Version classiqueVersion mobile

La place financière de Paris au XXe siècle

 | 
Laure Quennouëlle-Corre

Deuxième partie. De la guerre aux années soixante, déclin et dirigisme financier

Introduction de la deuxième partie

Texte intégral

1Si la Première Guerre mondiale avait engendré un début de repli de la place financière sur l’Hexagone, l’entre-deux-guerres était surtout caractérisé par l’instabilité des mouvements de capitaux et la difficulté à réformer le marché financier. L’entrée dans le second conflit du siècle marque un nouveau tournant. L’Occupation et Vichy constituent en effet le point de départ de nouvelles réglementations corporatistes et de nouvelles contraintes en matière financière, qui modifient considérablement la physionomie de la place (chapitre IV).

2L’après-guerre constitue un prolongement durable de l’économie dirigée et, en dépit des tentatives de quelques banquiers, la place de Paris est encore dominée par les préoccupations nationales et par le financement public, qui ne sont pas propices à la modernisation du marché financier ni, bien évidement, à son redéploiement international (chapitre V).

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search