Version classiqueVersion mobile

Jean Monnet, banquier, 1914-1945

 | 
Gérard Bossuat

Le rôle de la Banque de Paris et des Pays-Bas et du monde des affaires entre les deux guerres et à la veille de la Seconde Guerre Mondiale

Pierre de Longuemar

Texte intégral

1La Banque de Paris et des Pays-Bas a toujours été à la pointe des affaires internationales depuis la création de la Banque de Crédit et de Dépôt des Pays-Bas en 1863, puis de la Banque de Paris et des Pays-Bas proprement dite en 1872, et même depuis le début du XIXe siècle si l’on prend en compte les initiatives des Bischoffsheim, Goldschmidt, Bamberger ou Goüin, pour ne citer que les principales de ces grandes familles fondatrices de la banque et représentantes de la haute finance européenne. On peut dire de même du Comptoir national d’escompte de Paris (CNEP), l’une des composantes principales de la BNP.

2Il était donc légitime que Gérard Bossuat, promoteur de cette rencontre avec l’Association Jean Monnet, s’interroge à la fois sur le rôle que Paribas – et, d’une manière plus générale, la communauté bancaire française –, a pu jouer dans la période de l’entre-deux-guerres, au contact ou non de Jean Monnet, aussi bien dans le monde des affaires que dans la réorganisation de l’Europe au lendemain des traités de Versailles et du Trianon, notamment après la dislocation de l’Empire austro-hongrois, et pendant la montée des nationalismes en Allemagne, en Italie et en Espagne.

3On peut, en effet, se demander légitimement quelles sortes de liens ou de contacts ont pu être noués pendant cette période entre Monnet ou son entourage, et les acteurs financiers ou bancaires de l’époque. Autrement dit, entre le monde de la politique et celui de la finance.

  • 1  Exception faite d’un télégramme de condoléances de Jean Monnet à Émile Moreau, daté du 10 septembr (...)
  • 2  Émile Moreau (1868-1950) a été gouverneur de la Banque de France (1926-1928) et président de la Ba (...)
  • 3  Emmanuel Mönick (1893-1983) a été attaché financier à Washington (1930-1934), à Londres (1934-1940 (...)
  • 4  Charles Rist (1874-1955), économiste de renom, ancien sous-gouverneur de la Banque de France, a ét (...)
  • 5  Jean Monnet, Mémoires, Paris, Fayard, 1976, 826 p.
  • 6  Éric Roussel, Jean Monnet, Paris, Fayard, 1998, 1 002 p.

4Quelques premières recherches effectuées dans les fonds de l’Association pour l’Histoire de BNP Paribas, sans mettre au jour quelque correspondance que ce soit entre Monnet et les dirigeants de la banque1, permettent cependant de découvrir les échanges fréquents qui ont existé entre trois personnages-clés de cette époque et de l’immédiat après-guerre : Émile Moreau2, Emmanuel Mönick3 et Charles Rist4. Tous trois ont entretenu, en raison de leur position à la Banque de France ou dans les rouages de l’État, des relations étroites avec Monnet, ce dont témoignent les Mémoires5 de ce dernier ou sa biographie par Éric Roussel6. Or nous savons que la Banque de Paris des Pays-Bas a été présidée successivement par Moreau et Mönick, tandis que Rist est devenu un conseiller éclairé de la banque dont il a été administrateur pendant de longues années.

  • 7  Éric Bussière, Horace Finaly, banquier. 1871-1945, Paris, Fayard, 1996, 461 p.

5On sait, par ailleurs, qu’Horace Finaly, – personnage haut en couleurs et influent, auquel Éric Bussière a consacré une biographie éloquente7 –, directeur général de la Banque de Paris et des Pays-Bas de 1919 à 1937, joue un rôle éminent pendant la vingtaine d’années de l’entre-deux-guerres, au moment où Jean Monnet apparaît sur la scène politique et financière et, pourrait-on dire, monte en puissance. Or Horace Finaly peut à sa manière, avec un profil très différent, être mis en parallèle avec Jean Monnet. Né à Budapest, familier des Rothschild dont son père Hugo Finaly avait été le missi dominici, mais aussi de Proust et, finalement, de Léon Blum qui prononça son éloge funèbre au Père-Lachaise en 1945, il fut une éminence grise, un peu comme Monnet, et joua un rôle important dans les coulisses de l’histoire. Tout permet de penser que les chemins de Finaly et de Monnet se sont croisés, ne serait-ce que sur les affaires d’Europe centrale où tous deux œuvrèrent, comme on le sait. Les opérations polonaises et roumaines de stabilisation monétaire menées par Monnet – dont nous ont entretenu Éric Roussel et Éric Bussière dans leurs ouvrages – sont à rapprocher du rôle important joué par Finaly et Paribas, à la demande des gouvernements de l’époque, dans la réorganisation des « États successeurs » de l’Empire austro-hongrois. C’est l’époque de la création de la Banque des Pays d’Europe centrale qui prend la suite de la Länderbank de Vienne, et qui restera une filiale de Paribas jusqu’à la période de l’Occupation.

  • 8  Louis Loucheur occupa de nombreux ministères de 1917 à 1931 ; il fait partie de ces personnages do (...)
  • 9  É. Roussel, Jean Monnet, op. cit., p. 70 et Jean Monnet, Mémoires, op. cit., p. 81. Étienne Clémen (...)
  • 10  V. Pradier, « Louis Loucheur : organiser l’Europe... », op. cit., p. 73.
  • 11Ibid., p. 184.
  • 12Ibid., p. 206.
  • 13  Benoît Yvert (dir.), Dictionnaire des Ministres (1789-1989), Paris, Perrin, 1990, 1 028 p.

6De même, Louis Loucheur8, homme politique très lié au monde des affaires, sera amené de par ses fonctions à intervenir auprès de la SDN et à côtoyer Jean Monnet – dont il n’apprécie guère d’ailleurs les interventions auprès d’Étienne Clémentel9. Louis Loucheur était également proche de Finaly et leurs liens se resserrent dans les années vingt, notamment lorsque la Banque Industrielle de Chine (BIC) connaît des difficultés en 192110 ; or nous savons que Loucheur et Finaly ont eu l’occasion de débattre ensemble de divers sujets comme, par exemple, la stabilisation du franc11. Rejoignant les préoccupations de Monnet, la Banque de Paris et des Pays-Bas prépare, à la demande de Loucheur, un « plan d’amélioration des conditions économiques de l’Europe12 ». Loucheur, qui participe aux « réunions internationales sur les réparations de guerre, signe en septembre 1921 avec le ministre allemand de la Reconstruction, les accords de Wiesbaden qui prévoient le règlement des compensations en nature et mettent sur pied les prémices d’une coopération économique franco-allemande13 ». La collaboration des milieux financiers et politiques est donc indéniable à travers les personnages de Finaly et de Loucheur, comme Monnet en est lui-même la meilleure illustration.

  • 14  Maurice Boyer (1889-1957) a été administrateur de la Banque nationale française du commerce extéri (...)
  • 15  Jean Reyre (1899-1989) a été directeur de la Banque de Paris et des Pays-Bas de 1945 à 1948, direc (...)
  • 16  Éric Bussière, Paribas, l’Europe et le monde, 1872-1992, Anvers, Fonds Mercator, 1995, 320 p.

7D’autre part, la correspondance de Horace Finaly avec Maurice Boyer14, une autre éminence grise de Paribas dont nous allons reparler, nous montre combien le directeur général de la banque s’est intéressé aux affaires européennes, au début des années vingt, lors du démarrage de la Société des Nations. Il faudrait aussi sonder les archives et tenter d’y retrouver la trace d’une relation entre Jean Monnet et Jean Reyre15. En effet, dans les années d’après 1945, ce dernier est devenu, comme Finaly l’avait été, directeur général de la banque avant de la présider, et s’est beaucoup impliqué dans les questions européennes. C’est d’ailleurs le sens du titre de l’ouvrage d’Éric Bussière, Paribas, l’Europe et le monde16, qui a été conçu dans une perspective européenne.

8On y voit ainsi l’implication de Jean Reyre dans la création en 1948 d’un Comité bancaire européen auquel Jean Monnet s’intéresse dans un premier temps, nous dit Éric Bussière. Mais, selon ce dernier, en définitive, Monnet « exprima la crainte que l’économie européenne ne soit reprise en main par les intérêts privés et que ne se reconstituent ainsi les cartels de producteurs d’avant-guerre ». Le projet fut finalement abandonné par le gouvernement français. On voit bien ici combien, à ce moment-là, dans la pensée de Jean Monnet, prime l’intérêt général.

9Une autre question est venue se greffer sur le sujet de cette table ronde : quel rôle ont pu jouer les banques « au service de l’intérêt général » ? Ont-elles agi à l’image d’un Jean Monnet, banquier et homme d’affaires dont on a vu le rôle en Pologne et en Roumanie, et dont on connaît les liens avec la banque américaine Blair & Co. ou le groupe Solvay – comme nous l’a rappelé Philippe Mioche – ou enfin, dans sa mission en Chine dans les années 1930, et finalement son implication essentiellement politique à partir du début de la Seconde Guerre mondiale ?

  • 17  Félix Torrès, Banquiers d’avenir. Des comptoirs d’escompte à la naissance de BNP Paribas, Paris, A (...)

10C’est ainsi que nous avons retrouvé des informations intéressantes dans les procès-verbaux des conseils d’administration (détenus dans les coffres de la rue d’Antin), sur le financement du réarmement de la France vers la fin des années trente, à la veille de la guerre. On y trouve la trace des financements accordés par Paribas et le Comptoir national d’escompte de Paris (CNEP, l’une des deux composantes de la BNP et, donc, de l’actuelle BNP Paribas17). Mention est faite aussi d’opérations similaires de la Société générale ou du Crédit lyonnais. Une recherche plus approfondie dans les archives bancaires ou celles du ministère des Finances permettrait sans doute d’en savoir davantage.

11On y découvre deux types d’opérations, selon qu’il s’agisse :

  • d’opérations bancaires classiques, c’est-à-dire de crédits accordés à cette époque aux grands fabricants de matériel de guerre français, clients traditionnels de la banque : les Renault, Delaunay-Belleville (dont un des dirigeants était, de 1916 à 1938, au conseil de la « Banque de Paris » – comme on disait à l’époque), Citroën, Simca, Schneider, Panhard, Latil, Unic, ou à l’appui des commandes des ministères de l’Air ou de la Marine aux constructeurs aéronautiques, comme Bréguet (par exemple, 36 appareils pour l’artillerie navale, ainsi que 26 projecteurs de DCA, financés en septembre 1937) ou Lioré et Olivier ;

  • d’emprunts de défense nationale, placés dans le marché (une notion qui a été évoquée au cours de cette table ronde pour dire que les banques, certes soucieuses de l’intérêt général, restaient guidées dans leurs choix par la nécessité de respecter les lois du marché), comme l’emprunt de cinq milliards de francs (à peu près 2,5 milliards d’euros actuels) de la Caisse autonome de la Défense nationale en mai 1938, dont la Banque de Paris et le CNEP prennent chacun 10 %. S’agit-il d’une décision prise dans l’intérêt général, comme se le demande Gérard Bossuat, ou, tout simplement, selon nous, d’une participation qui va de soi, vu la situation mondiale de l’époque. Et les Français, bons patriotes, souscrivent à cet emprunt sans réserve.

  • 18  Fonds de l’Association pour l’Histoire de BNP Paribas, dossiers Boyer.
  • 19  J. Monnet, Mémoires, op. cit.

12Notre recherche nous a aussi mis sur le chemin d’un personnage méconnu, dont le parcours mériterait d’être exploré plus avant : Maurice Boyer18. Contemporain de Monnet à une année près (il est né en 1889 et Monnet en 1888), il le retrouve à la SDN à Londres où il a été détaché par Finaly dès 1920. Notons que Monnet arrive lui aussi à la SDN en 1920 et, comme mentionné dans ses Mémoires, il s’installe à Sunderland House, 16 Curzon Street, auprès de Sir Eric Drummond, secrétaire général de la SDN à l’époque : ils vont y œuvrer ensemble « loin des agitations diplomatiques de Paris19 ». Cela semble bien confirmer que Boyer, qui correspond avec Drummond (lettre de Maurice Boyer du 21 juin 1920 par exemple), a été associé aux premiers pas de la SDN, basée à Londres avant de s’installer à Genève. Et on le retrouve finalement en 1939 à Washington et New York à la mission française d’achats de matériel militaire américain (French Purchasing Commission).

  • 20  Henry Jahan (1886-1981) a été secrétaire général de la Banque de Paris et des Pays-Bas de 1922 à 1 (...)

13Une correspondance de l’époque évoque la pression du « big business américain », mené par Lazard qui cherche, sans succès, à se faire attribuer (comme cela avait été le cas de la Maison Morgan pendant la Grande Guerre) le rôle de purchasing agent (lettre de Maurice Boyer à Henry Jahan20, directeur général de Paribas, New York, 6 octobre 1939). Mais, selon Boyer, Lazard n’avait aucune chance, « vu sa place très secondaire (sic) ». La question de l’intérêt général, au centre de notre débat d’aujourd’hui, semble ici, en passant, s’effacer devant des préoccupations d’ordre plus commercial.

14Demeuré à New York pendant la guerre pour y défendre les intérêts de Paribas sous Vichy, pendant l’Occupation et après la guerre, Maurice Boyer a eu une carrière qui mériterait donc d’être auscultée, ne serait-ce que pour la mieux situer par rapport à la trajectoire de Jean Monnet à cette époque, de la SDN à l’ambassade de France à Washington (où il est aussi mobilisé comme attaché militaire adjoint) et à New York.

15En conclusion, il s’agit là d’une première esquisse de ce que recèlent les dossiers de l’Association pour l’histoire de BNP Paribas et les archives de la banque. Clairement, le sujet mériterait d’être exploré davantage et pourrait faire l’objet d’un travail plus approfondi dans les archives de BNP Paribas, sous les auspices d’Éric Bussière, qui connaît bien ce sujet, cette période et les personnalités concernées.

Notes

1  Exception faite d’un télégramme de condoléances de Jean Monnet à Émile Moreau, daté du 10 septembre 1937.

2  Émile Moreau (1868-1950) a été gouverneur de la Banque de France (1926-1928) et président de la Banque de Paris et des Pays-Bas (1931-1940). Cf. Émile Moreau, Souvenirs d’un gouverneur de la Banque de France. Histoire de la stabilisation du franc (1926-1928), Paris, Génin, 1954, 624 p.

3  Emmanuel Mönick (1893-1983) a été attaché financier à Washington (1930-1934), à Londres (1934-1940) secrétaire général du Protectorat marocain (1940-1941), président de la Banque de Paris et des Pays-Bas de 1950 à 1961. Cf. Emmanuel Mönick, Pour mémoire, Paris, s. ed., 1970, 267 p.

4  Charles Rist (1874-1955), économiste de renom, ancien sous-gouverneur de la Banque de France, a été administrateur de la Banque de Paris et des Pays-Bas de 1933 à 1955. Cf. Charles Rist, Une Saison gâtée. Journal de la guerre et de l’Occupation, 1939-1945, Paris, Fayard, 1983, 469 p.

5  Jean Monnet, Mémoires, Paris, Fayard, 1976, 826 p.

6  Éric Roussel, Jean Monnet, Paris, Fayard, 1998, 1 002 p.

7  Éric Bussière, Horace Finaly, banquier. 1871-1945, Paris, Fayard, 1996, 461 p.

8  Louis Loucheur occupa de nombreux ministères de 1917 à 1931 ; il fait partie de ces personnages dont les avis et l’action ont influencé la vie politique et économique des années vingt. Véronique Pradier, « Louis Loucheur : organiser l’Europe par l’économie ou le projet d’un homme d’affaires en politique », mémoire de maîtrise d’histoire sous la direction du professeur François Caron, Paris-IV Sorbonne, 1990-1991.

9  É. Roussel, Jean Monnet, op. cit., p. 70 et Jean Monnet, Mémoires, op. cit., p. 81. Étienne Clémentel (1864-1936) a été plusieurs fois ministre sous la IIIe République. Considéré comme l’un des pères de la technocratie et de l’intervention de l’État dans l’économie en France, il a regroupé sous son autorité, de 1915 à 1919, la plupart des ministères traitant des questions économiques.

10  V. Pradier, « Louis Loucheur : organiser l’Europe... », op. cit., p. 73.

11Ibid., p. 184.

12Ibid., p. 206.

13  Benoît Yvert (dir.), Dictionnaire des Ministres (1789-1989), Paris, Perrin, 1990, 1 028 p.

14  Maurice Boyer (1889-1957) a été administrateur de la Banque nationale française du commerce extérieur, et directeur adjoint de la Banque de Paris et des Pays-Bas. Il a représenté les intérêts de Paribas à New York pendant l’Occupation.

15  Jean Reyre (1899-1989) a été directeur de la Banque de Paris et des Pays-Bas de 1945 à 1948, directeur général de 1948 à 1966, puis président de 1967 à 1969.

16  Éric Bussière, Paribas, l’Europe et le monde, 1872-1992, Anvers, Fonds Mercator, 1995, 320 p.

17  Félix Torrès, Banquiers d’avenir. Des comptoirs d’escompte à la naissance de BNP Paribas, Paris, Albin Michel, 2000, 176 p.

18  Fonds de l’Association pour l’Histoire de BNP Paribas, dossiers Boyer.

19  J. Monnet, Mémoires, op. cit.

20  Henry Jahan (1886-1981) a été secrétaire général de la Banque de Paris et des Pays-Bas de 1922 à 1937, directeur de 1929 à 1937, puis directeur général de 1937 à 1944.

Auteur

Pierre de Longuemar, actuellement président de l’Association pour l’Histoire de BNP Paribas, a effectué l’essentiel de sa carrière dans le domaine international à la Banque de Paris et des Pays-Bas. Il a également été détaché trois ans à la Société financière internationale du groupe de la Banque mondiale à Washington (1966-1969). Il a publié « Le commerce extérieur et les financements internationaux », in Les exportations françaises et leur financement, sous la direction de Gaston Défossé, Paris, PUF, 1982. Il a également collaboré à l’ouvrage d’Éric Bussière (Paribas, l’Europe et le Monde, 1872-1992, Anvers, Fonds Mercator, 1992) et a traduit l’ouvrage de Robert O. Paxton, L’Armée de Vichy, le corps des officiers français 1940-1944, Paris, Tallandier, 2004 (et Points Histoire Seuil, 2005). Il a, enfin, publié différents articles concernant les archives bancaires et l’histoire des entreprises (notamment in Entreprises et Histoire et Financial History Review).

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search