Version classiqueVersion mobile

La place financière de Paris au XXe siècle

 | 
Laure Quennouëlle-Corre

Troisième partie. La lente réouverture de la place, des années soixante aux années quatre-vingt

Chapitre VI. Les banques au cœur de la place financière, années 1960-1970

Texte intégral

  • 1  John R. Hicks, The Crisis in Keynesian Economics, Oxford, Blackwell, 1974.
  • 2  Les pionniers sont Vivien Lévy-Garboua, « Le taux de change et la politique monétaire dans une éco (...)
  • 3  O. Feiertag, Wilfrid Baumgartner…, op. cit., p. 286 et suiv.

1Contrairement à celui qui domine en Grande-Bretagne et aux États-Unis, le système financier français s’apparente, à partir des années soixante, à ce que les économistes anglo-saxons ont appelé un « bank-based-system » ; plus précisément, le financement de l’économie, concentré entre les mains de l’État depuis 1945, devient intermédié (fondé sur le crédit bancaire) plutôt que direct (axé sur le marché financier). La France entre alors dans ce que John Hicks1 a qualifié d’overdraft economy (économie d’endettement), concept repris par des économistes français comme analyse explicative du mode de financement de la croissance française jusqu’aux années quatre-vingt2. Au résistible déclin du marché financier correspond une ascension régulière des banques de dépôt mais aussi des établissements financiers spécialisés, qui ont fondé leur expansion sur celle du crédit à moyen terme mobilisable3. Dans le cadre de la débudgétisation des investissements, à l’hégémonie du Trésor banquier succède la montée en puissance des grandes banques de dépôt, du Crédit national, de la Caisse des dépôts et de bien d’autres établissements financiers. Avant d’analyser l’évolution du marché financier, de son organisation et de ses opérateurs dans les années soixante, il semble pertinent de se pencher d’abord sur la place grandissante des banques dans les activités de financement.

2Du point de vue des activités de marché, les banques ne sont pas en reste dans la modernisation et la recherche d’innovations qui caractérisent les années soixante et soixante-dix. Quel est leur rôle effectif dans le processus de modernisation de la place financière qui accompagne la réouverture ? Quels sont les établissements les plus en pointe ? C’est ce que nous analyserons dans la deuxième partie (II). Pour compléter ce tableau du paysage bancaire, nous envisagerons la manière dont quelques banques ont pu peser sur les décisions politiques en faveur de la libéralisation de la modernisation, par quels canaux et quels réseaux (III).

  • 4  C’est le cas d’une banque comme Paribas. En 1968, les revenus de Paribas proviennent à 55 % de Fra (...)
  • 5  Sur ce sujet, voir Laurence Badel, Diplomatie et grands contrats. L’État français et les marchés e (...)

3Auparavant, il convient d’analyser la manière dont les banques ont appréhendé la réouverture de l’économie française et son impact sur les opérations financières des banques : ceci fera l’objet de la première partie de ce chapitre (I). En effet, à plusieurs titres, 1958 marque un tournant pour l’évolution du système financier français, même si la portée de la convertibilité externe du franc et de la signature du traité de Rome ne peut s’évaluer que sur le moyen terme. La marche vers l’ouverture européenne de l’économie française constitue une étape décisive, qui incite progressivement les autorités à libéraliser les mouvements de capitaux et facilite l’essor des opérations bancaires et financières à l’étranger. Auparavant, pour pallier les contraintes nationales dont souffrait le marché français et améliorer leurs profits, les banques les plus dynamiques de la place avaient cherché à sortir de l’Hexagone et à conquérir de nouveaux marchés, en finançant de grands projets internationaux et en élargissant leur propre champ d’action géographique4. Les mécanismes d’aide au financement des exportations mis en place dans différents pays européens ont également permis aux banques d’accompagner l’internationalisation de leurs clients. En France, le développement des exportations, accompagné par la Compagnie française d’assurance pour le commerce extérieur (Coface) et la Banque française pour le commerce extérieur (BFCE)5, a suscité la mise en place de nouvelles formules de crédit : crédit acheteur, crédit fournisseur, mise au point du factoring pour les produits à l’exportation, crédit-bail à l’exportation.

4En revanche, le financement direct des investissements à l’étranger repose davantage sur les banques que sur l’aide de l’État. Pour financer les investissements directs à l’étranger, ces dernières ont utilisé le marché international des capitaux en participant ou en organisant elles-mêmes des émissions de titres. L’implantation directe de filiales dédiées aux opérations de marché réapparaît tardivement dans les grands centres de la finance mondiale – Londres, New York –, même pour la plus internationale des banques françaises : Paribas Capital Market est fondée à New York en 1960, Paribas Ltd s’installe à Londres en 1968, tandis que, dans le même temps, les banques étrangères reviennent à Paris. Surtout, dans le domaine des opérations financières, la réouverture des frontières est accélérée par l’essor rapide des euromarchés à partir du milieu des années soixante, grâce auxquels les banques reprennent place dans les émissions internationales et développent de nouveaux métiers.

I. La réouverture internationale du marché et le rôle des banques

A. L’impulsion européenne en faveur de l’ouverture financière

5À l’échelle macroéconomique, la convertibilité externe des monnaies européennes, décidée au sein de l’OCDE pour le 1er janvier 1959, lève un obstacle important à la circulation des capitaux, qui connaît dès lors une expansion rapide. Désormais, les Français peuvent placer leurs capitaux à l’étranger sans autorisation et les non-résidents peuvent liquider leurs placements en France quand ils le souhaitent. Le franc est convertible à l’étranger, sans pour autant que le contrôle des changes soit supprimé sur un certain nombre d’opérations financières : opérations sur titres, crédits à moyen et long terme non liés à des transactions commerciales ou à des prestations de services, placements à court terme des résidents à l’étranger et des non-résidents en France. Le contrôle sera provisoirement levé entre janvier 1967 et juin 1968.

6Dans les années soixante, un décalage persiste entre le retard apporté à la convergence monétaire et financière et l’avancée du Marché commun économique. Au sein de l’Europe des Six, les restrictions aux mouvements de capitaux demeurent importantes : en France, en Italie et aux Pays-Bas, l’admission d’émetteurs étrangers sur les marchés financiers et l’introduction de titres étrangers sont soumises à autorisation – l’Allemagne étant le seul pays dans lequel les mouvements de capitaux sont entièrement libres. Bien que l’idée d’un marché européen financier unique soit poussée par les États-Unis et par la Commission de Bruxelles, les obstacles d’ordre monétaire, réglementaires ou fiscaux sont encore trop importants. Leur levée ne se fera que très progressivement à partir de la fin des années soixante-dix.

  • 6  Ivo Maes, Half a century of European financial integration. From the Rome Treaty to the 21st centu (...)
  • 7  Dans le groupe de douze experts de la commission présidée par Claudio Segré, on relève la présence (...)

7À l’échelon institutionnel, l’engagement européen joue un rôle décisif en matière de libéralisation financière dès la signature du traité de Rome : ce dernier prévoit l’abolition des restrictions aux mouvements de capitaux d’ici la fin de la période transitoire, soit en 1969. En dépit des réticences françaises face à une Allemagne libérale6, les directives de la Commission européenne de 1960 et 1962 libèrent les mouvements de capitaux liés aux investissements directs, aux placements de valeurs mobilières, aux mouvements de capitaux liés au commerce de biens et services, tout en maintenant des clauses de sauvegarde pour les États membres. La directive de 1964, qui entendait donner aux entreprises d’Europe un accès direct aux marchés financiers des autres pays, rencontre l’opposition des États membres, soucieux de garder le contrôle de leur marché financier et des équilibres de financement de leur économie. Pour tenter de faire converger les systèmes financiers de l’Europe des Six, le rapport de novembre 1966 sur « Le développement d’un marché européen de capitaux7 », commandé par la Commission européenne, prône la réduction des obstacles réglementaires et fiscaux propres à chaque État et insiste sur la nécessaire suppression de la discrimination faite à l’égard des capitaux étrangers dans la plupart des États membres.

8Le rapport n’est pas suivi d’effet immédiat. Le témoignage de Claudio Segré, membre de la direction générale des Affaires économiques et financières de la Commission européenne de 1959 à 1967, et chargé de la rédaction de ce rapport, est édifiant :

  • 8  Entretien d’Éric Bussière et Ghjiseppu Lavezi avec Claudio Segré du 3 mars 2004, « Histoire intern (...)

« Pratiquement tout notre combat était avec le gouvernement français. Les Allemands étaient toujours en train de nous pousser, quitte à avoir après leur petit subterfuge. Le Benelux était très bienveillant. L’Italie était prudente, mais elle se faisait tout de même convaincre. La France était doctrinaire8. »

  • 9  Voir L. Quennouëlle-Corre, La direction du Trésor..., op. cit. Ce point sera développé dans le cha (...)

9La France, c’est surtout à ses yeux la direction du Trésor, qui rechigne à se départir de ses prérogatives monétaires et de sa tutelle sur les marchés financiers9. Puis, à partir de 1969, les progrès de la libéralisation des mouvements de capitaux intra-européens sont entravés par les désordres monétaires internationaux. Il faudra attendre les années quatre-vingt pour que « la relance européenne » se traduise concrètement par des directives dans le domaine financier.

  • 10  Entretien de l’auteure avec Claudio Segré, novembre 2011.

10Toutefois, la Commission européenne semble avoir poussé quelques pions en recevant les demandes d’opérateurs privés, qui s’avèrent des groupes de pression parfois efficaces auprès de leur gouvernement. De par ses fonctions à la Commission européenne, Claudio Segré rencontre ainsi quotidiennement des banquiers de différents pays, qui cherchent à peser sur la réglementation européenne, dont des banquiers français : « Il y avait presque des doctrines bancaires. Le Lyonnais était plus libéral, la Société générale était presque renfermée, la Caisse des dépôts vacillait selon les directeurs généraux qu’elle avait10. »

11Or, à côté de l’impact évident des politiques économiques et financières, le rôle des institutions bancaires et financières dans la marche vers l’intégration financière pèse fortement. Elles jouent un rôle d’entraînement dans les opérations financières internationales, en diffusant des techniques financières en dehors des frontières nationales et en créant des services financiers communs à l’échelle européenne. Elles bénéficient également de l’apprentissage des pratiques des banques étrangères dans les multiples activités de financement qui se développent alors.

  • 11  Charles-Albert Michalet, « L’internationalisation bancaire, le cas français » in Charles-Albert Mi (...)

12L’internationalisation des banques françaises se traduit d’abord par une extension de leur réseau en dehors de l’Hexagone. Les guichets sont implantés pour un tiers dans les pays industrialisés, (soit 220 en 1979), surtout en Grande-Bretagne, au Luxembourg, puis aux États-Unis et en Allemagne11 ; la CEE regroupe le quart des implantations. Plus précisément, les filiales des banques françaises sont concentrées sur les grandes places financières : Luxembourg, Londres, les places suisses.

  • 12  Entretien de Pierre Haas avec l’auteure, entretien n° 1, janvier 2004, Association pour l’histoire (...)
  • 13Idem.

13Renouant là encore avec des traditions anciennes, les banques françaises n’ont pas attendu le traité de Rome pour développer des formes de coopération en Europe, que ce soit à travers des syndicats d’émission, des clubs ou des prises de participation dans des institutions financières. Logiquement, elles concentrent une grande partie de leurs alliances en Europe de l’Ouest et du Nord. Grâce à des monographies bancaires, les réseaux des grandes banques françaises en Europe sont assez connus. Sans retracer l’ensemble de ces relations, on insistera ici sur le poids des relations interpersonnelles entre banquiers, qui facilitent grandement les relations d’affaires, notamment dans les opérations financières. À Paribas, c’est à la fois une culture et une nécessité stratégique. Ainsi, selon le témoignage d’un de ses proches, Pierre Haas, Jean Reyre fait-il partie d’un petit club de banquiers animé par Sigmund Warburg, avec Hermann J. Abs, président de la Deutsche Bank, Louis Camu, président de la Banque de Bruxelles, Carlo Bombieri, président de la Banca Commerciale Italiana (Comit), ou bien encore Alfred Schaefer, président de l’Union des banques suisses12 ; ceci favorise bien évidemment l’insertion de Paribas dans les syndicats d’émission internationaux aux côtés des grandes banques européennes : « À l’époque, Paribas était un bébé dans le système ; quand ils faisaient une opération, que ce soit Warburg, l’Union des banques suisses, la Deutsche Bank ou la Comit, on faisait ça ensemble13 ». Dans les années soixante-dix, lorsque Paribas prendra une place grandissante dans les syndicats internationaux, la concurrence avec les banques européennes deviendra rude, notamment avec la Deutsche Bank.

14La création du Bandesco, une filiale de la banque espagnole Banesto, qui regroupe la Barclays, Morgan, la Deutsche Bank, la Banca Commerciale Italiana, la Société financière internationale (filiale de la Banque mondiale) et la Banque Rothschild, offre un autre visage de la coopération bancaire en Europe. Comme le souligne Robert Jablon, directeur à la banque Rothschild :

  • 14  R. Jablon, L. Quennouëlle-Corre et A. Straus, Politique et finance..., op. cit., p. 144.

« Ce qui était important pour nous, c’était de participer à des réunions du conseil d’administration [du Bandesco]. Cela a donné lieu à la création de relations un peu plus personnelles, parfois amicales et les sous-produits de ces rencontres étaient fantastiques. C’est ainsi qu’on a pu s’associer à des opérations de la Deutsche Bank qu’on n’aurait pas rêvées auparavant, tout simplement parce que le représentant de la Deutsche Bank et moi, nous étions là. […] C’était devenu un centre de coopération bancaire européen14 ».

  • 15  Voir, à ce propos, Éric Bussière, « La Stratégie européenne du Crédit Lyonnais » in B. Desjardins (...)

15Réseaux informels, petits clubs entre banquiers et relations interpersonnelles s’avèrent plus anciens et plus efficaces que les clubs bancaires qui sont constitués au tournant des années soixante-dix pour développer les opérations financières internationales des banques françaises15.

16Une dimension moins connue de la coopération européenne est mise au jour à travers les organismes d’investissement ou de placement, dans lesquels coexistent des intérêts français et allemands. Le service des Études du Crédit Lyonnais donne une photographie précise de ces sociétés de placement nées au début des années soixante :

Tableau 30. Sociétés de placement franco-allemandes

Organismes/ fonds

Participations françaises

Participations allemandes

Localisation

Soc. d’investissement pour l’industrie électrique et électronique (Sipelec)

Union des mines

Cie financière de Suez

Soc. alsacienne de participations et de crédit

Merck, Finck et Cie

Paris

France-Investissement

CIC

Banque Louis Dreyfus et Cie

Soc. lyonnaise de dépôts et de crédit industriel

Sal. Oppenheim Jr et Cie

Paris

Soc. européenne d’investissement en valeurs françaises (Francevalor)

BUP

CIC

Neuflize, Schlumberger et Cie

Bayersiche Hypotheken und Wechsel Bank

Paris

Soc. de gestion luxembourgeoise (Sogelux)

BUP

Commerz Bank

Bankhaus C.G. Trinkaus

Luxembourg

Soc. de gestion de finance-Union SA

CCF

Cie financière

Bayersiche Staatsbank

Berliner Handels Gesellschaft

Luxembourg

Soc. de gestion pour l’investissement dans le marché commun (Sogim)

CCF

Cie financière

Société financière et mobilière

Berliner Handels Gesellschaft

Luxembourg

Anlage Gesellschaft für Französische Aktienwerte m.b.H (Agefra)

Crédit Lyonnais

Union des mines-La Hénin

UEIF

Worms et Cie

Commerzbank

Bayerische Vereinsbank

Bankhaus C.G. Trinkaus

Düsseldorf

Europa und Ubersee Kapitalanlagegesellschaft (Atlanticfonds et Europafonds)

Seligman et Cie

Bankhaus Hardy et Cie

Francfort

Eurinvest

UEIF

Bayerische Vereinsbank

Luxembourg

Interfonds

UEIF

CCF

Bayerische Vereinsbank

Bankhaus C.G. Trinkaus

Bâle

Europe obligations SA

UEIF

Bayerische Vereinsbank

Luxembourg

Union Investment G.m.b.H

Unifonds

Uscafonds

Union des mines-La Hénin

Une trentaine de banques allemandes

Francfort

Source : d’après ACL, DEEF, 135AH42, note du 22 juillet 1964.

17Les liens capitalistiques entre banques de part et d’autre du Rhin appellent deux remarques particulières : les banques amies sont toutes situées dans le nord de l’Europe continentale, en Allemagne et au Luxembourg. Ce dernier apparaît déjà comme la plaque tournante de ces sociétés d’investissement. On perçoit également la stratégie offensive de quelques banques parisiennes ou régionales de taille moyenne sur le secteur des fonds de placement, la plupart étant des banques d’affaires – à l’exception notable du CIC et du Crédit Lyonnais.

18Au-delà du continent européen, les banques repartent à l’assaut du monde. Leur percée sur le front des opérations financières est l’un des faits majeurs des deux décennies qui suivent. C’est l’avènement de la seconde globalisation financière.

B. Le marché des eurodollars et son impact sur la réouverture financière

  • 16  La littérature anglaise sur la question est assez abondante. Citons une synthèse récente : Mae Bak (...)
  • 17  Les difficultés d’évaluation du marché des eurodollars sont importantes en raison de la grande dis (...)

19Alors que, durant la décennie précédente, les opérations financières internationales des banques restaient d’envergure modeste, la convertibilité externe des monnaies européennes, puis l’afflux d’eurodollars dans les années soixante changent complètement la donne. Depuis 1957, un marché de capitaux à court terme en dollars s’était développé en dehors des Etats-Unis, et notamment à Londres, du fait de la hausse du taux d’intérêt accordé aux dépôts en monnaie étrangère16. Deux phénomènes accentuent considérablement le mouvement. La convertibilité externe des monnaies européennes développe la circulation des capitaux : en même temps, le contrôle strict de l’accès aux différents marchés financiers maintient des écarts de taux d’intérêt à long terme et favorise indirectement des mouvements de capitaux spéculatifs. Enfin, l’institution de l’Interest Equalization Tax aux Etats-Unis, en 1963, ferme le marché américain aux emprunteurs européens, puis le programme de redressement de la balance des paiements américaine incite les entreprises américaines, à partir de 1965, à se procurer des fonds hors des États-Unis. Entre 1965 et 1968, le renforcement des mesures des États-Unis à l’encontre des capitaux étrangers accélère la croissance vertigineuse des eurodollars. L’ensemble favorise l’afflux de dollars vers les centres financiers européens, principalement à Londres. Selon les estimations de la Banque des règlements internationaux (BRI), la dimension du marché des euromonnaies s’élève en 1964 à 8 milliards de dollars, en 1970 à 57 milliards et en 1974 à 177 milliards. En 1980, le marché est estimé à 520 milliards17.

  • 18  Toutefois les banques centrales ont intégré progressivement le marché de l’eurodollar dans leur po (...)

20La suppression de l’Interest Equalization Tax en 1974 n’entraînera pas de retour à la situation antérieure. Entre-temps, le marché s’est institutionnalisé. Les taux d’intérêt divergents entre les marchés nationaux poussent au développement de mouvements de capitaux internationaux à caractère spéculatif, qui entraînent à leur tour des contrôles accrus des pays et, en retour, un essor de la circulation des eurodollars hors des réglementations nationales : ce marché à court terme, sans prêteur en dernier ressort18, attire les capitaux des banques, des entreprises, des banques centrales et des particuliers. Considéré à l’époque par certains comme une source d’instabilité monétaire et un foyer d’inflation, par d’autres comme un facteur d’accélération de l’intégration financière des économies et comme le seul véritable marché international de capitaux, le phénomène constitue, pour les économistes, le moment du redémarrage de la globalisation financière.

  • 19  Joël Métais, « Le marché des euro-dollars et des euro-obligations », Notes et études documentaires(...)
  • 20  Catherine Schenk, « Crisis and Opportunity » in Y. Cassis and é. Bussière (eds), London and Paris…(...)
  • 21  Mae Baker et Michael Collins, « London as International Banking centre… », in Y. Cassis and E. Bus (...)
  • 22Ibid., p. 258 et suiv.

21Du point de vue qui nous intéresse ici, le marché des eurodollars révolutionne les activités financières internationales des banques en leur procurant de nouveaux métiers et en leur permettant d’offrir de nouveaux produits. Le volume des transactions en euromonnaies se répartit ainsi en 1971 : 43 % à Londres, 13 % à Zurich et à Milan, 12 % à Paris19. Contrairement aux autorités monétaires françaises, la Banque d’Angleterre, quoiqu’un peu un peu réticente au départ, accepte finalement les dépôts de « hot money » qui permettront à la City de redevenir un centre financier international de premier ordre20. En effet, forte de l’expérience de ses banques et de sa tradition de place financière internationale, la City se convertit rapidement au marché des eurodollars, qui sont utilisés comme monnaie dans les transactions commerciales. Pour leur part, afin de poursuivre les opérations qu’elles n’étaient plus autorisées à faire aux États-Unis et accompagner les multinationales, les banques américaines s’installent rapidement à Londres ; elles sont au nombre de 10 en 1960 et de 37 en 197121. Ces banques américaines à la City se taillent la part du lion dans le démarrage des marchés en eurodollars, entraînant les banques anglaises à l’utilisation de nouveaux instruments, mais aussi à des pratiques commerciales plus agressives22. Le développement des différents compartiments des euromarchés – marché monétaire, euro-émissions, eurocrédits – s’accompagne de celui de nouvelles formes de techniques bancaires : la pratique des swaps et des crédits « roll-on », l’émission de certificats de dépôt.

  • 23  Source : The Banker, cité par J. Métais, « Le marché des euro-dollars… », op. cit.
  • 24  Wladimir Andreff et Olivier Pastré, « La genèse des banques internationales et l’expansion du capi (...)
  • 25  C. Schenk, « Crisis and Opportunity », op. cit., p. 212.
  • 26  Sans compter le développement de processus technologique comme SWIFT (système électronique de tran (...)

22À leur tour, les banques européennes vont faire leur apprentissage des euromarchés à Londres : au nombre de 28 en 1960, elles y sont 76 en 197323. Parmi elles, on compte un peu moins d’une vingtaine d’établissements français en 197924. La coopération bancaire internationale dans les opérations financières essaime ensuite en Europe continentale à travers des trusts destinés à la négociation de titres de la CEE, comme Eurosyndicats, Eurounion, Euroinvest, Sogefina25. À Bruxelles, s’établit en 1968 un système de compensation pour le marché secondaire des euro-obligations (Euroclear, 50 participants au départ et 118 en 1972) et en 1970 à Luxembourg (Cedel, qui rassemble 66 banques de 11 pays différents)26.

23Comment les banques françaises se sont-elles insérées dans l’espace transnational constitué par les nouveaux flux de capitaux internationaux ? Lesquelles se sont montrées pionnières sur le marché des euro-obligations ? Dans quelle mesure les euromarchés ont-ils été facteurs d’innovations financières ? Quels sont les enjeux pour la place financière de Paris ? Bien que les euromarchés soient interactifs, il ne s’agit pas ici de retracer les activités des banques sur les marchés des eurocrédits, des eurodollars ou des eurodevises, mais de se centrer sur leurs activités dans les euro-émissions. Ce marché d’obligations internationales publiques et privées émises sur des places différentes et libellées en monnaie étrangère renoue, d’une certaine manière, avec celui qui existait avant 1914. Toutefois, contrairement au marché des obligations étrangères, le marché des euro-obligations n’est pas réglementé par les autorités d’un pays. Les premiers emprunteurs sont les sociétés multinationales américaines, puis, à partir des années soixante-dix, les organismes internationaux comme la Banque européenne d’investissement (BEI) ou la Banque mondiale, les États et les grandes entreprises multinationales d’origine européenne. Marché souple et offrant une large gamme de placements ainsi qu’un choix du libellé en devises, sans retenue à la source, ce marché se développe trois fois plus vite que le marché des obligations classiques, principalement par des émissions en dollars et en Deutsche Marks :

Tableau 31. Émissions nouvelles* d’obligations internationales aux États-Unis et en Europe (en millions de dollars US)

1963

1964

1965

1966

1967

1968

1969

1970

États-Unis

1 392

1 310

1 689

1 654

2 170

2 014

1 336

1 293

Europe

dont :

Euro-obligations

Obligations étrangères

675

405

269

1 280

680

600

1 519

879

640

2 064

2 138

627

2 678

3 935

539

5 698

3 935

1 763

4 889

3 272

1 601

4 731

3 720

1 011

*Il s’agit des émissions publiques et des émissions placées uniquement auprès d’institutions financières. Le total des émissions pour l’Europe est parfois supérieur à la somme « euro-obligations + obligations étrangères ». L’auteur n’apporte pas de précisions sur ce point.

Source : Rapport annuel du FMI, cité par J. Métais, « Le marché des euro-dollars et des euro-obligations », op. cit.

24Ce marché a ainsi permis à certaines banques françaises de sortir de leur cartel national pour affronter la concurrence de grandes banques américaines, anglaises ou allemandes. La taille minimum des émissions sur ce marché – dans les années soixante, en moyenne, entre 15 et 50 millions de dollars, parfois plus – à répartir sur plusieurs places requiert en effet des syndicats allant jusqu’à 40 banques de différents pays.

  • 27  ACL, 129AH19, Structure de la profession bancaire 1973-1974.

25Ainsi, depuis le début des années soixante-dix, les banques françaises ont multiplié leur participation à des groupements internationaux, soit par des accords d’association ou de coopération, soit par la création en commun, avec des banques étrangères, d’établissements bancaires spécialisés dans les opérations internationales – par exemple le groupe Europartenaires (Crédit Lyonnais, Deutsche Bank et Banco di Roma) et sa filiale Europartners securities, corporation créée en 1968 à New York ; Abecor pour le groupe BNP en 1971 ; l’European Advisory Comittee, dans lequel la Société générale entre en 1971 ; le CCF présent dans Interalpha (1972)27… Il faudrait compléter ce tableau par une description complète des banques consortiales qui naissent à la fin des années soixante et se développent dans la décennie qui suit. Ces joint-ventures de banques d’origines géographiques diverses ont pu en effet jouer un rôle central dans le recyclage des pétrodollars. On citera la Banque européenne de crédit, constituée par le Crédit Lyonnais, la Société générale et six banques étrangères ; la Société financière européenne (BNP, Bank of America et cinq banques européennes), ainsi que les banques consortiales constituées par des banques françaises et arabes : French Arab Bank for International Investment, Union des banques arabes et françaises, Union méditerranéenne de banque…

  • 28  Éric Bussière, « French banks and the Eurobond... », op. cit.

26Comme Éric Bussière l’a bien montré28, deux établissements bancaires ont percé dès les années soixante sur ce marché et ont choisi une stratégie différente, Paribas optant pour ses alliances anglo-saxonnes et le Crédit Lyonnais s’appuyant sur les banques d’Europe continentale. On peut y ajouter la performance du CCF qui, en dépit de sa taille moyenne, dispute parfois la deuxième place au Crédit Lyonnais parmi les banques françaises chefs de file d’émissions internationales.

  • 29  Entretien de l’auteure avec Pierre Haas, entretien n° 2, 2004, Association pour l’histoire de BNP- (...)

27Le rôle pionnier de Jean Reyre, qui a vu avant tout le monde l’intérêt pour la banque de se placer sur ce marché, doit ici être rappelé. Paribas est la seule banque européenne présente à New York avant 1966 (Paribas Corporation) ; s’y ajoutent une participation croisée avec SG Warburg, un accord de coopération avec la Bayerische Vereinsbank… C’est grâce au club de banquiers européens constitué par Reyre que Paribas réussit à s’immiscer dans la cour des grandes émissions internationales. La banque bénéficie également d’un réseau de relations institutionnelles à l’échelle mondiale : « Paribas avait ses entrées chez tous les ministres des Finances », explique Pierre Haas. Recruté par Reyre en 1965, Haas entreprend de démarcher les autres banques pour décrocher une place dans les syndicats, mais aussi directement les entreprises américaines29. Dès 1964, Paribas est co-chef de file de deux émissions ; en 1966, elle prend pour la première fois une position de chef de file pour une émission du Portugal et dirige la première émission de la Banque mondiale en eurodollars. Pour ce faire, la banque crée une filiale ad hoc :

  • 30  Entretien de l’auteure avec Pierre Haas, entretien n° 1, 2004, Association pour l’histoire de BNP- (...)

« On faisait en général [les opérations en eurodollars] avec un véhicule luxembourgeois et à l’époque, le Luxembourg n’avait pas de réglementation […] : on pouvait faire ces opérations sans droit de timbre, c’est pour cela qu’on ne les faisait pas en Suisse30. »

  • 31  Archives BNP-Paribas, DOFI 233-6, Tableau du 4 janvier 1973. Il réunit les placements des émission (...)

28De fait, la banque s’associe en 1967 avec la Bank of America dans une filiale commune Ameribas holding, qui devient Ameribas en 1970. Domiciliée au Luxembourg mais ayant ses bureaux à Paris, la filiale commune donne une capacité de placement énorme et une grande visibilité à la banque française pour les émissions internationales. La banque utilise également sa filiale suisse, qui s’appuie sur la puissance de placement des banques suisses. En 1970, la filiale de Genève réalise 37,2 % du placement des émissions internationales de la banque, 21 % sont opérées par la filiale de Bruxelles, 19,6 % à Luxembourg31. Elle est la première banque française sur le marché des euro-émissions et le reste durant deux décennies.

29Grâce au volontarisme de Maurice Schlogel, le Crédit Lyonnais développe quant à lui une activité boursière internationale importante à partir du milieu des années soixante. La banque crée en 1968 une banque d’investissement à New York, Crédit Lyonnais Corporation, chargée à l’origine d’accueillir les ordres de Bourse de la maison mère et de l’informer sur les sociétés américaines. La même année, la mise en place du département des Opérations financières internationales par Georges Smolarski réunit les activités de la banque sur les euromarchés et les eurocrédits. D’autre part, le Lyonnais multiplie les alliances avec les banques européennes et s’associe avec des banques amies dans Bondtrade, un établissement spécialisé dans la négociation de titres en eurodollars. Il se hisse progressivement dans le classement des banques en tant que chef de file ou co-chef de file d’émissions internationales : 14e en 1970, 7e en 1971, 15e en 1972, soit en moyenne la 10-12e place dans les années 1970-1974. Au départ concentré sur les opérations des grandes entreprises françaises, il diversifie rapidement son activité en direction d’entreprises étrangères ou d’organismes internationaux (CECA, BIRD, BEI).

30Si ce marché est convoité, c’est que la rentabilité de ces opérations est importante, un chef de filat pouvant rapporter entre 50 000 et 100 000 dollars par émission dans les années soixante-dix. Le classement des banques françaises sur ce marché est aussi une affaire de prestige à l’échelle internationale (tableau 32).

Tableau 32. Managers et co-managers des émissions internationales Le top 10 1963-1972

Classement des banques

Montant

en millions de dollars

Nombre d’émissions

1 Deustche Bank

5 925

223

2 Warburg

3 592

160

3 White Weld

3 193

142

4 Paribas

2 948

131

5 Morgan

2 820

96

6 Rothschild

2 631

99

7 Banca commerciale italiana

2 560

94

8 Dresdner Bank

2 395

100

9 Kuhn Loeb

2 199

92

10 Amsterdam-Rotterdam Bank

2 052

96

Source : Archives BNP Paribas, DOFI, 233-6, Tableau du 29 septembre 1972. On relève la présence de trois banques américaines, deux banques allemandes, deux anglaises, une française, une italienne et une hollandaise.

  • 32  ACL, 129 AH 096, direction centrale des Affaires internationales et de la Coopération, interventio (...)

31À plusieurs niveaux, cette expérience forge de nouvelles pratiques, de nouveaux comportements et une nouvelle culture. Serait-ce le retour d’un esprit de compétition ? Bien que les banques se surveillent d’un œil jaloux, l’on sait que les ententes sur les barèmes, établies dans les années vingt, ont étroitement limité la concurrence entre les établissements sur le terrain des émissions en France. En revanche, sur la scène internationale, la mise en concurrence avec les autres banques françaises et avec les banques étrangères est bien plus vive, parfois brutale. « Presque tous les coups sont permis : le renseignement, la critique du concurrent (la vertu de la charité est peu pratiquée dans notre métier) mais jamais le bakchich » explique le directeur adjoint du département des Opérations financières internationales (DOFI) du Crédit Lyonnais32. Sur ce marché, la concurrence se situe à la fois entre banques françaises – Paribas, le CCF et les trois nationalisées –, mais aussi avec les grandes banques étrangères (voir tableau ci-dessus).

  • 33  « Entretien avec Georges Smolarski », dans B. Desjardins et al. (dir.), Le Crédit Lyonnais…, op. c (...)

32Pour les banques, les conséquences des opérations sur les euromarchés sont évidentes en termes de volume d’activité et de bénéfices ; la palette de produits et de services proposés à leurs clients devient plus étendue, les métiers se diversifient. À titre d’exemple, le DOFI, au Crédit Lyonnais, réunit 116 personnes qui se répartissent les fonctions de trading, d’engineering financier et d’émissions internationales, chacune requérant des qualités techniques pointues et différentes. Pour les émissions internationales, « l’expertise était dans la fixation du bon prix qui permettait au papier de se placer », explique Georges Smolarski33.

  • 34  En référence à l’interview de Pierre Haas de juin 1987 dans The Times, qui relate comment Paribas (...)

33Des qualités de dynamisme commercial sont particulièrement requises pour ces banquiers internationaux. Afin de décrocher le chef de filat dans les émissions d’euro-obligations, les contacts suivis et les rencontres en direct revêtent une importance particulière : l’habitude est prise, dans les départements des banques, de voyager souvent et les célibataires « qui ont toujours une valise dans leur bureau » sont de redoutables concurrents34. Un nouvel état d’esprit souffle sur les responsables des opérations de marché.

34Les banques font aussi l’apprentissage de nouveaux circuits de financement, de procédures plus souples et plus rapides, pour lesquelles une grande réactivité est exigée. S’y ajoute l’acclimatation à de nouvelles pratiques, développées depuis l’apparition de l’eurodollar : les arbitrages internationaux de titres, l’activité de trading en euro-obligations, la mise au point de nouvelles formes d’émission dans des supports monétaires variés et composites (Unité de compte européenne, Eurco, Eurunit…). C’est souvent la banque chef de file qui décide du choix de la monnaie d’émission, du groupe de direction de l’émission, en fonction de la capacité de placement des banques et des « renvois d’ascenseur » de banques amies.

  • 35  AP Duret, réunion au ministère des Finances sur le marché de l’euro-franc, s.d. 1972. Ces craintes (...)

35Toutefois, les activités internationales des banques continuent d’être surveillées par la tutelle. Contrairement à la Grande-Bretagne, où la Banque d’Angleterre a privilégié le rôle international de la livre sterling sur les préoccupations de stabilité monétaire, le Trésor s’est continûment refusé à prendre le moindre risque sur l’équilibre de la balance des paiements. C’est pour cette raison que le marché de l’eurofranc est resté de taille modeste. Bien que conscient du prestige des émissions en eurofrancs pour les banques françaises, qui, de surcroît, contribuerait à faire de Paris une place financière internationale, le Trésor souhaite conserver la maîtrise de la politique monétaire35. Les banques sont d’ailleurs tenues de faire des comptes rendus trimestriels au Trésor de leurs activités sur l’ensemble des euromarchés. Une timide ouverture en faveur des émissions en eurofrancs se manifeste au début de 1972, mais le Trésor entend bien fixer les règles du jeu : un chef de file français, une déclaration des émissions au ministère, un montant maximum autorisé de 100 MF, sauf pour certains émetteurs internationaux… Paribas est la première sur ces émissions en 1972, puis viennent la Société générale et le CCF.

C. Les banques étrangères reviennent aussi en France

  • 36  En 1963, elles n’étaient que cinq, auxquelles s’ajoutaient six représentations et treize brokers.
  • 37  ACL, 129 AH 22, Banques - Études générales, 1966-1969.

36Signe de l’internationalisation de la place financière de Paris, le retour des banques étrangères est manifeste au cours des décennies 1960 et 1970. Au nombre de 65 en 1972 – sans compter les 46 bureaux de représentation –, les banques étrangères inscrites reprennent pied en France après une éclipse de plusieurs décennies. Parmi elles, les établissements sous contrôle américain sont les plus nombreux (20), en accompagnement des multinationales qui s’implantent en Europe ou bien en recherche d’opérations en eurodollars36. La France est alors le deuxième pays d’implantation des banques américaines, derrière la Grande-Bretagne. Le mouvement se traduit par des implantations directes, auxquelles s’ajoutent des prises de participation dans des banques françaises. Parmi les intérêts bancaires américains, le service des Études du Crédit Lyonnais recense cinq banques ayant pris la forme juridique française, treize établissements financiers (dont Lehman Brothers, Morgan et Cie International, American Express Securities), sans compter la trentaine de brokers présents à Paris. Des sociétés américaines sont présentes dans le capital de six banques et de quatre établissements financiers français37. Les banques anglaises sont également bien implantées (9) en sus de quelques brokers, puis les banques contrôlées par des pays arabes et enfin les banques espagnoles sont bien représentées.

37Grâce à l’essor des opérations bancaires à l’étranger, la place financière de Paris s’est ainsi partiellement internationalisée. La solidité de l’appareil bancaire, confortée par la politique financière menée en sa faveur, a permis en partie d’assurer cette réouverture.

II. Les banques au cœur du financement de l’économie

  • 38  Selon La Politique monétaire de la France, OCDE, 1974. La part du marché financier baisse de 17,8 (...)

38L’on sait que le plan Pinay-Rueff de 1958, qui a permis la stabilisation du franc et l’assainissement des finances publiques, n’a pas touché à la politique du crédit et aux affaires monétaires. Il faut attendre l’intervention directe de l’Élysée après le plan de stabilisation pour que progressivement le désengagement du Trésor (sa neutralité monétaire) soit amorcé. 1963 marque l’arrêt officiel du circuit du Trésor et, sous couvert de « débudgétisation », le relais du financement est passé aux organismes bancaires semi-publics ou privés. La suppression des planchers d’effets publics dans les banques en 1967 symbolise aussi le désengagement du Trésor. La part des institutions financières spécialisées dans les ressources de financement passe de 20,3 % en 1959-1964 à 28,5 % en 1965-1970, celle du Trésor diminue de 12,4 % à 4,5 % pour les mêmes périodes, tandis que les banques inscrites se maintiennent, avec un pourcentage de 26,6 % et de 28,2 %38.

  • 39  Selon Jean-Pierre Patat et Michel Lutfalla, op. cit. Ces chiffres ne prennent pas en compte les gu (...)

39En 1965, le réescompte du crédit à moyen terme auprès de la Banque de France est limité et son coût est diminué : les banques doivent désormais s’appuyer sur les trois cinquièmes de leurs ressources pour financer ce type de crédit. Enfin, les réformes de 1966-1967, dont certaines sont destinées à améliorer les techniques de cotation et la collecte de l’épargne par les banques, contribuent à réveiller le marché financier. La plus spectaculaire mesure est la liberté recouvrée pour les banques d’ouvrir des guichets sur l’ensemble du territoire, mesure qui leur permet d’accroître leurs dépôts et leur capacité de placement. Le nombre de guichets de banque augmente considérablement, il passe de 3 322 en 1950 à 3 830 en 1965 et 6 426 en 197039. Corollaire de l’augmentation de leurs ressources, la part des banques dans le financement de l’économie croît remarquablement : les crédits bancaires s’élèvent à 14 milliards de francs courants en 1965, 51,2 en 1970 et 85,2 en 1973.

  • 40  Selon les recommandations de la Commission d’étude pour la modernisation des techniques de crédit (...)
  • 41  Pour une perspective longue, voir Éric Bussière, « Les banques d’affaires au xxsiècle » in M. Lé (...)
  • 42  À Paris, par exemple, la Compagnie financière et industrielle issue du groupe Lorraine-Escaut et d (...)
  • 43  Paribas a signé un accord de coopération avec prise de participation réciproque avec le CIC, le gr (...)

40Autres mesures phares, la libération des conditions minimum de banque et de la rémunération des dépôts de plus de deux ans est destinée à redéfinir l’échelle de rémunération des dépôts en fonction de leur durée et à en favoriser l’allongement40. La fin de la spécialisation bancaire mise en place en 1945 apparaît également comme un moyen de renforcer et d’élargir l’offre de financement aux entreprises : les banques de dépôt sont désormais autorisées à faire des dépôts à plus de deux ans et à acquérir plus de 10 % du capital d’une entreprise non financière, tandis que les banques d’affaires ont le droit de faire des dépôts à court terme et d’ouvrir des agences. De fait, il n’existait pas de séparation absolue entre les deux types de banques, mais des orientations générales des établissements plus ou moins marquées entre activités bancaires ou financières41. La réforme accélère un mouvement entamé depuis quelques années de rapprochements ou de fusions entre banques d’affaires et banques de dépôt, par transfert de leur portefeuille à un autre établissement, via la création de holdings et de compagnies financières. À partir de 1963, on assiste à la multiplication de fusions entre banques d’affaires et banques de dépôt : l’Union des mines et La Hénin, Paribas avec le Crédit du Nord et la Compagnie bancaire, la Banque de l’union parisienne avec la Compagnie financière de Suez… sans oublier la naissance, en 1966, de la BNP, issue de la fusion de deux banques de dépôt, la BNCI et le CNEP. Des regroupements entre petites banques42, ainsi que des accords interbancaires43 se multiplient. Au total, le nombre de banques en France diminue d’environ 45 % en vingt ans et s’établit, en 1970, à moins de 300.

  • 44  Voir le témoignage de Maurice Dechéry, « Les affaires industrielles au Crédit Lyonnais 1963-1979 » (...)

41De fait, la distinction entre banques d’affaires et de dépôt s’estompe ; en 1970, dans un dossier de L’Entreprise sont répertoriées comme banques de dépôt : Paribas, la Banque Rothschild, la BUP, Neuflize-Schlumberger-Mallet, ainsi qu’un certain nombre de banques régionales. L’initiative du Crédit Lyonnais, qui fonde en 1963 la Société financière et industrielle pour l’expansion des entreprises (Sofinex), brouille également les cartes44. Le capital est souscrit à hauteur de 10 % par le Crédit Lyonnais (conformément à la réglementation) et pour le reste par une compagnie d’assurances, des banques d’affaires et des particuliers. Par le biais de cette société, le Crédit Lyonnais peut intervenir dans les opérations en capital des entreprises, ce qu’elle fait jusqu’à la fusion de la Sofinex avec la Banque occidentale pour l’industrie et le commerce (BOIC), avant la création de la direction des Affaires industrielles, qui oriente directement la banque vers le métier de banque d’affaires.

  • 45  Classement établi par L’Entreprise, n° 761, 11 avril 1970.
  • 46  ACL, DAF2471, note sur le marché financier et le financement des investissements, février 1965.

42Parmi les cinq premières banques françaises pour le portefeuille-titres, on retrouve les deux types de banques 1 : Banque de l’Indochine, 2 : Paribas, 3 : Crédit Lyonnais, 4 : Crédit mutuel, 5 : Groupe CIC45. Rappelons cependant que les emplois du système bancaire français en titres (2 %) se situent bien en deçà de ceux des États-Unis (33 %) ou même de la RFA (9 %)46.

  • 47  R. Jablon, L. Quennouëlle-Corre et A. Straus, Politique et finance…, op. cit., p. 267-277.
  • 48  Catherine Schwarz, « Histoire du réseau France de la Banque Paribas 1967-1991. Stratégies, structu (...)
  • 49  André Gueslin et Michel Lescure, « Les banques publiques, parapubliques et coopératives françaises (...)

43Toutefois, les changements de stratégie autorisés par les mesures de 1966-1967, et qui permettent aux banques de diversifier leur clientèle, leurs ressources et leurs métiers, ne seront pas toujours probants. Comme l’ont montré l’expérience de la Banque Rothschild, qui opte pour la banque de dépôt entre 1967 et 197847, et la tentative de Paribas de développer son réseau48, la stratégie de « banque à tout faire » n’a pas toujours apporté les résultats escomptés. Cet échec relatif de la « banque mixte » peut être mis en relation avec la concurrence du secteur public et parapublic faite au secteur commercial, même nationalisé, qui s’avère plus vive encore que dans l’entre-deux-guerres et qui soustrait une part des dépôts aux activités des banques commerciales (Caisses d’épargne et comptes chèques postaux). En effet, le retour de la banque mixte, qui caractérise cette fin de période, ne s’accompagne pas d’un décloisonnement du système financier, lequel reste encore segmenté entre banques commerciales, établissements financiers spécialisés, banques coopératives et mutualistes, ces deux derniers demeurant des secteurs protégés par l’État49.

  • 50  ACL, DAF 2471, lettre de M. Wiriath à M. Bloch-Lainé, 3 mars 1965, et « Étude sur la contribution (...)

44Dernier constat, le maintien d’une politique favorable à l’épargne liquide a empêché toute orientation de l’épargne vers les emplois de moyen ou long terme. Et les banques elles-mêmes sont encore réticentes à la « transformation » de l’épargne courte en une épargne longue, qui leur paraît risquée au regard de la faiblesse de leurs ressources propres50.

45Quelles sont les conséquences de cette montée en puissance de l’intermédiation sur l’activité de la place financière ? Si, d’un point de vue macroéconomique, le système d’intermédiation mis en place n’a pas favorisé le réveil du marché financier parisien, le poids des banques dans les opérations de marché n’en demeure pas moins prégnant.

46En amont, par le biais des syndicats d’émission, les interventions des grandes banques sur les marchés financiers restent prépondérantes, et en aval, elles jouent un rôle croissant grâce au placement des titres auprès de leur clientèle d’épargnants – activité que la bancarisation de l’économie française va accélérer – ; leur rôle d’innovation en matière de produits financiers mérite également d’être souligné, tandis que leurs relations avec l’État restent ambivalentes. Enfin, nous citerons, à travers un exemple précis, le rôle stratégique des établissements dans les transactions et les échanges de titres, qui mériterait une étude à part entière.

A. Le retour en force des banques sur le marché financier

47En dépit du retour à la stabilité monétaire et financière à partir de 1958 et de l’arrêt des grands emprunts d’État, le marché financier parisien ne peut faire face à l’afflux de demandes d’émission qui sont présentées par les banques. En 1960-1961, face à la concurrence des entreprises publiques ou des SDR, les entreprises privées ne bénéficient que de créneaux très étroits – un mois dans l’année – pour émettre des titres. L’effet d’éviction est patent.

48Toutefois, à la fin des années soixante, l’assouplissement progressif de l’autorisation d’émission et l’amélioration de l’activité du marché financier permettent aux banques de placer plus facilement les titres des entreprises privées.

49Du point de vue du rôle des intermédiaires financiers, la domination des grands établissements de crédit sur le financement des entreprises en matière de crédit se conjugue avec celle exercée sur les opérations financières. Les activités des grandes banques commerciales, qui se spécialisent de plus en plus vers le secteur des grandes entreprises, les poussent à concentrer leur offre de financement par le crédit et par le placement de titres sur le marché financier. Se tissent ainsi, en quelque sorte, des liens étroits entre grandes banques et grandes entreprises françaises. Comme le souligne un compte rendu du comité de coordination des relations avec la clientèle du Crédit Lyonnais :

  • 51  ACL, DAF/AR 2067, comité de coordination des relations avec la clientèle, 20 octobre 1960. Les rec (...)

« Il n’est pas besoin de rappeler que les relations financières de notre Établissement avec les Sociétés lui permettent souvent une amélioration de ses relations bancaires avec ces mêmes Sociétés51 ».

50Ces relations sont renforcées par le fait que, en période de dirigisme, ces banques – CL, SG, BNCI, CNEP, Paribas, CCF – sont les interlocuteurs privilégiés du Trésor pour obtenir l’autorisation d’émission de leur client.

51En témoigne le tableau des opérations bancaires et financières recensées par le Crédit Lyonnais, qui donne de précieuses indications sur les liens entre banque et entreprise en France au début des années soixante. Sur les 100 premières sociétés françaises, la proportion pour laquelle le chef de file, dans les crédits, est le même que celui pour les émissions d’obligations et d’actions s’établit ainsi :

  • 52  Les notes de conversation du Crédit Lyonnais explicitent bien la manière dont des banques de moind (...)
  • 53  ACL, 21AH16, Accords interbancaires concernant les opérations sur titres, 1946-1953.

52Le tableau 33 dévoile plusieurs aspects très intéressants du financement bancaire. Les trois grandes banques de dépôt cumulent 73 % des chefs de filat des opérations financières et de crédit, ce qui montre que la prédominance des grandes banques de dépôt dans le lancement des émissions de titres reste la même que dans l’entre-deux-guerres (voir chapitre III). Le second fait remarquable tient au fait que lorsque la banque est chef ou co-chef de file pour les crédits, elle l’est presque systématiquement pour les émissions. L’une des raisons grâce auxquelles les banques réussissent à s’imposer comme chef de file d’émission de titres tient souvent aux relations anciennes qu’elles entretiennent en tant que prêteur ou en tant qu’actionnaire d’une société52. Du point de vue du financement des entreprises, ces chiffres mettent au jour la fonction de banque accompagnatrice du développement d’entreprise, sur le modèle allemand ou japonais, capable de répondre à leurs besoins en financement à court, moyen ou long terme. Du point de vue de la concurrence entre établissements, il est clair que la fidélisation des relations entre entreprise et banque est confortée par les cartels bancaires établis depuis les années trente et reconduits après la guerre53. Le maintien des ententes est fondé sur un pourcentage dévolu à chaque banque dans les barèmes, lui-même calculé en fonction de leur part effective dans les souscriptions précédentes. Système fondé sur des liens historiques et sur des ententes, encore en vigueur dans les années soixante, il rend difficile le changement et la mise en concurrence des offres de financement. Une fois encore, les financements sont assurés, mais préservés de tout risque.

Tableau 33. Répartition des chefs de filat des banques – crédit et émissions – pour les 100 premières sociétés françaises (en CA) à la fin de 1962

Chef de filat/

co-chef de filat

Crédit Lyonnais

Société générale

CNEP

Paribas

BNCI

CCF

BUP

UEIF

Total*

Crédit

28

19

13

8

5

5

3

5

94

Obligations

24

21

8

10

9

5

3

5

105

Actions

17

13

5

7

6

7

6

4

93

*Total non égal à 100 car, pour une part, un certain nombre de chefs de file ne sont pas désignés et, pour une autre, il y a plusieurs chefs de file pour une même entreprise. Quand il y a plus de 3 chefs de file, ils le sont par roulement. Les seules émissions qui échappent aux banques sont celles de la CNCA, qui sont placées par les caisses régionales.

Source : ACL, DAF 2067, comité de coordination des relations avec la clientèle, 1962. Ce chiffre peut varier légèrement d’une année à l’autre ; il s’agit d’une photographie des dernières opérations financières réalisées pour chaque entreprise.

  • 54  ACL, 21 AH 35, Émission de certaines collectivités françaises, avril 1969.
  • 55  En revanche, les commissions allouées pour les obligations du secteur privé sont de l’ordre de 4,5 (...)

53Lorsque l’on étudie le détail de la répartition des opérations entre les banques, il apparaît que les banques nationalisées sont également les chefs de file de toutes les entreprises publiques de la liste, excepté quelques-unes réservées à Paribas. Peuvent l’expliquer en grande partie les accords sur les barèmes d’émission CL-SG-BNP, renouvelés après la guerre, puis à l’issue de la fusion BNCI-CNEP en 1966. En effet, les trois établissements se sont entendus pour reconduire les accords antérieurs et être tous trois co-chefs de file des emprunts d’EDF, de GDF, de Charbonnages de France, de la Caisse nationale des autoroutes, la Caisse d’aide à l’équipement des collectivités locales, de la Caisse centrale de crédit hôtelier commercial et industriel, du Crédit national et de la Ville de Paris, de la SNCF et du Crédit foncier de France, soit les émetteurs les plus importants de la place54. Ces emprunts du secteur public sont d’autant plus convoités que pour leur placement, les banques bénéficient d’une commission supérieure à celle des emprunts d’État : 3 à 4 %, au lieu de 1,25 %55 sans garantie bancaire de l’émission.

54De fait, ces grands établissements étaient déjà avant-guerre les banques de ces grandes entreprises et, en vertu de leur taille et de leurs moyens, les grandes banques de dépôt sont les seules à même de financer de grands groupes comme la SNCF ou Air France.

55Bien évidemment, le Crédit Lyonnais et la Société générale dominent les chefs de filat dans le crédit, tandis que certaines petites banques d’affaires apparaissent très présentes comme chefs de file « action », ce qui reflète leur implication dans le capital de la société. Le Crédit Lyonnais se taille la part du lion en tant que chef de file ou co-chef de file de 33 des 100 premières entreprises françaises, de 63 pour les 200 premières, à la fois pour les crédits et pour les placements d’émissions obligataires. À lui seul, il octroie 52 % des crédits d’EDF, 61 % de ceux d’Air France ou encore 76 % de ceux de Sud-Aviation. S’y ajoute fréquemment une activité de garde des titres en dépôt, fort rémunératrice, on l’a vu dans le chapitre III.

  • 56  Archives privées Y. Duret, Association pour l’histoire de BNP Paribas.

56En tant que financeurs de grandes entreprises françaises, de petites banques comme l’Union européenne industrielle et financière (UEIF) et le CCF tirent leur épingle du jeu, mieux que la Banque de l’Union parisienne (BUP), tandis que Paribas fait jeu presque égal avec la BNCI pour les opérations de crédit et d’émissions. Sous la houlette de Serge Varangot, directeur du département des Opérations financières après avoir été directeur du département Bourse, Paribas a opté pour une stratégie très offensive, grâce à laquelle le poids de la Banque s’est accru fortement en dix ans : chef de file d’une opération sur dix en 1965, d’une sur trois en 1970, elle l’est pour presque une opération sur deux en 1975. En 1970, elle participe à toutes les émissions du secteur public et à 88 % des émissions du secteur industriel ; elle prépare la venue sur le marché de nouveaux groupements comme le Groupement pour l’industrialisation de la région de Fos-sur-Mer (GIFOS) ou le Groupement des industries du transport et du tourisme (GITT)56. Sa place de 4e, dans les années soixante-dix, pour les émissions sur le marché financier s’explique non seulement par son dynamisme commercial et sa capacité de placement auprès de sa clientèle, mais aussi par les relations qu’elle entretient avec les compagnies d’assurances (voir supra).

57Toutefois, les banques d’affaires agissent souvent en partenariat avec des banques de dépôt, qui bénéficient de ressources plus importantes. De ce point de vue, un document interne de Paribas explique bien la position très pragmatique de la banque :

  • 57Ibid., note d’Y. Duret, n.s., s.d.

« Nous nous appuyons le plus possible sur les trois nationalisés et sur la Caisse des dépôts et consignations, car ils disposent de monnaies d’échange très importantes et de moyens de coercition très forts, mais sans que nous nous interdisions de flirter suivant les circonstances à droite ou à gauche avec d’autres établissements57 ».

58Dans le tableau 34 qui retrace précisément les activités financières des banques, soit les chefs de filat pour les émissions de titres pour les 200 premières entreprises françaises, l’écart continue d’être important entre les deux premières banques de dépôt et les autres banques. Les petites banques d’affaires apparaissent plus actives sur le département des actions.

  • 58  Archives privées Y. Duret. Le barème n’indique pas pour quel type d’émissions il est fixé.

59En corollaire, la percée de banques moyennes dans les chefs de filat s’accompagne d’une évolution de leur place dans les barèmes. La répartition moyenne du barème de placement pour les émissions obligataires s’établit ainsi en 197558 :

  • 59  Elles sont une douzaine, dont la Séquanaise est l’une des plus actives, et font désormais concurre (...)

CL-SG-BNP :

11 à 15 % chacun

Paribas :

8 à 12 %

CDC :

10 à 12 %

Banques d’assurances :

10 % 59

CIC :

4 à 6 %

CCF, Indosuez, Banques populaires :

3 à 4 %

Crédit du Nord :

2 à 3 %

BUE :

1 à 2 %

Tableau 34. Répartition des chefs de filat pour les émissions d’obligations et d’actions des 200 plus grandes sociétés

Chef de file

Obligations 1re à 100e

Obligations101e à 200e

Actions 1re à 100e

Actions 101e à 200e

Total sur l’année

Crédit Lyonnais

24

14

17

8

63

Société générale

21

15

13

5

54

BNCI

9

6

6

2

23

CNEP

8

8

5

3

24

BPPB

10

7

7

8

32

CCF

9

1

7

3

20

BUP

5

1

6

2

14

UEIF

3

3

4

3

13

Lazard et Cie

3

-

3

3

6

Worms et Cie

-

1

2

1

4

Rothschild

1

-

3

1

4

Vernes et Cie

1

1

2

-

4

CIC

1

1

-

2

4

Autres*

11

8

11

7

37

*Il s’agit surtout de banques régionales, comme la Société marseillaise de crédit, le Crédit du Nord ou le Crédit algérien.

Source : ACL, DAF 2067, Comité de coordination des relations avec la clientèle, 1962. Le chef de filat peut avoir été établi en fonction d’émissions datant d’avant-guerre.

  • 60  ACL, 21 AH 48, novembre 1972.

60Par comparaison avec les barèmes mis en place dans les années trente, l’entente entre les six banques parisiennes est moins systématique, en raison notamment de l’augmentation du poids de la CDC dans les barèmes de placement et de l’entrée des banques des compagnies d’assurances. Toutefois, pour les émissions des entreprises publiques et celles des collectivités locales, qui sont à nouveau autorisées à émettre sur le marché financier à partir de 1972, les trois grandes banques, CL, SG et BNP, continuent de former une entente officieuse à trois60.

  • 61  Rapport de la commission présidée par Dominique Leca, chargée par Michel Debré en 1967 d’étudier l (...)
  • 62  ACL, 21 AH40, « Demande d’admission dans le groupe des banques du Comité des émissions », 2 juille (...)

61D’autre part, à la suite du rapport Leca61, avait été instituée en 1968 une procédure de concertation entre les banques et le Trésor sur la programmation et les conditions de placement, qui fait suite aux réunions dites « du calendrier » des émissions. De fait, le comité des émissions institutionnalise une entente entre les six banques, soutenue par le Trésor. En 1975, le groupe des banques du Comité des émissions (CL, SG, BNP, Paribas, CIC, CCF) refuse l’entrée de la Banque de Suez et de l’Union des mines (BSUM) et du groupe Crédit du Nord/Union parisienne-Union bancaire dans le Comité des émissions, et en informe la direction du Trésor62. En dépit des recommandations de la Commission européenne, les banques françaises continuent d’exercer des pratiques anticoncurrentielles.

62Sur la question centrale du placement des titres, les banques sont investies désormais d’une responsabilité plus importante. Afin de remédier à la décote dont souffraient les obligations, la réforme issue du rapport Leca oblige les banques à prendre ferme la totalité des émissions, et les chefs de file sont chargés de surveiller le marché plusieurs mois après l’émission. Ces mesures, qui obligent les banques à s’engager pour le placement, ont eu un effet bénéfique sur la tenue des titres.

63Le rôle des banques dans la tenue du marché primaire s’est renforcé, tout comme leurs placements sur le marché secondaire. Elles-mêmes ont tendu à développer leur activité sur le marché et à prendre des initiatives destinées à améliorer son volume d’affaires.

B. Un rôle d’impulsion dans les innovations financières : enfin, les sicav

64S’il est bien un domaine dans lequel les banquiers ont joué un rôle majeur, c’est celui des placements collectifs. Rappelons d’abord l’initiative isolée de Jacques de Fouchier d’une société d’investissement d’un groupe de banques, qui ne suscite guère l’enthousiasme. Puis, dès le début des années cinquante, un certain nombre de banques d’affaires instituent des sociétés d’investissement fermées. Enfin, en 1957, avait été autorisée par la loi la création de sociétés d’investissement ouvertes et de fonds communs de placement. Les décrets d’application en avaient été différés en raison de la réticence du Trésor de la concurrence faite aux placements qu’il contrôle, de celle de la Compagnie des agents de change, méfiante envers la concurrence potentielle faite à la Bourse par les investisseurs institutionnels, mais aussi de l’appréhension de certaines banques face à un nouveau métier.

  • 63  Elles sont préférées aux FCP en raison d’une meilleure protection légale des porteurs. C’est aussi (...)
  • 64  Cette mesure est jugée trop stricte par le rapport de D. Chatillon en 1970.

65Mais, de part et d’autre, l’idée fait son chemin. À la suite des recommandations du comité Lorain sur le financement des investissements, le décret du 20 septembre 1963 modifie et assouplit les règles des placements collectifs et notamment celles des sociétés d’investissement à capital variable63. Créées par autorisation du ministère des Finances, ces sociétés doivent avoir un capital initial de 20 millions de francs minimum ; dans un souci d’information du public, les prix de souscription et de rachat des actions de sicav sont publiés quotidiennement dans la presse. Le portefeuille est constitué de tout type de valeur cotée ou non cotée, mais le souci de sécurité prévaut : les sociétés doivent détenir au moins 90 % de valeurs cotées françaises ou étrangères, de bons du Trésor et de liquidités ; au moins 30 % de leur actif doivent être constitués d’obligations françaises et de liquidités. Afin d’éviter leur éventuelle immixtion dans la gestion des entreprises, elles ne peuvent détenir plus de 5 % de leurs fonds dans un même titre, excepté pour les effets publics64. Pour bénéficier des mesures d’exonération fiscale sur les bénéfices, les sicav sont tenues de distribuer l’intégralité de leurs revenus de portefeuille.

66Dès 1964, de nombreuses sicav sont créées par des associations entre banques d’affaires et banques de dépôt : Sogevar, Épargne-Valeur, Épargne mobilière, Optima, Soginter… ; le Crédit Lyonnais s’est distingué en lançant seul trois sicav. Enfin, seulement deux sociétés d’investissement ne sont pas constituées par des banques, celle de la CDC et celle de la compagnie d’assurances La Paternelle, dont les titres sont diffusés par le CIC. La stratégie des banques s’est engagée dans une spécialisation de leurs sociétés d’investissement : Soginter est orientée vers les valeurs internationales, Slivafrance vers les valeurs françaises, ou encore Épargne-Obligations, Sogépargne, en direction des valeurs à revenu fixe, tandis que Slivarente est spécialisée dans les valeurs à haut rendement.

67Même s’il est d’un faible montant par rapport à l’ensemble de la capitalisation boursière, le drainage des capitaux vers les valeurs mobilières s’accroît vivement depuis 1964, comme l’indique le tableau suivant.

Tableau 35. Capitaux nets recueillis par les sicav des trois grandes banques de dépôt (en millions de francs)

1964

1965

1966

1967

1968

1969

Total

Crédit Lyonnais Slivam

Slivafrance

Slivarente

135

145,2

108,4

127,4

578,3

578,4

1 921,5

Société générale Sogevar

Soginter

Sogépargne

89,6

109

67,5

80,8

530,7

582,6

1 654,6

BNP Épargne Valeur (Unival)

Épargne Obligations

71,6

89,3

78,5

61,7

645,9

848,8

2 095,5

Source : ACL, 135 AH 42, note du département Commerçants et Particuliers, 16 septembre 1970.

68Les sicav offrent aussi aux épargnants une gamme assez étendue d’emplois. Fin décembre 1967, 1,9 milliard d’actifs en sicav se répartissent ainsi :

  • 65  Source : rapport de Maurice Lorain pour le Conseil économique et social, 9 janvier 1968.

Liquidités :

6,8 %

Obligations françaises :

32,9 %

Actions françaises :

36,1 %

Valeurs étrangères :

24,2 %65

  • 66  ACL, DAF 3201, Réunion au CBV avec M. Calvet, 23 mars 1965.

69En ce qui concerne ces dernières, il est intéressant de noter qu’une large part du portefeuille étranger des sicav est constituée de valeurs non cotées à Paris. Il semble qu’il soit plus facile de les introduire à Paris par ce biais, les banquiers constatant une réticence des entreprises étrangères à introduire directement leurs titres en Bourse66. La variété des titres proposés par les sicav se retrouve dans la répartition de leur portefeuille entre tous les départements de la cote, soit en 391 lignes d’actions françaises, dont 133 cotées à terme à Paris, 213 cotées au comptant à Paris et 45 cotées en province ou non inscrites à une cote. Les valeurs étrangères sont représentées par des titres issus en majorité des pays de la CEE, des Etats-Unis, mais aussi d’Afrique du Sud et du Japon.

  • 67  Rapport du Conseil économique et social et article de Georges Gallais-Hamonno, « La clientèle des (...)
  • 68  Cette hypothèse pourrait utilement faire l’objet d’études plus approfondies sur l’image de la Bour (...)

70Surtout, les sicav attirent vers l’investissement en Bourse une nouvelle catégorie d’épargnants, qui ne bénéficient ni de l’information ni de la compétence ou de la surface financière nécessaire pour oser s’y aventurer. La quasi-totalité des actionnaires des sicav sont des particuliers, souvent de petits porteurs ; si les chefs d’entreprise et les retraités sont les premiers actionnaires, les cadres en représentent un quart et les ouvriers et employés un peu plus de 9 % ; ces deux catégories socioprofessionnelles ont tendance à progresser dans les années soixante-dix67. En 1968, environ 15 % des détenteurs des sicav bancaires seraient des nouveaux venus aux valeurs mobilières, tandis que 30 à 40 % de la clientèle de la sicav de la Caisse des dépôts, Livret-Obligation, détiennent pour la première fois des titres. Ce chiffre s’élèvera à 33 % en 1975, date à laquelle la nouvelle clientèle venue à la Bourse compte un million de ménages. Serait-ce le signe d’un retour de la démocratie financière du début du siècle ? En tirer cette conclusion est sans doute un peu exagéré, mais l’image de la Bourse est en train d’évoluer d’un club fermé de gens aisés vers un marché ouvert à la petite épargne68.

  • 69  Avis du Conseil économique et social sur les sicav, présenté par Maurice Lorain, 9 janvier 1968.
  • 70  Rapport préliminaire de Michel Caplain sur le marché des actions, octobre 1970. M. Caplain est alo (...)
  • 71  Rapport de Dominique Chatillon sur le marché des obligations, 1970.
  • 72  Rapport sur le marché des actions, dit « Rapport Baumgartner », 1971.

71Malgré la mauvaise tenue de la Bourse sur la période, la valeur d’origine des capitaux des sicav s’est accrue de 6 % en moyenne entre 1964 et fin 196769. Elles ont joué un rôle de régulateur du marché financier plutôt que de perturbateur, contrairement à ce que craignait le comité Lorain. Il apparaît que les gérants de sicav n’opèrent pas systématiquement dans le même sens pour leurs achats et ventes70. De même, à ce stade de développement des sicav à la fin des années soixante, les critiques des agents de change à propos de la concurrence faite à l’épargne individuelle ne semblent pas fondées : le portefeuille obligataire des sicav s’élève, en 1969, à seulement 4,8 % de la capitalisation boursière71. En 1970, le développement de l’épargne institutionnelle, qui permet une acclimatation de l’épargnant aux questions boursières, est en fait préconisé pour favoriser le développement du marché des actions72.

72Du point de vue du réveil du marché financier, le bilan des placements collectifs apparaît donc tout à fait positif.

C. Les banques d’affaires s’adossent aux compagnies d’assurances

  • 73  R. Jablon, L. Quennouëlle-Corre et A. Straus, Politique et finance… op. cit., p. 153-154 et chapit (...)
  • 74  Antoine Bernheim est associé gérant de Lazard Frères et Cie entre 1967 et 1999, et, en parallèle, (...)

73C’est au cours de ces années d’expansion que les liens des banques d’affaires avec les compagnies d’assurances, qui avaient été rompus après la guerre du fait des nationalisations, sont à nouveau tissés par certaines. Renouant avec sa stratégie d’avant la guerre, la banque Rothschild a ainsi cherché à renforcer ses ressources et sa capacité de placement en essayant d’abord de prendre le contrôle de sociétés d’assurance vie. Mais le refus des conseils d’administration de laisser la banque entrer dans leur capital l’incite à créer, en 1960, avec La Concorde une compagnie d’assurances sur la vie, la Fédération continentale, qui lui fournit les capitaux nécessaires à son développement73. Pour sa part, la Banque Lazard entretient dans ces années des liens étroits avec Generali par l’entremise d’Antoine Bernheim74.

74Quelques exemples tirés des archives illustrent ce phénomène, qui mériterait une étude approfondie sur la place des compagnies d’assurances dans les marchés de capitaux.

  • 75  ACL, DAF 2750, « Relations avec les compagnies d’assurances », 15 juin 1961. Chiffres avancés par (...)

75Les compagnies d’assurances bénéficient alors d’une capacité de placement annuelle d’environ 1,5 milliard de francs75, mais en raison de la réglementation stricte de leurs placements en titres et de l’état du marché financier, elles ont des difficultés à se procurer en Bourse des titres de première catégorie, hormis quelques emprunts, comme par exemple, en 1960 et 1961, l’emprunt Caravelle, celui de Sud-Aviation ou l’emprunt du Bureau de recherches pétrolières. Le placement de titres réservés aux compagnies d’assurances est effectué à l’époque par Paribas et par deux intermédiaires financiers, les cabinets de courtage Lefevre et Ricard, qui ont tous trois un quasi-monopole sur ce marché de gré à gré. Active depuis les années cinquante auprès des investisseurs institutionnels, Paribas se trouve ainsi en position de force dans le « placement privé » (private equity) des emprunts réservés aux compagnies d’assurances et aux caisses de retraite, avantage qu’elle maintient aussi bien vis-à-vis des grandes compagnies nationalisées que des petites mutuelles. Elle s’allie également aux banques de compagnies ou de mutuelles d’assurances, sur lesquelles elle s’appuie pour placer des titres.

76Cependant, en raison de la réglementation des placements des compagnies d’assurances, orientés vers le secteur public et semi-public, les placements privés sont beaucoup moins développés en France qu’aux États-Unis, en RFA ou aux Pays-Bas. D’un montant limité (environ 10 % du montant des émissions publiques jusqu’en 1972), le placement auprès des compagnies d’assurances offre pourtant des avantages non négligeables pour les émetteurs : il se fait sur de gros paquets de titres faciles à placer et qui s’adaptent plus facilement au rythme de financement des entreprises car ils ne nécessitent aucune inscription au calendrier des émissions ; les frais d’émission sont réduits du fait de l’absence de publicité. Pour les investisseurs, la prise ferme n’est pas exigée et les taux d’intérêt sont attractifs. Il faudra attendre les recommandations du rapport Chatillon en 1970 pour que les règles de placement des compagnies d’assurances soient revues, à partir de 1973, et fassent diminuer leur volume en conséquence (graphique 11).

Graphique 11. Part des émissions placées par les banques ou réservées aux compagnies d’assurances 1970-1978 (en millions de francs)

Graphique 11. Part des émissions placées par les banques ou réservées aux compagnies d’assurances 1970-1978 (en millions de francs)

Source : Archives privées Y. Duret, 5 février 1979. Sur ce graphique, les emprunts obligataires réservés constituent une partie des emprunts obligataires avec concours bancaires. La part réservée aux compagnies d’assurances diminue sensiblement à partir de 1973 pour disparaître en 1978.

77Ces deux exemples sur les placements collectifs et sur les placements privés illustrent à la fois le rôle actif de banques dans les processus d’innovation financière et dans la (re)conquête de marchés français et étrangers. Bien évidemment, certaines apparaissent plus dynamiques que d’autres, mais opposer banques d’affaires et banques de dépôt sur ce point serait faux. Il existe, dans certains établissements, une tradition d’ouverture internationale, une culture de marché, un dynamisme commercial plus fort que dans d’autres, qu’ils soient ancrés dans l’établissement ou bien portés par l’arrivée de nouveaux dirigeants.

78Un accès au pouvoir politique plus ou moins aisé pour l’un ou l’autre établissement permet aussi de faire avancer les idées de réforme : les banques forment-elles un groupe de pression efficace en faveur de la libéralisation du marché ?

III. Un lobbying de banques modernisatrices ?

79À rebours d’une historiographie qui les a étiquetés un peu rapidement comme frileux, voire malthusiens, des banquiers modernisateurs de la place depuis les années cinquante apparaissent de manière récurrente au fil des documents d’archives et des témoignages oraux, que ce soit pour suggérer de nouveaux types d’émission, alléger des réglementations ou bien encore lever les barrières financières aux frontières. Qui sont ces banquiers innovants ? Sont-ils du sérail de l’Inspection des finances ou bien, au contraire, sont-ils issus de milieux privés ? Du point de vue de la modernisation de la place financière, la question mérite d’être posée et la réponse se fait selon deux mouvements : ceux qui ont une influence dans la décision et ceux qui sont des novateurs – les uns et les autres pouvant se recouper.

  • 76  Plutôt que les hauts fonctionnaires, on a retenu ici les inspecteurs des Finances qui dominent lar (...)
  • 77  Notamment Emmanuel Chadeau, Les Inspecteurs des finances au xixe siècle, (1850-1914). Profil socia (...)

80Dans une période où le rôle de l’État, dans la sphère financière, est encore prégnant et au regard du prestige de leur corps et de leurs qualités intellectuelles reconnues, les inspecteurs des Finances constituent l’un des canaux les plus directs de transmission de suggestions, d’idées nouvelles aux décideurs publics76. Mais sont-ils pour autant les moteurs des innovations et de la réforme financière ? Ne sont-ils pas, par nature, conservateurs ? En s’appuyant sur les travaux historiques et les enquêtes sociologiques qui ont déjà permis d’identifier leur relation avec la sphère économique privée77, on tente ici de cerner de plus près leur rôle éventuel dans le lobbying des banques auprès des autorités de tutelle.

81Dans quel sens s’établissent ces relations entre banque et ministère des Finances, voire avec les autres centres du pouvoir financier ? Si les inspecteurs des Finances peuplent les directions des grandes banques, sont-ils pour autant soumis aux injonctions administratives ? Ou bien au contraire profitent-ils des relations avec leur ancienne maison pour y établir des relations privilégiées et y faire passer leurs idées ? Peut-on définir d’un trait dominant leur place dans l’ensemble du système bancaire ou bien y a-t-il une typologie plus fine à établir suivant les établissements et le poids des anciens hauts fonctionnaires en leur sein ?

  • 78  Le pourcentage se situe à 51 % pour un départ entre 1978 et 1988. Chiffres donnés par Luc Rouban, (...)
  • 79  Source : organigrammes des banques. Ne sont pris en compte que les salariés de la banque et non le (...)

82L’analyse quantitative à grands traits fournit déjà quelques indications. Parmi les fonctions occupées par les inspecteurs des Finances dans le secteur économique privé ou semi-public, plus de 56 % le sont dans le secteur bancaire entre 1968 et 197878. Cette spécificité française du recrutement d’anciens fonctionnaires se double d’une évolution récente de la formation des dirigeants de banques ; la bancarisation de la société au xxsiècle a entraîné, en Europe de l’Ouest, une professionnalisation du métier de banquier et la création de postes de direction dans les banques en faveur de diplômés. Cette évolution en faveur de recrutements externes s’est faite au détriment des familles de fondateurs. On parle dorénavant de dirigeant bancaire plutôt que de banquier. En France, plusieurs types de recrutement externe se retrouvent chez les dirigeants bancaires après la guerre : inspecteurs des Finances, polytechniciens, HEC, Science-Po et droit – même si les Sciences-Po-droit atteignent rarement le sommet de la hiérarchie. Parmi eux, nous nous attarderons sur ceux qui, dans les grandes banques, assurent une proximité avec la tutelle du ministère des Finances, les inspecteurs des Finances. L’analyse qualitative des données pour les six plus grandes banques se heurte d’abord à une difficulté méthodologique : le manque d’organigrammes disponibles avant les années soixante-dix. Les chiffres n’indiquent qu’une tendance à la stabilité d’un petit nombre d’inspecteurs des Finances dans les six premières banques (CL, SG, BNCI, CNEP, Paribas, CIC) : ils sont dix en 1950, 13 en 1960, 16 en 1970, 14 en 198079.

  • 80  Cependant nous ne disposons pas de chiffres ni d’études pour les banques régionales.
  • 81  Bien que non inspecteur des Finances, Christian Valensi, conseiller financier à Washington, qui en (...)
  • 82  Paul Vincent (1967-1973), François Cariès (1968-1978) et Jean-Michel Boreux (1972-1976). Dans les (...)

83Ils essaiment dans tous les types de banques : banques nationalisées ou privées, de dépôts ou d’affaires, de taille grande ou moyenne80. Dans les banques d’affaires, on relève également la présence d’un ou deux inspecteurs des Finances chez Worms, à Suez, à la BUP ; associé-gérant de Lazard et Cie de 1955 à 1993, Jean Guyot en est le seul inspecteur des Finances81, mais fait preuve d’une étonnante longévité, tandis que chez Rothschild et Cie, trois inspecteurs des Finances occupent des postes de direction dans les années 1960-197082. Le groupe Suez, qui en recrute une dizaine dans les années 1960-1970, est de ce point de vue atypique.

  • 83  Notamment au Crédit Lyonnais, la filière de sortie privilégiée pour les anciens directeurs du Trés (...)

84Peu nombreux, ils sont nommés directement à des postes de direction. Ils monopolisent systématiquement la présidence des grandes banques, et souvent la direction générale. Dans certaines banques, comme à la Société générale et à la BNP, ils arrivent comme directeurs, puis grimpent les échelons jusqu’à la présidence, ce qui leur confère alors une certaine expérience de la banque. Dans d’autres banques, ils arrivent directement comme président83, ou bien encore comme associés dans des banques d’affaires (Lazard Frères). En dehors de la hiérarchie de l’entreprise, des conseillers du président et les membres du conseil peuvent renforcer la position globale des inspecteurs des Finances dans la sphère bancaire, du moins sur le plan quantitatif. Souvent présents dans les conseils des banques nationalisées ou bien de grandes entreprises publiques en tant que représentants du ministère des Finances, ils peuvent constituer des relais efficaces vers le pouvoir de décision.

Tableau 36. Formations des dirigeants de quatre grandes banques françaises

IF / Cour des comptes /MF

Polytechnique

HEC/Harvard

Sciences-Po/droit

1971

1981

1971

1981

1971

1981

1971

1981

Crédit Lyonnais

5/9

4/11

1/9

2/11

0

0

3/9

1/11

Société générale*

4

3

1

2

0

0

2

3

BNP

4/7

4/7

1/7

0

2/7

1/7

1/7

4/7

Paribas

3/12

1/17

2/12

4/17

1/12

1/17

4/12

4/17

Total

16

12

5

8

3

2

10

12

* On n’a pas retrouvé le compte exact des dirigeants de la Société générale.

Les postes comptabilisés sont : président, directeur général, directeur général adjoint, directeurs et conseillers du président (certains cursus n’ont pas été retrouvés : il s’agit donc d’une estimation minimale pour chaque profil). Certains sont à la fois IF et X, d’où le chiffre différent d’une décennie à l’autre. La différence entre les diplômés et le total est issue du recrutement interne.

  • 84  Les polytechniciens sont aussi très actifs dans la banque, voir Hubert Bonin, Le Monde des banquie (...)

85Cependant, les inspecteurs des Finances sont en concurrence – ou en complémentarité – avec d’autres profils pour la conduite des affaires bancaires : ceux issus du recrutement interne, les polytechniciens ou les diplômés d’HEC et parfois de Harvard84. D’autre part, les contrepoids à ces recrutements externes, importants dans le secteur bancaire, peuvent limiter leur pouvoir réel : autonomie des directions opérationnelles, méfiance traditionnelle vis-à-vis des recrutements externes, légitimité accordée à l’expérience. Une photographie à dix ans d’écart donne un aperçu de la répartition entre les différentes formations des dirigeants au Crédit Lyonnais, à la Société générale, à la BNP et à Paribas, qui sont alors les quatre banques les plus importantes, mais aussi les plus proches du pouvoir.

86L’écrasante majorité des hauts fonctionnaires des Finances à la tête des grandes banques induit une proximité culturelle et sociale entre la tutelle et les banques. On relève qu’à Paribas, les profils sont plus ouverts et variés, c’est la seule banque à recruter à haut niveau un diplômé de Harvard, tandis que dans les trois nationalisées se concentre le recrutement d’inspecteurs des Finances.

  • 85  Au sens donné par Pierre Bourdieu de « portefeuille de liaisons nombreuses, stables et rentables » (...)
  • 86  Voir les travaux d’E. Chadeau, Les Inspecteurs des finances…, op. cit., et ceux de N. Carré de Mal (...)

87Pourquoi les banques recrutent-elles des inspecteurs des Finances ? Au-delà de leurs qualités d’intelligence et d’expertise en matière financière, c’est sans doute leur capital social85 sur la place de Paris qui est leur atout premier. L’homogénéité du corps avec l’élite sociale n’est pas nouvelle86. La proximité avec le milieu industriel, celle avec la haute fonction publique, voire le milieu politique, se cumulent pour assurer un réseau relationnel de premier ordre. Avec les responsables administratifs et politiques, le capital culturel engrangé lors des années d’apprentissage – même formation, même langage, mêmes expériences professionnelles – facilite les relations interpersonnelles et les liaisons professionnelles. Plus largement, le capital informationnel dont ils bénéficient du fait de leur réseau socioprofessionnel constitue un élément déterminant. Plutôt que le « know how », ce serait le « know where » qui serait la qualité première du réseau : où trouver l’information économique, comment se placer dans une négociation, etc. Il est vital pour les banques d’obtenir des informations avant les autres sur les entreprises, les différents secteurs industriels, la conjoncture économique, les innovations techniques, les décisions politiques à venir : l’information peut être relayée entre inspecteurs des Finances, qui retrouvent leurs camarades dans les conseils d’administration des grandes entreprises, dans les institutions de contrôle, les cabinets ministériels, les autres banques ou dans des réunions d’anciens – ils participent à tous les centres de pouvoir financier.

  • 87  AP Maurice Pérouse, SAEF, Conférence de Jean Guyot, Georges Plescoff et Marc Viénot sur la Bourse, (...)
  • 88  Entretien avec l’auteure, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, entretien (...)
  • 89  Cf., par exemple, le témoignage de Christian de Lavarène sur le recrutement de dirigeants au CIC. (...)

88Quelle est l’influence du corps dans le secteur bancaire et financier ? De leur poste dans les banques ou de l’intérieur du ministère, les inspecteurs des Finances peuvent constituer un cercle de réflexion, comme l’illustre une réunion en 1966 à l’association de l’Inspection générale des finances, au cours de laquelle trois inspecteurs exposent devant leurs camarades leurs points de vue sur le marché financier français87. L’esprit de corps peut se réveiller de temps en temps pour se mobiliser en faveur de l’un ou l’autre camarade. Lorsque la BUP affronte une bataille boursière en 1963-1964, son président Emmanuel Lamy cherche un chevalier blanc et sollicite Dominique de Grièges au groupe Suez. De même peut-on avancer que la bataille pour le contrôle du CIC fut aussi celle d’un président de Paribas, Jean Reyre, qui n’était pas du sérail de l’Inspection, face à un inspecteur des Finances de grande stature, Jacques Georges-Picot, président du Suez. « Cela a joué certainement », assure Dominique Chatillon, qui voit au sein du groupe CIC un « attachement plus grand à Georges-Picot et à toute sa bande d’inspecteurs88 ». Toutefois, certains feront les frais de cette bataille, comme Christian de Lavarène ou Emmanuel Lamy : les liens de corps entre inspecteurs des Finances sont alors éclipsés par les enjeux financiers et les ambitions professionnelles. Dernier point qui mérite d’être relevé, la cooptation entre inspecteurs des Finances pour les postes de direction dans les banques est aussi un signe que le corps tient à garder ses positions au sein de la place bancaire89.

  • 90  Hubert Bonin vient heureusement d’entamer une démarche sur la capacité réformatrice des inspecteur (...)

89Pour autant, il ne se dégage pas de profil type d’inspecteur des Finances « pantoufleur » dans la banque, et par rapport à la question qui nous intéresse ici – leur éventuelle capacité d’innovation et de réforme dans le domaine financier –, les parcours divers de cette génération des Trente Glorieuses autorisent plutôt à proposer une typologie en quatre axes des dirigeants de banque : les gestionnaires, les entrepreneurs, les internationaux, les relais politiques. Cette piste de travail, qui privilégie l’analyse qualitative, demanderait à être approfondie pour affiner les profils des dirigeants de banque en France et rectifier une image globalement passive des hauts fonctionnaires des Finances dans le secteur bancaire90. La réalité est sans doute plus subtile. Cette typologie se fonde à la fois sur la perception des banquiers par leurs pairs et par les actions qu’ils ont pu mener dans leur banque, visibles soit par les archives, soit par les travaux historiques.

A. Les gestionnaires

90Ce profil rassemble la grande majorité des inspecteurs des Finances dans les banques. Après un parcours administratif plus qu’honorable jusqu’au poste de sous-directeur au moins, ils entrent en général dans la banque en milieu de carrière. Ils sont présents dans tous les types de banques et à plusieurs niveaux hiérarchiques. En tant que hauts fonctionnaires des Finances d’une certaine stature, ils sont respectés par leur ancienne maison. Ils restent sans doute plus dévoués au service public que d’autres. Ils sont reconnus comme de bons gestionnaires dans leur établissement, qu’ils contribuent à développer grâce à une grande longévité de carrière, mais par rapport à notre critère fondé sur l’innovation, ils n’ont pas marqué leur génération. Au regard de leur poste à la tête des grandes banques, ils peuvent cependant être une courroie de transmission vis-à-vis des autorités de tutelle, suggérer ou différer des réformes. Rappelons que les présidents des quatre banques nationalisées rencontrent régulièrement les dirigeants du Trésor.

91On peut citer quelques banquiers au sommet de la hiérarchie dans ce groupe, de loin le plus nombreux de la cohorte 1950-1980 : Pierre Ledoux, qui entre à la BNCI en 1963, devient directeur général, puis président de la BNP (1971-1979) ; Dominique Chatillon, qui s’est montré d’une grande longévité dans le milieu bancaire en enchaînant des postes prestigieux : directeur financier à la CDC (1967-1974), puis P.-D.G. du CIC (1978-1982) et enfin P.-D.G. de la Compagnie La Hénin de 1983 à 1990 ; Christian de Lavarène, issu des Finances extérieures, qui est directeur au CIC en 1952, puis directeur général adjoint en 1956, vice-président en 1961 et président de 1968 à 1978.

B. Les entrepreneurs, brillants mais rares

  • 91  La moyenne des départs de l’administration s’établit à 40 ans, selon M. Bauer et B. Bertin-Mourot, (...)
  • 92  Pour les historiens, les témoignages oraux et la publication de mémoires constitue sans nul doute (...)

92Contrairement à bon nombre d’idées reçues, un certain nombre d’inspecteurs des Finances de cette génération sont reconnus par leurs pairs comme des banquiers ou financiers bâtisseurs et innovateurs. Ils sont généralement entrés jeunes dans la banque91, s’y sont formés à l’entreprenariat et ont beaucoup œuvré pour bâtir de véritables groupes bancaires. En poussant à l’innovation de produits et au développement de leur banque, ils rendent service à l’ensemble de la place financière. Ce sont les plus indépendants de l’État, mais leur réputation leur permet de faire éventuellement du lobbying auprès de leur ancienne maison. On les retrouve dans tous les types de banques, mais surtout dans les banques d’affaires. Les plus connus – du fait de leur position dans le milieu, mais aussi de leurs écrits92 – ont œuvré en marge des grands établissements.

93Jacques de Fouchier est la figure emblématique du bâtisseur d’empire : créateur de la Compagnie bancaire en 1959, fondateur du crédit à la consommation (Cetelem en 1953) et du crédit à l’équipement (Unibail), c’est lui qui lance le premier l’idée d’une société d’investissement financée par les banques. Vice-président de la Compagnie financière de Paris et des Pays-Bas (ancien nom de la banque) en 1968, puis président en 1969, il est nommé P.-D.G. de la banque Paribas en 1973 jusqu’en 1978. Il reprend les rênes de la banque à la suite de la démission de Pierre Moussa en octobre 1981, jusqu’à la nomination de Jean-Yves Haberer (février 1982).

  • 93  Voir l’introduction d’Hubert Bonin, « Jacques Georges-Picot manageur et stratège » in Jacques Geor (...)
  • 94  Voir Hubert Bonin, Suez : Du canal à la finance, Paris, Economica, 1987.
  • 95  Jean-François Lepetit, Homme de marché, Paris, Economica, 2002, chapitre III. Rappelons toutefois (...)

94Jacques Georges-Picot93, Michel Caplain, Dominique de Grièges et Jack Francès : ce quatuor, qui bâtit le groupe financier Suez en vingt ans, constitue, du fait de ses qualités entrepreneuriales, un élément atypique du corps94. Parmi eux, Jack Francès offre un parcours financier étonnant. Polytechnicien et inspecteur des Finances, il quitte l’administration à 31 ans pour la Banque générale industrielle La Hénin, qu’il fusionne avec l’Union des mines en 1965 pour fonder la Banque de Suez et de l’Union des mines, tout en étant associé-gérant de la banque Vernes et Cie et vice-président de l’Union industrielle et minière. Il préside ensuite la Banque Indosuez (1974-1979), la Compagnie de Suez (1972-1979), puis le groupe Victoire (1979-1989) ; d’esprit aventurier, il innove dans le domaine du crédit à la consommation (Sofinco), mais se montre aussi pionnier à la BSUM dans le domaine de la trésorerie et des changes, au moment de l’essor des eurodollars95.

  • 96  Allocution de Jean-Paul Delacour, alors vice-président de la Société générale, aux obsèques de Mau (...)

95L’inventeur de la TVA, Maurice Lauré, polytechnicien et inspecteur des Finances, après avoir été directeur général du Crédit national de 1960 à 1967, occupe les fonctions de directeur général de la Société générale de 1967 à 1973 avant d’en être le président de 1973 à 1982. Ce grand banquier transforme la belle endormie en véritable groupe, mettant son esprit méthodique au service du développement de nouvelles techniques de crédit, comme le leasing et le crédit-bail (Sogebail), et de nouveaux procédés de financements, comme les financements structurés96.

96Enfin, moins connu et isolé, Georges Plescoff, directeur de la Caisse des dépôts et consignations de 1957 à 1967, président des AGF de 1970 à 1982, président de la Compagnie financière de Suez et de la Banque Indosuez en 1982-1983, et fondateur d’Eurofin en 1984, est souvent cité par ses pairs pour son inventivité, sa capacité à faire des « coups », sans que l’on ait de traces écrites de ses activités. Il participe également aux travaux de la commission Leca sur le marché obligataire et au rapport Segré sur les marchés européens de capitaux.

97Ce groupe, peu nombreux, est actif sur les nouveaux marchés et dans les nouveaux produits financiers, mais pas obligatoirement en liaison avec les autorités de tutelle pour les réformes institutionnelles.

C. Les internationaux : encore des exceptions avant 1980

98L’apprentissage international effectué lors de leur parcours administratif leur a donné le goût de l’international, une ouverture d’esprit, une approche pragmatique et sans doute plus libérale. Dans une période de timide réouverture, ils sont des pionniers qui réorientent les activités de leur banque vers l’étranger.

  • 97  Pierre Moussa, La Roue de la fortune, Paris, Fayard, 1989, p. 69 et suiv.
  • 98  Jacques de Fouchier, La Banque et la vie, Paris, Odile Jacob, 1986, p. 194.

99De ce point de vue, le parcours de Pierre Moussa est exceptionnel. Né d’un père égyptien et d’une mère française, il fait son apprentissage professionnel dans des directions ministérielles ouvertes sur l’étranger : la direction des Relations économiques extérieures (DREE) au ministère de l’Économie, puis la direction des Affaires économique et du Plan au ministère de la France d’outre-mer de 1954 à 1959. Il est ensuite nommé directeur du département Afrique de la BIRD de 1960 à 1965 ; ces postes lui permettent de tisser des liens avec de nombreux chefs d’États et des grandes entreprises internationales97. Ses relations suivies avec un nombre considérable de financiers internationaux décideront Jacques de Fouchier à en faire son successeur à Paribas à partir de 196998. À Paribas également, Bernard de Margerie, issu de la direction des Finances extérieures, est l’une des figures emblématiques de l’expansion du groupe dans les crédits internationaux.

100Ancien sous-directeur au Trésor de 1949 à 1953, directeur de la division Finances à la CECA aux côtés de Jean Monnet en 1953, puis associé-gérant chez Lazard Frères et Cie à partir de 1955, Jean Guyot est de ceux qui, très tôt, militent en faveur de l’ouverture européenne et internationale du marché financier français. Il participe à la rédaction du rapport Segré sur le marché européen des capitaux et fait pression sur son ancienne maison pour ouvrir le marché aux émissions étrangères.

  • 99  Entretien avec l’auteure n° 4, 2010, Archives historiques de la Société générale.

101L’expérience administrative de Marc Viénot contribue à forger un esprit tourné vers l’international et la finance. En charge des activités financières au Trésor de 1966 à 1970, il est ensuite conseiller financier à Washington et administrateur au FMI et à la BIRD entre 1970 et 1973, date à laquelle il entre comme directeur général adjoint à la Société générale. À partir de cette date, il développe le réseau international de la banque, ainsi que sa place dans les émissions financières : il obtient le chef de filat pour l’emprunt Giscard de 197399. C’est lui qui crée la direction des Marchés de capitaux en 1986, qui va propulser la banque avant les autres dans les activités de marché.

D. Les relais politiques de la réforme financière : une minorité

102Ayant appartenu à des cabinets ministériels ou bien anciens directeurs au ministère, ils bénéficient d’un capital de relations très important dans les milieux politiques ; ils constituent un relais pour l’État dans le secteur bancaire et financier, mais sont aussi des lobbyistes efficaces pour la profession. Ils se comptent sur les doigts de la main.

103Olivier Moreau-Néret est sans doute le plus ancien de la génération. Il quitte le Mouvement général des fonds dès 1925 pour rejoindre le Crédit Lyonnais comme directeur et secrétaire général. Après plusieurs passages dans les cabinets ministériels entre 1939 et 1941, il revient au Crédit Lyonnais. Il en devient président de 1955 à 1962. Excellent technicien des valeurs mobilières, il préside la commission d’études des valeurs mobilières de 1949 et représente la profession bancaire au Comité des Bourses de valeurs entre 1949 et 1955 ; il a publié de nombreux ouvrages de référence sur le marché financier. Il est président de l’Institut d’études bancaires de 1963 à 1967. Il constitue sans nul doute un relais d’influence majeur dans les discussions sur le marché financier au début de la période, mais dans le sens de la prudence plutôt que de l’innovation.

104Maurice Lorain ne reste que quatre ans dans l’administration et rejoint dès 1925 la Société générale. C’est en tant que président de la banque, de 1958 à 1967, qu’il préside la commission sur le financement des investissements de 1963 : le rapport du même nom marque un pas décisif pour la mise en route des réformes financières de la décennie. C’est lui encore qui rédige, au nom de la section des finances, du crédit et de la fiscalité du Conseil économique et social, un avis sur les sicav en 1968. L’influence des idées de cet inspecteur des Finances forgé dans la banque a rayonné largement sur toute la place.

  • 100  ACL, DAF, programme des opérations futures, notes de conversation, 1949-1952. L. Quennouëlle-Corre (...)

105Deux cas d’influence plus discutables mais néanmoins intéressants peuvent être relevés pour ces années. En tant que directeur du Trésor, François Bloch-Lainé a eu certes une attitude ouverte à l’égard du marché financier et commande une étude pour tenter de remédier à son atonie en 1950100. En revanche, nous ne disposons pas de trace de son éventuelle action à la CDC dans ce sens entre 1952 et 1967 ; au Crédit Lyonnais, il ne s’est guère intéressé aux affaires financières, réservées à son directeur général, Maurice Schlogel, avec lequel il avait peu d’affinités. Citons encore un autre ancien directeur du Trésor, Claude Pierre-Brossolette, président du Crédit Lyonnais entre 1974 et 1981, qui établira à la demande de Raymond Barre, en 1979, un rapport prônant la libération des changes, mais qui n’aboutira pas. Car l’ancien giscardien apparaît comme un libéral bien audacieux pour l’époque et son influence reste mince.

106Au terme de cette rapide étude, il apparaît que les inspecteurs des Finances de cette génération en poste dans les banques offrent des profils variés ; certains d’entre eux – une minorité – se sont avérés de véritables entrepreneurs, favorables au retour du marché et à la réouverture internationale de la France. Pour cela, ils ont pris des chemins de traverse, hors des voies toutes tracées de l’« Establishment », hors des grandes banques de dépôt. Il ne faut donc pas conclure trop rapidement à l’idée d’une connivence complète de l’État avec les banques, qui serait alimentée par le réseau des inspecteurs des Finances, même si, à l’époque, il n’était pas interdit à un haut fonctionnaire de pantoufler directement dans une entreprise qui était sous son contrôle – c’était d’ailleurs fréquemment le cas. Tout dépend de la personnalité, mais aussi du parcours professionnel de chacun, les liens avec l’ancienne maison pouvant se distendre au gré des inimitiés politiques, des changements générationnels ou des rivalités de personnes. La logique de fonction prédomine, qui fait rapidement épouser à un ancien haut fonctionnaire la cause de sa banque. On peut également suggérer ici que les quatre axes de la typologie regroupent aussi bien des banquiers qui sont en poste dans les années cinquante que ceux aux commandes dans les années soixante-dix. Peut-on parler d’une même cohorte, d’une génération d’inspecteurs des Finances-banquiers qui aurait marqué de son action les Trente Glorieuses ? Ceci est une piste de travail qui demanderait à être poursuivie.

107Rétrospectivement, les personnalités évoquées ont eu peu d’influence à titre personnel. Sans doute les relais entre les banques et les décideurs politico-administratifs sont-ils multiples et les idées novatrices font-elles leur chemin de manière diffuse dans la communauté financière. Il faut également considérer les limites de l’exercice prosopographique tendant à étudier les hommes hors des institutions qui leur permettent d’épanouir ou non leurs talents : la réussite est peut-être due à une rencontre fructueuse entre un homme entreprenant et une banque dynamique.

E. Des institutions conservatrices ou innovantes ?

108Par tradition, par vocation, certaines banques apparaissent plus en pointe que d’autres dans l’innovation financière, le dynamisme et l’ouverture internationale. Les hommes qui y font preuve d’inventivité sont aussi portés par leur institution, la plupart du temps une banque d’affaires ou un groupe financier, en dehors des grands établissements nationalisés ou semi-publics. Au sein de ces institutions, parmi les banquiers qui ont poussé à la libéralisation financière dans les années 1950‑1970, on retrouve des autodidactes, issus du recrutement interne des banques, qui, grâce à leur parcours professionnel ou leur milieu familial, ont développé une culture de marché propice à l’innovation bien rare en ces temps dirigistes. Instigateurs d’innovations ou de réformes, ils ont peut-être moins de relais politiques que d’autres, à la position institutionnelle bien assise, mais réussissent à faire passer leurs idées, sans doute aussi parce que l’établissement dans lequel ils évoluent les autorise à le faire.

109Au-delà des parcours individuels, l’on peut s’interroger en effet sur le rôle des institutions bancaires dans l’avancée de la modernisation, qui ont pu « porter » justement les avancées réformatrices, les initiatives en faveur du retour du marché. Quelques établissements de métier et de statut différents se dégagent, qui méritent une mention particulière.

  • 101  Éric Bussière, Paribas, l’Europe et le monde 1872-1992, Anvers, fonds Mercator, 1992, p. 153.
  • 102  Entretien de l’auteure avec Pierre Haas, entretien n° 1, Association pour l’histoire de BNP-Pariba (...)
  • 103  Témoignage de Pierre Moussa, dans É. Bussière, Paribas…, op. cit., p. 200.

110Paribas est l’un de ces viviers d’hommes de marché qui ont gravi les échelons de la prestigieuse banque d’affaires. Dans ce panorama, Jean Reyre, indéniablement, domine l’histoire de l’après-guerre. D’une famille de grands marchands commerçant avec les pays lointains, il en a conservé l’âme d’un négociant101. Entré dans la banque en 1924, il est propulsé à la direction lors du renouvellement des dirigeants de la banque à la Libération. Sans retracer toute sa carrière, il faut rappeler ici que son réseau de banquiers, à l’échelle européenne, a contribué fortement à redémarrer les activités internationales de la banque après la guerre102… Pionnier sur le marché des eurodollars, c’est aussi l’« homme des coups » aux méthodes jugées parfois peu convenables par le reste de la place : « C’est lui qui avait donné ou redonné à la rue d’Antin sa fascinante et terrifiante gloire », écrit Pierre Moussa, l’un de ses successeurs103.

111Autre personnalité à la réputation un peu sulfureuse, Serge Varangot, le directeur de la Bourse dans les années 1950-1960, est un ancien courtier en valeurs qui fait profiter la banque de sa bonne connaissance du milieu boursier. Il a aussi ses entrées dans la haute fonction publique et sa participation à la commission Baumgartner est considérée en interne comme un moyen d’entretenir de bonnes relations avec les pouvoirs publics – tactique à laquelle la banque s’est toujours montrée particulièrement attachée.

  • 104  É. Bussière, Paribas…, op. cit. Voir aussi Socrate D. Fasfalis, « Le crépuscule d’un capitalisme : (...)
  • 105  Entretien avec l’auteure, entretien n° 1, op. cit.

112En relançant très tôt la vocation internationale de Paribas104, Jean Reyre donne l’occasion à Pierre Haas d’exercer ses talents sur le marché international des capitaux. Pierre Haas, fils d’industriel, diplômé de l’École libre des sciences politiques, se distingue par deux apprentissages rares à l’époque : celui de l’anglais – il a suivi, à l’université de Harvard, le « Harvard advanced programme management » – et celui du commerce – il débute son parcours professionnel dans le négoce de matières premières, en tant que directeur du Bureau d’achat des produits coloniaux (Budaco) de 1946 à 1952, puis devient chargeur de céréales à la Compagnie continentale entre 1952 et 1965, « un métier qui exige beaucoup de capitaux, beaucoup de prise de risque », estime P. Haas105. Il entre alors à Paribas comme directeur adjoint responsable du département des Opérations financières internationales pour développer avec le succès que l’on sait les émissions en eurodollars.

  • 106  Voir les chapitres consacrés à l’international dans l’ouvrage conséquent de B. Desjardins et al., (...)
  • 107  D’après la notice établie par Thibaut Colmet Daâge, secrétaire général adjoint honoraire du CL, ma (...)

113Le Crédit Lyonnais, une banque de dépôt à vocation internationale ? Peut-être plus étudié que d’autres en raison de la qualité de ses archives, l’établissement a aussi renoué plus rapidement que d’autres banques de dépôt avec son rayonnement mondial, comme l’ont montré de récents travaux historiques106. Dans les années 1950-1970, la grande banque de dépôt apparaît à la fois comme vecteur d’innovations et porteur de modernisation financière grâce à son rôle d’interface entre la profession et les pouvoirs publics, mais aussi grâce au dynamisme de ses dirigeants. Parmi eux, Maurice Schlogel est la figure emblématique de l’autodidacte qui a grimpé les échelons jusqu’à la direction générale. Fils d’un artisan, Maurice Schlogel est entré au Crédit Lyonnais en 1925 à l’âge de 15 ans comme employé ; muni de son seul certificat d’études, il se forme en parallèle au droit et à la comptabilité au Cnam et devient le plus jeune gérant d’agence en 1936 ; à son retour de captivité en Allemagne, il est détaché au comité permanent des banques107 et prépare l’entrée à l’École libre des sciences politiques – où il est reçu en 1942. De retour au Crédit Lyonnais en 1946, il devient directeur des Affaires financières en 1959, puis directeur général en 1968, enfin vice-président délégué de 1972 à 1976. Dans le domaine financier, il propose une politique commerciale offensive, développe la fonction « gestion de patrimoine » de la banque, via les sicav. Sous son égide, est créé en 1958 le service de Documentation et de Gestion mobilière (SDGM), ainsi que la Sofinex. C’est lui qui monte le comité de coordination des relations avec les entreprises en 1960, destiné à améliorer les performances commerciales de la banque (voir supra) et qui noue des alliances avec les banques d’affaires, Rothschild ou Paribas.

114C’est aussi l’un des artisans de la réouverture internationale du Crédit Lyonnais, suscitant la création du département des Opérations financières internationales, puis celle d’Europartners Securities Corporation à New York en 1973. Enfin, il a joué un rôle d’influence majeur du fait de son appartenance à la section Crédit du Conseil économique et social (1959-1963), à la commission de financement du VIe Plan et aux travaux de la commission Leca : il a suscité, accompagné et défendu les réformes financières dans ces enceintes.

  • 108  H. Bonin, Suez…, op. cit.

115Du fait de ses origines géographiques et sectorielles, le groupe financier de Suez constitue une exception dans le paysage français ; par vocation, il est très international, se développe hors des circuits classiques du crédit par croissance externe. On en connaît bien l’histoire grâce aux travaux d’Hubert Bonin108. Sur la question des innovations financières, on rappellera qu’il fut avec Rothschild l’un des premiers groupes à créer une société d’investissement en 1953.

  • 109  R. Jablon et al., Politique et finance..., op. cit., p. 106.
  • 110  Anne Sabouret, MM. Lazard Frères et Cie, Paris, Olivier Orban, 1987.

116Enfin, les deux banques d’affaires concurrentes Lazard et Rothschild peuvent également être rangées parmi les institutions poussant à la modernisation et à la réouverture du marché. Le rôle pionnier joué par Robert Jablon, chez Rothschild, qui entrouvre le marché français aux émissions étrangères et fait modifier des réglementations financières et fiscales contraignantes109, est maintenant connu. On soulignera ici son itinéraire insolite, autodidacte et européen, emporté par les tourbillons de l’histoire, bien loin du sérail de la haute fonction publique française. Lazard n’est pas en reste, comme l’atteste son rôle dans la stratégie de conquête de BSN sur Saint-Gobain, fondée sur les liens personnels entre Antoine Riboud et Michel David-Weil110. Toutes deux bénéficient du réseau de branches étrangères (à New York pour Lazard, à Londres pour Rothschild) qui les relayent sur place dans les grandes opérations de financement international, mais aussi d’alliances avec des institutions financières qui pèsent lourd en termes de dépôt et donc de ressources : Generali et Mediobanca permettent à Lazard de prendre pied dans le capitalisme italien, tandis que Rothschild s’allie avec les grandes banques européennes dans le Banesto.

117Il reste que la majorité des établissements de crédit ne se sont pas distingués par leur dynamisme et leur capacité d’innovation.

Conclusion

118Tout au long des années soixante et soixante-dix, le poids des banques sur la place de Paris se renforce au gré d’une nouvelle conjoncture économique et monétaire, mais aussi politique qui leur est propice. Même si les banques ont commencé à jouer un rôle d’innovation dans le secteur financier, l’âge d’or des banques est encore fondé en grande partie sur leur activité de crédit plutôt que sur leurs opérations financières. Cependant, la réouverture des frontières monétaires et financières suscitée par le retour à la convertibilité externe des monnaies et l’entrée dans le Marché commun ont permis aux banques de se redéployer en Europe comme à l’international, vers les crédits internationaux comme vers les émissions internationales. Partant de très bas, la participation des banques françaises dans les syndicats d’émission s’est accrue dans les années soixante-dix pour devenir plus qu’honorable. C’est donc une période décisive pour elle et pour la réouverture de la place de Paris.

  • 111  Déjà présentes dans le secteur électrique avant la guerre, elles se développent à partir des Trent (...)

119D’autre part, certaines banques ont joué un rôle prépondérant dans le cheminement de l’économie française vers la réouverture et la libéralisation réglementaire qui s’ensuit, à la fois par l’essor de leurs activités, que les pouvoirs publics se devaient d’accompagner, mais aussi par leurs initiatives propres, dans la recherche d’interstices de liberté où se glisser et dans le jeu persévérant de l’ouverture des frontières. Dans le même temps, de grandes entreprises industrielles créent des banques de groupe111 qui permettent leur apprentissage des financements internationaux.

120Au terme de cette première étude, il apparaît que leur influence est avérée aussi bien à l’échelle d’institutions, portées par des traditions et un savoir-faire, que grâce à certains dirigeants bancaires, qui développent les activités financières de leur maison ou font pression sur les pouvoirs publics pour libéraliser le marché. De ce point de vue, la proximité culturelle et sociale entre État et dirigeants bancaires pendant les Trente Glorieuses, fondée sur l’appartenance à un même corps, l’Inspection des finances, sur la formation à une même culture économique, à Sciences-Po ou à l’ENA, et qui conduit à un consensus keynésien de la classe dirigeante et à la croyance en la vertu d’un état modernisateur, qui fonde l’accusation d’une « nomenklatura » immobiliste, doit-elle être en partie nuancée.

121Trois éléments corroborent cette idée. D’une part, la logique de fonction, qui inverse le comportement des anciens hauts fonctionnaires des Finances et leur fait adopter le point de vue de l’entreprise, plus ou moins facilement selon les tempéraments et selon l’entrée plus ou moins précoce dans l’établissement. Parallèlement, au fil des ans, guidées par leur recherche d’activités lucratives, les banques se renforcent et font pression sur l’État en faveur de l’ouverture et de la réforme par leur réseau d’inspecteurs.

122D’autre part, la culture de marché dans les banques tend à prendre son essor au fil du temps, au gré des institutions porteuses, des hommes de bonne volonté et des opportunités. Elle est alors portée par des hommes issus de milieux de négoce, de commerce et par une poignée d’inspecteurs des Finances en rupture avec le conformisme ambiant. Les relais d’opinion s’opèrent grâce à des institutions privées ou publiques, mais pas celles attendues : non pas l’Association française des banques, mais le Commissariat général au Plan, qui demeure un lieu de rencontre informel entre banquiers, industriels et hauts fonctionnaires, notamment à la commission de l’économie générale et du financement. Le rôle d’influence du Conseil économique et social, qui publie des avis et des rapports très écoutés, mériterait d’être approfondi, comme celui du Conseil national du crédit, qu’on a souvent présenté comme une chambre d’enregistrement de la politique gouvernementale. Ne sont-ils pas également des lieux de socialisation et de rencontre entre acteurs du marché ?

  • 112  Entretien avec l’auteure, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, entretien (...)
  • 113Idem.
  • 114  Il occupe les fonctions de directeur en 1974, puis est nommé directeur central en 1981, chargé de (...)
  • 115  Créée en 1959, la Dafsa (Documentation d’analyse financière SA) s’est spécialisée dans l’informati (...)

123Enfin, les cercles de réflexion nés autour de financiers, qui agissent discrètement comme groupes de pression dans ces années, élargissent la perspective et établissent peut-être un lien entre acteurs publics et privés de la place. Évoqués par Dominique Chatillon dans ses entretiens, le Cercle Galilée et les Déjeuners du marché financier sont à ses yeux des rencontres informelles qui auraient joué un grand rôle dans la réflexion sur la libéralisation du marché financier. Ces rencontres auraient été à l’origine des rapports Leca, Baumgartner ou Le Portz (président de la COB 1984-1988)112. Le Cercle Galilée devrait son nom au CCF, qui avait son siège rue Galilée et réunissait une quinzaine de membres de la banque, du Trésor et du cabinet du ministre On y retrouve des « opérationnels » des banques, de la CDC, des assureurs. Selon D. Chatillon, « [le Cercle Galilée] marche devant les réformes. Il prend des positions, n’en fait pas état publiquement mais à travers les représentants du pouvoir113 ». Au « Déjeuner du marché financier », également secret, se réunissait tous les deux mois un cercle plus restreint de financiers ; y est évoqué le rôle de Daniel Hua, qui fait toute sa carrière à la Société générale114, un homme « très imaginatif », et celui de Pierre Cabon, directeur de Dafsa115.

124L’idée d’une communauté financière reconstituée dans le sillage des banques se dessine. Seraient-elles, in fine, le seul vivier des « hommes de marché » ou bien les retrouve-t-on autour de la corbeille ? Les décennies qui suivent révèlent de nouveaux comportements individuels qui s’épanouissent dans un contexte monétaire et financier totalement bouleversé.

Notes

1  John R. Hicks, The Crisis in Keynesian Economics, Oxford, Blackwell, 1974.

2  Les pionniers sont Vivien Lévy-Garboua, « Le taux de change et la politique monétaire dans une économie d’endettement », Annales de l’Insee, n° 32, oct.-déc. 1978, et Gérard Maarek, « Monnaie et inflation dans une économie d’endettement », Revue d’économie politique, n° 88, janv.-fév. 1978.

3  O. Feiertag, Wilfrid Baumgartner…, op. cit., p. 286 et suiv.

4  C’est le cas d’une banque comme Paribas. En 1968, les revenus de Paribas proviennent à 55 % de France et à 45 % de l’étranger. Voir Dimitri S. Fasfalis, « Le crépuscule d’un capitalisme : la stratégie du groupe Paribas 1968-1999 », mémoire de master 2 sous la direction de Jacques Marseille, université de Paris I Panthéon-Sorbonne, 2007, p. 61.

5  Sur ce sujet, voir Laurence Badel, Diplomatie et grands contrats. L’État français et les marchés extérieurs au xxe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2010.

6  Ivo Maes, Half a century of European financial integration. From the Rome Treaty to the 21st century, Bruxelles, Fonds Mercator, 2007, p. 29.

7  Dans le groupe de douze experts de la commission présidée par Claudio Segré, on relève la présence de deux banquiers français : Jean Guyot, associé gérant de Lazard et Cie, et Georges Plescoff, directeur de la Caisse des dépôts et consignations.

8  Entretien d’Éric Bussière et Ghjiseppu Lavezi avec Claudio Segré du 3 mars 2004, « Histoire interne de la Commission européenne 1958-1973 », Université catholique de Louvain. Entretien avec l’auteur, novembre 2011.

9  Voir L. Quennouëlle-Corre, La direction du Trésor..., op. cit. Ce point sera développé dans le chapitre suivant.

10  Entretien de l’auteure avec Claudio Segré, novembre 2011.

11  Charles-Albert Michalet, « L’internationalisation bancaire, le cas français » in Charles-Albert Michalet (dir.), Internationalisation des banques et des groupes financiers, Paris, éditions du CNRS, 1979, p. 123.

12  Entretien de Pierre Haas avec l’auteure, entretien n° 1, janvier 2004, Association pour l’histoire de BNP Paribas. Pierre Haas est directeur adjoint du département des Opérations financières internationales en 1965, puis directeur, directeur délégué de Paribas de 1968 à 1979.

13Idem.

14  R. Jablon, L. Quennouëlle-Corre et A. Straus, Politique et finance..., op. cit., p. 144.

15  Voir, à ce propos, Éric Bussière, « La Stratégie européenne du Crédit Lyonnais » in B. Desjardins et al. (dir.), Le Crédit Lyonnais, 1863-1986, op. cit., p. 694.

16  La littérature anglaise sur la question est assez abondante. Citons une synthèse récente : Mae Baker et Michael Collins, « London as International Banking Center, 1950-1980 » in Y. Cassis et É. Bussière (eds), London and Paris..., op. cit., p. 247-264.

17  Les difficultés d’évaluation du marché des eurodollars sont importantes en raison de la grande discrétion apportée à ce type de transactions et du fait que la BRI n’a pas recensé les banques hors de l’Europe ou des États-Unis.

18  Toutefois les banques centrales ont intégré progressivement le marché de l’eurodollar dans leur politique monétaire et ont pu encourager les émetteurs nationaux à y recourir pour alléger le marché des capitaux national.

19  Joël Métais, « Le marché des euro-dollars et des euro-obligations », Notes et études documentaires, La Documentation française, 27 octobre 1975.

20  Catherine Schenk, « Crisis and Opportunity » in Y. Cassis and é. Bussière (eds), London and Paris…, op. cit., p. 214.

21  Mae Baker et Michael Collins, « London as International Banking centre… », in Y. Cassis and E. Bussière (eds), op. cit., p. 250.

22Ibid., p. 258 et suiv.

23  Source : The Banker, cité par J. Métais, « Le marché des euro-dollars… », op. cit.

24  Wladimir Andreff et Olivier Pastré, « La genèse des banques internationales et l’expansion du capital financier international » in C.-A. Michalet (dir.), Internationalisation des banques..., op. cit., p. 93.

25  C. Schenk, « Crisis and Opportunity », op. cit., p. 212.

26  Sans compter le développement de processus technologique comme SWIFT (système électronique de transfert d’informations) à partir de 1973.

27  ACL, 129AH19, Structure de la profession bancaire 1973-1974.

28  Éric Bussière, « French banks and the Eurobond... », op. cit.

29  Entretien de l’auteure avec Pierre Haas, entretien n° 2, 2004, Association pour l’histoire de BNP-Paribas.

30  Entretien de l’auteure avec Pierre Haas, entretien n° 1, 2004, Association pour l’histoire de BNP-Paribas.

31  Archives BNP-Paribas, DOFI 233-6, Tableau du 4 janvier 1973. Il réunit les placements des émissions dans lesquelles Paribas est dans le groupe de direction et les autres. Le pourcentage de Luxembourg augmente par la suite au détriment de Paribas Genève. En revanche, le siège opère la grande majorité des opérations garanties.

32  ACL, 129 AH 096, direction centrale des Affaires internationales et de la Coopération, intervention de M. Armand, directeur adjoint du DOFI, s.d., 1974.

33  « Entretien avec Georges Smolarski », dans B. Desjardins et al. (dir.), Le Crédit Lyonnais…, op. cit., p. 665.

34  En référence à l’interview de Pierre Haas de juin 1987 dans The Times, qui relate comment Paribas a conquis sa place parmi les grandes banques sur les euromarchés.

35  AP Duret, réunion au ministère des Finances sur le marché de l’euro-franc, s.d. 1972. Ces craintes sont justifiées par le fait que c’est un marché extrêmement spéculatif.

36  En 1963, elles n’étaient que cinq, auxquelles s’ajoutaient six représentations et treize brokers.

37  ACL, 129 AH 22, Banques - Études générales, 1966-1969.

38  Selon La Politique monétaire de la France, OCDE, 1974. La part du marché financier baisse de 17,8 à 13,2 %.

39  Selon Jean-Pierre Patat et Michel Lutfalla, op. cit. Ces chiffres ne prennent pas en compte les guichets des banques mutualistes et coopératives comme le Crédit agricole et les Caisses d’épargne, ni les guichets non permanents. La France passera d’une situation de sous bancarisation dans les années cinquante à une situation inverse dans les années soixante-dix. Les trois grandes banques de dépôt, Crédit Lyonnais, Société générale et BNP se livrent alors une concurrence sévère et avec le Crédit agricole qui, à lui seul, a plus de guichets qu’elles trois réunies. Au point que l’ouverture des guichets sera à nouveau réglementée en 1982.

40  Selon les recommandations de la Commission d’étude pour la modernisation des techniques de crédit à court terme, dite Commission Gilet, 1966.

41  Pour une perspective longue, voir Éric Bussière, « Les banques d’affaires au xxsiècle » in M. Lévy-Leboyer (dir.), Les banques en Europe de l’Ouest…, op. cit., p. 223-235.

42  À Paris, par exemple, la Compagnie financière et industrielle issue du groupe Lorraine-Escaut et du Crédit chimique, l’Union d’Escompte née des participations du groupe du Crédit Vendôme et du CCF, ou encore l’UEIF, du groupe Schneider avec la Banque de l’Indochine. On relève que certaines de ces banques ont des liens financiers avec des groupes industriels.

43  Paribas a signé un accord de coopération avec prise de participation réciproque avec le CIC, le groupe Worms, la Cie bancaire ; le Crédit du Nord avec le groupe Worms et le CCF. ACL, DEEF 129AH22.

44  Voir le témoignage de Maurice Dechéry, « Les affaires industrielles au Crédit Lyonnais 1963-1979 » in Le Crédit Lyonnais…, op. cit., p. 353 et suiv.

45  Classement établi par L’Entreprise, n° 761, 11 avril 1970.

46  ACL, DAF2471, note sur le marché financier et le financement des investissements, février 1965.

47  R. Jablon, L. Quennouëlle-Corre et A. Straus, Politique et finance…, op. cit., p. 267-277.

48  Catherine Schwarz, « Histoire du réseau France de la Banque Paribas 1967-1991. Stratégies, structures, identité », mémoire de DEA sous la direction de Patrick Fridenson, EHESS, 1991.

49  André Gueslin et Michel Lescure, « Les banques publiques, parapubliques et coopératives françaises (vers 1920-vers 1960) » dans M. Lévy-Leboyer (dir.), Les Banques en Europe de l’Ouest…, op. cit., p. 45-57.

50  ACL, DAF 2471, lettre de M. Wiriath à M. Bloch-Lainé, 3 mars 1965, et « Étude sur la contribution des banques au financement des investissements », 8 mars 1965.

51  ACL, DAF/AR 2067, comité de coordination des relations avec la clientèle, 20 octobre 1960. Les recensements opérés par ce comité sont destinés à améliorer la part du Crédit Lyonnais dans le financement des groupes industriels français, par une meilleure coordination entre les différents départements et les agences de la banque qui sont en relation avec une même entreprise.

52  Les notes de conversation du Crédit Lyonnais explicitent bien la manière dont des banques de moindre importance réussissent ainsi à s’établir comme co-chef de file.

53  ACL, 21AH16, Accords interbancaires concernant les opérations sur titres, 1946-1953.

54  ACL, 21 AH 35, Émission de certaines collectivités françaises, avril 1969.

55  En revanche, les commissions allouées pour les obligations du secteur privé sont de l’ordre de 4,5 à 5,5 % avec la garantie bancaire de l’émission.

56  Archives privées Y. Duret, Association pour l’histoire de BNP Paribas.

57Ibid., note d’Y. Duret, n.s., s.d.

58  Archives privées Y. Duret. Le barème n’indique pas pour quel type d’émissions il est fixé.

59  Elles sont une douzaine, dont la Séquanaise est l’une des plus actives, et font désormais concurrence aux banques, qui tentent de circonvenir leur pourcentage dans les barèmes à 10 %.

60  ACL, 21 AH 48, novembre 1972.

61  Rapport de la commission présidée par Dominique Leca, chargée par Michel Debré en 1967 d’étudier le marché obligataire, 72 p. dactylogr.

62  ACL, 21 AH40, « Demande d’admission dans le groupe des banques du Comité des émissions », 2 juillet 1975. Les nouveaux groupes formés leur conféraient une taille critique qui justifie leur demande. Elle leur a été refusée par vote secret.

63  Elles sont préférées aux FCP en raison d’une meilleure protection légale des porteurs. C’est aussi pour protéger l’épargne que leur création et leur fonctionnement sont assortis de règles jugées parfois contraignantes.

64  Cette mesure est jugée trop stricte par le rapport de D. Chatillon en 1970.

65  Source : rapport de Maurice Lorain pour le Conseil économique et social, 9 janvier 1968.

66  ACL, DAF 3201, Réunion au CBV avec M. Calvet, 23 mars 1965.

67  Rapport du Conseil économique et social et article de Georges Gallais-Hamonno, « La clientèle des sicav », Banque, mars 1975.

68  Cette hypothèse pourrait utilement faire l’objet d’études plus approfondies sur l’image de la Bourse et sa dimension sociopolitique.

69  Avis du Conseil économique et social sur les sicav, présenté par Maurice Lorain, 9 janvier 1968.

70  Rapport préliminaire de Michel Caplain sur le marché des actions, octobre 1970. M. Caplain est alors président de la commission des finances du Conseil national du patronat français (CNPF).

71  Rapport de Dominique Chatillon sur le marché des obligations, 1970.

72  Rapport sur le marché des actions, dit « Rapport Baumgartner », 1971.

73  R. Jablon, L. Quennouëlle-Corre et A. Straus, Politique et finance… op. cit., p. 153-154 et chapitre VI.

74  Antoine Bernheim est associé gérant de Lazard Frères et Cie entre 1967 et 1999, et, en parallèle, P.-D.G. des compagnies d’assurances La France IARD et Vie de 1972 à 1997, puis P.-D.G. des assurances Generali France entre 1996 et 1999.

75  ACL, DAF 2750, « Relations avec les compagnies d’assurances », 15 juin 1961. Chiffres avancés par le cabinet Lefevre.

76  Plutôt que les hauts fonctionnaires, on a retenu ici les inspecteurs des Finances qui dominent largement le pantouflage dans les banques. Voir Michel Bauer et Bénédicte Bertin-Mourot, « Les énarques en entreprises de 1960 à 1990 : Trente ans de pantouflage », Observatoire des dirigeants, mars 1994, 86 p. Sur la chronologie du pantouflage, voir Dominique Chagnollaud, Le Premier des ordres. Les hauts fonctionnaires xviiie-xxe siècles, Paris, Fayard, 1991, chap. VIII.

77  Notamment Emmanuel Chadeau, Les Inspecteurs des finances au xixe siècle, (1850-1914). Profil social et rôle économique, Paris, Economica, 1986 ; Luc Rouban, « L’inspection générale des Finances, 1958-2000. Quarante ans de pantouflage », Cahiers du Cevipof, n° 31, juin 2002. Nathalie Carré de Malberg, Le Grand État-major financier. Les inspecteurs des Finances 1918-1946. Les hommes, le métier, les carrières, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France/IGPDE, 2011.

78  Le pourcentage se situe à 51 % pour un départ entre 1978 et 1988. Chiffres donnés par Luc Rouban, « L’inspection générale des Finances 1958-2008 : pantouflage et renouveau des stratégies élitaires », Sociologies pratiques, n° 21/2010, p. 26, tableau 1.

79  Source : organigrammes des banques. Ne sont pris en compte que les salariés de la banque et non les membres du conseil d’administration.

80  Cependant nous ne disposons pas de chiffres ni d’études pour les banques régionales.

81  Bien que non inspecteur des Finances, Christian Valensi, conseiller financier à Washington, qui entre à la banque Lazard en 1949, est partie prenante du réseau Finances-banques.

82  Paul Vincent (1967-1973), François Cariès (1968-1978) et Jean-Michel Boreux (1972-1976). Dans les décennies qui suivent, les deux banques d’affaires continuent de recruter un ou deux inspecteurs des Finances.

83  Notamment au Crédit Lyonnais, la filière de sortie privilégiée pour les anciens directeurs du Trésor en dehors de la BDF et du FMI. Entre 1955 et 1993, exceptés Marcel Wiriath et Jean Deflassieux, tous les présidents du Lyonnais sont des inspecteurs des Finances.

84  Les polytechniciens sont aussi très actifs dans la banque, voir Hubert Bonin, Le Monde des banquiers, Paris, Éditions Complexes, 2000, 311 p. Sur le recrutement par les grandes écoles, voir François-Xavier Dudouet et Hervé Joly, « Les dirigeants français du Cac 40 : entre élitisme scolaire et passage par l’État », Sociologies pratiques, 2010-2.

85  Au sens donné par Pierre Bourdieu de « portefeuille de liaisons nombreuses, stables et rentables », La Noblesse d’État, p. 516-525.

86  Voir les travaux d’E. Chadeau, Les Inspecteurs des finances…, op. cit., et ceux de N. Carré de Malberg, Le Grand État-major financier…, op. cit.

87  AP Maurice Pérouse, SAEF, Conférence de Jean Guyot, Georges Plescoff et Marc Viénot sur la Bourse, 27 octobre 1966, ex. dactylogr. Deux d’entre eux – Guyot et Plescoff – sont dans les banques à ce moment-là.

88  Entretien avec l’auteure, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, entretien n° 6, minidisc 6, 2001. Selon D. Chatillon, ils étaient alors au nombre de 11 dans l’ensemble du groupe Suez.

89  Cf., par exemple, le témoignage de Christian de Lavarène sur le recrutement de dirigeants au CIC. Entretien de C. de Lavarène avec l’auteure, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, cassette n° 5, 1989.

90  Hubert Bonin vient heureusement d’entamer une démarche sur la capacité réformatrice des inspecteurs des Finances dans les banques : « La contribution des inspecteurs des Finances à la rénovation de l’économie bancaire », Michel Margairaz, Nathalie Carré de Malberg et Fabien Cardoni (dir.), Dictionnaire des inspecteurs des Finances 1801-2009, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France/IGPDE, 2012.

91  La moyenne des départs de l’administration s’établit à 40 ans, selon M. Bauer et B. Bertin-Mourot, « Les énarques en entreprises », op. cit., p. 44.

92  Pour les historiens, les témoignages oraux et la publication de mémoires constitue sans nul doute un biais méthodologique. Le croisement des sources écrites et orales permet de pallier cette surreprésentation des témoins par rapport aux silencieux et aux disparus.

93  Voir l’introduction d’Hubert Bonin, « Jacques Georges-Picot manageur et stratège » in Jacques Georges-Picot, Souvenirs d’une longue carrière. De la rue de Rivoli à la Compagnie de Suez, 1920-1971, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1993.

94  Voir Hubert Bonin, Suez : Du canal à la finance, Paris, Economica, 1987.

95  Jean-François Lepetit, Homme de marché, Paris, Economica, 2002, chapitre III. Rappelons toutefois que Jack Francès s’était entouré d’une noria de diplômés d’HEC.

96  Allocution de Jean-Paul Delacour, alors vice-président de la Société générale, aux obsèques de Maurice Lauré, SoGéchos, n° 116, mai 2001.

97  Pierre Moussa, La Roue de la fortune, Paris, Fayard, 1989, p. 69 et suiv.

98  Jacques de Fouchier, La Banque et la vie, Paris, Odile Jacob, 1986, p. 194.

99  Entretien avec l’auteure n° 4, 2010, Archives historiques de la Société générale.

100  ACL, DAF, programme des opérations futures, notes de conversation, 1949-1952. L. Quennouëlle-Corre, « Le directeur du Trésor et le financement des entreprises (1947-1952) », in François Bloch-Lainé..., op. cit.

101  Éric Bussière, Paribas, l’Europe et le monde 1872-1992, Anvers, fonds Mercator, 1992, p. 153.

102  Entretien de l’auteure avec Pierre Haas, entretien n° 1, Association pour l’histoire de BNP-Paribas, 2004.

103  Témoignage de Pierre Moussa, dans É. Bussière, Paribas…, op. cit., p. 200.

104  É. Bussière, Paribas…, op. cit. Voir aussi Socrate D. Fasfalis, « Le crépuscule d’un capitalisme : la stratégie du groupe Paribas 1968-1999 », op. cit.

105  Entretien avec l’auteure, entretien n° 1, op. cit.

106  Voir les chapitres consacrés à l’international dans l’ouvrage conséquent de B. Desjardins et al., Le Crédit Lyonnais…, op. cit. ; Éric Bussière, « Les banques françaises face à la dynamique de l’internationalisation des marchés dans les années soixante. Le cas de Paribas et du Crédit Lyonnais » in Maurice Lévy-Leboyer (dir.), L’Économie française dans la compétition internationale, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France/IGPDE, 2006, p. 391-414.

107  D’après la notice établie par Thibaut Colmet Daâge, secrétaire général adjoint honoraire du CL, mai 1987, ACL.

108  H. Bonin, Suez…, op. cit.

109  R. Jablon et al., Politique et finance..., op. cit., p. 106.

110  Anne Sabouret, MM. Lazard Frères et Cie, Paris, Olivier Orban, 1987.

111  Déjà présentes dans le secteur électrique avant la guerre, elles se développent à partir des Trente glorieuses dans le secteur automobile (Simca, Renault), de la distribution (L’Oréal) ou les pneumatiques (Michelin).

112  Entretien avec l’auteure, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, entretien n° 6, minidisc 6, 2001. Dominique Chatillon, inspecteur des Finances, est alors directeur de la Caisse des dépôts et consignations (1967-1974). Il s’agit d’un témoignage unique qui n’a pas été confirmé, faute de témoin… On peut cependant lui accorder une présomption de sincérité.

113Idem.

114  Il occupe les fonctions de directeur en 1974, puis est nommé directeur central en 1981, chargé de la nouvelle direction des Marchés de capitaux de 1986.

115  Créée en 1959, la Dafsa (Documentation d’analyse financière SA) s’est spécialisée dans l’information économique et financière. La Société française des analystes financiers (SFAF) est créée en 1961 en France. En 1961, les membres de la SFAF sont issus des banques privées, comme Paribas, la Banque mobilière privée, la Banque de l’Union parisienne, de sociétés d’études mobilières, de Morgan Guaranty Trust of New York. Les analystes financiers sont surtout présents dans quelques banques jusque dans les années quatre-vingt, date à laquelle les agents de change, puis les sociétés de Bourse en embauchent à leur tour.

Table des illustrations

Titre Graphique 11. Part des émissions placées par les banques ou réservées aux compagnies d’assurances 1970-1978 (en millions de francs)
Légende Source : Archives privées Y. Duret, 5 février 1979. Sur ce graphique, les emprunts obligataires réservés constituent une partie des emprunts obligataires avec concours bancaires. La part réservée aux compagnies d’assurances diminue sensiblement à partir de 1973 pour disparaître en 1978.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3835/img-1.png
Fichier image/png, 281k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search