Version classiqueVersion mobile

La place financière de Paris au XXe siècle

 | 
Laure Quennouëlle-Corre

Introduction générale

Texte intégral

  • 1  Le numéro de 140 pages est financé par plusieurs institutions sous forme de publireportages et de (...)

1En 1990, paraît le numéro hors série de Marchés et techniques financières consacré à « Paris, place financière internationale ». Les grands opérateurs bancaires, boursiers et trésoriers, les autorités de supervision, les responsables de marchés y vantent les atouts de Paris en tant que centre financier international1. Il est vrai que, depuis le 1er janvier 1990, les capitaux ont retrouvé leur liberté de mouvement avec l’étranger, liberté supprimée pendant la Première Guerre mondiale ; depuis, les frontières se sont parfois rouvertes, mais de manière limitée ou temporaire… Dans le contexte de la mondialisation financière qui s’épanouit depuis les années quatre-vingt, il s’agit dorénavant d’attirer les établissements financiers et les investisseurs étrangers. Pierre Bérégovoy, le ministre de l’Économie et des Finances en tête, et les grands acteurs de la place s’appliquent tour à tour à célébrer dans la brochure les avantages de Paris, place stable et sûre, ouverte désormais à la concurrence internationale de tous les intermédiaires financiers. Ce nouvel élan se concrétisera par la création de Paris Europlace en 1993, qui réunit 150 membres, dont les grands émetteurs, les investisseurs et les intermédiaires financiers de la place de Paris, ainsi que la Banque de France et la Caisse des dépôts et consignations. La perspective de l’Union économique et monétaire accélère la nécessité de positionner Paris comme l’un des premiers centres européens à côté de Londres et Francfort, comme tous les acteurs publics et privés de la place l’envisagent hardiment dans un autre numéro spécial de Marchés et techniques financières, paru en novembre 1995 en français et en anglais.

  • 2  Le GFCI a été créé en 2007 par Z/Yen Group, un think tank basé à Londres et financé par Qatar Fina (...)

2Le passé récent leur donne en grande partie raison : tout au long du siècle dernier, à travers différentes enquêtes, Paris s’inscrit dans le peloton de tête des places financières internationales : en seconde position derrière Londres avant 1914, Paris se situe, dans l’entre-deux-guerres, juste après Londres et New York, aux côtés de Berlin et d’Amsterdam. Jusqu’aux années quatre-vingt, elle se maintient dans le deuxième groupe de centres financiers internationaux, avec Amsterdam, Francfort, Tokyo et Zurich, tandis que Londres et New York sont toujours largement en tête. À partir de la fin des années quatre-vingt, Paris est un centre européen de premier ordre, mais recule à l’échelle mondiale, comme beaucoup de places européennes face à la concurrence des places asiatiques : elle apparaît toutefois au 7e rang des Bourses mondiales dans le rapport de la COB de 1986. Mais vingt ans plus tard, Paris est à la traîne. Selon le Global Financial Centres Index (GFCI)2, sur les 80 places recensées, Paris se situe au 11e rang en 2007, 18e en 2010, 22e en 2012 et 29e en septembre 2013, loin derrière New York, Londres, Tokyo, Francfort ou Zurich…

3Et pourtant, quel chemin parcouru depuis la Première Guerre mondiale pour revenir à l’ouverture des frontières et à l’acceptation de la concurrence sur les marchés de capitaux ! Que de détours, d’atermoiements et de retours en arrière parfois avant que Paris renoue avec son ambition séculaire, celle de compter parmi les premiers centres financiers du monde ! Et si la capitale a perdu depuis longtemps la position de second pourvoyeur de capitaux dans le monde, rang qu’elle occupait avant 1913, les acteurs de la place sont restés constamment désireux qu’elle retrouve son positionnement sur le devant de la scène financière internationale. Car les ressorts des ambitions des uns et des autres sont nombreux et variés. Au-delà du prestige attaché au rayonnement de la place hors des frontières, les enjeux sont importants pour l’activité du secteur bancaire et financier, mais aussi pour l’image de la Ville de Paris et plus encore pour l’ensemble de l’économie, par les effets induits sur la croissance et sur l’emploi.

  • 3  Il existe déjà une somme très complète sur le marché financier, mais qui n’étudie pas le xxsiècl (...)

4À l’instar des autres grandes capitales financières qui ont déjà la leur, la place de Paris se devait donc d’avoir son histoire3. En se situant résolument dans une perspective internationale, ce livre cherche d’abord à retracer comment et pourquoi la place de Paris a vu ses visées expansionnistes déçues et ses ambitions contrariées tout au long du xxsiècle, en dépit de réelles poussées modernisatrices. Programme ambitieux en soi, qui exige de tracer des lignes directrices et d’expliquer nos choix d’orientation.

Définition de la place financière

5Qu’est-ce exactement qu’une place financière ? La multiplicité des définitions donnée par les historiens et les économistes invite à préciser comment elle est ici envisagée. Ensemble de services financiers concentrés dans un même lieu pour les uns, communauté professionnelle d’acteurs œuvrant dans la banque et la finance pour les autres, pour d’autres encore elle se confond avec le marché financier. Le terme anglais « financial center » n’est pas plus précis et son acception varie selon les pays et dans le temps, comme nous le verrons plus loin. Enfin, la notion de place financière est appréhendée par certains historiens et économistes dans une dimension très large, qui recouvre non seulement l’ensemble des services financiers aux entreprises, des émetteurs et des investisseurs, mais aussi le poids économique et démographique du secteur financier concentré dans une ville donnée.

  • 4  Youssef Cassis, Les Capitales du capital. Histoire des places financières internationales 1780-200 (...)
  • 5  Catherine Schenk, Hong Kong as an IFC, Londres, Routledge, 2001. Howard C. Reed, « The ascent of T (...)
  • 6  Carl-Ludwig Holtfrerich, Frankfurt as a Financial Center. From medieval trade fair to European ban (...)
  • 7  Howard C. Reed, The preeminence of international financial centres, Londres, Praeger, 1981.
  • 8  Parmi les nombreux travaux de Ranald C. Michie, citons The London Stock Exchange. A History, Oxfor (...)

6Une grande partie des travaux historiques récents consacrés aux centres financiers accorde une importance primordiale à la qualité de leur système bancaire pour expliquer leur réussite, soit dans des études comparatives comme celles menées dans les ouvrages de Youssef Cassis et de Geoffrey Jones4, soit dans le cadre de monographies sur une place financière, comme celles de Catherine Schenk sur Hong Kong ou de Howard C. Reed sur Tokyo5 ou encore de Carl-Ludwig Holtfrerich sur la place de Francfort6. Howard C. Reed a d’ailleurs établi, dans une recherche minutieuse, que, si la place des banques ayant une activité internationale joue un rôle majeur dans les très grands centres financiers, c’est surtout le centre financier lui-même, avec l’ensemble de ses structures, qui détermine la taille et l’influence d’une place financière7. Une autre tendance, minoritaire chez les historiens, privilégie l’histoire des Bourses sur celle des autres services financiers – c’est le cas des travaux de Ranald C. Michie ou de Robert Sobel par exemple8.

  • 9  Pendant la majeure partie du xxsiècle, le marché monétaire français est surtout un marché interb (...)

7Notre approche sera plurielle, à partir de l’étude des principaux acteurs – banques, État, opérateurs boursiers – et des marchés de capitaux. Le marché monétaire, qui est un élément déterminant de la liquidité du marché des capitaux, sera pris en compte pour expliquer certains obstacles ou échecs du développement de la place9 ; en revanche, bien que le marché de l’or ou le marché des changes aient pu contribuer à l’attractivité du centre financier, ils ne seront pas ici au cœur de l’étude. De même, les compagnies d’assurances, qui, par le volume de leurs ressources, sont parmi les premiers investisseurs sur le marché des capitaux, ne seront prises en compte que marginalement, car elles ne sont pas à l’époque des acteurs déterminants de la modernisation et de l’internationalisation de la place.

Une approche fondée sur les institutions et sur les flux de capitaux

8L’historien est toujours tenté d’écrire l’histoire des flux de capitaux à travers celle des institutions financières, qui permettent de retracer plus aisément les circuits de l’argent et l’évolution des comportements d’épargne, alors qu’il est plus difficile de détecter ou de reconstituer les flux financiers sous-jacents, libres ou informels. Je n’échapperai pas à cette facilité, bien que mon intérêt se porte vers les interstices des institutions, le marché libre, les transactions officieuses, les acteurs oubliés ou clandestins.

9Nous envisagerons ici la place financière comme une architecture d’institutions, d’acteurs et de règles située dans une ville donnée. Son périmètre d’activité est variable, fonction de sa capacité d’attraction des investisseurs et des émetteurs nationaux et étrangers. Une telle définition fait ainsi apparaître la double approche vers laquelle s’oriente ce travail : l’organisation de la place et sa dimension spatiale, entendues au sens propre comme au figuré, sans ignorer pour autant le contexte économique et monétaire. Se limiter à une approche purement politiste et organisationnelle, voire sociologique, risquait de fausser l’analyse historique. Il n’est guère possible de faire abstraction de l’environnement économique, monétaire et financier de la place, que ce soit à l’échelle nationale ou internationale. La prise en compte du contexte s’avère en effet indispensable pour comprendre les grandes tendances de son évolution séculaire.

10Quels sont les facteurs qui ont pesé de manière décisive dans le dynamisme de la place ou bien dans la persistance de blocages ? Sont-ils d’ordre économique, politique, institutionnel, culturel ? L’ouverture vers l’extérieur et la modernisation des marchés de capitaux ont-elles été opérées sous la pression internationale ou sous l’influence de forces intérieures ? Quels acteurs de la place ont joué un rôle de frein ou de moteur en faveur de l’ouverture et/ou de la réforme de l’organisation des marchés ?

  • 10  Patrick Verley, « Introduction », in Laure Quennouëlle-Corre et André Straus (dir.), Financer les (...)

11Rappelons qu’il ne s’agit pas ici de retracer l’histoire du système financier français ni celle du financement de l’économie, mais d’en étudier la partie concentrée sur les activités financières à Paris – qu’elles émanent de la Bourse ou des banques – et sur leur rayonnement international. Toutefois, il n’est pas inutile d’esquisser à grands traits les caractéristiques du système financier français tout au long du siècle. Pour cela, nous disposons de quelques études pour le xxsiècle. Concernant l’évolution générale du financement des économies européennes, les typologies simples fondées sur des oppositions radicales, selon les pays, entre modèle bancaire anglais et modèle continental, entre financement interne et financement externe, entre financement par les banques ou par le marché, sont révolues, comme l’a souligné Patrick Verley10. La tendance aujourd’hui est plutôt de rapprocher les modes nationaux de financement, dans l’idée d’une convergence des structures et des modes de fonctionnement économiques des pays industriels dans la seconde moitié du xixsiècle, puis à partir des années quatre-vingt.

  • 11  Georges-François Teneul, Contribution à l’histoire du financement des entreprises en France depuis (...)
  • 12  Françoise Marnata, La Bourse et le financement des investissements, Paris, Armand Colin, 1973.
  • 13  Jean-Pierre Patat, Monnaie, institutions financières et politique monétaire, Paris, Economica, édi (...)

12En France, il est établi qu’avant 1914, le financement des entreprises se fait en majorité par le marché financier, le reste étant fourni en majorité par l’autofinancement11. À partir de la Première Guerre mondiale, les institutions bancaires privées et parapubliques relaient en partie le marché financier et l’autofinancement. Selon Françoise Marnata12, la part de la Bourse dans le financement des entreprises françaises évolue à la baisse entre 1913 et les années soixante-dix. Le pourcentage des émissions brutes des entreprises sur le marché financier passe de 11 %, pour la période 1910-1929, à 7 % entre 1929 et 1937, pour tomber à 3,6 % entre 1953 et 1970. En parallèle, le financement public, puis bancaire est devenu prépondérant après 1945, le marché financier devenant une ressource marginale jusque dans les années soixante-dix. La France est alors classée parmi les bank-based systems aux côtés de la RFA et du Japon. À partir des années quatre-vingt, le financement bancaire diminue au profit de la Bourse. Le taux d’intermédiation passe de 80 % en 1979 à 71 % en 1983, 59 % en 1985 et 48 % en 198713. La France redevient une économie de marché financier, à l’image du modèle anglo-saxon, et évolue de manière convergente avec les autres économies développées.

13À l’intérieur de ces grandes évolutions du financement de l’économie, la place de Paris a-t-elle suivi le même mouvement de balancier ? C’est d’abord par une approche socio-institutionnelle de la place de Paris que nous avons cherché des réponses : tout d’abord, qui fait partie de la « place » ? Comment s’opère le « consensus de place » ? Quels en ont été les acteurs les plus dynamiques, les plus ouverts à l’international ? Autant de questions qui renvoient à la communauté professionnelle de la finance, vue à la fois sous l’angle des individus et des institutions financières ; ces dernières recouvrent aussi bien les banques, les opérateurs boursiers que les marchés officiels ou libres.

14Le rôle des banques dans les marchés boursiers paraît particulièrement important à réévaluer par rapport à la littérature existante. Seront donc prises en compte ici leurs activités sur les marchés financiers primaire et secondaire, sans insister sur leurs activités de crédit. L’angle d’attaque de cette recherche touche au rôle des banques à la fois dans l’introduction et dans le placement de titres. Car une place financière, ici entendue comme un marché financier, s’évalue aussi à sa capacité de placement des titres et à la profondeur de son marché secondaire, c’est-à-dire à sa liquidité : tout au long du siècle, les banques y tiennent un rang primordial. Leur rôle dans le rayonnement international de la place financière, par leurs réseaux, leurs alliances, par les émissions internationales de titres constituera également un élément important de cette étude, d’autant que la question n’a pas été traitée jusqu’à présent.

  • 14  Lance Davis et Larry Neal, « Micro Rules and Macro Outcomes : The Impact of Micro Structure on the (...)
  • 15  Sur le rôle des marchés de gré à gré, voir par exemple Mary O’Sullivan, « The Expansion of the U.S (...)

15L’organisation du marché boursier recouvre l’ensemble des règles de négociation et de fonctionnement, ce qui comprend notamment l’organisation des intermédiaires boursiers, la fixation des prix du marché, celle des commissions, les règles d’admission à la cote. Cette question avait déjà été étudiée par Lance Davis et Larry Neal dans une comparaison entre New York, Londres et Paris au xixsiècle, tandis que Ranald C. Michie a comparé la gouvernance des Bourses de New York et de Londres pour évaluer leur fonctionnement et les conséquences sur leur efficacité14. La question de la coexistence entre un marché officiel et un autre non officiel, complémentaires ou concurrents, qui a déjà été étudiée pour d’autres places15, se pose avec acuité à Paris tout au long du siècle, comme nous le verrons. L’organisation de la place de Paris autour du monopole de négociation des agents de change a-t-elle été un système efficace pour les émetteurs comme pour les épargnants ? Quelles en ont été les conséquences sur les activités internationales de la place ? Étudier la place de Paris de ce point de vue, c’est aussi tenter d’expliquer comment une organisation boursière différente du paradigme londonien, voire opposée, a pu exister et faire preuve d’une relative efficacité.

16Enfin, au regard de l’importance qu’a toujours eue l’État dans les activités financières en France, la recherche examinera le poids des autorités de tutelle, principalement le Trésor, mais sans négliger les autres institutions de contrôle créées depuis les années trente et, sous certains aspects, l’influence de la Banque de France, partie prenante des commissions de réforme de la place entreprises au fil du temps. Le poids des réglementations et le souci de la sécurité du marché ont toujours pesé dans l’histoire de la place financière de Paris, et cela parfois au détriment du rendement et de la liquidité. Cette dimension réglementaire retrouve une vigueur particulière au lendemain de la crise boursière de 2008, qui a secoué le monde entier. Dans quelle mesure les règles et les normes attachées à une place, la surveillance des marchés, la souplesse ou la fermeté des procédures ont-elles constitué des éléments décisifs de l’architecture de la place, voire de son caractère attractif ou dissuasif par rapport aux autres centres financiers ? Ce vaste sujet concerne aussi bien les réglementations sur la transparence de l’information, sur la protection des emprunteurs, sur le droit des actionnaires et leurs effets sur l’activité de marché. Plus largement, je souhaite étudier les relations complexes entre le marché financier et l’État, à travers le triple rôle de ce dernier d’émetteur de titres, de tuteur du marché et de régulateur des activités financières. Sur le long terme, la question de la surveillance du marché exercée par différentes instances prend toute sa consistance. S’y ajoute une autre prérogative régalienne, la fiscalité des valeurs mobilières et ses conséquences sur l’attractivité d’un marché de capitaux.

La dimension spatiale ou le rayonnement national et international d’une place financière

« The geography of finance […] is relevant to contemporary issues
as well being of considerable historical interest ».

  • 16  Charles P. Kindleberger, The Formation of Financial Centers : A Study in Comparative Economic Hist (...)

C.P. Kindleberger16

  • 17  Voir notamment la synthèse de Richard Roberts, International financial centers, concepts, developm (...)
  • 18  Jean Labasse, Les Capitaux et la région, Paris, Armand Colin, 1955 ; L’Espace financier, Paris, Ar (...)
  • 19  Louis Bergeron, « Les espaces du capital », dans André Burguière et Jacques Revel, Histoire de la (...)
  • 20  Voir, par exemple, Gilles Cappelle-Blancart et alii, « La localisation des activités financières d (...)
  • 21  Ranald C. Michie and Simon Mollan, « The City of London as an International Commercial and Financi (...)

17À la différence de la notion de marché financier, plus abstraite, celle de place financière fait référence à une dimension spatiale, que ce soit à l’échelle nationale, régionale ou internationale, suivant la typologie fréquemment utilisée par les historiens de la finance17. On rejoint ici les travaux pionniers du banquier-géographe Jean Labasse18 et des historiens de la banque et de la finance sur l’ancrage géographique d’une place et ses origines historiques19. Économistes et géographes20 se sont également intéressés à la notion d’espace monétaire et financier, qui reste, à l’heure de la globalisation financière, une réalité économique et sociologique. Plus récemment, le concept de « cluster » financier, étudié pour la City par Simon Mollan et Ranald C. Michie, s’est révélé comme étant un facteur de sa réussite sur le long terme, grâce notamment à la capacité d’adaptation des entreprises financières de la City21.

18Tout au long d’un siècle en proie à des variations importantes des mouvements internationaux de capitaux, liées tant aux fluctuations de l’activité économique et commerciale qu’à la circulation monétaire, la dimension spatiale d’une place financière revêt un intérêt majeur. Au-delà de sa localisation géographique, une place a ses propres caractéristiques sociologiques et culturelles, comme le souligne Jean Labasse :

  • 22  J. Labasse, L’espace financier, op. cit., p. 178-179.

19« La place est le substitut de la ville dans le langage financier. Elle baigne dans une certaine atmosphère, fruit d’éléments psychologiques divers : esprit d’entreprise plus ou moins poussé, goût du risque et de l’innovation ou, à l’inverse, prudente réserve, respect des signatures ou fréquence des contestations, manière de traiter, délais et modes de paiement22 ».

  • 23  Voir Youssef Cassis, La City de Londres, Paris, Belin, 1987.

20Bien que le sujet revête un réel intérêt historique, la dimension proprement géographique de la place – les relations de Paris avec les places de province, la localisation des activités financières intra muros, les liens personnels entre les acteurs – ne sera étudiée ici que ponctuellement, pour deux raisons : d’une part, parce que la capitale concentre environ 90 % des ressources financières tout au long du siècle ; d’autre part, parce que, contrairement à Londres23, la localisation physique des activités bancaires et boursières n’apporte pas beaucoup d’informations sur la dynamique de la place.

21Notre objectif principal est de situer l’évolution de Paris dans le temps et de rechercher les explications de son déclin et de sa réouverture progressive aux capitaux internationaux – et cela en dépit d’une volonté constamment réaffirmée, de la part des acteurs, de donner à Paris une dimension internationale.

22L’intéressante mais difficile question de la comparaison, voire de la concurrence, avec d’autres grandes places financières ne peut être éludée. On l’a vu, Paris se place dans le peloton de tête avant la Seconde Guerre mondiale, puis parmi les centres financiers internationaux de moyenne importance. Quelques photographies pourront donner de nouveaux éléments de comparaison entre les principales places financières à un moment donné. Mais au-delà du rang international de Paris, il est intéressant d’en rechercher les atouts et les faiblesses. Il s’agit ici de réévaluer sa dimension internationale, souvent sous-estimée, et surtout d’en déceler les spécificités, les orientations, les évolutions. L’intérêt sera d’autre part de mettre au jour l’existence de passerelles, voire de réseaux, entre les différentes places, particulièrement sur le continent européen, et de s’intéresser à l’ancrage historique de l’espace financier européen.

23Étudier le rapport de Paris à l’international, c’est également s’intéresser au regard porté en France sur les autres places financières, aux modèles étrangers en matière d’organisation et de modernisation ; l’ambition de concurrencer d’autres places qui a pu animer les acteurs français renvoie non seulement à l’idée de conquête de nouveaux marchés et de recherche de profits, mais aussi à la dimension politique de la place financière et au rôle que lui confèrent les pouvoirs publics dans leur stratégie géopolitique. De ce point de vue, la place de Paris, symbole du rang de la France dans le monde, est partie prenante de la diplomatie financière menée par les pouvoirs publics.

24Le périmètre et la taille d’une place financière ne sont pas immuables, son caractère « national » évolue dans le temps et prête à discussion. Cela était le cas au xixsiècle avec l’apparition du télégraphe et du téléphone. Cela l’est plus encore aujourd’hui, du fait de l’internationalisation des flux et des opérateurs, et des mutations technologiques qui rendent complexe la localisation géographique des capitaux. L’autonomisation des marchés par rapport à leur place d’origine s’explique notamment par la cotation en continu, l’immédiateté des transmissions d’ordres, le développement des transactions sur Internet, la création de plates-formes de négociation électronique, etc. Le cadre purement spatial est ici largement dépassé.

25Et pourtant, il existe bien encore des places financières situées, plus dynamiques et compétitives que jamais. D’une part, la dimension d’une place financière peut s’expliquer par la localisation des grandes entreprises, des banques, des intermédiaires financiers en un même lieu, par le jeu réciproque des échanges et des services rendus en un lieu donné. D’autre part, la nationalité des émetteurs et des investisseurs, leur proximité culturelle, reste un élément important de la circulation des flux de capitaux, derrière lesquels se profilent des enjeux économiques et géopolitiques majeurs.

Les mesures de l’attractivité d’une place financière

  • 24  Laure Quennouëlle-Corre et Youssef Cassis (eds.), Financial Centres and International Capital Flow (...)

26Beaucoup d’encre a déjà coulé sur l’histoire des centres financiers internationaux, notamment à l’aube de la dernière globalisation. Leur mesure et les critères d’évaluation de leur rang sont d’ailleurs toujours sujets à discussion entre historiens24. Le problème méthodologique majeur est celui des facteurs explicatifs de la réussite d’un centre financier, qui sont variables d’une étude à l’autre.

27De fait, l’appréciation du rang d’une place financière est fonction de critères qui ont évolué dans le temps, mais certains restent prépondérants sur le long terme.

  • 25  Paul Einzig, The Fight for financial supremacy, Londres, Macmillan, 1931.

28Par exemple, les conditions définies par le pamphlétaire britannique Paul Einzig25 en 1931 pour être un « centre financier » de premier ordre sont encore d’une grande actualité : 1) D’amples ressources en capital disponibles, à court et à long terme. 2) Une organisation bancaire adéquate – connections internationales, présence de banques étrangères, expérience, réputation et compétences des banques. 3) Une liberté du marché financier, sans contrôle des changes ni restrictions. 4) Une épargne tournée vers l’investissement étranger. 5) Une monnaie stable. 6) Un marché monétaire qui assure un flux régulier de capitaux. 7) Un marché des changes actif, capable de transférer des fonds et de couvrir les risques de change à moindre coût, avec de bonnes connexions avec les centres étrangers.

  • 26  Michael A. Goldberg, Robert W. Helsley and Maurice D. Levi, « On the development of International (...)

29Plus récemment, à l’aube de la globalisation, de multiples études ont fleuri pour expliquer l’attractivité des places financières internationales (IFC). Citons-en deux qui nous paraissent intéressantes par les questionnements qu’elles soulèvent. En premier lieu, Goldberg et alii26 ont cherché à mesurer la taille de 42 places financières internationales à partir de données macroéconomiques, et en ont conclu que quatre facteurs principaux déterminaient la taille d’un IFC : le niveau de développement économique, le volume de commerce international, la taille de l’intermédiation financière, la force de la réglementation financière. Ils soulignent l’importance, historiquement, de la demande d’intermédiation financière plutôt que de l’offre, ainsi que le rôle stratégique de la spécialisation et de la différenciation des produits financiers dans la compétition entre places.

  • 27  H. C. Reed, The preeminence of international financial centres, op. cit.

30D’autre part, l’un des travaux récents les plus exhaustifs, celui de H. Curtis Reed27, a recensé les différentes mesures de 36 IFC sur la période 1900-1980, puis a réévalué ses propres critères dix ans plus tard selon 16 variables, qui vont des ratios sur les actifs des grandes banques internationales et leur rendement, au nombre de banques étrangères, d’émissions de titres et de transactions boursières, sans oublier les liens avec les autres IFC, la taille de l’euromarché du centre, le fret aérien. Selon lui, les trois principaux déterminants de la structure financière d’un centre financier sont l’activité de compensation à l’échelle internationale, le volume de gestion d’un portefeuille d’actifs financiers mondiaux et, bien sûr, les facilités de communication, qu’elles soient personnelles ou indirectes. La communication et l’échange sont des critères réévalués par rapport aux autres études, les aspects réglementaires sont en revanche absents – signe des temps !

31L’autre intérêt de son étude est de montrer que les déterminants évoluent dans le temps : l’un des plus importants dans les années vingt est le nombre de banques étrangères, alors qu’après 1945, il apparaît que le montant des actifs financiers étrangers et les liens avec les autres centres internationaux, grâce notamment aux banques, sont primordiaux. À partir des années quatre-vingt-dix, les activités de « clearing » international entre les monnaies sont le facteur le plus déterminant du rayonnement et de l’attractivité d’un IFC.

  • 28  Pour une revue complète de la littérature financière, voir Ross Levine, « Financial Development an (...)
  • 29  Le point de vue « loi et finance » a été lancé par Rafael La Porta, Florencio Lopez-De-Silanes, An (...)
  • 30  Richard O’Brien, Global Finance Integration : The End of Geography, Londres, The Royal Institute o (...)

32Ces différents travaux ont l’avantage de prendre en compte une évaluation qualitative des places financières à travers de nouveaux concepts comme les communications et la gestion. Elles renvoient en partie aux travaux des économistes sur la qualité des services financiers rendus. L’approche fonctionnelle et institutionnelle à partir de « l’ensemble des services financiers » procurés par un centre financier, telle que la théorie de la finance l’a récemment développée28, peut fournir une grille de lecture pertinente pour une histoire de la place de Paris. Elle met en jeu l’acquisition de l’information, la capacité de mobilisation de l’épargne et la gestion du risque dans un marché donné. On peut y ajouter la qualité de l’organisation des marchés, les innovations de produits et de processus, la connexion entre les marchés de capitaux, l’offre de services financiers par les intermédiaires, notamment dans les domaines de la régulation et du contrôle29. Sans oublier l’importance stratégique des télécommunications qui agissent à double sens, selon Richard O’Brien : elles élargissent les marchés et renforcent les positions de leaders parmi les IFC ; mais en même temps, la concentration des entreprises et des investisseurs étant moins utile, les NTIC peuvent conduire à diminuer l’importance des centres financiers en tant que tels30. On perçoit ici la complexité des facteurs d’attractivité, qui n’ont pas les mêmes effets selon la taille des centres financiers, ce qui rend difficile l’établissement de critères universels et intemporels.

  • 31  « L’évolution de la place financière de Paris dans la perspective de la monnaie unique », rapport (...)
  • 32  Ainsi, le GFCI considère aujourd’hui que Paris, bien que classé 29e, est toujours dans le groupe d (...)

33Ces critères sont repris en grande partie dans les enquêtes du Global Financial Centres Index, qui prennent en considération des facteurs plus larges de compétitivité et qui vont bien au-delà des seules conditions de marché : sont pris en compte l’environnement des affaires (stabilité politique, environnement réglementaire, fiscalité et coûts compétitifs) ; la taille du secteur financier (disponibilité des capitaux, rapidité du trading, profondeur et diversité des clusters) ; le rôle des infrastructures (transports, communications, prix de l’immobilier…) ; le capital humain (personnel qualifié et disponible, marché du travail flexible, qualité de la formation aux affaires) ; la réputation du centre en termes d’attractivité culturelle, d’innovation, de rayonnement de la ville. On remarquera que, une fois encore, parmi les critères déterminants, les questions de régulation et de sécurité ne sont pas prioritaires et que le rôle de la monnaie et des changes y est sous-évalué. Cela n’a pas toujours été le cas, par exemple lors du basculement vers l’euro, qui était censé dynamiser les places européennes continentales, dont Paris31. Ainsi, dans la hiérarchie mondiale, le rang de la place financière de Paris est-il variable, selon les critères choisis, d’une étude à l’autre, même s’il se situe toujours dans le peloton de tête des « global centres32 ».

34De ce point de vue, Paris a-t-elle su fournir des services financiers de qualité parmi les quatre éléments centraux que sont la sécurité, le rendement, la liquidité et la mobilité ? Deux d’entre eux – la sécurité et la mobilité – apparaissent majeurs pour notre approche : d’une part le rôle des organisations de marché et des acteurs de la place, de l’autre le poids de la réglementation et du contrôle des activités financières et boursières, en relation avec la dimension internationale de la place.

La modernisation financière et l’ouverture internationale : qui les a portées ?

35L’hypothèse de départ, qui tient à l’histoire même de la finance au xxsiècle, est celle d’une corrélation dans le temps entre la « modernisation » de la place et son ouverture internationale, dont il s’agit de trouver des facteurs explicatifs en amont, comme par exemple le rôle d’institutions nationales ou étrangères et celui d’acteurs à l’intérieur du système. Comment la recherche d’une organisation de marchés efficace s’est-elle articulée avec l’ouverture des frontières et laquelle a favorisé l’autre ? Pourquoi les ambitions internationales de Paris qui se sont manifestées tout au long du siècle, que ce soient celles des acteurs privés ou des pouvoirs publics, n’ont-elles pas été menées à bien en définitive ? Si puissance économique et rang de la place financière vont souvent de pair depuis le xixsiècle, l’explication par le déclin de l’économie française est peu satisfaisante sur la longue durée : c’est pendant les Trente Glorieuses que l’activité de la place est la plus réduite. Et elle est contredite de manière éclatante par la vitalité multiséculaire de Londres. Il faut chercher ailleurs des explications de son histoire récente et s’interroger sur la manière dont la place s’est construite : autour de quelles institutions, en vertu de quelles pratiques et de quelles règles, peut-être propres à la France. Les relations entre les trois piliers de la place financière, les opérateurs de marché, les banques et la tutelle, seront donc étudiées de près, à la fois pour hiérarchiser le rôle des acteurs et des marchés, préciser leurs liens sociaux ou professionnels et établir lesquels se sont montrés les plus dynamiques et les plus ouverts – ou au contraire les plus frileux.

36Au-delà de son intérêt propre, l’histoire de la place financière de Paris s’insère dans les tendances longues de l’histoire économique et financière de la France, tout comme dans celle des grands mouvements internationaux de capitaux – the ebb and flows of capital – qui ont jalonné le xxsiècle.

37L’objectif à plus long terme de la recherche est de contribuer à renouveler plusieurs aspects de l’histoire économique et financière de la France. Tout d’abord, elle permettra de rééquilibrer l’historiographie financière, largement consacrée jusqu’à aujourd’hui à l’étude des banques et de l’État-banquier au détriment des activités boursières, à la différence de ce qu’elle est dans d’autres pays. Elle peut participer d’une réflexion plus générale sur les relations ambiguës que la société française entretient avec le marché et la concurrence, et, plus largement, à son rapport au risque. Enfin, elle peut contribuer à savoir quelle a été la place assignée à la finance dans l’économie et la société françaises.

38Sans avoir l’ambition de répondre à des sujets aussi vastes, cette recherche s’insère dans le questionnement plus général sur le financement de l’économie. Les problématiques ont longtemps porté sur l’efficacité des systèmes financiers ; elles tendent, depuis la crise de 2008, à se recentrer sur la stabilité des systèmes et sur la sécurité de place, sans que l’on puisse encore discerner la portée des mesures prises à l’échelle européenne ou américaine. Le retournement politique récent en faveur du renforcement du contrôle et de la réglementation bancaire, l’attitude ambivalente des États occidentaux à l’égard des modèles libéraux de marché ne peuvent que conforter la légitimité de la place accordée dans cette recherche à l’État et aux États européens en tant que tuteurs et régulateurs des marchés de capitaux. Ceci permet d’instaurer un dialogue constructif avec d’autres approches de nature politique, sociologique ou économique.

39Enfin, cette étude contribue à une histoire comparative entre les places financières, certes déjà largement nourrie par les multiples travaux existants, mais qui peut être encore affinée sur les questions de régulation, de stabilité et d’organisation de marché. D’autant que Paris en fait rarement partie, du fait du peu de travaux à visibilité internationale sur le xxsiècle. L’histoire de la dimension européenne des activités financières n’en est ainsi qu’à ses débuts et l’histoire de la place de Paris pourrait contribuer à accélérer les recherches à l’échelle du continent. Au sein d’analyses comparatives internationales, pourrait alors être intégrée plus aisément l’étude du cas français et de son éventuelle spécificité, voire de la transposition de son modèle d’organisation et de régulation.

Les sources

40Plusieurs sources d’archives sont susceptibles de nourrir la recherche dans la perspective ainsi définie. Elles ont été croisées afin d’évaluer au fil du temps le poids des différentes institutions de la place. Parmi les sources écrites, on peut distinguer trois grands groupes : les archives de la Bourse, les archives bancaires, les archives de la tutelle.

41Les archives des opérateurs boursiers n’ont pu être consultées qu’à partir de 2008, le versement par Euronext d’une grande partie des archives de la Compagnie des agents de change n’ayant été effectué qu’en 2006 au Centre des archives économiques et financières à Savigny-le-Temple. La plupart de ces archives, dûment reclassées par le service du ministère de l’Économie et des Finances, sont communicables. Les procès-verbaux de la chambre syndicale, des dossiers thématiques sur l’organisation du marché financier, les réformes boursières, ainsi que des dossiers de personnel de banquiers en valeurs ont pu être consultés avec grand intérêt.

42À Savigny-le-Temple est également conservé l’ensemble des fonds d’archives du ministère de l’Économie et des Finances. Parmi eux, le fonds Trésor, celui du tuteur du marché financier, a retenu toute mon attention. De nombreux cartons dépouillés ont permis de cerner au plus près les relations avec les agents de change et, d’autre part, la mise en place de réformes d’organisation en liaison avec les intermédiaires financiers et les autres directions du ministère. Il y a donc un croisement intéressant entre les deux points de vue, celui des opérateurs boursiers et celui de la tutelle. S’y ajoutent des dossiers très riches d’enseignements sur la réglementation des valeurs étrangères qui jalonne l’histoire financière de la France. Sur ce dernier thème, le fonds Fiscalité s’est également révélé très fourni, la direction générale de l’Enregistrement ayant son mot à dire sur l’imposition des valeurs étrangères – un sujet qui fait couler beaucoup d’encre.

43Les archives des banques ont fait l’objet d’explorations approfondies sur la question des activités de marché, depuis l’introduction en Bourse de titres mobiliers jusqu’à leur placement auprès de la clientèle, sans oublier les négociations avec la tutelle. Les archives du Crédit Lyonnais, conservées au service d’archives du Crédit agricole, offrent à l’historien des séries de dossiers qui ont le mérite d’exister sur la longue durée : notes journalières de conversation entre la direction des Affaires financières et les entreprises ou le Trésor sur les émissions de titres mobiliers ; procès-verbaux du Comité des Bourses de valeurs depuis la guerre jusqu’à la création de la Commission des opérations de Bourse (1966) ; dossiers thématiques de la direction des Études économiques et financières sur la Bourse, l’épargne, le financement des investissements… La plongée dans ces dossiers est le meilleur moyen de comprendre la panoplie des métiers de la banque dans le domaine des activités de marché. L’autre grand fonds bancaire qui a été exploré est celui de la banque BNP-Paribas. Malheureusement, les difficultés traversées par le service d’archives depuis le début des années 2000 n’ont pas permis d’exploiter au mieux les archives des deux banques qui ont fusionné. Seuls les fonds de la direction des Opérations financières internationales de Paribas ont pu être consultés sur la période des années 1960-1970. Cette lacune a été partiellement compensée par les fonds d’archives privées conservés par l’Association pour l’histoire de BNP-Paribas, sous la houlette vigilante de Pierre de Longuemar.

44Les archives de la Banque de France ont offert un complément intéressant par rapport aux autres archives bancaires. La direction des Titres, qui gérait les titres mobiliers acquis par la Banque, a tout particulièrement retenu mon attention, car s’y trouvent rassemblées des études sur le marché financier, soit élaborées au sein de la direction, soit reçues par la banque.

45De manière ponctuelle, les archives de la Seine ont été visitées pour l’étude des contribuables des patentes, qui a permis d’identifier les banquiers en valeurs dans les années vingt. De même, une incursion a été faite aux Archives nationales sur l’aryanisation des entreprises juives. Enfin, le fonds Wilfrid Baumgartner conservé à Sciences-Po a permis d’étoffer la partie consacrée aux années soixante-dix (élaboration du rapport sur le marché des actions de 1971).

46Les sources imprimées sont particulièrement utiles, surtout pour la deuxième partie du xxsiècle. La littérature grise est également très abondante sur notre sujet, notamment les nombreux rapports commandés par le ministre des Finances à des experts sur des questions touchant au marché financier entre 1960 et 1980. Ceux-ci sont d’une grande utilité sur la durée par les renseignements précis qu’ils contiennent, ainsi que pour l’observation de l’évolution des préoccupations des praticiens et la manière dont ils sont ou non écoutés. De même, ceux de la commission de financement du Commissariat général au Plan et du Conseil économique et social donnent un aperçu des positions des experts publics et privés.

47Sur de tels sujets, il est indispensable de faire appel à la source autobiographique ainsi qu’à la source orale. En amont de la recherche, afin de baliser l’itinéraire de l’historien sur un chemin encore en friche, ces sources lui offrent des pistes de recherche. La source orale permet de saisir les oppositions qui se sont fait jour à propos de la modernisation de la place : qui a porté les réformes, qui les a freinées ? Les grands dossiers de l’époque, les préoccupations du moment, l’arrivée des eurodollars, les nationalisations, l’internationalisation… autant de thèmes qui sont au cœur des témoignages que nous avons recueillis. Des banquiers aux responsables de la tutelle en passant par les intermédiaires boursiers, une large panoplie de témoignages a été exploitée avec profit.

Trois grandes périodes au sein du xxe siècle

  • 33  Maurice Lévy-Leboyer (dir.), La Position internationale de la France : aspects économiques et fina (...)

48La période envisagée, le court xxsiècle, peut paraître bien ambitieuse pour une étude sur un terrain encore largement à défricher. De fait, deux choix étaient possibles au départ : le premier était de réaliser une étude plus restreinte dans le temps, allant de 1945 jusqu’aux années quatre-vingt et, en contrepartie, de couvrir l’ensemble des marchés de la place, le comportement des épargnants et celui des investisseurs ou bien encore les produits financiers. Mais cela impliquait de laisser en friche l’entre-deux-guerres, alors qu’il s’agit d’une période historique décisive en histoire financière. La priorité que nous voulions donner à l’ouverture internationale et à l’efficacité de l’organisation de marché a conduit à préférer l’étude de longue durée, afin de cerner les moments critiques et les grandes césures sur le siècle. Le choix a donc été fait d’étudier un sujet plus restreint sur une période plus longue, quitte à revenir plus tard sur des aspects peu étudiés. Pourquoi 1914 ? Hormis le fait qu’une somme a déjà été publiée sur le marché financier français au xixsiècle ainsi que sur la position internationale de la France33, le point de départ de ce livre se situait tout naturellement au début de la Première Guerre mondiale, qui marque à la fois une rupture économique et monétaire et la fin de la première globalisation financière. Pourquoi s’arrêter à la fin des années quatre-vingt ? Cette décennie signe la fin du monopole des agents de change et, surtout, elle a été le théâtre de changements radicaux dans le domaine de la finance. La décennie qui suit en est le prolongement, bien que les années quatre-vingt-dix soient aussi le cadre de changements majeurs, comme le basculement vers l’euro, l’essor vertigineux des nouvelles techniques de communication et le développement effréné de nouveaux produits financiers titrisés.

49Dans cette longue traversée quasi séculaire, l’histoire de la place financière de Paris est rythmée par les grands mouvements économiques et financiers qui touchent aussi bien la France que le monde. Ce sont eux qui découpent logiquement ce livre.

50Après avoir été l’un des premiers banquiers du monde autour de 1900, Paris connaît, plus que d’autres places, un sérieux revers à partir de 1914. La première partie montre comment les ambitions de la place de Paris ont été contrariées. De la Première Guerre mondiale jusqu’en 1939, elle subit de multiples crises : crises monétaire, financière, stabilisation Poincaré, Grande Dépression, au travers desquelles elle tente de survivre… Autant de ruptures par rapport à la Belle Époque, qui transforment radicalement la physionomie de la place, tant du point de vue de la Bourse que de celui des banques, fortement concurrencées dans leurs activités financières par les institutions publiques alors mises en place par l’État. Cette première partie permet aussi de cerner les représentations et les pratiques de la place, ses acteurs français et étrangers, banquiers et boursiers, qui forment une communauté professionnelle active au centre de la capitale et font vivre la place envers et contre tout.

51La seconde partie est consacrée aux années noires de la place financière, entièrement repliée sur elle-même. Plus qu’une parenthèse, la Seconde Guerre mondiale apparaît comme une étape de refondation du système financier français et de la place de Paris. Aux prises avec les contraintes de l’économie dirigée et de la collaboration, la Bourse subit de plein fouet le dirigisme et le corporatisme ambiant. L’après-guerre se poursuit dans le même esprit autarcique et dirigiste ; la place de Paris existe-t-elle encore ?

52Avec le début de l’aventure européenne et la stabilisation monétaire financière de 1958, la place de Paris entame une timide réouverture, qui sera étudiée dans une troisième partie. Les banques y occupent une place prépondérante. Enfin, sous l’influence de différentes poussées et de multiples freins, le réveil de la place financière, à partir de 1978, s’opère de manière heurtée, ce que nous tenterons d’expliquer dans le dernier chapitre. La suppression du monopole des agents de change, le 1er janvier 1988, marque symboliquement la fin d’une époque fondée sur une répartition subtile des métiers et des activités entre les acteurs, eux-mêmes opérant sous l’œil vigilant d’un État omniprésent mais attentif au marché. Les ambitions des acteurs les plus dynamiques semblent enfin réalisées.

Notes

1  Le numéro de 140 pages est financé par plusieurs institutions sous forme de publireportages et de publicités. On y trouve également une rubrique gastronomique pour les étrangers.

2  Le GFCI a été créé en 2007 par Z/Yen Group, un think tank basé à Londres et financé par Qatar Financial Centre Authority. Il publie deux fois par an le rang des 80 centres financiers mondiaux à partir de données statistiques et d’enquêtes auprès de 26 000 responsables financiers. Voir http://www.longfinance.net/images/GFCI14_30Sept2013.pdf.

3  Il existe déjà une somme très complète sur le marché financier, mais qui n’étudie pas le xxsiècle : Pierre-Cyrille Hautcœur et Georges Gallais-Hamonno (dir.), Le marché financier français au xixe siècle, 2 tomes, Paris, Publications de la Sorbonne, 2007.

4  Youssef Cassis, Les Capitales du capital. Histoire des places financières internationales 1780-2005, Genève, Pictet, Éditions Slatkine, 2005 ; Geoffrey Jones, « The International Financial Centres in Asia, the Middle East and Australia : A Historical Perspective », dans Youssef Cassis (dir.), Finance and Financiers in European History, 1880-1960, Cambridge, Cambridge University Press, 1992.

5  Catherine Schenk, Hong Kong as an IFC, Londres, Routledge, 2001. Howard C. Reed, « The ascent of Tokyo as an IFC », Journal of International Business Studies, vol. 11, n° 3, hiver 1980, p. 19-35.

6  Carl-Ludwig Holtfrerich, Frankfurt as a Financial Center. From medieval trade fair to European banking centre, Munich, C. H. Beck, 1999.

7  Howard C. Reed, The preeminence of international financial centres, Londres, Praeger, 1981.

8  Parmi les nombreux travaux de Ranald C. Michie, citons The London Stock Exchange. A History, Oxford, Oxford University Press, 1999 ; Global Securities Markets, Oxford, OUP, 2006 ; Robert Sobel, The Big Board : a history of the New York stock market, New York, Free Press, 1965.

9  Pendant la majeure partie du xxsiècle, le marché monétaire français est surtout un marché interbancaire, sur lequel interviendra tardivement la Banque de France, et qui est régi par le volume d’effets publics.

10  Patrick Verley, « Introduction », in Laure Quennouëlle-Corre et André Straus (dir.), Financer les entreprises face aux mutations du xxe siècle, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France/IGPDE, 2009.

11  Georges-François Teneul, Contribution à l’histoire du financement des entreprises en France depuis la fin du xixe siècle, Paris, LGDJ, 1960.

12  Françoise Marnata, La Bourse et le financement des investissements, Paris, Armand Colin, 1973.

13  Jean-Pierre Patat, Monnaie, institutions financières et politique monétaire, Paris, Economica, éditions 1980-1987.

14  Lance Davis et Larry Neal, « Micro Rules and Macro Outcomes : The Impact of Micro Structure on the Efficiency of Security Exchanges, London, New York and Paris, 1800-1914 », American Economic Review, 1998, p. 40-45. Ranald C. Michie, « London and New York Stock Exchanges, 1850-1914 », The Journal of Economic History, vol. 46, n° 1, 1986, p. 171-187. Voir également Laure Quennouëlle-Corre, « Des marchés efficients ? Les bourses de New York et de Paris dans les années 1920 », Entreprises et histoire, n° 67, 2012/2, p. 54-70.

15  Sur le rôle des marchés de gré à gré, voir par exemple Mary O’Sullivan, « The Expansion of the U.S. Stock Market, 1885-1930  : Historical Facts and Theoretical Fashions », Enterprise and Society, vol. 8, n° 3, septembre 2007, p. 489-542 ; Bruno Biais et Richard C. Green, « The Microstructure of the Bond Market in the 20th Century », Working paper, 2005, en ligne.

16  Charles P. Kindleberger, The Formation of Financial Centers : A Study in Comparative Economic History, Princeton, New Jersey, 1974.

17  Voir notamment la synthèse de Richard Roberts, International financial centers, concepts, development and dynamics, Aldershot, Edward Elgar, 1994, t. 1, p. III-XII. Sont ainsi distingués les centres nationaux, régionaux, internationaux et « off shores ».

18  Jean Labasse, Les Capitaux et la région, Paris, Armand Colin, 1955 ; L’Espace financier, Paris, Armand Colin, 1974.

19  Louis Bergeron, « Les espaces du capital », dans André Burguière et Jacques Revel, Histoire de la France, vol. I, L’Espace français, Paris, Le Seuil, 1989, p. 291-371 ; C. Kindleberger, The Formation…, op. cit., p. 1.

20  Voir, par exemple, Gilles Cappelle-Blancart et alii, « La localisation des activités financières dans l’Union européenne », Working paper, 2004 ; Ron Martin, Money and the Space economy, Chichester, John Wiley and Sons, 1999, p. 1-27.

21  Ranald C. Michie and Simon Mollan, « The City of London as an International Commercial and Financial Center since 1900 », Enterprise and Society, vol. 13, n° 3, septembre 2012, p. 538-554.

22  J. Labasse, L’espace financier, op. cit., p. 178-179.

23  Voir Youssef Cassis, La City de Londres, Paris, Belin, 1987.

24  Laure Quennouëlle-Corre et Youssef Cassis (eds.), Financial Centres and International Capital Flows in the Nineteenth and Twentieth Centuries, Oxford, Oxford University Press, 2011. Voir notamment les discussions entre Leslie Hannah et Richard Sylla sur les rôles respectifs de New York et de Londres avant 1914.

25  Paul Einzig, The Fight for financial supremacy, Londres, Macmillan, 1931.

26  Michael A. Goldberg, Robert W. Helsley and Maurice D. Levi, « On the development of International Financial Centres », The Annals of Regional Science, vol. 22, n° 1, supplément, février 1988, p. 81-94.

27  H. C. Reed, The preeminence of international financial centres, op. cit.

28  Pour une revue complète de la littérature financière, voir Ross Levine, « Financial Development and Economic Growth : Views and Agenda », Journal of Economic Literature, vol. XXXV, juin 1997, p. 688-726.

29  Le point de vue « loi et finance » a été lancé par Rafael La Porta, Florencio Lopez-De-Silanes, Andrei Shleifer et Robert W. Vishny, « Legal Determinant of External Finance », Journal of Finance, 52-3, 1997, p. 1131-1150.

30  Richard O’Brien, Global Finance Integration : The End of Geography, Londres, The Royal Institute of International Affairs/Pinters Publishers, 1992.

31  « L’évolution de la place financière de Paris dans la perspective de la monnaie unique », rapport du Conseil économique et social, novembre 1995.

32  Ainsi, le GFCI considère aujourd’hui que Paris, bien que classé 29e, est toujours dans le groupe des onze global leaders, en raison de la taille et de la profondeur de son marché de capitaux.

33  Maurice Lévy-Leboyer (dir.), La Position internationale de la France : aspects économiques et financiers xixexxe siècle, Paris, Éditions de l’EHESS, 1977.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search