Version classiqueVersion mobile

Genèse des marchés

 | 
Françoise Bayard
, 
Patrick Fridenson
, 
Albert Rigaudière

Les marchés : des modèles pratiques à la théorie économique

Le marché dans les manuels d’économie politique (1850-1914)

Lucette Le Van-Lemesle

Texte intégral

Introduction

1À la veille de la crise de 2009, la notion de marché tendait à remplacer le terme même de capitalisme. Le marché était devenu un concept caractérisant l’économie entière. Dissocié de la seule activité marchande, il était plutôt associé au fonctionnement normal (en libre concurrence) de l’entreprise, devenue ainsi l’institution fondamentale de « l’économie de marché ». En réalité on est face à un concept, lentement construit et reconstruit, face aux problèmes du moment. C’est donc dans leur historicité que nous tenterons d’appréhender les conceptions du marché véhiculées par les manuels d’économie politique les plus influents entre 1850 et 1914.

2Pour ce faire, nous devrons d’abord préciser les fonctions du manuel d’économie, dans la première période, de 1850 à 1880 environ. Ces fonctions étaient en effet très différentes de leurs fonctions actuelles : il s’agissait de manuels qui se voulaient pionniers et ouvertement militants. Écrits en direction d’un public d’adultes, ils défendaient des conceptions particulières du marché, à la source du bon fonctionnement de l’économie tout entière. Nous devrons donc sélectionner, parmi ces nombreux manuels, le ou les plus influents et comprendre les justifications de leurs rééditions. Nous dégagerons ensuite la place centrale attribuée aux degrés de libération des marchés dans les combats idéologiques et politiques du siècle, et la fonction du manuel dans ces combats. Les libéraux « purs » ne parviennent à se faire vraiment entendre des pouvoirs publics qu’à partir de 1860. Et leur victoire est courte.

3Mais le renversement de la conjoncture et la longue dépression qui, à partir de 1873, caractérisent la fin du xixe siècle, ajoutés à une mutation institutionnelle, provoquent à la fois un réexamen de la doctrine de l’efficacité du « tout marché » et un changement dans les fonctions des manuels : un nouveau type de manuel apparaît, lié à la professionnalisation de l’enseignement de l’économie en France. L’économie est en effet introduite systématiquement dans les facultés de droit à partir de 1877 et commence à gagner quelques grandes écoles. De ce fait, les manuels acquièrent une fonction différente, plus liée au public de l’institution à laquelle ils participent. Est-ce à dire que la première fonction disparaît ? En fait, les hommes politiques de la IIIe République, soucieux de contrôler certains aspects du marché, puiseront des justifications théoriques dans ce deuxième type de manuels.

4Enfin, à partir des débuts du xxe siècle, des manuels d’une troisième génération confirment cette remise en cause de la place prépondérante du seul marché. La discipline économique vient de consolider sa légitimité académique dans les facultés de droit. Les manuels d’économie utilisés par les étudiants qui ont l’économie comme matière d’examen ont acquis une autre fonction, liée à celle de l’institution qui les héberge : pour le public des étudiants en droit, souvent absentéiste, le manuel se substitue au cours. On y retrouve donc à la fois une formation de base à l’économie et, en annexe, les principaux aspects législatifs nouveaux mis en place par la IIIe République à l’aube de la deuxième révolution industrielle. Or cette législation est chargée de corriger les abus sociaux imputables au marché libre.

5Nous étudierons donc successivement le rôle spécifique des premiers manuels qui se consacrent à l’apologie du marché, source de toutes les libérations, puis les deux étapes de leur évolution, en raison de leurs fonctions nouvelles face à l’évolution économique réelle.

I. Les manuels militants : le marché chez les économistes libéraux
(1850-1880)

A. Les manuels au service du « tout marché »

1. Face à une société française réticente

6En 1850, les libéraux formaient en Grande-Bretagne comme en France un important groupe de pression. En 1846, en Grande-Bretagne, ils venaient d’obtenir l’abolition des corn laws, les droits sur les blés, ce qui avait contribué à la fois à une baisse du prix des blés et rendu possible le maintien de salaires bas ; mais cela avait aussi été vécu comme un échec pour le monde des grands propriétaires fonciers au profit du monde des industriels.

7Dans le contexte français, à la même date, le terme d’économistes reste synonyme de militants du libéralisme. Il faut rappeler, en effet, que la liberté des échanges intérieurs est une conquête relativement récente issue de la Révolution dont se revendiquent encore les libéraux.

8Pourtant, dans les faits, parmi la majorité des industriels français, la libération des échanges extérieurs restait massivement refusée. La première révolution industrielle a pris du retard sur la Grande-Bretagne. Elle s’est effectuée lentement, dans des formes plus dispersées, avec des petites entreprises souvent encore en symbiose avec le monde rural. C’est pourquoi la doctrine libérale centrée sur la nécessité de libérer désormais tous les échanges provoque encore une majorité de refus : les producteurs français sont très conscients de l’avance économique de la Grande-Bretagne et sont donc majoritairement hostiles à ce qui pourrait remettre en cause leur activité et leur survie économique. Dans l’industrie, les prix de revient sont plus élevés que ceux des concurrents anglais. En France, seuls les représentants du grand commerce et les exportateurs de produits de luxe (Bordeaux, Champagne, Cognac, soieries de Lyon, articles de Paris, cotons) sont partisans du libre-échange. De ce fait, l’économie politique, synonyme d’apologie du marché libre, apparaît logiquement comme une idéologie particulière plutôt que comme une discipline académique.

9C’est pourquoi elle suscite des résistances. Sa reconnaissance académique est encore très limitée : Jean-Baptiste Say a obtenu une chaire d’économie industrielle au Conservatoire national des arts et métiers en 1820 et une autre chaire au Collège de France en 1831. Une autre chaire a été créée en 1846 à l’École nationale des ponts et chaussées et attribuée au militant Joseph Garnier, à l’occasion d’un bref ministère libéral. À côté, seules quelques écoles de commerce, privées, payantes et encore peu nombreuses, enseignent l’économie politique. Mais elles ont des effectifs faibles et leur enseignement est encore peu prestigieux. L’économie politique conçue comme synonyme d’idéologie libérale heurte toujours la majorité des intérêts. Elle reste très contestée, dans la mesure où elle se confond avec l’apologie du libéralisme. La révolution de 1848 avait consolidé ces résistances à la diffusion du libéralisme pur : le marché libre y avait été dénoncé comme responsable de la misère ouvrière.

10Majoritaires au gouvernement comme dans le pays, les protectionnistes, eux, ne s’expriment que dans leurs journaux professionnels. Les droits de douane qui freinent les échanges extérieurs y sont présentés comme une évidence, une condition de survie de l’industrie française : le textile comme la sidérurgie anglais restent dominants, il faut donc défendre par des droits de douane l’industrie française, spécifique dans sa forme et en retard dans ses résultats : les produits français, plus chers, ne supporteraient pas le libre-échange.

2. Des manuels en direction des praticiens et de la société civile

11Dans ce contexte d’opposition et de faible institutionnalisation, les manuels d’économie ont donc encore en 1850 une fonction ouvertement militante. Les plus lus servent d’outils de promotion à la notion de marché libre présenté comme principal outil du développement de l’économie. Signalons au passage que pour convaincre les praticiens, ils incluent non seulement la forme classique d’ouvrages chargés de faire le tour du sujet, mais aussi des formes plus inattendues comme celle de gros dictionnaires (aux mêmes fonctions mais pour praticiens pressés), ou celle des « catéchismes » d’économie, plus réduits aux « grands principes ». Mais il s’agit toujours de manuels en direction des adultes (commerçants, hauts responsables, ingénieurs, praticiens) conçus pour transmettre une discipline vécue à la fois comme pionnière, subversive et toujours contestée.

12Ces manuels s’adressent donc à un public large, adulte, à la fois praticien et éventuellement théoricien. On ne peut alors pas les cantonner à la première fonction que l’épistémologue Thomas Kuhn attribue habituellement aux manuels : la diffusion de la science « normale », l’outil de diffusion du paradigme dominant, le résumé de la vérité acceptée, la vulgate du moment. Bien au contraire, ils cherchent à provoquer activement la mutation de la pensée « normale », à accélérer l’inévitable « révolution scientifique ». Il s’agit toujours de substituer au protectionnisme dominant chez les praticiens la pensée libérale.

3. Le nouveau contexte politique

13Mais en cette deuxième moitié du xixe siècle, les acteurs ont changé. Jean-Baptiste Say et son disciple Adolphe Blanqui avaient dominé la diffusion du message lors du premier xixe siècle. Après la révolution de 1848 et à l’aube du Second Empire, à partir de 1850, les économistes éprouvent le besoin de réécrire, de refonder la vulgate de la nouvelle économie et de répondre aux critiques du moment, mais dans le nouveau contexte politique du Second Empire. Le lobby libéral, politiquement sur la défensive, restait très organisé grâce aux institutions privées qu’il avait fondées : une société de pensée, la Société d’économie politique, une grande revue, le Journal des économistes, et une maison d’édition, la maison Guillaumin. La Société d’économie politique regroupait et sélectionnait par cooptation les théoriciens et les praticiens libéraux, mais elle rassemblait aussi aux côtés des libéraux « purs » certains saint-simoniens, tous partisans du libre-échange. Parmi ces derniers, le saint-simonien Michel Chevalier choisit de garder des relations très cordiales avec les libéraux, sur la base de l’abaissement des droits de douane. Rallié à l’Empire et proche de l’empereur, il est averti des intentions économiques de Napoléon III qui n’est pas hostile, lui, à l’abaissement des droits de douane avec l’Angleterre. Michel Chevalier maintient le contact avec les libéraux « purs » qui pourront fournir leur appui quand l’empereur jugera possible d’imposer le libre-échange.

14Dans ce contexte, dictionnaires et manuels d’économie font tous l’objet d’une réécriture prudente. On y atténue l’anti-bonapartisme habituel aux premiers libéraux et on insiste sur les aspects économiques, en particulier la libération des échanges économiques internationaux.

15Pour tenir compte des limites d’un article, nous avons donc choisi d’analyser le plus réédité d’entre eux, le plus diffusé, celui du militant libéral Joseph Garnier, considéré en son temps comme le « meilleur économiste de France ».

B. Les manuels de Joseph Garnier (1813-1881)

16Deux faits peuvent justifier ce choix. D’une part, l’action de militant libéral de Joseph Garnier dans toutes les institutions du lobby, d’autre part, l’importance de ses manuels et de leurs rééditions.

1. Le militant

17Provençal d’origine modeste, il est « monté » des Alpes-Maritimes à Paris après la révolution de juillet 1830. Il est élève puis surveillant et enfin enseignant à l’École de commerce de Paris, dirigée par le disciple de J.-B. Say, Adolphe Blanqui, dont il épousera la sœur. Il participe à tous les médias libéraux du temps : la Société d’économie politique, Le Journal des économistes (dont il devient le directeur prudent au temps du Second Empire). Il enseigne dans plusieurs écoles de commerce et parvient même en 1846 à obtenir pour lui-même la création d’une chaire d’économie politique à l’École nationale des ponts et chaussées, pourtant de tradition plutôt « colbertiste » jusqu’alors. Il est élu à la section d’économie de l’Académie des sciences morales et politiques en 1873. Son action se poursuit sous l’Empire et même sous la IIIe République : il devient sénateur de sa région d’origine en 1876.

18Partout, il se conduit comme un personnage aussi intransigeant sur la doctrine que souple et consensuel entre les individus, en somme un bon chef de parti. Il cherchera même à maintenir le jeune Léon Walras (fils d’un partisan de la première heure de ce libéralisme) à l’intérieur du groupe de pression qu’est devenu ce petit monde de pionniers libéraux. C’est un « rassembleur ».

2. L’auteur des manuels

  • 1  Joseph Garnier, Traité d’économie politique, Paris, Guillaumin et Garnier, 1863.

19Outre ses nombreux articles, il est surtout connu comme auteur des manuels les plus lus au xixe siècle par ceux qui s’intéressaient à l’économie. Citons dès 1843 une Introduction à l’économie politique, en 1845 la première édition de ses Éléments d’économie politique, en 1848 la seconde (épuisée en 1851), en 1856 la troisième et en 1860 la quatrième qui prend le titre de Traité d’économie politique, qui sera encore réédité en 18631, 1868, 1874, 1879 et 1889, jusqu’à sa neuvième édition.

20Ces traités sont de plus en plus étoffés et nourris d’exemples pris dans l’actualité. Dès 1859, l’auteur signale que « de nombreuses modifications ont été apportées à cette quatrième édition. Tous les chapitres ont été retouchés, un certain nombre sont refondus et plusieurs sont tout à fait nouveaux […]. Le nombre de notes complémentaires a été porté de 6 à 20 […]. Tel qu’il est actuellement, ce volume en caractères plus fins contient presque le double des matières de la troisième édition, le quadruple de la première et la valeur de trois volumes ordinaires ».

21S’y ajoutent d’autres ouvrages de circonstance comme, en 1872, ses Premières notions d’économie sociale et industrielle, qui reprécisent les bases de la doctrine dès lors que se profile un risque de changement d’orientation de la politique économique. C’est le cas au moment où se produit une poussée protectionniste, après l’élimination de l’Empire, quand les Français vaincus lors de la guerre de 1870 doivent payer une lourde indemnité de guerre à l’Allemagne.

22Les manuels de Garnier se vendent bien et les éditions successives sont épuisées. Ils servent soit de compléments, soit de rectificatifs aux quelques cours existants, soit de substituts là où les cours manquent. Des éditions à l’étranger confirment ce succès, en Amérique latine, en Turquie. La forme du manuel, choisi par Garnier pour diffuser le rôle fondamental du marché, a bien réussi.

3. Face aux fonctions et aux dysfonctions du marché, le rôle particulier de ces manuels

23Signalons d’abord que le terme « marché » proprement dit reste employé dans le sens restreint qu’il a chez Adam Smith d’étendue d’un débouché. Mais au sens actuel du terme, il sous-tend tout le schéma d’explication du fonctionnement de l’économie. Les termes les plus employés sont ceux de libre concurrence et de libre-échange. La liberté est indispensable dans la sphère de la circulation des biens et des personnes. Cette circulation permet la confrontation de toutes les marchandises produites et offertes ; c’est cette liberté des échanges qui permet également de fixer le prix des biens produits autant que celui des salaires : tous les prix sont le résultat de cette libre confrontation de l’offre et de la demande. Le marché est donc à la source de la production la plus adaptée à la demande. Au sens actuel du terme, le marché est présenté comme libératoire à la fois pour les forces productives et pour les rapports sociaux.

24Le marché est aussi source de mobilité sociale. Son rôle ne se limite pas à abaisser les prix des produits dans le contexte de libre concurrence. Au niveau social, Garnier fait, comme J.-B. Say, l’apologie du rôle de l’entrepreneur présenté comme le héros de la révolution industrielle. En respectant les lois du marché, c’est lui qui combine efficacement les facteurs de production et qui doit savoir répondre aux vrais besoins sociaux (sinon la faillite est une sanction méritée). Il crée du travail là où il n’y en avait pas et distribue de nouveaux revenus. Sa réussite favorise donc la croissance et rend possible une certaine mobilité sociale. Plus mobile, cette société devient plus méritocratique et remplace ce qui pourrait subsister de la société d’Ancien Régime fondée sur l’héritage, la puissance des vieilles familles ou les effets de la rente. Les fonctions du marché sont donc à la fois de rendre possible la meilleure production au meilleur prix et de récompenser par la réussite les acteurs de l’économie qui ont mis en œuvre cette production adaptée aux besoins.

  • 2  J. Garnier, Traité d’économie..., op. cit., p. 512.

25Les salaires, eux aussi, obéissent à cette loi de confrontation de la demande et de l’offre de travail, à la source du juste prix. Mais, à tous les niveaux sociaux, il faut avoir compris les mécanismes régulant l’offre et la demande de travail pour agir sur eux. Par exemple, reconnaît Garnier, certains salaires baissent. Il appartient aux ouvriers, s’ils veulent conserver des salaires corrects, de réduire l’offre de travailleurs. Plusieurs moyens sont évoqués : « l’accroissement de la population peut être ralenti et le nombre d’ouvriers limité par des mariages tardifs et prévoyants ; une meilleure distribution de la population peut être obtenue ; une émigration peut être envisagée2 ». On peut agir aussi sur l’offre de capital ou sur le progrès technique.

26Globalement, les intérêts ne sont pas réellement contradictoires : un salaire correct pour les ouvriers favorise l’ensemble de l’économie. L’ouvrier qui ne peut consommer « fait souffrir le commerce », et alors les faillites se succèdent.

27Il appartient donc à tous de comprendre l’ensemble des mécanismes économiques, pour rendre possible le fonctionnement normal du marché. Les progrès récents en ce sens témoignent que « la liberté du travail et le progrès scientifique ont tenu les promesses faites en leur nom ». Cependant, la connaissance des lois du marché reste indispensable à chacun des acteurs de l’économie pour faire face à ses éventuels dysfonctionnements : c’est pourquoi le manuel examine tous les aspects de l’économie et de ses éventuels blocages dans leurs aspects concrets. Confronté à la révolution de 1848 et aux bouleversements socio-économiques qui ont secoué le xixe siècle, J. Garnier en tire la leçon : les lois du marché favorisent indéniablement le progrès à condition que tous les milieux sociaux les connaissent et puissent alors choisir, en connaissance de cause, les conduites les mieux adaptées.

28L’adaptation n’est donc pas automatique. Seule la connaissance des lois de l’économie par tous ses acteurs permet au système de fonctionner. Le savoir économique, répandu dans tous les milieux sociaux, est le seul moyen pour chacun de faire face aux perpétuelles mutations. À cette condition seulement, le marché fonctionne au mieux pour tous.

29La fonction du manuel prend alors tout son sens. Il n’est plus le simple exposé d’une société de marché qui serait idéale et sans crises. Le manuel libéral version Joseph Garnier en expose de plus en plus les difficultés et les blocages possibles. Mais s’il alerte sur les dangers, c’est pour provoquer les conduites d’anticipation et d’adaptation indispensables. Le manuel libéral est devenu à son tour un agent nécessaire du bon fonctionnement du marché.

II. Le marché dans les premiers manuels des facultés de droit (1864-1877)

A. Le marché régulé par le crédit mutuel : un cours à usage de manuel pour les juristes

1. Accompagner une politique officielle : une chaire test

30Parallèlement à l’action du groupe de pression libéral, toujours contraint d’organiser la défense de l’économie de marché dans ses institutions privées, se déploie à partir des années 1860, dans le cadre de l’Empire libéral, un mouvement en faveur de l’introduction de l’économie politique dans les facultés de droit. Mais les résistances de l’institution juridique sont fortes : l’économie politique n’est pas du droit. Elle n’est même pas une discipline bien définie. Les juristes la suspectent de n’être pas une science, mais une simple doctrine parmi d’autres, justement à cause de ses débats récidivants à propos de l’économie de marché.

31Dans un souci de compromis, le ministre Victor Duruy crée une chaire test en 1864. L’enseignement en est confié à un spécialiste de droit constitutionnel, Anselme-Polycarpe Batbie, favorable à l’Empire. Sur les conseils du ministre Rouland, quelques années auparavant, Batbie s’est documenté sur les formes de cet enseignement dans les universités germaniques de sciences camérales. Batbie est un spécialiste de droit constitutionnel rallié à l’Empire. Libéral, il estime que des institutions peuvent corriger les méfaits du libéralisme pur. Il vient de publier un ouvrage sur le crédit mutuel, conçu comme moyen de porter remède aux difficultés sociales liées aux excès de l’économie de marché. Il inaugure donc la tradition juridique de défendre l’idée de marché à condition que de bonnes institutions viennent en corriger les excès. Son cours illustre bien l’évolution de l’Empire libéral.

32Mais dans l’immédiat, ce cours lui-même a peu de rayonnement : d’une part, il n’est pas inséré dans le cursus de droit et ne fait donc l’objet d’aucun examen, d’autre part, dans un premier temps, les étudiants n’y voient que l’introduction dans l’enseignement de la propagande impériale. Ils y viennent donc d’abord pour y mener un chahut politique et la police doit intervenir.

33Le calme rétabli, la nouvelle discipline survit en exposant les bienfaits politiques autant qu’économiques de l’économie de marché devant des auditoires restreints mais motivés puisque la discipline n’est sanctionnée par aucun examen. La notion de marché devient l’auxiliaire d’une politique plus vaste, celle qui accompagne le tournant de l’Empire libéral : le droit de grève, très encadré, vient par exemple assurer un meilleur fonctionnement du marché du travail. Le professeur persiste en mêlant économie et droit jusqu’en 1871.

2. Un cours à usage de manuel sans succès tangible

  • 3  Anselme-Polycarpe Batbie, Nouveau cours d’économie politique professé à la faculté de droit de Par (...)

34Seule la publication de ce cours en deux tomes en 18663 agit comme un résultat tangible. Le marché y est présenté, dans ses aspects historiques, comme un outil de progrès en matière de liberté et de tolérance : si on avait écouté les leçons de l’économie politique libérale, explique Batbie, on n’aurait jamais ni révoqué l’édit de Nantes, ni expulsé les commerçants juifs. En somme, en proposant des moyens pour améliorer la condition matérielle des hommes, l’économie de marché est à l’origine « de nos progrès dans la voie libérale ».

35Cette greffe, compromise par sa proximité avec le pouvoir politique du moment, ne prend pas en profondeur. Le cours reste marginal même s’il est, de fait, à l’origine d’une nouvelle discipline et d’une tradition dans les facultés de droit.

B. Un nouveau type de manuels en direction des milieux politiques : infléchir et corriger les effets du marché. Le cas Cauwès

1. Un remplacement fortuit ?

36C’est seulement à partir de 1873 que change la conception du marché enseignée en faculté de droit (toujours comme matière annexe). En effet, le professeur Batbie est élu député de l’Ordre moral à l’Assemblée nationale, en 1871. La tradition est alors qu’il paie, sur son traitement, une indemnité à son remplaçant. De 1871 à 1873, le juriste Boissonnade, son premier remplaçant, reprend les conceptions du marché d’après les cours de J.-B. Say et reçoit les félicitations du lobby libéral.

37Mais au départ de Boissonnade, la suppléance est transférée à un jeune agrégé de droit qui vient d’être nommé à la faculté de Paris, Paul-Émile Cauwès. Il arrive de Nancy et, comme nouvel agrégé, n’a guère le droit de refuser ce cours. Or sa formation et son profil sont particuliers. Issu d’une famille protestante de l’Est, Paul-Émile Cauwès, avant de passer l’agrégation de droit, avait d’abord fait l’École des Chartes. C’est un bon germaniste, intéressé très tôt par l’économie politique allemande qui, elle, a conservé la tradition des sciences camérales : dans le monde germanique, l’économie est enseignée depuis longtemps dans les facultés de sciences camérales aux futurs hauts fonctionnaires. Elle représente un élément de la science du gouvernement. Or cette science camérale n’ignore pas la pensée de List, ni ses recommandations en faveur d’un protectionnisme de démarrage dans le but de protéger les industries naissantes d’un pays à l’aube de sa révolution industrielle. Une intervention temporaire de l’État dans l’économie n’a rien de tabou et ne se limite pas nécessairement aux droits de douane. Les écoles historiques allemandes se succèdent, se développent ; elles s’expriment en Alsace, à l’université de Strasbourg, où la nouvelle Allemagne envoie enseigner ses économistes les plus reconnus. Un rôle économique et social de l’État y est recommandé, à géométrie variable suivant les auteurs. Une protection sociale même peut et doit parfois être prescrite pour éviter à la fois les malheurs sociaux et la contamination idéologique, qui pourraient accompagner la rapide révolution industrielle de l’Allemagne.

38Cauwès nourrit ses cours de toutes ces réflexions. Dans l’immédiat, de 1873 à 1877, il fait un cours tranquille devant un public restreint et motivé à qui il est censé enseigner la législation économique.

  • 4  Paul-Émile Cauwès, Précis du cours d’économie politique, Paris, L. Larose, 1879.

39Mais la première publication de son cours en deux volumes en 18794 est perçue comme un scandale par le lobby libéral qui, rappelons-le, détient l’ensemble des médias économiques. Ce qui les heurte, c’est la critique de l’économie de marché sans contrôle. Pourtant, dans la première partie de son cours, Cauwès semble d’abord accepter les bases de l’économie de marché : la libre entreprise reste le moyen le plus efficace pour produire des biens. Mais la remise en cause du marché apparaît quand il aborde l’étude du marché du travail : celui-ci ne trouve jamais spontanément son équilibre, la mobilité des travailleurs, présentée comme remède par les libéraux, est toujours difficile, voire impossible à réaliser quand il s’agirait de trouver du travail dans une autre région et encore plus difficile à l’étranger. La liberté du travail est une illusion. De plus, la pauvreté qui découle de cette situation des travailleurs est dangereuse politiquement. Rappelons que depuis 1873 s’amorce une longue dépression qui caractérise la fin du xixe siècle. Cauwès, qui a le goût de l’histoire et du fait social, confronte la théorie à la réalité. L’État peut et doit intervenir au nom de l’équité dans deux domaines essentiels : le développement d’une législation sociale protectrice contre les injustices et la protection du marché national.

40Même si la faculté de droit renouvelle sa confiance au jeune agrégé, assez vite sa situation institutionnelle est menacée. Pourtant, dans un premier temps il garde son remplacement : Batbie est indisponible et serait, en raison de ses positions politiques en faveur de l’Ordre moral, très mal reçu par les étudiants. Mais, assez vite, le lobby libéral agit à l’intérieur de la faculté de droit, et sa puissance est telle que Cauwès est « cantonné » dans l’institution. Rappelons qu’il n’existe encore aucune formation spécifique pour ceux qui choisissent d’enseigner l’économie politique. Les libéraux réussissent donc à susciter, contre Cauwès, la promotion d’un jeune agrégé libéral, Paul Beauregard, qui, après quatre ans de province, obtient au décès de Batbie la chaire occupée par Cauwès en 1881. Le remplaçant Cauwès, lui, est promu à une chaire de droit romain. Mais il ne garde d’enseignement d’économie politique qu’en doctorat où les étudiants sont certes motivés mais très peu nombreux. Il est donc écarté de l’enseignement de masse de la première année. Entre-temps, en effet, en 1877, les républicains du centre gauche, au pouvoir (parmi lesquels le libéral Léon Say) avaient réussi à rendre obligatoire l’enseignement de l’économie politique comme matière de première année sanctionnée par un examen, ce qui assurait un vrai public large à la nouvelle discipline.

2. Le réveil du rôle du manuel

  • 5Cours d’économie politique, Paris, Larose et Forcel, 1893.

41C’est ce cantonnement en doctorat qui va réactiver le rôle du manuel comme outil de diffusion d’une nouvelle attitude à l’égard du marché. Cauwès agit d’abord par la diffusion de son cours. Ce dernier, avec le même titre de Précis, est édité pour la seconde fois en 1881-1882 chez le même éditeur. Enfin, paraît en 1893, en quatre volumes (et non plus deux), une troisième édition avec environ près de 700 pages par volume5 :

« Sorti de l’enseignement et d’abord composé pour des étudiants, cet ouvrage, sous un titre nouveau et dans son cadre élargi, est devenu plutôt un cours approfondi qu’un manuel élémentaire ; aussi s’applique-t-il à un public moins restreint […]. C’est une œuvre de critique scientifique, d’analyse impartiale des doctrines et des faits […]. Le professeur n’est pas un apôtre, mais un initiateur ».

42L’auteur revendique donc son originalité doctrinale en matière de marché. Il ne s’agit plus d’enseigner « les vérités acquises » et « discréditées », mais de faire en sorte que la pensée et la critique « fassent leur œuvre […] en tenant compte des transformations qui s’opèrent dans la société, dans les idées et dans les faits ». Or la situation économique et politique évolue sans cesse :

« Qui pouvait, il y a dix ans, soupçonner les applications nouvelles de l’intervention de l’État, notamment dans les questions ouvrières, ou prédire l’infiltration dans les lois de réformes économiques et fiscales qui ne figuraient alors que sur les programmes socialistes ? »

  • 6  Préface de la quatrième édition, p. VI-VII.

43L’auteur revendique donc « une activité scientifique hardiment novatrice6 ».

44Il faut ajouter que, pour faciliter la consultation, chaque chapitre est subdivisé en paragraphes consacrés à des thèmes précis et doublement numérotés : par pages d’une part, par paragraphe d’autre part.

45Il faut dire qu’entre-temps Cauwès a fait jonction avec les praticiens du protectionnisme, les républicains opportunistes qui, autour de Méline, avaient fait campagne victorieusement pour le rétablissement des droits de douane. À une époque où un très grand nombre de députés ont une formation juridique, ce manuel d’un nouveau type a nourri les praticiens de la politique de précédents et d’arguments, à la fois pour rétablir les droits de douane et pour accepter d’établir une législation sociale sur le modèle de celle de l’État bismarckien.

46L’argument mis en avant est que la liberté des échanges internationaux affaiblit les plus faibles. Les rapports de force économiques internationaux sont tels que le déséquilibre des marchés est une évidence. Rappelons que la France est sortie affaiblie de son conflit avec la Prusse et que le mécontentement, la souffrance sociale devant la dépression y ont pris la forme très violente des attentats anarchistes.

47L’État ne doit plus seulement intervenir pour protéger l’industrie française face à la nouvelle puissance allemande. Contre les économistes libéraux qui refusent toujours vivement ces propositions, une partie des députés républicains, proches de leurs électeurs, soit paysans, soit ouvriers des villes, qui souffrent du ralentissement économique, accordent de l’intérêt à toutes ces nouvelles conceptions de contrôle du marché. Ils se retrouvent autour du programme protectionniste. Une Société d’économie nationale est fondée pour élargir l’expression de ces nouvelles idées sur la protection du marché. Ces conceptions d’un marché extérieur limité et protégé par des droits de douane l’emportent en 1882 et en 1892.

48Le succès de Cauwès est plus limité en matière sociale, mais n’est pas nul.

49Cette fois le manuel a joué, pour le marché, le rôle inverse de celui de la période précédente, avec un plan qui intègre le contenu à la fois descriptif et théorique de plusieurs années d’enseignement, et une mise en ordre qui garde les étapes classiques de l’enseignement économique. Accompagné d’une liste d’entrées thématiques, le manuel devient une sorte de bréviaire pour parlementaires hésitants.

50Cette modification du rapport de force politique permet à Cauwès, malgré l’opposition des libéraux, d’atteindre des positions de pouvoir dans l’université : il devient doyen de 1910 à 1913, et est plusieurs fois membre du jury de la nouvelle agrégation d’économie, instituée par le décret de 1896. Là, il peut peser sur la sélection des jeunes professeurs d’économie issus de la nouvelle agrégation spécialisée. Cependant, même en doctorat, son enseignement est « équilibré » par un enseignement libéral, si l’on en croit le témoignage de Charles Rist.

51Une nouvelle fois, bien qu’en sens inverse, le manuel a joué un rôle non négligeable dans le changement de la conception du marché.

III. Les manuels de droit et la tradition du marché régulé par la législation sociale (1896-1914)

52Le manuel de Cauwès continue d’être utilisé pendant cette nouvelle période qui ne revient pas sur la nouvelle législation protectionniste.

53Au tournant du siècle, cependant, la création d’une agrégation d’économie politique en 1896 a permis le recrutement d’un nouveau corps de professeurs spécialisés en économie politique dans les facultés de droit. Chaque professeur prend l’habitude, comme pour les juristes, de publier son manuel à l’usage désormais des étudiants en droit de première et de deuxième année. L’enseignement de l’économie de base vient d’être ainsi réorganisé. Mais pour bien comprendre le rôle important qu’y jouent encore les manuels, il faut rappeler que l’assiduité des étudiants en droit était faible et, de fait, qu’ils préparaient leurs examens grâce à la lecture de gros manuels.

54Très vite, une nouvelle tradition s’établit. Le professeur chargé de l’économie dans les deux premières années de droit fixe un vocabulaire de base en décrivant de façon classique, libérale, les mécanismes fondamentaux de l’économie politique. Il publie son manuel parfois remis à jour pour le public captif qui veut passer les épreuves d’économie de première et de deuxième année.

55Mais cette formation de base, à partir du tournant du xxe siècle, est complétée par l’exposé de la législation économique et surtout sociale « positive », celle qui vient d’être élaborée en faculté de droit, même si, en pratique, elle est parfois en contradiction avec certains principes généraux du libéralisme pur exposés antérieurement dans le même ouvrage.

  • 7  Denis Bayon et Ludovic Frobert, « Lois ouvrières et réformisme social dans l’œuvre de Paul Pic (18 (...)

56En effet, au tournant du siècle, face à la nécessité d’adapter la société à ce qu’on n’appelle pas encore la seconde révolution industrielle (pétrole, gaz, électricité, chimie, voitures, cinéma), les facultés de droit se sont attribué la fonction d’aider au fonctionnement social de la République, surtout après la crise de l’affaire Dreyfus. La croissance économique a repris à partir des années 1896, mais les problèmes sociaux ne sont pas résolus. Certaines facultés de droit, comme à Lyon, avec Paul Pic par exemple, se spécialisent dans la réflexion sur le droit social et l’élaboration de nouvelles solutions aux problèmes sociaux posés par la reprise économique à l’aube de la seconde révolution industrielle7. C’est cette situation que répercutent les nouveaux manuels.

57Les grands manuels originaux, comme ceux de Garnier ou de Cauwès, n’ont donc pas de successeurs dans une situation universitaire relativement apaisée ; le compromis opportuniste sur le marché se maintient. Les manuels de premier cycle servent quasiment de bible aux étudiants pour passer leurs examens. Ils sont donc plus « normalisés ». La seule chose qui peut surprendre le lecteur actuel est le consensus théorique sur un marché libre, face à l’exposé pratique et tranquille de la législation réelle, positive, même si elle est contraire aux principes libéraux énoncés plus haut par l’auteur du manuel ; il n’y a pas à citer de cas particulier puisque c’est un fait toujours accepté en première et deuxième année dans les facultés de droit.

58Avec cette normalisation, l’ère des grands manuels pour ou contre le marché libre est passée. L’enseignement de l’économie, désormais accepté, n’a plus besoin de ces carrières pionnières et marginales.

Conclusion

59En somme, le xixe siècle a été la période de quelques grands manuels compensant l’absence d’un enseignement permanent sérieux et reconnu en matière de marché. Dans ces manuels, le marché a été l’objet des débats et des conflits les plus importants. Présenté dans les manuels les plus diffusés comme la source de toutes les libérations – économiques, sociales et même politiques –, le marché autorégulé est devenu, en période de crise, le thème des remises en cause les plus vives, toujours au travers de manuels, principaux médias du moment revendiquant une légitimité scientifique.

60Signalons toutefois que la réussite politique de cette nouvelle conception du marché a rendu très difficile la diffusion de la conception néoclassique du marché, majoritairement refusée dans la France de la seconde révolution industrielle alors qu’elle est (non sans débats) présentée comme au principe du renouveau de la théorie économique moderne. Il resterait à savoir si le contexte économique global n’est pas désormais plus influent que n’importe quel manuel à la lumière des médias actuels.

Notes

1  Joseph Garnier, Traité d’économie politique, Paris, Guillaumin et Garnier, 1863.

2  J. Garnier, Traité d’économie..., op. cit., p. 512.

3  Anselme-Polycarpe Batbie, Nouveau cours d’économie politique professé à la faculté de droit de Paris, 1864-1865, Paris, Cotillon, 1866.

4  Paul-Émile Cauwès, Précis du cours d’économie politique, Paris, L. Larose, 1879.

5Cours d’économie politique, Paris, Larose et Forcel, 1893.

6  Préface de la quatrième édition, p. VI-VII.

7  Denis Bayon et Ludovic Frobert, « Lois ouvrières et réformisme social dans l’œuvre de Paul Pic (1862-1944) », Le Mouvement Social, n° 201, octobre-décembre 2002, p. 53-80.

Auteur

Maître de conférences d’histoire contemporaine à l’université Paris I, puis professeur aux universités de Metz et Marne-la-Vallée, elle est professeur émérite. Ses recherches ont porté sur la pensée ­économique des hommes politiques et sur l’enseignement de l’économie politique en France de 1815 à 1950. Elle a publié Le Juste ou le Riche. L’enseignement de l’économie politique, 1815-1950, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2004.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search