Version classiqueVersion mobile

La place financière de Paris au XXe siècle

 | 
Laure Quennouëlle-Corre

Troisième partie. La lente réouverture de la place, des années soixante aux années quatre-vingt

Introduction de la troisième partie

Texte intégral

1À l’aube des années soixante, un vent de libéralisation se lève en Europe, symbolisé par la convertibilité externe des monnaies et l’institution du Marché commun. La France, comme d’autres pays, entre dans une nouvelle phase de sa croissance. Le financement de celle-ci est alors assuré en grande partie par les banques, qui sont au cœur de la place financière pour les décennies qui s’ouvrent (chapitre VI).

2Le marché financier, en revanche, est à la peine, en dépit des efforts réitérés pour tenter de le moderniser et de le libérer dans les années 1960-1970, dans une conjoncture haute puis basse (chapitre VII).

3Il faut attendre les années quatre-vingt pour qu’enfin la révolution financière et la réouverture des frontières soient décidées et mises en place : Serait-ce le retour du marché ? Paris va-t-elle pouvoir renouer avec ses ambitions internationales (chapitre VIII) ?

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search