Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genèse des marchés

 | 
Françoise Bayard
, 
Patrick Fridenson
, 
Albert Rigaudière

Religions et marchés

Témoin pour aujourd’hui

Michel Camdessus

Texte intégral

1Ce que vous me demandez est ce qu’il y a de plus difficile : non pas un discours doctrinal sur Foi chrétienne et marché, mais un témoignage, c’est-à-dire la vérité sur ce que j’ai vécu de ma vie de Foi et de gestionnaire des finances publiques.

2J’ai été pendant 24 ans fonctionnaire du ministère des Finances quand il siégeait encore rue de Rivoli, dans une grande diversité de fonctions, à l’exception des cabinets ministériels dont je n’ai pas l’expérience. Il me faut donc évoquer :

3Ma vie de Foi, c’est-à-dire ce qu’il m’est de plus intime. « Dieu plus intime en nous-mêmes que nous-mêmes », disait Saint Augustin.

4Ma vie de fonctionnaire public dans des fonctions importantes, prolongée pendant treize ans dans le service public international, c’est-à-dire ce qu’il y a de plus public.

5Il me faut dire cette interaction du plus intime et du plus public : j’ai accepté sans trop réfléchir comme j’accepte tout d’une Maison à laquelle je dois tant de riches expériences professionnelles. J’ai peut-être été imprudent, mais je ne puis me dérober. Je vous demande cependant une écoute indulgente.

6Voici donc ce que j’ai vécu : une vie de Foi dans ce service des finances publiques – que beaucoup ne voient que comme culte de Mammon, le Dieu de l’Argent – alors qu’il s’agit de s’y efforcer de mettre les finances publiques au service du bien commun national, européen et mondial ; un service public qui m’a fait faire bien des métiers y compris, dans les années 1990, celui de « commis-voyageur » de l’économie de marché dans les pays en transition.

7Une confidence d’abord : aussi loin que je relis mon histoire personnelle, une Foi en un Dieu aimant est là. C’est comme ça. Il y a en cela, je sais bien, un côté Astérix et cette marmite dans laquelle il était tombé tout petit ; ce fut mon cas, dans une famille de veille tradition chrétienne. Évidemment, cette expérience de Foi s’est enrichie avec les événements de la vie ; elle est présente à tous les grands tournants de celle-ci : le choix de carrière, le mariage, les engagements… Une Foi, évidemment avec la paix intérieure et l’assurance fondamentale que l’on trouve dans la familiarité de l’Écriture – parole de Dieu aux hommes – et dans la prière qui est un dialogue, lui, très intime mais étendu à toute l’humanité avec l’Amour même fait personne. Mais cette Foi est aussi exigence. J’ai eu assez tôt la chance d’entendre la parole de l’apôtre Jacques, qui n’était pas un intellectuel comme Paul, mais qui avait sa manière rude de mettre les points sur les « i » : « Mes frères, si quelqu’un prétend avoir la foi alors qu’il n’agit pas, à quoi cela sert-il ? … Comme le corps qui ne respire plus est mort, la foi qui n’agit pas est morte » (Jc. II-14-26). De quelle action s’agit-il ? Du service des hommes comme on sert des frères et parmi eux, les plus pauvres pour qui Jésus-Christ avait montré sa prédilection, cette option préférentielle pour les pauvres que l’Église prêche à temps et à contretemps.

8Qu’est-ce que cela veut dire lorsque l’on est fonctionnaire et donc essentiellement au service de politiques définies par d’autres, qui sont eux-mêmes des hommes et chez qui – parce que ce sont des hommes – le service du bien commun, dont ils ont souvent un sens exigeant, se trouve tout de même, en général, mêlé de quelque intérêt particulier ou de quelque ambition politique ? Ici apparaît une déontologie qui est l’honneur de la fonction publique. Cette déontologie du fonctionnaire et une vision chrétienne de son travail se recoupent, se recouvrent et c’est bien ainsi. Travail bien fait, esprit d’équipe, souci d’élargir l’horizon pour percevoir les besoins réels des gens et des entreprises au-delà des procédures. Souci chaque fois que l’occasion s’en présente, de faire évoluer les choses, de contribuer aussi intelligemment que possible à la définition de réformes pour mieux adapter l’action de l’État aux besoins réels de la société. Esprit de dialogue et de concertation là où les grandes institutions auraient tendance à s’organiser en citadelle assiégée par les pulsions dépensières. Tous ces traits-là, avec la neutralité politique que le pouvoir malheureusement écorne trop souvent, caractérisent la fonction publique française et font que l’on peut être fier d’en être.

9Peut-on trouver – là – la trace de ces valeurs chrétiennes dont notre société est, de fait, imprégnée ? Je le crois volontiers ; en tout cas, j’ai vécu comme un poisson dans l’eau mes responsabilités de fonctionnaire. Tout au plus me sentais-je particulièrement motivé quand il s’agissait de combats pour plus d’efficacité, car nous y voyions la seule voie pour créer des marges de manœuvre pour plus de solidarité, quand il s’agissait d’introduire plus de simplicité et de transparence dans l’action publique, quand il s’agissait de mieux faire fonctionner ou d’élargir le champ de l’action de solidarité internationale de notre pays. Je pense au travail avec les pays de la zone Franc, à la réorganisation du Club de Paris pour faire face au surgissement de la crise mondiale de la dette à partir de 1978. Un travail persévérant – main dans la main avec nos grands partenaires internationaux – pour en faire évoluer les modes d’action et les principes, pour mieux prendre en compte la situation tragique d’insolvabilité réelle des pays endettés, etc.

10Puis il y a eu ce service de la stabilité pour la croissance, ce service de la rigueur et de la vérité qui est au cœur des responsabilités de la Banque de France.

11Ce sont là, parmi d’autres, quelques-uns des très beaux métiers qu’un fonctionnaire du Ministère des Finances peut être appelé à exercer. Était-ce pour autant un « lit de roses » ? Évidemment non !

12Et vous pouvez imaginer tout ce qu’il y a à endurer d’inerties, voire d’incompréhensions, la frustration parfois de voir les avis exprimés n’atteindre même pas le Ministre pour lequel vous travaillez… Pourquoi s’étendre là-dessus ? C’est la vie même et, là aussi, la déontologie de la fonction publique vous soutient. Elle vous invite à vous exprimer avec franchise dans vos relations avec votre hiérarchie. Avec cette loyauté absolue qui est le corollaire de ce principe de neutralité de la fonction publique qui est à l’honneur de notre démocratie.

13À tout cela s’ajoutent, évidemment, tous ces principes de comportement que votre Foi et l’enseignement social-chrétien ont progressivement instillés dans votre vie, y compris ce désir ardent de concourir à la paix et au développement des pays pauvres. Je l’avais ramené de mon expérience militaire pendant la guerre d’Algérie…

14Voilà qui m’amène à la partie internationale de ma vie de fonctionnaire.

Fonctionnaire international

15Que de fois ai-je entendu souligner la contradiction – apparente – qu’il y aurait entre la mission donnée au Fonds monétaire international par la communauté internationale, et une vision chrétienne de la promotion des pays pauvres ! Il me faudrait des heures pour m’en expliquer. Je me limiterai à quelques remarques.

16J’ai été élu à cette fonction à la suite, je pense, du bon travail que nous avions effectué à la direction du Trésor pour répondre à la crise de la dette à travers le Club de Paris. J’ai pris cette fonction pour ce qu’elle est : une autre forme du service public des finances – au service du bien commun – cette fois-ci à l’échelon mondial. Sachant que là aussi, je ne serais rien d’autre que le chef d’une administration au service d’une politique définie par le consensus des États membres, que l’on doit influencer, tirer de son mieux vers la solidarité, mais dans la limite étroite que les gouvernements tracent souverainement, après vous avoir écouté mais pas toujours entendu.

17Deuxième remarque : je veux rendre justice au personnel du FMI. J’en pense autant de bien pour son ardeur au travail et son désir de bien faire que des belles équipes avec lesquelles j’avais travaillé au Trésor français. Dans les deux cas, la valeur de ces équipes vous construit plus que vous ne l’édifiez. C’est une grande chance d’être appelé à animer des structures où les compétences, le dévouement, « l’esprit d’équipe » sont si remarquables. C’est un devoir aussi d’être proche de chacun. Ainsi chacun perçoit combien son avis est écouté et combien sa propre prestation est nécessaire au succès des politiques dont on a ensemble la charge.

18Troisième observation : la magnifique mission qui, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, avait été donnée à quelques institutions multilatérales comme le FMI. Il s’agissait, pour chacune, dans son domaine spécifique, de poser les bases d’une économie mondiale plus solidaire, tournant le dos à l’unilatéralisme dont on avait appris, dans la malheureuse gestion de la crise de 1929, où il conduisait.

19Comment ne pas se donner corps et âme à une telle tâche ? D’abord dans les fonctions de surveillance pour tenter d’amener les pays – avec un succès jamais assuré – à mener des politiques nationales responsables dans une plus claire conscience des conséquences pour les autres de ce que chacun fait chez soi. C’est le devoir du FMI de le leur rappeler sans complaisance. Cela va loin. En un mot, il s’agit de faire en sorte, par exemple, que nos pays industriels s’appliquent à eux-mêmes l’effort d’ajustement et de réforme structurelle que nous exigeons des pays qui attendent notre aide. Or nos pays sont loin du compte, en faisant preuve, par exemple, de frilosité lorsqu’ils s’enferment derrière des barrières protectionnistes. Le changement qu’il faut envisager dans les grands pays industriels pour soutenir l’immense effort de tant de pays qui se battent au bord de l’abîme va loin. L’exigence de la solidarité mondiale ne se limite pas au sacrifice d’un superflu, mais ce qui est en cause, ce sont des protections d’acquis, des styles de vie, des modèles de consommation…

20Et puis, il y a cette autre tâche qui établit en permanence le Fonds monétaire international dans l’œil du cyclone : aider les pays à traverser les crises qui secouent leur histoire économique : après-guerres, chute des prix des matières premières, dette, transition vers l’économie de marché, et pour cela, promouvoir chez eux vérité et rigueur dans l’ajustement et, chez leurs partenaires du monde entier, la solidarité.

21Aider à traverser les crises, mais sans se tromper de crise. En effet, quand un pays connaît une crise grave de ses paiements extérieurs, celle-ci est surtout le révélateur d’une crise économique plus profonde. Or la communauté internationale n’est guère disposée à soutenir des pays qui n’envisageraient, pour y faire face, que des expédients temporaires, et elle a raison. Il s’agit de faire de la crise une occasion de redressement durable, en s’efforçant de traiter les problèmes à leurs racines. Au cours des années 1980-2000, la succession des crises – la dette, la dérive des économies africaines, le passage des économies centralisées à l’économie de marché, la crise du Golfe, la crise asiatique – ont multiplié les occasions où le FMI a dû remplir cette tâche de négocier, avec des pays en difficulté, des programmes qui les rendent éligibles au soutien de la communauté internationale. A certains moments, dans les années 1990, un pays sur deux avait ou négociait de tels accords. C’est dire l’ampleur des problèmes et de l’effort d’ajustement structurel dans le monde d’alors et qui, peut-être, nous attend de nouveau aujourd’hui.

Vous savez quel est, dans ces situations de crise, le rôle du FMI !

22D’abord, le dialogue, pour aider les pays à analyser leurs problèmes et à élaborer des stratégies crédibles. Pour la communauté internationale, le redressement des grands équilibres économiques et financiers – parce qu’il est à la clé d’un retour durable à la croissance – le libre jeu du marché, la création d’un cadre favorable à l’entreprise font partie de ces stratégies crédibles. Des stratégies crédibles, j’insiste sur ce mot. Mais lorsque ce seuil de crédibilité est atteint et que le programme adopté permet d’amorcer un redressement sérieux, il s’agit de prendre le risque de le financer et d’appeler tous les autres contributeurs potentiels à y prendre leur part. C’est ce qu’on appelle le rôle de catalyse du Fonds, puisque la communauté internationale considère, en règle générale, que l’approbation des programmes par le FMI est la condition nécessaire pour la mise en place des concours des autres prêteurs multilatéraux et bilatéraux, et des rééchelonnements ou réductions de dettes publiques ou privées.

23Il y a donc, pour le FMI, une responsabilité spéciale qui l’associe à des dirigeants nationaux aux prises avec des difficultés immenses, à un moment où les enjeux historiques pour leurs pays sont les plus décisifs. Il doit faire en sorte que soit rempli un contrat non écrit de la coopération financière mondiale. Pour qu’un pays puisse bénéficier du soutien de la communauté internationale, il doit faire tout ce qui est en son pouvoir pour redresser par lui-même ses propres défaillances. S’il le fait vraiment, il est en droit de compter sur un soutien extérieur suffisant. Doser tout cela est une responsabilité lourde et souvent mal comprise. Des gouvernants en difficulté, par exemple, trouvent commode d’attribuer aux exigences dites inflexibles du Fonds monétaire, des mesures qui sont dures uniquement parce que, eux-mêmes ou leurs prédécesseurs, ont trop différé les ajustements nécessaires.

24Trop souvent, ces programmes sont très serrés, mais pourquoi ? Parce qu’il faut limiter importations et investissements au niveau compatible avec le maximum de financement extérieur que l’on peut espérer. C’est souvent aussi l’insuffisance ou le retard du soutien international qui rend ces programmes trop durs. C’est parfois aussi parce que le FMI ne parvient pas à amener aussi vite qu’il le faudrait les gouvernements à réduire leurs dépenses improductives : dépenses militaires, par exemple. Il n’est pas si facile, croyez-moi, de convaincre les gouvernements de chercher à réaliser la prophétie d’Isaïe en transformant leurs épées en socs de charrues. Mais il est de son devoir de faire tout son possible pour les convaincre d’avancer autant qu’ils le peuvent sur la voie de l’ajustement car ce n’est pas avec des demi-mesures que l’on règle les problèmes à l’origine des crises graves.

25Il faut cependant que cette rigueur soit aussi sensible que possible à toutes les composantes humaines d’une situation donnée. Le choix final du dosage à proposer entre ajustement et financement sollicité du reste du monde n’est jamais évident et toujours discutable. L’essentiel est ce service à rendre au nom de la communauté mondiale : un service d’aide au discernement des problèmes. Pour cela, il faut dire le vrai sans complaisance mais, en général, accepter d’aller bien au-delà de la simple explication technique des problèmes. Il faut entrer dans une relation vraie de respect et de cordialité avec des interlocuteurs qui ne sont pas nécessairement les amis que vous auriez choisis, mais qui sont – dans les affres de situations de crises exacerbées – en charge des destinées de leur peuple. Il vous faudra parfois cheminer longtemps avec eux avant qu’une solution crédible aux autres leur paraisse envisageable. Je ne vois pas d’autre moyen d’y parvenir que d’accepter de se laisser mouvoir, avec discernement, par un esprit de fraternité. Le succès ne sera jamais pleinement assuré, mais pour en accroître les chances, il faut certainement accepter le risque d’un échec partagé et dont on ne pourra jamais se laver tranquillement les mains.

26Il y a un mot important à l’article 1 des statuts du FMI définissant son objet : « Donner confiance à ses membres… ». C’est à cela qu’il faut se consacrer : faire comprendre qu’aucune situation n’est désespérée dans l’histoire des peuples, donner confiance aux gouvernements en ce qu’ils peuvent entreprendre et lorsqu’ils le font, faire partager cette confiance au reste du monde et l’amener aux gestes de solidarité indispensables.

27De ces deux tâches, je ne vous dirai pas quelle est la plus difficile parce que je ne l’ai jamais su ! Ni non plus le nombre de kilomètres qu’elle vous fait parcourir pour comprendre une situation, écouter les uns, convaincre les autres.

La Foi

28Il me faut, avant de conclure, répondre à une ultime question qui est certainement sur beaucoup de lèvres : finalement, qu’est-ce que cela change, dans la vie publique, que d’être habité par une Foi ?

29Question très difficile tellement elle veut récapituler l’expérience de tant d’hommes dans toute leur diversité et la diversité de leur situation.

30Je sais ce que cela change pour moi, mais pour les autres ? Je n’en sais que peu de choses, mais d’abord ceci : j’ai travaillé avec le même bonheur et le même enthousiasme avec des croyants de toutes religions ou des incroyants et, le plus fréquemment, des hommes ou des femmes dont je ne cherchais même pas à savoir « ce qui les faisait courir »… Laissez-moi vous dire l’admiration dans laquelle m’ont laissé des hommes ou des femmes que je savais incroyants ou agnostiques, et dont le courage, l’acharnement, l’intelligence et la générosité dans le service du public et des plus pauvres étaient sans égal. Quelle chance que cette expérience-là, celle de « la rose et du réséda », du travail ensemble, de celui qui croyait au ciel et de celui qui n’y croyait pas ! Quelle chance que de rencontrer, partout dans le monde au cœur de ses horreurs et de ses espérances, ce que l’humanité a de meilleur en elle-même !

31Quel bonheur aussi de travailler pour la même cause avec des hommes qui ne partagent pas votre Foi, mais vivent profondément leur propre croyance ! J’ai eu cette chance pendant dix ans au FMI. Un peu par hasard, les trois hommes que j’avais recrutés pour être mes adjoints – sur la base de leur extrême compétence et de leur remarquable parcours – étaient des hommes de Foi : l’un juif, l’autre musulman, un troisième hindouiste. Je ne saurais vous dire la force des liens de vérité, de confiance et d’amitié qui se sont établis au sein de notre équipe et dont je crois toute l’institution était consciente et, je pense, a bénéficié. Le fait que nous avions tous une référence surnaturelle et un commun idéal de fraternité à poursuivre dans les pesanteurs des réalités humaines était, sans doute, le fondement ultime de la qualité de notre lien.

Dois-je être plus précis sur ce que la Foi change pour moi ?

32Maintenant, vous me connaissez mieux et vous avez évidemment perçu ce qu’il y a de limité et de très ordinaire en ce que je suis ; cela me permet de mieux vous dire ce qui « m’a fait courir ». S’il m’est arrivé de faire des choses utiles et parfois importantes dans ma vie, c’est parce que j’ai été tiré au-delà de moi-même, de mes doutes et de mes peurs, par ce que je crois être la Grâce de Dieu et une conscience progressivement plus claire de ce qu’Il attend de nous, non des exploits, non le respect d’un code rigide comme on le laisse croire trop souvent, mais ce simple précepte rappelé par Michée, un petit prophète fort perspicace : « On t’a fait savoir ce qui est bien : rien d’autre que d’accomplir la justice, d’aimer avec tendresse et de marcher humblement avec ton Dieu » (Mi. 6-8). Voilà les trois vrais commandements. Seul le troisième appelle un commentaire.

Marcher humblement… marcher avec ton Dieu !

33Marcher humblement : c’est faire la paix avec nos pauvretés radicales, ce que nous savons de si insuffisant au tréfonds de nous-mêmes, mais qui ne doit nous empêcher ni de nous sentir aimés, ni d’aimer les autres. Conscience parfois douloureuse de manquer du nécessaire pour assumer des responsabilités qui nous dépassent de partout et pour répondre à cette merveilleuse vocation d’être un homme tout simplement là où nous sommes. Reconnaissance d’une pauvreté fondamentale qui est le premier pas d’une liberté. Mais marcher, cela veut dire être debout et en mouvement vers l’horizon toujours fuyant d’un monde meilleur pour tous.

34Marcher humblement avec ton Dieu, avec l’ami incomparable qui est le maître de l’Histoire et qui, nous dit la Bible, s’est révélé aux hommes, non comme toute-puissance terrifiante, mais dans le murmure d’une brise légère, à l’image de ce que je crois être l’action de l’Esprit dans nos vies et dans l’Histoire.

Auteur

Directeur du Trésor de 1982 à 1984, gouverneur de la Banque de France de 1984 à 1987 et directeur général du Fonds monétaire international de 1987 à 2000, il est membre de l’Africa Progress Panel présidé par Kofi Annan, président du Comité d’orientation et de suivi de l’emploi des fonds du Fonds de cohésion sociale et président d’honneur des Semaines sociales de France. Il a été membre du Secretary General’s Advisory Board on Water and Sanitation (UNSGAB) auprès des Nations unies (2004-2013), contrôleur des rémunérations des professionnels de marché (2009-2011), président de la Société de financement de l’Économie française (SFEF) (2008-2009), membre de la Commission pour l’Afrique présidée par Tony Blair qui a publié son rapport Our Common Interest en mars 2005 et président du World Panel on Financing Water Infrastructure (rapport publié dans le cadre du sommet de Kyoto en mars 2003).

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540