Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

Notices biographiques

Raichlen à Runacher

Texte intégral

RAICHLEN Philippe Théodore

1Né le 24 juillet 1920 à Urville (Calvados), décédé le 19 janvier 1949 à Fontenay-aux-Roses (Hauts-de-Seine), fils de Louis Charles Raichlen ingénieur conseil (s. d.) et de Suzanne Berger-Levrault.

2Licencié en droit et ès lettres, diplômé de l’ELSP, Éna (promotion France combattante) 1947.

3Adjoint à l’Inspection 1er septembre 1947, inspecteur de 3classe 1er septembre 1947, mort en fonctions durant la tournée.

4Croix de guerre 1939-1945.

5Sources : Fichier BRH ; Livre d’or ; FLANDIN (R.), « Un jeune camarade disparu Philippe Raichlen », Le Crayon vert, n° 8, avril 1949, p. 10-11.

6Autres sources : « France combattante mars 1946 à juillet 1947 », Cahier pour une histoire de l’Éna, n° 1, Éna/La Documentation française, 2007, 270 p. (souvenirs, documents et témoignages d’anciens de cette promotion).

RAISMES (de) Jean Marie

7Né le 13 novembre 1890 à Niort (Deux-Sèvres), décédé le 28 février 1945 à Paris (2e), fils de Raoul Marie Michel de Raismes avocat (N), propriétaire au château de Sachs dans le Finistère (C) et de Thérèse Élisabeth Arnauldet.

8Licencié en droit, diplômé de l’ELSP.

9Mobilisé du 2 août 1914 au 1er octobre 1917 (évacué en 1916 pour raisons de santé).

10Adjoint à l’Inspection 11 août 1920, inspecteur de 4e classe 3 février 1923, 3classe 1er juin 1924, 2classe 6 août 1926, 1re classe 1er avril 1929, inspecteur général des Finances 13 septembre 1940, mort en fonctions.

11Rapporteur auprès de la Commission centrale et des commissions spéciales de taxation à la production 1931.

12LH 1931.

13Sources : Renseignements biographiques aimablement communiqués par M. Gilles de Raismes ; SAEF, 1C 34846 ; Fichier BRH ; Reg. cand. adjoint ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; GUYOT (R.), « L’inspecteur général de Raismes », Bulletin de l’AMIGF, n° 1, février 1946, p. 3-4.

RAMBAL Philippe Jacques

14Né le 6 mars 1970 à Paris (16e), fils de Jacques Rambal diplomate (s. d.) et de Monika Kandler professeure.

15École supérieure de commerce de Paris, licencié en droit public, diplômé de l’IEP de Paris, Éna (promotion Marc Bloch) 1997.

16Adjoint à l’Inspection 1er avril 1997, inspecteur de 3classe 1er octobre 1998, 2classe 1er avril 2001, 1re classe 1er avril 2006.

17Chargé de mission à l’Inspection 13 mars 2000-11 mars 2001. Chargé de mission à la direction générale de la Comptabilité publique 2001-2007. Responsable de la mission commune accueil de la direction générale des Impôts-direction générale de la Comptabilité publique 2006-2007. Conseiller au cabinet d’Éric Woerth ministre du Budget, des Comptes publiques et de la Fonction publique 23 juillet 2007-3 octobre 2007. Conseiller au cabinet de Christine Lagarde ministre de l’Économie, des Finances et de l’Emploi 3 octobre 2007-18 avril 2008. Directeur adjoint, chargé du pilotage du réseau et de ses moyens, auprès du directeur général des Finances publiques depuis 2008.

18Sources : Fichier BRH ; Fichier CV succinct ; Dossier promo. IGF ; Dossier gestion ; Annuaire(s) de l’IGF ; Who’s who, 2011.

RAMEY de SUGNY Marie Joseph Pierre Vital

19Né le 23 juin 1893 à Paris (7e), décédé le 3 août 1973 à Paris (3e), fils de Marie François Joseph Ramey de Sugny contre-amiral (C) et de Marie Catherine Renouard.

20[Liens de parenté] Cousin de Jean Clérel de Tocqueville*, cousin germain de René de Blic*.

21Licencié en droit et ès lettres, diplômé de l’ELSP.

22Mobilisé du 17 avril 1915 au 3 septembre 1919 (blessé en 1918). Mobilisé en 1938 et 1939-1940.

23Adjoint à l’Inspection 1er juillet 1920, inspecteur de 4e classe 3 février 1923, 3classe 1er juin 1924, 2classe 12 mars 1926, démissionnaire 3 juillet 1931.

24Contrôleur des dépenses engagées aux ministères de l’Intérieur, de la Justice et des Affaires étrangères 1925-1928. Attaché à la direction des services de la comptabilité générale, de la trésorerie et des risques 1928, puis directeur de la comptabilité générale du Crédit Lyonnais 1929-1950. Ordonné prêtre du diocèse de Paris 1951. Secrétaire et sous-directeur de l’administration civile du Culte 1957. Sous-directeur de l’administration diocésaine des étrangers 1960. Directeur adjoint de l’administration diocésaine (s. d.).

25LH 1931. Croix de guerre 1914-1918.

26Sources : Renseignements aimablement communiqués par le chanoine Philippe Ploix, archiviste du diocèse de Paris ; SAEF, 1C 34846 ; Reg. cand. adjoint ; Grande Chancellerie de la Légion d’honneur ; Livre d’or ; IGF, 1931.

27Bibliographie : LARQUIER-ROCHEFORT (Bernard de), Les Dampierre en Saintonge, Paris, Les Seize, Éditions du Palais-Royal, 1968.

RAMON Stéphane Henri Pierre

28Né le 9 avril 1966 à Paris (16e), fils de Gérard Ramon et d’Anne-Marie Sainctavit.

29École normale supérieure (Fontenay-Saint-Cloud) 1986, maîtrise de philosophie, diplômé de l’IEP de Paris, Éna (promotion Léon Gambetta) 1993.

30Adjoint à l’Inspection 1er mars 1993, inspecteur de 3classe 1er septembre 1994, 2classe 1er mars 1997, 1re classe 1er mars 2002.

31Chargé de mission 1997-1999, puis chef de bureau à la direction du Budget 1999. Conseiller financier à la direction internationale 1999-2000, responsable du domaine fusions et acquisitions de la direction stratégies et opérations financières 2000-2002, chef du pôle ingénierie du développement de la direction financière 2002-2003, directeur de la division fusions-acquisitions et ingénierie financière d’EDF 2003-2005. Financial Controller d’EDF Energy au Royaume-Uni 2005-2007. Directeur du projet économie et finances du nucléaire à la direction financière d’EDF depuis 2007.

32Sources : Fichier BRH ; Fichier CV succinct ; Dossier promo. IGF ; Dossier gestion Annuaire(s) de l’IGF.

RAPOPORT Jacques

33Né le 29 mai 1952 à Paris (9e), fils de Hersz Ber (Henri) Rapoport commerçant (s. d.) et de Matla Liba (Marie) Oerbach commerçante (s. d.).

34École nationale des douanes 1977-1978, maîtrise d’histoire, Éna (promotion Léonard de Vinci) 1985.

35Adjoint à l’Inspection 1er juin 1985, inspecteur de 3classe 1er décembre 1986, 2classe 1er juin 1989, 1re classe 1er juin 1994, inspecteur général des Finances 16 mai 2001.

36Inspecteur des Douanes 1978-1982. Chargé de mission auprès du président-directeur général 1989-1990, adjoint du directeur des finances, contrôleur central de gestion 1990-1991, directeur du département contrôle de gestion et finances 1991-1993, directeur général adjoint 1993-1995, directeur du département métro 1995-1999, directeur général adjoint en charge du pôle industriel 1999-2002, directeur général adjoint en charge du pôle opérations de la Régie autonome des transports parisiens 2002-2004. Chargé de mission chargé de la préfiguration du secrétariat général des ministères du Travail et de la Santé auprès du cabinet de Jean-Louis Borloo ministre de l’Emploi, du Travail et de la Cohésion sociale et de Philippe Douste-Blazy ministre de la Santé et de la Protection sociale 18 octobre 2004-7 février 2005. Secrétaire général des ministères chargés des affaires sociales 9 février 2005-1er septembre 2006. Directeur général de Kéolis Lyon 2006-2007. Directeur général de La Poste Grand Public 2007-2009. Directeur général délégué du groupe La Poste depuis 2009.

37Auditeur de la 2promotion du cycle des hautes études pour le développement économique 2005.

38LH 2000. ONM 1996, O. 2009.

39Sources : Fichier BRH ; Fichier CV succinct ; Dossier promo. IGF ; Annuaires(s) de l’IGF ; Who’s who, 2011.

RATHERY Charles Paul Jacques

40Né le 18 septembre 1837 à Paris (11e arr. ancien), décédé le 10 juin 1893 à Paris (9e), fils d’Edmé Jacques Benoît Rathery conservateur, puis sous-directeur à la Bibliothèque nationale (s. d.) et de Françoise Henriette Clara Barthouilh de Taillac.

41Adjoint à l’Inspection 1er octobre 1860, inspecteur de 4classe 1er mars 1862, 3classe 1er mai 1865, 2classe 1er janvier 1873, 1re classe 1er janvier 1876, inspecteur général des Finances 1er septembre 1885, mort en fonctions.

42Surnuméraire à la Caisse centrale du ministère des Finances 1858. Commis ordinaire de 2classe à la Dette 1859.

43LH 1877, O. 1886.

44Sources : SAEF, 1C 30750 ; Livre d’or ; IGF, 1931.

45Bibliographie : DELAVENNE (André), Recueil généalogique de la bourgeoisie ancienne, Paris, SGAF, 1954, t. 1, p. 366-367 ; CHADEAU, 1986, p. 163.

RAVIGNON Boris

46Né le 30 novembre 1975 à Charleville-Mézières (Ardennes), fils de Luc Ravignon assureur (s. d.) et de Bernadette Couvert institutrice (s. d.).

47École supérieure des sciences économiques et commerciales, Éna (promotion Copernic) 2002.

48Adjoint à l’Inspection 1er avril 2002, inspecteur de 3classe 1er octobre 2003, 1re classe 6 octobre 2006.

49Analyste crédit 1996, puis inspecteur auditeur au CEPME 1997. Chargé de mission à l’Inspection 1er avril 2005-13 juin 2005. Conseiller technique études et prospectives au cabinet de Nicolas Sarkozy ministre d’État ministre de l’Intérieur et de l’Aménagement du territoire 9 juin 2005-15 février 2007. Conseiller technique prospective à la présidence de la République 31 août 2007 à mars 2008. Conseiller technique chargé du développement durable depuis mars 2008, et du transport et de l’aménagement du territoire à la présidence de la République depuis 2010.

50Conseiller municipal de Charleville-Mézières, conseiller général, président de la commission affaires économiques, tourisme et agriculture du conseil général des Ardennes depuis 2008.

51Sources : Fichier BRH ; Fiche rens. ; Bulletin quotidien, 9 avril 2010 ; Who’s who, 2011.

REBOUL Charlotte Dorian Séraphine

52(Épouse Chevalier)

53Née le 28 juillet 1977 à Paris (12e), fille d’Olivier Reboul et de Catherine Leroy.

54École nationale de la statistique et de l’administration économique, diplômée de l’IEP de Paris, Éna (promotion Romain Gary) 2005.

55Adjointe à l’Inspection 1er avril 2005, inspectrice de 2classe 6 octobre 2006, 1re classe 1er avril 2008.

56Chef du bureau A de la direction de la Législation fiscale depuis 2009.

57Sources : Fichier BRH ; Fiche rens.

REBOUL Jean Baptiste

58Né le 26 mai 1791 à Montpellier (Hérault), décédé le 22 février 1860 à Paris (9e arr.), fils de Jean-François Reboul (déjà décédé en 1829) et de Jeanne Grimaud.

59Sous-inspecteur des Finances de 2classe 1er août 1815, inspecteur de 2classe 6 novembre 1822, 1re classe 1er novembre 1826.

60Chef de la comptabilité du Trésor à Alexandrie (Piémont) (s. d.). Liquidateur de la dette du Piémont et de la Toscane 1809-1810. Sous-directeur à l’administration des Forêts 1843-1848. Administrateur des Forêts 1846.

61Maire de Soignolles-en-Brie de 1848 à 1856. Conseiller général de Seine-et-Marne, canton de Brie-sur-Marne de 1839 à son décès.

62LH 1836.

63Sources : ADP, DQ/7, déclaration de succession 26 mars 1860 et état civil, 5Mi1 2058 ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; Bulletin des annales des Eaux et Forêts, 1846, p. 73.

64Bibliographie : FARE (H.), Un fonctionnaire d’autrefois P.-F. Lafaurie, Paris, Plon, 1883, p. 178 et 250.

REBOUL Marcel

65Né en 1745 ou 1746 et décédé à une date inconnue (sans doute après 1827).

66Inspecteur général du Trésor 10 septembre 1801, admis à la retraite 1811.

67Secrétaire archiviste du collège Louis-le-Grand (vers 1790). Employé à l’Agence temporaire des titres de la Trésorerie nationale 1794. Chef vérificateur à la direction des Comptes arriérés (s. d.). Inspecteur de la Trésorerie 1797. Vérificateur général du Trésor 1800. Chef vérificateur du contrôle des recettes 1802-1804. En mission en Italie 1809-1810. « Suspendu comme inspecteur pour avoir laissé passer un déficit à Mayence ». Sans doute secrétaire général de la faculté de droit de Paris (1811 ?, déjà en 1827 au mariage de son fils).

68LH 1836.

69Sources : Annuaires et états généraux de la Légion d’honneur, Musée de la Légion d’honneur ; AN, AF/III/31 ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; Procès-verbaux du comité d’instruction publique de la Convention nationale, Paris, Impr. nationale, (1891-1958), t. 4, p. 280 ; Bulletin des lois de la République française, bulletin 91, loi n° 467 du 28 brumaire an III.

70Bibliographie : BURSTIN (Haim), Une révolution à l’œuvre : le faubourg Saint-Marcel (1789-1794), Seyssel, Champ Vallon, 2005, p. 150, note 1.

REDOUIN Alfred Marie Joseph

71Né le 5 juin 1902 à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), décédé le 20 août 1994 à Paris (7e), fils de Jean André Redouin notaire à Châlon-sur-Marne (C) et de Jeanne Gertrude Marie Arnaud.

72Licencié en droit.

73Mobilisé du 3 septembre 1939 au 24 juillet 1940 (affecté à la section télégraphie, détaché au centre d’état-major 26 mars 1940).

74Adjoint à l’Inspection 1er avril 1928, inspecteur de 4e classe 1er février 1930, 3classe 1er mars 1930, 2classe 16 janvier 1934, 1re classe 1er octobre 1940, inspecteur général des Finances 1er janvier 1956, admis à la retraite par limite d’âge 5 juin 1973.

75Rapporteur du Jury national des marchés de guerre 1938. Rapporteur près du Comité de réorganisation administrative du ministère de l’Intérieur 1938. Rapporteur près de la Commission des bonifications d’intérêts en vue d’encourager la construction immobilière (lois des 25 août 1937, 2 mai 1938 et 17 juin 1938) 1939. Contrôleur financier de la Compagnie française des câbles télégraphiques et de Radio-France 1946-1973. Rapporteur de la commission de l’Impex 1949. Rapporteur de la Commission de vérification des comptes de la Compagnie nationale du Rhône 1952. Rapporteur de la Commission de vérification des comptes de la compagnie Radio-France 1952. Conseiller technique du préfet de région du comité de défense de la zone sud 1969.

76LH 1948, O. 1954. ONM C. 1971. Croix de guerre 1939-1945.

77Sources : Arch. mun. de Chalon-sur-Saône, actes de l’état civil ; Fichier BRH ; Dossier promo. IGF ; Reg. cand. adjoint ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; Who’s who, 1957.

RÉGNIER Edmond Maurice

78Né le 11 janvier 1877 à Paris (1er), décédé le 27 septembre 1928 à Marly-le-Roi (Yvelines), fils d’Émile Régnier huissier à Paris décédé (C) et de Marie Régnier.

79École des langues orientales, licencié en droit, diplômé de l’ELSP.

80Adjoint à l’Inspection 1er avril 1902, inspecteur de 4e classe 1er août 1904, 3classe 16 mai 1907, 2classe 1er juin 1911, 1re classe 30 janvier 1919, mort en fonctions.

81Rédacteur stagiaire 1898, puis rédacteur ordinaire à la direction générale de la Comptabilité publique 1899. Contrôleur des dépenses engagées au ministère des Travaux publics, du Travail et de la Prévoyance sociale 1913-1917, au sous-secrétariat d’État à la Marine marchande 1917, à l’administration des Chemins de fer de l’État 1918. Chef du service de la Comptabilité du ministère des Affaires étrangères 1918-1920.

82LH 1919, O. 1928.

83Sources : Renseignements aimablement communiqués par par Mme Anne Régnier ; SAEF, 1C 34846 et 1C 5596 ; Reg. cand. adjoint ; Livre d’or ; IGF, 1931.

84Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 164.

RENAND Maurice Louis Georges

85Né le 15 août 1913 à Paris (4e), décédé le 9 novembre 1990, fils de Georges Eugène Renand sous-chef des études financières au Crédit Lyonnais (N), directeur de La Semeuse (C) et de Germaine Hermessinde Amélie Deleury.

86École des HEC, docteur en droit.

87Mobilisé du 28 août 1939 au 5 août 1940 et engagé volontaire du 10 janvier au 30 septembre 1945 (front des Alpes).

88Adjoint à l’Inspection 11 mai 1938, inspecteur de 4e classe 20 janvier 1941, 3classe 1er février 1941, 2classe 1er septembre 1942, démissionnaire 19 novembre 1949 (effet à compter du 31 mars 1949).

89Chargé de mission au secrétariat général du Gouvernement 4 juin 1942-27 novembre 1942. Chef adjoint, chargé de la direction de l’échelon de Vichy, du cabinet de Pierre Cathala ministre secrétaire d’État à l’Économie nationale et aux Finances 27 novembre 1942. Chargé des fonctions de directeur 8 avril 1943, puis directeur du Contrôle administratif des services au secrétariat général du Gouvernement 14 septembre 1943. Révoqué de ses fonctions 19 août 1944 (décret du 28 septembre 1944). Arrêté et emprisonné au Vél’ d’Hiv’ puis à Drancy d’août 1944 à novembre 1944. Révoqué de l’Inspection sans pension par l’arrêté du 8 décembre 1944, arrêté annulé (pour vice de procédure) par le Conseil d’État le 11 février 1949. Réintégré à l’Inspection et démissionne le 8 novembre 1949. Directeur de La Semeuse de Paris (organisme de crédit de La Samaritaine) 1951 (mais sans doute dès 1945). Président-directeur général de La Semeuse de Paris 1953-1983. Associé-gérant des magasins La Samaritaine 1953. Premier gérant de La Samaritaine 1967-1973. Président-directeur général de la Soprinsam 1970-1973. Président-directeur général de La Samaritaine 1973-1983. Président de la Fondation Cognac-Jay (société en commandite par action créée en 1916, actionnaire majoritaire de La Samaritaine) 1987-1990.

90LH 1968. ONM O. 1973. Croix de guerre 1939-1945.

91Œuvres

  • « Une forme de moratoire : le paiement en titres des dépenses publiques », Paris, Les Presses modernes, 1937, 431 p. (th. doctorat, droit, Paris).

  • « Loi du 25 mars 1935 sur les garanties de la liberté individuelle », Lyon, Bosc frères, M. et L. Riou, 1936, 96 p. (th. doctorat, droit, Lyon).

92Sources : Arch. de la Cour des comptes, dossier de jury d’honneur 2008/004/28 (cote avant versement aux Archives nationales en novembre 2010) ; SAEF, 1C 34846/1 ; Fichier BRH ; Dossier promo. IGF ; Dossier épur. ; Reg. cand. adjoint ; Annuaire(s) de l’IGF ; Grande Chancellerie de la Légion d’honneur ; Livre d’or. Who’s who, 1965, 1967 et1969.

93Bibliographie : CARRÉ de MALBERG (Nathalie), GEMF.

RENAUDIN Émile

94Né le 14 juillet 1835 à Mézières (Ardennes), décédé le 9 juin 1915 au château de Bélair à Charleville (Ardennes), fils de Louis Renaudin brasseur (N) et d’Adèle Geneviève Nonnon.

95[Liens de parenté] Père de Maxime Louis Renaudin*, parent de Paul Leroy-Beaulieu*.

96Licencié en droit.

97Adjoint à l’Inspection 1er mai 1858, inspecteur de 4classe 1er août 1860, 3classe 1er janvier 1863, 2classe 1er mai 1869, 1re classe 1er décembre 1874.

98Surnuméraire à la direction du Contentieux 1855. Commis ordinaire de 3classe au Secrétariat général 1857. En mission à Strasbourg comme membre de la Commission mixte franco-allemande chargée de régler les comptes de la guerre de 1870-1871, 1871-1874. Chargé des fonctions de chef de bureau des Travaux législatifs du ministère des Finances 1874. Directeur adjoint au Secrétariat général (sous-directeur chargé du « service » de l’Inspection) 1er décembre 1874-6 avril 1876. Directeur général du Contrôle de la comptabilité du ministère de la Guerre 1876-1881.

99LH 1873, O. 1878.

100Œuvres

  • « De la vente », Paris, Ch. de Mourgues, 1856, 64 p. (th. licence, droit, Paris).

101Sources : SAEF, 1C 34846 et 1C 30750 ; Qui êtes-vous ?, 1908 et 1910 ; Livre d’or ; IGF, 1931.

102Bibliographie : DELAVENNE (André), Recueil généalogique de la bourgeoisie ancienne, Paris, SGAF, 1954, t. 1, p. 268-269 (famille Leroy-Beaulieu) ; CHADEAU, 1986 ; CURINIER (C.-E.), Dictionnaire national des contemporains, Paris, Office général d’édition de librairie et d’imprimerie, (1899)-1919, 6 vol. 

RENAUDIN Maxime Louis

103Né le 19 octobre 1865 à Paris (6e), décédé le 29 mai 1947 à Paris (8e), fils d’Émile Renaudin* et de Louis Marie Riché.

104[Liens de parenté] Beau-père d’Adéodat Boissard*, oncle de Paul Leroy-Beaulieu*. Gendre de Pierre Paul Leroy-Beaulieu membre de l’Institut, neveu d’Anatole Leroy-
Beaulieu membre de l’Institut, neveu d’Albert Le Play sénateur, père de Philippe Renaudin conseiller d’État.

105Licencié en droit.

106Adjoint à l’Inspection 1er avril 1890, inspecteur de 4classe 5 août 1892, 3classe 31 juillet 1896, 2classe 27 octobre 1899, 1re classe 12 octobre 1909, démissionnaire 15 décembre 1913.

107Commis au ministère des Finances 1888. Commis ordinaire de 5e classe 1889. Administrateur 1913 puis président de la Compagnie des chemins de fer de l’Est 1922-1937. Président de la Compagnie des chemins de fer de l’Ouest 1908-1937. Vice-président de la Société alsacienne de crédit industriel et commercial 1936-(1947 ?). Président de l’Union des banques régionales pour le crédit industriel 1943-(1947 ?).

108LH 1910, O. 1923.

109Œuvres

  • Paul Leroy-Beaulieu, L’art de placer et gérer sa fortune, nouv. éd. entièrement refondue par Maxime Renaudin et Édouard Payen, Paris, Delagrave, 1920, 359 p.

110Sources : ADP, acte de naissance dans le 6e arr. et acte de mariage dans le 16e arr ; SAEF, 1C 34846 ; Livre d’or ; IGF, 1931.

111Bibliographie : CHADEAU, 1986.

RENDU Jacques Marie Ambroise

112Né le 3 avril 1886 à Paris (7e), décédé le 19 février 1971 à Marsac (Creuse), fils de Georges Marie Rendu rentier (N), propriétaire (C) et de Marie Thérèse Jeanne Pauline Tandeau de Marsac.

113[Liens de parenté] Cousin de Paul Hermite*, parent d’André Homberg*.

114Licencié en droit et ès lettres.

115Mobilisé du 9 septembre 1914 au 22 novembre 1917 (blessé en 1916).

116Adjoint à l’Inspection 1er mai 1910, inspecteur de 4e classe 1er mars 1912, 3classe 4 décembre 1913, 2classe 1er février 1919, 1re classe 16 juillet 1921, inspecteur général des Finances 15 novembre 1934, admis à la retraite 1er mai 1957.

117Chargé de mission à la direction générale de la Comptabilité publique 1917. Commissaire adjoint du Gouvernement aux Chemins de fer de l’État et d’Alsace-Lorraine 1937, puis à la SNCF 1938. Président du Comité de contrôle financier et de la Commission de vérification des comptes de la Compagnie nationale du Rhône 1941-1958.

118LH 1916 (à titre militaire), O. 1928. Croix de guerre 1914-1918.

119Sources : SAEF, 1C 34846 ; Fichier BRH ; Reg. cand. adjoint ; ASGP ; Livre d’or ; IGF, 1931.

120Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 164 ; DELAVENNE (André), Recueil généalogique de la bourgeoisie ancienne, Paris, SGAF, 1954, t. 1, p. 371-373.

REVERDY Paul Philippe Carlos

121Né le 5 septembre 1924 à Paris (14e), décédé le 19 juillet 2006, fils de Charles Joseph François Michel Marie Reverdy directeur des Affaires économiques et sociales à la préfecture de la Seine (s. d.) et de Hélène Marie Antoinette Noël.

122Licencié en droit et ès lettres, Éna (promotion Union française) 1948.

123Engagé volontaire du 3 novembre 1944 au 5 janvier 1946 (affecté aux services de la formation prémilitaire de l’État-major des armées à partir du 20 août 1944, services en temps de paix du 8 mai 1945 au 5 janvier 1946).

124Intégré en surnombre dans les cadres en qualité d’inspecteur des Finances de 1re classe 1er janvier 1960, inspecteur général des Finances 1er juillet 1976, admis à la retraite sur sa demande 1er janvier 1990.

125Contrôleur civil adjoint, adjoint à la circonscription des Béni Amir (Fquih-ben-Salah) dans le protectorat du Maroc 1948-1952, adjoint au bureau du cercle d’Inezgane au Maroc 1952-1954. Contrôleur civil 1952, affecté à la section politique du secrétariat général de la région de Casablanca au Maroc 1954-1956, à l’administration centrale du ministère des Affaires étrangères 1956-1959. En mission près du préfet de la Seine-Maritime 1962. Rapporteur du groupe de travail chargé de procéder à l’étude du problème de la déconcentration administrative 1962. Adjoint du directeur des Services financiers du ministère des Armées 1963-1964. Adjoint au directeur général des Finances de la préfecture de Paris 1965-1968. Directeur du cabinet de Christian de La Malène ministre de la Recherche scientifique et des Questions atomiques et spatiales 1er juin 1968-10 juillet 1968. Adjoint au directeur des Finances et des Affaires économiques 1968-1969, puis directeur des Finances et des Affaires économiques de la préfecture de Paris 1969-1978. Directeur général, directeur des Finances et des Affaires économiques de la Ville de Paris 1978-1980. Secrétaire général de la SNCF 1980-1983. Chargé du Contrôle des dépenses engagées au ministère de l’Économie, des Finances et du Budget 1983-1986. Président du conseil d’administration de la RATP 1986-1989.

126LH 1968, O. 1979. ONM 1963, O. 1973, C. 1985.

127Sources : SAEF, PH 257/01 0004 ; Fichier BRH ; Dossier promo. IGF ; Livre d’or ; Who’s who, 1963-1998.

128Bibliographie : MARGAIRAZ (Michel), Histoire de la RATP, Paris, Albin Michel, 1990, 189 p.

REVIAL Thomas Bernard

129Né le 16 juillet 1980 à Laxou (Meurthe-et-Moselle), fils de Jean-Paul Revial et de Marie-Jeanne Muller.

130École polytechnique 2000, Éna (promotion Simone Veil) 2006.

131Adjoint à l’Inspection 1er avril 2006, inspecteur de 2classe 6 octobre 2006, 1re classe 1er avril 2009.

132Adjoint au chef du bureau Transport ferroviaire de la direction générale du Trésor depuis 2010.

133Sources : Fichier BRH ; Fiche rens.

REY Louis

134Né le 2 octobre 1910 à Lyon (1er), décédé le 25 mars 1968 à Montgeron (Essonne), fils de Jules Joseph François Rey retraité de la Compagnie du gaz de Lyon (C) et de Louise Debard.

135Agrégé d’histoire.

136Mobilisé du 27 août 1939 au 2 août 1940.

137Adjoint à l’Inspection 4 mai 1942, inspecteur de 3classe 1er janvier 1945, 2classe 15 novembre 1946, 1re classe 1er janvier 1954, mort en fonctions.

138Professeur d’histoire et de géographie aux lycées Saint-Charles et Périer à Marseille puis lycée Rollin à Paris 1930-1935, (service militaire), 1936-1939, (mobilisé), et du 3 août 1940 au 3 mai 1942. Chef du service du Contrôle économique et des Enquêtes économiques, devenue direction générale du Contrôle économique 1947-1951. Conseiller financier au Viêt Nam 1950. Directeur général des Finances de l’Afrique équatoriale française 1951-1954. Conseiller financier du haut commissaire de l’Afrique occidentale française (AOF) à Dakar, directeur général des Finances de l’AOF 1954-1958. Commissaire du Gouvernement auprès de la Société d’économie mixte dite Société immobilière du Cap-Vert 1955. Directeur des études générales auprès de la Caisse centrale de coopération économique 1958-1960. Directeur général adjoint de l’Institut d’émission des départements d’outre-mer 1960-1964.

139LH 1950, O. 1958. ONM 1966.

140Œuvres

  • Les problèmes juridiques de l’entreprise : mise à jour, Paris, Fondation nationale des sciences politiques, Service de polycopie, 1973, 1976, 1977, 1978, 1982, 1987, 1988, n. p. (coll. Cours IEP de Paris, 1972-1973, 1975-1976, 1977-1978, 1978-1979, 1981-1982, 1986-1987, 1987-1988).

141Sources : AN, LH 19800035/951/10541 ; Fichier BRH ; Reg. cand. adjoint ; Livre d’or ; Who’s who, 1955, 1957 et 1967.

REYNIER Hubert Henri Gilles

142Né le 26 juin 1962 à Toulon (Var), fils de Gilles Reynier haut fonctionnaire (s. d.) et d’Anny Lapeyre enseignante (s. d.).

143École normale de musique de Paris (enseignement de violoncelle), licencié en droit et sciences économiques, diplômé de l’IEP de Paris, Éna (promotion Michel de Montaigne) 1988.

144Adjoint à l’Inspection 1er juin 1988, inspecteur de 3classe 1er décembre 1989, 2classe 1er juin 1992, 1re classe 1er juin 2003, inspecteur général des Finances 1er novembre 2008.

145Sous-directeur du département international à la BNP 1992. Senior vice-président du département Investment banking de la BNP à New York 1993-1994. Senior vice-président Emerging markets group de la BNP à Londres 1994-1998. Directeur général du groupe BNP Belgique – Pays-Bas 1998-2000. Chargé de mission auprès du directeur général 2000, chargé du secteur premier marché, adjoint du chef du service des opérations et de l’information financière 2000-2001, chef du service des opérations et de l’information financière de la Commission des opérations de bourse, devenue en 2003 Autorité des marchés financiers (AMF), 2001-2003. Secrétaire général adjoint en charge de la direction de la régulation et des affaires internationales de l’AMF 2003-2009. Adjoint du directeur des finances, de la stratégie et du développement durable à la Caisse des dépôts et consignations 2009-2010. Directeur adjoint à la direction des risques du groupe Crédit agricole depuis 2010.

146ONM 2007.

147Sources : Fichier BRH ; Dossier promo. IGF ; Bulletin quotidien, 3 avril 2009 ; Who’s who, 2011.

RIAHI François Franck

148Né le 8 avril 1973 à Paris (8e), fils de Maurice Riahi médecin (s. d.) et de Lisette Douïeb directrice du marketing (s. d.).

149École centrale des arts et manufactures de Paris, diplômé de l’IEP de Paris, Éna (promotion Nelson Mandela) 2001.

150Adjoint à l’Inspection 1er avril 2001, inspecteur de 3classe 1er octobre 2002, 2classe 1er avril 2005, 1re classe 6 octobre 2006.

151Rapporteur du groupe de travail du ministère de l’Économie et des Finances chargé de faire des propositions pour lever les freins de la croissance en France (rapport Camdessus) 2004. Chargé de mission pour les affaires immobilières de l’État, la procédure budgétaire et l’évolution de l’organisation de la direction auprès du directeur du Budget 2005-2006. Chef du bureau de la Politique budgétaire de la direction du Budget 2006. Conseiller technique pour la réforme de l’État et des finances publiques à la présidence de la République 5 juin 2007-11 mars 2009. Directeur de la stratégie chargé d’animer les travaux de rapprochement entre les deux établissements, conseiller du président du groupe, membre du comité de direction générale du groupe Banque fédérale des banques populaires et Caisse nationale des caisses d’épargne depuis 2009.

152Sources : Fichier BRH ; Fichier CV succinct ; Fiche rens. ; Bulletin quotidien, 22 avril 2009 et 10 mars 2009 ; Who’s who, 2011.

RIANT Léon Marie Didier

153Né le 24 septembre 1828 à Paris, décédé le 20 juillet 1903 à Vieure (Allier), fils de Didier Nicolas Riant membre du conseil général de la Seine (s. d.) et de Catherine Amable Louise Miguon.

154École polytechnique 1848, École d’application de l’artillerie et du génie 1850.

155Adjoint à l’Inspection 1er avril 1852, sous-inspecteur 1er juin 1856, démissionnaire 26 mai 1857.

156Commis au secrétariat général du ministère des Finances 1851. Propriétaire agricole à Vieure (s. d.). Député (Union des droites) de l’Allier 1871-1876. Directeur général des Postes 27 mai 1877, emploi supprimé 27 décembre 1877. Vice-président de la Banque de l’Union générale (s. d.).

157Maire de Vieure 1878-1901.

158LH 1877.

159Sources : Renseignements aimablement communiqués par M. André Boudet, maire de Vieure ; AN, LH 2313/12 ; Arch. mun. de Vieure (Allier), état civil ; SAEF, 1C 30750 ; registre de scolarité de l’École polytechnique ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; École polytechnique, livre du centenaire 1794-1894, Paris, Gauthier-Villars et fils, 1894-1897, t. 3, p. 321.

160Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 164 ; ROBERT et COUGNY, Dictionnaire des parlementaires, 1789-1889, t. 5, p. 132 ; ROUGERON (Georges), Les consultations politiques dans le département de l’Allier. Le personnel politique bourbonnais 1789-1963, Moulins, impr. A. Pottier et Cie, 1964, p. 143 ; BOUVIER (Jean), Le krach de l’Union générale, 1878-1885, Paris, PUF, 1960, 308 p.

RIBÉROLLES (de) Ernest Alexandre

161Né le 16 mai 1821 à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), décédé le 14 mars 1870 (ou le 14 décembre 1870 ou 14 mars 1871), fils de Barthélemy Jean de Ribérolles auditeur au Conseil d’État 1810, receveur général du Puy-de-Dôme 1812-1833, conseiller référendaire de 2classe à la Cour des comptes 1818 (N), député (minorité libérale) du Puy-de-Dôme 1827-1830, conseiller maître 1827 (C) et de Marie Thérèse Charlotte Regardin.

162[Liens de parenté] Petit-fils d’André Julien Regardin conseiller référendaire de 2classe à la Cour des comptes.

163Adjoint à l’Inspection 1er juillet 1847, sous-inspecteur 1er janvier 1852, inspecteur de 3classe 1er mai 1855.

164Commis à la Comptabilité générale (s. d.). Conseiller référendaire de 2classe à la Cour des comptes 1858. Mort en fonctions.

165Sources : SAEF, 1C 30749 ; IGF, 1931.

166Bibliographie : TODISCO (Umberto), Le personnel de la Cour des comptes 1807-1830, Genève, Droz, 1969, p. 194-195 ; PINAUD (Pierre-François), Les receveurs généraux des Finances 1795-1865, dictionnaire biographique des 500 fonctionnaires banquiers, Paris, Éd. du Trésor, 2005, p. 295 ; Dictionnaire biographique des magistrats de la Cour des comptes 1807-2007, Paris, La Documentation française, 2007, p. 421.

RIBIÈRE Jacques Marcel Victor Denis

167Né le 18 septembre 1923 à Saint-Martin-de-Ré (Charente-Maritime), décédé le 16 décembre 1995, fils de Fernand Ribière receveur des Contributions indirectes (N), agent immobilier (C) et de Jenny Decocq.

168Licencié en droit, Éna (promotion Croix de Lorraine) 1948.

169Engagé volontaire le 9 janvier 1945, campagne contre l’Allemage jusqu’au 8 mai 1945, blessé le 23 avril 1945, démobilisé le 19 novembre 1945.

170Adjoint à l’Inspection 16 décembre 1948, inspecteur de 3classe 1er janvier 1950, 2classe 1er mai 1952, 1re classe 1er mai 1956, inspecteur général des Finances 1er mai 1974, admis à la retraite par limite d’âge 19 septembre 1988.

171Contrôleur stagiaire 7 novembre 1942-31 décembre 1944, puis titulaire 1er au 9 janvier 1945 des Contributions indirectes dans la Vienne et en Charente-Maritime. Rapporteur du Comité de révision douanière 1950. Chef adjoint (organisation des secours et de travaux pour les réfugiés de guerre en Palestine) de la section économique de l’Unwra à Beyrouth 1952-1954. Chargé de mission 1954, sous-directeur à la DGI 1958. Contrôleur général 1958-1960, directeur financier 1962, directeur général adjoint 1965, président-directeur général de la Compagnie générale transatlantique, devenue Compagnie générale maritime en 1977 après la fusion avec la Compagnie des messageries maritimes, 1974-1977. Président du Comité des conseillers du commerce extérieur à la Commission Amérique du Nord 1972. Président du conseil d’administration de l’Institut d’économie des transports maritimes 1972. Président-directeur général 1977-1978, vice-président-directeur général de la Compagnie générale maritime 1978-1988. Président de la Société nationale maritime Corse-Méditerranée 1979-1988.

172Membre de l’Académie de marine (section Marine marchande) en 1988.

173LH 1967, O. 1980. ONM O. 1971, C. 1989.

174Sources : SAEF, PH 257/01 0003 ; Fichier BRH ; Dossier promo. IGF ; Annuaire(s) de l’IGF ; Livre d’or ; Who’s who, 1959, 1963 et 1967.

175Autres sources : « Croix de Lorraine », Cahier pour une histoire de l’Éna, n° à paraître (souvenirs, documents et témoignages d’anciens de cette promotion).

RICHARD Henri François

176Né le 5 février 1896 à Remiremont (Vosges), décédé le 29 avril 1958 à Paris (6e), fils d’Alfred Joseph Hubert Richard notaire à Remiremont (Vosges) (N et C) et de Pauline Henriette Laurent.

177Licencié en droit.

178Engagé volontaire du 19 novembre 1914 au 1er août 1919 (blessé en avril 1917).

179Adjoint à l’Inspection 21 juin 1921, inspecteur de 4e classe 1er février 1924, 3classe 1er février 1925, 2classe 1er mai 1927, 1re classe 1er juillet 1930, inspecteur général des Finances 1er décembre 1941, admis à la retraite 1er janvier 1957.

180Contrôleur financier des compagnies de navigation aérienne 1928-1933. Chef du cabinet de Jacques-Louis Dumesnil ministre de l’Air 28 janvier 1931-20 février 1932 (fin du ministère Dumesnil). Rapporteur du Comité de réorganisation administrative du ministère des Travaux publics 1938. Chargé de mission à la direction du Mouvement général fonds affecté au secrétariat général du ministère des Finances 10 novembre 1939. Chargé de mission à la direction des Finances extérieures et des Changes en 1941. Directeur 15 avril 1942, puis directeur général de l’Office des changes 1er janvier 1944-20 avril 1945. Sous-gouverneur du Crédit foncier de France 21 avril 1945-1956.

181LH 1918 (à titre militaire), O. 1932, C. 1951. Croix de guerre 1914-1918.

182Sources : AN, LH 19800035/736/83568 ; SAEF, 1C 34847 ; Fichier BRH ; Reg. cand. adjoint ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; Who’s who, 1953.

183Bibliographie : Crédit foncier de France, 1852-1952, (Montrouge), (Draeger), 1952, n. p.

RICHARD Jean Prosper Amédée

184Né le 13 août 1898 à Lorient (Morbihan), décédé le 10 septembre 1985 à Versailles (Yvelines), fils de Prosper Alfred Richard enseigne de vaisseau (N), décédé (C) et de Henriette Marie Amiorthe d’Etroyat.

185École polytechnique 1916-1917 et 1919, École d’application du génie 1919.

186Engagé volontaire du 1er juillet 1917 au 14 mars 1919. Lieutenant du génie de septembre 1919 à mars 1925. Mobilisé du 2 septembre au 14 novembre 1939.

187Adjoint à l’Inspection 6 mai 1926, inspecteur de 4e classe 1er avril 1928, 3classe 1er août 1928, 2classe 1er juillet 1930, 1re classe 1er septembre 1935, inspecteur général des Finances 1er janvier 1955, admis à la retraite 1er décembre 1967.

188Rapporteur de la Commission centrale et des commissions spéciales de la taxation à la production 1932. Rapporteur de la Commission interministérielle chargée de l’étude du rajustement des indemnités représentatives de frais allouées aux fonctionnaires et agents de l’État 1938. Commissaire du Gouvernement à la Commission relative à l’extension du monopole des tabacs en Alsace-Lorraine 1939. Contrôleur financier des sociétés nationales de constructions aéronautiques du Midi, du Nord et du Sud-Ouest 11 décembre 1939-1953. Liquidateur du Comptoir Lyon-Alemand 24 novembre 1940-1967. Contrôleur financier hors classe 1er mai 1941. Sous-directeur à la direction des Relations économiques extérieures 1er février 1945-1948. Contrôleur d’État 1946. Contrôleur financier des Mines domaniales des potasses d’Alsace 1954-1963. Contrôleur financier de la Caisse nationale des marchés de l’État 1946-1963. Commissaire du Gouvernement auprès de la Compagnie française d’assurance pour le commerce extérieur 1947.

189Conseiller municipal à Versailles 1938-1944.

190LH 1932, O. 1947. Croix de guerre 1914-1918.

191Sources : SAEF, 1C 34847 ; Fichier BRH ; Reg. cand. adjoint ; Annuaire(s) de l’IGF ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; réponse écrite au questionnaire de Nathalie Carré de Malberg, 1981.

RICHARD Stéphane

192Né le 24 août 1961 à Bordeaux (Gironde), fils d’Albert Jean Richard ingénieur des Mines (s. d.) et de Gisèle Gérard.

193École des HEC, Éna (promotion Fernand Braudel) 1987.

194Adjoint à l’Inspection 1er juin 1987, inspecteur de 3classe 1er décembre 1988, 2classe 1er juin 1991, démissionnaire 6 avril 1998.

195Conseiller technique au cabinet de Dominique Strauss-Kahn ministre délégué à l’Industrie et au Commerce extérieur 24 septembre 1991-1er avril 1992. Chargé de mission à la direction financière de la Compagnie générale des eaux (CGE) 1992-1993. Directeur général adjoint 1993-1994, directeur général de la Compagnie immobilière Phénix 1994-1996, vice-président de la Compagnie générale d’immobilier et de services (CGIS, pôle immobilier de la CGE, anciennement Compagnie immobilière Phénix) 1996-1997. Directeur adjoint de la CGE, devenue Vivendi, 1997-2000. Président-directeur général de la CGIS, devenue Nexity, 1997-2000, président du directoire 2000-2003, président du conseil de surveillance de Nexity 2003. Directeur de la division transport 2003-2007, directeur général adjoint et membre du directoire de Vivendi environnement devenu Véolia environnement 2003-2007. Directeur général de la Connex (Véolia environnement) 2003-2007. Directeur du cabinet de Jean-Louis Borloo ministre de l’Économie, des Finances et de l’Emploi 25 mai 2007-18 juin 2007. Directeur du cabinet de Christine Lagarde ministre de l’Économie, des Finances et de l’Emploi 26 juin 2007-24 juin 2009. Directeur général adjoint 2009-2010, président-directeur général de France Télécom depuis 2010.

196LH 2006. ONM 2003.

197Sources : Fichier BRH ; Fichier CV succinct ; Dossier promo. IGF ; Bulletin quotidien, 6 octobre 2009.

RICHARD de LATOUR Jean Raymond Paul Fernand

198Né le 28 juillet 1981 à Paris (12e), fils de Charles Richard de la Tour et d’Annick Levionnois.

199Diplômé de l’IEP de Paris, Éna (promotion Aristide Briand) 2008.

200Inspecteur des Finances de 2classe 1er avril 2008.

201Sources : Fichier BRH ; Fiche rens.

RICHELLE Louis Guillaume

202Né à une date inconnue, décédé le 10 juin 1810 à Paris (5e arr. ancien).

203Inspecteur général du Trésor 10 septembre 1801, admis à la retraite 16 août 1809.

204Contrôleur à l’armée de l’Ouest. Inspecteur de la Trésorerie 1796. Vérificateur général du Trésor 1800. Payeur général de l’armée de Brest an X ou XII-an XIV. En mission en Italie en 1806, sans doute en Russie en 1807.

205LH 1804.

206Sources : AN, LH 2325/1 et inventaire après décès et dépôt du testament du 23 août 1810, ET/XLI/803 ; Livre d’or ; IGF, 1931.

207Bibliographie : FRÉMONT, Les payeurs d’armées : historique du service de la trésorerie et des postes aux armées. I. (1293-1870), Paris, Plon-Nourrit, 1906, p. 152.

RICQUEBOURG Jean François

208Né le 12 avril 1915 à Tananarive (Madagascar), mort pour la France le 9 novembre 1944 près de Lens (Pas-de-Calais) (tué en service dans un accident de voiture avec Aimé Lepercq ministre des Finances), fils de Camille Marie Joseph Ricquebourg administrateur des colonies de 1re classe (N), décédé (C) et de Suzanne Brunet, directrice d’un dispensaire de l’Office public d’hygiène sociale à Paris (C).

209Licencié en droit, diplômé de l’ELSP.

210Mobilisé le 26 août 1939, prisonnier de guerre en mai 1940, évadé d’Allemagne en octobre 1941. Évadé de France vers Alger en avril 1943 via l’Espagne, capitaine dans les Forces françaises libres le 1er juin 1943 au bataillon de choc de Chréa (campagnes d’Italie et de Corse), lieutenant-colonel à la mission militaire de liaison administrative. Quitte l’Angleterre le 13 juillet 1944 pour la France.

211Adjoint à l’Inspection 1er mai 1939, inspecteur de 4e classe 1er février 1942, 3classe 15 mars 1942, 2classe 25 novembre 1943, mort en fonctions.

212Chargé de mission au cabinet d’Yves Bouthillier* ministre secrétaire d’État aux Finances 1er octobre 1941. Chargé de mission au cabinet de Pierre Cathala ministre secrétaire d’État aux Finances d’avril 1942-10 novembre 1942. Attaché à la mission militaire de liaison administrative auprès du cabinet d’Aimé Lepercq ministre des Finances en 1944. Chef du cabinet d’Aimé Lepercq ministre des Finances 11 octobre 1944-9 novembre 1944.

213LH 1943.

214Sources : SAEF, 1C 34847 ; Reg. cand. adjoint ; Livre d’or ; LIBERSART (Georges), « Éloge funèbre de Jean Ricquebourg », La Gazette de l’Inspection, n° 15, décembre 1944, p. 11-20 ; FOUCHIER (Jacques de), Le goût de l’improbable, Paris, Fayard, 1984, p. 127-129 et 155-157.

RIELLE Étienne Philippe

215Né le 20 mai 1775 à Rouen (Seine-Maritime), décédé le 8 avril 1847 à Paris, fils d’Étienne François Rielle huissier au parlement de Rouen (s. d.) et de Marie Magdeleine Aubert.

216Inspecteur général du Trésor 1er septembre 1806, réintégré en qualité d’inspecteur général des Finances 1814.

217Chef de la comptabilité aux bureaux du payeur de la Seine-Maritime 1796. Payeur à l’armée de réserve, puis trésorier des contributions françaises en Italie 1800-1801. Premier commis de l’intendance du Trésor dans les départements au-delà des Alpes 1802, en Toscane 1806. En mission en Italie 1808-1813. Premier commis à la direction du Mouvement général des fonds 1822. Directeur du Mouvement général des fonds 1823-1842. Conseiller maître à la Cour des comptes 1842-1846.

218LH 1820, O. 1825, C. 1837.

219Sources : AN, LH 2327/67 ; SAEF, 1C 30747 ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; AUDIFFRET (Charles-Louis-Gaston, marquis d’), Souvenirs de ma famille et de ma carrière dédiés à mes enfants 1787-1878, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2002, 650 p.

220Bibliographie : STALINS (Jean-Luc), Ordre impérial de la Réunion, Paris, Bloud et Gay, 1958, p. 151 ; Dictionnaire biographique des magistrats de la Cour des comptes 1807-2007, Paris, La Documentation française, 2007, p. 423.

RIOUST de LARGENTAYE Jean Marie René Olivier

221Né le 15 novembre 1902 à Plédran (Côtes-d’Armor), décédé le 26 février 1970, fils de Jacques Rioust de Largentaye propriétaire (s. d.) et de Marguerite de Langles.

222École polytechnique 1921, licencié en droit.

223Mobilisé le 23 août 1939 (affecté spécial à l’administration du ministère de l’Armement en tant que chef adjoint de la mission d’achats en Espagne 12 décembre 1939-17 avril 1940).

224Adjoint à l’Inspection 15 mai 1931, inspecteur de 4e classe 1er mars 1933, 3classe 1er janvier 1935, 2classe 1er janvier 1938, 1re classe 6 décembre 1941, inspecteur général des Finances 1er novembre 1959, mort en fonctions.

225Ingénieur à la société L’Air liquide 1925-1930. Chargé de mission au cabinet de Marcel Régnier ministre des Finances d’août 1935 à mai 1936. Chargé de mission à la direction du Mouvement général des fonds 1936-1939. Attaché financier temporaire en Espagne et au Portugal 17 avril 1940. Contrôleur financier et attaché financier en Espagne et au Portugal 1er janvier 1941-27 avril 1943. Quitte Lisbonne le 2 mai 1943 pour Alger. Chef de service au commissariat aux Finances du Comité français de la libération nationale (CFLN) d’Alger en mai 1943-juin 1944. Délégué à la conférence monétaire de Bretton Woods en juin-juillet 1944. Habilité pour diriger les services du commissariat aux Finances du CFLN (chargé de l’échelon d’Alger) du 26 août 1944 à décembre 1944. Administrateur suppléant puis titulaire du Fonds monétaire international 1946-1964. Membre du Conseil économique et social 1964-(s. d.).

226LH 1948, O. 1955, C. 1964.

227Œuvres

  • É. Roche, A. Chalandon, J. Rueff, J. Rioust de Largentaye, La réforme du système monétaire international, Paris, Éditions France-Empire, s. d., 191 p.

  • F. Perroux, G. Destanne de Bernis, J. Rioust de Largentaye, Niveaux de développement et politiques de croissance. I. Introduction à leur étude, Paris, ISEA, 1955, 53 p. (coll. Science économique appliquée, Cahiers, série F).

  • M. de Boissieu, J. de Largentaye, R. Aglion, A. Murat, V. Labouret, A. Armengaud, L’organisation économique internationale, Paris, Librairie sociale et économique, 1948.

  • J. M. Keynes, Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie, trad. de l’anglais par Jean de Largentaye, Paris, Payot, 1942, 407 p. (rééd. : 1959, 1969, 1985, 1990 et 1996).

228Sources : SAEF, Crital PH 169/93 0004 et 1C 6006 ; réponse dactylographiée d’Hélène de Largentaye (Schrameck), sa fille, au questionnaire de Nathalie Carré de Malberg, 1991 ; IHTP, Comité d’histoire de la seconde guerre mondiale, témoignage de Cusin, 1977 ; registre de scolarité de l’École polytechnique ; Fichier BRH ; Reg. cand. adjoint ; Livre d’or ; Who’s who, 1955, 1957, 1959 et 1965.

229Bibliographie : Carré de Malberg, GEMF, BELOT (Robert), Aux frontières de la liberté, Paris, Fayard, 1998, 793 p.

RIPERT Joseph Julien Louis

230Né le 10 mai 1904 à Paris (7e), décédé à une date inconnue, fils d’André Marie Joseph Ripert auditeur de 1re classe au Conseil d’État (N), conseiller d’État (C), président de section en août 1940 et membre du Conseil de justice politique en septembre 1941 chargé de conseiller le chef de l’État français avant l’ouverture du procès de Riom, retraité en juillet 1942 et de Marthe Marie Geneviève Hémon.

231[Liens de parenté] Frère de François Ripert, auditeur 1924 puis maître des requêtes 1936 au Conseil d’État, préfet d’Ille-et-Vilaine 1940-1942, suspendu de ses fonctions et révoqué sans pension en 1944.

232Licencié en droit, diplômé de l’ELSP.

233Adjoint à l’Inspection 26 avril 1927, inspecteur de 4e classe 1er février 1929, 3classe 1er mars 1929, 2classe 1er juin 1931, 1re classe 1er novembre 1938, révoqué sans pension de ses fonctions de directeur des Assurances et d’inspecteur des Finances 10 décembre 1944, disposition annulée pour vice de procédure par le Conseil d’État le 26 octobre 1956.

234Chargé du portefeuille au cabinet de Louis Germain-Martin ministre des Finances 19 décembre 1930-26 janvier 1931. Chef adjoint du cabinet de François Piétri* ministre du Budget 22 août 1931-20 février 1932. Chef du cabinet d’Alfred Perreau-Pradier sous-secrétaire d’État aux Finances 20 février 1932-2 juin 1932. Membre du cabinet du secrétaire général du ministère des Finances 1932-1933. Chef adjoint du cabinet de Georges Bonnet ministre des Finances 6 novembre 1933-20 janvier 1934. Chef adjoint du cabinet de Georges Bonnet ministre des Finances 29 janvier 1934-7 mai 1934. Sous-directeur à la direction du Budget 1934-1936. Chef du cabinet de Louis Germain-Martin ministre des Finances 30 mars 1935-7 juin 1935. Directeur adjoint à la Caisse de crédit aux départements et aux communes 1936-1937. Chef adjoint du cabinet de Georges Bonnet ministre des Finances 3 juillet 1937-11 août 1937. Sous-directeur à la direction du Mouvement général des fonds 1937. Directeur de la Dette inscrite 1937-3 juillet 1940. Chef du cabinet de Georges Bonnet ministre des Finances 13 décembre 1937-21 janvier 1938, puis ministre d’État chargé de coordonner l’action économique et financière 21 janvier 1938-12 mars 1938. Chef des services administratifs du cabinet de Georges Bonnet ministre des Affaires étrangères 15 avril 1938-13 septembre 1939. Chef du cabinet de Georges Bonnet garde des Sceaux 13 septembre 1939-21 mars 1940. Directeur du Contrôle des administrations financières et des dépenses engagées 3 juillet 1940-3 septembre 1940. Directeur des Impôts 4 septembre 1940-25 juillet 1942. Directeur des Assurances (secrétariat général pour les Affaires économiques) 25 juillet 1942-21 août 1944. Arrêté et détenu à Drancy 21 août 1944. Libéré à une date inconnue (décembre 1944) de Drancy. Suspendu de ses fonctions et remis à la disposition de l’Inspection à compter du 21 août 1944 (arrêté du 4 octobre 1944).

235LH 1937.

236Œuvres

  • F. Ripert et J. Ripert, L’impôt de solidarité nationale, étude pratique de l’ordonnance du 15 août 1945, Paris, Dalloz, 1946, 224 p.

  • Répétitions écrites de droit maritime, rédigées d’après le cours et avec l’autorisation de M. Ripert, Paris, Les Cours de droit, 1941, 582 p.

  • Répétitions écrites de droit commercial complémentaire rédigées d’après le cours et avec l’autorisation de M. Ripert, Paris, Les Cours de droit, 1936, 255 p.

237Sources : SAEF, 1C 34847 et B 69474 et B 69475 (archives du cabinet Ripert) ; Fichier BRH ; Reg. cand. adjoint ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; BLOCH-LAINÉ, 1996.

238Bibliographie : DRAGO (Roland) et al. (dir.), Dictionnaire biographique des membres du Conseil d’État 1799-2002, Paris, Fayard, 2004, p. 590 ; CARRÉ de MALBERG (Nathalie), GEMF ; BARUCH, 1997 ; PUYAUBERT (Jacques), Georges Bonnet 1889-1973 : les combats d’un pacifiste, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007, 371 p.

ROBERT Jean Paul Pierre

239Né le 27 août 1910 à Saint-Tropez (Var), décédé le 6 mai 2002 à Paris (8e), fils de Jean Marie Robert chef comptable de l’agence du Crédit Lyonnais à Casablanca (N), directeur de la même agence (C) et de Hélène Garbit.

240École des HEC, licencié en droit, diplômé de l’ELSP.

241Mobilisé du 4 septembre 1939 (affecté à l’état-major de 55division d’infanterie le 18 novembre 1939) au 9 août 1940 (prisonnier et évadé le même jour 8 août 1940).

242Adjoint à l’Inspection 1er juin 1937, inspecteur de 4e classe 10 septembre 1940, 3classe 1er janvier 1941, 2classe 1er août 1942, 1re classe 10 décembre 1948, inspecteur général des Finances 16 avril 1964, admis à la retraite sur sa demande 1er novembre 1977.

243Rapporteur du Comité budgétaire 29 octobre 1941. Directeur des Finances (p. i.) 1er avril 1943-1er mars 1945, puis directeur des Finances du protectorat français au Maroc 1er mars 1945-1947. Conseiller financier chargé de la direction de la mission financière en Sarre 1947. Conseiller financier auprès du Haut Commissariat français en Sarre 1948-1952. Attaché financier auprès de la mission diplomatique de France en Sarre 1952-1955. Secrétaire général du protectorat français du Maroc 1955. À la disposition du Commissariat général à la productivité 1955-1956. Président de la délégation française aux négociations franco-égyptiennes en Suisse 1957-1958. Président-directeur général du Comptoir de vente en Algérie du gaz d’Hassi-R’Mel 1960-1962. Directeur des Affaires économiques et du Matériel naval au secrétariat général de la Marine marchande 1962-1964. Vice-président de la Commission des transports (préparation du Ve Plan) 1964. Directeur de la Flotte de commerce et de l’Équipement naval au secrétariat général de la Marine marchande 1964-1972. Commissaire aux Transports maritimes au ministère des Transports 1968-1972. Vice-président du Comité de la construction navale rattaché à la Commission de l’industrie et à la Commission des transports (préparation du VIe Plan) 1969. Vice-président du Comité des transports maritimes (préparation du VIe Plan) 1969. Président de la Commission des transports maritimes de la Cnuced à Genève 1970. Président-directeur général et fondateur de la Société française d’études et de réalisations maritimes, portuaires et navales (Sofremer) 1974-1975. Délégué général de la Sofremer 1975-1977. Conseiller du Centre de coopération des transports, du tourisme et des télécommunications 1980-1982.

244LH 1950, O. 1959. ONM C. 1969.

245Œuvres

  • Éléments d’une politique des transports maritimes, Paris, Eyrolles, 1973, XII-272 p.

  • Les tramways parisiens, Montreuil, impr. G. Fuseau, 1959, 247 p. (2e éd. : Neuilly-sur-Seine, L’auteur, 1969, 325 p.).

  • De Nice à Chamonix, les réseaux secondaires des Alpes françaises, Neuilly-sur-Seine, L’auteur, 1961, 102 p.

246Sources : SAEF, PH 169/93 0009 ; Fichier BRH ; Dossier promo. IGF ; Reg. cand. adjoint ; ASGP ; Livre d’or ; Who’s who, 1955-1977 ; Comité pour l’histoire économique et financière de la France, entretien de Jean Robert avec D. de Boisseson, 1989 et documents déposés ; Entretiens avec Roger Goetze, haut fonctionnaire des Finances. I. Rivoli-Alger-Rivoli : 1937-1958, texte établi, présenté et annoté par Nathalie Carré de Malberg, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1997, 420 p.

ROBERT dit MAXIME-ROBERT Maxime Jean Émile Maurice

247(Maxime-Robert dans l’annuaire de l’IGF à compter de 1972).

248Né le 16 avril 1903 à Compiègne (Oise), décédé le 11 janvier 2001, fils de Maurice Robert chef d’escadron de cavalerie en retraite (C) et de Zélie Charlotte Hélène Pelletier de Fouilleuse.

249Docteur en droit, diplômé de l’ELSP.

250Mobilisé du 2 septembre 1939 au 22 juillet 1940.

251Adjoint à l’Inspection 26 avril 1927, inspecteur de 4e classe 1er février 1929, 3classe 1er mars 1929, 2classe 1er décembre 1930, 1re classe 1er novembre 1938, considéré comme démissionnaire 15 août 1947.

252Chargé de mission à la direction du Mouvement général des fonds 1929-1935. Attaché financier à Bruxelles 1929-1935. Sous-directeur à la direction du Mouvement général des fonds 1935-1937. Liquidateur du Comptoir Lyon-Alemand 1937. Secrétaire général de la Banque de l’Indochine 1937-1947. Rapporteur du Comité budgétaire 29 octobre 1941. Directeur 1947, puis directeur général adjoint de la Banque de l’Indochine 1950-1960. Président de la French Bank of Southern Africa 1952. Vice-président de la Banque franco-chinoise pour le commerce et l’industrie (s. d., encore en 1966). Président-directeur général de Cusenier 1957-1976. Directeur général 1960, puis administrateur-directeur général de la Banque de l’Indochine 1965-1966. Vice-président du Crédit foncier et immobilier 1966-(1975 ?). Vice-président des Établissements CDC (Compagnie Dubonnet-Cinzano et Byrrh). Vice-président-directeur général de la Banque de l’Indochine 1966-1975. Président de la Banque française commerciale 1968. Vice-président de la Société alsacienne de participations industrielles 1972-(encore en 1986). Vice-président de Lille-Bonnières et Colombes 1972-(encore en 1986). Président-directeur général 1975, vice-président du conseil de surveillance 1975-1979, puis vice-président du conseil d’administration de la Banque de l’Indochine et de Suez, devenue banque Indosuez, 1979-1982. Vice-président du Crédit foncier international (encore en 1986).

253LH 1936, O. 1949, C. 1970. Croix de guerre 1939-1945.

254Œuvres

  • « Dépréciation de la monnaie et équilibre budgétaire, étude sur les finances allemandes 1922-1923 », Paris, Presses universitaires de France, 1926, 46 p. (th. doctorat, droit, Paris).

255Sources : SAEF, 1C 34848 ; Fichier BRH ; Reg. cand. adjoint ; Annuaire(s) de l’IGF ; ASGP ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; Who’s who, 1959 et 1967.

256Bibliographie : MEULEAU (Marc), Des pionniers en Extrême-Orient. Histoire de la Banque de l’Indochine, 1875-1975, Paris, Fayard, 1990, 646 p. ; BONIN (Hubert), Suez. Du canal à la finance 1858-1987, Paris, Économica, 1987, 673 p. ; BONIN (Hubert), Indosuez. L’autre grande banque d’affaires (1975-1987), Paris, Économica, 1987, 141 p. ; FEIERTAG, 2006. Carré de malberg, (Nathalie) GEMF.

257Autres sources : Comité pour l’histoire économique et financière de la France, entretien de Jean Maxime-Robert avec A. de Castelnau, 1989.

ROCARD Michel Louis Léon

258Né le 23 août 1930 à Courbevoie (Seine), fils d’Yves Rocard docteur en mathématiques, professeur de physique, directeur de laboratoire à l’École normale supérieure (s. d.) et de Renée Favre.

259[Liens de parenté] Frère de Francis Rocard astrophysicien.

260Diplômé du Centre d’études des programmes économiques, diplômé de l’IEP de Paris, Éna (promotion Dix-Huit juin) 1958.

261Adjoint à l’Inspection 1er août 1958, inspecteur de 3classe 1er août 1960, 2classe 7 septembre 1962, 1re classe 1er mai 1974, inspecteur général des Finances 1er novembre 1985, admis à la retraite sur sa demande 1er janvier 1994.

262Secrétaire d’administration stagiaire au ministère de la Santé publique et de la Population 1953-1954. Secrétaire général des étudiants socialistes (SFIO) 1953. Attaché d’administration centrale au ministère de la Santé publique et de la Population 1955-1956. Enquêteur au titre du Comité central d’enquête sur le coût et le rendement des services publics 1961. Chargé de mission au service des Études économiques et financières de la direction du Trésor 1963. Secrétaire général de la Commission des comptes et des budgets économiques de la nation 1965-1966. Conseiller technique à la direction de la Prévision 1966-1967. Secrétaire national du Parti socialiste unifié (PSU) 1967-1973. Député (non inscrit) des Yvelines 1969-1973. Maire de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) 1977-1994. Député (socialiste) des Yvelines 1978-1981 (réélu mais devenu ministre). Conseiller régional d’Île-de-France 1978. Ministre d’État ministre du Plan et de l’Aménagement du territoire du gouvernement de Pierre Mauroy 22 mai 1981-22 mars 1983. Ministre de l’Agriculture des gouvernements de Pierre Mauroy puis de Laurent Fabius 23 mars 1983-4 avril 1985. Député (socialiste) des Yvelines 1986-1988. Conseiller régional d’Île-de-France 1986-1992. Premier ministre 9 mai 1988-15 mai 1991. Premier secrétaire du Parti socialiste 1993-1994. Député (en 1999 Construisons notre Europe, puis en 2004 Et maintenant l’Europe sociale) du Parlement européen 1994-2009. Sénateur (socialiste) des Yvelines 1995-1997. Président de la commission du Développement et de la Coopération du Parlement européen 1997-1999. Président de la commission de l’Emploi et des Affaires sociales du Parlement européen 1999-2002. Président de la commission de la Culture, de la Jeunesse, de l’Éducation, des Médias et des Sports du Parlement européen 2002-2004. Ambassadeur chargé de la négociation internationale pour les pôles Arctique et Antarctique depuis 2009.

263Co-président du Centre international Pierre-Mendès-France depuis 1996.

264ONM G. C. (s. d.).

265Œuvres

  • Juppé, M. Rocard, La politique telle qu’elle meurt de ne pas être, débat conduit par Bernard Guetta, Paris, J.-C. Lattès, 2011, 315 p.

  • Si ça vous amuse : chronique de mes faits et méfaits, Paris, Flammarion, 2010, 300 p.

  • M. Rocard (dir. et al.), Notre Europe, Paris, R. Laffont, 2008, 394 p.

  • Oui à la Turquie, ouvrage écrit avec la collaboration d’Ariane Bonzon, Paris, Hachette littératures, 2008, 157 p.

  • M. Rocard, G.-M. Benamou, Si la gauche savait, Paris, Points, Le Seuil, 2005, 473 p. (éd. aug. : 2007).

  • F. Bolkestein, M. Rocard, Peut-on réformer la France ?, propos recueillis par Bertrand Richard, Paris, Éd. Autrement, 2006, 124 p.

  • Rapport sur les camps de regroupement, et autres textes sur la guerre d’Algérie, éd. critique établie sous la direction de Vincent Duclert et Pierre Encrevé, avec la collab. de Claire Andrieu, Gilles Morin et Sylvie Thénault, Paris, Mille et une nuits, 2003, 322 p.

  • Pour une autre Afrique, Paris, Flammarion, 2001, 137 p.

  • J. Waintraub, M. Rocard, Michel Rocard : entretien avec Judith Waintraub, Paris, Flammarion Histoire, coll. Mémoire vivante, 2001, 279 p. (entretien réalisé pour la chaîne thématique Histoire).

  • Mes idées pour demain, Paris, O. Jacob, 2000, 269 p. (recueil d’articles et d’interventions diverses, 1992-2000).

  • Le français, langue des droits de l’homme, Grigny, Éd. Paroles d’Aube, 1998, 61 p. (allocution du 16 mars 1998).

  • Les moyens d’en sortir, Paris, Éd. du Seuil, 1996, 271 p. (rééd. : 1998).

  • Éthique et démocratie, Genève, Labor et Fides, 1996, 59 p.

  • Archimbaud, F. Damette, M. Rocard, La nation, l’Europe, le monde, Paris, les Éd. de l’Atelier-les Éd. ouvrières, 1995, 112 p.

  • La parole est à Monsieur Michel Rocard, Premier ministre […] Matignon 1988-1991, textes réunis et présentés par Tristan Mage, Paris, T. Mage, 1989-1991.

  • Le cœur à l’ouvrage, Paris, O. Jacob, 1987, 343 p. (rééd. : France Loisirs, 1988 ; Seuil, 1990).

  • Construire le progrès social, Paris, Syros-Alternatives, 1990, 216 p.

  • Michel Rocard vous parle : Palais Bourbon, 1969 à nos jours. I. 1969-1971. II. 1972-1980. III. 1981. V. 1982. V. 1983. VI. 1984-1987, textes réunis et présentés par Tristan Mage, Paris, T. Mage, 1988-1990 (interventions à l’Assemblée nationale 1969-1987).

  • La parole est à monsieur Michel Rocard, Premier ministre : Matignon 1988, textes réunis et présentés par Tristan Mage, Paris, T. Mage, 1989, 2 vol. (réunit les textes des discours de M. Rocard de juin à décembre 1988).

  • Un pays comme le nôtre : textes politiques, 1986-1989, Paris, Éd. du Seuil, 1989, 283 p.

  • Réponses pour demain, Paris, Syros, 1988, 279 p.

  • À l’épreuve des faits : textes politiques, 1979-1985, Paris, Éd. du Seuil, 1986, 219 p.

  • Plan intérimaire : stratégie pour deux ans, 1982-1983, présentation de Michel Rocard, Paris, Flammarion, 1982, XXX-312 p.

  • M. Rocard et al., Qu’est-ce que la social-démocratie ?, Paris, Éd. du Seuil, 1979, 122 p.

  • Parler vrai : textes politiques, précédés d’un entretien avec Jacques Julliard, Paris, Éd. du Seuil, 1979, 169 p.

  • Questions à l’État socialiste, Paris, Stock, 1972, 184 p. (rééd. : Verviers, Marabout, 1976).

  • M. Rocard, J. Gallus, L’inflation au cœur, Paris, Gallimard, 1975, 256 p.

  • Propositions pour sortir de la crise, Paris, Éd. du Cerf, Delta, 1974, 132 p.

  • Jaumont, M. Rocard, D. Lenègre, Le Marché commun contre l’Europe, Paris, Éd. du Seuil, 1973, 190 p.

  • Un député, pour quoi faire ?, Paris, Éditions Syros, 1973, 90 p.

  • M. Rocard et al., Le PSU et l’avenir socialiste de la France. Histoire et sociologie d’un parti, Paris, Éd. du Seuil, 1969, 189 p.

  • Propositions pour un code de l’aménagement urbain, Secrétariat d’État au plan et au développement. Aménagement du territoire, Dakar, 1963, 30 p.

  • Jacques Malterre (pseud.), P. Benoist, Les partis politiques français, Paris, Éditions TC, 1957, 175 p.

  • Tiano, M. Rocard, H. Lesire-Ogrel, Expériences françaises d’action syndicale ouvrière, Paris, les Éditions ouvrières, 1956, 433 p.

266Sources : SAEF, 99739 ; Fichier BRH ; Dossier promo. IGF ; Bulletin quotidien, 15 janvier 2009 et 19 mars 2009 ; Livre d’or ; Who’s who, 2000.

267Bibliographie : YVERT (Benoît) (dir.), Premiers ministres et présidents du Conseil depuis 1815, Paris, Perrin, 2002, p. 672-683.

ROCHARD Joël Éric André

268Né le 22 avril 1942 à Nevers (Nièvre), fils de Paul Christian Rochard inspecteur central des PTT (s. d.) et de Michelle Henriette Jeannine Leloustre.

269École polytechnique 1962, École nationale des ponts et chaussées 1965, master of science in management du Massachusetts Institute of Technology (MIT).

270Nommé dans l’emploi d’inspecteur des Finances de 2classe 1er juin 1976, titularisé inspecteur de 2classe 1er décembre 1977, 1re classe 1er juin 1981, inspecteur général des Finances 1er juillet 1989, admis à la retraite par limite d’âge et maintenu en activité sur sa demande 23 avril 2008.

271Ingénieur des Ponts et Chaussées de 2classe 1966-1976. Ingénieur puis directeur d’études à l’Institut d’aménagement et d’urbanisme de la région parisienne 1967-1970. Chef de groupe d’études et de programmation à la direction départementale de l’équipement de l’Essonne 1970-1973. Ingénieur des Ponts et Chaussées invité à la Sloan School of Management du MIT 1973-1974. Chargé de mission auprès du directeur de l’Aménagement foncier et de l’Urbanisme du ministère de l’Équipement 1974-1976. Chargé de mission auprès de la Caisse nationale de crédit agricole 1980-1981. Sous-directeur des opérations internationales de la Caisse nationale de crédit agricole 1981-1982. Directeur du département des opérations auprès du directeur central chargé de la fonction ressources du Crédit agricole 1982. Directeur général de la Banque Sofinco-La Hénin 1982-1985. Chargé de mission auprès du président aux Assurances générales de France (AGF) 1985-1986. Secrétaire général des AGF 1986. Rapporteur général de la Commission nationale d’évaluation de la parité sociale globale 1987. Président du Groupe interministériel des normes 1993-2000. Président de l’Action sociale par l’habitat 1995-(2008 ?).

272Président du Cercle Bernard Lazare depuis 1998. Membre du comité directeur du Fonds social juif unifié (fédération nationale d’organismes sociaux) 1998-(2008 ?). Membre du board of directors de l’European Council of Jewish Communities (fédération européenne des organismes sociaux de 35 pays) 1999-(2008 ?).

273Maître de conférences 1968, puis professeur d’aménagement urbain et régional à l’École nationale des ponts et chaussées 1974-1976. Maître de conférences à l’École polytechnique 1979-1986. Professeur associé au Conservatoire national des arts et métiers 1989-2007. Auditeur à la 43session de l’IHEDN 1991-1992.

274LH 1995. ONM G. C. 1988.

275Sources : Fichier BRH ; Fichier compétences ; Fichier CV succinct ; Dossier promo. IGF ; Dossier gestion ; ASGP ; Grande Chancellerie de la Légion d’honneur.

ROCHE Jean-Marie Maurice Pierre

276Né le 18 juin 1930 à Strasbourg (Bas-Rhin), décédé le 27 mars 1985, fils de Pierre Roche directeur de la fabrique de produits alimentaires Olida (C) et d’Andrée Charles.

277Licencié en droit, diplômé de l’IEP de Paris, Éna (promotion Dix-Huit juin) 1958.

278Adjoint à l’Inspection 1er août 1958, inspecteur de 3classe 1er août 1960, 2classe 20 septembre 1962, 1re classe 1er juin 1969, inspecteur général des Finances 1er décembre 1980, mort (accidentelle) en fonctions.

279Auxiliaire de bureau à la préfecture du Bas-Rhin 1951-1952. Attaché stagiaire à la préfecture du Nord 1954. Conseiller technique au cabinet d’Edgar Pisani ministre de l’Agriculture 15 novembre 1961-1962. Chargé de mission au Commissariat général du Plan 1962-1963. Chargé de mission à la direction générale des Prix et des Enquêtes économiques du ministère des Affaires économiques, devenue en 1965 direction générale du Commerce intérieur et des Prix, 1964-1966. Sous-directeur à la direction générale du Commerce intérieur et des Prix 1966-1973. Chargé de mission au cabinet de Jacques Duhamel ministre de l’Agriculture 24 juin 1969, puis ministre des Affaires culturelles 14 janvier 1971. Directeur général de la Société financière de radiodiffusion 1973-1979. Chargé de mission au cabinet de Jacques Duhamel ministre des Affaires culturelles 7 juillet 1972. Vice-président 1976, puis président du conseil d’administration Musée de la marine 1977-(1985 ?). Délégué général de l’Association nationale des sociétés de développement régional 1979-1985.

280Enseigne à l’Éna 1967.

281LH 1976. ONM 1969, O. 1979.

282Œuvres

  • Pensées capitales, Naillat, l’auteur, (1958), 8 p.

  • J. Poly, J. Roche, Précis d’économie politique, Paris, Dunod, 1957, IV-216 p. (cours de 1re économique, collèges techniques, cours commerciaux).

283Sources : SAEF, PH 22/96 0006 ; Fichier BRH ; Dossier promo. IGF ; Annuaire(s) de l’IGF ; Livre d’or ; Who’s who, 1965 et 1969.

ROEDERER Jean Eugène Marie

284Né le 14 juin 1851 à Erstein (Bas-Rhin), décédé le 14 janvier 1945 à Paris, fils de Charles Adolphe Roederer propriétaire et juge de paix (N) et d’Antoinette Levrault.

285[Liens de parenté] Beau-père de Jean Vacher-Desvernais*.

286Licencié en droit.

287Adjoint à l’Inspection 1er avril 1879, inspecteur de 4classe 20 décembre 1881, 3classe 24 novembre 1887, considéré comme démissionnaire 1891.

288Surnuméraire aux Contributions directes 1874. Commis 1876. Contrôleur des Contributions directes 1876-1879. Adjoint au chef du service de l’Inspection 16 novembre 1887-8 mai 1890. Sous-chef, puis chef adjoint puis chef (après 1912) de la comptabilité générale et des finances de la Compagnie des chemins de fer de Paris à Orléans 1890-1917.

289Enseignant à l’ELSP 1887.

290LH 1912.

291Œuvres

  • « Des effets de l’absence relativement aux biens que l’absent possédait au jour de sa disparition », Nancy, impr. Berger-Levrault, 1873, 123 p. (th. licence, droit, Nancy).

292Sources : SAEF, 1C 34848 et 1C 5499 ; AN, LH 19800035/0258/34402 ; Livre d’or ; IGF, 1931.

293Bibliographie : CHADEAU, 1986.

ROGER Nicolas

294Né en 1767 ou 1768 à Paris, décédé le 10 janvier 1820 à Cormeilles-en-Vexin (Val-d’Oise), fils de Denis Roger décédé en l’an II et de Madeleine Bargalas.

295[Liens de parenté] Beau-frère de Charles Joseph Augustin de Bully*, parent d’Irénée Jules Bienaymé*.

296Inspecteur général du Trésor 10 septembre 1801.

297Premier commis des Finances en 1789. Employé dans les bureaux de la trésorerie de la commune de Paris à son mariage en l’an II. Vérificateur général du Trésor 1800. Chef, avec le titre de premier commis, du bureau particulier de Martin Gaudin ministre des Finances 1803. Receveur général de l’Aisne 1804-1806 (destitué). Obtient quitus de la Cour des comptes 1814. Administrateur du service des Lits militaires. Adjoint au maire du 2arrondissement ancien de Paris.

298LH 1804.

299Sources : AN, AF/IV/344, AF/IV/1087, AF/IV/1082, F7/6576, contrat de mariage du 27 pluviôse an II, ET/LXXXII/665 ; ADP, état civil, 5Mi1 1193 ; Livre d’or ; IGF, 1931.

300Bibliographie : DUCHÊNE (Albert), Guerre et finances : t. I : Une crise du Trésor sous le Premier Empire, Paris, Les Publications techniques, 1940 ; TULARD (Jean), Cambacérès : lettres inédites à Napoléon 1802-1814, Paris, Klincksieck, 1973, p. 35, 145, 157-158 ; PINAUD (Pierre-François), Les receveurs généraux des Finances 1795-1865, dictionnaire biographique des 500 fonctionnaires banquiers, Paris, Éd. du Trésor, 2005, p. 298 ; « La corruption sous l’Empire l’affaire du premier commis Roger, 1804 », dans Études et documents X, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1998, p. 689-703.

ROGER-MACHART Charles Marie Jacques

301Né le 15 décembre 1902 à Rambouillet (Yvelines), décédé le 2 juillet 1989, fils adoptif (père naturel décédé) de Machart lieutenant-colonel (C) et de Mlle Machart décédée (C).

302[Liens de parenté] Petit-fils d’Alphonse Machart*, neveu de Jean Brière de La Hosseraye*, neveu de Michel Machart*, beau-père de Paul Lemerle*, parent de Paul Leroy-Beaulieu*.

303École des HEC, licencié en droit, diplômé de l’ELSP.

304Mobilisé du 2 septembre 1939 au 15 août 1940 (affecté à l’armée de Syrie).

305Adjoint à l’Inspection 1er avril 1928, inspecteur de 4e classe 1er février 1930, 3classe 1er mars 1930, 2classe 15 juin 1932, inspecteur de 1re classe 1er mars 1939, contraint de démissionner 15 mars 1945, démission annulée par l’arrêté du 15 juin 1960 et réintégré rétroactivement à compter du 15 mars 1945 (mis en service détaché), inspecteur général des Finances 1er janvier 1956, admis à la retraite 1er janvier 1960.

306Chef adjoint du cabinet de Louis Loucheur ministre du Travail 21 février 1930-20 janvier 1931. Chargé de mission au cabinet de Pierre-Étienne Flandin ministre des Finances 28 janvier 1931-10 mai 1932. Chargé de mission au Service de l’Inspection 10 mai 1932-1er décembre 1932. Secrétaire général du Crédit foncier égyptien 1932-1er juin 1941. Préfet des Deux-Sèvres 6 décembre 1941-11 mars 1943. Président de la Commission de vérification des comptes des services municipaux de Marseille en juin 1943. Administrateur-directeur général du Crédit foncier égyptien 15 mars 1945-1957. Président de l’Association pour la participation des employeurs à l’effort de construction 1957-1971. Censeur du Crédit foncier de France 1959-1967. Président du conseil de gérance de la Société immobilière des supermarchés 1961-1973. Président-directeur général de l’Auxiliaire des supermarchés 1964-1973. Président-directeur général de Selectimmo (L’Épargne sélective) 1966-1973. Président-directeur général de la Société nouvelle de participations immobilières et commerciales 1971-1973.

307LH (s. d., après 1942).

308Sources : AN, F/lbI/1113 et AJ/40/541/1 ; SAEF, 1C 34848 ; Fichier BRH ; Dossier promo. IGF ; Reg. cand. adjoint ; ASGP, Livre d’or ; IGF, 1931 ; Who’s who, 1955.

309Bibliographie : BARGETON (René), Dictionnaire biographique des préfets septembre 1870-mai 1982, Paris, Archives nationales, 1994, p. 480 ; Carré de malberg, (Nathalie) GEMF.

310Autres sources : réponse écrite au questionnaire de Nathalie Carré de Malberg, 1981 ; mémoires et papiers inédits d’Émile Minost confiés par la famille à Nathalie Carré de Malberg (dont Sous le signe de la balance, ex. dactylogr., 139 p.).

ROGEZ Jean Henri Charles Zéphirin

311Né le 8 novembre 1917 à Paris (7e), décédé le 5 octobre 2002, fils de Charles Rogez juge au tribunal de la Seine (C) et de Thérèse Gilbert.

312Breveté du Centre des hautes études administratives, licencié en droit.

313Mobilisé du 16 septembre 1939 au 23 septembre 1940, et du 19 mars au 30 juillet 1945.

314Adjoint à l’Inspection 1er mai 1944, inspecteur de 3classe 1er janvier 1947, 2classe 1er avril 1949, 1re classe 1er janvier 1955, inspecteur général des Finances 1er octobre 1969, admis à la retraite sur sa demande 1er janvier 1984.

315Rédacteur stagiaire au ministère des Finances 17 mai 1943-30 avril 1944. Chargé de la mission d’étude qui doit examiner la situation des chemins de fer tunisiens 1948. Chargé de mission auprès du directeur des Relations économiques extérieures 1951. Conseiller technique (à titre officieux) au cabinet d’Antoine Pinay président du Conseil ministre des Finances 8 mars 1952-25 décembre 1952. Conseiller technique au cabinet de Jean Masson secrétaire d’État à la présidence du Conseil 19 juin 1954-3 septembre 1954 (puis p. i. jusqu’au 12 novembre 1954). Chargé de mission au cabinet de Jean Masson ministre des Anciens Combattants et Victimes de guerre 12 novembre 1954-23 février 1955. Conseiller technique au cabinet d’Antoine Pinay ministre des Finances et des Affaires économiques 16 juillet 1958-13 janvier 1960. Rapporteur de la Commission de vérification des comptes des chemins de fer 1969. Chef de la mission de contrôle du Commissariat à l’énergie atomique 1970. Contrôleur financier de la préfecture de Paris et du district de la région parisienne 1976-1980 et de la région Île-de-France et de l’Agence des espaces verts de la région Île-de-France 1977-1980.

316Auditeur au Centre des hautes études administratives 1957.

317LH 1960, O. 1972. ONM 1968. Croix de guerre 1939-1945.

318Sources : Fichier BRH ; Dossier promo. IGF ; Reg. cand. adjoint ; ASGP ; Livre d’or ; Who’s who, 1959 et 1969.

319Autres sources : Comité pour l’histoire économique et financière de la France, entretien de Jean Rogez avec A. de Castelnau, 1990.

ROGIER-DESORMEAUX Augustin François Charles

320Né le 12 septembre 1775 à Blois (Loir-et-Cher), décédé en 1825, fils de Henri Scipion Rogier maître en chirurgie (N) et de Marie Anne Ocilleaux Desormeaux.

321[Liens de parenté] Père de Valérien Charles Adolphe Rogier-Desormeaux*.

322Sous-inspecteur du Trésor de 2classe 29 novembre 1815, inspecteur de 2classe 5 mai 1819, 1re classe 6 décembre 1822, mort en fonctions.

323Employé à la régie des domaines nationaux (déjà en l’an VIII). Courtier de commerce en 1803. Employé au bureau des Obligations (s. d.).

324Sources : AD de Loir-et-Cher, état civil de Blois, 5Mi 18/R44 et 5Mi 18/R68 ; Livre d’or ; IGF, 1931.

ROGIER-DESORMEAUX Valérien Charles Adolphe

325Né le 25 juin 1803 à Blois (Loir-et-Cher), décédé le 9 mars 1851 à Alger (Algérie), fils de Augustin François Charles Rogier-Desormeaux* et d’Élisabeth Eugénie Soumain.

326Sous-inspecteur 1er janvier 1828, inspecteur de 3classe 1er avril 1830, 2classe 1er septembre 1834, démissionnaire 21 janvier 1837.

327Surnuméraire à l’Indemnité des émigrés 1825. Commis de 2classe au bureau de l’Inspection 1827. Commis de 1re classe au Secrétariat général 1837. Sous-chef à la direction des Finances à Alger 1845. Mort en fonctions.

328Sources : AD de Loir-et-Cher, état civil de Blois ; SAEF, 1C 30749 ; Livre d’or ; IGF, 1931.

ROLAND-BILLECART Yves Louis Raoul

329Né le 11 août 1926 à Paris (7e), fils de Charles Roland-Billecart négociant en vins de Champagne à Mareuil-sur-Ay (Marne) (C) et de Renée Gaube.

330Licencié en droit, diplômé de l’IEP de Paris, Éna (promotion Jean Giraudoux) 1952.

331Adjoint à l’Inspection 1er janvier 1953, inspecteur de 3classe 1er janvier 1956, 2classe 16 janvier 1958, 1re classe 1er octobre 1962, admis à la retraite par limite d’âge 12 août 1992.

332Rapporteur particulier près la Commission de vérification des comptes des entreprises publiques 1955-1967. Conseiller technique auprès du ministre des Finances de Tunisie 1957-1958. Chargé de mission au cabinet de René Brouillet secrétaire général pour les Affaires algériennes 1er septembre 1958-25 janvier 1959. Conseiller technique au cabinet d’Henry Ingrand secrétaire général pour les Affaires algériennes 25 janvier 1959-1er avril 1959. Adjoint à l’administrateur général de la Caisse d’équipement pour le développement de l’Algérie 1959-1962. Conseiller technique au cabinet de Roger Moris secrétaire général pour les Affaires algériennes 1er décembre 1959-15 décembre 1960. Conseiller technique au cabinet de Louis Joxe ministre d’État chargé des Affaires algériennes 15 décembre 1960-15 octobre 1962. Administrateur général de la Caisse d’équipement pour le développement de l’Algérie, rattachée en 1967 à la Caisse centrale de coopération économique, 1962-1968. Conseiller technique au cabinet de Jean de Broglie secrétaire d’État aux Affaires algériennes 6 décembre 1962-8 janvier 1966. Conseiller technique au cabinet de Jean de Broglie secrétaire d’État aux Affaires étrangères 8 janvier 1966-6 avril 1967. Directeur général adjoint 1968 (ou 1969)-1979, puis directeur général de la Caisse centrale de coopération économique 1979-1992. Président du Centre d’études financières, économiques et bancaires 1979. Directeur général de l’Institut d’émission d’outre-mer et de l’Institut d’émission des départements d’outre-mer 1979-1989. Président-directeur général d’Air Afrique 1989-1997.

333LH 1974, O. 1985. ONM 1966, C. 1989.

334Œuvres

  • Les problèmes économiques du Tiers-monde et les conditions de développement, Paris, Fondation nationale des sciences politiques, Service de polycopie, 1974, 1975, 1977, 1981, 1988 (coll. Cours IEP de Paris, 1973-1974, 1974-1975, 1976-1977, 1980-1981, 1987-1988).

335Sources : Fichier BRH ; Dossier promo. IGF ; ASGP ; Livre d’or ; Who’s who, 1959-2000.

336Bibliographie : LEFEUVRE (Daniel), Chère Algérie : comptes et mécomptes de la tutelle coloniale 1930-1962, Saint-Denis, Société française d’outre-mer, 1997, 397 p. (nouv. éd. sous le titre Chère Algérie : la France et sa colonie 1930-1962, Flammarion, 2005, 512 p.).

ROMAND (de) Balthazar Étienne Emmanuel

337(Maintenu de noblesse par lettres patentes du 2 mai 1818, autorisé à ajouter la particule de à son nom).

338Né le 18 juin 1775 à Paris (paroisse Saint-Médard), décédé le 27 octobre 1865 à Vernou (Indre-et-Loire), fils de François de Romand payeur général des armées du roi (s. d.), écuyer contrôleur ambulant des Fermes (N) et d’Anne-Julie Angez de La Voye.

339[Liens de parenté] Beau-père de Claude René Bacot de Romand (1782-1853), préfet 1815-1828, directeur général des Contributions directes 1828, conseiller d’État 1828-1830. Gendre d’un contrôleur général des trésoriers de France.

340Inspecteur général du Trésor 10 mai 1802.

341Commis à la Trésorerie nationale 1792. Agent du Trésor aux armées 1793. Payeur à l’armée de l’Ouest (préposé au payeur général) 1795. Inspecteur de la Trésorerie 1796. Vérificateur général du Trésor 1800. Chef vérificateur du contrôle des recettes 1801. Payeur de la 22division militaire (à Tours) 1804-1815. Payeur général d’Indre-et-Loire 1818-1848.

342LH 1828.

343Sources : AN, LH 2376/56 ; Livre d’or ; IGF, 1931.

344Bibliographie : FRÉMONT, Les payeurs d’armées : historique du service de la trésorerie et des postes aux armées. I. (1293-1870), Paris, Plon-Nourrit, 1906, p. 152 ; DELAVENNE (André), Recueil généalogique de la bourgeoisie ancienne, Paris, SGAF, 1954, t. 1, p. 39 ; RÉVÉREND (A.), La Restauration, t. 6, p. 132-133 ; RICHARD (Michel), Notables protestants du XIXe siècle, Caen, Éd. du Lys, 1996, p. 40 et 256.

ROMEUF (de) Antoine François Victor Amédée

345Né le 12 novembre 1803 à La Voulte-Chillac (Haute-Loire), décédé le 11 août 1875 à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), fils de Claude de Romeuf de La Valette conseiller de préfecture, puis conseiller général de la Haute-Loire (s. d.) et de Flore Thérèse Fauveau.

346Sous-inspecteur 1er mai 1829, inspecteur de 3classe 1er avril 1830, 2classe 1er novembre 1834, descendu de classe, inspecteur de 3classe 20 décembre 1836.

347Commis aux Contributions indirectes 1823. Commis au ministère des Finances 1826. Payeur général de l’Oise 1838. Receveur général de la Lozère 1844, du Cantal 1849, du Puy-de-Dôme 1850. Trésorier-payeur général du Puy-de-Dôme 1866. Admis à la retraite 1872.

348LH 1847, O. 1863.

349Sources : AN, ABXIX/3031 ; SAEF, 1C 5579 ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; Annuaire de la noblesse, 1894, p. 383-384.

350Bibliographie : VILLAIN (Jules), La France moderne, t. I : Haute-Loire, Saint-Étienne, impr. de J. Thomas, 1906 ; PINAUD (Pierre-François), Les receveurs généraux des Finances 1795-1865, dictionnaire biographique des 500 fonctionnaires banquiers, Paris, Éd. du Trésor, 2005 ; PINAUD (Pierre-François), Les trésoriers-payeurs généraux au XIXsiècle 1865-1914, Paris, Éd. de l’Érudit, 1983.

RONZE Bernard Pierre Joseph François Marie

351Né le 2 juin 1927 à Saint-Mandé (Val-de-Marne), décédé le 9 mars 2004 à Paris, fils de Paul Ronze ingénieur aux Établissements Daubron (C) et de Marie Conte Lecuberry.

352[Liens de parenté] Père de Daniel Ronze*.

353Licencié en droit, diplômé de l’IEP de Paris, Éna (promotion Guy Desbos) 1956.

354Adjoint à l’Inspection 1er août 1956, inspecteur de 3classe 1er août 1958, 2classe 1er juillet 1961, 1re classe 1er janvier 1968, inspecteur général des Finances 1er janvier 1979, admis à la retraite par limite d’âge et maintenu en activité sur sa demande 3 juin 1993, cessation de fonctions 3 juin 1996.

355Mis à la disposition du président de la Commission d’études des problèmes de la région parisienne (examen des questions économiques et financières) 1959. Rapporteur près la Commission de vérification des comptes des entreprises publiques 1961-1968. Conseiller technique 1er octobre 1961-1er septembre 1962, puis directeur du cabinet de François Missoffe secrétaire d’État au Commerce intérieur 1er septembre 1962-7 décembre 1962. Directeur du cabinet de François Missoffe ministre des Rapatriés 7 décembre 1962-23 juillet 1964. Rapporteur spécialisé du Comité des prix de revient des fabrications d’armement 1968-1976. Rapporteur de la Commission chargée de l’organisation de la préfecture de Paris (commission Arnaud) 1988. Rapporteur général de la Commission pour l’étude des problèmes posés par la promotion du tourisme (1968 ?). Rapporteur général près la Commission du tourisme (préparation du VIe Plan) 1969. Vice-président du jury du concours interministériel des attachés d’administration 1973. Rapporteur particulier de la Commission de vérification des comptes des entreprises publiques 1974. Rapporteur de la Commission spécialisée des marchés d’électronique et de télécommunications 1974. Président de la section des prix de la Commission centrale des marchés 1980. Président du comité de contrôle et de surveillance de l’Organisation centrale des camps et activités de jeunesse 1981. Président de la Commission spécialisée des marchés d’informatique 1984. Président de la section économique de la Commission centrale des marchés 1993.

356Administrateur et trésorier de la Fondation des orphelins apprentis d’Auteuil. Membre du conseil du Musée social.

357LH 1981, O. 1992. ONM 1966, O. 1976.

358Œuvres

  • « L’Inspection générale des Finances de 1939 à 1945, août 1990 », 62 p. dactylogr.

  • « L’Inspection générale des Finances des origines à 1848 », janvier 1987, 82 p. dactylogr. (2 volumes conservés au service de l’Inspection).

  • Le Christ, nouvelle réalité, Paris, F.-X. de Guibert-L’œil, 1997, 126 p.

  • L’essence du christianisme, Paris, F.-X. de Guibert, 1996, 126 p.

  • La mère du Christ ou La vraie structure de la Révélation, Paris, F.-X. de Guibert, 1996, 187 p.

  • Le dernier repas ou L’avènement du réel, Paris, Centurion, 1991, 164 p.

  • Faire la vérité : l’Évangile et le comportement, Paris, Éditions du Cerf, 1983, 240 p.

  • L’homme de Dieu, Paris, Desclée De Brouwer, 1979, 220 p.

  • L’homme de foi, Paris, Desclée De Brouwer, 1978, 223 p.

  • L’homme de quantité, Paris, Gallimard, 1977, 267 p.

359Sources : Fichier BRH ; Dossier promo. IGF ; Who’s who, 1965-2000.

RONZE Daniel Marie Joseph

360Né le 21 juillet 1965 à Gandia (Espagne), décédé le 25 octobre 1999, fils de Bernard Ronze* et de Marie-Helène Senlecq-Rivet.

361Diplômé de l’IEP de Paris, Éna (promotion Condorcet) 1992.

362Adjoint à l’Inspection 1er février 1992, inspecteur de 3classe 1er août 1993, 2classe 1er février 1996, mort en fonctions.

363Rapporteur général adjoint à la Commission d’études pour la défense et l’enrichissement du patrimoine national et le développement du marché de l’art 1995. Conseiller technique au cabinet d’Alain Lamassoure ministre délégué au Budget, porte-parole du Gouvernement 1er février 1996. Chargé de mission au Secrétariat général du Comité interministériel pour les questions de coopération économique européenne 1996-1999. Adjoint au directeur général de l’Énergie et des Matières premières au secrétariat d’État à l’Industrie 1999.

364Sources : Fichier BRH ; Fichier CV succinct ; Dossier promo. IGF ; ASGP.

ROQUES Pierre Eugène

365Né le 30 mai 1925 à Rabat (Maroc), décédé le 8 août 1994, fils d’Antoine Roques ingénieur topographe (s. d.) et de Marthe Huguet.

366Licencié en droit, diplômé de l’IEP de Paris, Éna (promotion Paul Cambon) 1953.

367Adjoint à l’Inspection 1er octobre 1953, inspecteur de 3classe 1er octobre 1953, 2classe 1er octobre 1955, 1re classe 1er janvier 1960, admis à la retraite différée 1er juin 1972.

368Agent contractuel au ministère du Travail avant octobre 1950. Rapporteur du Conseil supérieur des transports 1954. Rapporteur à titre exceptionnel du Conseil supérieur des transports 1956. Rapporteur du Comité central d’enquête sur le coût et le rendement des services publics 1956. Chargé de mission au cabinet de Jean Filippi* secrétaire d’État au Budget 1er mars 1957. Conseiller technique au cabinet de Félix Gaillard* ministre des Finances, des Affaires économiques et du Plan 13 juin 1957. Conseiller au cabinet de Pierre Pfimlin ministre des Finances, des Affaires économiques et du Plan 7 novembre 1957. Conseiller technique au cabinet de Pierre Guillaumat ministre des Armées 20 juin 1958. Directeur général des Finances de l’Afrique équatoriale française à Brazzaville 1958-1959. Chef de la division Finances administration à la Délégation générale de l’organisation commune des régions sahariennes 1959. Directeur des Affaires économiques et financières au secrétariat d’État aux Relations avec les États de la Communauté (ministère de la Coopération) 1961-1962. Directeur des Affaires économiques et financières du ministère de la Coopération 1962-1965. Président du conseil d’administration de la Banque internationale pour l’Afrique occidentale 1965-1975. Président-directeur général de la Société cotonière franco-tchadienne Cotonfran 1975-1977. Vice-président-directeur général de la Société d’études de travaux immobiliers et de gestion (Setimeg) 1976-1981. Président-directeur général de la Société financière et immobilière franco-africaine 1981-1984 (ou 1985).

369LH 1963.

370Sources : Fichier BRH ; Dossier promo. IGF ; Annuaire(s) de l’IGF ; Livre d’or ; Who’s who, 1959, 1965 et 1967.

371Autres sources : Comité pour l’histoire économique et financière de la France, entretien de Pierre Roques avec A. Le Masson, 1994.

ROSEN (de) Michel André Robert

372Né le 18 février 1951 à Paris (16e), fils de Léon de Rosen industriel, ancien président-directeur général de Massey-Fergusson SA, ancien président de l’Union nationale des industries agricoles (s. d.) et d’Olga Stakhovitch.

373[Liens de parenté]°Frère de Jean de Rosen, administrateur civil, sous-directeur à la direction du Trésor 1985-1988, conseiller financier à Londres 1988-1996.

374École des HEC, Éna (promotion Guernica) 1976.

375Adjoint à l’Inspection 1er juin 1976, inspecteur de 3classe 1er décembre 1977, 2classe 1er juin 1980, 1re classe 1er mars 1987, inspecteur général des Finances 1er novembre 1993, admis à la retraite sur sa demande 16 février 2008.

376Chargé de mission au cabinet de Joël Le Theule ministre de la Défense 13 octobre 1980-30 décembre 1980. Chargé de mission au cabinet de Robert Galley ministre de la Défense 30 décembre 1980-21 mai 1981. Adjoint au directeur général de Rhône-Poulenc-Santé 1982-1983. Directeur général de Pharmuka 1983-1986. Président d’IBF (Rhône-Poulenc) 1986. Directeur du cabinet d’Alain Madelin ministre de l’Industrie, des P. et T. et du Tourisme 24 mars 1986-10 mai 1988. Directeur chargé du secteur stratégie et développement à la direction générale 1988, puis directeur général du secteur fibres puis fibres et polymères du groupe Rhône-Poulenc 1988-1993. Président du Comité international de la rayonne et des fibres synthétiques 1989-1993. Directeur général chargé des opérations mondiales 1993-1995, puis directeur général 1995-1996, puis président-directeur général de Rhône-Poulenc Rorer (Etats-Unis) 1996-1999. Président du secteur Pharma de Rhône-Poulenc 1996-1999. Directeur général des opérations pharmaceutiques de Rhône-Poulenc Rorer 1998-1999. Co-président du comité d’intégration d’Aventis Pharm 1999. Directeur général de la recherche et développement de Rhône-Poulenc Rorer 1999. Président-directeur général de MR Entreprises 2000. Président du conseil d’administration et Chief Executive Officer du Laboratoire ViroPharma Incorporated 2000-2007. Président-directeur général de SGD SA 2008-2009. Directeur général délégué de l’opérateur Eutelsat Communications depuis 2009.

377LH 2002. ONM 1993, O. 2009.

378Œuvres

  • B. Prot, M. de Rosen (dir.), Le retour du capital : les fusions-acquisitions en France et dans le monde, Paris, O. Jacob, 1990, 239 p.

  • Ch. de Croisset, B. Prot, M. de Rosen (dir.), Dénationalisations : les leçons de l’étranger, Paris, Économica, 1986, 209 p.

  • Ch. de Croisset, B. Prot, M. de Rosen (dir.), Réduire l’impôt : les leçons de l’étranger, Paris, Atlas-Économica, 1985, 154 p.

  • Michel Stak (pseud.), Rémy Baudoin (pseud. de Baudouin Prot), S. Vignemont (pseud. de S. Weinberg), Armée, nation : le rendez-vous manqué, Paris, Presses universitaires de France, 1975, 382 p.

379Sources : Fichier BRH ; Fichier CV succinct ; Dossier promo. IGF ; Annuaire(s) de l’IGF ; Bulletin quotidien, 12 juin 2009 ; Who’s who, 2000.

ROUCHER Eugène

380Né le 5 mars 1813 à Lille (Nord), décédé à une date inconnue, fils de Pierre Angélique Roucher garde-magasin de la manufacture impériale de tabac (N) et d’Ursule Thérèse Victoire Boursy.

381Inspecteur des Finances de 3classe 1er avril 1843.

382Surnuméraire puis commis à la direction des Contributions indirectes (s. d.). Directeur des Contributions directes de la Nièvre 1847, de l’Allier 1851, de la Loire 1853, du Tarn 1866.

383Sources : AD du Nord, état civil de Lille ; Livre d’or ; IGF, 1931.

ROUGET Charles Prosper

384Né le 3 novembre 1825 à Lillebonne (Seine-Maritime), décédé le 1er septembre 1901 à Paris, fils de Dominique Joseph Rouget notaire (s. d.) et de Victoire Le François.

385Licencié en droit.

386Adjoint à l’Inspection 1er mai 1850, sous-inspecteur 1er mai 1853, inspecteur de 3classe 1er août 1858, 2classe 1er janvier 1862, 1re classe 1er octobre 1866, inspecteur général des Finances 4 avril 1878, admis à la retraite 1er janvier 1891.

387Surnuméraire à la Comptabilité générale 1847. Commis ordinaire 1849. Chargé de la direction du Contentieux, de l’Inspection générale et de la Statistique 1881-1882.

388LH 1867, O. 1880.

389Œuvres

390Théorie des emprunts remboursables par annuités, questions pratiques, Paris, Gauthier-Villars, 1868, 52 p.

391Sources : AN, LH 2395/5 ; SAEF, 1C 5500 ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; TROLARD, 1998, p. 6, 19, 22, 68, 70 et 85.

ROUGIÉ Gabriel Théophile Noël

392Né le 24 décembre 1927 à Lacave (Lot), décédé le 22 août 1991, fils de Jean Rougié cultivateur (s. d.) et de Joséphine Neuville.

393Licencié en droit, Éna (promotion Albert Thomas) 1955.

394Adjoint à l’Inspection 1er août 1955, inspecteur de 3classe 1er août 1957, 2classe 1er janvier 1961, 1re classe 1er janvier 1968, inspecteur général des Finances 1er octobre 1980, admis à la retraite sur sa demande 1er octobre 1990.

395Inspecteur-élève puis adjoint de l’Enregistrement et des Domaines 1948-1952. Mis à la disposition du ministre de la France d’outre-mer, en mission dans les territoires d’outre-mer 1958. Conseiller technique au cabinet de Bernard Chenot ministre de la Santé publique et de la Population 15 mars 1959. Conseiller technique au cabinet de Bernard Chenot ministre de la Justice 25 août 1961-1er mars 1962. Chargé de mission au cabinet de Valéry Giscard d’Estaing* ministre des Finances et des Affaires économiques 1er mars 1962-1er juillet 1962. Conseiller technique adjoint au directeur du cabinet d’Edgard Pisani ministre de l’Agriculture 7 décembre 1962. Directeur adjoint au directeur général des Études et des Affaires générales du ministère de l’Agriculture 1965. Directeur des Études économiques et du Plan et adjoint au directeur général des Études et des Affaires générales du ministère de l’Agriculture 1967-1968. Président-directeur général de la Compagnie d’aménagement des côteaux de Gascogne 1967-1990. Président de la Commission de l’espace rural (préparation du VIe Plan) 1970. Expert auprès de la Commission de développement économique et régional de Midi-Pyrénées 1972. Conseiller technique au Conseil supérieur du tourisme 1976.

396LH 1975. ONM 1965, O. 1986.

397Sources : Fichier BRH ; Dossier promo. IGF ; Livre d’or ; Who’s who, 1961, 1963, 1965 et 1969.

ROULLEAUX Paul Albert

398Né le 1er février 1829 à Domfront (Orne), décédé à une date inconnue, fils de Henri Hyppolite Roulleaux receveur particulier des Finances (N) et de Clémence Adèle Lentaigne.

399Adjoint à l’Inspection 1er mai 1854, sous-inspecteur 1er août 1858, inspecteur de 3classe 1er mai 1861, démissionnaire en avril 1864.

400Surnuméraire à la direction de la Dette inscrite 1850. Commis de 3classe à la direction du Mouvement général des fonds 1852.

401Sources : AD de l’Orne, état civil de Domfront ; SAEF, 1C 30750 ; Livre d’or ; IGF, 1931.

ROULLET de LA BOUILLERIE Alphonse Sébastien Louis

402Né le 13 octobre 1791 à La Flèche (Sarthe), décédé le 17 janvier 1847 à La Flèche (Sarthe), fils d’Alexandre Pierre Roullet de La Bouillerie officier 1788, maire de La Flèche 1808, sous-préfet de La Flèche 1814-1830 et de Marie(-Louise ?) Victoire Estard de Bascardon.

403[Liens de parenté] Père d’Emmanuel Roullet de La Bouillerie*, beau-frère de Lancelot IV de Quatrebarbes* et oncle de Lancelot V de Quatrebarbes*, parent de Foucauld de Jarzé*, parent de Delahante*. Neveu de Roullet de La Bouillerie sous-secrétaire aux Finances 1816-1818.

404Élève-inspecteur du Trésor 27 février 1812, sous-inspecteur de 2classe 8 mars 1813, sous-inspecteur de 1re classe 26 octobre 1815.

405Trésorier des Domaines extraordinaires 1810. En mission en Allemagne 1813. Intendant du trésor de la Couronne et de la Liste civile 1816-1827. Maître des requêtes (s. o.) au Conseil d’État (comité des Finances) 1822. Trésorier-payeur de la Liste civile de la Couronne et intendant de la Couronne 1827-1830. Membre du conseil de famille des enfants de France, il gère la fortune du duc de Bordeaux et de Mademoiselle. Cofondateur de La Providence, compagnie d’assurances contre l’incendie 1838. Directeur de La Providence, compagnie d’assurances contre l’incendie 1839. Président du Comité des directeurs de compagnies d’assurances 1843.

406Président, à partir de 1840, du Comité central de la propagation de la Foi.

407LH 1823, O. 1828.

408Sources : Renseignements généalogiques aimablement communiqués par M. Hugues Roullet de La Bouillerie ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; Livre de famille La Bouillerie, cinq cents ans de filiations, 1480-1980, Paris, éditions Axium, 1982.

409Bibliographie : RÉVÉREND (A.), La Restauration, t. 6, p. 157-159 ; Dictionnaire des grands notables du Premier Empire, Paris, Éd. du CNRS, 1983, t. 9, p. 140 ; STOSKOPF (Nicolas), Banquiers et financiers parisiens [du Second Empire], Paris, Picard, 2002, p. 221-222 ; DRAGO (Roland) et al. (dir.), Dictionnaire biographique des membres du Conseil d’Etat, 1799-2002, Paris, Fayard, 2004, p. 268 ; ANTONETTI (Guy), Les ministres des Finances de la Révolution française au Second Empire, dictionnaire biographique, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2007, t. II : 1814-1848, p. 118.

410Autres sources : Ses cousins, Charles et François-Alexandre, ont laissé des Souvenirs poétiques de 1830, Paris, Dentu, 1831, 208 p.

ROULLET de LA BOUILLERIE Marie Emmanuel Ferdinand

411Né le 7 janvier 1819 à Paris (11e arr. ancien), décédé le 12 mars 1899 à Paris (7e), fils d’Adolpe Sébastien Louis Roullet de La Bouillerie* et de Marie Félicité de La Porte-Lalaune.

412[Liens de parenté] Gendre et neveu de Lancelot IV de Quatrebarbes*, beau-frère et cousin de Lancelot V de Quatrebarbes*.

413Adjoint à l’Inspection 1er avril 1843, sous-inspecteur 1er avril 1845, inspecteur de 3classe 1er juin 1848, 2classe 1er mars 1852, 1re classe 1er novembre 1858, inspecteur général des Finances 20 mars 1865, admis à la retraite 1er avril 1881.

414Surnuméraire 1839 puis commis à la Comptabilité générale 1840.

415LH 1860, O. 1867.

416Sources : SAEF, 1C 5500 ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; TROLARD, 1998, p. 53-54, 59 et 85.

417Bibliographie : RÉVÉREND (A.), La Restauration, t. 6, p, 157-159 ; ANTONETTI (Guy), Les ministres des Finances de la Révolution française au Second Empire, dictionnaire biographique, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2007, t. II : 1814-1848, p. 118.

ROULLIER Jean-Eudes Pierre René

418Né le 20 février 1931 à Paris (17e), décédé le 9 janvier 2010 à Paris (15e), fils de Jean Roullier directeur de ministère (s. d.) et de Marie Louise Sevestre.

419Licencié en droit, diplômé de l’IEP de Paris, Éna (promotion Dix-Huit juin) 1958.

420Rappelé en Algérie du 3 janvier 1957 au 4 août 1957.

421Adjoint à l’Inspection 1er août 1958, inspecteur de 3classe 1er août 1960, 2classe 1er janvier 1963, 1re classe 1er juin 1969, inspecteur général des Finances 1er décembre 1980, admis à la retraite par limite d’âge et maintenu en activité sur sa demande 21 février 1996, cessation de fonctions 21 février 1999.

422Rapporteur particulier près la Commission de coordination pour la réinstallation des Français d’outre-mer 1962. Chargé de mission auprès du délégué général du district de la région de Paris 1962. Conseiller technique au cabinet de François-Xavier Ortoli* ministre de l’Équipement et du Logement 10 mai 1967. Conseiller technique au cabinet de Robert Galley ministre de l’Équipement et du Logement 1er juin 1968-15 juillet 1968. Conseiller technique au cabinet d’Albin Chalandon* ministre de l’Équipement et du Logement 15 juillet 1968-1er février 1969. En fonctions au Groupe de travail interministériel pour les villes nouvelles de la région parisienne (Agence foncière et technique de la région parisienne) 1966-1970. Secrétaire général du Groupe central pour les villes nouvelles (de la région parisienne) 1970-1978. Directeur de l’Urbanisme et des Paysages au ministère de l’Environnement et du Cadre de vie 1978-1982. Chargé de mission au ministère de l’Urbanisme et du Logement 1982. Président du conseil d’administration du Fonds spécial de grands travaux 1982, délégué à la recherche et à l’innovation au ministère de l’Urbanisme et du Logement 1984-1992. Président de l’Établissement public Autoroutes de France 1987-1996. Chargé d’une mission sur les grandes opérations d’urbanisme au ministère de l’Équipement (et du Logement), des Transports et du Tourisme 1992. Président du Groupe central des villes nouvelles 1993-1999. Président du comité du Programme d’histoire et d’évaluation des villes nouvelles au ministère des Transports, de l’Équipement, du Tourisme et de la Mer 1999-2004.

423Président de la Fondation Royaumont 1982-1991. Secrétaire général de l’Association Paul-Delouvrier 1996-2010. Directeur de la rédaction de la revue Diagonal au ministère de l’Équipement (s. d.).

424LH 1977, O. 1992. ONM 1969, O. 1986, C. 1997.

425Œuvres

  • S. Laurent et J.-E. Roullier (dir.), Paul Delouvrier, un grand commis de l’État, Paris, Sciences Po, les presses, 2005, 139 p. (actes de la journée d’études du 1er décembre 2003, organisée par le Centre d’histoire de Sciences Po et l’Institut Paul Delouvrier).

  • J.-E. Roullier (dir.), Villes nouvelles en France, Paris, Économica, 1989, 360 p.

426Sources : Fichier BRH ; Fichier CV succinct ; Dossier promo. IGF ; Who’s Who 1965-2000.

427Bibliographie : EFFOSSE (Sabine), L’invention du logement aidé en France. L’immobilier au temps des Trente Glorieuses, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2004, 736 p. ; DRUENNE-PRISSETTE (Brigitte), VADELORGE (Loïc) (dir.), « L’Équipement et la décentralisation 1981-1992 », numéro hors série de Pour mémoire, revue du comité d’histoire du ministère de l’Équipement, novembre 2009 ; VADELORGE (Loïc) (dir.), Gouverner les villes nouvelles : le rôle de l’État et des collectivités locales, 1960-2005, Paris, le Manuscrit, 2005, 402 p.

ROUMILHAC Georges Marie

428Né le 3 mai 1897 à Saint-Junien (Haute-Vienne), décédé le 6 février 1964 à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), fils de Martial Roumilhac trésorier-payeur général du Lot (C) et de Marthe Boutinaud.

429Licencié en droit.

430Mobilisé du 6 janvier 1916 au 25 septembre 1919.

431Adjoint à l’Inspection 1er juillet 1922, inspecteur de 4e classe 6 mars 1925, 3classe 6 août 1926, 2classe 1er avril 1928, 1re classe 1er août 1932, considéré comme démissionnaire 1er septembre 1940.

432Rédacteur au ministère des Finances 1919. En mission à La Haye 1928. Chargé de mission à l’Inspection 1928-1930. En mission en Algérie 1929, à Bruxelles 1930. Chef du cabinet d’André François-Poncet sous-secrétaire d’État à l’Économie nationale 2 mars 1930-13 décembre 1930. Chef adjoint du service de l’Inspection 16 mai 1930-1er février 1931. Attaché financier à Rome 1931-1935. Liquidateur de la Banque nationale pour le commerce 1935-1937. Administrateur vice-président de la Compagnie fermière de Vichy, de la Société des eaux d’Évian, de la société Gants Perrin 1937-1964. Président du Syndicat national des établissements thermaux de France (s. d.). Président de la Commission du tourisme du Conseil national du patronat français 1950-1958.

433Enseigne à l’École supérieure d’enseignement financier 1929 et à l’ELSP 1936-1939.

434LH 1931, O. 1949, C. 1957. Croix de guerre 1914-1918.

435Œuvres

  • G. Roumilhac et al., L’économie dirigée, Paris, F. Alcan, 1934, 304 p. (conférences organisées par la Société des anciens élèves de l’ELSP).

436Sources : SAEF, 1C 34848 ; Fichier BRH ; Reg. cand. adjoint ; Annuaire(s) de l’IGF ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; Qui êtes-vous ?, 1924 ; Who’s Who du XXe siècle, p. 1749.

437Bibliographie : BONIN (Hubert), La Banque nationale de crédit. Histoire de la quatrième banque de dépôts française 1913-1932, Paris, Plage, 2002, 238 p.

ROUQUETTE Jean-Louis Marie Jacques

438Né le 5 juin 1957 à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), fils de Christian Rouquette cadre supérieur (s. d.) et de Colette Nard.

439École d’administration des affaires maritimes 1980, licencié en droit, diplôme technique d’enseignement militaire, diplômé de l’IEP de Bordeaux.

440Nommé dans l’emploi d’inspecteur des Finances de 2classe 1er juin 1993, titularisé inspecteur de 2classe 1er décembre 1994, 1re classe 1er juin 1998, inspecteur général des Finances 1er janvier 2005.

441Administrateur des Affaires maritimes de 3classe 1981. Administrateur des Affaires maritimes de 2classe 1982. Officier-élève sur le porte-hélicoptères Jeanne-d’Arc 1982-1983. Enseignant à l’École d’administration des affaires maritimes 1983. Adjoint au directeur régional des Affaires maritimes d’Aquitaine-Poitou-Charentes 1984. Administrateur des Affaires maritimes de 1re classe 1984. Chef du service des pêches maritimes, adjoint au directeur régional des Affaires maritimes de Bretagne 1987. Administrateur principal des Affaires maritimes 1990. Officier instructeur sur le porte-hélicoptères Jeanne-d’Arc 1990-1991. Chef du quartier des Affaires maritimes de Concarneau (Finistère) 1991-1993. Chargé de mission à l’Inspection 1er février 1996-28 février 1997. Chargé de mission 1997, puis adjoint au chef du service de la gestion et de l’épargne de la Commission des opérations de bourse 1997-2000. Chargé de mission 2000, puis chargé des fonctions de sous-directeur des Comptabilités et des Dépenses de l’État à la direction générale de la Comptabilité publique 2000-2003. Adjoint au chef du service de l’Inspection 19 juin 2003-29 octobre 2003. Chef du service des Pensions de l’administration centrale des Finances 2003-2006. Directeur adjoint du secrétaire général du ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie, puis de l’Économie, de l’Industrie et de l’Emploi 2006. Secrétaire général (p. i.) du ministère de l’Économie, de l’Industrie et de l’Emploi et du ministère du Budget, des Comptes publics et de la Fonction publique 24 janvier 2008 à fin mai 2008. Directeur, adjoint au secrétaire général du ministère de l’Économie, de l’Industrie et de l’Emploi et du ministère du Budget, des Comptes publics et de la Fonction publique 2008-2010. Secrétaire général du comité consultatif pour la diversité et l’égalité professionnelle du ministère de l’Économie, de l’Industrie et de l’Emploi 2009. Directeur des ressources humaines, adjoint au secrétaire général du ministère de l’Économie, de l’Industrie et de l’Emploi et du ministère du Budget, des Comptes publics, de la Fonction publique et de la Réforme de l’État depuis 2010. Chef (p. i.) du service de l’Inspection générale des finances 21 décembre 2011-11 mars 2012.

442LH 2007. ONM 1999.

443Sources : Fichier BRH ; Fichier CV succinct ; Dossier gestion ; Bulletin quotidien, 16 février 2009 ; Who’s who, 2011.

ROUSSY (de) Frédéric

444Né le 1er août 1812 à Nivelles (Belgique), décédé le 12 janvier 1885 à Paris, fils de Jérôme Frédéric de Roussy receveur particulier à Nivelles (N) et de Catherine Françoise Gilson.

445Licencié en droit.

446Élève-inspecteur 12 décembre 1836, inspecteur de 3classe 17 juin 1839, 2classe 29 avril 1847, 1re classe 13 décembre 1851, inspecteur général des Finances 16 janvier 1861, admis à la retraite sur sa demande 31 octobre 1882.

447Surnuméraire à la direction de la Dette publique 1834. En mission à Rome 1852. Chargé du bureau de l’Inspection 1er novembre 1858-1er février 1861. Directeur général de la Comptabilité publique 1864-1882. Conseiller d’État (s. e.) 1864. Président du conseil des finances à Tours puis à Bordeaux 1870-1871.

448LH 1854, O. 1863, C. 1867, G. O. 1880.

449Sources : AN, LH 2407/71 ; SAEF, 1C 5500 et 1C 30748 ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; AUDIFFRET (Charles-Louis-Gaston, marquis d’), Souvenirs de ma famille et de ma carrière dédiés à mes enfants 1787-1878, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2002, p. 503 et 565.

450Bibliographie : DRAGO (Roland) et al. (dir.), Dictionnaire biographique des membres du Conseil d’État 1799-2002, Paris, Fayard, 2004, p. 596.

ROUSSY de SALES (de) Anne Marie François Paul

451Né le 1er juin 1849 à Meslay (Loir-et-Cher), décédé le 14 décembre 1891, fils de Jean Paul François Roussy de Sales propriétaire (N) et de Marie Anne Charlotte de Laveau.

452Adjoint à l’Inspection 1er mai 1875, inspecteur de 4classe 1877, 3classe 1879, 2classe 1886, mort en fonctions.

453Surnuméraire à la direction générale de la Comptabilité publique 1868. Détaché à la trésorerie de l’armée du Rhin 1870. Commis ordinaire de 2classe 1871-1872. Commis ordinaire de 2classe 1873-1875. Secrétaire général du contrôle anglo-français au Caire 1882-1883. En mission à La Réunion 1885, en Tunisie 1887.

454LH 1888.

455Sources : Renseignements aimablement communiqués par Mme Caroline de Roussy de Sales-von Klitzing ; SAEF, 1C 34848 et 1C 5500 ; Livre d’or ; IGF, 1931.

456Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 165 ; RÉVÉREND (A.), La Restauration, t. 6, p. 164-165.

ROUVILLOIS Philippe Marie André

457Né le 29 janvier 1935 à Saumur (Maine-et-Loire), fils de Jean Rouvillois général (s. d.) et de Suzanne Hulot.

458Licencié en droit, diplômé de l’IEP de Paris, Éna (promotion Vauban) 1959.

459Adjoint à l’Inspection 1er août 1959, inspecteur de 3classe 1er août 1961, 2classe 1er décembre 1963, 1re classe 1er juin 1969, inspecteur général des Finances 1er avril 1981, admis à la retraite par limite d’âge et maintenu en activité 30 janvier 2002, cessation de fonctions 1er octobre 2004.

460Chargé de mission à l’Inspection 1er janvier 1963-31 mars 1964. Chargé de mission à la direction générale des Impôts 1964. Conseiller technique au cabinet de Michel Debré ministre de l’Économie et des Finances 17 janvier 1966-30 mai 1968. Directeur adjoint 1967-1969, chef du service de la Législation et des Relations internationales 1969, chargé des fonctions de directeur général adjoint des Impôts, chef du service de la Législation et des Relations internationales de la direction générale des Impôts 1973-1976. Membre du Comité du financement (préparation du VIIe Plan) 1975. Directeur général des Impôts 1976-1982. Directeur général adjoint 1983-1987, directeur général 1987-1988, président du conseil d’administration de la SNCF 1988. Administrateur général, président du conseil d’administration du Commissariat à l’énergie atomique (CEA) 1989-1999. Membre du Conseil économique et social 1994-1999. Président du CEA-Industrie 1989-1999. Président du conseil d’administration de l’Institut Pasteur 1997-2003.

461Membre du conseil de l’ordre national du Mérite 2006.

462LH 1956, O. 1971, C. 1988. ONM C. 1981, G. O. 1996, G. C. 2001.

463Œuvres

  • Finances publiques : la fiscalité, Paris, Fondation nationale des sciences politiques, Service de polycopie, 1975, 1977, 1980 (coll. Cours IEP de Paris, 1974-1975, 1975-1976, 1980-1981).

464Sources : Fichier BRH ; Who’s who, 1963-2000.

465Bibliographie : TRISTRAM, 2005.

ROUX Anatole Charles Henri

466Né le 27 juillet 1854 à Paris, décédé le 3 octobre 1903 à Paris, fils d’Alexis Anatole Roux propriétaire (s. d.) et de Rose Adélaïde Caroline Gosseli.

467École polytechnique 1875, École d’application de l’artillerie et du génie 1877.

468Adjoint à l’Inspection 1er avril 1881, inspecteur de 4classe 10 avril 1886, 3classe 20 novembre 1891, 2classe 21 mai 1894, 1re classe 23 septembre 1902, mort en fonctions.

469Surnuméraire à la Caisse centrale du ministère des Finances 1878. Commis ordinaire de 2classe 1880.

470Sources : registre de scolarité de l’École polytechnique ; Livre d’or ; IGF, 1931.

ROUX Jacques Albert Georges

471Né le 17 septembre 1837 à Toulouse (Haute-Garonne), décédé le 2 décembre 1906, fils d’Antoine Jules Roux capitaine du génie (N) et de Thérèse Adèle Élizabeth Borès.

472Licencié en droit.

473Adjoint à l’Inspection 1er avril 1863, inspecteur de 4classe 1er octobre 1866, 3classe 1er janvier 1872, 2classe 1er mars 1875, 1re classe 1er janvier 1881, inspecteur général des Finances 1er janvier 1891, admis à la retraite 11 avril 1902.

474Surnuméraire à la Caisse centrale du ministère des Finances 1860. Surnuméraire 1861, puis commis ordinaire de 2classe à la direction du Mouvement général des fonds 1862. En mission pour étudier les conditions de l’emprunt dit Funding-Loan en Grèce 1892-1893.

475LH 1881, O. 1891.

476Sources : AN, LH 2411/38 ; SAEF, 1C 34848 et 1C 30751 ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; TROLARD, 1998, p. 20-21, 24-26, 76, 80 et 82-84.

477Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 165.

ROY Marie Étienne Ernest Louis

478Né le 21 décembre 1820 à Chaumont (Haute-Marne), décédé le 4 février 1908 à Paris (7e), fils d’Alexis Césaire Roy inspecteur de l’Enregistrement, puis conservateur au bureau des Hypothèques à Saint-Denis (s. d.) et de Françoise Sylvie Pélagie Brullot.

479[Liens de parenté] Parent (beau-frère ?) de Joseph Gay*. Père de Jules Étienne Auguste Maurice Roy conseiller référendaire de 1re classe à la Cour des comptes ; gendre de Jules Alexandre Pâris conseiller référendaire à la Cour des comptes.

480Docteur en droit.

481Adjoint à l’Inspection 1er avril 1843, sous-inspecteur 1er avril 1845, 3classe 1er juin 1848, 2classe 1er janvier 1853, 1re classe 1er novembre 1858.

482Surnuméraire à l’Enregistrement 1839. Receveur de l’Enregistrement 1843. Délégué de Michel Goudchaux ministre des Finances aux Ateliers nationaux 1848. Sous-directeur au Secrétariat général 1860. Directeur général de l’Enregistrement et du Timbre 1863-1870. Conseiller d’État (s. o.) hors section 1869. Délégué d’Ernest Picard ministre des Finances à Tours puis à Bordeaux pour former un conseil appelé à délibérer sur les mesures financières (conseil des finances) 1870-1871. Président du Conseil des prises 1870. Reprend ses fonctions de directeur général de l’Enregistrement et du Timbre de février 1871 à 1874. Conseiller d’État (s. e.) 1872-1874. Président de la 3chambre de la Cour des comptes 1874-1893. Chef de la délégation française à la Conférence de révision de la convention du 6 novembre 1885 avec l’Italie (s. d.).

483LH 1858, O. 1861, C. 1867.

484Sources : AN, LH 2417/44 ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; Qui êtes-vous ?, 1908.

485Bibliographie : CREPEY (André), « Notice biographique d’Ernest Roy », dans CREPEY (A.) (dir.), La Cour des comptes, Paris, Éd. du CNRS, 1984, p. 631-634 ; FARE (H.), Un fonctionnaire d’autrefois P.-F. Lafaurie, Paris, Plon, 1883, p. 251 ; DRAGO (Roland) et al. (dir.), Dictionnaire biographique des membres du Conseil d’État 1799-2002, Paris, Fayard, 2004, p. 345 ; Dictionnaire biographique des magistrats de la Cour des comptes 1807-2007, Paris, La Documentation française, 2007, p. 434.

RUBAT Marc Antoine Francis

486Né le 7 décembre 1881 à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), décédé le 14 août 1974 à Lassay-Les-Châteaux (Mayenne), fils de François Rubat capitaine commandant au 9e cuirassiers décédé (C) et de Marie Jeanne Claudia Louisa Chandeleux.

487Licencié en droit.

488Mobilisé en 1914-1919.

489Adjoint à l’Inspection 1er avril 1909, inspecteur de 4e classe 1er mars 1911, 3classe 16 novembre 1912, 2classe 1er novembre 1918, 1re classe 13 janvier 1921, inspecteur général des Finances 10 octobre 1933, mis à la retraite en application de la loi du 17 juillet 1940 et nommé inspecteur général des Finances honoraire 20 janvier 1941 (avec effet au 1er janvier 1941), décision annulée, réintégré rétroactivement du 1er janvier 1941 au 1er avril 1946 et admis à la retraite 1er avril 1946.

490Surnuméraire 1903, puis receveur de 6e classe de l’Enregistrement à Saint-Julien (Jura) 1908. Chargé de mission à la direction du Mouvement général des fonds 1919-1925. Président de la Commission de vérification des comptes des grandes entreprises d’hydraulique agricole (s. d.).

491LH 1923, O. 1934.

492Sources : Renseignements aimablement communiqués par M. Gérard de Montillet et M. Paul de Montillet de Grenaud ; SAEF, 1C 34848 ; Arch. mun. de Lassay-Les-Châteaux ; Fichier BRH ; Dossier promo. IGF ; Dossier épur. ; Reg. cand. adjoint ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; Who’s who, 1953.

493Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 166.

RUBINOWICZ Claude Jean-Pierre

494Né le 21 octobre 1947 à Créteil (Val-de-Marne), fils d’Abraham Rubinowicz artisan tailleur (N) et de Hendla Goldstein.

495École normale supérieure (Ulm) 1967, diplômé de l’Institut des actuaires français, docteur de physique théorique, agrégé de sciences physiques, Éna (promotion Michel de l’Hospital) 1979.

496Nommé dans l’emploi d’inspecteur des Finances de 2classe 1er juin 1985, titularisé inspecteur de 2classe 1er décembre 1986, 1re classe 1er juin 1991, inspecteur général des Finances 1er décembre 2006.

497Chercheur invité à l’université de Princeton (États-Unis) 1971-1972. Senior, conseiller en management chez Arthur Andersen & Co (États-Unis) 1972-1973. Chargé d’études à la direction des études économiques et financières du Crédit Lyonnais 1974-1976. Administrateur civil, adjoint au chef du bureau des marchés obligataires français et étrangers 1979-1980, puis chef du bureau de la gestion des portefeuilles de la Caisse des dépôts et consignations 1980-1983. Conseiller technique au cabinet de Pierre Bérégovoy ministre des Affaires sociales et de la Solidarité nationale 1er juillet 1983-1er juillet 1984. Conseiller technique chargé des questions monétaires et financières et responsable des réformes et innovations des marchés financiers français au cabinet de Pierre Bérégovoy ministre de l’Économie, des Finances et du Budget 1er juillet 1984-1er juin 1985. Chargé de mission en charge des questions économiques, monétaires et financières au cabinet de Pierre Bérégovoy ministre d’État ministre de l’Économie, des Finances et du Budget 18 mai 1988-1er juin 1989. Directeur central en charge de l’ingénierie financière du groupe puis des financements et services aux entreprises au Crédit Lyonnais 1989-1991. Directeur général adjoint, chargé des financements et services aux entreprises puis responsable de la direction centrale des financements et marketing spécialisés au Crédit Lyonnais 1991-1994. Directeur associé de Fixage SA (société d’actuariat conseil) 1994-1997. Fondateur et président-directeur général de Finafix SA (société de conseil) 1997-2004. Fondateur et président-directeur général de Finafix USA Inc. (société de conseil) 2000-2004. Directeur général du service à compétence nationale Agence du patrimoine immatériel de l’État depuis 2007.

498ONM 1991.

499Œuvres

  • Étude de la limite thermodynamique pour des systèmes périodiques en mécanique statistique classique et quantique, 47 p. (th., sciences physiques, université Paris-Diderot-Paris VII, 1971 ; consultable à la BU de Paris VII).

500Sources : Fichier BRH ; Fichier compétences ; Fichier CV succinct ; Dossier gestion ; ASGP.

RUEFF Jacques Léon

501Né le 23 août 1896 à Paris (3e), décédé le 23 avril 1978 à Paris (7e), fils d’Adolphe Rueff docteur en médecine, chef de clinique l’hôpital Sainte-Anne décédé (C) et de Caroline Lévy décédée (C).

502[Liens de parenté] Son épouse, Christiane Vignat, est la filleule du maréchal Pétain

503École polytechnique 1919.

504Mobilisé en 1915-1919.

505Adjoint à l’Inspection 1er septembre 1923, inspecteur de 4e classe 6 mars 1926, 3classe 1er mars 1927, 2classe 1er février 1929, 1re classe 16 janvier 1934, inspecteur général des Finances 1er juillet 1945, admis à la retraite 1er avril 1962.

506Chargé de mission à la direction du Mouvement général des fonds 1925. Chargé de mission au cabinet de Raymond Poincaré président du Conseil et ministre des Finances 1er septembre 1926-28 février 1927. Détaché auprès de la section économique et financière du secrétariat général de la Société des nations (missions en Grèce, en Bulgarie, Portugal) 1927-1930. Attaché financier à Londres 1930-1934. Sous-directeur 1934, directeur adjoint 1935-1936, directeur du Mouvement général des fonds 1936-8 septembre 1939. Commissaire du Gouvernement auprès de la Banque française du commerce extérieur 1937-8 septembre 1939. Conseiller d’État (s. e.) 1937-8 septembre 1939. Second sous-gouverneur de la Banque de France 8 septembre 1939-3 octobre 1940. Démis de ses fonctions en application de la « loi » sur le statut des juifs du 3 octobre 1940, nommé sous-gouverneur honoraire de la Banque de France 22 janvier 1941. À la disposition du secrétariat général pour les Affaires économiques du ministère des Finances 22 janvier 1941. Président de la Délégation économique et financière de la mission militaire pour les affaires allemandes et autrichiennes janvier 1945. Conseiller économique du commandant en chef français en Allemagne 24 juillet 1945. Délégué adjoint à la Commission des réparations 1945. Chef de la délégation française à la conférence de Paris sur les réparations 1945. Délégué de la France à l’Agence interalliée des réparations 1946-1952. Délégué adjoint de la délégation française à la deuxième partie de la première assemblée générale des Nations unies 1946. Délégué à la délégation française à la 5e session du conseil des ministres des Affaires étrangères convoquée à Moscou 1947. Ministre d’État de Monaco 1949-1950. Président de l’Agence interalliée des réparations 1952. Juge 1952, puis président de la seconde chambre de la Cour de justice de la Communauté européenne du charbon et de l’acier 1953-1957. Juge 1958, puis président de la 11e chambre de la Cour de justice des Communautés européennes 1958-1962. Président du Comité institué auprès du ministre des Finances, Antoine Pinay, pour établir un plan de redressement économique et financier 1958. Membre du comité des placements des Nations unies 1959. Vice-président du Comité institué auprès du Premier ministre « chargé d’examiner les situations de fait ou de droit qui constituent d’une manière injustifiée un obstacle à l’expansion de l’économie et de proposer les réformes de nature à mettre fin à ces situations » (comité Rueff-Armand) 1959. Membre du Conseil économique et social (section des finances, du crédit et de la fiscalité) 1962-(1966 ?). Président-directeur général de la Compagnie des réassurances Nord-Atlantique (Corena) 1963-(à son décès ?).

507Professeur à l’Institut de statistique de l’université de Paris 1922. Enseigne à l’ELSP 1930-1940. Élu le 4 décembre 1944, membre de l’Académie des sciences morales et politiques, président pour 1952. Chancelier de l’Institut de France 1964-1978. Élu le 30 avril 1964, membre de l’Académie française. Membre de l’Académie royale des lettres et des arts de Belgique, membre de l’Académia nazionale dei Lincei. Président de l’Association des instituts d’études européennes 1962. Président du Comité des arts économiques à la Société d’encouragement pour l’industrie nationale 1966.

508LH 1931, O. 1936, C. 1939, G. O. 1958, G. C. 1968. Croix de guerre 1914-1918.

509Œuvres

  • Présence de Jacques Rueff, textes choisis et présentés par François Bourricaud et Pascal Salin, Paris, Plon, 1989, 376 p. (bibliographie des œuvres de l’auteur, p. 375-376).

  • Œuvres complètes publiées sur l’initiative du Lehrman Institute de New York, comprend : I. De l’aube au crépuscule : autobiographie de l’auteur. II. L’ordre social. III. Théorie monétaire. IV. Politique économique, Paris, Plon, 1977-1981, 4 vol. 

  • « Témoignage », dans Les directeurs de ministère en France, XIXe-XXe siècles, Genève, Droz, 1976, p. 134-135.

  • La création du monde : comédie-ballet en cinq journées, Paris, Plon, 1974, 139 p.

  • La réforme du système monétaire international : pour un succès immédiat et certain, Paris, Plon, 1973, 59 p.

  • É. Roche, A. Chalandon, J. Rueff, C. Rioust de Largentaye, La réforme du système monétaire international, Paris, Éditions France-Empire, s. d., 191 p.

  • Combats pour l’ordre financier, mémoires et documents pour servir à l’histoire du dernier demi-siècle, Paris, Plon, 1972, 480 p. (contient le texte du Rapport sur la situation financière, 30 septembre 1958).

  • Le péché monétaire de l’Occident, Paris, Plon, 1971, 287 p.

  • Des sciences physiques aux sciences morales, un essai de 1922 reconsidéré en 1969, Paris, Payot, 1969, 192 p.

  • Les dieux et les rois, regards sur le pouvoir créateur, Paris, Hachette, 1967, 319 p.

  • [Mélanges Rueff (Jacques)]. Les fondements philosophiques des systèmes économiques, textes de Jacques Rueff et essais rédigés en son honneur, 23 août 1966, textes et essais rassemblés et publiés sous la direction de Emil M. Claassen, Paris, Payot, 1967, 525 p.

  • Le lancinant problème des balances de paiements, Paris, Payot, 1965, 233 p.

  • L’âge de l’inflation, Paris, Payot, 1963, 151 p.

  • Discours sur le crédit, Paris, Éd. CELSE, 1962, 90 p.

  • Comité d’expansion économique [Rueff-Armand], Rapport sur les obstacles à l’expansion économique : présenté par le Comité instituté par le décret n° 9-1284 du 13 novembre 1959, Paris, Impr. nationale, 1960, 2 vol. 

  • La régulation monétaire et le problème institutionnel de la monnaie, Paris, Librairie du Recueil Sirey, 1953, 64 p.

  • J. Lacour-Gayet, C. Rist, A. Pose, Ed. Giscard d’Estaing, J. Rueff, Monnaie d’hier et de demain, Paris, Spid, 1952, 229 p.

  • Une cause du désordre mondial : l’état actuel du système des paiements internationaux, Paris, Librairie du Recueil Sirey, 1949, 33 p. (extr. de La Revue d’économie politique, 1949, n° 2).

  • Épître aux dirigistes, (Paris), Gallimard, 1949, 125 p. (5e éd.).

  • L’ordre social, Paris, Libraire du Recueil Sirey, 1945, 2 vol. (nouv. rééd.).

  • Il faut choisir : monnaie saine ou État totalitaire, d’après « L’ordre social », Paris, Éditions Sedif, 1947, 171 p.

  • Cours d’économie politique, Paris, Centre de documentation universitaire, 1945 (coll. cours ELSP 1944-1945).

  • J. Rueff et al., Les doctrines monétaires à l’épreuve des faits, Évreux, impr. Hérissey ; Paris, libr. F. Alcan, 1932, 235 p. (conférences organisées par la Société des anciens élèves et élèves de l’ELSP).

  • Économie politique, Paris, Centre de documentation universitaire, 1939-1940 (coll. cours ELSP 1939-1940).

  • J. Rueff et al., La crise du capitalisme, Paris, Édition de la Revue bleue, s. d. [circa 1935], 36 p. (débat à l’Académie des sciences morales et politiques).

  • J. Rueff et al., Les problèmes actuels du crédit, Évreux, impr. Hérissey ; Paris, libr. F. Alcan, 1930, 224 p. (conférences organisées par la Société des anciens élèves et élèves de l’ELSP).

  • H. Strakoch, O. M. W. Sprague, J. Rueff, L. J. A. Trip, F. Mlynarski, Documents sélectionnés soumis à la Délégation de l’or du Comité financier, Genève, Société des nations, 1930, 87 p.

  • Une erreur économique : l’organisation des transferts, Paris, G. Doin, 1928, 24 p.

  • Théorie des phénomènes monétaires. Statique, Paris, Payot, 1927, 368 p.

  • Des sciences physiques aux sciences morales : introduction à l’étude de la morale et de l’économie politique rationnelles, Paris, F. Alcan, 1921, XX-202 p. (coll. Les Questions du temps présent. Études de culture générale).

510Sources : SAEF, 1C 34848 ; AN, AP 579 1 à 217, fonds Jacques Rueff ; Fichier BRH ; Reg. cand. adjoint ; ASGP ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; Who’s Who du XXsiècle, p. 1764 ; RUEFF Jacques, De l’aube au crépuscule, Autobiographie, Paris, Plon, 1977, 443 p. (La bibliothèque de Jacques Rueff a été donnée en 2004 à la bibliothèque universitaire de Paris-Dauphine.)

511Bibliographie : GUINDEY (G.), « Notice sur la vie et les travaux de Jacques Rueff », Publications de l’Institut de France, 1980, n° 7 ; BOURRICAUD (François) et SALINS (Pascal), Présence de Jacques Rueff, Paris, Plon, 1989, 376 p. ; RUEFF (Jacques), « Leçons pour notre temps », Actes du colloque pour la commémoration du centenaire de sa naissance, Paris, 1996 ; Le second siècle de l’Institut de France, 1895-1995, t. 2, Paris, Institut de France, 2001, p. 1264-1265 ; MARGAIRAZ (Michel), L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion, 1932-1952, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1991, 2 vol. , 1460 p. ; FEIERTAG, 2006 ; MOURÉ (Kenneth), La politique du franc Poincaré. Perception de l’économie et contraintes politiques dans la stratégie monétaire de la France 1926-1936, Paris, A. Michel, 1998, 553 p. ; Du franc Poincaré à l’écu, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1993, 809 p. ; CARRÉ de MALBERG (Nathalie), GEMF.

512Autres sources : Archives de la Banque de France, dossiers individuels. RIST (Charles), Une saison gâtée. Journal de guerre, Paris, Balland, 1983, 485 p.

RUNACHER Agnès voir PANNIER-RUNACHER Agnès

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par