Desktop versionMobile version

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

Notices biographiques

Sabatier à Sylla-Walbaum

Full text

SABATIER Denys Marc Jean

1Né le 9 octobre 1884 à Paris (7e), décédé le 17 septembre 1956 à Gommecourt (Seine-et-Oise), fils de Marc Maurice Sabatier avocat au Conseil d’État et à la Cour de cassation puis président de l’ordre, membre de l’Institut (N) et de Marceline Hélène Henriette Poloncéau.

2Licencié en droit, diplômé de l’ELSP.

3Mobilisé en 1914-1918.

4Adjoint à l’Inspection 1er avril 1912, inspecteur de 4e classe 16 février 1914, 3classe 16 septembre 1917, 2classe 1er décembre 1919, 1re classe 1er février 1923, démissionnaire 15 février 1929.

5Rapporteur de la Commission de vérification des comptes des chemins de fer de l’État 1923-1928. Membre de la Commission de vérification des comptes de la Compagnie des chemins de fer du Maroc et de la Compagnie de Tanger-Fez, chargé du contrôle financier 1926-1928. Fondateur et président des sociétés immobilières et agricoles au Maroc 1929-1938. Expert financier auprès de la cour d’appel de Paris et du tribunal de la Seine 1945-1956.

6LH 1927.

7Œuvres

  • Notre famille, présentation de Rénée Sabatier, Mesnil, impr. de Firmin-Didot, 1958, 180 p.

  • Aspects actuels de l’analyse du bilan, définition d’une méthode à l’usage des commissaires de sociétés, Paris, Les Publications techniques, 1945, 64 p. (exposé fait à la réunion du Comité d’études du Contrôle, le 10 février 1945).

8Sources : SAEF, 1C 34849 ; ADP, état civil, V4E 5972 ; Reg. cand. adjoint ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; Who’s who, 1955.

9Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 166.

SABOURET Yves Marie Georges

10Né le 15 avril 1936 à Paris (8ème), fils d’Henri Sabouret ingénieur des Mines retraité (C) et de Colette Anthoine.

11Licencié en droit, diplômé de l’IEP de Paris, Éna (promotion Blaise Pascal) 1964.

12En Algérie du 1er janvier 1960 au 7 avril 1962.

13Adjoint à l’Inspection 1er juin 1964, inspecteur de 3classe 1er décembre 1965, 2classe 1er juin 1968, 1re classe 11 novembre 1974, admis à la retraite différée 1er juillet 1981.

14Chargé de mission à l’Inspection 15 novembre 1966-31 juillet 1968. En stage au Crédit national 1968. En stage auprès du conseiller financier à l’ambassade de France à Washington 1968. Conseiller technique au cabinet d’Albin Chalandon* ministre de l’Équipement et du Logement 15 juillet 1968. Chargé de mission auprès de la direction de la Construction du ministère de l’Équipement et du Logement 1969. Directeur du cabinet de Joseph Fontanet ministre du Travail, de l’Emploi et de la Population 24 juin 1969. Conseiller pour les affaires sociales au cabinet de Pierre Messmer Premier ministre 7 juillet 1972-15 mars 1974. Conseiller pour les affaires économiques et financières au cabinet de Pierre Messmer Premier ministre 15 mars 1974-27 juillet 1974. Chargé de mission au cabinet de Françoise Giroud secrétaire d’État à la Condition féminine 12 novembre 1974-1er juillet 1975. Adjoint au directeur général d’Europe n° 1 1975. Adjoint au directeur général de la SA Engins Matra 1975. Président de la société de développement régional de Bretagne 1977-1999. Administrateur-directeur général adjoint de Matra SA 1977. Adjoint au vice-président-directeur général Europe n° 1 1977-1978. Président de la Société n° 1 (groupe Europe n° 1) 1977-1979. Vice-président de Matra SA 1979-1990. Vice-président-directeur général de Hachette SA 1981-1990. Co-directeur général 1990, puis président-directeur général de La Cinq 1990. Directeur délégué pour les affaires européennes et communautaires et conseiller du président du groupe Matra-Hachette 1993-1994. Directeur général des Nouvelles Messageries de la presse parisienne 1994-2003. Conseiller spécial d’Arnaud Lagardère 2003-2004. Vice-président du conseil de surveillance d’Arjil et associés banque depuis 2004. Président d’Ingenico SA 2004-2005. Senior Advisor du Groupe 3i France depuis 2006. Gérant conseiller de Tishman Speyer Management OPCI depuis 2008.

15Président de la Fondation de France 2007-2010.

16Enseigne à l’IEP de Paris et à l’Éna (s. d.). Maire de Saint-Cast-le-Guildo (Côtes-d’Armor) 1967-1995. Conseiller général des Côtes-d’Armor 1973-1992. Conseiller régional de Bretagne 1973-1976.

17LH 1987, O. 1998, C. 2009. ONM 1972, O. 1981, C. 2004.

18Sources : Fichier BRH ; Dossier promo. IGF ; Annuaire(s) de l’IGF ; Bulletin quotidien, 14 avril 2009 ; Livre d’or ; Who’s who, 2000 et 2011.

19Autres sources : Association Georges-Pompidou, entretien d’Yves Sabouret avec A. Leboucher-Sebbab, 2000.

SAGNE Jacques Paul

20Né le 22 janvier 1925 à Saint-Yrieix-La-Perche (Haute-Vienne), décédé le 1er janvier 1988 à Faverelles (Loiret), fils de Michel Sagne directeur des Contributions directes (s. d.) et d’Amélie Marie Louise Lafeuille.

21Licencié en droit, diplômé de l’IEP de Paris, Éna (promotion Union française) 1948.

22Adjoint à l’Inspection 16 décembre 1948, inspecteur de 3classe 1er janvier 1950, 2classe 1er janvier 1953, 1re classe 1er janvier 1957, admis à la retraite différée 1er septembre 1966.

23Rapporteur du Comité de révision douanière 1950. Chargé de mission à la direction générale des Prix et des Enquêtes économiques au secrétariat d’État aux Affaires économiques 1953. Rapporteur de la Commission d’étude des disparités des prix français et étrangers 1953. Conseiller technique au cabinet de Henri Caillavet secrétaire d’État aux Affaires économiques et au Plan 19 juin 1954-2 mars 1955. Conseiller au cabinet de Pierre Abelin secrétaire d’État aux Affaires économiques 2 mars 1955-1er janvier 1956. Membre de la délégation française au Conseil économique et sociale de l’Organisation des Nations unies pour les 21e et 22sessions 1956. Chef de la section 1956, puis du service des Finances et Budgets de défense de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord 1960. Chargé du Sud-Est asiatique à la direction Asie de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement 1962-1964. Secrétaire général 1965, puis directeur général adjoint de la société Delmas-Vieljeux, devenue en 1972 compagnie financière Delmas-Vieljeux, 1967-1978. Directeur général de la Banque de l’Union maritime et financière 1977-1983. Président-directeur général de la Société commerciale de garantie 1978-1979. Président d’Actigest-Etoile sicav 1978-1979. Président-directeur général de Sicomucip 1979.

24Maître de conférences à l’Éna 1956-1958.

25Sources : Fichier BRH ; Annuaire(s) de l’IGF ; ASGP ; Livre d’or ; Who’s who, 1957, 1963 et 1967.

SAHUGUET d’AMARZIT (de) Delphine Marie Josèphe

26Née le 9 mai 1973 à Saint-Mandé (Val-de-Marne), fille d’Éric de Sahuguet d’Amarzit cadre supérieur (C) et de Florence Broch d’Hotelans fonctionnaire de catégorie A (C).

27Diplômée de l’IEP de Paris, Éna (promotion Victor Schoelcher) 1996.

28Adjointe à l’Inspection 1er avril 1996, inspectrice de 3classe 1er octobre 1997, 2classe 1er avril 2000, 1re classe 1er avril 2005.

29Chargée de mission au bureau de l’Endettement international, de l’Assurance-crédit et du Secrétariat du Club de Paris 2000-2001, puis chef de ce bureau de la direction du Trésor 2001-2003. Secrétaire générale du Club de Paris 2001-2003. Conseillère technique au cabinet de Francis Mer ministre de l’Économie, des Finances et de l’Industrie 13 octobre 2003-30 mars 2004. Conseillère technique au cabinet de Nicolas Sarkozy ministre d’État ministre de l’Économie, des Finances et de l’Industrie 5 avril 2004-29 novembre 2004. Conseillère technique au cabinet de Hervé Gaymard ministre de l’Économie, des Finances et de l’Industrie 9 décembre 2004-21 avril 2005. Conseillère technique au cabinet de Thierry Breton ministre de l’Économie, des Finances et de l’Industrie 21 avril 2005-30 janvier 2006. Sous-directrice du Financement et de la Compétitivité des entreprises à la direction générale du Trésor et de la Politique économique 2006-2007. Conseillère pour les affaires économiques et financières au cabinet de François Fillon Premier ministre 18 mai 2007-22 juin 2009. Chef du service Affaires multilatérales de la direction générale du Trésor et de la Politique économique depuis 2009.

30Sources : Fichier BRH ; Fichier CV succinct ; Dossier promo. IGF ; Annuaire(s) de l’IGF.

SAILLY (de) Jean Charles Hubert

31Né le 8 juin 1906 à Paris (9e), décédé le 30 juin 2001, fils de Désiré Benjamin Octave de Sailly propriétaire (s. d.) et de Geneviève Théret.

32Licencié en droit, diplômé de l’ELSP.

33Mobilisé du 1er septembre 1939 au 14 juillet 1940.

34Adjoint à l’Inspection 15 mai 1931, inspecteur de 4e classe 1er mars 1933, 3classe 1er novembre 1934, 2classe 11 novembre 1937, 1re classe 6 décembre 1941, démissionnaire le 1er janvier 1955 (dispositions rapportées), admis à la retraite différée 14 décembre 1955.

35Chargé de mission à l’Inspection 1935-26 décembre 1938. Secrétaire du Comité de contrôle financier du ministère des Finances 1936. Chargé de mission à la direction du Contrôle des dépenses engagées 1938-1939. Chargé du contrôle des dépenses engagées au ministère des Finances 18 septembre 1940. Chef du Service central de contrôle des prix 1er novembre 1940. Chef du service général 1er mars 1942, puis directeur général du Contrôle économique 29 juin 1942-(11 janvier 1945 ?). Conseiller commercial de 1re classe à l’ambassade de France à Londres 11 janvier 1945-1952 et chargé de missions économiques dans le Commonwealth britannique avec rang de ministre plénipotentiaire 1948-1952. Directeur 1953, puis directeur général adjoint de la Banque de l’Indochine 1967-1974. Conseiller à la Compagnie financière de Suez 1974-1981.

36Enseigne à l’IEP de Paris (s. d.).

37Maire de Pouilly (Oise) 1935, 1949-1999.

38LH 1948 (à titre exceptionnel), O. 1956.

  • Œuvres

  • Politique économique du Royaume-Uni et du Commonwealth depuis la guerre, Paris, Les Cours de droit, 1951-1966 (coll. Cours IEP de Paris 1950-1951 à 1965-1966).

  • La zone sterling, préface d’André Siegfried, Paris, A. Colin, 1957, XVIII-146 p.

39Sources : SAEF, B 63196/2 (dossier du jury d’honneur) et 1C 34849/1 ; Fichier BRH ; Dossier promo. IGF ; Reg. cand. adjoint ; Annuaire(s) de l’IGF ; Livre d’or ; Who’s who, 1957, 1965 et 1967 ; Comité pour l’histoire économique et financière de la France, entretien de Jean de Sailly avec A. Georges-Picot, 1989 ; réponse écrite au questionnaire de Nathalie Carré de Malberg, 1981 ; Fouchier (Jacques de), Le goût de l’improbable, Paris, Fayard, 1984, 271 p.

40Bibliographie : Dictionnaire biographique français contemporain, Paris, Pharos, 1954 ; MEULEAU (Marc), Des pionniers en Extrême-Orient. Histoire de la Banque de l’Indochine, 1875-1975, Paris, Fayard, 1990, 646 p. ; CARRÉ de MALBERG (Nathalie), GEMF.

SAINT ANDRÉ voir CHOMEREAU de SAINT ANDRÉ

SAINT-GEOURS Jean Jacques Charles

41Né le 24 avril 1925 à Bordeaux (Gironde), fils de Jean Saint-Geours attaché à la Banque de France (s. d.) et d’Anne de Vernon.

42Licencié en droit, diplômé de l’ELSP, Éna (promotion Nations unies) 1949.

43Adjoint à l’Inspection 1er janvier 1950, inspecteur de 3classe 16 janvier 1952, 2classe 16 janvier 1954, 1re classe 16 janvier 1958, inspecteur général des Finances 1er juillet 1983, admis à la retraite par limite d’âge 25 avril 1991.

44Stage auprès de l’attaché financier à Washington 1952. Conseiller financier auprès de la délégation française au Conseil économique et social de l’Organisation des Nations unies 1952-1953. Conseiller technique au cabinet de Maurice Bourgès-Maunoury ministre des Finances 28 avril 1953-27 mai 1953. Chargé, sous l’autorité du directeur du Trésor, du secrétariat général de la Commission des investissements 1953. Chargé de mission à la direction du Trésor 1954-1956. Conseiller technique au cabinet de Maurice Bourgès-Maunoury ministre de l’Industrie et du Commerce 19 juin 1954. Chargé de mission au cabinet de Pierre Mendès France président du Conseil 1er novembre 1954-23 février 1955. Directeur adjoint du cabinet de Robert Lacoste ministre des Affaires économiques et financières 1er février 1956-10 février 1956. Secrétaire du conseil de direction du Fonds de développement économique et social du ministère des Finances 1956. Sous-directeur, chef du service des Interventions économiques de la direction du Trésor 1956-1962. Directeur adjoint chargé des fonctions 1962, puis chef du service des Études économiques et financières de la direction du Trésor 1963. Directeur de la Prévision 1965-1968. Directeur général adjoint 1968-1970, puis directeur général du Crédit Lyonnais 1970-1975. Président-directeur général de la société Sligos 1972. Président de la Société de banque et de crédit 1972-1975. Membre du Club de Rome 1974. Chargé de mission au ministère de l’Économie et des Finances 1975-1976. Président-directeur général du groupe Métra 1976-1982. Président-directeur général de la Sema (Métra International) 1976-1982. Gérant de Prospective et aménagement 1976-1978. Président du groupe d’experts chargé d’étudier les sociétés à croissance économe d’énergie, créé à la Commission des Communautés européennes 1978. Président de la Commission du Plan de deux ans (1982-1983) 1981. Conseiller chargé de la mission nationale de lutte pour l’emploi au cabinet de Pierre Mauroy Premier ministre 5 octobre 1981-1er juillet 1982. Président-directeur général du Crédit national 1982-1987. Vice-président de l’Institut de développement industriel et de l’Institut de développement des industries agricoles 1982-1987. Président de l’Institut pour le financement du cinéma et des industries culturelles 1983-1987. Président de la Compagnie financière de Crédit industriel et commercial 1987-1989. Président de la Commission des opérations de bourse 1989-1995. Vice-président 1990, puis président du comité technique de l’Organisation internationale des commissions de valeurs mobilières 1992-1994. Président de la commission de surveillance chargée d’analyser, dans le secteur bancaire, la spoliation durant l’Occupation des biens appartenant aux juifs résidant en France 1998. Président de la Commission spécialisée de terminologie et de néologie en matière économique et financière 1999-2005.

45Fondateur, administrateur et vice-président de l’association internationale Futuribles (1973 ?), réélu en 1976. Président de l’association Jean-Bernard (s. d.). Président de la Fondation Beaumarchais 1988-1992. Président de la Cinémathèque française 1991-2000.

46Enseignant à l’IEP de Paris et à HEC 1960.

47LH 1973, O. 1983, C. 1993. ONM 1965, O. 1980, C. 1990.

48Œuvres

  • La caverne, Biarritz, Atlantica-Séguier, 2008, 299 p.

  • Témoignage sur la spoliation des Français juifs : histoire et mémoire, 1940-2000, Paris, Éd. Le Manuscrit, 2008, 255 p.

  • Prospective et volonté, (Paris), Futuribles, analyse et prospective, 2004, 172 p. (textes extraits de diverses revues et publications 1969-1999).

  • Absent, Monaco, Éd. du Rocher, 2003, 197 p.

  • L’éthique aux énarques, Paris, Presses universitaires de France, 1997, 239 p.

  • Laisse tes dieux tranquilles, (Paris), J.-C. Lattès, 1995, 256 p.

  • Les marchés financiers : un exposé pour comprendre, un essai pour réfléchir, Paris, Flammarion, 1994, 126 p.

  • La vie dans tous les sens, Paris, J.-C. Lattès, 1994, 298 p.

  • Moi et nous : politique de la société mixte, préface de Pierre Bérégovoy, Paris, Dunod, 1992, 158 p.

  • Le taureau masqué, Paris, Julliard, 1988, 205 p.

  • Éloge de la complexité, Paris, Économica, 1987, 192 p.

  • La ville au cœur, Paris, C. Bourgois, 1985, 317 p.

  • L’ultime mort de Carlo Moore, Paris, R. Laffont, 1984, 166 p.

  • L’impératif de coopération Nord-Sud : la synergie des mondes, Paris, Dunod, 1981, 124 p.

  • Pouvoir et finance, Paris, Fayard, 1979, 231 p.

  • L’élection de Turdigal, (Paris), Tchou, 1979, 207 p.

  • La société de consommation, Paris, Le Livre de poche, 1979, 413 p.

  • É. Betout-Mosse, Y. Bernard, J. Saint-Geours, Politique économique, Paris, Fondation nationale des sciences politiques, Service de polycopie, 1977, 3 vol. (coll. Cours IEP de Paris, 1976-1977).

  • Pour une économie du vouloir, Paris, Calmann-Lévy, 1976, 205 p.

  • J. Saint-Geours (et É. Betout-Mosse, Y. Bernard collab.), La politique économique des principaux pays industriels de l’Occident, Paris, Sirey, 1969, VIII-576 p. (2e éd. 1973).

  • Mesures de politique économique, 1968-1970 : supplément au cours, Paris, Fondation nationale des sciences politiques, Service de polycopie, 1971, 39 p. (coll. Cours IEP de Paris, 1970-1971).

  • Vive la société de consommation, Paris, Hachette, 1971, 256 p.

  • C. Alphandéry, Y. Bernard, F. Bloch-Lainé, J. Saint-Geours et al., Pour nationaliser l’État, Paris, Éditions du Seuil, 1968, 140 p.

  • G. Plescoff, J. Saint-Geours, Politique économique comparée, Paris, Amicale des élèves de l’IEP de Paris, 1961-1963 (coll. Cours IEP de Paris, 1960-1961 à 1962-1963).

  • Jean Saint-Vernon (pseud.), Les masques de famille, Paris, Julliard, 1967, 217 p.

  • Jean Saint-Vernon (pseud.), Les morphèvres, Paris, Julliard, 1964, 241 p.

  • Jean Saint-Vernon (pseud.), Les visages contre la vitre, Paris, Julliard, 1962, 203 p.

  • Jean Saint-Vernon (pseud.), Les traîtres, Paris, Julliard, 1959, 207 p.

49Sources : Fichier BRH ; Fichier CV succinct ; Dossier promo. IGF ; Annuaire(s) de l’IGF ; ASGP ; Livre d’or ; Who’s who, 1957-2000.

50Bibliographie : TERRAY (Aude), Des francs-tireurs aux experts : l’organisation de la prévision économique au ministère des Finances (1948-1968), Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2002, 683 p. ; QUENNOUËLLE-CORRE (Laure), La direction du Trésor, 1947-1967. L’État-banquier et la croissance, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2000, 693 p. ; DESJARDINS, 2003 ; MARGAIRAZ (Michel) (dir.), François Bloch-Lainé, Fonctionnaire, financier, citoyen. Regards d’historien(ne)s sur la vie et la carrière de François Bloch-Lainé, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière, 2005, 262 p.

51Autres sources : Comité pour l’histoire économique et financière de la France, entretien de Jean Saint-Geours avec A. Terray, 1992 et documents déposés ; Centre d’archives contemporaines de Sciences Po, fonds Saint-Geours SG, 6 cartons, 1968-1976 (sur le Crédit Lyonnais) ; Institut d’histoire du temps présent, fonds Saint-Geours, ARC 3012, 3 cartons, 1981-1987.

SAINT-JULLE de COLMONT (de) Alexis Louis Amédée

52Né le 7 novembre 1823 à Paris (5e arr. ancien), décédé le 20 octobre 1903 à Auch (Gers), fils de Louis Auguste de Saint-Julle de Colmont propriétaire (N), directeur général des Forêts à la retraite (C) et de Jeanne Marguerite Joséphine Egret.

53Inspecteur de 3classe 1er mars 1852, 2classe 14 août 1858, 1re classe 30 juillet 1863, inspecteur général des Finances 1er avril 1874, admis à la retraite 17 janvier 1888.

54Surnuméraire au ministère des Finances 1843. Surnuméraire au bureau du Cabinet et du Personnel du ministère des Finances 1844. Commis de 4classe 1844, de 3classe 1845, de 2classe 1846. Inspecteur au service des paquebots de la Méditerranée 1847-1848. Commis principal de 3classe 1850. En mission à la trésorerie de l’armée d’Italie 1859-1860.

55LH 1860, O. 1876.

56Sources : AN, LH 2437/36 ; SAEF, B/31409 ; Livre d’or ; IGF, 1931.

57Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 167.

SAINT-JULLE de COLMONT (de) Louis Auguste

58Né le 3 octobre 1792 à Bruxelles (Belgique), décédé le 15 décembre 1870 (ou antérieurement au 1er juillet 1870) à Paris.

59[Liens de parenté] Père d’Alexis Louis Amédée de Saint-Julle de Colmont* et d’Achille de Colmont chef de bureau aux Finances (déjà en 1870, mis en retrait d’emploi en 1881 pour avoir tenté de se présenter comme candidat conservateur dans l’Aube en 1876) qui rédigea un Historique de l’incendie du ministère des Finances 24-30 mai 1871 (Paris, Lapirot et Boullay, 1882).

60Sous-inspecteur 16 avril 1828, inspecteur de 2classe 30 avril 1829, 1re classe 8 novembre 1834, inspecteur général des Finances 24 janvier 1839.

61Commis de 3classe au secrétariat général du ministère des Finances 1825. Secrétaire de la Commission de la fonte des monnaies d’or, d’argent et de cuivre 1829-1838. Secrétaire général du ministère des Finances 1846-1848. Directeur général des Forêts en 1848. Admis à la retraite 1848.

62Fondateur des caisses de secours des ouvriers en soie à Lyon.

63LH 1837, O. 1840.

64Œuvres

  • Fables en vers, divisées en six livres, Paris, L. Hachette, 1863, 340 p.

  • Très humble supplique d’un paysan champenois qui ne veut pas que sa fille paie les dettes de défunt son mari, Paris, impr. de Cosse, 1856, 32 p.

  • Jean le Champenois (pseud.), Un paysan champenois à Timon, à l’occasion de son « Petit pamphlet sur le projet de constitution », Paris, Michel Lévy frères, 1848, 63 p.

65Sources : AN, LH 571/85 ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; Annales forestières, 1848, p. 140 ; AUDIFFRET (Charles-Louis-Gaston, marquis d’), Système financier de la France, 3e éd. : Paris, P. Dupont, 1863-1870, t. II, p. 192-201 ; AUDIFFRET (Charles-Louis-Gaston, marquis d’), Souvenirs de ma famille et de ma carrière dédiés à mes enfants 1787-1878, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2002, p. 324-325 et 441.

SAINT-MARTIN (de) voir DONJON de SAINT-MARTIN

SAINT PULGENT voir CHAMBODUC de SAINT PULGENT

SAINTE-MARIE (de) voir MARCOTTE de SAINTE-MARIE

SAINTE-MARIE (de) Marie Georges William Arnould

66Né le 15 juillet 1816 à Kingston (Jamaïque), décédé le 4 mai 1891 à Paris, fils de Georges Quentin de Sainte-Marie planteur à la Jamaïque (s. d.) et de Louise Caroline Du Bourg.

67[Liens de parenté] Beau-frère de Pierre Guéroult*.

68École royale des arts et métiers de Châlons-en-Champagne 1835.

69Agent extraordinaire de l’Inspection 21 juin 1835, sous-inspecteur des Finances de 2classe 30 décembre 1835, démissionnaire 21 mars 1837.

70Employé de banque, puis industriel sous la raison sociale Sainte-Marie, Dupré, Lelièvre et Cie à Arcueil (1837 ?)-(s. d.).

71Sources : SAEF, 1C 5544 ; Livre d’or ; IGF, 1931.

72Bibliographie : « Deux familles créoles les Du Bourg à Saint-Domingue et les Sainte-Marie à la Jamaïque », dans Bulletin du Groupe d’histoire de la Caraïbe, n° 76, novembre 1995, p. 1460-1465.

SALADIN Jean Julien

73Né le 30 septembre 1799 à Port-au-Prince (Haïti), décédé le avril 1882, fils de Jean-Marie Saladin apothicaire (s. d.) et de Marie-Anne Ellie Marchery.

74Élève-inspecteur 1er mai 1829, inspecteur de 3classe 1er janvier 1832, 2classe 9 février 1836, 1re classe 1er mars 1840, inspecteur général des Finances 21 février 1848, admis à la retraite 20 mars 1865.

75Commis au ministère de la Guerre, puis aux Finances (s. d.). Directeur des Finances et du Commerce en Algérie 1845-1847. En mission dans les colonies (s. d.), à la trésorerie de l’armée d’Italie 1855-1860.

76LH 1845, O. 1847, C. 1860.

77Sources : SAEF, 1C 5500 ; Livre d’or ; IGF, 1931.

78Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 166 ; FARE (H.), Un fonctionnaire d’autrefois P.-F. Lafaurie, Paris, Plon, 1883, p. 236 et 251.

SALAÜN Yves Joseph Gaston Louis

79Né le 12 août 1907 à Paris (16e), décédé le 4 janvier 1987, fils de Louis Albert Henri Salaün sous-chef de bureau au ministère des Colonies (s. d.), mort pour la France le 9 septembre 1914 à Villers-Saint-Genest (Oise) (C) et de Claire Louise Reine Fournier.

80[Liens de parenté] Cousin de Jacques Barnaud*.

81Licencié en droit et ès lettres, diplômé de l’ELSP.

82Mobilisé le 2 septembre 1939, prisonnier le 25 juin 1940, en congé de captivité le 31 juillet 1940.

83Adjoint à l’Inspection 15 mai 1931, inspecteur de 4e classe 1er mars 1933, 3classe 1er septembre 1935, 2classe 20 novembre 1938, 1re classe 1er janvier 1942, inspecteur général des Finances 1er novembre 1959, admis à la retraite 1er septembre 1967.

84Rapporteur du Comité de contrôle financier du ministère de la Santé publique 1938. Rapporteur de la Commission supérieure de l’aménagement et de l’organisation générale de la région parisienne 1938. Rapporteur de la Commission pour étudier les conditions d’applications de la semaine de 40 heures au personnel de l’administration de l’État 1938. Rapporteur de la Commission nationale des marchés publics 1938. Rapporteur de la Commission supérieure des cumuls 1938. Rapporteur du Comité de réorganisation administrative des ministères des PTT et de la Santé publique 1938. Chef du cabinet du secrétaire général à la Famille et à la Santé en octobre 1940-(s. d.). Chargé de mission à la Délégation générale à l’équipement national 27 mai 1941-13 décembre 1941. Chargé de mission à la direction 13 décembre 1941, puis directeur adjoint de l’Organisation sociale au secrétariat d’État au Travail 24 janvier 1942-28 juin 1943. Détaché auprès de la Délégation générale de l’équipement national 28 juin 1943-1er mars 1944. Directeur adjoint à la direction générale des Études d’urbanisme, d’habitation et de construction du ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme 1er avril 1945-1950. Inspecteur général de la Reconstruction et de l’Urbanisme et chef du service de l’Inspection générale du ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme 1950-1954. Chef de la section économique de l’Institut des hautes études de défense nationale 1951. Directeur général de l’Office central interprofessionnel du logement (Ocil) 1954-1966. Gérant du Bureau administratif de promotion de l’habitation 1954. Président de la Commission de l’habitation (préparation du IVe Plan) 1960 puis (préparation du Ve Plan) 1964. Président de l’Ocil 1966-1973. Membre du Conseil économique et social 1969-1974. Commissaire du Gouvernement auprès de la Compagnie française d’investissement 1973-1974. Président de la Fédération nationale des centres Pact 1973-1978. Président de la Société anonyme de crédit au logement 1974-1977.

85LH 1948, O. 1959. ONM C. 1967. Croix de guerre 1939-1945.

86Œuvres

  • Jules Mazé, Yves Salaün, La femme dans son milieu et ses activités. Écoles rurales de filles, fin d’études primaires, Paris, les Éditions de l’École, 1958, 492 p.

  • Jules Mazé, Yves Salaün, La femme dans son milieu et ses activités. Écoles urbaines de filles, fin d’études primaires, Paris, les Éditions de l’École, 1958, 412 p.

  • Jules Mazé, Yves Salaün, L’homme dans son milieu et ses activités. Écoles rurales de garçons, fin d’études primaires, Paris, les Éditions de l’École, 1957, 458 p.

  • Jules Mazé, Yves Salaün, L’homme dans son milieu et ses activités. Écoles urbaines de garçons, fin d’études primaires, Paris, les Éditions de l’École, 1956, 348 p.

  • Raisons d’être de l’urbanisme, Paris, Vincent, Fréal et Cie, 1948, 14 p.

87Sources : SAEF, 1C 34849 ; Fichier BRH ; Dossier promo. IGF ; Reg. cand. adjoint ; Annuaire(s) de l’IGF ; ASGP ; Livre d’or ; Who’s who, 1957 et 1961.

SALIVET de FOUCHÉCOUR (de) Louis Charles Émile Marie

88Né le 17 mai 1965 à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), fils de Christian de Salivet de Fouchécour directeur de société (s. d.) et de Marie-France Chauvin.

89École normale supérieure (Ulm) 1985-1987 et 1988-1989 (service militaire 1987-1988), maîtrise de lettres classiques.

90Nommé dans l’emploi d’inspecteur des Finances de 2classe 1er avril 1997, titularisé inspecteur de 2classe 1er octobre 1998, 1re classe 1er avril 2002, inspecteur général des Finances 1er septembre 2007.

91Agent contractuel au bureau Trésorerie et Politique monétaire 1989-1992, au bureau Biens d’équipement, Services et Opérations en capital de la direction du Trésor 1992. Attaché financier adjoint au conseiller financier ministre plénipotentiaire à l’ambassade de France à Bonn 1994-1997. Directeur du négoce du pôle approvisionnement transit de Gaz de France (GDF) 2001-2003. Chef du service économie du portefeuille négoce de GDF 2003-2005. Délégué en Autriche de GDF 2005-2009. Vice-président du directoire de Nafta AS (Slovaquie) 2005-2009. Membre du directoire de Pozagas (Slovaquie) 2006-2009. Vice-président du conseil de surveillance de SPP-Preprava (Slovaquie) 2006-2009. Vice-président du directoire Pozagas (Slovaquie) 2007-2009. Vice-président du conseil de surveillance EU-Stream (Slovaquie) 2007-2009. Directeur de la stratégie de GDF-Suez Énergie Europe depuis 2008.

92Membre du comité de rédaction de la revue Commentaire depuis 1994.

93Œuvres

  • René Chauvin (cdt), Carnets du Tonkin : Dinassaut 4 : 1953, préface de Pierre Messmer, éd. établie et présentée par Louis de Fouchécour ; avec le concours de Marie-France de Fouchécour, Paris, Les Indes savantes, 2001, 176 p.

94Sources : Fichier BRH ; Fichier CV succinct ; Dossier gestion ; Annuaire(s) de l’IGF ; Who’s who, 2011.

SALLANDROUZE de LAMORNAIX Charles Maurice Octave

95Né le 27 janvier 1859 à Paris (2e arr. ancien), décédé le 7 décembre 1934 à Paris (16e), fils de Charles Octave Sallandrouze de Lamornaix manufacturier à Paris et à Aubusson, député (opposition libérale 1846-1848, droite 1848-1849, majorité dynastique 1852-1867) de la Creuse 1846-1867 (N) et d’Anne Thérèse de La Parra.

96[Liens de parenté] Beau-père de Moreau-Néret*.

97Licencié en droit.

98Adjoint à l’Inspection 1er avril 1886, inspecteur de 4classe 1er septembre 1889, 3classe 1er mai 1893, 2classe 1er août 1896, 1re classe 25 juin 1906, inspecteur général des Finances 7 janvier 1915, admis à la retraite 19 juillet 1922.

99Surnuméraire au ministère des Finances 1881. Commis 1884. En mission en Belgique (caisses d’épargne) 1892. Adjoint au chef du service de l’Inspection 1er juillet 1895-6 novembre 1899. Chargé de mission en disponibilité en Serbie au conseil d’administration des monopoles 1901-1907. Directeur du Mouvement général des fonds 1907-1909. Conseiller financier du gouvernement ottoman 1909-1914. Président du conseil d’administration de la dette publique ottomane 1918-1922. Secrétaire général puis président de la Compagnie des chemins de fer ottomans 1918-1922. Administrateur, vice-président de la Régie des tabacs ottomans 1918-1922.

100LH 1903, O. 1908.

101Sources : SAEF, 1C 5536 et 1C 34849 ; Livre d’or ; IGF, 1931.

102Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 166 ; THOBIE (Jacques), Intérêts et impérialisme français dans l’Empire ottoman 1895-1914, Paris, Publications de la Sorbonne, 1977, 817 p.

SALTES Jean François Charles Louis

103Né le 22 février 1906 à Castres (Tarn), décédé le 1er mars 1984, fils de François Saltes capitaine (N), lieutenant-colonel commandant de garnison (C) et d’Antoinette Benoît.

104École polytechnique 1925.

105Mobilisé du 6 septembre 1939 au 24 juillet 1940 (au front), membre en 1943 du Comité général d’études de la Résistance.

106Adjoint à l’Inspection 1er juin 1930, inspecteur de 4e classe 1er février 1932, 3classe 1er mars 1932, 2classe 1er novembre 1935, 1re classe 1er mai 1941, inspecteur général des Finances 1er novembre 1959, admis à la retraite sur sa demande 1er janvier 1973.

107Élève ingénieur des Manufactures d’État 1927-1929 (démissionnaire). Chef adjoint du cabinet de Henri Chéron ministre des Finances 19 décembre 1932-30 janvier 1933. Chef du cabinet de Charles Delesalle sous-secrétaire d’État au ministère de l’Air 27 octobre 1933-27 janvier 1934. Chargé des questions financières au cabinet civil de Marcel Déat ministre de l’Air 24 janvier 1936-4 juin 1936. Chef adjoint du cabinet de Vincent Auriol ministre des Finances 27 novembre 1936-2 juin 1937. Rapporteur du Comité supérieur d’aménagement de la région parisienne 1937. Sous-directeur à la direction du Mouvement général des Fonds 1937-6 septembre 1939. Chef du cabinet de Léon Blum président du Conseil et ministre du Trésor 19 mars 1938-9 avril 1938. Sous-directeur à la direction de l’Économie générale 18 septembre 1940-10 août 1943. Déporté comme otage de Vichy à Planzee (Tyrol) 10 août 1943-7 mai 1945. Directeur du Blocus 1945. Commissaire du Gouvernement auprès du Conseil d’État 1945. Second sous-gouverneur de la Banque de France 1945-1952. Membre de la Commission du bilan national 1947. Premier sous-gouverneur de la Banque de France 1952-1960. Censeur de la Banque d’État du Maroc 1953. Président de la Commission d’étude des questions relatives à l’aménagement de la région dite La Défense 1957. Membre de la Commission d’experts chargée d’examiner les problèmes relatifs au marché financier (comité Rueff) 1958-1959. Membre du comité Rueff-Armand 1959. Membre du conseil de direction du Centre national du commerce extérieur 1960-(1972 ?). Président de la Caisse nationale des marchés de l’État 1960-(1970 ?). Président-directeur général du Crédit national 1960-1973. Président-directeur général de la Société pour la conversion et le développement industriel (Sodic) 1960. Président de la Caisse autonome de la reconstruction (encore en 1964). Membre de la Commission de l’économie générale et du financement (préparation du IVe Plan) 1960. Membre de la Commission d’experts chargée d’examiner les problèmes relatifs aux marchés financiers (comité Lorain) 1962. Vice-président de la Commission de l’économie générale et du financement (préparation du Ve Plan) 1964. Vice-président de la Commission de l’économie générale et du financement (préparation du VIe Plan) 1969. Président du conseil d’administration et du comité d’étude de la Caisse nationale des marchés de l’État 1970-1972. Président du comité 1bis-1quater au conseil de direction du Fonds de développement économique et social (FDES) 1972. Président de la Société d’études et de développement 1973-1974. Président-directeur général de la Société Pyral 1974-1976.

108LH 1946, O. 1950, C. 1956. ONM C. 1965. Croix de guerre 1939-1945.

109Sources : SAEF, PH 169/93 0006 ; Fichier BRH ; Dossier promo. IGF ; Reg. cand. adjoint ; Annuaire(s) de l’IGF ; ASGP ; Livre d’or ; Who’s who, 1955 et 1967 ; entretien enregistré de Jean Saltes avec Nathalie Carré de Malberg, 1981.

110Bibliographie : FEIERTAG, 2006 ; BAUBEAU, 1994 ; FEIERTAG (Olivier) et MARGAIRAZ (Michel) (dir.), Politiques et pratiques des banques d’émission en Europe XVIIe-XXe siècle, Paris, A. Michel/MHBF, 2003, 830 p. ; CARRÉ de MALBERG (Nathalie), GEMF ; MARGAIRAZ (Michel), L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion, 1932-1952, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1991, 2 vol. , 1460 p.

111Autres sources : Archives de la Banque de France, dossiers individuels ; CARMOY, 1986.

SALVADOR Saint-Ange Casimir

112Né le 10 juillet 1813 à Salon-de-Provence (Bouches-du-Rhône), décédé le 28 juin 1876 à Paris (8e), fils d’Isaac Lévy Salvador et de Miette Roquemartine.

113[Liens de parenté] Parent des Pereire.

114Élève-inspecteur 1er septembre 1834, inspecteur de 3classe 1er mars 1837, 2classe 1er avril 1843, 1re classe 1er février 1849, démissionnaire 3 avril 1853.

115Surnuméraire à la Comptabilité générale 1832, au secrétariat particulier de Humann ministre des Finances 1833. Commis de 4classe 1834. Secrétaire général puis administrateur du Crédit mobilier 1854-1867. Administrateur du comité de Paris de la Banque impériale ottomane 1863-1864. Membre du conseil des finances à Tours 1870. Vice-président de la Compagnie des chemins de fer du Midi 1875.

116LH 1847.

117Sources : SAEF, 1C 30748 ; Livre d’or ; IGF, 1931.

118Bibliographie : FARE (H.), Un fonctionnaire d’autrefois P.-F. Lafaurie, Paris, Plon, 1883, p. 223 et 251-252 ; AUTHEMAN (André), La Banque impériale ottomane, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1995, p. 24, 31 et 71 ; STOSKOPF (Nicolas), Banquiers et financiers parisiens [du Second Empire], Paris, Picard, 2002, p. 325 ; AUTIN (Jean), Les frères Pereire, le bonheur d’entreprendre, Paris, Perrin, 1983, p. 113, 180, 202-203, 304 et 316-317.

119Autres sources : AN, 207AQ, archives de la Banque ottomane.

SARDAIS Claude André

120Né le 6 juillet 1946 à Paris (13e), fils de Georges Sardais et de Marcelle Lambert.

121Breveté d’enseignement industriel d’aide physicien, Éna (promotion Léonard de Vinci) 1985.

122Adjoint à l’Inspection 1er juin 1985, inspecteur de 3classe 1er décembre 1986, 2classe 1er juin 1989, 1re classe 1er juin 1994, inspecteur général des Finances 26 décembre 2001.

123Agent technique en physique (instrumentation de mesure à bord des satellites) au laboratoire d’aéronomie du Centre national de la recherche scientifique 1964-1967. Secrétaire permanent 1973-1978, puis secrétaire général (industries aéronautiques, automobile, mécanique, électrique, électronique et informatique) de l’Union des syndicats de la métallurgie de la région parisienne CFDT 1978-1983. Membre du bureau et du conseil national confédéral de la Fédération de la métallurgie 1978-1983. Directeur adjoint et conseiller financier au cabinet de Louis Besson ministre délégué chargé du Logement auprès du ministre de l’Équipement, du Logement, des Transports et de la Mer 1er juin 1989-1er mai 1990. Chargé de mission au cabinet de Jean-Louis Bianco ministre des Affaires sociales et de l’Intégration 14 juin 1991-2 avril 1992. Conseiller au cabinet de Jean‑Louis Bianco ministre de l’Équipement, du Logement et des Transports 16 avril 1992-8 février 1993. Directeur des Transports terrestres au ministère de l’Équipement, des Transports et du Tourisme 1993. Conseiller en stratégie et organisation 1997. Président de la Fondation France-Pologne, devenue Fondation France-Pologne pour l’Europe, 1998-2009.

124Maître de conférences d’aménagement urbain et régional à l’École nationale des ponts et chaussées 1968, puis professeur 1974. Maître de conférences à l’École polytechnique 1979-1986. Auditeur à la 7e session de l’Institut des hautes études de la sécurité intérieure 1997-1998.

125Sources : Fichier BRH ; Fichier CV succinct ; Dossier promo. IGF ; Dossier gestion.

SARLAT Guillaume Thomas

126Né le 16 mai 1976 à Versailles (Yvelines), fils de Patrick Sarlat et de Sabine Abraham.

127École polytechnique 1995, École nationale des ponts et chaussées 1998-1999, diplômé de l’IEP de Paris, Éna (promotion Copernic) 2002.

128Adjoint à l’Inspection 1er avril 2002, inspecteur de 3classe 1er octobre 2003, 2classe 1er avril 2006, 1re classe 6 octobre 2006.

129En fonctions à la Société générale Corporate and Investment Banking, Equity Capital Markets 2006. Chef de projet liquidité groupe à la direction financière et du développement de la Société générale 2007-2009. Secrétaire du comité exécutif de BNP-Paribas depuis 2009.

130Sources : Fichier BRH ; Fichier CV succinct ; Fiche rens. ; Annuaire(s) de l’IGF.

SARRAZIN Claude Germain Paul

131Né le 1er mai 1929 à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), décédé le 23 mai 2009, fils de René Sarrazin publicitaire et directeur général d’une société de publicité (s. d.) et de Raymonde Dastros.

132Licencié en droit, diplômé de l’Institut de droit comparé, Éna (promotion Vauban) 1959.

133Adjoint à l’Inspection 1er août 1959, inspecteur de 3classe 1er août 1961, 2classe 1er août 1964, 1re classe 1er octobre 1970, inspecteur général des Finances 1er novembre 1986, admis à la retraite par limite d’âge et maintenu en activité 2 mai 1994, cessation de fonctions 2 mai 1997.

134Secrétaire d’administration 1950-1955, puis attaché d’administration à la direction du Budget 1955-1956. Chef de la mission chargée d’élaborer le programme d’assistance technique en République fédérale du Cameroun 1963. Rapporteur permanent auprès du Conseil supérieur des transports 1963. Chargé de mission au secrétariat général de l’Énergie du ministère de l’Industrie 1963-1965. Conseiller technique au cabinet de Michel Maurice-Bokanowksi ministre de l’Industrie 1er décembre 1965-8 janvier 1966. Conseiller technique au cabinet de Raymond Marcellin ministre de l’Industrie 1er mars 1966-8 octobre 1966. Chargé de mission auprès de Marcel Boiteux directeur des Études économiques d’EDF 1966-1967. Directeur adjoint des Études d’EDF 1967-1969. Directeur adjoint de la distribution d’EDF-GDF 1969-1970. Directeur des Études et Programmes au ministère du Développement industriel et scientifique 1970-1973. Vice-président de la Commission de l’industrie (préparation du VIe Plan) 1970. Membre de la Commission de l’économie générale et du financement (préparation du VIe Plan) 1970. Vice-président du conseil d’administration de la Régie nationale des Usines Renault 1971-1974. Co-président de la délégation française au Comité mixte de la coopération industrielle franco-espagnol et franco-portugais 1972. Directeur France de la Banque Morgan Grenfell et Cie 1974-1977. Directeur à la Fédération nationale des entreprises à commerces multiples 1976-1977. Directeur au sein du groupe Grand Public de Thomson-Brandt 1978-1980. Conseiller financier pour le Proche- et le Moyen-Orient au Caire 1980-1994.

135Membre du conseil de l’université de Paris IX-Dauphine 1972.

136LH 1973. ONM 1968, O. 1985, C. 1994.

137Sources : SAEF, 32409 ; Fichier BRH ; Fichier CV succinct ; Livre d’or ; Who’s who, 1965-2000.

SAURIMONT François-Anne

138Né le 31 mai 1776 à Muret (Haute-Garonne), décédé le 27 octobre 1843 à Paris, fils de Louis Saurimont et de Marie Sicard.

139Inspecteur général des Finances 30 mars 1816, mort en fonctions.

140Surnuméraire aux Contributions directes de la Haute-Garonne 1802. Contrôleur des Contributions directes dans le Cantal 1803. Inspecteur du Cadastre 1808. Inspecteur général du Cadastre et des Contributions indirectes 1810. Inspecteur général plus spécialement chargé des travaux du cadastre 1817-1824. Sous-directeur à la direction des Contributions directes 1826. Directeur des Contributions directes 1827-1830.

141LH 1824, O. 1840.

142Sources : AN, LH 2465/20 ; SAEF, 1C 30747 ; Livre d’or ; IGF, 1931.

143Bibliographie : QUÉRARD (J.-M.), La France littéraire, ou dictionnaire bibliographique, Paris, Firmin Didot père et fils, 1836, t. 8, p. 471 ; ANTONETTI (Guy), Les ministres des Finances de la Révolution française au Second Empire. Dictionnaire biographique, t. II : 1814-1848, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2007, p. 10.

SAUTTER Christian

144Né le 9 avril 1940 à Autun (Saône-et-Loire), fils d’Yves Henri Édouard Sautter chirurgien (s. d.) et de Huguette Émilienne Ernestine Duval médecin (s. d.).

145École polytechnique 1960, École nationale de la statistique et de l’administration économique 1963, diplômé de l’IEP de Paris.

146Inspecteur général des Finances 3 juillet 1985, admis à la retraite sur sa demande 28 septembre 2000.

147Administrateur de l’Insee de 3classe 1964, de 2classe à la direction des Synthèses économiques de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) 1965. Chercheur invité par l’Institut de recherche économique de l’Agence japonaise de planification 1971-1972. Administrateur de l’Insee de 1re classe 1972. Chef du département des Entreprises de l’Insee 1973. Administrateur de l’Insee hors classe 1975. Chef du service des Programmes de la direction des Synthèses économiques de l’Insee 1975-1978. Directeur adjoint 1979-1980, puis directeur du Centre d’études prospectives et d’informations internationales au Commissariat général du Plan 1980-1981. Conseiller technique au secrétariat général de la présidence de la République 1er juillet 1981-1er juillet 1982. Secrétaire général adjoint à la présidence de la République 1er juillet 1982-3 juillet 1985 et 24 août 1988-5 décembre 1990. Préfet de la région Île-de-France et de Paris 1991-1993. Président du conseil d’administration de l’Agence financière de bassin Seine-Normandie 1991. Secrétaire d’État chargé du Budget du gouvernement de Lionel Jospin 5 juin 1997-2 novembre 1999. Ministre de l’Économie, des Finances et de l’Industrie du gouvernement de Lionel Jospin 2 novembre 1999-26 mars 2000. Conseiller (socialiste) du 12arrondissement de Paris 2001. Adjoint en charge du développement économique, des finances et de l’emploi auprès de Bertrand Delanoë maire de Paris 2001-2008. Vice-président de la commission permanente du Conseil de Paris siégeant en formation de conseil général 2001. Adjoint en charge de l’emploi, du développement économique et de l’attractivité internationale auprès du maire de Paris depuis 2008.

148Directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales 1976. Président de la Fondation France Active 2000 et de France Active Garanties 2001.

149LH 1985, O. 2001. ONM 1991.

150Œuvres

  • La France au miroir du Japon : croissance ou déclin, Paris, O. Jacob, 1996, 298 p.

  • H. Yoichi, C. Sautter (dir.), L’État et l’individu au Japon, Paris, Éd. de l’École des hautes études en sciences sociales, 1990, 180 p.

  • Les dents du géant : le Japon à la conquête du monde, Paris, O. Orban, 1987, 323 p.

  • C. Sautter, L. de Mautort, La concurrence industrielle à l’échelle mondiale : mutations et perspectives, Paris, La Documentation française-CEPII, 1979, 103 p.

  • M. Baba, C. Sautter (dir.), La planification en France et au Japon, Paris, Insee, 1978, 283 p.

  • Trois essais sur la stratégie internationale au Japon, Paris, École des hautes études en sciences sociales, Groupe d’études et de documentation sur le Japon contemporain, 1977, 34 ff. (recueil de textes extraits de Défense nationale, 1976-1977 et de Projet, 1977).

  • Le ralentissement de la croissance au Japon et en France d’ici 1980, Paris, École des hautes études en sciences sociales, 1976. (texte d’une communication présentée au colloque franco-japonais sur les méthodes de planification, Tokyo, 1976).

  • (en collab.), Fresque historique du système productif, Paris, Insee, 1974, 231 p.

  • Japon, le prix de la puissance, Paris, Éditions du Seuil, 1973, 313 p.

151Sources : Fichier BRH ; Fichier CV succinct ; Dossier gestion ; Who’s who, 2006.

SAUVALLE Charles François Joseph

152Né le 9 mai 1871 à Aurillac (Cantal), décédé le 10 septembre 1930 à Paris (16e), fils de Charles Marie Eugène Sauvalle inspecteur des Contributions directes, puis contrôleur (s. d.), décédé (C) et de Marguerite Courtois.

153Licencié en droit.

154Adjoint à l’Inspection 16 avril 1895, inspecteur de 4classe 12 mars 1897, 3classe 17 septembre 1898, 2classe 23 septembre 1902, 1re classe 15 mai 1911, inspecteur général des Finances 30 septembre 1919, mort en fonctions.

155Commis stagiaire à la direction générale de la Comptabilité publique 1893. Commis ordinaire de 2classe 1894. Chargé de mission au cabinet de Joseph Caillaux* ministre des Finances 22 juin 1899 à 1900. Chargé de mission temporaire à la direction générale de la Comptabilité publique 1907. En mission en Corse 1908, au Maroc 1911, en Italie 1913.

156LH 1912, O. 1919, C. 1928.

157Sources : AN, LH 2468/3 (dossier du père) ; SAEF, 1C 34849 et 1C 5596 ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; Qui êtes-vous ?, 1924.

158Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 167.

SAVALÈTE Augustin Charles Théophile

159Né le 12 mai 1790 à Paris, décédé le 1er novembre 1865 à Paris, fils de Charles Pierre Paul Savalète de Lange conseiller au parlement de Paris 1774, garde général du Trésor royal 1774-1788, administrateur du Trésor royal (s. d.) et de Geneviève Louise Hatry.

160[Liens de parenté] Frère de Dieudonné Savalète*.

161Sous-inspecteur des Finances 31 mars 1816.

162Commis d’ordre à la direction du Trésor en 1810. Conseiller référendaire de 2classe à la Cour des comptes 1818. Conseiller référendaire de 1re classe à la Cour des comptes 1830. Conseiller maître à la Cour des comptes 1839-1865.

163LH 1837, O. 1844.

164Sources : Renseignements aimablement communiqués par M. Pierre-Émile Renard ; AN, BB30/274 ; Livre d’or ; IGF, 1931.

165Bibliographie : TODISCO (Umberto), Le personnel de la Cour des comptes 1807-1830, Genève, Droz, 1969, p. 201 ; Dictionnaire biographique des magistrats de la Cour des comptes 1807-2007, Paris, La Documentation française, 2007, p. 444-445.

SAVALÈTE Ange Louis Dieudonné

166Né le 17 février 1792 à Paris, décédé le 29 juillet 1832 à Paris, fils de Charles Pierre Paul Savalète de Lange conseiller au parlement de Paris 1774, garde général du Trésor royal 1774-1788, administrateur du Trésor royal (s. d.) et de Geneviève Louise Hatry.

167[Liens de parenté] Frère d’Augustin Savalète*.

168Inspecteur général des Finances 12 mars 1831, mort en fonctions.

169Commis 1815, sous-chef 1816, chef de la Comptabilité générale de la direction du Trésor 1818. Chef de bureau à la direction générale des Contributions directes (1818 ?). Sous-directeur au secrétariat particulier du baron Louis ministre des Finances 1831.

170Sources : SAEF, 1C 30747 ; Livre d’or ; IGF, 1931.

171Bibliographie : PINAUD (Pierre-François), « Un cercle d’initiés à Paris à la fin du XVIIIe siècle : Les Amis réunis 1771-1791 », Mémoires de Paris Île-de-France, t. 44, 1993, p. 133-151 ; WŒLMONT de BRUMAGNE (Henry de), Notices généalogiques, Paris, E. Champion, 1923-1935, t. 4, p. 909-912.

SCEMAMA Bernard

172Né le 14 décembre 1942 à Tunis (Tunisie), fils de Charles Scemana fonctionnaire (s. d.) et de Simone Mimoun fonctionnaire (s. d.).

173Licencié en droit, Éna (promotion Thomas More) 1971.

174Nommé inspecteur général des Finances en service extraordinaire 11 août 2006, admis à la retraite par limite d’âge 15 décembre 2008.

175Administrateur civil de 2classe chargé du bureau des Études, de la Production et du Commerce à la direction des Territoires d’outre-mer du ministère des Départements et Territoires d’outre-mer 1971. Délégué français aux Îles du Nord-Santo (Nouvelles-Hébrides) 1973-1975. Directeur du cabinet du haut commissaire de la République dans le Pacifique 1975. Administrateur civil de 1re classe 1975. Conseiller technique au cabinet d’Olivier Stirn secrétaire d’État aux Départements et Territoires d’outre-mer 9 août 1975-13 mai 1976. Commissaire du Gouvernement auprès de la Société néo-calédonienne d’énergie (Énergal) 1975-1976. Sous-préfet à Vire (Calvados) 1976. Secrétaire général de la préfecture des Ardennes 1978-1979. Administrateur civil hors classe 1979. Chargé de mission au secrétariat général de la présidence de la République juin 1979-16 mai 1980. Sous-préfet à Dreux (Eure-et-Loir) 1980. Administrateur civil hors classe au cabinet du directeur général de l’Administration du ministère de l’Intérieur 1981, à la préfecture de police de Paris 1981. Chargé de mission pour les affaires sociales au cabinet du préfet de police 1982-1985. Secrétaire général du groupe Maison familiale 1984-1986. Directeur administratif de la Société de construction et d’aménagement pour la région parisienne et les provinces 1985-1987. Président du directoire du groupe Maison familiale 1986-1988. Conseiller du président de la Maison de France 1987-1988. Conseiller technique au cabinet d’Olivier Stirn ministre délégué chargé des Départements et Territoires d’outre-mer 27 mai 1988-23 juin 1988. Secrétaire général de Foncier habitat et président de la société Batirex 1989-1991. Chargé de mission à la direction générale du Crédit foncier de France 1992-1993. Conseiller technique au cabinet de Hervé de Charrette ministre du Logement de mai 1993 à décembre 1994. Directeur de l’Artisanat au ministère des Entreprises et du Développement économique 1994-1998. Directeur (p. i.) du Commerce intérieur 1998, puis directeur des Entreprises commerciales, artisanales et de services au secrétariat d’État aux Petites et Moyennes Entreprises, au Commerce et à l’Artisanat 1998. Contrôleur d’État 1999. Chef de la mission de contrôle économique et financier des Ports autonomes, voies fluviales et armateurs 1999. Directeur adjoint chargé de la mer et des questions financières et budgétaires au cabinet de Dominique Bussereau secrétaire d’État aux Transports et à la Mer 2 juillet 2002-19 décembre 2002. Directeur de l’Établissement national des invalides de la Marine 2002-2004. Président du Conseil supérieur de la marine marchande 2003-2004 et 2006-2009. Chef de la mission de contrôle général économique et financier 2004. Chef du service du Contrôle de l’État, devenu en 2005 service du Contrôle général économique et financier, du ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie 2004-(2007 ?). Contrôleur général économique et financier 2005. Président de l’Établissement public de financement et de restructuration (EPFR) 2007-2009. Président du conseil de surveillance de Aéroport de Bordeaux depuis 2009.

176LH 1998, O. 2007. ONM O. 1988, C. 2003.

177Sources : Fichier BRH ; Fichier compétences ; Fichier CV succinct ; Dossier gestion ; Bulletin quotidien, 6 février 2009 ; Who’s who, 2006 ; Annuaire(s) de l’IGF.

SCHNEITER Bertrand Michel

178Né le 22 juillet 1942 à Reims (Marne), fils de Pierre Schneiter gérant de société (s. d.), député (Mouvement républicain populaire) de la Marne 1945-1958, maire de Reims 1957-1959, sous-secrétaire d’État et ministre 1946-1951 et président de l’Assemblée nationale 1955 et de Marguerite Fandre.

179[Liens de parenté] Frère de Jean-Louis Schneiter, député-maire de Reims 1978-1981. Époux de Laure Schneiter conseillère (Mouvement écologiste indépendant) de Paris 1995-2001.

180Licencié ès sciences économiques, diplômé de l’IEP de Paris, Éna (promotion Turgot) 1968.

181Adjoint à l’Inspection 1er juin 1968, inspecteur de 3classe 1er décembre 1969, 2classe 1er juin 1972, 1re classe 1er juin 1977, inspecteur général des Finances 16 septembre 1988, admis à la retraite par limite d’âge et maintenu en activité sur sa demande 23 juillet 2008.

182Rapporteur général près la Commission interministérielle chargée d’examiner les suites à donner au rapport public de la Cour des comptes 1970-1972. Chargé de mission 1972-1976, puis secrétaire général adjoint du Secrétariat général du Comité interministériel pour les questions de coopération économique européenne 1976-1978. Directeur du cabinet de Jean-François Deniau* ministre du Commerce extérieur 1978-1980. Chef de service, adjoint au directeur 1980-1983, puis chef du service des Relations financières de la direction des Relations économiques extérieures au ministère du Commerce extérieur 1983-1984. Ministre plénipotentiaire conseiller financier à Londres 1984-1988. Conseiller technique chargé des dossiers européens auprès du délégué général 1988-1989, puis délégué général adjoint chargé des affaires européennes à l’Association française des banques 1989-1993. Secrétaire général de la Compagnie nationale des commissaires aux comptes 1993-1997. Président du conseil d’administration de l’Établissement public de financement et de restructuration (pour le Crédit Lyonnais et le Comptoirs des entrepreneurs) 2003-2007. Délégué interministériel pour Disneyland Paris 2004-2009. Vice-président du conseil d’administration de l’Établissement public chargé de l’aménagement du secteur IV de Marne-la-Vallée 2005. Président de l’Établissement public de réalisation de défaisance 2006-2009. Président de la Commission des participations et des transferts depuis 2008.

183LH 1993, O. 2006. ONM 1978.

184Sources : Fichier BRH ; Fichier compétences ; Fichier CV succinct.

185Bibliographie : BADEL (Laurence), JEANNESSON (Stanislas) et LUDLOW (N. Piers), Les administrations nationales et la construction européenne : une approche historique 1919-1975, Bruxelles, P.I.E.-P. Lang, 2005, 409 p. ; DULPHY (Anne) et MANIGAND (Christine), « Le Secrétariat général du Comité interministériel pour les questions de coopération économique européenne », Histoire@Politique, n° 8, mai-août 2009.

SCHRAMECK Denis Jean Alexandre

186Né le 26 octobre 1942 à Paris (8e), fils de Jean Schrameck avocat (s. d.) et de Stéphanie Epstein médecin (s. d.).

187[Liens de parenté] Frère d’Olivier Schrameck conseiller d’État, notamment directeur de cabinet de Lionel Jospin Premier ministre 1997-2002, ambassadeur de France en Espagne 2002-2005.

188Licencié en droit, École des HEC, diplômé de l’IEP de Paris, Éna (promotion Jean Jaurès) 1969.

189Adjoint à l’Inspection 1er juin 1969, inspecteur de 3classe 1er décembre 1970, 2classe 1er juin 1973, 1re classe 1er juin 1978, inspecteur général des Finances 16 septembre 1988, admis à la retraite et maintenu en activité sur sa demande 27 octobre 2008.

190Rapporteur permanent auprès du Conseil supérieur des transports 1971. Chargé de mission au Commissariat général du Plan 1973. Chargé de mission à la direction de la Prévision 1974-1976. Adjoint au secrétaire permanent 1976, puis secrétaire permanent du Comité interministériel pour la promotion de l’emploi 1976-1978. Chargé de mission 1979-1980, puis conseiller pour les affaires financières au Secrétariat général du Comité interministériel pour les questions de coopération économique européenne 1980-1984. Directeur adjoint 1984-1987, puis directeur de l’Agence centrale des organismes d’intervention dans le secteur agricole 1987-1998. Chef du service du Contrôle des dépenses engagées du ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie 1998-2006.

191Enseigne à l’IEP de Paris 1975-1979.

192LH 1993. ONM 1982.

193Sources : Fichier BRH ; Fichier compétences ; Fichier CV succinct ; Who’s who, 2011.

SCHWEISGUTH Pierre

194Né le 20 janvier 1885 à La Tour-de-Preilz (canton de Vaud, Suisse), décédé le 3 février 1940 à Paris (7e), fils d’Ernest Schweisguth rentier (N), administrateur de la Compagnie d’assurances générales (C) et de Louise Hélène Marguerite Curchod.

195[Liens de parenté] Cousin d’Aubert de Trégomain*, beau-frère de Philippe Cambefort*, beau-père de Maurice Couve de Murville*.

196Licencié en droit, diplômé de l’ELSP.

197Mobilisé sur sa demande pendant 2 ans et 3 mois dans le service auxiliaire, sert notamment comme officier interprète en Alsace en 1917-1918.

198Adjoint à l’Inspection 1er avril 1908, inspecteur de 4e classe 1er mars 1910, 3classe 27 juillet 1911, 2classe 11 juin 1914, 1re classe 7 janvier 1921, démissionnaire 1er mai 1926.

199Chargé de mission au cabinet de René Besnard sous-secrétaire d’État aux Finances 4 août 1912-10 janvier 1913. Chargé de mission au cabinet de René Besnard ministre du Travail et de la Prévoyance sociale 10 janvier 1913-22 mars 1913. Chargé de mission au cabinet de Charles Dumont ministre des Finances 22 mars 1913-9 décembre 1913. En mission à Berlin 1913 et 1914. Chargé de mission au cabinet de Jean-Baptiste Noulens ministre des Finances 22 juin 1914-3 août 1914. Chef adjoint des cabinets de Jean-Baptiste Noulens puis d’Alexandre Ribot ministres des Finances 4 août 1914-20 mars 1917. Organisateur de la propagande des emprunts nationaux en Suisse 1916. Délégué dans les fonctions de chef du cabinet d’Émile Métin sous-secrétaire d’État aux Finances 21 mars 1917-12 septembre 1917. En mission (avec Charles Sergent*) à Athènes 1917. Chef du cabinet de Charles Sergent* sous-secrétaire d’État aux Finances du 17 novembre 1917 à décembre 1917. Chargé de l’organisation des services financiers du Commissariat général des transports maritimes et de la marine marchande 1918. Organisateur de la propagande des emprunts nationaux en Suisse 1918. Directeur général des Finances d’Alsace-Lorraine 1918-1920. Directeur des prêts au Crédit national 1920-1926. Délégué du ministre des Finances, chef du service financier d’occupation de la Ruhr 1923. Administrateur délégué de la Société alsacienne de constructions mécaniques 3 mai 1926-1er février 1940. Vice-président de la Compagnie d’assurances générales 3 mai 1926-1er janvier 1940.

200LH 1919, O. 1923, C. 1927.

201Sources : AN, LH 2478/5 ; SAEF, 1C 34849 ; Reg. cand. adjoint ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; Qui êtes-vous ?, 1924 ; DU BUIT (Jean), « Pierre Schweisguth », La Gazette de l’Inspection, n° 3, mai 1940, p. 39-42.

202Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 167 ; BAUBEAU, 1994 ; VITOUX (Marie-Claire) (dir.), La SACM : quelle belle histoire : de la fonderie à l’Université, Mulhouse 1826-2007, Strasbourg, La Nuée bleue, 2007, 172 p.

SCHWEITZER Louis Pierre Jean

203Né le 8 juillet 1942 à Genève (Suisse), fils de Pierre-Paul Schweitzer* et de Catherine Hatt.

204Licencié en droit public, diplômé de l’IEP de Paris, Éna (promotion Robespierre) 1970.

205Adjoint à l’Inspection 1er juin 1970, inspecteur de 3classe 1er décembre 1971, 2classe 1er juin 1974, 1re classe 1er juin 1979, admis à la retraite 1er avril 2007.

206En mission à l’administration générale de l’Assistance publique de Paris 1970-1971. Chargé de mission au Service de l’Inspection 26 décembre 1972-17 septembre 1973. Chargé de mission 1974-1979, puis sous-directeur à la direction du Budget 1979. Directeur du cabinet de Laurent Fabius ministre du Budget 23 mai 1981-22 mars 1983, puis ministre de l’Industrie et de la Recherche 24 mars 1983-17 juillet 1984, puis Premier ministre 18 juillet 1984-20 mars 1986. Directeur à la direction générale 1986-1987, directeur adjoint de la planification et du contrôle de gestion et membre du comité exécutif 1987-1988, directeur financier et du plan 1988-1989, directeur général adjoint, directeur financier et du plan 1989-1990, directeur général 1990-1992, président-directeur général de la Régie nationale des usines Renault, devenue en 1990 Renault SA devenue Renault en 1996, 1992-2005. Président-directeur général de la Compagnie financière Renault 1992-1998. Président du conseil d’administration de Renault 1995-2009. Président de l’Association des constructeurs européens de l’automobile (Acea) 1997 et 2003. Co-président du comité stratégique de l’alliance (Global Alliance Commitee) Renault-Nissan 1999-2001. Président du conseil d’administration de la Fondation d’entreprise Renault 2001-2005. Président du directoire de Renault-Nissan BV 2001-2005. Président de la Commission d’agrément de la garantie de l’État pour certaines expositions temporaires d’œuvres d’art 2002. Membre du comité d’éthique entrepreneuriale du Mouvement des entreprises de France (Medef) 2002. Membre du conseil exécutif du Medef 2003-2005. Président de Medef international 2004-2005. Président de la Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité (Halde) 2005-2010. Président du conseil d’administration d’AstraZeneca depuis 2005. Co-président de la commission du livre blanc sur la politique étrangère et européenne de la France 2007-2008. Président du conseil de surveillance du groupe Le Monde depuis 2008. Président du comité d’éthique de l’Institut national de la recherche agronomique et du Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement depuis 2008. Président du conseil d’administration d’AB Volvo depuis 2010.

207Administrateur trésorier 1981-1983, administrateur 1988-1994 et vice-président de l’Institut Pasteur 1991-1994. Président du conseil d’administration de l’École des mines de Nancy 1999-2004. Président de la Société des amis du musée du quai Branly depuis 2002. Président de l’association Le Siècle 2002-2004. Président du Festival d’Avignon depuis 2005. Président du Cercle de l’orchestre de Paris 2006-2008. Enseigne à l’IEP de Paris 1982-1987.

208LH 1987, O. 1998, C. 2004. ONM 1981, O. 1992, C. 2002, G. O. 2007.

209Œuvres

  • Les discriminations en France, Paris, R. Laffont, 2009, 191 p.

  • L. Schweitzer, A. de Broca (dir.), Code du handicap, Paris, Dalloz, 2008, XXIII-857 p.

  • Un chemin de liberté, Paris, éd. de l’Aube, série Hors Micro, France Inter, 2008, 135 p.

  • L. Schweitzer, A. Juppé (dir.), La France et l’Europe dans le monde : livre blanc sur la politique étrangère et européenne de la France 2008-2020, Paris, La Documentation française, 2008, 222 p.

  • Lutter contre l’indifférence : les premiers pas de la Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité, Suresnes, En temps réel, 2007, 63 p. (livres d’entretiens).

  • Mes années Renault : entre Billancourt et le marché mondial, Paris, Gallimard, 2007, 296 p.

  • Le budget, Paris, FNSP, 1984, 159 p. (coll. Cours IEP de Paris, 1983-1984).

210Sources : Fichier BRH ; Fichier CV succinct ; Dossier promo. IGF ; Annuaire(s) de l’IGF ; ASGP ; Bulletin quotidien, 11 décembre 2008 ; Who’s who, 2011.

SCHWEITZER Pierre-Paul

211Né le 29 mai 1912 à Strasbourg (Bas-Rhin), décédé le 2 janvier 1994, fils de Paul Schweitzer directeur de verreries à Sarrebourg (Moselle) (C) et d’Emma Munch.

212[Liens de parenté] Père de Louis Schweitzer*. Neveu du docteur Albert Schweitzer et de Charles Münch chef d’orchestre. Cousin de Jean-Paul Sartre philosophe.

213Licencié en droit, diplômé de l’ELSP.

214Mobilisé du 28 août 1939 au 23 juillet 1940 (blessé et fait prisonnier le 20 mai 1940, évadé en juillet 1940). À partir de 1942, il appartient au super Nap (Noyautage des administrations publiques) et est un temps responsable du Nap-Normandie. En avril 1944, il abandonne ses fonctions pour entrer dans la clandestinité et devient le 11 juin 1944 le chef du Nap qui a fusionné avec super Nap. Arrêté le 21 juin 1944 par les autorités allemandes, interné pour faits de Résistance du 21 juin 1944 au 16 août 1944, il s’ouvre les veines puis est déporté à Buchenwald du 17 août 1944 au 1er mai 1945 (le camp est libéré le 11 avril 1945).

215Adjoint à l’Inspection 20 avril 1936, inspecteur de 4e classe 1er mars 1939, 3classe 1er avril 1939, 2classe 6 décembre 1941, 1re classe 1er octobre 1945, inspecteur général des Finances 1er janvier 1963, admis à la retraite 1er janvier 1974.

216Rapporteur du Comité de réorganisation administrative (régie fiscale d’Alsace-Lorraine) dit Comité de la hache 1939. Chargé de mission à la direction des Finances extérieures et des Changes 9 mai 1941-21 juin 1944. Attaché financier 1945. Membre de la délégation française à la conférence de Paris sur les réparations 1945. Directeur adjoint à la direction des Finances extérieures 1946-1949. Administrateur suppléant du Fonds monétaire international (FMI) 1947-1948. Secrétaire général du Comité interministériel pour les questions de coopération économique européenne 1948-1949. Attaché financier à Washington 1949-1952. Directeur du Trésor 1952-1960. Membre de la Commission du financement (préparation du IIe Plan) 1953. Membre de la Commission de l’économie générale et du financement (préparation du IIIe Plan) 1956. Second sous-gouverneur de la Banque de France 1960-1963. Membre de la Commission de l’économie générale et du financement (préparation du IVe Plan) 1960. Directeur général, président du conseil d’administration du FMI 1963-1973. Président-directeur général de Pétrofigaz 1974-1979. Président de la banque Ameribas (filiale de Paribas et de la Bank of America), puis de la Bank of America International 1974-1977. Président de la Compagnie de participation d’investissement holding SA (CPIH) au Luxembourg 1975-1984. Président de la Société financière internationale de participations 1976-1984. Président de la Compagnie monégasque de banque (Monaco) 1978.

217Membre du conseil de l’ordre de la Légion d’honneur 1981-1989.

218LH 1947, O. 1951, C. 1957, G. O. 1973, G. C. 1982. Médaille de la Résistance avec rosette 1947. Croix de guerre 1939-1945.

219Sources : SAEF, PH 169/93 0007 et B 68461/2 ; Fichier BRH ; Dossier promo. IGF ; Reg. cand. adjoint ; ASGP ; réponse écrite au questionnaire de Nathalie Carré de Malberg, 1980 ; Comité pour l’histoire économique et financière de la France, entretien transcrit de Pierre-Paul Schweitzer avec A. Georges-Picot, 1989 ; Livre d’or ; Who’s who, 1955-1975 ; Who’s Who du XXsiècle, p. 1812.

220Bibliographie : CARRÉ de MALBERG (Nathalie), GEMF ; DOUZOU (L.), « Noyautage des administrations publiques (Nap) », dans MARCOT François (dir.), Dictionnaire historique de la Résistance, Paris, Robert Laffont, 2006, p. 197-199 ; QUENNOUËLLE-CORRE (Laure), La direction du Trésor, 1947-1967. L’État-banquier et la croissance, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2000, 693 p. ; MARGAIRAZ (Michel), L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion, 1932-1952, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1991, 2 vol. , 1460 p.

221Autres sources : Archives de la Banque de France, dossiers individuels ; BOURDET (Cl.), L’aventure incertaine, Paris, Stock, 1975, 479 p.

SEIGLE Gilles Angelo André

222Né le 31 janvier 1958 à Maison-Carrée (Algérie), fils de Jean-Jacques Seigle chef de bataillon (s. d.) et de Colette Duval.

223École d’administration des affaires maritimes 1981-1982, maîtrise de droit public.

224Nommé dans l’emploi d’inspecteur des Finances de 2classe 1er avril 1996, titularisé inspecteur de 2classe 1er octobre 1997, 1re classe 1er avril 2001, inspecteur général des Finances 1er décembre 2006.

225Élève-inspecteur des PTT 1979. Inspecteur des PTT 1980-1981. Administrateur des Affaires maritimes de 3classe 1982-1983, de 2classe 1983, chargé des affaires économiques, adjoint au directeur interdépartemental des Affaires maritimes de Pas-de-Calais–Somme 1984. Administrateur des Affaires maritimes de 1re classe 1985. Directeur départemental des Affaires maritimes 1988. Administrateur principal des Affaires maritimes 1991. Directeur régional des Affaires maritimes de Guyane 1992-1996. Administrateur en chef de 2classe des Affaires maritimes 1995. Rapporteur de la commission des marchés du Centre national des études spatiales 1998. Chargé de mission auprès du directeur, secrétaire général 2000, directeur du développement local et des participations 2000-2003, directeur du réseau de la Caisse des dépôts et consignations (CDC) 2003-2004. Président de la Société centrale pour l’équipement du territoire 2004. Co-gérant d’Icade cités, directeur général d’Icade (groupe CDC) 2004. Directeur général du pôle service et membre du directoire du groupe SNI (groupe CDC) 2005. Directeur des retraites et membre du comité de direction de la CDC depuis 2006.

226ONM 2004.

227Sources : Fichier BRH ; Fichier CV succinct ; Dossier gestion ; Annuaire(s) de l’IGF ; Who’s who, 2006.

SÉMICHON Charles Marie François

228Né le 16 octobre 1849 à Neufchâtel-en-Bray (Seine-Maritime), décédé le 29 décembre 1942, fils de Louis Ernest Sémichon avocat et juge suppléant à Neufchâtel-en-Bray (N) et de Marie Caroline Gobin.

229Licencié en droit.

230Engagé volontaire dans la garde mobile de la Seine-Inférieure en 1870-1871.

231Adjoint à l’Inspection 1er mai 1873, inspecteur de 4classe 7 avril 1875, 3e classe 8 juin 1877, 2classe 1er avril 1881, 1re classe 24 octobre 1887, inspecteur général des Finances 28 février 1896, admis à la retraite 15 décembre 1914.

232Surnuméraire à la Comptabilité publique 1869. Commis ordinaire de 2classe 1871. Directeur de la Comptabilité générale au ministère de la Marine 1895-1903.

233LH 1889, O. 1897.

234Œuvres

  • « Du nantissement », Paris, impr. Gauthier-Villars, 1872, 46 p. (th. licence, droit, Paris).

235Sources : SAEF, 1C 34850 et 1C 5596 ; Qui êtes-vous ?, 1908, 1910 et 1924 ; Livre d’or ; IGF, 1931.

236Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 167.

SÉNÉCHAL Edmond Jacques Albert

237Né le 21 octobre 1853 à Argentan (Orne), décédé en 1935, fils de François Isidore Sénéchal propriétaire (N), gardien chef de la maison d’arrêt (s. d.) et d’Almaïde Zulma Blanchard.

238École polytechnique 1873, licencié en droit.

239Adjoint à l’Inspection 1er avril 1878, inspecteur de 4classe 22 novembre 1881, 3classe 16 juillet 1887, 2classe 4 mai 1892, 1re classe 1er novembre 1897, inspecteur général des Finances 7 mars 1911, admis à la retraite 31 décembre 1918.

240Surnuméraire à la direction du Mouvement général des fonds 1876. Commis ordinaire de 2classe à la direction de la Dette inscrite 1877. Chef de la mission financière, conseiller privé au titre financier du Guatemala 1890-1893. Rapporteur de la Commission de vérifications des comptes des compagnies de chemin de fer 1896. Chef de la mission de l’IGF en Algérie 1912-(après 1914).

241LH 1900, O. 1914.

242Sources : Arch. mun. d’Argentan ; AN, LH 19800035/210/27529 ; SAEF, 1C 34850 ; Livre d’or ; IGF, 1931.

243Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 168.

SENÈZE Julien Marc

244Né le 26 février 1973 à Paris (15e), fils de Frédéric Senèze et de Denise Grünfeld.

245École nationale de la statistique et de l’administration économique, licencié en sciences économiques, diplôme de statisticien-économiste, Éna (promotion Copernic) 2002.

246Adjoint à l’Inspection 1er avril 2002, inspecteur de 3classe 1er octobre 2003, 2classe 1er avril 2006, 1re classe 6 octobre 2006.

247Directeur en charge des finances-développement groupe et gestion financière à BNP-Paribas 2006-2009. Directeur financier de la Société du Grand Paris depuis 2010.

248Sources : Fichier BRH ; Fichier CV succinct ; Fiche rens.

SERGENT Raoul Louis Charles

249Né le 2 mars 1869 à Paris (17e), décédé le 29 octobre 1949 à Paris, fils d’Alexandre Edmond Sergent employé (N), industriel à Saint-Saens (Seine-Maritime) (C) et de Charlotte Victoire Lefebvre.

250[Liens de parenté] Père de René Sergent*.

251Licencié en droit.

252Adjoint à l’Inspection 1er mai 1894, inspecteur de 4classe 10 juillet 1896, 3classe 17 octobre 1897, 2classe 19 juillet 1900, 1re classe 18 mars 1911, inspecteur général des Finances 1er octobre 1919, démissionnaire 20 décembre 1920.

253Adjoint à titre provisoire 6 novembre 1899-19 juillet 1900, puis adjoint au chef du service de l’Inspection 19 juillet 1900-18 janvier 1904. Sous-directeur 1904-1909, puis directeur du Mouvement général des fonds 1909-1911. En mission en Italie 1910. Sous-gouverneur de la Banque de France 1911-1917. En mission en Espagne 1911. Censeur de la Banque d’État du Maroc 1912-1917. En mission en Allemagne 1913, en Espagne 1915, en Grande-Bretagne et en Grèce entre 1915 et 1917. Sous-secrétaire d’État aux Finances du gouvernement de Georges Clemenceau 17 novembre 1917-19 janvier 1920. Sous-gouverneur de la Banque de France en 1920. Président du conseil d’administration de la Banque de l’Union parisienne 1920-1944. Président du Comité des experts 1926-1928.

254LH 1907, O. 1913, C. 1922, G. O. 1928.

255Sources : SAEF, 1C 34850 ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; Qui êtes-vous ?, 1924.

256Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 168 ; JOLLY (J.), Dictionnaire des parlementaires français, 1889-1940, t. 8, p. 2996-2997 ; YVERT (Benoît) (dir.), Dictionnaire des ministres, 1789-1989, Paris, Perrin, 1990, p. 612-613 ; GONJO (Yasuo), Banque coloniale ou banque d’affaires. La Banque de l’Indochine sous la Troisième République, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1993, 429 p. ; JEANNENEY (Jean-Noël), François de Wendel en République : l’argent et le pouvoir 1914-1940, Paris, Seuil, 1976, 497 p. ; BLANCHETON (Bertrand), Le Pape et l’Empereur : la Banque de France, la direction du Trésor et la politique monétaire de la France 1914-1928, Paris, A. Michel, 502 p. ; BONIN (Hubert), La Banque de l’Union parisienne. Histoire de la deuxième banque d’affaires française 1874/1904-1974, Paris, Plage, 2001, 588 p.

257Autres sources : Archives de la Banque de France, dossiers individuels ; entretien enregistré de son fils René Sergent avec Nathalie Carré de Malberg, 1981 ; réponse écrite à son questionnaire, 1981.

SERGENT Paul Louis Maurice

258Né le 2 février 1915 à Montpellier (Hérault), décédé le 24 mai 2005, fils de Claude Étienne Félix Sergent capitaine du génie (N), général de brigade du cadre de réserve (C) et de Marie Louise Noguier.

259Licencié en droit et ès lettres, diplômé de l’ELSP.

260Mobilisé du 2 septembre 1939 au 4 août 1940.

261Adjoint à l’Inspection 1er mai 1941, inspecteur de 3classe 1er janvier 1944, 2classe 1er juillet 1945, 1re classe 1er mai 1952, admis à la retraite différée 1er mai 1958.

262Chargé de mission 1946, puis sous-directeur à la direction du Trésor 1948-1954. Expert auprès de la délégation chargée de poursuivre en France les négociations avec le gouvernement provisoire du Viêt Nam 1946. Directeur adjoint à la direction du Trésor 1953-1955. Chef de service à la direction du Trésor 1955-1956. Directeur général du Crédit mobilier industriel 1956-1959. Directeur financier d’Alsthom 1959-1976.

263LH 1955. Croix de guerre 1939-1945.

264Sources : SAEF, 1C 34850 ; Fichier BRH ; Dossier promo. IGF ; Reg. cand. adjoint ; Livre d’or ; Who’s who, 1959 et 1961.

265Bibliographie : QUENNOUËLLE-CORRE (Laure), La direction du Trésor, 1947-1967. L’État-banquier et la croissance, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2000, 693 p.

SERGENT René Edmond

266Né le 16 janvier 1904 à Paris (7e), décédé le 30 juin 1984, fils de Charles Sergent* et d’Emma Marguerite Gabrielle Robin-Duvernet.

267[Liens de parenté] Beau-frère de Pierre Schweisguth*, cousin par alliance de Maurice Couve de Murville*.

268École polytechnique 1923.

269Mobilisé du 7 septembre 1939 au 31 janvier 1940 et du 7 juin au 22 juillet 1940.

270Adjoint à l’Inspection 20 mars 1929, inspecteur de 4e classe 1er février 1931, 3classe 1er mars 1931, 2classe 15 janvier 1935, 1re classe 1er février 1941, inspecteur général des Finances 16 mai 1956, admis à la retraite 1er mai 1961.

271Commissaire adjoint du Gouvernement (enquête pour le Sénat) du Jury national des marchés de guerre 1937-1938. Contrôleur financier des sociétés nationales de constructions aéronautiques 1938-1er octobre 1940. Contrôleur financier de 1re classe 18 septembre 1940. Chef du bureau des Achats et Ventes à l’étranger de la direction des Finances extérieures 1er octobre 1940-1er septembre 1942. Directeur adjoint 1er septembre 1942-20 août 1944, puis directeur du Commerce extérieur 20 août 1944-31 décembre 1944. Président de la délégation économique et financière du groupe français du Conseil de contrôle de Berlin 1945-1947. Attaché financier à Londres 1947-1952. Secrétaire général adjoint pour l’Économie et les Finances de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord 1952-1955. Secrétaire général de l’Organisation européenne pour la coopération économique 1955-1960. Vice-président délégué général du Syndicat général de la construction électrique 1960-1969. Membre du conseil de direction du Centre national du commerce extérieur 1965. Président du Groupement des industries de la construction électrique 1969-1974 (ou 1975). Président du comité de liaison Communauté économique européenne de l’Organisme de liaison des industries mécaniques et électriques européennes 1965.

272LH 1946, O. 1952 (à titre exceptionnel).

273Sources : SAEF, 1C 34850 ; Fichier BRH ; Dossier promo. IGF ; Reg. cand. adjoint ; Annuaire(s) de l’IGF ; ASGP ; Livre d’or. IGF, 1931 ; Who’s who, 1953, 1957 et 1961 ; entretien enregistré de René Sergent avec Nathalie Carré de Malberg, 1981 ; réponse écrite à son questionnaire, 1981.

274Bibliographie : CARRÉ de MALBERG (Nathalie), GEMF  ; MARGAIRAZ Michel, L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion, 1932-1952, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1991, 2 vol. , 1460 p.

SERVANT Pierre Paul

275Né le 11 février 1955 à Saïgon (Viêt-nam), fils de Henri Servant diplomate (s. d.) et de Suzanne Rouzaud enseignante (s. d.).

276[Liens de parenté]

277Maîtrise d’histoire, agrégé d’histoire.

278Nommé dans l’emploi d’inspecteur des Finances de 2classe 1er juin 1991, titularisé inspecteur de 2classe 1er décembre 1992, 1re classe 1er juin 1996.

279Professeur agrégé détaché en qualité de chargé de mission, adjoint au chef du secteur Proche-Orient à la direction générale des Relations culturelles, scientifiques et techniques du ministère des Relations extérieures 1981-1982. Chef du bureau des Affaires européennes et des Négociations internationales à la direction des Politiques et des Programmes du ministère des Relations extérieures 1982-1985. Conseiller technique au cabinet de Christian Nucci ministre délégué à la Coopération et au Développement 1er janvier 1985-20 mars 1986. Chargé de la sous-direction des Affaires multilatérales de la direction du Développement du ministère des Affaires étrangères 1986-1988. Chef du département des Concours financiers et adjoint au chef du service des Affaires financières et de la Coordination géographique du ministère de la Coopération et du Développement 1988-1991. Chargé de mission à l’Inspection 20 janvier 1994-31 janvier 1995. Directeur adjoint de la direction de la stratégie 1995-1996, directeur de la stratégie et du contrôle de gestion et membre du comité exécutif de la Caisse des dépôts et consignations (CDC) 1996-1999. Directeur du cabinet du directeur général 1996-2002, directeur de la stratégie, des finances, du contrôle de gestion et de la comptabilité de la CDC 1999-2002. Directeur général délégué chargé des finances d’Eulia (groupe CDC) 2002-2003. Président du directoire de la CDC-Ixis 2003-2004. Président du conseil de surveillance de CDC-Ixis capital markets 2003. En charge des finances et des risques, membre du directoire de la Caisse nationale des caisses d’épargne (CNCE) 2004. Directeur général de Natixis global asset management depuis 2006.

280LH 2005. ONM 1998.

281Sources : Fichier BRH ; Fichier CV succinct ; Dossier gestion ; Who’s who, 2006.

SEVERINO Jean-Michel Marie Fernand

282Né le 6 septembre 1957 à Abidjan (Côte-d’Ivoire), fils de Michel Severino cadre de banque (s. d.) et de Madeleine Lachambre.

283École supérieure des sciences économiques et commerciales, diplômé de la chambre de commerce britannique de Paris, licencié en droit, diplômé de l’IEP de Paris, Éna (promotion Louise Michel) 1984.

284Adjoint à l’Inspection 1er juin 1984, inspecteur de 3classe 1er décembre 1985, 2classe 1er juin 1988, 1re classe 1er juin 1993, inspecteur général des Finances 1er juin 2000.

285Conseiller technique au cabinet de Jacques Pelletier ministre de la Coopération et du Développement 2 juin 1988-4 janvier 1990. Chef du service des Affaires financières et de la Coordination géographique au ministère de la Coopération et du Développement 1990-1993. Directeur du Développement au ministère de la Coopération 1993-1996. Directeur du département Europe centrale 1996-1997, puis vice-président pour l’Asie orientale et le Pacifique de la Banque mondiale 1997-2000. Chargé du programme de redressement économique de la Côte d’Ivoire au ministère des Affaires étrangères 2000-2001. Directeur général de l’Agence française de développement depuis 2001. Directeur général de l’Institut d’émission des départements d’outre-mer 2001-2003.

286Professeur associé à l’université de Clermont-Ferrand I, Centre d’étude et de recherche en développement international 2000-2005.

287LH 2004. ONM 2001, O. 2008.

288Œuvres

  • J.-M. Severino, O. Charnoz, De l’ordre global à la justice, vers une politique mondiale de régulation. I. Concepts, (Suresnes), En temps réel, 2008, 58 p.

  • J.-M. Severino, O. Charnoz, L’aide publique au développement, Paris, La Découverte, 2007, 122 p.

  • J.-M. Severino, S. Guillon (dir.), Situation économique et financière des États d’Afrique, de l’Océan indien et des Caraïbes en 1992. Perspectives d’évolution, Paris, Ministère de la Coopération, service de l’Information et de la Communication-La Documentation française, 1993, 461 p.

  • J.-M. Severino (dir.), Situation économique et financière des États d’Afrique, de l’Océan indien et des Caraïbes en 1990-1991. Perspectives d’évolution en 1992, Paris, Ministère de la Coopération et du Développement, La Documentation française, 1992, 443 p.

289Sources : Fichier BRH ; Fichier CV succinct ; Dossier promo. IGF ; Who’s who, 2007.

SEYNES (de) Philippe Arthur Daniel

290Né le 4 janvier 1910 à Paris (17e), décédé le 2 avril 2003 à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), fils de Pierre de Seynes ingénieur agronome à Montpellier (N), assureur conseil à Paris (16e) (C) et de Louise Thuret.

291[Liens de parenté] Beau-frère de Claude Gruson*.

292Licencié en droit et ès lettres, diplômé de l’ELSP.

293Mobilisé du 27 août 1939, prisonnier du 11 juin 1940 au 2 mai 1945 (Oflag II D).

294Adjoint à l’Inspection 20 avril 1936, inspecteur de 4e classe 1er mars 1939, 3classe 1er octobre 1940, 2classe 1er mars 1942, 1re classe 1er février 1946, inspecteur général des Finances 1er janvier 1963, admis à la retraite sur sa demande 1er juin 1975.

295Rédacteur stagiaire au ministère des Finances 1935-1936. Chargé de mission à la direction du Commerce extérieur 1945-1946. Expert auprès de la délégation française à la conférence de Paris sur les réparations 1945. Secrétaire général adjoint de l’Agence interalliée des réparations à Bruxelles 1946-1949. Conseiller financier 1949, puis attaché financier auprès de la délégation française auprès de l’Organisation des Nations unies (Onu) 1949-1954. Chargé de mission au cabinet de Pierre Mendès France président du Conseil et ministre des Affaires étrangères 20 juin 1954-1er décembre 1954. Sous-secrétaire général 1955, puis secrétaire général adjoint pour les Affaires économiques et sociales à l’Onu 1968-1975. Conseiller principal du secrétaire général de l’Onu 1962. Chargé spécial de recherches et directeur du projet sur le futur Institut des Nations unies pour la formation et la recherche 1975-1995.

296Président de l’association internationale Futuribles 1976.

297LH 1952, O. 1976. Croix de guerre 1939-1945.

298Sources : SAEF, PH 169/93 0007 ; Fichier BRH ; Dossier promo. IGF ; Reg. cand. adjoint ; Annuaire(s) de l’IGF ; Livre d’or ; Who’s who, 1955-1967 ; Comité pour l’histoire économique et financière de la France, entretien de Philippe de Seynes avec L. Quennouëlle-Corre, 1990.

SICHEL Olivier

299Né le 30 avril 1967 à Strasbourg (Bas-Rhin), fils de Jean-Paul Sichel psychiatre (s. d.) et de Colette Glath médecin (s. d.).

300École supérieure des sciences économiques et commerciales, licencié en droit, diplômé de l’IEP de Paris, Éna (promotion Antoine de Saint-Exupéry) 1994.

301Adjoint à l’Inspection 1er mars 1994, inspecteur de 3classe 1er septembre 1995, 2classe 1er mars 1998, 1re classe 1er mars 2003.

302Directeur de l’agence France Télécom de Neuilly-sur-Seine 1998-2000. Président du directoire de la filiale Alapage (France Télécom) 2000-2002. Responsable de la division e-merchant de Wanadoo (France Télécom) 2002-2003. Président-directeur général et membre du comité de direction de Wanadoo (France Télécom) 2003. Directeur de la division services de communications résidentiels de France Télécom 2004-2006. Partner de Sofinnova Partners depuis 2006.

303Œuvres

  • O. Sichel et al., Économie politique contemporaine, Paris, A. Colin, 1997 (3e éd : 2007).

304Sources : Fichier BRH ; Fichier CV succinct ; Dossier promo. IGF ; Dossier gestion ; Annuaire(s) de l’IGF ; Who’s who, 2007.

SILVENT Franck Pierre Philippe

305Né le 1er août 1972 à Bourgoin-Jallieu (Isère), fils de Pierre Silvent professeur (s. d.) et d’Anne-Marie Pellet enseignante (s. d.).

306Diplômé de l’IEP de Paris, Éna (promotion Valmy) 1998.

307Adjoint à l’Inspection 1er avril 1998, inspecteur de 3classe 1er octobre 1999, 2classe 1er avril 2002, 1re classe 6 octobre 2006.

308Directeur adjoint de la stratégie, des finances, du contrôle de gestion et de la comptabilité 2002, puis membre du comité exécutif de la Caisse des dépôts et consignations 2002-2003. Vice-président du directoire, directeur des finances, de la stratégie et du développement 2005-2009, puis directeur général adjoint de la Compagnie des Alpes depuis 2009.

309Membre du comité de rédaction de La Lettre du management public.

310Œuvres

  • H. Guillaume, G. Dureau, F. Silvent, Gestion publique : l’État et la performance, Paris, Presses de Sciences Po-Dalloz, 2002, 271 p.

311Sources : Fichier BRH ; Fichier CV succinct ; Dossier promo. IGF ; Bulletin quotidien, 29 septembre 2009 ; Who’s who, 2011.

SILVESTRE Paul Armand

312Né le 18 avril 1837 à Paris (1er arr. ancien), décédé le 19 février 1901 à Toulouse (Haute-Garonne), fils de Baptiste Casimir Silvestre avocat à la cour royale de Paris (N) et de Honorine Nathalie Pauline Houssaye.

313École polytechnique 1857.

314Adjoint à l’Inspection 1er avril 1862, inspecteur de 4classe 9 mars 1865, admis à la retraite 22 mars 1890.

315Commis à la direction de la Dette inscrite 1860, au secrétariat général du ministère des Finances 1860. Sous-chef du bureau de la Bibliothèque et des Archives au ministère des Finances 1868. Admis à la retraite 1890. Inspecteur des Beaux-Arts 1891.

316LH 1886.

317Œuvres

  • Auteur dramatique et littéraire, il publia son premier recueil de poésies en 1866 de style parnassien et collabora au journal Gil Blas. Il fut l’auteur de nouvelles « grasses, gauloises et souvent scatologiques » et l’auteur et le co-auteur d’innombrables livrets d’opéras dont Savonarole de Lalo (projet), Henry VIII de Saint-Saëns, Pedro de Zalamea, Les Templiers de Litolff, Grisélidis de Massenet, Les drames sacrés de Gounod. Polygraphe prolifique, il rédigea également des opéras-comiques, des opérettes, des pièces de théâtres, des poèmes (parfois mis en musique), des chansons, des livres en vers, des drames musicaux, des ballets-pantomimes, des tragédies et des contes lyriques ainsi que des essais jusqu’en 1912 (voir le catalogue de la Bnf). Ne sont recensés ici que ses ouvrages.

  • Bibliothèque des aventures gauloises, Paris, Librairie contemporaine, 1902, 24 fasc.

  • Contes incongrus, Paris, Librairie contemporaine, 1902, 2 vol. 

  • Les dessous de la femme à travers les âges, album inédit, Paris, E. Bernard, 1902, 32 p.

  • Images de femmes, Paris, P. Ollendorff, (5e éd. : 1901).

  • Orfa, petit roman inédit, Paris, P. Lamm, 1901, 159 p.

  • Les sept péchés capitaux : La luxure, Paris, E. Bernard, 1901, 132 p.

  • Arlette, Paris, P. Lamm, 1900, 262 p. (rééd. : Paris, Nilsson, 1907, 260 p.).

  • Les fleurs d’hiver, poésies nouvelles, 1898-1900, Paris, E. Fasquelle, 1900, 259 p.

  • Guide Armand Silvestre, de Paris et de ses environs et de l’Exposition de 1900, Paris, Didier et Méricant, 1900, 192 p.

  • Le nu à l’Exposition de 1900, Paris, (s. n.), 1900, 24 p.

  • Les fleurs amoureuses, Paris, P. Ollendorff, 1899, 174 p.

  • Nouvelles gaudrioles, Paris, Librairie illustrée, 1899, 320 p.

  • Histoires gauloises, Paris, Librairie illustrée, 1898, 254 p. (rééd. : J. Tallandier, 1907, 252 p.).

  • Les tendresses, poésies nouvelles, 1895-1898, Paris, E. Fasquelle, 1898, 248 p.

  • Les vrais vins de Bordeaux, Bordeaux, impr. de G. Gounouilhou, 1898, 20 p.

  • Silvestre et al., Paris, Paris en plein air, Paris, Bibliothèque universelle en couleurs, 1897, 314 p.

  • Au fil du rire, Paris, Montgredien, 1897, 258 p.

  • Chemin de croix, 12 poèmes religieux d’Armand Silvestre, mis en musique par Alexandre Georges, Paris, Flammarion, 1897, 79 p.

  • Contes tragiques et sentimentaux, Paris, E. Flammarion, 1897, 350 p. (rééd. paru sous le titre : Belles histoires d’amour, E. Flammarion, 1898, 350 p.).

  • Le petit art d’aimer, en quatorze chapitres, Paris, P. Ollendorff, 1897, 247 p.

  • Les aurores lointaines, poésies nouvelles, 1892-1895, Paris, G. Charpentier et E. Fasquelle, 1896, 266 p.

  • Contes au gros sel, Paris, Librairie illustrée, (1896), 290 p. (rééd. : Librairie contemporaine, 1902, 2 vol. ).

  • Contes irrévérencieux, Paris, E. Flammarion, 1896, 320 p.

  • Récits de belle humeur, Paris, Librairie illustrée, 1896, 290 p. (rééd. : Librairie contemporaine, 1902, 2 vol. ).

  • La sculpture aux salons, Paris, E. Bernard, 1896-1897, 2 vol. 

  • La semaine joyeuse, Paris, Montgredien, 1896-1898, 85 fasc.

  • Trente sonnets pour Mlle Bartet, Paris, H. Floury, 1896, 33 p.

  • Les veillées galantes, Paris, E. Flammarion, 1896, 250 p.

  • Fariboles amusantes, Paris, Librairie illustrée, 1895.

  • Histoires gaies, Paris, E. Flammarion, 1895, 252 p.

  • Le passe-temps des farceurs, Paris, Librairie illustrée, 1895, 312 p. (rééd. : J. Tallandier, 1907, 312 p.).

  • La plante enchantée, Paris, Librairie illustrée, 1895, 29 p.

  • Fantaisies galantes, Paris, Librairie illustrée, 1894, 330 p. (rééd. : 1907).

  • La Kosake, Paris, G. Charpentier et E. Fasquelle, 1894, 388 p.

  • Noël joyeux, Paris, E. Bernard, 1894, n. p.

  • Veillées joviales, Paris, Librairie illustrée, 1894, 316 p. (rééd. : 1907).

  • Amours folâtres, Paris, A. Fayard, 1893, 159 p.

  • Contes désopilants, Paris, Librairie illustrée, 1893, 342 p. (rééd. : 1902).

  • Facéties galantes, contes joyeux, Paris, A. Fayard, 1893, 159 p.

  • Floréal, Paris, C. Delagrave, 1893, 348 p.

  • Histoires abracadabrantes, Paris, Librairie illustrée, 1893, 335 p. (rééd. : Librairie contemporaine, 1902, 2 vol. ).

  • Histoires réjouissantes, Paris, Librairie illustrée, 1893, 278 p.

  • Procès Rousseil-Tessandier et biographie de mademoiselle Rousseil, Paris, impr. Noizette, 1893, 38 p.

  • La semaine pour rire, Paris, Librairie illustrée, 1893-1896, 152 fasc.

  • Au pays des souvenirs : mes maîtres et mes maîtresses, Paris, Librairie illustrée, 1892, 334 p.

  • Aventures grassouillettes, Paris, E. Kolb, 1892, 265 p. (rééd. : Librairie contemporaine, 1902, 2 vol. ).

  • Contes audacieux, Paris, E. Kolb, 1892, 271 p. (rééd. : Librairie contemporaine, 1902, 2 vol. ).

  • Contes divertissants, Paris, Librairie illustrée, 1892, 282 p.

  • Contes hilarants, Paris, Librairie illustrée, 1892, 262 p.

  • Histoires extravagantes, Paris, Librairie illustrée, 1892, 280 p.

  • Nouveaux contes incongrus, Paris, Librairie illustrée, 1892, 283 p.

  • Poésies d’Armand Silvestre, 1866-1872. Rimes neuves et vieilles. Les renaissances. La gloire du souvenir, préface de George Sand, Paris, Charpentier, 1892, 285 p.

  • Pour les amants, Paris, E. Flammarion, 1892, 268 p.

  • La Russie, impressions, portraits, paysages, Paris, E. Testard, 1892, 365 p. (rééd. partielle sous le titre : Moscou, Paris, Magellan & Cie-Géo, 2005, 107 p.).

  • Le célèbre Cadet-Bitard, Paris, E. Flammarion, 1891, 372 p.

  • Contes salés, Paris, Librairie illustrée, 1891, 307 p.

  • L’effroi des bégueules, Paris, E. Kolb, 1891, 294 p. (rééd. : Librairie contemporaine, 1902, 2 vol. ).

  • L’épouvantail des rosières, Paris, E. Kolb, 1891, 316 p. (rééd. : Librairie contemporaine, 1902, 2 vol. ).

  • Histoires joviales, Paris, E. Kolb, 1891, 307 p. (rééd. : Librairie contemporaine, 1902, 2 vol. ).

  • Portraits et souvenirs, 1886-1891, Paris, Charpentier, 1891, 366 p.

  • Les facéties de Cadet-Bitard, Paris, E. Kolb, 1890, 302 p.

  • Histoires folâtres, Paris, C. Marpon et E. Flammarion, 1890, 245 p.

  • Livre d’amour, Paris, L. Genoncéaux, 1890, 318 p.

  • Qui lira rira, Paris, E. Kolb, 1890, 334 p.

  • Rose de mai, Paris, C. Marpon et E. Flammarion, 1890, 243 p.

  • Roses d’octobre, poésies, 1884-1889, Paris, G. Charpentier, 1890, 246 p.

  • Trente bonnes farces, Paris, E. Kolb, 1890, 322 p.

  • Contes à la brune, Paris, C. Marpon et E. Flammarion, 1889, 312 p.

  • Histoires scandaleuses, Paris, E. Kolb, 1889, 322 p.

  • L’or des couchants, poésies nouvelles, 1889-1892, Paris, G. Charpentier et E. Fasquelle, (1892 ?), 284 p.

  • Un premier amant, Paris, G. Charpentier, 1889, 363 p.

  • Au pays du rire, Paris, Librairie illustrée, 1888, 311 p.

  • Fabliaux gaillards, Paris, Librairie illustrée, 1888, 332 p.

  • Gauloiseries nouvelles, Paris, Librairie illustrée, 1888, 342 p. (rééd. : Librairie contemporaine, 1902, 2 vol. ).

  • Histoires joyeuses, Paris, C. Marpon et E. Flammarion, 1888, 248 p.

  • Les joyeusetés de la semaine, Paris, Bureau des joyeusetés, 1888-1893, 262 fasc.

  • Joyeux devis, Paris, Librairie illustrée, 1888, 322 p.

  • Maïma, Paris (4e éd. : A. Piaget, 1888 et 4e éd. : C. Marpon et E. Flammarion, 1890).

  • Propos grivois, Paris, Librairie illustrée, 1888, 328 p.

  • Rose de mai, roman inédit, Paris, Sgap, 1888, 304 p.

  • Le livre des fantaisies. Joyeusetés et mélancolies, Paris, E. Dentu, 1887, 382 p.

  • Poésies d’Armand Silvestre, 1872-1878. La chanson des heures, Paris, A. Lemerre, 1887, 237 p.

  • Les cas difficiles (6e éd. : L. Frinzine, 1886 ; rééd. : E. Flammarion, 1895, 252 p.).

  • Contes de derrière les fagots, Paris, C. Marpon et E. Flammarion, 1886, 384 p.

  • Les veillées de Saint-Pantaléon, Paris, P. Ollendorff, 1886, 308 p.

  • Le chemin des étoiles : les adorations, la chanson des jours, Musiques d’amour, Dernières tendresses, Poèmes dialogués, 1882-1885, Paris, G. Charpentier, 1885, 252 p.

  • Contes à la comtesse, Paris, C. Marpon et E. Flammarion, 1885, 244 p.

  • Le dessus du panier : Impressions et souvenirs, Soleils toulousains, Propos de saison, Au pays des rêves (4éd. : L. Frinzine, 1885, 315 p.).

  • Les merveilleux récits de l’amiral Le Kelpudubec, Paris, P. Ollendorff, 1884, 322 p. (rééd. : 1885).

  • Les bêtises de mon oncle, Paris, (6e éd. : P. Ollendorff, 1884).

  • Contes pantagruéliques et galants, Paris, P. Arnould, 1884, 6 fasc.

  • En pleine fantaisie, Paris, C. Marpon et E. Flammarion, 1884, 368 p.

  • Le falot, Paris, L. Boulanger, 1884, 318 p. (rééd. : 1895).

  • Le livre des joyeusetés, Paris, Frinzine, Klein et Cie, 1884, 318 p.

  • Chroniques du temps passé. Le conte de l’archer, Paris, A. Lahure, 1883, 196 p.

  • Contes grassouillets, Paris, C. Marpon et E. Flammarion, 1883, 280 p.

  • Histoires belles et honnestes, Paris, C. Marpon et E. Flammarion, 1883, 348 p.

  • Madame Dandin et mademoiselle Phryné, Paris, P. Ollendorff, 1883, 319 p.

  • Les mélancolies d’un joyeux (4éd. : Charavay frères, 1883).

  • Mlle Rousseil, de la Comédie française, Paris, impr. de Morris père et fils, 1883, 16 p.

  • Pour faire rire. Gauloiseries contemporaines, Paris, C. Marpon et E. Flammarion, 1883, 312 p.

  • Les Tocasson, Paris, G. Charpentier, 1883, 27 p.

  • Le filleul du docteur Trousse-Cadet, suivi des Nouveaux malheurs du commandant Laripète, Paris, P. Ollendorff, 1882, 322 p.

  • Histoires inconvenantes, Paris, E. Flammarion, (circa 1887), 352 p. (3éd. : A. Piaget, 1887, 322 p. ; rééd. : Librairie illustrée, 1892, 290 p. et Librairie contemporaine, 1902, 2 vol. ).

  • Les mémoires d’un galopin ; suivis de Petite histoire naturelle, Paris, P. Ollendorff, 1882, 312 p.

  • Le pays des roses : poésies nouvelles, 1880-1882, Paris, G. Charpentier, 1882, 304 p.

  • Le péché d’Ève, Paris, E. Rouveyre et G. Blond, 1882, 212 p. (rééd. : Garnier frères, 1896, 216 p.).

  • Les farces de mon ami Jacques, Paris, P. Ollendorff, (7e éd. : 1881).

  • Les malheurs du commandant Laripète, suivis de Les mariages de Jacques (3éd. : P. Ollendorff, 1881).

  • Les ailes d’or, poésies nouvelles, 1875-1880, Paris, G. Charpentier, 1880, 276 p. (rééd. : G. Charpentier, 1891, 276 p.).

  • Joyeusetés galantes ; suivies de Laripète citadin, Paris, Librairie illustrée, (circa 1885), 360 p. La chanson des heures, poésies nouvelles (1874-1878), Paris, G. Charpentier, 1878, 260 p.

  • Poésies, 1866-1874. Les amours. La vie. L’amour, préface de George Sand, Paris, Charpentier, 1875, 326 p. (repris sous le titre : Poésies d’Armand Silvestre, 1866-1872. Rimes neuves et vieilles. Les renaissances. La gloire du souvenir, 1892).

  • Silvestre (éd.), Catalogue des tableaux composant la collection Laurent-Richard, Paris, 1873.

  • La gloire du souvenir, poème d’amour, Paris, A. Lemerre, 1872, 47 p.

  • Les renaissances, Paris, A. Lemerre, 1870, 147 p.

  • Le salon de 1869, s. l. n. d. (extr. de la Revue moderne, t. 52 et 53).

  • Rimes neuves et vieilles, préface de George Sand, Paris, E. Dentu, 1866, 192 p.

  • La chemise à travers les âges, album inédit, (Paris), Didier et Mericant, s. d., 32 p.

  • Poésies, Paris, A. Lemerre, (18 ?-1887), 2 vol. (comprend : 1866-1872 : Rimes neuves et vieilles, Les renaissances, La gloire du souvenir ; 1872-1878 : La chanson des heures).

318Sources : Arch. mun. de Toulouse, état civil ; SAEF, 1C 30751 ; ADP, état civil, 5Mi1 1444 ; registre de scolarité de l’École polytechnique ; Livre d’or ; IGF, 1931.

319Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 168 ; GAUBERT (E.), « Armand Sylvestre », Revue encyclopédique, 1901 ; Dictionnaire des lettres françaises, le XIXsiècle, t. 2, Paris, A. Fayard, 1972, p. 395 ; VICAIRE (Georges), Manuel de l’amateur de livres du XIXe siècle, Paris, A. Rouquette, 1894-1920, 8 vol. , t. 7, col. 507-540 ; FAUQUET (Joël-Marie) (dir.), Dictionnaire de la musique en France au XIXsiècle, Paris, Fayard, 2003, p. 1150-1151.

SIMON Félix Léon Joseph

320Né le 24 juillet 1873 à Coulommiers (Seine-et-Marne), décédé le 16 avril 1942 à Paris, fils de Jules Simon notaire à Coulommiers (N), décédé (C) et de Marie Adélaïde Sanson Duperron.

321Licencié en droit.

322Adjoint à l’Inspection 1er avril 1896, inspecteur de 4classe 16 mars 1898, 3classe 27 octobre 1899, 2classe 27 décembre 1904, 1re classe 24 octobre 1916, démissionnaire 16 juin 1919.

323Attaché au secrétariat du parquet de la Cour des comptes 1895. Sous-chef de la comptabilité de la Compagnie des chemins de fer de l’État 1906. Chef adjoint du cabinet de Joseph Caillaux* ministre des Finances 1er novembre 1906-10 octobre 1907. En mission en qualité de membre du conseil d’administration des Monopoles du royaume de Serbie, chargé de représenter les intérêts français à Belgrade 1907-1911. Directeur général de la Banque nationale du Mexique à Mexico 1911-1916. Chargé des fonctions de centralisation et de contrôle des achats à l’étranger des ministères de la Guerre, du Commerce, des Munitions, de l’Intendance 1916. Directeur des services financiers du gouvernement français aux États-Unis 1917-1919. Membre au titre financier de la mission Joffre-Viviani aux États-Unis 1917. Directeur général de la Société générale 1919-1925. En mission (plan Dawes) à Londres 1924. Vice-président de la Société générale 1925. En mission (règlement de la dette française) aux États-Unis 1925. Membre du Comité des experts pour la stabilisation du franc 1926-1928. Président de la Société générale 1932-1941.

324LH 1908, O. 1913, C. 1920, G. O. 1926.

325Sources : Archives de la Société générale, dossier personnel, B04177 ; SAEF, 1C 34850 ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; ARDANT (Henri), « Nécrologie. Joseph Simon », La Gazette de l’Inspection, n° 10, novembre 1942, p. 8-9 ; Société générale. Centenaire 1864-1964, Paris, Chaix, 1964, p. 107.

326Bibliographie : DELAVENNE (André), Recueil généalogique de la bourgeoisie ancienne, Paris, SGAF, 1955, t. 2, p. 400-401 ; CHADEAU, 1986, p. 168 ; BONIN (Hubert), Les banques françaises dans l’entre-deux-guerres, t. I : L’apogée de l’économie bancaire libérale française 1919-1935, Paris, Plage, 2000, 504 p. ; Carré de Malberg (Nathalie), GEMF.

SINÉ Alexandre Vincent Romain

327Né le 22 janvier 1972 à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), fils d’André Siné et Chantal Mignot.

328École normale supérieure (Cachan) 1992, licencié en philosophie, licencié en sciences économiques et en sociologie, maîtrise de sociologie, docteur en sciences politiques, agrégé de sciences économiques et sociales.

329Nommé dans l’emploi d’inspecteur des Finances de 1re classe 1er avril 2008, titularisé inspecteur de 1re classe 1er octobre 2009.

330Professeur de sciences économiques et sociales au lycée militaire d’Autun (Saône-et-Loire) 1995-1996. Chargé de mission au cabinet du maire de Gonesse (Val-d’Oise) 1995-1996. Conseiller chargé du suivi des questions d’environnement et d’aménagement du territoire au cabinet d’un président d’un groupe parlementaire de l’Assemblée nationale 1997-1999. Professeur agrégé à l’École normale supérieure (Cachan) 1999-2002. Chargé de mission « interministérialité » et du suivi de la réforme budgétaire des ministères de l’Intérieur et de l’Outre-mer 2002-2004, rédacteur budgétaire au bureau chargé des crédits du ministère de l’Intérieur de la direction du Budget 2002-2004, chargé de mission contractuel auprès du sous-directeur de la Synthèse budgétaire 2004, chef du bureau Éducation nationale de la direction du Budget 2006-2008.

331Œuvres

  • Ph. Bezes et A. Siné (dir.), Gouverner (par) les finances publiques, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2011, 523 p.

  • L’ordre budgétaire : l’économie politique des dépenses de l’État, Paris, Économica, 2006, 405 p. (texte remanié de sa thèse de doctorat en sciences politiques, École normale supérieure, Cachan, 2003).

332Sources : Fichier BRH ; Fichier CV succinct ; Dossier gestion.

SISSOKO Soya Maurice

333Né le 18 juin 1966 à Toulouse (Haute-Garonne).

334École nationale des impôts 1986.

335Nommé dans l’emploi d’inspecteur des Finances de 2classe 1er avril 2001, titularisé inspecteur de 2classe 1er octobre 2002, 1re classe 1er avril 2006.

336Contrôleur des Impôts faisant fonctions de receveur 1987-1989, contrôleur des Impôts à la recette principale des Impôts de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) 1989-1991. Inspecteur des Impôts affecté à l’École nationale des impôts 1991-1993, puis à la direction des Vérifications nationales et internationales 1993-2000. Inspecteur principal des Impôts 1999, chargé de la direction de la 1re section de recherche et de documentation de la direction nationale d’Enquêtes fiscales 2000-2001. Rapporteur de la commission consultative des marchés auprès du Commissariat à l’énergie atomique 2002. Directeur des prêts et de l’habitat à la direction des fonds d’épargne de la Caisse des dépôts et consignations (CDC) 2005. Directeur du pôle services et membre du comité exécutif d’Icade (groupe CDC) depuis 2008.

337ONM 2008.

338Sources : Fichier BRH ; Fichier CV succinct ; Dossier gestion.

SORBIER de POUGNADORESSE (de) Jules Marie Joseph Xavier François Gabriel Jean

339Né le 23 décembre 1854 à Meaux (Seine-et-Marne), décédé le 3 juillet 1922 à Paris, fils de Charles François Hippolyte de Sorbier de Pougnadoresse secrétaire général de la préfecture de la Gironde (s. d.) et de Marie Hélène Noémie Delmas.

340Licencié en droit.

341Adjoint à l’Inspection 1er avril 1878, inspecteur de 4classe 1er avril 1881, 3classe 2 décembre 1887, 2classe 16 avril 1892, 1re classe 3 juillet 1897, inspecteur général des Finances 15 mars 1909, admis à la retraite 24 décembre 1919.

342Surnuméraire à la direction générale de la Comptabilité publique 1874. Surnuméraire à la direction de la Dette inscrite 1875. Commis ordinaire de 2classe à la direction de la Dette inscrite 1877.

343LH 1900, O. 1912.

344Sources : Renseignements généalogiques aimablement communiqués par M. Gérard de Sorbier de Pougnadoresse ; SAEF, 1C 34850 et 1C 5596 ; Livre d’or ; IGF, 1931.

345Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 168 ; RÉVÉREND (A.), Le Premier Empire, t. 4, p. 259.

SOUBIROU-POUEY Pierre Bernard Raoul

346Né le 20 août 1892 à Dax (Landes), décédé le 25 avril 1981 à Paris (16e), fils de Jean Soubirou-Pouey industriel (C) et de Jeanne Prospérine Ferré.

347Licencié en droit et ès lettres.

348Mobilisé du 3 août 1914 au 30 août 1919 (trois blessures). Rallie le 28 août 1940 les Forces françaises libres en Afrique équatoriale française (AEF).

349Adjoint à l’Inspection 11 juillet 1920, inspecteur de 4e classe 3 février 1923, 3classe 11 juillet 1923, 2classe 24 avril 1925, 1re classe 1er septembre 1928, admis à la retraite 22 novembre 1956.

350Conseiller technique à la Commission des finances du Sénat 1922-(1925 ?). Chargé d’études à la direction du Budget et du Contrôle financier 1925. Contrôleur financier des Mines domaniales de la Sarre 1926-1929. Fonctions de contrôleur à la Banque Oustric 1930. Administrateur-directeur du groupe de chaussures Ehrlich (Banque Oustric et Holding française) 1930-1933. Le jury d’honneur des Finances refuse sa réintégration dans les cadres actifs de l’Inspection le 20 novembre 1933. Mis en disponibilité (à la suite du krach Oustric) en 1933 (plusieurs arrêts du Conseil d’État en 1951 et 1953 ont condamné l’État à lui verser des indemnités pour cette disponibilité irrégulière). Directeur du contrôle financier de l’AEF 1935-27 décembre 1940. Directeur du contrôle financier pour la France libre de l’AEF du 27 décembre 1940 au 17 mai 1941. Services dans les Forces françaises libres (FFL) du 18 mai 1941 au 31 juillet 1947 : contrôleur de l’armée en mission au Levant du 18 mai 1941 au 30 novembre 1942, contrôleur général de l’armée des FFL à Beyrouth le 1er décembre 1942, attaché en chef du Contrôle de l’administration de l’Armée, contrôleur général de 2classe des FFL à Beyrouth le 1er décembre 1942, directeur du contrôle et des services financiers des Forces françaises combattantes au Levant du 1er décembre 1942 au 31 juillet 1947.

351LH 1923, O. 1946. Croix de guerre 1914-1918 et 1939-1945, médaille de la Résistance 1947.

352Sources : SAEF, 1C 34850 ; Fichier BRH ; Dossier promo. IGF ; Reg. cand. adjoint ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; Who’s who, 1959.

353Bibliographie : CARRÉ de MALBERG (Nathalie), GEMF.

SOUCLIER Louis Marie Charles Armand

354Né le 6 juin 1868 à Tonnerre (Yonne), décédé le 18 octobre 1950 à Courtenay (Loiret), fils de Marie Charles Hippolyte Souclier vérificateur de l’Enregistrement à Tonnerre (N), conservateur des Hypothèques à Caen, décédé (C) et de Zoé Françoise Berthiot.

355Licencié en droit.

356Adjoint à l’Inspection 1er avril 1897, inspecteur de 4classe 21 avril 1899, 3classe 21 août 1901, 2classe 16 novembre 1906, 1re classe 8 avril 1913, inspecteur général des Finances 4 novembre 1921, admis à la retraite 13 juin 1933.

357Surnuméraire de l’Enregistrement à Caen (Calvados) 1889. Receveur de l’Enregistrement à Gouarée (Côtes-d’Armor) 1894.

358LH 1919, O. 1924.

359Sources : SAEF, 1C 34850 ; Reg. cand. adjoint ; Livre d’or ; IGF, 1931.

360Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 169.

SOULERY Jean-François

361Né le 6 janvier 1785 à Gourdon (Lot), décédé le 23 février 1859 à Paris, fils de Pierre Soulery avocat en Parlement et notaire (N) et de Françoise Pigéac.

362Inspecteur général des Finances 1er mai 1831.

363Receveur de l’Enregistrement et des Domaines à Palaiseau 1813-1815, à Villejuif 1815-1816, à Vincennes 1816-1817. Vérificateur de l’Enregistrement et des Domaines à Paris 1817-1820. Sous-chef de division à l’administration centrale de l’Enregistrement et des Domaines 1820-1829. Inspecteur général de l’Enregistrement et des Domaines 1829. Directeur de l’Enregistrement et des Domaines à Versailles 1834. Administrateur de l’Enregistrement et des Domaines 1850-1858.

364LH 1831, O. 1850.

365Sources : AD du Lot, état civil de Gourdon, 4E/182/03 ; AN, LH 2539/63 ; Livre d’or ; IGF, 1931.

SRIBER Étienne Jean

366Né le 18 janvier 1918 à Paris (10e), fils de Louis Lazare Sriber docteur en médecine (s. d.), aide-major de 1re classe (N) et de Jeanne Rosa Veil.

367Docteur en droit, diplômé de l’ELSP.

368Services militaires du 15 octobre 1938 au 14 janvier 1941 (fait prisonnier à Dunkerque le 4 juin 1940, évadé le 9 juin 1940). Évadé de France par l’Espagne. Engagé volontaire dans les Forces françaises libres du 8 janvier 1943 au 17 septembre 1945, affecté au BCRA en août 1943, parachuté en France agent P2 du réseau Action P en mars 1944. Déporté résistant du 19 mars 1944 au 3 septembre 1944 (interné du 19 mars au 19 août 1944). Affecté au 2e régiment de chasseurs parachutistes en Angleterre le 1er février 1945, parachuté en Hollande le 8 avril 1945, rejoint l’Angleterre le 15 avril 1945.

369Intégré en surnombre dans les cadres en qualité d’inspecteur des Finances de 1re classe 1er juin 1964, inspecteur général des Finances 1er septembre 1971, admis à la retraite par limite d’âge 19 janvier 1985.

370Attaché à la SNCF 1er décembre 1941-27 décembre 1942. Administrateur adjoint de 2e classe de la FOM 1945. En stage à l’École nationale de la FOM de mars à novembre 1946. Administrateur adjoint de la FOM aux services civils en Indochine 1946-1949. Administrateur adjoint de 1re classe de la FOM 1948. Inspecteur de la France d’outre-mer au Sénégal, à Madagascar, au Niger, au Mali, au Cameroun, au Togo, en Côte d’Ivoire, en Mauritanie, en Haute-Volta, et au Congo 1951-1964. Directeur adjoint du Contrôle du budget du Contentieux au ministère de la France d’outre-mer 1957-1958. Conseiller technique au cabinet de Gérard Jaquet ministre de la France d’outre-mer 13 juin 1957-13 mai 1958. Chargé de mission au cabinet de Michel Debré Premier ministre 6 juin 1959 à août 1960. Directeur général de l’Office de la recherche scientifique d’outre-mer 1960-1963. Rapporteur de la Commission de vérification des comptes des entreprises publiques 1966. Directeur du cabinet de Robert Galley ministre de la Recherche scientifique et des Questions atomiques et spatiales 2 août 1968-24 juin 1969. Directeur du cabinet de Robert Galley ministre des Postes et Télécommunications 24 juin 1969, puis ministre des Transports 10 juillet 1972-9 avril 1973. Directeur du cabinet civil et militaire de Robert Galley ministre des Armées 9 avril 1973-27 mai 1974. Directeur du cabinet de Robert Galley ministre de l’Équipement 5 juin 1974-25 août 1976, puis ministre de la Coopération 14 septembre 1976-21 janvier 1980. Président-directeur général de la Société centrale immobilière (groupe Caisse des dépôts et consignations) 1980-1983.

371LH 1954, O. 1960, C. 1980. Médaille de la Résistance 1947. Croix de guerre 1939-1945.

372Œuvres

  • L’avenir entre nos mains : sursaut ou déclin de la France, Paris, Anthropos, 1987, 179 p.

  • L’équilibre économique des intérêts mondiaux, Paris, M. Rivière, 1948, 157 p.

  • La reconstruction économique de la France, Paris, M. Rivière, 1946, 143 p.

373Sources : SAEF, PH 22/96 0006 ; Fichier BRH ; Livre d’or ; Who’s who, 1965-2000.

374Autres sources : Comité pour l’histoire économique et financière de la France, entretien de Jean Sriber avec C. Sauvé, 1990.

STAËL-HOLSTEIN (de) Albert Maurice Georges Bogislas

375Né le 10 août 1845 à Sarrebourg (Moselle), décédé le 15 janvier 1890 à Paris, fils de Philippe Auguste Olympe de Staël-Holstein percepteur (N) et de Marie Louise Charlotte Aux-Cousteaux.

376Licencié en droit.

377Adjoint à l’Inspection 1er juillet 1867, inspecteur de 4classe 1er mai 1869, 3classe 1er avril 1874.

378Surnuméraire à la Comptabilité publique 1863. Commis ordinaire de 2classe à la direction de la Dette inscrite 1865. En mission à l’Assemblée nationale 1873. Chef de bureau à la direction générale des Contributions indirectes 1875-(1879 ?).

379Œuvres

  • « Des effets de la possession de bonne foi quant à l’acquisition des fruits et quant à la prescription par dix et vingt ans », Paris, Ch. de Mourgues, 1864, 48 p. (th. licence, droit, Paris).

380Sources : www.stael-von-holstein.de ; SAEF, 1C 30751 ; Livre d’or ; IGF, 1931.

381Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 169.

STORCH Olivier Alban

382Né le 28 février 1975 à Paris (14e), fils de Henri Storch médecin (s. d.) et de Dominique Schmitt médecin (s. d.).

383Diplômé de l’IEP de Paris, Éna (promotion Cyrano de Bergerac) 1999.

384Adjoint à l’Inspection 1er avril 1999, inspecteur de 3classe 1er octobre 2000, 2classe 1er avril 2003, 1re classe 6 octobre 2006.

385Chargé de mission auprès du directeur du Budget 2003-2004. Directeur adjoint du cabinet de François Goulard secrétaire d’État aux Transports et à la Mer 2004-2005. Directeur adjoint chargé des questions budgétaires et de l’enseignement supérieur au cabinet de François Goulard ministre délégué à l’Enseignement supérieur et à la Recherche 7 juin 2005-16 octobre 2006. Chargé de mission auprès du directeur général délégué fret de la SNCF 2006-2007. Directeur financier de la branche fret de la SNCF 2007-2009. Superviseur de l’action gestion d’actifs de Géodis 2009. Directeur financier de la branche transports et logistique de Géodis depuis 2009.

386Enseigne à l’IEP de Paris 2000-2004, à l’Éna 2000 et à HEC 2000-2002.

387Œuvres

  • La taxe Tobin, revue de la pensée magique, Paris, Fondation R. Schuman, 2002, 128 p.

  • La fracture numérique, Paris, Fondation Robert-Schuman, (2000), 128 p.

388Sources : Fichier BRH ; Fichier CV succinct ; Dossier promo. IGF ; Fiche rens. ; Bulletin quotidien, 19 février 2009 ; Who’s who, 2007.

STOURM Fortunat René

389Né le 13 septembre 1837 à Paris, décédé le 24 décembre 1917 à Paris, fils de Dominique Augustin Stourm magistrat, député (opposition libérale) 1837-1848 et (centre) 1848-1849 de l’Aube, conseiller d’État 1849, directeur général des Postes 1853-1861, sénateur 1861-1865 et d’Aline Giraud.

390[Liens de parenté] Gendre du ministre Fourtou.

391Licencié en droit.

392Adjoint à l’Inspection 1er mai 1861, inspecteur de 4classe 1er avril 1863.

393Surnuméraire puis commis à la Comptabilité générale du ministère des Finances 1856. Sous-chef au secrétariat général des Finances 1866. Chef du cabinet de Pierre Magne ministre des Finances 1868. Chef de bureau au Secrétariat général 1870. Administrateur des Contributions indirectes 1874. Enseigne à l’ELSP (s. d.).

394Élu le 14 novembre 1896 à l’Académie des sciences morales et politiques, président pour 1909, secrétaire perpétuel en 1913.

395LH 1869, O. 1910.

396Œuvres

  • Cours de finances [à l’ELSP]. Le budget, son histoire et son mécanisme, Paris, Guillaumin (puis F. Alcan), 1889, 655 p. (2e éd. revue et mise au courant : 1891, 621 p. ; 7e éd. : 1913 de la 2éd.).

  • Systèmes généraux d’impôts : impôts sur le revenu dans les différents pays, impôts sur le capital, impôt unique, en nature, capitation, Paris, Guillaumin, 1893, 415 p. (2e éd. : Paris, Guillaumin, 1905, 430 p. ; 3éd. révisée et mise au courant : Paris, F. Alcan, 1912, 439 p.).

  • Les finances du Consulat, Paris, Guillaumin, 1902, 363 p.

  • Les finances françaises (2éd. : Paris, Comité de défense et de progrès social n° 23, 1898), 21 p. extr. de La Réforme sociale, 1898).

  • Le système français d’impôts, Paris, impr. de Chaix, 1897 (extr. de la Revue de Paris, 15 mai 1897).

  • Bibliographie historique des finances de la France au XVIIIe siècle, Paris, Guillaumin, 1895, 341 p.

  • Impôts, Paris, Guillaumin, 1891, 42 p. (extr. du Nouveau Dictionnaire d’économie politique).

  • L’impôt sur l’alcool dans les principaux pays, Paris, Berger-Levrault, 1886, 211 p.

  • Les finances de l’Ancien régime et de la Révolution, origine du système financier actuel, Paris, Guillaumin, 1885, 2 vol. 

  • Les origines du système financier actuel, Paris, impr. de P. Mouillot, 1880, 88 p. (extr. de la Revue de France).

  • « Des donations en faveur du mariage », Paris, Ch. de Mourgues, 1859, 63 p. (th. licence, droit, Paris).

397Sources : SAEF, 1C 30750 ; Qui êtes-vous ?, 1910 ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; TROLARD, 1998, p. 125-126.

398Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 169 ; GARRIGUES (Jean), La République des hommes d’affaires 1870-1900, Paris, Aubier, 1997, 432 p. ; LYON-CAEN (Ch.), « Notice sur la vie et les travaux de René Stourm », Publications de l’Institut de France, 1918, n° 15 bis ; Le second siècle de l’Institut de France, 1895-1995, t. 2, Paris, Institut de France, 2001, p. 1337 ; DELAVENNE (André), Recueil généalogique de la bourgeoisie ancienne, Paris, SGAF, 1955, t. 2, p. 161 ; TURQUET (F.), « Un Lorrain, Troyen d’adoption : Augustin African Stourm, 1797-1865 », La Vie en Champagne, septembre 1975, n° 247, p. 7-14.

SUEUR Catherine Monique Maguelonne

399Née le 9 décembre 1975 à Orléans (Loiret), fille de Jean-Pierre Sueur maître assistant de linguistique française à l’université d’Orléans (N), député (socialiste) du Loiret 1981-1991, maire d’Orléans 1989-2001, secrétaire d’État aux Collectivité locales 1991-1993, sénateur du Loiret depuis 2001 (C) et de Monique Pontier.

400École polytechnique 1996, Éna (promotion René Cassin) 2003.

401Adjointe à l’Inspection 1er avril 2003, inspectrice de 3classe 1er octobre 2004, 1re classe 6 octobre 2006.

402Administratrice générale adjointe du musée du Louvre depuis 2007.

403Sources : Fichier BRH ; Fiche rens. ; Who’s who, 2007.

SUSINI Napoléon

404Né le 6 février 1924 à Bastia (Corse), fils d’Antoine Susini huissier (s. d.) et d’Angèle Guidicelli.

405Licencié en droit, Éna (promotion Albert Thomas) 1955.

406Engagé volontaire du 14 février 1945 au 13 février 1948 (armée de l’Air).

407Adjoint à l’Inspection 1er août 1955, inspecteur de 3classe 1er avril 1957, 2classe 1er janvier 1961, 1re classe 1er octobre 1965, inspecteur général des Finances 1er septembre 1979, admis à la retraite par limite d’âge 7 février 1989.

408Auxiliaire départemental à la préfecture de la Drôme 1948-1949. Maître d’internat au lycée technique d’État de Voiron 1949-1950. Maître d’internat au lycée Émile Loubet de Valence 1950. En fonctions à l’université de Grenoble 1950-1951. Attaché stagiaire au parquet général de Grenoble 1952. Rapporteur de la Commission des exportations 1958. Chargé de mission au cabinet d’André Boulloche ministre de l’Éducation nationale 4 juillet 1959-23 décembre 1959. En mission auprès de l’Organisation commune des régions sahariennes 1960. Chargé de mission au service des Études économiques et financières de la direction du Trésor 1960-1963. Conseiller économique et financier au secrétariat général de la Défense nationale 1963-1966. Rapporteur général de la Commission interministérielle chargée de l’étude des problèmes de la construction aéronautique 1963. Directeur de la division des Affaires économiques du secrétariat général de la Défense nationale 1966-1967. Adjoint au chef du service de l’Inspection 1er décembre 1967-1er mai 1971. Président de la Commission chargée d’étudier les suites à donner aux observations contenues dans le rapport public de la Cour des comptes 1968. Secrétaire général de la Compagnie nationale des commissaires aux comptes 1971-1993. Président du groupe de travail relatif à la situation de certains producteurs d’eau-de-vie 1982.

409Adjoint au maire de Grand-Quevilly (Seine-Maritime) 1971-(2002 ?).

410LH 1968, O. 1982. ONM 1966, O. 1973.

411Sources : SAEF, PH 257/2001 0003 ; Fichier BRH ; Dossier promo. IGF ; ASGP ; Livre d’or ; Who’s who, 1961.

SYLLA-WALBAUM Aline Chantal Claude

412Née le 12 juin 1972 à Paris (17e), fille de Mamadou Moustapha Sylla et de Martine Coutard.

413[Liens de parenté] Épouse de Boris Walbaum conseiller référendaire à la Cour des comptes, consultant senior Mc Kinsey 2005-2007.

414École des HEC, diplômée de l’IEP de Paris, Éna (promotion Cyrano de Bergerac) 1999.

415Adjointe à l’Inspection 1er avril 1999, inspectrice de 3classe 1er octobre 2000, 2classe 1er avril 2003, 1re classe 6 octobre 2006.

416Administratrice générale adjointe, directrice du développement culturel du musée du Louvre 2002-2007. Membre du Haut Conseil à l’intégration 2002-2006. Conseillère technique culture et communication au cabinet de François Fillon Premier ministre 18 mai 2007-11 septembre 2008.Directrice déléguée du président du directoire chargée des relations extérieures et de la stratégie d’Unibail-Rodamco depuis 2009.

417Sources : Fichier BRH ; Dossier promo. IGF ; Dossier gestion ; Fiche rens. ; Bulletin quotidien, 6 janvier 2009.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search