Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genèse des marchés

 | 
Françoise Bayard
, 
Patrick Fridenson
, 
Albert Rigaudière

Les marchés : des modèles pratiques à la théorie économique

Théories et pratiques du marché : une approche de sociologie économique historique

Philippe Steiner

Texte intégral

  • 1  Alvin E. Roth, « The Economist as engineer : Game theory, experimentation, and computation as tool (...)

« The economic environment evolves, but it is also designed. Entrepreneurs and managers, legislators and regulators, lawyers and judges, all get involved in the design of economic institutions. But in the 1990’s, economists, particularly game theorists, started to take a very substantial role in design, especially in the design of markets. These developments suggest the shape of an emerging discipline of design economics1. »

1Les relations entre la pratique marchande et la théorie économique constituent un élément important pour comprendre la genèse et la dynamique du marché, une institution centrale des sociétés modernes. La théorie économique du marché entretient un lien avec la pratique marchande dont elle est censée rendre compte, il n’est pas moins important de se demander comment s’effectue le passage de l’une à l’autre et comment la position occupée dans la société par l’économiste marque la manière dont ce dernier oriente sa réflexion. La première partie de ce chapitre s’intéresse à ces relations en comparant les théories du marché de David Ricardo et de Jean-Baptiste Say, deux grands économistes du début du xixe siècle. Leurs différences théoriques et leurs différentes pratiques du marché illustrent une facette des relations entre pratique marchande et théorie économique, tout particulièrement en mettant l’accent sur la place accordée à l’entrepreneur dans la théorie du marché.

2Au cours de son développement, ou encore, pour parler comme Max Weber, au fil des processus de rationalisation qui la traversent, la théorie économique s’autonomise au sens où elle soulève des questions étrangères à la pratique des acteurs présents sur le marché, parce que les rationalisations intellectuelles et pratiques à l’œuvre dans le monde académique et dans le monde marchand ne sont pas les mêmes et parce que, l’enseignement de l’économie étant devenu une profession à part entière, l’économiste est moins directement confronté à la pratique marchande. Le cas de la théorie de l’équilibre général développé à la fin du xixe siècle illustre cette nouvelle configuration, laquelle offre aussi l’avantage de montrer que la théorisation, aussi abstraite qu’elle soit, n’est pas dépouillée de relations précises avec la pratique marchande puisque le soubassement institutionnel de la théorie est relié à l’étude que Walras avait faite du fonctionnement de la Bourse des valeurs. Les théories du marché et de l’entrepreneur en sortent profondément changées.

3Finalement, les relations entre pratique marchande et théorie économique sont maintenant marquées en certains lieux précis comme les marchés financiers, les dispositifs d’enchères ou les marchés d’appariement, par l’effet de la théorie du marché sur la pratique du marché elle-même. En repartant de la manière dont Joseph Schumpeter avait formulé le problème, et en s’appuyant sur sa distinction entre l’inventeur et l’entrepreneur-innovateur, la dernière partie de ce chapitre met l’accent sur le fait que l’économiste, en tant qu’entrepreneur et non plus seulement inventeur, a un impact sur la pratique marchande. Cet impact peut passer par le canal traditionnel de l’enseignement ; il peut aussi passer par le canal de l’expertise, au sens où l’économiste endosse le rôle de conseiller auprès de l’État ou de grandes organisations ; il peut enfin passer par diverses formes d’ingénierie économique, soit en fournissant des règles de décision pour les acteurs du marché (cas des formules de détermination des prix sur les marchés financiers), soit en élaborant les microstructures du marché lui-même, ce que les économistes anglo-saxons appellent le Market Design. Ce dernier point permet alors d’ouvrir la discussion de la théorie de la performativité que Michel Callon a proposée pour rendre compte de la situation de la théorie vis-à-vis de la pratique marchande contemporaine.

I. Marché de producteurs ou marché financier

  • 2  Alain Béraud, Jean-Jacques Gislain et Philippe Steiner, « L’économie politique néo-smithienne en F (...)

4Dès le début de la Restauration, Say a pu rencontrer ses homologues britanniques et entretenir une correspondance sur l’économie politique. Tous partagent un socle commun qui est fourni par la Wealth of Nations d’Adam Smith ; d’une grande portée, cet ouvrage est aussi d’une grande complexité et les avis divergent au point que l’on peut considérer cette période comme un intense débat entre néo-smithiens sur la manière de le comprendre2. À l’intérieur de ce débat, les questions se rapportant à la théorie de la valeur et à la théorie de la répartition occupent une grande place. C’est à ce point que l’on peut saisir le fil menant à une différence importante entre deux protagonistes marquants : Say et Ricardo.

5Les échanges de vues entre les deux économistes permettent de se rendre compte des difficultés qu’ils rencontrent à élaborer une théorie satisfaisante d’une économie de marché, et des options différentes qui se font alors jour. Dans le cas d’espèce, la difficulté porte sur la manière de rendre compte des revenus distribués aux différentes classes d’agents participant à la production. Prenons pour point de départ un extrait de la correspondance entre les deux économistes. Le 2 décembre 1815, en réponse à un courrier que lui a adressé Ricardo le 18 août, Say prend prudemment position sur l’intense débat qui oppose son correspondant à Thomas Robert Malthus à propos de la théorie de la rente :

  • 3  Jean-Baptiste Say, Mélanges et correspondance d’économie politique, ouvrage posthume de J.-B. Say, (...)

« Que vous dirai-je à l’égard de votre polémique avec M. Malthus ? Vous avez l’un et l’autre étudié la question of rent and profits sans doute beaucoup mieux que moi ; et puis je vous confesse que ma façon d’envisager les profits, soit d’un capital, soit d’un fonds de terre, rend très difficile pour moi la tâche de débrouiller cette question. Je ne peux m’empêcher de faire entrer pour beaucoup, dans l’appréciation des profits, le talent, la capacité industrielle de celui qui fait valoir un terrain ou un capital ; et je regarde comme comparativement peu important le profit propre, le profit inhérent à ces deux instruments3 ».

  • 4Ibid.
  • 5  Cet épisode est étudié en détail dans Philippe Steiner, « Jean-Baptiste Say et les altérations de (...)
  • 6  J.-B. Say, Traité d’économie politique, édition variorum, in Œuvres complètes de J.-B. Say, Paris, (...)
  • 7  J.-B. Say, Cours complet d’économie politique pratique, Paris, Rapilly, 1828-1829.

6La formulation de Say est intéressante à plus d’un titre. On sait que cette lettre n’est pas celle qui a été envoyée à Ricardo. En effet, après la mort de ce dernier, agacé par les manières de faire de John R. McCulloch, un disciple fervent de Ricardo, Say a eu l’intention de faire paraître un ouvrage en anglais où il ferait état de ses divergences avec le grand économiste anglais. Il renonce pour des questions de convenance vis-à-vis de la famille de Ricardo, alors que la traduction est en cours, mais il a laissé visiblement des documents en ordre sur ce point. Charles Comte, son gendre et exécuteur testamentaire, fait paraître les pièces que Say avait réunies4, y compris un choix de lettres pour lesquelles Say avait réécrit ses propres réponses afin de mieux mettre en valeur son point de vue face aux questions de Ricardo5. Bref, les passages cités plus haut ont été écrits vers 1825, c’est-à-dire au moment où Say prend explicitement position contre la théorie ricardienne du marché dans la cinquième édition de son Traité d’économie politique6, puis dans plusieurs passages de son Cours d’économie politique pratique7. Mais que nous apprennent ces phrases nouvelles que Say a introduites à dessein ? Elles nous disent qu’à la différence des deux économistes britanniques, Say accorde moins d’importance à la rémunération des instruments de la production, la terre, le capital, pour tenir compte de l’activité de celui qui combine et met en œuvre ces instruments, l’entrepreneur. Cette différence est cruciale.

  • 8  Serge Chassagne, Le coton et ses patrons. France, 1760-1840, Paris, Éditions de l’EHESS, 1991.
  • 9  Dans ses notes sur la traduction française des Principles of Political Economy and Taxation de Ric (...)

7Premièrement, du point de vue de la représentation abstraite des marchés, la position de Say revient à privilégier un acteur particulier (l’entrepreneur) et ses décisions en lieu et place d’une multitude d’acteurs (les détenteurs des instruments de la production). Cette distinction en entraîne une seconde, car Say, qui a fondé et dirigé entre 1806 et 1812 une manufacture de coton à Auchy-lès-Hesdin8, met ainsi l’accent sur des décisions organisationnelles, avec les rigidités et les contraintes relationnelles qui pèsent sur elles9, en lieu et place de prises de décisions « loin de l’atelier » que peuvent effectuer des investisseurs arbitrant entre des taux de rendement et des risques sur un marché financier, marché que Ricardo connaît bien pour avoir fait fortune sur la Bourse de Londres pendant les guerres napoléoniennes. Au marché parfaitement fluide que le financier Ricardo théorise l’entrepreneur Say oppose la viscosité du monde organisationnel que commence à devenir la production industrielle.

  • 10  Philippe Steiner, « French political economy, industrialism and social change (1815-1830) », in Yi (...)
  • 11  Deux extraits du Catéchisme d’économie politique permettent de voir la place que Say donne à cette (...)
  • 12  Frank H. Knight, Risk, Uncertainty and Profits, Washington, Beardbooks, 2002 (première édition en  (...)

8Deuxièmement, en marquant son éloignement du débat britannique, Say est amené à mettre l’accent sur la situation que crée l’émergence d’une société nouvelle que les publicistes français rangent sous le vocable d’industrialisme10. Dans cette forme d’organisation sociale, l’industrie ou encore l’activité utile de tous les membres de la société met l’activité économique au fondement de la vie sociale et acquiert une signification morale et politique. L’industrie fait prospérer toutes les classes de la société - les fractures au sein des « industrieux » ne sont pas encore saillantes, et les ruptures marquées par les révolutions de 1830 puis, surtout, de 1848 sont encore loin - et elle réclame sa part dans l’organisation politique, ce que les gouvernements de la Restauration rechignent à lui accorder. Au sein de cet ordre industriel, Say donne une place particulière à l’acteur qu’il situe au centre de l’activité économique : l’entrepreneur. En effet, à la différence des industrieux qui bénéficient d’un revenu fixe, défini par les termes du contrat - contrat de louage de travail pour les uns, contrat de louage des capitaux ou des terres pour les autres -, les revenus de l’entrepreneur sont incertains11. En dehors du travail d’inspection et de contrôle qu’il peut réaliser et pour lequel il perçoit la rémunération prévue à cet effet, l’activité spécifique de l’entrepreneur, qui est d’assumer l’incertitude marchande, ne peut donner lieu à un revenu certain, car ce dernier va dépendre de ses jugements et de leur adéquation à une situation que personne ne maîtrise au moment où les décisions doivent être prises. L’entrepreneur affronte ce que Frank Knight12 a appelé l’incertitude au sens où, à la différence du risque qui est assurable, la liste des états futurs du monde d’une part, leurs probabilités d’occurrence de l’autre sont impossibles à établir. Dans ce contexte d’incertitude marchande, dit Say, l’entrepreneur est à même de réaliser de grandes fortunes ; il est l’homme nouveau par excellence. Pourquoi cela ? En raison de la position particulière qu’il occupe dans la structure des marchés, comme le dit très clairement l’économiste français dans son Traité :

  • 13Œuvres complètes de J.-B. Say, Paris, Economica, 2005, vol. II, p. 735.

« Nous verrons, en parlant des profits de l’ouvrier, quel avantage donne sur lui au chef d’entreprise la position de l’un et de l’autre ; mais il est bon de remarquer les autres avantages dont un chef d’entreprise, s’il est habile, peut tirer parti. Il est l’intermédiaire entre toutes les classes de producteurs et entre ceux-ci et le consommateur. Il administre l’œuvre de la production ; il est au centre de plusieurs rapports ; il profite de ce que les autres savent et de ce qu’ils ignorent, et de tous les avantages accidentels de la production. C’est aussi dans cette classe de producteurs, quand les événements secondent leur habileté, que s’acquièrent presque toutes les grandes fortunes13 ».

9Say savait très exactement de quoi il parlait puisqu’il a fait fortune dans le coton, ayant vendu ses parts de l’entreprise en 1812 pour environ 200 000 francs. Fortune médiocre comparativement à celle de Ricardo, qui se retire de la finance riche à millions (de livres sterling) à la fin des hostilités. Les trajectoires professionnelles des deux économistes ne sont donc pas sans résonner avec leurs prises de position théorique. Il ne faut pourtant pas aller trop loin dans ce sens et aboutir à une forme de sociologisme selon lequel les positions sociales expliqueraient les prises de position théoriques. Thomas Robert Malthus n’est ni un entrepreneur ni un financier ; c’est un homme d’Église, enseignant l’économie politique aux jeunes Anglais destinés à une carrière d’administrateur aux Indes. Cet éloignement de la pratique marchande, comparativement à ce qu’il en est de Say et de Ricardo, ne l’empêche nullement d’être un des très grands théoriciens de cette période, et il n’explique pas non plus sa prise de position sur les causes des crises de surproduction.

II. La bourse des valeurs et la théorie de l’équilibre général

10L’enseignement devient progressivement la profession la plus commune des théoriciens de l’activité économique. Sauf exception, la révolution marginaliste des années 1870 est portée par des économistes qui sont des enseignants : Stanley Jevons à Manchester, Carl Menger à Vienne et Walras à Lausanne. C’est aussi le cas de ceux qui vont la développer comme Alfred Marshall à Cambridge et Vilfredo Pareto à Lausanne. La théorie économique fait donc de plus en plus place à ce que Max Weber a appelé le « libre intellectualisme du savant », ce qui donne lieu au développement d’une rationalisation formelle de la connaissance économique, une rationalisation dégagée de toute implication pratique sur l’activité marchande, à la différence de ce qu’il en était de Say et de Ricardo. Pour autant, les cadres institutionnels du marché restent importants, comme on peut le voir avec la manière dont Walras présente la concurrence à la base de la théorie de l’équilibre général.

  • 14  Cette précision pour indiquer que les prix en question font plus qu’équilibrer chaque marché isolé (...)
  • 15  Léon Walras, Éléments d’économie politique pure, 1900, in Œuvres économiques de Léon Walras, Paris (...)

11La théorie walrasienne du marché est devenue l’expression par excellence de la construction abstraite, de surcroît sous forme mathématique, que produit l’économiste au sens moderne du terme. Les agents économiques, isolés les uns des autres, leurs préférences données et stables, cherchent à obtenir le plus de satisfaction des biens (ressources rares, c’est-à-dire utiles et en quantités limitées) qu’ils détiennent au moyen de transactions marchandes décidées sur la base de prix qui s’imposent à eux. La règle de comportement est alors très simple : les demandeurs enchérissent, tandis que les offreurs offrent au rabais. Combinée à la libre concurrence, cette hypothèse simple permet à Walras de réaliser le tour de force qu’est la détermination d’un équilibre général, c’est-à-dire la détermination d’un ensemble de prix tel que, sur chaque marché composant un ensemble de marchés liés entre eux14, l’offre égale la demande. Dans les termes de Walras l’économie politique pure devient la théorie du prix du marché : « L’économie politique pure est essentiellement la théorie de la détermination des prix sous un régime hypothétique de libre concurrence absolue15 ».

12Ces développements théoriques sont l’exemple du « libre intellectualisme du savant » poursuivant la rationalisation formelle de la connaissance économique, formelle en ce sens qu’elle vise à la cohérence et délaisse toutes considérations « matérielles », c’est-à-dire tout autre principe d’action et tout autre principe moral que celui de la recherche de la satisfaction maximale.

13Même dans ce cas, l’économiste puise son inspiration dans quelques circonstances sociales particulières. Dans le cas de Walras, ce sont la Bourse des valeurs et les marchés à la criée qui jouent ce rôle :

  • 16  Léon Walras, Éléments d’économie…, op. cit., p. 70.

« Les choses valables et échangeables s’appellent aussi marchandises. Le marché est le lieu où s’échangent les marchandises. Le phénomène de la valeur d’échange se produit donc sur le marché et c’est sur le marché qu’il faut aller pour étudier la valeur d’échange. La valeur d’échange laissée à elle-même se produit naturellement sur le marché sous l’empire de la concurrence. Comme acheteurs, les échangeurs demandent à l’enchère, comme vendeurs, ils offrent au rabais, et leur concours amène ainsi une certaine valeur d’échange des marchandises, tantôt ascendante, tantôt descendante et tantôt stationnaire. Selon que cette concurrence fonctionne plus ou moins bien, la valeur d’échange se produit d’une manière plus ou moins rigoureuse. Les marchés les mieux organisés sous le rapport de la concurrence sont ceux où les ventes et achats se font à la criée, par l’intermédiaire d’agents tels qu’agents de change, courtiers de commerce, crieurs qui les centralisent, de telle sorte qu’aucun échange n’ait lieu sans que les conditions en soient annoncées et connues et sans que les vendeurs puissent aller au rabais et les acheteurs à l’enchère. Ainsi fonctionnent les bourses de fonds publics, les bourses de commerce, les marchés aux grains, au poisson, etc.16 ».

  • 17  Dans une série de travaux, Donald Walker a fortement insisté sur cette dimension empirique du trav (...)
  • 18  « Les opérations de Bourse sont des opérations très variées et très compliquées, qu’ignorent en gé (...)

14Parmi cet ensemble de marchés à la criée, c’est la Bourse des valeurs qui revêt sans doute la plus grande importance17. Walras en a d’ailleurs examiné de près le fonctionnement, et il ne cache pas l’écart existant entre la pratique marchande et le monde des économistes18, tout en se faisant fort de le réduire. Comment procède-t-il pour y arriver ?

  • 19  L. Walras, « La bourse… », art. cité, p. 366-367.
  • 20Ibid., p. 367.
  • 21Ibid., p. 369.

15Walras commence par expliquer la dualité des biens sur lesquels portent les transactions : les actions sont des titres de propriété du capital « impliquant la fonction d’entrepreneur en même temps que de capitaliste, avec participation à un bénéfice ou une perte d’entreprise qui s’ajoute à l’intérêt courant du capital19 », alors que les obligations sont des titres de propriété du capital qui se limitent à doter leurs détenteurs du statut de capitaliste et donnent droit « à l’intérêt courant du capital, ni plus ni moins20 ». Ces titres servent à drainer l’épargne pour la transformer en capitaux. Dans une économie progressive, où des capitaux neufs se forment grâce à un excédent d’épargne, la rencontre de l’industriel et de l’épargnant ne se fait pas directement ; les premiers ne sont pas versés dans la science des finances et les seconds ont souvent de l’aversion pour le risque. Les premiers passent par des « ingénieurs et [d]es financiers faisant les études et les calculs relatifs à telle ou telle nouvelle affaire » et les seconds par des « spéculateurs de profession » qui spéculent entre eux tant que la valeur des titres n’est pas assurée par une cotation régulière à la Bourse21. Lorsque la stabilisation des titres nouveaux est acquise, les titres deviennent des titres de placement, l’œuvre de la spéculation est finie et les épargnants rangent ces titres dans leurs portefeuilles.

  • 22  Michèle de La Pradelle, Les vendredis de Carpentras. Faire son marché en Provence ou ailleurs, Par (...)

16Une fois les acteurs situés, Walras insiste sur une caractéristique du fonctionnement de la Bourse, qui en fait un marché bien organisé. Les échanges n’ont pas lieu d’une manière décentralisée, comme cela peut être le cas sur une place de marché forain, ainsi celle que décrit Michèle de La Pradelle22. Entre les offreurs et les demandeurs se placent les agents de change vers qui convergent les ordres d’achat et de vente ; ces agents de change procèdent aux opérations d’enchère et ne concluent les transactions qu’une fois trouvé le prix qui égalise l’offre et la demande. Aussi ne peut-il y avoir qu’un seul prix pour le même titre, à la différence de ce qui se passe sur un marché décentralisé où l’information circule d’une manière moins systématique. Cette structure marchande est celle qui sert de soubassement à la théorie du marché de Walras. Bien sûr, ce n’est pas l’étude que Walras a faite de la Bourse de Paris qui l’amène au problème de l’interdépendance des marchés et à lui donner une solution sous forme d’un système d’équations simultanées. Par contre, le dispositif d’enchère et les comportements marchands qui donnent le soubassement actionniste à sa théorie sont tirés de cette étude sur la Bourse des valeurs.

17Il est cependant intéressant de considérer un peu plus en détail la manière dont la théorisation de Walras s’insère dans le débat lancé par Say contre Ricardo, débat qui opposait, en quelque sorte, le point de vue de l’entrepreneur et celui du financier. En faisant de la structure du marché des titres l’idéal du marché, Walras semble adopter le point de vue ricardien d’un marché parfaitement fluide. Toutefois, les choses ne sont pas aussi simples, car Walras fait de l’entrepreneur un agent important de sa théorie économique, tout en donnant à cette figure centrale de la théorie de Say une représentation nouvelle dans la mesure où, avec Walras, le marché boursier est intégré dans la société de marchés.

  • 23  « L’entrepreneur est donc le personnage (individu ou société) qui achète des matières premières à (...)
  • 24  Cette thèse fera l’objet d’un important débat chez les théoriciens. Malgré l’admiration qu’il port (...)
  • 25  L. Walras, Éléments d’économie, op. cit., p. 287.

18L’élément central de la présentation sayenne de l’entrepreneur, selon lequel ce dernier se trouve en position d’intermédiaire entre les différents fournisseurs de services producteurs et entre ceux-ci et les consommateurs, est maintenu23. Toutefois, Walras ne fait pas du revenu spécifique de l’entrepreneur une catégorie aussi saillante que Say avait été amené à le faire. On peut même dire que son approche stupéfie les économistes du moment en énonçant qu’à l’équilibre du marché, les prix des produits sont égaux aux frais de revient et, donc, que le bénéfice de l’entrepreneur est nul à l’équilibre24. Walras est sans doute un peu mal à l’aise avec l’affirmation qui découle de la structure logique de son raisonnement sur le « tâtonnement » qui permet de trouver les prix d’équilibre égalisant offres et demandes, prix de revient et prix de vente, et il laisse entendre, chose peu commune chez lui, que le modèle et la réalité diffèrent quelque peu25.

  • 26  L. Walras, « La bourse… », art. cité, p. 367.

19En effet, Walras prend soin d’avertir ses lecteurs d’une différence importante qu’il trace entre la formation de capitaux neufs et l’entretien de capitaux déjà formés. Pour ces derniers, dit Walras, il s’agit de « valeurs anciennes en plein rapport, par conséquent, connues et appréciées […]. Ainsi, on sait à combien s’élève la dette de la France, quelles sont les ressources de cet État pour en faire le service ; on sait ce que rapportent le Crédit foncier de France, le Chemin de fer du Nord ou celui de Paris à Lyon et à la Méditerranée, les Paquebots transatlantiques », ce qui signifie que « le certain l’emporte ici sur l’incertain26 ». Tel n’est plus le cas des capitaux neufs, et des valeurs introduites en Bourse pour les financer :

  • 27Ibid.

« Lorsqu’un État fait un emprunt, surtout si cela a lieu dans des circonstances critiques ou exceptionnelles, comme par exemple les États-Unis pendant la guerre de Sécession, on ignore quel sera le montant de ses besoins, quel sera le succès de ses opérations. Quand une institution de crédit se fonde et qu’un chemin de fer se construit, on ne sait ni ce que cette institution de crédit fera d’affaires, ni ce que ce chemin de fer effectuera de transport, ni quels seront les frais de ces entreprises. Or, entre tous les titres négociés à la bourse, ce sont surtout les titres de ces valeurs nouvelles qui sont la matière de la spéculation27 ».

20Telle que Walras la présente, la spéculation concerne les valeurs nouvelles, celles pour lesquelles l’incertain l’emporte sur le certain. Ce n’est pourtant pas un pur jeu de hasard, car des opérateurs sociaux de réduction de l’incertitude interviennent pour permettre le fonctionnement de ces marchés :

  • 28Ibid., p. 368.

« Des études, des plans, des devis permettent de prévoir ce qu’elles [les opérations nouvelles] coûteront ; c’est le côté économique de cette discussion, qui appartient aux ingénieurs. Des calculs permettent de prévoir ce qu’elles rapporteront ; c’est le côté économique de cette discussion, qui regarde les financiers. Suivant que le rapport doit être supérieur ou inférieur à l’intérêt courant des frais, l’opération sera poursuivie ou abandonnée […]. Le cas de succès pourrait ainsi se présenter le plus souvent ; mais cependant un insuccès est toujours possible. Ni les frais, ni le rapport d’entreprises telles que le canal de Panama ne sont susceptibles d’une évaluation rigoureuse. Quand les intérêts et les passions politiques se mettent de la partie, comme dans l’affaire du Gothard, l’écart entre les prévisions et le résultat peut être énorme. Ainsi l’idée de spéculation emporte naturellement et nécessairement celle d’un fort aléa28 ».

  • 29Ibid.
  • 30  Art. cité, p. 370.

21La phase de spéculation est donc celle de l’aléa marchand : les spéculateurs actifs sur le marché boursier l’affrontent pour faire se rencontrer les projets économiques et les épargnes, « les titres sont alors des titres de spéculation dont le prix s’établit à la bourse29 ». Une fois l’affaire établie, une fois connue sa valeur, les titres deviennent des titres de placement dont le prix s’établit selon la valeur anticipée des flux de revenus futurs (ce que la théorie financière actuelle appelle les « fondamentaux ») : « L’œuvre de la spéculation est finie ; son bénéfice est réalisé ou sa perte est faite30 ».

22La vision walrasienne des marchés repose, sur ce point, sur un clivage simple. Les marchés de biens et services font figure de marchés où règne le certain, à tout le moins un risque assurable au sens où les états futurs du monde sont connus et leurs probabilités d’occurrence le sont aussi. Sur de tels marchés, les bénéfices des entrepreneurs sont réduits à peu de chose et, d’une manière idéale, celle décrite par les équations de l’économie politique pure, ils sont nuls à l’équilibre. Par contre, sur le marché boursier, et pour les titres représentant les capitaux neufs, il y a un « fort aléa », aussi les spéculateurs sont ici en passe de faire de gros gains ou de grosses pertes. Le déplacement par rapport à Say est net : sa théorie de l’entrepreneur est reprise par Walras, mais elle n’est plus associée à l’incertitude industrielle dont Say l’avait lestée. L’incertitude n’a pas disparu pour autant pour être localisée dans les titres introduits en Bourse pour des entreprises nouvelles et ce sont les spéculateurs financiers qui la prennent en charge. Le système walrasien de marchés est de ce point de vue traversé d’un fort clivage.

III. De la sociologie de la connaissance économique classique à la performativité

  • 31  Joseph Schumpeter, Economic Doctrine and Method. A Historical Sketch, 1914, trad. anglaise, Londre (...)

23Les deux épisodes que nous venons de décrire rapidement en nous appuyant sur deux auteurs français canoniques peuvent servir à présenter deux approches en matière de sociologie de la connaissance économique : l’approche « classique » que l’on trouve dans les ouvrages du grand économiste et grand historien de la théorie économique qu’a été Schumpeter31, et l’approche développée depuis dix ans par Callon qui a puisé dans la philosophie et la sociologie des sciences de la fin du xxe siècle pour proposer une figure nouvelle de la sociologie de la connaissance économique.

A. La sociologie de la connaissance économique « classique » de Schumpeter

  • 32  J. Schumpeter, History of Economic Analysis..., op. cit., p. 7.
  • 33Ibid., p. 42.

24Selon Schumpeter32, l’analyse économique est un savoir outillé (tooled knowledge) en ce sens que l’économiste utilise un ensemble de techniques qui distingue son approche de celle du profane, y compris celle du profane plongé dans tel domaine de la pratique économique (banquier, commerçant, industriel, etc.). De surcroît, Schumpeter distingue l’analyse économique ou science économique de la « vision » qui caractérise la manière dont l’économiste se représente le fonctionnement économique. La « vision » charrie une large dose d’idéologie, de représentations situées en dehors de la logique de la déduction et de l’inférence qui caractérise la science33. Schumpeter insiste cependant sur deux choses : il est impossible de faire œuvre d’économiste sans s’appuyer sur une « vision », mais il est possible de dissocier la « vision » de la science et donc de parler d’un progrès de l’analyse économique lorsque l’on suit le cours de l’histoire de la pensée économique. On peut résumer la position de Schumpeter par trois propositions :

(a) Il est possible de faire une sociologie de la connaissance économique dans les périodes initiales de la théorie économique, mais après l’émergence de l’école classique (Smith, Say, Malthus, Ricardo, etc.), une telle sociologie ne traite plus que de considérations annexes ou anecdotiques (la biographie) du développement de l’analyse économique.

(b) La politique économique n’est pas un objet pertinent pour la sociologie de la connaissance économique, car elle appartient au domaine des luttes politiques.

(c) La sociologie de la connaissance économique a pour objet d’étudier les dimensions sociales de l’effort scientifique et tout particulièrement les dimensions sociales susceptibles de rendre compte de la « vision » de l’économiste.

25Ces propositions dessinent un vaste ensemble de recherches possibles que Schumpeter présente de la manière suivante :

  • 34  J. Schumpeter, History of Economic Analysis..., op. cit., p. 33.

« [La sociologie de la connaissance économique] traite la science comme un fait social. C’est-à-dire analyse les facteurs sociaux et les processus qui conduisent à ce qu’il y a de spécifique à l’activité scientifique, conditionnent le rythme de son développement, déterminent son orientation vers certains sujets plutôt que vers d’autres également possibles, poussent au développement de certaines procédures de préférence à d’autres, élaborent les mécanismes sociaux qui rendent compte des échecs et des succès obtenus par des individus ou des orientations de recherches, élèvent ou abaissent le statut et l’influence des savants et de leurs œuvres34 ».

26Cette position peut ainsi être résumée dans le schéma suivant :

Schéma 1. La sociologie de la science économique selon Schumpeter

Schéma 1. La sociologie de la science économique selon Schumpeter

27Ces affirmations trouvent aisément une vérification dans la lecture du magistral ouvrage qu’est History of Economic Analysis, l’ouvrage d’histoire de la théorie économique le plus complet et le plus influent qu’un économiste ait jamais écrit. Le contraste y est fort entre l’étude fine et approfondie de la dimension sociale de la connaissance économique avant le début du xixe siècle et la place étriquée qui lui est réservée ensuite. La ceinture protectrice, pour parler comme Imre Lakatos, que Schumpeter a érigée entre la science et la « vision » fait comme s’il n’y avait plus rien d’intéressant à dire en termes de sociologie de la connaissance économique après 1830. Ce que nous avons dit de Say, de Ricardo et de Walras pourrait d’ailleurs entrer dans l’approche schumpétérienne : à l’opposition entre les deux « visions » qui colorent l’analyse économique de Say (entrepreneur dans le coton) et de Ricardo (spéculateur boursier) fait suite la science walrasienne, faisant progresser notre compréhension de l’interdépendance des marchés et couplant le marché financier aux marchés des biens et services indépendamment de la position sociale de Walras.

  • 35  Max Weber, « La profession et la vocation de savant », 1919, in M. Weber, Le savant et le politiqu (...)

28Mais il n’est pas possible d’en rester à l’argumentation de Schumpeter. Le sociologue voit assez rapidement les limites de sa position, limites que l’on peut exprimer de la manière suivante. D’un point de vue wébérien, dont Schumpeter est proche par de nombreux côtés, l’analyse économique est une forme de la rationalisation ou de l’intellectualisation du monde35. D’un point de vue durkheimien, l’analyse économique demande à être considérée comme un fait social, au sens où elle explique à son tour d’autres faits sociaux. On peut traduire ces deux remarques en trois propositions alternatives à celles de Schumpeter :

(a’) Il y a eu et il y a toujours à l’œuvre différentes formes de rationalisation de la connaissance économique et il y a donc place pour une approche sociologique des processus qui associent la « vision » et les formes de rationalisation.

(b’) La sociologie de la connaissance économique s’intéresse aux facteurs expliquant les formes de développement de la théorie économique, mais elle s’intéresse aussi à la manière dont cette dernière modifie la situation idéologique, politique, et sociale.

(c’) La sociologie de la connaissance économique étudie comment la théorie économique devient une institution modifiant la manière dont les individus appréhendent le monde et agissent en conséquence.

29Le schéma schumpétérien peut alors être enrichi et modifié de manière à dépasser les deux limites que l’on vient de mettre en évidence :

Schéma 2. Dépassement de la conception schumpétérienne de la sociologie de la connaissance économique

Schéma 2. Dépassement de la conception schumpétérienne de la sociologie de la connaissance économique
  • 36  Les différentes formes de la rationalisation économique, la proposition (a’), ont été étudiées sur (...)

30Sans qu’il soit possible de rentrer ici dans tous les développements nécessaires36, il est possible d’illustrer ces propositions élargies de sociologie de la connaissance économique en revenant aux deux cas qui ont servi d’introduction à la réflexion et en montrant comment il est possible de traiter de la connaissance économique en tant que fait social.

B. Experts, professeurs et théoriciens

  • 37  Michel Callon, « Introduction : The Embeddedness of Economic Markets in Economics », in M. Callon (...)
  • 38  Ronald Burt, Structural Holes. The Social Structure of Competition, Cambridge (Mass.), Harvard Uni (...)
  • 39  Fabian Muniesa, Des marchés comme algorithmes : sociologie de la cotation électronique à la Bourse (...)

31Les économistes interviennent sur le social qu’ils sont censés décrire et théoriser de trois manières : en enseignant, en faisant œuvre d’expert auprès d’organisations politiques ou industrielles et d’associations, en faisant de l’ingénierie économique. Selon l’interprétation qu’en a donnée Callon37, l’interaction entre les énoncés scientifiques et l’objet même de ces énoncés est typique de ce que désigne la théorie de la performativité, laquelle s’applique à tout énoncé scientifique. Cette thèse a une vaste portée épistémologique qui met à l’écart la question de la vérité/fausseté des énoncés pour installer en lieu et place la question de leur succès/échec, portée par les réseaux socio-techniques décrits par la Actor-Network Theory. Avant de discuter un point particulier de cette thèse, il est utile de la montrer à l’œuvre en prolongeant les deux exemples considérés plus haut. Pour cela je m’appuierai brièvement sur le travail que Ronald Burt38 a réalisé sur les carrières d’entrepreneurs dans une grande firme d’électronique, puis sur l’étude que Fabian Muniesa39 a consacré à l’informatisation de la Bourse de Paris.

  • 40  Fr. H. Knight, Risk, Uncertainty…, op. cit., chap. IX.
  • 41  R. Burt, Structural Holes…, op. cit., p. 22.

32Burt développe une théorie de l’entrepreneur situé à l’intérieur de la grande organisation. L’organisation n’est pas conçue dans une veine néo-institutionnaliste selon laquelle le marché s’oppose à la hiérarchie (l’organisation) ; en lieu et place, l’organisation est conçue comme un espace de stratégies d’acteurs et de choix par ces derniers pour progresser dans leurs carrières. Celles-ci sont conçues à la lumière de la théorie de Knight40 lorsque ce dernier explique que le problème majeur dans l’entreprise moderne est d’effectuer des choix à partir des informations incomplètes et biaisées que rapportent les subordonnés. Dans les termes de Knight, l’entreprise est un lieu dans lequel l’entrepreneur doit former des jugements à partir des jugements que ses subordonnés mettent à sa disposition. Cette thèse est congruente à celle de Burt qui lui donne un tour spécifique en considérant que l’entrepreneur est caractérisé par sa capacité à se saisir de l’information et à la traiter au sein de l’organisation. Cela repose sur une structure relationnelle spécifique. Obtenir de l’information est un processus coûteux : il faut passer du temps avec les autres membres de l’organisation pour l’obtenir, et en connaître la qualité. Un bon entrepreneur doit faire des choix relationnels pertinents – ce que Burt appelle de la chirurgie réticulaire – de manière à consacrer son temps aux contacts les plus pertinents. Cette chirurgie réticulaire peut être illustrée par deux graphiques que j’adapte de Burt41 :

Schéma 3. Trous structuraux et position d’entrepreneur dans l’organisation

Schéma 3. Trous structuraux et position d’entrepreneur dans l’organisation
  • 42  Deux acteurs sont structurellement équivalents s’ils émettent et reçoivent les mêmes liens à tous (...)

33La différence entre les deux positions est graphiquement claire. Dans le schéma de gauche, avec cinq contacts, le manager E entretient des liens avec deux groupes, non connectés : aucun lien n’existe entre les acteurs 1, 2 et 3 d’un côté, 4 et 5 de l’autre. Dans le second cas, avec le même nombre de contacts, le manager entretient des liens avec cinq groupes non connectés. Cette modification est rendue possible par le fait que les contacts 1, 2 et 3 d’un côté, 4 et 5 de l’autre sont redondants – ils donnent accès aux mêmes acteurs42 – même s’ils ne sont pas directement connectés comme c’est le cas de 1 et de 2. Dans son opération de chirurgie réticulaire, E peut se dispenser de conserver trois contacts (1, 2 et 3) pour accéder aux mêmes informations. Dans le schéma de gauche, l’acteur E a un capital social dont la nature tient à la densité des relations à l’intérieur des groupes qu’il relie. Dans le schéma de droite, le capital social de l’acteur E tient à l’existence de groupes séparés qu’il relie. Les liens que le manager a su tisser dans l’organisation font qu’il est le seul à enjamber des trous dans la structure relationnelle (structural holes) ; il peut en tirer des avantages informationnels en adoptant la stratégie du tertius gaudens, celui qui peut tirer profit des demandes et des besoins des uns et des autres parce qu’il est le seul à relier entre eux ces derniers. La formule que Burt emploie est intéressante :

  • 43  R. Burt, Structural Holes…, op. cit., p. 34.

« L’acteur jouant le rôle de tertius oppose les unes aux autres les demandes et les préférences différentes et tire profit de leur désunion. Il enjambe le trou structural existant entre deux acteurs pour négocier les relations entre eux. Une telle position n’est pas du goût de tout le monde. Un acteur peut y répondre de différentes manières entre deux extrêmes dont l’un est de tirer pleinement parti de ces opportunités, l’autre de les ignorer. Si l’acteur se saisit du rôle de tertius, il est alors un entrepreneur au sens littéral du terme – une personne qui engendre du profit en se plaçant comme intermédiaire entre d’autres acteurs43 ».

  • 44  R. Burt, Structural Holes…, op. cit., chap. IV, et « Le capital social, les trous structuraux et l (...)
  • 45  Ce résultat général est contrôlé en neutralisant les effets possibles dus à l’âge, à l’origine eth (...)

34En mettant l’accent sur les propriétés relationnelles des acteurs, Burt retrouve l’élément clé de la formule avec laquelle Say expliquait comment de grandes fortunes pouvaient être formées par des entrepreneurs. Mais est-ce le cas dans le contexte organisationnel étudié par Burt ? Une étude effectuée sur une grande entreprise informatique américaine lui a permis de montrer l’importance pratique de la configuration relationnelle de l’entrepreneur en position de tertius gaudens44. Sans rentrer dans tous les détails de cette analyse quantitative, on peut en résumer les principaux résultats en notant que l’examen des dossiers des cadres de cette entreprise fait apparaître une plus grande rapidité de carrière pour ceux qui ont une structure relationnelle comportant l’avantage d’enjamber des trous structuraux. À capital humain identique, le capital social de ces acteurs explique les résultats supérieurs des uns par rapport aux autres45..

  • 46  Ronald Burt, Don Ronchi, « Teaching executives to see social capital : Results from a field experi (...)

35L’intérêt de cette approche ne s’arrête pas là. La théorie socio-managériale de Burt est plus que la description bien faite de l’entrepreneur dans l’organisation. En effet, Burt a l’occasion de l’enseigner aux managers, ce qui n’est pas sans effet sur l’auditoire. En examinant l’évolution de la carrière de cadres envoyés par leur entreprise suivre des séminaires de stratégie entrepreneuriale (Business Leadership Program et Strategic Leadership) à l’université de Chicago, et en contrôlant au moyen d’un groupe de managers de compétences similaires mais qui n’ont pas suivi ses enseignements, l’auteur montre que les participants aux séminaires ont de plus grandes chances d’être bien évalués pour leurs performances, d’être promus et d’être maintenus dans leur emploi46. On se trouve alors dans la version élargie de la sociologie de la connaissance économique, celle où intervient l’effet en retour de la théorie sur ce qu’elle est censée décrire. Dans le cas d’espèce, on se trouve dans un enchaînement qui mène de l’enseignement à la modification des représentations de l’acteur, laquelle modification entraîne des actions dont le résultat est conforme à la connaissance économique qui a été acquise. L’enseignement de résultats de la théorie socio-managériale a un effet sur les managers qu’elle décrit : il y a donc place pour une réflexion sur les effets de la théorie, pour reprendre le terme de Pierre Bourdieu, sur les comportements entrepreneuriaux, ainsi que le résume le schéma 4.

Schéma 4. Enseignement et effets de théorie

Schéma 4. Enseignement et effets de théorie

36Toutefois, comme l’indique la relation de bouclage du schéma 2, l’enseignement n’est pas la seule manière de produire un effet en retour de la théorie économique sur les comportements économiques. L’expertise et l’ingénierie économiques contribuent, elles aussi, à cet effet de bouclage ; mais elles en produisant des artefacts techniques qui incorporent les connaissances produites par l’économiste inventeur, de telle manière que l’économiste devient un innovateur au sens schumpétérien de celui qui applique des découvertes à des pratiques sociales qui, jusqu’alors, lui étaient étrangères. Pour saisir ce phénomène, on peut brièvement rapporter quelques éléments de l’étude que Fabien Muniesa a consacrée à l’informatisation de la Bourse des valeurs de Paris.

  • 47  L’enquête ethnographique sur les market makers de New York réalisée par Mitchel Abolafia (1996) mo (...)
  • 48  Muniesa établit ce point en examinant la manière dont Fischer Black envisage l’informatisation du (...)

37Deux points doivent retenir l’attention. Premièrement, en examinant l’arrière-plan théorique à partir duquel les économistes orientent leurs réflexions lorsqu’ils se penchent sur la microstructure du marché et sur la manière de la transformer, Muniesa retrouve un clivage théorique principiel de la théorie néoclassique, celui qui existe entre la théorie de l’équilibre d’Edgeworth et celle de Walras. Lors de la construction du logiciel de cotation et d’appariement des ordres placés sur le marché, la place de l’acteur humain (le spécialiste ou le market maker) est mise en question. En effet, ce dernier introduit une possibilité d’actions stratégiques et de comportements opportunistes sur le marché, par le fait qu’il dispose d’informations (les ordres placés) auxquelles les autres acteurs n’ont pas accès et qu’il agit sur le marché pour donner à ce dernier de la liquidité47. Cela introduit un biais dans les positions respectives des uns et des autres et dans les résultats du marché, un peu comme les capacités différentes dans la négociation marchande peuvent peser sur la détermination des taux d’échanges dans un processus décentralisé de type edgeworthien. Pour éviter ce type d’effets, les concepteurs de l’informatisation du marché se sont orientés vers l’option centralisée du marché walrasien : le logiciel doit enregistrer les ordres et en tirer la détermination du prix auquel les transactions ont lieu et les appariements entre les offres et les demandes sans qu’un agent ait la possibilité de tirer profit de ces informations48. La référence walrasienne ne suffit certainement pas à faire advenir l’informatisation du marché, mais cette théorie peut certainement aider à orienter la construction du logiciel dans un sens donné, celui du point unique où se rassemblent les ordres de telle manière que tous les acteurs soient placés en position de « preneur de prix ».

38La mise en place d’un tel logiciel transforme significativement le marché. Ce dernier incorpore désormais dans son fonctionnement la théorie qu’en a faite l’économiste inventeur. La matérialisation de la théorie sous forme de programme informatique donne chair à la figure de l’économiste entrepreneur qui s’empare d’un résultat scientifique issu de la sphère académique pour l’inscrire dans la sphère de la pratique marchande. Ce n’est pas tout. En effet, dans ce mouvement, on peut supposer que l’économiste innovateur a appris la théorie qu’il inscrit matériellement dans la pratique, et donc qu’il est redevable du mouvement décrit dans le schéma 4 qui mène de la théorie à la pratique par l’intermédiaire de l’enseignement. Mais les acteurs qui utilisent par la suite le dispositif matériel n’ont pas besoin de connaître cette théorie pour l’appliquer. C’est ce que le schéma 5 met en lumière.

Schéma 5. Expertise et matérialisation de la théorie

Schéma 5. Expertise et matérialisation de la théorie
  • 49  Donald MacKenzie, An Engine, Not a Camera : How Financial Models Shape Markets, Cambridge (Mass.), (...)
  • 50  D. MacKenzie, An Engine, Not a Camera…, op. cit., chap. I.
  • 51  Michel Callon, « Introduction : The Embeddedness of Economic Markets… », op. cit.

39La matérialisation de la théorie économique peut prendre diverses formes : des algorithmes de programmes informatiques dans le cas de la Bourse étudiée par Muniesa, des formules sophistiquées de fixation des prix des options, notamment lorsque ces dernières prennent la forme de documents ou de logiciels permettant les décisions d’achats et de vente pour les opérateurs du marché étudié par MacKenzie49. Lorsque l’on peut montrer que ces matérialisations ont un effet sur le fonctionnement du marché et qu’elles permettent de rapprocher celui-ci de ce que la théorie affirme à son propos, on entre dans ce que MacKenzie50 a appelé la performativité barnésienne, formule utile pour éviter de donner un sens trop large à la proposition de Callon51 selon laquelle le soubassement institutionnel du marché est aussi formé par la théorie économique du marché.

Conclusion

40Lorsque se développe la polémique entre Say et Ricardo dans les années 1815-1822, Say revendique le caractère appliqué de l’économie politique face à ce qu’il perçoit chez son ami et néanmoins contradicteur comme le retour d’une vision abstraite, métaphysique, de l’économie. Derrière cette opposition méthodologique, on peut lire l’opposition entre des points de vue différents pour rationaliser le savoir économique : Say, enseignant l’économie politique pratique au Conservatoire des arts et métiers, adopte le point de vue de l’entrepreneur, tandis que Ricardo, financier, fait la théorie abstraite du marché vu du point de vue de la finance. A cette période, la théorie économique de Say n’est guère plus appliquée par les praticiens de l’économie que celle de Ricardo. Say a plus en vue la formation du citoyen dans une société industrielle que la formation pratique des entrepreneurs. La situation peut alors être traduite dans les termes de Frédéric Bastiat, lorsque ce dernier distingue deux formes de science selon la manière d’en tirer les bénéfices :

  • 52  Frédéric Bastiat, Sophismes économiques, in Œuvres complètes de Frédéric Bastiat, vol. IV, 1854, d (...)

« Les unes, à la rigueur, peuvent n’être sues que des savants. Ce sont celles dont l’application occupe des professions spéciales. Le vulgaire en recueille les fruits malgré son ignorance : quoiqu’il ne sache pas la mécanique et l’astronomie, il n’en jouit pas moins de l’utilité d’une montre, il n’est pas moins entraîné par la locomotive ou le bateau à vapeur sous la foi de l’ingénieur et du pilote […]. Mais il est des sciences qui n’exercent sur le public qu’une influence proportionnée aux lumières du public lui-même, qui tirent toute leur efficacité non des connaissances accumulées dans quelques têtes exceptionnelles, mais de celles qui sont diffusées dans la raison générale52 ».

41La démarche poursuivie par Walras oriente davantage vers la position de Ricardo que vers celle de Say tant la théorie de l’équilibre général pousse la logique de rationalisation formelle de la connaissance économique : des acteurs isolés mais rationnels agissant sur des espaces sociaux dont les dimensions économiques sont épurées (concurrence parfaite) et préservées d’influences extérieures. Cet effort n’incorpore pas moins des éléments tirés d’un examen attentif des réalités économiques du moment et Walras ne fait pas mystère de l’importance qu’il accorde à la Bourse des valeurs pour expliciter le mécanisme de découverte du prix qu’il théorise. Ce support empirique de la part d’un économiste qui n’a plus le rapport à la pratique économique que pouvaient encore avoir Say et Ricardo a quelques conséquences importantes, notamment lorsqu’il s’agit de définir la nature des rémunérations des entrepreneurs et des spéculateurs. Elle prend aussi du sens lorsque l’on remarque combien Walras est attentif à de nouvelles figures qui servent à aider les spéculateurs et les entrepreneurs dans leur rapport au marché : les uns sont aidés par les financiers qui calculent ce que peut valoir un titre lorsqu’il est introduit en Bourse, tandis que les entrepreneurs prennent appui sur les ingénieurs pour les aider dans leur prise de décision industrielle. Si le rapport au marché de l’économiste devient plus distant, c’est aussi que le marché devient un dispositif plus complexe, techniquement et socialement, puisque les entrepreneurs et les spéculateurs sont amenés à s’appuyer sur de nouvelles catégories d’acteurs pour s’orienter sur le lieu même de leurs pratiques marchandes.

42L’histoire de la relation entre marché et théorie du marché ne s’arrête pas là. Notamment lorsqu’on se penche sur le marché financier, on voit apparaître une situation qui contredit la distinction proposée par Bastiat lorsque l’économiste endosse le rôle d’un ingénieur social appliquant son savoir, ses intuitions et sa vision des comportements humains pour produire les microstructures du marché. Dans ce cas, l’économiste devient un entrepreneur qui innove en tant qu’expert et ingénieur social, ainsi qu’Alvin Roth l’affirme dans la citation placée en exergue. Dans ce cas de figure, les acteurs du marché se trouvent dans une nouvelle configuration en étant mis en position de mettre en application des théories qu’ils ne connaissent pas. L’économie rentre dans le cadre de l’intellectualisation du monde que Weber avait mise au jour en prenant exemple sur les apports des sciences physiques à la vie quotidienne (le tramway).

43On peut voir dans cette situation nouvelle la marque du progrès : de nombreux individus bénéficient des découvertes scientifiques sans avoir à faire l’effort cognitif de les maîtriser. En s’avançant dans la voie de l’ingénierie sociale, l’économiste accentue la dimension politique de son savoir, de telle sorte que les individus se conduisent rationnellement en suivant leurs intérêts, et donc peuvent être conduits en organisant rationnellement les institutions dans lesquelles ils poursuivent leurs intérêts. C’est là, somme toute, un élément assez attendu de l’effort académique pour comprendre et maîtriser le monde social qui se prolonge par une intervention sur celui-ci grâce aux techniques et aux calculs. La position de Weber est, on le sait, plus encline à marquer le caractère tragique de ce progrès puisque cette intellectualisation croissante se traduit par une moindre maîtrise des conditions d’existence.

  • 53  Alvin E. Roth, « Repugnance as a Constraint on Markets », Journal of Economic Perspectives, 21 (3) (...)
  • 54  Alvin E. Roth et alii, « Kidney Exchange », Quarterly Journal of Economics, 119 (2), 2004, p. 457- (...)

44Weber concluait cependant que les sciences sociales, à l’intérieur desquelles il rangeait l’économie politique, offraient quelque chose de plus que cette participation à la rationalisation croissante de la vie sociale : en obligeant l’individu à se confronter à des faits inconfortables, elles jouaient un rôle moral. Mais elles offrent quelque chose de plus que Weber appelle la clarté, en l’occurrence la compréhension des valeurs ultimes auxquelles sont confrontées les exigences du jour. Pour satisfaire à ces dernières, il faut, dit-il, connaître leurs rapports aux premières et savoir qu’en suivant telle valeur on heurte nécessairement telle autre. Cette conclusion s’applique tout particulièrement à l’émergence de l’ingénierie économique du marché, comme on peut le voir à propos d’un échange récent entre Roth et un économiste favorable à la création de marchés d’organes à transplanter. Alors que ce dernier fait valoir les avantages utilitaires de la création de tels marchés (moindre durée d’attente pour les malades, moindre nombre de décès de ces malades et coût moindre pour les systèmes de soin), Roth reconnaît l’existence d’une « répugnance pour le marché » dans ce cas, comme dans d’autres53. Est-ce à dire que l’économiste favorable au market design abandonne le terrain et délaisse tout d’un coup les compétences et intuitions qui sont les siennes ? Non : Roth fait valoir la possibilité de créer ce qu’il appelle des marchés d’appariement (matching markets) dans lesquels des malades échangeront entre eux des proches prêts à donner leur rein pour les sauver, mais qui ne peuvent pas le faire en raison d’incompatibilités sanguines (groupes A, B, AB et O) ou tissulaires (le système HLA). Au lieu de heurter les répugnances et les valeurs morales, il est possible d’inventer des institutions pour des transferts inusuels de ressources (les reins sont des ressources rares) sans que l’échange marchand ne soit introduit – dans le cas présent, il s’agira d’échanger des donneurs d’un rein entre paires de malade-donneur non compatibles54. La technologie d’appariement de Roth a été expérimentée dans l’État du New Jersey à partir de 2006 ; depuis, des amendements ont été introduits dans les lois organisant la transplantation d’organes aux États-Unis, mais aussi en France, ce qui donne un sens très concret à la conclusion de Weber et montre que la genèse des dispositifs d’échanges, des marchés financiers aux dons de donneurs entre paires de donneur-receveur incompatible, reste une affaire politique de la plus haute importance, au xxie siècle comme dans les siècles précédents.

Notes

1  Alvin E. Roth, « The Economist as engineer : Game theory, experimentation, and computation as tools for design economics », Econometrica, 70 (4), 2002, p. 1341.

2  Alain Béraud, Jean-Jacques Gislain et Philippe Steiner, « L’économie politique néo-smithienne en France (1803-1848) », Œconomia, n° 34, février 2004, p. 325-418.

3  Jean-Baptiste Say, Mélanges et correspondance d’économie politique, ouvrage posthume de J.-B. Say, Paris, Chamerot, 1833, p. 99-100.

4Ibid.

5  Cet épisode est étudié en détail dans Philippe Steiner, « Jean-Baptiste Say et les altérations de sa correspondance avec David Ricardo », in André Tiran (dir.), Jean-Baptiste Say : influences, critiques et postérité, Paris, Éditions Classiques Garnier, 2010, p. 557-580.

6  J.-B. Say, Traité d’économie politique, édition variorum, in Œuvres complètes de J.-B. Say, Paris, Economica, 2005, vol. I (première édition en 1826).

7  J.-B. Say, Cours complet d’économie politique pratique, Paris, Rapilly, 1828-1829.

8  Serge Chassagne, Le coton et ses patrons. France, 1760-1840, Paris, Éditions de l’EHESS, 1991.

9  Dans ses notes sur la traduction française des Principles of Political Economy and Taxation de Ricardo, Say écrit : « Peut-être Monsieur Ricardo ne tient-il pas assez compte de la difficulté que les capitaux ont, dans beaucoup de cas, pour changer d’emploi […] : un grand nombre d’entrepreneurs d’industrie sont obligés de faire marcher leurs capitaux avec eux, c’est-à-dire de les laisser dans l’emploi où ils restent eux-mêmes » (J.-B. Say, « Notes de Jean-Baptiste Say », 1819, in D. Ricardo, Principes de l’économie politique et de l’impôt, trad. française, Paris, Flammarion, 1992, p. 466). Il y revient : « Dans presque tous les genres d’industrie, il se trouve des capitaux tellement engagés qu’on ne pourrait les retirer de leur emploi sans altérer considérablement leur valeur. Les talents et les travaux industriels eux-mêmes ne changent pas d’objet sans de graves inconvénients. On aime mieux continuer à travailler dans un genre qui rapporte moins, parce qu’il y aurait plus de perte encore à changer ; et cet effet se perpétue quelquefois un demi-siècle durant » (op. cit., p. 469).

10  Philippe Steiner, « French political economy, industrialism and social change (1815-1830) », in Yiorgos Stathakis et Gianni Vaggi (éd.), Economic Development and Social Change. Historical roots and modern perspectives, Londres, Routledge, 2006, p. 232-255.

11  Deux extraits du Catéchisme d’économie politique permettent de voir la place que Say donne à cette distinction, même à un niveau d’exposition simplifié : « Ils [les entrepreneurs] font avec le propriétaire un marché à forfait au moyen duquel ils lui paient une somme fixe, pour l’action de sa terre, qu’ils exploitent dès lors pour leur compte. Le propriétaire renonce au revenu variable qui peut résulter de l’action de sa terre suivant les saisons et les circonstances, pour recevoir en place un revenu fixe qui est le fermage » (J.-B. Say, Catéchisme d’économie politique, Paris, Bossange, 1821, p. 123). Il en est de même du capitaliste qui « change en un revenu fixe le résultat incertain du service de ce capital que l’entrepreneur fait travailler pour son compte » (Ibid., p. 124). Le revenu de l’entrepreneur fait alors contraste : « Quelle est la première observation à faire sur les revenus des entrepreneurs d’industrie ? Qu’ils sont toujours variables et incertains parce qu’ils dépendent de la valeur des produits, et qu’on ne peut pas savoir d’avance avec exactitude quels seront les besoins des hommes et le prix des produits qui leur sont destinés » (Ibid., p. 131-132). La même chose est reprise dans l’exposé plus systématique du Cours complet : « Tout le monde sait que fort souvent un propriétaire cède à un fermier les profits, le revenu qu’il pourrait tirer de son fonds de terre s’il voulait l’exploiter ; qu’un capitaliste cède à un manufacturier, à un commerçant, les profits, le revenu qu’il pourrait tirer de son capital s’il voulait le faire valoir ; et qu’un ouvrier, un employé, cède à un entrepreneur quelconque, les profits, les revenus que leur travail, leurs talents sont capables de produire, quand ces différents producteurs ne veulent pas tirer parti de leurs fonds productifs pour leur propre compte. Alors celui qui fait ainsi l’acquisition de la terre, du capital, ou de quelque faculté personnelle d’un autre, en paie le prix fixe et convenu, qui forme pour le vendeur un revenu certain et déterminé ; et un revenu certain et variable pour l’entrepreneur qui en fait l’acquisition » (J.-B. Say, Cours complet d’économie, op. cit., vol. IV, p. 110). Say se place ainsi dans la lignée de Cantillon et de Knight pour qui l’entrepreneur est l’agent qui assume l’incertitude marchande, transformant les revenus incertains en revenus certains pour autrui (cf. P. Steiner, « La théorie de l’entrepreneur chez J.-B. Say et la tradition Cantillon-Knight », L’actualité économique. Revue d’analyse économique, 73 (4), 1997, p. 611-627).

12  Frank H. Knight, Risk, Uncertainty and Profits, Washington, Beardbooks, 2002 (première édition en 1921).

13Œuvres complètes de J.-B. Say, Paris, Economica, 2005, vol. II, p. 735.

14  Cette précision pour indiquer que les prix en question font plus qu’équilibrer chaque marché isolément ; ces prix sont des prix d’équilibre général dans la mesure où le taux d’échange du blé contre de l’avoine est le même que la transaction ait lieu directement (blé contre avoine) où qu’elle fasse intervenir un autre bien (blé contre seigle, puis seigle contre avoine) ou toute autre séquence d’échanges entre le blé et l’avoine.

15  Léon Walras, Éléments d’économie politique pure, 1900, in Œuvres économiques de Léon Walras, Paris, Economica, 1988, vol. VIII.

16  Léon Walras, Éléments d’économie…, op. cit., p. 70.

17  Dans une série de travaux, Donald Walker a fortement insisté sur cette dimension empirique du travail de Walras : D. Walker, « Institutions and Participants in Walras’s Model of Written Pledge Markets », Revue économique, 41 (4), 1990, p. 651-668 ; « The structure of Walras’s barter model of written pledge markets », Revue d’économie politique, 100 (5), 1990, p. 619-642 ; La théorie de l’équilibre général. De nouveaux éclairages, Paris, Economica, 1999.

18  « Les opérations de Bourse sont des opérations très variées et très compliquées, qu’ignorent en général les économistes, et que connaissent seuls les gens d’affaires, lesquels n’ont aucun intérêt à les divulguer et à les discuter », L. Walras, « La bourse, la spéculation et l’agiotage », Études d’économie politique appliquée, 1880, in Œuvres économiques de Léon Walras, vol. X, Paris, Economica, 1992, p. 366.

19  L. Walras, « La bourse… », art. cité, p. 366-367.

20Ibid., p. 367.

21Ibid., p. 369.

22  Michèle de La Pradelle, Les vendredis de Carpentras. Faire son marché en Provence ou ailleurs, Paris, Fayard, 1996.

23  « L’entrepreneur est donc le personnage (individu ou société) qui achète des matières premières à d’autres entrepreneurs, puis loue moyennant un fermage la terre du propriétaire foncier, moyennant un salaire les facultés personnelles du travailleur, moyennant un intérêt le capital du capitaliste, et, finalement, vend à son compte les produits obtenus » (L. Walras, Éléments d’économie, op. cit., p. 287).

24  Cette thèse fera l’objet d’un important débat chez les théoriciens. Malgré l’admiration qu’il porte à Walras en tant que théoricien de l’équilibre général, Pareto n’admet pas cette thèse et s’efforce de la mettre à l’écart pour y substituer une théorie séquentielle du marché. P. Steiner, « L’entrepreneur parétien et la théorie de l’action », Revue européenne des sciences sociales, n° 116, 1999, p. 103-118.

25  L. Walras, Éléments d’économie, op. cit., p. 287.

26  L. Walras, « La bourse… », art. cité, p. 367.

27Ibid.

28Ibid., p. 368.

29Ibid.

30  Art. cité, p. 370.

31  Joseph Schumpeter, Economic Doctrine and Method. A Historical Sketch, 1914, trad. anglaise, Londres, Allen and Unwin, 1954 ; History of Economic Analysis, Londres, Allen and Unwin, 1954.

32  J. Schumpeter, History of Economic Analysis..., op. cit., p. 7.

33Ibid., p. 42.

34  J. Schumpeter, History of Economic Analysis..., op. cit., p. 33.

35  Max Weber, « La profession et la vocation de savant », 1919, in M. Weber, Le savant et le politique, trad. française, Paris, La Découverte, 2003, p. 83.

36  Les différentes formes de la rationalisation économique, la proposition (a’), ont été étudiées sur la période 1750-1850 en suivant une approche wébérienne dans P. Steiner, Sociologie de la connaissance économique. Essai sur les rationalisations de la connaissance économique (1750-1850), Paris, PUF, 1998. La théorie économique comme institution cognitive, la proposition (b’), a fait l’objet d’une étude croisant approche durkheimienne et wébérienne dans P. Steiner, L’école durkheimienne et l’économie. Sociologie, religion et connaissance, Genève, Droz, 2005, chap. VII-VIII.

37  Michel Callon, « Introduction : The Embeddedness of Economic Markets in Economics », in M. Callon (éd.) The Laws of the Market, Malden, Blackwell, 1998, p. 1-57 ; « What Does It Mean to Say That Economics Is Performative ? », in D. MacKenzie, F. Muniesa & L. Siu (éd.), Do Economists Make Markets ? On the Performativity of Economics, Princeton, Princeton University Press, 2007, p. 311-357.

38  Ronald Burt, Structural Holes. The Social Structure of Competition, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1992.

39  Fabian Muniesa, Des marchés comme algorithmes : sociologie de la cotation électronique à la Bourse de Paris, thèse de sociologie, École des mines de Paris, 2003.

40  Fr. H. Knight, Risk, Uncertainty…, op. cit., chap. IX.

41  R. Burt, Structural Holes…, op. cit., p. 22.

42  Deux acteurs sont structurellement équivalents s’ils émettent et reçoivent les mêmes liens à tous les autres acteurs du réseau. Cette équivalence se mesure par la distance euclidienne ou la corrélation entre les lignes et les colonnes des matrices relationnelles.

43  R. Burt, Structural Holes…, op. cit., p. 34.

44  R. Burt, Structural Holes…, op. cit., chap. IV, et « Le capital social, les trous structuraux et l’entrepreneur », Revue française de sociologie, 38 (4), 1995, p. 599-628.

45  Ce résultat général est contrôlé en neutralisant les effets possibles dus à l’âge, à l’origine ethnique, et au diplôme ; les écarts entre les carrières théoriques et les carrières effectives diffèrent selon la fonction occupée (technique, finance, etc.). Le résultat comporte deux limites puisque, pour les jeunes managers et les managers femmes, il est préférable d’avoir un capital social cohésif.

46  Ronald Burt, Don Ronchi, « Teaching executives to see social capital : Results from a field experiment », Social Science Research, 36, 2007, p. 1180. Burt et Ronchi notent que les résultats ont une faible significativité statistique. Cette dernière s’améliore nettement lorsque les auteurs font intervenir la nature de la participation (active versus passive) aux séminaires : la participation passive ne procure aucun avantage par rapport à ceux qui n’ont pas suivi l’enseignement. Mais la prise en compte de la variable « participation » complique l’interprétation du résultat (est-ce le comportement actif qui produit le lien entre la présence au séminaire et les carrières subséquentes ou est-ce le contenu de l’enseignement ?) et l’étude ne distingue pas son effet de celui de la variable « assistance aux séminaires ».

47  L’enquête ethnographique sur les market makers de New York réalisée par Mitchel Abolafia (1996) montre l’existence de cet opportunisme, mais aussi des moyens avec lesquels les institutions du marché le limitent.

48  Muniesa établit ce point en examinant la manière dont Fischer Black envisage l’informatisation du marché dans un article prémonitoire de 1971 : « Toward a Fully Automated Stock Exchange ». F. Muniesa, Des marchés comme algorithmes…, op. cit., p. 51-54, 291-293.

49  Donald MacKenzie, An Engine, Not a Camera : How Financial Models Shape Markets, Cambridge (Mass.), The MIT Press, 2006 ; D. MacKenzie, Yuval Milo, « Constructing a Market, Performing Theory : The Historical Sociology of a Financial Derivative Exchange », American Journal of Sociology, 109 (1), 2003, p. 107-145.

50  D. MacKenzie, An Engine, Not a Camera…, op. cit., chap. I.

51  Michel Callon, « Introduction : The Embeddedness of Economic Markets… », op. cit.

52  Frédéric Bastiat, Sophismes économiques, in Œuvres complètes de Frédéric Bastiat, vol. IV, 1854, deuxième édition, Paris, Guillaumin et Cie, 1863, p. 121.

53  Alvin E. Roth, « Repugnance as a Constraint on Markets », Journal of Economic Perspectives, 21 (3), 2007, p. 37-58.

54  Alvin E. Roth et alii, « Kidney Exchange », Quarterly Journal of Economics, 119 (2), 2004, p. 457-488 ; « A Kidney Exchange Clearinghouse in New England », American Economic Review, 95 (2), 2005, p. 376-380.

Table des illustrations

Titre Schéma 1. La sociologie de la science économique selon Schumpeter
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3923/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Schéma 2. Dépassement de la conception schumpétérienne de la sociologie de la connaissance économique
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3923/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Schéma 3. Trous structuraux et position d’entrepreneur dans l’organisation
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3923/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Schéma 4. Enseignement et effets de théorie
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3923/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Schéma 5. Expertise et matérialisation de la théorie
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3923/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 29k

Auteur

Professeur de sociologie à l’université de Paris-Sorbonne et membre de l’Institut universitaire de France, il est l’auteur de plusieurs ouvrages dans le domaine de la sociologie économique : La sociologie économique 1890-1920, en collaboration avec Jean-Jacques Gislain, Paris, PUF, 1995 ; Sociologie de la connaissance économique. Essai sur les rationalisations de la connaissance économique (1750-1850), Paris, PUF, 1998 ; La sociologie économique, Paris, La Découverte, 2011 ; Marchés contestés. Quand la morale rencontre le marché, en collaboration avec Marie Trespeuch, Toulouse, Presses du Mirail, 2014. Ses travaux récents portent sur la sociologie de la transplantation d’organes : La transplantation d’organes : un commerce nouveau entre les êtres humains, Paris, Gallimard, 2010 ; les très hauts revenus : Les rémunérations obscènes, Paris, La Découverte, 2011 et l’histoire des sciences sociales : Durkheim and the Birth of Economic Sociology, Princeton, Princeton University Press, 2011 ; Calcul et morale. Le devenir libre des esclaves ?, en collaboration avec Caroline Oudin-Bastide, Paris, Albin Michel, 2015.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540