Version classiqueVersion mobile

Jean Monnet, banquier, 1914-1945

 | 
Gérard Bossuat

Préface

Éric Roussel

Texte intégral

1Étrange parcours que celui de Jean Monnet. Au tout début de la Grande Guerre, au beau milieu de la bataille de la Marne, il réussit à se faire recevoir par le président du Conseil, René Viviani, et à lui faire accepter un schéma d’harmonisation de l’effort de guerre avec la Grande-Bretagne. Quatre ans plus tard, au sortir du conflit, le voilà catapulté secrétaire général adjoint de la toute nouvelle Société des Nations. Perspective exaltante pour un jeune homme riche surtout de son savoir-faire et de son entregent.

2Mais soudain, dès 1923, Monnet se lasse et démissionne. En fait, il ne croit plus à la SDN privée de pouvoir de contrainte et, par conséquent, impuissante. Va-t-il se contenter de reprendre l’entreprise familiale ? Il a trop goûté aux grandes affaires pour se satisfaire d’un tel horizon. Peu de temps après avoir quitté Genève, on le retrouve donc financier international, banquier en Amérique et déjà homme d’influence. Le personnage déconcerte. Dans une note qui se trouve dans ses archives à Aix-en-Provence, Alexis Leger, alias le poète Saint-John Perse, trace à cette époque du futur président de la CECA un portrait surprenant : celui d’une sorte de golden boy dont les activités suscitent un certain mystère. Et puis, tout à coup, après un mariage rocambolesque à Moscou et un séjour non moins romanesque en Chine, les affaires publiques l’absorbent de nouveau.

3À la demande d’Édouard Daladier, il s’efforce de combler le retard de la France dans le domaine de l’aviation de guerre en tentant d’acheter des appareils aux États-Unis. Pendant le second conflit mondial, à Londres, Washington et Alger, il est si présent aux plus hauts échelons, quoique toujours dans les coulisses, qu’on lui attribue à la fois le mérite d’avoir favorisé le rapprochement entre de Gaulle et Giraud et un rôle décisif dans la construction de l’arsenal des démocraties.

4La suite est dans toutes les mémoires : au Commissariat au Plan, à la CECA, plus tard au comité d’action pour les États-Unis d’Europe, Monnet ne quittera plus le cercle magique, celui du pouvoir.

5Devant pareille trajectoire, les interrogations sont naturelles. Pourquoi un tel changement d’aiguillage la cinquantaine venue ? Monnet a-t-il jamais vraiment abandonné les affaires privées ? À ces questions, l’ouvrage que l’on va lire ne répond pas directement ; en revanche, il apporte sur les années les plus mal connues de la vie du père de l’Europe des informations passionnantes. Grâce aux chercheurs réunis dans le cadre de ce colloque sous l’autorité de Gérard Bossuat, les activités de Monnet en Chine apparaissent vues sous l’angle de sources japonaises, ses amitiés et ses réseaux se révèlent. Informations à l’état brut « non conclusives », pour employer un certain jargon, mais qui aident grandement à mieux appréhender une figure fascinante dont on peine à fracturer le noyau dur tant l’on sent qu’il a été cadenassé, protégé.

6Le plus probable, que l’on pressentait confusément mais que ces pages confirment au moins de manière implicite, est que le personnage a évolué. Telle est la loi de la vie. On imagine le plus souvent Monnet âgé sous les traits d’un sage veillant sur le Vieux Continent. Or, comme tout un chacun, il a été jeune. Pendant la Grande Guerre, sa secrétaire à Londres, Yvonne Antony, s’amusait de le voir sortir du Ritz, où il logeait à l’année, vêtu d’une tenue de soirée agrémentée d’une cape doublée de soie blanche. Plus tard, rue de Condé, le secrétaire d’Henry de Jouvenel, le jeune avocat Jean-Louis Aujol, sera aussi témoin des grandes heures d’un Jean Monnet menant un train somptueux, attesté par la présence à la porte de l’immeuble d’un ancien garde républicain reconverti en valet de pied. Images étonnantes qui contrastent fortement avec l’existence très simple menée par Monnet âgé à Houjarray. Le jour de sa mort, le préfet des Yvelines, Laurent Clément, chargé par le gouvernement d’aller saluer sa dépouille, ne cacha pas sa surprise en entrant dans une demeure beaucoup plus modeste que celle qu’il imaginait.

7« J’ai gagné de l’argent sans plaisir, j’en ai perdu sans regret ». Cette confidence de Jean Monnet à son collaborateur, François Fontaine, donne peut-être la clé de l’énigme. L’âge venant, Monnet s’aperçut aussi sans doute que sa vocation était dans la sphère publique, dans ce monde étroit du vrai pouvoir dont il sera le familier, sans toujours adopter ses us, ses codes et ses préjugés, restant en définitive jusqu’au bout une sorte d’« irrégulier », suscitant la sourde hostilité des élites traditionnelles.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search