Version classiqueVersion mobile

Jean Monnet, banquier, 1914-1945

 | 
Gérard Bossuat

Jean Monnet et la haute finance internationale (1904-1940)

Gérard Bossuat

Texte intégral

  • 1  Gérard Bossuat, Andreas Wilkens (dir.), Jean Monnet, l’Europe et les chemins de la paix, Publicati (...)
  • 2  Les papiers de Mioche, Boulanger et Miyashita sont des travaux d’historiens fondés sur l’utilisati (...)

1Le texte suivant souhaite mettre en avant l’apport de trois chercheurs à la connaissance de Monnet banquier et homme d’affaires entre 1919 et 1945. Les communications du professeur Philippe Mioche (Aix-Marseille), de Renaud Boulanger (doctorant en histoire) et de Yuichiro Miyashita (docteur en histoire) ont été discutées lors d’une table ronde tenue à la maison Jean Monnet d’Houjarray (Yvelines) en décembre 2010. Elles sont publiées dans ce volume. Leurs recherches apportent de nouveaux faits, permettent de nouvelles interprétations sur Monnet, banquier et investisseur international sur le temps long de sa vie. Cette réflexion vise à rassembler, sans encore être une véritable synthèse, les matériaux concernant Monnet banquier et investisseur en ajoutant aux trois communications citées les acquis des biographies bien connues de Monnet écrites par François Duchêne et Éric Roussel, celles du colloque Jean Monnet, l’Europe et les chemins de la Paix, de 19991, et les recherches remarquablement documentées de Hungdah Su, chercheur taïwanais, ainsi que la biographie-chronologie fort utile de Clifford Hackett et la présentation très synthétique de Monnet par Sherrill Brown Wells2.

Commerce du cognac et vie publique

2Monnet, lycéen peu motivé, est envoyé à Londres en 1904 par sa famille pour y faire « un stage » de deux ans auprès de la firme de commerce international W. H. Chaplin & Co., wine and spirit, agent de la firme de cognac Jean-Gabriel Monnet. Son apprentissage professionnel et linguistique est une étape essentielle de sa vie et un acquis d’expérience unique sur lesquels il s’appuie durant sa vie adulte. Il part ensuite au Canada en 1906 afin d’implanter la firme JGM. L’agent à Winnipeg de la Hudson Bay Company (HBC) est intéressé. En 1911, la HBC obtient le monopole de la distribution du cognac Monnet au Canada pour cinq ans. Il fait aussi connaissance de Robert Kindersley, un courtier, qui deviendra gouverneur de la HBC et directeur à la Banque d’Angleterre. Il voyage aussi en Scandinavie, Égypte, Russie. Quand la guerre éclate, Monnet revient à Cognac.

  • 3  Clifford P. Hackett, A Jean Monnet chronology, origins of the European Union in the life of a Foun (...)

3Commence alors une période clef de sa vie publique, le ravitaillement de guerre de la France et de la Grande-Bretagne. Jean Monnet fait valoir auprès du président du Conseil, René Viviani, l’intérêt pour la France de son réseau financier canadien avec HBC pour le ravitaillement. HBC devient le premier fournisseur de guerre de la France. HBC ainsi que le banquier J. P. Morgan lui consentent un prêt et HBC met à disposition de la France sa flotte de commerce3.

  • 4  Cl. P. Hackett, A Jean Monnet chronology..., op. cit., p. 28.
  • 5  Lubor Jilek, « Les règlements d’Autriche et de Haute-Silésie », in G. Bossuat, A. Wilkens, Jean Mo (...)
  • 6  Cl. P. Hackett, A Jean Monnet chronology..., op. cit., p. 39-40 qui cite les Mémoires de Monnet.

4Bientôt, la guerre s’installant durablement, la banque Morgan presse les Français et les Britanniques de procéder à des commandes communes comme Monnet le demande. Monnet reste aussi un agent d’HBC, puisqu’il finalise les contrats que la firme obtient du gouvernement français, en accord avec l’agent payeur de HBC, la banque Lazard Frères de Londres. Il gère aussi quelques affaires de la maison JGM, puisqu’en octobre 1915 le Saskatchewan commande trois cargaisons de cognac Monnet4. Mais il s’intéresse d’abord au problème global du tonnage pour le ravitaillement. Un premier bureau exécutif (executive) pour les céréales est constitué en novembre 1916. C’est une centrale d’achat et de transport en commun des céréales pour les alliés. Monnet, dans les fonctions publiques auxquelles il a accédé grâce à ses relations d’affaires avec la HBC, développe un premier réseau. Il a accès à Étienne Clémentel, le ministre du Commerce, Arthur Salter, chargé du ravitaillement du côté anglais et John Beale, président du Wheat executive. L’entrée en guerre des États-Unis en avril 1917 fait entrer dans les executives des personnalités américaines du monde des affaires de New York : Dwight Morrow, un juriste associé de la banque Morgan, Gordon Auchincloss, un lawyer de New York, T.W. Lamont, directeur chez Morgan et, après la guerre, Benjamin Strong, le premier président de la Federal Reserve Bank de New York. En 1917, les sous-marins allemands perturbent gravement le ravitaillement des alliés. Monnet suggère au gouvernement anglais, à la demande de Clémentel, de former une administration spécifique de gestion du tonnage allié. Le Comité du transport maritime allié est créé en novembre 1917. Jean Monnet devient le représentant de la France dans tous les comités exécutifs alliés. Cette position de Monnet, un civil, provoque de vives réactions. Louis Loucheur, ministre de l’Armement, « traduit » Monnet devant Georges Clemenceau, qui, après une semaine d’incertitude, le confirme dans ses fonctions au lieu de l’envoyer au front. Monnet est l’homme de Clémentel, un politicien aux idées nouvelles pour l’organisation de la paix en Europe. Monnet a 31 ans, il a la confiance de HBC qui le gratifie de 40 000 livres pour services rendus5. Le démantèlement rapide des comités exécutifs de guerre, en 1919, fait dire à Monnet, déçu, que la nature retourne à son cours6.

Finance internationale et gouvernements dans une Europe en difficulté

5Monnet devient secrétaire général adjoint de la SDN, le 10 juin 1919. On ne sait pas qui a proposé son nom pour la SDN.

La firme familiale

  • 7Ibid., p. 48.
  • 8Ibid., p. 47, 28 juillet 1920.
  • 9Ibid., p. 51, 29 mars 1922, et François Duchêne, Jean Monnet, The First Statesman of Interdependen (...)
  • 10  Fr. Duchêne, Jean Monnet, The First Statesman..., op. cit., p. 42.
  • 11  É. Roussel, Jean Monnet, op. cit., p. 101.

6Si les affaires privées ne semblent pas mobiliser beaucoup son attention, Monnet reste toutefois à l’écoute. Ainsi est-il chargé par JGM d’intéresser E. R. Stettinius, senior officer de J. P. Morgan à Paris, à l’achat de Mumm, une firme allemande de champagne séquestrée, au profit de JGM7. Stettinius est très méfiant et la FED déconseille l’affaire à J. P. Morgan. En effet, la firme est vendue aux employés de Mumm8. Malgré un contrat d’exclusivité pour la vente du cognac Monnet en Suède, la firme JGM est en difficulté. La prohibition gêne l’extension de JGM aux États-Unis. Les 40 000 livres, offertes à Monnet en remerciement de ses services de guerre, sont prêtées à JGM par HBC à des conditions telles que le capital et les intérêts pourraient ne pas être remboursés9. Le prêt le sera en 1930, capital et intérêts, mais à sa valeur nominale en francs dévalués de 60 %, avec l’accord d’HBC. Durant sa période à la SDN, Monnet est occupé par les grands dossiers liés à sa fonction, la Silésie (mai 1922) et le redressement monétaire de l’Autriche par une intervention internationale
massive (plan de septembre 1922)10. Il n’apparaît pas que Monnet ait impliqué des intérêts bancaires privés, d’autant moins qu’il obtient que le prêt de 130 millions de dollars à l’Autriche soit supervisé par un commissaire de la SDN11.

  • 12  Fr. Duchêne, Jean Monnet, The First Statesman…, op. cit., p. 44.

7Mais la mauvaise santé de la firme JGM justifie le départ de Monnet de la SDN et son retour à Cognac en 1923. Il impose une nouvelle gestion du stock de vieux cognac de la firme. Le prêt de la HBC et le marché suédois permettent un redressement provisoire de JGM. Le déficit initial se transforme en profit en 1925-192612.

Elisha Walker et Monnet de Blair and Co. en Europe

  • 13  É. Bussière, in G. Bossuat, A. Wilkens (dir.), Jean Monnet, l’Europe…op. cit., p. 63.
  • 14  Sur Strong, voir : « Benjamin Strong, the Federal Reserve, and the Limits to Interwar American Nat (...)

8Monnet ne reste pas à Cognac ; il entre en relation avec une banque
d’investissement, Blair and Co., présidée par un banquier de New York,
Elisha Walker, en 192613. La banque traite d’affaires de très haut niveau qui touchent à la stabilisation des monnaies des nouveaux États. Une branche française est ouverte dont Monnet est le vice-président. Blair and Co. développe ses amitiés d’affaires avec Lazard de Londres, par l’intermédiaire de Kindersley, de Robert Brand et de son fils Thomas, ou encore de Pierre David-Weill. Monnet rencontre aussi John McCloy, « le Monnet américain », écrit Roussel, mais aussi John Foster Dulles, Donald Swatland, avocat de grande qualité, tous des lawyers qui forment un pont, par métier, entre le gouvernement et les banques d’affaire privées. Il rencontre aussi le journaliste Walter Lippman. Il fréquente la famille de Dwight Morrow, dont la fille Ann épouse Charles Lindbergh, et Benjamin Strong de la Federal Reserve de New York14. Monnet fait entrer René Pleven dans la Blair and Co. à Paris. L’appartenance à Blair and Co. traduit et renforce l’entregent de Monnet dans la société des hommes d’affaires, des banques d’investissement et des journalistes français. D’où vient ce goût chez Monnet pour le métier d’investment banker ? Il gagne certainement plus
d’argent qu’en restant dans la firme familiale ; il peut mettre à profit son expérience acquise à la SDN et dans les comités interalliés de la guerre. Mais il ne donne pas réellement ses raisons.

Les stabilisations monétaires française, polonaise et roumaine

  • 15  Renaud Boulanger, « Histoire d’une “zone grise”, Jean Monnet et Pierre Quesnay (1920-1930) », dans (...)
  • 16  É. Roussel, Jean Monnet, op. cit., p. 116.
  • 17  É. Bussière, art. cité, p. 64.

9Monnet est consulté sur la stabilisation du franc français, malmené depuis la fin de la guerre. Introduit par Rist, il est le messager officieux de Strong et des milieux bancaires américains auprès de son homologue de la Banque de France, Émile Moreau. Mais il a des idées nouvelles. Il est favorable à une intervention de la Banque de France pour stabiliser le franc et partage avec Quesnay, secrétaire du comité des experts de la Banque, l’idée d’un soutien anglo-saxon à la stabilisation. « Dans la genèse de ce qui allait devenir le franc Poincaré, la relation entre les deux hommes apparaît comme un élément important, dans une sorte de mixité entre intérêts privés et l’intérêt public, qui pourrait correspondre à un des aspects du transnational », écrit R. Boulanger15. Quelle est la valeur ajoutée de Monnet ? L’atlantisation des solutions sans doute contre le conservatisme de la Banque de France. Les banques américaines auraient pu aider la France à honorer les accords de Washington sur les dettes de guerre auprès des États-Unis (avril 1926). L’axe franco-américain aurait pu rééquilibrer l’influence pesante de Montagu Norman, gouverneur de la Banque d’Angleterre, et celle de Hjalmar Schacht, gouverneur de la Banque d’Allemagne16. Elisha Walker et Monnet veulent constituer un consortium de banques américaines pour soutenir la stabilisation du franc17. Mais Poincaré fait échouer cette solution.

  • 18  Royaume des Serbes, des Croates et des Slovènes jusqu’en 1929, ensuite Royaume de Yougoslavie.
  • 19  É. Bussière, art. cité, p. 64.
  • 20  É. Roussel, Jean Monnet, op. cit., p. 122.
  • 21  Fr. Duchêne, Jean Monnet, The First Statesman…, op. cit., p. 47.
  • 22Ibid., p. 45, Hackett annonce 62 millions, 13 octobre 1927, A Jean Monnet chronology..., op. cit.,(...)
  • 23  Cl. P. Hackett, A Jean Monnet chronology..., op. cit., p. 58.
  • 24  Ibid., p. 60 au 27 janvier 1927.

10La banque Blair and Co. s’intéresse alors à d’autres pays pour y faire des affaires au plus haut niveau. Deux interventions principales semblent se dessiner : deux prêts de stabilisation sont envisagés au profit de la Pologne et de la Roumanie, auxquels il faut ajouter la Bulgarie et le Royaume de Yougoslavie18. Les plans de stabilisation sont préparés par des banques américaines et Blair and Co. avec le Banker’s Trust, Chase National et Kuhn Loeb. Benjamin Strong, directeur de la Federal Reserve de New York est tenu au courant. Walker et Monnet se présentent comme des outsiders bancaires américains permettant à la Pologne d’échapper aux pressions de Montagu Norman (Banque d’Angleterre) mais aussi du Comité financier de la SDN. La diplomatie française soutient la Pologne pour renforcer les alliances françaises en Europe centrale19. Monnet doit constater, cependant, le double jeu des Polonais et il met de dures conditions au prêt, entre autres le contrôle sur place de la réalité de l’assainissement. Strong invite aussi les deux gouverneurs, Moreau et Norman, à suivre la Federal Reserve Bank à l’initiative de Monnet. Or la Banque d’Angleterre veut bien aider la Pologne si elle fait des concessions politiques à l’Allemagne20. Le 3 avril 1927, une rencontre à Calais entre Strong, Moreau, Norman et Schacht aboutit à l’acceptation du plan américano-français. Monnet organise le travail avec l’aide de Dulles, son conseiller juridique de Sullivan and Cromwell, le plus gros cabinet d’affaires des États-Unis21. Reçu en août par le maréchal Pilsudski, Monnet cède sur le taux de l’emprunt, 7 % au lieu de 7,50 %. Mais la Pologne est sous la surveillance d’un Américain, Charles Dewey, résident à demeure à Varsovie. Le prêt se monte à 72 millions de dollars, dont 47 millions viennent du marché américain. L’accord est signé le 13 octobre 192722. En septembre 1926, Monnet a provoqué une rencontre entre Ivanoff, gouverneur de la banque nationale de Bulgarie, et Strong, pour une discussion sur un prêt23. Le prêt échoue à cause de la crise de 1929. En février 1927, Monnet facilite un accord entre Blair et le gouverneur de la banque de Serbie, Novakowitch, pour un prêt destiné à stabiliser le dinar24.

  • 25  Cité par Cl. P. Hackett, janvier 1927, op. cit., p. 60.

11À la suite du prêt polonais, Monnet acquiert une réputation de compétence indiscutable. Il est, selon les Polonais, « a superb banker, but also a great politician, expert in European situation25 ». Elisha Walker, patron de Blair and Co., reconnaît ses mérites. Ces témoignages donnent de Monnet une double personnalité : c’est un excellent homme d’affaires qui a l’intuition politique de la stabilisation de l’Europe.

  • 26  É. Bussière, art. cité, p. 67.
  • 27  É. Roussel, Jean Monnet, op. cit., p. 123.
  • 28  Fr. Duchêne, Jean Monnet, The First Statesman…, op. cit., p. 50.
  • 29  Cl. P. Hackett, art. cité, p. 67, 1er février 1929.

12Blair and Co. engage une autre opération de stabilisation en Roumanie fin 1927. Avant tout prêt, le gouvernement français veut régler la question des dettes roumaines à la France. Mais il faut absolument la présence de banques américaines pour absorber la majeure partie des titres de l’emprunt roumain. Le négociateur roumain, le général Antonescu, rencontre toutes les parties intéressées, à Paris, fin 1927, y compris Jean Monnet et Pierre Denis, lesquels défendent aussi les intérêts généraux de la France26. À Bucarest, Monnet présente à Bratianu, Premier ministre, le plan d’assainissement préparé par une équipe quadripartite. L’organisation de l’émission, sauf sur le marché français, est confiée à Blair. Le plan prévoit une réforme de la Banque centrale, l’apurement des comptes grâce à l’emprunt, la modernisation des chemins de fer27. Paribas devient le chef de file de l’emprunt roumain en France. Mais la place de Paris n’offre que 250 millions de francs, chiffre faible par rapport aux 25 millions de dollars attendus (soit 750 millions de francs). Un accord se fait sur 500 millions de francs. Kindersley facilite le prêt roumain à Londres. Cette négociation, comme le prêt polonais, est un bon exemple de la complexité de l’opération financière, mais aussi de l’imbrication des intérêts privés et de ceux des États, tout en faisant apparaître l’atlantisation du marché bancaire et la facilité avec laquelle les banquiers traversent les océans. En fait, les lieux de négociation du prêt sont New York, Londres et Paris. Mais à l’automne 1928, Elisha Walker fait savoir à Monnet la difficulté d’émettre l’emprunt roumain sur New York. Blair and Co. accepte cependant de financer 10 millions de dollars. Moreau est d’accord pour que Paris joue un rôle accru, à condition que le gouvernement roumain procède à l’assainissement prévu. Monnet a sollicité l’appui du groupe Kreuger. Le roi des allumettes accepte de fournir 30 millions de dollars contre le monopole sur les allumettes en Roumanie pendant trente ans et le versement de 3 millions de dollars de royalties par an. Monnet fait travailler Swatland de la firme de lawyers Cravath sur le prêt roumain. Entre-temps Kreuger, un napoleonic bandit, d’après Galbraith ou la plus grande intelligence financière des années vingt, d’après Keynes28, bref le Tapie de ce temps, propose d’embaucher Monnet pour l’international. Monnet refuse en raison de ses responsabilités chez Blair and Co. Un prêt de 100 millions de dollars est enfin consenti à la Roumanie, sauvé par Ivar Kreuger, le 1er février 192929.

Le temps de la Transamerica

  • 30  É. Roussel, Jean Monnet, op. cit., p. 126.
  • 31  Marquis James, Bessie R. James, The Story of Bank of America, Biography of a Bank, Beard Books, 19 (...)
  • 32  R. Boulanger, « Histoire d’une “zone grise”... », op. cit.
  • 33Ibid.
  • 34Ibid.
  • 35  M. James, B. R. James, The Story of Bank of America..., op. cit., p. 310.

13Après la stabilisation de la monnaie roumaine en 1929, Elisha Walker, banquier d’affaires, signe un accord avec Transamerica Corp, maison mère de Bank of America, présidée par Amadeo Pietro Giannini, président de Bank of America, une banque de dépôt. Un nouvel établissement naît, la Bancamerica Blair présidée par Walker, directeur exécutif aussi du comité exécutif de Bank of America, avec Monnet comme vice-président en 1928, puis de la Holding Transamerica en janvier 193030. Commence une stupéfiante période de la vie de Monnet engagé dans la gestion de la plus grande holding bancaire américaine. Amedeo Giannini dont l’aventure bancaire a commencé en 1904 avec la Bank of Italy, une banque populaire pour les pauvres immigrants italiens, veut encore s’étendre. Il doit s’allier. Giannini connaît Blair and Co., admire Elisha Walker et les jeunes talents autour de lui « some of Walker’s energetic young executives, like Monnet, a French industrial expert in charge of foreign operations31 ». Pourquoi Monnet est-il nommé vice-président de Bank of America et de Transamerica ? Parce qu’il a une ouverture, vérifiée précédemment, sur les milieux bancaires et politiques européens. « Monnet est une sorte d’informateur “gris” de la Banque de France », qui lui donne la possibilité de renforcer sa position auprès de Blair and Co. en jouant de ses réseaux européens ; sa personnalité plaît chez Blair. Il soutient les novateurs, tel Pierre Quesnay à la Banque de France, « pour favoriser la mise en place d’une banque centrale moderne32 ». Il réussit à faire de Pierre Quesnay le premier directeur de la Banque des règlements internationaux (BRI), contre l’avis de Schacht. Monnet est favorable à des solutions négociées en Europe. Il pense que la Transamerica, la « Giannini blairisée », est « la conception d’avenir du financement des affaires américaines33 », « la plus grande holding des États-Unis et du monde, ayant un portefeuille de plus d’un milliard de dollars ». Transamerica est l’avenir de la profession de banquier investisseur puisque son réseau « permet le crédit à court terme par ses banques de dépôts (Bank of Italy, Bank of America), le crédit à long terme par les émissions (Bank America, Blair), les participations permanentes sous forme d’achats ou souscriptions de titres (Transamerica)34 ». L’action de Transamerica monte à 25 dollars quand les deux hommes prennent les commandes35. Monnet reçoit 50 000 dollars par mois pour sa vice-présidence et Walker, le président, 100 000 dollars.

  • 36  Cl. P. Hackett, A Jean Monnet chronology..., op. cit., p. 76, 15 février 1932 ; Fr. Duchêne, Jean (...)
  • 37  Fr. Duchêne, Jean Monnet, The First Statesman…, op. cit., p. 49.
  • 38  Cité par Hungdah Su, NYT, March 16, 1932, p. 29.
  • 39  Cité par Hungdah Su, NYT, March 3, 1934, p. 6.
  • 40  Jean Monnet, Mémoires, Paris, Fayard, 1976, p. 129.

14Toutefois, les réformes mises en œuvre par Walker et Monnet déplaisent à Giannini, qui les rend responsables de la chute de la valeur des actions de Transamerica, 2 dollars fin 1931. Giannini s’en prend au monde de Wall Street. Sa démagogie plaît aux petits porteurs. La contre-offensive de Giannini aboutit à l’éviction de Walker et de Monnet le 15 février 193236. La faillite de la Transamerica coûte une fortune à Monnet37. Il perd son salaire de 50 000 dollars, la valeur de ses actions passe de 3,54 millions de dollars à 200 000 dollars38. Sa rémunération annuelle passe de 50 000 à 6 250 dollars en 193239. L’échec est patent, dont on s’étonne que les Mémoires ne parlent pas, sauf à écrire lapidairement : « À San Francisco, j’ai gagné, puis perdu beaucoup d’argent. Je n’ai capitalisé que de l’expérience40 ».

  • 41  Cl. P. Hackett, A Jean Monnet chronology..., op. cit., avril 1930, p. 71, décembre 1930, p. 73.
  • 42  H. Su, art. cité, voir M. James and B. James, The Story of Bank of America..., op. cit., p. 327.
  • 43  Cl. P. Hackett, A Jean Monnet chronology..., op. cit., p. 72, 1930.

15Cette implication dans Transamerica n’interdit pas les investissements croisés Blair-Kreuger dans des affaires telles que la Diamond Match Company que Monnet et Walker dirigent41. Monnet est le représentant de Kreuger & Toll quand Kreuger achète des actions pour obtenir le contrôle de diverses firmes42. Kreuger sollicite un prêt de 6 millions de dollars à la Transamerica que Monnet repousse. Monnet travaille aussi sur les marchés du téléphone. La banque franco-américaine y a des intérêts avec Blair contre ITT43.

  • 44NYT, January 4, 1933, p. 25.
  • 45  Fr. Duchêne, Jean Monnet, The First Statesman…, op. cit., p. 51.

16Kreuger se suicide le 12 mars 1932 à Paris. Après son suicide, les créditeurs américains de Kreuger sont représentés au conseil de liquidation par Cromwell et Sullivan qui impose deux représentants sur cinq au conseil des liquidateurs. L’un des deux est Jean Monnet, élu en septembre 1932 sur proposition de John Foster Dulles44. Monnet démissionne de son poste de directeur de Diamond Match pour être libre par rapport à la liquidation de Kreuger and Toll. Il s’en retire, cependant, le 11 juillet 1933. Le comité des créditeurs ne peut récupérer que 2,5 millions de dollars sur les 100 millions de dollars de dettes de Kreuger. L’intérêt de Monnet dans cette liquidation fut, dit Duchêne, un bouche-trou45.

17Manifestement, Monnet est déprimé par une série d’événements dont fait partie le suicide de Kreuger, mais surtout la mort du sénateur Dwight Morrow, l’enlèvement et la mort du jeune Lindbergh, petit-fils de Morrow. À cela s’ajoute évidemment l’échec de la Transamerica en février 1932. Il est à la recherche d’un nouvel emploi.

Développer la Chine

  • 46  FJM, AMD 1/1/1, référence donnée par Hungdah Su, « The Father of Europe in China. Jean Monnet and (...)
  • 47  Cl. P. Hackett, A Jean Monnet chronology..., op. cit., p. 82.

18Fin 1932, Monnet est approché par H. H. Kung, ancien ministre de l’Industrie et du Commerce, envoyé spécial du gouvernement chinois auprès des États-Unis et des pays européens, à la demande de T.V. Soong, ministre des Finances et frère de Mme Tchang Kaï-chek pour organiser le financement du développement de la Chine46. Sans doute Ludwik Rajchman a-t-il préparé le terrain pour cette rencontre. Le gouvernement nationaliste chinois dirigé par Tchang Kaï-chek est tenté par une ouverture de la Chine vers l’Occident, la pression japonaise s’intensifiant. La porte d’entrée est la famille Soong, proche par mariage du généralissime. La SDN, via Rajchman, entend aussi renforcer la Chine par le développement économique. Monnet va d’ailleurs voir Roosevelt sur la Chine en mai 193347.

Monnet au service de T. V. Soong

  • 48Ibid., p. 84, au 4 juillet 1933.
  • 49  Fr. Duchêne, Jean Monnet, The First Statesman…, op. cit., p. 51.
  • 50  FJM, AMD 1/1/6, 10, 14 ; Cl. P. Hackett, A Jean Monnet chronology..., op. cit., p. 82 au 19 mai 19 (...)

19Soong charge Lazard (Londres) de représenter la Chine pour les achats extérieurs, grâce à Monnet48. On crut même que Monnet était missionné par Lazard, ce qui n’était pas le cas. Lazard, cependant, fournit à Monnet un prêt substantiel dont la date n’est pas connue, mais dans les années trente, estime Duchêne49. La banque Lazard attend un retour de Monnet pour le développement de la Chine. Monnet est appointé par T. V. Soong à hauteur de 150 000 dollars chinois par an50. Il doit constituer une corporation internationale pour cet objet.

  • 51Ibid., p. 83, 4 juin 1933.
  • 52  Les historiens sont d’accord sur ce point, voir Yuichiro Miyashita, « Jean Monnet et l’Asie (1933- (...)
  • 53  Cl. P. Hackett, A Jean Monnet chronology..., op. cit., 20 juillet 1933, p. 86.
  • 54Ibid., p. 86, 31 juillet 1933.
  • 55  Voir l’épisode d’août 1933 à Paris dans Y. Miyashita, art. cité.

20Monnet songe tout d’abord à obtenir un prêt sur le marché américain en 1933. Soong, avec l’aide de Monnet, obtient un prêt de 50 millions de dollars de l’Import-Export Bank pour acheter du blé et du coton51. Mais l’essentiel est de faire disparaître la tutelle du Consortium bancaire (Grande-Bretagne, États-Unis, France, Japon) imposée à la Chine en 1920 et de constituer un nouveau comité consultatif de banquiers américains et européens, sans les Japonais52. Monnet en deviendrait le président53. T. V. Soong et Monnet ne réussissent pas à écarter les Japonais de ce projet qui est refusé par les Britanniques et par J. P. Morgan54. Monnet se heurte aux diplomaties occidentales qui jouent l’apaisement avec le Japon. Il ne réussit pas à convaincre le prince Ishii, représentant du Japon à la conférence économique de Londres en juillet 1933, de sa bonne foi55. Le premier projet de comité consultatif échoue donc dans l’été 1933 avant même le déplacement de Monnet en Chine. Soong perd son poste de ministre des Finances en octobre 1933. Est-ce déjà la fin de l’aventure chinoise de Monnet ?

La naissance de la China Development Finance Corporation (CDFC), mars 1934

  • 56  Fr. Duchêne, Jean Monnet, The First Statesman…, op. cit., p. 52.

21Monnet, Salter et David Drummond, vicomte Strathallan, arrivent pourtant à Shanghai le 21 novembre 1933 où ils sont immédiatement accueillis par le ministre T.V. Soong56. Monnet sent combien les entrepreneurs et banquiers chinois sont blessés dans leur fierté par l’intrusion des firmes étrangères. Monnet séjourne huit mois en Chine pour préparer le développement économique de la Chine. Il réside chez Henri Mazot, ancien directeur en Chine de la Banque de l’Indochine, plus chinois que les Chinois, à la concession française.

  • 57  Fr. Duchêne, Jean Monnet, The First Statesman…, op. cit., p. 53.
  • 58  Cl. P. Hackett, A Jean Monnet chronology..., op. cit., p. 90 au 27 février 1934.
  • 59  The ‘Big Four’ governmental banks of the period were Central Bank of China, Bank of China, Bank of (...)
  • 60  Ming Li was then the president of Bank of China and president of Shanghai Native Bankers Associati (...)
  • 61  Cl. P. Hackett, A Jean Monnet chronology..., op. cit., p. 91.
  • 62  Y. Miyashita, « Jean Monnet... », op. cit.
  • 63Ibid.
  • 64Ibid.
  • 65  Pei’s son is the famous architect, Ieoh Ming Pei, nous dit Miyashita.
  • 66  Cl. P. Hackett, A Jean Monnet chronology..., op. cit., p. 92 ; Wellington Koo, Memoir, Vol. IV, Mi (...)

22Malgré la complexité et l’opacité des relations politico-diplomatiques en Chine, Monnet forme une sorte de corporation financière coordonnant l’action des principales banques chinoises, car il observe que les banques chinoises, riches, peuvent contribuer aux investissements de modernisation57. Tout groupe financier international pourra coopérer avec la corporation purement chinoise58. C’est le schéma d’une banque d’investissement financée par les quatre grandes banques de Shanghai59 ainsi que par M. Ming Li, le plus grand financier chinois60. Le projet d’accord sur la China Development Finance Corporation (CDFC) est rédigé par Monnet le 20 mars 193461. Les Chinois auront la responsabilité des projets de développement62. En agissant ainsi, Monnet rejette, en vrai libéral, les attitudes prédatrices habituelles des banques d’affaires dans les pays sous contrôle étranger et appelle à la coopération internationale. Mais il accepte malheureusement d’écarter la participation du Japon qui affiche son dédain pour le renforcement économique de la Chine63. La réconciliation sino-japonaise n’est pas réussie, pas plus sous les auspices du capitalisme financier international, à l’initiative de Monnet, que sous celles de la SDN. La CDFC a bonne allure : « Les membres fondateurs de la CDFC sont impressionnants. T. V. Soong, H. H. Kung, Chang Kia-ngau, directeur général de la Banque de Chine, Li Ming, directeur général de la Banque industrielle de Chine, ou encore Li Yu-ying figurent sur la liste des membres fondateurs ». T. L. Soong, frère de T. V. Soong, est nommé directeur général64, Kung, le ministre des Finances, est élu président, T. V. Soong et son associé, Tsu-Yi Pei, directeurs exécutifs65. La réaction japonaise, provoquée par l’action de Monnet, est immédiate. Elle prend la forme de la déclaration d’Eiji Amau, porte-parole du ministère japonais des Affaires étrangères, le 17 avril 1934, qui dénonce toute tentative de la Chine de s’appuyer sur les intérêts occidentaux pour s’opposer au Japon66.

  • 67  Cl. P. Hackett, A Jean Monnet chronology..., op. cit., p. 95, 3 juillet 1934. Pour plus de détails (...)

23La CDFC est officiellement créée le 2 juin 1934 à Shanghai au capital de C$ 10 millions souscrits par les banques chinoises. Les Soong ont la réalité du pouvoir parmi les 98 personnes présentes au premier tour des investisseurs bancaires. Le capital étranger peut entrer en Chine par l’intermédiaire de banquiers chinois. Monnet et T. L. Soong, directeur général de la CDFC, signent un contrat de trois ans, le 3 juillet 1934, par lequel Monnet est gratifié de C£ 50 000 par an et de 7,50 % sur les profits de la CDFC. Monnet est le représentant exclusif de la CDFC en Europe et aux États-Unis pour les affaires de Chine67.

La Monnet, Murnane and Co. et la Monnet, Murnane Ltd

24Après huit mois en Chine, Monnet repart pour l’Europe en juillet 1934 en passant par Moscou pour organiser le divorce de la femme qu’il aime, Sylvia Bondini, et pouvoir l’épouser. Il regagne ensuite Paris. Après un court séjour aux États-Unis, il repart, de Paris, pour Moscou avec Sylvia. Ils se marient le 13 novembre 1934 à Moscou. Monnet rejoint les États-Unis d’où il part avec Sylvia pour la Chine en mars 1935. Ils s’installent, 262 route Ferguson à Shanghai68. Ils y restent jusqu’en septembre 193569. Ils rejoignent alors les États-Unis où ils louent un appartement de onze pièces à New York sur la 5e Avenue.

  • 70  Fr. Duchêne, Jean Monnet, The First Statesman…, op. cit., p. 56-57.
  • 71Ibid., p. 58.
  • 72  Ph. Mioche, « Jean Monnet, businessman avant l’Europe », Lettre de Jean Monnet à Pierre Denis et D (...)
  • 73  Ph. Mioche, Ibid., « Évaluation du budget de M. & M. », mars 1935, ADS…
  • 74  Cl. P. Hackett, A Jean Monnet chronology..., op. cit., p. 102, 16 février 1935.
  • 75  FJM, ADS 4/1/9 ; FJM, ADS 6/1/4, archives citées par Hungdah Su, art. cité.
  • 76  Y. Miyashita, « Jean Monnet... », op. cit.
  • 77  Fr. Duchêne, Jean Monnet, The First Statesman…, op. cit., p. 54.

25Le 18 février 1935, Jean Monnet et George Murnane ont formé une société, la Monnet, Murnane & Co. (M., M. and Co.) sous la loi canadienne, enregistrée sur l’île du Prince-Edward (Canada), mais dont le siège est à New York. Murnane est un banquier connu de la place de New York. Il est lui-même partenaire de la banque Lee Higginson and Co. de Boston, qui a appuyé Kreuger. Dulles investit 25 000 dollars dans la société et demande à sa firme, Sullivan and Cromwell, d’y investir 50 000 dollars70. M., M. and Co., pauvre en capital, doit gagner sur le marché chinois et sur les affaires de téléphone de quoi payer les dépenses immédiates. Mais Monnet et Murnane s’octroient chacun des salaires confortables de 36 000 dollars alors que la société n’est pas consolidée et qu’elle est attaquée par les Japonais et les Britanniques71. Les associés sont Lord Perth (David Drummond) et Pierre Denis. M., M. and Co. inclut le travail de conseil de Monnet auprès de la CDFC, mais développe aussi d’autres affaires hors de Chine. Monnet crée des antennes à Paris, Londres et Shanghai dont s’occupent respectivement Pierre Denis, David Drummond et Henri Mazot.
Philippe Mioche écrit : « Une lettre de Jean Monnet datée du 13 mars 1935 montre que cette nouvelle société entend tirer profits de la création de la China Finance : “Nous devrions être capables non seulement de faire connaître la Corporation de manière positive mais aussi de tirer de substantiels profits72” ». Il ajoute : « Jean Monnet escompte des rentrées en provenance d’entreprises étrangères dont Solvay, soit $ 25 000 du « compromis Adams », $ 20 000 de la China Finance et $ 25 000 de Solvay73 ». La CDFC représente, en 1934, 12,6 % des revenus de M., M. and Co.74. M., M. and Co. a négocié en Chine sur le chemin de fer du Lunghai Railroad (lignes du Lunghai and Tientsin-Pukow) et la Telephone Syndicating75. L’émission des premières obligations émises par la CDFC et la Hong Kong and Shanghai Bank pour la construction d’un chemin de fer fut souscrite au-delà de la demande76. On comprend pourquoi Monnet obtient de Washington, en octobre 1934, le soutien de l’Eximbank pour un crédit de modernisation77. Monnet cherche aussi des investisseurs pour la CDFC auprès de Lazard de Londres, ce qui gêne le Trésor britannique et indispose encore plus le Japon.

  • 78  Banque des règlements internationaux, 5e rapport annuel, 1er avril 1934-31 mars 1935, p. 33-38, ht (...)
  • 79  Y. Miyashita, « Jean Monnet... », op. cit.
  • 80  É. Roussel, Jean Monnet, op. cit., p. 163 et 203.
  • 81  Y. Miyashita, « Jean Monnet... », op. cit. ; AHUE JMPS 5 ADS 4/1/8, Mémorandum sur les perspective (...)

26Monnet doit tenir compte aussi de la crise monétaire causée par la revalorisation de l’argent, étalon monétaire de référence en Chine, par le gouvernement américain qui conduit le yuan à une revalorisation très importante par rapport au dollar et entraîne une déflation ; les exportations stagnent parce que les prix sont trop hauts78. « La réforme entamée par le gouvernement chinois va finalement amener la Chine à abandonner ce système. La Chine réussit à stabiliser son système monétaire », explique Miyashita. Leith-Ross, conseiller économique du gouvernement britannique, et Monnet auraient donné des conseils79. Néanmoins, le bilan de la CDFC n’est pas mauvais, d’après Éric Roussel : « Interrompu par la Seconde Guerre mondiale, l’essor de la China Finance Development Corporation sera remarquable ». Elle construit le chemin de fer du Szechouan et le Shanghai Hongchoun Mingoa Railway. Monnet a fait des affaires en Chine et T. V. Soong reconnaît ses mérites de financier80. Monnet part de Shanghai en novembre 1935 pour New York, peut-être pour avoir été bloqué dans l’expansion de la M., M. and Co. par les contraintes politiques en Chine. Mais il est fier de son rôle en Chine : « Je pense que nous devons maintenant réaliser entre nous tous, qu’on représente un petit groupe qui possède un laissez-passer permettant de contacter tous les gens importants du monde des finances dans tous les milieux et en tout les cas, nous serons pris au sérieux81 ».

  • 82  FJM AMD 2/2/14, « Draft Agreement » [le mot « Draft » est rayé] (37.04.22), annotation manuscrite (...)
  • 83  Parmi lesquelles en dehors de la ligne Shanghai-Hangzhou-Ningbo, déjà citée, se trouvent celles de (...)
  • 84  M., M. & Co. Ltd. est créé au mois de juillet 1937 à Hong Kong. FJM ADS 5/1/8, Memorandum and Arti (...)
  • 85  FJM AMD 4/4/22, Note sur la position du gouvernement français face aux négociations sur la constru (...)

27Monnet, en effet, n’oublie pas les engagements signés avec Soong et la CDFC. Ils seront honorés depuis Paris ou Londres ou New York. En décembre 1936, un contrat est signé entre la CDFC et la Banque franco-chinoise pour le Commerce et l’Industrie qui constitue « un groupe composé de quatre banques françaises, le Groupe Uni des Banques françaises, afin de collaborer avec la CDFC dans les projets d’investissements en Chine. Ce groupe sera dirigé par la Banque de Paris & des Pays-Bas, et outre la BFC, la Banque Lazard-Frères et la Banque de l’Indochine vont y participer », dit Miyashita82. Il établit un partenariat « entre la CDFC et la Société belge des Chemins de fer en Chine », en 1937. Des emprunts sont émis pour financer diverses lignes de chemins de fer83. Monnet et Murnane aident précisément la CDFC dans le cas de la ligne Chengdu-Chungking84 et la ligne East-West Lunghay, longue de 600 km, allant de la côte à Xian. Pour des raisons stratégiques, Tchang Kaï-chek et T. V. Soong veulent absolument établir les meilleures communications possibles entre la Chine et la Birmanie et l’Indochine française. Quel rôle Monnet joue-t-il ? S’il est étranger à la construction de la « route de la Birmanie », financée par les États-Unis et réalisée en 1939, les chemins de fer restent une nécessité. Malgré des conflits d’influence entre Français et Britanniques, la ligne Sichuan-Kunming doit être financée par le Groupe Uni. Par contre, la ligne entre Kunming et la Birmanie est laissée aux établissements britanniques85. La guerre sino-japonaise fait échouer ces projets et le groupe M., M. and Co. en subit les désagréments financiers.

  • 86  Cl. P. Hackett, A Jean Monnet chronology..., op. cit., p. 132.
  • 87  Voir Ph. Mioche, « Jean Monnet, businessman... », op. cit.
  • 88 .Cl. P. Hackett, A Jean Monnet chronology..., op. cit., p. 110, voir aussi Hungdah Su, « The Father (...)
  • 89  Cl. P. Hackett, A Jean Monnet chronology..., op. cit., p. 195.
  • 90  Ph. Mioche, « Jean Monnet, businessman... », op. cit.
  • 91  Fr. Duchêne, Jean Monnet, The First Statesman…, op. cit., p. 96.
  • 92  FJM AMD 6/1/40, De Mazot à Monnet, Hong Kong, 18 juin 1939. FJM AMD 6/1/48, Note for Dr Rajchman, (...)
  • 93  Y. Miyashita, art. cité.

28Pour faciliter les transactions financières en Chine, sans doute aussi pour des raisons fiscales, Monnet crée, en juillet 1937, une nouvelle société, qui garde le nom de Monnet et Murnane mais est autonome par rapport à la première, Monnet, Murnane Limited, enregistrée à Hong Kong avec un capital de C$ 10 000. Jean Monnet en est le président jusqu’en février 194086. « La “Monnet and Murnane Hong Kong Company” est complètement séparée du partenariat Monnet and Murnane Company in New York, elle a ses affaires, ses responsables, ses revenus, ses dépenses. […] Le partenariat Monnet and Murnane Co. fait des affaires aux États-Unis et ne fait pas d’affaire en dehors des États-Unis », écrit Mioche87. Son centre de décision est Paris et elle doit s’occuper des affaires traitées en Europe et en Chine. M., M. and Co. immatriculée sur l’île du Prince-Edward cesse d’exister le 30 août 193888. A-t-elle été limitée aux États-Unis, réenregistrée à New York ? La collaboration avec Murnane subsiste pour les affaires à traiter aux États-Unis. La dissolution définitive du partenariat Monnet, Murnane est néanmoins attestée le 1er janvier 194489. Des problèmes de périmètres d’action surgissent aussi entre M., M. Ltd. de Hong-Kong et la CDFC. Mazot s’en plaint à Monnet. M., M. Ltd. continue de faire des affaires en Chine mais n’obtient pas les revenus escomptés par les investisseurs. On se référera au tableau présenté par Philippe Mioche dans son texte pour apprécier ce que M., M. and Co. et M., M. Ltd. ont rapporté90. D’après Duchêne91, le « groupe Monnet » (M., M. and Co. et M., M. Ltd.) a gagné 960 000 dollars entre 1935 et 1939. Les gains de Monnet provenant de la CDFC n’ont pas dépassé 46 000 dollars. Le contrat de 1933 entre Monnet et Soong prévoyait $ 150 000 pour les bureaux de la firme, mais on ne sait pas si ses termes ont été honorés. D’après le ministère américain des Finances, les ressources de Monnet se monteraient, durant les années trente, à 200 000/400 000 dollars par an. D’après Miyashita, les gains de M., M. and Co. en 1935-1936 et en 1936-1937 ont atteint 23 000 et 15 000 dollars. Mais ensuite M., M. Ltd. n’a rien reçu parce que la CDFC n’a produit aucun compte92. Monnet est déterminé à faire respecter le contrat signé avec Soong. « En dehors des 7 ½ %, Monnet réclame 25 % des profits dans l’“affaire de la Birmanie”, c’est-à-dire de “la construction des chemins de fer entre Suifu et Kunming” ». Mais T. A. Soong veut annuler le contrat en août 193993. Monnet obtient partiellement satisfaction. En mai 1939, il demande à Mazot à Hong Kong de voir si la CDFC peut apporter des compensations à M., M. Ltd. pour le travail accompli en 1937-1938 et 1938-1939. Mazot répond négativement en juin. Rappelant le travail accompli pour la CDFC pour la ligne Sichuan-Burma par M., M. Ltd., faisant intervenir T.V. Soong auprès de T. A. Soong, Monnet obtient de T. A. qu’il verse 20 % des profits du Kunming-Suifi Railroad à la M., M. Ltd.

  • 94  Fr. Duchêne, Jean Monnet, The First Statesman…, op. cit., p. 57.
  • 95  Mira Wilkins, The history of foreign investment in United States, 1914-1945, Harvard, Harvard Univ (...)
  • 96  Nurenberg Military Tribunal, volume VI, p. 97, in http://www.mazal.org/archive/nmt/06/NMT06-T0097. (...)

29La firme M., M. and Co. fait des affaires en Europe94. G. Murnane est vice-président d’une holding, United Continental Corporation (1929) constituée pour administrer les avoirs allemands de porteurs non allemands. Son premier président est J. F. Dulles95. M., M. and Co. gagne de l’argent grâce aux clients de Dulles. La fusion de Nash Motor Corporation et de Kelvinator, une étape vers la création d’American Motors en est un exemple. Un dossier de plus grande importance est géré par Murnane et Drummond, la vente aux nazis des biens de la famille Petschek en Tchécoslovaquie. Petschek est Juif et a acquis une position dominante dans le lignite en Tchécoslovaquie et en Allemagne. M., 
M. and Co. gagne une commission de 250 000 dollars, logée semble-t-il, dans la nouvelle société M., M. Ltd. (Hong Kong), sur une transaction de 6,25 millions de dollars avec l’industriel Flick. Murnane a pu dire à Flick que l’UCC était déjà « aryanisée ». Pourquoi Flick a-t-il accepté de payer en dollars96 ? Le mystère demeure.

  • 97  Cl. P. Hackett, A Jean Monnet chronology..., op. cit., p. 170.
  • 98  Fr. Duchêne, Jean Monnet, The First Statesman…, op. cit., p. 60 il dit : « Monnet a négocié à Amst (...)

30Murnane s’efforce aussi de protéger les avoirs d’American Bosch, aux États-Unis, une filiale non officielle de Robert Bosch, l’électricien géant allemand. Monnet n’est pas le négociateur principal, selon Duchêne. Mais Monnet, d’après Morgenthau, ministre américain du Trésor, a négocié à Amsterdam pour empêcher la vente d’American Bosch à des intérêts hostiles à l’Allemand Bosch. Morgenthau pense alors que Monnet et Murnane sont des devious bankers97. Duchêne estime que ce fut une source de soupçon pour Morgenthau98. Les archives de Murnane, si elles sont disponibles, trancheront.

  • 99  Voir l’article ci-dessus et « Jean Monnet, homme d’affaires à la lumière de nouvelles archives », (...)

31L’implication de Jean Monnet et de M., M. Ltd. auprès de la firme belge Solvay explique les nombreux déplacements de Monnet et son installation à New York début 1936, de retour de Chine. Philippe Mioche, le découvreur du rôle de Monnet chez Solvay99, rappelle que John Foster Dulles est pressenti au printemps 1933 pour être le conseiller du groupe belge. Néanmoins, Monnet signe une convention en 1938 avec le groupe Solvay. La création de la M., M. Ltd. (Hong Kong) semble être en rapport avec les activités de Monnet chez Solvay mais aussi pour l’affaire Petschek.

32Aux États-Unis d’abord, M., M. and Co. a géré une affaire pour Solvay. L’industriel belge cherchait à contrôler une compagnie qui gagnait beaucoup d’argent aux États-Unis, l’Allied Chemical and Dye Corporation, dans laquelle Solvay détenait seulement 20,9 % des parts. Murnane entre dans le directoire de l’entreprise en avril 1936. Dulles suggère au baron Boël de faire de Monnet un conseiller monétaire du groupe. Monnet convient au groupe. Pourquoi ? Parce que son activité antérieure de négociateur international dans des dossiers difficiles incite Solvay à l’employer.

  • 100  Ph. Mioche, art. cité. Le texte anglais dit « as may serve our interest », donc « servir » les int (...)
  • 101  Ph. Mioche, art. cité.
  • 102  Fr. Duchêne, Jean Monnet, The First Statesman…, op. cit., p. 60.

33La lettre de mission de Solvay à Monnet, en mars 1938, citée par Mioche, élargit ses missions : « Nous pouvons demander à votre organisme en Europe ou en Extrême-Orient les renseignements commerciaux ou financiers que vous êtes en mesure de fournir et aussi d’enquêter ou de négocier ou de faire les opérations impliquant l’emploi de monnaies bloquées ou autres opérations de placement de capitaux pouvant [servir] notre intérêt. En rémunération de pareil service, nous vous paierons la somme de $ 25 000 par an100 ». Les paiements ont été effectués, écrit Mioche, s’appuyant sur l’existence de bordereaux de paiements « Jean Monnet a travaillé avec et pour le groupe chimiste belge Solvay et perçu des honoraires de celui-ci de 1936 à 1945101 ». Monnet doit s’efforcer de débloquer le capital en lires de Solvay, gelé par Mussolini, une opération purement financière d’après Duchêne, mais politique aussi102. Solvay possède un compte en lires bloqué de 500 000 dollars en Italie mussolinienne. Les sommes bloquées serviraient à acheter des obligations chinoises par Solvay contre l’exportation en Chine de produits italiens. L’affaire échoue.

  • 103  Ph. Mioche, art. cité.
  • 104Ibid.

34La société belge veut alors que Monnet se charge de les faire transférer à une société-écran en Suisse. M., M. Ltd. crée en Suisse en 1939 une filiale de droit suisse, la Latona, une société-écran dissoute en 1948103. Solvay a mis à disposition de la Latona des actifs industriels en Italie au nom de la Latona (contre une reconnaissance de dette). L’opération échoue le 11 juin 1940 parce que Monnet est devenu un sujet ennemi. Cependant, M., M. Ltd. a reçu $ 56 481 de Solvay pour avoir réalisé l’opération tiroir et Monnet un bonus de $ 10 000 pour avoir helvétisé les actifs Solvay dans la Latona. M., M. Ltd. est bien un prête-nom de Solvay, écrit Mioche. L’opération Latona est dénouée par Murnane seul en 1947104.

  • 105Ibid.

35D’après Mioche, la M., M. and Co. et la M., M. Ltd., entre 1935 et 1943, sont abondées à hauteur de 44 % du total de leurs revenus par Murnane, de 13 % par Solvay, 16 % par Petschek dans la seule année 1938, enfin de 27 % par Monnet sur un total de $ 1 535 280 perçus de 1935 à 1943105.

36Quand Monnet s’occupe en 1938 de l’achat d’avions américains pour renforcer l’armée de l’Air française, ses affaires chinoises et européennes prospèrent honnêtement. Mais il n’est plus un golden boy et doit abandonner l’appartement de la Cinquième Avenue. Monnet veut préparer la guerre contre l’Allemagne nazie. Son passage à la vie publique, à partir de septembre 1939, modifie ses rapports avec son associé dans M., M. and Co. (New York). Travaillant moins pour la firme, il recevra seulement 25 % des revenus, 1 000 dollars par mois, 4 000 livres d’assurance vie annuelle et une prise en charge de ses impôts aux États-Unis.

  • 106  Cl. P. Hackett, A Jean Monnet chronology..., op. cit., p. 175.
  • 107  Fr. Duchêne, Jean Monnet, The First Statesman…, op. cit., p. 50.
  • 108  Cl. P. Hackett, A Jean Monnet chronology..., op. cit., p. 166, 3 juin 1942.
  • 109Ibid., p. 187, 18 juin 1943.

37À partir de 1940, Monnet ne prend plus part aux affaires de M., M. Ltd., « sa société ». Sa démission, le 2 février 1940, met un terme à l’aventure chinoise de Monnet. Le 24 février, Monnet désigne comme successeur W. Arthur Roseborough, membre de Sullivan & Cromwell (Miyashita). En 1939, Monnet estime que le partenariat avec Murnane lui a rapporté 8 000 dollars, les dividendes 27 500 dollars, et une avance de 3 000 dollars. À Washington, il gagne 200 livres par mois soit autant qu’à Londres et plus qu’un membre du Congrès, mais il dit n’avoir pas accepté les paiements britanniques pour éviter les critiques des Français après la guerre106. Ses revenus proviennent donc de ses actions et du partenariat avec Murnane. Duchêne estime que les revenus de Monnet en 1944 étaient de 25 000 dollars par an, provenant, d’après Fortune, de la firme familiale. On peut en douter. Il aurait réglé les dettes contractées après le krach de 1932, seulement trente ans plus tard107. Les revenus annuels de Monnet durant la Seconde Guerre mondiale sont conséquents, qu’ils proviennent de ses actions dans M., M. Co. ou Blair and Co. et de bonus (55 000 dollars sur les gains de 78 000 dollars pour M., M. and Co. en 1940 et 110 000 dollars en 1941), de son partenariat avec Murnane (1 800 dollars par mois) ou de ses rémunérations par M., M. Ltd. (Hong Kong) (combien a-t-il touché des 200 000 dollars de commission de la médiation Petschek ? les bonus pour les chemins de fer chinois, le contrat avec Solvay). Faut-il croire Hackett qui écrit « his 1940 income of over fifty thousand dollars puts him in the top bracket of American incomes, much more than anyone else in Washington government service including the President108 ». Le bilan financier de Monnet en 1944 est probablement moins bon qu’en 1940 puisqu’il cesse son partenariat avec Murnane. Il bénéficie d’un soutien de Lazard qui lui maintient sa police d’assurance sur la vie et arrête le montant de ses dettes envers la banque à 50 000 livres109. Monnet a vendu des parts de National Dept. Stores en 1943. Il quitte sa maison de Washington et obtient un salaire de 1 200 livres du CFLN par an, soit la moitié de ce qu’il gagnait à Londres et moins que les 1 800 livres annuelles de M., M. and Co.

  • 110  É. Roussel, Jean Monnet, op. cit., p. 33 ; le mot « mystérieux » est utilisé par Georges Suffert, (...)
  • 111  É. Roussel, Ibid., p. 34.

38Monnet est un banquier international rompu au business financier. C’est bien ce que font ressortir les communications très innovantes des historiens publiées dans cet ouvrage. Elles apportent une connaissance nouvelle de Monnet banquier entre 1923 et 1945. Il n’y a pas de projet d’Europe unie dans ce parcours, mais une sensibilité extrême aux questions internationales. D’autres que lui, dans la même situation, n’auraient pas basculé des affaires privées aux affaires publiques. Un autre lien relie les deux vies de Monnet. Les affaires dont Monnet s’occupent, privées ou publiques, touchent presque toujours aux plus hautes sphères gouvernementales. Une autre caractéristique de Monnet se dessine aussi : sa capacité à rebondir après l’échec de la Transamerica et son acharnement à réussir ce qui a été commencé en dépit des obstacles. Cet acharnement est justifié, aux yeux de Monnet, par la valeur de l’objectif poursuivi : la reconstruction économique de la Chine en utilisant tous les moyens du capitalisme d’affaire inventif. On pense aussi immédiatement à la mise en œuvre d’un autre plan de modernisation, celui de la France, à partir de 1946. Les contributions des historiens, fondées sur des archives nouvelles, prouvent que Monnet est un grand banquier international qui a gagné beaucoup d’argent, sans pouvoir le retenir. La personnalité de Monnet qui apparaît ici complète celle du père de l’Europe, mais intrigue encore. Le passage du privé au public a commencé en 1938 et finalement « faire l’Europe unie » a remplacé doucement l’objectif de « faire des affaires ». Ces témoignages nous renvoient au mystère Monnet, à l’énigme Monnet, dit Roussel110. Pourquoi Monnet n’a-t-il pas continué sa vie de banquier privé ? La réponse est dans l’appel du gouvernement français à l’achat d’avions américains. Mais pourquoi Monnet a-t-il pris le risque de continuer cette aventure du service public durant la guerre ? Sa situation d’influencer les décideurs politiques lui offrait-elle un horizon plus satisfaisant que celui de banquier international ? N’a-t-il pas éprouvé une fascination à côtoyer les grands et à peser sur leurs décisions ? L’exercice de l’influence n’est-il pas la raison profonde de son destin de père de l’Europe ? Mais pourquoi cet attrait pour l’unité européenne ? Sa fascination, à 16 ans, pour le système de la City, « une gigantesque galaxie111 », aux rouages complexes, lui a donné le goût de l’organisation du monde. Le mystère Monnet n’a pas de réponse, sauf à se référer à la vie intérieure de Monnet que nous ne connaissons pas.

Notes

1  Gérard Bossuat, Andreas Wilkens (dir.), Jean Monnet, l’Europe et les chemins de la paix, Publications de la Sorbonne, Paris, 1999.

2  Les papiers de Mioche, Boulanger et Miyashita sont des travaux d’historiens fondés sur l’utilisation de sources d’archives originales ; je me bornerai à donner une vue d’ensemble de la vie de Monnet durant cette période en m’appuyant sur leurs travaux et d’autres. Sherrill Brown Wells, Jean Monnet, Unconventional Statesman, Lynne Rienner publishers, Boulder, London, 2011 ; Hungdah Su, « Jean Monnet’s Great design for Europe and its criticism », Journal of European Integration History, December, 2009, p. 29-45.

3  Clifford P. Hackett, A Jean Monnet chronology, origins of the European Union in the life of a Founder, 1888 to 1950, Washington DC, Jean Monnet Council, 2008, p. 25, 9 October, 1914.

Éric Roussel, Jean Monnet, Paris, Fayard, 1996, parle d’un prêt de 100 millions de francs de la HBC pour du blé canadien qu’il met au compte de l’entregent de Monnet.

4  Cl. P. Hackett, A Jean Monnet chronology..., op. cit., p. 28.

5  Lubor Jilek, « Les règlements d’Autriche et de Haute-Silésie », in G. Bossuat, A. Wilkens, Jean Monnet, l’Europe…, op. cit., p. 49.

6  Cl. P. Hackett, A Jean Monnet chronology..., op. cit., p. 39-40 qui cite les Mémoires de Monnet.

7Ibid., p. 48.

8Ibid., p. 47, 28 juillet 1920.

9Ibid., p. 51, 29 mars 1922, et François Duchêne, Jean Monnet, The First Statesman of Interdependence, New York, W. W. Norton & Company, 1994, p. 44 ; É. Roussel, Jean Monnet, op. cit., p. 106.

10  Fr. Duchêne, Jean Monnet, The First Statesman..., op. cit., p. 42.

11  É. Roussel, Jean Monnet, op. cit., p. 101.

12  Fr. Duchêne, Jean Monnet, The First Statesman…, op. cit., p. 44.

13  É. Bussière, in G. Bossuat, A. Wilkens (dir.), Jean Monnet, l’Europe…op. cit., p. 63.

14  Sur Strong, voir : « Benjamin Strong, the Federal Reserve, and the Limits to Interwar American Nationalism, Part I : Intellectual Profile of a Central Banker  », in Priscilla Roberts, Federal Reserve Bank of Richmond Economic Quarterly, volume 86/2, 2000, p. 61-98.

15  Renaud Boulanger, « Histoire d’une “zone grise”, Jean Monnet et Pierre Quesnay (1920-1930) », dans cet ouvrage ; voir aussi P. Clavin et J.-W. Wessels, « Committee members could originate from member or non member states, but were not official representatives of their national governments. It was deliberately kept unclear if the ‘experts’ were to be bankers, businessmen, politicians or civil servants », op. cit., p. 471.

16  É. Roussel, Jean Monnet, op. cit., p. 116.

17  É. Bussière, art. cité, p. 64.

18  Royaume des Serbes, des Croates et des Slovènes jusqu’en 1929, ensuite Royaume de Yougoslavie.

19  É. Bussière, art. cité, p. 64.

20  É. Roussel, Jean Monnet, op. cit., p. 122.

21  Fr. Duchêne, Jean Monnet, The First Statesman…, op. cit., p. 47.

22Ibid., p. 45, Hackett annonce 62 millions, 13 octobre 1927, A Jean Monnet chronology..., op. cit., p. 62.

23  Cl. P. Hackett, A Jean Monnet chronology..., op. cit., p. 58.

24  Ibid., p. 60 au 27 janvier 1927.

25  Cité par Cl. P. Hackett, janvier 1927, op. cit., p. 60.

26  É. Bussière, art. cité, p. 67.

27  É. Roussel, Jean Monnet, op. cit., p. 123.

28  Fr. Duchêne, Jean Monnet, The First Statesman…, op. cit., p. 50.

29  Cl. P. Hackett, art. cité, p. 67, 1er février 1929.

30  É. Roussel, Jean Monnet, op. cit., p. 126.

31  Marquis James, Bessie R. James, The Story of Bank of America, Biography of a Bank, Beard Books, 1954, réimpr. 2002, p. 297.

32  R. Boulanger, « Histoire d’une “zone grise”... », op. cit.

33Ibid.

34Ibid.

35  M. James, B. R. James, The Story of Bank of America..., op. cit., p. 310.

36  Cl. P. Hackett, A Jean Monnet chronology..., op. cit., p. 76, 15 février 1932 ; Fr. Duchêne, Jean Monnet, The First Statesman…, op. cit., p. 49 ; É. Roussel, Jean Monnet, op. cit., p. 132.

37  Fr. Duchêne, Jean Monnet, The First Statesman…, op. cit., p. 49.

38  Cité par Hungdah Su, NYT, March 16, 1932, p. 29.

39  Cité par Hungdah Su, NYT, March 3, 1934, p. 6.

40  Jean Monnet, Mémoires, Paris, Fayard, 1976, p. 129.

41  Cl. P. Hackett, A Jean Monnet chronology..., op. cit., avril 1930, p. 71, décembre 1930, p. 73.

42  H. Su, art. cité, voir M. James and B. James, The Story of Bank of America..., op. cit., p. 327.

43  Cl. P. Hackett, A Jean Monnet chronology..., op. cit., p. 72, 1930.

44NYT, January 4, 1933, p. 25.

45  Fr. Duchêne, Jean Monnet, The First Statesman…, op. cit., p. 51.

46  FJM, AMD 1/1/1, référence donnée par Hungdah Su, « The Father of Europe in China. Jean Monnet and creation of the CDFC (1933-1936) », communication pour The International Conference on the EU relationship with Taiwan and China on December 1-2, 2006, held by the Institute of European and American Studies at Academia Sinica, Taipei, Taiwan, R. O. C. ; NCH, March 22, 1934, p. 476, cité par Hungdah Su.

47  Cl. P. Hackett, A Jean Monnet chronology..., op. cit., p. 82.

48Ibid., p. 84, au 4 juillet 1933.

49  Fr. Duchêne, Jean Monnet, The First Statesman…, op. cit., p. 51.

50  FJM, AMD 1/1/6, 10, 14 ; Cl. P. Hackett, A Jean Monnet chronology..., op. cit., p. 82 au 19 mai 1933.

51Ibid., p. 83, 4 juin 1933.

52  Les historiens sont d’accord sur ce point, voir Yuichiro Miyashita, « Jean Monnet et l’Asie (1933-1940) », dans cet ouvrage.

53  Cl. P. Hackett, A Jean Monnet chronology..., op. cit., 20 juillet 1933, p. 86.

54Ibid., p. 86, 31 juillet 1933.

55  Voir l’épisode d’août 1933 à Paris dans Y. Miyashita, art. cité.

56  Fr. Duchêne, Jean Monnet, The First Statesman…, op. cit., p. 52.

57  Fr. Duchêne, Jean Monnet, The First Statesman…, op. cit., p. 53.

58  Cl. P. Hackett, A Jean Monnet chronology..., op. cit., p. 90 au 27 février 1934.

59  The ‘Big Four’ governmental banks of the period were Central Bank of China, Bank of China, Bank of Communications, and the Farmers Bank of China. See Frank M. Tamagna, Banking and Finance in China, New York : Institute of Pacific Relations, 1942, p. 121-149.

60  Ming Li was then the president of Bank of China and president of Shanghai Native Bankers Association.

61  Cl. P. Hackett, A Jean Monnet chronology..., op. cit., p. 91.

62  Y. Miyashita, « Jean Monnet... », op. cit.

63Ibid.

64Ibid.

65  Pei’s son is the famous architect, Ieoh Ming Pei, nous dit Miyashita.

66  Cl. P. Hackett, A Jean Monnet chronology..., op. cit., p. 92 ; Wellington Koo, Memoir, Vol. IV, Mission to France 1932-1941, New York, Quadrangle/New York Times Book, 1975, p. 363.

67  Cl. P. Hackett, A Jean Monnet chronology..., op. cit., p. 95, 3 juillet 1934. Pour plus de détails, voir le « Contrat de collaboration entre Jean Monnet et la CDFC, Shanghai, 3 juillet 1934 », reproduit dans Manabu Hamaguchi, « Jean Monnet no Chûgoku Kensetsugin Kôshi Kôsô [Jean Monnet et le projet de la CDFC] », Gaikôshiryôkanpô, n° 15 (juin 2001), p. 85-87, cité par Miyashita, art. cité.

68  Route Ferguson : Wukang Lu/武康路 in http://www.shanghaiexpat.com/article/old-road-names-find-shanghais-history-2495.html, consulté le 1er février 2012.

69  Cl. P. Hackett, A Jean Monnet chronology..., op. cit., p. 105 ; à moins que ce soit début janvier 1936.

70  Fr. Duchêne, Jean Monnet, The First Statesman…, op. cit., p. 56-57.

71Ibid., p. 58.

72  Ph. Mioche, « Jean Monnet, businessman avant l’Europe », Lettre de Jean Monnet à Pierre Denis et David Drummond, dans cet ouvrage.

73  Ph. Mioche, Ibid., « Évaluation du budget de M. & M. », mars 1935, ADS…

74  Cl. P. Hackett, A Jean Monnet chronology..., op. cit., p. 102, 16 février 1935.

75  FJM, ADS 4/1/9 ; FJM, ADS 6/1/4, archives citées par Hungdah Su, art. cité.

76  Y. Miyashita, « Jean Monnet... », op. cit.

77  Fr. Duchêne, Jean Monnet, The First Statesman…, op. cit., p. 54.

78  Banque des règlements internationaux, 5e rapport annuel, 1er avril 1934-31 mars 1935, p. 33-38, http://www.bis.org/publ/arpdf/archive/ar1935_fr.pdf ; Marie-Claire Bergère, « Pour une histoire économique de la Chine moderne », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 1969, n° 4, p. 860-875.

79  Y. Miyashita, « Jean Monnet... », op. cit.

80  É. Roussel, Jean Monnet, op. cit., p. 163 et 203.

81  Y. Miyashita, « Jean Monnet... », op. cit. ; AHUE JMPS 5 ADS 4/1/8, Mémorandum sur les perspectives de Monnet, Murnane & Co., de Monnet à Denis et Drummond, 15 mars 1935.

82  FJM AMD 2/2/14, « Draft Agreement » [le mot « Draft » est rayé] (37.04.22), annotation manuscrite de Monnet : Final signed text. Cité par Miyashita, art. cité.

83  Parmi lesquelles en dehors de la ligne Shanghai-Hangzhou-Ningbo, déjà citée, se trouvent celles de Yushan-Pingxiang, de Chengdu-Chungking, de Canton-Meihsien, de Pukou-Xiangyang ou encore de Kweiyang-Kunming. Sur ces projets impliquant la CDFC, voir Chang, China’s Struggle, p. 89-149.

84  M., M. & Co. Ltd. est créé au mois de juillet 1937 à Hong Kong. FJM ADS 5/1/8, Memorandum and Articles of Association (of) Monnet, Murnane and Company, Limited – Hong Kong.

85  FJM AMD 4/4/22, Note sur la position du gouvernement français face aux négociations sur la construction du Burma Railway (18 novembre 1938).

86  Cl. P. Hackett, A Jean Monnet chronology..., op. cit., p. 132.

87  Voir Ph. Mioche, « Jean Monnet, businessman... », op. cit.

88 .Cl. P. Hackett, A Jean Monnet chronology..., op. cit., p. 110, voir aussi Hungdah Su, « The Father of Europe », JEIH, 2007, 13 /1, p. 22.

89  Cl. P. Hackett, A Jean Monnet chronology..., op. cit., p. 195.

90  Ph. Mioche, « Jean Monnet, businessman... », op. cit.

91  Fr. Duchêne, Jean Monnet, The First Statesman…, op. cit., p. 96.

92  FJM AMD 6/1/40, De Mazot à Monnet, Hong Kong, 18 juin 1939. FJM AMD 6/1/48, Note for Dr Rajchman, Paris, 19 juillet 1939. FJM AMD 6/1/50, Note for Dr Rajchman, 19 juillet 1939. cité par Miyashita, art. cité, note 70.

93  Y. Miyashita, art. cité.

94  Fr. Duchêne, Jean Monnet, The First Statesman…, op. cit., p. 57.

95  Mira Wilkins, The history of foreign investment in United States, 1914-1945, Harvard, Harvard University Press, 2004, p. 382 et suiv., cité dans Ph. Mioche, « Jean Monnet, businessman... », dans cet ouvrage.

96  Nurenberg Military Tribunal, volume VI, p. 97, in http://www.mazal.org/archive/nmt/06/NMT06-T0097.htm, vu le 5 février 2012.

97  Cl. P. Hackett, A Jean Monnet chronology..., op. cit., p. 170.

98  Fr. Duchêne, Jean Monnet, The First Statesman…, op. cit., p. 60 il dit : « Monnet a négocié à Amsterdam, à la demande de Murnane, en août 1939 pour empêcher la vente d’American Bosch à des “interests inamical to German Bosch”. Monnet’s papers show this to have been true ».

99  Voir l’article ci-dessus et « Jean Monnet, homme d’affaires à la lumière de nouvelles archives », Parlement[s], Revue d’histoire politique 3/2007 (HS n° 3), p. 55-72.

100  Ph. Mioche, art. cité. Le texte anglais dit « as may serve our interest », donc « servir » les intérêts de Solvay et pas « desservir ».

101  Ph. Mioche, art. cité.

102  Fr. Duchêne, Jean Monnet, The First Statesman…, op. cit., p. 60.

103  Ph. Mioche, art. cité.

104Ibid.

105Ibid.

106  Cl. P. Hackett, A Jean Monnet chronology..., op. cit., p. 175.

107  Fr. Duchêne, Jean Monnet, The First Statesman…, op. cit., p. 50.

108  Cl. P. Hackett, A Jean Monnet chronology..., op. cit., p. 166, 3 juin 1942.

109Ibid., p. 187, 18 juin 1943.

110  É. Roussel, Jean Monnet, op. cit., p. 33 ; le mot « mystérieux » est utilisé par Georges Suffert, « Dialogue avec Georges Suffert, entretien des 10 et 11 mai 1970 », Fondation Jean Monnet pour l’Europe, Lausanne, À l’écoute de Jean Monnet, 2004, p. 153.

111  É. Roussel, Ibid., p. 34.

Auteur

Gérard Bossuat, chaire Jean Monnet ad personam d’histoire de l’unité européenne, est professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université de Cergy-Pontoise (Val d’Oise). Professeur associé à l’UMR IRICE 8138 (Paris-1, Paris-4, CNRS), il est membre de plusieurs comités de rédaction de revues dont la Revue de l’histoire de l’intégration européenne et Matériaux pour l’histoire de notre temps (BDIC), ou de conseils scientifiques de sociétés savantes dont la Fondation Jean Monnet pour l’Europe (Lausanne) et l’Institut Pierre Mendès France. Auteur de plusieurs ouvrages académiques et de nombreux articles, il a publié récemment : La France et la construction de l’unité européenne, de 1919 à nos jours, Paris, Armand Colin, 2012, et co-dirigé, avec J.-M. Guieu, un numéro de la revue Matériaux pour l’histoire de notre temps, n° 108, 4trimestre 2012, L’Europe et la paix ; La France, l’Europe et l’aide au développement, des traités de Rome à nos jours, Paris, IGPDE/ Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2013, ouvrage auquel a été attribué le prix Luc Durand-Réville de l’Académie des sciences morales et politiques en novembre 2013 ; « La Communauté européenne et les bouleversements consécutifs à la chute du Mur de Berlin », in Michèle Weinachter (dir.), L’Est et l’Ouest face à la chute du Mur, question de perspective, CIRAC, 2013.
Il travaille actuellement avec d’autres chercheurs de l’UMR IRICE sur les exilés polonais en France et leur contribution à la construction européenne (Pr. Marès et Pr. Laptos).

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search