Version classiqueVersion mobile

Jean Monnet, banquier, 1914-1945

 | 
Gérard Bossuat

Conclusion

Philippe Le Guen

Texte intégral

1L’objectif de ces recherches sur « Jean Monnet, banquier, 1914 -1945, intérêts privés et intérêt général » présentées fin 2010 sur le site symbolique de la maison de Jean Monnet à Houjarray, fruit du partenariat entre l’Association Jean Monnet, le professeur Gérard Bossuat et l’écrivain-journaliste Éric Roussel, était double. D’une part, il s’agissait de découvrir et faire connaître les derniers travaux inédits et très innovants rassemblés dans le présent volume, sur cette période peu connue et encore peu explorée de la riche vie du « Père de l’Europe », à savoir la quinzaine d’années, entre 1923 et 1939, au cours desquelles il a occupé la profession d’homme d’affaires puis de banquier. En tant que grand financier international, Monnet participe alors, au sortir de la Première Guerre mondiale, et après une première expérience de haut niveau au sein de la jeune Société des Nations, à la stabilisation économique et monétaire des pays d’Europe centrale meurtris par la guerre. Puis il se consacre au développement de la Chine dans les années 1930, avant enfin de se vouer au réarmement français et britannique, puis à la mise en œuvre de l’effort de guerre américain.

2La problématique retenue par ce colloque visait en particulier à éclairer la relation entre l’homme d’affaires, le banquier qu’était Monnet et son action au service de l’intérêt général. A-t-il mis au service de l’intérêt général outre son expertise, ses réseaux privés ou ses relations d’affaires ? Comment Monnet comprenait-il l’articulation entre privé et public, entre affaires et intérêt général, mettait-il au service de l’intérêt général ses réseaux privés d’affaires ? En d’autres termes, comment, banquier, pensait-il l’intérêt général ? On devra quelques années plus tard à ce grand visionnaire, ni plus ni moins que la construction de l’Europe et d’un espace de paix et de coopération entre les peuples européens qui n’a pas eu d’équivalent dans l’Histoire de l’humanité. Mais qu’en était-il de la vision du monde dans les années 1920 et 1930 de celui que le général de Gaulle appellera plus tard « le grand Inspirateur » ?

  • 1  Plusieurs intervenants ont apporté leur éclairage sur ce sujet : le banquier et historien Pierre d (...)

3Autour de cette table d’historiens chevronnés1, les débats passionnés ont mis en lumière des informations inédites sur le parcours de Jean Monnet, des interrogations sur la définition de l’intérêt général et sur l’éthique de la fonction de banquier, questions qui sont encore aujourd’hui d’une criante actualité dans le contexte de la crise économique et financière mondiale.

4Très tôt, alors qu’il n’a pas atteint sa trentième année, Jean Monnet, à l’origine négociant d’eau-de-vie, que rien ne prédestinait à une carrière de financier international ou d’homme d’influence, s’est déjà forgé une solide expertise dans le milieu des affaires internationales. Dès les années vingt, il est à la fois très doué pour les affaires, mais également non dépourvu d’audace et doté d’une grande intuition politique. Ses affaires le conduisent aux quatre coins du monde, de New York à Londres, de San Francisco à Shanghai en passant par toutes les capitales européennes. Il rencontre et fréquente tous les dirigeants et politiciens les plus en vue (en particulier Franklin D. Roosevelt et Tchang Kaï-chek), de l’économie et de la finance et il acquiert à leur contact une incomparable connaissance des affaires du monde.

5Durant ces années, Jean Monnet, selon ses propres termes, « capitalise de l’expérience ». Il cherche également, bien sûr, à se faire un nom et à gagner de l’argent sur la scène financière internationale, mais, sans doute en raison de son expérience pendant la Première Guerre mondiale, puis à la Société des Nations, il se consacre avant tout à la stabilisation des États. Et c’est bien cela, la particularité de Monnet, qui le distingue de ses amis du monde de la finance. C’est ce goût prononcé pour les affaires du monde qui lui fera choisir une autre voie quelques années plus tard, celle de la construction d’un espace de paix et de prospérité en Europe, privilégiant « l’Union entre les peuples » et non « la coalition des États ».

6Certes, à cette époque, comme nous le rappelle Renaud Boulanger dans sa communication, les intérêts privés sont fortement imbriqués dans les intérêts publics. Monnet est effectivement parfaitement à l’aise dans cette « zone grise », entre intérêts nationaux et projets supranationaux, entre démarches officieuses et diplomatie officielle, liée à la reconstruction des économies ravagées par la Première Guerre mondiale, ainsi que par la question des très importantes réparations que les vaincus doivent verser aux vainqueurs. Gérard Bossuat nous présente le Monnet de l’époque comme un « libéral, qui rejette les habitudes prédatrices habituelles des banques d’affaires dans les pays sous contrôle étranger et appelle à la coopération internationale », qui « rejette catégoriquement l’usage de la force pour résoudre les conflits internationaux », voulant toujours faire prévaloir cette notion d’intérêt général, très neuve à cette époque, pour ne pas dire révolutionnaire.

7Est-ce parce que Monnet lui-même, en tant que fils du fondateur d’une des premières coopératives de producteurs de cognac, est plongé dès son plus jeune âge justement dans cette forme de coopération ? Parce qu’il a l’intuition très tôt que les petits ne peuvent exister dans ce monde que s’ils s’unissent face aux grandes puissances ?

8Gérard Bossuat nous l’affirme, « d’autres que lui, dans la même situation en 1939, n’auraient pas basculé des affaires privées aux affaires publiques » en abandonnant au passage de confortables revenus. Pourtant, il privilégie la satisfaction de mener à bien un projet qui dépasse tous les autres : le sauvetage de la démocratie, puis le maintien de la paix en Europe, et qui trouvera sa concrétisation, à peine cinq années après la fin de la Seconde Guerre mondiale, par la réconciliation franco-allemande et la création de la première communauté européenne du charbon et de l’acier.

  • 2  Raymond Aron, « Jean Monnet a-t-il gagné ? », dans L’Express du 31 mars 1979.

9« [...] Pourquoi ce bourgeois du cognac, cet ancien banquier, ce petit Français ni orateur ni écrivain, sans diplômes universitaires et sans décorations, a-t-il finalement exercé une telle influence, difficile à déterminer exactement, mais que personne ne peut nier2 ? »

  • 3  Roger Garnier, Jean Monnet Homme de Paix et Père de l’Europe, Union des Français de l’Étranger, 20 (...)

10Nous n’avons pas l’entière réponse à cette question, mais du moins, grâce aux travaux et nouvelles découvertes présentés ici, qui mettent en lumière certains aspects encore non connus de la période de Monnet en tant que « banquier d’investissement », nous espérons que le lecteur aura une image un peu plus précise de ce personnage complexe. Que le lecteur se sera ainsi forgé la conviction, que même lorsqu’il était un acteur de premier plan dans la grande finance internationale, Monnet a toujours gardé comme fil conducteur à toutes ses entreprises, la recherche de la stabilité du monde meurtri par les guerres, du progrès par la modernisation et par là même, la recherche du progrès social. Car il est « foncièrement ennemi des dictatures3 ».

11Vingt ans plus tard, en 1945, alors que Monnet s’est définitivement tourné vers le service public, et qu’il est chargé par le général de Gaulle de coordonner le plan, qu’il a lui-même imaginé, pour la reconversion et la modernisation de la France d’après-guerre, et que l’on appellera bientôt le « plan Monnet », il ne s’arrête pas à cela. Il travaille sans relâche à mettre sur pied le projet, tant espéré dans l’histoire par nombre d’intellectuels, au premier rang desquels Victor Hugo, mais encore utopique, de création d’un espace de paix et d’unité entre les peuples européens : la première communauté européenne, qui pour Monnet n’est qu’une étape sur le chemin des futurs États-Unis d’Europe.

  • 4  Nous ne saurions trop recommander à cet égard la lecture ou la relecture des ouvrages de référence (...)

12En se penchant sur le parcours de Jean Monnet4, qui a mis ses talents de banquier et d’homme d’affaires au service de l’intérêt général, et en recherchant un parallèle avec la période contemporaine fortement marquée par la crise et par un criant manque d’enthousiasme de la part des milieux d’affaires pour l’Union européenne, est-il encore possible d’espérer de la part du monde de la finance un éclair de vertu comparable à celle qui animait Monnet et qui lui faisait toujours placer l’intérêt (commun) général au-dessus de son propre intérêt de banquier ? Gageons que « l’Inspirateur » pourrait encore de nos jours utilement être un exemple pour les banquiers et autres analystes des fameuses agences de notation.

  • 5  Michel Adam, Jean Monnet, citoyen du monde, La pensée d’un précurseur, Paris, L’Harmattan, 2011.
  • 6  Jean Monnet, Mémoires.

13Quoi qu’il en soit, les contributions rassemblées ici auront, nous l’espérons, apporté un éclairage inédit sur la partie sans aucun doute la moins connue de la vie, si riche et si longue (les « neuf vies de Jean Monnet » selon le découpage récemment proposé par le sociologue Michel Adam5) de cet infatigable homme d’action, qui nous laissé en héritage le plus beau projet d’entre tous, celui de créer les conditions de la paix et de la coopération entre les peuples d’Europe, anciennement ennemis « héréditaires ». Un modèle qui n’a pas d’équivalent ailleurs et dont peuvent s’inspirer aujourd’hui toutes les régions du monde. Car, en fin connaisseur de ses contemporains, Monnet avait bien compris et appliqué ce principe dans tout ce qu’il entreprenait, qu’il s’agisse de projets d’investissements ou de créer les bases de l’Europe de demain : « Quand les hommes se trouvent dans une situation nouvelle, ils s’adaptent et changent. Mais aussi longtemps qu’ils espèrent que les choses peuvent rester en l’état ou faire l’objet de compromis, ils n’écoutent pas volontiers les idées neuves. La résistance des hommes et des choses est à la mesure de l’ampleur du changement qu’on cherche à apporter. Elle est même le signe le plus sûr qu’on est sur la voie de ce changement. [Et] quand vous avez introduit un ferment de nouveauté dans un système statique, nul ne sait où s’arrêtera le mouvement6 ».

  • 7Ibid.

14Une chose est sûre, cette grande aventure européenne que nous devons à Jean Monnet, est toujours en marche, soixante ans après son lancement. Cette Europe en construction a déjà transformé les relations entre les hommes et les pays. Ces changements, que nous avons tant de mal à accepter, sont désormais en place de manière irréversible : un marché unique, une monnaie commune, une Union sans cesse plus étroite de 28 États européens et 505 millions de citoyens, qui continue à attirer des candidats à l’adhésion. À côté des anciennes consciences nationales, est apparue une idée nouvelle et totalement inédite, celle d’une conscience européenne doublée d’une solidarité (« de fait », comme l’avait imaginée Monnet) entre tous les Européens. Nous nous devons de continuer cette construction pas à pas, sans changer de cap, quels que soient les difficultés et les obstacles qui se dressent sur notre route, car, et c’est la force du projet et de la « méthode Monnet », ce qui est en marche n’est « qu’une étape vers les formes d’organisation du monde de demain7 » et il n’y a pas de retour en arrière possible.

Notes

1  Plusieurs intervenants ont apporté leur éclairage sur ce sujet : le banquier et historien Pierre de Longuemar, les professeurs Éric Bussière (Paris IV), Lubor Jilek (UNIGE), Philippe Mioche (université de Marseille-Aix-en-Provence), Renaud Boulanger, Yuichiro Miyashita et Élisabeth du Réau (Paris-3).

2  Raymond Aron, « Jean Monnet a-t-il gagné ? », dans L’Express du 31 mars 1979.

3  Roger Garnier, Jean Monnet Homme de Paix et Père de l’Europe, Union des Français de l’Étranger, 2002.

4  Nous ne saurions trop recommander à cet égard la lecture ou la relecture des ouvrages de référence suivants et cités à plusieurs occasions dans les pages précédentes : les Mémoires de Jean Monnet, disponibles aux éditions du Livre de Poche, et la magistrale biographie que l’on doit à Éric Roussel (Jean Monnet, Paris, Fayard).

5  Michel Adam, Jean Monnet, citoyen du monde, La pensée d’un précurseur, Paris, L’Harmattan, 2011.

6  Jean Monnet, Mémoires.

7Ibid.

Auteur

Directeur de l’Association et de la Maison Jean Monnet à Paris depuis 2010, Philippe Le Guen a plus de vingt ans de carrière dans les affaires européennes. Il a, notamment, coordonné et animé en France plusieurs programmes européens de mobilité européenne, d’aide à l’insertion et à l’emploi, ainsi que des initiatives de soutien aux entreprises et au développement de l’innovation dans le cadre des fonds structurels européens. Chargé de cours dans plusieurs universités et grandes écoles françaises sur les questions européennes, il intervient régulièrement dans des cycles de formations, conférences ou séminaires en France et en Europe. Il collabore également au think-tank Europe & Entreprises.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search