Version classiqueVersion mobile

Jean Monnet, banquier, 1914-1945

 | 
Gérard Bossuat

Jean Monnet et l’Asie (1933-1940)

Yuichiro Miyashita

Note de l’auteur

Cette contribution est basée sur notre mémoire de DEA, soutenu en 2004. Yuichiro Miyashita, Jean Monnet et l’Extrême-Orient (1932-1940) : un financier au sein de la diplomatie des Puissances, mémoire de DEA sous la direction du professeur Maurice Vaïsse, Institut d’études politiques de Paris, septembre 2004. Les noms des Japonais sont présentés selon l’usage japonais (nom, prénom ; exemple : Suma Yakichirô). Toutefois, lorsqu’il s’agit d’une référence à une publication en langue occidentale, le nom de l’auteur figure dans l’ordre inverse (exemple : Yuichiro Miyashita).

Texte intégral

Introduction

  • 1  Il faut tout d’abord citer les deux biographies sur Monnet. François Duchêne, Jean Monnet, The Fir (...)

1Entre 1933 et 1940, Jean Monnet consacre ses activités à la reconstruction économique de la Chine. L’histoire aboutissant à la création de la China Development Finance Corporation (ci-après CDFC), syndicat bancaire ayant pour mission de financer les projets de reconstruction, est maintenant connue1. Cette organisation joue un rôle important dans la politique économique de la Chine, et Monnet, en tant que représentant de celle-ci en Europe, continue à s’impliquer dans les affaires chinoises après avoir définitivement quitté la Chine en 1936. Cette contribution a pour but de retracer ses activités liées à la Chine, tout particulièrement la période postérieure à la guerre sino-japonaise, jusque-là peu étudiée.

La construction d’un État

2Au début des années trente, Monnet est un banquier connu des milieux diplomatiques et financiers en Europe et aux États-Unis. C’est le beau-frère de Tchang Kaï-chek, Sung Tzu-wen (ci-après T. V. Soong), ministre des Finances et président du Conseil national économique (ci-après CNE), organe ayant pour mission de planifier et de contrôler les projets économiques, qui fait appel à Monnet. T. V. Soong, ayant une longue expérience du monde des finances, joue un rôle déterminant dans la politique économique du gouvernement chinois.

  • 2  Mitani Taiichirô, Wall Street to Kyokutô, Seiji ni okeru Kokusaikinyûshihon [Wall Street et l’Extr (...)

3C’est dans le cadre de cette politique, dirigée par T. V. Soong, que le rôle de Monnet en Chine doit être analysé. T. V. Soong souhaite conduire une politique de reconstruction économique, planifiée par le gouvernement chinois. En effet, la marge de manœuvre laissée au gouvernement est très limitée dans ce domaine. Quatre grandes puissances (les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France et le Japon) ont formé, en 1920, un Consortium composé de grandes banques de ces pays, afin de monopoliser l’émission des emprunts en Chine2.

  • 3  Sur les premiers contacts des Chinois avec Monnet, voir Su, « The Father of Europe in China... », (...)
  • 4  Sur le rôle de Rajchman en Chine, voir l’étude suivante : Marta Aleksandra Balinska, Une vie pour (...)

4L’une des priorités du Consortium, qui est aussi celle de T. V. Soong, est la construction des chemins de fer. Pour la Chine, le développement de son réseau ferroviaire est un facteur indispensable de sa reconstruction. Pour les puissances étrangères, il s’agit d’un moyen de pénétration économique par voie d’émissions d’emprunts dans le cadre du « concert des Quatre ». Mais le Consortium, chargé d’émettre ces emprunts, présente quelques défauts. D’une part, il ne fonctionne pas et ne fonctionnera jamais en raison de l’attitude prudente des banques qui en sont membres. La Chine a du mal à rembourser ses dettes antérieures et les quatre puissances du Consortium hésitent à émettre de nouveaux emprunts. C’est une des principales raisons de son dysfonctionnement. D’autre part, le Japon, considéré comme l’ennemi principal de la Chine, en est membre. Malgré ces défauts, la Chine a besoin des crédits pour entamer sa politique de reconstruction et veut la réaliser de sa propre initiative. C’est une politique bien délicate que T. V. Soong tente de mettre en œuvre. Il veut qu’elle soit dirigée par la Chine, tout en continuant de bénéficier des aides étrangères. En réalité, il veut surtout se débarrasser du Japon et de ses banques. C’est dans le cadre de ce projet politico-économique qu’il contacte Monnet en 1932. Et c’est au mois de mai 1933, lors de la visite de T. V. Soong aux États-Unis, que Monnet signe un contrat et devient agent d’achat et conseiller du gouvernement chinois3. Le rôle de Ludwik Rajchman, directeur de l’Organisation d’hygiène de la Société des Nations (ci-après SDN), dans la nomination de Monnet est bien connu4.

  • 5  Concernant Li Yu-ying qui a été un anarchiste lors de sa jeunesse, voir l’ouvrage suivant : Saga T (...)
  • 6  Sur le rôle de Denis dans les affaires chinoises, voir Philippe Oulmont, Pierre Denis, Français li (...)

5Rajchman joue un rôle important dans les relations sino-occidentales des années trente. Il faut citer deux autres personnages clés qui seront les collaborateurs de Monnet pendant cette période : Henri Mazot et Pierre Denis. T. V. Soong, lors de sa tournée américano-européenne en 1933, souhaite être assisté par un spécialiste français du monde des finances, dans les rapports qu’il compte avoir avec les hommes d’État français. Li Yu-ying5, intellectuel francophone et un des dirigeants de l’aile droite du Guomintang, lui suggère Mazot, directeur de la succursale de la Banque de l’Indochine à Shanghai. Quant à Denis, il est déjà proche de Monnet6.

Monnet au service de T. V. Soong

  • 7  Sur cet épisode, voir Hamaguchi, « Jean Monnet… », op. cit., p. 69.
  • 8  Mitani, Wall Street to Kyokutô…, op. cit., p. 200.

6Aux États-Unis, Monnet aide T. V. Soong à signer un contrat de 50 millions de dollars pour l’achat de coton et de blé7. Mais ce qui préoccupe T. V. Soong, c’est son projet de créer un « comité consultatif », composé d’experts chinois et étrangers, ayant pour but de promouvoir les émissions d’emprunts étrangers8.

  • 9  Elle fut créée par le tandem Hong Kong and Shanghai Banking Corporation et Jardine, Matheson & Co. (...)

7Ce comité serait un moyen de régler le dysfonctionnement du Consortium. Le siège du président du comité est réservé à Monnet. Ce fait montre qu’il a pu gagner rapidement la confiance de T. V. Soong. Cependant, Monnet se trouve, dès le début, confronté à des difficultés : T. V. Soong se méfie du Consortium, mais souhaite avoir la collaboration de ses principaux dirigeants, Thomas W. Lamont, partenaire de la banque J. P. Morgan & Co. et responsable du groupe américain au Consortium, ainsi que Sir Charles Addis, directeur de la British & Chinese Corporation (ci-après B. & C. Co.)9, et responsable du groupe britannique au sein du Consortium. T. V. Soong envisage de placer Monnet devant ces deux barons du monde des finances. Pour Monnet, convaincre ces deux hommes est une tâche bien difficile.

  • 10  Ministère des Affaires étrangères (ci-après MAE) E-Asie Chine, vol. 848, Note, Paris,
    1er août 193 (...)

8Il doit faire face à un autre défi : T. V. Soong ne veut pas voir de Japonais dans son comité. Mais c’est justement ces derniers qui détiennent la clé de la réussite. Monnet, avant même de les contacter, est tout à fait convaincu de la difficulté de faire avancer le projet sans leur participation. Comptant sur l’appui du Quai d’Orsay, il rend visite à Henri Cosme, sous-directeur de l’Asie-Océanie. Selon Monnet, pour que le comité en question puisse naître, il faut respecter deux points essentiels. Premièrement, le comité ne doit pas avoir de caractère officiel. Deuxièmement, le gouvernement japonais ne doit pas craindre que la création de ce comité donne au gouvernement du Guomindang des moyens de faire la guerre contre le Japon. Monnet explique à Cosme que, le cas échéant, ce serait donner prétexte aux Japonais de reprendre le conflit en Chine, ce qui deviendrait ruineux pour la Chine : « Au lieu de servir l’intérêt de la paix, le comité, dont la création est actuellement à l’étude, n’aboutirait qu’à l’écrasement définitif des Chinois et à la cohésion de l’Asie sous l’égide du Japon10 ».

  • 11  MAE E-Asie Chine, vol. 848, De Barnes (du Consortium chinois) à Thion de la Chaume, July 31, 1933, (...)

9Le problème japonais freine le projet et, en dehors de Monnet, les candidats pour la Chine sont peu favorables au projet de T. V. Soong. Lamont hésite mais finit par refuser. Du côté britannique, le Foreign Office et la Banque d’Angleterre sont farouchement contre le projet. Montagu Norman, gouverneur de cette dernière, est même opposé aux aides techniques de la SDN pour la Chine. Quant à Addis, il ne souhaite pas participer au comité. Monnet espère la participation de René Thion de la Chaume, président du conseil d’administration de la Banque de l’Indochine. Cette banque est le membre français du Consortium. Il pense que la participation de Thion de la Chaume donnerait du prestige au comité et serait un grand appui pour lui-même. Mais Thion de la Chaume est peu enthousiaste. Le Consortium, malgré son inaction, détient le monopole de l’émission d’emprunts dans le public tout en recevant l’appui diplomatique des pays intéressés et il voit dans le projet une tentative de détourner ce système. Monnet est conscient de son attitude négative et demande à Cosme d’intervenir auprès de la Banque pour qu’un autre agent soit désigné au cas où le président refuserait d’y participer. Le pessimisme de Monnet est bien fondé. Thion de la Chaume consulte le bureau du Consortium à Londres et apprend qu’Addis ne sera pas membre du comité. Il va suivre la décision du Britannique11.

  • 12  De Sawada à Uchida Yasuya, ministre des Affaires étrangères, Paris, le 19 août 1933, in Nihon Gaik (...)
  • 13  É. Roussel, Jean Monnet, op. cit., p. 144-148.

10Les Japonais sont parfaitement au courant des activités de T. V. Soong et de Monnet. À l’époque, certains dirigeants du Guomindang, à commencer par Tchang, envisagent un rapprochement avec le Japon, et les activités de T. V. Soong vont à l’encontre de cette politique d’apaisement. Pour le gouvernement japonais, Monnet est en train d’entraver le rapprochement sino-japonais. D’autant plus gênant que Monnet agit en dehors du cadre de la diplomatie officielle. Le 18 août 1933, Alexis Leger, secrétaire général du Quai d’Orsay, a un entretien au sujet des activités de Monnet avec Ishii Kikujirô, membre du Conseil Privé et représentant japonais à la conférence économique mondiale de Londres. Ishii lui explique à quel point il serait dangereux pour les puissances de répondre aux « intrigues » de T. V. Soong. Leger, étant au courant du refus ou de la position hésitante des candidats, lui répond qu’il ne pense guère que le projet va aboutir à quelque chose de concret12. Dès le début, le Quai d’Orsay n’a nullement l’intention de soutenir Monnet. Une fois en Chine, il devra faire face à l’indifférence des diplomates français13.

  • 14  Hamaguchi, « Jean Monnet… », op. cit., p. 74-75.

11Étant mis au courant de la présence d’Ishii en France, Monnet, qui était en Suisse, retourne à Paris dans la matinée du 22 août, et s’entretient avec le Japonais. Ishii ne mâche pas ses mots et avertit Monnet que le Japon s’opposera à toute tentative de destruction du Consortium. Monnet affirme qu’il n’a pas l’intention de négliger le Consortium et déclare que lui-même et T. V. Soong n’ont aucune intention d’isoler politiquement le Japon14. Avant même son départ pour la Chine, Monnet doit reconnaître la difficulté de persuader les Japonais. L’une de ses tâches principales en Chine sera justement de les convaincre et de solliciter leur collaboration.

  • 15  MAE E-Asie Chine, vol. 851, De Denis à Cosme, Paris, 3 novembre 1933.

12En dehors de Monnet, aucun des candidats prévus pour le « comité consultatif » ne répond à l’appel de T. V. Soong. Le premier projet chinois attribué à Monnet se termine ainsi par un échec. S’ajoute à cela la démission de T. V. Soong de son poste de ministre, en raison d’un malentendu avec Tchang. T. V. Soong continue à diriger le CNE mais ce sont des coups durs pour Monnet. Désespéré, il hésite à partir pour la Chine. Mais il prend finalement la mer pour le continent asiatique15.

Monnet en Chine

  • 16  Drummond devient le vicomte Strathallan en 1937. Pour éviter toutes confusions, nous
    l’appellerons (...)
  • 17  De Sawada à Hirota, Paris, 19 novembre 1933, in NGB, Dai 2 kan, p. 601-602.

13Monnet arrive à Shanghai au mois de novembre 1933, accompagné de David Drummond, fils de l’ex-secrétaire général de la SDN16. Il faut également signaler la présence de Sir Arthur Salter, conseiller économique du gouvernement chinois. En dehors de Drummond, Monnet aura Mazot comme collaborateur local. Avant son départ pour la Chine, Monnet est allé voir Thion de la Chaume pour lui demander s’il pourrait avoir Mazot comme collaborateur. Il a besoin d’un homme expérimenté pour négocier avec les Chinois. Mazot, n’étant plus agent de la banque depuis l’été, Thion de la Chaume n’y voit pas d’objection. Mais ce dernier n’a aucune intention de soutenir Monnet. Il déclare à Sawada Renzô, ambassadeur du Japon en France par intérim, que la démission de T. V. Soong est une bonne nouvelle pour le Japon, car cela signifie l’échec du projet Monnet. Thion de la Chaume n’attache guère d’importance à la mission de Monnet et estime possible qu’il annule sa visite en Chine. Sawada ne partage pas cet optimisme car T. V. Soong reste toujours président du CNE, et pense que « Monnet et Mazot vont continuer à comploter17 ».

  • 18  Le même mois, Suma est nommé consul général du Japon à Nankin.
  • 19  Selon les mémoires de Suma, les deux hommes s’entretenaient souvent en se promenant le matin dans (...)
  • 20  D’Ariyoshi Akira, ministre du Japon en Chine, à Hirota, Shanghai, 13 décembre 1933, in NGB, Dai 2 (...)
  • 21  De Horiuchi Tateki, ministre du Japon en Chine par intérim à Hirota, Shanghai, 25 avril 1934, in N (...)

14À Shangai, Monnet cohabite, avec ses collaborateurs, dans l’ancienne demeure de Mazot. Le 12 décembre, Monnet invite Suma Yakichirô18, premier secrétaire de la légation japonaise et « chargé du renseignement », avec qui il a une longue conversation. Monnet aura à faire avec lui tout au long de sa présence en Chine19. Les comptes rendus de leurs entretiens nous donnent un aperçu général sur ce que pense Monnet de la politique chinoise. On voit à la fois sa détermination d’aboutir à un résultat concret et un certain pessimisme sur l’avenir de la Chine. Monnet lui raconte que depuis son arrivée en Chine, il a rencontré les principaux dirigeants chinois, parmi lesquels T. V. Soong et Kung Hsiang-hsi (ci-après H. H. Kung), nouveau ministre des Finances et autre beau-frère de Tchang. Mais il a également rendu visite aux adversaires pro-japonais de T. V. Soong, à l’instar de Wang Ching-wei, président du Yuan exécutif (président du Conseil) et ministre des Affaires étrangères, ainsi que Chen Kung-po, ministre des Entreprises. Monnet a étudié de près les études réalisées par la CNE et avoue que ces études et entretiens ne lui ont donné que des impressions pessimistes quant à la capacité de la Chine à entamer sa reconstruction économique. Par conséquent, il admet que le Japon est un élément indispensable pour mettre en œuvre ce genre de politique. Mais il ne veut pas pour autant admettre son statut hégémonique en Chine. Suma a une autre vision de la Chine et affirme que Monnet a tort de considérer que la Chine est un État-nation semblable à celui du monde occidental. Il pense que la Chine est plutôt un groupement de plusieurs entités politiques, divisées selon les régions20. Les arguments de Suma ne sont pas sans fondement car Salter, désespéré par la désorganisation politique du gouvernement chinois, décide de quitter la Chine21.

  • 22  De Yokoyama Masayuki, représentant japonais du bureau des conférences internationales, à Hirota, G (...)
  • 23  De Suma à Hirota, Nankin, 1er juin 1934, in NGB, Dai 3 kan, p. 393. Le rapport Rajchman, paru en 1 (...)

15Malgré la situation chaotique des institutions chinoises, Monnet considère qu’il est possible de créer une institution ayant pour but d’établir des plans de reconstruction en collaboration avec les puissances étrangères. Après plusieurs entretiens avec Suma, il finit par comprendre que le Japon est un acteur incontournable en Chine et qu’il faut le mettre dans le « système » pour entamer une telle politique. Sur ce point, il prend une nette distance par rapport à Rajchman, conseiller envoyé dans le cadre de la mission de la SDN, qui lui, prend une position anti-japonaise. Mais Joseph Avenol, secrétaire général de la SDN, ne partage pas les idées de Rajchman. C’est pour cette raison que le secrétaire général avoue à un diplomate japonais qu’il prend ses distances avec ce dernier22. Rajchman remet à la SDN un rapport concernant l’aide pour la Chine. Mais Monnet, lors d’une conversation avec Suma, critique sévèrement la conclusion de ce rapport en la qualifiant de « trop banale pour qu’elle soit lue attentivement » et affirme être déçu du manque de projets concrets23. Monnet et Rajchman sont d’accord pour accorder de l’aide à la Chine, mais ils sont en désaccord quant à l’attitude à prendre vis-à-vis des Japonais. Monnet reste en Chine et tente de convaincre Suma. Mais ce diplomate ne partagera jamais son point de vue, et Monnet va bientôt comprendre que le Japon n’a absolument pas l’intention de le soutenir.

  • 24  De Suma à Hirota, Nankin, 13 mars 1934, in NGB, Dai 3 kan, p. 416-418.

16Au mois de mars 1934, le projet de Monnet commence à prendre forme. Il s’agit d’une collaboration internationale au sein de laquelle les Chinois prendront eux-mêmes la responsabilité des projets. Contrairement au Consortium, la direction des projets est largement détenue par les Chinois. Les autres nations vont participer au cas par cas et le Japon n’aura pas le droit de participation totale. Suma n’apprécie pas du tout ce plan et réplique qu’il faudrait coloniser la Chine pour réaliser un tel projet. Il considère qu’il n’existe pas de gouvernement central chinois capable de diriger des projets à grande échelle. Monnet reste déterminé à poursuivre son œuvre : « Si on suit vos propos, notre présence en Chine ne servirait à rien. Je vais commencer par ce qui me paraît possible ». C’est un dialogue sans issue entre les deux hommes. Monnet croyait que le Japon était contre un projet de collaboration auquel il ne participerait pas. Mais désormais il a bien saisi son idée : toute sorte de projet de collaboration ayant pour but de reconstruire la Chine est considérée comme inutile24.

  • 25  De Hirota à Ariyoshi, Tokyo, 13 avril 1934, in ibid., p. 434-435.

17Cette prise de distance avec les Japonais va permettre à Monnet d’élaborer la création de la CDFC. Il s’agit d’une institution purement chinoise, composée de banques chinoises, ayant pour but de financer les projets économiques. La CDFC va rassembler les crédits nécessaires pour ces projets, veiller sur son développement et sauvegarder le capital investi. Elle s’occupe, par exemple, de l’installation des centrales électriques, mais sa mission la plus importante consiste à inviter les capitaux étrangers à participer aux travaux de construction des chemins de fer. Le gouvernement japonais accepte finalement ce résultat, car la CDFC, en soi, n’est pas un système de collaboration internationale. Elle ne comporte aucun capital étranger. Tout dépend de son propre effort. Hirota Kôki, ministre des Affaires étrangères du Japon, est satisfait que la dimension internationale ait disparu du projet et que le projet de Monnet semble montrer ses limites25.

  • 26  MAE SDN, vol. 2034, Note sur la collaboration technique entre la SDN et la Chine, De Hoppenot à Lo (...)
  • 27  Memorandum by the Minister of China (Johnson) of a conversation with Mr. David Drummond, Nanking, (...)

18La concession faite aux Japonais par Monnet est souvent commentée d’une manière positive. On la compare souvent à l’attitude de Rajchman envers les Japonais. Par exemple, Henri Hoppenot, le chargé d’affaires français en Chine, note que le mérite de la conception de la CDFC revient entièrement à Monnet et que celle-ci se trouve sur un terrain solide26. Drummond tente également de différencier les activités de Monnet avec celles de Rajchman. Le 3 mai, lors d’un entretien avec Nelson Johnson, ministre des États-Unis en Chine, il affirme que les Japonais ont probablement confondu les activités de Monnet avec celles de Rajchman27.

  • 28  Sur la nomination de T. L. Soong et non de T.V. Soong au poste de directeur général, Hungdah Su no (...)
  • 29  D’Ariyoshi à Hirota, Shanghai, 10 avril 1934, in NGB, Dai 3 kan, p. 432. Li Ming et Chang font par (...)
  • 30  De Sawada, consul général du Japon à New York, à Hirota, New York, 27 septembre 1934, in NGB, Dai (...)
  • 31  TNA FO371/18078, De Cadogan, Pékin, 2 juillet 1935.
  • 32  En 1938, le ministère des Chemins de fer va fusionner avec le ministère des Communications et gard (...)

19La liste des membres fondateurs de la CDFC est impressionnante. T. V. Soong, H. H. Kung, Chang Kia-ngau, directeur général de la Banque de Chine, Li Ming, directeur général de la Banque industrielle de Chine, ou encore Li Yu-ying y figurent. Sung Tzu-liang (ci-après T. L. Soong), un des frères de T. V. Soong, est nommé directeur général. La présence marquante des Soong au sein de la direction de la CDFC est un élément à retenir28. Parmi ces personnalités, certaines sont peu favorables à cette organisation. Par exemple, Chang avoue à un diplomate japonais que le moment n’est pas opportun pour créer la CDFC et qu’il a décidé d’en être membre en raison de son amitié avec T. V. Soong. Quant à Li Ming, il avoue à ce même diplomate qu’il ne voulait pas y participer, mais qu’il a finalement accepté pour ne pas manquer à son devoir et ajoute que Monnet, n’ayant pas la confiance des hommes d’affaires français, aura certainement des difficultés à avoir des aides françaises29. Li Ming avouera plus tard que « le clan de T. V. Soong » a forcé les banques chinoises à participer à la CDFC30. Concernant ces discordes, Louis Beale, conseiller commercial britannique, évoque une éventuelle rivalité entre la CDFC et le ministère des Chemins de fer, car ce dernier détenait le monopole de l’organisation des constructions des voies ferrées31. On verra que Beale voit juste car Chang, qui sera ministre des Chemins de fer en décembre 1935, ne sera pas toujours coopératif avec la CDFC32.

Monnet et la CDFC

  • 33  Pour plus de détails, voir le « Contrat de collaboration entre Jean Monnet et la CDFC, Shanghai, 3 (...)

20Le rôle de Monnet dans le processus de la reconstruction économique de la Chine va au-delà de la création de la CDFC. Il faut maintenant trouver des partenaires étrangers pour celle-ci. C’est toujours Monnet qui s’occupe de cette tâche. Grâce à un accord signé avec T. L. Soong, le 3 juillet 1934, Monnet peut désormais agir en tant que représentant unique de la CDFC aux États-Unis et en Europe, hormis l’URSS, l’Allemagne et l’Italie. Il est chargé d’établir et de maintenir les liens entre la CDFC et ses partenaires étrangers. Il recevra un certain pourcentage des profits réalisés conjointement par la CDFC et lui-même. Dans cet accord de neuf articles, l’article huit définit le calcul des pourcentages annuels réservés pour Monnet. Par exemple, à partir de la deuxième année, Monnet recevra 7,50 % du bénéfice net de la CDFC, en dehors des profits résultant des affaires menées conjointement entre les deux groupes33. Cette mesure a pour but de sauvegarder la rémunération de Monnet, en tenant compte de sa faible position par rapport à la CDFC. Ce sont ces 7,50 % qui seront la cause d’un litige entre la CDFC et Monnet quelques années plus tard.

  • 34  Stephen Lyon Endicott, Diplomacy and Enterprise, British China Policy 1933-1937, Vancouver, Univer (...)

21Un premier contrat est conclu entre la CDFC et la B. & C. Co. Elles forment un syndicat pour émettre des prêts de 16 millions de dollars chinois destinés à remettre en état la ligne des chemins de fer liant les villes de Shanghai-Hangzhou-Ningbo34.

  • 35  TNA FO371/18079, De Levenson à Sir John Pratt, 4 septembre 1934.
  • 36  Addis maintient son point de vue mais un télégramme japonais signale un changement de ton de Thion (...)

22Monnet retourne en Europe au début de l’été 1934. À Londres, il s’entretient avec des hommes d’affaires importants, parmi lesquels Addis qui pense toujours que le Consortium doit être le noyau dur pour la coopération internationale en Chine. Il ne fait pas confiance à la CDFC car la présence d’hommes comme les frères Soong ou Kung signifie qu’elle n’est pas une simple organisation financière mais une institution à caractère politique. Monnet considère que les Japonais ont une position dominante au sein du Consortium et leur présence risquerait de tout gâcher35. Il n’est pas opposé à une coopération avec eux, mais ils doivent être invités aux travaux lorsque les bases de la CDFC seront consolidées36.

  • 37  F. Duchêne, Jean Monnet, op. cit., p. 56-57.
  • 38  Les affaires chinoises seront traitées par M., M. & Co. Ltd. après 1937. Nous appellerons le « gro (...)
  • 39  Archives historiques de l’Union européenne (ci-après AHUE), collection Perth sur Monnet (ci-après (...)
  • 40  AHUE JMPS 5 ADS 4/1/8, Mémorandum sur les perspectives de Monnet, Murnane & Co., de Monnet à Denis (...)

23Au mois de novembre 1934, Monnet se rend à Moscou pour se marier avec Silvia Giannini. Mais c’est lors de sa visite aux États-Unis, jusqu’au printemps 1935, que les choses avancent. C’est à cette occasion qu’il choisit comme partenaire un banquier qu’il considère comme étant l’un des plus brillants aux États-Unis : George Murnane37. Le 18 février 1935, les deux hommes fondent Monnet, Murnane & Co. (ci-après M., M. & Co.) à New York. Drummond représente M., M. & Co. à Londres, Denis à Paris, et Mazot à Shanghai. C’est ainsi que se forme le « groupe Monnet » lié par les affaires chinoises38. C’est au mois de mars que Monnet définit les points essentiels de leur activité qui peuvent être résumés comme suit : son groupe doit faire le lien entre la CDFC et le monde des affaires en Europe et aux États-Unis. Il faut ensuite aider la CDFC à devenir une entité financière capable de répondre à des projets de financement, et surtout, de réussir à réorganiser le financement des chemins de fer39. Monnet est fier de son rôle : « Je pense que nous devons maintenant réaliser entre nous tous, qu’on représente un petit groupe qui possède un laissez-passer permettant de contacter tous les gens importants du monde des finances dans tous les milieux et en tous les cas, nous serons pris au sérieux40 ».

  • 41  TNA FO371/19241, De Cadogan, Nankin, 18 mars 1935.
  • 42  TNA FO371/19242, De Miss N. E. E. Cracknell (Treasury), 17 juillet 1935.
  • 43  Suma Yakichirô, Gaikôhiroku [Mémoires confidentiels sur la diplomatie japonaise], Tokyo Shôkôzaimu (...)
  • 44Ibid., p. 13-14.
  • 45  É. Roussel, Jean Monnet, op. cit., p. 162-163.
  • 46  Suma, Gaikôhiroku, op. cit., p. 13.
  • 47  Kubo Tôru, Senkanki Chûgoku « Jiritsu heno mosaku » : Kanzeitsûka seisaku to Keizaihatten [La Chin (...)

24La date de retour de Monnet en Chine est prévue pour le 9 avril 1935. Lorsqu’il revient à Shanghai, la Chine est en pleine crise financière. T. V. Soong cherche même de l’aide de la part des Japonais et contacte Suma41. Monnet constate que la situation ressemble à celle des États-Unis en 192942. Il tente de jouer un rôle pour sortir la Chine de cette crise. Divers gouvernements tentent de secourir la Chine. Des financiers expérimentés comme Frederick Leith-Ross, conseiller économique en chef du gouvernement britannique ou l’Américain Arthur N. Young sont envoyés en Chine. Le gouvernement japonais tente également de conseiller le gouvernement chinois. Selon Suma, Monnet lui aurait dit que « Pour que la Chine ait une forme d’État, il faut qu’elle ait une monnaie unique et qu’elle aménage ses voies de communication43 ». La Chine maintient toujours son système d’étalon argent. La réforme entamée par le gouvernement chinois va finalement amener la Chine à abandonner ce système. La Chine réussit à stabiliser son système monétaire. Selon Suma, les conseils de Monnet et de Leith-Ross ont joué une influence non négligeable dans cette réforme44. Mais Leith-Ross ne semble guère prendre au sérieux les avis de Monnet45. Pourtant, Monnet ne se décourage pas. Toujours selon Suma, il visite même Tokyo et s’installe à l’Hôtel Impérial pour suivre les démarches du diplomate japonais auprès de son ministère46. Mais les études récentes ont montré que la politique de réforme monétaire fut avant tout dirigée par le gouvernement chinois et que le rôle de Leith-Ross devrait être nuancé47. C’est par sa propre initiative que la Chine réussit à entreprendre la réforme monétaire.

De retour en Occident

  • 48  Jean Monnet, Mémoires, Paris, Fayard, 1976, p. 136.

25Monnet ne se sent pas vraiment à l’aise en Chine. Il a pu gagner la confiance de T. V. Soong, mais les diplomates et hommes d’affaires occidentaux ne lui font guère confiance. Il décide de quitter la Chine pour les États-Unis en janvier 1936. Dans les études concernant Monnet, on évoque peu les affaires chinoises postérieures à son départ de la Chine. Monnet lui-même ne s’y intéresse guère. C’est ce qu’il dira dans ses Mémoires48.

26Mais il a signé un contrat avec la CDFC et doit le respecter. Le gouvernement chinois attache une importance particulière à cette organisation car une de ses principales activités est de financer la construction des chemins de fer. Par conséquent, la tâche de la CDFC revêt un caractère fortement politique et le rôle de Monnet ne peut se limiter à des activités financières purement techniques. Il doit encore une fois faire face à des problèmes politiques. La guerre sino-japonaise débute le 7 juillet 1937. Monnet n’a plus besoin de contacter les diplomates japonais pour mener ses affaires. Mais les chemins de fer sont liés à de multiples intérêts étrangers et il doit en tenir compte. Car Français et Britanniques accordent une grande importance à leurs intérêts économiques en Chine.

  • 49  Fondation Jean Monnet pour l’Europe (ci-après FJM) AMD 2/2/2, General Collaboration Agreement – Ag (...)
  • 50  FJM AMD 2/2/14, « Draft Agreement » [le mot « Draft » est rayé] (22 avril 1937), annotation manusc (...)

27De retour en Europe, la tâche de Monnet consiste tout d’abord à trouver les partenaires de la CDFC. En France, c’est la Banque franco-chinoise pour le Commerce et l’Industrie (ci-après BFC) qui arrive en première ligne. Le 16 décembre 1936, un contrat de collaboration est signé entre la BFC et la CDFC49. Une fois cet accord réalisé, la BFC va constituer en 1937 un groupe composé de quatre banques françaises, ayant pour but de collaborer avec la CDFC dans les projets d’investissements en Chine. Ce groupe sera dirigé par la Banque de Paris & des Pays-Bas, et outre la BFC, la Banque Lazard-Frères et la Banque de l’Indochine vont y participer50. Il s’agit de la naissance du Groupe Uni des Banques françaises (ci-après Groupe Uni).

  • 51  FJM AMD 2/3/10, De Monnet à Mazot, 9 août 1937.

28Monnet va ensuite s’occuper de la Belgique et réussit à établir un lien entre la CDFC et la Société Belge des Chemins de Fer en Chine. Il en est fier et, dans une lettre pour Mazot, note qu’avec les arrangements réalisés en France et en Belgique, la CDFC sera le point de passage obligé pour les compagnies voulant négocier avec la Chine51. En ce qui concerne la Grande-Bretagne, la B. & C. Co. continue à occuper une place primordiale.

  • 52  Sur ces projets impliquant la CDFC, voir Chang, China’s Struggle, op. cit., p. 89-149.
  • 53  M., M. & Co. Ltd. est créé au mois de juillet 1937 à Hong Kong. FJM ADS 5/1/8, Memorandum and Arti (...)

29En collaboration avec ces banques étrangères, la CDFC va émettre des emprunts destinés à plusieurs lignes de chemins de fer, parmi lesquels, en dehors de la ligne Shanghai-Hangzhou-Ningbo, déjà citée, celles de Yushan-Pingxiang, de Chengdu-Chungking, de Canton-Meihsien, de Pukou-Xiangyang ou encore de Kweiyang-Kunming52. Par exemple, Monnet, Murnane & Company Limited (ci-après M., M. & Co. Ltd.) aide la CDFC dans le cas de la ligne Chengdu-Chungking53. Mais c’est surtout dans les affaires birmanes que le « groupe Monnet » va laisser des traces dans l’histoire.

La guerre sino-japonaise et ses répercussions sur M., M. & Co. Ltd

  • 54 .JM AMD 4/4/78, De C. S. Liu à Drummond, 10 juillet 1938.
  • 55  FJM AMD 4/4/270, Annexe à 4/4/268, Notes on Dr. T.V. Soong’s talk to the delegates of the collabor (...)
  • 56  FJM AMD 4/4/261, De Drummond à Mazot, 17 janvier 1939.

30Pour le gouvernement de Tchang, la construction des routes et voies ferrées dans les régions frontalières avec la Birmanie et l’Indochine est d’une importance primordiale. Le nord de la Chine étant contrôlé par les Japonais, le gouvernement national espère recevoir les approvisionnements par le sud. Liu Ching-shan (ci-après C. S. Liu), directeur général adjoint de la CDFC, note que pour gagner la guerre, il faut immédiatement créer deux voies d’approvisionnement, routière ou ferrée, avec la Birmanie et l’Indochine et il faut que ces voies soient liées à d’autres grandes lignes des provinces centrales54. T. V. Soong partage cette idée. Lors d’une réception réunissant les groupes français et britannique, il affirme que la ligne liant la province du Sichuan et la Birmanie est, parmi les projets en cours, la plus importante55. Il s’agit de faciliter les communications entre les villes comme Chengdu et Chungking dans cette province, où sont regroupées les forces chinoises, et les empires coloniaux français et britannique. La « Route de la Birmanie », la voie routière liant
la Birmanie et la Chine, financée par les États-Unis, sera réalisée en 1939.
M., M. & Co. Ltd., ne pouvant participer au projet, va se concentrer sur le projet des chemins de fer56.

  • 57  FJM AMD 4/4/22, Note sur la position du gouvernement français face aux négociations sur la constru (...)
  • 58  FJM AMD 4/4/83, Report by Liang Yu Kao, Chinese Chief Delegate to the Chinese and British Joint Bo (...)

31C’est une affaire bien complexe. De la province du Sichuan, en passant par celle du Yunnan pour enfin atteindre la Birmanie, la ligne doit traverser des régions liées aux intérêts à la fois français et britanniques. Un contrat signé en janvier 1914, entre la Banque industrielle de Chine (ci-après BIC) et le gouvernement chinois, assurait à la BIC la concession de la ligne entre Sichuan et Kunming (Yunnanfou à l’époque), chef-lieu du Yunnan. Depuis, la BFC avait repris les affaires de la BIC, qui avait fait faillite. Le gouvernement français considère, par conséquent, que le groupe français possède toujours des droits incontestables sur la ligne Sichuan-Kunming. Les travaux de construction reliant ces deux lieux doivent être réalisés par le Groupe Uni. En revanche, la ligne entre Kunming et la Birmanie est laissée à la B. & C. Co57. Là réside un problème : en effet, si la ligne Sichuan-Kunming est considérée comme rentable, il n’en va pas de même pour la ligne Kunming-Birmanie. Les Britanniques, par conséquent, sont peu enthousiastes à l’idée de s’occuper uniquement de cette partie de la ligne et souhaitent participer aussi à la partie réservée aux Français. Mais pour le gouvernement chinois, ce n’est pas seulement une question de rentabilité. Il a besoin d’une voie pour assurer l’approvisionnement du Sud-Ouest de la Chine en armes et en munitions58. La meilleure solution est donc de ne pas diviser la ligne selon les « sphères d’influence » des deux puissances et de considérer les deux lignes comme une seule afin de réaliser une coopération franco-britannique.

  • 59  Marsman est une compagnie minière qui a surtout exercé aux Philippines. FJM AMD 4/4/18, De Drummon (...)
  • 60  Chang, China’s Struggle, op. cit., p. 256-257.
  • 61  FJM AMD 4/4/85, De J. Grant Forbes à Drummond, Hong Kong, 14 juillet 1938.
  • 62  FJM AMD 4/4/98, De T. A. Soong et C. S. Liu à Drummond, 23 juillet 1938.
  • 63  Chang, China’s Struggle, op. cit., p. 274.

32Un autre problème vient compliquer la construction de la ligne Sichuan-Birmanie. Chang, ministre des Communications, tente de confier la construction de cette ligne à une entreprise britannique, Marsman & Co. Ltd., sans consulter la CDFC59. Le ministre lui confie la construction de la ligne entre Suifu (actuellement Yibin), dans la province du Sichuan, et Kunming, qui était réservée en principe au Groupe Uni60. Cette décision provoque la colère des autres groupes : la CDFC et M., M. & Co. Ltd., ce dernier étant chargé de négocier avec le Groupe Uni et la B. & C. Co61. Bien que Chang fasse partie des membres fondateurs de la CDFC, il existe une rivalité entre le ministère des Communications et la CDFC. Sung Tzu-an (ci-après T. A. Soong), qui a succédé à son frère au poste de directeur général au mois de juillet 1936, et C. S. Liu affirment que la CDFC poursuit des buts économiques tout en essayant d’établir des relations amicales entre les puissances intéressées, tandis que Chang pense seulement à son ambition politique62. Ambition politique ou pas, Chang considère que l’ouverture d’une voie entre la province du Sichuan et la Birmanie est une nécessité urgente63.

  • 64  FJM AMD 4/4/322, Note sur l’utilité respective des lignes de chemin de fer Kunming-Birmanie et Kun (...)
  • 65  Chang, China’s Struggle, op. cit., p. 263. FJM AMD 4/4/355, De Mazot à Drummond, Hong Kong, 5 juin (...)
  • 66  FJM AMD 4/4/354, De A. François (Groupe Uni) à T. V. Soong, Hong Kong, 1er juin 1939.

33L’« option Marsman » va finalement échouer. Mais il existe d’autres obstacles. La « Route de la Birmanie » étant construite, il n’est plus tellement urgent de construire une voie ferrée entre Kunming et la Birmanie. Néanmoins, la Chine s’attache à la réalisation du réseau ferroviaire liant la Chine et la Birmanie. La ligne entre Suifu et Kunming est réservée principalement au Groupe Uni, mais la CDFC souhaite que la B. & C. Co. participe également au projet. En somme, la Chine souhaite toujours une participation franco-britannique pour sa réalisation. Mais il est difficile de favoriser les intérêts des deux groupes64. S’ajoute à cela la crainte des Birmans concernant une éventuelle immigration massive des Chinois sur leur territoire. Les Britanniques s’inquiètent toujours quant à la rentabilité d’une telle ligne, surtout pour la partie Kunming-Birmanie, et la défense de la Birmanie est également mise en cause65. Le Groupe Uni fait une proposition à la B. & C. Co., selon laquelle il offrirait une participation de 20 % dans les fournitures de la section Suifu-Kunming, et dans le cas où le groupe britannique pourrait se joindre aux négociations, ce dernier offrirait au Groupe Uni une participation de 20 % dans les fournitures de la section Kunming-Birmanie66. Mais le temps passe sans que l’on aboutisse à un accord. La guerre du Pacifique éclate, emportant avec elle le projet de voie ferrée entre la Chine et la Birmanie. M., M. & Co. Ltd., déjà très affaibli, va également subir les conséquences de la guerre.

Une relation tendue entre le « groupe Monnet » et la CDFC

34Les crises asiatiques et européennes pèsent énormément sur les activités de la CDFC et du « groupe Monnet ». La guerre sino-japonaise rend difficile la construction des chemins de fer. À titre d’exemple, malgré la conclusion de l’accord entre la CDFC et le Groupe Uni, la ligne entre Chungking et Chengdu ne sera pas entièrement construite. Seule une partie est réalisée en avril 1938.

  • 67  F. Duchêne, Jean Monnet, op. cit., p. 70.
  • 68  FJM AMD 4/4/227, De Mazot à Drummond, Hong Kong, 25 novembre 1938.

35Au sein du « groupe Monnet », Monnet n’a plus suffisamment de temps à consacrer aux affaires chinoises. Il s’occupe des achats d’avions pour le compte du gouvernement français et tente d’ailleurs de faire intervenir M., M. & Co. dans les programmes d’achats67. Par conséquent, c’est le trio Drummond-Denis-Mazot qui s’occupe des affaires de la CDFC. Les relations entre la CDFC et M., M. & Co. Ltd. ne sont pas des meilleures et Mazot fait les frais de cette mésentente. Il est membre de M., M. & Co. Ltd., mais il est également rémunéré par la CDFC. En novembre 1938, il se plaint des relations entre M., M. & Co. Ltd. et la CFDC. La CDFC et le Groupe Uni négocient parfois sans passer par M., M. & Co. Ltd. C’est ce qui est arrivé dans le cas de la ligne de chemins de fer Lang Son (Indochine, ville frontalière avec la Chine)-Nanning (chef-lieu de la province du Guangxi). Mazot se plaint du manque de confiance dans les relations entre les deux groupes, auprès de T. V. Soong, de T. A. Soong et de C. S. Liu. Ce dernier lui avoue que T. A. Soong n’apprécie pas tellement le contrat signé avec Monnet. Mazot, étant rémunéré à la fois par les deux protagonistes, se trouve dans une situation délicate. Mais il défend les efforts de Monnet. Il évoque le « team work » des membres de M., M. & Co. Ltd. et rappelle à C. S. Liu
à quel point Monnet a consacré son temps pour la formation, non seulement de la CDFC, mais également du Groupe Uni68.

  • 69  FJM AMD 6/1/40, De Mazot à Monnet, Hong Kong, 18 juin 1939. FJM AMD 6/1/48, Note for Dr. Rajchman, (...)

36Malgré les efforts de Mazot, les relations entre la CDFC et M., M. & Co. Ltd. vont se dégrader. Monnet est débordé, mais commence sérieusement à s’inquiéter de la situation. Pour l’année 1935-1936, M., M. & Co. a reçu les 7,50 % des bénéfices de la CDFC, soit 23 000 dollars américains. Pour l’année 1936-1937, le « groupe Monnet » a reçu environ 15 000 dollars. Depuis, M., M. & Co. Ltd. n’a rien reçu. Pour les années 1937-1938 et 1938-1939, la CDFC n’a communiqué aucun compte. Par conséquent, M., M. & Co. Ltd. ne peut même pas savoir si la CDFC a subi des grosses pertes. Mazot conseille à Monnet d’écrire directement à T. V. Soong à ce sujet. Monnet compte également sur Rajchman, qui a une grande influence auprès de T. V. Soong69. Monnet est déterminé à faire respecter le contrat signé avec la CDFC et le fait savoir à Mazot qui est un peu hésitant face aux Chinois :

37« … Cependant, toutes nos possibilités d’action tiennent à la cohésion de nos efforts et nous devons nous soumettre les uns et les autres à la règle absolue que notre préoccupation est celle des intérêts communs de M. M. & Co., Ltd.

  • 70  FJM AMD 6/1/45, De Monnet à Mazot, Paris, 7 juillet 1939, Lettre Paris n° 3.

38Je suis tout prêt à reconnaître le concours que chacun de nous apporte à la communauté, mais si cette communauté n’existait pas, nous nous trouverions du jour au lendemain aussi désarmés les uns que les autres70 ».

39En soulignant le mot « communs », Monnet rappelle à Mazot qu’il doit défendre les intérêts de M., M. & Co. Ltd. en Chine. En suivant sa suggestion, Monnet rédige une lettre, datant du 19 juillet 1939, destinée à T. V. Soong et la confie à Rajchman qui va partir pour la Chine.

  • 71  FJM AMD 6/1/51, De Monnet à T. V. Soong, Paris, 19 juillet 1939, Lettre B de Paris.

40Mazot, ayant reçu cette lettre, la remet à T. V. Soong, le 10 août. Cette lettre ne sert qu’à mettre de l’huile sur le feu. Monnet, tout en s’excusant d’évoquer le problème à un moment où la crise frappe le monde et surtout d’une manière dramatique la Chine, réclame les 7,50 % des profits annuels de la CDFC. Il explique à quel point le « groupe Monnet » a travaillé pour la CDFC et donne plusieurs exemples, parmi lesquels les affaires de la ligne Sichuan-Birmanie. Selon Monnet, c’est grâce à son équipe que la CDFC a pu maintenir une place centrale dans les négociations. Il a également pu surmonter les « intrigues » du groupe Marsman, inciter la B. & C. Co. à s’intéresser au projet, renforcer la position du Groupe Uni et, enfin, obtenir le soutien des gouvernements intéressés. Tout cela montre qu’il mérite de recevoir les rémunérations définies dans le contrat. Monnet ajoute que, malgré le manque d’informations concernant le bilan des années 1938 et 1939, une méthode temporaire doit être trouvée au cas où la CDFC serait en déficit. Par exemple, confier au « groupe Monnet » le statut de représentant de la Banque de Chine à Paris. Monnet estime qu’une décision de ce genre revient à T. V. Soong, et n’a pas l’intention de céder aux pressions de la CDFC71.

  • 72  FJM AMD 6/1/57, De Mazot à Monnet, Hong Kong, 17 août 1939.

41Le lendemain, ce n’est pas T. V. Soong mais T. A. Soong, ayant également lu la lettre, qui convoque Mazot. Le directeur général, furieux, élève la voix et critique sévèrement le contrat signé avec Monnet. Il affirme que la CDFC a perdu plusieurs millions, que la responsabilité en incombe non à lui mais à la guerre, que les banques chinoises, y compris la Banque de Chine, se trouvent dans des situations financièrement difficiles, et que Monnet ne peut pas espérer des profits dans une période pareille. Il ajoute que le contrat signé avec Monnet prévoyait bien 7,50 % sur les profits mais qu’il ne s’agissait pas de verser les 7,50 % dans les pertes. T. A. Soong avoue avoir hésité souvent à demander la collaboration du « groupe Monnet » dans les affaires car celle-ci coûtait très cher à la CDFC. Il termine en affirmant que le plus simple serait d’annuler le contrat et de travailler uniquement sur une base syndicale72.

  • 73  FJM AMD 6/2/5, De J. Grant Forbes à Denis, Hong Kong, 14 avril 1938.
  • 74  FJM AMD 6/1/59, De T. V. Soong à Monnet, Chungking, 1er octobre 1939.

42Les relations entre T. A. Soong et M., M. & Co. Ltd. étaient déjà tendues. T. A. Soong, jeune, manquant d’expérience mais qui a confiance en soi, est extrêmement sensible à propos de ses prérogatives en tant que directeur général de la CDFC. Selon un collaborateur de M., M. & Co. Ltd., il veut garder tous les profits pour la CDFC et considère inutile la collaboration de M., M. & Co. Ltd73. Mais T. V. Soong ne partage pas cette idée et pense que Monnet a contribué aux affaires de la CDFC74.

  • 75  FJM AMD 6/1/61, De Mazot à Monnet, Hong Kong, 30 décembre 1939.
  • 76  FJM AMD 6/1/63, De Mazot à Monnet, Hong Kong, 2 janvier 1939 [probablement 1940].

43Selon T. A. Soong, la CDFC a perdu environ 10 millions de dollars. Il est, par conséquent, impensable de verser les 7,50 % prévus pour Monnet. Il pense que le mieux serait d’abord de donner à Monnet un préavis de six mois pour annuler le contrat, pour ensuite négocier un contrat prévoyant une rémunération au pourcentage sur les affaires auxquelles M., M. & Co. Ltd. participerait75. T. V. Soong, qui reconnaît les contributions de Monnet, pense que son frère est en train de commettre une grave erreur. Il laisse d’habitude à son frère la direction de la CDFC, mais il pense que son intervention est devenue nécessaire pour régler l’affaire en faveur de Monnet76.

  • 77  FJM AMD 6/1/66, Note pour le conseil d’administration de la CDFC, Hong Kong, 2 mars 1940.
  • 78  FJM AMD 6/1/79, De Mazot à Monnet, Hong Kong, 16 mars 1940.

44En dehors des 7,50 %, Monnet réclame 25 % des profits dans l’« affaire de la Birmanie », c’est-à-dire ceux émanant de la construction des chemins de fer entre Suifu et Kunming. T. A. Soong n’est pas d’accord car il pense que l’« affaire de la Birmanie » désigne uniquement la partie entre la Birmanie et Kunming, excluant ainsi la ligne réservée aux Français77. Pour T. A. Soong, c’en est assez. Il convoque Mazot pour lui annoncer son intention d’annuler le contrat avec Monnet. Il ajoute qu’il n’a jamais aimé Monnet et qu’il le déteste78.

  • 79Ibid.

45Alerté par C. S. Liu de la gravité de la situation, T. V. Soong décide d’en parler franchement avec son frère. Il convoque ensuite Mazot pour lui parler de la longue et douloureuse discussion entamée avec son frère. Pour T. V. Soong, c’est son vrai frère et le seul dans sa famille qui lui est fidèle et ne veut pas rompre les relations avec lui. Mais il lui explique que le « groupe Monnet » n’a rien reçu depuis deux ans, malgré les grands services rendus par Monnet et son équipe pour la CDFC. T. V. Soong ne veut pas non plus rompre avec Monnet. Lors du conseil d’administration du jour même de l’entretien des deux frères, T. V. Soong propose d’accorder à Monnet une participation de 20 % dans la construction des chemins de fer Suifu-Kunming et force les membres du conseil à l’admettre. Le lendemain, c’est au tour de T. A. Soong de convoquer Mazot. Le directeur général est évidemment mécontent et affirme que s’il était le seul à avoir le droit de décider, il ne donnerait même pas 1 % à Monnet. Il admet tout de même les 20 % proposés par T. V. Soong mais ajoute que désormais le contrat avec M., M. & Co. Ltd. sera seulement sur une base syndicale. Donc, c’en est fini pour les 7,50 % pour le « groupe Monnet ». Mais T. A. Soong se réjouit des efforts de Mazot et lui avoue que c’est grâce à lui que Monnet aura les 20 %. C’est ainsi que Mazot, dans une lettre pour Monnet, résume les négociations qu’il a poursuivies avec la CDFC avec une certaine fierté : « J’ai fait, je le crois, presque l’impossible pour défendre les intérêts de M., M. & Co. Ltd. et j’espère que vous et George [Murnane] en appréciez le résultat79 ».

  • 80  FJM AMD 6/1/73, De T. A. Soong à Monnet, Hong Kong, 15 mars 1940.
  • 81  FJM AMD 6/1/95, De Monnet à la CDFC [non datée].

46Une lettre pour Monnet datant du 15 mars 1940, entièrement dictée par T. V. Soong mais signée par T. A. Soong, se termine par la phrase suivante : « J’espère sincèrement qu’après la guerre, notre coopération qui a été tant agréable et profitable sera beaucoup plus renforcée au profit des deux groupes80 ». Mais il n’y aura pas d’après-guerre en ce qui concerne les relations entre Monnet et la CDFC. Mazot consacre toute son énergie pour M., M. & Co. Ltd. Ce qui n’est pas le cas pour les autres membres du groupe qui sont en Europe. Citons un passage de la réponse de Monnet à la lettre du 15 mars : « … Il est de notre désir, si c’est le vôtre, de continuer notre collaboration comme par le passé. Naturellement, Strathallan [Drummond], Denis et moi sommes obligés de consacrer la plupart de notre temps et de notre énergie à un travail d’intérêt national, nous ne pouvons pas agir personnellement en ce qui concerne des affaires d’un ordre particulier81 ».

La Seconde Guerre mondiale et le « groupe Monnet »

  • 82  FJM AMD 13/2/2, Minutes of the Special Meeting of the Board of Directors held in Paris, France, on (...)
  • 83  FJM AMD 6/1/96, De Roseborough à Mazot, 28 mai 1940.

47En 1940, Monnet, en tant que président du Comité de coordination franco-britannique, s’implique à fond dans la guerre contre l’Allemagne. Les affaires chinoises deviennent une lourde charge supplémentaire. En pleine période de crise entre la CDFC et le « groupe Monnet », le 2 février 1940, Monnet démissionne de son poste de président de M., M. & Co. Ltd. Le 24 février, il réunit à Paris le dernier conseil d’administration extraordinaire de son groupe. Seul Denis y est présent. Monnet désigne comme son successeur W. Arthur Roseborough, un avocat américain. Il reste le seul à pouvoir consacrer son temps pour les affaires82. Mais la guerre rend les activités extrêmement difficiles. À la fin du mois de mai 1940, Roseborough songe à quitter Paris et demande à Mazot d’envoyer les messages à Bordeaux, où se trouve un bureau ouvert au début de la guerre83.

  • 84  337. To Rajchman (Oct. 26, 1943) ; 339. From Rajchman (Oct. 29, 1943), in Hsiao-ting Lin & Wu Jing (...)
  • 85  FJM AMD 14/3/7, Note de [?] à Monnet. Voir également Ph. Oulmont, Pierre Denis…, op. cit., p. 248- (...)

48Désormais, Monnet n’aura plus tellement de liens avec la Chine. Le 26 octobre 1943, T. V. Soong demande à Rajchman, avec qui il est en contact permanent, de contacter Monnet et d’autres Français pour avoir des informations sur les activités des communistes à Alger qui semblent avoir obtenu l’autorisation de communiquer avec leurs collègues des autres colonies françaises. Monnet et les autres expliquent à Rajchman que des députés communistes ont été libérés et qu’ils peuvent agir librement mais qu’il n’existe pas d’organisation communiste dans les colonies84. Il s’agit d’un rare exemple de contact indirect entre Monnet et la Chine. Concernant Denis et Drummond, ils sont tous deux mobilisés dès le début des hostilités. Après la défaite de juin 1940, Denis va s’engager dans la France libre en tant que trésorier du mouvement sous le pseudonyme de « Pierre Rauzan »85.

  • 86  FJM AMD 14/2/2, De la secrétaire de Monnet [Burd ?] à Rajchman, 28 avril 1942.
  • 87  FJM AMD 14/2/4, De Rajchman à A. M. Burd [secrétaire de Monnet], 29 avril 1942.
  • 88  FJM 14/2/6, De Hykes à Monnet, Harrisburg, 23 septembre 1942. Annexe à AMD 14/2/5 Lettre de F. Mc (...)
  • 89  FJM AMD 14/2/9, De [Monnet] à Rajchman, 5 octobre 1942.

49Le sort de Mazot sera tragique. En avril 1942, Monnet, se trouvant aux États-Unis, demande à sa secrétaire d’écrire à Rajchman pour savoir s’il est possible de communiquer avec Mazot86. Rajchman n’en sait rien et lui répond que la seule façon de communiquer serait de passer par le service diplomatique du gouvernement de Vichy87. Il est peu probable que Monnet ait suivi cette suggestion. C’est finalement par un rapatrié de Hong Kong, Donald M. Hykes, de la National City Bank, que les nouvelles concernant Mazot arrivent auprès de Monnet. La France étant un pays neutre pour les Japonais, Mazot est libre et n’a pas besoin de quitter Hong Kong. Mais cela signifie en même temps qu’il n’aura pas la chance d’être rapatrié. Trouver un moyen de transport pour un port neutre est très difficile. Sa santé n’est pas bonne88. Dans cette situation, le meilleur moyen serait que T. V. Soong, ministre des Affaires étrangères depuis 1942, prenne Mazot en charge89.

  • 90  FJM AMD 14/2/10, De Solange Mazot à Monnet, Paris, 4 octobre 1945.

50Mais il faut attendre la fin de l’occupation japonaise pour connaître exactement l’état de santé de Mazot. C’est par son épouse, Solange Mazot, restée à Paris durant la guerre, que Monnet obtient enfin des informations précises sur son ancien collègue. Mazot, gravement malade, est peu à peu paralysé. Son épouse écrit plusieurs lettres à Monnet, après la fin des hostilités, pour lui demander le rapatriement de son mari, qui est à Shanghai, et non à Hong Kong90. Elle joint notamment une lettre de son mari, racontant son histoire depuis l’éclatement de la guerre :

  • 91  FJM AMD 14/2/12, De Mazot à Solange Mazot, Shanghai, 9 septembre 1945.

« Depuis le commencement de la guerre en Extrême-Orient, j’ai été complètement sans nouvelles de mes amis français, étrangers de la Corporation et j’ai le sentiment d’avoir été abandonné par eux… On me dit que Li Yu ying (sic) est à Paris. Renseigne toi à l’Ambassade, vois-le et dis-lui combien j’ai souffert à Hong Kong et ici. Dis la même chose à Monnet, qui m’a toujours dit et écrit avant la guerre d’avoir confiance en eux, que j’étais un des leurs… ; c’est le moment de le prouver91 ».

  • 92  FJM AMD 14/2/16, De Monnet à T. V. Soong, 10 octobre 1945. Annexe à AMD 14/2/15, Lettre de Monnet (...)
  • 93  FJM AMD 14/2/13, Note concernant M. Mazot.
  • 94  FJM AMD 14/2/22, De la sous-direction d’Asie-Océanie à Monnet, Paris, 5 novembre 1945.
  • 95  FJM AMD 14/2/23, texte d’un radiogramme, de Solange Mazot à Henri Mazot, 8 janvier 1946. Cependant (...)

51En dehors d’un ami chinois qui lui a apporté une aide financière, Mazot semble avoir été abandonné par les membres de la CDFC. Monnet fait le nécessaire pour que Mazot puisse être rapatrié au plus vite. Par l’intermédiaire de l’ambassade de Chine à Paris, il télégraphie, le 10 octobre, à T. V. Soong, président du Yuan exécutif depuis juin 1945, pour le prier d’apporter toute aide de toute nature92. Il intervient également auprès de Georges Bidault, ministre des Affaires étrangères, pour lui demander de faciliter le rapatriement de Mazot. C’est peut-être grâce à ces efforts que Mazot réussit à être sur la liste des premiers à être rapatriés de Shanghai93. Mais il se trouve dans une situation très grave. Le Quai d’Orsay informe Monnet que Mazot a pris un navire-hôpital américain pour les États-Unis94. Il semblerait que c’est seulement au début de janvier 1946 que Mazot revient en France95.

Conclusion

  • 96  FJM AMD 10/5/11, De Murnane à Roseborough, 16 février 1940.

52Cette histoire se termine ainsi par le rapatriement de Mazot. Monnet avait déjà abandonné les affaires chinoises en donnant sa démission à M., M. & Co. Ltd. au mois de février 1940. En ce même mois, Murnane, dans une lettre pour Roseborough, résume les affaires chinoises de la manière suivante : « La Chine a été autrefois un pays plein de promesses. Le “groupe Monnet” s’est énormément investi pour ce pays ; Mazot tout son temps, Drummond et Denis la plupart de leur temps et Monnet un certain temps. Mais il fallait, à la fois, bâtir quelque chose là où il n’y avait rien, susciter l’intérêt des personnalités concernées, consacrer beaucoup de temps et dépenser beaucoup. En somme, il fallait tout faire de A à Z ». Pour Murnane, le « groupe Monnet » était surchargé et ne disposait pas de temps suffisant pour mettre en œuvre toutes ces tâches96.

53La guerre en Asie se termine par la victoire chinoise. Mais la chute du Japon ne mène pas à la paix. Le gouvernement national doit faire face aux communistes. Ce sont finalement ces derniers qui vont régner sur la Chine et, par conséquent, la reconstruction économique du continent se fera sous leur responsabilité. Tchang et les dirigeants du Guomindang s’installent à Taïwan. Mais T. V. Soong se réfugie aux États-Unis.

  • 97  FJM AMK C 29/1/195, Dactylogramme, De Suma à Monnet, 16 mai 1962.
  • 98  FJM AMK C 29/1/196, De Monnet à Suma, 2 juillet 1962.

54Suma, autre personnage important de la période chinoise de Monnet, est ministre du Japon en Espagne lors de la défaite en 1945. Suspecté de crime de guerre de la classe A, il ne sera cependant pas poursuivi et sera libéré le 24 décembre 1948, le lendemain de l’exécution des sept condamnés à mort de la classe A. Il sera membre de la Chambre des représentants entre 1953 et 1958. En 1962, dans une lettre pour Monnet, alors président du Comité d’action pour les États-Unis d’Europe, Suma le félicite pour ses activités consacrées à la construction européenne : la Communauté économique européenne, décrite comme la création de Monnet, sera enregistrée dans les annales de l’histoire comme l’œuvre la plus monumentale en matière économique et politique97. Le ton de cette lettre montre que les temps ont bien changé depuis les années trente. Monnet lui répond qu’il est heureux de correspondre après de longues années et lui envoie des documents sur ses activités pour l’Europe98.

  • 99  FJM AMK C 29/1/246, De Li Yu-ying à Monnet, Montevideo, 7 juin 1967.
  • 100  FJM AMK C 29/1/247, De Monnet à Li Yu-ying, 31 juillet 1967.

55Monnet ne jouera aucun rôle important dans les enjeux asiatiques d’après-guerre. La Chine et le Japon deviendront pour lui totalement étrangers, comme le montre l’épisode suivant. En 1967, Li Yu-ying l’invite à Taipei99. Monnet, tout en lui demandant de faire signe lors de son passage à Paris, refuse cette invitation pour la raison suivante : « Vous êtes très aimable de m’inviter à aller à Taipei et je vous prie de remercier vos amis. Mais cela ne me sera pas possible. Je suis lié à Paris, à Londres, à Washington, à Bonn, à Rome par cette question de l’Union de l’Europe à laquelle, vous le savez, je consacre tous mes instants100 ».

  • 101  FJM AMD 6/2/9, De Denis à Drummond, 15 juillet 1938 [ ?].

56Revenons aux années trente pour terminer cet article. Selon Li Yu-ying, T. V. Soong aurait ainsi résumé ses impressions sur Monnet : « quelle que soit sa bonne volonté pour la Chine et quel que soit son talent, c’est un homme d’affaires et un intermédiaire101 ». Autrement dit, T. V. Soong considère que Monnet n’est pas un « ami politique » de la Chine. Peut-être que Monnet ne partage pas la cause politique poursuivie par T. V. Soong et il est certain que les affaires chinoises ne figurent plus parmi ses priorités à la fin des années trente. Mais on ne peut pas dire pour autant qu’il poursuit uniquement ses intérêts personnels. En 1933, Monnet sait parfaitement qu’on lui accorde une mission : reconstruire économiquement la Chine. Il s’engage à fond et réussit à faire naître la CDFC malgré l’indifférence des diplomates occidentaux et l’hostilité des Japonais. Mais c’est un homme pragmatique. En Europe, la guerre se fait sentir et la France lui accorde une mission d’une importance primordiale. Il considère que cette tâche est plus importante que les affaires liées à la Chine.

Notes

1  Il faut tout d’abord citer les deux biographies sur Monnet. François Duchêne, Jean Monnet, The First Statesman of Interdependence, New York, W.W. Norton & Company, 1994, p. 51-61. Éric Roussel, Jean Monnet, Paris, Fayard, 1996, p. 137-164. Deux articles doivent également être retenus. Hamaguchi Manabu, « Jean Monnet no Chûgoku Kensetsugin Kôshi Kôsô [Jean Monnet et le projet de la CDFC] », Gaikôshiryôkanpô, n° 15, juin 2001, p. 63-87. Hungdah Su, « The Father of Europe in China : Jean Monnet and the creation of the CDFC (1933-1936) », Journal of European Integration History, vol. 13, n° 1, 2007, p. 9-24. Il existe une thèse sur la CDFC. Selon cette étude, le syndicat bancaire va subsister jusqu’en 1949. Voir le tableau chronologique qui figure dans l’annexe III de cet ouvrage. Cheng Hwei-shing, From Private Investment Company to State Enterprise : The Development and Operation of CDFC (in Chinese), Hong Kong, The Chinese University Press, 2001, p. 376-389.

2  Mitani Taiichirô, Wall Street to Kyokutô, Seiji ni okeru Kokusaikinyûshihon [Wall Street et l’Extrême-Orient : Les finances internationales dans le domaine politique], Tokyo, Tokyo Daigaku Shuppankai, 2009, p. 172-175. Ce livre rassemble les articles de Mitani, publiés entre 1979 et 1996, parmi lesquels un article de 1980 évoquant le rôle de Monnet en tant que conseiller de Soong.

3  Sur les premiers contacts des Chinois avec Monnet, voir Su, « The Father of Europe in China... », op. cit., p. 9-11.

4  Sur le rôle de Rajchman en Chine, voir l’étude suivante : Marta Aleksandra Balinska, Une vie pour l’humanitaire : Ludwik Rajchman (1881-1965), Paris, éd. La Découverte, 1995.

5  Concernant Li Yu-ying qui a été un anarchiste lors de sa jeunesse, voir l’ouvrage suivant : Saga Takashi, Kindai Chûgoku Anarchism no Kenkyû [Études sur l’anarchisme en Chine moderne], Tokyo, Kenbunshuppan, 1994, p. 137-164.

6  Sur le rôle de Denis dans les affaires chinoises, voir Philippe Oulmont, Pierre Denis, Français libre et citoyen du monde, Paris, Nouveau Monde éditions, p. 211-216.

7  Sur cet épisode, voir Hamaguchi, « Jean Monnet… », op. cit., p. 69.

8  Mitani, Wall Street to Kyokutô…, op. cit., p. 200.

9  Elle fut créée par le tandem Hong Kong and Shanghai Banking Corporation et Jardine, Matheson & Co. en 1898.

10  Ministère des Affaires étrangères (ci-après MAE) E-Asie Chine, vol. 848, Note, Paris,
1er août 1933.

11  MAE E-Asie Chine, vol. 848, De Barnes (du Consortium chinois) à Thion de la Chaume, July 31, 1933, annexe à la lettre de Flers (secrétaire général de la Banque de l’Indochine) à Cosme, Paris, 4 août 1933.

12  De Sawada à Uchida Yasuya, ministre des Affaires étrangères, Paris, le 19 août 1933, in Nihon Gaikô Bunsho [Documents diplomatiques japonais, ci-après NGB], Shôwa ki II, Dai 1 bu, Dai 2 kan (Shôwa 8 nen, Tai Chûgoku kankei), Tokyo, Gaimushô, 1998, p. 587-588.

13  É. Roussel, Jean Monnet, op. cit., p. 144-148.

14  Hamaguchi, « Jean Monnet… », op. cit., p. 74-75.

15  MAE E-Asie Chine, vol. 851, De Denis à Cosme, Paris, 3 novembre 1933.

16  Drummond devient le vicomte Strathallan en 1937. Pour éviter toutes confusions, nous
l’appellerons « Drummond » dans notre article.

17  De Sawada à Hirota, Paris, 19 novembre 1933, in NGB, Dai 2 kan, p. 601-602.

18  Le même mois, Suma est nommé consul général du Japon à Nankin.

19  Selon les mémoires de Suma, les deux hommes s’entretenaient souvent en se promenant le matin dans Jessfield Park (actuellement Zongshan Park), à Shanghai. Suma Yakichirô, Toki (Suma Nikki) [Toki (Le Journal de Suma)], Tokyo, Toki Hensankai, 1964, p. 76.

20  D’Ariyoshi Akira, ministre du Japon en Chine, à Hirota, Shanghai, 13 décembre 1933, in NGB, Dai 2 kan, p. 602-603.

21  De Horiuchi Tateki, ministre du Japon en Chine par intérim à Hirota, Shanghai, 25 avril 1934, in NGB, Shôwa ki II, Dai 1 bu, Dai 3 kan (Shôwa 9 nen, Tai Chûgoku kankei), Tokyo, Gaimushô, 2000, p. 382.

22  De Yokoyama Masayuki, représentant japonais du bureau des conférences internationales, à Hirota, Genève, 11 avril 1934, in ibid., p. 376-377. Sur ce point, voir Balinska, Une vie pour l’humanitaire, op. cit., p. 165-167.

23  De Suma à Hirota, Nankin, 1er juin 1934, in NGB, Dai 3 kan, p. 393. Le rapport Rajchman, paru en 1934, est traduit en japonais. Rajchman Hôkokusho : Kokusairenmei no Taishigijutsuenjo ni kansuru Hôkokusho (Report of the Technical Agent of the Council on his Mission in China, from the Date of his Appointment until april 1st, 1934), traduit de l’anglais par Kokusairenmeijimukyoku Tokyoshikyoku, Tokyo, Nihonkokusaikyôkai, 1934.

24  De Suma à Hirota, Nankin, 13 mars 1934, in NGB, Dai 3 kan, p. 416-418.

25  De Hirota à Ariyoshi, Tokyo, 13 avril 1934, in ibid., p. 434-435.

26  MAE SDN, vol. 2034, Note sur la collaboration technique entre la SDN et la Chine, De Hoppenot à Louis Barthou, ministre des Affaires étrangères, Pékin, 19 avril 1934.

27  Memorandum by the Minister of China (Johnson) of a conversation with Mr. David Drummond, Nanking, 3 mai 1934, in Foreign Relations of the United States, Diplomatic Papers, 1934, The Far East, vol. III, Washington, USGPO, 1950, p. 377-379.

28  Sur la nomination de T. L. Soong et non de T.V. Soong au poste de directeur général, Hungdah Su nous donne des éclaircissements à ce sujet. Su, « The Father of Europe in China… », op. cit., p. 19.

29  D’Ariyoshi à Hirota, Shanghai, 10 avril 1934, in NGB, Dai 3 kan, p. 432. Li Ming et Chang font partie des dirigeants qui ont personnellement contribué au financement de la CDFC, tout comme T. V. Soong. The National Archives (ci-après TNA) FO317/18079, Du Foreign Office, Londres, 11 octobre 1934.

30  De Sawada, consul général du Japon à New York, à Hirota, New York, 27 septembre 1934, in NGB, Dai 3 kan, p. 461-462.

31  TNA FO371/18078, De Cadogan, Pékin, 2 juillet 1935.

32  En 1938, le ministère des Chemins de fer va fusionner avec le ministère des Communications et gardera l’appellation de ce dernier. Chang en sera toujours le ministre.

33  Pour plus de détails, voir le « Contrat de collaboration entre Jean Monnet et la CDFC, Shanghai, 3 juillet 1934 », reproduit dans Hamaguchi, « Jean Monnet... », op. cit., p. 85-87.

34  Stephen Lyon Endicott, Diplomacy and Enterprise, British China Policy 1933-1937, Vancouver, University of British Columbia Press, 1975, p. 42.

35  TNA FO371/18079, De Levenson à Sir John Pratt, 4 septembre 1934.

36  Addis maintient son point de vue mais un télégramme japonais signale un changement de ton de Thion de la Chaume, devenant plus favorable à Monnet au mois de novembre. De Mitani Takanobu, ambassadeur du Japon en France par intérim à Hirota, Paris, 17 novembre 1934, in NGB, Dai 3 kan, p. 462-463.

37  F. Duchêne, Jean Monnet, op. cit., p. 56-57.

38  Les affaires chinoises seront traitées par M., M. & Co. Ltd. après 1937. Nous appellerons le « groupe Monnet » l’ensemble des membres de M., M. & Co. et de M., M. & Co. Ltd.

39  Archives historiques de l’Union européenne (ci-après AHUE), collection Perth sur Monnet (ci-après JMPS) – Archives originales à la Fondation Jean Monnet pour l’Europe (Fonds ADS) 6/1/4, De Monnet à Denis et Drummond, 13 mars 1935.

40  AHUE JMPS 5 ADS 4/1/8, Mémorandum sur les perspectives de Monnet, Murnane & Co., de Monnet à Denis et Drummond, 15 mars 1935.

41  TNA FO371/19241, De Cadogan, Nankin, 18 mars 1935.

42  TNA FO371/19242, De Miss N. E. E. Cracknell (Treasury), 17 juillet 1935.

43  Suma Yakichirô, Gaikôhiroku [Mémoires confidentiels sur la diplomatie japonaise], Tokyo Shôkôzaimu Kenkyûkai, 1956, p. 22.

44Ibid., p. 13-14.

45  É. Roussel, Jean Monnet, op. cit., p. 162-163.

46  Suma, Gaikôhiroku, op. cit., p. 13.

47  Kubo Tôru, Senkanki Chûgoku « Jiritsu heno mosaku » : Kanzeitsûka seisaku to Keizaihatten [La Chine d’entre-deux-guerres « En quête d’indépendance » : Les politiques douanière et monétaire, le développement économique], Tokyo, Tokyo Daigaku Shuppankai, 1999, p. 195-225.

48  Jean Monnet, Mémoires, Paris, Fayard, 1976, p. 136.

49  Fondation Jean Monnet pour l’Europe (ci-après FJM) AMD 2/2/2, General Collaboration Agreement – Agreement between the BFC and the CDFC (16 décembre 1936).

50  FJM AMD 2/2/14, « Draft Agreement » [le mot « Draft » est rayé] (22 avril 1937), annotation manuscrite de Monnet : Final signed text.

51  FJM AMD 2/3/10, De Monnet à Mazot, 9 août 1937.

52  Sur ces projets impliquant la CDFC, voir Chang, China’s Struggle, op. cit., p. 89-149.

53  M., M. & Co. Ltd. est créé au mois de juillet 1937 à Hong Kong. FJM ADS 5/1/8, Memorandum and Articles of Association (of) Monnet, Murnane and Company, Limited – Hong Kong.

54 .JM AMD 4/4/78, De C. S. Liu à Drummond, 10 juillet 1938.

55  FJM AMD 4/4/270, Annexe à 4/4/268, Notes on Dr. T.V. Soong’s talk to the delegates of the collaboration group, 5 janvier 1939.

56  FJM AMD 4/4/261, De Drummond à Mazot, 17 janvier 1939.

57  FJM AMD 4/4/22, Note sur la position du gouvernement français face aux négociations sur la construction du Burma Railway (18 novembre 1938).

58  FJM AMD 4/4/83, Report by Liang Yu Kao, Chinese Chief Delegate to the Chinese and British Joint Border Commission of Southern Section of the Burma Yunnan Boundary Affairs (Annexe à 4/4/82, Lettre de C. S. Liu à J. Grant Forbes, 14 juillet 1938).

59  Marsman est une compagnie minière qui a surtout exercé aux Philippines. FJM AMD 4/4/18, De Drummond à Monnet, 23 avril 1938.

60  Chang, China’s Struggle, op. cit., p. 256-257.

61  FJM AMD 4/4/85, De J. Grant Forbes à Drummond, Hong Kong, 14 juillet 1938.

62  FJM AMD 4/4/98, De T. A. Soong et C. S. Liu à Drummond, 23 juillet 1938.

63  Chang, China’s Struggle, op. cit., p. 274.

64  FJM AMD 4/4/322, Note sur l’utilité respective des lignes de chemin de fer Kunming-Birmanie et Kunming-Szechuen, 24 mars 1939. FJM AMD 4/4/346, De Drummond à Denis, 18 mai 1939.

65  Chang, China’s Struggle, op. cit., p. 263. FJM AMD 4/4/355, De Mazot à Drummond, Hong Kong, 5 juin 1939. FJM AMD 4/4/332, De Drummond à Denis, 5 avril 1939.

66  FJM AMD 4/4/354, De A. François (Groupe Uni) à T. V. Soong, Hong Kong, 1er juin 1939.

67  F. Duchêne, Jean Monnet, op. cit., p. 70.

68  FJM AMD 4/4/227, De Mazot à Drummond, Hong Kong, 25 novembre 1938.

69  FJM AMD 6/1/40, De Mazot à Monnet, Hong Kong, 18 juin 1939. FJM AMD 6/1/48, Note for Dr. Rajchman, Paris, 19 juillet 1939. FJM AMD 6/1/50, Note for Dr. Rajchman, 19 juillet 1939.

70  FJM AMD 6/1/45, De Monnet à Mazot, Paris, 7 juillet 1939, Lettre Paris n° 3.

71  FJM AMD 6/1/51, De Monnet à T. V. Soong, Paris, 19 juillet 1939, Lettre B de Paris.

72  FJM AMD 6/1/57, De Mazot à Monnet, Hong Kong, 17 août 1939.

73  FJM AMD 6/2/5, De J. Grant Forbes à Denis, Hong Kong, 14 avril 1938.

74  FJM AMD 6/1/59, De T. V. Soong à Monnet, Chungking, 1er octobre 1939.

75  FJM AMD 6/1/61, De Mazot à Monnet, Hong Kong, 30 décembre 1939.

76  FJM AMD 6/1/63, De Mazot à Monnet, Hong Kong, 2 janvier 1939 [probablement 1940].

77  FJM AMD 6/1/66, Note pour le conseil d’administration de la CDFC, Hong Kong, 2 mars 1940.

78  FJM AMD 6/1/79, De Mazot à Monnet, Hong Kong, 16 mars 1940.

79Ibid.

80  FJM AMD 6/1/73, De T. A. Soong à Monnet, Hong Kong, 15 mars 1940.

81  FJM AMD 6/1/95, De Monnet à la CDFC [non datée].

82  FJM AMD 13/2/2, Minutes of the Special Meeting of the Board of Directors held in Paris, France, on February 24, 1940 at 11:00. FJM AMD 10/5/16, De Monnet à Mazot, Paris, 22 février 1940. Roseborough, au cours d’un exposé fait au Centre d’études de politique étrangère, le 16 février 1940, critique les hommes d’affaires américains qui sont opposés à l’idée de soutenir la cause franco-britannique dans la guerre. W. A. Roseborough, « Les milieux d’affaires américains et la guerre », Politique étrangère, 5e année, n° 12 (avril 1940), p. 119-128.

83  FJM AMD 6/1/96, De Roseborough à Mazot, 28 mai 1940.

84  337. To Rajchman (Oct. 26, 1943) ; 339. From Rajchman (Oct. 29, 1943), in Hsiao-ting Lin & Wu Jingpin (eds.), T. V. Soong: Selected Wartime Correspondences (1940-1943), Shanghai, Fudan University Press, 2010, p. 470-471.

85  FJM AMD 14/3/7, Note de [?] à Monnet. Voir également Ph. Oulmont, Pierre Denis…, op. cit., p. 248-249.

86  FJM AMD 14/2/2, De la secrétaire de Monnet [Burd ?] à Rajchman, 28 avril 1942.

87  FJM AMD 14/2/4, De Rajchman à A. M. Burd [secrétaire de Monnet], 29 avril 1942.

88  FJM 14/2/6, De Hykes à Monnet, Harrisburg, 23 septembre 1942. Annexe à AMD 14/2/5 Lettre de F. Mc Feely à Monnet, 30 septembre 1942.

89  FJM AMD 14/2/9, De [Monnet] à Rajchman, 5 octobre 1942.

90  FJM AMD 14/2/10, De Solange Mazot à Monnet, Paris, 4 octobre 1945.

91  FJM AMD 14/2/12, De Mazot à Solange Mazot, Shanghai, 9 septembre 1945.

92  FJM AMD 14/2/16, De Monnet à T. V. Soong, 10 octobre 1945. Annexe à AMD 14/2/15, Lettre de Monnet à l’ambassade de Chine, 10 octobre 1945.

93  FJM AMD 14/2/13, Note concernant M. Mazot.

94  FJM AMD 14/2/22, De la sous-direction d’Asie-Océanie à Monnet, Paris, 5 novembre 1945.

95  FJM AMD 14/2/23, texte d’un radiogramme, de Solange Mazot à Henri Mazot, 8 janvier 1946. Cependant, il semblerait que le retour de Mazot en France au mois de janvier 1946 ne signifie pas le règlement définitif de l’affaire. En effet, on peut lire la phrase suivante dans une note manuscrite de Monnet datant du 22 décembre 1946 : « règlement Mazot N.Y. ». FJM AMM 2/1/21, Énumération : personnes à contacter et choses à faire personnelles [Note manuscrite de Monnet], 22 décembre 1946.

96  FJM AMD 10/5/11, De Murnane à Roseborough, 16 février 1940.

97  FJM AMK C 29/1/195, Dactylogramme, De Suma à Monnet, 16 mai 1962.

98  FJM AMK C 29/1/196, De Monnet à Suma, 2 juillet 1962.

99  FJM AMK C 29/1/246, De Li Yu-ying à Monnet, Montevideo, 7 juin 1967.

100  FJM AMK C 29/1/247, De Monnet à Li Yu-ying, 31 juillet 1967.

101  FJM AMD 6/2/9, De Denis à Drummond, 15 juillet 1938 [ ?].

Auteur

Yuichiro Miyashita est chargé de cours à l’université Matsuyama. Il a, entre autres, publié : « La France et la signature du traité de paix avec le Japon en 1951 », Revue d’histoire diplomatique, vol. 121, n° 1, mars 2007 ; « La présence culturelle de la France au Japon et la collection Matsukata », Relations internationales, n° 134, juillet 2008.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search