Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

La place financière de Paris au XXe siècle

 | 
Laure Quennouëlle-Corre

Première partie. 1914-1939, repli hexagonal et tentatives de relance

Chapitre premier. Paris en 1913 : une place financière de premier rang

Volltext

  • 1  Voir P.-C. Hautcœur et G. Gallais-Hamonno (dir.), Le marché financier français..., op. cit., qui c (...)
  • 2  Bertrand Gille, Histoire de la maison Rothschild, des origines à 1870, Genève, Droz, vol. 1, 1965, (...)

1Sans revenir sur la naissance du marché financier moderne maintenant bien connue1, il n’est pas inutile de rappeler les grandes étapes qui l’ont forgé. Il faut remonter à l’Ancien Régime pour trouver les traits qui en dessinent les contours près de deux siècles durant. Si, dès le règne de François Ier, les emprunts publics destinés à financer les besoins royaux ont commencé à jouer un rôle moteur dans le développement de transactions sur titres, la naissance du marché financier au sens moderne du terme se situe plutôt vers la fin du xviiisiècle. En effet, en 1724, à l’issue de la banqueroute de Law, la profession de courtier de banque et de change est réglementée, tandis que les besoins financiers de l’État facilitent l’émergence à Paris d’une communauté financière de courtiers, banquiers, gros clients et intermédiaires divers. Toutefois, le marché reste peu animé jusqu’à la veille de la Révolution, tandis que l’échec des assignats et la désorganisation financière qui s’ensuit plombent à nouveau le crédit public et font chuter l’activité financière. Pour que les transactions sur titres publics reprennent, il faut attendre la réorganisation des finances publiques par le Consulat et l’Empire, dont la création de la Caisse d’amortissement en 1799 et celle de la Banque de France en 1800 sont les éléments les plus marquants, tandis que la première centralisation des fonds publics est opérée par Mollien en 1806 et que la Caisse des dépôts et consignations (CDC), créée en 1816, constitue rapidement un allié précieux pour le soutien du cours des rentes. En corollaire, la profession d’agent de change est mise sous la surveillance de l’État par l’Empereur. À partir de 1820, les emprunts de la Restauration donnent une nouvelle vitalité au marché financier. Fort du retour en grâce du crédit public, l’État peut désormais émettre des titres sur les autres places financières par l’entremise de la haute banque, notamment celle des Rothschild2. Symbole physique de l’institutionnalisation du marché, le palais Brongniart est érigé en 1826.

  • 3  Sans établir de comparaisons systématiques avec les autres grandes places financières, on peut néa (...)

2Entre le xviie et le début du xixsiècle, les trois grandes caractéristiques du marché financier français sont alors mises en place : un marché financier dominé par la dette publique, une réglementation de la profession par le pouvoir politique et la construction d’un marché centralisé. Ces caractéristiques donnent d’ores et déjà les lignes de force sur lesquelles s’est construite l’architecture boursière à Paris, sensiblement différente de celles des grandes Bourses existantes3. À la périphérie du marché financier, l’activité des banques dans les opérations d’émission et de souscription s’est accrue au fil du siècle, depuis le rôle primordial de la haute banque dans le financement de long terme jusqu’au placement des titres par les grandes banques de dépôt dans le second xixsiècle.

I. L’essor du marché financier au début du XIXe siècle

3Si l’État est à l’origine du développement d’un marché de titres mobiliers, la deuxième révolution industrielle marque une deuxième étape décisive avec le recours des entreprises au marché financier. À partir des années 1840 jusque dans les années 1870, l’essor de l’industrie ferroviaire nécessite l’appel à de lourds investissements, que ni les entreprises ni les banques ne peuvent financer à elles seules. Le recours des compagnies de chemins de fer à des émissions de titres a ainsi permis un élargissement de la cote boursière :

Nombre de valeurs cotées à Paris à la cote officielle :

  • 1800 : 10

  • 1848 : 130

  • 1869 : 402

  • 1892 : 811*

*auxquelles il faut ajouter les titres cotés en coulisse ou dans la deuxième partie de la cote, soit environ 400.

  • 4  Fernand Braudel et Ernest Labrousse, Histoire économique et sociale de la France, t. 3, 1789-1880, (...)
  • 5  Jacques-Marie Vaslin, « Le siècle d’or de la rente perpétuelle française », in G. Gallais-Hamonno (...)

4L’accroissement et l’amélioration de l’offre de valeurs mobilières sont l’un des facteurs explicatifs du développement du marché financier à partir des années 1860. Les épargnants français ont souscrit massivement aux obligations de chemins de fer, dont les taux sont attractifs et qui offrent un caractère très sûr, du fait de la garantie de l’État sur laquelle elles sont souvent adossées depuis les années 1870. Le nombre de rentiers s’élève à 3,7 millions en 1873, les détenteurs de valeurs ferroviaires sont au nombre de 700 000 au début des années 18804. Mais la rente d’État – la 5 %, puis la 3 % – reste l’une des valeurs phares de la Bourse de Paris jusqu’à la fin du siècle, en dépit de sa baisse de rendement, due notamment aux multiples conversions (cinq entre 1862 et 1914). La rente est sans nul doute le titre qui a fait entrer à la Bourse des millions d’épargnants au xixsiècle et qui a réussi à mobiliser l’épargne nationale : en 1908, on compte 1,5 million de rentiers sur l’État. La capitalisation boursière des rentes en circulation est passée de 630 millions de francs en 1814 à 18,6 milliards de francs en 19145.

5La troisième vague de titres qui étoffent le marché financier est portée par les valeurs étrangères. Dès le Second Empire, les opérations internationales se sont développées sur le marché de Paris grâce au savoir-faire de la haute banque parisienne, notamment pour le financement de banques et de chemins de fer étrangers, russes, italiens, autrichiens, espagnols. Les emprunts publics étrangers, autorisés depuis 1823 et quoique sérieusement limités à partir du décret de 1858, trouvent preneurs à la Bourse de Paris tant au parquet qu’à la coulisse, où les investisseurs lèvent des fonds destinés à des sociétés ou collectivités étrangères. À partir des années 1860, alors que le rayonnement international de Paris monte en puissance, les titres d’État et assimilés subissent ainsi la concurrence des actions et obligations industrielles, notamment étrangères, Toutefois, la guerre de 1870-1871 affaiblit temporairement la position internationale de la Bourse de Paris, qui recentre son activité sur les fonds d’États étrangers : rentes espagnoles et portugaises, emprunts russes et chinois se disputent tour à tour les faveurs des épargnants français entre 1860 et 1913 et compensent l’affaiblissement des émissions publiques françaises.

  • 6  Selon Jean Bouvier, « L’extension des réseaux de circulation de la monnaie » in F. Braudel et E. L (...)
  • 7  L’« exception de jeu » permettait à un spéculateur de se couvrir face à la justice et de ne pas ho (...)
  • 8  G. Gallais-Hamonno et P.-C. Hautcœur (dir.), Le marché financier..., op. cit., t. 1, chap. III, p. (...)
  • 9  Excepté en Allemagne, où les opérations à terme seront interdites à partir de 1896.
  • 10  Nous reviendrons sur ce groupe professionnel qui prend son essor hors des opérateurs officiels que (...)
  • 11  Mémoire présenté à MM. les sénateurs et MM. les députés par la chambre syndicale des agents de cha (...)

6À la fin du siècle, le marché financier français apparaît profond et liquide, du fait de l’extension du nombre de titres en circulation et de la capitalisation boursière : proche de 67 milliards en 1880, celle-ci s’élève à 111,5 milliards entre 1910 et 19136. La liquidité du marché est assurée par la prédominance du marché à terme, notamment pour le marché de la rente, assuré principalement par la coulisse. Dès le début du xixsiècle, les opérations à terme se développent, en dépit d’une législation restrictive depuis 1724. Sans être formellement interdites, elles peuvent tomber sous le coup de l’interdiction par le Code pénal de toute activité de pari et de l’exception de jeu7. Tolérées par une jurisprudence à géométrie variable, acceptées par le ministère des Finances en raison du soutien apporté à la rente, les opérations à terme sont défendues par les banquiers et négociants, qui soulignent la liquidité qu’elles apportent au marché8. L’inadaptation de la législation sur les opérations à terme est soulevée à la suite du krach de l’Union générale en 1882, au cours duquel beaucoup de paiements d’opérations à terme sont refusés sous couvert de l’exception de jeu. S’ensuit la reconnaissance officielle du marché à terme par la loi du 28 mars 1885, son autorisation à la Bourse de Paris rejoignant celle donnée sur les principales Bourses européennes9. Opérations à prime et pratiques de reports contribuent à faire de Paris un marché à terme très dynamique au xixsiècle, tenu principalement par les « coulissiers10 » comme l’indique le tableau 1. Par la suite, les agents de change ne seront pas les derniers à louer les avantages des reports pour l’économie réelle, « réservoirs de capitaux pour les valeurs nouvelles » et « crédit en germe », allant même jusqu’à vanter les mérites des « spéculations de la Bourse [qui] sont pour les affaires, pour l’esprit d’association, pour le crédit de l’État le plus puissant des leviers, la plus merveilleuse des assurances. […] L’âme d’un marché financier, c’est la spéculation11 ».

Tableau 1. Volume de négociations en rentes françaises 1894-1895 (en millions de francs)

Parquet

Coulisse

Total

Opérations au comptant

2 596,8

00 008,9

2 605,7

Opérations à terme (hors reports)

13 994,1

45 940,0

59 934,1

Total

16 590,9

45 948,9

62 539,8

Source : AEF, fonds Fiscalité, B 43346.

  • 12  Serge Reznikoff, « Les envolées de la Bourse de Paris au xixe siècle », Études et Documents II, p. (...)

7L’évolution du marché parisien est toutefois loin d’être harmonieuse et stable. Krachs boursiers, guerre, dépression économique et vagues de spéculation émaillent la conjoncture financière des années 1860-1880 ; des krachs bancaires secouent non seulement la place financière mais se répercutent sur la Bourse. Ainsi, la faillite du Crédit mobilier en 1870, celle de l’Union générale en 1882, mais aussi celle de la Banque franco-hollandaise, en raison de l’importance de leurs portefeuilles-titres, ont ébranlé les marchés boursiers parisiens et lyonnais. Des vagues spéculatives sur le marché des valeurs mobilières rythment ces décennies, particulièrement sur les valeurs étrangères (scandale de Panama, krach sur les mines d’or en 1895). Est alors régulièrement remise en cause l’organisation du marché financier parisien, qui laisserait trop de champ libre à la spéculation et aux financiers véreux qui abusent les épargnants. Dans les années qui suivent la guerre de 1870, l’accroissement de la capitalisation boursière et le développement d’un actionnariat populaire important ont, en effet, attisé la convoitise de spéculateurs qui manipulent la presse financière pour orienter les cours12.

  • 13  Il avait plusieurs formes de publicité financière : soit l’affermage (l’inscription payante aux ta (...)
  • 14  Les informations qui suivent sont tirées de Claude Bellanger, Jacques Godechot, Pierre Guiral et F (...)
  • 15Ibid., p. 268. Il s’agit de grands journaux d’information et non de la presse financière.
  • 16L’Abominable vénalité de la presse française, Paris, Librairie du travail, 1931. Raffalovitch étai (...)

8Les problèmes de l’information économique et financière des épargnants, qui se posent régulièrement à l’issue de ces vagues de spéculation, trouvent en effet une partie de leur explication dans l’essor de la presse financière depuis les débuts de la IIIRépublique, la loi de 1881 ayant accéléré sa prise de contrôle par les milieux d’affaires pour défendre leurs intérêts capitalistiques en France et à l’étranger. À la fin du xixsiècle, on peut estimer ses tirages à 400 000 exemplaires par jour pour 220 titres de presse, sans compter la presse d’information générale, qui comporte des rubriques boursières affermées à des établissements financiers13. Plus d’une centaine de feuilles financières voient le jour, diffusées directement et quasi gratuitement aux rentiers, à des tirages par milliers. Des financiers rivaux et des spéculateurs se partagent le contrôle de cette presse financière, grâce à laquelle ils peuvent orienter les émissions et les transactions sur telle ou telle affaire. Ainsi, le Moniteur financier, contrôlé par la Société nouvelle de banque et de crédit, tire à 99 500 exemplaires, et le Moniteur des valeurs à lots, appartenant au Crédit de France, à 80 000. Tandis que l’hebdomadaire de Paul Leroy-Beaulieu, L’Économiste français, qui jouit d’une réputation de sérieux, ne tire qu’à 2 600 exemplaires14… De même, le Crédit foncier donne une ampleur exceptionnelle à son budget publicitaire en versant des mensualités régulières à certains journalistes. Si la vénalité de la presse d’information financière est régulièrement dénoncée par les observateurs contemporains, elle n’est pas sanctionnée et va perdurer bien après la guerre. L’exemple le plus connu est celui de l’affaire de Panama, dont l’instruction permit de mettre au jour certaines pratiques douteuses : la presse aurait reçu 12 à 13 millions de francs sur les 22 consacrés par la compagnie à sa publicité15. Les fonds russes ont également fait l’objet de marchandages avec la presse française, que ce soit par l’intermédiaire des banques d’émission ou bien directement par le Trésor russe. Arthur Raffalovitch, conseiller du ministre des Finances de Russie, avec lequel il entretient une correspondance régulière jusqu’à la guerre, révélera par la suite comment il a favorisé le placement des emprunts en France via la presse16.

9À côté de feuilles de chou publiées par des spéculateurs, des banquiers ou des journaux sous contrôle de groupes financiers, une presse professionnelle voit le jour dans les dernières décennies du siècle. Le Journal des chemins de fer, La Semaine financière, Le Journal des actionnaires sont aux mains de financiers rivaux qui déclenchent des campagnes de presse ; puis naît une presse plus technique et spécialisée : Le Rentier de Neymarck, Le Journal des finances, L’Information économique et financière (1899), sans oublier les hebdomadaires L’Économiste français et L’Économiste européen. À partir de 1870, des annuaires livrent des informations sur la cote des sociétés, leur statut juridique, leur objet social, etc. Après la Cote officielle de la Bourse de Paris, qui s’étoffe depuis le milieu du siècle, paraissent des annuaires édités par la coulisse : la Cote de la Bourse et de la Banque, dite « Cote Vidal », en 1873 et le Manuel des valeurs cotées hors parquet à la Bourse de Paris, édité par Decourdemanche, qui deviendra l’Annuaire Desfossés en 1907.

  • 17  Mais pour des valeurs étrangères dont les coupons sont inférieurs à ce montant, cette limitation e (...)
  • 18  Le ministre Klotz met en place également une commission d’étude sur les annonces et les prospectus (...)

10Hormis le poids de cette presse très influente sur les épargnants, l’amélioration de l’information par les émetteurs eux-mêmes se dessine entre la fin du xixe et le début du xxsiècle. La législation sur les sociétés a permis d’améliorer la sécurité du marché boursier, en proie à des crises spéculatives récurrentes dues à des créations de sociétés fictives sur des secteurs porteurs comme celui des mines. En effet, l’essor des sociétés par actions, lié au développement économique, conduit parfois à des abus dans les émissions d’actions de 1 F, 5 F ou 10 F par des spéculateurs peu scrupuleux. Pour y remédier, en 1856, la loi limite le fractionnement des actions à un minimum de 100 F pour les sociétés dont le capital est inférieur à 200 000 F, à 500 F au-dessus17. La loi de 1856 réglemente également la création des sociétés en commandite, en rendant obligatoire la constitution d’un conseil de surveillance et en prévoyant de lourdes sanctions pénales et financières en cas de faillite. Puis, à partir de 1867, la libéralisation pour la constitution de sociétés anonymes permet un développement très rapide de cette forme de société, qui facilite la cotation en Bourse. Enfin, l’institution, en 1907, du Bulletin d’annonces légales obligatoires (BALO), puis, en 1912, du registre du Commerce répondent à un même souci d’information des investisseurs. Pour leur part, les responsables de la Bourse imposent des règles strictes sur les justificatifs d’admission à la cote, tandis que le ministre des Finances renforce en 1912 l’obligation d’informations à publier au BALO18.

11En dépit des crises et des krachs qui jalonnent la fin du siècle et qui sont suivis d’une certaine langueur de la Bourse, la période qui précède la Première Guerre mondiale apparaît rétrospectivement comme un âge d’or du marché financier, lequel s’est peu à peu institutionnalisé comme source de financement des entreprises et de l’État, dans un contexte de stabilité monétaire et d’internationalisation des flux de capitaux.

12Le système financier français tel qu’il s’est construit au xixsiècle se caractérise donc par une forte centralisation géographique à Paris, un marché financier réglementé, mais aussi une spécialisation des établissements bancaires qui a pu avoir des effets sur les activités de marché. Nous présenterons donc, dans un premier temps, la situation institutionnelle boursière, puis l’insertion des banques dans l’architecture financière et, enfin, la dimension internationale de la place de Paris en 1913.

A. La situation institutionnelle : un monopole battu en brèche

  • 19  Philippe T. Hoffmann, Gilles Postel-Vinay, Jean-Laurent Rosenthal, Des marchés sans prix. Une écon (...)
  • 20  Sont considérées comme des bourses à parquet les bourses comprenant un minimum de six agents de ch (...)
  • 21  Sur le statut de l’agent de change, voir G. Gallais-Hamonno et P.-C. Hautcœur (dir.), Le Marché fi (...)

13Après que les notaires ont joué un rôle important dans la négociation des titres mobiliers à Paris jusqu’au début du xixe siècle19 et que la haute banque a dominé les introductions en Bourse pour les titres publics ou privés, le développement du marché financier s’accompagne d’une réorganisation des opérateurs boursiers. Celle-ci est d’abord le fruit d’une volonté politique de Bonaparte, qui souhaite faire surveiller le marché et s’assurer du cours de la rente via des intermédiaires boursiers sûrs. On l’a vu, à l’issue des crises qui entament lourdement le crédit public au xviiisiècle, le secteur financier est vigoureusement réformé, sous le Consulat et l’Empire, dans le sens d’un renforcement de la centralisation et de la réglementation du marché financier, l’idée étant à la fois de renforcer la sécurité sur le marché et de restaurer la confiance dans les titres publics. La loi du 19 mars 1801 renouvelle le monopole des agents de change, et le statut de la Compagnie des agents de change, créée en 1638, est redéfini dans un sens corporatif : une compagnie réunit l’ensemble des agents de change qui officient sur une Bourse à parquet20. La chambre syndicale des agents de change est l’organisme de régulation de la profession ainsi que son organisme disciplinaire. Les agents de change sont des officiers ministériels nommés par le ministère des Finances et leur monopole sur les transactions boursières est réaffirmé. Le nombre des charges est arrêté par l’État, qui fixe également leur prix et le montant du cautionnement21. Enfin, le Code de commerce de 1807 définit explicitement le statut des agents de change (art. 76). Ils sont à la fois commerçants et officiers publics, et ce statut professionnel marque toute l’ambiguïté de leur métier.

  • 22  Patrick Verley, « Les sociétés d’agents de change parisiens au xixsiècle », Études et Documents (...)
  • 23  Parmi les professions des pères d’agents de change étudiées par Patrick Verley, la proportion de p (...)
  • 24  Dans ce décompte comparatif sont inclus les commis présents autour de la corbeille, environ cinq p (...)

14Progressivement, la profession d’agents de change évolue d’une dimension commerçante et dynamique du métier vers une gestion tranquille et sécurisante de titres mobiliers. Le statut social des agents de change se modifie tout au long du xixsiècle dans le sens d’une plus grande respectabilité. Comme l’écrit Patrick Verley, « de métier risqué, à haut pourcentage de faillites sous le Second Empire, à rotation rapide des titulaires, à activité spéculative, [le métier d’agent de change] devient un métier dont on cherche à limiter le risque et où la charge tend à devenir héréditaire22 ». La dimension commerçante et entrepreneuriale de la profession s’efface au profit du statut d’officier ministériel. Le métier se ferme progressivement pour devenir de fait héréditaire, comme celui de notaire, l’alter ego de l’agent de change pour les valeurs immobilières23. De surcroît, face au développement du marché financier, le nombre d’agents de change reste pratiquement inchangé tout au long du xixsiècle. Le nombre de charges parisiennes est limité par l’État, entre 60 et 70 tout au long du siècle, soit un numerus clausus très étroit au regard des autres Bourses de taille similaire : à la veille de la guerre, les opérateurs boursiers officiels sont, à Londres, soixante-quinze fois plus nombreux qu’à Paris, et à New York, trois fois plus24.

15L’organisation corporative et le numerus clausus ne poussent guère à l’innovation et à la prise de risque, d’où l’incapacité des agents de change à faire face aux demandes croissantes d’introduction en Bourse. Ce n’est pas tant le monopole des transactions que l’organisation stricte de la profession boursière et la réglementation des transactions qui poussent à l’émergence d’opérateurs libres.

  • 25  Pierre Marseilhan, La Coulisse et sa réorganisation, Paris, Les Presse modernes, 1931, p. 32. L’ou (...)
  • 26  P. Verley, « Les opérateurs du marché financier », op. cit., p. 74-75.

16Le monopole est, en effet, rapidement battu en brèche par des courtiers libres qui opèrent dès les années 1820 sur le marché à terme, officiellement interdit aux agents de change. Durant la Restauration, ils accompagnent le développement de titres nouveaux, publics et privés, grâce notamment à la multiplication des promesses d’actions des compagnies de chemins de fer, que les agents de change ne sont pas autorisés à coter. Alors que les agents de change n’ont pas le droit de se porter contrepartistes et sont limités en nombre, ces nouveaux intermédiaires, appelés coulissiers ou banquiers en valeurs, n’hésitent pas à se porter contrepartistes sur des transactions opérées par les agents de change – ce qui permet d’ailleurs d’équilibrer la position de place de Paris. Relations de concurrence ou de complémentarité ? Elles oscillent entre les deux tout au long du siècle, comme l’écrit Pierre Marseilhan : « En résumé les coulissiers apparaissaient utiles aux Agents quand ils agrandissaient le cercle de leurs opérations et ils étaient jugés dangereux dès qu’ils les concurrençaient25 ». De plus en plus fréquemment, cependant, en raison de leur quasi-monopole sur les marchés à terme, le métier de coulissier évolue vers celui d’intermédiaire et non plus de simple spéculateur, et des maisons de coulisse succèdent aux opérateurs individuels. Les banquiers en valeurs s’avèrent notamment indispensables au placement de la rente ; aussi l’État se montre-t-il plutôt bienveillant à leur égard. De temps à autre, au gré de la conjoncture, les agents de change n’hésitent pas à engager des procès pour délit d’immixtion, qui se soldent parfois par des condamnations de la coulisse – ce qui, in fine, nuit aussi à l’activité des agents de change. Plusieurs vagues de banquiers en valeurs s’établissent à partir de l’émission des grands emprunts de la guerre de 1870, qui marque une reconnaissance implicite du rôle positif joué par la coulisse dans le placement des titres publics. C’est à partir de cette date que beaucoup de banquiers étrangers viennent s’établir à Paris, en provenance d’Allemagne, d’Espagne, d’Italie ou de l’Empire ottoman, pour satisfaire la clientèle de leur pays, désireuse de participer aux opérations d’un marché de plus en plus international. Selon les calculs de P. Verley, avant 1903, 47 % des gérants de maisons de banque étaient d’origine allemande, tandis que les commanditaires étaient très souvent plurinationaux26. La coulisse accroît son activité grâce à un quasi-monopole sur l’introduction de valeurs étrangères, de plus en plus prisées sur le marché parisien. Assurant l’intermédiation avec les autres places européennes, elle est devenue, dans les années 1890, un rouage indispensable du marché financier parisien.

17Dans la marche vers la reconnaissance officielle des coulissiers, la volte-face du législateur, qui, en 1893, reconnaît la coulisse et, cinq ans plus tard, lui coupe les ailes, peut s’expliquer. La loi du 28 avril 1893 instituant un impôt de Bourse pour tous les intermédiaires a été l’occasion d’un débat passionné entre partisans du monopole et défenseurs du marché libre. Car la coulisse a ses partisans politiques, parlementaires ou ministres : Peyral, Crémieux, Félix Faure. « J’espère que quand nous nous occuperons de l’organisation du marché de Paris, nous arriverons à la suppression du monopole », déclare ce dernier dans un discours à la Chambre le 23 février 1893. L’enjeu était soit de reconnaître la coulisse en tant qu’intermédiaire – dans ce cas, elle était assujettie à l’impôt de Bourse –, soit de continuer à la nier, et alors seuls les agents de change paieraient l’impôt… Finalement, la formule ambiguë retenue par la loi du 28 avril 1893 ménage à la fois la coulisse et le monopole des agents de change : il n’est pas nécessaire de fournir un bordereau d’agent de change pour s’acquitter de l’impôt. Peu de temps après, les premiers résultats de la perception de l’impôt de Bourse secouent la communauté financière : les coulissiers ont fait plus d’affaires que les agents de change !

Tableau 2. Impôt sur les opérations de Bourse (1894-1896)

Intermédiaires

Impôt payé en francs

Agents de change (province)

 1 181 200

Agents de change (Paris)

 8 217 400

Banques de dépôt

   300 030

Autres (dont coulisse)

15 983 870

Source : AEF, fonds Trésor, B 65767. On considère par ailleurs que les montants payés par les banques et les coulissiers sont sous-évalués (AEF, B 43346, note de la direction de l’Enregistrement et du Timbre, 1887). Plusieurs millions de francs n’auraient pas été déclarés au fisc.

  • 27  Pierre-Cyrille Hautcœur, Amir Rezaee et Angelo Riva, 2010, « How to regulate a financial market ? (...)

18Suite à un lobbying intensif des agents de change auprès des parlementaires, l’amendement Fleury-Ravarin est voté en 1898, obligeant la présentation du bordereau d’agent de change pour toute transaction boursière sur des valeurs inscrites à la cote : c’est un coup rude pour la coulisse, qui est de fait interdite de négociation sur les valeurs cotées, excepté pour les rentes, la « coulisse de la rente » demeurant la seule dérogation de fait au monopole des agents de change. Elle perd alors la moitié de son activité27.

  • 28  Selon P. Marseilhan, La coulisse..., op. cit., p. 48.

19L’activité des banquiers en valeurs chute alors rapidement, conduisant une partie d’entre eux à s’exiler quelque temps à Bruxelles ; avec 2,4 millions d’impôts de Bourse payés en 1898, ils sont alors à quasi-égalité avec les agents de change, mais le chiffre tombe à 1,98 million en 1900 – contre 4,46 pour les agents de change. Un modus vivendi, établi entre les deux corporations par décret le 12 juillet 1901, autorise les coulissiers à traiter entre eux des opérations sur les rentes turques, les obligations ottomanes, les actions de la Banque ottomane, les rentes serbes amortissables 4 % 189828.

20Dès lors, pour survivre, la coulisse s’institutionnalise en créant le Syndicat des banquiers en valeurs à terme (105 maisons et 159 membres) et le Syndicat des banquiers en valeurs au comptant (85 maisons et 125 membres). Soucieux de respectabilité, les syndicats établissent des règles d’adhésion pour leurs membres. On note une similarité des conditions d’entrée avec celles établies par la CAC : avoir 25 ans, être de nationalité française ou en cours de naturalisation, avoir travaillé au moins quatre ans dans une charge ou une maison de banque, ne pas être failli, détenir un certificat d’honorabilité et d’aptitude signé par plusieurs maisons bien connues de la place ; le capital exigé pour les maisons du syndicat est dorénavant de 500 000 F. L’admission des titres à la cote est désormais contrôlée par une chambre syndicale. Toutefois, les membres du syndicat jouissent d’une certaine liberté par rapport aux agents de change : il n’existe pas de numerus clausus ni d’interférence étatique dans leur nomination ; il n’y a pas non plus de solidarité entre eux. Ils peuvent se porter contrepartistes dans les opérations avec leurs clients – au moins jusqu’en 1908, date à laquelle les syndicats l’interdisent officiellement. Enfin, ils sont les conseillers en placement pour leur clientèle, auxquels ils peuvent offrir la panoplie des titres nouveaux qu’ils viennent d’introduire. Leur clientèle touche aussi bien de grosses fortunes que de petits épargnants, d’autant que, contrairement au parquet, la présence des femmes est autorisée sur le marché en banque. Comme les charges d’agents de change, les maisons appartiennent souvent à plusieurs commanditaires, parisiens pour la plupart ; en revanche, alors que les agents de change sont les seuls responsables juridiques de l’office, les maisons de banque ont toute liberté pour choisir le nombre de leurs gérants et peuvent donc créer des sociétés en nom collectif.

21Tandis que le parquet se réserve les valeurs les plus sûres et les plus établies, les coulissiers prennent l’initiative d’introduire de nouveaux titres étrangers et des valeurs privées, qu’ils se chargent d’acclimater sur le marché parisien. Leur atout est triple : tout d’abord la liberté de courtage leur permet de choisir des montants deux fois moins élevés que ceux du parquet, ce qui leur attire la clientèle des banques et de leurs nombreux déposants ; leurs liens avec l’étranger facilitent l’introduction de valeurs étrangères, qui bénéficient alors de l’engouement du public ; enfin, leurs commanditaires et les gérants sont d’origines géographiques beaucoup plus diversifiées et drainent des affaires nouvelles vers leur entreprise.

Tableau 3. Cote des banquiers en valeurs en 1901

Cote au comptant

Fonds publics étrangers : 35 (russe, serbe, turc, brésilien)

Fonds publics français : 1

Actions

Assurances et banques : 18

Chemins de fer et transports : 22

Éclairage, électricité, gaz, eaux : 18

Métallurgie, fabriques et machines : 42

Mines (sauf or) : 42

Mines d’or : 63 (Afrique du Sud)

Journaux, publicité : 6

Divers : 63

Obligations

Chemins de fer et transports divers : 25

Eaux, gaz, électricité, métallurgie : 17

Diverses : 32 (Rio Tinto, chemins de fer du Tonkin)

Valeurs à terme

3 fonds étrangers

7 obligations industrielles

52 actions (surtout mines d’or d’Afrique du Sud) mais pas de cotations suivies

22À la veille de la guerre, le marché parisien est divisé en deux marchés complémentaires de tailles inégales : d’un côté le parquet, qui offre des placements sûrs à une clientèle assez large de petits épargnants ; de l’autre le marché en banque, réservé à des titres émanant de jeunes sociétés, qui offre des placements à rendements plus élevés, mais plus risqués. En fait, coexistent sur la cote des banquiers des valeurs spéculatives, des valeurs nouvelles à bon potentiel qui sont susceptibles d’être appelées au parquet ou encore des valeurs à faible circulation. Il est donc difficile d’évaluer le rôle réel de la coulisse dans le financement des entreprises.

23L’apaisement des relations de la coulisse avec le parquet se fait toutefois au détriment de l’activité des banquiers en valeurs. Dès 1899, le montant de leurs opérations diminue au profit de celles des agents de change. La capitalisation boursière du marché en banque, qui en est l’un des indicateurs, subit un retournement, à partir de 1904, au profit du marché officiel.

24La chute des cours des emprunts russes en raison de la guerre russo-japonaise de 1905, puis celle de l’ensemble des rentes au parquet réévaluent temporairement les valeurs cotées en Banque – dont la rente espagnole 4 % intérieure perpétuelle. Toutefois, si la valeur nominale du titre sur ce marché s’élève alors à 8,413 milliards de pesetas, les titres ne sont forcément pas détenus par des épargnants français : en général, les placements des titres de la coulisse se font chez les professionnels, chez de riches particuliers ou encore chez les étrangers.

  • 29  Alfred Neymarck, La statistique internationale des valeurs mobilières, Paris, Institut internation (...)

25Or, à côté de ces deux marchés désormais encadrés, émerge un troisième marché, le marché libre, qui se concentre sur des valeurs de mauvaise qualité, en général étrangères. Sur ce marché officient à la fois des banquiers en valeurs non inscrits à l’un des deux syndicats et des membres des deux syndicats : la confusion règne chez les épargnants, qui ont du mal à faire la distinction entre les valeurs cotées en banque et celles non cotées, d’autant que les cours des trois marchés sont parfois publiés côte à côte par des journaux financiers et que le marché libre est celui qui fait le plus de publicité. Il ne représente toutefois que plusieurs centaines de millions de francs de titres en 1911, contre 5 à 6 milliards pour les titres sur le marché en banque et plus de 140 milliards pour la cote officielle de Paris29.

  • 30  Claudio Jannet, Le Capital, la spéculation et la finance au xixe siècle, Paris, Plon, 1892.

26Le monde de la Bourse au sens large, qui recouvre les intervenants directs ou indirects sur ces différents marchés, est difficile à évaluer. Le nombre de banquiers en valeurs est estimé à 500 environ en 1892, mais ce chiffre réel est sans doute bien supérieur à celui des maisons de coulisse ayant acquis une certaine notoriété. À côté des 144 maisons respectables qui participent à la liquidation centrale de la coulisse, apparaissent et disparaissent aussi vite des petites sociétés de spéculation qui, à l’image des buckets shops de Londres et New York, spéculent avec l’argent des petits épargnants30.

27Selon les sources, le nombre des employés des maisons de coulisse à la fin du xixsiècle oscille entre 1 200 et 3 000. Pour leur part, les charges d’agents de change en emploient 2 800. Mais la communauté professionnelle qui travaille à Paris recouvre bien d’autres professions que ces deux types d’opérateurs. À la fin des années 1890, les agents de change et les banquiers en valeur ont recours de plus en plus fréquemment à des remisiers indépendants qui sont rémunérés par des commissions sur courtage (environ 30 %) et que Patrick Verley évalue à plusieurs milliers, un certain nombre d’entre eux pouvant avoir des liens avec les communautés étrangères, avec les Allemands notamment.

28Aux professions boursières se greffe tout un ensemble d’établissements financiers qui font des opérations sur valeurs mobilières et qui contribuent à animer le marché. Parmi eux, une trentaine d’officines qui contrôlent la presse financière, drainent l’épargne vers les affaires qu’elles introduisent en Bourse ou qu’elles placent sur le marché à terme. Hormis les banquiers et agents de change, un certain nombre d’établissements participent également à l’activité du marché. Selon les renseignements de source fiscale – sans doute les plus fiables à l’époque –, il y aurait près de mille intermédiaires boursiers aux appellations très diverses, comme l’indique le tableau 4.

Tableau 4. Estimation des intermédiaires boursiers en 1893 par la direction générale des Contributions directes pour la Seine

Profession imposée

Nombre d’établissements

Changeur de monnaies

40

Escompteur

15

Agent de change

60

Banquier

186

Tenant de caisse ou comptoir d’avances ou de prêts, de recettes ou de paiement

17

Agents d’affaires

166

Tenant de caisse ou comptoir pour opérations sur les valeurs

414

Receveur de rentes

1

Société par actions pour opérations de banque, de crédit, d’escompte, de dépôts, etc.

15

Courtier en marchandises

32

Total

907

Source : AEF, Fonds Fiscalité, B 65767. Ce tableau indique les intermédiaires pour opérations de Bourse tels que l’administration fiscale les évalue. Les banquiers en valeurs sont souvent désignés comme « tenants de caisse ou comptoir pour opérations en valeurs » ou comme banquiers.

29L’ensemble des employés de toutes ces entreprises financières opérant en Bourse est évalué par Alfred Neymarck à plus de 9 300 sur la France entière. Se profile ainsi l’existence d’une communauté boursière, sinon financière, qui se retrouve, après les séances de Bourse, dans des cafés et restaurants autour du palais Brongniart, comme Tortoni ou Gallopin. Il serait bien osé de prétendre y voir les contours d’une « City » comme à Londres, mais il existe bel et bien un quartier du deuxième arrondissement de Paris dédié aux activités boursières, avec ses cafés, ses restaurants fréquentés par les agents de change et les banquiers, mais aussi par le petit monde des commis, des remisiers, des employés de banque et fondés de pouvoir d’agents de change, qui se côtoient ainsi quotidiennement.

30Non loin du quartier de la Bourse, se sont établis depuis quelques décennies les sièges sociaux des grandes banques, qui émergent à la fois comme animateurs et comme pourvoyeurs de fonds du marché financier. Les relations concurrentes et complémentaires que les différents types d’établissements entretiennent avec les agents de change et les banquiers en valeurs en font de véritables acteurs du marché, bien qu’ils soient interdits de négociation et de cotation de valeurs.

B. Rôle des banques dans les activités de marché : le troisième pilier de la place

  • 31  Signalons cependant Jean Bouvier, François Furet, Marcel Gillet, Le mouvement du profit en France (...)

31À plusieurs titres, les banques sont parties prenantes des activités de la place financière, que ce soit pour leurs activités de crédit ou leurs opérations sur le marché financier. Bien qu’il leur soit interdit d’être des opérateurs boursiers, les banques forment un complément indispensable aux opérations des agents de change et des coulissiers, grâce à la mise à disposition de leurs ressources. Elles sont aussi leurs concurrentes pour le placement des émissions et pour les achats et les ventes de titres aux épargnants. Or, bien que la littérature sur les banques soit extrêmement riche sur le xixsiècle, il existe peu de travaux universitaires centrés sur l’essor de leur activité boursière31. On ne saurait donc faire l’économie de l’étude des activités boursières des banques sur le marché primaire ou secondaire, qui ont permis leur alimentation et ont contribué à leur développement. D’autre part dans certaines périodes, les banques ont pu jouer un rôle d’innovation et d’orientation du marché.

32Pour mieux cerner l’activité des banques sur le marché financier, il n’est pas inutile de rappeler à quels stades et sur quelles opérations les établissements bancaires sont intervenus.

33La plus ancienne intervention des banques sur les marchés financiers était consacrée à l’introduction de titres en Bourse et constituait l’une des principales activités de la haute banque, dont les plus dynamiques étaient alors les Mallet, Neuflize, Hottinguer, Mirabaud et Rothschild, tant pour le lancement d’émissions que pour le placement de titres. Elles participent ainsi au financement de secteurs entiers de l’économie, pour lesquels elles ont investi dans des titres qui se négocient en Bourse. Elles sont alors rémunérées par des commissions de garantie et/ou des commissions de placement, établies en pourcentage du montant de l’emprunt émis, auxquelles s’ajoutent éventuellement des commissions de change. Grâce à leurs réseaux internationaux, les banques d’affaires, comme Rothschild, sont les chefs de file de grands emprunts étrangers à Paris. La haute banque est également présente dans le capital des charges d’agents de change, auxquels elle fournit des fonds pour leur trésorerie.

  • 32  F. Braudel et E. Labrousse, Histoire économique et sociale…, op. cit., chap. IV, « La spécialisati (...)
  • 33Ibid., p. 438-439.

34Les nouveaux besoins capitalistiques de l’économie entraînent l’apparition de nouvelles banques ayant une surface financière plus importante. La création du Crédit mobilier, puis l’apparition des banques de dépôt (Comptoir d’escompte de Paris, CIC, Crédit Lyonnais, Société générale), sans oublier la naissance de banques d’affaires transforment le paysage bancaire français. D’un côté, par leur nombre et leur taille de l’autre, et, par leur place dans l’expansion de la cote boursière, ces nouvelles « sociétés financières », selon l’expression de M. Lévy-Leboyer32, modifient l’offre de capitaux aux entreprises et aux collectivités publiques : avant 1870, on compte 16 sociétés financières cotées en Bourse, et 71 en 188133. De l’autre, les relations étroites et complexes entre les banques et la Bourse se construisent entre la liquidation du portefeuille bancaire, le placement de titres et le pourvoi de fonds aux opérateurs. En effet, à partir du dernier quart de siècle, de nouvelles banques, comme la Banque de Paris et des Pays-Bas (Paribas), créée en 1872, et la Banque parisienne, fondée en 1874, concurrencent la haute banque dans le domaine des opérations financières, c’est-à-dire les émissions de titres, les opérations de Bourse et les activités de portefeuille.

  • 34  Edmond Baldy, Les Banques d’affaires en France depuis 1900, Paris, LGDJ, 1922.
  • 35  Qu’il s’agisse d’immobilisations volontaires – paquets de titres conservés par la banque pour avoi (...)
  • 36  Le pourcentage des immobilisations de la Société générale par rapport à l’actif était de 22 % en 1 (...)

35Jusqu’en 1941, la définition du mot « banque » est problématique, car elle ne correspond alors à aucun critère juridique ou professionnel ; quant à la classification des banques, elle varie elle aussi historiquement et géographiquement. Ainsi au xixsiècle, pour certains journaux financiers, des établissements de crédit comme le Crédit commercial de France ou la Banque nationale de crédit sont-ils considérés comme des banques d’affaires. Cela étant, des critères relativement objectifs peuvent être définis, et ceux choisis par E. Baldy34 pour son étude semblent pertinents pour le début du xxsiècle, à savoir la primauté donnée aux opérations financières (financement à long terme sur leurs fonds propres et émissions de titres) sur les opérations de banque (financement à court terme à partir des dépôts). Les activités proprement financières se traduisent, dans le bilan des banques, par un pourcentage des immobilisations35 sous forme de participations et de titres beaucoup plus élevé que dans celui des banques dites « de dépôt ». À la veille de 1914, selon ses critères, les banques d’affaires sont au nombre de cinq, les deux plus importantes étant Paribas et la Banque de l’Union parisienne, suivies de la Banque française pour le commerce et l’industrie, du Crédit mobilier et du Crédit français, auxquelles on pourrait ajouter la Société générale, en raison de son engagement dans les affaires financières au moins jusqu’à la fin du siècle36. Le pourcentage des participations et du portefeuille-titres donne une indication globale des engagements des différentes banques (tableau 5).

  • 37  Par exemple, 70 % des profits de Paribas sont à mettre sur le compte des « affaires financières ». (...)
  • 38  É. Bussière, Paribas…, op. cit. ; Hubert Bonin, La Banque de l’Union parisienne, 1874-1904-1974. H (...)

36Du point de vue des comptes courants créditeurs, la coupure est également nette entre banques de dépôt et banques d’affaires : d’un côté, le volume des comptes courants créditeurs du Crédit Lyonnais est de 2 milliards de francs en 1914, de 1,24 milliard au Comptoir national d’escompte de Paris, de 1,57 milliard de francs à la Société générale. À l’opposé, la Banque de l’Union parisienne (BUP) n’en détient que 315 millions de francs et Paribas, 253 millions. L’extension remarquable des bilans des banques d’affaires entre 1900 et 1913 s’accompagne en fait de fluctuations importantes des bénéfices liés aux opérations financières, eux-mêmes liés à la conjoncture économique37. Les unes et les autres se développent en direction de zones géographiques spécifiques et vers des secteurs industriels en pointe. Paribas se tourne vers la Russie, l’Europe du Nord et les Balkans, ainsi qu’en France, tandis que la BUP, pour sa part, s’oriente vers l’Amérique latine, mais aussi vers la Russie et les Balkans. Toutes deux accompagnent le développement des chemins de fer et de l’électricité en France et à l’étranger38.

Tableau 5. Participations financières et portefeuille-titres des principales banques (moyenne 1900-1913)

 % des deux postes/actif

 % maximum

 % minimum

 % moyen

Crédit Lyonnais

0,4

0,3

0,38

Paribas

30

13,1

21

Banque de l’union parisienne

28,6

10,3

19,3

Crédit mobilier français

43,4

10,3

24,6

Banque française pour le commerce et l’industrie

25,7

6,8

14,4

Crédit français

25,9

15,2

21,4

Société des banques de province

14,9

7,8

12,4

Société générale

13

4,4

7,7

Source : d’après E. Baldy. Les Banques d’affaires…, op. cit. Ce pourcentage ne doit pas masquer la différence de taille de bilan entre la plus importante, Paribas (782 MF en 1914), et une petite banque comme le Crédit français (100 MF).

37Pour leur part, grâce à leur forte capacité de placement auprès de leur clientèle, les grands établissements de crédit créés dans les années 1860 participent de plus en plus fréquemment aux syndicats bancaires mis en place pour le lancement de grandes émissions nationales et internationales.

  • 39  Jean Bouvier, Le Krach de l’Union générale 1878-1885, Paris, PUF, 1960.
  • 40  Jacques Dagneau, Les agences régionales du Crédit Lyonnais 1870-1914, New York, Arno Press, 1977.

38À la suite du krach de l’Union générale, la doctrine d’Henri Germain, du nom du président-fondateur du Crédit Lyonnais, s’est rapidement imposée aux deux autres grandes banques, la Société générale et le Comptoir. Pour le banquier, le risque majeur de liquidité des établissements bancaires résulte d’un écart trop important entre l’échéance courte de leur financement (dettes à court terme représentées principalement par les dépôts à vue des particuliers) et l’échéance longue de leurs engagements, matérialisés sous la forme de prêts industriels remboursables à moyen ou long terme. D’où la préférence pour l’escompte et le placement de titres, et la mise en place d’une stratégie de désengagement industriel de la banque39. Le Crédit Lyonnais cherche ainsi à développer ses dépôts, à la fois pour les économies d’échelle et pour accroître le placement de toute sorte de titres. Au tournant du siècle, l’essor du réseau d’agences (411 en 1913 pour le Lyonnais, 560 pour la Société générale) répond à cette nouvelle stratégie40.

  • 41  Voir l’article pionnier d’André Strauss, « Trésor public et marché financier. Les emprunts d’État (...)
  • 42  Selon Marcel Bourbeau, La Bourse des valeurs de Paris pendant la guerre (1914-1920), Paris, Pichon (...)
  • 43  P. Verley, « Les opérateurs du marché financier… », op. cit.

39La puissance de placement des établissements de crédit devient alors bien supérieure à celle des intermédiaires de la Bourse, plus particulièrement vers les années 1900. C’est d’ailleurs l’argument avancé par les grands établissements pour convaincre le Mouvement général des fonds de leur confier une part croissante du placement des emprunts public41. En 1913, la valeur des admissions et introductions à la Bourse de Paris est évaluée à 3,9 milliards de francs, dont une importante fraction par le placement direct aux guichets des établissements de crédit et des compagnies de chemins de fer : 2,05 milliards de francs, soit plus de la moitié serait placée en dehors de la Bourse42. Trois techniques de placement sont utilisées : l’introduction en Bourse, la souscription publique et le placement direct sans introduction. Les banques de dépôt sont devenues de « grands bazars à titres », selon l’expression de Jean Bouvier, qui proposent une multitude de placements à leur clientèle. Les établissements de crédit sont également de grands pourvoyeurs de liquidités pour le marché à terme ; à titre d’exemple, ils fournissent 40 % des capitaux pour les reports entre 1900 et 1914, et 47 % jusqu’en 1911-191343.

  • 44  A. Strauss, « Trésor public… », op. cit., p. 88. Les quatre grandes banques et Paribas obtiennent (...)

40À la veille de la Première Guerre mondiale, les grandes banques de dépôt sont les premiers placeurs de titres et elles forment entre elles, avec le concours de Paribas, des syndicats de garantie et de placement de grandes émissions44, tandis que les petites banques d’affaires et les coulissiers gardent un rôle dans le placement des petites émissions auprès d’une clientèle plus étroite, émissions qui ne sont pas à la cote officielle ni même parfois à celle de la coulisse.

41Pour le compte de leurs clients, les grandes banques parisiennes monopolisent toute une série d’opérations : achats et ventes de titres, conservation des titres au coffre, paiement des coupons. Pour ces services, elles touchent une partie du courtage, une commission pour frais de correspondance, de transports et d’assurances, sans oublier les frais de garde des titres et la location de coffres-forts. Obtenir le dépôt des titres permet en pratique à un établissement d’avoir la gestion de toutes les autres opérations de Bourse de ses clients. Cette activité est donc très lucrative, comme nous le verrons à travers les comptes du Crédit Lyonnais. Elles profitent de remises sur opérations de Bourse de la part des opérateurs boursiers qui souhaitent élargir la clientèle boursière. Elles bénéficient ainsi du « par contre » jusqu’en 1910 : la banque ne paie le courtage que pour une opération boursière sur deux, lorsqu’il y a achat et vente sur un même titre dans la même séance de Bourse. Jusqu’en 1898, elles sont plus ou moins autorisées à faire des opérations d’« application », procédé qui applique un ordre de vente à un ordre d’achat d’un même titre, la banque ne payant l’impôt que sur le solde.

  • 45  Archives du Crédit Lyonnais (ACL), 138AH2, correspondance entre Mazerat et Berthenod, lettre du 3 (...)

42Contrairement aux relations des banques avec les agents de change, celles avec les coulissiers ont toujours été bonnes. Les tarifs de remise de la coulisse s’échelonnent de 20 % à 33 %. En 1910, les remises sur opération de coulisse pour les banques passent à 36 %. Les relations s’organisent entre les trois placeurs de taille inégale : agents de change, banquiers en valeurs, banques de dépôt. Parmi ces dernières, le Crédit Lyonnais, alors la plus grande banque de dépôt, se distingue par sa politique systématique en faveur des placements boursiers.45

La petite Bourse du soir

Les relations privilégiées entre les banques de dépôt et la coulisse se sont traduites précisément par la tenue d’une petite Bourse du soir. Peu après la construction de la première tranche de son siège central à Paris en 1878, le Crédit Lyonnais offre aux coulissiers la possibilité de faire leurs transactions le soir, dans le hall des pas perdus. Puis en 1882, il leur loue les deux halls du rez-de-chaussée. Alors que la guerre reprend entre les agents de change et les coulissiers au début des années 1890, les tenants du parquet engagent des représailles contre le Lyonnais et, en octobre 1892, suppriment les remises de courtage qui leur étaient jusqu’alors réservées. Soucieux de maintenir de bonnes relations avec le parquet, le Crédit Lyonnais, « qui se trouve entre le marteau et l’enclume45 », est soulagé par la décision du préfet de police, le 10 octobre, de fermer son hall aux coulissiers le soir. À partir de cette décision, le Crédit Lyonnais stoppe les applications sur les titres au parquet. Celui-ci ne pratique plus de remise de courtage, du moins jusqu’à la guerre

C. L’exemple du Lyonnais, premier placeur

  • 46  Archives économiques et financières (AEF), fonds Trésor, B 65767.

43Étudier de plus près la manière dont le Crédit Lyonnais mène sa stratégie en termes de placement de titres peut être pertinent, car il est alors l’établissement qui développe la plus grande activité boursière. Le paiement de l’impôt sur les opérations de Bourse en constitue un bon indicateur. En 1894-1896, le Lyonnais a payé 121 857 000 F d’impôt de Bourse ; la Société générale, 77 250 000 F, et le Comptoir d’escompte, 65 840 000 F46. La croissance rapide du montant des bénéfices tirés des opérations boursières est aussi révélatrice des enjeux pour la banque, comme l’indique le tableau 6.

Tableau 6. Montant des bénéfices du Crédit Lyonnais sur opérations de Bourse et sur placements de titres 1893-1913 (en millions de francs)

Années

Bénéfices sur opérations de Bourse

et placement de titres

1893

3,22

1898

4,69

1903

6,21

1908

7,43

1913

8,23

Source : Crédit Lyonnais, Comptes de profits et pertes. L’ensemble des bénéfices attachés au placement des titres repose sur le courtage, le paiement des coupons, les droits de garde des titres, auxquels s’ajoutent la location de coffres et la garantie contre le risque de non-vérification des titres à partir de 1909.

  • 47  Sur ce point, voir la thèse de J. Dagneau, Les agences régionales du Crédit Lyonnais…, op. cit.
  • 48  ACL, 98 AH 3.
  • 49  ACL, 098 AH 85, « Ventes et classement des titres placés par le Crédit Lyonnais », 1910.

44La politique menée par le Crédit Lyonnais dans les dernières années avant la Première Guerre est d’ailleurs significative de l’intérêt porté aux placements des titres47. Il y a d’abord une volonté des dirigeants de centraliser la politique des titres au siège pour limiter les risques : selon une circulaire interne de la banque de 1897, seule la direction générale est habilitée à recommander des valeurs à la clientèle. Il est de son ressort, et non de celui des agences, de choisir les titres mis à disposition aux guichets48. Un rappel à l’ordre est nécessaire de temps à autre, car des agences étrangères font des offres directes de titres à des agences régionales, comme celle de Saint-Pétersbourg, qui propose des titres russes à celles de Grenoble et de Marseille en 1911. Les recommandations du siège touchent aussi aux émetteurs potentiels : il faut se méfier des entreprises en quête de capitaux qui s’adressent directement au personnel des agences en lui proposant des souscriptions de leurs titres, avec promesses de grosses commissions. La seconde préoccupation du siège est d’assurer le classement des titres émis par le Crédit Lyonnais : « Nous ne devons pas considérer seulement nos placements au point de vue du bénéfice immédiat […] Nous devons au contraire continuer à nous préoccuper du bon classement des titres49 ». Est établi à cet effet un Bulletin de Bourse sur la situation hebdomadaire de la Bourse, avec la liste des titres à recommander à la clientèle.

  • 50  ACL, 098 AH 85, circulaire du 11 octobre 1895.

45L’objectif assigné aux directions d’agences est de « développer des ordres de Bourses au comptant, car notre organisation nous permet de devenir de plus en plus en province l’intermédiaire privilégié des capitalistes50 ». En corollaire, les opérations à terme ne doivent être acceptées que sous certaines conditions, « dans la mesure où nous voulons nous abstenir de prêter la main au jeu et à la spéculation ». Aussi est-il interdit aux agences de traiter des opérations à terme pour les femmes, les prêtres et les militaires, insuffisamment initiés aux affaires de spéculation… Les instructions se multiplient en 1906, face aux valeurs non cotées sur le marché de Paris ou par le Lyonnais lui-même. L’établissement répond ainsi à la demande du ministre Joseph Caillaux de s’opposer à ces placements de titres « sans valeur intrinsèque ».

46L’analyse des différents types de titres déposés dans les agences du Crédit Lyonnais donne une idée de la répartition des placements proposés et souscrits en France par la clientèle. Tout d’abord, le volume de titres en dépôt dans la banque est impressionnant : plus de 130 millions dans les années 1906-1908. La dominante écrasante des dépôts de rentes donne une illustration de la recherche de sécurité de placement préconisée au Lyonnais, mais également réclamée par les petits épargnants, habitués aux titres à revenus fixes depuis des décennies de domination de la rente. Le comportement exclusivement financier des grands établissements, qui leur sera reproché dans les années 1906-1907, repose sur la rentabilisation maximum de la force de placement de la banque et son développement, ainsi que sur l’émission de titres qui plaisent au public. Le graphique ci-après illustre bien l’immense domination des rentes françaises et étrangères (qui ne sont pas distinguées dans les chiffres) dans la clientèle de la banque.

Graphique 1. Nombre de titres déposés au Crédit Lyonnais par type de titres

Graphique 1. Nombre de titres déposés au Crédit Lyonnais par type de titres

Source : ACL, 98 AH 004. Les chiffres pour l’année 1905 sont manquants.

  • 51  P. Leroy-Beaulieu, L’Art de placer et gérer sa fortune, op. cit., p. 92-94. Les compagnies d’assur (...)
  • 52  Jean-Louis Billoret, « Système bancaire et dynamique économique dans un pays à monnaie stable, la (...)

47Un autre exemple est donné par la diversité du portefeuille-titres des banques d’affaires et des compagnies d’assurances, ce dont se félicite Paul Leroy-Beaulieu : en 1903, Paribas compte ainsi dans son portefeuille-titres 358 placements divers, dont 34 fonds d’État, 278 sortes d’actions et 46 catégories d’obligations, tandis que la Compagnie La Nationale se concentre plutôt sur les fonds d’État français et étrangers, et les obligations garanties par l’État51. Le marché boursier, qui souffre d’une certaine langueur selon les observateurs contemporains, aurait ainsi été victime de la place prépondérante prise par les banques dans les transactions52. Les établissements de crédit comme les banques d’affaires ont joué un rôle actif dans l’introduction en Bourse et dans la diffusion des valeurs françaises et étrangères auprès des épargnants français.

48La dimension internationale de la place de Paris repose alors en grande partie sur les institutions bancaires et sur leur capacité à orienter l’épargne française vers les entreprises étrangères.

II. Un rayonnement international établi

  • 53  Notamment F. Braudel et E. Labrousse (dir.), Histoire économique et sociale de la France, op. cit.(...)

49Mémoires, romans, discours de tribuns, réquisitoires judiciaires, caricatures et pamphlets, articles de journaux… la littérature contemporaine n’épargne pas ses griefs contre l’internationalisme de la Bourse et de la finance en général. Ce mouvement d’opinion trouve sa pleine mesure au moment où Paris atteint son apogée de place internationale, entre 1895 et 1908. Cette dimension internationale de la place de Paris ayant déjà fait l’objet de travaux approfondis53, nous nous contenterons ici de rappeler les lignes de force de cette internationalisation, du côté de la Bourse comme du point de vue des banques, et d’en donner quelques exemples précis issus de nouvelles recherches.

A. Mesure de la place de Paris dans la première mondialisation financière

  • 54  Voir plus particulièrement H.C. Reed, The pre-eminence of international financial centers, op. cit (...)
  • 55  Cité par J.-L. Billoret, « Système bancaire et dynamique économique… », op. cit.

50La cause est entendue : à la veille de 1914, Paris est le « banquier du monde » et se situe, pour la quasi-totalité des historiens, juste après Londres en tant que centre financier international54. Ce rayonnement s’appuie sur un réseau bancaire très puissant, sur lequel nous reviendrons. « Aucun emprunt de quelque importance ne pourrait être émis en Europe sans l’aide des banques internationales françaises », note le Banker magazine en 190955. Au rôle majeur des établissements bancaires s’ajoute celui de la Banque de France, qui détient alors la plus grande réserve d’or après les États-Unis et contribue à faire de Paris le plus grand créancier du monde.

  • 56  Voir la dernière mise au point de Ranald C. Michie, « The Battle of the Bourses ? Competition betw (...)

51Du point de vue boursier, la mesure de cette dimension se fait le plus fréquemment par le niveau de capitalisation boursière de valeurs étrangères, soit par rapport à l’ensemble de la capitalisation boursière, soit en volume comparé à d’autres places. Le deuxième critère d’évaluation retenu s’appuie sur le nombre et la valeur de titres étrangers cotés et le troisième prend en compte le volume des transactions à une période donnée. On pourrait y ajouter des critères plus qualitatifs, comme la taille des entreprises cotées, la qualité des titres introduits, le caractère étranger ou colonial de telle ou telle valeur cotée, mais ces critères sont plus difficiles à évaluer. Le croisement de ces différents critères donne une évaluation à peu près juste de la dimension internationale d’un marché, quoique les discussions méthodologiques entre historiens se poursuivent sur le caractère international des différentes Bourses56.

  • 57Capitals of capital, op. cit.
  • 58  R.C. Michie, « The Battle of the Bourses ?… », op. cit., p. 19-20. Entre 1900 et 1925, il y aurait (...)

52Sans entrer dans le détail des évaluations possibles, il n’est pas inutile de donner quelques nouveaux éléments de comparaison que des recherches récentes ont mis au jour. Dans son approche de longue durée des places financières57, Youssef Cassis qualifie Paris de « brillant second » et met l’accent sur le rayonnement international de la capitale dans les années 1850 et 1860, décennies au cours desquelles Paris prend une légère avance, qu’elle perd après la guerre franco-prussienne, tandis que de nouvelles places émergent à l’échelle internationale, comme New York et Berlin. Si la mobilité du capital mobilier est bien réelle – 25 % des titres en circulation sont détenus par des non-résidents en Europe –, Ranald C. Michie ne voit pas, au cours de la première mondialisation financière, une véritable rivalité entre les places, mais plutôt une division internationale des placements entre les Bourses. En dépit d’un développement technologique majeur (le télégraphe, puis le téléphone), très peu de titres sont en réalité cotés sur plus de deux Bourses58.

  • 59  « Place et rôle des échanges extérieurs » in F. Braudel et E. Labrousse (dir.), Histoire économiqu (...)
  • 60  Estimation d’A. Neymarck, déduction faite de la part approximative pouvant appartenir à des étrang (...)
  • 61  Jacques Marseille, Empire colonial et capitalisme français. Histoire d’un divorce, Paris, Albin Mi (...)

53Quelles que soient les différentes évaluations des données boursières, c’est à partir de 1895 que la Bourse de Paris reprend sa véritable dimension internationale, alors que les exportations de capitaux ont quadruplé entre 1880 et 1914 (45,5 milliards de francs selon René Girault59). Le mouvement amorcé dans les années 1850 et 1860 en faveur du financement d’entreprises étrangères s’est trouvé stoppé par la guerre de 1870, puis par le krach de l’Union générale de 1882. Les épargnants se seraient alors plus volontiers tournés vers les fonds publics étrangers, mais un certain nombre de défauts de paiement de pays (Espagne, Autriche, Turquie…) discrédite un temps ce type de valeurs. Il faut attendre la fin des années 1880 pour que le marché financier se remette des crises spéculatives touchant les valeurs étrangères, dont celle sur les mines cuprifères et la crise de Panama. En dépit du krach sur les mines d’or de 1895, le mouvement repart à la hausse. Entre 1900 et 1914, les émissions de valeurs étrangères atteignent 18 milliards, soit presque autant que les valeurs françaises (19 milliards). La fortune mobilière des Français est constituée, à la veille de la guerre, de 108 à 115 milliards de fonds d’État, dont 30 à 33 milliards de fonds d’États étrangers et 10 à 12 milliards de valeurs privées étrangères60. Les colonies sont une destination privilégiée de placement, la troisième après la Russie et l’Amérique latine61. Tandis que l’Amérique latine fait son entrée sur le marché parisien avec les banques, les chemins de fer et les fonds d’État, plusieurs grandes compagnies nord-américaines de chemins de fer entrent au parquet. Se met alors en place une véritable spécialisation française sur les fonds d’État et les titres ferroviaires, qui renforcent le marché obligataire.

  • 62  René Catin, Le Portefeuille étranger de la France entre 1870 et 1914, Paris, Jouve, 1927.

54En 1900, on recense 1 300 valeurs étrangères sur les 4 000 cotées au marché officiel, 900 sur les 1 900 titres du marché en banque. Le renouvellement de la cote, relativement important entre 1898 et 1913, se manifeste par l’apparition de 475 nouvelles valeurs au parquet et de 775 sur le marché en banque62. Les types de valeurs introduits en France ont beaucoup évolué depuis le début du siècle. Si les fonds d’État, tant français qu’étrangers, restent un département important des deux cotes, la montée en puissance des valeurs industrielles est une donnée nouvelle. La capitalisation boursière des obligations privées devient alors supérieure à celle des fonds d’État. La fin du siècle est bien évidemment marquée par l’explosion des emprunts russes sur le marché officiel et en banque, portés par l’alliance franco-russe de 1894 et largement diffusés par les banques françaises (voir supra).

  • 63  A. Neymarck, La Statistique internationale…, op. cit., p. 80-81.

55Le marché de la coulisse s’est véritablement spécialisé dans les matières premières. La quasi-totalité du groupe « Mines-mines d’or-métallurgie » est cotée sur le marché en banque, auquel il faut ajouter les nouveaux secteurs du pétrole et du caoutchouc. Ce sont des coulissiers qui lancent et animent le nouveau marché des mines d’or dans les années 1890, marché qui bénéficie d’un véritable engouement de la part des épargnants jusqu’au krach de 1895. Dans L’Économiste français, Paul Leroy-Beaulieu souligne, en janvier 1897, que la coulisse est un « organe propulseur » du marché. Mais ce groupe d’opérateurs n’est pas en reste sur le marché des fonds publics étrangers, comme l’indique le tableau 7, puisque le marché en banque cote trois fois plus de titres que le parquet. Toutefois, les titres étrangers ont deux fois moins de valeur nominale que ceux cotés au parquet (751 242 000 F contre 1 710 958 000 F)63.

56Grâce à leurs réseaux européens, les banquiers en valeurs lancent sur le marché parisien des titres cotés à Londres ou à Berlin. Alors que depuis 1898, ils n’ont plus le droit de négocier les fonds publics français (excepté la rente), les coulissiers jouissent en revanche d’une supériorité pour les fonds d’États étrangers, les villes étrangères et les chemins de fer garantis par l’État. L’on remarque en revanche la faiblesse des valeurs privées sur le marché en banque.

57En comparaison, les agents de change sont beaucoup moins actifs sur les valeurs étrangères, sans doute par manque de compétence et par choix. Comme le souligne un observateur contemporain à propos de l’extension des activités internationales des agents de change, qui se développe après 1898 :

  • 64  M. Bourbeau, La Bourse des valeurs de Paris…, op. cit., p. 361-362.

« […] La limitation de la coulisse engageait un grand nombre de remisiers soit à étendre leurs opérations au Parquet, soit à les limiter à ce dernier. Étant donné qu’ils avaient en grande partie leurs relations à l’étranger spécialement en Italie, en Espagne en Allemagne, etc. Le Parquet accrut ainsi ses relations directes avec l’étranger […]. Mais l’agent de change dans la plupart des cas, ne possède pas l’expérience nécessaire pour diriger un tel réseau de relations sur toute la surface du globe avec la même sûreté qu’un banquier expérimenté, d’autant moins que son activité essentielle est absorbée par ses rapports avec la clientèle de la place, avec les grandes banques et les banquiers auxquels il rend visite presque tous les jours et par la surveillance de ses opérations au comptant très étendues, enfin par le règlement qui prescrit à l’agent de change d’être lui-même présent à la Bourse et d’exécuter personnellement les ordres de la clientèle. Aussi est-il obligé de se reposer presqu’entièrement sur le travail de ses fondés de pouvoir64. »

Tableau 7. Titres admis au parquet et à la coulisse en 1912

Fonds d’État français

Actions et parts françaises

Obligations françaises

Obligations françaises

Nombre de titres

Valeur nominale

Nombre de titres

Valeur nominale

Nombre de titres

Valeur nominale

Parquet 1

1 326 001

519 140 900

2 034 810

458 664 750

3 293 772

1 146 486 000

Coulisse 1

-

-

760 275

-

71 000

32 500 000

Fonds d’État étrangers

Actions et parts étrangères

Obligations étrangères

Nb titres

Valeur nominale

Nb titres

Valeur nominale

Nb titres

Valeur nominale

Parquet 2

 1 212 080

539 571 750

1 448 268

638 036 750

1 145 440

533 350 000

Coulisse 2

11 571 680

585 589 500

60 000

-

330 425

15 652 500

Total Parquet1+2

 2 538 081

1 058 712 650

3 483 078

1 096 701 500

8 742 565

1 679 836 000

Total Coulisse1+2

11 571 680

  585 589 500

820 275

-

  401 425

   48 152 500

TOTAL GÉNÉRAL

14 109 761

1 644 302 150

4 303 353

1 096 701 500

9 143 990

1 727 988 500

Source : A. Neymarck, La Statistique internationale des valeurs mobilières, op. cit.

58Une partie du succès de la coulisse sur les valeurs étrangères est due, on l’a vu précédemment, à ses connexions avec les places étrangères, facilitées par la nationalité des commanditaires et des gérants des maisons. La Belgique tient une place particulière dans ses réseaux, car c’est le seul pays européen où existent des filiales de maisons de banque françaises. Sa compétence dans les marchés à terme et dans l’arbitrage entre places financières européennes (Londres, Berlin, Bruxelles) s’épanouit dans ces années. L’autre partie du succès de la coulisse vient de ce qu’elle n’est pas aussi réglementée que le marché officiel pour les valeurs étrangères. Un bref rappel historique s’impose.

B. La fiscalité et la réglementation des valeurs étrangères

  • 65  Le ministère des Travaux publics intervient pour les valeurs ferroviaires, le ministère des Affair (...)

59L’intervention de l’État dans l’introduction de valeurs étrangères en France s’établit à plusieurs niveaux : l’autorisation d’introduction, la fiscalité des valeurs mobilières étrangères, sans oublier les incitations au placement d’emprunts étrangers à Paris que peuvent faciliter des accords diplomatiques. Dès le début du xixsiècle, se met en place une réglementation gouvernementale forte sur les admissions à la cote de valeurs étrangères sous la double tutelle du ministère des Finances et du ministère des Affaires étrangères. Il s’agit en fait de réglementer la cotation d’emprunts étrangers qui circulent déjà en France. Ainsi l’ordonnance du 15 novembre 1823 autorise-t-elle la cotation d’effets publics étrangers ; elle sera suivie, en 1855, de l’autorisation donnée aux chemins de fer étrangers. Face au développement très rapide des cotations de titres étrangers à Paris sous le Second Empire, le décret du 22 mai 1858 restreint cette liberté en limitant le nombre de titres autorisés ; en 1862, le contrôle à la fois du ministère des Finances et du ministère des Travaux publics et du Commerce est renforcé65. Les sociétés doivent justifier de leur constitution, de la cotation de leurs actions et obligations dans leur pays d’origine. Le titre des actions ne peut être inférieur à 500 F. Le parquet cote alors 23 actions et obligations étrangères, dont 18 de chemins de fer, tandis que la coulisse développe activement l’introduction de titres hors parquet.

  • 66  Cette réglementation n’existe pas sur d’autres places comme Londres, où coexistent des actions de (...)

60La réglementation s’intensifie à partir de 1880 pour les valeurs autres que les emprunts publics : le décret du 6 février 1880 abroge celui de 1858 et accorde le droit au ministère des Finances d’en interdire la négociation en France, à Paris ou en province. Les sociétés doivent justifier de renseignements de plus en plus précis sur leur constitution pour être cotées. Surtout, toute action admise ne peut pas être inférieure à 100 F lorsque le capital de la société est de moins de 200 000 F, et inférieure à 500 F quand le capital est de plus de 200 000 F. Cette règle, au départ destinée à éviter l’introduction de titres médiocres, détourne des sociétés importantes de la cote officielle parisienne. Les exemples les plus connus sont celui de la compagnie diamantaire De Beers, dont le pair est de 5 £ (125 F), celui du Rio Tinto, au pair de 10 £ (250 F). La Régie des tabacs de l’Empire ottoman est rayée de la cote officielle parce que les actionnaires ont décidé de transformer les actions de 500 F en actions entièrement libérées de 200 F. Conséquence directe de cette règle, les titres sont mis en circulation sur le marché libre et seront ensuite cotés chez les banquiers en valeurs. En 1896, la chambre syndicale des agents de change estime à 1 milliard la perte des titres en circulation de 25 F66.

61Toutefois, la qualité des titres étrangers introduits en France n’est alors contrôlée ni par les banques, ni par les tenants du marché, ni par la tutelle. Face aux différentes crises spéculatives sur des valeurs étrangères qui ont secoué les années 1880 et 1890, une série de mesures sont prises. Tout d’abord, en lien avec l’instauration du nouvel impôt sur les opérations de Bourse, un décret de 1893 oblige toute émission, mise en souscription, vente ou introduction de titre étranger à se faire agréer par un représentant responsable du droit de timbre, de transmission et d’impôt sur le revenu. Un décret du 22 juin 1898 renforce l’information des épargnants pour les titres étrangers (raison sociale de la société, siège social, durée, montant du capital social, dernier bilan…). Plus encore, après la création du BALO en 1907, la réglementation des valeurs étrangères favorise indirectement leur passage à la cote des banquiers en valeurs, moins soumises à ce type de règles. Mais une fois encore, la qualité s’en ressent.

62À ces questions de sécurité du marché s’ajoute une fiscalité à géométrie variable qui a parfois été déterminante pour la diffusion des valeurs étrangères avant la Première Guerre mondiale, mais qui a pu également entraver l’introduction de titres en France.

63Les premières règles sur la fiscalité des valeurs étrangères remontent à 1857, date à laquelle elles sont assujetties aux mêmes règles que les valeurs françaises et doivent faire agréer un représentant français. La fiscalité française qui pèse sur les valeurs étrangères est de trois ordres : d’abord, depuis cette date, les sociétés françaises et étrangères doivent acquitter un droit de transmission lors des transactions en France, fondé sur le prix de la négociation (de 0,12 %, il sera de 0,3 % en 1914). D’autre part, au même titre que les valeurs françaises, les valeurs étrangères sont soumises à l’impôt sur le revenu des valeurs mobilières créé en 1872. Il s’élève alors à 3 % du revenu, puis à 4 % en 1890. Il sera régulièrement relevé par la suite.

  • 67  L’abonnement est obligatoire pour les titres étrangers hors fonds d’État admis à la cote officiell (...)
  • 68  De fait, il n’y a pas véritablement d’équivalence car les sociétés françaises sont triplement taxé (...)
  • 69  AEF, fonds Trésor, B 65767.

64À partir de 1863, elles sont soumises à un droit de timbre particulier : quand elles sont abonnées67, elles acquittent une taxe annuelle de timbre, de transmission et de revenu, selon un principe d’équivalence avec les sociétés françaises. Celles qui ne sont pas abonnées acquittent un droit de timbre au comptant68. De surcroît, les coupons touchés en France subissent une retenue (12 % en 1914) au titre de la taxe sur le revenu, ce qui pousse les détenteurs à se les faire payer ailleurs qu’en France. Face à ces désavantages, toutes les sociétés ne se sont pas soumises à l’abonnement, et cela depuis longtemps : en 1863, moins d’un cinquième des titres circulant en France était déclaré69.

65En revanche, le montant du droit de timbre diffère selon les titres. Les fonds d’État et effets publics français ne sont pas soumis à l’impôt (c’est le cas également dans les autres pays). Pour les fonds publics étrangers, le droit instauré à partir de 1863 est assez faible (0,5 %), mais il sera régulièrement relevé jusqu’en 1907 (2 %). Les actions et obligations, étrangères comme françaises, sont soumises soit à un droit de timbre annuel (ou abonnement), soit un droit de timbre au comptant (2 % en 1895). L’abonnement, qui est plus intéressant pour les titres qui circulent beaucoup, est fixé à 0,5 % du capital nominal du titre en 1850 ; il sera relevé en 1871, en 1898 et en 1914 (soit 1,8 %). L’abonnement est de trois ans minimum, au bout desquels la société peut se désabonner et se retirer de la cote en estimant que ses titres sont classés. Un certain nombre de sociétés ont ainsi quitté la cote de Paris, dont des compagnies de chemins de fer et des banques russes. Bien souvent, le titre se négocie alors en coulisse et échappe au fisc.

  • 70  Par comparaison avec la situation à Londres : les fonds anglais ne paient pas de droit ; les fonds (...)

66Il faut enfin préciser que les droits acquittés par les sociétés étrangères sont classés dans les frais généraux et ne sont donc pas déduits des dividendes ou des intérêts, comme c’est le cas pour les sociétés françaises. Pour les chemins de fer, par exemple, cette classification comptable diminue les dividendes français de 0,40 F par rapport à ceux des titres étrangers70.

  • 71  René Girault, Les Emprunts russes et les investissements français en Russie 1887-1914, Paris, A. C (...)

67La volonté d’échapper au fisc fausse les statistiques réelles car, pour payer moins d’impôt, des banques ou des chemins de fer font parfois assimiler leurs émissions à des emprunts d’État (soit les titres sont garantis par l’État, soit l’État est considéré comme le vrai débiteur des dettes bancaires), qui sont moins taxés. Un rapport de l’inspection des Finances de 1914 estime que, sur un montant global de 40 milliards de francs de valeurs étrangères circulant en France, 13 à 15 milliards échappent au fisc71.

68Au-delà des enjeux diplomatiques qui ont pu guider le placement d’emprunts gouvernementaux à Paris, l’État a pu infléchir la cotation de valeurs étrangères à Paris tant du point de vue de l’autorisation des émissions étrangères que du point de vue de la fiscalité. Il est difficile d’en apprécier la mesure. D’un côté, les observateurs contemporains ont souvent récriminé contre le handicap de la fiscalité et de la réglementation française. De l’autre, le montant des titres étrangers en circulation en France s’envole alors que la fiscalité s’alourdit. Il faudrait peut-être s’attacher à la qualité des titres placés, qui est sans doute en baisse.

69Pour la dimension internationale de la place, un autre acteur apparaît autrement plus déterminant que l’État et son action réglementaire et fiscale : le système bancaire.

C. Le rayonnement des banques françaises à l’étranger

  • 72é. Bussière, Paribas…, op. cit. ; H. Bonin, La Banque de l’Union parisienne..., op. cit. ; pour le (...)
  • 73  M. Lévy-Leboyer (dir.), La Position internationale de la France…, op. cit., et Charles-Albert Mich (...)
  • 74  Voir M. Lévy-Leboyer et F. Bourguigon, L’Économie française au xixe s., op. cit. ; Alain Plessis, (...)
  • 75  Carlos Marichal, « Rivalry and Collaboration : Relations between Buenos Aires Merchant Bankers and (...)
  • 76  Voir B. Desjardins, M. Lescure, R. Nougaret, A. Plessis, A. Straus (dir.), Le Crédit Lyonnais..., (...)

70Depuis le dernier quart du xixsiècle, les grandes banques ont participé à l’internationalisation de la place financière de Paris. Les monographies bancaires s’en sont fait largement l’écho, qu’il s’agisse des banques d’affaires ou des grands établissements de crédit72, et les travaux historiques sur leur rôle dans l’exportation de capitaux au xixsiècle sont aussi abondants73. Rappelons que le placement des titres étrangers est alors le principal mécanisme d’exportation des capitaux et représente 1,6 % du PIB en 1900 et 3,2 % du PIB en 1913. Dans le placement des émissions étrangères, les établissements de crédit français jouent un rôle grandissant à la fin du siècle, à tel point qu’on les rend responsables de la langueur de la Bourse avant 1913, mais aussi de l’orientation excessive de l’épargne française vers l’étranger : c’est la fameuse polémique des années 1906-1907 entre Testis et Lysis (pseudonymes de deux journalistes-banquiers), qui se polarise sur les dangers éventuels des placements à l’étranger, puis sur le détournement de l’épargne des besoins de l’industrie nationale. Certes, la multiplication des défaillances de pays a alimenté la cause de ceux qui accusent les banques de chercher les placements les plus lucratifs au détriment des entreprises françaises…, mais en cette période de retard industriel français, les sociétés avaient-elles besoin de capitaux ? Le débat est encore vif entre historiens74 ; il marque néanmoins le poids des banques dans l’activité internationale de la place de Paris. Des recherches récentes ont offert une vision plus précise des réseaux mondiaux des banques françaises dans la diffusion des titres avant 1914. En Amérique latine, par exemple, à côté des banques anglaises et allemandes, les banques françaises (Paribas, Société générale et Comptoir) réussissent à s’immiscer dans le placement des titres publics argentins75. Quant au Crédit Lyonnais, sa vocation internationale très précoce a dépassé très rapidement le cadre européen pour s’orienter vers le bassin méditerranéen76.

  • 77  J. Bouvier, Le Mouvement du profit…, op. cit., p. 241.

71Les affaires financières des banques de dépôt ont largement porté ce rayonnement international. Selon Jean Bouvier, sur les 195 millions de francs de bénéfices du Crédit Lyonnais sur « affaires exceptionnelles » et sur « souscriptions » entre 1896 et 1914, 140 sont issus des affaires ayant trait aux valeurs étrangères77.

  • 78  Avant 1914, les valeurs coloniales ne sont pas distinguées des valeurs étrangères.

72Pour illustrer ce propos d’exemples précis, nous avons recensé les titres étrangers proposés aux guichets du Crédit Lyonnais entre 1885 et 1914. Sur 420 titres proposés, les valeurs étrangères sont au nombre de 24278 et se répartissent ainsi :

Tableau 8. Répartition géographique des titres étrangers placés par le Crédit Lyonnais (1885-1914)

Europe

46 %

Russie

18 %

Amérique

13 %

Afrique

7 %

Extrême-Orient

6 %

Empire ottoman

5 %

Empire colonial (hors Afrique)

5 %

Source : d’après ACL, 098 AH 87 à 098 AH 089. Nombre de titres placés par le Crédit Lyonnais.

  • 79  F. Braudel et E. Labrousse (dir.), Histoire économique et sociale…, op. cit., vol. 1, t. 4, chap.  (...)

73L’étude quantitative des titres proposés à la clientèle montre que, non seulement le nombre de titres étrangers est supérieur au nombre de titres français, mais ils sont également d’un montant supérieur au montant des émissions françaises. La répartition géographique peut se comparer avec le montant des placements et investissements français à l’étranger calculé par René Girault pour la période 1882-191479. La moyenne des placements russes par la banque est sensiblement la même que la moyenne générale (19 %). Le Lyonnais apparaît plus européen (46 % contre 42 %), tandis qu’il propose deux fois plus de titres en provenance du continent africain et trois fois plus d’Asie (6 % contre 1,88 %). On voit donc que, toutes proportions gardées – l’on compare des nombres de titres placés et des montants de capitaux –, l’Europe et l’Extrême-Orient sont surreprésentés dans les dépôts du Lyonnais. Que peut-on en déduire ? D’une part que la banque a opté pour des placements en fonction de ses intérêts et de ses propres réseaux et alliances. À l’intérieur de l’Europe, la répartition des dépôts de titres entre 1885 et 1914 est éclairante : en premier lieu, la Russie, bien sûr, puis la Scandinavie, ensuite l’Europe du Nord et l’Europe centrale, et enfin l’Europe du Sud.

  • 80  Chiffres cités par J. Dagneau, Les agences régionales..., op. cit.

74D’une manière générale, cette répartition illustre bien la stratégie européenne du Crédit Lyonnais, qui influence largement les choix des clients de la banque, comme l’ont bien montré aussi les échanges de vue entre le siège de Paris et le siège de Lyon. La domination russe qui s’instaure à partir de 1887 est ici confirmée. Entre 1896 et 1914, sur les 140 millions de bénéfices de la banque émanant des valeurs étrangères, 69,5 millions, soit la moitié, sont dus aux affaires russes80.

  • 81  R. Girault, Les Emprunts russes et les investissements français…, op. cit. Il s’agit de ventes « s (...)
  • 82  Ulf Olsson, « Le Crédit Lyonnais et la SEB », in Le Crédit Lyonnais…, op. cit.

75Si ces données ne reflètent pas la photographie de la cote boursière, c’est pour différentes raisons. D’une part, les banques introduisent parfois en France des valeurs non cotées sans autorisation gouvernementale. René Girault a ainsi donné l’exemple de l’introduction, par le Crédit Lyonnais, de titres de la Banque foncière de la noblesse russe en 1897 et 190081. Des liens historiques d’une banque avec une zone géographique peuvent aussi expliquer la préférence donnée aux titres en provenance d’une région particulière. Ainsi la Scandinavie apparaît-elle surreprésentée dans les titres proposés au Lyonnais par rapport aux émissions introduites à la Bourse à Paris. Elle correspond d’une part à la grande vague des emprunts scandinaves ; la Suède, par exemple, a importé 50 % des capitaux nécessaires aux investissements du pays à cette époque. Alors que la Grande-Bretagne s’oriente vers l’Afrique du Sud et l’Amérique et que le marché allemand est relativement cher dans les années 1890, la Bourse de Paris apparaît une place concurrentielle. Surtout, les liens entre la Stockolms Enskilda Bank et le Crédit Lyonnais, qui forment un syndicat bancaire de garantie, favorisent l’entrée des capitaux français en Suède et en Norvège. À partir de 1895, les deux banques remportent tous les emprunts d’État jusqu’en 1900. Toutefois, ce succès prendra fin en 191482.

76Par ailleurs, les banques françaises ont la possibilité d’acquérir des titres sur des places étrangères comme Bruxelles, Genève ou Anvers, ce qui leur permet d’échapper au droit de timbre, comme on l’a vu précédemment. Ces titres échappent alors aux estimations fondées sur les cotes ou sur les déclarations fiscales.

  • 83  F. Gallice, « Le Crédit Lyonnais à Londres 1870-1939 » in Le Crédit Lyonnais, op. cit.

77Enfin, les agences départementales et régionales des grands établissements peuvent éventuellement jouer un rôle, loin d’être marginal, dans la distribution des titres. Avec près de 18 000 déposants de titres d’une valeur de 800 millions de francs, les principales agences étrangères du Lyonnais ne se contentent pas de placer des titres étrangers à leurs homologues françaises. L’agence de Londres offre à ces égards un exemple intéressant. Depuis le boom sur les mines d’or africaines qui emballe toutes les places européennes, l’agence de Londres constitue une destination importante de fonds pour les agences et les sièges français, soit environ 30 % de ses ressources entre 1894 et 190283. Elle voit ses bénéfices de Bourse augmenter de 153 % en 1895, auxquels s’ajoute une augmentation du personnel de l’agence et des comptes courants débiteurs.

  • 84  ACL, service des titres, 98AH4. Voir en annexe le détail par agence. Seules les agences de Paris d (...)

78Les agences françaises ne sont pas en reste. À elles seules, les agences régionales et départementales de la banque cumulent plus de trois milliards de francs de dépôts de titres, par l’intermédiaire de près de 115 000 déposants en 190884. L’exemple de fonds japonais achetés par les agences françaises en 1909 – au total neuf titres japonais achetés entre le 27 février et le 17 avril 1909 pour un montant total de 1 892 800 yens – est significatif, car tous ces titres n’étaient pas proposés aux guichets de la banque ni sur le marché boursier de Paris – seulement trois d’entre eux sont cotés entre 1905 et 1909. Ces valeurs sont achetées parfois à des établissements étrangers, à la Deutsche Bank et à Ruffer and Sons pour les titres japonais en question. En dépit des rappels à l’ordre réguliers de la direction générale, le réseau dispose donc d’une certaine marge de manœuvre. Et si la mise en garde d’Henri Germain sur les mines d’or a entraîné un retrait de la banque dans les placements risqués, les initiatives du réseau dans l’activité boursière de la banque peuvent parfois déjouer les recommandations de la hiérarchie.

79Il n’était pas inutile de donner quelques éléments précis du rôle que peut jouer une banque de dépôt dans les activités internationales d’une place financière, aussi bien dans les volumes importés que dans la répartition géographique des placements. Plus largement, le poids d’un établissement bancaire dans le fonctionnement du marché boursier est présent d’un bout à l’autre de la chaîne, depuis le lancement d’emprunts et l’introduction de titres jusqu’à leur classement : il touche aussi bien à la liquidité du marché qu’à sa sécurité et à son attractivité – voire son rendement –, pour les épargnants comme pour les émetteurs.

80C’est dire si l’on peut les considérer, depuis cette époque, comme un pilier de la Bourse sur lequel s’appuient, bon gré mal gré, aussi bien les agents de change et les banquiers en valeurs que les entreprises et les épargnants.

  • 85  Lucien Dufourcq-Lagelouse, Les Banques étrangères en France : étude critique, économique et juridi (...)

81Le tableau ne serait pas complet sans une photographie des banques étrangères présentes sur le territoire français en 1914. C’est aussi l’un des signes de la dimension internationale d’une place. Lucien Dufourq-Lagelouse compte 21 « banques », auxquelles s’ajoutent des « maisons privées » de renommée, comme Thomas Cook, Gunzburg et Cie, Jordaan et Cie, Seligman Frères et Cie85… On relève ici la forte présence des banques anglaises, qui essaiment alors dans le monde entier. Toutefois, il ne recense pas les succursales des banques américaines, comme Lazard et J.P. Morgan, qui sont à ajouter à sa liste. Le nombre de banques étrangères est toutefois très inférieur à celui de Londres à la même époque (environ 500).

Banques étrangères en France en 1914

Banques anglaises

Anglo South American Bank

Banque nationale du Québec

HSBC

Lloyd’s Bank Ltd

London and Brazilian Bank Ltd

London and River Plate Bank Ltd

London County Westminster and Parr’s Foreign Bank Ltd

Banques russes

Banque Internationale de Commerce de Saint Pétersbourg

Banque russo-asiatique

Banque russe du commerce et de l’industrie

Banque russe pour le commerce étranger

Banques américaines

American Express C°

Equitable Trusts C°

Farmers Loans and Trust C°

Banques espagnoles

Banco de Bilbao

Banque espagnole de Crédit

Autres

Banco di Roma, Banque Impériale ottomane, Banque I.R.P. des pays autrichiens,

Banco Espanol del Rio de la Plata, Yokohama Specie Bank…

Conclusion

82Le décor de la place de Paris est planté. Progressivement, tout au long du xixsiècle, des institutions ont émergé de la multitude d’intervenants qui opéraient sur le marché financier. Aux notaires et aux courtiers libres qui concurrençaient les agents de change ont succédé des banquiers en valeurs en voie d’institutionnalisation. Les banques d’affaires et de dépôt ont pris aussi leur place dans le fonctionnement des marchés primaires, secondaires et à terme. En 1914, trois marchés financiers coexistent, de tailles inégales et de fonctions différentes : le marché officiel, pour les placements sérieux dans des valeurs de premier ordre ; le marché des banquiers en valeurs, qui propose tout à la fois des valeurs dites « spéculatives », des valeurs nouvelles ou des titres non encore cotés ou interdits au parquet ; enfin un marché libre étroit, plutôt réservé aux capitalistes avertis ou aux spécialistes d’un secteur car très risqué. Sans oublier le marché parallèle créé par les banques de dépôt pour placer différents titres en dehors de la Bourse.

  • 86  À la différence de Londres (Baring) et de New York (crise de 1907), Paris n’a pas subi de crise fi (...)

83La stabilisation institutionnelle du xixsiècle a-t-elle été bénéfique pour les différentes parties prenantes ? Le fonctionnement du marché apparaît-il satisfaisant en 1914 ? La réponse se fait en plusieurs temps. D’un côté, le marché financier a fourni la demande de titres des épargnants. C’est à cette époque que l’on parle de « démocratie financière », du fait de la large diffusion de titres dans les différentes couches de la société. De l’autre, s’il y a eu éventuellement concurrence entre les émetteurs, le marché financier a fourni globalement aux États et aux entreprises françaises ou étrangères les capitaux nécessaires à leur activité. Du point de vue des intermédiaires de Bourse, la réponse est plus mitigée. Face à l’essor de la demande, des opérateurs libres ont développé une activité qui a porté ombrage à la profession officielle, mais qui s’est avérée un complément nécessaire. La victoire des agents de change sur les coulissiers en 1898 n’a pas empêché le maintien d’un marché en banque vivace, qui porte une grande part de l’internationalisation de la Bourse. En dépit de plusieurs crises spéculatives et de la faillite de l’Union générale, la sécurité de la place a été relativement assurée par rapport aux autres places86.

84Globalement, en dépit de ses failles, le marché financier français a bien fonctionné, porté par la mondialisation des flux de capitaux. Dans les dernières décennies, Paris a fortement développé la dimension internationale de son marché financier, appuyée par l’essor des banques à l’étranger, qui drainent l’épargne française hors des frontières et s’affirment comme les principaux vecteurs du rayonnement international de la place. Second par la taille après Londres, le marché parisien des valeurs étrangères s’est diversifié, depuis les fonds d’État vers les valeurs minières et industrielles, et s’est davantage tourné vers l’Europe continentale que le marché londonien. Dans un système monétaire stable fondé sur l’étalon-or, les valeurs mobilières sont parmi les véhicules des flux de capitaux internationaux les plus appréciés des capitalistes. Épargnée par les crises financières, Paris semble alors au faîte de sa gloire et de ses ambitions internationales.

85La Première Guerre mondiale sonne le glas de la stabilité monétaire et financière, et bouleverse les équilibres mondiaux.

Anmerkungen

1  Voir P.-C. Hautcœur et G. Gallais-Hamonno (dir.), Le marché financier français..., op. cit., qui constitue une histoire très complète du marché parisien pour cette période.

2  Bertrand Gille, Histoire de la maison Rothschild, des origines à 1870, Genève, Droz, vol. 1, 1965, et vol. 2, 1967.

3  Sans établir de comparaisons systématiques avec les autres grandes places financières, on peut néanmoins souligner que l’immixtion du pouvoir politique dans l’activité boursière est beaucoup plus développée en France qu’en Angleterre ou aux États-Unis, mais peut-être autant qu’en Allemagne depuis la réforme de 1896. À l’époque, la centralisation est aussi importante à Londres, mais est inexistante en Allemagne, en Italie et en Suisse par exemple. En revanche, la dette publique a souvent constitué le point de démarrage des marchés financiers les plus anciens, comme celui de Londres. Voir Ranald C. Michie, The London Stock Exchange, A History, Oxford, Oxford University Press, 1999.

4  Fernand Braudel et Ernest Labrousse, Histoire économique et sociale de la France, t. 3, 1789-1880, chap. VI, « La spécialisation des établissements bancaires », Paris, PUF, 1993.

5  Jacques-Marie Vaslin, « Le siècle d’or de la rente perpétuelle française », in G. Gallais-Hamonno et P.-C. Hautcœur (dir.), Le marché financier…, op. cit., t. 2, p. 117-208.

6  Selon Jean Bouvier, « L’extension des réseaux de circulation de la monnaie » in F. Braudel et E. Labrousse (dir.), Histoire économique et sociale de la France, op. cit., t. 4, chap. III.

7  L’« exception de jeu » permettait à un spéculateur de se couvrir face à la justice et de ne pas honorer ses engagements.

8  G. Gallais-Hamonno et P.-C. Hautcœur (dir.), Le marché financier..., op. cit., t. 1, chap. III, p. 140-141.

9  Excepté en Allemagne, où les opérations à terme seront interdites à partir de 1896.

10  Nous reviendrons sur ce groupe professionnel qui prend son essor hors des opérateurs officiels que sont les agents de change.

11  Mémoire présenté à MM. les sénateurs et MM. les députés par la chambre syndicale des agents de change de Paris, « L’impôt projeté sur les opérations de Bourse à terme », 1895. Il faut bien comprendre que le terme « spéculation » n’a pas forcément le caractère péjoratif qu’on lui prête aujourd’hui. Pour Paul Leroy-Beaulieu, par exemple, « Spéculation veut dire voir de loin et l’on entend par là l’étude des résultats différés, lointains, la conjecture appuyée sur la réflexion », L’art de placer et gérer sa fortune, Paris, Librairie Delagrave, 1908, p. 209.

12  Serge Reznikoff, « Les envolées de la Bourse de Paris au xixe siècle », Études et Documents II, p. 223-244. La notion même de spéculation mériterait une étude historique, tant l’utilisation et le contenu du terme ont pu varier dans le temps.

13  Il avait plusieurs formes de publicité financière : soit l’affermage (l’inscription payante aux tableaux des cours de bourse), soit des placards publicitaires, mais aussi la rédaction d’articles favorables.

14  Les informations qui suivent sont tirées de Claude Bellanger, Jacques Godechot, Pierre Guiral et Fernand Terrou, Histoire générale de la presse française, t. 3, De 1871 à 1940, Paris, PUF, 1972.

15Ibid., p. 268. Il s’agit de grands journaux d’information et non de la presse financière.

16L’Abominable vénalité de la presse française, Paris, Librairie du travail, 1931. Raffalovitch était en même temps un très bon analyste qui publiait annuellement des comptes-rendus sur la Bourse de Paris intitulés « Le Marché financier ».

17  Mais pour des valeurs étrangères dont les coupons sont inférieurs à ce montant, cette limitation empêche une cotation au parquet. Elles se tournent alors vers la coulisse, laquelle n’impose pas de montant minimum pour les coupons.

18  Le ministre Klotz met en place également une commission d’étude sur les annonces et les prospectus d’émission. L’idée d’un office central des sociétés, à l’image du « Somerset house » de Londres, est soulevée. Il semble que l’entrée en guerre ait stoppé tous ces projets. Voir Émile Guilmard, Le Marché libre de la Bourse de Paris, Paris, P. Rosier, 1912.

19  Philippe T. Hoffmann, Gilles Postel-Vinay, Jean-Laurent Rosenthal, Des marchés sans prix. Une économie politique du crédit à Paris 1660-1870, Paris, EHESS, 2001. Les notaires parisiens pratiquent alors des transactions sur des valeurs autres que la rente, valeurs dont la présence dans les successions pouvait justifier leur intervention.

20  Sont considérées comme des bourses à parquet les bourses comprenant un minimum de six agents de change. Sept ont été autorisées par l’État : Paris, Lyon, Marseille, Lille, Bordeaux, Toulouse et Nantes.

21  Sur le statut de l’agent de change, voir G. Gallais-Hamonno et P.-C. Hautcœur (dir.), Le Marché financier français…, op. cit., t. 1, p. 82-97.

22  Patrick Verley, « Les sociétés d’agents de change parisiens au xixsiècle », Études et Documents I, Paris, 1989, p. 131.

23  Parmi les professions des pères d’agents de change étudiées par Patrick Verley, la proportion de professions juridiques ou d’employés et de fonctionnaires s’accroît à la fin du siècle. Voir Patrick Verley, « Les opérateurs du marché financier », in G. Gallais-Hamonno et P.-C. Hautcœur (dir.), Le marché financier..., op. cit., t. 2, p. 43-45.

24  Dans ce décompte comparatif sont inclus les commis présents autour de la corbeille, environ cinq par charge d’agents de change. Sur les places de Londres et New York, voir Ranald C. Michie, The London and New York Stock Exchanges, Londres, Allen and Unwin, 1987 ; Larry Neal and Lance Davis, « The Evolution of Rules and Regulations of the First Emerging Markets : the London, New York and Paris Stock Exchanges », Quarterly Review of Economics and Finance, 45, mai 2005.

25  Pierre Marseilhan, La Coulisse et sa réorganisation, Paris, Les Presse modernes, 1931, p. 32. L’ouvrage est préfacé par Paul Zivi, un banquier en valeurs.

26  P. Verley, « Les opérateurs du marché financier », op. cit., p. 74-75.

27  Pierre-Cyrille Hautcœur, Amir Rezaee et Angelo Riva, 2010, « How to regulate a financial market ? The impact of the 1893-1898 regulatory reforms on the Paris Bourse », PSE Working Papers, halshs-00547470, HAL.

28  Selon P. Marseilhan, La coulisse..., op. cit., p. 48.

29  Alfred Neymarck, La statistique internationale des valeurs mobilières, Paris, Institut international de statistiques, Félix Alcan et Berger-Levrault, éditeurs, 1916.

30  Claudio Jannet, Le Capital, la spéculation et la finance au xixe siècle, Paris, Plon, 1892.

31  Signalons cependant Jean Bouvier, François Furet, Marcel Gillet, Le mouvement du profit en France au xixe siècle. Matériaux et études, Paris La Haye, Mouton, 1965.

32  F. Braudel et E. Labrousse, Histoire économique et sociale…, op. cit., chap. IV, « La spécialisation des établissements bancaires », t. 3.

33Ibid., p. 438-439.

34  Edmond Baldy, Les Banques d’affaires en France depuis 1900, Paris, LGDJ, 1922.

35  Qu’il s’agisse d’immobilisations volontaires – paquets de titres conservés par la banque pour avoir le contrôle de la société –, ou involontaires – queues d’émissions non placées, appelées aussi « colles ». Des immobilisations peuvent être temporaires, dans l’attente d’un écoulement des titres plus favorable sur le marché. Mais la durée des engagements est moins importante que leur facilité à être réalisés (liquidité du marché).

36  Le pourcentage des immobilisations de la Société générale par rapport à l’actif était de 22 % en 1890, il tombe à 12,97 % en 1900 et à 4,64 % en 1912. E. Baldy, op. cit.

37  Par exemple, 70 % des profits de Paribas sont à mettre sur le compte des « affaires financières ». Éric Bussière, Paribas, l’Europe et le monde 1872-1992, Anvers, Fonds Mercator, 1992, p. 61.

38  É. Bussière, Paribas…, op. cit. ; Hubert Bonin, La Banque de l’Union parisienne, 1874-1904-1974. Histoire de la deuxième grande banque d’affaires française, Paris, Éd. Plage, 2001.

39  Jean Bouvier, Le Krach de l’Union générale 1878-1885, Paris, PUF, 1960.

40  Jacques Dagneau, Les agences régionales du Crédit Lyonnais 1870-1914, New York, Arno Press, 1977.

41  Voir l’article pionnier d’André Strauss, « Trésor public et marché financier. Les emprunts d’État par souscription publique (1878-1901) », Revue historique, n° 541, janvier-mars 1982. Il souligne notamment que le Trésor français a tenté, mais n’a pu éviter d’utiliser le réseau de placement des banques pour ses emprunts.

42  Selon Marcel Bourbeau, La Bourse des valeurs de Paris pendant la guerre (1914-1920), Paris, Pichon et Durand-Auzias, 1921, p. 200. Mais on ne connaît pas le montant de titres non placés ainsi que les titres rapatriés dans leur pays d’origine.

43  P. Verley, « Les opérateurs du marché financier… », op. cit.

44  A. Strauss, « Trésor public… », op. cit., p. 88. Les quatre grandes banques et Paribas obtiennent par exemple 40,3 % des souscriptions d’emprunt d’État en 1901.

45  Archives du Crédit Lyonnais (ACL), 138AH2, correspondance entre Mazerat et Berthenod, lettre du 3 octobre 1892. Merci à Roger Nougaret de m’avoir signalé cette correspondance.

46  Archives économiques et financières (AEF), fonds Trésor, B 65767.

47  Sur ce point, voir la thèse de J. Dagneau, Les agences régionales du Crédit Lyonnais…, op. cit.

48  ACL, 98 AH 3.

49  ACL, 098 AH 85, « Ventes et classement des titres placés par le Crédit Lyonnais », 1910.

50  ACL, 098 AH 85, circulaire du 11 octobre 1895.

51  P. Leroy-Beaulieu, L’Art de placer et gérer sa fortune, op. cit., p. 92-94. Les compagnies d’assurances avaient déjà à l’époque un comportement prudent en matière de placement.

52  Jean-Louis Billoret, « Système bancaire et dynamique économique dans un pays à monnaie stable, la France 1816‑1914 », thèse de sciences économiques, université de Nancy, 1969.

53  Notamment F. Braudel et E. Labrousse (dir.), Histoire économique et sociale de la France, op. cit., t. 4/I, chap. IV par René Girault ; du même auteur, Les Emprunts russes et les investissements français en Russie, Paris, A. Colin, 1974 ; M. Lévy-Leboyer (dir.), La Position internationale de la France…, op. cit. ; G. Gallais-Hamonno et P.-C. Hautcœur, Le marché financier..., op. cit., chap. 10 et 13.

54  Voir plus particulièrement H.C. Reed, The pre-eminence of international financial centers, op. cit., et le plus récent, Y. Cassis, The capitals of capital…, op. cit.

55  Cité par J.-L. Billoret, « Système bancaire et dynamique économique… », op. cit.

56  Voir la dernière mise au point de Ranald C. Michie, « The Battle of the Bourses ? Competition between Stock Exchanges in the Twentieth Century » in Laure Quennouëlle-Corre et Youssef Cassis (eds), Financial Centres and International Capital Flows in the xixth and xxth Centuries, Oxford University Press, 2011, p. 15-46, ainsi que l’estimation des investissements français à l’étranger faite par A. Straus, dans Le Marché financier français au xixe s…, op. cit., chap. 10, annexe III, p. 393-397.

57Capitals of capital, op. cit.

58  R.C. Michie, « The Battle of the Bourses ?… », op. cit., p. 19-20. Entre 1900 et 1925, il y aurait seulement 16 titres cotés à la fois à Paris et à Londres, et ceux cotés à la fois à Londres et à New York seraient au nombre de 61. Ces chiffres, issus des travaux de Lyndon Moore, apparaissent toutefois bien modestes.

59  « Place et rôle des échanges extérieurs » in F. Braudel et E. Labrousse (dir.), Histoire économique et sociale de la France, op. cit., t. 4, chap. IV.

60  Estimation d’A. Neymarck, déduction faite de la part approximative pouvant appartenir à des étrangers, La Statistique internationale…, op. cit., p. 96.

61  Jacques Marseille, Empire colonial et capitalisme français. Histoire d’un divorce, Paris, Albin Michel, rééd. 2005, p. 132.

62  René Catin, Le Portefeuille étranger de la France entre 1870 et 1914, Paris, Jouve, 1927.

63  A. Neymarck, La Statistique internationale…, op. cit., p. 80-81.

64  M. Bourbeau, La Bourse des valeurs de Paris…, op. cit., p. 361-362.

65  Le ministère des Travaux publics intervient pour les valeurs ferroviaires, le ministère des Affaires étrangères sur les emprunts d’État et le ministère des Finances intervient pour tous les types de titres.

66  Cette réglementation n’existe pas sur d’autres places comme Londres, où coexistent des actions de 1 £ à 10 £.

67  L’abonnement est obligatoire pour les titres étrangers hors fonds d’État admis à la cote officielle, mis en souscription, introduits en France : les sociétés doivent acquitter une taxe annuelle correspondant aux taxes de timbre, transmission et revenu auxquelles sont soumises les sociétés françaises.

68  De fait, il n’y a pas véritablement d’équivalence car les sociétés françaises sont triplement taxées sur l’ensemble des émissions, alors que les sociétés étrangères ne le sont que sur une quotité fixée après introduction, en fonction de la moyenne des titres en circulation par an.

69  AEF, fonds Trésor, B 65767.

70  Par comparaison avec la situation à Londres : les fonds anglais ne paient pas de droit ; les fonds coloniaux paient 0,50 % à l’émission, puis rien pour les titres au porteur et rien pour les titres nominatifs. Après 1885, les fonds étrangers doivent payer 0,50 % une fois pour toutes. Les sociétés anglaises paient un droit de transmission de 0,50 % à chaque transfert de titre. Les sociétés étrangères non domiciliées en Grande-Bretagne sont redevables d’un timbre annuel de 0,5 ‰ pour les titres émis à l’étranger, sinon elles paient 0,50 %. En outre, les frais de constitution de sociétés sont quasi nuls.

71  René Girault, Les Emprunts russes et les investissements français en Russie 1887-1914, Paris, A. Colin, 1973, p. 75.

72é. Bussière, Paribas…, op. cit. ; H. Bonin, La Banque de l’Union parisienne..., op. cit. ; pour les banques de dépôt, J. Bouvier, Le Mouvement du profit en France, op. cit., Bertrand Desjardins, Michel Lescure, Roger Nougaret, Alain Plessis, André Straus (dir.), Le Crédit Lyonnais 1863-1986, Études historiques, Genève, Droz, 2003.

73  M. Lévy-Leboyer (dir.), La Position internationale de la France…, op. cit., et Charles-Albert Michalet (dir.), Groupements bancaires et financiers internationaux, Paris, Éditions du CNRS, 1981.

74  Voir M. Lévy-Leboyer et F. Bourguigon, L’Économie française au xixe s., op. cit. ; Alain Plessis, « Le “retard français” : la faute à la banque ? Banques locales, succursales de la Banque de France et financement de l’économie sous le Second Empire » in Patrick Fridenson et André Straus (dir.), Le Capitalisme français 19e-20e siècle. Blocages et dynamismes d’une croissance, Paris, Fayard, 1987, p. 199-210. Et la mise au point la plus récente dans P.-C. Hautcœur et G. Gallais-Hamonno, Les marchés financiers..., op. cit., vol. 1, p. 466-468.

75  Carlos Marichal, « Rivalry and Collaboration : Relations between Buenos Aires Merchant Bankers and European Bankers in the Issue of Argentine Government Bonds in the 1880s », in L. Quennouëlle-Corre et Y. Cassis (eds), Financial centres..., op. cit., p. 71-95.

76  Voir B. Desjardins, M. Lescure, R. Nougaret, A. Plessis, A. Straus (dir.), Le Crédit Lyonnais..., op. cit., dont la troisième partie est consacrée à la banque internationale.

77  J. Bouvier, Le Mouvement du profit…, op. cit., p. 241.

78  Avant 1914, les valeurs coloniales ne sont pas distinguées des valeurs étrangères.

79  F. Braudel et E. Labrousse (dir.), Histoire économique et sociale…, op. cit., vol. 1, t. 4, chap. IV, p. 238. L’on se heurte à un problème de méthodologie car les investissements de portefeuille ne sont pas identifiés. Toutefois, selon Y. Cassis, deux tiers environ des investissements à l’étranger à cette époque sont des investissements de portefeuille.

80  Chiffres cités par J. Dagneau, Les agences régionales..., op. cit.

81  R. Girault, Les Emprunts russes et les investissements français…, op. cit. Il s’agit de ventes « sous le manteau de la cheminée », pour reprendre l’expression citée par l’auteur.

82  Ulf Olsson, « Le Crédit Lyonnais et la SEB », in Le Crédit Lyonnais…, op. cit.

83  F. Gallice, « Le Crédit Lyonnais à Londres 1870-1939 » in Le Crédit Lyonnais, op. cit.

84  ACL, service des titres, 98AH4. Voir en annexe le détail par agence. Seules les agences de Paris dépassent ce montant avec près de 4 milliards de dépôts.

85  Lucien Dufourcq-Lagelouse, Les Banques étrangères en France : étude critique, économique et juridique, Paris, Librairie Dalloz, 1922.

86  À la différence de Londres (Baring) et de New York (crise de 1907), Paris n’a pas subi de crise financière à caractère mondial. Sur ce point, voir Youssef Cassis, Crises and Opportunities. The shaping of modern finance, Oxford, Oxford University Press, 2010.

Abbildungsverzeichnis

Titel Graphique 1. Nombre de titres déposés au Crédit Lyonnais par type de titres
Bildunterschrift Source : ACL, 98 AH 004. Les chiffres pour l’année 1905 sont manquants.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3825/img-1.png
Datei image/png, 344k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2015

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Lesen

Exklusiver Zugang

Angeboten von