la proie du vainqueur. [...] chose vraiment unique, et qu’aucun philosophe, dans ses plus belles théories de gouvernement, n’a jamais su trouver, la liberté et la tyrannie, le respect des lois et la corruption des esprits, la justice et la licence ! C’est cette institution qui seule conserve cette cité pleine de coutumes antiques et vénérables ; et s’il arrivait, ce qu’on ne peut manquer de voir avec le temps, que San Giorgio s’emparât de toute la cité, on verrait une république plus digne encore de mémoire que celle de Venise. » (Nicolas Machiavel, Histoire de Florence, traduction de Jean-Vincent Périès, Paris, Charpentier, Libraire-éditeur, 1842, p. 438-439). J’ai substitué les mots « État » et « gouvernement » par l’expression « commune ».

3  Rodolfo Savelli, « Tra Machiavelli e San Giorgio. Cultura giuspolitica e dibattito istituzionale a Genova nel Cinque-Seicento », dans Aldo De Maddalena et H. Kellenbenz (dir.), Finanze e ragion di stato in Italia e in Germania nella prima età moderna, Bologne, Il Mulino, 1984, p. 249-321.

4  Carlo Bitossi, « Il governo della Repubblica e della Casa di San Giorgio : i ceti dirigenti dopo la riforma costituzionale del 1576 », dans Giuseppe Felloni (éd.), La Casa di San Giorgio : il potere del credito, actes du congrès des 11 et 12 novembre 2004, Gênes, Società Ligure di Storia Patria, 2006, p. 91-107.

5  Selon Giuseppe Felloni, l’impôt fut prélevé la première fois en 1419, puis entre 1420 et 1421, peut-être entre 1422 et 1437 et entre 1438 et 1517. Voir l’URL : http://www.lacasadisangiorgio.it/main.php?do=node&tag=5_113_869. Dans l’inventaire sont indiqués les volumes correspondant à la paga floreni. Selon Sieveking, au contraire, les détenteurs des luoghi n’étaient redevables de l’impôt que dans des cas extraordinaires. Heinrich Sieveking, Studio sulle finanze genovesi nel Medioevo e in particolare sulla Casa di San Giorgio, actes de la Società ligure di storia patria, 35/1-2 (1905-1906), p. 98.

6  Giuseppe Felloni : http://www.lacasadisangiorgio.it/main.php?do=node&tag=5_113_869

7  Jacques Heers, Gênes au xve siècle, Paris, SEVPEN, 1961, p. 103 et note n° 3. Selon Heers, l’exonération est attestée depuis 1449. Un sondage effectué par Heers indique que l’exonération des institutions religieuses représentait environ 2 à 2,5 % de la valeur totale de l’impôt en 1456 et en 1463 (Jacques Heers, Gênes au xve siècle, op. cit., p. 163).

8  Jacques Heers, Gênes au xve siècle, op. cit., p. 163, et Giuseppe Felloni : http://www.lacasadisangiorgio.it/main.php?do=node&tag=5_113_869

9  Archives d’État de Gênes, Archives secrètes 538, c. 89v.

10  Tous les autres contrats se trouvent dans la série des Manuscrits en parchemin des Archives d’État de Gênes.

11  Voir les Archives historiques de la commune de Pietrasanta, Consigli e partiti, anno 447, 38, c. 1 e seguenti.

12  Le contrat de cession se trouve dans les Archives d’État de Gênes, Manuscrits en parchemin XXIV, c. XVIIIr.

13  Archives d’État de Gênes, Sala 34, 607/2319. Le volume I des registres Litterarum de San Giorgio contient de très nombreuses lettres des Génois de Rome. La question de l’escompte des paghe n’apparaît pas toutefois. On a cependant lieu de penser que Battista de Goano, le cardinal Fieschi, Dorino Grimaldi et Deodato Bochono étaient au courant de la demande de San Giorgio.

14  Jacques Heers, « La vente des indulgences pour la croisade à Gênes et en Lunigiana en 1456 », Miscellanea di storia ligure, Istituto di storia medievale e moderna dell’Università degli studi di Genova, III (1963), p. 73-74. Julius Kirshner, « The moral problem of discounting genoese paghe, 1450-1550 », Archivum. Fratrum Praedicatorum, 47 (1977), p. 109-167. Le débat des théologiens, commencé à la fin du xve siècle, n’aborda jamais, autant que j’ai pu observer, le thème du pouvoir territorial de San Giorgio. A été traité, par exemple dans les écrits du théologien Silvestro Mazzolini, le sujet classique de la civitas superiorem non recognoscens (voir J. Kirshner, « The moral problem… », op. cit., p. 144, note 99). Les textes des théologiens ne disent pas qui, de San Giorgio ou de la commune, représente la civitas à Gênes. Très ancienne, mais richement documentée, est l’œuvre d’Amedeo Vigna, « Codice diplomatico delle colonie Tauro-Liguri durante la signoria dell’Ufficio di S. Giorgio (1453-1475) », Atti della Società ligure di storia patria, VI (1868). Sur le même thème, voir également les références contenues dans l’ouvrage de Carlo Cuneo, Memorie sull’antico debito pubblico : mutui, compere e banca di S. Giorgio in Genova, Gênes, Stamperia dei Sordimuti, 1842, p. 119-120.

15  Jacques Heers, Gênes au xve siècle, op. cit., p. 165.

16  Julius Kirshner, pour reconstituer le cas de 1456, s’est fondé sur l’ouvrage de Jacques Heers, Gênes au xve siècle, op. cit. Bien que détaillées, les informations de J. Heers sur la paga floreni sont dispersées (p. 99-100, 103-104 et 162 à 165 s’agissant de Caffa). Peut-être est-ce l’absence de traitement systématique qui a poussé Kirshner à considérer que la paga floreni était « négociable » (Julius Kirshner, « The moral problem… », op. cit., p. 112). Il me semble, au contraire, qu’il n’existait à Gênes qu’un marché des luoghi et des paghe, et non de la paga floreni qui était simplement un impôt.

17  Comme l’a noté Julius Kirshner, même si la bulle contenait une référence aux nonnulli qui craignaient de commettre le délit d’usure, en dehors de cette référence à Gênes aucun document particulier n’a été trouvé. Julius Kirshner, « The moral problem… », op. cit., p. 112-113.

18  La bulle papale indiquait que la pétition adressée au pape par les Génois mentionnait que si la paga floreni des années 1464, 1465 et 1466 ne pouvait être prélevée par la Casa di San Giorgio, celle-ci ne serait pas en mesure de distribuer les dividendes habituels aux actionnaires, sachant que le chef des Turcs voulait occuper et détruire Caffa et que la défense et le gouvernement de cette même cité lui revenaient. Le texte latin est le suivant : « Petitio continebat quod, alias cum fama vulgaris deferret Turchorum ducem civitatem Caphe obsidere et diripere velle… cum ad vestrum officium ipsius civitatis regimen et defensio dignoscatur pertinere… propter que… particibus et locatariis solitam annuam summam … solvere et respondere minime poutissetis, nisi paga floreni unius proventumum comperarum unius proventuum comperarum huiusmodi per dilectos filios Commune Ianuense pro singulo loco capi solita annorum trium futurum, videlicet millesimo quadringentesimo sexagesimo quarto, millesimo quadringentesimo sexagesimo quinto, millesimo quadringentesimo sexagesimo sexto, vobis in subsidium assignata fuisset. » Après la référence à la paga floreni de 1464, 1465 et 1466, suit l’information selon laquelle les paghe des années en question ne pourraient pas être vendues sans un escompte : « eadem petitio subiungebat vos adhuc participibus, locatariis et creditoribus dictarum comperarum proventus trium annorum vobis per ipsum Commune assignatos huiusmodi plus offerentibus vendatis vel permuteatis […] pro minori summa. » Voir Julius Kirshner, « The moral problem… », op. cit., p. 159-160.

19  Archives d’État de Gênes, Banco di San Giorgio, Manuscrits, 38, cc. CIv-CIIr.

20  Archives d’État de Gênes, Archives secrètes 539, 10 juin 1448, cc. 93v-94r.

21  « Lo dicto officio non solamente non a voluto acceptare, ma etiam dio non a volsudo meterlo denanci al suo conseglio », ibid., c. 94r.

22  La phrase est en langue vulgaire mêlée de latin, comme le reste de la note : « Perché governi in Genoa sum brevi, questa è la causa, che duo sunt in ea regna : unum in Palacio, alterum in Sancto Georgio et regni duos diu retinere nequit. » ASMi, Sforzesco 1319, memoriale di Giovanni Capello. Sur ce sujet, je ferais référence à mon article précédent : « Hanno levato l’amore dal comune e postolo a San Giorgio”. L’immagine del comune e della Casa di San Giorgio di Genova (XV-XVI sec.) », dans Matthias Schnettger et Carlo Taviani (dir.), Libertà e dominio. Il sistema politico genovese : le relazioni esterne e il controllo del territorio, Rome, Istituto storico germanico di Roma, 2011, p. 281-304.

23  « Lo fiorino de’ loci già non è de Santo Georgio, scilicet è de’ locatarii, ma perché da molti ani in qua continue è stato deliberado al Palatio, dunce se poote esser per experimento de chi governa », ASMi, Sforzesco, 1319, c. 2v.

Auteur

Carlo Taviani est docteur en histoire (2004) de l’Université de Pérouse (Italie). Il a été fellow à l’Istituto Italiano per gli Studi Storici de Naples (2005-2006), au Deutsches Historisches Institut de Rome (2006), à la Villa I Tatti, Harvard University, à Florence (2009-2010) et à la Folger Shakespeare Library de Washington DC (2012), puis visiting scholar à l’Université de Chicago et à l’Université de Yale (2013). Il est actuellement fellow de l’Istituto storico italo-germanico de Trente (Italie) et visiting scholar du Deutsches Historisches Institut de Rome. Il travaille actuellement sur le concept de corporations financières à partir des cas de la banque de San Giorgio de Gênes (xve siècle), de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales et de la Compagnie du Mississippi de John Law. Il a récemment publié : « Ipotesi sulla transizione di un paradigma finanziario. John Law e la Casa di San Giorgio di Genova (secoli xvi-xviii) », Annali dell’Istituto storico italo-germanico in Trento, Quaderni, 89 (2013), p. 53-77 ; « Peace and revolt. Oath-taking rituals to form unions between and against the factions in early 16th century Italy », dans Samuel Cohn Jr., Marcello Fantoni, Franco Franceschi et Fabrizio Ricciardelli (dir.), Symbols and Rituals in Late Medieval and Early Modern Italy, Turnhout, Brepols, 2013, p. 119-136 ; « Confraternities, citizenship and factionalism : Genoa in the early 16th century », dans Nicholas Terpstra, Stefania Pastore, Adriano Prosperi (dir.), Faith’s Boundaries. Laity and Clergy in Early Modern Confraternities, Turnhout, Brepols, 2012, p. 42-53 ; (avec Matthias Schnettger, dir.), Libertà e dominio. Il sistema politico Genovese : le relazioni esterne e il controllo del territorio, Rome, Viella, Deutsches Historisches Institut, 2011.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search