Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genèse des marchés

 | 
Françoise Bayard
, 
Patrick Fridenson
, 
Albert Rigaudière

Religions et marchés

Économie et judaïsme : réflexions sur les normes et pratiques du prêt à intérêt

Évelyne Oliel-Grausz

Texte intégral

  • 1  Voir l’ouvrage de type encyclopédique de Aaron Levine (ed.), The Oxford Handbook of Judaism and Ec (...)

1Les recueils de responsa rabbiniques, compilations, imprimées ou manuscrites, qui rassemblent des réponses formulées par des rabbins de renom à des cas précis qui leur sont soumis, constituent une source précieuse et complexe pour la connaissance des sociétés juives. Parmi les cas proposés à la sagacité des décisionnaires, maintes situations mettent en rapport le judaïsme en tant que système normatif et l’activité économique1. Sans entrer à présent dans une discussion méthodologique des conditions d’utilisation de ces sources par les historiens, on évoquera pour entrer en matière deux cas, proposés pour examen aux autorités rabbiniques du séminaire Ets Haim de la communauté juive portugaise d’Amsterdam au début des années 1730.

  • 2  La littérature sur ce genre est immense. Pour une approche historique de ces sources, voir le recu (...)

2Le premier met en scène un marchand désargenté qui demande à un ami juif d’acheter pour lui des marchandises ; quelques mois plus tard, il est en mesure de rembourser et propose d’ajouter 2 % au montant prêté pour le service rendu. Son ami, animé de pieux scrupules sur la licéité de ce paiement au regard de l’interdit biblique de l’usure entre juifs, se tourne vers le rabbin Abraham da Costa Abendana. Ce dernier dans son responsum confirme la pertinence de cette crainte. Cependant il ne se contente pas d’énoncer la norme de l’interdit du prêt à intérêt entre juifs, mais ajoute que la seule voie permise dans ce cas serait de calculer un prix supérieur pour la marchandise achetée, sans qu’on puisse y voir une prise d’intérêt2.

  • 3  Pour les deux cas cités, voir l’édition photostatique de Peri Ets Haim, vol. I, f. 50-52, 160-162 (...)

3Le deuxième cas s’inscrit de belle façon dans le paysage spéculatif d’Amsterdam, puisqu’il y est question d’actions : soit A et B, deux juifs partenaires en affaires ; A charge B de récupérer une créance auprès d’un chrétien. La réputation de solvabilité dudit chrétien laissant quelque peu à désirer, B se fait payer en actions et écrit à A qu’il les lui rachète au cours du jour, puisqu’il est connu qu’A n’accorde aucune confiance aux actions et qu’il préfèrera sans doute être payé purement et simplement. Quelque temps passe, le cours de ces actions évolue à la hausse, leur valeur augmente notablement, et le marchand A, qui semble avoir entre-temps changé d’avis sur l’attractivité des actions, demande à B de lui verser le bénéfice qu’il a engrangé du fait de cette hausse. Le responsum décide en faveur de A, refusant à B le droit de conserver ce bénéfice, et appuie la décision à la fois sur les auteurs classiques et sur la notion de « l’usage des marchands du lieu »3.

  • 4  Edward Fram, « Jewish Law from the Shukhan Arukh to the Enlightenement », in An Introduction to th (...)

4Ces deux situations semblent fort éloignées de l’image habituellement présentée du négociant séfarade acculturé, agissant en tous points à l’égal de ses pairs hollandais en matière de négoce. Aspect essentiel à l’interrogation présente, transparaît au travers de ces deux cas l’existence d’un système de référence et de légitimation aux dimensions multiples  : les catégories invoquées par les décisionnaires comprennent en effet la norme rabbinique classique, l’usage des marchands, ainsi qu’une troisième dimension, une suggestion pratique formulée par le rabbin afin de concilier les impératifs du gain et la norme religieuse que l’on pourrait qualifier de fiction légale. Enfin, le caractère casuistique de ces textes est frappant, puisqu’ils mettent en place une solution appliquée à un cas précis, en réponse à une demande d’arbitrage de la part des négociants concernés ; néanmoins la portée de ces décisions dépasse les cas examinés, puisqu’elles pourront nourrir la réflexion d’autres rabbins amenés à trancher des affaires similaires. Elles construisent une forme de jurisprudence, qui prend sa place dans l’échafaudage complexe de la production de droit, entre les ordonnances communautaires et les codes généraux de halakha, ou norme rabbinique4.

5Si l’on pose la loupe pour s’éloigner de ces situations précises, et sonder en termes plus généraux l’articulation entre normes religieuses et pratiques économiques dans les sociétés juives modernes, on est conduit à décliner celle-ci en une pluralité d’interrogations : sur un plan global, on peut se demander dans quelle mesure le champ de l’économique est – ou non – l’objet d’une réglementation religieuse, et quelle est l’emprise affirmée, revendiquée, espérée de la norme religieuse sur les conduites économiques. Ce questionnement conduit donc la réflexion du côté de l’affirmation de la norme, ou des prétentions de la norme, avec pour corollaire la question des instances émettrices de la norme religieuse. À l’évidence, la réflexion sur le rapport entre normes et pratiques ne saurait se contenter de la mise en regard, d’un côté, d’une norme immuable et, de l’autre, des pratiques, assortie de l’examen de la conformité des pratiques, laquelle resterait d’ailleurs à définir. Plus fertile est le terrain des relations complexes qu’entretiennent normes et pratiques, comprises sous le jour de la réactivité de la norme, de son adaptabilité aux besoins des marchands : à cet égard, les xvie et xviie siècles en particulier constituent des moments particulièrement intéressants pour mesurer l’ampleur de cette adaptabilité de la loi divine entre les mains de l’homme, au travers des discussions et des divergences des autorités rabbiniques face à l’évolution des techniques du crédit et du commerce. Cette réactivité peut adopter différents aspects : s’exprimer en termes de création de solutions « halakhiquement » acceptables, dans un mouvement de conciliation formelle de la norme avec les pratiques ; ou encore prendre la forme d’une « inculturation » normative des pratiques de la circulation du crédit et des marchandises ; une troisième voie possible consiste à prendre acte d’une déconnexion entre le champ halakhique et le champ économique, alors laissé aux régulations des usages des marchands.

6Il convient de ne pas omettre de ce questionnement la dimension la plus difficile à explorer, celle qui concerne les acteurs économiques eux-mêmes : dans quelle mesure leurs pratiques économiques et financières prennent-elles en considération la dimension normative, ici la prohibition de l’intérêt entre juifs ? L’historiographie de ce questionnement compte plusieurs contributions récentes de grande valeur, qui portent en général sur le monde ashkénaze, et cette contribution a pour ambition de poursuivre cette réflexion en proposant un objet d’étude et des matériaux nouveaux.

Un héritage normatif médiéval

7Avant d’aborder les bouleversements socio-économiques des débuts de la modernité qui suscitent une réflexion et une production normative intense, il convient de rappeler que cette dernière s’appuie sur un héritage normatif médiéval très important. Deux champs majeurs font l’objet d’une réglementation active au Moyen Âge, fondée naturellement sur la littérature rabbinique : le domaine de la réglementation de la concurrence et de la légitimation de certaines formes d’exclusives économiques d’une part et celui des pratiques commerciales et financières pouvant comporter une infraction de l’interdiction du prêt à intérêt d’autre part.

  • 5  Voir Chaim Jachter, « ‘Hasagat gevul’ : economic competition in Jewish Law », Alei Etzion, 11, 200 (...)
  • 6  Bernard Dov Cooperman, « A Rivalry of Bankers : Responsa Concerning Banking Rights in Pisa in 1547 (...)
  • 7  Edward Fram, Ideals Face Reality. Jewish Law and Life in Poland, 1550-1655, Cincinnati, Hebrew Uni (...)

8La réglementation de la concurrence repose sur la notion talmudique d’outrepassement, de non-respect des limites, elle-même fondée sur l’interdit biblique de déplacer les bornes de son champ pour empiéter sur celui du voisin. Cette notion de l’interdiction d’empiéter est centrale pour comprendre la régulation normative de la vie économique et sociale des juifs au Moyen Âge, et en partie au début de l’époque moderne5. Elle se traduit par l’établissement de normes destinées à protéger les droits établis d’un individu ou d’un groupe, désignés sous le nom de hazaka, avec une extension très importante du domaine de ces droits : elle s’applique à la question de la résidence, fondamentale au Moyen Âge, car elle permet aux communautés de contrôler l’installation des nouveaux venus, soumise à autorisation afin qu’ils ne nuisent pas aux anciens. Elle peut s’appliquer à l’exercice d’une activité économique, en protégeant une clientèle, interdite aux concurrents : l’institution médiévale de la maarufia, monopole commercial établi et considéré comme un droit digne de protection et susceptible d’être cédé, constitue une régulation normative de la concurrence commerciale. Les codificateurs du xvie siècle retiennent très largement cette acception de l’interdiction d’empiéter, et des institutions comparables se retrouvent dans l’Italie du xvie siècle, par une sorte de convergence entre le droit de la condotta et le droit juif de la hazaka : Bernard Cooperman, analysant une dispute entre banquiers juifs de Pise, souligne le poids de cette régulation de la concurrence avec la reconnaissance pour le banquier juif d’une forme de monopole du prêt dans un espace donné6. De même, dans un ouvrage essentiel à notre question, Edward Fram montre l’élaboration au xvie siècle d’une version spécifique à l’activité latifundiaire des juifs en Pologne de cette protection des droits acquis et reconnus dans l’exercice d’une activité économique : la hezkat orenda, à savoir la reconnaissance des droits établis sur l’arenda, protège de la concurrence les contrats d’affermage détenus depuis plus de trois ans7.

  • 8Thesouro dos Dinim, que o povo de Israel he obrigado saber e observar, Amsterdam, 1645-1647, p. 12 (...)

9Le second domaine d’exercice de cette règlementation est celui du prêt à intérêt. Il importe de rappeler ici deux éléments essentiels. Tout d’abord l’interdit de l’intérêt ne concerne que les transactions entre juifs, et ne s’applique pas aux relations entre juifs et non-juifs. Naturellement, cela ne signifie pas l’absence de fondement normatif d’une éthique commerciale universelle : dans son compendium des préceptes paru en 1647 Menasseh ben Israel, rappelle l’interdiction de tromper son prochain, qu’il soit juif ou chrétien, sur la valeur, sur les poids et mesures, fondée sur de longues lignées de commentaires remontant aux préceptes bibliques (Lévitique 19, 35-36)8.

  • 9  En français voir l’excellente étude d’Abraham Weingort, Intérêt et crédit dans le droit talmudique (...)

10Au sein même de la notion d’intérêt prohibé (ribbit), on distingue dans la littérature rabbinique deux types de ribbit, de surplus indu, que l’on traduira ici par usure  : l’usure manifeste, tout d’abord, qui est transgression de l’interdit de la Torah, à savoir, par exemple, un prêt consenti pour une période donnée avec un intérêt défini d’avance, ou une dette payée en retard avec un supplément spécifique ; une usure seconde, ensuite, appelée avak ribbit, ou poussière d’usure, interdite par la loi orale, étant entendu qu’une interdiction formulée par les sages n’a pas la même portée que celle de la Torah, inaltérable dans son principe. Cette usure seconde peut prendre plusieurs formes, par exemple dans le cas d’un marchand qui va prêter sans risque pour son capital, ou de celui qui reçoit ou offre un cadeau en remerciement ou en vue d’un prêt. Pour notre propos, il importe de comprendre que le processus d’adaptation des normes s’applique à ce second type d’usure interdit par les sages et ne remet pas en question l’interdit de la Torah. Les sages du Talmud ont ainsi élaboré un certain nombre d’options formelles de prêts possibles, fondées sur la notion de l’existence d’un risque pour rendre un prêt légitime. C’est le système de l’iska, qui transforme le prêt simple en investissement. La mesure de la licence ou de l’interdiction est modulée en fonction de ce risque : pour être valable l’iska doit reposer sur un partage équitable des risques et des bénéfices entre le prêteur et l’emprunteur. Le principe est la distinction entre une partie prêt et une partie dépôt dans l’investissement : le dépôt doit être rendu intégralement, le risque partagé porte sur la moitié prêt9.

11L’héritage normatif sur ces deux questions majeures, la réglementation du champ de l’activité économique et le prêt à intérêt, au seuil de l’ère moderne, est donc considérable.

Normes et pratiques à l’époque moderne

  • 10  Voir sur ces questions Menahem Elon, Jewish Law. op. cit., t. 2 et 3.

12Pour saisir la multiplicité des acteurs impliqués, il importe de présenter les instances d’élaboration de la norme à l’époque moderne10, lesquelles peuvent être regroupées, dans le souci d’une typologie claire, en quatre catégories :

  • les grands codificateurs du xvie siècle, avec deux initiatives quasi contemporaines de codification, celle de Yosef Karo, installé en Terre Sainte à Safed et qui publie son code, le Bet Yosef, et un résumé, le Choulhan Aroukh, et celle, dans le monde ashkénaze, du rabbin Moïse Isserles, qui préparait un code global, et se contente, face à l’achèvement du code de Karo, de lui apporter des compléments ashkénazes ;

  • les synodes rabbiniques et institutions supracommunautaires, pour la période qui nous intéresse, avant les grands synodes rabbiniques de l’émancipation : le Conseil des Quatre Pays de Pologne et de Lituanie se réunit à l’occasion des foires de Lublin et émet des ordonnances dont une grande part a trait à la vie économique ;

  • les instances communautaires, également productrices d’ordonnances, dont le champ d’application est plus limité ;

    • 11  Sur cette source voir note 4, et sur la question de l’utilisation par l’historien Haym Soloveitchi (...)

    la jurisprudence casuistique des responsa, née de la soumission de conflits à l’arbitrage et à la décision d’une autorité rabbinique reconnue dans l’aire à laquelle les parties du conflit appartiennent. Elle constitue pour l’historien une source à la fois majeure et qui impose des précautions méthodologiques importantes, car l’authenticité des cas discutés n’est pas toujours acquise. Certaines situations sans doute fictives ou recomposées à partir de cas vrais, proposées à la sagacité des apprentis rabbins comme de véritables cas d’école, relèvent d’une catégorie historique différente, celle du plausible plutôt que du vrai11.

13Ces données descriptives étant posées, il convient d’aborder dans un second temps les modalités et le contenu de l’interaction entre normes et pratiques à l’époque moderne, en distinguant d’emblée des aires culturelles et géographiques distinctes.

  • 12  Voir Jacob Katz, Tradition and Crisis : Jewish Society at the End of the Middle Ages, Syracuse, Sy (...)

14En Europe centrale et orientale, au début de l’ère moderne, ainsi que le montre Edward Fram, les juifs s’engagent dans des directions d’activités économiques jusqu’alors inusitées et dont la nouveauté va poser des problèmes inédits de conformité halakhique : cela concerne tout d’abord tout un ensemble d’activités articulées à l’économie rurale, comme le commerce de l’alcool ou la gestion de domaines impliquant l’élevage de porcs. Des questions halakhiques nouvelles émergent également avec le développement de réseaux de négoce étendus dans l’espace et la diffusion d’instruments de crédit utilisés entre partenaires juifs et non juifs, susceptibles de poser de plein front la question de l’usure. Ces problèmes ne sont pas entièrement nouveaux ; cependant la complexité normative est exacerbée par le fait que, de plus en plus, le face-à-face prêteur-emprunteur est remplacé par la circulation anonyme des effets et des lettres de crédit. Dans cet espace de l’Europe orientale, on assiste à une intensification de la production normative, de la part de l’ensemble des instances mentionnées plus haut : Conseil des Quatre Pays, ordonnances communautaires, responsa, codes généraux. Ainsi lors de la réunion du Conseil des Quatre Pays à Lublin en 1607, le synode des rabbins produit un véritable guide en matière de prêt à intérêt, rédigé par le rabbin Joshua Falk  : la forme prise par ce guide du licite et de l’illicite en matière d’usure montre que son auteur est tout à fait conscient des problèmes non seulement d’articulation entre normes et pratiques mais avant tout d’assimilation de la norme, dans un domaine où les lois sont complexes  : il propose deux versions, deux voies, l’une courte destinée aux gens de moindre savoir, aux dirigeants des communautés, une sorte de digeste à visée opérationnelle et didactique, et l’autre longue, pour les savants, nantie des fondements et références en droit rabbinique. L’Europe centrale et orientale se caractérise ainsi par un important travail didactique de mise en forme et de diffusion des normes en matière économique12.

  • 13  Edward Fram, op. cit., chap. 6, p. 129-143 ; Francesca Trivellato, « Credit, Honor, and the Early (...)

15Ce rapport entre normes et pratiques se décline selon trois configurations principales, qui attestent la complexité et la créativité normative. Il apparaît tout d’abord sous le jour de l’adaptation aux nouvelles conditions de la vie économique, aux nouvelles activités exercées par les juifs dans le système arendaire en développement, qui se traduit par l’acceptation progressive de formes d’activités économiques autrefois prohibées. Par ailleurs, la ­formulation de fictions juridiques standardisées permet plus aisément le prêt et les investissements commerciaux en accord avec la législation rabbinique ; cette inventivité normative va donner le hetter iska, – qui est une standardisation de l’option ancienne de l’iska – c’est-à-dire licence d’investissement ou licence de prêt, dont l’usage formulaire se répand rapidement au xviie siècle. Ce protocole simplifié qui permet de contourner l’interdit de l’usure entre juifs est élaboré par un rabbin polonais du second xvie siècle, Rabbi Mendel Menahem Avigdor : sa nouvelle formule de hetter iska met au point un arrangement formel permettant un partage des profits entre prêteur et emprunteur compris comme investisseur et marchand qui révolutionne l’approche de la halakha en matière de crédit. Cette fiction légale apparaît également sous une forme abrégée, devenant une simple formule placée en tête de la transaction commerciale et financière. Enfin, une troisième configuration plus radicale, étudiée par Edward Fram, est l’incorporation pure et simple dans l’appareil normatif de pratiques marchandes de fait sans examen préalable de principe quant à leur conformité halakhique : c’est le cas des membrany ou membrana, qui sont des billets au porteur d’un usage extrêmement simple, appelées parfois lettres de change polonaises et qui font leur apparition au xvie siècle. La littérature à ce sujet est un peu confuse : Werner Sombart présente ces membrana comme des inventions du génie capitaliste juif, Jacob Katz leur suggère une étymologie hébraïque alors que le terme semble venir du latin membrana pour parchemin. Elles constituent un instrument de crédit majeur dans le monde polono-lituanien à l’époque moderne. Ainsi que le souligne Edward Fram, non seulement cet instrument financier n’a guère de fondement en halakha, mais il contredit certains principes talmudiques, à savoir le caractère personnel de la dette, la nécessité des témoins et d’une procuration en cas d’intervention d’un tiers. Le caractère non conforme de cet instrument financier n’empêche pas, du fait des nombreux litiges qui s’élèvent autour de l’usage de ce billet, la jurisprudence des responsa de se prononcer et de fonctionner en l’acceptant de facto13.

  • 14  Sur l’espace méditerranéen  : Laurence Rabinovich, « Hidden Interest and Risk Management in Sixtee (...)

16Dans l’espace de la Méditerranée orientale, le début de la période moderne est également un moment d’intense réflexion normative  : on y voit évoluer l’institution de l’iska – sans pour autant qu’elle disparaisse – dans une direction qui la rapproche de la commenda ou du qirad musulman. La commenda peut être décrite comme une sorte d’ancêtre méditerranéen de la société en commandite à ceci près qu’elle ne porte que sur un voyage, une entreprise unique. La différence majeure entre iska et commenda concerne la question de la responsabilité de l’entrepreneur-emprunteur. Dans la commenda, la répartition est autre : l’entrepreneur n’est pas responsable du capital, il n’investit que son travail, mais en retour, la plus grande part des profits vont à l’investisseur. Les autorités rabbiniques vont également sanctionner une autre évolution, qui garde le cadre formel de l’iska, avec partage égal, mais en lui adjoignant des conditions ; si ces dernières ne sont pas réalisées, on bascule dans un système où le marchand est responsable de l’ensemble de la somme avancée, mais où il garde 90 % des bénéfices, ce qui revient pour le prêteur-investisseur à un prêt à intérêt de 10 %. La question la plus controversée est celle du cambium, des contrats de change, qui permettent la perception d’un intérêt masqué par le jeu entre le cours des monnaies sur différentes places, sur laquelle les rabbins de l’empire ottoman sont fréquemment interrogés : Rabbi Samuel de Medina de Salonique, la plus grande autorité rabbinique du xvie siècle en Méditerranée orientale, rejette inlassablement cette pratique comme contraire à l’interdit premier de la Torah, alors que sous certaines conditions elle est tolérée par les scolastiques ; en même temps, il reconnaît que le cambio est pratiqué par tous les marchands de Salonique, et donc son impuissance à faire respecter ses décisions ; il reconnaît aussi une validité aux usages des marchands ; l’implication est peut-être que ces causes de cambio doivent être jugées non par lui, qui ne peut les recevoir, mais ailleurs selon l’usage des marchands. Donc au lieu d’un processus d’« inculturation » comme celui mentionné pour les membrany polonaises, on aurait une autorité rabbinique suggérant un processus de sécularisation de la chose économique. Mais tous ne suivent pas la voie de Samuel de Medina, et d’autres autorités rabbiniques acceptent la validité du contrat de change14. Dans l’espace méditerranéen semblent donc coexister des tendances complexes, dont certaines vont dans le sens de l’adaptation de la norme aux pratiques marchandes ou d’une adaptation innovante, et d’autres construisent une forme de résistance qui défend l’intégrité de la halakha en renvoyant les litiges à l’univers des pratiques mercantiles.

  • 15  Daniel M. Swetchinski, Reluctant Cosmopolitans, Londres, Littman, 2000, p. 219.
  • 16  Francesca Trivellato, The Familiarity of Strangers : The Sephardic Diaspora, Livorno, and Cross-Cu (...)
  • 17  Recherches en cours, présentées lors d’une communication : Évelyne Oliel-Grausz, « Revisiting the (...)

17Dernier espace évoqué dans la présente étude, ébauche schématique et insatisfaisante à bien des égards d’une comparaison à poursuivre, l’Europe occidentale et les nations séfarades, acteurs éminents engagés dans les formes modernes du capitalisme. Par rapport aux contextes de l’Europe centrale et de la Méditerranée orientale, l’impression dominante est celle d’une faible mesure de revendication et d’emprise des autorités religieuses ou des instances communautaires sur les activités économiques : rien de comparable au memorandum du Conseil des Quatre Pays destinés à être diffusé auprès de chaque communauté. Tout semble fonctionner comme si un accord tacite excluait du champ de l’activité normative les pratiques commerciales. En 1642, trois ans après l’établissement de la communauté portugaise unifiée d’Amsterdam, tous les contribuables signent une déclaration officielle qui vaut engagement de respecter les règlements et interdictions publiques en matière de transactions financières : dans ce cas, l’interventionnisme de la communauté en matière économique est légitimé par le souci de ne pas porter atteinte à la réputation de la nation en s’écartant du code de conduite et des lois des Hollandais15. Certes, on trouve dans les ordonnances de la communauté d’Amsterdam, de Londres, de Livourne un certain nombre d’interdictions de nature économique, mais elles demeurent rares et portent essentiellement sur des activités dont l’exercice pouvait porter préjudice au groupe, comme le commerce des monnaies interdites, ou l’interdiction de porter les querelles entre courtiers juifs (Londres) devant un tribunal civil avant d’avoir sollicité l’arbitrage de la nation. L’absence de cette règlementation économique en matière de crédit, de prêt est frappante en regard de l’intense activité normative et règlementaire en Europe orientale, ou encore dans la diaspora séfarade d’Orient évoquée plus haut. L’importance de l’implication des Séfarades dans les activités bancaires et commerciales rend ces silences d’autant plus frappants. Le groupe est soucieux des pratiques individuelles, à la fois dans l’optique du respect des normes morales appliquées à l’échange dont certaines ont un fondement légal puissant et parce que le comportement des personnes rejaillit sur l’image du groupe. Il semble hasardeux d’affirmer qu’on trouve dans les communautés juives une surveillance du même ordre que chez les Mennonites hollandais, qui pouvaient excommunier l’un des leurs convaincus de fraude ou de banqueroute16. Néanmoins, ma conviction est que l’enquête reste à poursuivre sur ce point ; nombre d’indices suggèrent que le rôle de l’institution communautaire dans le règlement des conflits socio-économiques au sein de la diaspora séfarade a été largement sous-estimé17. Mes travaux en cours sur le rôle des institutions communautaires dans la médiation, l’arbitrage ou l’adjudication des litiges socio-économiques, lesquels ont fort progressé depuis la rédaction première de ce présent texte, conduisent au contraire à revisiter les lieux communs sur le désinvestissement communautaire de l’espace de l’économie chez les Séfarades d’Occident.

  • 18  Robert Cohen, Jews in Another Environment. Surinam in the Second Half of the Eighteenth Century, L (...)

18Un cas permet d’évoquer très concrètement la complexité du rapport entre normes religieuses et pratiques commerciales et financières, le cas Montel, dont le profil premier est simple : juif portugais établi à Surinam et négociant en vue, Salomon Montel est excommunié par la communauté Beraha vesalom de Surinam en 1750 pour avoir perçu un intérêt prohibé sur un prêt de 5 000 florins consenti à un autre juif de la colonie, Aron Fonseca. Plus encore, refusant de rembourser les intérêts perçus, il est banni de la colonie en vertu du droit de bannissement dont dispose la communauté à l’égard des fauteurs de troubles, témoin de l’exceptionnelle autonomie judiciaire dont jouit le groupe18. Cependant le cas Montel ne peut se résumer à une sanction communautaire liée à une transgression de la halakha en matière d’intérêt. En effet, c’est une cour de justice civile de Surinam qui ordonne à Fonseca de payer les 5 000 florins qu’il doit à Montel avec un intérêt de retard. Fonseca, estimant qu’il s’agit là une perception illégale d’intérêt, se tourne vers la communauté juive de Surinam, dénonce un cas d’usure manifeste, et obtient le soutien des dirigeants de la nation portugaise. Pendant près d’une décennie, Montel va porter sa cause devant les tribunaux de Surinam, puis devant les États Généraux de La Haye et la communauté juive d’Amsterdam : au terme de ce périple judiciaire, il parvient à faire annuler son excommunication et réaffirmer l’obligation faite à la partie adverse de payer les intérêts. Cette affaire complexe montre à la fois l’articulation entre l’institution socio-religieuse de la communauté et l’économique. Mais loin d’affirmer l’emprise communautaire sur l’économique, elle établit la prévalence accordée à la loi du pays en matière civile et économique.

19Cette question de la revendication de la norme sur les pratiques économiques s’exprime donc avec une intensité toute différente selon les aires considérées. L’Europe orientale est le lieu de plus grande activité normative et réglementaire : il faut bien comprendre, cependant, que le désir de préserver à tout prix la pertinence de la halakha dans le domaine économique, de réaffirmer la globalité de la halakha est, certes, une approche pragmatique qui fournit des solutions aux usagers, mais aussi, sur le fond, le souci de défendre l’autonomie juridique juive. Dans l’espace de la diaspora d’Occident, les formes de réglementation de l’économique relèvent plutôt du contrôle socioreligieux et visent à protéger la réputation du groupe.

Les arbitrages des hommes de négoce

20Dans un dernier temps, s’écartant du point de vue des institutions, cette analyse se placera du côté des acteurs, des marchands ou hommes de négoce.

  • 19  Yosef Kaplan, Les Nouveaux juifs d’Amsterdam. Essai sur l’histoire sociale et intellectuelle du ju (...)
  • 20  Joseph Penso de la Vega, Confusion de confusiones, Amsterdam, 1688. Ce livre a été réédité et trad (...)

21Dans le cas des séfarades d’Occident, le sentiment dominant est qu’ils ne se posaient guère la question de la légitimité halakhique de leurs transactions commerciales. Il est vrai que ces transactions impliquent fort souvent des partenaires chrétiens, cette dimension interculturelle libérant théoriquement du problème de l’interdit de l’usure. Par ailleurs, ils ont une culture commerciale qui pour le cas des émigrants ibériques préexiste à leur culture juive. Pour autant, le dossier n’est pas clos, et la lecture des correspondances marchandes serait utile pour approfondir la question. Un cas intéressant en particulier, dont l’analyse est en cours, est la correspondance d’Abraham da Costa, conservée pour les années 1720-1730, juif d’Amsterdam engagé dans le négoce de commission pour les juifs portugais de Surinam : il lui arrive de refuser certaines missions commerciales qui lui sont confiées lorsqu’elles impliquent la perception d’un intérêt abusif (ribbit), à moins qu’elles ne se fassent au titre de sa commission habituelle. Il faudrait sans doute aussi analyser la forme des sociétés commerciales, celle de la société en commandite permettant techniquement de respecter la norme rabbinique. Pour Yosef Kaplan, l’autonomie de la sphère économique par rapport à la sphère religieuse chez ces séfarades d’Occident est l’un des marqueurs de leur modernité19. L’illustration de cette déconnexion se trouve dans l’ouvrage de Joseph Penso de la Vega, Confusion de confusiones, publié en 1688 à Amsterdam, qui livre la première description détaillée des jeux de la spéculation et du fonctionnement de la Bourse d’Amsterdam jusque dans le jargon et les gestes codés des spéculateurs. Sans livrer ici une analyse détaillée de l’ouvrage, disons simplement qu’il s’agit un échange à trois voix, un marchand, un philosophe, un actionnaire : l’actionnaire se met en position d’expliquer le jeu de la spéculation et des opérations boursières aux deux autres. Le titre de l’ouvrage est justifié par l’observation du fait que chaque manœuvre rationnelle est suivie de plusieurs autres sans rationalité apparente, le spéculateur se mouvant dans un monde obscur et labyrinthique. À l’évidence, cet ouvrage publié en espagnol est destiné par l’auteur à ceux de sa nation, aux juifs espagnols et portugais – il est dédié à un grand marchand diplomate, Duarte Nunes Da Costa. Et pourtant le discours de Penso de la Vega contient fort peu de références juives : le texte est émaillé de références bibliques, mais celles-ci côtoient les signes d’une solide culture classique, avec des digressions mythologiques et historiques. La paucité des références juives est d’autant plus sensible que son savoir en matière de religion est solide, puisqu’il se destinait d’abord à une carrière rabbinique avant de devenir homme de lettres et hommes d’affaires20.

22Peut-on conclure à une relative autonomisation de la sphère de l’économique chez ces séfarades, fort éloignée du tableau simpliste dressé par Werner Sombart qui décrit l’emprise minutieuse et absolue du religieux sur chaque geste, chaque pensée du juif, allant jusqu’à qualifier les marranes de juifs orthodoxes, pour alimenter sa démonstration du lien intrinsèque entre judaïsme et capitalisme.

  • 21Les Mémoires de Glückel Hameln, trad. et présentation de Léon Poliakov, Paris, Éditions de Minuit, (...)

23La dissociation attribuée à l’aire séfarade demeure à explorer et questionner, il est plus malaisé de se prononcer sur les autres aires culturelles évoquées  : peut-on articuler l’abondance de la production règlementaire et normative à une préoccupation d’orthopraxie des acteurs ? Rien n’est moins sûr. Pour preuve, les allégations de Samuel de Medina affirmant que tous les juifs de Salonique pratiquent le cambio qu’il réprouve, ou encore la question des billets au porteur, les membrany polonais évoqués plus haut : leur diffusion à très grande échelle comme principal instrument de crédit dans la Pologne moderne en fait un objet pour la casuistique des responsa, mais nul ne demande s’il est légitime de les utiliser. Si l’on regarde du côté d’un texte très connu, les mémoires de Glückel Hameln, il est frappant de constater qu’il n’y pas non plus de souci exprimé de cette conformité : qu’elle parle de prêt à intérêt consentis à d’autres juifs par elle ou ses enfants, d’associations commerciales, de négoce, d’escompte de traites, à aucun moment elle ne mentionne le souci d’accorder ses méthodes à la norme rabbinique, ou la crainte d’en dévier. Tout se passe comme si, pour cette femme éminemment dévote et pieuse, les deux domaines n’entraient pas en interaction, ou du moins sans qu’elle pose problème21. En Méditerranée orientale, on a le sentiment que les marchands agissent avec les instruments de crédit disponibles, sans se soucier de leur validité en droit rabbinique, et cette question ne survient qu’en cas de litiges.

  • 22  Laurence Rabinovich, op. cit., p. 201-202.

24Il est clair que les acteurs savent exploiter les possibilités du système normatif en cas de conflit, qu’ils aient ou non un souci premier de la norme, et jouer, le cas échéant, entre les droits : c’est le cas d’un marchand ottoman qui emprunte pour financer une expédition commerciale vers Venise, vend les marchandises acquises sur le chemin du retour, et qui une fois rentré en terre ottomane refuse de verser le capital emprunté plus la moitié des bénéfices à son prêteur-partenaire sous prétexte que le contrat qu’ils ont fait est une iska interdite, avec 50/50 mais sans salaire pour lui22. Dans le cas du juif portugais Montel de Surinam, on imagine bien que son concurrent se prévaut de l’interdit de l’usure pour éviter de rembourser les intérêts. Montel, quant à lui, conjugue à la fois la négation de la légitimité de l’emprise du religieux sur ses pratiques économiques - il s’affirme indifférent à l’excommunication - et la capacité de tirer profit du jeu entre les droits, en jouant des verdicts des tribunaux civils et religieux. Ces exemples indiquent qu’il faut utiliser avec précaution des sources internes issues du conflit comme les responsa, et les considérer à l’intérieur d’une lecture globale des options d’arbitrage disponibles en un temps et un lieu donné, différente selon les formes d’organisation communautaire, le degré d’autonomie judiciaire des communautés, et de liberté de l’individu dans ces systèmes. Est-ce que celui qui se tourne vers l’autorité rabbinique pour régler un conflit de nature économique souscrit nécessairement au règne de la halakha sur l’économique ? Rien n’est moins sûr.

Conclusion

25Le rapport entre normes et pratiques, comme le montre la question du prêt à intérêt, est une relation dynamique en constante redéfinition, et la fragmentation des autorités énonciatrices de la norme comme la diversité des contextes économiques et culturels expliquent l’absence d’unanimité dans le choix des solutions proposées. Trois options majeures ont été dégagées dans cette brève étude : la création de solutions spécifiques fondées en droit rabbinique, avec l’iska, l’inculturation par intégration au système normatif et jurisprudentiel de pratiques de fait, ou le renvoi aux usages mercantiles, et l’auto-exclusion du champ de l’économique. Mais il ne faut pas se laisser enfermer dans ces sources normatives et confondre revendication normative du champ économique et articulation effective entre normes et pratiques. La difficulté réside en ce point. L’historiographie récente a éclairé quelques pans de ces questions, mais elles demeurent encore largement en friche pour l’ensemble des sociétés juives modernes.

Notes

1  Voir l’ouvrage de type encyclopédique de Aaron Levine (ed.), The Oxford Handbook of Judaism and Economics, Oxford, Oxford University Press, 2010.

2  La littérature sur ce genre est immense. Pour une approche historique de ces sources, voir le recueil de Matt Goldish, Jewish Questions. Responsa on Sephardic Life in the Early Modern Period, Princeton, Princeton University Press, 2008, en particulier l’introduction, p. 48-55 ; On peut signaler l’une des rares publications de responsa consacrées aux questions économiques et sociales, Aser Hananel, Eli Eskenazi coll., trad., Fontes hebraici ad res oeconomicas socialesque terrarum Balcanicarum pertinentes, 2 vol. , Sofia, Editio Academiae Litterarum Bulgaricae, 1958-1960. L’ouvrage propose une traduction bulgare des responsa mais également un résumé en français utile aux chercheurs.

3  Pour les deux cas cités, voir l’édition photostatique de Peri Ets Haim, vol. I, f. 50-52, 160-162 (1733), Ashdod, 2003. Sur ce corpus voir Menko Max Hirsch, Frucht vom Baum des Lebens. Ozer Peroth Ez Chajim. Die Sammlung der Rechtsgutachten Peri Ez Chajim des Rabbinerseminars Ets Haim zu Amsterdam. Zeitlich geordnet, ins Deutsche übertragen und in gekürzter Form herausgegeben, Anvers-Berlin, Soncino-Gesellschaft,1936.

4  Edward Fram, « Jewish Law from the Shukhan Arukh to the Enlightenement », in An Introduction to the History and Sources of Jewish Law, Neil S. Hecht et allii (eds), Oxford, Oxford University Press, 1996, p. 359-377, et le chapitre sur les responsa dans Menahem Elon, Jewish Law. History, Sources, Principles (trad. de l’hébreu), Philadelphie, JPSA, 1994, p. 1453-1528.

5  Voir Chaim Jachter, « ‘Hasagat gevul’ : economic competition in Jewish Law », Alei Etzion, 11, 2001, p. 79-89, et Encyclopedia Judaica, s.v. « Hassagat gevul », vol. 8, 2007, p. 448-453.

6  Bernard Dov Cooperman, « A Rivalry of Bankers : Responsa Concerning Banking Rights in Pisa in 1547 » in Isadore Twersky (ed.), Studies in Medieval Jewish History and Literature, II, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1984, p. 41-81.

7  Edward Fram, Ideals Face Reality. Jewish Law and Life in Poland, 1550-1655, Cincinnati, Hebrew Union College Press, 1997, p. 108-110.

8Thesouro dos Dinim, que o povo de Israel he obrigado saber e observar, Amsterdam, 1645-1647, p. 128-130. Lévitique 19, 35-36 : « Ne commettez pas d’iniquité en fait de jugements, de poids et de mesures. Ayez des balances exactes, des poids exacts, une épha exacte, un men exact  : Je suis l’Éternel votre Dieu, qui vous ai fait sortir du pays d’Égypte ».

9  En français voir l’excellente étude d’Abraham Weingort, Intérêt et crédit dans le droit talmudique, Paris, Librairie générale de droit et de jurisprudence, 1979, p. 81-98. Voir aussi sur la production normative liée à la question de l’intérêt indu l’étude classique de Haym Soloveitchik, « Pawnbroking. A Study in Ribbit and of the Halakhah in Exile », Proceedings of the American Academy for Jewish Research, vol. 38-39, 1970-1971, p. 203-268.

10  Voir sur ces questions Menahem Elon, Jewish Law. op. cit., t. 2 et 3.

11  Sur cette source voir note 4, et sur la question de l’utilisation par l’historien Haym Soloveitchik, The Use of responsa as Historical Source. A methodological introduction, Jérusalem, Zalman Shazar Center for Jewish History, 1990 [hébreu], et « Can Halakhic Texts Talk History ? », AJS Review, 12, 1987, p. 205-221.

12  Voir Jacob Katz, Tradition and Crisis : Jewish Society at the End of the Middle Ages, Syracuse, Syracuse University Press, 2000 (1958 pour la première édition, en hébreu), chap. 8, p. 52 sq. ; Murray J. Rosman, The Lords’ Jews : magnate-Jewish relations in the Polish-Lithuanian Commonwealth during the eighteenth century, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1990, et Edward Fram, op. cit., p. 105-128.

13  Edward Fram, op. cit., chap. 6, p. 129-143 ; Francesca Trivellato, « Credit, Honor, and the Early Modern French Legend of the Jewish Invention of Bills of Exchange », Journal of Modern History, 84, 2012, p. 289-334.

14  Sur l’espace méditerranéen  : Laurence Rabinovich, « Hidden Interest and Risk Management in Sixteenth Century Mediterranean Commerce », Jewish Law Association Studies, 9, 1997, p. 199-211 ; Stephen Passamaneck, Insurance in Rabbinic Law, Édimbourg, Edinburgh University Press, 1974 ; Aryeh Shmuelevitz, The Jews of the Ottoman Empire in the Late Fifteenth and Sixteenth Centuries. Administrative, economic, legal and social relations as reflected in the Responsa, Leyde, Brill, 1984. Sur la commenda et ses origines, Abraham L. Udovitch, « At the origins of the Western Commenda : Islam, Israel or Byzantium », Speculum, 37, 1962, p. 198-207.

15  Daniel M. Swetchinski, Reluctant Cosmopolitans, Londres, Littman, 2000, p. 219.

16  Francesca Trivellato, The Familiarity of Strangers : The Sephardic Diaspora, Livorno, and Cross-Cultural Trade in the Early Modern Period, New Haven, Yale University Press, 2009, p. 21.

17  Recherches en cours, présentées lors d’une communication : Évelyne Oliel-Grausz, « Revisiting the Nexus between the Early Modern Sephardi Kehillah and Economy », Negotiating Trade : Commercial Institutions and Cross-Cultural Exchange in the Medieval and Early Modern World. Colloque organisé par le Center for Medieval and Renaissance Studies at Binghamton University (SUNY), 24-25 septembre 2010.

18  Robert Cohen, Jews in Another Environment. Surinam in the Second Half of the Eighteenth Century, Leyde, Brill, 1991, p. 131-134.

19  Yosef Kaplan, Les Nouveaux juifs d’Amsterdam. Essai sur l’histoire sociale et intellectuelle du judaïsme séfarade au xviie siècle, Paris, Chandeigne, 1999, p. 52-53.

20  Joseph Penso de la Vega, Confusion de confusiones, Amsterdam, 1688. Ce livre a été réédité et traduit dans plusieurs langues, en dernier lieu en fac-similé par Macanaz en 2008, traduit en castillan actuel chez le même éditeur en 2010 et traduit en anglais chez Sonsbeek en 2006.

21Les Mémoires de Glückel Hameln, trad. et présentation de Léon Poliakov, Paris, Éditions de Minuit, 1971.

22  Laurence Rabinovich, op. cit., p. 201-202.

Auteur

Agrégée d’histoire et ancienne élève de l’École normale supérieure, elle est maître de conférences d’histoire moderne à l’université Panthéon-Sorbonne (Paris I). La plupart de ses publications portent sur l’histoire de la diaspora occidentale et des mobilités juives. Sa thèse de doctorat concernait les réseaux et les circulations intercommunautaires au xviiie siècle. Elle codirige avec Liliane Pérez le groupe de recherche Jewish Business Records. Ses recherches actuelles portent sur la résolution de conflits en monde juif au xviiie siècle, en particulier à Amsterdam et à Livourne.
Elle a publié avec Mireille Hadas-Lebel les actes du colloque tenu au Collège de France les 16-18 mai 1989 : Les juifs et la Révolution française, histoire et mentalités, collection de la revue des Études juives, Paris-Louvain, Peeters, 1992. Elle a écrit de très nombreux articles, dont : « Résolution des litiges commerciaux et circulations transnationales au début du xviiie siècle : l’affaire Pimenta-Nunes Pereira », Archives juives, 47, 2014 ; « David Aboab : A Tale of Caribbean Deviance », in Yosef Kaplan et Dan Michman (dir.), actes du 11e symposium de l’histoire juive hollandaise (à paraître) ; avec Liliane Hilaire-Pérez, « L’histoire des juifs et de l’anglicité au prisme de l’economic turn », in Michel Prum (dir.), Comparer les diversités, Paris, L’Harmattan, 2013 ; « Mobilité, identité et procédures d’identification dans la diaspora séfarade au xviiie siècle », in Danièle Iancu-Agou et Carol Iancu (dir.), L’écriture de l’Histoire juive. Mélanges en l’honneur de Gérard Nahon, collection de la revue des Études juives, Paris-Louvain, Peeters, 2011, p. 419-441.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540