Version classiqueVersion mobile

Jean Monnet, banquier, 1914-1945

 | 
Gérard Bossuat

Introduction

Gérard Bossuat

Texte intégral

1Nous ne savons pas grand-chose des trente-deux ans (1907-1939) pendant lesquels Jean Monnet a exercé les professions de négociant en cognac, de banquier international, puis d’investisseur international en alternance avec une activité de service public. Pendant la Première Guerre mondiale, il acquiert une grande expérience de la vie financière et gouvernementale internationale, puis de fonctionnaire international à la SDN et d’investment banker, selon le journaliste John Davenport. Il est en liens d’affaires avec les milieux financiers américains les plus importants de son temps, avant de devenir l’un des pères de l’unité européenne contemporaine, après la Seconde Guerre mondiale.

  • 1La Fédération horlogère suisse, 27 juin 1946, n° 26, p. 9.
  • 2  John Davenport, « M. Jean Monnet of Cognac », Fortune, vol. XXX, n° 2, août 1944, p. 121-216.

2Les moments de la vie professionnelle de Monnet consacrés à la banque et aux investissements internationaux montrent un homme adoptant le mode de vie d’un banquier international, fréquentant sur les paquebots transatlantiques la haute société européenne, américaine et même chinoise, familier des hommes de pouvoir aux États-Unis, en Europe ou en Chine, un homme « trans-atlantique » et « transpacifique », à l’aise tout autant à Paris, qu’à Londres, New York et Washington ou Shanghai. En 1945, Monnet est connu dans le monde des affaires et de la finance pour avoir été un banquier international renommé : « Ce Français, qui connaît l’anglais comme sa langue maternelle, écrit une revue professionnelle suisse, qui a travaillé avec Blair and Co., une des plus grosses firmes bancaires américaines, qui a encore renfloué le trust suédois des allumettes, Kreuger and Toll, que la République chinoise appela un jour au chevet de sa monnaie malade, vient d’établir un plan que Léon Blum exposa aux Américains1 ». Le journaliste de Fortune, John Davenport, en 1944, présente « Jean Monnet of Cognac », « homme d’affaires, banquier, envoyé extraordinaire pendant les deux guerres ; il agit pour que la France s’inscrive dans la tradition de l’amitié américaine2 ».

3Aujourd’hui, alors que la crise financière internationale touche les grands pays industrialisés d’Europe et des États-Unis, à un moment où le métier de banquier suscite des interrogations sur ses objectifs : faire des profits sur les marchés des changes et des actions, spéculer « à la Madoff » ou « à la Kerviel », ou préparer l’avenir économique de notre monde en investissant dans des entreprises d’avenir, ou encore prendre des risques et faire des profits résultant d’investissements innovants, il était intéressant de porter notre attention sur Jean Monnet durant la période de l’entre-deux-guerres, alors qu’il n’est pas encore un des pères de l’Europe unie.

4Immédiatement s’impose l’image d’un homme étonnant. Mais ce n’est pas le négociant en cognac qui attire l’attention, même si la pratique du jeune Monnet témoigne d’une exacte connaissance et d’une insertion réussie dans le monde globalisé. Il apprend son métier d’homme d’affaires à la City de Londres. Naturellement peut-on dire, tellement est ancestrale la relation entre les grandes firmes de la City et les maisons de cognac françaises. Il se déplace sans problème en Méditerranée comme en Amérique du Nord et en Scandinavie. C’est plutôt le réseau d’affaires, de relations politico-bancaires qu’il constitue qui intrigue. Une certaine imbrication est observable entre commerce privé, investissements financiers et service de l’intérêt général dans les fonctions qu’il occupe pour le gouvernement français dans les bureaux exécutifs entre 1917 et 1919 ou pour la SDN. Il est difficile de déceler ce qui relèverait aujourd’hui du conflit d’intérêt et ce qui, à l’époque, semble admis. Si Monnet est un banquier relativement aventureux mais classique quand il prend la direction de la Transamerica de Giannini, il semble aussi fasciné par les affaires politiques. Toute son action le ramène vers les sphères dirigeantes : gouvernement français entre 1914 et 1919, milieux politiques internationaux de la SDN entre 1919 et 1923, gouvernement chinois entre 1933 et 1935 pour la modernisation économique de la Chine, puis à nouveau le gouvernement français à partir de 1938 pour l’achat d’avions américains, enfin gouvernements américain, français et anglais à partir de 1939. Argent et pouvoir sont très présents dans la vie de Monnet entre les deux guerres, beaucoup plus qu’au temps de la construction européenne. Son originalité est peut-être là dans l’entre-deux-guerres. Monnet est un banquier international, lié aux milieux financiers de New York, de Paris et de Londres, cherchant les bonnes affaires pour J. P. Morgan, Lazard, Blair and Co., fondateur d’une firme d’investissement, la Monnet, Murnane and Co. et sans doute pour cette raison soignant ses contacts avec les milieux politiques nationaux et internationaux.

5Cette période de la vie de Monnet est moins documentée que la suivante. Les travaux récents publiés dans ce volume ouvrent, cependant, de réelles perspectives pour comprendre Jean Monnet banquier et investisseur. Il n’est pas pour autant le modèle du banquier d’affaires de ces années « swing » et de crise, mais, au contraire, ces recherches nouvelles le restituent dans sa spécificité. Si le seul souci des affaires l’avait guidé, pourquoi prit-il du service à la SDN comme secrétaire général adjoint ? Pourquoi abandonna-t-il largement ses activités privées en 1938 pour tenter de faire parvenir en France les avions américains dont l’armée de l’air avait besoin ? Quelle est la nature du réseau politico-financier de Monnet ? Est-il l’homme de Wall Street ? Quels sont les ressorts de l’action de Monnet, banquier, investisseur, fonctionnaire international ? Faire des affaires ? Rationaliser l’organisation économique et financière des États européens, moderniser et développer l’économie d’un grand État encore pauvre, la Chine ? Que ressort-il de ces années de maturité – il a 30 ans en 1918 et 50 ans en 1938 ? Peut-être quelque chose que l’on a théorisé ensuite, sa fameuse méthode. À chacun de ses postes, dans le privé, à la SDN, auprès des gouvernements chinois ou français dans les années trente, Monnet tente et réussit à chaque fois à rassembler des intérêts divergents et des hommes opposés. Il développe l’art du compromis ; est-ce au service de l’intérêt général ? Mais il reste encore à faire des recherches dans les archives bancaires et les archives politiques, économiques et financières des États pour mieux connaître Jean Monnet et éviter les jugements à l’emporte-pièce. Les textes publiés dans cet ouvrage sont un moment important de cette recherche.

Notes

1La Fédération horlogère suisse, 27 juin 1946, n° 26, p. 9.

2  John Davenport, « M. Jean Monnet of Cognac », Fortune, vol. XXX, n° 2, août 1944, p. 121-216.

Auteur

Gérard Bossuat, chaire Jean Monnet ad personam d’histoire de l’unité européenne, est professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université de Cergy-Pontoise (Val d’Oise). Professeur associé à l’UMR IRICE 8138 (Paris-1, Paris-4, CNRS), il est membre de plusieurs comités de rédaction de revues dont la Revue de l’histoire de l’intégration européenne et Matériaux pour l’histoire de notre temps (BDIC), ou de conseils scientifiques de sociétés savantes dont la Fondation Jean Monnet pour l’Europe (Lausanne) et l’Institut Pierre Mendès France. Auteur de plusieurs ouvrages académiques et de nombreux articles, il a publié récemment : La France et la construction de l’unité européenne, de 1919 à nos jours, Paris, Armand Colin, 2012, et co-dirigé, avec J.-M. Guieu, un numéro de la revue Matériaux pour l’histoire de notre temps, n° 108, 4trimestre 2012, L’Europe et la paix ; La France, l’Europe et l’aide au développement, des traités de Rome à nos jours, Paris, IGPDE/ Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2013, ouvrage auquel a été attribué le prix Luc Durand-Réville de l’Académie des sciences morales et politiques en novembre 2013 ; « La Communauté européenne et les bouleversements consécutifs à la chute du Mur de Berlin », in Michèle Weinachter (dir.), L’Est et l’Ouest face à la chute du Mur, question de perspective, CIRAC, 2013.
Il travaille actuellement avec d’autres chercheurs de l’UMR IRICE sur les exilés polonais en France et leur contribution à la construction européenne (Pr. Marès et Pr. Laptos).

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search