Version classiqueVersion mobile

La place financière de Paris au XXe siècle

 | 
Laure Quennouëlle-Corre

Conclusion générale

Texte intégral

1Au terme de cette étude sur la place financière de Paris, plusieurs tendances se dessinent pour caractériser son fonctionnement sur la longue durée. Si elle a considérablement évolué tout au long du siècle, si les guerres et les crises ont constitué des étapes décisives pour son organisation et pour la régulation des institutions qui la composent, la place de Paris dégage cependant de grandes lignes de force et une spécificité.

Une place entre repli et ouverture : les atermoiements du siècle

2L’histoire de la place dans sa dimension internationale a révélé les ambiguïtés de la politique financière et la diversité de la position des intermédiaires financiers français tout au long du xxsiècle.

3Il faut relever tout d’abord la constante préoccupation de l’ensemble des acteurs de la place de Paris de revenir sur le devant de la scène internationale depuis les années vingt. Cette ambition s’est traduite par un consensus entre décideurs publics et opérateurs privés, et s’est manifestée plus particulièrement à deux reprises : dans les années 1928-1930, après la stabilisation Poincaré, et dans la deuxième partie des années quatre-vingt, face à la réouverture à la concurrence avec les autres places financières. La vocation internationale de Paris a d’ailleurs été l’un des moteurs du mouvement de réforme des années trente, puis des années quatre-vingt. En toute logique, les objectifs de modernisation interne et d’ouverture à la concurrence se sont mutuellement influencés pour l’avancée des réformes. Mais entre ces deux moments, les priorités nationales ont pris le pas sur les ambitions internationales de Paris.

4Les atouts de Paris sont connus. Après sa position de brillant second avant 1914, grâce à la force de son réseau bancaire et à sa réserve d’épargne disponible, Paris a réussi à se maintenir dans le trio de tête dans l’entre-deux-guerres à la faveur de son héritage, de son poids politique et de l’absence de leadership affirmé de Londres et de New York ; après la Seconde Guerre mondiale, le relèvement économique de la France et sa réinsertion progressive dans l’économie internationale permettent d’amorcer une réouverture des frontières pour les capitaux à partir des années 1960-1970. En raison d’une réglementation des changes contraignante et d’une politique financière dirigiste, Paris s’est fait distancer, mais reste dans le peloton des dix premières places financières jusque dans les années quatre-vingt et au-delà. La réforme a été faite « aux forceps », mais l’adaptation de la place de Paris au nouveau contexte mondial a été rapide. Toutefois, dès les années quatre-vingt-dix, la concurrence internationale devient plus féroce entre les places, entre les marchés, entre les opérateurs financiers. Avec la montée en puissance des places asiatiques, rien n’est joué.

5Une évolution séculaire vers la fin de la géographie se dessinerait-elle ? Certes non, car même au temps de la première globalisation financière, les flux de capitaux ont suivi l’évolution économique et monétaire du monde, et la géopolitique reste l’un des facteurs explicatifs les plus pertinents des courants d’affaires sur l’ensemble du siècle. La géographie mondiale de la finance se dessinerait plutôt à partir d’un mouvement continu de capitaux, entre repli national, régional, impérial et ouverture internationale, mais selon des axes stratégiques bien déterminés qui ont beaucoup évolué depuis le début du siècle en fonction des besoins des différents pays, des aléas monétaires, sans oublier les flux de capitaux spéculatifs à court terme. Paris a subi cette instabilité monétaire et financière, d’une part en subissant le contrecoup de mouvements internationaux comme les afflux d’or de 1928, l’irruption des eurodollars ou encore le reflux des pétrodollars après la crise de la dette des pays en développement. D’autre part, la capitale a pu amplifier les mouvements de capitaux comme en 1928 ou bien encore les freiner en renforçant le contrôle des changes pendant les guerres ou les crises (1916, 1939, 1968). Sur la longue durée, l’Europe apparaît comme l’ancrage le plus solide des flux de capitaux entre Paris et le reste du monde au xxsiècle, mais une Europe à géométrie variable : avant 1940, de l’Atlantique à l’Oural, pour reprendre l’expression gaullienne, ou une Europe du Marché commun après la guerre jusqu’à la fin du siècle. La géographie est loin d’être abolie, mais les périmètres financiers bougent.

6L’histoire de longue durée a pu montrer l’influence déterminante des pressions extérieures sur l’ouverture de la place. Qu’elles s’exercent par le poids des marchés, par les flux de capitaux à long terme ou spéculatifs, ou qu’il s’agisse de pressions venant d’institutions internationales. De ce point de vue, le siècle apparaît divisé en deux. Avant la crise de 1929, les marchés ont joué un rôle décisif dans l’orientation des capitaux vers l’un ou l’autre centre financier et Paris a dû subir ces allers et retours, sans en maîtriser vraiment les flux. En revanche, après 1945, au sein du système de Bretton-Woods, le rôle du FMI, de l’OCDE et de la CEE a été fondamental pour inciter à l’ouverture des frontières de la France. Les États-Unis et le Royaume-Uni, en entamant une « révolution libérale » à partir des années soixante-dix, ont également été des aiguillons de la globalisation financière et, indirectement, ont poussé à la modernisation de la place de Paris. Plus largement, le système de régulation international mis en place en 1944 a été mis à mal dans les années soixante-dix, laissant place à une libéralisation généralisée à partir des années quatre-vingt. Enserrée dans des réglementations monétaires et financières contraignantes, la place de Paris est entrée tardivement mais de manière brutale dans ce mouvement de dérégulation. La convergence du système financier français avec les autres est-elle pour autant totale ? Le mouvement de concentration des Bourses qui se développe depuis le début du xxisiècle marque-t-il la fin des spécificités nationales ? Autant de questions qui se posent à l’issue de cette étude et qui n’ont pas encore de réponse. Si une histoire comparatiste des centres financiers internationaux a déjà fait l’objet de nombreux écrits, des pans entiers restent à étudier sur les modèles d’organisation de marché, qui diffèrent sensiblement d’un pays à l’autre. Du fait de certaines similitudes en matière de microstructures, Paris est apparu plus proche, sous certains aspects, du marché new-yorkais : présence d’un double marché officiel et libre, existence d’un numerus clausus des opérateurs, par exemple. L’étude d’un centre financier s’insère aussi dans une interrogation plus vaste sur l’existence ou non d’un modèle financier propre à l’Europe continentale. On connaît la proximité des systèmes financiers français et italiens, tandis que les Bourses allemandes en diffèrent, en raison du rôle majeur que tiennent les banques sur le marché financier. D’un autre côté, le centralisme français s’oppose au fédéralisme allemand et au régionalisme italien. La voie est ouverte pour de nouvelles pistes de recherche à l’échelle européenne, voire internationale.

7Enfin, les courants de capitaux d’un continent, d’un pays à un autre ou d’un centre financier à un autre, pourraient faire l’objet de recherches plus approfondies. Au-delà de l’attractivité d’une place, ces mouvements sont parties prenantes de l’histoire économique, politique et diplomatique d’un pays et de son insertion dans l’économie internationale. Depuis les emprunts russes de la fin du xixsiècle, bien d’autres titres ont été accueillis en France, en provenance d’Europe centrale notamment. Paris confirmerait ainsi sa spécificité historique par rapport à d’autres grands centres financiers internationaux, et le concept de géographie financière y retrouverait de la consistance.

Les rapports fluctuants entre État et marché : assurer à tout prix le financement de l’économie

8La seconde grande question qui intéresse l’histoire de la place financière de Paris s’articule avec celle de son insertion dans les marchés financiers internationaux et celle de la place prise historiquement par l’État dans le fonctionnement du système financier. Comment les autorités financières ont-elles concilié le souci de protection des financements de l’économie française et de l’État avec la nécessité de maintenir les institutions financières dans la compétition internationale ?

  • 1  Pour reprendre l’expression de Raghuram Rajan et Luigi Zingales, « The Great Reversals : The Polit (...)

9La place et le rôle prépondérant de l’État depuis 1914 dans le système financier s’illustrent en effet particulièrement dans le domaine du marché financier : présente depuis au moins depuis le début du xixsiècle, la longue tradition d’intervention étatique française s’est progressivement amplifiée lors des guerres et des crises. Le « grand retournement1 » en matière de politique financière, qui s’est manifesté dans les économies développées après la crise de 1929, n’a pas eu vraiment lieu en France et pour cause : l’intervention étatique dans le domaine bancaire et financier a démarré avant 1914 et s’est intensifiée après la Seconde Guerre mondiale. La configuration de la place financière de Paris en a subi les conséquences et l’instauration d’un monopole de négociation boursière étroit établi jusqu’en 1988 en est la figure emblématique, tout comme le contrôle des taux d’intérêt, des taux de courtage et autres frais d’intervention des intermédiaires financiers. Cette intervention directe a été partiellement démantelée à partir de la fin des années soixante-dix, mais l’influence de l’État reste encore très présente dans le fonctionnement de la place et dans les mentalités de ses opérateurs. Par temps de crise, la tradition française de réglementation et de contrôle – de régulation, pour reprendre le terme actuel – des activités bancaires et financières pourrait toutefois retrouver un regain d’intérêt auprès des décideurs français ou européens. Le modèle français pourrait retrouver en partie quelques défenseurs !

10Le trait dominant de la politique financière qui dessine le xxsiècle français pourrait s’intituler : financer sans risque – termes pourtant antinomiques ! Cette préoccupation s’est traduite, à travers la politique du crédit, par une segmentation des crédits et un cloisonnement des différents établissements bancaires et financiers, ainsi que par une intervention directe de l’État, pris au sens large, dans la distribution des crédits depuis l’entre-deux-guerres. Plus particulièrement, sur le marché financier, l’État a cherché à protéger à la fois l’épargne et le financement de l’économie française, tout en souhaitant conserver l’indépendance nationale vis-à-vis des investissements étrangers.

11Le souci de stabiliser le franc sur les marchés extérieurs a dominé les décisions en période de faiblesse de la monnaie (surtout après 1919 et après 1945). Globalement réticent à l’ouverture des frontières financières depuis 1916, l’État s’est montré pourtant ambivalent et les positions des différentes administrations ont souvent divergé. Dans l’entre-deux-guerres, la direction du Mouvement général des fonds et la direction de l’Enregistrement s’opposent sur la fiscalité des valeurs étrangères. Après la Seconde Guerre mondiale, la direction des Finances extérieures, par l’intermédiaire de l’Office des changes, s’est montrée soucieuse de l’équilibre de la balance des paiements, dont elle était la gardienne, et a émis des réserves sur l’acceptation de valeurs étrangères à la Bourse de Paris. La Banque de France, représentée par son sous-gouverneur Pierre Calvet qui préside le Comité des Bourses de valeurs, a pu paraître plus bienveillante à l’égard de l’ouverture du marché de Paris aux valeurs étrangères.

12Plusieurs préoccupations se sont accumulées, qui peuvent expliquer une attitude prudente, voire frileuse, qui a elle-même contrarié les ambitions internationales que portaient certains acteurs. Il s’est agi d’abord de protéger le financement de l’économie française, en orientant l’épargne vers les émissions françaises dans les périodes de reconstruction, celle des années vingt et celle des années 1950-1960. Cet objectif prioritaire a conduit non seulement à une réglementation contraignante en faveur des valeurs françaises, mais aussi à une intervention directe de l’État en tant qu’émetteur sur le marché – cela au détriment des émetteurs privés. Toutefois, cet effet d’éviction de l’État s’est surtout manifesté après la Seconde Guerre mondiale. Parmi les sources de financement des entreprises, le marché financier est alors réduit à la portion congrue, le financement par les banques ou par l’État étant jugé plus facile à orienter vers les secteurs prioritaires. Certes, la traditionnelle réticence d’entreprises françaises à ouvrir leur capital à des actionnaires extérieurs n’a pas joué en faveur du dynamisme du marché financier, tout comme la question complexe de la gouvernance des entreprises, qui mériterait de plus amples développements. D’autres facteurs macroéconomiques ont joué en défaveur du financement par le marché. Mais l’État, pour sa part, n’a pas favorisé les émissions de titres des entreprises et porte une responsabilité particulière dans sa longue atonie.

13Dans le même temps, le souci de protection de l’épargne constitue, sur le long terme, un leitmotiv du Trésor, une doctrine qui sous-tend souvent les prises de position du tuteur du marché financier. Il s’agit d’éviter les titres risqués et les innovations en termes de marchés et de produits. Cette doctrine a pu le conduire à refuser l’ouverture des frontières financières, mais surtout à des attitudes réticentes ou des inerties sur la modernisation de la place. En revanche, une partie du Trésor s’est préoccupée de la position internationale de la place de Paris et a pu se montrer plus encline à l’ouverture et à la réforme de son organisation : la direction n’est pas une. Mais globalement, le Trésor n’a pas été l’instigateur, tout au plus l’accompagnateur des réformes financières des années 1970-1980. La logique de fonction du Trésor joue toujours à plein : gardien des grands équilibres financiers, il lui appartient de maintenir les rapports entre les intermédiaires de la place sans à-coup et sans risque, et d’assurer « un consensus de place ». S’y ajoute le souci de garder le contrôle des financements, préoccupation qui l’avait animé dans les années cinquante et soixante et qui reste un moteur de ses prises de position. Le département sait toutefois s’adapter rapidement à de nouvelles logiques et sa culture internationale a pu prendre le pas sur sa culture d’intervention et la rendre perméable à la réforme. Sa capacité d’adaptation, sa souplesse continuent de faire sa force.

14Éloignée de la responsabilité des grands équilibres financiers, la jeune Commission des opérations de Bourse s’est montrée plus disposée à moderniser la place financière, surtout dans les années décisives 1970-1980. D’elle ont émané plusieurs initiatives favorables à la libéralisation, au renforcement des procédures de contrôle des émissions, des OPA, etc. Mais elle a tardé à obtenir des pouvoirs comparables à ceux de la Securities Exchange Commission – dont ses créateurs ont voulu s’inspirer. Son histoire mériterait certainement une recherche à part entière.

15Les logiques fonctionnelles ont joué fortement, mais elles ont pu être renforcées ou déjouées par des comportements individuels, comme celui de Pierre Calvet à la tête du Comité des Bourses de valeurs, de Jean Donnedieu de Vabres à la tête de la Commission des opérations de Bourse, ou bien encore de responsables du Trésor, sous-directeurs ou directeurs. C’est aussi l’un des enseignements de ce travail, qui cherche à faire la part entre l’implication des acteurs individuels et le rôle des institutions. Enfin, la diversité des positions à l’intérieur de l’État a pu expliquer les atermoiements de la politique financière, ainsi que le décalage entre le discours modernisateur et sa mise en œuvre maintes fois différée, entre les ambitions affichées et la faiblesse des réalisations.

16À l’issue de cette recherche, le rôle et le poids des experts demandent à être partiellement réévalués. Ainsi, les rapports du Conseil économique et social et ceux de la commission de financement du Commissariat général au Plan se sont avérés réalistes et ont prôné très tôt des réformes du marché financier. Ils ont sans doute joué un rôle en faveur de l’ouverture et de la modernisation de la place. L’intérêt de ces deux pôles d’expertise est qu’ils mêlent hauts fonctionnaires et praticiens de la sphère privée. Plus qu’un lieu de rencontre et d’échanges, ces institutions engendrent des réflexions communes qui dépassent les logiques de fonction. On les a vues notamment soucieuses de l’insertion de Paris dans les courants financiers internationaux. Toutefois, leurs recommandations en faveur de la modernisation de la place n’ont pas toujours été entendues, comme par exemple dans les années soixante-dix. Experts avertis certes, mais non conseillers du gouvernement.

17Parmi les acteurs qui ont pu éclairer la décision politique, les banquiers ont eu un rôle prépondérant. C’était l’un des objectifs de ce travail que d’apprécier le rôle et la responsabilité des banques dans le fonctionnement de la place financière.

Des banques entre aversion au risque et recherche de profit

18Pour autant, le poids des banques dans le développement de la place financière n’est pas entièrement de leur responsabilité. D’un côté, la gestion prudente des banques, depuis la fin du xixsiècle (après le krach de 1882), les a conduites à rechercher des placements les moins risqués possibles. Cette attitude a été indéniablement confortée par la politique financière et monétaire menée depuis le début du siècle : par la segmentation des établissements de crédit, par l’instauration du crédit à moyen terme mobilisable à quatre signatures et plus encore, à partir de 1945, par la mainmise de l’État sur les instruments de la politique du crédit. Si celle-ci, on l’a vu, n’a pas favorisé le développement des marchés financiers, la réglementation des banques n’a pas non plus incité à la prise de risque, pour deux raisons principales. D’une part, la concurrence faite aux banques commerciales dans la collecte des dépôts par les Chèques postaux, les Caisses d’épargne, etc., a gêné le développement de leurs ressources depuis les années vingt. D’autre part, la réglementation des ressources bancaires après 1945 – planchers de bons du Trésor, réglementation de la liquidité des banques, de leurs dépôts, séparation entre banques de dépôt et banques d’affaires, fixation des conditions de banque, des taux d’intérêt… – n’a guère incité à la diversification du portefeuille bancaire vers des placements à long terme ou plus risqués.

19Sans doute les banques en France ont-elles manqué de ressources à long terme, ce qui explique en partie leur comportement. Le critère de l’utilité ou de la demande de crédit a alors été détourné au profit de l’appréciation des risques. Dans le même ordre d’idée, les principaux établissements de crédit français ont toujours eu pour politique de détenir une faible part de leurs emplois en titres et en participations, et cela avant même la séparation des banques d’affaires et des banques de dépôt. À la politique prudente prônée par Henri Germain, à la fin du xixsiècle, en faveur des placements sûrs et à court terme, s’est ajouté le manque de prise ferme de titres par les établissements placeurs. Si elles souscrivent parfois pour leur compte, guidées par des raisons de prestige, les banques replacent les titres peu après la clôture de l’émission. C’est l’une des grandes différences avec les banques allemandes, par exemple, qui sont censées ne garder que temporairement des paquets de titres, mais, de fait, ont les ressources pour les garder durablement et assurer la liquidité du marché : en Allemagne, les dépôts étant abondants et stables, elles n’ont pas de problème de liquidité. Du côté des banques d’affaires, il semble que leur activité sur les marchés ait décliné depuis le début du xxsiècle : elles ont perdu leur rôle traditionnel de lancement d’entreprises, n’ont pas mené de souscriptions d’actions replacées éventuellement sur le marché et n’ont pas garanti des obligations en attendant de les offrir au public… Soit elles ne disposaient plus de capitaux suffisants (capitaux propres ou gros dépôts à terme), soit avec leurs dépôts à terme, les banques d’affaires ont fait concurrence aux banques de dépôt dans des emplois de court terme. Ces remarques mériteraient bien évidemment d’être étayées et s’apparentent plus à des hypothèses de travail.

20Le cloisonnement des banques et des institutions financières, en fonction de leurs ressources (zéro dépôts, dépôts à moins de deux ans, dépôts à plus de deux ans) et selon des orientations sectorielles bien définies (crédit à moyen terme export, crédit à l’équipement, crédit foncier, crédit agricole…), a conduit à la construction d’un système financier très segmenté, très sûr mais très coûteux pour les entreprises, même si les taux d’intérêt sont bas et que le coût du crédit est abaissé du fait de l’inflation jusque dans les années quatre-vingt. Parallèlement, pour diviser les risques bancaires, se sont développés les crédits consortiaux et les ententes bancaires sur les émissions. En France, le système cartellisé s’est renforcé et rigidifié entre les quatre, puis trois grandes banques de dépôt et Paribas. Il y a eu une absence manifeste de concurrence à l’intérieur du système bancaire.

21Plus largement, le cloisonnement du système de financement français a induit des comportements prudents de la part de la majorité des acteurs, des attitudes réservées vis-à-vis de l’innovation et des pratiques non concurrentielles. Plusieurs générations de financiers ont fait leur apprentissage dans un univers sclérosé et cloisonné. On ne peut s’étonner que ces pratiques aient engendré une culture peu propice à l’esprit d’entreprise et à l’innovation, ce qui laisse en suspens la question de la conversion libérale des élites financières dans les années quatre-vingt et celle des différentes générations d’acteurs face à la réforme.

Des intermédiaires financiers innovants

22Toutefois, il ne faudrait pas forcer le trait et brosser un tableau trop noir des intermédiaires financiers français. En dépit d’un environnement qui a pu conduire au repli et à la frilosité, des éléments dynamiques, entreprenants ont montré leur capacité à résister à l’« aversion au risque ». Depuis 1914, des acteurs dynamiques perdurent et surmontent, au fil du temps, l’emprise de l’État, le conservatisme et l’immobilisme ambiants. On en trouve chez les banquiers – Paribas ou Rothschild en sont les figures emblématiques –, également chez les intermédiaires boursiers, surtout parmi les banquiers en valeurs, qui ont su conserver une activité autonome jusque dans les années soixante en dépit d’un cadre juridique très contraignant. Dans les années 1920-1930, ce sont eux qui maintiennent la dimension internationale de Paris. Dans les années 1960-1970, c’est en partie grâce à cette minorité que le marché de Paris a pu se libéraliser, se moderniser et s’ouvrir à la concurrence : on retrouve parmi les charges d’agents de change les plus ouvertes à la réforme et à l’international celles qui ont su intégrer d’anciens courtiers en valeurs. L’histoire de la place est aussi celle d’une communauté professionnelle qui a su préserver un espace de liberté dynamique, entreprenant et conquérant, prêt à partir à l’assaut de nouveaux marchés. La bataille entre le risque et la sécurité a été rude tout au long du siècle et gagnée par les tenants du premier dans les années quatre-vingt, d’autant plus remarquable que les obstacles politiques et économiques, les blocages institutionnels et sociaux ont été nombreux.

23Les réseaux internationaux de ces intermédiaires bancaires et financiers leur ont permis, dans un premier temps, de résister au dirigisme intérieur, en développant des activités et en prenant des risques hors des frontières. Dans un second temps, leur expérience internationale a permis d’importer en France des innovations de produits et de marchés et de faire pression sur les décideurs politiques. La relève des acteurs publics et privés qui accède aux responsabilités à partir des années soixante-dix et quatre-vingt a ensuite bénéficié du vent de modernité qui soufflait de l’Ouest et a surfé sur la vague du libéralisme pour réformer la finance.

La place financière de Paris a-t-elle joué son rôle d’allocation des ressources ?

24Parmi les quatre critères qui caractérisent une place financière et que nous avons énumérés en introduction – sécurité, rendement, mobilité et liquidité –, quels sont ceux qui ont été privilégiés par Paris au fil du temps et qui permettent d’évaluer son efficacité ?

25La sécurité – ou la réduction d’incertitude – a été longtemps l’un des traits dominants de la Bourse de Paris, et plus largement de la place : sécurité des placements pour les épargnants, sécurité de la Bourse pour les investisseurs, sécurité du financement des secteurs prioritaires. Des objectifs de politique économique ont été assignés à l’ensemble de la place : sur le plan national, participer à la croissance ; au niveau international, contribuer au prestige de la France et à son rayonnement. On ne peut ici que souligner les liens étroits entre la sphère politique et la Bourse.

26Pour les investisseurs, le rendement des titres français n’a pas été le facteur d’attractivité le plus important. En effet, les placements sûrs, alors préférés par l’épargne, comme les émissions publiques ou les titres garantis par l’État, dans un contexte de dépréciation monétaire et d’inflation, ont présenté des rendements faibles pendant plusieurs décennies. La tendance à la baisse continue du rendement des titres depuis 1914 a contribué à entretenir la défiance des épargnants envers la Bourse. Le retour en grâce se fera progressivement à la fin des années soixante-dix, soit après plus de soixante ans de désaffection.

27La liquidité du marché de Paris est une question historiquement intéressante. Si jusqu’à la Première Guerre mondiale, le marché parisien, large et profond, soutenu par un marché à terme bien développé, était caractérisé par une liquidité satisfaisante, la place prise par les mouvements de capitaux à court terme dans l’entre-deux-guerres a fragilisé le fonctionnement du marché secondaire. Les banques, qui avaient assuré la liquidité du marché avant 1914, se détournèrent alors de cette activité du fait de la diminution de leurs ressources. Le marché de Paris retrouva certes temporairement une certaine liquidité après la stabilisation Poincaré, mais avec la Grande dépression, et plus encore après 1945, le marché, de surcroît amputé par les nationalisations, se retrouva très étroit, tandis que le marché à court terme était dominé par les échanges d’effets publics entre banques. Avec la seconde mondialisation financière, le retour en force des banques sur le marché s’est avéré indispensable en raison de l’insuffisance de fonds des charges d’agents de change. Il a coïncidé avec leur recherche d’activités plus lucratives, puis le décloisonnement des marchés de capitaux.

28Enfin, la qualité de l’information et la transparence n’ont pas été l’un des atouts de la place de Paris, souvent en retard par rapport aux autres places dans la réglementation sur les procédures d’émission, l’information des actionnaires, l’institution d’une autorité de contrôle indépendante ou bien encore l’instauration du délit d’initié. Mais Paris maintient sa tradition de place sûre, dont les autorités de tutelle sont promptes à réguler et à organiser la solidarité de place quand nécessaire.

29Du point de vue de l’allocation des ressources financières, le système financier dans son ensemble a donc assuré le financement de l’économie française, en privilégiant le financement par le crédit bancaire pour les grandes entreprises, mais à un coût élevé. À long terme, la « finance à risque zéro » a accru les frais financiers des entreprises et leur endettement a pesé sur leurs investissements ; s’y est ajouté un coût des émissions sur le marché financier supérieur à la moyenne européenne, en partie lié à la structure liquide de l’épargne française. Elle a eu pour effet de répartir les financements entre des entreprises plus ou moins performantes, selon les objectifs politiques du moment : aménagement du territoire et reconversion de zones sinistrées, politique des champions nationaux (informatique, nucléaire), priorité au logement… Ce système à la fois centralisé et cloisonné a différé la modernisation globale de l’économie en soutenant des canards boiteux, mais il a aussi permis l’essor d’autres entreprises dynamiques (dans l’automobile, la chimie). Enfin, à la suite de la disparition des banques locales et régionales, sans Bourses de province adaptées, les petites et moyennes entreprises n’ont été soutenues ni par le marché, ni par les grands établissements bancaires, ni par l’État. Il a fallu le marché en banque, puis le second marché pour qu’elles puissent faire appel à l’épargne.

Des relations ambivalentes entre la société et le marché

30En dernier lieu, l’histoire de la place financière de Paris et de son insertion dans l’histoire économique de la France illustre les relations complexes qu’entretiennent les agents économiques avec le marché. Émerge alors une culture fondée plutôt sur la protection des épargnants et des intermédiaires que sur la recherche d’efficacité et de croissance et sur le service aux entreprises. L’adhésion collective à une économie de marché très régulée transcende les hiérarchies sociales entre Paris et la province, et se retrouve dans l’appareil d’État comme chez les agents privés. Elle n’est pas l’apanage des plus fragiles et trouve aussi ses partisans chez les entrepreneurs. Mais, sous les coups de boutoir de la mondialisation, les lignes ont bougé. Le rapport État/marché, depuis trente ans, s’est inversé au profit de ce dernier – et la crise de 2008, ironiquement, au lieu d’avoir restauré l’État au détriment du marché défaillant, a renforcé les adeptes d’un libéralisme tempéré et les partisans de la rigueur budgétaire. Et les tenants d’un capitalisme à la française, croisant réseaux d’influence des grands corps de l’État et alliances des capitaux publics et privés, restent très présents.

31Au sein de ces oscillations emblématiques entre l’État et le marché qui traversent la société française, on peut cependant relever que toutes les activités économiques et tous les milieux sociaux ne semblent pas avancer toujours au même rythme. Rappelons par exemple que la grande réforme financière de 1984-1986 ouvre la voie vers d’autres réformes dans la deuxième moitié des années quatre-vingt : désindexation (dès 1982), puis libération des prix, privatisations, renforcement de la concurrence, stabilisation de la monnaie et fin du contrôle des changes entre autres. En France, l’ouverture des frontières économiques a précédé la libre circulation des capitaux, mais la libéralisation de l’économie a commencé par celle du domaine bancaire et financier, tandis que celle du marché du travail restait à la traîne. Ce décalage entre la sphère économique réelle et la sphère financière n’est pas le moindre paradoxe de l’économie française.

Notes

1  Pour reprendre l’expression de Raghuram Rajan et Luigi Zingales, « The Great Reversals : The Politics of Financial Development in the 20th Century », Journal of Financial Economics, vol. 69, Issue 1, 2003, p. 5-50.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search