Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genèse des marchés

 | 
Françoise Bayard
, 
Patrick Fridenson
, 
Albert Rigaudière

Les marchés : des modèles pratiques à la théorie économique

Les néolibéraux de l’entre-deux-guerres face au marché

François Denord

Texte intégral

1Dans notre vocabulaire contemporain, l’adjectif « néolibéral » désigne simultanément des politiques, une idéologie et un régime économique. Comme politiques, il évoque les vagues de déréglementations et de privatisations menées depuis la fin des années 1970. On pense, par exemple, aux gouvernements de Margaret Thatcher en Grande-Bretagne ou aux présidences de Ronald Reagan aux États-Unis. Comme idéologie, le néolibéralisme suggère les noms de certains intellectuels, à commencer par les prix Nobel d’économie Friedrich Hayek ou Milton Friedman et leurs relais, des think tanks en particulier, ces boîtes à idées qui diffusent auprès des médias et des responsables politiques des projets livrés clefs en main. Comme régime économique, le néolibéralisme renvoie à l’ère de la mondialisation et de la globalisation financière. On l’associe au passage d’un capitalisme industriel et national à un capitalisme financier et mondial. « Politiques néolibérales », « idéologie néolibérale », « régime économique néolibéral »  : ces expressions sont devenues si courantes qu’on oublie parfois de se demander en quoi ce libéralisme serait nouveau. Surtout parce que ceux qui les emploient le font le plus souvent de manière péjorative, la vision du marché promue par le néolibéralisme est rarement interrogée.

  • 1  Les principales synthèses sur l’histoire du néolibéralisme ont été écrites en langue anglaise ou a (...)
  • 2  Michel Foucault, Naissance de la biopolitique. Cours au Collège de France (1978-1979), Paris, Gall (...)

2C’est dans l’entre-deux-guerres que débute son histoire1. Des économistes, des patrons et des hauts fonctionnaires jettent alors les bases d’un libéralisme qui se veut une troisième voie entre un « laissez-faire » jugé moribond et une planification économique supposée faire le lit du socialisme. De façon unanime, ils opposent le libre fonctionnement du mécanisme des prix à l’économie planifiée. Reste que leurs manières de penser l’articulation entre le concept de marché et les marchés réels diffèrent souvent. Alors même que les fondateurs du néolibéralisme entendaient proposer une approche scientifique des problèmes économiques, ils bâtissent avant tout une idéologie politique prescrivant des formes d’interventions étatiques compatibles avec le mécanisme des prix. Sa principale originalité aura été d’imaginer l’État comme l’instituteur et le garant de l’économie de marché. En retour, le marché n’est plus uniquement un mécanisme de coordination des agents économiques. Il devient un instrument de « véridiction » à l’aune duquel se mesure la légitimité du pouvoir politique et de son action2.

Défendre le marché à l’heure de sa grande remise en cause

  • 3  Karl Polanyi, La grande transformation. Aux origines de notre temps, Paris, Gallimard, 1983, p. 21

3Pourquoi défendre le marché ? Parce que le néolibéralisme est apparu dans une configuration idéologique et institutionnelle assez singulière. De 1914 à 1945, le capitalisme traverse une crise sans précédent. Le xixe siècle avait consacré l’équilibre des puissances internationales, le règne de l’étalon or et le triomphe de l’État libéral3. En l’espace de trois décennies, ce modèle vacille. La reconstruction des années 1920 insuffle d’abord au capitalisme un nouveau souffle avant qu’il ne plonge durablement dans la dépression. Jugé coupable, le credo libéral cède le pas devant la méfiance envers le « laissez-faire », le besoin de règles et la revendication d’une intervention étatique organisée. Rarement la question du rapport entre l’État et l’économie n’aura été aussi discutée que durant l’entre-deux-guerres. La dénonciation des « féodalités financières », la revendication d’une « économie dirigée », « consciente », ou, dans un autre registre, d’une « profession organisée », deviennent ainsi autant de leitmotivs qui rythment les controverses des années 1930. Deux processus s’entretiennent mutuellement : la revalorisation du rôle économique de l’État dans les débats politiques et la création de nouveaux dispositifs d’intervention étatique sur l’économie.

  • 4  Michel Margairaz, L’État, les finances et l’économie. L’histoire d’une conversion 1932-1952, Paris (...)
  • 5  Jean-François Biard, Le socialisme devant ses choix. La naissance de l’idée de plan, Paris, Public (...)

4Partout, on réclame que l’État dirige davantage l’activité économique et que la recherche du profit s’efface devant des impératifs sociaux et politiques. Le modèle soviétique est bien sûr dans toutes les têtes. Mais les États-Unis de Roosevelt font également reposer leur économie sur de nombreux organismes de coordination. Même la France se dote au moment du Front populaire d’un ministère de l’Économie nationale4. Parallèlement, des régimes autoritaires d’un type nouveau apparaissent : l’Allemagne nazie, l’Italie fasciste ou l’URSS stalinienne entre lesquels les libéraux font rapidement le parallèle. Le « totalitarisme » semble menacer l’ensemble de la civilisation occidentale. Dans ce contexte où les doctrines économiques naguère marginales, comme le planisme, viennent contester la domination du libéralisme5, un petit groupe d’individus décide d’adopter une position médiane. « Oui, disent-ils, le système économique libéral a conduit à la catastrophe. Mais c’est parce qu’il a été mal gouverné ». Ce n’est pas le libéralisme lui-même qui est en cause, mais le cadre social, politique et juridique dans lequel il se développe.

  • 6  Pour davantage de détails sur cette réunion internationale, on se permet de renvoyer à François De (...)
  • 7  Walter Lippmann, La Cité libre, Paris, Éditions de la Librairie de Médicis, 1938.

5L’histoire du néolibéralisme commence avec la tenue du colloque Walter Lippmann, une réunion internationale organisée à Paris en août 19386. Patrons influents et économistes de renom s’y côtoient. Parmi les vingt-six participants, certains devaient devenir prix Nobel d’économie (Friedrich Hayek), professeur au Collège de France (Raymond Aron), dirigeant de l’Organisation européenne de coopération économique (Robert Marjolin), architectes de l’« Économie sociale de marché » allemande (Wilhelm Röpke, Alexander Rüstow), conseiller financier du général de Gaulle (Jacques Rueff) et même concepteur du projet de Guerre des étoiles de Ronald Reagan (Stefan Possony). Le colloque a pour prétexte la traduction en français d’un essai à succès de l’éditorialiste américain Walter Lippmann, intitulé La Cité libre7. Deux thèses défendues dans l’ouvrage font consensus auprès des congressistes. La première est celle d’une parenté étroite entre socialisme et fascisme parce qu’ils remettent en cause la suprématie du marché comme mode d’allocation des ressources. Selon le philosophe Louis Rougier, l’initiateur du conclave :

  • 8  CIRL, Compte rendu des séances du Colloque Walter Lippmann 26-30 août 1938, Paris, Éditions de la (...)

« Ils procèdent, l’un et l’autre, de la croyance commune qu’on peut réaliser une société plus juste, plus morale et plus prospère […] en substituant à l’économie du marché, basée sur la propriété individuelle et sur le mécanisme des prix, une économie planifiée, basée sur l’étatisation, partielle ou totale, des moyens de production et sur les décisions bureaucratiques d’un organe central8 ».

6Deuxième thèse essentielle du journaliste américain : le marché n’est pas un phénomène naturel. C’est une construction historique et institutionnelle :

  • 9  CIRL, Compte rendu…, op. cit., p. 15.

« La vie économique, résume Rougier, se déroule dans un cadre juridique, qui fixe le régime de la propriété, des contrats, des brevets d’invention, de la faillite, le statut des associations professionnelles et des sociétés commerciales, la monnaie et la banque, toutes choses qui ne sont pas des données de nature, comme les lois de l’équilibre économique, mais des créations contingentes du législateur9 ».

  • 10  Friedrich Hayek, « Economics and knowledge », Economica, 13, février 1937, p. 33-54.
  • 11  Jacques Rueff, « Nécrologie de Clément Colson », Revue d’économie politique, n° 2, mars-avril 1939 (...)
  • 12  Louis Baudin, Le Mécanisme des prix, Paris, LGDJ, 1940, p. 41.
  • 13  Jacques Rueff, La Crise du capitalisme, Paris, Éditions de la Revue Bleue, 1935, p. 6.
  • 14  Nicolaas G. Pierson, Ludwig von Mises, Georg Halm, Enrico Barone, L’Économie dirigée en régime col (...)

7À une époque où la réflexion hayékienne sur le marché en est à ses premiers balbutiements10, les tenants du néolibéralisme résument le fonctionnement de l’économie de marché de la manière suivante : l’ajustement entre offre et demande s’opère spontanément grâce au mécanisme des prix. Ce Deus ex machina « oriente et régit les activités industrielles et établit, sans aucune intervention consciente, sans plan voulu par des hommes, les équilibres économiques en dehors desquels aucun régime ne saurait subsister11 ». Il implique une anthropologie, celle de l’individu calculateur plongé dans un univers concurrentiel. Il implique également un cadre institutionnel que l’État doit tantôt maintenir, tantôt adapter. Tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes si le mécanisme des prix n’avait pas été faussé. Son fonctionnement a d’abord été altéré par des transformations affectant les acteurs économiques : « la formation des consommateurs en masse qui rend la demande rigide et le prix inerte, la dégradation technique des marchés qui s’étagent entre la concurrence et le monopole et deviennent “imparfaits”12 ». Mais le mécanisme des prix est surtout contrarié par les interventions incessantes de l’État. Elles instaurent, aux dires de Jacques Rueff, un « régime d’économie pâteuse, où les équilibres sont d’autant plus longs à se rétablir qu’on a mieux réussi à faire obstacle à leur rétablissement13 ». Pire, progressivement s’effectue la transition entre une économie libérale et une économie dirigée qui supprime le libre jeu du mécanisme des prix pour le remplacer par les décisions d’une autorité centrale, prétendant décider a priori des besoins et des objectifs des individus14.

  • 15  W. Lippmann, La Cité libre…, op. cit., p. 225.
  • 16  W. Lippmann, La Cité libre…, op. cit., p. 222.
  • 17  Friedrich Hayek à Walter Lippmann, 11 août 1937, Walter Lippmann papers, Yale University Library, (...)

8Le mécanisme des prix se voit donc attaqué de toute part : en « interne » par la massification et la concentration, et en « externe » par l’interventionnisme et le dirigisme. C’en est donc fini du « laissez-faire ». Cette doctrine d’action qui, selon Walter Lippmann, avait fait la grandeur du xixe siècle s’est peu à peu muée en une « collection de formules geignardes invoquées par les propriétaires pour résister aux attaques lancées contre leurs intérêts établis15 ». À ce libéralisme étriqué, qui se satisfait de la concentration industrielle et du règne des privilèges, Walter Lippmann oppose un libéralisme rénové, présenté comme une « ligne de conduite qui cherche à réformer l’ordre social pour satisfaire les besoins et réaliser les promesses d’un mode de production basé sur la division du travail16 ». La loi, dit-il, doit non seulement permettre de fixer les droits et les obligations individuels, mais, plus encore, elle doit instituer le marché et les règles de son fonctionnement. L’État libéral a donc une fonction économique décisive. C’est à lui qu’il revient de déterminer le cadre légal qui garantit la libre entreprise, et ce au moyen de lois sur la propriété, les contrats, les groupements et les brevets. La doctrine de Lippmann réhabilite ainsi l’action étatique sous la forme d’un interventionnisme juridique. Sur ce plan, elle fait consensus. Elle rejoint pleinement les souhaits d’un Friedrich Hayek, aux yeux duquel l’une des erreurs fatales du libéralisme classique aura été de penser le cadre légal favorable à l’initiative privée comme inaltérable17.

La confrontation aux marchés réels ou les limites d’une politique économique néolibérale

9Face aux imperfections des marchés réels, l’État néolibéral est interventionniste. Le colloque Walter Lippmann se conclut d’ailleurs par l’adoption d’un manifeste, « l’Agenda du libéralisme », qui le revendique explicitement. En premier lieu, il octroie à l’État un rôle de régulateur juridique : « C’est à l’État qu’incombe la responsabilité de déterminer le régime juridique qui sert de cadre au libre développement des activités économiques ». En second lieu, il élargit les attributions que les libéraux lui concèdent classiquement : un État libéral « peut et doit percevoir par l’impôt une partie du revenu national et en consacrer le montant au financement collectif de 1° la défense nationale 2° les assurances sociales 3° les services sociaux 4° l’enseignement 5° la recherche scientifique ». En troisième lieu, il reconnaît plus largement à l’État un droit d’intervention car :

  • 18CIRL, Compte rendu…, op. cit., p. 100-101.

« A. […] les prix du marché sont affectés par le régime de la propriété et des contrats.
B. […] l’utilité maxima est un bien social, mais n’est pas nécessairement le seul qui doive être recherché.
C. […] même lorsque la production est régie par le mécanisme des prix, les sacrifices qu’implique le fonctionnement du système peuvent être mis à la charge de la collectivité18 ».

  • 19  Voir François Denord, « Néolibéralisme et « économie sociale de marché » : les origines intellectu (...)
  • 20  Louis Marlio, Le Sort du capitalisme, Paris, Flammarion, 1938, p. 124.
  • 21  Wilhelm Röpke, Explication économique du monde moderne, Paris, Éditions de la Librairie de Médicis (...)

10L’État néolibéral se doit d’intervenir, mais jusqu’où ? Les partisans du néolibéralisme diffèrent sur ce point capital. Les uns voient l’interventionnisme étatique derrière l’ensemble des maux qui enserrent le mécanisme des prix. L’État devrait donc avant tout intervenir pour se désengager de l’économie. Les autres considèrent ces dérèglements comme des produits d’un système libéral mal gouverné : l’État devrait donc intervenir puissamment. La nécessité d’adopter une politique de la concurrence divise ainsi profondément les néolibéraux19. À en croire certains des grands patrons qui rejoignent le mouvement « le cartel, considéré au début du xixe siècle comme l’antithèse du libéralisme, en constitue aujourd’hui l’un des derniers remparts20 ». Voilà une thèse bien peu recevable et pour Walter Lippmann et pour les ordo-libéraux allemands, à commencer par Wilhelm Röpke qui promeut un État fort devant par-dessus tout « défendre le “capitalisme” contre les “capitalistes” chaque fois que ceux-ci essaient de se frayer, avec la rentabilité pour but, un chemin plus commode que celui qui force à passer par [la concurrence]21 ».

  • 22  Pour une présentation du libéralisme de Rueff : François Bourricaud et Pascal Salin, Présence de J (...)
  • 23  On trouve les meilleures synthèses sur X-Crise et les Nouveaux Cahiers respectivement dans Olivier (...)
  • 24  Remi Lenoir, « Groupes de pression et groupes consensuels. Contribution à une analyse de la format (...)
  • 25  Jacques Rueff, « Les règles d’intervention et le mécanisme des prix », in Œuvres complètes III. Po (...)

11C’est à Jacques Rueff qu’il reviendra de définir, au lendemain du colloque Lippmann, « les formes d’intervention des pouvoirs publics compatibles avec le mécanisme des prix22 ». Le colloque a donné naissance à un Centre international d’études pour la rénovation du libéralisme (CIRL), créé en mars 1939. Société savante et groupe militant, il a vocation à rapprocher des individus issus de milieux différents pourvu qu’ils s’accordent sur les points essentiels : des économistes, des hommes d’affaires, des hauts fonctionnaires et même quelques syndicalistes ouvriers issus de la tendance réformiste de la CGT. Comme X-Crise ou les Nouveaux cahiers, deux des principaux foyers de réflexion économique et sociale de l’entre-deux-guerres23, le CIRL se veut l’un des lieux neutres où s’arbitrent hors de l’État les antagonismes entre élites, et un « groupe consensuel24 » reproduisant en son sein une large gamme d’intérêts et de positions sociales. Le 13 mars 1939, Jacques Rueff y présente un exposé de synthèse. Les conclusions en sont les suivantes : « compatibilité avec le mécanisme des prix des interventions affectant les causes des prix ; incompatibilité des blocages de prix25 ». Cela revient à dire que l’État libéral peut réduire le temps de travail du moment qu’il ne fixe pas les salaires. Cela revient à dire que l’État libéral peut prélever des droits de douane sans recourir aux contingentements. Encore faut-il que ces interventions soient opportunes et que leurs conséquences soient publiquement énoncées.

  • 26  Lucette Le Van-Lemesle, « Gaëtan Pirou et l’économie dirigée », in André Gueslin (dir.), Les facs (...)
  • 27  « Interventions de Jacques Rueff au cours de la première séance de travail du Centre international (...)
  • 28  Sur cette mouvance : Alain Chatriot, « Les coopérateurs », in Jean-Jacques Becker et Gilles Candar (...)
  • 29 Henri Morsel, « Louis Marlio, Position idéologique et comportement politique. Un dirigeant d’une gr (...)

12La discussion qui suit la présentation de Jacques Rueff montre toute la plasticité de l’idéologie néolibérale en même temps qu’elle révèle les très nombreux clivages qui divisent ses tenants. L’un des premiers à prendre la parole est un économiste universitaire : Gaëtan Pirou, professeur à la faculté de droit de Paris, grand spécialiste des doctrines économiques, politiquement modéré26. Il donne son accord sur « la partie théorique et technique » de l’exposé mais affirme que des « considérations sociales ou nationales […] peuvent légitimement réclamer des solutions non libérales d’intervention, de fiscalité, de réglementation27 ». Rueff lui rétorque que « l’essentiel de la pensée libérale est la confiance dans le mécanisme des prix et la volonté de lui confier le soin d’assurer l’indispensable équilibre du système économique ». Institution faite homme – l’inspection des finances – Jacques Rueff incarne l’intransigeance. Il refuse d’ailleurs de se dire « néolibéral ». Le libéralisme tout court lui va très bien. Un deuxième universitaire intervient cependant : Bernard Lavergne, élève de Charles Gide, partisan du socialisme coopératiste et très hostile à l’économie dirigée28. Il trouve Jacques Rueff d’une très grande modernité. Il exulte même : « Vous êtes extrêmement évolué, lui déclare-t-il, vous admettez toutes les interventions de l’État quand vous les croyez utiles, vous vous opposez uniquement au fait que le prix soit bloqué par l’État parce qu’alors il ne peut pas y avoir d’équilibre économique. C’est un libéralisme dernière manière, que j’approuve entièrement, mais qui n’est pas du tout ce que nous avons appelé jusqu’ici “libéralisme”, et vous avez intérêt à le dire. On risque sans cela de vous prendre pour un disciple des libéraux du xixe siècle ». Polytechnicien, grand patron de l’aluminium, apôtre du néo-capitalisme et président du CIRL, Louis Marlio abonde dans son sens29. Pourquoi faut-il se dire néolibéral plutôt que libéral ? Parce que « le mot de “néo” et celui de “rénovation”, nous […] distinguent d’un certain nombre d’auteurs dont nous n’avons pas adopté toutes les théories et toutes les objections pratiques, sociales ou autres à l’égard d’interventions [étatiques] qui sont acceptées par beaucoup d’entre nous comme des choses parfaitement normales. Pour ceux qui le savent, […] le mot de “néo” n’est peut-être pas indispensable, mais pour ceux qui ne le savent pas il est tout à fait utile ».

13Se qualifier de « néolibéral » revient donc à reconnaître qu’il ne suffit pas de laisser faire pour que le marché fonctionne, et, du même coup, revendiquer au nom du libéralisme une politique économique.

  • 30  Isabel Boussard, Vichy et la corporation paysanne, Paris, Presses de la FNSP, 1980.
  • 31  Pour une mise en perspective d’ensemble du débat sur les ententes : Alain Chatriot, « Les ententes (...)

14Mais voilà la porte ouverte toute grande à l’interventionnisme. Louis Salleron, corporatiste monarchiste, professeur à la faculté libre de droit de Paris, s’y engouffre30. Que pense Jacques Rueff des freins au mécanisme des prix autres que les interventions étatiques, les ententes en particulier ? Sans hésitation, le directeur du Mouvement général des fonds se déclare hostile à ce procédé malthusien, tout en sachant que son point de vue n’est pas nécessairement partagé par tous ses amis. Louis Marlio, par exemple, qui feint l’accord avec Rueff avant de déclarer que « les ententes sont bonnes tant qu’elles ne sont pas complètes ». Le mal est déjà fait. Si donc les néolibéraux sont hostiles aux ententes, alors ils se rapprochent des partisans du planisme31. C’est en tout cas ce qu’essaie de faire valoir Robert Lacoste de la CGT, qui souligne que :

« les planistes devront se réjouir d’être d’accord avec le libéralisme de M. Rueff sur un point extrêmement important : il faut agir sur les causes du mécanisme des prix, afin d’en assurer le fonctionnement correct et régulier ».

  • 32  Les ambiguïtés du positionnement des réformistes de la CGT à la fin des années 1930 sont analysées (...)

15Son camarade Louis Vallon lui emboîte le pas32. Tous deux se voient cependant rapidement contredits par Jacques Rueff, Louis Marlio et Louis Rougier. Interventionnistes, les néolibéraux le sont peut-être. Ils ne se convertissent pas pour autant au dirigisme.

16On le voit, le discours néolibéral se révèle suffisamment plastique pour satisfaire les attentes politiques les plus divergentes. Mais sous ses attendus flous, il parvient à réhabiliter une figure honnie des débats économiques de l’entre-deux-guerres, celle du marché, ou plus précisément celle du mécanisme des prix. Analyser la position des néolibéraux vis-à-vis du marché permet de se départir d’un certain nombre de lieux communs à propos de ce courant de pensée.

17Premier lieu commun : le néolibéralisme serait une théorie économique. Les économistes néolibéraux peuvent appartenir à des écoles différentes et le néolibéralisme n’est pas qu’une affaire d’économistes. Des patrons, des hauts fonctionnaires ont également participé à son élaboration et à sa propagation. Le néolibéralisme tient davantage de l’idéologie politique. Il imagine le gouvernement d’une économie de marché.

18Second lieu commun : le néolibéralisme formerait un cadre idéologique bien délimité. Le projet néolibéral est cohérent : créer les conditions institutionnelles d’une société libérale ; restreindre le périmètre de l’action étatique ; ouvrir de nouveaux espaces au mécanisme concurrentiel ; défendre sans concession la libre entreprise. Mais c’est un courant intellectuel au sein duquel coexistent des groupes aux conceptions économiques différentes, parfois antagonistes. C’est aussi une vision du monde qui se construit avec et contre des « doctrines » économiques et politiques concurrentes. Non seulement les idées se redéfinissent au gré des changements de rapports de forces matériels et intellectuels, mais elles peuvent aussi être relayées à l’insu de leurs promoteurs, leur échapper jusqu’à devenir méconnaissables. La doctrine néolibérale n’est pas figée.

19Troisième lieu commun : le néolibéralisme n’aurait de cesse de détruire l’État. Certains néolibéraux plaident pour un État minimal. D’autres défendent un interventionnisme fort des pouvoirs publics. Le néolibéralisme n’est pas anti-étatiste. Il cherche avant tout à rediriger l’intervention publique en mettant l’État au service du marché et de la concurrence. En d’autres termes, les partisans du néolibéralisme ont inventé un interventionnisme libéral. De manière offensive, le néolibéralisme cherche à faire sauter les verrous législatifs, réglementaires ou corporatifs qui entravent la libre concurrence et à désengager l’État du secteur productif. De manière pragmatique, il crée un cadre légal favorable au marché, supplée l’initiative privée là où elle s’avère défaillante, incite à la concentration industrielle ou, au contraire, la freine. Parallèlement, il confie à l’État le soin d’adapter le droit aux évolutions économiques, de sanctionner les fraudes et de venir en aide aux plus défavorisés. Le néolibéralisme peut être conservateur s’il se préoccupe avant tout de désengagement de l’État. Il peut aussi se révéler davantage « pragmatique » et d’allure plus sociale.

Notes

1  Les principales synthèses sur l’histoire du néolibéralisme ont été écrites en langue anglaise ou allemande : Richard Cockett, Thinking the Unthinkable. Think-Tanks and the Economic Counter-Revolution (1931-1983), New York, Harper Collins, 1994 ; Bernhard Walpen, Die offenen Feinde und ihre Gesellschaft. Eine hegemonietheoretische Studie zur Mont Pèlerin Society, Hambourg, VSA-Verlag, 2004 ; Dieter Plehwe, Bernhard Walpen et Gisela Neunhöffer (éd.), Neoliberal Hegemony. A Global Critique, Londres et New York, Routledge, 2006 ; Philip Mirowski et Dieter Plehwe (éd.), The Road from Mont Pèlerin, the making of the neoliberal thought collective, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 2009.

2  Michel Foucault, Naissance de la biopolitique. Cours au Collège de France (1978-1979), Paris, Gallimard/Seuil, 2004.

3  Karl Polanyi, La grande transformation. Aux origines de notre temps, Paris, Gallimard, 1983, p. 21.

4  Michel Margairaz, L’État, les finances et l’économie. L’histoire d’une conversion 1932-1952, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1991, p. 246.

5  Jean-François Biard, Le socialisme devant ses choix. La naissance de l’idée de plan, Paris, Publications de la Sorbonne, 1985.

6  Pour davantage de détails sur cette réunion internationale, on se permet de renvoyer à François Denord, Néolibéralisme version française. Histoire d’une idéologie politique, Paris, Demopolis, 2007, p. 89-125.

7  Walter Lippmann, La Cité libre, Paris, Éditions de la Librairie de Médicis, 1938.

8  CIRL, Compte rendu des séances du Colloque Walter Lippmann 26-30 août 1938, Paris, Éditions de la Librairie de Médicis, 1939, p. 13-14. Sur Louis Rougier, philosophe davantage connu pour son rôle d’intermédiaire autoproclamé entre Vichy et les Britanniques, on peut se reporter à Jean-Claude Pont et Flavia Padovani (dir.), Louis Rougier : vie et œuvre d’un philosophe engagé. Témoignage – écrits politiques, Paris, Éditions Kimé, 2006.

9  CIRL, Compte rendu…, op. cit., p. 15.

10  Friedrich Hayek, « Economics and knowledge », Economica, 13, février 1937, p. 33-54.

11  Jacques Rueff, « Nécrologie de Clément Colson », Revue d’économie politique, n° 2, mars-avril 1939, p. 814.

12  Louis Baudin, Le Mécanisme des prix, Paris, LGDJ, 1940, p. 41.

13  Jacques Rueff, La Crise du capitalisme, Paris, Éditions de la Revue Bleue, 1935, p. 6.

14  Nicolaas G. Pierson, Ludwig von Mises, Georg Halm, Enrico Barone, L’Économie dirigée en régime collectiviste. Études critiques sur les possibilités du socialisme. Introduction et conclusion de F. A. von Hayek, Paris, Éditions de la Librairie de Médicis, 1939.

15  W. Lippmann, La Cité libre…, op. cit., p. 225.

16  W. Lippmann, La Cité libre…, op. cit., p. 222.

17  Friedrich Hayek à Walter Lippmann, 11 août 1937, Walter Lippmann papers, Yale University Library, Manuscripts and Archives, box 77, folder 1011.

18CIRL, Compte rendu…, op. cit., p. 100-101.

19  Voir François Denord, « Néolibéralisme et « économie sociale de marché » : les origines intellectuelles de la politique européenne de la concurrence », Histoire, économie et société, mars 2008, p. 23-34.

20  Louis Marlio, Le Sort du capitalisme, Paris, Flammarion, 1938, p. 124.

21  Wilhelm Röpke, Explication économique du monde moderne, Paris, Éditions de la Librairie de Médicis, 1940, p. 268.

22  Pour une présentation du libéralisme de Rueff : François Bourricaud et Pascal Salin, Présence de Jacques Rueff, Paris, Plon, 1988.

23  On trouve les meilleures synthèses sur X-Crise et les Nouveaux Cahiers respectivement dans Olivier Dard, Jean Coutrot, de l’ingénieur au prophète, Besançon, Presses universitaires franc-comtoises, 1999, et François Perthuis, Auguste Detoeuf (1883-1947) ou l’ingénieur bâtisseur de l’impossible paix, mémoire réalisé pour le DEA d’histoire du XXe siècle, Institut d’études politiques de Paris, 1990.

24  Remi Lenoir, « Groupes de pression et groupes consensuels. Contribution à une analyse de la formation du droit », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 64, septembre 1986, p. 30-39.

25  Jacques Rueff, « Les règles d’intervention et le mécanisme des prix », in Œuvres complètes III. Politique économique 1, Paris, Plon, 1979, p. 36.

26  Lucette Le Van-Lemesle, « Gaëtan Pirou et l’économie dirigée », in André Gueslin (dir.), Les facs sous Vichy. Étudiants, universitaires et universités de France pendant la Deuxième Guerre mondiale, Clermont-Ferrand, Institut d’études du Massif central, 1994, p. 65-74.

27  « Interventions de Jacques Rueff au cours de la première séance de travail du Centre international pour la rénovation du libéralisme », in Emil M. Classen (dir.), Les Fondements philosophiques des systèmes économiques. Textes de Jacques Rueff et essais rédigés en son honneur, Paris, Payot, 1967, p. 459. Les citations suivantes sont issues des pages 459, 463, 464 et 465.

28  Sur cette mouvance : Alain Chatriot, « Les coopérateurs », in Jean-Jacques Becker et Gilles Candar (dir.), Histoire des gauches en France, Paris, La Découverte, 2004, t. II : xxe siècle : à l’épreuve de l’histoire, p. 91-97.

29 Henri Morsel, « Louis Marlio, Position idéologique et comportement politique. Un dirigeant d’une grande entreprise dans la première moitié du xxe siècle », in Ivan Grinberg et Florence Hachez-Leroy (dir.), Industrialisation et sociétés en Europe occidentale de la fin du xixe siècle à nos jours. L’âge de l’aluminium, Paris, Armand Colin, 1997, p. 106-124.

30  Isabel Boussard, Vichy et la corporation paysanne, Paris, Presses de la FNSP, 1980.

31  Pour une mise en perspective d’ensemble du débat sur les ententes : Alain Chatriot, « Les ententes : débats juridiques et dispositifs législatifs (1923-1953). La genèse de la politique de la concurrence en France », Histoire, économie et société, mars 2008, p. 7-22.

32  Les ambiguïtés du positionnement des réformistes de la CGT à la fin des années 1930 sont analysées par Marie-France Rogliano, « L’anticommunisme dans la CGT : Syndicats », Le Mouvement Social, n° 87, avril-juin 1974, p. 63-84.

Auteur

Sociologue, chargé de recherche au CNRS (CESSP, UMR Université Paris I-EHESS), ses travaux portent sur le néolibéralisme, les élites et les transformations de l’État. Ses dernières publications : La socio-logie de C. Wright Mills, Paris, La Découverte, 2014 (avec Bertrand Réau) ; « Pourquoi rééditer L’Elite au pouvoir ? », Gouvernement et action publique, n° 4, 2013.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540