Version classiqueVersion mobile

La place financière de Paris au XXe siècle

 | 
Laure Quennouëlle-Corre

Préface

Éric Bussière

Texte intégral

1La dimension financière des activités économiques a rarement bonne presse en France, surtout lorsque le débat politique s’empare du sujet, le plus souvent il est vrai à l’occasion de crises violentes aux effets collatéraux dramatiques. Alors le discours oppose le financement de l’économie réelle aux activités financières réputées plus spéculatives, invoque parfois la mondialisation ou des interférences étrangères de toutes natures considérées comme néfastes. Les peurs, les difficultés pour le citoyen d’appréhender les complexités de ces activités laissent alors le champ libre à tous les stéréotypes. Dans notre pays, l’État garant est vite appelé à la rescousse, qu’il s’agisse de réglementer et de surveiller, mais aussi d’orienter les investissements et les financements. Tout à la fois juge et partie, ses décisions participent à la structuration des activités de financement.

2La synthèse que nous livre aujourd’hui Laure Quennouëlle-Corre représente la toute première étude d’ampleur significative sur l’histoire de la place financière de Paris à l’époque contemporaine. Cette étude représente le fruit d’une démarche de recherche de longue haleine puisque la question du financement de l’économie figurait au cœur de ses premières préoccupations scientifiques. Sa thèse de doctorat sur la direction du Trésor discutait des rôles respectifs de l’État et du marché dans le financement de l’économie nationale. Il s’agissait d’une approche croisant dimension économique, cadre institutionnel, stratégie d’acteurs. Si la dimension internationale n’était pas centrale dans le propos, ce premier et important ouvrage avait montré que l’ouverture internationale avait constitué au cours des années 1960 un élément explicatif important des mutations des modes de financement de l’économie. Les travaux ultérieurs de l’historienne, reflétant en cela les évolutions engagées dans le monde depuis les années 1980, ont plus largement porté le regard sur le rôle des marchés financiers dont elle a analysé le fonctionnement aux plans national et international. Avec les deux décennies de fin de siècle, une période nouvelle semblait s’ouvrir et il apparaissait nécessaire et possible de tirer les enseignements et de remettre en perspective les évolutions des décennies antérieures. C’est donc largement au regard de la dynamique qu’a représentée l’ouverture des marchés que le projet que porte le livre de Laure Quennouëlle-Corre a été défini. Ce livre nous explique comment la permanence d’une culture de marché même aux époques où le repli sur soi de l’économie et le dirigisme étaient les plus marqués, puis le retour progressif à la prééminence du marché dans le financement des économies ont reconfiguré la place de Paris, place dont la dimension internationale puis globale des activités est devenue une réalité essentielle, recherchée et revendiquée.

3Un tel constat renvoie fort logiquement à la thématique de la mondialisation et par là même à la première d’entre elles. Celle-ci, qui semblait bien installée au début du vingtième siècle, fit rétrospectivement figure d’âge d’or de la place parisienne, alors deuxième place du monde après Londres, Paris jouant le rôle de pivot continental des activités financières internationales. En centrant le propos sur un court vingtième siècle, de la Grande Guerre aux années 1980, en interrogeant les rôles respectifs des mutations de l’économie internationale, de la politique des pouvoirs publics, du jeu des acteurs du marché et des institutions qui l’encadrent, Laure Quennouëlle-Corre nous permet ainsi d’appréhender les dynamiques et les contours des mutations qu’a connues la place de Paris.

4La notion même de place, discutée tout au long de ce livre, se révèle complexe et changeante. Fort utilement, l’auteure tire parti de la réflexion des géographes tout en mettant l’accent sur les données immatérielles et en privilégiant les facteurs qui déterminent l’évolution des activités et les structures qui en découlent. Car la territorialisation et la hiérarchisation quasi pyramidale des acteurs et des activités, particulièrement forte des années trente aux années cinquante, s’estompe au cours de la décennie suivante avec le nouveau développement des réseaux internationaux, des euromarchés et des délocalisations d’activités qui en résultent. Alors déjà, les marchés se déplacent, les hiérarchies et la structure même des réseaux bougent. Les plus grandes institutions financières se transforment en structures multipolaires au sein desquelles chacune des activités a sa configuration propre. Cette étape prépare la suivante où la dématérialisation des activités et des flux rend la notion de place encore plus difficile à saisir.

5Si le cadre économique et institutionnel en constitue la trame, la culture du marché et de ses acteurs est bien au cœur de la dynamique que le livre de Laure Quennouëlle-Corre explore. Cette culture est battue en brèche par l’histoire du xxe siècle qui a imposé la quasi-fermeture des flux financiers internationaux à travers le contrôle des changes. Cette évolution largement subie, entretenue par les guerres et les reconstructions, a joué au détriment du marché et favorisé le financement bancaire de l’économie générant une économie d’endettement, elle-même contrainte par le cadre réglementaire et organisée en fonction des besoins ou des priorités définies par les pouvoirs publics. Mais la culture du marché subsiste et cherche à renaître tant au cœur qu’à la périphérie du dispositif, souvent à travers des stratégies de contournement.

6L’un des apports principaux du livre concerne les hommes, les institutions qui ont porté le marché et sur les pratiques que les acteurs ont déployées. Parmi les principaux animateurs du marché boursier se détache tout particulièrement le monde de la coulisse, très peu étudié à ce jour, proche de ses origines négociantes et fortement inséré dans des réseaux personnels et d’entreprise internationaux. L’évolution de ce milieu et de ses activités s’insère dans celle des rythmes d’ouverture et de fermeture de l’économie mais aussi dans celle des drames humains du xxe siècle, au premier rang desquels la déportation. L’analyse qui nous est proposée du monde de la banque s’en rapproche : les banques d’affaires sont structurellement articulées sur des réseaux internationaux impliquant hommes et institutions financières. De la même manière que la coulisse se distingue du parquet, les banques d’affaires montrent une ouverture moindre au recrutement d’anciens hauts fonctionnaires parmi leurs dirigeants, une diversité de formations faisant une large part aux hommes de négoce. Dans les deux cas – coulissiers, banquiers –, la formation à l’étranger, surtout à Londres, ressort des itinéraires décrits dans le livre. La permanence des réseaux internationaux, des années 1900 aux années 1960, est ainsi l’un des facteurs explicatifs de celle de la culture du marché en France que confirme l’insertion rapide des banques françaises dans le marché international des capitaux renaissant des années 1960.

7La dimension internationale de la culture du marché recoupe aussi des clivages d’ordre institutionnel, comme l’organisation du marché boursier le démontre. Le dialogue se situe entre dynamique, souplesse et renouvellement d’un côté, sécurité de l’autre. Entre régulation publique aux mains d’un État juge et partie du fait de ses besoins de financement d’un côté, régulation autonome ou indépendante (par les agences) de l’autre. La première alternative est amplement décrite à travers le dialogue entre un parquet aux mains du monopole de la Compagnie des agents de change et les banquiers en valeurs, acteurs du second marché. Le rôle de ce dernier dans le renouvellement de la cote et l’innovation est largement démontré dans le livre. La même dichotomie joue pour les banques. À la division de fait du travail issue de la fin du xixsiècle, succède après la Seconde Guerre mondiale un cadre institutionnel et réglementaire qui aboutit à une double segmentation du marché entre banques nationalisées et banques privées d’un côté, banques de dépôt et banques d’affaires de l’autre. La cartellisation privée qui s’était de plus en plus imposée durant l’entre-deux-guerres se trouve consolidée et renforcée par l’action des pouvoirs publics. La culture du marché se manifeste ici comme pour le marché boursier par des stratégies de contournement et d’innovation conduites par des acteurs privés qui développent de nouveaux métiers et de nouvelles activités souvent appuyés par les banques d’affaires. Mais le dualisme joue aussi au sein même des établissements nationalisés traversés par de fortes pressions internes à la fin des années 1960.

8Si l’ouverture internationale de la place est bien la source essentielle de la dynamique, elle apparaît donc également comme étroitement associée à des stratégies de modernisation interne, le degré ou le rythme d’ouverture déterminant lui-même la capacité de la place à générer l’innovation ou à adopter les innovations venues de l’extérieur. La mesure dans laquelle l’État a souhaité la montée en puissance de l’internationalisation est l’une des questions ressortant fortement des analyses de Laure Quennouëlle-Corre. Les pressions s’exerçant sur les pouvoirs publics sont, en effet, croissantes à partir des années 1960. L’État apparaît en fait moins comme un adversaire de l’ouverture en tant que telle que comme un régulateur soucieux de la guider en fonction d’une succession d’impératifs : orientation parfois politique de l’activité internationale de la place jusqu’en 1914, ouverture réduite aux besoins de financement de l’État durant la Première Guerre mondiale, tentative d’internationalisation à la fin des années 1920 dans un contexte d’afflux massif et momentané de capitaux venus de
l’extérieur, préservation des liens avec l’économie internationale après la Seconde Guerre mondiale, réouverture en fonction notamment de ses besoins propres de financement à la fin des années 1960 puis, surtout, à partir des années 1980. Si les tendances à l’ouverture sont fortes, le mouvement est longtemps incertain. La fin des années 1960 représente un premier épisode à l’occasion des réformes impulsées par Michel Debré dans le contexte d’objectifs d’ouverture maîtrisée et de réformes liées à l’achèvement du marché intérieur européen. Les réformes des années 1980 associent de la même manière pressions extérieures, que l’on cherche bientôt à maîtriser dans le cadre européen, et besoins de financement de l’économie et de l’État dans le cadre de la désinflation.

9L’ouverture du marché, consolidée par la fin du contrôle des changes en 1990, la montée en puissance du financement des entreprises par le marché et la diminution de l’intermédiation bancaire ont pour partie bouleversé la structuration institutionnelle de la place, au-delà même de la globalisation des activités des grands acteurs. Les activités financières ont gagné en autonomie, le rôle de l’État s’est effacé et une régulation indépendante a émergé avec, dans un premier temps,
la Commission des opérations de Bourse (COB). Mais le rôle des banques au cœur du système n’a pas pour autant été remis en cause comme le montre, au cours des années 1980, l’acquisition des principales sociétés de bourse de la place.

  • 1  Christophe Lamfalussy, Ivo Maes, Sabine Peters, Alexandre Lamfalussy, le sage de l’Euro, Racine, 2 (...)

10Les années 1980 s’inscrivent donc dans une double perspective de continuité et de rupture. La trajectoire qui conduit à l’ouverture et aux réformes s’inscrit dans le temps long. Elle est déterminée par un jeu d’influences associant contexte macroéconomique, conceptions sur les rôles respectifs des pouvoirs publics et du marché, évolutions des pratiques des acteurs. Mais les réformes de 1984 constituent bien une rupture, engageant un processus où le financement de l’économie par le marché devient dominant et durable. C’est ainsi qu’en 1982 encore, la crise de la dette latino-américaine implique quelques dizaines de grands établissements, dont plusieurs français. Mais tous sont identifiés et la crise est peut-être désamorcée rapidement par la concertation internationale organisée autour de la Banque des règlements internationaux (BRI)1. En 2007-2008, la scène est bouleversée et, du fait de la titrisation, les acteurs sont mal identifiés, des établissements sont au bord de la faillite sans que leur situation nette puisse être rapidement établie, l’opacité du système paralyse les flux d’argent et la crise devient systémique. Depuis, un travail de redéfinition des règles est en cours : il se déploie à la fois à l’échelle mondiale et européenne. Mais à moins d’une régression inimaginable, les nouveaux modes de régulation en cours d’établissement ne peuvent, en aucune manière, se comparer à ceux que l’on pouvait imaginer en 1980.

Notes

1  Christophe Lamfalussy, Ivo Maes, Sabine Peters, Alexandre Lamfalussy, le sage de l’Euro, Racine, 2014.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search