Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genèse des marchés

 | 
Françoise Bayard
, 
Patrick Fridenson
, 
Albert Rigaudière

Religions et marchés

Islam, religion des frontières et des échanges

Thierry Bianquis et Pierre Guichard

Note de l’éditeur

Thierry Bianquis est décédé le 2 septembre 2014.

Texte intégral

1La première conquête arabe, environ 635 à environ 750, a couvert l’ensemble de l’ancien Empire sassanide et la partie méridionale des anciens empires romains d’Orient et d’Occident. Très étendu en longitude, de l’Atlantique aux déserts de l’Asie centrale, le premier territoire musulman est beaucoup plus réduit en latitude, des bouches de la Volga au Sud du Yémen. De ce fait, la variété des climats rencontrés est assez faible : méditerranéen sec, steppique continental chaud, désertique chaud, une frange de climat tropical à courte saison humide au Yémen, et une frange de climat continental humide dans le Caucase.

Une écologie contrastée, génératrice d’échanges

2– Des territoires de taille moyenne ou réduite où l’eau est abondante, fertiles et pouvant supporter une haute densité humaine tant paysanne qu’urbaine, donc de grandes cités bien approvisionnées : littoraux, flancs montagneux bien exposés, vallées des grands fleuves, oasis, îles de verdure parsemant des territoires très arides ;

3– des espaces de taille limitée, entourés par de vastes territoires steppiques, pouvant porter avec une certaine régularité des cultures sèches, surtout céréalières, et offrant après les moissons et en saison des pluies des pâturages aptes à nourrir des troupeaux ; les villes, de taille moyenne ou modeste, y sont en général éloignées les unes des autres d’une étape de caravane, 40 à 60 km ;

4– ils font transition avec d’immenses territoires désertiques, recevant des précipitations très faibles et irrégulières, et dont la traversée demandait un grand professionnalisme. Les grands nomades qui les traversaient, grâce aux dromadaires ou aux chameaux n’ayant pas à boire chaque jour, exigeaient des paysans des oasis la fourniture de vivres contre une protection armée plus ou moins imposée. Les villes, installées sur des oasis importantes, déterminaient le tracé des itinéraires les plus fréquentés.

Les grands empires préexistants

5L’ancien Empire sassanide s’inscrivait presque totalement dans l’éventail des paysages continentaux décrits ci-dessus.

6Dans les deux anciens empires romains, ce sont les territoires correspondant au même écosystème qui ont été durablement occupés par les Arabes. Les terres plus septentrionales, qui ne furent pas conquises (bien qu’elles aient été parfois envahies pour une courte période), correspondaient à un écosystème tout différent, recevant des précipitations plus abondantes et plus régulières et connaissant des hivers plus froids et plus longs. De vastes espaces contigus portaient des forêts ou des terres arables profondes, terroirs fertiles, exploités en continu et parsemés de villages et de villes, entre lesquels les liaisons étaient relativement aisées.

7Dans les grands empires qui ont précédé l’islam, les pouvoirs politiques avaient installé leurs capitales impériales ou régionales à proximité d’eaux abondantes et de terroirs fertiles assez étendus ; ils s’étaient moins intéressés aux territoires fertiles de taille plus réduite, dispersés et souvent difficiles d’accès, dans lesquels des communautés semi-autonomes avaient pu se fixer et vivre en paix selon leurs coutumes à condition de régler un tribut au pouvoir central. Pour sa consommation propre, la population de chacun de ces territoires conduisait des cultures vivrières et fabriquait la plupart de son matériel domestique. En outre, elle se spécialisait dans une ou plusieurs activités spécifiques à la région, culture, élevage ou artisanat, permettant de vendre ailleurs à haut prix une marchandise relativement précieuse, et de se procurer ainsi le numéraire nécessaire au règlement des tributs et taxes imposés par les différents niveaux de pouvoir dominant ainsi qu’aux achats à l’extérieur.

8Les espaces peuplés étant discontinus, les échanges à travers les steppes et les déserts relevaient de nomades qui maîtrisaient les contraintes liées à un environnement hostile. Sur le vaste océan que constituait le désert, ils savaient se diriger de façon à atteindre au mieux chacune des îles que constituaient les oasis. Pour échapper aux disettes et aux famines qui les menaçaient, ils se faisaient rétribuer pour convoyer les caravanes et les protéger contre les pillards ; ils imposaient une protection rétribuée aux sédentaires peuplant les oasis. Parmi ces nomades, certains se contentaient d’être des éleveurs de dromadaires ou de chameaux, des gardes rétribués, guidant et protégeant les caravanes de négociants, et d’autres, maniant plusieurs langues et connaissant la valeur des marchandises, commerçaient pour leur propre compte.

9Ces immenses espaces arides n’étaient pas vraiment contrôlés par les empires, et le droit qui s’y appliquait était donc celui du plus fort, toutefois aménagé en profondeur par des coutumes de solidarités, d’alliances et de prudence destinées à éviter les conflits trop destructeurs ou trop meurtriers.

Unification politico-religieuse de trois grands ensembles

10Avec la conquête, les Arabes, relevant jusque-là de cette population interstitielle principalement nomade, soumirent à leur pouvoir les populations des trois sous-ensembles évoqués plus haut (Empire sassanide, moitié méridionale des empires romains d’Orient et d’Occident). Avant l’hégire comme après, ils étaient accoutumés à tirer profit de la diversité des populations et des capacités productives de chacune. Ils ne s’appliquèrent donc pas tant à unifier la religion, la langue et la culture des sédentaires qu’à leur imposer leur protection armée rémunérée, appliquant aux territoires sédentaires leurs coutumes en matière de rapports de force et de contrat de protection, coutumes remaniées lors de la révélation muhammadienne et consignées dans le Coran et dans le hadîth. Logiquement, ils organisèrent la nouvelle société davantage au profit des soldats maintenant l’ordre et des commerçants assurant les échanges qu’au profit des producteurs, paysans ou artisans.

11Pendant et après la conquête, les Arabes s’installèrent dans les territoires dominés soit comme paysans, surtout les Yéménites, soit, plus souvent, comme citadins ; d’autres reprirent leur condition antérieure de Bédouins semi-nomades ou nomades, notamment après le transfert, au milieu du viiie siècle, du califat de Damas à Bagdad. Les commerçants se recrutèrent parmi les Arabes néo-citadins. Les Arabes demeurés bédouins ne constituèrent plus le noyau des forces armées après la chute des Omeyyades, et désormais furent avant tout des éleveurs de moutons et de chameaux. Les grands nomades, pour s’assurer des ressources en numéraire, accompagnaient ou protégeaient les caravanes de marchands-voyageurs.

12Dans le vaste empire ainsi constitué, le pouvoir politique musulman n’avait guère d’autres obligations que d’assurer la sécurité des musulmans, de leur permettre de prier dans des mosquées et de faire le pèlerinage sans risque, de les protéger contre des attaques venues de l’extérieur (dâr al-harb, l’espace de guerre, opposé à l’Empire musulman, dâr al-islâm) tout en tentant, par les opérations de son armée, d’accroître les territoires soumis à un souverain musulman. Les sommes recueillies grâce aux impôts devaient aller d’abord au calife, à son entourage, à ses délégués en province, à l’entretien de l’armée et à la justice rendue au nom du pouvoir suprême.

13Les dépenses édilitaires d’entretien des pistes, de construction de ponts et de canaux d’irrigation, de captage de sources et d’adduction d’eau pour les citadins, et de constructions d’édifices publics urbains autres que les murailles et les portes, la citadelle, et la mosquée du vendredi, étaient certes louables mais devaient être réglées plutôt par la cassette personnelle du souverain (al-khizânat al-khâssa) que par le Trésor public des musulmans (bayt al-mâl). Un système ingénieux de fondations en waqf permit aux plus riches, stipendiés civils ou militaires du pouvoir, propriétaires terriens et grands commerçants, de purifier leur fortune en consacrant, sous la garantie de Dieu, une partie de leurs biens propres à créer et à assurer la survie au long terme d’une œuvre de bienfaisance au bénéfice de leurs coreligionnaires, tout en assurant un revenu à leurs descendants, administrateurs pré-désignés de cette œuvre.

Le développement des marchés

  • 1  Claude Cahen, « Quelques mots sur le déclin commercial du monde musulman à la fin du Moyen Âge », (...)

14C’est dans le cadre de l’essor urbain des premiers siècles de l’islam qu’il faut situer celui des marchés, sous leurs diverses appellations et sous les différentes formes qu’ils ont pu revêtir selon les moments et les lieux, qu’il s’agisse du sûq arabe, du bâzâr persan, du marché fermé plus spécialisé qu’est la qaysâriyya, ou des édifices spécifiquement consacrés aux activités commerciales (khân-s, kârwân sarây-s, funduq-s). Leur place éminente dans la ville et sur les itinéraires commerciaux tient évidemment au fait que, « quelle qu’ait été la place, variable selon les moments et les lieux, de l’économie marchande dans le monde médiéval, il est certain qu’au haut Moyen Âge, si on le compare à l’Europe, elle le caractérise », et cela même si « la terre reste probablement partout la source essentielle de la richesse, et si le commerce ne commande sans doute pas tous les aspects de l’économie1 ».

  • 2  Ibn Hawqal, Configuration de la Terre (Kitab surat al-ard), trad. J. H. Kramers et G. Wiet, Beyrou (...)

15On ne saurait mieux illustrer concrètement le développement du marché dans la « ville arabe » qu’en lisant la description que fait Ibn Hawqal, qui séjourne à Palerme vers le milieu du xe siècle, des souks de cette ville, musulmane depuis seulement un peu plus d’un siècle2. Ayant décrit les différents quartiers entre lesquels se divise la ville, il situe spatialement la zone des marchés (« entre la mosquée d’Ibn Saqlab et le quartier neuf »), puis il énumère les différents secteurs d’activité que comportent ces souks : les vendeurs d’huile, les marchands de farine, les changeurs, les apothicaires, les forgerons, les fourbisseurs de lames, les marchands de froment, les brodeurs, les poissonniers, etc., au total quelque vingt-cinq spécialités différentes, qui concernent aussi bien les commerces alimentaires que ceux de l’habillement ou du travail des métaux, ainsi que des activités que l’on pourrait qualifier de « tertiaires », liées aux activités économiques en général (changeurs).

  • 3  Janine et Dominique Sourdel, Dictionnaire historique de l’islam, Paris, PUF, 1996, p. 567.

16On voit que, comme cela s’était passé dans d’autres localités anciennes agrandies et transformées à l’époque islamique (par exemple à Merv/Marû, où la ville haute préislamique voit se construire la Grande Mosquée, alors que les marchés se développent dans les faubourgs nouvellement créés3), les zones consacrées fondamentalement aux activités économiques ne se situent pas forcément dans la ville ancienne, entourée de son enceinte, ni autour de la grande mosquée, selon le schéma « classique » de la ville arabe traditionnelle : ici, c’est dans les extensions d’époque musulmane qui se sont développées au pied du rempart de pierre « très haut et formidable » de la madîna. Nous n’avons pas de précisions sur la morphologie exacte de ces marchés, mais il n’y a guère de doute que leur grand développement était consécutif à l’islamisation de la cité et à son rattachement aux courants d’échanges qui animent la zone centre-méditerranéenne à l’apogée de l’expansion islamique.

17La spécialisation zonale n’est pas absolument rigoureuse non plus, puisque les quelque deux cents boutiques de bouchers qui, selon Ibn Hawqal, desservent la ville sont réparties pour une petite part « à l’intérieur de la cité, à l’entrée de la grande rue », les autres se situant donc hors les murs, comme la majorité des autres corporations. Il n’y a cependant pas de doute que cette organisation, spatialement peut-être un peu floue, des marchés de Palerme n’empêche en rien cette nouvelle capitale de l’islam occidental de mériter pleinement le qualificatif de « ville musulmane ». Dans la longue description qu’il en donne, le voyageur et géographe passe sans transition de la description détaillée qu’il consacre aux souks à celle de la grande mosquée, avec sa « taille impressionnante » et les quelque sept mille fidèles que, selon ses calculs, elle peut contenir, et au comptage minutieux des mosquées de la ville, qui seraient plus de trois cents, densité qu’il dit n’avoir constatée dans aucune autre cité, si ce n’est à Cordoue.

18Il n’y a dans l’islam aucune contradiction entre l’idéal de conformité aux lois de la vie religieuse et les nécessités économiques de la vie et de l’économie courantes. Les commerçants ne consacrent pas un jour à Dieu, comme dans la tradition chrétienne du « jour du Seigneur ». Les souks suspendent seulement leur activité le temps d’accomplir la prière.

19Il ne fait pas de doute qu’aux yeux d’Ibn Hawqal, qui a voyagé dans tout le monde musulman et se pose en observateur attentif et minutieux des réalités urbaines, les marchés et l’intensité de leur activité constituaient une des caractéristiques essentielles de la ville idéale. Ainsi, déplorant l’oppression fiscale, catastrophique à ses yeux et génératrice de déclin, que les Hamdânides ont fait subir à Mossoul et à sa région, idéalise-t-il la situation antérieure d’une ville où « pour chaque spécialité de marchandise il y avait deux, trois, et quatre marchés, chacun d’eux possédant plus d’une centaine de boutiques. Le nombre des hôtelleries, des entrepôts, des bains, des places publiques, des espaces libres et des édifices y était si élevé que les habitants des régions les plus éloignées y étaient attirés, tentés par la vie facile, par l’abondance des approvisionnements et par les prix raisonnables, et finissaient par s’y installer. C’est [en effet] le rendez-vous commercial de l’Azerbaïdjan, de l’Arménie, de l’Iraq et de la Syrie ».

20Le texte du grand géographe constitue un bon témoignage de la vision qu’ont les musulmans du milieu du xe siècle de ce que doit être une ville. Il est probable que cette structuration de la cité autour de la mosquée et du marché (ou des mosquées et des marchés) caractérise « idéalement » l’essor urbain dans le dâr al-islâm depuis les origines, en tout cas depuis l’époque omeyyade.

21Le point d’arrivée, au xe siècle, sur la base d’un « modèle » de ville musulmane dont on peut à la fois considérer qu’il est une « vue de l’esprit », critiquée par les détracteurs des travaux classiques de l’école française d’époque coloniale, et constater qu’il existe plus ou moins dans les conceptions familières des voyageurs du xe siècle, ne semble pas très problématique si l’on s’en tient aux souks et aux activités commerciales. Mais les étapes de la structuration des marchés, jusqu’à un certain point « normalisée » en dépit des multiples variantes locales, ne nous sont évidemment que très imparfaitement connues. Les textes relatifs aux époques anciennes sont rarement contemporains des faits qu’ils rapportent, et leur degré de fiabilité n’est pas toujours aisé à déterminer, y compris pour les organismes urbains « phares » du monde musulman, sur lesquels les sources écrites devraient nous renseigner plus précisément que sur les organismes urbains de moindre importance.

  • 4  J. et D. Sourdel, Dictionnaire historique..., op. cit., p. 487.

22À Kûfa, par exemple, on admet que si « l’agrégat de tentes et de huttes […] se transforma en une véritable cité vers 670-673 […] sous le gouvernement de Ziyâd B. Abîhi qui fit utiliser la brique cuite pour l’agrandissement de la grande mosquée et du palais, les marchés [ne] furent réaménagés [qu’]un peu plus tard, sous le gouverneur Khâlid al-Qasrî (723-737)4 ».

  • 5  Jean Sauvaget, « Esquisse d’une histoire de la ville de Damas », Revue des Études islamiques, 1934 (...)
  • 6  Pedro Chalmeta Gendrón, El señor del zoco en España, Madrid, Instituto hispano-arabe de cultura, 1 (...)

23Si, pour Damas, l’époque des réaménagements urbains qui donnent lieu à la création d’un véritable souk à l’emplacement des grandes avenues centrales est discutée depuis les travaux de Sauvaget5, d’une façon générale, le premier califat semble bien avoir systématisé en Syrie la création de souks construits et fermés, tendant déjà à s’organiser par professions, et contrôlés fiscalement6.

  • 7  Hichem Djaït, La fondation du Maghreb islamique, Sfax, Éditions Amal, 2004.

24Le cas de Kairouan présente l’intérêt de montrer à la même époque une structuration progressive, assez bien jalonnée chronologiquement : là, « les souks se créèrent et se développèrent au début d’une manière anarchique : souk d’Ismâ‘îl al-Ansârî établi en 71 H. près de sa mosquée privée de la Zituna, souk d’Ibn al-Mughîra, souk des Banû Hâshim. C’est du règne de Hishâm b. ‘Abd al-Malik (105-125 H.) que date vraisemblablement l’établissement d’un marché central qui occupa le Simât, voie médiane longeant la Grande Mosquée dans le sens sud-nord, lieu à la fois de production artisanale et d’échanges commerciaux. Plus tard les souks s’organisèrent sous l’impulsion [du gouverneur] Yazîd b. Hâtim (155-170), qui regroupera les métiers artisanaux et commerciaux selon les spécialités alors en usage7 ».

25Aux souks urbains tels qu’on les conçoit habituellement il faudrait par ailleurs ajouter de très nombreux bâtiments fermés donnant sur une cour, servant à la fois d’entrepôts pour les marchandises, d’étapes pour les bêtes et de logements pour les marchands, consacrés aussi aux activités commerciales : en ville, on semble plutôt utiliser le terme de khân en Orient et de funduq en Occident islamique, puis en Orient à partir des croisades. Hors des villes, sur les étapes caravanières, notamment en Iran, ce serait plutôt celui de caravansérail/kârwân sarây (guère attesté en Occident musulman).

Aspects juridiques du commerce

  • 8  P. Chalmeta Gendrón, El señor del zoco…, op. cit. Yassine Essid, A Critique of the Origins of Isla (...)

26Il ne faut donc certainement pas voir le souk, ni le marché au sens large des premiers siècles de l’islam, comme une réalité figée. Il en allait de même de l’institution, très importante, qui en accompagna le développement et l’encadra juridiquement, celle du contrôleur ou responsable du marché, sur lequel il existe une très abondante littérature8. La fonction existe à Médine dès l’époque du Prophète, sous le nom de ‘âmil ‘alâ al-sûq (le premier responsable nommé par Muhammad est même une femme). L’institution perdure sous les quatre premiers califes, dits Râshidûn, s’implante dans les villes créées par les Arabes (on connaît par exemple un ‘âmilalâ al-sûq de Basra en 64/683-684), s’étendant et se développant sous le régime centralisé des Omeyyades, qui accordent comme on l’a vu une importance particulière à l’organisation du marché. Elle emprunte peut-être alors certains traits à la fonction comparable des agoranomes, qui pourrait avoir encore existé dans les villes anciennement hellénistiques puis byzantines se situant au cœur du premier Empire musulman (Palmyre par exemple). On dénomme alors plutôt le fonctionnaire qui en est chargé sâhib al-sûq, terme qui se conservera dans l’Andalus omeyyade, ou walî al-sûq. C’est sous les Abbassides que se formalise juridiquement l’existence du responsable appelé muhtasib, nommé par le cadi et chargé principalement de la surveillance du marché, de la fixation des prix, de l’élimination des fraudes, et du contrôle de la moralité et du bon ordre sur les voies et dans les édifices publics.

  • 9  Eliyahu Ashtor, A Social and Economic History of the Near East in the Middle Ages, Berkeley, Unive (...)

27Du point de vue du droit, l’interpénétration des milieux des marchands et des juristes eut vraisemblablement des effets sur le développement des pratiques commerciales à une époque où l’école hanéfite (Abû Hanîfa meurt à Bagdad en 767) était encore dominante en Orient, avec le large usage qu’elle fait de la réflexion personnelle ou ra’y. Les premiers juristes hanéfites « se distinguaient par une profonde compréhension des nécessités du commerce et des intérêts des marchands. C’est la conclusion que l’on peut tirer de l’étude des chapitres des ouvrages juridiques qui traitent des transactions commerciales. L’usage de l’istihsân […] est l’un des traits frappants du raisonnement juridique des Hanéfites. La réalisation d’un profit est le critère de jugement appliqué par cette école juridique9 ».

28C’est en particulier par l’application du principe de l’ihstisân ou « recherche de la meilleure solution », qui donnait à leurs jugements une grande souplesse dans la résolution des problèmes pratiques, que les juristes hanéfites parvenaient, en imaginant des ruses ou des subterfuges, à contourner certaines interdictions gênantes comme celle du prêt à intérêt. Les autres écoles juridiques, plus tardives, ne montrèrent pas un aussi grand libéralisme, mais le fait que le foyer central et majeur du monde musulman, Bagdad, se développa d’abord dans cette atmosphère est certainement à prendre en considération pour évaluer les conceptions économiques sur la base desquelles s’épanouit la première économie musulmane.

29La législation économique et financière telle que nous la trouvons dans le Coran et le hadîth concerne peu les modes de production mais traite avant tout des échanges et des contrats commerciaux. Une analyse précise des modes de vente très variés pratiqués sur les marchés arabes à l’époque de Muhammad présente pour nous un intérêt anthropologique mais, de l’hégire jusqu’à aujourd’hui, cette législation minutieuse fut appliquée dans le monde musulman soit à la lettre, soit simplement dans l’esprit des prescriptions ; soit même détournée de sa finalité initiale par les ruses de droit qu’autorise l’école hanéfite. La conclusion de contrats à risque pour faciliter certaines opérations commerciales hasardeuses (marchandises embarquées sur un navire dont on prévoit le partage soit des gains lors de la vente, soit des risques en cas de perte) et d’emprunts, non productifs directement d’intérêt, relève également de cette législation. L’esprit général de la loi musulmane est libéral quant à l’économie

Les commerçants

30Les commerçants se divisaient en plusieurs groupes. On mentionnera, tout d’abord, les marchands sédentaires des sûqs, marchés installés le long des grandes radiales pénétrant des diverses portes jusqu’à la mosquée centrale, et des petits marchés de proximité à l’entrée des quartiers (suwayqât). Chaque activité avait son secteur d’opération délimité de façon à permettre aux chalands de comparer les produits et les prix. Plus la marchandise proposée avait de la valeur, permettant au commerçant de subvenir à ses besoins en ne consacrant pas tout son temps à son négoce, plus les commerces étaient proches du centre et de la grande mosquée et éloignés des portes de la cité, et plus le niveau culturel de la catégorie s’élevait. Parmi les savants en religion musulmans dont le nom indique le métier ou le métier du père, nombreux sont les fourreurs, cordonniers de cuirs travaillés ou de pantoufles, graveurs sur métal, ivoire ou pierre dure, pâtissiers-confiseurs, droguistes, parfumeurs, copieurs de manuscrits, libraires ou relieurs ; plus rares sont les métiers de labeur, boulangers, bouchers, marchands de fruits et légumes ou foulons souvent installés près des portes ou dans des faubourgs extérieurs. Des métiers experts : courtiers, enchérisseurs, mesureurs, peseurs, changeurs ou emballeurs facilitaient au quotidien la vie économique dans le sûq. Un système de lettres de crédit permettait de ne pas transporter de numéraire en quantité, ni sur des navires, ni dans des caravanes.

31En ville, la catégorie socialement la plus élevée des commerçants était celle des grands importateurs qui, installés dans l’enceinte d’un khân recevant les caravaniers de passage avec leurs bêtes et leurs marchandises, parvenaient à monopoliser le négoce de tel ou tel produit : fromages byzantins, bois précieux du sous-continent indien, ivoire d’Afrique centrale, esclaves slaves ou noirs, etc., afin d’approvisionner des revendeurs locaux.

32Le second groupe était constitué par les commerçants voyageurs. Les uns étaient spécialisés dans un produit, par exemple l’huile d’olive, produit relativement cher, recherché pour la cuisine et l’éclairage ; la Palestine, fournissant l’Égypte et le Sud de l’Irak, était le territoire des hanbalites littéralistes, alors que la Syrie du Nord, exportant à Byzance et vers le Nord de l’Irak, était plutôt celui des chiites ou des sunnites ash’arites ou hanéfites, plus libéraux. D’autres marchands se lançaient dans de très longs périples à travers l’espace musulman, parfois d’une marge à la marge opposée, selon des itinéraires comportant souvent un pèlerinage majeur ou mineur à La Mecque, périples que les géographes arabes nous ont décrits avec précision.

33La plupart du temps, ces commerçants n’étaient pas spécialisés dans une marchandise donnée mais achetaient au meilleur prix sur le lieu de production pour vendre au plus haut cours dans des centres de consommation lointains. Ils avaient une représentation précise du monde axée sur des itinéraires se croisant à des carrefours particulièrement actifs et, sur cette carte imaginée, ils déplaçaient et replaçaient constamment, selon les nouvelles reçues, les demandes les plus pressantes et les offres les plus abondantes de tel ou tel produit. Arrivés en ville, ils se livraient à leur négoce de la prière de l’aube (subh) à la prière de la mi-journée (dhuhr), puis ils se reposaient. Après la prière de l’après-midi (‘asr), ils allaient à la mosquée échanger leur savoir religieux avec d’autres commerçants ; ils récitaient des hadith-s et mémorisaient les hadith-s qu’ils ne connaissaient pas et que rapportaient d’autres savants. Les séances étaient coupées par la prière du couchant (maghrib) et ils se séparaient à la dernière prière (al-ishâ’).

34Dans ce monde musulman traditionnel, le droit reposait sur l’interprétation du hadîth et était donc avant tout produit par les commerçants ou les milieux qui leur étaient liés ; à partir de la fin du xie siècle, il fut enseigné dans des madrasas spécialisées par des ‘ulamâ’ issus de familles commerçantes ; quant à sa mise en œuvre, elle revenait aux cadis, des juges conseillés par des muftî-s, issus les uns et les autres du même groupe professionnel. Les administrateurs civils, notamment ceux qui étaient chargés de la fiscalité, sortaient des mêmes madrasas. Les indications très floues données par le Coran et le hadîth quant aux impôts levés pour le compte du souverain ou de son représentant local furent interprétées par des bureaucrates et des juristes issus de familles commerçantes. Cela explique la rigueur des taxes imposées sur la production des paysans et des artisans et la légèreté de celles frappant le commerce. Comme ce commerce était une source visible de richesse, les souverains avaient tendance à créer des impôts non canoniques sur les marchés et à instituer des octrois aux passages obligés des grands itinéraires pour financer un Trésor de plus en plus mis à mal par la mainmise des militaires sur la rente fiscale agricole. Les commerçants s’insurgeaient alors au nom du respect des préceptes du Coran et du hadîth ; le souverain suivant annulait les droits non canoniques à son avènement pour les réinstituer un peu plus tard.

Évolution à partir du xiie siècle

35Jusqu’au milieu de notre xie siècle, le pouvoir éminent fut détenu en Orient arabe comme en Occident par des souverains civils qui employaient à leur service des militaires (en Orient, surtout des esclaves turcs) dont ils s’efforçaient d’obtenir obéissance et loyauté en leur affectant le revenu fiscal de villages ou de vastes domaines fonciers, iqtâ.

36Pour compenser ce manque de recettes issues du kharâj pour le budget central, les princes accrurent les perceptions sur les productions artisanales et sur les échanges commerciaux. Avec la militarisation des pouvoirs après 1050-1100, cette tendance s’aggrava et des droits de douane élevés furent imposés dans les funduqs/fondaco institués dans les ports du Proche-Orient et dans lesquels les marchands italiens, provençaux et catalans étaient contraints d’acheter et de vendre les marchandises qu’ils importaient ou exportaient. En effet, au cours des croisades, les Italiens, les Provençaux et les Catalans avaient établi des contacts fructueux sur les marchés de l’Orient arabe. L’Europe importait d’Asie de la soie, des épices et des drogues transitant à travers l’Égypte et le Bilâd al-Shâm (Syrie) ; en Orient arabe et persan, elle achetait de l’alun, du sucre, du coton, des tapis et de la céramique. En contrepartie, l’Europe exportait des quantités toujours plus considérables d’étoffes et draps courants, de cordages, de fer brut et d’armement, et d’autres objets fabriqués en séries de plus en plus économiques.

37Les États militaires ayyoubides, puis mameluks, abandonnaient l’idéal arabe ancien d’une économie libérale soumise à des règles juridico-religieuses de libre concurrence, de transparence et de qualité assurée, pour un commerce étroitement administré par un sultanat de plus en plus avide de rentrées financières susceptibles de régler les très coûteux achats d’esclaves militaires, notamment à Constantinople. Les sultans mamlûks empruntèrent des sommes considérables aux marchands italiens qui, peu à peu, acquirent une telle maîtrise des frappes de monnaies sultaniennes que c’est dans les ville italiennes que l’on déterminait le cours relatif des diverses monnaies musulmanes., premier exemple de contrôle des valeurs monétaires de l’Orient musulman par les banquiers occidentaux. À la fin de l’époque mameluke, les douanes fournissaient les rentrées financières les plus régulières de l’État sultanien ; pourtant, à leur tour, elles furent partiellement privatisées ; ainsi entre 1422 et 1438, les revenus des douanes de Djedda, sur le littoral arabe en mer Rouge, par où transitait une part importante du commerce des épices, furent partagés entre le Sultan et le chérif de La Mecque. Les productions locales intéressant les importateurs chrétiens, sucre en pains, alun, coton, purent être données en fermages monopolistiques à certains serviteurs civils ou militaires de l’État. Le fonctionnement du commerce entre Méditerranée occidentale et péninsule Indienne à travers l’espace contrôlé par les Mameluks est encore mal connu mais de nombreuses recherches sont en cours. Une analyse d’archives commerciales médiévales en Italie ferait apparaître une interaction étroite entre les marchands occidentaux, les grands commerçants musulmans et le pouvoir sultanien qui aurait accordé annuellement le titre de khawâja aux plus importants de ces derniers. Il se pourrait qu’une action commune ait été montée par les Vénitiens et les Mameluks pour faire monter artificiellement le prix des épices.

38De toute façon, au xve siècle, on connut un renchérissement constant des frais de transport sur la route traditionnelle des marchandises entre la péninsule Indienne, l’Arabie ou la Syrie, l’Égypte et la Méditerranée occidentale ; c’est pour y échapper que les Portugais se lancèrent en quête d’un accès océanique direct aux Indes.

Conclusion10

  • 10  On trouvera des renseignements complémentaires et une bibliographie développée dans l’Encyclopédie (...)

39L’échange commercial est l’élément fondamental de l’économie dans l’islam médiéval, soit un échange local entre la ville et la campagne environnante, soit un échange à très long cours portant sur des quantités limitées de produits acquérant toute leur valeur du fait de la distance qu’ils avaient parcourue et de leur rareté là où ils étaient mis en vente, activité spéculative demandant au commerçant une appréhension précise des espaces et une adaptation constante aux circonstances du moment. À compter du milieu du xiiie siècle, cette économie subit la pression des Occidentaux soucieux d’imposer aux Orientaux une consommation courante de leurs produits fabriqués à plus faible coût et avec une plus grande régularité. À la fin du xvie siècle, cette confrontation s’acheva par la victoire des Occidentaux, mais l’actuelle délocalisation de la production, très soucieuse du faible coût de la main-d’œuvre, met en péril cette situation de prééminence.

Notes

1  Claude Cahen, « Quelques mots sur le déclin commercial du monde musulman à la fin du Moyen Âge », in Studies in the Economic History of the Middle East (Actes du Colloque sur l’histoire économique du monde musulman, Londres, 1967), Londres, M.A. Cook, 1970, p. 31-36. Réédition dans : Les peuples musulmans dans l’histoire médiévale, Damas, Institut français de Damas, 1977, p. 359-366.

2  Ibn Hawqal, Configuration de la Terre (Kitab surat al-ard), trad. J. H. Kramers et G. Wiet, Beyrouth, Paris, Maisonneuve et Larose, 1964.

3  Janine et Dominique Sourdel, Dictionnaire historique de l’islam, Paris, PUF, 1996, p. 567.

4  J. et D. Sourdel, Dictionnaire historique..., op. cit., p. 487.

5  Jean Sauvaget, « Esquisse d’une histoire de la ville de Damas », Revue des Études islamiques, 1934, p. 422-480.

6  Pedro Chalmeta Gendrón, El señor del zoco en España, Madrid, Instituto hispano-arabe de cultura, 1973, p. 141-146.

7  Hichem Djaït, La fondation du Maghreb islamique, Sfax, Éditions Amal, 2004.

8  P. Chalmeta Gendrón, El señor del zoco…, op. cit. Yassine Essid, A Critique of the Origins of Islamic Economic Thought, Leyde-New York-Cologne, Brill Academic Publishers, 1995, p. 115 et suiv.

9  Eliyahu Ashtor, A Social and Economic History of the Near East in the Middle Ages, Berkeley, University of California Press, 1976, p. 111.

10  On trouvera des renseignements complémentaires et une bibliographie développée dans l’Encyclopédie de l’islam, iie édition française, Leyde-New York-Paris, Brill, 1960-2007, articles sûk et tidjâra.

Auteurs

Agrégé d’histoire, il a étudié l’arabe à Bikfaya, et a été pensionnaire des instituts de Damas (IFEAD 1968-1971) puis du Caire (IFAO, 1971-1975). De 1975 à 1981, il a été directeur de l’Institut français de Damas ainsi que du stage des boursiers arabisants replié de Beyrouth sur Damas ; revenu en France, après un passage au CNRS, il a soutenu en 1984 une thèse d’État sur La Syrie sous la domination des Fâtimides, préparée sous la direction de Claude Cahen. Il est devenu maître de conférences d’histoire et civilisation islamiques à l’université Lumière-Lyon 2 et, en 1991, professeur des universités. De 1997 à 2007, il a dirigé la deuxième édition française de l’Encyclopédie de l’Islam qu’il a menée à son terme (vol. IX-XII). Il a codirigé avec ses collègues et amis Pierre Guichard et Mathieu Tillier le tome de la Nouvelle Clio consacré aux Débuts du monde musulman, publié par les PUF en 2012. Il est décédé le 2 septembre 2014.

Ancien membre de la section scientifique de la Casa de Velázquez (Madrid), il a été maître-assistant puis professeur d’histoire médiévale à l’université Lumière-Lyon 2 de 1972 à 2004, directeur de l’UMR 5648 (CNRS-Université Lyon 2) de 1995 à 2002. Il est correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Ses principales publications : Les musulmans de Valence et la Reconquête (xie-xiiie siècles), Damas, Institut Français de Damas, 2 vol. , 1990-1991 ; Les débuts du monde musulman (viie-xe siècle). De Muhammad aux dynasties autonomes, Paris, PUF, 2012, en collaboration avec Thierry Bianquis et Mathieu Tillier.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540