Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

Dictionnaire biographique

Avertissement

Fabien Cardoni

Texte intégral

L’élaboration et la présentation des notices biographiques

  • 1  Pour l’élaboration des notices, les directeurs du Dictionnaire tiennent à remercier : à l’Inspecti (...)

1Les notices biographiques des inspecteurs des Finances des promotions 1801 à 2009 résultent d’un travail collectif. La nature des informations contenues dans les notices a été proposée, débattue et décidée par le comité scientifique. Les biographies des inspecteurs des débuts jusqu’à la promotion 1870 s’appuient sur le Dictionnaire biographique des inspecteurs des Finances 1801-1930 (travail dactylographié de 325 pages) de Pierre-François Pinaud, achevé en 2008, consultable au service de l’Inspection, complété par Fabien Cardoni. Les notices relatives aux promotions de 1878 à 1946 ont bénéficié de surcroît des recherches de Nathalie Carré de Malberg. Celles relatives aux inspecteurs de l’après-1945 ont été traitées par Fabien Cardoni. Ponctuellement, des chercheurs ont apporté des compléments. Ils sont signalés dans les sources, ainsi que les descendants d’inspecteurs du xixe siècle contactés, qui ont aidé à établir l’état civil de leur aïeul1.

2L’ensemble des 1 217 biographies, rédigé et homogénéisé par Fabien Cardoni, a été revu et complété par Michel Margairaz et Nathalie Carré de Malberg. Les carrières de tous les inspecteurs sont détaillées jusqu’au 1er juillet 2009. Après cette date, seule la fonction principale est indiquée.

Le corpus

3Ont été retenus pour figurer dans le dictionnaire :

4– les inspecteurs du Trésor du Consulat et de l’Empire depuis l’arrêté du 6 septembre 1801, parfois intégrés ensuite dans les cadres de l’Inspection générale des Finances ;

5– les inspecteurs des Finances depuis 1814, y compris :

  • les inspecteurs des Finances intégrés en surnombre entre 1947 et 1964,

  • les inspecteurs des Finances intégrés par la procédure du tour extérieur depuis 1974 (selon les termes des articles 9 à 12 du décret n° 73-276 du 14 mars 1973 sur le statut des inspecteurs des Finances), ainsi que les quelques inspecteurs intégrés depuis 1984 par un tour extérieur institué au choix du gouvernement,

  • les inspecteurs généraux des Finances en service extraordinaire (conformément au décret n° 95-860 du 27 juillet 1995, entré en vigueur depuis 1997) pour cinq années non renouvelables, mais avec, à l’issue, une possibilité d’intégrer définitivement le corps,

  • les hauts fonctionnaires faisant fonction d’inspecteurs ou d’inspecteurs généraux des Finances (prévus par l’article 16 du décret n° 2006-1213 du 4 octobre 2006 relatif au statut du corps) pour six années maximum,

  • les adjoints à l’IGF, reçus au premier concours, mais décédés avant leur entrée définitive dans le corps.

6N’ont pas été retenus :

7– les inspecteurs de la Trésorerie (avant 1801) ;

8– les vérificateurs généraux ;

9– les inspecteurs et inspecteurs généraux des Finances temporaires. Notamment les huit inspecteurs généraux du Cadastre, qui ont été intégrés en 1816-1817 mais non conservés après la fin, en 1824, des travaux spéciaux du Cadastre et ensuite des rôles des Contributions directes ;

10– les élèves ou adjoints refusés, révoqués, démissionnaires ou remis à la disposition de leur administration d’origine avant l’examen de capacité (appelé aussi « deuxième concours ») ;

11– les fonctionnaires à l’Inspection dans le cadre de la mobilité ;

12– les étudiants en stage à l’IGF.

Les sources

13En raison de la destruction des archives du ministère des Finances en 1871, les renseignements pour les inspecteurs antérieurs à 1870 sont plus difficiles à réunir et leurs notices sont en conséquence moins détaillées.

14Les notices ont été élaborées à partir des sources détaillées ci-dessous, dont certaines sont déclaratives. Si certaines informations ont été sollicitées auprès des intéressés ou de leur famille, les notices, contrairement à d’autres dictionnaires biographiques contemporains, ne leur ont pas été soumises pour relecture, sauf de rares exceptions.

15Les catégories de sources mobilisées sont les suivantes :

Sources manuscrites

16– Les dossiers administratifs de carrière des retraités déposés au service des Archives économiques et financières du ministère (SAEF) (voir, dans les sources de cet ouvrage, les fonds d’archives du SAEF où l’on trouve des dossiers individuels d’inspecteurs), ceux encore conservés au service de l’Inspection (dossiers de gestion), ou d’autres, consultés aux Archives nationales (préfets, Légion d’honneur…), aux Archives du Conseil d’État, de la Banque de France, de la Société générale, etc.

17– Un fichier du personnel (702 inspecteurs), établi depuis la fin des années quarante par le bureau de gestion des ressources humaines (BRH) de l’Inspection à partir des arrêtés ou décrets. Les fiches commencent avec les promotions des années vingt, mais avec des lacunes pour les générations les plus anciennes, et surtout pour les emplois occupés après les démissions, retraites différées ou non. Dans ces derniers cas, les informations qui figurent dans ce fichier proviennent, de manière aléatoire, de la presse ou des intéressés.

18– Deux fichiers complémentaires (267 CV succincts et 42 fiches de présentation des carrières par compétence) établis par le BRH.

19– Des notices de renseignements des élèves de l’Éna depuis 1949 jusqu’à nos jours, conservées soit dans les dossiers administratifs du SAEF, soit dans les dossiers de gestion, soit dans le fonds de dossiers par promotion (voir ci-après) conservés à l’IGF. Les archives de l’Éna n’ont pas pu être consultées.

20– Environ 350 dossiers individuels classés par ordre de promotion (1920-2000), lacunaires et non cotés, conservés à l’Inspection. Ces dossiers contiennent les appréciations au deuxième concours, les travaux effectués au cours des années de tournée, les feuilles de notation par leur chef de tournée et, par la suite, des appréciations de la hiérarchie de l’administration où est détaché l’inspecteur. On y trouve aussi souvent des échanges de courrier entre le Service, les administrations ou les entreprises et l’inspecteur, certaines décisions des jurys d’honneur et procédures contentieuses devant le Conseil d’État, quelques notices individuelles de l’Éna.

21– Des renseignements d’état civil puisés auprès des archives municipales ou départementales.

22– Des informations généalogiques fournies par les familles des inspecteurs des Finances.

23– Des archives privées conservées par des particuliers ou dans des dépôts publics.

24– Le Livre d’or manuscrit (conservé au Service) qui retrace sommairement la carrière de tous les inspecteurs sortis du corps depuis 1801 (décédés, retraités, démissionnaires), rédigé en partie à partir des réponses des intéressés lors des deux centenaires de 1908 et 1931.

25– Les registres manuscrits (1892-1946) des candidatures au concours de l’Inspection (admis et non-admis) avec mention de leur diplôme, état civil, résidence et professions des parents, liens de parenté dans l’administration jusqu’en 1936.

26– Le livre manuscrit des promotions (1872-2008) recensant tous les entrants à l’Inspection et leur rang, y compris à l’issue du « deuxième concours ».

27– Les fiches matricules (en ligne) extraites des registres de scolarité de l’École polytechnique.

28– Les archives du musée de la Légion d’honneur ainsi que celles de la grande chancellerie de la Légion d’honneur.

Principales sources imprimées

29– Almanach royal ou impérial ou national.

30– Journal officiel.

31– Les deux livres commémoratifs de l’Inspection, édités en 1908 et 1931, contenant les notices individuelles issues du Livre d’or et des réponses données par les inspecteurs eux-mêmes.

32– Les Annuaires de l’Inspection 1950-2010.

33– Les Annuaires du ministère des Finances utilisés ponctuellement (1882-1942, 1954, 1961, 1968, 1972, 1981, 1984, 1986) et non mentionnés dans les notices.

34– Les classeurs de fiches de carrière amovibles (années 1950-2000) des inspecteurs, établies par la Société générale de presse et d’éditions (puis Société générale de presse), appelés successivement : Encyclopédie périodique, économique, politique et administrative. L’Inspection générale des Finances (dite aussi « le Bérard-Quélin »), puis La documentation permanente. Banque d’informations documentaires, biographiques et monographiques. L’Inspection générale des Finances, puis Les biographies.com. Documentation permanente d’informations biographiques et monographiques. L’Inspection générale des Finances.

35– Le Bulletin quotidien publié par la Société générale de presse, utilisé pour compléter les carrières avant l’entrée à l’Inspection des inspecteurs, faisant fonction d’inspecteurs, recrutés par le tour extérieur ou en service extraordinaire, ainsi que les carrières des démissionnaires après leur départ du corps.

36– La Gazette de l’Inspection (1940-1944), puis les brochures d’information de l’Association des membres de l’Inspection générale des Finances (AMIGF) : Le Crayon vert (1947-1950), Le Bulletin d’information de l’AMIGF (1958 à nos jours). Cette dernière source, à la parution irrégulière, qui informe surtout sur l’état civil et/ou les activités annexes, n’est pas mentionnée à chaque notice.

37– La newsletter de l’IGF : Le Crayon vert, depuis 2010 (trimestrielle), pour les ultimes compléments de carrière.

38– Qui êtes-vous ? Annuaire des contemporains, 1908-1912 et 1924, publication utile pour quelques promotions seulement d’inspecteurs.

39– Le Who’s Who du xxe siècle et différentes éditions du Who’s Who (des années cinquante à nos jours) : cette source déclarative a principalement servi à identifier la majeure partie des professions des parents des inspecteurs entrés à l’IGF depuis le milieu des années soixante-dix, ainsi que les activités annexes (caritatives, associatives, culturelles…) de ces derniers.

Archives orales

40Est indiqué individuellement si le témoignage enregistré de l’inspecteur a été utile à la rédaction de sa notice. Une liste des archives orales des inspecteurs des Finances est présentée dans les sources.

Bibliographie pour la rédaction des notices

41Bon nombre de dictionnaires biographiques et ouvrages généalogiques ont été utilisés (voir la bibliographie générale et sélective). Les ouvrages ou articles particuliers utiles à la rédaction de la notice sont précisés à chaque fois. Les ouvrages utilisés fréquemment sont abrégés par leur nom d’auteur en majuscule avec l’année d’édition (voir ci-après la liste des abréviations). Les références de ces ouvrages sont citées en intégralité dans la bibliographie générale et sélective ou les sources imprimées du dictionnaire. Les références d’autres ouvrages ou articles de ces mêmes auteurs sont indiquées, le cas échéant, en détail dans la bibliographie des notices.

42La rubrique Autres sources signale des sources indicatives, mais non consultées pour la notice (voir les sources à la fin de l’ouvrage).

43Chaque notice a ainsi fait l’objet d’un travail de recherche individualisé qui a permis de recouper des sources parfois redondantes et parfois contradictoires.

Le contenu des notices

État civil

44Le prénom usuel est en italique, quand il est connu. Les modifications (additifs et changements de nom) du patronyme sont précisées. Les anciennes dénominations de certains départements ont été remplacées par leurs noms actuels. En revanche, car les limites administratives ne coïncident pas, les anciens arrondissements de Paris sont précisés et indiqués avec leurs numéros d’avant 1860.

45La profession du père ou de la mère qui apparaît avec s. d. (sans date) signifie que l’on ne sait pas à quel moment de leur carrière elle se rattache. Cependant, pour le xixe siècle (avant 1892), il s’agit le plus souvent de la profession à la naissance d’après les actes de l’état civil. La mention (N) indique alors la profession du père ou de la mère à la naissance. La mention (C) indique la profession paternelle ou maternelle au moment de l’entrée du candidat à l’Inspection, issue des registres des candidatures au premier concours de l’Inspection, de 1892 à 1946, ou à l’Éna.

46Un lien ou des liens de parenté avec un autre inspecteur sont signalés par un astérisque (*) à côté du nom. Des liens de parenté remarquables sont également ponctuellement mentionnés. Des informations sur les beaux-parents ou l’épouse ne sont données (rarement) que si elles permettent d’éclairer la carrière de l’inspecteur.

Diplômes

47Pour les élèves issus des grandes écoles, l’année de promotion est indiquée selon les usages consacrés : année d’entrée pour les polytechniciens, normaliens, chartistes, et de sortie pour les centraliens et les énarques.

48Lorsque l’intitulé de la thèse de licence et/ou de doctorat est connu, il est indiqué, avec son lieu de conservation (disponible à la Bibliothèque nationale de France, Bnf, si non précisé), dans la rubrique Œuvres. Lorsque l’individu est à la fois licencié en droit et docteur en droit, seul le diplôme de docteur en droit est indiqué. Les diplômes incomplets (DEA et DES) ne sont pas précisés, ainsi que les lauréats universitaires.

Campagnes militaires

49N’ont été mentionnés que les temps de service des anciens officiers d’active, les durées de campagne (essentiellement durant la guerre de 1870-1871, la Grande Guerre, la Seconde Guerre mondiale, les conflits indochinois et algériens) des mobilisés, engagés volontaires et les activités dans la Résistance (extérieure et intérieure), selon les dates retenues par l’administration pour le calcul des retraites. Autant les états de service militaires issus de l’administration de la Guerre (puis de la Défense) sont d’une grande précision, autant la rigueur sur l’exactitude des dates est très inégale pour les activités dans la Résistance.

50N’ont pas été précisées la durée du service national ni l’exemption éventuelle. Néanmoins, si le service militaire (y compris le maintien et le rappel sous les drapeaux) se déroule en temps de guerre ou s’il précède immédiatement une période de campagnes militaires, il est indiqué.

Avancement dans les grades du corps

51Est distingué en italique l’avancement dans les grades d’inspecteur. Précisons que les agents extraordinaires et les surnuméraires à l’Inspection ne sont pas considérés comme des éléments appartenant au corps avant leur titularisation. Ainsi, la carrière dans le corps commence réellement comme élève inspecteur, sous-inspecteur, inspecteur adjoint ou, depuis 2007, inspecteur de 2e classe. Plusieurs inspecteurs sont entrés directement à l’une ou l’autre des classes (4e classe, 3e classe, 2e classe, 1re classe, inspecteur général). Il faut préciser par ailleurs qu’en 1860, les sous-inspecteurs sont devenus les inspecteurs de 4e classe. Seule la date de la décision, et pas la date d’effet, est disponible pour les nominations des inspecteurs du Trésor.

52L’avancement de certains inspecteurs s’interrompt sans qu’ils aient démissionné. En effet, la position hors des cadres, en qualité de receveur ou de payeur particulier ou général, trésorier-payeur général, directeur des Contributions directes ou indirectes en province, auditeur, maître des requêtes ou conseiller en service ordinaire au Conseil d’État, conseiller référendaire ou conseiller maître en service ordinaire à la Cour des comptes, préfet, par exemple, signifie le plus souvent un départ sans retour dans les cadres de l’Inspection.

53Les inspecteurs des Finances entrés par le tour extérieur sont indiqués par la mention « Nommé dans l’emploi d’inspecteur des Finances ».

Carrière

54Le paragraphe principal, en caractère romain, mentionne tous les postes occupés durant la carrière dans le corps, dans les cadres, en service détaché, en disponibilité, en mobilité, hors des cadres (et après démission ou retraite), sans cependant que soient indiquées ces positions statutaires, ce qui aurait considérablement alourdi les notices. De même, les mentions d’honorariat (directeur, conseiller maître, gouverneur, inspecteur général, etc. honoraires) ne figurent pas dans les notices.

55Les formations intellectuelles complémentaires qui ont lieu en cours de carrière sont mentionnées à nouveau dans la carrière avec leurs dates extrêmes. Les stages avant l’Éna ou des énarques ne sont pas indiqués. En revanche, les stages, à l’étranger surtout, des jeunes inspecteurs sont précisés, quand ils sont connus.

56Les intitulés contemporains des fonctions et institutions ont été saisis tels qu’ils apparaissent dans la source. Cependant, les chargés de mission « au cabinet » et « auprès du ministre » ne sont pas distingués, bien qu’il s’agisse de deux niveaux de responsabilité fort différents. En outre, après 1946, l’adoption du statut de la fonction publique et la distinction entre le grade et l’emploi, la mention de sous-directeur désigne un grade, une étape dans l’avancement administratif, et ne correspond pas nécessairement à un emploi et à une affectation effective.

57Les blancs dans la carrière, sauf mention contraire, signifient que l’inspecteur travaille dans les cadres de l’Inspection. Certains blancs entre deux fonctions proviennent également, mais rarement, de la discordance entre une date d’effet et la date du texte nommant à la fonction suivante (voir le paragraphe suivant), soit, exceptionnellement, de congés maladie (non précisés).

58Les administrations du ministère des Finances sont détaillées dans la mesure du possible : le bureau, le service, la sous-direction et, bien sûr, la direction au sein du ministère. Ce degré de précision a paru pertinent car tous les bureaux, services et sous-directions ne se valent pas dans la hiérarchie des postes. Quand le ministère n’est pas précisé, il s’agit par défaut des Finances, sous ses différentes appellations.

59Seuls les présidents et vice-présidents des conseils d’administration et de surveillance ont été indiqués. La seule position d’administrateur n’a donc pas été retenue. Le choix a été fait d’ajouter dans la carrière l’appartenance comme membre titulaire ès qualités, mais non celle de droit ou les suppléances, à certaines commissions importantes (de réformes administratives, de financement du Plan, interministérielles, internationales, etc.). La fonction de rapporteur – la plupart des inspecteurs du xxe siècle commencent ainsi leur carrière – est également systématiquement mentionnée, ainsi que les présidences et vice-présidences des commissions, de toute nature.

60Les condamnations judiciaires n’ont pas été reportées, à l’exception de celles postérieures et relatives à la Seconde Guerre mondiale, en particulier celles qui se réfèrent à la collaboration avec l’occupant.

Les dates

61Ont été retenues, chaque fois que l’information était disponible, la date d’effet et en second lieu la date du décret, de l’arrêté ou plus généralement du texte réglementaire ou de la décision. En aucun cas la date de parution au Journal officiel. Il y a donc inévitablement, du fait des sources, deux types de dates.

62Il y a en outre, volontairement cette fois, des disparités dans la précision chronologique. Les dates en jour, mois et année ont été conservées pour les campagnes militaires et services dans l’armée d’active, les grades des inspecteurs, les fonctions dans un gouvernement, dans un cabinet ministériel et celles exercées entre le 1er septembre 1939 et le 8 mai 1945. Une année seule signifie soit une durée infra-annuelle, soit une date de fin inconnue, soit une fonction en cours (le mot « depuis » signale également cette dernière). Certaines dates probables mais incertaines sont écrites : « (AAAA ?) ».

Décorations

63Il a été décidé de se limiter aux nominations dans l’ordre national de la Légion d’honneur et dans celui du Mérite, ainsi qu’aux croix de guerre et médailles de la Résistance, pour autant qu’elles soient reconnues officiellement.

Activités annexes

64Sont présentés dans cette rubrique séparée par un saut de ligne :

65– les membres de l’Institut de France avec les dates d’élection, ainsi que les fonctions de chancelier et de secrétaire perpétuel ;

66– les appartenances à une association, une fondation, une société, savante, culturelle, caritative, etc. ;

67– le ou les enseignements, avec les dates, mais rarement la matière enseignée (quand ces informations sont disponibles). Si l’enseignement est une activité principale, elle figure dans le cours de la carrière. Quand les dates extrêmes sont inconnues, il est indiqué s. d., l’information provenant généralement du Who’s Who ;

68– les fonctions politiques, quand elles sont secondaires (locales) dans la carrière (maire, conseiller municipal, conseiller général). Si la fonction politique est une activité principale, elle est intégrée à la carrière.

Œuvres

69Les seuls préfaces et articles (sauf exceptions d’un intérêt historique) n’ont pas été retenus. Les cotes des ouvrages non présents à la Bnf sont indiquées, ainsi que les rééditions. Les cours à l’École libre des sciences politiques, puis à l’Institut d’études politiques de Paris ont été recensés à partir du catalogue de la Bnf, et surtout de celui de la bibliothèque de Sciences Po. Lorsqu’elle était repérable, via Opale plus, le Système universitaire de documentation (Sudoc) ou le Catalogue collectif de France (CCFr), la thèse pour le doctorat et/ou pour la licence est mentionnée.

70Quand l’ouvrage est coécrit par des inspecteurs, il est mentionné chaque fois à leur notice respective. Quand la préface est l’œuvre d’une personnalité ou d’un autre inspecteur des Finances, elle est précisée. Les pseudonymes sont indiqués par ouvrage. Contrairement aux usages, les ouvrages sont ici présentés dans l’ordre chronologique décroissant, en raison de la présence de nombreux auteurs inspecteurs vivants.

Notes

1  Pour l’élaboration des notices, les directeurs du Dictionnaire tiennent à remercier : à l’Inspection générale des Finances, Claude Canet et Claude Hedoux ; au secrétariat général des ministères économique et financier (SEP1), Catherine Bancillon ; aux Archives de Sciences Po, Yanick Muguet et Dominique Parcollet ; à la grande chancellerie de la Légion d’honneur, José Tomas et au musée de la Légion d’honneur, Christine Minjollet.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540