Version classiqueVersion mobile

Jean Monnet, banquier, 1914-1945

 | 
Gérard Bossuat

Histoire d’une « zone grise », Jean Monnet et Pierre Quesnay (1920-1930)

Renaud Boulanger

Texte intégral

  • 1  Jean Bouvier « Quatre décideurs monétaires publics en 1926-1928 », Bulletin de la Société d’Histoi (...)
  • 2  Cette communication est issue d’un travail de recherche plus large sur la biographie de Pierre Que (...)
  • 3  Éric Roussel, Jean Monnet, Paris, Fayard, 1996, p. 127-131.

1Dans la « galaxie Jean Monnet », au cours des années vingt, au milieu de ceux qui deviendront les immuables satellites du grand homme, brille une « étoile filante » à la trajectoire aussi étincelante que rapide, Pierre Quesnay. « Bonne graine de technocrate1 » à l’international puis à la Banque de France, il allait devenir, de 1930 à sa disparition accidentelle en 1937, le premier directeur général de la Banque des règlements internationaux2. On connaît le rôle de Jean Monnet dans cette nomination3 : l’accès aux archives privées de la famille Quesnay permet de replacer cette intervention dans le cadre plus général des relations entre les deux hommes, qui commencent au début des années 1920. Elles permettent d’éclairer davantage certaines actions méconnues de Monnet dans l’une des périodes sans doute les plus mal connues de sa vie.

  • 4  Dans le compte rendu dactylographié « Entretien entre M. Moreau et M. Strong mardi 31 août 1926 » (...)
  • 5  « Vision élaguée sinon aplatie des Mémoires », écrit Lubor Jilek dans « Rôle de Jean Monnet dans l (...)

2Il faut dire en quoi ces relations se situent dans les « zones grises », dans cette sorte de « marginalité centrale » entre intérêts privés et intérêt général, entre intérêts nationaux et projets supranationaux, entre démarches officieuses et diplomatie officielle, comme ces « conversations intimes et personnelles […], créant des liens directs toujours plus étroits avant qu’on puisse songer à des conférences officielles », selon la formule de Strong, président de la Federal Bank of New York, reprise par le gouverneur de la Banque de France, Moreau, en août 19264. Pour cela, il convient de se demander comment Pierre Quesnay entre dans les réseaux Monnet, si un réseau spécifique Monnet-Quesnay voit le jour et surtout quel rôle joue cet éventuel réseau. Cette démarche ne peut s’effectuer qu’en tenant compte de toutes les limites des sources, dont le caractère incomplet, pour l’instant, ne permet d’éclairer que des moments précis de ces relations, nuisant ainsi à une analyse d’ensemble. Mais ce fonds privé, constitué notamment des lettres de Pierre Quesnay à son épouse, Carin Ramsay, d’origine finlandaise, permet une confrontation fructueuse avec les Mémoires de Monnet : à l’aspect un peu « aplati » offert par la version officielle a posteriori5, répond une parole « à chaud » immédiate, beaucoup plus libre. Cette confrontation amène aussi une autre interrogation – pourquoi Pierre Quesnay est-il absent des Mémoires de Jean Monnet ? – laquelle fait apparaître cette relation Quesnay-Monnet comme une « zone grise » de la mémoire qu’il faudra éclairer.

  • 6  Nous remercions très chaleureusement M. et Mme Pierre Quesnay de nous accueillir aussi libéralemen (...)

3On s’intéressera donc aux trois moments de cette relation éclairés par ces sources inédites du fonds privé Pierre Quesnay6 : de 1920 à 1925 le premier point de contact, l’Autriche ou comment Pierre Quesnay se fait repérer par Jean Monnet ; ensuite, 1926 ou comment Quesnay et Monnet, côte à côte, ont été, au cœur des zones grises des négociations, les acteurs de la stabilisation du franc ; enfin, à la fin des années 1920, on se demandera si un réseau Quesnay-Monnet n’est pas en gestation.

I. 1920-1925 : la SDN et l’Autriche

  • 7  Jean Monnet, Mémoires, Paris, Fayard, 1976, p. 109.
  • 8  On peut penser, en s’appuyant sur Nicole Pietri, La SDN et la reconstruction financière de l’Autri (...)
  • 9  Ainsi que le laisse supposer un dossier intitulé « Vienne Commissions des réparations » présent da (...)
  • 10M. Flandreau, Money Doctors. The Experience of International Financial Advising, 1850-2000, Londre (...)
  • 11  N. Pietri, La SDN..., op. cit., p. 82.

4Pierre Quesnay et Jean Monnet se croisent d’abord au chevet de la jeune Autriche, née des traités et placée presque immédiatement sous tutelle internationale. Jean Monnet écrit dans ses Mémoires « en mars 1921 notre mission était d’éviter que l’Autriche exsangue ne devînt une proie et le comité financier du secrétariat se mit à l’œuvre7 », ce que Pierre Quesnay confirme à son épouse le 10 septembre 1922 à qui il dépeint « une situation qui devient vraiment effrayante : le gouffre financier est sans fond c’est 4 000 milliards environ le déficit actuel (4 000 000 000 000 Kr !) », prenant soin, on le voit, de noter en chiffres ce déficit abyssal pour le rendre plus réel encore. Dans ce cadre, les lettres du fonds privé Pierre Quesnay permettent de donner un peu d’« épaisseur charnelle » à la froide mécanique de la médecine monétaire et budgétaire. On saisit mieux ce que recouvre le « peu dormir » des Mémoires de Monnet quand sont préparés les protocoles de Genève signés au mois d’octobre 1922 : « Hier [le 13 septembre 1922] bat tous les records ! Je suis rentré cette nuit à 3 heures quittant Salter, Avenol et Monnet. Je repars ». On y découvre les déplacements du secrétaire général entre la Suisse et l’Autriche ; ainsi le 7 novembre 1922 : « Monnet est arrivé : Salter, Avenol, lui et moi avons tout le temps des entretiens où l’on envisage tout : le chancelier nous arrive tout à l’heure8 ». Elles permettent surtout de comprendre pourquoi Pierre Quesnay est repéré par Monnet. C’est un élément très prometteur, qui a une bonne connaissance du dossier autrichien sur lequel il travaille depuis 1919 dans la commission des Réparations ; il a même sans doute provisoirement fait fonction de chef de la délégation française à l’été 19209. Surtout Quesnay, véritable « docteur de la monnaie10 », a un indiscutable et visiblement unique savoir-faire financier ; il explique ainsi à Carin Ramsay son absence pour les fêtes de Noël 1922 : « Si les ennuis de trésorerie, que je suis seul à bien connaître, sont résolus cette semaine, si j’obtiens, avant samedi, les quelques millions de dollars nécessaires pour finir l’année, alors je m’enfuirai samedi et débarquerai dimanche 24 à Paris, mais il ne faut pas trop y compter » – il s’agit là sans doute de ce que Nicole Pietri appelle « le financement des besoins temporaires de la trésorerie11 » avant la mise en place de la Banque d’émission autrichienne en janvier 1923, notamment par le recours aux reliquats des prêts français italiens et tchécoslovaques accordés en 1922. Il déploie en Autriche et à Genève, à propos de la question autrichienne, toute l’agilité de son intelligence hors du commun ; il peut ainsi noter le 11 septembre 1922 : « Car, en dehors du plaisir de travailler, en tête à tête avec une dizaine de personnes en tout, à l’un des problèmes les plus intéressants du moment, je tirerai de ce séjour un avantage appréciable pour nous. Je crois avoir prouvé à tous mon activité : c’est moi qui, sans me vanter, ai fourni jusqu’ici le plus gros effort. Non seulement Salter mais tous les dirigeants de la SDN s’en rendent compte ».

  • 12  On se souvient que Monnet note, p. 118 de ses Mémoires, « le fidèle Arthur Salter qui à travers sa (...)
  • 13  Nicole Pietri parle, p. 89, d’une correspondance suivie entre les deux hommes.
  • 14  Voir à ce propos Michel Marbeau, « Réflexions sur un haut fonctionnaire français devenu secrétaire (...)
  • 15  P. 118 des Mémoires, « Avenol n’avait pas le caractère qu’il eût fallu pour être un bon secrétaire (...)

5C’est, sans nul doute, cette activité débordante et efficace qui permet à Pierre Quesnay de se rapprocher alors d’un certain nombre des proches de Jean Monnet. Il se fait remarquer et apprécier par Arthur Salter12 ; il écrit le 4 septembre 1922 : « Salter paraît pris d’une grande affection pour moi. Il m’a reparlé de son désir de me confier un poste important si quelque chose est tenté pour l’Autriche », et le 15 du même mois « Salter [...] voudrait me garder ». Plus nettement encore, Quesnay se rapproche d’un autre proche de Monnet, Pierre Denis : non seulement il a découvert que Carin Ramsay a eu le père Denis (« ton vieux Denis »), l’historien Ernest Denis, comme professeur en Sorbonne, mais surtout les deux hommes partagent le même savoir-faire financier ; ainsi pour le fameux Noël 1922, seul « Denis évidemment aurait pu me suppléer, mais Jean Monnet le réclame à Londres, il part ce soir et, sans avoir été chez lui pour Noël, sera ici le 28 pour continuer au jour de l’an mes négociations de trésorerie ». Ces liens13 permettent de mieux comprendre l’entrée de Pierre Quesnay à la SDN : il écrit le 15 décembre 1922, « Denis souhaiterait lui que Salter me prît à Genève dès janvier pour y suivre la question d’Autriche installé là-bas définitivement ». Ce soutien semble décisif pour l’entrée dans l’organisation internationale de l’homo novus qu’est Pierre Quesnay, seulement riche de son mérite personnel quand il faut écarter un inspecteur des Finances, ami d’Avenol : celui-ci, le 30 décembre 1922, « m’a dit que mis au courant par Salter des projets me concernant, il avait donné son assentiment. Léon Dufour est son camarade d’inspection des finances et son ami, mais puisqu’il a manqué d’initiative, mieux vaut son remplacement par quelqu’un d’actif ». Les rapports avec Avenol, précisément, sont peut-être aussi un élément qui rapproche Pierre Quesnay de Jean Monnet. Même en faisant la part de la légende noire du personnage14, on connaît les réticences de Jean Monnet à l’égard de celui qui sera son successeur15. Or, on découvre dans la correspondance avec sa femme un Pierre Quesnay se plaignant de son étroitesse d’esprit lors des négociations de septembre 1922 ; ainsi le 11 : « Avenol m’effraie par exemple avec son obstiné point de vue financier. Il y a là amour-propre d’auteur. Sous une forme ou sous une autre, il voudrait appliquer son plan de l’année dernière et il n’en est plus temps », ou encore le 17 : « Comme je le répète à Salter, si j’ai combattu certaines de ses idées, ce n’était pas parce que idées d’Avenol mais parce que idées fausses à mon avis [...] Avenol est étroitement financier plus qu’économiste : il a pour son plan un orgueil personnel qui n’admet aucun avertissement ». Cependant, il aura un peu plus tard un avis plus nuancé correspondant à un changement d’attitude d’Avenol à son égard : « Dès l’arrivée, j’ai eu fort à faire. Avenol est absolument charmant, très changé depuis Genève, aimable et sympathique ».

  • 16Mémoires, p. 99 : « ce qu’il y avait de supranational avant la lettre dans la SDN : c’était l’ente (...)

6Le rapprochement croissant de Pierre Quesnay avec certains des plus proches de Monnet n’est sans doute possible que par une communauté de vue notamment quant au rôle de la SDN. Quesnay analyse certes, assez classiquement, la situation internationale en termes de rapport de force, y compris à l’intérieur de la Société, notamment quand viennent s’y superposer des conflits privés ; il note ainsi le 11 septembre 1922 toujours à propos d’Avenol : « Des amours-propres de personnes viennent s’ajouter aux jalousies politiques d’États ». Mais il refuse absolument l’usage de la force pour résoudre les conflits internationaux, voulant faire prévaloir comme Jean Monnet, « l’intérêt général » : début 1923, plutôt que « l’impasse terrible où l’on se fourvoie à Londres comme hélas dans la Ruhr », il semble en train d’élaborer « une solution du problème des réparations qui ne demande à l’Allemagne que le possible et qui donne pourtant, à nous comme à chacun, tout ce dont nous avons indiscutablement besoin ». Comme Monnet16, il semble compter sur les hommes de la SDN, souvent de la même génération que lui, pour porter ses espoirs d’un nouveau mode de relations internationales ; ainsi, à propos de son voisin de bureau De Bordes, le 4 septembre 1922 : « J’ajoute ce Hollandais à la liste des jeunes internationaux sur lesquels je fonde des espoirs ».

  • 17Mémoires, p. 101.
  • 18  Dans l’article « Jean Monnet et la stabilisation monétaire roumaine de 1929 : un “outsider” entre (...)

7Mais malgré ses plans, ses projets et ses espoirs, Pierre Quesnay n’en défend pas moins parfois les intérêts français, ce qui limite toute interprétation historique allant vers le supranational. C’est particulièrement net autour de la nomination de Zimmerman comme contrôleur général pour l’Autriche et ses hésitations au début de décembre 1922. Au-delà de l’injonction d’Avenol du 9 décembre 1922 – « Avenol m’a dit combien il tenait à ce que je vienne représenter dans le contrôle les intérêts français » – une petite scène est révélatrice le lendemain « au lieu de la communion parfaite de toujours, ce dimanche s’est passé en deux clans [les Français face aux Hollandais]. Au dîner très superficiel quoique très gai, on sentait quelque chose qui était entre nous ; c’était une impression regrettable. Je comprends qu’ils fassent bloc pour leur homme. Mais quelle que soit l’opinion qu’ils aient sur les traités de 1919, les Français se serrent aussi les coudes quand il s’agit d’en confier l’application à quelqu’un qui n’y croit pas et accepte pourtant de s’en mêler ». Ne retrouve-t-on pas là l’état d’esprit qui anima Monnet, ainsi qu’il le reconnaît dans ses Mémoires – « à l’époque je n’étais pas porté à insister sur cette notion de pouvoir international nouveau et je ne concevais pas de transfert de souveraineté. Je recherchais seulement l’efficacité grâce à de meilleures liaisons entre les gouvernements et les peuples17 » – et qui l’animera, quelques années plus tard, lors de la stabilisation roumaine pendant laquelle, alors qu’il représente une banque américaine, il va continuer à se montrer particulièrement soucieux des intérêts français18 ?

8Le départ de Jean Monnet du secrétariat général de la SDN en décembre 1923 semble paradoxalement favoriser l’ascension de Pierre Quesnay. Avenol, le successeur de Monnet, va proposer à Pierre Quesnay de devenir son chef de cabinet, ainsi que celui-ci l’explique à son épouse le 12 septembre 1924 : « Ce ne serait pas comme secrétaire du Comité financier que la SDN me réclamerait mais comme chef de cabinet d’Avenol, chargé au centre de la maison de suivre le travail des organisations financières économiques et politiques, d’assurer la liaison avec les ministères français ; je remplacerais en cette qualité Denis avec qui Avenol s’entend assez mal et Denis – qui a toujours regretté Monet [sic] – passerait adjoint de Salter. [...] C’est un poste où je serais en rapport avec énormément de monde, où je préparerais par conséquent joliment notre avenir. Il me tente mais la disgrâce voilée de Denis m’est pénible ; acceptera-t-il, après s’être occupé de tout, de passer à une section ? ». Le fait qu’il accepte ne semble pas nuire à ses bonnes relations ni avec Denis ni avec Monnet : il ne devient pas un « homme d’Avenol ». On a trace d’un contact au moins, en juin 1925, lors d’un passage à Paris de Quesnay accompagnant Rist.

  • 19  Voir É. Roussel, Jean Monnet, p. 113, « il noue des liens particulièrement étroits avec Henry de J (...)

9Cette période est importante pour Quesnay dans la mesure où elle lui permet de rajouter à son talent financier « l’ingénierie négociatrice en coulisses », cœur des « zones grises ». C’est très clair lors des négociations des accords de septembre 1924, où l’on voit Quesnay préparer officiellement l’argumentaire de la commission de contrôle, puis se glisser incognito dans la chambre du ministre des Finances autrichien pour aider la délégation autrichienne à mettre sur pied le contre-argumentaire ; il dépeint ainsi la scène à Carin dans une lettre du 12 septembre : « Je me bats, aux côtés de nos Viennois sans déficit depuis dix mois, pour leur obtenir un allègement du contrôle. J’ai l’impression qu’en leur faisant largement confiance ils feraient passer eux-mêmes plus de mesures de réformes encore nécessaires que si l’opinion publique doit les accepter sous une pression étrangère mal supportée [...] Tu n’imagines pas ma lutte de coulisses ! ! J’habite à l’hôtel de la Paix porte à porte avec les Autrichiens [...] Je me glisse incognito dans la chambre de Kienböck pour discuter avec lui ou Schüller ou Grünbeyer la situation. Ce matin dès 9 heures le chancelier m’a fait demander de lui rendre visite et pendant une demi-heure seul avec Schüller et lui, j’ai étudié les arguments qu’il pourrait faire valoir contre un papier que jusqu’à 2 heures du matin j’avais établi avec de Bordes sur les instructions du Comité ! ! ». On retrouve indirectement Jean Monnet dans cette zone grise, d’une part, du point de vue « conceptuel » car, si Quesnay agit ainsi, c’est à la fois dans le sens de l’intérêt général des peuples par rapport aux banquiers du Comité financier : « C’est une thèse bien difficile à faire admettre par nos banquiers du Comité financier et pourtant bien justifiée si l’on veut éviter que notre contrôle finisse dans une hostilité croissante, la gratitude étant de plus en plus oubliée, le sentiment national se révoltant non seulement contre la personne du contrôleur mais encore contre l’ingérence internationale ». Sans oublier les intérêts français : « À mon avis, dans cette période, où il faut amener l’Allemagne aux larges conceptions de la SDN, nous n’avons pas intérêt à entretenir un ferment de critiques et de révoltes dans cette partie de l’opinion de langue allemande qui constitue la nouvelle Autriche » et, d’autre part, du point de vue des réseaux, car, parmi les rares personnes dans la confidence de son rôle de berater [conseiller] du gouvernement autrichien, on trouve un autre proche de Monnet, Henry de Jouvenel19 (« C’est ce que j’ai longuement exposé à Jouvenel »).

  • 20  On retrouve dans l’article de P. Clavin et J-W. Wessels, « Transnationalism and the League of Nati (...)

10Dans ce qui continue encore d’apparaître comme une zone grise – aussi à cause du caractère parcellaire de la documentation disponible – un certain nombre de traits de cette relation renvoient à ces réseaux qu’on peut sans doute qualifier de transnationaux, notamment en raison de leur caractère complexe entre intérêts nationaux et aspirations supranationales, entre diplomatie officielle et négociations officieuses20.

II. 1926, autour de la stabilisation du franc

  • 21  Lettre à Carin Ramsay du 11 août 1926 : « C’est évidemment très loin de ce que je pourrais avoir d (...)
  • 22  Cette proximité est encore attestée par la formule de Moreau dans ses mémoires à la date du 2 août (...)

11On retrouve beaucoup plus directement Pierre Quesnay au côté de Jean Monnet dans un moment important de leur relation mais aussi des années 1920, la stabilisation du franc en 1926. Cette période est pour les deux hommes une période transitoire, en quelque sorte « grise ». Alors que Monnet vient de basculer dans le monde des banquiers d’affaires américains, Quesnay choisit de faire son retour en France, à la Banque de France, plutôt que de continuer à travailler à la SDN21. Or, il semble que Monnet joue un rôle, dans ce transfert de Pierre Quesnay, ainsi que celui-ci le laisse entendre à sa femme dans une lettre du 5 juillet 1926 : « D’après ce que m’a dit Monnet, il [Avenol] consent à ce que je sois détaché “pour 1 ou 2 mois à la Banque de France” afin de les y aider à mettre en train la stabilisation. Il règlerait cela mercredi avec Moreau et Rist. Je reste donc pour le moment à Paris et sans doute vais-je y prendre dans quelques jours mes fonctions temporaires de chef de cabinet du gouverneur », ce qui illustre que l’ancien secrétaire général a conservé des contacts à l’intérieur de la SDN. Cet intérêt de Jean Monnet pour la carrière de Pierre Quesnay est à rapprocher de la proximité des deux hommes pendant cette période ; ils se rencontrent régulièrement, ainsi que le montre la correspondance de Pierre Quesnay : le 5 juillet 1926 « ministère de la Justice d’où je t’écris en attendant mes amis. Je vais ensuite retrouver [...] Monnet et Charron. Je rendrai enfin visite à Rist, Künwald ; retéléphonerai à Avenol » ; dimanche 18 « Vendredi je […] passais la soirée chez Monnet avec Avenol » « Depuis ce matin, je suis à la Justice, attendant des nouvelles avec les collaborateurs de Laval. J’ai déjeuné avec eux, suis allé revoir Giraud, Monnet et maintenant nous attendons le retour des camarades partis explorer les couloirs de la Chambre » ; 11 octobre « samedi [...] déjeuner Comert, Denis, Haas, Monnet, Massigli, conférence avec le gouverneur l’après-midi, où mon voyage à Londres s’est décidé » « hier dimanche j’ai déjeuné avec Monnet22 ».

  • 23  Émile Moreau, Souvenirs d’un gouverneur de la Banque de France, Histoire de la stabilisation du fr (...)
  • 24  Denise Artaud, La question des dettes interalliées et la reconstruction de l’Europe (1917-1929), 1 (...)

12Sur cette période, le document le plus intéressant du fonds privé Pierre Quesnay est un compte rendu du début des travaux du Comité des experts, d’une dizaine de pages dactylographiées mais incontestablement rédigées par Pierre Quesnay, document, jusqu’à plus ample informé, totalement inédit. Il présente le Comité des experts mis en place le 31 mai non seulement comme un organe technique, mais comme le théâtre du début de l’affrontement entre, d’une part, les tenants de la position traditionnelle de la Banque de France, vue comme une banque privée devant avant tout préserver ses intérêts, « Picard au nom de la Banque de France opposé à tout, dans attitude négative (“pas un billet de plus de notre banque, que l’État se débrouille”) » et, d’autre part, ceux qui pensent qu’elle a d’autres objectifs, qui entraîneraient inexorablement vers le rôle de banque centrale moderne. Selon Pierre Quesnay, l’attitude de la Banque est « infiniment plus grave : elle croirait nécessaire de se désolidariser du franc français » et « Aupetit [le secrétaire général de la Banque de France, très proche du gouverneur Robineau] hostile à la dévaluation, accepterait inconsciemment la dépréciation complète du franc d’État, et la création d’un franc Banque de France, à valeur d’avant-guerre ». Dans ce cas, le franc Banque de France à parité d’avant-guerre entièrement convertible deviendrait la monnaie du pays, « chassant le pauvre franc papier abandonné avec le crédit de l’État. “Nous sommes la Banque !” et nous savons interpréter l’expérience du Reich[s]mark allemand. Ce n’est pas la stabilisation qu’ont faite les Allemands : ils ont créé une nouvelle monnaie à la parité d’avant-guerre ». Une telle attitude est inconcevable pour Pierre Quesnay et, on va le voir, pour Jean Monnet : « Une pareille conception monétaire témoigne d’un tel égoïsme cynique qu’on se refuserait à y croire si de tous les côtés cette théorie ne s’affirmait. Elle répond évidemment aux idées doctrinales du Secrétaire général de la Banque et aux intérêts de ces actionnaires considérés comme propriétaires d’une banque privée ; elle méconnaît si profondément la notion de crédit national et le devoir d’un Institut public qu’on peut prononcer le mot de trahison ». En effet, Monnet est-il seulement alors l’envoyé de Strong, l’intermédiaire qui porte un message à la Banque de France, ainsi que le laissent penser les mémoires de Moreau notamment à la date du 24 juillet23 ? D’après ce document inédit, on peut affirmer que Jean Monnet intervient bien plus tôt dans le débat sur la stabilisation. Il porte d’abord, avant le 14 juin, à la connaissance de Rist et de Quesnay une lettre qu’il a reçue de Dwight Morrow, les informant du changement d’attitude des banques américaines : « Une lettre de Dwight Morrow à Monnet a été aussi pressante et l’a, lui, tout à fait convaincu. Les banques d’émission étrangères auraient accordé il y a 6 mois à la Banque de France des revolving credits sur la base de son encaisse pour faire une politique oscillante de préstabilisation. Aujourd’hui, elles s’y refuseront ; il faudrait donc marcher directement sur l’or, sans pouvoir jouer du taux d’escompte pour le récupérer et l’on risquerait un coûteux insuccès », ce qui correspond assez à ce que note Denise Artaud quant à un changement des banques américaines à partir de la fin mai24.

  • 25  Toujours dans ce compte rendu, Quesnay note « Rist, dans un accès de confiance peut-être exagéré, (...)
  • 26  Lettre à Carin Ramsay du 16 au 18 juillet 1926.
  • 27  Où écrit notamment… Henry de Jouvenel.

13Mais Monnet n’est pas un informateur passif : la lettre de Morrow l’a lui aussi convaincu. Il semble plutôt être une sorte de consultant « de luxe » de Quesnay et Rist en train d’élaborer le plan de riposte à la position Aupetit, plan de riposte qui constituera le socle du rapport des experts. Ainsi, Quesnay écrit : « dimanche 13, nous avons élaboré Rist et moi, sur les lignes ci-dessus, un plan qu’il [Rist] doit défendre aujourd’hui 14 juin. Monnet était enthousiaste. Quoique l’ayant écrit, j’avoue qu’il me paraît très bon (copie jointe). On verra quelle attitude prendra la Banque : l’orage se prépare. Le conflit ne doit pas éclater sur un point où l’État demande à la Banque un service, mais nettement sur une demande de la Banque de France d’être relevée de ses obligations normales ; c’est à cette démarche que doit l’amener la publication du programme ». Son rôle sera même encore plus actif et direct quand Pierre Quesnay rapporte, toujours dans le compte rendu dactylographié du Comité des experts : « C’est la conception que, Monnet et moi, nous avons développée à Laval aujourd’hui 14 juin en lui disant : la possibilité de la stabilisation c’est aux experts de la démontrer ; le taux c’est à eux de l’indiquer ; la volonté de fixer immédiatement ce taux c’est au gouvernement qu’il appartiendrait de l’affirmer ». Dans la lutte d’influences dont le Comité des experts est le théâtre, alors que Rist se charge d’utiliser les réseaux extérieurs25, Monnet est au côté de Quesnay, un négociateur de l’ombre, issu du « théâtre financier » (J.-N. Jeanneney), cherchant des appuis dans l’autre « théâtre » sur lequel se joue la pièce de la stabilisation, le théâtre politique. Il s’agit de s’appuyer sur Caillaux dont la stature d’homme d’État permettrait de faire triompher leurs vues – il ne s’agit « pas [de] donner carte blanche à Caillaux mais utiliser son énergie sa force pour appliquer un programme nouveau et approuvé de l’opinion publique ». Le fait même que ce soit vers Pierre Laval que se tournent Monnet et Quesnay renforce l’idée de zone grise, en raison même de la personnalité du maire d’Aubervilliers, alors « homme gris » par excellence, car à la jonction du monde des affaires, de celui de la presse et de celui de la politique. Cette situation lui permet de tenter de faire pression sur les plus importants des régents pour qu’ils changent leur position ; toujours selon ce document, « malgré l’action de Briand et de Laval sur Rot[h]schild, de Doumergue et de Laval sur Wendel, les Régents répètent que si l’on compte sur la Banque pour réparer les fautes de l’État, on attendra longtemps ». D’autre part, Laval, proche de Caillaux, est de ceux qui peuvent, comme le souhaite Rist, provoquer un mouvement d’opinion favorable au plan « des modernes » : toujours dans ce compte rendu du Comité des experts le 14 juin, « L’article écrit pour l’Economist donne une vue d’ensemble et prépare l’opinion aux résistances de la Banque. Il faudrait sortir un projet dont le succès semble si assuré que les opposants soient balayés ». En effet, bientôt Laval présentera à Quesnay Bunau-Varilla26, le tout-puissant patron du Matin27.

  • 28  On retrouve, notamment, la même mixité dans la composition du comité économique et financier de la (...)

14Ainsi, Jean Monnet apparaît bien, au côté de Pierre Quesnay comme un des acteurs de l’ombre des négociations autour du Comité des experts, bien au-delà du simple rôle de messager qu’on lui connaissait jusque-là. Dans la genèse de ce qui allait devenir le franc Poincaré, la relation entre les deux hommes apparaît comme un élément important, dans une sorte de mixité entre intérêts privés et l’intérêt public, qui pourrait correspondre à un des aspects du transnational28.

III. Jusqu’en 1930 : la genèse d’un réseau Quesnay-Monnet ?

  • 29  On trouve dans le fonds privé Pierre Quesnay, notamment, la trace d’une intervention de René Pleve (...)
  • 30  « Cette culture internationale n’était pas commune à cette époque. Elle le conduisit à entrer en 1 (...)

15Même si, dans les dernières années de la décennie 1920, Jean Monnet et Pierre Quesnay semblent physiquement moins proches qu’ils ne l’ont été au cours de l’été 1926, la documentation utilisée permet de se demander dans quelle mesure ces années ne sont pas marquées par l’apparition d’un réseau commun aux deux hommes. La stabilisation polonaise de 1926-1927 pendant laquelle les deux hommes interviennent, l’un pour la Banque de France, l’autre pour la banque Blair, permet à Quesnay de faire la connaissance d’un des nouveaux plus proches collaborateurs de Monnet, René Pleven. Et il ne manque pas de louanges à son propos quand il écrit à Carin, le 27 novembre 1927 : « Déjeuner avec Pleven vraiment gentil : nous faisons connaissance et sympathisons en d’interminables causeries » ou encore, le 5 décembre 1927 : « l’une de mes découvertes de ce voyage en Pologne aura été celle de Pleven, vraiment bien ». Le contact sera maintenu et utilisé notamment pendant les années 193029. La correspondance avec Carin pendant ce séjour polonais offre un très bel exemple de « placement » par Pierre Quesnay auprès de Jean Monnet, celui du jeune Léonard Rist, le fils du maître de Quesnay, Charles Rist ; il écrit le 10 novembre 1927 : « Léonard Rist […] sympathique et débrouillard [...] compte se marier à son retour, pense à entrer à Genève, mais devra auparavant acquérir un peu de pratique : je crois pouvoir le faire prendre par Monnet (tu penseras peut-être que c’est une position bien agitée pour un jeune marié)30 ».

  • 31  Cf. O. Feiertag, « Les banques d’émission et la BRI face à la dislocation de l’étalon-or (1931-193 (...)
  • 32  Lettre du 14 mars 1930.

16Dans le fonds privé Pierre Quesnay, une autre série de lettres et un rapport dactylographié rédigé par Pierre Quesnay témoignent aussi de la genèse d’un réseau Quesnay-Monnet un peu plus tard. Il s’agit de documents de la fin 1929 et du début 1930, concernant Michel Mitzakis et Julien-Pierre Koszul, deux inspecteurs de la Banque de France, et leur séjour aux États-Unis. Le « périple économique » de ces « attachés égarés » est, si l’on en croit une mention manuscrite de la main de Quesnay sur une lettre du 29 janvier 1930, motivé par « les possibilités de Mobilisation des réparations ». Ce voyage s’inscrit surtout, semble-t-il, dans une logique de formation des futurs cadres de la Banque de France, qui se poursuivra pour Mitzakis au côté de Pierre Quesnay à la BRI de 1931 à 193331 et il constitue une source d’informations non négligeables sur la crise de 1929 et ses suites. « On cherche des responsables techniques et on agite des drapeaux politiques », selon Mitzakis à Quesnay le 19 décembre 1929. Mais dans son compte rendu Pierre Quesnay insiste surtout pour que les deux attachés puissent se rendre à San Francisco à l’invitation de Monnet, afin de découvrir « la Banque de Giannini blairisée » selon la formule de Mitzakis32. Il cite le télégramme de Jean Monnet à son bureau de Paris, vantant sa banque comme « le plus grand réseau de succursales de tout le système bancaire américain ». Il insiste sur les dimensions de ce nouvel empire bancaire : « C’est la plus grande holding des États-Unis et du monde, ayant un portefeuille de plus de un milliard de dollars, spécialement en actions de banques dont une grande quantité de banques d’émission européennes (La Transamerica est un de nos plus gros actionnaires) ». Il souligne également sa diversité : « Il considère que le réseau aujourd’hui constitué donne le maximum de possibilités d’action, puisqu’il permet le crédit à court terme par ses banques de dépôts (Bank of Italy, Bank of America), le crédit à long terme par les émissions (Bank America, Blair), les participations permanentes sous forme d’achats ou souscriptions de titres (Transamerica) ». La formule de Mitzakis – « Il repart en France samedi prochain sur le Mauretania et vous donnera, mieux que je ne pourrais le faire, les nouvelles chaudes du marché » – montre que Pierre Quesnay et Jean Monnet restent proches et échangent des informations de manière plus ou moins officieuse. Plus profondément, on peut émettre l’hypothèse que ce voyage, ardemment souhaité des deux côtés de l’Atlantique, soit un moyen pour Monnet, peut-être toujours informateur « gris » de la Banque de France, de renforcer sa position auprès de Blair en jouant de ses réseaux européens ; du côté de Pierre Quesnay, il faut sans doute y voir la volonté de s’appuyer sur l’expérience de Monnet pour favoriser la mise en place d’une banque centrale moderne dans le cadre de l’évolution de la Banque de France, en particulier quand il note dans le compte rendu : « C’est la Banque américaine qui se rapproche le plus du système français des établissements de crédit, mais ses opérations sont adaptées aux conceptions modernes américaines du crédit que nous tenons à étudier pour leur application en France : escompte, acceptations, etc. » ou dans la lettre de Mitzakis citant la formule de Jean Monnet selon laquelle la « Giannini blairisée » serait « la conception d’avenir du financement des affaires américaines ».

17En 1930, il existe donc bien un réseau Quesnay-Monnet, fruit d’une proximité croissante au cours des années 1920, née et développée dans ce qui peut être décrit comme une zone grise, mais que l’analyse conduit à considérer comme une sphère transnationale dans les années 1920 ; car cette proximité est marquée par des échanges d’informations et d’hommes de manière informelle et discrète (comme avec Léonard Rist), car elle se nourrit du jeu subtil d’appuis réciproques (comme lors de l’entrée de Quesnay à la Banque de France), car elle prend place entre affaires privées et intérêt général (comme lors de la stabilisation du franc), entre diplomatie officielle et action officieuse (comme lors des négociations de 1926), entre national et supranational. Elle permet donc de mieux comprendre pourquoi Jean Monnet fera tout pour placer Pierre Quesnay à la tête de la Banque des règlements internationaux. Bien plus ce réseau est fondé sur une même vision du monde à la fois du point de vue politique (refus de la force, souci de l’intérêt général des peuples, capacité à se projeter à l’échelle internationale) et financier (volonté modernisatrice, prise de conscience, au-delà de la nécessaire défense de l’intérêt national, de l’interdépendance internationale), c’est-à-dire proprement une vision transnationale.

Notes

1  Jean Bouvier « Quatre décideurs monétaires publics en 1926-1928 », Bulletin de la Société d’Histoire Moderne, seizième série, n° 27, 1985, p. 26.

2  Cette communication est issue d’un travail de recherche plus large sur la biographie de Pierre Quesnay engagé depuis 2009-2010 dans le cadre de la préparation d’une thèse de doctorat d’histoire sous la direction d’Olivier Feiertag à l’université de Rouen.

3  Éric Roussel, Jean Monnet, Paris, Fayard, 1996, p. 127-131.

4  Dans le compte rendu dactylographié « Entretien entre M. Moreau et M. Strong mardi 31 août 1926 » 374 AP/5.

5  « Vision élaguée sinon aplatie des Mémoires », écrit Lubor Jilek dans « Rôle de Jean Monnet dans les règlements d’Autriche et de Haute-Silésie », in G. Bossuat et A. Wilkens, Jean Monnet, l’Europe et les chemins de la Paix, Paris, Publications de la Sorbonne, 1999, p. 43.

6  Nous remercions très chaleureusement M. et Mme Pierre Quesnay de nous accueillir aussi libéralement au Varat pour consulter ce fonds précieux, ainsi que M. Nicolas Savoie pour le soutien qu’il apporte à ces recherches.

7  Jean Monnet, Mémoires, Paris, Fayard, 1976, p. 109.

8  On peut penser, en s’appuyant sur Nicole Pietri, La SDN et la reconstruction financière de l’Autriche, Genève, 1970, p. 69 et suiv., qu’il s’agit d’une visite pour appuyer la délégation provisoire de la SDN (présidée par Janssen directeur de la Banque nationale de Belgique, avec le Français Avenol, l’Italien Ferraris, l’Anglais Otto Niemeyer, le Hongrois Pospisil et le Sud-Africain Henry Strakosch), au travail à Vienne à partir du 18 octobre 1922 à la suite du protocole du 4 octobre 1922, afin d’aider le gouvernement autrichien à élaborer un programme de réformes et d’assainissement, à faire adopter la loi des pleins pouvoirs et les nouveaux statuts de la banque d’émission et qui doit aussi trouver les moyens de trésorerie avant l’arrivée des crédits extérieurs.

9  Ainsi que le laisse supposer un dossier intitulé « Vienne Commissions des réparations » présent dans le fonds privé, où il est notamment question des différences de traitement dans les diverses délégations.

10M. Flandreau, Money Doctors. The Experience of International Financial Advising, 1850-2000, Londres, Routledge, 2003.

11  N. Pietri, La SDN..., op. cit., p. 82.

12  On se souvient que Monnet note, p. 118 de ses Mémoires, « le fidèle Arthur Salter qui à travers sa section financière posait les premiers jalons de l’union économique vers laquelle le portait sa conviction fédéraliste ».

13  Nicole Pietri parle, p. 89, d’une correspondance suivie entre les deux hommes.

14  Voir à ce propos Michel Marbeau, « Réflexions sur un haut fonctionnaire français devenu secrétaire général de la SDN : le cas de Joseph Avenol », Relations internationales, n° 75, automne 1993, p. 345-361.

15  P. 118 des Mémoires, « Avenol n’avait pas le caractère qu’il eût fallu pour être un bon secrétaire général de la SDN ».

16Mémoires, p. 99 : « ce qu’il y avait de supranational avant la lettre dans la SDN : c’était l’entente profonde au sein du secrétariat entre des hommes qui disposaient chacun dans son pays de réseaux d’influence tels que l’intérêt général pénétrât les centres de décision nationaux ».

17Mémoires, p. 101.

18  Dans l’article « Jean Monnet et la stabilisation monétaire roumaine de 1929 : un “outsider” entre l’Europe et l’Amérique » in G. Bossuat et A. Wilkens (dir.), Jean Monnet, l’Europe et les chemins de la paix, Paris, Publications de la Sorbonne, 1999, Éric Bussière note notamment que « son action est entièrement déterminée par les intérêts français », p. 76.

19  Voir É. Roussel, Jean Monnet, p. 113, « il noue des liens particulièrement étroits avec Henry de Jouvenel ».

20  On retrouve dans l’article de P. Clavin et J-W. Wessels, « Transnationalism and the League of Nations : Understanding the Work of Its Economic and Financial Organisation » dans Contemporary European History, Vol. 14 (4) 2005, les mêmes traits “It is significant that in public the Economic and Financial committees presented themselves as ‘independent advisory’ bodies of the League. In reality there was nothing independent about them. [...] the structure of the Economic and Financial committees themselves neutralized any claim to genuine political or intellectual independence, given that both operated as inter-governmental groups whose members’ policy positions entirely reflected those of the nation-states which had nominated them. [...] Informally, however, things were very different. Very quickly after its creation, the Economic and Financial Section came to attain a significant degree of autonomy that enabled it to shape international economic and financial relations in some hidden and surprising ways”, p. 374-375.

21  Lettre à Carin Ramsay du 11 août 1926 : « C’est évidemment très loin de ce que je pourrais avoir dans le cadre international (2 300 £ soit 4 à 500 000 F) mais ce n’exclut pas la possibilité d’y rentrer un jour et mes nouvelles fonctions vont me faire un nom dans mon pays ».

22  Cette proximité est encore attestée par la formule de Moreau dans ses mémoires à la date du 2 août 1926 (2e mention de Monnet dans les Souvenirs) « M. Quesnay me demande de recevoir à nouveau M. Monnet qui a des renseignements intéressants à me communiquer ».

23  Émile Moreau, Souvenirs d’un gouverneur de la Banque de France, Histoire de la stabilisation du franc (1926-1928), Paris, Génin, 1954, p. 43 : « Au cours de l’après-midi, Rist me présente M. Monnet. M. Monnet est un Français qui a joué au Secrétariat général de la Société des Nations un rôle important. Intelligent, actif et très sûr, il est devenu l’ami de Strong et d’un grand nombre d’étrangers. Il a quitté la SDN pour représenter en France une grande banque américaine. M. Monnet me rapporte qu’au cours d’une conversation qu’il a eue avec M. Parker-Gilbert, agent général des paiements à Berlin, et Strong, ce dernier lui a confié que s’il était sûr du secret, il serait disposé à élaborer d’accord avec moi un programme de participation des États-Unis et des Federal Reserve Banks au rétablissement financier et monétaire de la France sans que la discussion de ce programme fût liée à la ratification des accords de Washington. [...] En conclusion de notre entretien, je prie M. Monnet de faire savoir à M. Strong que je suis tout disposé à accepter les ouvertures qu’il me fait et à reprendre des conversations avec lui dans cet esprit ».

24  Denise Artaud, La question des dettes interalliées et la reconstruction de l’Europe (1917-1929), 1978, p. 824 et suiv. : elle insiste sur le changement d’attitude des banquiers américains « frappés par l’inexpérience, l’incapacité de Péret », en particulier par l’évolution de Strong encore disposé à apporter son soutien le 9 mai mais changeant d’attitude dix jours après.

25  Toujours dans ce compte rendu, Quesnay note « Rist, dans un accès de confiance peut-être exagéré, s’est laissé entraîner, en ma présence aujourd’hui, vendredi 11 juin à exposer ces idées à Niemeyer », donc Niemeyer demande l’autorisation d’en parler à Norman « celui-ci aviserait aux meilleurs moyens, – peut-être par les Rothschild – de rappeler la Banque de France au sens des réalités d’intérêt général ».

26  Lettre à Carin Ramsay du 16 au 18 juillet 1926.

27  Où écrit notamment… Henry de Jouvenel.

28  On retrouve, notamment, la même mixité dans la composition du comité économique et financier de la SDN, ainsi que le notent P. Clavin et J.-W. Wessels : “Committee members could originate from member or nonmember states, but were not official representatives of their national governments. It was deliberately kept unclear if the ‘experts’ were to be bankers, businessmen, politicians or civil servants”, art. cité p. 471.

29  On trouve dans le fonds privé Pierre Quesnay, notamment, la trace d’une intervention de René Pleven au début de février 1933 pour obtenir des excuses du chroniqueur économique du Manchester Guardian, qui a diffusé de fausses informations portant tort à Pierre Quesnay devenu directeur général de la BRI.

30  « Cette culture internationale n’était pas commune à cette époque. Elle le conduisit à entrer en 1928 à la banque Blair & Co., une très active banque d’affaires américaine dont la succursale à Paris était alors dirigée par Jean Monnet » ; cf. Simone Rist, « Léonard Rist, l’oncle banquier », in Charles Rist et les siens, Actes du colloque organisé à la Banque de France à Paris le 17 novembre 2006, Paris, Banque de France, 2009, p. 29-37.

31  Cf. O. Feiertag, « Les banques d’émission et la BRI face à la dislocation de l’étalon-or (1931-1933) : l’entrée dans l’âge de la coopération monétaire internationale », Histoire, Économie et Société, 4/1999, p. 715-736.

32  Lettre du 14 mars 1930.

Auteur

Professeur agrégé, actuellement en poste dans le secondaire, Renaud Boulanger prépare, sous la direction du professeur Olivier Feiertag (université de Rouen), une thèse consacrée à « Pierre Quesnay, de la Normandie au monde ». Il a publié « La question du rapprochement financier et bancaire entre la France et les États-Unis à la fin des années 1920. L’entremise de Pierre Quesnay », Histoire@politique, revue électronique du Centre historique de Sciences Po, n° 19, janvier-avril 2013. À paraître « Pierre Quesnay (1895-1937), un parcours transnational de la Banque de France à la Banque des Règlements Internationaux » dans O. Feiertag et M. Margairaz (dir.), Les banques centrales et les États. Banques centrales et construction de l’État-nation (du xixe siècle à nos jours), Presses de Sciences Po.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search