Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genèse des marchés

 | 
Françoise Bayard
, 
Patrick Fridenson
, 
Albert Rigaudière

Les échelles des marchés

Les marchés médiévaux (xie-xivsiècle) : entre institution, économie et société

Mathieu Arnoux

Note de l’auteur

Les éléments qui sont à la base de cette communication ont été développés dans l’article « Vérité et questions des marchés médiévaux » paru dans Armand Hatchuel, Olivier Favereau et Franck Aggeri (dir.), L’activité marchande sans le marché ?, Paris, Presses des Mines, 2010, p. 27-43 et plus récemment dans le chapitre 10 (p. 257-289) de mon livre Le temps des laboureurs. Travail, ordre social et croissance en Europe (xie- xive siècle), Paris, Albin Michel, 2012.

Texte intégral

  • 1  Paul-Louis Huvelin, Essai historique sur le droit des marchés et des foires, Paris, A. Rousseau, 1 (...)
  • 2  Mathieu Arnoux, « Relation salariale et temps du travail dans l’industrie médiévale », Le Moyen Âg (...)

1Comme tout ce qui concerne l’histoire économique, les marchés n’ont guère été à la mode chez les historiens du Moyen Âge depuis deux décennies. Faute de leur accorder l’attention qu’ils auraient requise, ils ont le plus souvent, dans les quelques passages obligés où le mot devait figurer, hésité entre deux positions, non exclusives l’une de l’autre. La première, fruit d’un positivisme scrupuleux, conduit certains à regretter de ne pouvoir étudier les marchés médiévaux, faute de les trouver dans les sources. Faute de mieux, ils peuvent alors recourir aux exemples trouvés dans la thèse de droit de Paul-Louis Huvelin (1897)1. D’autres justifient leur abstention, en avançant que le marché sous sa forme initiale, rurale, constitue une structure élémentaire sans histoire, héritée d’un passé sans mémoire, relevant de l’anthropologie ou d’une histoire « immobile », qui n’appartient proprement à aucune période. Le cas échéant, quand l’institution se rencontre dans les sources, il reste la possibilité de supposer que les marchés médiévaux ne sont pas de « vrais » marchés, admettant ainsi incidemment qu’il en existe pour d’autres périodes2.

  • 3  Jean-Yves Grenier, Répertoire des séries économiques françaises (xvie- xviiie siècle), Paris, Édit (...)
  • 4  Karl Polanyi, La grande transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps, tra (...)
  • 5  Jérôme Maucourant, Avez-vous lu Polanyi ?, Paris, La Dispute, 2005, p. 114-118.

2Il y a des raisons à cette situation. L’une est objective et découle d’un état de fait : les marchés médiévaux sont des institutions sans personnalité ni mémoire et n’ont pas laissé de sources. Pour la France, il faut attendre les premières années du xvie siècle, pour disposer de mercuriales3. Sauf exceptions, aucune histoire propre n’est possible, seules des sources indirectes témoignant de l’existence et de l’organisation des marchés. Le second obstacle est théorique et résulte, chez les médiévistes français d’une curieuse lecture faite de l’œuvre de Karl Polanyi, selon laquelle l’encastrement de l’économique dans les structures sociales médiévales aurait inhibé tout processus économique4. Les faits évoqués par les sources, quels qu’ils aient été, ne relèveraient donc pas d’une approche économique, mais d’une lecture de type anthropologique, le plus souvent en termes de don et contre-don. Cette interprétation, qui semble ignorer la distinction polanyienne entre économie formelle et substantielle et l’importance de cette dernière pour la compréhension des sociétés anciennes, s’explique aussi par la position ambiguë et jamais explicitement clarifiée que le Moyen Âge occupe dans la chronologie de la Grande Transformation, où les institutions médiévales sont lues au prisme de l’œuvre d’Henri Pirenne, qui se plie difficilement à l’analyse de Polanyi5. À la différence des spécialistes des mondes antiques et des civilisations non européennes, qui ont su depuis trouver la juste distance, entre inspiration et critique, les médiévistes semblent incapables de décider si l’épisode médiéval appartient aux âges de la redistribution ou constitue un premier pas vers la grande transformation.

  • 6  Robert H. Britnell, The Commercialisation of English Society (1000-1500), Cambridge, Cambridge Uni (...)
  • 7  Michael M. Postan, « The economic foundations of medieval societies », in Essays on medieval agric (...)
  • 8  Les résultats de l’enquête collective menée sur ce thème sont consultables sur le réseau sous la f (...)
  • 9  Isabelle Theiller, Les marchés hebdomadaires en Normandie orientale (xive-début du xvie siècle), t (...)

3Depuis deux décennies, cependant, une saison nouvelle semble s’être ouverte pour l’histoire économique médiévale, qui a mené à un réexamen complet des marchés, dans leurs principes comme dans leurs réalités. Une première piste a été ouverte par les historiens de la société anglaise, autour des études consacrées à la « commercialisation », c’est-à-dire au développement rapide, surtout dans la phase de croissance des xie-xiiie siècles, de la part des échanges commerciaux dans l’économie6. Plus soucieux d’un usage rigoureux et imaginatif des sources que d’une justification théorique de leur approche, ces historiens, marqués à la fois par l’approche néomalthusienne de Michael Postan et par le questionnement de Rodney Hilton et des historiens marxisants de Past and Present, ont développé une analyse institutionnaliste de l’économie médiévale7. Le point fort de leurs études est la mise en évidence des marchés ruraux dont l’évolution au cours du Moyen Âge articule et hiérarchise l’espace des campagnes autour d’une ville capitale, Londres, de quelques centres majeurs, York, Norwich, Winchester, et de centres régionaux de moindre importance8. Fondées sur une série sans équivalent de privilèges royaux concédés aux villes ou aux bourgs (market-towns), ces enquêtes éclairent aussi la fonction organisatrice reconnue à la monarchie dans la mise en place de ce maillage, dont le rôle fut essentiel dans l’essor de l’économie. Deux jeunes chercheurs français ont récemment repris ce questionnaire et en ont montré la pertinence dans des régions fort différentes par leurs conditions et leurs sources : la Normandie et l’Aquitaine9.

  • 10  John W. Baldwin, The Medieval Theories of the Just Price. Romanists, Canonists, and Theologians in (...)
  • 11  Giacomo Todeschini, I mercanti e il tempio. La società cristiana e il circolo virtuoso della ricch (...)
  • 12  Alain Boureau et Sylvain Piron (éd.), Pierre de Jean Olivi (1248-1298). Pensée scolastique, dissid (...)

4Un deuxième domaine de recherche concerne particulièrement l’histoire de la pensée économique qui, dans le prolongement des ouvrages restés longtemps sans écho de John Baldwin et Raymond de Roover, s’intéresse particulièrement à la théologie économique des Mendiants10. L’œuvre séminale est ici celle de Giacomo Todeschini, dont les travaux récents montrent comment, dans un contexte de croissance économique génératrice d’inégalité sociale, la place essentielle tenue dans la morale chrétienne par la notion de pauvreté a imposé un examen rigoureux des fonctionnements de marché, aboutissant à une analyse sans cesse plus précise des comportements économiques effectifs11. Essentielle dans cette histoire est la place du théologien franciscain Pierre de Jean Olivi (vers 1248-1298), condamné pour hérésie à titre posthume, mais dont les écrits semblent n’avoir pas cessé de voyager sous des noms d’emprunt plus orthodoxes dans la culture des xive et xve siècles12. Sans que le temps de la synthèse soit venu, il est cependant possible aujourd’hui de rassembler questions et hypothèses, et de présenter des marchés médiévaux une image moins anachronique que celle qui a prévalu jusqu’ici.

  • 13  Elio Lo Cascio (éd.), Mercati permanenti e mercati periodici nel mondo romano. Atti degli Incontri (...)

5Si l’origine antique du mot et de l’institution ne fait aucun doute13, il est clair aussi que l’un et l’autre ne sont guère fréquents dans les textes du haut Moyen Âge, surtout en comparaison avec les sources postérieures au xe siècle. La généralisation du mot mercatum, au détriment des formes plus précises nundinae ou forum, et l’apparition dans les langues vulgaires européennes de ses dérivés marché/markt/market/mercato/mercado, traduit sans doute un changement, mais nous ne savons le dater exactement ni décrire sa substance. Deux points apparaissent cependant avec netteté.

61. Contrairement à une idée courante, mais inexacte, le mot marché ne désigne pas, à l’origine, le seul lieu où à intervalles réguliers se rassemblent vendeurs et acheteurs. La consultation des dictionnaires montre que, dès ses premières occurrences, le mot est polysémique et désigne tout à la fois le lieu des échanges (la place du marché), le moment où ils ont lieu (le jour du marché), chacune des transactions qui s’y déroule (conclure un marché) et le prix auquel elles se font (bon marché, mauvais marché). La richesse linguistique du mot exclut que la réalité sociale à laquelle il renvoie soit primitive, embryonnaire, ou même simple.

72. De fait, le marché apparaît dès les premières décennies du xie siècle comme un objet surinvesti par l’institution et tenant une place absolument centrale dans trois des évolutions majeures de la société féodale : la construction des pouvoirs seigneuriaux, la dynamique des espaces régionaux et la diffusion d’une économie monétaire.

Marché et construction des pouvoirs seigneuriaux

  • 14  Olivier Bruand, Voyageurs et marchandises aux temps carolingiens. Les réseaux de communication ent (...)
  • 15  Raoul Glaber, Histoires, trad. Mathieu Arnoux, Turnhout, Brepols, 1995, p. 75, 243.
  • 16  Les paragraphes qui suivent résument les conclusions d’une enquête sur les usages du mot mercatum (...)

8Le lien entre la multiplication des marchés et la construction des seigneuries n’est pas aisé à articuler rigoureusement, en particulier en raison de la rareté et de la difficulté d’interprétation des sources de la période-charnière des xe-xie siècles. Les lieux qualifiés de mercatum sont rares dans les sources écrites carolingiennes mais, comme les trouvailles archéologiques en font foi, les lieux d’échanges monétaires sont bien plus nombreux, et nombre d’entre eux apparaissent comme marchés dans les sources postérieures14. Le chroniqueur Raoul le Glabre évoque ainsi sans ambiguïté le fonctionnement de marchés ruraux et urbains dans la Normandie et la Bourgogne des premières années du xie siècle15. L’apparente contradiction de ces données pourrait bien n’être qu’un effet de l’insuffisance des sources. Une approche de plus long terme permet de faire quelques hypothèses sur le lien entre construction seigneuriale et diffusion des marchés16.

9Un premier problème regarde l’usage du mot mercatum dans les sources carolingiennes. Le plus souvent associé aux mots teloneum (péage) et moneta (atelier monétaire), il ne figure jamais dans les listes bien connues des terres, biens et revenus domaniaux. Dans les sources relatives à l’espace français actuel, ces trois mots renvoient toujours à l’exercice des droits publics par le comte. En l’occurrence, ces droits consistent dans la perception d’un péage sur les marchandises circulant sur les routes et voies d’eaux, l’institution de points d’échange voués aux transactions monétarisées et la frappe des monnaies nécessaires au paiement des redevances et à l’achat des marchandises. Très souvent, ces trois droits publics sont associés à la garde d’une forteresse (castrum ou castellum). Peu nombreuses, parce que les sources sont rares, les occurrences du mot mercatum associées à un lieu désignent aussi bien des foires, parfois, mais pas toujours, désignées comme mercatum annuale, que des marchés hebdomadaires. L’ambiguïté du mot est sans doute révélatrice d’une ambivalence institutionnelle qui s’efface par la suite : dans les sources postérieures à l’an mil, le mot mercatum ne désigne que les marchés hebdomadaires (on trouve aussi le mot classique forum dans les actes de style plus relevé), tandis que les foires sont désignées par le mot feria, ou parfois par le classique nundinae.

10Dans les actes des xie-xiiie siècles, les mentions de marchés sont beaucoup plus nombreuses et permettent d’approcher la notion, l’institution et l’ensemble des pratiques évoquées par le mot mercatum. Par rapport aux actes plus strictement formalisés qui caractérisent les époques carolingienne et post-carolingienne, les formulaires très variables qui sont la marque des chartes et notices postérieures à l’an mil mettent en lumière les divers aspects des marchés féodaux. Les dispositifs ne sont pas seuls significatifs : les déclarations de principes et proclamations qui ouvrent les préambules de nombreux actes renferment eux aussi des informations importantes pour notre enquête. Conformément aux conclusions acquises par Giacomo Todeschini dans ses recherches sur la littérature théologique, la notion de marché et le vocabulaire qui lui est associé tiennent une place non marginale dans les justifications des donations, contrats ou transactions. La donation faite à l’abbaye de Cluny en 1062 par deux époux d’un fief dans l’évêché de Besançon est ainsi introduite :

  • 17  Auguste Bernard et Alexandre Bruel, Recueil des chartes de l’abbaye de Cluny, t. IV, Paris, Imprim (...)

« C’est un heureux négoce (felix negociatio) et un marché (mercatura) désirable par tous les fidèles du Christ que de recevoir beaucoup en échange de peu de chose, des biens durables contre des biens éphémères, des biens éternels contre des biens temporels. Moi, Arnoul de Regiomo et ma femme Élisabeth, désireux de prendre notre part, si petite soit-elle, de cette transaction (mercationis), attirés par l’espoir d’une éternelle rétribution, nous donnons au monastère de Cluny17… »

11La charte par laquelle Humbaud d’Uriel concède au prieuré dionysien de La Chapelaude, dans l’évêché de Bourges, divers droits d’usage dans ses domaines, débute de façon analogue, glosant une citation de l’évangile (Mathieu, 6,19) :

  • 18  Co van de Kieft, Étude sur le chartrier et la seigneurie du Prieuré de La Chapelle-Aude (xie-xiiie(...)

« Instruits du précepte du Seigneur par les mots de l’écriture divine exhortant les membres de la sainte église : « N’accumulez pas sur terre de trésors qui vous feront défaut, mais au ciel les trésors qui ne vous feront pas défaut », beaucoup de nobles, inondés de la lumière divine et se souvenant du précepte du Seigneur, pour ne pas perdre les biens éternels au profit des richesses temporelles, ont acheté, au prix de biens qui leur avaient été donnés de façon transitoire, les royaumes qui dureront sans fin18. »

12Il y a, au moins en paroles, une continuité entre les transactions avantageuses que le Christ et l’Église proposent aux pécheurs de réaliser dans le Royaume céleste et celles qu’ils sont amenés à réaliser quotidiennement dans le monde terrestre. Il n’y a donc pas de scandale à ce que les mêmes mots figurent dans les chartes pour désigner les unes et les autres, et à ce que les institutions ecclésiastiques reçoivent de leurs bienfaiteurs les mêmes biens qu’elles décrivent comme éphémères, transitoires et défaillants. Les marchés en font partie et les actes les décrivent de manière assez précise pour que nous puissions nous faire une idée de leur nature juridique et de leur fonctionnement.

Les marchés dans les sources des xie-xiie siècles

  • 19  Arthur de Laborderie, Paul de Labigne de Villeneuve, « Chartes du prieuré de la Sainte-Trinité de (...)

13Beaucoup plus nombreux, comme on l’a dit, qu’aux temps carolingiens, les marchés sont des instances parfaitement localisées, auxquelles il faut supposer une identité topographique sans ambigüité : une place d’accès commode et suffisamment vaste pour y accueillir les vendeurs et acheteurs, tant aux marchés hebdomadaires qu’aux foires annuelles. À Fougères (Ille-et-Vilaine) en 1084, la concession aux moines de Marmoutier d’un terrain longeant la rivière pour y établir un prieuré et un bourg entraîne ainsi le déplacement du marché qui s’y réunissait le samedi19. La fondation la même année d’un bourg à Lamballe, concédé par le comte Geoffroy de Bretagne aux moines de Marmoutier, occasionne un problème de même nature : le déplacement du marché public à l’intérieur du château de Lamballe (Côtes-d’Armor) s’avérant incommode pour son fonctionnement, il convient par la suite de déplacer à nouveau le marché pour l’installer dans le bourg monastique, en dédommageant les moines des dégâts éventuels de cet établissement :

  • 20  Saint-Brieuc, Archives départementales des Côtes-d’Armor, H 423.

« Il fut aussi convenu entre [le comte Geoffroy] et les moines qu’il déplacerait son marché de la terre qu’il leur avait donnée, ce qu’il fit effectivement et il transporta le marché dans son château. Peu après, les hommes du pays ne parvenant pas à établir le marché au pied du château en raison de l’incommodité du lieu, ledit comte s’adressa aux moines du lieu, c’est-à-dire au prieur Chrétien et à Jarnigon, pour leur demander d’autoriser le retour du marché sur la terre de Saint-Martin, en leur remboursant les dommages qui pourraient leur en résulter. Les moines, par crainte qu’il ne mette le projet en application par la force et aussi à cause de sa promesse de dédommagement, autorisèrent le transfert du marché sur leur terre. En raison de ce changement du marché, il leur donna donc chaque année à Noël vingt-quatre coupes et écuelles pour le service de leur maison, trois paires de souliers, une bonne et 2 médiocres, pour chausser leurs serviteurs et bouviers. Il donna et concéda aussi de son sel, pour les usages et nécessités des moines, autant chaque jour que pour sa propre maison. En plus de tout cela, il donna et concéda que les moines recevraient à perpétuité les coutumes sur tout ce qui serait vendu sur l’espace du marché durant la semaine, à l’exception du jour fixé pour le marché20. »

  • 21  Lucien Musset, Actes de Guillaume le Conquérant et de la reine Mathilde pour les abbayes caennaise (...)

14Faute de données archéologiques, il est difficile de dater l’apparition des halles, auxquelles les mots désignant la construction (et la destruction) des marchés pourraient faire allusion. La conservation jusqu’à nos jours de quelques halles de marché datables des premières décennies du xiiie siècle donne de toute façon un terminus ante quem assez sûr. Pour la période précédente, il faut se contenter d’indices moins péremptoires. Une charte de 1077, dans laquelle le seigneur normand Roger de Beaumont cède aux moines de Saint-Étienne de Caen le bourg de Trun (Orne), témoigne peut-être incidemment de la genèse et de l’édification d’un espace de marché. Le donateur y concède, en effet, « la maison d’Ayoul Guirel, avec toutes les coutumes (taxes) attachées à cette maison qui me reviennent, tant celles sur les indigènes que sur les marchands étrangers qui viennent y acheter ou y vendre quelque chose ou y conclure un accord profitable ». Ce bâtiment semble bien faire fonction de halle, sans en avoir encore le statut public. Dans les lignes qui suivent, une intervention du duc Guillaume de Normandie vient achever l’opération, en prenant sous sa protection cet espace couvert et son accès : « Mon seigneur a confirmé cette maison de son autorité et en mémoire de cette concession, a concédé que la voie qui menait au bourg passe à l’intérieur du bourg ». Une halle et des routes sous le sauf-conduit ducal : on a là les éléments principaux d’un marché local ; seule manque l’indication du jour de réunion21.

  • 22  Ernest Petit, Histoire des ducs de Bourgogne de la race capétienne avec des documents inédits et d (...)

15Le marché associe, en effet, un lieu de réunion et un réseau de voies d’accès, mais de façon temporaire : la qualification de marché ne s’applique qu’aux jours où celui-ci s’assemble effectivement. C’est seulement à ce moment que s’applique l’ensemble des prérogatives publiques qui le caractérisent, en particulier la juridiction comtale. S’agissant d’un point crucial, les documents à ce sujet sont nombreux et témoignent des diverses configurations qui associent les pouvoirs seigneuriaux locaux à l’autorité publique. En 1101 à Gevrey (Côte-d’Or), le duc de Bourgogne, renonçant à toutes les mauvaises coutumes et exactions auxquelles il s’était livré à l’égard des hommes de Cluny, s’engage à ne pas arrêter de malfaiteurs sans avoir au préalable averti les moines « à moins que le méfait ait été accompli sur la route vers le marché, ou sur le marché lui-même22 ». Lorsqu’en 1079, le vicomte Friold donne aux moines de Marmoutier un bourg auprès de son château de Donges (Loire-Atlantique), se réservant la tenue du marché local, ses droits sont très précisément définis :

  • 23  Dom Pierre-Hyacinthe Morice, Mémoires pour servir de preuve à l’histoire ecclésiastique et civile (...)

« Le jour de son marché, qui tombe le mercredi, il aura la coutume des ventes des marchands forains, où qu’ils vendent. Mais pour lever cette coutume son ministérial n’entrera jamais dans notre bourg, mais il les fera demander par un envoyé ou d’une autre manière. Les autres jours, c’est nous qui lèverons la coutume sur les hommes qui vendent sur nos terres23. »

16En effet, le jour du marché, le bourg des moines rentre dans un espace juridique unifié où s’applique le droit du comte ou de celui qui exerce localement l’autorité comtale, ici le seigneur de Donges.

17L’institution d’un marché est donc susceptible de déposséder les seigneurs locaux de certaines de leurs prérogatives. L’un des documents les plus révélateurs à cet égard est l’accord passé en 1119 entre Thibaud, comte de Blois et Chartres, et les moines de Saint-Florentin de Bonneval (Eure-et-Loir), sur la création d’un marché public dans le bourg des moines. Il témoigne éloquemment des peurs provoquées par l’installation d’un marché dans un espace seigneurial qui en était dépourvu :

  • 24  Jean Thiroux et René Lambert, Histoire abrégée de l’abbaye de Saint-Florentin de Bonneval, Château (...)

« Je notifie à tous présents et à venir que, avant que lesdits abbé et moines aient concédé à mondit père de pieuse mémoire d’instituer avec leur consentement un marché public dans le bourg de Bonneval, où il n’y en avait pas auparavant et où le comte ne possédait rien auparavant, ledit lieu de Bonneval était libre, quitte et absolument possédé par l’abbé et les moines, au point que nul autre que l’abbé et les moines ne pouvait y exiger une vente à crédit ni exercer aucun type de saisie. Mais, comme ils craignaient qu’à l’occasion du marché la liberté antérieure du lieu soit amoindrie ou dépérisse, ou seulement soit atteinte, lesdits abbés et moines, accueillant les prières de mon père, concédèrent la création d’un marché dans leur bourg de Bonneval, à la seule condition qu’ils auraient toute la justice attachée au marché, tant sur les hommes venus du dehors que sur ceux qui demeurent en ce lieu, de sorte qu’il ne serait pas permis au prévôt du comte ou à aucun de ses ministériaux d’y faire justice, mais que la justice appartiendrait librement et sur toute chose à l’abbé ou au prévôt des moines, et que le prévôt comtal porterait plainte auprès de l’abbé ou du prévôt des moines pour les méfaits commis à son égard et recevrait justice de leur main. Même le voleur arrêté sur le marché serait rendu, avec tous les siens, à la justice des moines24. »

18De fait, s’il ne fait aucun doute que la tenue d’un marché est toujours, à partir du xie siècle, associée à l’exercice d’un droit seigneurial, elle a sur la qualification de l’espace et sur l’exercice des droits des effets qui s’imposent au seigneur autant qu’aux sujets de la seigneurie. Juridiquement, le marché est en effet un espace extraordinairement protégé, où les objets des transactions, marchandises et monnaie, sont censés passer en toute sûreté des mains des vendeurs à celles des acheteurs. Il convient donc que les paysans et les marchands puissent y exposer leur grain et leurs produits sans avoir à craindre le vol, la saisie ou l’extorsion. Ce dernier risque semble le plus menaçant. De manière caractéristique, les textes les plus anciens sont consacrés à l’encadrement et à la modération des exigences des seigneurs à l’égard de leurs propres marchés. Dans un accord passé en 1025 entre l’évêque de Paris Francon et le comte Eudes de Champagne, les droits de l’avoué épiscopal sur le marché de Rozoy (Aisne) sont ainsi définis :

« L’évêque et ses chanoines donnèrent à Gozbert, qui était alors l’avoué de ladite ville, la moitié du tonlieu et de la justice sur les étrangers venant au marché, sauf sur les hommes de Notre-Dame, tant ceux de ladite ville que ceux venant d’ailleurs, c’est-à-dire à cette condition qu’à l’avenir il ne mette aucune coutume indigne dans ladite ville, qu’il ne prenne rien à personne sur le marché, pas même à ses propres hommes lorsqu’ils seront sur le marché. Et au cas où il prendrait quelque chose sur le marché ou dans la ville, s’il peut prouver par son serment que s’il l’avait su, il ne l’aurait pas fait, que dans le mois qui suivra l’injonction du prévôt de Notre-Dame, il paie le capital et le dédommagement. »

19La pratique de réquisition ainsi réglementée prend habituellement le nom de droit de gîte. Dans les diplômes d’une précision exceptionnelle qui décrivent la fondation du prieuré des moines de Saint-Denis à La Chapelaude (Allier), en 1079, le droit de gîte fait l’objet d’une stricte réglementation, de même que le droit de banvin et l’usage des poids et mesures :

  • 25  C. van de Kieft, Étude sur le chartrier et la seigneurie..., op. cit., p. 239-245, n° 13. Les dout (...)

« Il y a une autre coutume : si le prieur du lieu doit donner l’hospitalité à l’archevêque [de Bourges], à l’abbé [de Saint-Denis] ou à quelque autre puissant personnage, il pourra les faire héberger durant tout leur séjour dans toutes les maisons de la ville, tant dans celles de ses hommes que des autres, que les bourgeois le veuillent ou non. Il pourra aussi prendre dans la ville du pain, des viandes et d’autres marchandises, avec un crédit de 14 jours. Pour le vin qui sera vendu, il aura crédit jusqu’à 14 jours après la vente du vin. De plus, si quelque puissant jouissant de l’hospitalité des moines ne parvient pas à trouver en ville des viandes à acheter, ses sergents pourront prendre des porcs ou des poulets, quels qu’ils soient, à condition que, dans les 14 jours, ils les rembourseront au prix où ils étaient alors, selon l’estimation de deux ou trois hommes du lieu. Par ailleurs, le prieur, lorsqu’il le désirera (sauf aux foires), vendra son vin sous le ban, de sorte qu’aucun des habitants de la ville ne pourra vendre le sien, aussi longtemps qu’il restera du vin des moines à vendre, à moins qu’il n’ait fait crier son vin avant le ban. Lors des foires, chacun vendra son vin au mieux qu’il pourra, d’un dimanche à l’autre, mais, le dimanche passé, sauf celui qui aura commencé sa vente avant la proclamation du ban, qui vendra en violation du ban paiera 60 sous d’amende. Personne ne pourra augmenter ou diminuer la mesure du vin ou du grain mise par le prieur, et s’il le fait, la mesure inégale sera brisée et il paiera le dommage. Et s’il recommence et prétend le faire comme de coutume, il paiera 60 sous d’amende. Et qui sera convaincu d’avoir vendu pain, vin ou viande à un pèlerin plus cher que son voisin, il rendra à celui qu’il aura trompé le profit mal acquis et le dédommagera selon la loi. S’il le fait comme de coutume, on fera comme on a dit auparavant. Qui se permettra de vendre son vin à un prix supérieur à celui fixé auparavant devra y renoncer et devra dédommager l’acheteur selon la loi. Si les boulangers mettent en vente un pain de poids inférieur à celui correspondant au prix du froment, ils perdront le pain ou paieront l’amende, à moins que ce soit à la foire25. »

20Dans les textes que nous possédons, la relation entre pouvoir seigneurial et droit de marché apparaît forte (pas de marché sans seigneur) mais aussi lourde de conséquences : tenant du marché, le seigneur local peut y exercer un certain nombre de droits exorbitants, mais il doit aussi plier ses exigences aux contraintes de l’institution. Tout ce qui apparaît sur le marché devra être acheté à son prix, établi selon des règles indiscutables : le droit de saisie du seigneur n’est en fait qu’un droit d’achat à crédit strictement encadré.

21Souvent mis en place par la violence, qui permet de contraindre vendeurs et acheteurs à se rendre sur le nouveau lieu d’échange, les nouveaux marchés ont une fonction essentielle dans l’économie de la seigneurie : ils concentrent la circulation monétaire et permettent de convertir en espèces les prélèvements en nature qui constituent l’essentiel des revenus des seigneurs. C’est la possession de cette valeur qui donnera au groupe seigneurial la capacité de se procurer sur d’autres marchés les biens de luxe qui les distinguent des autres habitants. Le passage d’une économie du pillage, dont la poursuite provoque immanquablement la désertion des environs, à une économie réglée du prélèvement consenti passe donc par l’adoption d’usages constitutifs du marché en lui-même. Pour l’essentiel, il s’agit d’assurer la sécurité des acteurs et des transactions. Au terme du marché, les marchandises qui y ont été vendues et achetées sont réputées légalement acquises et leurs contreparties monétaires légitimement possédées. Les unes et les autres échappent ainsi au soupçon de malhonnêteté, qui frappe toute acquisition non faite publiquement, et à la saisie arbitraire, qui peut s’appliquer à tout ce qui n’a pas de propriétaire indiscutable.

  • 26  M. Arnoux, I. Theiller, « Les marchés comme lieux et enjeux de pouvoir », op. cit., p. 58-59.

22Théâtre transparent des échanges, le marché apparaît ainsi comme un lieu d’ordre, où la transgression expose le coupable à des sanctions d’une violence redoutable. Gare au voleur, promis à la peine de mort, au faussaire, dont les marchandises seront détruites, au brigand installé à l’affût sur les routes qui mènent au marché : tout ce qui peut nuire à la tranquillité des échanges est impitoyablement puni. Une série de documents relatifs aux droits de marchés des religieux de Notre-Dame-du-Vœu à Cherbourg (Manche) dans la seconde moitié du xiiisiècle, montre que la peine de mort (pendaison pour les hommes, enfouissement pour les femmes, enterrées vives au pied du gibet) est appliquée sans remords ni hésitation aux pauvres surpris à voler sur les étalages. Exécutée sur place, la peine vaut par son exemplarité : un juge royal ayant cru bon de pendre à Carentan un homme des religieux convaincu de vol (une paire de souliers, des courroies, des gâteaux de froment), ceux-ci demandent et obtiennent que la justice royale se dessaisisse pour eux d’un condamné à mort, qui sera pendu à Cherbourg, à preuve du caractère impitoyable de la justice du marché26.

Le souverain et le marché

  • 27  Ernest Perrot, Les cas royaux. Origine et développement de la théorie aux xiiie et xive siècles, P (...)
  • 28  M. Arnoux, I. Theiller, « Les marchés comme lieux et enjeux de pouvoir... », op. cit., p. 55-57.

23Le caractère public du marché, qui survit même aux formes les plus avancées de dissociations introduites par le processus féodal, fait l’objet d’une réaffirmation par les monarchies en pleine expansion. Dès le xive siècle, lorsque les légistes parisiens s’attachent à définir les « cas royaux », dont la monarchie est seule investie à la place de tous autres justiciers, l’institution des marchés figure parmi les « cas royaux » : « au roy seul et pour le tout en son royaulme, et non aultre, appartient a octroier et ordonner toutes foires et tous marchiés ; et les alans et retournans sont en et soubz sa protection et sauvegarde27. » Comme souvent, l’innovation apparente dissimule une profonde continuité. Trois siècles plus tôt, vers 1030, un accord ratifié par le duc de Normandie entre le sire de Montgommery (Calvados) et les moines de Jumièges témoigne du rôle essentiel que le duc jouait dans la garantie des droits sur le marché. Quelques années auparavant, Roger de Montgommery, désireux d’accroître les ressources de sa seigneurie, avait « détruit » le marché des moines, qui se tenait dans le bourg de Vimoutiers (Orne), pour le « transporter » auprès de son château de Montgommery, à quelques kilomètres de là. Répondant aux protestations des moines, le duc Robert le Libéral, garant de l’ordre des marchés, avait ordonné peu après la destruction du nouveau marché et sa restitution aux religieux. Les deux parties entrèrent alors en négociation, les religieux concédant à Roger le maintien de son marché moyennant le paiement d’une indemnité couvrant pour trois ans l’éventuelle perte de valeur de leur propre marché et sous réserve que par la suite le marché de Vimoutiers n’ait pas à souffrir de la concurrence de celui de Montgommery. Le duc de Normandie, à nouveau consulté, donna son approbation à l’accord. Dans ce cas, particulièrement précoce, intéressant aussi par le rôle joué par la violence dans l’évolution du système, apparaît la conscience que les contemporains pouvaient avoir de la relation qui s’établissait entre deux marchés voisins. Du conflit qui pouvait en résulter le duc, en tant que souverain, était seul juge et il lui revenait d’approuver ou de refuser la création d’un nouveau marché28.

24Dès la fin du xie siècle en Angleterre et dans les premières décennies du xiiie siècle partout en Europe, il appartient au souverain d’autoriser la tenue d’un nouveau marché en un lieu et un jour précisés, après avoir vérifié que son institution ne compromet pas l’équilibre des marchés se tenant le même jour dans les environs ou avoir pourvu, au moins provisoirement, au dédommagement de leurs possesseurs. La procédure appliquée pour le marché de Montgommery se retrouve ainsi en 1208 dans la charte de fondation par Henri, duc de Pologne, de l’abbaye de Trzebnica, en Silésie :

  • 29Codex diplomaticus nec non epistolaris Silesiae, t. II, Wroclaw, Sumptibus Societatis Wratislavien (...)

« Sachent tous par ailleurs que mon aïeul pour le salut de son âme et l’utilité des chanoines avait transféré le marché qui se trouvait jadis à Trzebnica à Cerekwica, où il resta longtemps. Cependant, comme il faut que le monastère de Saint-Barthélemy ait un marché voisin, par une faveur de l’évêque de Wroclaw Cyprien et de tous les chanoines, j’ai institué un marché à Trzebnica sans diminution du cens de Cerekwica. Et parce que le peuple réparti par marché est moindre pour chacun, je présume que le marché de Trzebnica, parce qu’il est plus proche, risque de nuire au marché des chanoines. Pour qu’il n’en soit pas ainsi, j’ai dédommagé les chanoines de la diminution supposée de leurs revenus par une rente de 7 marcs d’argent sur le tonlieu de Wroclaw, décision qui a été confirmée par mon consentement, celui de l’évêque et celui des chanoines29. »

  • 30  Isabelle Theiller, « La création des marchés hebdomadaires. Quatre documents normands des xive-xve(...)

25Dans ce cas, comme dans celui de Montgommery, la précision des sommes évoquées et l’indication d’une estimation soumise au consentement des parties témoignent d’une conscience précise des enjeux économiques de la création ou du déplacement d’un marché. On ne saurait trop insister sur l’importance en ce domaine de procédures légales d’information, connues pour les siècles suivants sous le nom d’enquêtes de commodo et incommodo, visant à éclairer le souverain sur la compatibilité de la demande qui lui est soumise avec le bien commun de ses sujets. Simple à prendre pour la période antérieure à la crise démographique du xive siècle, quand il s’agit d’accompagner la croissance de la population par une densification du maillage des marchés, la décision devient plus complexe dans le contexte de décroissance qui suit la peste de 1348, quand toute modification éventuelle du réseau des lieux d’échange doit prendre en compte les droits de marchés préexistants des seigneurs des environs. Les ordonnances de création ou de modification des lieux et heures de marchés témoignent alors d’une réflexion approfondie sur l’organisation des territoires et sur la nécessaire hiérarchisation des institutions commerciales. La volonté clairement exprimée dans les préambules de ces textes d’adapter les réseaux aux évolutions nouvelles de la production, du commerce et de la consommation met à mal l’idée trop souvent présente chez les historiens que le semis des marchés, hérité de temps immémoriaux, n’est susceptible d’aucune véritable évolution, plaçant les campagnes hors de l’histoire30.

Marchés et prix

  • 31  R. Glaber, Histoires, op. cit., p. 75.
  • 32  Art. cité note 23.

26Par définition, l’institution d’un marché est un élément et un indice d’un processus de monétarisation de l’économie. Les sources, trop discrètes sur les pratiques réelles, ne laissent aucun doute sur les principes qui lient la tenue du marché à la fixation des prix. Dès les premières décennies du xie siècle, le mécanisme apparaît fixé : quand le chroniqueur Raoul le Glabre évoque l’harmonie sociale que les ducs de Normandie faisaient régner dans leur province, c’est l’ordre des transactions commerciales qui en donne la preuve : « parmi eux, passait pour voleur ou pillard quiconque, prétendant en affaire plus que le juste prix, ou trompant sur la qualité, s’enrichissait aux dépens d’autrui31 ». Dans l’acte de fondation du bourg monastique de Donges en 1079, déjà évoqué, la question des prix tient une place importante. Les hommes de Marmoutier devront en effet accepter de se conformer aux prix établis sur le marché voisin du bourg vicomtal : « et rien ne se vendra plus cher dans notre bourg que dans le sien, mais les marchandises se vendront dans notre bourg au même prix et à la même mesure que dans le sien, ou sinon à un prix inférieur32 ». Dans ce cas, l’aire d’influence économique du marché excède largement celle de la seigneurie vicomtale et s’étend sur la seigneurie monastique voisine, dépossédée de son autonomie en ce domaine.

  • 33  Alain Guerreau, « Avant le marché, les marchés : en Europe, xiiie-xviiie siècles (note critique) » (...)

27Aller au-delà de ces informations fragmentaires ne va pas sans difficulté : les transactions conclues sur le marché laissent peu de traces dans les sources et l’historien doit ici, surtout pour les périodes anciennes, travailler par indices. Par-delà la difficulté d’information, c’est aussi le cadre théorique qui fait problème33. Il n’a pas échappé aux penseurs médiévaux que la confrontation de l’offre et de la demande sur le marché influait sur la formation des prix, en particulier en période de rareté des subsistances. Le souci du bien public, qui prescrivait au souverain de veiller à la survie de tous, imposait la fixation d’un prix « juste », protégeant les plus faibles des effets pervers de la spéculation. Pour les théologiens, la déduction de ce prix se faisait par l’observation du prix du marché, que la plupart d’entre eux définissaient comme « juste ». Une lecture anachronique voit dans cette proposition une première élaboration de l’idée confiant au marché lui-même la tâche de fixer la valeur des marchandises. C’est oublier que les penseurs médiévaux ne créditaient les marchés d’aucune autonomie et plaçaient leur fonctionnement sous la juridiction d’une instance morale appliquant les principes en vue des résultats à obtenir. Aucun d’entre eux n’aurait soutenu que les marchés « produisaient » les prix : ils étaient simplement les lieux où ceux-ci étaient constatables dans des conditions sociales et morales déterminées.

28Mais il faut bien reconnaître que nous ne possédons aucune description du processus de fixation des prix. De plus, les périodes de cherté, qui retiennent l’attention des chroniqueurs, ne peuvent être utilisées comme exemple du fonctionnement des marchés : pour les témoins, ces épisodes de hausse inhabituelle témoignent des dérèglements de l’institution. Il convient donc de partir des sources, beaucoup moins nombreuses, qui en décrivent le fonctionnement normal, ou du moins souhaitable. La première règle, universelle, décrit les qualités que l’acheteur est en droit d’attendre de ce qu’il acquiert sur le marché. L’expression usuelle, réitérée dans d’innombrables documents des xive et xve siècles, précise que la chose vendue doit être « bonne, loyale, marchande, de bon poids et de bon prix ». Le marché impose donc une définition des denrées, à laquelle l’acheteur pourra se référer en cas de désaccord. Le produit vendu doit être de bonne qualité, sans défaut caché, correspondant à son appellation, mesuré avec le poids du marché, apprécié au prix du marché.

  • 34  Isabelle Theiller, « Prix du marché, marché du grain et crédit au début du xiiie siècle : autour d (...)

29L’existence d’une référence de valeur des marchandises, appelée « prix du marché », est attestée, on l’a vu, dès le xie siècle. Ce prix est indicatif, puisqu’il est possible de vendre moins cher, et il semble bien qu’il vaille pour une longue période, peut-être pour toute l’année : il paraît insensible aux variations de court terme de l’offre et de la demande. Un article d’Isabelle Theiller a permis d’éclairer la manière dont est fixé à Rouen, au début du xiiie siècle, le prix de référence du froment34. Une charte de 1209 fixant les conditions de versement d’une rente en froment (quatre muids, correspondant sans doute à plusieurs quintaux), stipule que le grain (ou la somme permettant d’acquérir la quantité correspondante de la même céréale) sera acquitté sur le marché à blé du vendredi à Rouen en quatre versements successifs d’un muid entre la Saint Michel (29 septembre) et l’octave de la Saint-André (30 novembre). Le soin avec lequel sont fixées les conditions et les dates de paiement témoigne du souci d’aboutir à une solution qui protège les droits du payeur comme du bénéficiaire de la rente. Les deux mois choisis sont en effet ceux qui suivent immédiatement l’arrivée de la nouvelle récolte, qui rejoint sur le marché ce qui peut rester de la récolte précédente. Il s’agit aussi de la période correspondant aux échéances des baux de location (Saint-Michel, Toussaint, Saint-Martin ou Saint-André) et à l’achat des semences pour la récolte à venir : l’offre et la demande se trouvant alors à leur maximum annuel, il y a de bonnes chances que le prix du grain corresponde alors à la valeur effective de la récolte. On comprend bien qu’en adoptant ce prix comme prix de référence, on prend en compte le rapport de l’offre et de la demande, sans pour autant que l’indicateur soit pollué par la spéculation qui ne saurait manquer de s’installer en d’autres moments de l’année.

Le marché contre la famine ?

30Ce système, qui visait aussi à protéger en le stabilisant le mécanisme de rentes et de crédit lié à la commercialisation des récoltes, ne suffisait pas à interdire la spéculation dans les cas, fréquents, où la médiocrité de la récolte pouvait faire craindre des problèmes de soudure au printemps. Le système faisait aussi intervenir des incitations morales pour accroître l’efficacité du dispositif économique. Henri Pirenne, dans un article oublié, publié en 1922 dans une revue belge de ligues sociales d’acheteurs, a défini de manière très éclairante la mission remplie par les systèmes de juste prix des marchés médiévaux :

  • 35  Henri Pirenne, « Le consommateur au Moyen Âge », Histoire économique de l’Occident médiéval, Bruge (...)

« [la législation des villes au Moyen Âge] se propose avant tout d’assurer à la population un ravitaillement à aussi bon marché que possible. L’idéal qu’elle s’assigne et auquel elle a atteint, c’est de combattre la vie chère et d’établir pour chaque chose le « juste prix », en d’autres termes le prix minimum. Comment a-t-elle résolu le problème ? D’une manière aussi simple que radicale : par la suppression des intermédiaires. Entre le producteur et le consommateur, elle a établi un rapport direct. Par une réglementation extrêmement compliquée, elle a créé cette chose qui l’est très peu : la mise en présence de celui qui a besoin d’une denrée et de celui qui la produit. Elle a combattu avec autant d’acharnement que d’ingéniosité toutes tentatives de monopole ou d’accaparement ; elle s’est donnée pour but d’empêcher le renchérissement en empêchant que les marchandises passent par plusieurs mains avant d’arriver aux mains de l’acheteur35. »

  • 36  R. Glaber, Histoires, op. cit., p. 243.
  • 37  Giuliano Pinto, Il libro del Biadaiolo, Florence, Olschki, 1978 ; sur les disettes et famines du d (...)

31Mais les penseurs médiévaux étaient parfaitement conscients des limites de ces mécanismes et de nombreux textes témoignent de leur compréhension des mécanismes de la hausse du prix des subsistances. Un exemple très précis en est donné par Raoul le Glabre, à propos de la grande famine de 1033. Notant l’échec de toute régulation, ainsi que la hausse du prix des denrées, à mesure que les quantités proposées diminuent, il observait avec lucidité : « S’il se trouvait quelque nourriture à vendre, le vendeur pouvait, selon son bon plaisir, augmenter ou respecter le prix accoutumé. On vit ainsi en beaucoup d’endroits le muid de grain à soixante sous, dans d’autres cas le sextier à quinze sous36 ». Pour les siècles suivants, il ne manque pas de témoignages mettant en évidence à la fois l’existence de politiques publiques, dans lesquelles les marchés visaient à maintenir un approvisionnement accessible à tous, et l’extrême difficulté de parvenir à cet objectif en période de pénurie. Un document florentin exceptionnel, la chronique du biadaiolo (marchand de blé) Domenico Lenzi, évoque ainsi la gestion par la Commune du marché d’Or’Sanmichele, dans les années difficiles du début du xivsiècle. En cas de pénurie, l’exhibition sur le marché d’un billot et d’une hache, flanqués de deux bourreaux (belle et précoce évocation de la « main invisible »), vise à la fois les acheteurs et les marchands, que le podestat du marché n’hésite pas à châtier avec une égale brutalité, maintenant ainsi l’ordre et une certaine équité, dans un contexte de crise37.

Les marchés et la société

  • 38Le miracle du Sacristain et d’une dame accompli par Notre Dame, v. 16-32, dans Rutebeuf, Œuvres co (...)

32On ne trouve donc pas dans le monde médiéval d’indice d’une autonomie des mécanismes du marché par rapport aux dynamiques sociales. En ce sens, l’hypothèse polanyienne de l’embeddedness apparaît validée par les sources médiévales. Mais ce serait une erreur que de minimiser la part des comportements économiques dans l’évolution de la société. La place tenue par le marché dans les systèmes de représentations est un bon symptôme de cette importance. Giacomo Todeschini avait à bon droit insisté sur la fréquence des métaphores marchandes et monétaires dans la littérature patristique et dans la théologie médiévale. De fait, l’idée que la vie du Chrétien est une succession de négociations dont le solde sera calculé lors du Jugement dernier ne choque pas les théologiens médiévaux. Elle s’exprime avec un bonheur poétique inégalé dans les vers que Rutebeuf écrivit vers 1260 en conclusion d’un récit de miracle, réussissant à placer au moins douze occurrences de mots relatifs au marché et à la marchandise en dix-sept vers (sans compter les acrostiches et homophonies)38 :

Hon dit : « De teil marchié, teil vente. »
Ciz siecles n’est mais que marchiez.
Et vos qui au marchié marchiez,
S’au marchié estes mescheant,
Vos n’estes pas bon marcheant.
Li marcheanz, la marcheande
Qui sagement ne marcheande
Pert ses pas et quanqu’ele marche.
Puis que nos sons en bone marche,
Pensons de si marcheandeir
C’om ne nos puisse demandeir
Nule riens au jor dou Juïse,
Quant Diex pranra de toz justise
Qui auront ensi bargignié
Qu’au marchié seront engignié.
Or gardeiz que ne vos engigne
Li Maufeiz, qu’adés vos bargigne.

33Il ne fait guère de doute qu’il existe dans les marchés médiévaux quelque chose d’universel, qui justifie son usage allégorique. On pourrait en trouver la marque dans le fait qu’il est sans doute la seule institution à associer tous les membres de la société, quelles que soient leurs conditions sociales (le serf, le bourgeois et le noble y ont le même droit et y paient le même prix) ou même leurs religions (pour les régions d’Europe où Juifs et Musulmans se mêlent aux Chrétiens). Mais ce serait se méprendre que de voir, dans cette règle universelle de la marchandise, la prémisse d’une société rendue homogène par la circulation monétaire. Les sources médiévales ne manquent pas de nous mettre en garde contre une lecture abstraite de l’institution. Le marché médiéval n’existe que dans son contexte : lieu, moment, conjoncture. Sur les marchés ruraux, les usagers locaux, qui n’acquittent pas de droits sur les produits qu’ils acquièrent pour leur subsistance ou sur ceux qu’ils portent à vendre, se distinguent des marchands, venus de la ville pour acheter les produits de l’agriculture. Bien des textes affirment d’ailleurs que si le marché est l’instrument essentiel d’une économie morale de la survie des pauvres, il veille parallèlement à interdire autant que possible une mobilité sociale qui passerait par l’enrichissement des plus modestes. Vers 1260, le prédicateur Étienne de Bourbon évoque ainsi une figure promise à un brillant avenir littéraire :

  • 39  Texte latin dans Albert Lecoy de La Marche, Anecdotes historiques, légendes et apologues tirées du (...)

« Ainsi, j’ai entendu parler d’une servante à qui sa maîtresse avait donné son lait du dimanche, qu’elle portait sur sa tête pour le vendre à la ville. Marchant au long du fossé, elle pensa que du prix de son lait elle achèterait une poule, qui lui donnerait de nombreux poussins. Elle vendrait ceux-ci lorsqu’ils seraient devenus des poules et achèterait des porcelets, qu’elle revendrait une fois devenus grands et en ferait des moutons dont elle ferait des bœufs. Et, s’enrichissant peu à peu, elle s’allierait avec un noble. Et pendant qu’elle se faisait gloire d’être conduite vers cet homme sur son cheval, comme si elle éperonnait sa monture, elle frappa la terre du pied, criant Yo ! Yo ! au cheval, son pied glissa, elle tomba dans le fossé, la cruche se brisa, le lait se répandit. Elle perdit ainsi ce qu’elle espérait gagner, et ce qu’elle avait déjà39. »

34Quatre siècles avant La Fontaine, cette aïeule de Perrette allant au marché rêvait que le bénéfice de ses affaires se traduirait en ascension sociale et lui obtiendrait la main d’un noble. Sans illusion ni espoir en la matière, Perrette n’ambitionne plus que de posséder une vache et son veau dans le troupeau communal. Pour modestes qu’ils soient, ces « châteaux en Espagne » s’évanouissent dès que le pied manque, et Gros-Jean, réveillé de sa rêverie, doit reconnaître que le marché ne lui concédera rien qui puisse changer sa condition de paysan. Dans leurs principes comme dans leur fonctionnement, les marchés médiévaux furent sans doute de puissants instruments de cohésion sociale. Mais jamais il ne fut dit qu’il y avait de l’égalité entre les acteurs qui s’y retrouvaient.

Notes

1  Paul-Louis Huvelin, Essai historique sur le droit des marchés et des foires, Paris, A. Rousseau, 1897.

2  Mathieu Arnoux, « Relation salariale et temps du travail dans l’industrie médiévale », Le Moyen Âge, 115, juillet-décembre 2009, p. 557-581.

3  Jean-Yves Grenier, Répertoire des séries économiques françaises (xvie- xviiie siècle), Paris, Éditions de l’EHESS, 1985.

4  Karl Polanyi, La grande transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps, trad. fr., Paris, Gallimard, 1983 (1 éd. New York, 1944) ; la problématique polanyienne a été introduite chez les médiévistes français par l’ouvrage de Georges Duby, Guerriers et Paysans, viie-xiie siècles. Premier essor de l’économie européenne, Paris, Gallimard, 1973, qui ne cite cependant pas le livre de Polanyi. La réflexion de Duby dans les mêmes années est marquée par la proximité avec Maurice Godelier, qui préfaça peu après la traduction française de Karl Polanyi, Conrad Arensberg et Harry W. Pearson, Markets and trade in the early Empires. Economies in history and theory, New York, 1957 (trad. fr. Les systèmes économiques dans l’histoire et dans la théorie, Paris, Larousse, 1974).

5  Jérôme Maucourant, Avez-vous lu Polanyi ?, Paris, La Dispute, 2005, p. 114-118.

6  Robert H. Britnell, The Commercialisation of English Society (1000-1500), Cambridge, Cambridge University Press, 1993 ; Maryanne Kowaleski, Local markets and regional trade in medieval Exeter, Cambridge, Cambridge University Press,1995 ; James Masschaele, Peasants, merchants and markets. Inland trade in medieval England, 1150-1350, Londres, Palgrave Macmillan, 1997 ; présentation synthétique de ces travaux dans John Hatcher et Mark Bailey, Modelling the Middle Ages. The history and theory of England’s economic development, Cambridge, Cambridge University Press, 2001, p. 121-173.

7  Michael M. Postan, « The economic foundations of medieval societies », in Essays on medieval agriculture and general problems of medieval economy, Cambridge, Cambridge University Press, 1973, p. 3-27 ; Rodney H. Hilton, English and French Towns in Feudal Society. A Comparative Study, Cambridge, Cambridge University Press, 1992 ; « Medieval Market Towns and Simple Commodity Production », Past and Present. A Journal of Historical Studies, n° 109, 1985 ; Timothy Aston et Chris Philpin, The Brenner Debate. Agrarian class structure and economic development in pre-industrial Europe, Cambridge, Cambridge University Press, 1985.

8  Les résultats de l’enquête collective menée sur ce thème sont consultables sur le réseau sous la forme d’un Gazetteer of markets and fairs in England and Wales up to 1516, à l’adresse : http://www.history.ac.uk/cmh/gaz/gazweb2.html

9  Isabelle Theiller, Les marchés hebdomadaires en Normandie orientale (xive-début du xvie siècle), thèse d’histoire, université Paris 7-Denis Diderot, 2004 ; Isabelle Theiller et Mathieu Arnoux, « Les marchés comme lieux et enjeux de pouvoir en Normandie (xie-xve siècle) », in Anne-Marie Flambard-Héricher (dir.), Les lieux de pouvoir en Normandie et sur ses marges, Turnhout, Brepols, 2006, p. 53-70 ; Judicaël Petrowiste, Naissance et essor d’un espace d’échanges au Moyen Âge. Le réseau des bourgs marchands du Midi toulousain (xie-milieu du xive siècle), thèse de doctorat, université Toulouse Le Mirail, 2007 ; À la foire d’empoigne. Foires et marchés en Aunis et Saintonge au Moyen Âge (vers 1000-vers 1550), Toulouse, Méridiennes, 2004.

10  John W. Baldwin, The Medieval Theories of the Just Price. Romanists, Canonists, and Theologians in the Twelfth and Thirteenth Centuries, Philadelphie, The American Philosophical Society, 1959 ; Raymond de Roover, « The Concept of the Just Price : Theory and Economic Policy », Journal of Economic History, t. XVIII, 1958, p. 413-438 ; La Pensée économique des scolastiques, doctrines et méthodes, Montréal-Paris, Vrin, 1971 ; Odd I. Langholm, The legacy of scholasticism in economic thought : antecedents of choice and power, Cambridge, Cambridge University Press, 1998.

11  Giacomo Todeschini, I mercanti e il tempio. La società cristiana e il circolo virtuoso della ricchezza fra Medioevo ed età moderna, Bologne, Il Mulino, 2002 ; Ricchezza Francescana. Dalla povertà volontaria alla società di mercato, Bologne, 2004, trad. fr., Richesse franciscaine. De la pauvreté volontaire à la société de marché, Lagrasse, Verdier, 2008.

12  Alain Boureau et Sylvain Piron (éd.), Pierre de Jean Olivi (1248-1298). Pensée scolastique, dissidence spirituelle et société. Actes du colloque de Narbonne (mars 1998), Paris, Vrin, 1999 ; Pierre de Jean Olivi, Traité des contrats, éd. et trad. S. Piron, Paris, Les Belles Lettres, 2012.

13  Elio Lo Cascio (éd.), Mercati permanenti e mercati periodici nel mondo romano. Atti degli Incontri capresi di storia dell’economia antica, Capri 13-15 ottobre 1997, Bari, Laterza, 2000 ; Yves Roman, Julie Dalaison (éd.), L’économie antique, une économie de marché ? Actes des deux tables rondes tenues à Lyon les 4 février et 30 novembre 2004, Paris, Société des amis de Jacob Spon, 2008.

14  Olivier Bruand, Voyageurs et marchandises aux temps carolingiens. Les réseaux de communication entre Loire et Meuse aux viiie et ixe siècles, Bruxelles, De Boeck, 2002, p. 282-290.

15  Raoul Glaber, Histoires, trad. Mathieu Arnoux, Turnhout, Brepols, 1995, p. 75, 243.

16  Les paragraphes qui suivent résument les conclusions d’une enquête sur les usages du mot mercatum dans les sources écrites antérieures au xiie siècle, menée sur la base de données des actes originaux français antérieurs à 1120 mise en œuvre à l’UMR 7002 (CNRS-université de Nancy). Je remercie Jean-Baptiste Renault, ingénieur de recherche, de son aide à cette occasion.

17  Auguste Bernard et Alexandre Bruel, Recueil des chartes de l’abbaye de Cluny, t. IV, Paris, Imprimerie nationale, 1888, p. 477, n° 3381.

18  Co van de Kieft, Étude sur le chartrier et la seigneurie du Prieuré de La Chapelle-Aude (xie-xiiie siècle), Assen, Van Gorcum, 1960, p. 228, n° 10.

19  Arthur de Laborderie, Paul de Labigne de Villeneuve, « Chartes du prieuré de la Sainte-Trinité de Fougères », Bulletin archéologique de l’Association bretonne, 3, 1851, n° 4, p. 186-187.

20  Saint-Brieuc, Archives départementales des Côtes-d’Armor, H 423.

21  Lucien Musset, Actes de Guillaume le Conquérant et de la reine Mathilde pour les abbayes caennaises, Caen, Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, 1967, n° 3, p. 57-58.

22  Ernest Petit, Histoire des ducs de Bourgogne de la race capétienne avec des documents inédits et des pièces justificatives, t. I, Paris, Librairie Le Chevalier, 1885, n° 108, p. 422-425.

23  Dom Pierre-Hyacinthe Morice, Mémoires pour servir de preuve à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, t. I, Paris, Imprimerie de Charles Osmont, 1742, col. 435-436.

24  Jean Thiroux et René Lambert, Histoire abrégée de l’abbaye de Saint-Florentin de Bonneval, Châteaudun, Imprimerie Henri Lecesne, 1875, p. 62-64.

25  C. van de Kieft, Étude sur le chartrier et la seigneurie..., op. cit., p. 239-245, n° 13. Les doutes que l’éditeur nourrit sur l’authenticité de cet acte ne portent pas sur son dispositif.

26  M. Arnoux, I. Theiller, « Les marchés comme lieux et enjeux de pouvoir », op. cit., p. 58-59.

27  Ernest Perrot, Les cas royaux. Origine et développement de la théorie aux xiiie et xive siècles, Paris, A. Rousseau, 1910, p. 327.

28  M. Arnoux, I. Theiller, « Les marchés comme lieux et enjeux de pouvoir... », op. cit., p. 55-57.

29Codex diplomaticus nec non epistolaris Silesiae, t. II, Wroclaw, Sumptibus Societatis Wratislaviensis Hominum Historiae Studiosissimorum, éd. Karol Maleczinski et Anna Skowronska, 1959, n° 130, p. 37-38.

30  Isabelle Theiller, « La création des marchés hebdomadaires. Quatre documents normands des xive-xve siècles », Histoire et Sociétés rurales, 24, 2e semestre 2005, p. 105-121.

31  R. Glaber, Histoires, op. cit., p. 75.

32  Art. cité note 23.

33  Alain Guerreau, « Avant le marché, les marchés : en Europe, xiiie-xviiie siècles (note critique) », Annales. Histoire, Sciences Sociales, novembre-décembre 2001, p. 1129-1175.

34  Isabelle Theiller, « Prix du marché, marché du grain et crédit au début du xiiie siècle : autour d’un dossier rouennais », Le Moyen Âge, 115, avril 2009, p. 252-276.

35  Henri Pirenne, « Le consommateur au Moyen Âge », Histoire économique de l’Occident médiéval, Bruges, Desclée de Brouwer, 1951, p. 532-534.

36  R. Glaber, Histoires, op. cit., p. 243.

37  Giuliano Pinto, Il libro del Biadaiolo, Florence, Olschki, 1978 ; sur les disettes et famines du début du xive siècle, cf. aussi William C. Jordan, The great famine. Northern Europe in the early fourteenth century, Princeton, Princeton University Press, 1996.

38Le miracle du Sacristain et d’une dame accompli par Notre Dame, v. 16-32, dans Rutebeuf, Œuvres complètes, éd. Michel Zink, Paris, Le Livre de poche, 2005, p. 588-591 : « On dit : « On a le prix qu’on a su marchander. »/Ce monde n’est plus qu’un marché./Et vous qui marchez vers le marché,/si au marché vous êtes malchanceux,/vous n’êtes pas un bon marchand./Le marchand, la marchande/qui ne marchande pas sagement/a fait des pas pour rien et pour rien a marché./Nous qui sommes du bon pays, de la bonne marche,/pensons à si bien marchander/qu’on ne puisse rien nous demander/au jour du Jugement,/quand Dieu exercera sa justice/sur tous ceux qui auront fait des affaires telles/qu’au marché ils auront été dupés./Gardez-vous donc d’être dupés par le Malin :/on ne fait avec lui que de mauvaises affaires. » Je dois à Isabelle Theiller de connaître ce texte.

39  Texte latin dans Albert Lecoy de La Marche, Anecdotes historiques, légendes et apologues tirées du recueil inédit d’Étienne de Bourbon, dominicain du xiiie siècle, Paris, H. Loones, 1877, p. 226-227, qui publie aussi la version donnée de la même anecdote par Jacques de Vitry, vers 1240.

Auteur

Professeur d’histoire du Moyen Âge à l’université Denis-Diderot (Paris 7) et directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales. Sa thèse sur la production du fer dans la Normandie médiévale a été publiée en 1993 : Mineurs, férons et maîtres de forges: étude sur la production du fer dans la Normandie du Moyen Âge (xie-xve siècles), Paris, Éditions du CTHS. Il consacre ses recherches à l’histoire de la Normandie médiévale, d’une part, et à l’histoire du travail et de l’économie dans l’Europe médiévale, d’autre part. Le Temps des laboureurs. Travail, ordre social et croissance en Europe (xie-xive siècle), Paris, Albin Michel, 2012, est son livre le plus récent.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540