Version classiqueVersion mobile

Genèse des marchés

 | 
Françoise Bayard
, 
Patrick Fridenson
, 
Albert Rigaudière

Introduction

Françoise Bayard, Patrick Fridenson et Albert Rigaudière

Texte intégral

1Au commencement était la concurrence. En 2006, lors de la réunion annuelle de la commission scientifique du Comité d’histoire économique et financière de la France, l’un de nous trois, Patrick Fridenson, avait présenté une proposition de colloque puis de livre sur la concurrence. Il semblait qu’il y avait alors dans les intenses discussions en France sur la croissance de l’économie, chez les politiques, dans les administrations, dans les médias, chez les entrepreneurs comme dans les syndicats de salariés, et aussi chez les universitaires et les chercheurs, beaucoup de présupposés sur les manières dont la concurrence a pu ou non être pratiquée ou encadrée dans ce pays. On pouvait penser qu’ils tenaient au fait qu’il n’y avait pas eu de véritable ensemble de travaux sur l’histoire de la concurrence en longue période. Dans le débat qui s’est alors ouvert, un de nos collègues médiévistes, Philippe Contamine, a dit : « Mais, au fond, il ne faut pas être si timide, il faut voir beaucoup plus large et il faut carrément poser la question des marchés dans leur ensemble, dans le cas français, avec le cas échéant des comparaisons internationales, et fonctionner sur une très longue période du Moyen Âge à nos jours ». C’est la position qui a été adoptée. Françoise Bayard, Patrick Fridenson, Albert Rigaudière ont été chargés d’un premier colloque sur la genèse des marchés, qui a eu lieu les 19 et 20 mai 2008, dont voici enfin la publication. Elle va être suivie de la publication d’un second colloque, sur concurrence et marchés, organisé par Patrick Fridenson, François Monnier et Albert Rigaudière et tenu les 10 et 11 décembre 2009, qui fait une large place aux institutions, au droit et aux échanges. Il s’est agi d’une approche pluridisciplinaire : historiens, juristes, économistes, sociologues ont apporté leurs contributions.

  • 1  Armand Hatchuel, Olivier Favereau, Franck Aggeri (dir.), L’activité marchande sans le marché ?, Pa (...)

2À la différence d’importants livres récents, nous sommes très vite passés de la notion d’un marché à des marchés1. Ce n’était pas l’effet d’un biais disciplinaire au départ : l’attention des historiens et des juristes à la diversité et aux changements du monde social et des normes. Nous considérons sur le fond qu’il ne faut pas hypostasier le marché, car cela empêche de comprendre les spécificités de ses déclinaisons et en particulier les marchés de l’information, les marchés des capitaux, les marchés des produits et des services, les marchés de l’immobilier et les marchés du travail. Les marchés sont vus ici comme des institutions concrètes et non des entités abstraites, des lieux où s’affirment des pratiques de l’échange inégal, où s’expriment des hommes et des femmes pleins de projets comme d’inquiétudes et où se confrontent des manières de penser l’économie, la société, la culture. Donc nous avons voulu répondre au grand questionnement d’aujourd’hui sur le marché sans sous-estimer les dérèglements ou les mauvais usages des marchés : en présentant aux lectrices et lecteurs un faisceau de recherches actuelles sur l’émergence et les transformations des marchés dans le temps et l’espace tout en interrogeant les idées reçues sur le marché comme matière à conceptions intellectuelles et politiques ainsi que comme mécanisme qui contribue à coordonner les actions et les décisions d’agents en principe indépendants.

3Ce parti pris posait des problèmes qui n’étaient pas les mêmes pour les différents secteurs de l’histoire.

4Les historiens de l’Antiquité savent de longue date l’origine antique du mot et de l’institution marché. Dans le présent livre, Olivier Bomsel fait à bon droit référence à la tour de Babel.

  • 2  Élisabeth Carpentier et Michel Le Mené, La France du xie au xve siècle. Population, société, écono (...)
  • 3  Édouard Baratier et Félix Reynaud, Histoire du commerce de Marseille, t. III : 1291-1480, Paris, P (...)
  • 4  Michel Mollat, Le commerce maritime normand à la fin du Moyen Âge, Paris, Plon, 1952 ; Philippe Wo (...)
  • 5  Étienne Fournial, Les villes et l’économie d’échange en Forez aux xiiie et xive siècles, Paris, Pr (...)
  • 6  Henri Touchard, Le commerce maritime breton à la fin du Moyen Âge, Paris, Les Belles Lettres, 1967 (...)
  • 7  Mario Del Treppo, I mercanti catalani e l’espansione della Corona d’Aragon nel secolo XV, Naples, (...)
  • 8  Olivier Bruand, Voyageurs et marchandises aux temps carolingiens. Les réseaux de communication ent (...)
  • 9  Henri Dubois, « Espace de la foire et espace urbain dans les villes du royaume de France (xiie-xve(...)
  • 10  Christian Desplat (dir.), Foires et marchés ruraux dans l’Europe médiévale et moderne, Toulouse, P (...)
  • 11  John Day, Monnaies et marchés au Moyen Âge, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière (...)
  • 12  Isabelle Theillier, « Prix du marché, marché du grain et crédit au début du xiiie siècle  : autour (...)
  • 13  Id., « Markets as agent of local, regional and interregional trade : Eastern Normandy at the end o (...)
  • 14  Delphine Connes, Le droit des marchés au Moyen Âge (xiie-xive siècle), thèse de droit, université (...)
  • 15  Mathieu Arnoux et Isabelle Theillier, « Les marchés comme lieux et enjeux de pouvoir en Normandie (...)
  • 16  Étienne Hubert et Olivier Faron (dir.), Le sol et l’immeuble. Les formes dissociées de propriété i (...)
  • 17  François Menant, « La circulation d’un thème de recherche chez les médiévistes de la fin du
    xxe si (...)
  • 18  En particulier, Judicaël Petrowiste, Naissance et essor d’un espace d’échanges au Moyen Âge  : le (...)

5Les historiens médiévistes ont une longue tradition de travaux sur les marchés permanents ruraux et urbains et sur les marchés périodiques comme les foires. Il y a là un solide héritage dont font largement état les trop rares synthèses consacrées à l’économie médiévale2. C’est ainsi que de grands travaux, qu’ils fussent de synthèse3 ou des thèses très novatrices, marquèrent fortement de leur empreinte l’histoire des foires et marchés aux alentours des années cinquante du siècle dernier4. La voie ainsi ouverte fut largement empruntée tout au long des décennies qui suivirent, aussi bien pour l’histoire des marchés5 que celle des foires6 ou des marchands7. Embellie qui ne dura guère, tant l’histoire économique médiévale cessa d’attirer les chercheurs à la fin du siècle dernier. Fort heureusement, elle rencontre un regain d’intérêt depuis une dizaine d’années, tout particulièrement à travers l’histoire des marchés qui s’impose à nouveau comme un domaine porteur. Les médiévistes se montrent désormais très ouverts à toutes les questions qui se posent autour de la notion même de marché, de sa réalité et de son évolution depuis le haut Moyen Âge. Tenter de définir l’espace du marché est une de leurs premières préoccupations, qu’il s’agisse de vastes zones géographiques8, de la ville9 ou de plus petites unités territoriales, telles que le bourg ou la seigneurie10. Saisir le rôle grandissant de la monnaie dans les échanges11 et comprendre le jeu complexe des prix et du crédit a largement pénétré leur champ d’étude12. Comme aussi la dynamique que constitue le marché, moteur de tout premier plan du développement économique médiéval en ses périodes d’essor13 et de plus en plus soumis à un droit spécifique14. Pénétrer la nature du marché et les enjeux dont il peut être l’objet est un thème qui retient de plus en plus l’attention du médiéviste15, sans pour autant le détourner de la question essentielle qui est de savoir de quoi est fait le marché. Thème cardinal qui a souvent été au cœur de riches colloques, aussi bien pour le marché immobilier en général16 que pour celui plus spécifique de la terre17. Autant de directions de recherche dans lesquelles nombre de médiévistes se sont résolument engagés ces dernières années au cours desquelles ont vu le jour de riches travaux principalement dédiés à l’étude exhaustive des foires et marchés dans le cadre d’une ou plusieurs régions18.

  • 19  Entre autres, Fernand Braudel et Ruggiero Romano, Navires et marchandises du port de Livourne, Par (...)
  • 20  Entre autres, José Gentil da Silva, Stratégie des affaires à Lisbonne entre 1595 et 1607. Lettres (...)
  • 21  Pierre Goubert, Familles marchandes sous l’Ancien Régime. Les Danse et les Motte de Beauvais, Pari (...)
  • 22  Richard Gascon, Grand commerce et vie urbaine au xvie siècle. Lyon et ses marchands, Paris-La Haye (...)
  • 23  Michel Zylberberg, Une si douce domination. Les milieux d’affaires français et l’Espagne vers 1780 (...)
  • 24  Jean Tarrade, Le commerce colonial de la France à la fin de l’Ancien Régime : l’évolution du régim (...)
  • 25  Paul Harsin, Les doctrines monétaires et financières en France du xvie au xviiie siècle, Paris, Al (...)
  • 26  Pierre Deyon, Le mercantilisme, Paris, Flammarion, 1969 ; Georges Weulersse, Le mouvement physiocr (...)
  • 27  Laurence Fontaine, Histoire du colportage en Europe, xve-xixe siècle, Paris, Albin Michel, 1993 ; (...)
  • 28  Gérard Le Bouédec, Activités maritimes et sociétés littorales de l’Europe atlantique, 1690-1790, P (...)
  • 29  Simone Meyssonnier, La balance et l’horloge. La genèse de la pensée libérale en France au xviiie s (...)
  • 30  Jean Meyer, Le poids de l’État, Paris, PUF, 1983 ; Daniel Dessert, Argent, pouvoir et société au G (...)
  • 31Les écrits à Lyon au xviie siècle. Espaces, échanges, identités, Grenoble, Presses universitaires (...)
  • 32Espaces et pratiques du commerce alimentaire à Lyon au xviie siècle, Grenoble, Presses universitai (...)

6Les historiens modernistes se sont intéressés depuis longtemps à l’histoire du commerce. En témoignent un grand nombre d’ouvrages publiés dans les collections « Ports, Routes, Trafics19 » et « Affaires et Gens d’affaires20 » de la librairie Armand Colin puis du SEVPEN. Privilégiant les monographies, leurs auteurs traitaient les activités commerciales et bancaires d’une famille – les Danse et les Motte, les Dolle et les Raby21 –, d’une ville – Lyon, Bordeaux, Marseille, Saint-Malo22 –, de leurs rapports avec telle ou telle partie du monde23, les colonies en particulier24. Les soutiens financiers et monétaires des activités commerciales25, les politiques économiques et le rôle de l’État26 ont également été examinés. Cette importante et solide base acquise, les modernistes ont approfondi nombre des domaines déjà étudiés. Ils ont aussi innové en observant les différentes échelles du commerce, depuis le colportage, les marchés et les foires locaux, le commerce intérieur et jusqu’au grand commerce international27, les activités maritimes, leurs structures et leurs composantes28, l’évolution de la pensée économique29, le poids de l’État et de ses prélèvements30. Surtout, alors que l’histoire économique n’est plus un thème porteur en histoire moderne, ils ont ouvert de nouvelles pistes, depuis la circulation des écrits et leur place dans les échanges d’Anne Béroujon31 jusqu’à l’économie souterraine dépeinte par Anne Montenach32, preuves, s’il en est, de l’importance toujours renouvelée des différents marchés.

  • 33  Patrick Fridenson, « Variations pour une histoire différente des relations entre confiance et marc (...)

7Quant à une bonne partie de l’histoire économique du contemporain, elle a eu tendance à privilégier les marchés des capitaux. Dans nombre de recherches disponibles, la production de biens et de services se développe, d’une certaine manière, toute seule, comme si le rôle des historiens était de reconstruire les mutations d’une économie de l’offre et de comprendre les crues et les décrues de la croissance : du marché il n’y a pas vraiment les bases. Bien sûr, une telle présentation est beaucoup trop simplificatrice, car une grande partie de l’histoire économique s’est construite sur l’étude des prix : thématique commune des historiens économistes de tous les pays depuis les grandes enquêtes et la grande dépression des années 1930. Il a donc été nécessaire d’accepter l’idée que le marché ait une existence propre, qui n’est pas purement et simplement l’application de lois économiques. Cela implique pour les historiens de toutes les époques le besoin de peupler le marché33 : il y a non seulement les producteurs et les consommateurs mais encore des quantités d’autres acteurs, et ils ne sont pas tous des acteurs marchands. Pour la période contemporaine, les chambres de commerce, les syndicats patronaux, les cartels et ententes, les associations de consommateurs, les municipalités, les autres collectivités territoriales, les États, les structures continentales comme les Communautés européennes, les organisations internationales comme l’Organisation mondiale du commerce ou le Fonds monétaire international sont des éléments tout à fait importants. Donc ce livre veut peupler les marchés et en même temps assumer la multiplicité de ces marchés et le fait que chacun d’eux, tout en communiquant avec les autres, peut avoir ses propres règles et que sur ces marchés, les pratiques de pouvoir, les pratiques de concurrence, les pratiques de service, les pratiques de rapports aux clients, les réponses aux besoins des consommateurs, mais aussi la fraude, la corruption, les crises, sont extraordinairement différentes. Voilà des questions qui nous sont posées.

  • 34  L. Fontaine, Le marché…, op. cit. Elle souligne ce que cette analyse doit à Max Weber.
  • 35  Voir le numéro spécial « Corporate reputation » de la Business History Review, volume 87, issue 4, (...)

8De même, nous avons été amenés à réfléchir sur le fait que ce qui est en jeu sur les marchés, ce ne sont pas seulement des échanges marchands. L’accès aux marchés peut constituer pour les pauvres ou pour les femmes un moyen de survie ou de promotion34. La présence sur les marchés des individus, des familles, des entreprises suscite des choix et des stratégies, des diffusions et des circulations qui vont porter sur la représentation du monde, sur ce qui est licite et ce qui n’est pas licite ou bien sur ce qui est réputé ou mauvais35. Donc, outre tous les acteurs des marchés (dans la période contemporaine, les consommateurs, les producteurs, les intermédiaires de toutes sortes, les marchands, les commerçants, les grossistes, les détaillants, les promoteurs immobiliers, les banques, les compagnies d’assurances, les sociétés de conseil, les administrations), entrent en lice toute une série d’éléments immatériels comme la question du chiffre, la question de la statistique, la question du droit qui sont à la fois des créations des acteurs sur les marchés et en même temps des éléments qui ont d’autres sources. Supports de cette multiplicité des marchés et de cette présence d’éléments immatériels, les éléments matériels comptent fondamentalement parce que, et ceci nous rapproche de l’histoire des techniques mais aussi de l’histoire de la monnaie, il faut toujours voir de quels services, de quels objets on parle, quels sont les circuits d’échanges et si ces échanges sont pour partie le fait de spécialistes, pour partie l’objet de réseaux, pour partie la matière de contrats qui sont beaucoup plus que le simple prix, à qui vont les profits et pour qui sont les coûts sociaux.

9Le dernier élément de la réflexion que nous avons eue a été de souligner que l’importance nouvelle des réflexions sur les marchés a deux origines et une implication. D’une part, les controverses intellectuelles et politiques sur libéralisme, dirigisme, marché et concurrence ont repris de plus belle à l’heure des grandes zones économiques communes. D’autre part, les nouveaux acteurs liés à Internet, aux autres formes de communication électronique, ont fait valoir d’autres conceptions du marché : des marchés virtuels, des marchés pour partie sans frontières, des marchés qui peuvent même (comme c’était le cas pour certains éléments de l’activité sur la toile) se réclamer de l’échange gratuit. Ces deux éléments remettent les marchés au premier plan et nous interrogent fondamentalement sur ce qui, dans le marché, est affaire de prix et affaire d’autres choses que le prix. Quelles sont les conditions de la confiance et celles de la critique ? Que signifie parler de moralité ou d’immoralité sur les marchés ? Tout ceci, au-delà des formes de régulation ou de collusion par certains acteurs, a des conséquences sur l’évolution du rôle des pouvoirs publics et notamment de l’État. Les affrontements sur les prix, la qualité des produits et services, la fraude, la concurrence ont progressivement constitué ces problèmes en enjeux et leur régulation en une des missions des pouvoirs publics. Ainsi s’est constituée en France une direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes. Elle résulte de la fusion, en novembre 1985, de la direction de la Consommation et de la Répression des fraudes, qui dépendait du ministère de l’Agriculture de sa création en 1907 à la création d’un secrétariat d’État puis d’un ministère de la Consommation, et de l’ancienne direction générale de la Concurrence et des Prix au ministère de l’Économie, elle-même issue de la direction des Prix. Ainsi, le débat public national et international ne porte pas seulement sur l’évolution des marchés, sur leurs usages et leurs limites, ou encore sur la question qui est souvent posée de la responsabilité sociale des entreprises, il porte encore et toujours sur le champ et les limites de l’action des pouvoirs publics en la matière, sur son inégale rigueur selon la force des acteurs ou ses éventuelles dérives.

10Sur ces bases, le présent livre est consacré à trois composantes de la genèse des marchés, qu’il aborde successivement. Ce sont trois éléments communs pour toute étude des marchés.

  • 36  Laure Quennouëlle-Corre, La place financière de Paris au xxe siècle. Des ambitions contrariées, Pa (...)
  • 37  Jacques Revel (dir.), Jeux d’échelles. La microanalyse à l’expérience, Paris, Gallimard-Le Seuil, (...)

11En premier lieu, le livre aborde les échelles des marchés. Il y a d’abord des places de marché, c’est-à-dire que chaque marché s’incarne – et s’encastre – dans des lieux concrets, les places de marché, de la ville médiévale aux marchés financiers d’aujourd’hui, qu’on appelle simplement les places36. À ce titre Mathieu Arnoux explique que les marchés médiévaux participent de la construction des pouvoirs seigneuriaux, contribuent à la dynamique des espaces régionaux et animent la diffusion d’une économie monétaire qui est aussi une économie de la redistribution et de la consommation immédiates. De manière complémentaire, le regretté Henri Dubois offre une mise au point détaillée sur une des institutions de marché qui sont créées au Moyen Âge et se maintiennent jusqu’à aujourd’hui : les foires. Dominique Margairaz retrace comment aux xviie et xviiisiècles, si la commercialisation des produits de haute qualité a ses propres circuits et si les grands négociants ont leurs propres réseaux, les foires continuent à avoir une fonction, moins internationale, plus ancrée dans la construction du marché national, sous l’impulsion de l’État. Il y a ensuite, et symétriquement, le fait que tout marché ne peut pas être réduit à l’espace dans lequel il est. Tout marché (c’est le postulat de départ de ce livre) est lui-même en relation avec des marchés de niveaux ou de rangs inférieurs ou supérieurs. En d’autres termes, il y a échange entre les marchés, et pas de marchés qui soient totalement fermés. Robert M. Schwartz examine ainsi les manières différentes dont les gouvernements français et britanniques ont fait face entre 1860 et 1900 à la mondialisation de l’agriculture et à la crise agraire durable qu’elle a engendrée en Europe occidentale. Éric Bussière montre comment au xxsiècle la construction européenne est, d’un côté, une étape dans l’élargissement des marchés et, d’un autre côté, un mode d’organisation régional intégrant les dimensions sociale et politique. Olivier Bomsel, lui, s’interroge sur les modèles économiques et les représentations qui sous-tendent la création de marchés de biens et de services numériques dans le vaste monde. Il souligne que, comme les foires, les plates-formes numériques sont associées à des systèmes d’information sous-tendant les transactions et permettent des effets de réseau. Donc toute réflexion sur le marché doit sans arrêt pratiquer un jeu d’échelles37, du marché continental ou intercontinental ou même dématérialisé au marché le plus local.

  • 38  Voir aussi Laurence Fontaine, L’économie morale. Pauvreté, crédit et confiance  dans L’Europe préi (...)
  • 39  Serge Gruzinski, Les quatre parties du monde : histoire d’une mondialisation, Paris, Éditions de L (...)

12En second lieu, nous avons voulu reprendre une question qui est régulièrement abordée mais qui ne l’était pas dans son ensemble de façon récente, c’est-à-dire les attitudes et l’impact des trois grandes religions révélées et des valeurs religieuses sur les pratiques des acteurs comme des pouvoirs publics qui sont présents sur les marchés. Gérard Guyon étudie la position de l’Église catholique au Moyen Âge face aux marchés. Il conclut que la condamnation théologique et canonique de taux exorbitants de prêts à intérêt était réaliste, et qu’ensuite l’orientation des prêts vers la production de richesses est devenue légitime mais assortie de recommandations qui débouchent aujourd’hui en termes d’éthique de solidarité et de codes de conduite38. Pour les protestants, Didier Poton propose de dépasser le débat classique sur les rapports entre protestantisme et capitalisme en montrant que les opportunités de la toute première mondialisation engendrée par les grandes découvertes39 ont permis à des minorités marginalisées, voire opprimées, de développer leurs activités commerciales et financières. Évelyne Oliel-Grausz se place au fond dans une perspective analogue lorsqu’elle confronte les normes et les pratiques du prêt à intérêt dans le judaïsme à l’époque moderne. Thierry Bianquis et Pierre Guichard, analysant l’islam du viisiècle originel au xvisiècle, soulignent le lien profond entre l’islamisation des cités et les courants d’échange portés par la zone centre-méditerranéenne. Commentant à la fois l’émergence de responsables de la surveillance du marché et l’essor d’un droit des échanges et des contrats commerciaux dans un mouvement d’interpénétration des marchands et des juristes, ils voient dans l’islam une « religion des frontières et des échanges » : soit pour l’échange local, soit pour l’échange au long cours, soit, à partir du xiiisiècle, pour répondre aux pressions des Occidentaux soucieux d’imposer la consommation de leurs produits. Une table ronde rassemble enfin des banquiers et des universitaires pour examiner ce que disent les religions sur un sujet actuel et fortement controversé : l’éthique des marchés au xxisiècle.

13En troisième lieu, nous avons voulu donner une idée des changements considérables des doctrines économiques à l’égard du marché depuis le xvisiècle. Nous nous sommes intéressés en particulier d’une part aux manuels qui les transforment en prescriptions et d’autre part aux doctrines économiques que professent, développent, les acteurs des entreprises, les responsables des administrations et de l’État ou qui naissent de la pratique des comptables ou des ingénieurs économistes ou encore qu’enseignent ou créent les universitaires. Lors du colloque, Jacques Bottin avait mis en évidence comment les manuels de comptabilité du premier âge moderne passent de la technique à la représentation des pratiques et des systèmes commerciaux. Lucette Le Van-Lemesle présente les différentes conceptions du marché véhiculées dans les manuels d’économie politique du milieu du xixsiècle à 1914 : les manuels militants du tout marché, les manuels universitaires défendant le marché régulé par le crédit mutuel, les manuels minoritaires concevant le marché régulé par la législation sociale. Du côté des doctrines, Philippe Steiner montre comment au xixsiècle les idées des économistes Jean-Baptiste Say et David Ricardo puis Léon Walras sont le fruit d’allers-retours entre marchés et théories : les deux premiers prenant pour pivot alternativement le marché des producteurs ou le marché financier, le troisième partant de la Bourse des valeurs. Passant à Schumpeter, il analyse comment experts, professeurs et théoriciens du premier xxsiècle visent la performativité de la connaissance économique. Un second représentant de la sociologie économique, François Denord, montre la constitution du néolibéralisme dans l’entre-deux-guerres, réhabilitant le marché par le mécanisme des prix et faisant face aux chocs de la réalité grâce à une grande plasticité des discours, au croisement entre la France, l’Autriche et l’Amérique.

14Donc voilà les trois éléments qui vont caractériser la genèse des marchés pour nous : ses échelles en relation directe les unes par rapport aux autres mais en même temps qui sont une nécessité pour l’analyse, une comparaison et en même temps des recherches de convergence entre les valeurs religieuses et un troisième élément, la diversité, le relais, les contradictions des doctrines économiques.

15À quoi s’ajoute la présence dans ce livre d’acteurs des marchés d’aujourd’hui, dont nous publions deux témoignages sur les tensions entre le local et le global. L’un vient du public. Michel Camdessus, successivement gouverneur de la Banque de France et directeur général du Fonds monétaire international, s’interroge sur les rapports entre sa religion et sa pratique de banquier public. L’autre vient du privé. Alexander von Schirmeister, qui était directeur général d’eBay France (et est aujourd’hui vice-président d’eBay Europe pour le marketing, les opérations et la publicité), propose sa vision de la montée en puissance de cette entreprise de courtage en ligne fondée en 1995 et devenue un géant mondial de la distribution par des enchères de particulier à particulier. Sur les marchés comme sur l’ensemble des questions économiques et financières, le dialogue entre les acteurs et les chercheurs contribue à l’avancée des connaissances. L’enjeu est, par-delà la mesure des croissances et des crises, de faire leur part respective aux marchés et aux biens publics dans la vie du monde social.

Notes

1  Armand Hatchuel, Olivier Favereau, Franck Aggeri (dir.), L’activité marchande sans le marché ?, Paris, Presses des Mines, 2010 ; Laurence Fontaine, Le marché. Histoire et usages d’une conquête sociale, Paris, Gallimard, 2014.

2  Élisabeth Carpentier et Michel Le Mené, La France du xie au xve siècle. Population, société, économie, Paris, PUF, 1996 ; Philippe Contamine, Marc Bompaire, Stéphane Lebecq, Jean-Luc Sarrasin, L’économie médiévale, Paris, A. Colin, 1993.

3  Édouard Baratier et Félix Reynaud, Histoire du commerce de Marseille, t. III : 1291-1480, Paris, Plon, 1951 ; Anthony R. Bridbury, England and the Salt Trade in the Later Middle Ages, Oxford, Clarendon Press, 1955.

4  Michel Mollat, Le commerce maritime normand à la fin du Moyen Âge, Paris, Plon, 1952 ; Philippe Wolff, Commerces et marchands de Toulouse (vers 1350-vers 1450), Paris, Plon, 1954.

5  Étienne Fournial, Les villes et l’économie d’échange en Forez aux xiiie et xive siècles, Paris, Presses du Palais Royal, 1967 ; André Gouron, La réglementation des métiers en Languedoc au Moyen Âge, Genève, Droz, 1958.

6  Henri Touchard, Le commerce maritime breton à la fin du Moyen Âge, Paris, Les Belles Lettres, 1967 ; Henri Dubois, Les foires de Chalon et le commerce dans la vallée de la Saône à la fin du Moyen Âge (vers 1280-vers1430), Paris, Publications de la Sorbonne, 1975 ; Robert Delort, Le commerce des fourrures en Occident à la fin du Moyen Âge, 2 vol. , Rome, École française de Rome, 1978.

7  Mario Del Treppo, I mercanti catalani e l’espansione della Corona d’Aragon nel secolo XV, Naples, Libreria scientifica editrice, 1971 ; Frederigo Melis, I mercanti italiani nell’Europa medievale e rinascimentale, Florence, Le Monnier, 1988 ; Jean Favier, Le bourgeois de Paris au Moyen Âge, Paris, Tallandier, 2012.

8  Olivier Bruand, Voyageurs et marchandises aux temps carolingiens. Les réseaux de communication entre Loire et Meuse aux viiie et ixe siècles, Bruxelles, De Boeck Université, 2002.

9  Henri Dubois, « Espace de la foire et espace urbain dans les villes du royaume de France (xiie-xve siècle) », dans Alberto Grohmann (a cura di), Spazio urbano e organizzazione economica nell’Europa medievale, Pérouse, Annali della Facoltà di Scienza Politiche dell’Università degli Studi di Perugia, 1995, p. 128-141 ; Fabien Faugeron, « Le marché du Rialto à Venise : le centre d’un espace de ravitaillement sans frontière », dans Massimo Montanari et Jean-Robert Pitte (dir.), Les frontières alimentaires, Paris, CNRS Éditions, 2008, p. 279-297 ; Jean Favier, Paris. Deux mille ans d’histoire, Paris, Fayard, 1997.

10  Christian Desplat (dir.), Foires et marchés ruraux dans l’Europe médiévale et moderne, Toulouse, Presses du Mirail, 1996 ; Mathieu Arnoux, « Bourgs, marchés et seigneuries. Remarques sur l’organisation spatiale de la production dans les campagnes normandes (xiie-xive siècles) », dans Jean-Marie Yante (dir.), À l’approche d’une autre ruralité. Campagnes et travail non agricole du bas Moyen Âge à 1914, Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, 2004, p. 21-39.

11  John Day, Monnaies et marchés au Moyen Âge, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1994 ; Jean Favier, De l’or et des épices. Naissance de l’homme d’affaires au Moyen Âge, Paris, Fayard, 1987.

12  Isabelle Theillier, « Prix du marché, marché du grain et crédit au début du xiiie siècle  : autour d’un dossier rouennais », Le Moyen Âge, CXV, n° 2, 2009, p. 253-276.

13  Id., « Markets as agent of local, regional and interregional trade : Eastern Normandy at the end of the Middle Ages », dans Vincente Pinilla (ed.), Markets and Agricultural Change in Europe from the 13th to the 20th century, Turnhout, Brepols, 2009, p. 37-46.

14  Delphine Connes, Le droit des marchés au Moyen Âge (xiie-xive siècle), thèse de droit, université Panthéon-Assas Paris II, 2009.

15  Mathieu Arnoux et Isabelle Theillier, « Les marchés comme lieux et enjeux de pouvoir en Normandie (xie-xve siècle) », dans Anne-Marie Flambard-Héricher (dir.), Les lieux de pouvoir en Normandie et sur ses marges, Table ronde du CRAHM 2, Caen, Publications du CRAHM, 2006, p. 53-70.

16  Étienne Hubert et Olivier Faron (dir.), Le sol et l’immeuble. Les formes dissociées de propriété immobilière dans les villes de France et d’Italie (xiie-xixe siècle), Rome-Lyon, École française de Rome-Presses universitaires de Lyon, 1995 ; Mercado inmobiliario y paisajes urbanos en el Occidente Europeo. Siglos XI-XV [XXXIIIa Semana de Estudios Medievales de Estella, 2006], Pampelune, Gobierno di Navarra, 2007 ; Philippe Cailleux, « Le marché immobilier rouennais au xve siècle », dans Pierre Bouet et François Neveux (dir.), Les villes normandes au Moyen Âge, renaissance, essor, crise, Actes du colloque international de Cerisy-la-Salle (8-12 octobre 2003), Caen, Presses universitaires de Caen, 2006, p. 241-266.

17  François Menant, « La circulation d’un thème de recherche chez les médiévistes de la fin du
xxe siècle  : le marché de la terre », dans Sophie Cassagnes-Brouquet et alii (dir.), Religion et mentalités au Moyen Âge. Mélanges en l’honneur d’Hervé Martin, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2003, p. 119-130 ; Laurent Feller et Chris Wickham (dir.), Le marché de la terre au Moyen Âge, Rome, École française de Rome, 2005.

18  En particulier, Judicaël Petrowiste, Naissance et essor d’un espace d’échanges au Moyen Âge  : le réseau des bourgs marchands du Midi toulousain (xie-milieu du xive siècle), thèse d’histoire, université de Toulouse Le Mirail, 2007 et Id., À la foire d’empoigne. Foires et marchés en Aunis et Saintonge au Moyen Âge (vers 1000-vers 1550), Toulouse, Méridiennes, 2004.

19  Entre autres, Fernand Braudel et Ruggiero Romano, Navires et marchandises du port de Livourne, Paris, A. Colin, 1951 ; Jean Tanguy, Le commerce du port de Nantes au milieu du xvie siècle, Paris, A. Colin, 1956 ; Pierre Dardel, Navires et marchandises dans les ports de Rouen et du Havre au xviiie siècle, Paris, SEVPEN, 1963 ; Étienne Trocmé et Marcel Delafosse, Le commerce rochelais de la fin du xve au début du xviiie siècle, Paris, A. Colin, 1952.

20  Entre autres, José Gentil da Silva, Stratégie des affaires à Lisbonne entre 1595 et 1607. Lettres marchandes des Rodrigues d’Evora et Veiga, Paris, A. Colin, 1956 ; Louis Dermigny, Cargaisons indiennes. Solier et Compagnie 1781-1793, Paris, SEVPEN, 1959.

21  Pierre Goubert, Familles marchandes sous l’Ancien Régime. Les Danse et les Motte de Beauvais, Paris, SEVPEN, 1959 ; Pierre Léon, Marchands et spéculateurs dauphinois dans le monde antillais du xviiie siècle. Les Dolle et les Raby, Paris, Les Belles Lettres, 1963.

22  Richard Gascon, Grand commerce et vie urbaine au xvie siècle. Lyon et ses marchands, Paris-La Haye, Mouton, 1971 ; Paul Butel, Les négociants bordelais, l’Europe et les îles au xviiie siècle, Paris, Aubier, 1974 ; Christian Huetz de Lemps, Géographie du commerce de Bordeaux à la fin du règne de Louis XIV, Paris, SEVPEN, 1975 ; Charles Carrière, Négociants marseillais au xviiie siècle, Marseille, Institut historique de Provence, 1976 ; André Lespagnol, Messieurs de Saint-Malo, une élite négociante au temps de Louis XIV, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1997.

23  Michel Zylberberg, Une si douce domination. Les milieux d’affaires français et l’Espagne vers 1780-1808, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1993.

24  Jean Tarrade, Le commerce colonial de la France à la fin de l’Ancien Régime : l’évolution du régime de l’exclusif de 1763 à 1789, Paris, PUF, 1972 ; Louis Dermigny, La Chine et l’Occident. Le commerce de Canton au xviiie siècle, Paris, SEVPEN, 1964 ; Patrick Villiers, Le commerce colonial atlantique et la guerre d’Indépendance des États-Unis d’Amérique, New York, Arno Press, 1977.

25  Paul Harsin, Les doctrines monétaires et financières en France du xvie au xviiie siècle, Paris, Alcan, 1928 ; Crédit public et banque d’État en France du xvie au xviiie siècles, Louvain-Paris, E. Droz, 1933 ; Raymond de Roover, L’évolution de la lettre de change xive-xviiie siècle, Paris, SEVPEN, 1953 ; Franck C. Spooner, L’économie mondiale et les frappes monétaires en France 1493-1680, Paris, SEVPEN, 1956 ; Herbert Luthy, La banque protestante en France, de la révocation de l’Édit de Nantes à la Révolution, Paris, SEVPEN, 1959-1961.

26  Pierre Deyon, Le mercantilisme, Paris, Flammarion, 1969 ; Georges Weulersse, Le mouvement physiocratique en France, Paris-La Haye, Mouton, 1968 (réimpression de l’édition de 1910).

27  Laurence Fontaine, Histoire du colportage en Europe, xve-xixe siècle, Paris, Albin Michel, 1993 ; Dominique Margairaz, Foires et marchés dans la France préindustrielle, Paris, Éditions de l’EHESS, 1988 ; Thomas Le Roux, Le commerce intérieur de la France à la fin du xviiie siècle, Paris, Nathan, 1996 ; François Crouzet (dir.), Le négoce international xiiie-xxe siècle, Paris, Economica, 1989.

28  Gérard Le Bouédec, Activités maritimes et sociétés littorales de l’Europe atlantique, 1690-1790, Paris, A. Colin, 1997 ; Liliane Hilaire-Pérez, L’expérience de la mer : les Européens et les espaces maritimes au xviiie siècle, Paris, Seli Arslan, 1997 ; Philippe Haudrère, La Compagnie française des Indes au xviiie siècle (1719-1795), Paris, Les Indes savantes, 1989 ; Olivier Pétré-Grenouilleau, L’argent de la traite. Milieu négrier, capitalisme et développement : un modèle, Paris, Aubier, 1996.

29  Simone Meyssonnier, La balance et l’horloge. La genèse de la pensée libérale en France au xviiie siècle, Montreuil, Éditions de la Passion, 1989 ; Catherine Larrère, L’invention de l’économie au xviiie siècle, Paris, PUF, 1992 ; Jean-Claude Perrot, Une histoire intellectuelle de l’économie politique, Paris, Éditions de l’EHESS, 1992.

30  Jean Meyer, Le poids de l’État, Paris, PUF, 1983 ; Daniel Dessert, Argent, pouvoir et société au Grand Siècle, Paris, Fayard, 1984 ; Françoise Bayard, Le monde des financiers au xviie siècle, Paris, Flammarion, 1988.

31Les écrits à Lyon au xviie siècle. Espaces, échanges, identités, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2009.

32Espaces et pratiques du commerce alimentaire à Lyon au xviie siècle, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2009.

33  Patrick Fridenson, « Variations pour une histoire différente des relations entre confiance et marché à l’époque contemporaine », dans Armand Hatchuel et alii (dir.), Une activité marchande…, op. cit., p. 87-88.

34  L. Fontaine, Le marché…, op. cit. Elle souligne ce que cette analyse doit à Max Weber.

35  Voir le numéro spécial « Corporate reputation » de la Business History Review, volume 87, issue 4, Winter 2013.

36  Laure Quennouëlle-Corre, La place financière de Paris au xxe siècle. Des ambitions contrariées, Paris, IGPDE/Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2015.

37  Jacques Revel (dir.), Jeux d’échelles. La microanalyse à l’expérience, Paris, Gallimard-Le Seuil, 1996.

38  Voir aussi Laurence Fontaine, L’économie morale. Pauvreté, crédit et confiance  dans L’Europe préindustrielle, Paris, Gallimard, 2008.

39  Serge Gruzinski, Les quatre parties du monde : histoire d’une mondialisation, Paris, Éditions de La Martinière, 2004.

Auteurs

Professeur honoraire des universités, elle a enseigné l’histoire moderne à l’université Lumière-Lyon 2 et à l’université Pierre Mendès-France-Grenoble 2. Elle est spécialiste d’histoire financière. Après avoir soutenu sa thèse en 1984 sur Finances et financiers en France dans la première moitié du xviie siècle (publiée sous le titre Le monde des financiers au xviie siècle, Paris, Flammarion, 1988), elle a rédigé de nombreux articles sur le sujet. L’histoire de Lyon à l’époque moderne est son deuxième champ d’études.

Ancien élève de l’École normale supérieure, il est directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales. Il se consacre à trois domaines de recherches : l’histoire des entreprises, l’histoire du travail et l’histoire des fonctions économiques de l’État contemporain. Il est rédacteur en chef de la revue Entreprises et Histoire. Ses ouvrages récents : codirecteur du Dictionnaire historique des patrons français, Paris, Flammarion, 2010 ; codirecteur avec Pascal Griset d’Entreprises de haute technologie, État et souveraineté depuis 1945, Paris, IGPDE/Comité d’histoire économique et financière de la France, 2013 et coauteur avec Philip Scranton de Reimagining Business History, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2013.

Membre de l’Institut (Académie des inscriptions et belles-lettres), il est professeur émérite d’histoire du droit à l’université Panthéon-Assas (Paris II). Médiéviste, il consacre l’essentiel de ses travaux à l’histoire de l’État, de la ville, des finances et de l’impôt. Ses publications récentes : Histoire du droit et des institutions dans la France médiévale et moderne, 4e éd., Economica, 2010 et en collaboration avec Philippe Contamine et Jean Kerhervé, Monnaie, fiscalité et finances au temps de Philippe le Bel. Journée d’études du 14 mai 2004, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2007.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search