Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genèse des marchés

 | 
Françoise Bayard
, 
Patrick Fridenson
, 
Albert Rigaudière

Les échelles des marchés

Institutions et espaces de marché : de l’abstrait au concret

Dominique Margairaz

Texte intégral

1Genèse des marchés : l’emploi du pluriel n’est pas neutre et invite à considérer la dimension concrète du marché, la pluralité des marchés particuliers des biens, de l’argent ou des services, dans les différentes temporalités, échelles et contextes de leur émergence et de leur structuration. Dans cet esprit, la singulière longévité des institutions du commerce périodique et leur universalité sur le territoire européen du haut Moyen Âge à l’époque contemporaine en font un terrain incontournable d’interrogation. Dans quelle mesure foires et marchés ont-ils contribué à la structuration de marchés et à quelle échelle, c’est-à-dire à l’intégration de territoires de dimensions variées dans un système d’échanges et de prix de biens spécifiques ? La question est d’autant plus légitime pour l’époque moderne que trois dynamiques se déploient alors de façon conjointe : l’essor des marchés de consommation, l’achèvement de la construction d’États territoriaux qui visent à constituer des espaces unifiés de juridiction et d’échange, l’élargissement des marchés avec l’intensification des échanges transocéaniques.

  • 1  Douglass C. North, « Institutions, Transaction Costs, and the Rise of Merchant Empires », in James (...)

2Les lectures institutionnalistes des réseaux de foires et marchés, très inspirées par les grandes foires médiévales de rayonnement international, ont vu dans celles-ci la réponse adéquate aux exigences d’une intensification et d’un changement d’échelle des échanges à partir des xiie-xiiie siècles, leur création, peu à peu récupérée parmi les prérogatives relevant de l’autorité régalienne traduisant alors la capacité de l’État à ordonner l’espace de la compétition marchande et à imposer un ordre territorial contre les particularismes juridiques d’essence féodale et corporative1. Au-delà de l’espace local du marché, les foires ont alors une fonction d’articulation des échanges à l’échelle européenne, entre espaces complémentaires du nord-ouest et zone méditerranéenne, ou à l’échelle régionale, entre hautes terres peu peuplées et vouées à l’élevage et plaines densément peuplées, urbanisées et carnivores.

3À partir du xviie et plus encore du xviiie siècle, le renforcement de l’ordre juridique marchand et de l’ordre policier, l’amélioration des voies de communication et la montée en puissance des services de transport du courrier et des entreprises de transport des marchandises, l’essor du commerce d’entrepôt et de commission, celui de l’appareil commercial urbain questionnent l’utilité d’institutions dont la forme et la finalité semblent appartenir au passé. Les externalités positives reconnues pour la période médiévale semblent perdre leur réalité devant les progrès des conditions générales de circulation et d’échange. Foires et marchés ne sont-ils pas devenus alors des institutions obsolètes, maintenues par le seul crédit de l’intrigue et du lobbying ? C’est la thèse des partisans de la liberté du commerce, qui voient notamment dans les foires l’expression de privilèges procurant des avantages comparatifs illégitimes et préjudiciables au développement naturel des échanges.

  • 2  S. R. Epstein, « Fairs, Towns and States… », in Fieri e mercato…, op. cit., p. 87.

4À la question de savoir pourquoi les foires seraient la meilleure réponse à l’augmentation des coûts de transaction liée à l’essor et l’élargissement des marchés (coûts d’exclusion, coûts d’information, coûts de taille et coûts de comportements) Stephen Epstein répondait en faisant remarquer que si les marchands fréquentent les foires, c’est que la formule est adaptée à leurs besoins2. Une des grandes inconnues pour l’époque moderne est précisément celle de la fréquentation des foires, dont la majorité n’est connue que par la mention qu’en font almanachs, annuaires, ou autres directories, ou par les enquêtes diligentées par le pouvoir étatique. Les sources qui subsistent, même si elles témoignent très inégalement des conjonctures foraines, montrent cependant que la remarque n’est pas dénuée de fondements et que foires et marchés sont des institutions plastiques. Elles se plient à l’usage qu’en font les acteurs. La fonction des foires, en particulier, se transforme au cours de l’époque moderne et s’ajuste aux besoins d’une économie caractérisée par la dispersion de la production, l’évolution des comportements de consommation et la restructuration des filières de la distribution.

5On peut ainsi partir d’un schéma théorique dont la robustesse paraît assez éprouvée pour la période médiévale et les débuts de l’époque moderne pour interroger les évolutions qui affectent les institutions du commerce périodique, tant du point de vue de leur répartition spatiale que du point de vue fonctionnel, ainsi que le rôle d’accompagnement ou de frein qu’elles ont pu jouer dans la construction et l’essor des marchés.

I. Commerce périodique et construction du marché

6Ce schéma met en évidence la manière dont ces institutions, dans un contexte d’insécurité matérielle et juridique et un contexte d’incertitude, instaurent sécurité et confiance et génèrent des externalités positives, un peu à la manière d’une ville, mais de manière plus souple et moins coûteuse qu’une ville.

Sécurité matérielle

Sécurité juridique

Protection des voies d’accès et des lieux d’échange.

Franchises, exemptions fiscales, protection contre les prélèvements arbitraires.

Justice expéditive et gratuite, garanties
de recours.

Externalités positives, réduction
de l’incertitude

Présence prévisible de partenaires potentiels
et experts.

Informations (acteurs, produits, prix,
état du marché, contextes…).

Économies de transports par la simultanéité des opérations de vente et d’achat.

Crédit, paiements à terme.

Régularité des relations marchandes

Externalités positives liées aux cycles forains (retours de foire, associations)

7Dans cette configuration, l’État, qui dispose du droit de création, aménage les conditions concrètes de la rencontre entre une offre et une demande qui demeureraient insatisfaites sans ces institutions, il accompagne les évolutions économiques en répondant à une demande de création, mais stimule en même temps l’activité en abaissant les coûts d’accès au marché et de réalisation des transactions par le biais de dispositifs de protections ou de franchises. Le modèle s’ajuste particulièrement bien aux conditions du commerce terrestre, avant le grand essor du commerce maritime et de la façade atlantique, qui ouvrent de nouvelles routes et de nouvelles possibilités de communication et de complémentarité entre l’Europe méditerranéenne et l’Europe du nord-ouest, articulées sur les grands ports de Lisbonne, Cadix, Anvers, Amsterdam… Grâce aux conditions exceptionnelles qu’elles procurent aux marchands qui les fréquentent, limitées dans le temps mais étendues aux routes qu’ils empruntent à travers l’Europe, les grandes foires comme celles de Champagne, ou celles de Lyon à partir du xve siècle, assurent un rôle de coordination des échanges à longue distance, et apparaissent comme des nœuds de la construction de marchés de produits en nombre limité, notamment textiles, ou du marché de l’argent et des changes, dont certaines foires, comme celles de Besançon ou Piacenza, ultérieurement celles de Novi, restent jusqu’à l’époque moderne un instrument essentiel. Mais il s’agit là d’institutions très particulières et très exceptionnelles, dotées de privilèges juridiques et fiscaux étendus, un cas de figure qui ne peut être tenu pour une généralité à l’époque moderne. Ce sont avant tout les grandes foires de marchandises qui jouissent de ces privilèges, comme Lyon, Beaucaire, Bordeaux, Caen et Guibray, Rouen… ou comme celles de Leipzig, de Francfort en Allemagne. Mais la plupart ne jouissent que d’exemptions partielles, ce qui ne minore en rien l’avantage que les commerçants pouvaient tirer de la réalisation de leurs transactions en foire.

  • 3  Turgot, « Foires et marchés », article de l’Encyclopédie, ici dans Œuvres de Turgot, édition d’Eug (...)

8Dans un contexte d’essor urbain et commercial, d’amélioration de la sécurité sur les routes, et d’accélération de la circulation des informations, la question se pose en effet de savoir jusqu’à quel point les foires ne génèrent pas des externalités négatives : détournement de trafics, concurrence déloyale à l’égard d’autres rendez-vous périodiques ou lieux de commerce sédentaire ne bénéficiant pas des mêmes avantages fiscaux. C’est le registre thématique libéral soutenu à partir des années 1750 par Vincent de Gournay et surtout Turgot après lui, dans son article « Foires » de l’Encyclopédie, c’est la ligne de défense aussi des communautés urbaines opposées à la création d’une foire ou d’un marché dans une localité voisine. Ce registre se déploie suivant deux lignes argumentatives. La première s’attache à la critique des privilèges forains : « Ce commerce momentané n’est grand que par les causes mêmes qui gênent le Commerce, et qui tendent à le diminuer dans tout autre temps et dans toute l’étendue de l’État » affirme Turgot, et, citant Gournay : « Faut-il jeûner toute l’année pour faire bonne chère à certains jours ? En Hollande il n’y a point de foire ; mais toute l’étendue de l’État et toute l’année ne forment, pour ainsi dire, qu’une foire continuelle, parce que le commerce y est toujours et partout également florissant3 ».

  • 4  Relevé opéré sur les années 1710-1788, Archives nationales (AN), Registres X 24 à X 48 : Table par (...)
  • 5  Cf. Dominique Margairaz, Foires et marchés dans la France pré-industrielle, Paris, Éditions de l’E (...)
  • 6  Sur cette question voir en particulier Anne Conchon, « Foires et marchés en France au xviiisiècl (...)
  • 7Ibid., p. 296. Dans l’un et l’autre cas ces exemptions ou allégements ne touchaient pas les droits (...)

9Si l’on considère les actes, lettres patentes ou arrêts du conseil portant création de foires et marchés au cours du xviiie siècle, moment où prend corps cette critique des institutions foraines, la rareté des mentions de franchises apparaît au contraire tout à fait flagrante, et ne concerne que les marchés, sauf ajout d’une foire supplémentaire au calendrier d’une place dont les assemblées sont déjà dotées d’exemptions4. À la fin de l’Ancien Régime, 40 % environ des assemblées tenues dans plus de 4 000 lieux de foires sont réputées franches5, et jouissent par là d’exemptions fiscales d’ampleur très inégale, depuis la simple exemption de droits d’octrois pour celles qui se tiennent à l’intérieur d’une ville, jusqu’à l’exemption, beaucoup moins fréquente, de droits de péage prélevés sur les voies de terre et d’eau dans un rayon plus ou moins étendu autour de la place de foire, et surtout, très rare, l’exemption de droits de douane à l’entrée ou la sortie des cinq grosses fermes ou du royaume6. Cette proportion est équivalente à celle des marchés dits « francs » dans desquels tout ou partie des droits sur les transactions et les droits de péage étaient alors plus ou moins allégés7.

Le semis des foires

Le semis des foires

Source : conception graphique : Serge Bonin, Laboratoire de graphique de l’EHESS pour Foires et marchés dans la France pré-industrielle, Dominique Margairaz, Paris, Éditions de l’EHESS, 1988.

Le semis des marchés

Le semis des marchés

Source : Ibid.

10La deuxième ligne argumentative s’ordonne autour de la dénonciation de l’inflation des créations de foires, imputables selon ses contempteurs au crédit de quelques particuliers influents qui entendent en tirer un parti financier ou symbolique. La saturation de l’espace et du calendrier forains est perçue comme potentiellement perturbatrice des cycles existants par l’introduction de doublons ou de rendez-vous concurrents dont le danger est celui d’une dispersion des offreurs ou des acheteurs. Loin de réduire l’incertitude pour les acteurs qui anticipent la présence de partenaires potentiels, la profusion d’assemblées concurrentes l’alourdit, et accroît potentiellement les coûts induits par l’augmentation des invendus. L’administration royale, puis révolutionnaire, très prévenue contre les effets négatifs d’une dispersion excessive des lieux de foire et d’une surcharge des calendriers, se montre de plus en plus attentive à la coordination des assemblées entre elles lors de l’examen des demandes de création, sans parvenir à déterminer une configuration d’équilibre nécessairement plurielle, selon les régions et les types de marchés concernés.

  • 8  AN, Registres X 24 à X 48 : Table par ordre de date des ordonnances, édits, déclarations, lettres (...)

11Dans les faits, le mouvement de créations s’intensifie effectivement au cours du siècle, mais, étonnamment, précisément dans la période où les courants libéraux sont influents au sein de l’administration monarchique, comme le montre le tableau ci-dessous8 :

Lettres patentes portant création de foires

Lettres patentes portant création de marchés

Lettres patentes portant création de foires et de marchés

Nombre total de foires créées

Nombre total de marchés créés

1710-1749

24

25

13

60

25

1750-1788

59

37

26

194

35

  • 9   AN, Registres E/1713 et E/1714.
  • 10  Voir sur ce point D. Margairaz, Foires et marchés..., op. cit., p. 55.
  • 11Ibid., p. 161.

12Encore ce tableau ne prend-il en compte que les actes enregistrés au Parlement de Paris, ce qui n’était pas toujours le cas, et ne tient-il pas compte des créations actées par un simple arrêt du conseil. Dans la seule année 1770, pour deux lettres patentes portant création de quatre foires à Mortagne (Bas-Poitou) et de huit à Montceaux-l’Étoile (bailliage de Mâcon), six arrêts du conseil portent création de vingt foires (Tournon en Agenais, Barbaste, La Capelle, Challans, Cuxac-Cabardès, Saint-Romain-en-Jarez) et d’un marché dans cette dernière localité de la généralité de Lyon. L’année suivante, aucune lettre patente n’est délivrée, mais neuf arrêts du conseil sont rendus, par lesquels sont créés dix-neuf foires (Langon, Dol-de Bretagne, Nogent-sur-Seine, Rully, Piégon, Saintes, Saint-Georges-d’Aurac), trois marchés (Langon, Dol-de Bretagne, Gargilès), et rétabli un marché à Changy (généralité de Lyon) au profit du marquis de Vauborel9. Outre ces créations, dont une part croissante concerne un simple enrichissement du calendrier de bourgs ou villes de foires (12 cas sur 122 dans la période 1750-1788), on remarque en effet dans la première période 11 actes relatifs à la confirmation ou au rétablissement du droit de foire ou de marché pour certaines communautés ou seigneuries. Insignifiante dans la seconde période (7 occurrences), la rareté de la démarche signale en réalité la moindre visibilité des revendications seigneuriales au profit de l’affirmation des communautés d’habitants parmi les demandeurs. La remarque ne vient pas seulement nuancer le jugement porté par ceux qui se montrent hostiles à l’accélération des créations de foires et, à un moindre degré, celle de marchés. Elle témoigne, parallèlement à ce que suggèrent les quelques exemples de localités bénéficiaires de créations en 1770 et 1771, du caractère essentiellement rural du semis des foires, et, là encore, à un moindre degré, de celui des marchés : à la fin de l’Ancien Régime, environ 60 % des lieux de foires sont des paroisses de moins de 2 000 habitants, 40 % de celles-ci en comptent moins de 1 00010. Dans leur grande masse, les foires sont un phénomène rural et agricole, dont le calendrier s’ajuste au rythme agro-pastoral11. Les marchés, surreprésentés au seuil des 5 000 habitants, se partagent entre les marchés urbains, pluri-hebdomadaires, et les marchés ruraux voués au commerce des grains ou à celui des animaux, chevaux, bovins surtout. La dynamique de création au xviiie siècle, Révolution comprise, traduit ainsi la forte demande des communautés d’habitants, justifiée selon celles-ci par les besoins d’accès au marché pour l’écoulement des denrées agricoles, du bétail ou des productions proto-industrielles et, réciproquement, par les besoins d’approvisionnement en denrées, en matières premières ou produits intermédiaires, matériaux de construction ou marchandises diverses. À suivre les argumentaires des demandeurs, l’essor du réseau traduirait donc un essor de la production rurale et des besoins accrus de débouchés proches, en même temps que s’exprime l’aspiration à disposer d’opportunités alternatives de mise en marché de leurs produits pour une meilleure mise en concurrence des acheteurs, ou d’un meilleur accès aux sources d’approvisionnement de toute nature.

  • 12   Bernard Lepetit, Chemins de terre et voies d’eau : réseaux de transports et organisation de l’esp (...)
  • 13   Sur ce thème voir Dominique Margairaz et Philippe Minard, « Marché des subsistances et économie m (...)

13Il est très difficile d’apprécier le bien-fondé de cet argumentaire, et d’établir le lien entre dynamique économique et densification du réseau : les demandes, comme c’est le cas pour l’ouverture de nouvelles routes, anticipent souvent des retombées attendues d’un équipement qu’on regarde comme étant le facteur d’une prospérité enviée chez les voisins et espérée pour soi-même12. Elles s’inscrivent aussi dans des stratégies et des rivalités de prestige, qui visent à accaparer un capital de notoriété et de considération attaché à une fonction commerciale qui n’a pas forcément de contenu réel. Il est certain qu’un certain nombre de foires et de marchés vivotent, certains n’ayant d’existence que sur le papier. La forte pression des communautés traduit en tout cas l’intense aspiration de tout ou partie des habitants qui les composent à une intégration au marché, et non un rejet de celui-ci comme les mouvements autour des taxations ont pu le laisser croire, à tort13. Du côté des autorités concédantes, bureau de commerce et conseil du roi, puis ministère de l’Intérieur sous la Révolution, l’objectif visé n’est pas de limiter systématiquement le nombre des créations d’institutions nouvelles, mais il est de rationaliser le réseau en combinant une distribution optimale des lieux et des calendriers des foires et des marchés. Plus qu’une protection rendue nécessaire dans un environnement d’insécurité, l’État apporte désormais une certification légale de l’utilité des rendez-vous qu’il institue, sa garantie à l’information que constitue l’annonce, officialisée dans des almanachs ou dans la presse, de la tenue d’une foire ou d’un marché. Instituer une foire ou un marché, c’est accorder le sceau de l’autorité publique à un énoncé à la fois performatif et prédictif : l’assemblée créée existe légalement par l’effet d’un acte déclaratif qui anticipe simultanément son appropriation par les acteurs et sous-entend qu’ils y trouveront les services, la matière et les acteurs nécessaires à une séquence d’échange utile dans un environnement économique et institutionnel donné.

14À travers la critique des privilèges forains, c’est néanmoins la question de la fonction et des dynamiques qui soutiennent ces manifestations périodiques qui se trouve posée : les foires ne doivent-elles leur prospérité qu’aux allégements fiscaux qui leur procurent un avantage comparatif dans un contexte de réglementation et de prélèvements onéreux au commerce ? Faut-il lire dans la carte du semis des foires et des marchés la survivance d’institutions obsolètes et le produit d’une course aux privilèges, véritable compétition des seigneurs et des communautés pour un attribut de prestige, et ces institutions sont-elles encore les mieux adaptées ou même encore nécessaires alors que d’autres formes d’organisation pourraient assurer les mêmes fonctions de drainage et de redistribution des produits, comme le commerce de commission ou le commerce d’entrepôt, ou encore le développement des boutiques et du commerce de détail en ville ? Dans l’hypothèse d’une libéralisation de leur commerce, les marchés de grains sont-ils par exemple encore nécessaires ? Foires et marchés n’assument-ils pas au contraire des fonctions spécifiques dans l’organisation de l’espace marchand et la structuration des marchés ?

II. Commerce périodique et espaces de marchés

  • 14  Pour une réflexion à l’échelle de la France sur ce thème voir Bernard Lepetit, Les villes dans la (...)

15En se concentrant sur le cas des grandes foires médiévales, les historiens se sont attachés à un segment et une échelle de l’organisation des marchés, celle de la coordination des acteurs du commerce à longue distance. Dans le contexte de la construction d’États nationaux qui tendent à faire coïncider espace de la souveraineté et espace de marché unifié, la pluralité des fonctions du commerce périodique est à lire dans un semis différencié, en voie de spécialisation et de hiérarchisation. Si la centralité, des lieux de foire en particulier, c’est-à-dire la capacité à polariser des flux et donc à structurer des marchés spécifiques, est difficile à évaluer, ou même à apprécier, dans la mesure où la part relative du commerce périodique par rapport au volume total des échanges ne peut être connue, la réalité du rôle de celui-ci dans la coordination des échanges n’en est pas moins attestée par les témoignages des observateurs ou des acteurs eux-mêmes, ou par les plus rares traces d’enregistrement des volumes d’apports ou de ventes. La croissance urbaine témoigne évidemment de la concentration d’une part logiquement croissante des trafics corrélée avec la demande et les services que les villes sont en mesure d’offrir de façon ininterrompue. Celles-ci ont peu à peu accaparé au profit de leurs élites négociantes les moyens d’une polarisation de la vie de relation et les instruments de leur domination commerciale : routes, postes et messageries, entrepôts et maisons de commission, périodiques régionaux, tribunaux et chambres de commerce, bureaux de marque14… Les villes capitalisent ainsi les moyens matériels et financiers de développement d’un commerce permanent qui s’alimente cependant des flux du commerce périodique, non seulement pour le drainage courant de la production, mais aussi à l’occasion des foires qui élargissent pendant leur durée la zone d’attraction des villes. Foires et marchés demeurent des pôles dont le rôle et l’importance sont ainsi à penser dans un rapport aux villes de complémentarité plus que de concurrence : complémentarité des marchés ou des fonctions, et complémentarité temporelle dans le cas des foires urbaines ou périurbaines qui constituent des temps forts de la vie commerciale. Leur pouvoir d’agglomération contribue à la structuration spatiale du marché des biens grâce aux économies d’échelle qu’ils permettent de réaliser et aux services spécifiques qu’ils sont en mesure d’offrir, dont il faut penser que le bénéfice pour les villes et pour l’État était supérieur au déficit de recettes fiscales que les franchises dont jouissaient les foires les plus recherchées faisaient peser sur leurs finances.

  • 15  Sur le réseau des foires et marchés ruraux en Angleterre, cf. Alan Everitt, « The marketing of agr (...)

16À l’échelle locale ou régionale, foires et marchés ruraux se tiennent dans la mouvance des grands marchés métropolitains. Là où elle s’accomplit, la progressive intégration régionale de certains marchés, ceux des grains ou de la viande par exemple, s’organise à partir des métropoles, qui concentrent la plus forte part de la consommation marchande de ces denrées. Les transactions à la halle aux grains ou sur les marchés de Sceaux et de Poissy pour les animaux de boucherie destinés aux tables parisiennes déterminent ainsi l’orientation des prix pour l’ensemble des zones d’approvisionnement, Bassin parisien, Normandie, Berry ou Nivernais…, où les acteurs interviennent en formant leurs anticipations sur la base de la connaissance qu’ils ont des stocks et des tendances de la demande. En France, les diverses réglementations édictées par les échevins, les parlements ou les lieutenants de police assurent aux villes l’attractivité de leurs propres marchés et leur domination sur leur zone d’approvisionnement : exclusivité aux jours ouvrables, obligation concernant le mesurage ou le stockage des denrées (ou matières premières, comme les peaux) ou encore habile couplage du calendrier des tenues avec celui d’autres institutions comme les halles aux toiles ou les bureaux de marque par exemple. L’activité quotidienne ou pluri-hebdomadaire de ces marchés urbains en fait de véritables lieux centraux qui ordonnent les niveaux élémentaires ou intermédiaires de la collecte et structurent une aire de marché qui se rétrécit ou s’élargit en fonction des conjonctures agricoles et constitue une zone de prix homogènes, déterminés par la distance réelle au centre15.

17Dans un contexte de dispersion des offreurs et de prix élevés des transports, le rassemblement périodique des denrées, matières premières ou produits finis et semi-finis apparaît comme la réponse la moins coûteuse aux objectifs de drainage et d’acheminement des produits vers les lieux de leur transformation, de leur consommation ou de leur redistribution : villes, ports, territoires manufacturiers… Foires et marchés organisent ainsi rationnellement la rencontre entre une offre en quête d’informations sur l’état de la demande et les prix et une demande en quête d’information sur les stocks, les tendances, la qualité des produits. La remarque vaut à cet égard en particulier pour les zones proto-industrielles de domestic system où foires et marchés jouaient un rôle essentiel dans la collecte des écheveaux ou des pièces textiles. En Bretagne, en Normandie, en Languedoc, les toiles ou les petites draperies sont ainsi collectées sur les marchés hebdomadaires ou sur les foires comme celles de Montagnac et Pézenas. Là les marchands et marchands-fabricants ou leurs commis étaient à même d’exercer leur jugement sur la base d’un examen approfondi et de comparaisons entre produits.

  • 16  Anne Bretagnolle, Timothée Giraud et Nicolas Verdier, « Modéliser l’efficacité d’un réseau : le ca (...)
  • 17  Sur ces divers aspects de l’essor de l’information commerciale : Richard P. Treadwell Davenport-Hi (...)
  • 18  Par exemple le secteur de la petite métallurgie (toyware) à Birmingham.

18Économies d’échelle et information sont de la même façon au fondement de la pérennité des grandes foires de marchandises et de leur rôle structurant pour les échanges à plus petite échelle : régionale, nationale ou internationale. Au xviiie siècle, la puissance et la sophistication des réseaux négociants portent à mettre en doute l’intérêt des grands rendez-vous périodiques dont la durée s’étale parfois sur plusieurs semaines. L’accélération de la vitesse d’acheminement des correspondances et des paquets, reposant sur une meilleure couverture du réseau des postes et messageries16, la diffusion d’informations commerciales par la voie de l’imprimé, l’émergence de la publicité commerciale ou le recours à des agents itinérants équipés de carnets d’échantillons ou de modèles miniaturisés semblent de nature à faire émerger des marchés décentralisés, au plus proche de l’offre et de la demande de biens17. La segmentation des marchés semble en outre adaptée à un contexte de croissance extensive caractérisé par la multiplication des produits et des variantes de qualité, à l’initiative de producteurs et marchands innovants, ou en réponse aux besoins et désirs d’une clientèle élargie. Pertinente s’agissant de filières de haute qualité, caractérisées par un degré avancé de division du travail et une grande stabilité des qualités18, la proposition ne rend pas compte de la généralité du contexte productif, caractérisé par l’absence de standardisation des produits. Un même item ne présente la plupart du temps pas un état constant, chacun est sujet à des variations à la mesure de l’hétérogénéité des matières premières et parce que les conditions d’une stricte reproductibilité, ultérieurement réalisées par l’emploi de machines, ne sont pas réunies, une donnée que les marchands devaient nécessairement intégrer dans leurs anticipations, ainsi que les coûts potentiels liés à cet environnement incertain. L’augmentation continue du nombre des items en circulation rendait en outre forcément hasardeuse et coûteuse la connaissance des marchandises et celle des déterminants de leur qualité.

  • 19  Sur ces différentes places cf. Hilario Casado Alonso, « Medina del Campo fairs and the integration (...)
  • 20  Cf. Gérard Gayot, « Les innovations marketing sur le marché européen des draps fins », in Jacques (...)

19Dans ces conditions, le concours périodique des professionnels, offreurs et demandeurs autour des marchandises physiquement présentes pendant une à deux semaines avait une valeur informative sur l’état de la production, l’apparition de nouveautés, les tendances de la demande, données dont la synthèse se traduisait par l’établissement d’un cours des marchandises qui pouvait au reste osciller en fonction des enlèvements au cours des assemblées. Le niveau des transactions et les prix, surveillé en France par les diverses catégories d’inspecteurs (des manufactures, de la Ferme générale…), était en outre indicatif des pulsations du marché et servait de référence pour les transactions de gré à gré pour le reste de l’année. Les foires contribuaient ainsi par les flux de marchandises et d’informations qu’elles impulsaient à structurer des marchés de produits et des aires de marché plus ou moins étendus, selon leur degré de spécialisation et leur rayon d’attractivité : toute l’Europe pour le marché des laines fines à Medina del Campo, aire méditerranéenne mais impliquant aussi des Suisses et des Allemands pour les soieries et draperies en foire de Beaucaire, Europe du nord-ouest pour les toiles en foires de Caen et de Guibray19… Jusqu’au xixe siècle, les négociants et manufacturiers de Sedan, pourtant pionniers en matière d’innovations marketing, firent deux fois l’an le voyage de Leipzig pour assister aux foires où se pressaient des professionnels venus de toute l’Europe20. Les coûts et les risques n’étaient compensés que par la perspective de la forte participation de professionnels, et l’étalement de la foire pendant une durée assez longue pour entretenir ou renouveler des contacts afin de conquérir de nouveaux marchés, en particulier ceux de l’Europe centrale et orientale, grâce à la présence croissante de marchands russes, hongrois ou ottomans. La garantie d’une justice prompte en cas de litige et la consignation des lettres et billets délivrés en paiement apportaient la sécurité nécessaire à l’élargissement du cercle des partenaires au-delà du réseau habituel de ceux-ci et au-delà de la portée limite des recommandations qu’il pouvait procurer.

  • 21  C’est ce qui ressort très bien de la correspondance d’Abraham Gradis, AN, 181 AQ 57 et 58, Lettres (...)
  • 22  Audrey Haensler, Entrepreneuriat féminin et commerce textile : le cas de deux marchandes mercières (...)

20Les données statistiques ne permettent pas de connaître avec précision la ventilation des ventes par types de biens et aires de marchés. Il apparaît cependant que la part de l’international se concentrait sur un petit nombre de produits, au point que certaines foires, comme celle de Francfort pour le livre, évoluent vers une véritable spécialisation. À l’échelle régionale, voir nationale, les foires tenaient en revanche une place certainement importante dans la structuration des filières de distribution pour une grande variété de produits : non seulement les textiles, mais aussi les cuirs et peaux, les articles de quincaillerie, les épiceries et drogueries etc. Les négociants bordelais comptaient par exemple sur les foires pour constituer leurs cargaisons d’aller, et les maisons qui nourrissaient le flux continu de leur commerce comptaient elles-mêmes sur les foires pour réunir les commandes qui leur étaient passées dans le cours de l’année21. Les détaillants de leur côté procédaient à leurs réassorts auprès de grossistes, marchands domiciliés dont une part de l’activité était réalisée en foires. Les demoiselles Lefebvre et Bonjean, mercières à Meaux où elles possédaient deux magasins, fréquentaient par exemple régulièrement les foires de Reims, Troyes, Caen et Guibray, Saint-Denis et Saint-Germain où elles procédaient à des approvisionnements et réalisaient par ailleurs près d’un tiers de leur chiffre d’affaires, auprès de détaillants ou de colporteurs22. La foire de la Madeleine à Beaucaire tenait de son côté un rôle crucial de redistribution pour toute la région sud-est de la France, et les détaillants venaient s’y pourvoir de toutes les catégories de marchandises.

  • 23  Hoh-Cheung Mui et Lorna H. Mui, Shops and Shopkeeping in Eighteenth-Century England, Kingston, McG (...)
  • 24  Sur cet aspect voir par exemple Anne Radeff, Du café dans le chaudron. Économie globale d’Ancien R (...)
  • 25  « On sait avec quel concours la noblesse de Languedoc va à la foire de Beaucaire et celle de Norma (...)

21Les états des foires ne permettent pas davantage d’évaluer la part du commerce de détail dont les observateurs s’accordent pour reconnaître qu’elle est croissante sur les foires qui font l’objet d’une veille économique, un phénomène d’importance culturelle plus encore peut-être qu’économique. La question de savoir quelle part du commerce de détail passe par les foires par comparaison avec celle qui passe par les boutiques est impossible à résoudre dans l’état actuel des travaux. L’augmentation du ratio d’équipement en boutiques est avérée pour l’Angleterre à partir des années 1780, et pour les Provinces-Unies entre les années 1670 et 1740, deux États dans lesquels les foires de marchandises ont pratiquement disparu23. Très difficiles à établir en raison des sources et d’interprétation délicate, de telles études font défaut pour la France ou pour la Suisse où le rôle des foires et du colportage est en revanche bien connu pour les zones rurales. Pour les populations éloignées d’une ville ou d’un bourg, dans les zones où la demande est insuffisante pour supporter l’établissement d’une boutique, le commerce périodique assure l’accessibilité aux biens dont la possession est par ailleurs attestée par les inventaires après décès, qu’il s’agisse d’épiceries, de pièces de vêtement ou d’accessoires, de faïencerie, de quincaillerie, de petites merceries ou de menus objets, montres, bijoux et, jouets, images24. La nouveauté se fait connaître par le canal des foires. Investies par la présence d’un public non professionnel d’acheteurs ou de spectateurs qui y trouvent l’occasion d’un divertissement25, les grandes foires de marchandises comme celles de Caen, de Beaucaire, de Saint-Germain ou de Saint-Laurent à Paris ont elles aussi, à un degré supérieur de richesse et de sophistication, un rôle d’acculturation à la consommation par la mise en spectacle de la diversité, de la profusion et de la nouveauté. Au même titre que les vitrines des rues commerçantes, loges et baraques foraines sont une scène où se joue la capacité à séduire et à susciter la convoitise. Mondain ou populaire, acheteur ou spectateur, le public de visiteurs y fait l’expérience d’un registre d’émotions associé à la consommation marchande, nourri par la curiosité, la fascination ou la frustration devant l’étalage de la surabondance dans un contexte matériel marqué encore pour le plus grand nombre par la rareté et la monotonie. La pédagogie de la foire rejoint ainsi celle de la ville et contribue à modeler sinon encore une société, du moins des marchés de consommation élargis.

22Si le marché a besoin du détour de l’abstraction pour être pensé et modélisé, il s’appréhende concrètement dans des lieux, dans des produits, dans des flux inscrits dans des espaces semés d’aspérités. Dans le contexte pré-industriel de faibles capacités de la demande et de maîtrise matérielle et institutionnelle de l’espace encore incertaine, les services offerts par les différentes formes de commerce périodique demeurent indispensables à l’organisation des échanges et à la structuration des marchés à différentes échelles. Foires et marchés concourent d’abord à l’organisation des filières de drainage ou de redistribution des produits. Ils participent ainsi à la structuration des territoires marchands dans l’orbite des métropoles qui en dominent la hiérarchie. Si les foires ont perdu l’exclusivité du rôle de coordination des échanges à longue distance, les services qu’elles offrent périodiquement : régularité du calendrier, franchises, sécurité juridique des transactions, présence physique des marchandises leur confèrent un pouvoir d’agglomération qui vient renforcer l’attractivité urbaine. Des plus modestes aux plus brillantes d’entre elles, elles contribuent en outre à l’essor et à l’élargissement des marchés de consommation.

Notes

1  Douglass C. North, « Institutions, Transaction Costs, and the Rise of Merchant Empires », in James D. Tracy (ed.), The Political Economy of Merchant Empires. State Power and World Trade, 1350-1750, Cambridge, Cambridge University Press, 1997, p. 22-40  ; John Munro, « The “New Institutional Economics” and the Changing Fortunes of Fairs in Medieval and Early Modern Europe : the Textile Trades, Warfare, and Transaction Costs », in Simonetta Cavaciocchi (a cura di), Fieri e mercati nella integrazione delle economie europee. Seccoli XII-XVIII, Istituto Internazionale di Storia Economica “F. Datini”, Florence, Le Monnier, 2001, p. 405-444 (republié dans Vierteljahrschrift für Sozial- und Wirtschaftsgeschichte, 88, 2001, p. 1-47)  ; Stephen R. Epstein, « Fairs, Towns and States in Renaissance Europe », in S. Cavaciocchi (ed.), Fieri e mercati…, op. cit., p. 71-90 ; Id., « Regional Fairs, Institutional Innovation, and Economic Growth in Late Medieval Europe », The Economic History Review, 47, 1994, p. 459-482  ; Avner Greif, « The fundamental problem of exchange : A research agenda in Historical Institutional Analysis », European Review of Economic History, 4, 2000, p. 251-284 ; Id.,
« Institutions and Impersonal Exchange : From Communal to Individual Responsibility », Journal of Institutional and Theoretical Economics, 158, 2002, p. 168-204.

2  S. R. Epstein, « Fairs, Towns and States… », in Fieri e mercato…, op. cit., p. 87.

3  Turgot, « Foires et marchés », article de l’Encyclopédie, ici dans Œuvres de Turgot, édition d’Eugène Daire, Paris, Guillaumin, 1844, p. 297.

4  Relevé opéré sur les années 1710-1788, Archives nationales (AN), Registres X 24 à X 48 : Table par ordre de date des ordonnances, édits, déclarations, lettres patentesIbid., E 2683-E2747 : Registres d’enregistrement des arrêts du Conseil du roi en commandement et en finance préparés par les bureaux de Contrôle général, 1731-1788.

5  Cf. Dominique Margairaz, Foires et marchés dans la France pré-industrielle, Paris, Éditions de l’EHESS, 1988, p. 52.

6  Sur cette question voir en particulier Anne Conchon, « Foires et marchés en France au xviiisiècle : définitions fiscales et économie du privilège », in Simonetta Cavaciocchi (ed.), Fieri e Mercati…, op. cit., p. 279-288.

7Ibid., p. 296. Dans l’un et l’autre cas ces exemptions ou allégements ne touchaient pas les droits de place.

8  AN, Registres X 24 à X 48 : Table par ordre de date des ordonnances, édits, déclarations, lettres patentesenregistrées au Parlement de Paris. Dans 3 cas sur 122 est mentionnée la création de foires sans précision du nombre annuel d’assemblées. Le nombre de foires est donc légèrement sous-estimé par rapport à la réalité des concessions.

9   AN, Registres E/1713 et E/1714.

10  Voir sur ce point D. Margairaz, Foires et marchés..., op. cit., p. 55.

11Ibid., p. 161.

12   Bernard Lepetit, Chemins de terre et voies d’eau : réseaux de transports et organisation de l’espace en France, (1740-1840), Paris, Éditions de l’EHESS, 1984.

13   Sur ce thème voir Dominique Margairaz et Philippe Minard, « Marché des subsistances et économie morale  : ce que “taxer” veut dire », Annales historiques de la Révolution française, no 352, 2008, p. 53-99.

14  Pour une réflexion à l’échelle de la France sur ce thème voir Bernard Lepetit, Les villes dans la France moderne (1740-1840), Paris, Albin Michel, 1988. Une démonstration sur le cas de Caen dans Jean-Claude Perrot, Genèse d’une ville moderne. Caen au xviiie siècle, Paris-La Haye, Mouton, 1975, p. 460-494.

15  Sur le réseau des foires et marchés ruraux en Angleterre, cf. Alan Everitt, « The marketing of agricultural produce », in Joan Thirsk (ed.), Agrarian History of England and Wales, Cambridge, Cambridge University Press, 1967, p. 466-589, réimprimé dans Joan Thirsk (ed.), Agrarian History of England and Wales, V, 1640-1750, II. Agrarian Change, Cambridge, Cambridge University Press, 1985 et John A. Chartres, « Market Integration and Agricultural Output in Seventeenth-, Eighteenth- and Early Nineteenth-Century England », Agricultural History Review, 43, 1995, p. 117-138.

16  Anne Bretagnolle, Timothée Giraud et Nicolas Verdier, « Modéliser l’efficacité d’un réseau : le cas de la poste aux chevaux dans la France pré-industrielle (1632-1833) », L’espace géographique, no 2, 2010, p. 117-131 et Anne Bretagnolle et Nicolas Verdier, « Images d’un réseau en évolution : les routes de poste dans la France pré-industrielle (xviie-début xxe siècle) », Mappemonde, no 79, 2005, p. 1-8.

17  Sur ces divers aspects de l’essor de l’information commerciale : Richard P. Treadwell Davenport-Hines et Jonathan Liebenau (eds.), Business in the Age of Reason, Londres, Franck Cass & Co, 1987 ; Neil McKendrick, « Josiah Wedgwood : An Eighteenth-Century Entrepreneur in Salesmanship and Marketing Techniques », The Economic History Review, 12, 1960, p. 408–433  ; Eric Robinson, « Eighteenth Century Commerce and Fashion : Matthew Boulton’s Marketing Techniques », The Economic History Review, 16, 1963, p. 39-60  ; Franck Cochoy, Une histoire du marketing  : discipliner l’économie de marché, Paris, La Découverte, 1999 ; Id., De la curiosité  : l’art de la séduction marchande, Paris, A. Colin, 2011 ; Gilles Feyel, L’annonce et la nouvelle. La presse d’information en France sous l’Ancien Régime (1630-1788), Oxford, Voltaire Foundation, 2000 ; Gilles Feyel, « Presse et publicité en France (xviiie-xixe siècles) », Revue Historique, 305, 2003, p. 837-868 ; Maxine Berg et Helen Clifford, « Selling Consumption in the Eighteenth Century : Advertising and the Trade Card in Britain and France », Cultural & Social History, 4, I, 2007, p. 145-170 ; Lyna Dries et Ilga Van Damme, « A strategy of seduction ? The role of commercial advertisements in the eighteenth-century retailing business of Antwerp », Business History, 51, January 2009, p. 100-121.

18  Par exemple le secteur de la petite métallurgie (toyware) à Birmingham.

19  Sur ces différentes places cf. Hilario Casado Alonso, « Medina del Campo fairs and the integration of Castille into XVth and XVIth Century European Economy », in Simonetta Cavaciocchi (ed.), Fieri e mercati…, op. cit., p. 453-493 ; Jean-Claude Perrot, Genèse d’une ville moderne..., op. cit ; Pierre Léon, « Vie et mort d’un grand marché international. La foire de Beaucaire (xviiie-xixe siècles) », Revue de géographie de Lyon, 28, octobre 1953, p. 309-328.

20  Cf. Gérard Gayot, « Les innovations marketing sur le marché européen des draps fins », in Jacques Bottin et Nicole Pellegrin (dir.), Échanges et cultures textiles dans l’Europe pré-industrielle, Revue du Nord, hors série, 1996 et « Du logo d’entreprise royale à la libre enseigne de magasin  : la publicité pour les draps fins en France de 1646 à 1830 », in Dominique Margairaz et Philippe Minard (dir.), L’information économique xvie-xixe siècles, Paris, IGPDE/Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2008, p. 115-139. Sur les foires de Leipzig  : Robert Beachy, « Reforming Interregional Commerce : The Leipzig Trade Fairs and Saxony’s Recovery from the Thirty Years’ War », Central European History, 32, 4, 1999, p. 431-452 ; Gérard Gayot, « La main invisible qui guidait les marchands aux foires de Leipzig  : enquête sur un haut lieu de la réalisation des bénéfices, 1750-1830 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 48, avril-septembre 2001, p. 72-103 ; Arnaud Bartolomei, Claire Lemercier et Silvia Marzagalli (dir.), « Les commis voyageurs, acteurs et témoins de la Grande Transformation », Entreprises et Histoire, no 66, avril 2012.

21  C’est ce qui ressort très bien de la correspondance d’Abraham Gradis, AN, 181 AQ 57 et 58, Lettres commerciales Europe, mai 1755-novembre 1757.

22  Audrey Haensler, Entrepreneuriat féminin et commerce textile : le cas de deux marchandes mercières à Meaux, mémoire de master 1 d’histoire, Université de Paris I, 2013.

23  Hoh-Cheung Mui et Lorna H. Mui, Shops and Shopkeeping in Eighteenth-Century England, Kingston, McGill-Queen’s University Press, et Londres, Routledge, 1989  ; Nancy Cox, The complete tradesman : a study of retailing, 1550-1820, Aldershot, Ashgate, 2000  ; Jon Stobart et Andrew Hann, « Retailing revolution in the eighteenth century ? Evidence from north-west England », Business history, 46, 2, 2004, p. 171-194  ; Jon Stobart, Andrew Hann et Victoria Morgan, Spaces of Consumption : Leisure and Shopping in the English Town, 1680-1830, Londres, Routledge 2007 ; Bruno Blondé et Ilja Van Damme, « Retail growth and consumer changes in a declining urban economy : Antwerp (1650-1750) », The Economic History Review, 63, 3, 2010, p. 638-663 ; Danielle van den Heuvel et Sheilagh Ogilvie, « Retail development in the consumer revolution  : The Netherlands, c. 1670-
c. 1815 », Explorations in Economic History, 50, 2013, p. 69-86.

24  Sur cet aspect voir par exemple Anne Radeff, Du café dans le chaudron. Économie globale d’Ancien Régime. Suisse occidentale, Franche-Comté et Savoie, Lausanne, Société d’histoire de la Suisse romande, 1996 ou Chantal Maistre, Gilbert Maistre, Georges Heitz, Colporteurs et marchands savoyards dans l’Europe des xviie et xviiie siècles, Annecy, Mémoires et documents publiés par l’Académie salésienne, 1992. Sur les colporteurs en Angleterre, Beverly Lemire, « Peddling Fashion : Salesmen, Pawnbrokers, Taylors, Thieves and the Second-hand Clothes Trade in England, c. 1700-1800 », Textile History, 22, 1991, p. 67-82.

25  « On sait avec quel concours la noblesse de Languedoc va à la foire de Beaucaire et celle de Normandie à la foire de Guibray. Mais ce n’est rien à côté des assemblées des princes et des grands seigneurs d’Allemagne qui se trouvent aux trois foires de Leipzig et aux deux foires de Francfort sur le Main » affirme Jacques Savary des Bruslons, Dictionnaire universel de commerce, contenant tout ce qui concerne le commerce qui se fait dans les quatre parties du monde..., continué [...] et donné au public par M. Philémon-Louis Savary, Genève, Héritiers Cramer et Frères Philibert, 1742, t. II, p. 457 ; Véronique Laporte, Dans les coulisses de la séduction  : les divertissements à la Foire Saint-Germain-des-Prés, Paris, xviiie siècle, mémoire de master d’histoire, Université de Sherbrooke, 2005.

Table des illustrations

Titre Le semis des foires
Crédits Source : conception graphique : Serge Bonin, Laboratoire de graphique de l’EHESS pour Foires et marchés dans la France pré-industrielle, Dominique Margairaz, Paris, Éditions de l’EHESS, 1988.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3903/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Le semis des marchés
Crédits Source : Ibid.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3903/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 211k

Auteur

Professeur d’histoire moderne à l’université Paris I et rattachée à l’IDHES (Institutions et Dynamiques Historiques de l’Économie et de la Société), ses recherches s’inscrivent dans le champ de l’histoire ­économique et se déclinent notamment autour de l’histoire des marchés et des prix, l’histoire des institutions et de l’administration de l’économie, l’histoire des cultures et l’histoire intellectuelle de l’économie. Elle est membre des comités de rédaction de la Revue de Synthèse et de la revue Histoire et Mesure. Elle a publié notamment Foires et marchés dans la France préindustrielle, Paris, Éditions de l’EHESS, 1988 ; François de Neufchâteau : biographie intellectuelle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2005. Elle a dirigé avec Philippe Minard L’information économique xvie-xixe siècles, Paris, IGPDE/Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2008. Elle a récemment participé à l’ouvrage collectif dirigé par Frank Trentman The Handbook of the History of Consumption, Oxford, Oxford University Press, 2012 et publié avec Pierre Gervais et Yannick Lemarchand Merchants and profit in the age of Commerce, Londres, Pickering and Chatto, 2013 dans le cadre du programme MARPROF soutenu par l’ANR. Elle dirige actuellement avec Corine Maitte, Liliane Pérez et Guillaume Garner le programme PRIVILEGES « Compter les privilèges dans l’Europe moderne » soutenu également par l’ANR.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540