Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

Notices biographiques

Pacquier à Puissant du Lédo

Texte intégral

PACQUIER Amédée Pierre

1Né le 25 mars 1804 à Paris, décédé le 19 octobre 1858 à Toulouse (Haute-Garonne), fils d’Antoine Gabriel Pacquier conseiller référendaire de 1re classe (C), conseiller maître à la Cour des comptes et d’Anne Antoinette Madeleine de Joinville.

2Élève-inspecteur 1er août 1832, inspecteur de 3classe 1er septembre 1834, 2classe 1er mars 1840, 1re classe 1er juin 1848, inspecteur général des Finances 1er juin 1856, mort en fonctions.

3Payeur adjoint de l’armée d’Afrique lors de la conquête de l’Algérie 1830.

4LH 1847.

5Sources : Livre d’or ; IGF, 1931.

6Bibliographie : FRÉMONT, Les payeurs d’armées : historique du service de la trésorerie et des postes aux armées. I. (1293-1870), Paris, Plon-Nourrit, 1906, p. 285-303 ; TODISCO (Umberto), Le personnel de la Cour des comptes 1807-1830, Genève, Droz, 1969, p. 177-178.

PAGEZY Olivier Henri

7Né le 7 avril 1968 à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), fils de Pierre Pagezy directeur général adjoint de Schneider (s. d.) et de France-Caroline Houot.

8Licencié en droit, diplômé de l’IEP de Paris, Éna (promotion Léon Gambetta) 1993.

9Adjoint à l’Inspection 1er mars 1993, inspecteur de 3classe 1er septembre 1994, 2classe 1er mars 1997, 1re classe 6 octobre 2006.

10Conseiller aux cabinets de Jacques Barrot ministre du Travail et des Affaires sociales et de Hervé Gaymard secrétaire d’État à la Santé et à la Sécurité sociale 1er mars 1997-2 juin 1997. Chef du bureau Asie de l’Est et Océanie de la sous-direction des Relations bilatérales de la direction des Relations économiques extérieures 1997-1999. Chargé de mission auprès du président de Cegetel et de Vivendi Universal Net 1999-2001. Secrétaire général du groupe Cegetel 2001-2003. Directeur financier 2003-2009, directeur (en parallèle) du pôle gestion et systèmes d’information du Commissariat à l’énergie atomique 2006-2009. Directeur adjoint (2 mars 2009) puis directeur du cabinet de Valérie Pécresse ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche 31 mars 2010-13 juillet 2011. Conseiller spécial au cabinet de Valérie Pécresse ministre du Budget, des Comptes publics et de la Réforme de l’État 13 juillet 2011-2 novembre 2011.

11Sources : Fichier BRH ; Fichier CV succinct ; Dossier promo. IGF ; Bulletin quotidien, 18 février 2009.

PAILLET Georges Louis Marie Joseph

12Né le 14 septembre 1929 à Bourgoin (Isère), fils de Maurice Paillet gérant de la Libraire religieuse (Grenoble) (C) et de Marthe Tallin.

13Licencié en droit, diplômé de l’IEP de Grenoble, Éna (promotion Félix Éboué) 1954.

14Adjoint à l’Inspection 1er octobre 1954, inspecteur de 3classe 1er octobre 1956, 2classe 1er janvier 1960, 1re classe 11 mai 1964, inspecteur général des Finances 1er mars 1980, admis à la retraite par limite d’âge et maintenu en activité sur sa demande 15 septembre 1995, cessation de fonctions 15 septembre 1998.

15Conseiller technique au cabinet de Maurice Herzog haut commissaire à la Jeunesse et aux Sports 27 septembre 1958-31 octobre 1960. Conseiller technique au cabinet de Jean-Marie Berthoin ministre de l’Éducation nationale 27 septembre 1958-9 janvier 1959. Conseiller technique au cabinet d’André Boulloche ministre de l’Éducation nationale (toujours à la disposition de Maurice Herzog) 9 janvier 1959-23 décembre 1959. Chargé de mission à la direction générale des Prix et des Enquêtes économiques 1960. Conseiller technique au cabinet de Louis Joxe ministre de l’Éducation nationale (toujours à la disposition de Maurice Herzog) 16 janvier 1960‑1er novembre 1960. Sous-directeur à la direction générale des Prix et des Enquêtes économiques, devenue en juin 1965 direction générale du Commerce intérieur et des Prix, 1963-1965, puis sous-directeur des Produits agricoles et alimentaires 1965-1968, sous-directeur chef du service de la Législation et de la Concurrence 1968-1969, chef du service du Marché intérieur de la direction générale du Commerce intérieur et des Prix 1970-1974. Directeur général de l’Agence nationale pour l’indemnisation des Français rapatriés de la France d’outre-mer 1974-1978. Chef de la mission de contrôle financier des transports 1979-1986. Chargé du Contrôle des dépenses engagées au ministère de l’Économie, des Finances et de la Privatisation 1986-1998.

16LH 1975, O. 1999. ONM 1965, O. 1979, C. 1990.

17Sources : Fichier BRH ; Fichier CV succinct ; Dossier promo. IGF ; Livre d’or ; Who’s who, 1959-2000.

PALLEZ Gabriel

18Né le 2 mai 1925 à Metz (Moselle), décédé le 29 septembre 1998, fils d’Émile Pallez professeur (s. d.) et de Marguerite Voizard.

19Licencié en droit, diplômé de l’ELSP, Éna (promotion Nations unies) 1949.

20Adjoint à l’Inspection 1er janvier 1950, inspecteur de 3classe 16 janvier 1952, 2classe 16 janvier 1954, 1re classe 16 janvier 1958, inspecteur général des Finances 1er mars 1976, admis à la retraite par limite d’âge 3 mai 1992.

21Rapporteur particulier près la Commission de vérification des comptes des entreprises publiques 1953. Chargé de mission au cabinet de Pierre Pflimlin ministre des Finances et des Affaires économiques 24 février 1955-1er février 1956. Chargé de mission à la direction du Budget 1956. Secrétaire de la Commission chargée de la révision des taxes parafiscales 1956. Secrétaire général adjoint du Comité central d’enquête sur le coût et le rendement des services publics 1957. Conseiller technique au cabinet de Félix Gaillard* ministre des Affaires économiques et du Plan 28 juin 1957-7 novembre 1957. Conseiller technique au cabinet de Pierre Plimlin ministre des Affaires économiques et du Plan 7 novembre 1957-7 février 1958. Directeur adjoint 1958, puis chef de service de l’Office des changes 1958-1959. Chef du service des Autorisations commerciales de la direction des Relations économiques extérieures 1959. Adjoint au directeur général des Collectivités locales au ministère de l’Intérieur 1960-1964. Vice-président du Comité technique de la voirie départementale et communale 1961. Directeur général des Collectivités locales au ministère de l’Intérieur 1964-1969. Vice-président du conseil d’administration de l’Office national des forêts 1966-1969. Président du Comité technique de l’équipement urbain 1968. Directeur général de l’Assistance publique à Paris 1969-1985. Membre de la Commission de l’économie générale et du financement (préparation du VIe Plan) 1969. Président de la Commission des villes (préparation du VIe Plan) 1969. Président du groupement d’intérêt économique Hôpitaux de France 1979-1985. Président-directeur général du Crédit commercial de France (CCF) 1985-1987. Président de la Société financière et mobilière 1985-1989. Président du conseil d’administration de la Banque Odier-Bumgener-Courvoisier 1986. Président du conseil d’administration du Consortium français de participations bancaires (filiale du CCF) 1987-1991. Président du conseil d’administration de Compagnie d’investissements et de valeurs 1987-1988. Président de la société Orlyval 1988-1992. Président du Groupe central des villes nouvelles 1988-1993. Président du Conseil européen des systèmes de paiement 1989-1992. Président-directeur général 1990, puis président du conseil de surveillance de la Banque Chaix 1990-1996.

22Administrateur et trésorier de la Fondation pour la recherche médicale 1988-1991. Président du conseil scientifique du Credes 1986-1991. Maître de conférences à l’Éna 1956-1959. Enseignant à l’IEP de Paris (1959-1974).

23LH 1970, O. 1981, C. 1995. ONM 1964, O. 1975, C. 1985.

24Œuvres

  • L’informatique communale, Paris, La Documentation française, 1980, 140 p.

  • Finances publiques, le budget et la politique budgétaire, Paris, les Cours de droit, 1962, 1964, 1966, 1968, 1970 (coll. Cours IEP de Paris, 1961-1962, 1963-1964, 1965-1966, 1967-1968, 1969-1970).

  • F. Bloch-Lainé, G. Pallez, Finances publiques, Paris, les Cours de droit, 1960, 4 fasc. (coll. Cours IEP de Paris, 1959-1960).

25Bibliographie : VADELORGE (Loïc) (dir.), Gouverner les villes nouvelles : le rôle de l’État et des collectivités locales, 1960-2005, Paris, le Manuscrit, 2005, 402 p.

26Sources : Fichier BRH ; Dossier promo. IGF ; Annuaire(s) de l’IGF ; Bulletin quotidien, 27 avril 1988 ; Livre d’or ; Who’s who, 1959, 1969 et 1998.

PANAFIEU (de) Guy Édouard Louis Marie

27Né le 5 avril 1943 à Paris (17e), fils de René de Panafieu ingénieur des Mines (s. d.) et de Marie-Henriette de Vienne.

28[Liens de parenté] Petit-neveu de Marcotte de Sainte-Marie*. Époux de Françoise Missoffe, ministre du Tourisme 1995, députée RPR de Paris 2002, conseillère de Paris depuis 1989, maire du 17e arr. 2001-2009. Gendre de François Missoffe, ambassadeur, député UNR de la Seine 1958-1961 et 1962-1963, député UDV de Paris 1967-1974, secrétaire d’État au Commerce intérieur 1961-1962, ministre des Rapatriés 1962-1964, ministre de la Jeunesse et des Sports 1966-1968, et de Hélène Missoffe députée UDR de Paris 1974-1978 et députée RPR de Paris 1981-1986, députée RPR du Val d’Oise 1986, sénatrice RPR du Val d’Oise 1986-1995, secrétaire d’État auprès du ministre de la Santé et de la Sécurité sociale 1977-1978.

29Licencié ès lettres (histoire), Licence ès sciences économiques, diplômé de l’IEP de Paris, Éna (promotion Turgot) 1968.

30Adjoint à l’Inspection 1er juin 1968, inspecteur de 3classe 1er décembre 1969, 2classe 1er juin 1972, 1re classe 1er juin 1977, admis à la retraite différée 1er février 1995.

31Chargé de mission stagiaire auprès du conseiller financier à Londres 1972. Chargé de mission au bureau de la Communauté économique européenne 1972-1974, chef du bureau de l’Assurance-crédit et des Négociations financières 1974-1976, chargé de la sous-direction Orientation et Études 1976-1978, sous-directeur de l’Orientation et des Études à la direction des Relations économiques extérieures (DREE) 1978. Conseiller technique au secrétariat général de la présidence de la République 4 août 1978-18 mai 1981. Sous-directeur des Relations bilatérales (Occident) à la DREE 1982-1983. Chargé de mission à la direction financière 1983, puis directeur financier de la Lyonnaise des eaux et de l’éclairage 1983-1984. Président-directeur général de la Banque Hydro-Énergie 1983. Directeur général adjoint 1984-1988, administrateur-directeur général 1988-1993, vice-président-directeur général 1993-1997, membre du directoire, directeur général de la Lyonnaise des eaux, puis de la Lyonnaise des eaux-Dumez, puis de Suez-Lyonnaise des eaux 1997. Président-directeur général du groupe Bull 1997-2001. Senior Adviser de Clinvest 2002. Vice-président du comité consultatif économique et industriel de l’Organisation de coopération et de développement économiques 2003-(s. d.). Senior advisor de Calyon depuis 2004.

32Président de la commission politique 1994-1997, de la commission des affaires internationales 1997-1998, du groupe de propositions et d’actions International 1998-2003 du Conseil national du patronat français (CNPF), devenu en 1998 le Mouvement des entreprises de France (Medef). Représentant du Medef au conseil d’administration du Centre français du commerce extérieur 2000-2003.

33LH 1990, O. 2008. ONM 1985.

34Sources : Fichier BRH ; Dossier promo. IGF ; Annuaire(s) de l’IGF ; ASGP.

PANIÉ Raymond Eugène Désiré

35Né le 29 août 1903 à Vigny (Val-d’Oise), décédé le 4 août 2000, fils de Jules Panié employé de commerce à Paris (N) et de Valentine Taigny.

36[Liens de parenté] Oncle de Michel Euvrard*.

37École polytechnique 1923, École d’application de l’artillerie 1925, licencié en droit.

38Mobilisé du 27 août 1939 au 14 juillet 1940.

39Adjoint à l’Inspection 1er juin 1930, inspecteur de 4e classe 1er février 1932, 3classe 1er décembre 1932, 2classe 15 août 1937, 1re classe 1er mai 1941, inspecteur général des Finances 1er mai 1957, admis à la retraite par limite d’âge 29 août 1974.

40En mission à Tanger au Maroc en 1937. Sous-chef du cabinet 22 janvier 1938-13 mars 1938, puis chef adjoint du cabinet de Paul Marchandeau ministre des Finances 15 avril 1938-1er novembre 1938. Chargé de mission au cabinet de Paul Marchandeau garde des Sceaux 1er novembre 1938-10 février 1939. Contrôleur financier de la section française à l’Exposition internationale de New York 1938. Contrôleur financier de 2classe des offices et établissements publics autonomes de l’État 1939. Rapporteur spécial du Conseil supérieur des transports 1939. Contrôleur des dépenses engagées de 3classe 1939, au ministère de la Guerre (territoires occupés) 5 décembre 1940-1er mai 1941. Rapporteur du Conseil général des transports 12 décembre 1940. Chef du service des Affaires extérieures du secrétariat d’État à la Production industrielle 1er mai 1941-22 février 1944. Chef du Service central des licences d’importation et d’exportation du ministère de l’Économie nationale et des Finances 22 février 1944-1946. Directeur de l’Office des changes 1947-1950. Directeur du cabinet de Roger Duchet secrétaire d’État aux Travaux publics, aux Transports et au Tourisme 1951, puis ministre des PTT 12 octobre 1951-21 janvier 1952. Conseiller technique au cabinet d’Édouard Corniglion-Molinier ministre d’État 28 juin 1953-24 février 1955, puis ministre des Travaux publics, des Transports et du Tourisme 24 février 1955-28 janvier 1956. Rapporteur de la Commission des marchés des chemins de fer 1956, 1958, 1960 et 1962. Président du comité départemental des prêts de la caisse d’épargne de Paris 1957-1961. Président du Comité consultatif des commissaires en douanes 1961 Président du Comité de l’équipement des services financiers du ministère des Finances et des Affaires économiques 1964. Président de la Commission de vérification de la masse des brigades des Douanes 1969-1974. Président de la section des prix de la Commission centrale des marchés 1970-1976.

41Vice-président du conseil d’administration de la Société amicale des anciens élèves de l’École polytechnique 1975-1977.

42LH 1938, O. 1946, C. 1955. ONM C. 1966.

43Œuvres

  • É. Servan-Schreiber, R. Panié, Les licences d’importation et d’exportation, Paris, Les Échos, (1946), 30 p.

44Sources : SAEF, PH 169/93 0007 ; Fichier BRH ; Dossier promo. IGF ; Reg. cand. adjoint ; Livre d’or ; Who’s who, 1955-2000.

PANNIER Marc René Charles

45Né le 28 septembre 1973 à Paris (14e), fils d’Alain Pannier et de Berthe Tournier.

46[Liens de parenté] Époux d’Agnès Pannier-Runacher*.

47École supérieure de commerce de Paris, diplômé de l’IEP de Paris, Éna (promotion Averroès) 2000.

48Adjoint à l’Inspection 1er avril 2000, inspecteur de 3classe 1er octobre 2001, 2classe 6 octobre 2006.

49Chargé de mission à la direction du développement et de la stratégie 2003-2005, directeur adjoint du suivi stratégique des activités de Suez Environnement 2005-2007. Directeur central performance et organisation de Suez 2007-2008. Directeur corporate intégration synergies performance de GDF-Suez depuis 2008.

50Sources : Fichier BRH ; Fichier CV succinct ; Dossier promo. IGF ; Fiche rens. ; Annuaire(s) de l’IGF.

PANNIER-RUNACHER Agnès Charlotte Jeanne

51Née le 19 juin 1974 à Paris (12e), fille de Jean-Michel Runacher ingénieur dirigeant de société (s. d.) et de Renée-Christine Lassave.

52[Liens de parenté] Épouse de Marc Pannier*.

53École des HEC, Centre d’étude des mouvements sociaux 1995, Éna (promotion Averroès) 2000.

54Adjointe à l’Inspection 1er avril 2000, inspectrice de 3classe 1er octobre 2001, 2classe 1er avril 2004, 1re classe 6 octobre 2006.

55Membre du comité de direction et directrice du cabinet de la directrice générale de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris 2003-2006. Chargée de mission auprès du directeur des finances et de la stratégie 2006-2008, puis directrice adjointe des finances et de la stratégie, responsable du département participations et développement de la direction des finances et de la stratégie de la Caisse des dépôts et consignations 2008-2009. Directrice des finances et de la stratégie de portefeuille et membre du comité exécutif du Fonds stratégique d’investissement depuis 2009.

56Enseigne à l’IEP et à l’École nationale de la statistique et de l’administration économique (s. d.).

57Sources : Fichier BRH ; Fichier CV succinct ; Dossier promo. ; Fiche rens. ; Bulletin quotidien, 13 mars 2009 ; Who’s who, 2011.

PANOUILLOT de VESLY Claude Joseph Marcel Bernard

58Né le 6 août 1914 à La Flèche (Sarthe), décédé le 6 janvier 2003 à Moulicent (Oise), fils de Joseph Panouillot de Vesly capitaine d’active, mort pour la France le 18 juillet 1916 à l’hôpital d’évacuation de Cérisy-Gailly (Somme) (C) et de Marthe Devé.

59[Liens de parenté] Cousin par allance d’Aimé Lepercq ministre des Finances, beau-frère d’Octave Simon agent du SOE, chef du réseau Satirist, mort en captivité le 1er août 1944.

60Licencié ès lettres, docteur en droit, diplômé de l’ELSP.

61Mobilisé du 27 août 1939 au 5 août 1940. Membre de l’OCM en 1943-1944. Directeur des Finances du Commissariat de la République à Toulouse d’août à octobre 1944.

62Adjoint à l’Inspection 1er mai 1941, inspecteur de 3classe 1er janvier 1944, 2classe 1er mars 1945, 1re classe 1er février 1952, inspecteur général des Finances 1er juillet 1968, admis à la retraite sur sa demande 1er septembre 1979.

63Directeur adjoint 1946-1951, puis directeur de la Caisse centrale de la France d’outre-mer (CCFOM) 1951-1955. Directeur général de l’Institut d’émission de l’Afrique équatoriale française et du Cameroun 1955-1960. Directeur général de la Banque centrale des États de l’Afrique équatoriale et du Cameroun 1960-1973. Représentant de l’Institut d’émission des départements d’outre-mer à la Commission de contrôle des banques 1973. Directeur général de la Caisse centrale de coopération économique (ex-CCFOM) 1973-1979. Représentant de l’Institut d’émission des Comores à la Commission de contrôle des banques 1975. Président de la Société minière de Tassa N’Taghalgue 1979-1988.

64Enseigne à l’IEP de Paris (s. d.). Membre du conseil de l’ordre national de la Légion d’honneur 1979-1983.

65LH 1957, O. 1966, C. 1974. Croix de guerre 1939-1945.

66Œuvres

  • La France d’outre-mer : politique économique et sociale, Paris, les Cours de droit, 1957, 3 vol. (coll. Cours IEP de Paris, 1956-1957).

  • « Les méthodes d’évaluation budgétaire en France et à l’étranger », Paris, Librairie technique et économique, 1938, 288 p. (th. doctorat, droit, Paris).

67Sources : SAEF, PH 169/93 0010 ; Fichier BRH ; Dossier promo. IGF ; Reg. cand. adjoint ; Livre d’or ; Who’s who, 1957, 1959 et 1967 ; entretien enregistré de Claude Panouillot de Vesly avec Nathalie Carré de Malberg, 1981.

68Bibliographie : LE MASSON (Alix), « La Caisse centrale de la France d’outre-mer et le financement public de la France d’outre-mer de 1944 à 1958 », thèse, histoire, Université de Paris X-Nanterre, 1996, 549 p.

69Autres sources : Comité pour l’histoire économique et financière de la France, entretien de Claude Panouillot de Vesly avec A. Enders, 1989.

PARANQUE Régis Marie François

70Né le 19 avril 1935 à Marseille (Bouches-du-Rhône), fils d’André Marie Paul Paranque courtier (en oléagineux) (N) et de Marie Joséphine Lucie Régis.

71Licencié en droit, diplômé de l’IEP de Paris.

72En Algérie du 27 septembre 1959 au 4 novembre 1960.

73Inspecteur général des Finances 28 février 1990, admis à la retraite par limite d’âge et maintenu en activité sur sa demande 20 avril 2000, cessation de fonctions 20 avril 2003.

74Journaliste rédacteur stagiaire au quotidien Les Échos 1961. Rédacteur au quotidien Les Échos 1964. Sous-chef de service aux informations générales du quotidien Les Échos 1965-1967. Sous-chef du service économique du quotidien La Croix 1967-1968. Rédacteur en chef adjoint du quotidien Les Échos 1968-1972. Rédacteur chargé des problèmes économiques au service économique 1972, puis chef du service économie et affaires de l’hebdomadaire L’Express 1972-1974. Rédacteur en chef adjoint et chef des informations 1974, puis rédacteur en chef délégué de l’hebdomadaire Les Informations 1974-1975. Rédacteur en chef délégué de l’hebdomadaire Le Nouvel Économiste 1975-1978. Membre du Conseil économique et social 1977-1978 et 1980-1981. Grand reporter à l’hebdomadaire Valeurs actuelles 1978. Conseiller technique chargé des questions économiques et sociales au cabinet de Jacques Chaban-Delmas* président de l’Assemblée nationale 1er juin 1978-30 juin 1981. Co-responsable de l’hebdomadaire La Lettre de l’expansion 1981-1982. Chargé de mission pour les problèmes de presse et d’information au cabinet de Pierre Bérégovoy ministre des Affaires sociales et de la Solidarité nationale 1er septembre 1982-17 juillet 1984. Chargé de mission à l’Inspection générale des Affaires sociales 1984-1990. Directeur des cabinets de Gabriel Ventejol puis de Jean Mattéoli présidents du Conseil économique et social 1984-1990. Chargé de mission au cabinet de Pierre Bérégovoy ministre d’État ministre de l’Économie, des Finances et du Budget 1er octobre 1989-1er avril 1992. Chargé de mission au cabinet de Pierre Bérégovoy Premier ministre 7 avril 1992-29 mars 1993. Président de la Commission interministérielle de coordination des contrôles du Fonds européen d’orientation et de garantie agricole 1994-1998. Président du conseil d’administration de l’Agence centrale des organismes d’intervention dans le secteur agricole 1994-1998. Président du Comité consultatif des commissionnaires en douanes 1998. Président du conseil d’administration du parc national de Port-Cros 1999-2005. Chargé de mission au cabinet de Jacques Dermagne président du Conseil économique et social 2001-2004. Président de la commission des marchés de l’Institut national de l’audiovisuel (s. d.). Conseiller technique au cabinet de Jacques Dermagne président du Conseil économique et social (puis économique, social et environnemental) depuis 2004.

75Secrétaire général adjoint 1966-1968, secrétaire général 1968-1973, président de l’Association des journalistes économiques et financiers 1973-1977. Président de l’Association des amis d’Harris Puisais depuis 1990 et de l’association Cercle Vaneau 2009. Président de l’Association Géopolitique et défense (s. d.). Trésorier général de la Société d’entraide des membres de la Légion d’honneur depuis 2004.

76Professeur d’économie générale et sociale à l’Institut universitaire de technologie de Paris 1977-1982. Professeur à HEC jeunes filles 1963-1972. Professeur des établissements d’enseignement supérieur de la chambre de commerce et d’industrie de Paris 1976.

77LH 1984, O. 1994. ONM 1987.

78Œuvres

  • Les sociétés de commerce international, Paris, Conseil économique et social, 1982, 97 p. (étude présentée par la section de l’expansion économique extérieure et de la coopération sur le rapport de Régis Paranque 1982).

  • J.-P. Pagé (dir.), R. Paranque et al. (collab.), Profil économique de la France, Paris, La Documentation française, 1976, 347 p.

  • Le malaise français, Paris, Éditions du Seuil, 1970, 207 p.

  • La semaine de trente heures, Paris, Éditions du Seuil, 1967, 128 p.

79Sources : Fichier BRH ; Fichier CV succinct ; Dossier gestion ; Annuaire(s) de l’IGF ; ASGP ; Bulletin quotidien, 27 février 2009 ; Who’s who, 2007.

PARENT Bruno

80Né le 9 août 1953 à Paris (8e), fils de Jacques Parent directeur de banque (s. d.) et de Gabrielle Grégoire.

81Diplômé de l’IEP de Paris, Éna (promotion Droits de l’Homme) 1981.

82Nommé inspecteur général des Finances en service extraordinaire 16 avril 2009.

83Administrateur civil à la direction générale des Impôts 1981. Chef du département des Affaires financières et de la Prospective au Service juridique et technique de l’information du secrétariat général du Gouvernement 1985. Administrateur civil de 1re classe 1986. Chef du bureau Fiscalité de l’épargne, Bénéfices agricoles, Revenus fonciers du Service de législation fiscale au ministère chargé du Budget 1987. Administrateur civil hors classe 1989. Sous-directeur de la Surveillance générale et Études-organisation et Fonctionnement des services au service de l’Organisation et de l’Informatique 1990, chef du service du Contentieux 1995, chef du Service juridique 1998-1999, chef du service de l’Application de la direction générale des Impôts 1999, directeur, adjoint du directeur général des Impôts 2000, directeur général des Impôts 2003-2007. Directeur général de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes 2007-2009.

84LH 2000. ONM 1996.

85Sources : Fichier BRH ; Dossier gestion ; Bulletin quotidien, 15 avril 2009 ; Grande Chancellerie de la Légion d’honneur ; Who’s who, 2006.

PARMENTIER Jean Victor Guislain

86Né le 6 novembre 1883 à Paris (1er), décédé le 25 juin 1936 à Leysin (Suisse), fils de Charles Eugène Victor Parmentier avocat (N), magistrat décédé (C) et de Geneviève Henriette Marie Victoire Vingtain.

87[Liens de parenté] Parent de Ch.-A. Moleux*.

88Licencié en droit et ès lettres.

89Mobilisé du 2 août 1914 à mars 1919 (blessé en 1914) (services militaires aux ordres du général Berthelot).

90Adjoint à l’inspection 1er avril 1908, inspecteur de 4e classe 1er mars 1910, 3classe 1er décembre 1911, 2classe 1er janvier 1916, 1re classe 7 janvier 1921, démissionnaire 1er décembre 1923.

91Directeur général adjoint des Finances du protectorat français au Maroc 1913-1917. En mission en Roumanie 1916. Chef adjoint du cabinet de Joseph Thierry ministre des Finances 30 mars 1917-12 septembre 1917. En mission en qualité de délégué du ministère de la Guerre et de directeur des services d’achats français en Grande-Bretagne 1918-1919. Sous-directeur à la direction du Mouvement général des fonds 1919-1921. En mission aux États-Unis 1920. Directeur du Mouvement général des fonds 1921-1923. En mission en qualité de délégué français au comité financier de la Société des nations 1922. Premier expert français du Comité des experts des réparations (plan Dawes) 1924. Membre de la conférence de Londres (s. d.). Membre du Comité des transferts 1924-1929. Membre du Comité des experts du plan Young 1929. Membre de la délégation française aux deux conférences de la Haye 1929-1930. Président fondateur de la Société financière électrique 1925-(1936 ?). Président-fondateur du Crédit électrique (filiale de la Société financière électrique) 1925-1936.

92Maire de Thann 1915-1916.

93LH 1915, O. 1921, C. 1924, G. O. 1930. Croix de guerre 1914-1918.

94Sources : SAEF, 1C 34844 et B 64455 (fonds Parmentier) ; AN, LH 2056/11 ; Reg. cand. adjoint ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; Qui êtes-vous ?, 1910 et 1924 ; Annuaire, Chaix, 1931.

95Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 158 ; PESCHANSKI (Denis) (dir.), Marcel Cachin. Carnets 1906-1947, Paris, CNRS Éditions, 1997, t. IV, 1262 p. ; BLANCHETON (Bertrand), Le Pape et l’Empereur : la Banque de France, la direction du Trésor et la politique monétaire de la France, 1914-1928, Paris, Albin Michel-Mission historique de la Banque de France, 2001, 502 p.

PASCAL Philippe Éric

96Né le 27 novembre 1971 à Sartrouville (Yvelines).

97École nationale des impôts 1996, maîtrise de droit public.

98Nommé dans l’emploi d’inspecteur des Finances de 1re classe 1er avril 2008, titularisé inspecteur de 1re classe 1er octobre 2009.

99Inspecteur des Impôts au service fiscalité professionnelle du centre des Impôts de Saint-Quentin-en-Yvelines 1996, à la direction des services fiscaux des Yvelines 1997. Rédacteur de textes législatifs ou réglementaires, d’instructions administratives et de réponses ministérielles 1998, en charge de la fiscalité immobilière, adjoint au chef de la première section 2003, inspecteur principal des Impôts, chef de la première section de la direction de la Législation fiscale 2004. Chargé de mission au cabinet d’Éric Woerth ministre du Budget, des Comptes publics et de la Fonction publique de mai 2007 au 1er avril 2008.

100Sources : Fichier BRH ; Fichier CV succinct ; Dossier gestion.

PATURET Jean Jacques dit Émile

101Né le 9 juillet 1856 à Gannat (Allier), décédé le 21 novembre 1944 à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), fils de Louis Luc Paturet brasseur (N), rentier (s. d.) et de Marie Émilie Léonie Delaplanche.

102École polytechnique 1876, École d’application de l’artillerie et du génie 1878, licencié ès sciences et en droit.

103Adjoint à l’Inspection 1er avril 1883, inspecteur de 4classe 24 mai 1888, 3classe 26 avril 1892, 2classe 31 juillet 1896, 1re classe 23 juin 1906, inspecteur général des Finances 16 décembre 1914, admis à la retraite 9 juillet 1921.

104Surnuméraire au ministère des Finances 1881-1883. Député (Républicain socialiste) de l’Allier 1910-1914. Conseiller général du canton d’Escurolles (Allier) 1910-1919. Membre du Conseil supérieur de l’Algérie et du Conseil de gouvernement 1915-1921.

105LH 1906, O. 1920.

106Sources : Arch. mun. de Clermont-Ferrand, actes de l’état civil ; AN, LH 19800035/206/26954 ; SAEF, 1C 34844 ; Livre d’or ; IGF, 1931.

107Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 158 ; JOLLY (J.), Dictionnaire des parlementaires français, 1889-1940, t. 7, p. 2618 ; ROUGERON (Georges), Les consultations politiques dans le département de l’Allier. Le personnel politique bourbonnais 1789-1963, Moulins, impr. A. Pottier et Cie, 1964, p. 141 ; LE BÉGUEC (Gilles), La République des avocats, Paris, A. Colin, 2003, 233 p.

PAUGAM-MINGASSON Anne Geneviève

108Née le 25 octobre 1966 à Grenoble (Isère), fille de Christian Mingasson et de Danielle Mingasson (nom de jeune fille).

109Diplômée de l’IEP de Paris, Éna (promotion Léon Gambetta) 1993.

110Adjointe à l’Inspection 1er mars 1993, inspectrice de 3classe 1er septembre 1994, 2classe 1er mars 1997, 1re classe 1er mars 2002, inspectrice générale des Finances 1er septembre 2007.

111Mise à la disposition de la Banque mondiale à Washington 1997-1999. Affectée au bureau de la Banque mondiale à Rabat (Maroc) 1999-2001. Conseillère technique 20 août 2001-14 novembre 2001, puis directrice adjointe du cabinet de Charles Josselin ministre délégué à la Coopération et à la Francophonie 14 novembre 2001-6 mai 2002. Secrétaire de la programmation stratégique 2002-2003, directrice du département développement humain 2003-2006, secrétaire générale adjointe 2006-2007, secrétaire générale de l’Agence française de développement 2007-(2010).

112Sources : Fichier BRH ; Fichier CV succinct ; Dossier promo. IGF ; Dossier gestion.

PAUL Théodore

113Né le 16 juin 1802 à Strasbourg (Bas-Rhin), décédé le 31 janvier 1852.

114Élève-inspecteur 1er mai 1824, sous-inspecteur de 2classe 1er avril 1827, sous-inspecteur de 1re classe 1er avril 1828, inspecteur de 3classe 1er avril 1830, 2classe 1er mai 1834, 1re classe 1er mars 1840.

115Commis à la Comptabilité générale 1822. Entreposeur des Tabacs à Paris 1842. Admis à la retraite 1848.

116LH 1846.

117Sources : AN, LH 2070/14 ; Livre d’or ; IGF, 1931.

PAUL-DUBOIS-TAINE François Hippolyte Élie Othenin

118(Autorisé par un décret du 11 octobre 1923 à ajouter à son nom, Paul-Dubois, celui de Taine).

119Né le 7 septembre 1897 à Menthon-Saint-Bernard (Haute-Savoie), décédé le 15 avril 1977 à Paris (16e), fils de Louis François Alphonse Paul-Dubois auditeur rapporteur de 1re classe à la Cour des comptes (N), conseiller référendaire de 2classe honoraire (C) et de Geneviève Louise Taine.

120[Liens de parenté] Petit-fils d’Hippolyte Taine et du statuaire Paul-Dubois membre de l’Institut, neveu d’Émile Gaston Boutmy membre de l’Institut.

121Licencié en droit.

122Mobilisé du 5 août 1916 au 28 septembre 1919 (blessé en 1917 et 1918). Mobilisé du 2 septembre 1939 au 17 janvier 1940 (à partir de janvier affecté spécial aux Finances).

123Adjoint à l’Inspection 1er juillet 1922, inspecteur de 4e classe 6 mars 1925, 3classe 1er décembre 1925, 2classe 15 juillet 1927, 1re classe 1er février 1932, inspecteur général des Finances 1er janvier 1943, admis à la retraite 7 septembre 1968.

124Chargé de mission à la direction générale des Contributions directes 1926-1928. Attaché au cabinet de Jean Champetier de Ribes sous-secrétaire d’État aux Finances 3 novembre 1929-21 février 1930. Attaché au cabinet, puis chef du cabinet de Maurice Petsche sous-secrétaire d’État aux Finances 2 mars 1930. Chef du cabinet de Léon Baréty sous-secrétaire d’État au Budget 30 septembre 1930-1er octobre 1930. Directeur général des Finances tunisiennes 1930-1934. Contrôleur financier de la Compagnie générale transatlantique 1934. Directeur adjoint des finances de l’Exposition internationale de 1937, 1934-1935. Chargé de mission à la présidence du Conseil 1935-1936. Liquidateur de la Banque nationale de crédit 1937-1950. Affectation spéciale en qualité de chargé des missions d’achat à l’étranger au secrétariat général des Finances, de l’Administration et du Contrôle financier 18 janvier 1940. Chargé de mission à la direction des Finances extérieures 7 juillet 1940-1950.

125Membre du conseil de surveillance de la Revue des deux mondes 1939.

126LH 1930, O. 1937, C. 1954. ONM G. O. 1967. Croix de guerre 1914-1918.

127Sources : Arch. mun. de Menthon-Saint-Bernard, acte de naissance ; SAEF, 1C 34844 ; Fichier BRH ; Dossier promo. IGF ; Reg. cand. adjoint ; ASGP ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; Qui êtes-vous ?, 1924 ; Who’s who, 1953.

128Bibliographie : BONIN (Hubert), La Banque nationale de crédit. Histoire de la quatrième banque de dépôts française en 1913-1932, Paris, Plage, 2002, 238 p.

PÉBEREAU Michel Jean Denis

129Né le 23 janvier 1942 à Paris (15e), fils d’Alexandre Pébereau conservateur des hypothèques (s. d.) et d’Yvonne Raybaud.

130[Lien de parentés] Frère de Georges Pébereau, polytechnicien et ingénieur des Ponts et Chaussées, ancien président-directeur général d’Alsthom et d’Alcatel.

131École polytechnique 1961, Éna (promotion Marcel Proust) 1967.

132Adjoint à l’Inspection 1er juin 1967, inspecteur de 3classe 1er décembre 1968, inspecteur de 2classe 1er juin 1971, 1re classe 1er mars 1976, inspecteur général des Finances 1er juin 1987, admis à la retraite sur sa demande 1er janvier 2000.

133Chargé de mission au Service de l’Inspection 1er juin 1969-31 décembre 1970. Chargé de mission (officieux, puis officiel) au cabinet de Valéry Giscard d’Estaing* ministre de l’Économie et des Finances 1er janvier 1971-17 juillet 1972. Secrétaire général adjoint de la Commission chargée d’étudier les problèmes relatifs à l’avenir du marché des actions 1971. Rapporteur du Comité de décentralisation placé auprès du ministre chargé du Plan et de l’Aménagement du territoire 1972. Chargé de mission à la direction du Trésor 1972. Chargé de mission 17 juillet 1972, puis conseiller technique au cabinet de Valéry Giscard d’Estaing* ministre de l’Économie et des Finances 1er décembre 1972-27 mai 1974. Chargé du bureau des Prêts, Aides et Garanties aux entreprises de la direction du Trésor 1974-1976. Secrétaire général du Comité interministériel pour l’aménagement des structures industrielles 1974-1976. Sous-directeur des Relations financières avec l’outre-mer et les pays étrangers à la direction du Trésor 1976-1978. Directeur du cabinet de René Monory ministre de l’Économie 10 avril 1978-25 avril 1980. Directeur adjoint 1979-1980, puis directeur adjoint chargé du service des Affaires financières et monétaires de la direction du Trésor 1980. Chargé de mission (officieux) au cabinet de René Monory ministre de l’Économie 25 avril 1980-17 juin 1980. Commissaire du Gouvernement auprès de la Commission des opérations de bourse 1980. Chef de service à la direction du Trésor 1980-1982. Directeur général 1982-1986, vice-président-directeur général 1986-1987, président-directeur général du Crédit commercial de France 1987-1993. Président de la Commission d’aide sélective à la distribution d’œuvres cinématographiques françaises et étrangères (année 1987) 1987. Président de Locamic 1986-1987. Président de la Société Nobel 1986-1988. Président-directeur général de la BNP 1993-2003. Président du directoire de Paribas 1999. Président de la Fédération bancaire française 2002-2003. Président non exécutif du conseil d’administration de BNP-Paribas depuis 2003. Président de l’Association des banquiers européens 2004-2006. Président de la Fédération bancaire européenne 2004-2008. Président de la Table ronde sur les services financiers depuis 2009.

134Enseigne à l’IEP de Paris 1968-1978 et 1980-1996. Président du conseil de direction de l’IEP de Paris depuis 1988. Élu le 26 novembre 2007 membre de l’Académie des sciences morales et politiques. Président de l’Institut de l’entreprise depuis 2005. Président du conseil d’orientation de l’Institut Aspen France 2004.

135LH 1988, O. 1996, C. 2003, G. O. 2008. ONM 1977, O. 1992, C. 2000.

136Œuvres

  • M. Pébereau, B. Spitz (dir.), C’est possible ! Voici comment : lettre ouverte à notre prochain(e) président(e), Paris, R. Laffont [Institut de l’entreprise], 2007, 237 p.

  • M. Pébereau (dir.), La France face à sa dette : rapport de la Commission sur la dette publique, postface de Thierry Breton, Paris, R. Laffont, 2006, 275 p.

  • M. Pébereau (dir.), Rompre avec la facilité de la dette publique : pour des finances publiques au service de notre croissance économique et de notre cohésion sociale, Paris, La Documentation française, 2006, 189 p.

  • La politique économique de la France. Les relations économiques financières et monétaires internationales, Paris, A. Colin, 1990, 555 p. (coll. Cours IEP de Paris, 1989-1990).

  • La politique économique de la France. I. Les instruments. II. Les objectifs, Paris, A. Colin, 1985 (rééd. : 1987, 1988).

  • Politique économique de la France. I. La France dans les relations économiques, monétaires et financières internationales. II. Les instruments de la politique économique, Paris, les Cours de droit, 1983-1984 et 1985, 2 vol. (coll. Cours IEP de Paris, 1983-1984 et 1984-1985).

  • M. Pébereau, A. de Lattre, Politique économique de la France, Paris, les Cours de droit, 1983, 356 p. (coll. Cours IEP de Paris, 1982-1983).

  • de Lattre, D. Deguen, M. Pébereau, Politique économique de la France, Paris, Cours de droit, 1981 et 1982, 2 vol. (coll. Cours IEP de Paris, 1980-1981 et 1981-1982).

  • Chroniqueur « Actualité de la science-fiction » dans le Journal du dimanche depuis 2003.

137Sources : Fichier BRH ; Fichier CV succinct ; Dossier promo. IGF ; Bulletin quotidien, 27 novembre 2008 et 5 juin 2009.

138Bibliographie : NOUGARET (Roger), « Michel Pébereau », DHPF, p. 529-530.

PELLETIER Jacques Georges Maxime

139Né le 28 janvier 1936 à au Mans (Sarthe), fils de Marcel Pelletier agent commercial (s. d.) et de Suzanne Pruneteau.

140Licencié en droit, diplômé de l’IEP de Paris, Éna (promotion Stendhal) 1965.

141En Algérie du 1er janvier 1961 au 21 novembre 1962.

142Adjoint à l’Inspection 1er juin 1965, inspecteur de 3classe 1er décembre 1966, 2classe 1er juin 1969, 1re classe 1er février 1975, inspecteur général des Finances 1er novembre 1986, admis à la retraite par limite d’âge 29 janvier 2002.

143Rapporteur permanent auprès du Conseil supérieur des transports 1968-1971. Chargé de mission auprès du service financier 1969-1973, puis chef du service de Financement du Commissariat général du Plan 1973-1974. Conseiller technique officieux 1er août 1974-1er octobre 1974, puis officiel au cabinet de Jean Sauvagnargues ministre des Affaires étrangères 1er octobre 1974-25 août 1976. Directeur adjoint du cabinet de Louis de Guiringaud ministre des Affaires étrangères 14 septembre 1976-31 mars 1978. Membre de la délégation française à la 32session de l’assemblée générale des Nations unies 1977. Chargé de mission au cabinet de Louis de Guiringaud ministre des Affaires étrangères 19 avril 1978-29 novembre 1978. Rapporteur de la Commission du développement (préparation du VIIIe Plan) 1979. Rapporteur de la Commission du développement (préparation du VIIIe Plan) 1979. Directeur du cabinet de Jean-François Deniau* ministre du Commerce extérieur 16 juin 1980-7 octobre 1980. Directeur du cabinet de Michel Cointat ministre du Commerce extérieur 7 octobre 1980-21 mai 1981. Conseiller international de la direction générale de la Banque de l’Indochine et de Suez, puis Indosuez, 1982-1993. Directeur à la Compagnie financière de Suez 1987-1993. Chargé de mission au cabinet d’Edmond Alphandéry ministre de l’Économie 8 avril 1993-1er novembre 1994. Directeur général 1994, vice-président-directeur général de la Banque française du commerce extérieur 1994-1997, conseiller pour l’international du président de Natexis 1997-1998. Président du Comité d’évaluation de l’aide au développement 1997. Conseiller au cabinet Clifford Chance 1998-2001. Conseiller au cabinet Arthur Andersen International, Andersen legal, devenu en 2007 Archibald International, 2001-2002. Senior Advisor à Bearing Point depuis 2002.

144Enseigne à l’Institut international d’administration publique à l’Éna de Tunisie 1972. Auditeur de l’IHDEN 1979-1980.

145ONM 1978.

146Sources : Fichier BRH ; Fichier CV succinct ; Annuaire(s) de l’IGF.

147Autres sources : Association Georges-Pompidou, entretien de Jacques Pelletier avec A. Leboucher-Sebbab.

PELOSSE Hélène Monique

148Née le 5 mars 1970 à Montréal (Canada), fille de Michel Pelosse ingénieur (s. d.), cadre supérieur (C) et de Cécile Cornut professeure (Capes) (C).

149École supérieure des sciences économiques et commerciales, licenciée en histoire, maîtrise de droit public, diplômée de l’IEP de Paris, Éna (promotion Victor Schoelcher) 1996.

150Adjointe à l’Inspection 1er avril 1996, inspectrice de 3classe 1er octobre 1997, 2classe 1er octobre 2001, 1re classe 1er octobre 2006.

151Directrice de la stratégie et de la planification Norton (groupe Saint-Gobain) aux États-Unis 1999-2000. Chargée de mission auprès du directeur de la branche abrasifs du groupe Saint-Gobain 2000-2001. Conseillère financière au Secrétariat général du Comité interministériel pour les questions de coopération économique, devenu en 2005 Secrétariat général des affaires européennes (SGAE), 2001-2006. Chef du secteur des Relations extérieures de l’Union européenne du SGAE 2006. Chargée de mission mise à la disposition de la Chancellerie allemande à Berlin 2006-2007. Conseillère diplomatique au cabinet de Jean-Louis Borloo ministre de l’Écologie, du Développement et de l’Aménagement durables, puis ministre de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire 3 juillet 2007. Directrice adjointe chargée des relations internationales au cabinet de Jean-Louis Borloo ministre de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire, puis ministre d’État, ministre de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer, chargé des Technologies vertes et des Négociations sur le climat 7 août 2008-29 juin 2009. Directrice générale de l’Agence internationale des énergies renouvelables (International Renewable Energy Agency) à Abu Dhabi 2009 -2010.

152Sources : Fichier BRH ; Fichier CV succinct ; Dossier promo. IGF ; Bulletin quotidien, 1er juillet 2009 ; Who’s who, 2011.

PELTIER Adrien Charles Louis

153Né le 16 décembre 1831 à Paris (10e arr. ancien), décédé le 23 octobre 1895, fils d’André Pierre Charles Peltier commis libraire (N) et de Marie Badoiriot.

154Licencié en droit.

155Adjoint à l’Inspection 1er août 1859, inspecteur de 4classe 1er mai 1861, 3classe 1er avril 1865, 2classe 1er janvier 1872, 1re classe 1er avril 1875, inspecteur général des Finances 1er mars 1885, mort en fonctions.

156Surnuméraire 1853, commis ordinaire de 3classe à la Caisse centrale du ministère des Finances 1854. Commis ordinaire de 3classe 1854-1855 et 1857-1859, commis ordinaire de 2classe au secrétariat général du ministère des Finances 1859.

157LH 1875, O. 1885.

158Œuvres

  • « De agnoscendis et alendis liberis, vel parentibus, vel patronis, vel libertis. De la paternité et de la filiation », s. l. n. d. (1857) (th. licence, droit, Paris).

159Sources : AN, LH 2089/29 ; SAEF, 1C 30750 ; Livre d’or ; IGF, 1931.

160Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 158.

PÉNIN de LA RAUDIÈRE Jean Joseph Pierre

161Né le 28 janvier 1888 à Tours (Indre-et-Loire), décédé le 7 septembre 1974 à Villebon (Eure-et-Loir), fils de Marie Ferdinand Martial Henri Pénin de La Raudière propriétaire au château de Beaupuy-Montmorillon (Vienne) (C) et de Lucie Cormier.

162Licencié ès lettres.

163Mobilisé du 2 août 1914 au 25 avril 1919 (payeur aux armées du Maroc puis engagé volontaire, observateur d’aviation en septembre 1915 puis payeur aux armées d’Orient). Mobilisé en septembre 1939.

164Adjoint à l’Inspection 21 octobre 1919, inspecteur de 4e classe 1er février 1922, 3classe 21 octobre 1922, 2classe 1er juin 1924, 1re classe 1er avril 1928, démissionnaire 1er septembre 1928.

165Rédacteur principal à la direction du Mouvement général des fonds 1912. Chargé de mission au Comité de contrôle de l’exportation des capitaux 1926. En mission en Indochine 1927. Président de la Société Roger & Gallet 1er janvier 1942-1952.

166Président de la société Les Amis du musée Carnavalet. Membre de la Société préhistorique française.

167Maire de Villebon (Eure-et-Loir) 1922-1974.

168LH 1927.

169Œuvres

  • P. Siguret, P. Pénin de La Raudière, G. Fressard, Manoirs et châteaux des cantons de Courville et de La Loupe, Berd’huis (Orne), Association des amis du Vieux Nogent et du Perche, 1962, 40 p. (n° des Cahiers percherons).

  • Au jardin des contes célèbres, cent résumés pour les parents, (Paris), Éditions du Conquistador, 1956, 325 p.

  • Cent héros français, Chartres, impr. de L’Écho républicain, 1949, 109 p.

  • Conseils sommaires aux propriétaires forestiers d’Eure-et-Loir, Chartres, Impr. moderne, (1943), 10 p.

  • Les préceptes de la forêt, Paris, Mesnil, Eure, impr. de Firmin-Didot, 1943, 30 p.

  • Les anciens seigneurs de Villebon et de la Gatine (Eure-et-Loir), Chartres, Impr. moderne, 1942, 87 p.

  • Les estranges amours de la reine Myrrha, roman par Maximilien de Béthune, duc de Sully, ministre d’Henri IV ; texte inédit transcrit par P. de La Raudière, Paris, Éditions du Trianon, 1930, 65 p.

170Sources : Renseignements généalogiques aimablement communiqués par M. Amaury de La Raudière ; renseignements aimablement communiqués par Mme Michèle Brewée, maire de Villebon ; Arch. mun. de Villebon ; SAEF, 1C 34844 ; Reg. cand. adjoint ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; ASGP.

171Bibliographie : DELAVENNE (André), Recueil généalogique de la bourgeoisie ancienne, Paris, SGAF, 1954, t. 1, p. 340-342 ; DIOUDONNAT (Pierre-Marie), Le simili-nobiliaire français, Paris, Sedopols, 2002, p. 420.

PERCHERON (de) Joachim Charles

172Né le 21 septembre 1808 à Rome (Italie), décédé à une date inconnue, fils d’Adrien Philippe Marie Percheron de Monchy* et d’Agathe Antoinette de Malouet.

173[Liens de parenté] Frère de Trophime Percheron de Monchy*, neveu de Victor Malouet*.

174Élève-inspecteur 22 février 1840, sous-inspecteur 1er avril 1843, rayé des cadres 1er septembre 1846.

175Surnuméraire à la direction du Mouvement général des fonds 1835. Commis de 4classe à la direction du Mouvement général des fonds 1837. Commis de 1re classe à la Comptabilité générale 1846.

176Sources : SAEF, 1C 30748 ; Livre d’or ; IGF, 1931.

PERCHERON de MONCHY Adrien Philippe Marie

177Né le 27 avril 1780 à Paris (paroisse Saint-Paul), décédé à une date inconnue, fils d’Adrien Louis Percheron de Monchy écuyer secrétaire du roi (N) et de Marguerite Anne Seichepine Deverzenay.

178[Liens de parenté] Père de Trophime Percheron de Monchy* et de Joachim Charles de Percheron*, beau-frère de Victor Malouet*.

179Inspecteur général des Finances 31 décembre 1823.

180Employé au ministère de la Marine, commis expéditionnaire à Anvers 1799. Commis ordinaire 1804. Garde-magasin à Flessingue 1806. Payeur de la Marine à Livourne (s. d.). Payeur général de la Meuse-Inférieure (s. d.), de l’Ourthe 1810-1814. Directeur des Fonds et de la Comptabilité au ministère de la Marine 1814-1815. Payeur de la Marine à Brest 1816. Receveur général de la Dordogne 1824, du Bas-Rhin 1831, des Deux-Sèvres 1831, de la Dordogne 1838. Admis à la retraite 1854.

181LH 1824.

182Sources : ADP, état civil, 5Mi1 58 ; SAEF, 1C 5571 ; Livre d’or ; IGF, 1931.

183Bibliographie : PINAUD (Pierre-François), Les receveurs généraux des Finances 1795-1865, dictionnaire biographique des 500 fonctionnaires banquiers, Paris, Éd. du Trésor, 2005, p. 280 ; DIOUDONNAT (Pierre-Marie), Le simili-nobiliaire français, Paris, Sedopols, 2002, p. 421.

PERCHERON de MONCHY Adrien Henri Trophime

184(Autorisé par jugement du 28 août 1878 à ajouter de Monchy à son nom).

185Né le 27 novembre 1818 à Brest (Finistère), décédé le 18 avril 1884 à Paris (17e), fils d’Adrien Philippe Marie Percheron de Monchy* et d’Agathe Antoinette de Malouet.

186[Liens de parenté] Frère de Joachim Charles de Percheron*, neveu de Victor Malouet*.

187Élève-inspecteur 12 mars 1839, sous-inspecteur des Finances 1er décembre 1843, inspecteur de 3e classe 1er septembre 1846, 2e classe 5 janvier 1850.

188Commis à l’administration des Tabacs 1837. Receveur général des Hautes-Pyrénées 1853, de l’Aveyron 1857, de l’Aube 1862, de la Charente-Inférieure 1866. Trésorier-payeur général de la Charente-Inférieure 1866, du Bas-Rhin 1866, des Bouches-du-Rhône 1870, du Pas-de-Calais 1878-1880. Admis à la retraite 1880. Censeur de la Banque de France de Strasbourg 1848, puis de Troyes 1863-1865, de Strasbourg 1867-1872, de Marseille 1872-1878. Régent de la Banque de France 1878-1881.

189LH 1863.

190Sources : ADP, état civil, 5Mi1 58 ; SAEF, 1C 5571 ; AN, LH 2095/8 ; Livre d’or ; IGF, 1931.

191Bibliographie : PINAUD (Pierre-François), Les receveurs généraux des Finances 1795-1865, dictionnaire biographique des 500 fonctionnaires banquiers, Paris, Éd. du Trésor, 2005, p. 280-281 ; PINAUD (Pierre-François), Les trésoriers-payeurs généraux au XIXe siècle, 1865-1914, Paris, Éd. de l’Érudit, 1983, p. 152.

192Autres sources : Archives de la Banque de France, dossiers individuels.

PÉRICAUD Auguste Louis Ernest

193Né le 26 septembre 1856 à La Rochelle (Charente-Maritime), décédé le 3 décembre 1942, fils de Louis Auguste Péricaud adjudant de place (N), puis capitaine en retraite (C) et d’Anastasie Solange Duyau.

194Licencié en droit.

195Adjoint à l’Inspection 1er avril 1879, inspecteur de 4classe 3 mai 1882, 3classe 17 janvier 1888, 2classe 5 août 1892, 1re classe 17 septembre 1898, inspecteur général des Finances 1er octobre 1911, cessation de fonctions 1929, admis à la retraite et maintenu en activité 5 octobre 1921.

196Surnuméraire à l’Enregistrement 1875. Receveur de l’Enregistrement à Ossun (Hautes-Pyrénées) 1878. Directeur du Contrôle des dépenses engagées du ministère des Finances 1922-1929.

197LH 1901, O. 1919.

198Œuvres

  • « De la rescision de la vente pour cause de lésion », La Rochelle, impr. J. Deslandes, 1878, 61 p. (th. licence, droit, Poitiers).

199Sources : SAEF, 1C 34844 ; AN, LH 19800035/0206/26975 ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; GUYOT R., « Notice nécrologique », La Gazette de l’Inspection, n° 11, avril 1943, p. 5-8.

200Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 159.

PERNOT Charles Ernest

201Né le 24 février 1801 à Épinal (Vosges), décédé à une date inconnue, fils de Jean Noël Pernot vérificateur à la Commission de comptabilité nationale (N), conseiller maître à la Cour des comptes (C) et de Catherine Adélaïde Barrau.

202Inspecteur des Finances de 2classe 1er janvier 1832.

203Contrôleur des Contributions indirectes (s. d.). Directeur des Contributions indirectes à Béthune 1835, à Mont-de-Marsan 1840, à Mézières 1843, à Nancy 1845, à Châlons-
sur-Marne 1850-1859.

204LH 1846.

205Sources : Livre d’or ; IGF, 1931.

206Bibliographie : TODISCO (Umberto), Le personnel de la Cour des comptes 1807-1830, Genève, Droz, 1969, p. 184-185 ; Dictionnaire biographique des magistrats de la Cour des comptes 1807-2007, Paris, La Documentation française, 2007, p. 391.

PERNOT de FONTENOY Louis Gabriel Angélique

207Né le 31 octobre 1772 à Chalaines (Meuse), décédé le 27 avril 1841 à Agen (Lot-et-Garonne), fils de Jean Baptiste Pernot de Fontenoy conseiller du roi (s. d.) et de Marie Louise Gaultier de Rigny.

208[Liens de parenté] Petit-neveu du baron Louis ministre des Finances.

209Inspecteur général du Trésor 1er janvier 1807.

210Employé au ministère du Trésor. En mission à Bayonne 1808. En mission, exerce les fonctions de directeur des Droits réunis du département de l’Ems supérieur (Allemagne) 1812-1813. Gérant de la recette générale de Stura. Commissaire pour l’exécution du traité de paix conclu le 30 mai 1814 avec les puissances alliées. Député (ultra) de la Meuse 1815-1816. Receveur général de la Corrèze 1817. Receveur général de Lot-et-Garonne 1820-1841. Mort en fonctions.

211LH 1814, O. 1831.

212Sources : AN, AB/XIX/3028 et F30/213 ; Livre d’or ; IGF, 1931.

213Bibliographie : RÉVÉREND (A.), La Restauration, t. 5, p. 330 ; ROBERT et COUGNY, Dictionnaire des parlementaires, 1789-1889, t. 4, p. 592 ; FARE (Henri), Un fonctionnaire d’autrefois P.-F. Lafaurie 1786-1876, Paris, Plon, 1883, 257 p. ; PINAUD (Pierre-François), Les receveurs généraux des Finances 1795-1865, dictionnaire biographique des 500 fonctionnaires banquiers, Paris, Éd. du Trésor, 2005, p. 282.

PÉROL François Denis Marie Joseph

214Né le 6 novembre 1963 au Creusot (Saône-et-Loire), fils de Michel Pérol médecin (s. d.) et de Denise Marcel.

215École des HEC, diplômé de l’IEP de Paris, Éna (promotion Jean Monnet) 1990.

216Adjoint à l’Inspection 1er février 1990, inspecteur de 3classe 1er août 1991, 2classe 1er février 1994, 1re classe 1er février 1999, inspecteur général des Finances 1er janvier 2005, démissionnaire 11 mars 2009.

217Chargé de mission à l’Inspection 7 janvier 1993-31 janvier 1994. Chargé de mission 1994, puis secrétaire général adjoint du Comité interministériel de restructuration industrielle 1994-1996. Chef du bureau Épargne et Marché financier 1996, puis chef du bureau Endettement international et Assurance-crédit, secrétariat du Club de Paris de la direction du Trésor 1999-2001. Commissaire du Gouvernement auprès de la Société française de vente et de financement de matériels terrestres et maritimes 1999-2001, auprès du Conseil des marchés financiers 2001-2002, auprès du Conseil de discipline de la gestion financière 2001-2002. Sous-directeur du Financement de l’économie et du Développement des entreprises à la direction du Trésor 2001-2002. Directeur adjoint du cabinet de Francis Mer ministre de l’Économie, des Finances et de l’Industrie 24 mai 2002-30 mars 2004. Directeur adjoint du cabinet de Nicolas Sarkozy ministre d’État ministre de l’Économie, des Finances et de l’Industrie 5 avril 2004-29 novembre 2004. Associé-gérant de Rothschild et Cie banque 2005-2007. Secrétaire général adjoint chargé des affaires économiques et sociales à la présidence de la République 16 mai 2007-2 mars 2009. Directeur général et président du directoire respectivement de la Banque fédérale des banques populaires et de la Caisse nationale des caisses d’épargne depuis 2009. Président du conseil de surveillance puis du conseil d’administration de Natixis depuis 2009.

218LH 2010. ONM 2005.

219Sources : Fichier BRH ; Fichier CV succinct ; Bulletin quotidien, 22 avril 2009.

PÉROUSE Maurice Joseph André Honoré

220Né le 24 mars 1914 à Saint-Rambert–L’Île-Barbe (Rhône), décédé le 18 septembre 1985, fils de Jean Pérouse ingénieur des Mines puis gestionnaire de propriétés agricoles (N), décédé (C) et de Juliette Bonnetain.

221École centrale des arts et manufactures de Paris 1936, master of sciences du Massachusetts Institute of Technology (MIT, Cambridge, États-Unis).

222Maintenu sous les drapeaux le 15 avril 1939, mobilisé du 2 septembre 1939 au 29 juillet 1945 (en captivité à l’Oflag IV D du 19 mai 1940 au 1er juin 1945).

223Adjoint à l’Inspection (concours spécial) 1er décembre 1945, inspecteur de 2classe 1er juillet 1947, 1re classe 15 juin 1950, inspecteur général des Finances 1er mars 1967, admis à la retraite sur sa demande 1er juin 1982.

224Chef du service des Opérations monétaires de la Mission financière en Sarre du gouvernement militaire de la Sarre, devenu le 1er janvier 1948 le Haut Commissariat de la République française en Sarre, 1947. Chargé de mission 1948, puis chargé des fonctions de sous-directeur à la direction des Finances extérieures 1949-1951. Commissaire du Gouvernement auprès de la Compagnie française d’assurances pour le commerce extérieur et auprès de la Banque française du commerce extérieur 1949. Sous-directeur à la direction des Finances extérieures 1951. Attaché financier à Washington 1953. Administrateur de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement 1956-1957. Secrétaire général du Conseil national du crédit 1957-1960. Membre de la Commission de l’économie générale et du financement (préparation du IIIe Plan) 1957. Secrétaire général du Comité monétaire de la zone franc 1957-1960. Conseiller technique au cabinet de Michel Debré Premier ministre 9 janvier 1959-8 février 1960. Directeur du Trésor 1960-1967. Membre de la Commission de l’économie générale et du financement (préparation du IVe Plan) 1960. Directeur général de la Caisse des dépôts et consignations 1967-1982. Membre de la Commission de l’économie générale et du financement (préparation du VIe Plan) 1969. Vice-président du Comité du financement (préparation du VIe Plan) 1969. Membre du Comité du financement (préparation du VIIIe Plan) 1979. Président du conseil d’administration de la Caisse d’amortissement pour l’acier (Capa) (s. d.)-(jusqu’en 1979 ?). Président de Barclays Bank SA 1982-1985.

225Président de la Fondation scientifique de Lyon et du Sud-Est 1980-1985. Trésorier de la Fondation franco-américaine 1982-1985. Professeur à l’Éna 1950-1953.

226LH 1951, O. 1959, C. 1967. ONM 1964. Croix de guerre 1939-1945.

227Œuvres

  • J. Meynaud, P. Besse, F. Bloch-Lainé, Cl. Gruson, M. Pérouse, La vie économique, Paris, Les Cours de droit, 1953, 5 vol. (coll. Cours IEP de Paris, 1952-1953).

228Sources : SAEF, PH 22/96 0003 ; Fichier BRH ; Dossier promo. IGF ; Reg. cand. adjoint ; Livre d’or ; Who’s who, 1957, 1963 et 1967.

229Bibliographie : QUENNOUËLLE-CORRE (Laure), La direction du Trésor, 1947-1967. L’État-banquier et la croissance, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2000, 693 p. ; FEIERTAG, 2006 ; « La Caisse des dépôts et consignations. 175 ans », La Revue d’économie financière, novembre 1991, n° hors série, 670 p.

230Autres sources : réponse dactylogr. au questionnaire de Nathalie Carré de Malberg, 1981.

PERPÈRE Laurent Marie Bernard

231Né le 30 mai 1951 à Versailles (Yvelines), fils de René Perpère général de corps d’armée (s. d.) et d’Anne Marie Cécile Leconte.

232[Liens de parenté] Beau-frère de Jean Weber*.

233École normale supérieure (Ulm) 1972, agrégé de lettres modernes, Éna (promotion Droits de l’Homme) 1981.

234Adjoint à l’Inspection 1er juin 1981, inspecteur de 3classe 1er décembre 1982, 2classe 1er juin 1985, admis à la retraite différée 1er septembre 1994.

235Professeur agrégé au lycée de Montmirail (Marne) 1977-1978. Chargé de mission à l’Inspection 31 avril 1984-31 mai 1985. Directeur du plan et de la stratégie de la société Rhône-Poulenc 1985-1987. Rapporteur général de la Commission sur les obstacles à l’emploi 1993-1994. Directeur de la direction générale du groupe Hachette 1987. Directeur général 1987-1987, puis président-directeur général du groupe Le Provençal 1987-1991. Président-directeur général de Var Matin 1989-1991. Directeur délégué de Hachette Groupe Livre 1991-1992. Président-directeur général des éditions Jean-Claude Lattès 1991. Directeur de la branche littérature du groupe Hachette 1991-1992. Directeur général délégué de la Banque Pallas-Stern 1994-1995. Directeur général des finances de Canal + 1995-1999. Président-directeur général de NC Numéricable 1998. Directeur général du développement et des affaires internationales 1999-2000, directeur délégué du groupe Canal + 2000-2003. Senior partner de Brunswick (bureau de Paris) depuis 2004.

236Président de l’École de journalisme et de communication de l’université d’Aix-Marseille II 1990. Président du Paris Saint-Germain football club 1998-2003.

237ONM 1993.

238Sources : Fichier BRH ; Dossier promo. IGF ; Annuaire(s) de l’IGF ; Who’s who, 2000.

PERRIN Daniel

239Né le 26 janvier 1945 à Pontarlier (Doubs), fils de Charles Perrin fonctionnaire (s. d.) et de Madeleine André.

240[Liens de parenté] Époux d’Évelyne Martin petite-fille de Louis Martin*.

241Institut national agronomique, École nationale du génie rural, des eaux et des forêts.

242Nommé inspecteur général des Finances en service extraordinaire 12 avril 2007.

243Ingénieur du Génie rural et des Eaux et Forêts 1970. Chef du service des forêts, de la qualité des eaux et de l’aménagement rural de la direction départementale de l’Agriculture et de la Forêt du Haut-Rhin 1971-1976. Chargé de mission agriculture, IAA, filière bois, environnement auprès du préfet de la région Alsace 1976-1981. Chef de la mission régionale de Franche-Comté 1981-1982. Secrétaire général pour les affaires régionales de la Franche-Comté à la préfecture de la Franche-Comté 1982-1987. Ingénieur en chef du Génie rural, des Eaux et Forêts 1985. Directeur départemental de l’Agriculture et de la Forêt de Saône-et-Loire 1987-1991. Directeur de l’Artisanat au ministère de l’Industrie et de l’Aménagement du territoire, puis du ministère des Entreprises et du Développement économique, 1991-1994. Affecté temporairement au Conseil général du génie rural, des eaux et des forêts 1994-1995. Contrôleur général d’EDF-GDF 1995. Directeur de l’Office national interprofessionnel des viandes, de l’élevage et de l’aviculture 1995. Ingénieur général du Génie rural, des Eaux et des Forêts 1998. Délégué à la mobilité et aux carrières au ministère de l’Agriculture et de la Pêche, devenu en 2002 ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche et des Affaires rurales, 1998. Président de la section agrément des organismes certificateurs de la Commission nationale des labels et certifications de conformité et de la Commission nationale de l’agriculture raisonnée 2000. Président de l’Instance interministérielle d’évaluation des politiques de développement rural 2001. Directeur général de l’Office national interprofessionnel des céréales 2003. Directeur de l’Office national interprofessionnel des oléagineux, protéagineux et cultures textiles 2004. Directeur du Fonds d’intervention et de régularisation du marché du sucre 2004-2005. Ingénieur du Génie rural et des Eaux et Forêts de classe exceptionnelle 2004. Président de la première section administration générale et ressources humaines du Conseil général du génie rural, des eaux et des forêts 2005-2006. Président de la section économie, agriculture, entreprises du Conseil général de l’agriculture, de l’alimentation et des espaces ruraux 2006. Expert auprès de la commission parlementaire agriculture et développement rural du Parlement européen 2008.

244Président de l’Association pour le développement des échanges internationaux de produits et techniques agro-alimentaires 2001.

245LH 2001. ONM 1988.

246Sources : Renseignements aimablement communiqués par M. Daniel Perrin ; Fichier BRH ; Fichier compétences ; Fichier CV succinct ; Dossier gestion ; Who’s who, 2006.

PERRONNE Édouard Marie Joseph

247Né le 20 février 1866 à Sens (Yonne), décédé le 14 janvier 1945 à Paris (16e), fils de Jean Baptiste Edmond Perronne docteur en médecine (N) et d’Augustine Berthelemot.

248École polytechnique 1884.

249Adjoint à l’Inspection 1er avril 1889, inspecteur de 4classe 5 août 1892, 3classe 31 juillet 1896, 2classe 17 mars 1899, 1re classe 2 septembre 1908, inspecteur général des Finances 28 février 1919, admis à la retraite 20 février 1931.

250En mission au Maroc 1919.

251LH 1909, O. 1922.

252Sources : AN, LH 19800035/737/83622 ; SAEF, 1C 34844 et 1C 5596 ; Livre d’or ; IGF, 1931.

253Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 157.

PETIT Jean François

254Né le 17 mars 1764 à Crissier (Suisse), naturalisé Français, décédé à une date inconnue (après 1825), fils d’Abraham Petit et de Jeanne Marguerite Gothuy.

255Inspecteur général du Trésor 10 septembre 1801, réintégré au ministère du Trésor en qualité d’inspecteur général 17 juillet 1805, admis à la retraite 1er avril 1824.

256Employé dans les bureaux du district de Libourne (Gironde) 1793. Contrôleur des dépenses de l’armée d’Italie (fait les campagnes de Rome et de Naples) 1798. Vérificateur général du Trésor 1800. Chef de la division des Fonds du ministère de la Guerre 1802-an XII. En mission extraordinaire dans les États de Parme et de Plaisance 1806-1808. En mission extraordinaire en Espagne (pendant la campagne de Madrid) 1808-1809. Contrôleur à la Caisse centrale du Trésor avec le titre de directeur du Contrôle 1817-1821 (démis de ses fonctions à la suite de l’affaire Mathéo).

257LH 1814, O. 1838.

258Sources : AN, LH 2124/19 ; SAEF, 1C 5499 ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; PETIT (Jean-François), Pièces justificatives, Paris, impr. de Gaultier-Laguionie, (1824), 48 p.

259Bibliographie : QUÉRARD (J.-M.), La France littéraire, ou dictionnaire bibliographique, Paris, Firmin Didot père et fils, 1831, t. 7, p. 90.

PETIT Lucien Charles Jules

260Né le 19 octobre 1873 à Plancy (Aube), décédé le 16 décembre 1949 à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine), fils d’Ange Rémy Jules Petit notaire, décédé (C) et de Jeanne Louise Cheveny.

261École polytechnique 1893, École d’application de l’artillerie et du génie 1895, licencié en droit.

262Adjoint à l’Inspection 1er avril 1897, inspecteur de 4classe 21 avril 1899, 3classe 28 juillet 1900, 2classe 23 juin 1906, 1re classe 17 octobre 1912, inspecteur général des Finances 5 octobre 1921, admis à la retraite 4 décembre 1931.

263Attaché au bureau du Budget à la direction générale de la Comptabilité publique 1896. Conseiller technique puis secrétaire pour la France auprès de la Commission financière puis économique de la Conférence de paix 1919-1920. Chef du cabinet de François-Marsal ministre des Finances 21 janvier 1920-26 mai 1920. Sous-gouverneur du Crédit foncier de France 1920-1930.

264LH 1919, O. 1923, C. 1926.

265Œuvres

  • L. Petit, R. de Veyrac, Traité d’économie politique, publié sous la direction de Henri Truchy, VII. Le crédit et l’organisation bancaire, Saint-Amand, impr. Bussière ; Paris, Recueil Sirey, 1938, XVI-744 p.

  • Histoire des finances extérieures de la France : le règlement des dettes interalliées (1919-1929), préface de M. Germain-Martin, Paris, Berger-Levrault, 1932, XVII-719 p.

  • Histoire des finances extérieures de la France pendant la guerre (1914-1919), préface de M. Germain-Martin, Corbeil, impr. Crété ; Paris, Payot éditeur, 1929, 808 p. (coll. de mémoires, études et documents pour servir à l’histoire de la guerre mondiale).

266Sources : AN, LH 19800035/1428/65261 ; SAEF, 1C 34844 et 1C 5596 ; Reg. cand. adjoint ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; Qui-êtes-vous ?, 1924 ; GAUDIBERT (H.), « L’inspecteur général honoraire Lucien Petit », Le Crayon vert, n° 11, nov. 1950, p. 11-12.

267Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 158 ; Crédit foncier de France, 1852-1952, (Montrouge), (Draeger), 1952, n. p.

PETIT René Jean

268Né le 10 avril 1919 à Ambert (Puy-de-Dôme), décédé le 24 novembre 2000, fils de Pierre Petit professeur en retraite, en 1952 chef du personnel et du contrôle des établissements thermaux de la Compagnie fermière de Vichy (C) et de Jeanne Dapzol.

269Licencié ès lettres, Éna (promotion Albert Thomas) 1955.

270Mobilisé du 15 novembre 1939 au 3 novembre 1942 (aspirant dans le Train, en Algérie du 8 décembre 1940 au 1er novembre 1942). Rappelé par ordre de mobilisation individuelle du 22 février au 30 décembre 1945 (occupation de l’Autriche).

271Adjoint à l’Inspection 1er août 1955, inspecteur de 3classe 1er avril 1957, 2classe 1er janvier 1961, 1re classe 1er octobre 1967, inspecteur général des Finances 1er octobre 1980, admis à la retraite par limite d’âge 2 juillet 1985.

272Attaché d’administration au comité exclusif interalliés à Vienne puis à la direction des Affaires économiques et financières du Haut Commissariat en Autriche 1946-1952. Rapporteur de la Commission des exportations 1958. Rapporteur près la Commission de vérification des comptes des entreprises publiques (section transports) 1969-1974. Rapporteur près la Commission centrale des marchés (groupe Marchés publics et commerce extérieur) 1969-1973. Rapporteur particulier de la Commission de vérification des comptes des entreprises publiques 1973. Directeur du budget à la SNCF 1974-1983. Vice-président du comité de direction du Service des alcools 1984.

273LH 1962, O. 1978. ONM 1970, C. 1987.

274Sources : SAEF, PH 22/96 0006 ; Fichier BRH ; Dossier promo. IGF ; Livre d’or ; Who’s who, 1961, 1967 et 1969.

275Autres sources : Comité pour l’histoire économique et financière de la France, entretien de René Petit avec O. Feiertag, 1990.

PETIT de JEURRE Hercule Alphonse

276Né le 8 novembre 1794 à Savigny-sur-Orge (Essonne), décédé le 27 juin 1858 à Juvisy-sur-Orge (Essonne), fils de Charles Pierre Petit de Jeurre cultivateur (N) et Antoinette Magdeleine Sophie Hulot.

277Élève-inspecteur des Finances (s. d., 1815 sans doute), sous-inspecteur 16 novembre 1819, inspecteur de 2classe 6 décembre 1822, démissionnaire 1er mai 1824.

278Percepteur à Verneuil-sur-Avre (Eure) 1824. Receveur particulier à Étampes 1834. Admis à la retraite 1853.

279Sources : AD de l’Essonne, état civil de Savigny-sur-Orge, 4E 2710 et état civil de Juvisy-sur-Orge, 4E 1718 ; SAEF, 1C 5572 ; Livre d’or ; IGF, 1931.

PEYRONNE Georges Romain

280Né le 21 septembre 1935 à Beaumont-de-Lomagne (Tarn-et-Garonne), fils d’Alfred Peyronne agriculteur (s. d.) et d’Angèle Artero.

281Éna (promotion Thomas More) 1971.

282Service national en 1956-1959, sans doute en Algérie (Médaille militaire et Croix de la valeur militaire).

283Nommé inspecteur général des Finances en service extraordinaire 30 avril 1997, réintégré dans le corps préfectoral 29 juillet 1997.

284Adjoint administratif à l’agence comptable de la Seine 1961-1963. Secrétaire administratif à la direction des Finances extérieures 1963-1965. Attaché d’administration à la direction du Trésor 1965-1968. Administrateur civil de 2classe affecté à la direction générale de l’Administration et de la Fonction publique du secrétariat général du Gouvernement 1971-1974. Administrateur civil de 1re classe, chef du bureau de la Gestion interministérielle 1974-1975. Sous-préfet de 1re classe, secrétaire général de la préfecture du Gers 1975-1977. Administrateur civil hors classe 1977. Sous-préfet de Brignoles (Var) 1977-1978. Secrétaire général de la préfecture de l’Ain 1978-1980. Chef de la mission régionale auprès du préfet de la région Champagne-Ardenne 1980. Sous-préfet hors classe 1982. Sous-préfet de Dunkerque (Nord) 1982. Préfet, commissaire de la République délégué pour la police auprès du commissaire de la République du Rhône 1984. Commissaire de la République de l’Eure 1985. Commissaire de la République de la Manche 1987. Directeur adjoint du cabinet de Pierre Joxe ministre de l’Intérieur 31 mai 1988. Préfet hors classe, préfet de la région Franche-Comté, préfet du Doubs 1989-1991. Préfet de la région Bourgogne, préfet de la Côte-d’Or 1991-1993. Préfet de la région Lorraine, préfet de la Moselle 1993-1993. Préfet hors cadre 1993. Président de la Mission interministérielle française du pôle européen de développement de Longwy 1993. Préfet de la région Aquitaine, préfet de la Gironde 1997-2000.

285LH (s. d.), O. 1985, C. 1992. ONM C. 1990.

286Sources : SAEF, 1173 ; Fichier BRH ; Fichier CV succinct ; Grande Chancellerie de la Légion d’honneur.

PEYSTER (de) voir DEPEYSTER

PHILIPPE Maurice Victor

287Né le 2 décembre 1882 à Clamecy (Nièvre), mort pour la France le 10 novembre 1914 près de Wassy (Somme), fils de Louis Auguste Philippe conducteur à la Compagnie de chemins de fer PLM décédé (C) et de Julia Valentine Tambour.

288École polytechnique 1902, École d’application de l’artillerie et du génie 1904, licencié en droit.

289Mobilisé le 2 août 1914 (lieutenant au 1er régiment du génie), tué à l’ennemi.

290Adjoint à l’Inspection 1er avril 1909, inspecteur de 4e classe 1er mars 1911, 3classe 16 avril 1912.

291Rédacteur stagiaire 1906, de 4classe 1907, de 3classe 1908, de 2classe à la direction du Mouvement général des fonds 1909. En mission en Algérie et en Tunisie 1912. Chargé de mission aux cabinets de Joseph Caillaux* puis de René-Renoult ministres des Finances 10 décembre 1913-21 juin 1914. Chargé de mission au cabinet de René-Renoult ministre des Travaux publics 22 juin 1914-2 août 1914.

292LH 1914 (ou 1915) (à titre militaire).

293Sources : SAEF, 1C 34845 ; Reg. cand. adjoint ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; L’Inspection générale des Finances à ses morts de la Grande Guerre 1914-1918, Paris, Impr. nationale, 1921, p. 53-57.

294Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 158.

PIARRON de MONDÉSIR Georges Léon

295(Parfois orthographié Pioerron et Montdésir).

296Né le 10 novembre 1838 à Cherbourg (Manche), décédé à une date inconnue, fils d’Auguste Jean Marie Piarron (ou Pioerron) de Mondésir polytechnicien 1809, chef de bataillon du génie, colonel du Génie (C) et d’Antoinette Léontine Sivrard de Beaulieu.

297[Liens de parenté] Beau-père de Thierry Tillionbois de Valleuil*.

298École polytechnique 1857, École d’application de l’artillerie et du génie 1859.

299Adjoint à l’Inspection 1er mai 1861, inspecteur de 4classe 1er juillet 1863, démissionnaire 1er mai 1868.

300Commis à la direction du Mouvement général des fonds 1860. Adjoint au chef de la mission au Mexique 1865-1867. Industriel, fabricant de papier dans le Loiret, à Buys près de Montargis 1868.

301Œuvres

  • Calcul des ponts métalliques à poutres droites et continues, Paris, Dunod, 1860, 75 p. (2e éd. : 1873).

  • Aérodynamique ou mécanique des gaz, Paris, impr. d’E. Capiomont, 1887, 63 p.

  • Sur les nombres premiers. Sur une nouvelle formule algébrique. Sur la résolution de l’équation trinôme de degré impair…, Paris, 76, rue de Rennes, (s. d.), 20 p. (Association française pour l’avancement des sciences, congrès du Havre, 1877).

  • Dialogues sur la mécanique, méthode nouvelle pour l’enseignement de cette science, résultats scientifiques nouveaux, Paris, Gauthier-Villars, 1870, 296 p.

302Sources : AD de la Manche, état civil de Cherbourg, 3E.129/110 ; SAEF, 1C 5499 et B/31417 ; Livre d’or ; IGF, 1931.

303Bibliographie : DIOUDONNAT (Pierre-Marie), Le simili-nobiliaire français, Paris, Sedopols, 2002, p. 390.

PICARD Charles Louis Édouard

304Né le 19 mars 1884 à Paris (5e), mort pour la France le 8 janvier 1915 à Crouy (Aisne), fils d’Émile Picard, mathématicien, professeur à la Sorbonne, membre de l’Académie des sciences 1889 (C), secrétaire perpétuel de cette Académie 1917, élu à l’Académie française en 1924 et de Marie Hermite.

305[Liens de parenté] Cousin de Paul Hermite*, parent de Georges Bertrand*.

306Docteur en droit, diplômé de l’ELSP.

307Mobilisé le 3 août 1914, tué à l’ennemi.

308Adjoint à l’Inspection 1er avril 1910, inspecteur de 4e classe 1er mars 1912, 3classe 1er avril 1913.

309Œuvres

  • « Le chemin de fer du Simplon et les intérêts de la Suisse, de la France et de l’Italie », Paris, L. Larose et L. Tenin, 1908, 168 p. (th. doctorat, droit, Paris).

310Sources : SAEF, 1C 34845 ; Reg. cand. adjoint ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; L’Inspection générale des Finances à ses morts de la Grande Guerre 1914-1918, Paris, Impr. nationale, 1921, p. 73-76 ; Who’s Who du XXe siècle, p. 1589.

311Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 160.

PICHARD Jacques Denis

312Né le 25 janvier 1761 à Saint-Clair-sur-Apte (Eure), décédé le 9 janvier 1821 à Paris (8e arr. ancien), fils de Denis Pichard meunier à Saint-Clair-sur-Apte décédé (C) et de Marie Catherine Langlois.

313Inspecteur général du Trésor 10 septembre 1801, admis à la retraite 20 décembre 1809.

314Chef au département des Impositions à son mariage en 1788. Sous-chef du bureau central de la Correspondance générale pour les Impositions en 1791. Sous-directeur de la Correspondance de la recette du ministère du Trésor 1794. Inspecteur de la Trésorerie 1796. Vérificateur général du Trésor 1800. Inspecteur général des Contributions (selon les inventaires après décès) (avant 1820).

315Sources : AN, inventaire après décès du 16 mai 1821, ET/LXXXVI/646 et inventaire après le décès de Marie Louise Peloux, son épouse, du 20 octobre 1820, ET/II/862 ; ADP, état civil, 5Mi1 1197 et 5Mi1 2006 ; Livre d’or ; IGF, 1931.

316Bibliographie : GIROD de l’AIN (Gabriel), Les Thellusson, histoire d’une famille du XVIe siècle à nos jours, Neuilly, G. Girod de l’Ain, 1972, p. 100-101.

PICHAULT de LA MARTINIÈRE André Victor

317Né le 9 janvier 1797 à Paris (3arr. ancien), décédé en 1862, fils de Charles Jean Pichault de La Martinière et de Jeanne Colette Levert.

318Élève-inspecteur 1er mai 1829, inspecteur de 3classe 1er mars 1831, 2classe 1er mai 1834, 1re classe 1er mars 1840, inspecteur général des Finances 15 janvier 1852, admis à la retraite en avril 1860.

319Commis au ministère des Finances (s. d.).

320LH 1843, O. 1857.

321Sources : AN, inventaire après décès de son frère André Charles du 10 janvier 1842, ET/CXII/1108 ; ADP, état civil, 5Mi1 96 ; Livre d’or ; IGF, 1931.

322Bibliographie : FARE (H.), Un fonctionnaire d’autrefois P.-F. Lafaurie, Paris, Plon, 1883, p. 223 et 250.

PICOT voir GEORGES-PICOT

PIERRE-BROSSOLETTE Claude Jean François

323(Autorisé à porter le nom de Pierre-Brossolette par une ordonnance, homologuant un décret, transcrite le 17 septembre 1954).

324Né le 5 mars 1928 à Paris (16e), fils de Pierre Brossolette professeur et journaliste, héros de la Résistance décédé le 22 mars 1944 et de Gilberte Bruel journaliste, sénatrice (socialiste) de la Seine 1946-1958 (C).

325Licencié en droit, diplômé de l’IEP de Paris, Éna (promotion Jean Giraudoux) 1952.

326Adjoint à l’Inspection 1er janvier 1953, inspecteur de 3classe 1er janvier 1955, 2classe 1er janvier 1957, 1re classe 1er janvier 1961, inspecteur général des Finances 1er juillet 1976, admis à la retraite par limite d’âge 6 mars 1993.

327Chargé de mission à l’Inspection 5 novembre 1955-7 février 1956. Chef adjoint du cabinet de Robert Lacoste ministre des Affaires économiques et financières 1er février 1956-15 février 1956. Chargé de mission au cabinet de Paul Ramadier ministre des Affaires économiques et financières 15 février 1956-1er avril 1957. Adjoint à l’attaché financier à Washington 1957-1958. Chargé de mission à la direction des Relations économiques extérieures 1958-1960. Délégué du gouvernement français à la Commission monétaire paritaire sur le règlement de la question sarroise, 1959. Conseiller technique au cabinet de Wilfrid Baumgartner* ministre des Finances et des Affaires économiques 17 octobre 1960-19 janvier 1962. Directeur adjoint du cabinet de Valéry Giscard d’Estaing* ministre des Finances et des Affaires économiques 19 janvier 1962-16 avril 1962. Conseiller technique au cabinet de Valéry Giscard d’Estaing* ministre des Finances et des Affaires économiques 16 avril 1962-1er janvier 1963. Sous-directeur 1963-1964, puis directeur adjoint chargé des relations avec les organismes internationaux à la direction des Finances extérieures 1964-1965, puis à la direction du Trésor 1965-1966. Chef de service, adjoint au directeur du Trésor pour les affaires extérieures 1966-1967. Secrétaire général du Conseil national du crédit 1967-1969. Chargé de mission au cabinet de Valéry Giscard d’Estaing* ministre de l’Économie et des Finances 25 juin 1969-30 avril 1971. Directeur du Trésor 1971-1974. Censeur de la Banque de France 1971-1974. Censeur du Crédit national 1971-1974. Vice-président de la Caisse nationale des télécommunications 1971-1974. Membre de la Commission de l’économie générale et du financement (préparation du VIe Plan) 1972. Secrétaire général de la présidence de la République 27 mai 1974-27 juillet 1976. Président du Crédit Lyonnais 1976-1982. Président de l’Omnium financier pour l’industrie nationale 1976-1982. Membre du Comité du financement (préparation du VIIIe Plan) 1979. Président d’Europartners Securities Corporation 1980-1982. Président de la Banque Stern 1982-1986. Associé-gérant de la Banque Worms 1986-1992. Président de la Banque monétaire et financière 1986. Président des Compagnies européennes réunies (Cerus, holding financier de Carlo Benedetti) 1986. Président-directeur général de la Banque Demachy et Associés 1987-1989. Président de Finindice (consultants en gestion de risques financiers) 1989. Associé-gérant de la banque Demachy et associés, devenue en 1990 Demachy Worms et Cie, 1989. Vice-président-directeur général de la Banque Eurofin 1992-1995. Président du conseil de surveillance des Câbles Pirelli 1992. Conseiller du président de Merill Lynch International 1993-1997. Président-directeur général de la Caisse de refinancement hypothécaire, devenue en 2003 la Caisse de refinancement de l’habitat, 1995-2005. Président-directeur général de la Banque Eurofin 1995-1996. Président du conseil de surveillance de Merrill Lynch France 1997-1999.

328LH 1973, O. 1986, C. 2008. ONM 1965, O. 1978, C. 1991. Médaille de la Résistance.

329Sources : Fichier BRH ; Dossier promo. IGF ; Annuaire(s) de l’IGF ; ASGP ; Livre d’or ; Who’s who, 1957-2000.

330Bibliographie : TRISTRAM (Frédéric), « Un instrument politique mal assumé ? L’entourage de Valéry Giscard d’Estaing à l’Élysée de 1974 à 1981 », Histoire@politique, 2009/2, n° 8 (en ligne sur Cairn. info) ; QUENNOUËLLE-CORRE (Laure), La direction du Trésor, 1947-1967. L’État-banquier et la croissance, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2000, 693 p. ; DESJARDINS, 2003 ; RÉMOND (René) et SIRINELLI (Jean-François) (dir.), Les années Giscard. Institutions et pratiques politiques 1974-1978, Paris, Fayard, 2003, 279 p.

331Autres sources : Comité pour l’histoire économique et financière de la France, entretien de Claude Pierre-Brossolette avec A. de Castelnau, 1996 ; Association Georges-Pompidou, entretien de Claude Pierre-Brossolette avec Sophie Chauveau, Jean-Michel de Mourgues et Thierry de Valence.

PIERRE de VELLEFREY (de) Gabriel

332Né le 18 juillet 1853 à Dijon (Côte-d’Or), décédé le 15 janvier 1925, fils de Pierre Alexis Charles Philippe de Pierre de Vellefrey propriétaire (N), décédé (C) et de Marie Stéphanie Bonaventure Brusset.

333Docteur en droit.

334Adjoint à l’Inspection 1er avril 1877, inspecteur de 4classe 10 mars 1879, 3classe 25 janvier 1883, 2classe 20 septembre 1889, 1re classe 15 décembre 1895, inspecteur général des Finances 4 mai 1907, admis à la retraite 1er août 1918.

335Surnuméraire à la direction générale de la Comptabilité publique 1875. Avocat (d’après son livret militaire) 1876.

336LH 1898, O. 1911.

337Œuvres

  • « De la société (loi du 24 juillet 1867) », Paris, impr. d’E. Donnaud, 1875, 115 p. (th. doctorat, droit, Poitiers, 1875).

338Sources : SAEF, 1C 34845 et 1C 30752 ; AN, LH 19800035/68/8352 ; Livre d’or ; IGF, 1931.

339Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 160.

PIÉTRI François Sampiero Sébastien Marie Jourdan

340Né le 8 août 1882 à Bastia (Corse), décédé le 17 août 1966 à Ajaccio (Corse-du-Sud), fils d’Antoine Jourdan Napoléon Piétri avocat, ancien conseiller de préfecture (N), ancien conseiller khédival (C) et de Clorinde Rose Brigitte Gavini.

341[Liens de parenté] Petit-fils de Sampiero Gavini membre du Corps législatif, petit-neveu de Denis Gavini député de la Corse 1849-1851 et (Appel au peuple) 1871-1885, neveu d’Antoine Gavini député de la Corse 1889-1898, (Gauche démocratique) 1903-1910 et (Républicains de gauche) 1919-1924 et de Sébastien Gavini député (Ralliés) de la Corse 1893-1898.

342Licencié ès lettres, docteur en droit, diplômé de l’ELSP.

343Mobilisé du 2 août 1914 au 1er mars 1917 (blessé en 1916, sous-directeur de la poudrerie nationale des Vosges à partir du 27 juin 1916).

344Adjoint à l’Inspection 1er avril 1906, inspecteur de 4e classe 1er mars 1908, 3classe 1er juin 1909, démissionnaire 1er mai 1912 (inspecteur général des Finances honoraires 28 mai 1932, rayé des listes et privé de son honorariat par décret du 24 novembre 1944, titre d’inspecteur général honoraire restitué par décret du 11 octobre 1957).

345Avocat stagiaire à la cour d’appel de Bastia 1902. Chargé d’une mission lors des troubles viticoles du Midi 1909. Chargé de mission au cabinet de Joseph Caillaux* ministre des Finances 6 mars 1911-30 juin 1911. Chef adjoint du cabinet de Joseph Caillaux* président du Conseil et ministre de l’Intérieur et des Cultes 1er juillet 1911-13 janvier 1912. Fonction indéterminée à la banque Burnham 1912-1914. Directeur général des Finances du protectorat français au Maroc 1917-1924. Député (Républicains de gauche puis Alliance des républicains de gauche et des radicaux indépendants) de la Corse 1924-12 juillet 1940 (un décret de juillet 1939 a prorogé jusqu’au 31 mai 1942 le mandat des députés élus en mai 1936). Conseiller général de la Corse 1925-1957. Président du conseil général de la Corse 1925-1941. Membre de la Commission des affaires étrangères de la Chambre des députés 1926-1928. Sous-secrétaire d’État à la vice-présidence du Conseil (Joseph Caillaux*) et aux Finances du gouvernement d’Aristide Briand 23 juin 1926-18 juillet 1926. Membre (secrétaire, rapporteur du budget des pensions) de la Commission des finances de la Chambre des députés en 1924-1926, 1928, 1932-1934, 1936-1940. Ministre des Colonies du gouvernement d’André Tardieu 3 novembre 1929-20 février 1930. Plénipotentiaire français à la conférence navale de Londres 1930. Ministre des Colonies du gouvernement d’André Tardieu 2 mars 1930-12 décembre 1930. Ministre du Budget des gouvernements de Pierre Laval 27 janvier 1931-19 février 1932. Plénipotentiaire français à la conférence de Genève 1932-1934. Ministre de la Défense nationale des gouvernements d’André Tardieu 20 février 1932-2 juin 1932. Ministre des Colonies du gouvernement d’Albert Sarraut 26 octobre 1933-25 novembre 1933. Ministre des Finances du gouvernement d’Édouard Daladier 30 janvier 1934-4 février 1934. Ministre de la Marine militaire des gouvernements de Gaston Doumergue puis de Pierre-Étienne Flandin 9 février 1934-1er juin 1935. Ministre de la Marine des gouvernements de Fernand Buisson, de Pierre Laval et d’Albert Sarraut 1er juin 1935-4 juin 1936. Ministre secrétaire d’État aux Communications du gouvernement de Philippe Pétain 12 juillet 1940-6 septembre 1940. Ambassadeur de France à Madrid d’octobre 1940 au 24 novembre 1944. Relevé de ses fonctions 24 novembre 1944. Condamné le 4 juin 1948 par contumace par la Haute Cour de justice à cinq ans d’indignité nationale, peine allégée par un décret de remise gracieuse de trois ans de dégradation nationale du 31 janvier 1950. A bénéficié de l’amnistie du 15 décembre 1956.

346Épéiste international en 1921-1922.

347LH 1920 (rayé de l’Ordre à partir du 4 juin 1948, réintégré à partir du 21 août 1957), Croix de guerre 1914-1918.

348Œuvres

  • « La Corse touristique » : les éditoriaux de François Piétri, décembre 1924-octobre 1934, réunis et présentés par François Ollandini, Ajaccio, La Marge éd., 1990, 226 p.

  • Napoléon et les israélites, Paris, Berger-Levrault, 1965, 195 p.

  • Chronique de Charles le mauvais, Paris, Berger-Levrault, 1963, 255 p.

  • Les princes du sang. Lithographies originales de Téréchkovitch. Texte de F. Piétri, (Paris), Nouveau Cercle parisien du livre, 1962, 103 p. (et Flammarion, 1962, 68 p.).

  • Pierre le cruel : le vrai et le faux, Paris, Plon, 1961, III-239 p.

  • F. Piétri, P. Varillon, L’épopée des chevaliers de Malte, (Paris), Club du livre d’histoire, 1961, 288 p.

  • L’Espagne du siècle d’or, Paris, Arthème Fayard, 1959, 340 p.

  • F. Piétri et al., André Tardieu, Paris, Plon, 1957, XXXII-217 p.

  • Hors du forum, Paris, Éd. de Paris, 1957, 243 p. (recueil de discours prononcés de 1930 à 1945).

  • Napoléon et le Parlement ou la dictature enchaînée, Paris, A. Fayard, 1955, 344 p.

  • Mes années d’Espagne, 1940-1948, Paris, Plon, 1954, IV-297 p.

  • Lucien Bonaparte à Madrid : 1801, Paris, B. Grasset, 1951, 389 p. (déjà paru en édition espagnole sous le titre : Un caballero en el Escorial).

  • La France et la mer, discours et déclarations, 1932-1938, Paris, Flammarion, 1941, 331 p.

  • Lucien Bonaparte, Paris, Plon, 1939, 343 p.

  • Veillons au salut de l’Empire, Montrouge, Impr. moderne ; Paris, Éditions de France, (1937), XXVIII-331 p.

  • E. Delage, Chroniques de la mer, précédé de : Une politique française de la mer, par François Piétri, Orléans, impr. orléanaise ; Paris, B. Grasset, 1936, XXXI-317 p.

  • La réforme de l’État au XVIIIe siècle, Paris, Éd. de France, (1935), X-310 p.

  • Justice et injustice fiscale, Paris, Tallandier, coll. Temps présent, 1933, 196 p.

  • F. Piétri et al., Les doctrines monétaires à l’épreuve des faits, Évreux, impr. Hérissey ; Paris, libr. Félix Alcan, 1932, 235 p. (conférences organisées par la Société des anciens élèves et élèves de l’ELSP).

  • Le financier, Paris, Hachette, 1931, 133 p.

  • La querelle du franc (1924-1928), Paris, Hachette, 1929, 44 p.

  • « La question des vins en Italie et l’antagonisme du Nord et du Sud », Paris, Chevalier et Rivière, 1906, IV-297 p. (th. doctorat, droit, Paris).

  • « Étude critique sur la fiction d’exterritorialité », Paris, A. Rousseau, 1895, 404 p. (th. doctorat, droit, Paris).

349Sources : AN, LH 19800035/703/80274 ; SAEF, 1C 34845 ; Reg. cand. adjoint ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; Who’s who, 1955 ; Who’s Who du XXe siècle, p. 1598.

350Bibliographie : CARRÉ de MALBERG (Nathalie), GEMF ; CHADEAU, 1986, p. 160 ; JOLLY (J.), Dictionnaire des parlementaires français, 1889-1940, t. 7, p. 2696-2698 ; YVERT (Benoît) (dir.), Dictionnaire des ministres, 1789-1989, Paris, Perrin, 1990, p. 575-576 ; Les ministres des Finances de 1870 à nos jours, Paris, Ministère de l’Économie et des Finances-Ministère du Budget, 1992, p. 126-127.

351Autres sources : AN, 3W 40 et 314 (Haute Cour de justice) ; Archives du ministère des Affaires étrangères, PA219, papiers Piétri, 1940-1944, 16 vol.

PIEYRE Jean Jules Édouard

352Né le 16 septembre 1844 à Saint-Hippolyte-du-Fort (Gard), décédé le 12 octobre 1916 à Montredon-Lasalle (Gard), fils de Jean Marie Edmond Pieyre propriétaire (N) et de Françoise Louise Lacombe de Mandiargues.

353[Liens de parenté] Cousin d’Alfred de Billy*. Son beau-père dirigea la Compagnie des forges de Châtillon-Commentry avant de devenir directeur de l’École nationale supérieure des mines.

354Licencié en droit.

355Adjoint à l’Inspection 1er septembre 1869, inspecteur de 4classe 1er mai 1873, 3classe 1er mars 1875, 2classe 14 février 1879, 1re classe 1er janvier 1887, inspecteur général des Finances 26 avril 1898, admis à la retraite 1909.

356Surnuméraire à la direction de la Dette inscrite 1865. Chef de la comptabilité générale, puis des Travaux neufs, du Contrôle central et de la Comptabilité générale, inspecteur général du service financier des Chemins de fer de l’État 1879-1909.

357LH 1883, O. 1901.

358Œuvres

  • « Du louage d’ouvrage et d’industrie », Paris, typo. Gaittet, 1866, 55 p. (th. licence, droit, Paris).

359Sources : Renseignements aimablement communiqués par M. Antoine Pieyre ; SAEF, 1C 34845 et 1C 30751 ; Qui-êtes-vous ?, 1908 et 1910 ; Annuaire de la finance, 1894 et 1896 ; Livre d’or ; IGF, 1931.

360Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 160 ; RÉVÉREND (A.), La Restauration, t. 5, p. 369-370 ; CHARLE (Ch.), « Naissance d’un grand corps. L’Inspection des Finances à la fin du XIXe siècle », Actes de la recherche en sciences sociales, 42, avril 1982, p. 10.

PIGNEROL Francis Jean Bernard

361Né le 16 septembre 1915 à Paris (8e), décédé le 1er octobre 1972 à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine), fils de Henri Maurice Pignerol* et de Marthe Héloise Gabrielle Raffard.

362École polytechnique 1934, École d’application de l’artillerie 1936, licencié en droit.

363Mobilisé du 26 août 1939 au 15 septembre 1940.

364Adjoint à l’Inspection 1er mai 1941, inspecteur de 3classe 1er janvier 1944, 2classe 1er octobre 1945, 1re classe 1er novembre 1952, avait démissionné le 15 août 1954, démission acceptée par décret du 30 avril 1955, annulée par décret du 15 décembre 1965, admis à la retraite 29 mars 1966.

365Chef de la délégation française du ministère des Finances en Afrique du Nord 1945-1947. Directeur des services financiers de l’Association technique de l’importation charbonnière Charbonnages de France 1947. Directeur adjoint, puis directeur financier puis conseiller financier à Alsthom 1954-1960. Conseiller financier et juridique de l’association La Société commerciale du méthane saharien (société du gaz d’Hassi R’Mel) au Bureau de recherches de pétrole 1960-1965. Conseiller international européen juridique et fiscal du Bureau de recherches de pétrole 1965-1966.

366Sources : SAEF, 1C 34845 ; Fichier BRH ; Reg. cand. adjoint ; Annuaire(s) de l’IGF ; Livre d’or.

PIGNEROL Henri Maurice

367Né le 30 octobre 1878 à Langres (Haute-Marne), décédé le 3 février 1955 à Paris (8e), fils de Gustave Albert Pignerol docteur en médecine (N et C) et d’Alice Fanny Baudin.

368[Liens de parenté] Père de Francis Pignerol*.

369École polytechnique 1898, licencié en droit.

370Adjoint à l’Inspection 1er avril 1905, inspecteur de 4e classe 1er mars 1907, 3classe 16 mars 1909, 2classe 16 septembre 1912, 1re classe 1er octobre 1919, inspecteur général des Finances 1er février 1932, admis à la retraite sur sa demande 14 janvier 1941.

371Chargé de mission au cabinet de Georges Cochery ministre des Finances 29 octobre 1909-3 novembre 1910, puis au cabinet d’Antonin Lafferre ministre du Travail et de la Prévoyance sociale 3 novembre 1910-2 mars 1911. Contrôleur des dépenses engagées au ministère du Travail et de la Prévoyance sociale et au ministère du Commerce 1911-1913, puis au ministère du Commerce, de l’Industrie, des Postes et des Télégraphes 1913-1919, et au ministère du Blocus (et des Régions libérées) 1917-1919. Chef du service de Contrôle administratif et financier des dommages de guerre du ministère des Régions libérées 1919. Directeur du Budget et de la Comptabilité du ministère des Régions libérées 1919-1922. Directeur des Finances de la Ville de Paris 1923-1936. Directeur administratif des finances de l’Exposition coloniale internationale de 1931 (s. d.). Chargé de mission auprès des services financiers du secrétariat général des Réfugiés au ministère de l’Intérieur octobre 1939-31 juillet 1940. Chargé de mission au Commissariat général aux questions juives février 1943-10 août 1943. Arrêté par la police allemande le 10 août 1943. Déporté comme otage de Vichy à Buchenwald puis à Planzee (Tyrol). Rapatrié en France 11 mai 1945.

372LH 1919, O. 1922, C. 1934.

373Sources : AN, LH 19800035/82/10180 ; SAEF, 1C 34845 ; Dossier épur. ; Reg. cand. adjoint (1904) ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; CARMOY, 1986.

374Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 161 ; CARRÉ de MALBERG (Nathalie), GEMF.

PILLOUX Alain Christian

375Né le 4 janvier 1960 à La Rochefoucauld (Charente), fils de Camille Pilloux chef d’atelier (s. d.) et de Marcelle Vallat institutrice (s. d.).

376École des HEC, Éna (promotion Fernand Braudel) 1987.

377Adjoint à l’Inspection 1er juin 1987, inspecteur de 3classe 1er décembre 1987, 2classe 1er juin 1992, 1re classe 1er juin 1997, inspecteur général des Finances 15 avril 2004.

378Administrateur des opérations de Médecins sans frontières en Afghanistan 1989-1990. Chargé de mission auprès du président de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) 1992-1995. Senior banker, directeur pour la Pologne 1995-1997, et directeur général pour l’Europe centrale 1997-2006, directeur général pour la Russie, l’agroalimentaire et l’immobilier 2006-2010, directeur général pour l’industrie, le commerce et l’agroalimentaire de la BERD à Londres depuis 2010.

379ONM 2005.

380Sources : Fichier BRH ; Fichier CV succinct ; Dossier promo. IGF ; Who’s who, 2011.

PIMBERT Louis Joseph Eugène François Anatole

381Né le 15 novembre 1853 à Tours (Indre-et-Loire), décédé le 9 avril 1887 à Alger (Algérie), fils de Louis Pimbert huissier de justice (N) et de Joséphine Eugénie Placé.

382École polytechnique 1872.

383Adjoint à l’Inspection 1er avril 1876, inspecteur de 4classe 28 février 1878, 3classe 25 février 1881, mort en fonctions.

384Surnuméraire à la direction du Mouvement général des fonds 1874. Commis ordinaire de 2classe 1874.

385Sources : SAEF, 1C 34845 et 1C 5499 ; Livre d’or ; IGF, 1931.

386Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 161.

PINTEVILLE (de) Léon Jérôme Louis

387Né le 20 novembre 1816 à Toul (Meurthe-et-Moselle), décédé le 6 décembre 1889 à Paris, fils de Pierre Alexis de Pinteville général de brigade (s. d.) et de Catherine Joséphine Gouvion.

388École forestière 1837.

389Inspecteur des Finances de 3classe 1er avril 1849.

390Garde général stagiaire des Forêts à Saverne 1839. Garde général sur place 1840. Affecté à l’administration centrale des Forêts 1844. Sous-inspecteur des Forêts 1845. Chef du service des travaux d’art à Metz 1845. Réintégré à l’administration forestière en qualité d’inspecteur des Forêts 1851. Inspecteur des Forêts à l’inspection de Paris (comprenant les départements de la Seine, la Seine-et-Marne et des Yvelines) 1854. Admis à faire valoir ses droits à la retraite 1871.

391Sources : Archives de l’École nationale du Génie rural et des Forêts, état de services ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; Revue des Eaux et Forêts, 1890, p. 29-32.

392Bibliographie : RÉVÉREND Le Premier Empire, t. 4, p. 56 ; RÉVÉREND (A.), La Restauration, t. 5, p. 377-379.

PITON Marcel Étienne Paul

393Né le 18 janvier 1923 à Naisey (Doubs), décédé le 20 décembre 2010, fils de Louis Armand Piton receveur des Postes (N) et de Louise Belard institutrice (s. d.).

394Licencié en droit, diplômé de l’ELSP, Éna (promotion Croix de Lorraine) 1948.

395Engagé volontaire dans les Forces françaises combattantes du 1er avril 1941 au 30 septembre 1944 (agent P2 du réseau Forces françaises libres Alibi-Jean de Vienne), participe à la libération de la région de Besançon, blessé de guerre du 6 septembre 1944 au 30 septembre 1945.

396Intégré en surnombre dans les cadres en qualité d’inspecteur des Finances de 1re classe 1er janvier 1960, inspecteur général des Finances 1er février 1978, admis à la retraite par limite d’âge et maintenu en activité sur sa demande 19 janvier 1990, cessation de fonctions 19 janvier 1993.

397Contrôleur civil adjoint 1948, puis contrôleur civil au Maroc 1960. Mis à la disposition du service financier de l’Inspection générale du secrétariat d’État à l’Industrie et du Commerce 1956-1960. Rapporteur de la commission consultative des marchés de l’Air 1963. Conseiller technique, étude de la population, au cabinet de Raymond Marcellin ministre de la Santé publique et de la Population 1er juin 1963-8 janvier 1966. Rapporteur de la Commission des marchés des matériels aéronautiques et d’engins spéciaux (ministère des Armées) 1963. Président du Comité des inspecteurs généraux de la Santé publique et de la Population 1964-1966. Conseiller technique au cabinet de Jean-Marcel Jeanneney ministre des Affaires sociales 8 janvier 1966-1er avril 1967. Conseiller financier du directeur général du Comité d’organisation des Jeux olympiques de Grenoble 1967-1968. Conseiller technique au cabinet de René Capitant garde des Sceaux ministre de la Justice 20 juillet 1968-28 avril 1969. Administrateur, trésorier national du Crédit social des fonctionnaires 1972. En mission au Laos 1973. Directeur général de l’établissement financier Crédit et de services financiers 1975-1977. Vice-président de la Banque de l’Union immobilière 1976-1977. Conseiller technique au cabinet d’Adrien Zeller secrétaire d’État à la Sécurité sociale 1er avril 1987-9 mai 1988. Chargé de mission au cabinet de Michel Gillibert secrétaire d’État chargé des Handicapés et des Accidentés de la vie 28 juin 1988-(s. d., sans doute en 1988).

398Président de l’association Reseda (Réussir l’enseignement supérieur des étudiants déficients auditifs) 1994-1997. Président de l’association Cemis (Centre euro-méditerranéen pour l’intégration des sourds) 1997-2007. Membre du Comité national consultatif de la surdité (dans les années 1990). Il est à l’origine de la création des Instituts techniques universitaires pour déficients auditifs (Ituda) et de l’Institut universitaire européen pour déficients auditifs à Chambéry. Administrateur d’Opération handicapés emploi (OHE 75) 1992.

399Auditeur à la 15e session de l’IHEDN 1962.

400LH 1964. ONM O. 1966. Croix de guerre 1939-1945.

401Sources : SAEF, 99727 ; Fichier BRH ; Annuaire(s) de l’IGF ; Livre d’or ; Who’s who, 1965-2000.

PLAFFAIN Marie Joseph François Laurent Napoléon Théodore

402Né le 24 mars 1856 à Passy (Paris), décédé le 8 décembre 1935 à Paris, fils d’Ange Antoine Philippe Napoléon Plaffain administrateur à la direction des Contributions directes, puis directeur des Contributions indirectes à Marseille (s. d.) et de Coraly Laure Sophie Marmilor.

403Licencié en droit.

404Adjoint à l’Inspection 1er avril 1882, inspecteur de 4classe 16 juillet 1887, 3classe 6 janvier 1892, 2classe 15 décembre 1895, 1re classe 1er septembre 1904, inspecteur général des Finances 2 avril 1914, admis à la retraite 30 mars 1921.

405Surnuméraire aux Contributions indirectes 1874. Commis 1876. En mission en Algérie 1895-1896. En mission à Londres 1916. Conseiller technique auprès de la Commission du règlement des comptes interalliés pour le règlement des transports des armées britanniques 1923.

406Membre du conseil supérieur de l’Office national des pupilles de la nation 1923-1935. Enseignant à l’ELSP (1909 ?, 1914 ?) 1924.

407LH 1905, O. 1919.

408Œuvres

  • « Des successions en déshérence et des successions vacantes », Paris, F. Pichon, s. d. (1880), 72 p. (th. licence, droit, Paris).

409Sources : SAEF, 1C 5596 ; AN, LH 19800035/207/27114 et LH 2175/25 (dossier de son oncle sans doute) ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; Qui êtes-vous ?, 1908 et 1924.

410Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 161.

PLESCOFF Georges

411Né le 9 mars 1918 à Paris (12e), décédé le 22 avril 1995, fils de Henri Plescoff marchand (N), ouvrier boulanger (C) et de Charlotte Kalmanovici ménagère (N).

412École normale d’instituteurs de la Seine, licencié ès lettres, Éna (promotion France combattante) 1947.

413Service militaire à partir du 15 octobre 1938, mobilisé jusqu’au 19 juin 1945 (en captivité du 11 juin 1940 au 6 avril 1945). Membre du Groupement liberté, organisme de résistance de prisonniers.

414Adjoint à l’Inspection 1er septembre 1947, inspecteur de 2classe 1er septembre 1947, 1re classe 1er janvier 1954, inspecteur général des Finances 1er octobre 1969, admis à la retraite sur sa demande 9 mars 1983.

415Instituteur stagiaire 1937-1938. Instituteur titulaire 1945. Rédacteur au Conseil d’État 1946. Étude du fonctionnement du Bureau of Budget des États-Unis 1948. Chargé de mission au cabinet d’Émile Hugues secrétaire d’État aux Finances et aux Affaires économiques 11 août 1951. Conseiller technique au cabinet de Robert Buron ministre des Affaires économiques 20 janvier 1952. Directeur des études et des programmes de la commission économique de l’Organisation des Nations unies (Onu) 1952-1953. Délégué du Comité financier de la Commission économique pour l’Asie et l’Extrême-Orient à Bangkok (s. d.). Détaché à la commission économique pour l’Europe de l’Onu 1953-1954. Chargé de mission au service des Études économiques et financières de la direction du Trésor 1955. Conseiller technique au cabinet de Paul Ramadier ministre des Affaires économiques et financières 15 février 1956. Membre de la délégation française à la Conférence intergouvernementale pour le Marché commun et l’Euratom 1956. Directeur de l’Agence financière pour le développement économique et social (Caisse des dépôts et consignations) 1957-1960. Conseiller de la délégation française au Conseil économique et social à la 13session de l’assemblée générale de l’Onu 1958. Directeur à la Caisse des dépôts et consignations 1960-1967. Membre de la Commission de l’économie générale et du financement (préparation du Ve Plan) 1965. Membre du Conseil économique et social 1965-1967. Président du groupe de travail du comité Entreprises publiques pour l’application du Ve Plan 1965. Administrateur-directeur général du Livret-Portefeuille 1967. Conseiller financier à Washington 1967-1970. Administrateur du Fonds monétaire international et de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement 1967-1970. Président du groupe Assurances générales de France 1970-1982. Président-directeur général de la Banque générale du Phénix 1971-1982. Membre du Comité du financement (préparation du VIIe Plan) 1975. Président des AGF-Ré (réassurances) 1977-1982. Administrateur-vice-président de la société Sun Hung Kaï (Hong Kong) 1979-1982. Président du Comité du financement (préparation du VIIIe Plan) 1979. Membre représentant les entreprises nationalisées au Conseil économique et social 1979-1984. Président de la Société financière d’assurances (Sofidas) 1982. Administrateur général 1982, puis président de la Compagnie financière de Suez 1982-1984. Président de la Banque de l’Indochine et de Suez-Indosuez, devenue Banque Indosuez, 1982. Président de l’Association française des banques 1982. Administrateur général de Suez international 1982. Administrateur général de la Banque Indosuez 1982-1983. Président de Suez International 1982-1983. Président-fondateur de la Banque Eurofin 1984-1995. Président-fondateur de la Caisse de refinancement hypothécaire 1985-1995.

416Vice-président du conseil d’administration de l’Institut Pasteur (1981 ?).

417LH 1952, O. 1961, C. 1976, G. O. 1983. ONM G. O. 1980. Croix de guerre (engagé volontaire) 1939-1945.

418Œuvres

  • J. Saint-Geours, G. Plescoff, Politique économique comparée, (Paris), Amicale des élèves de l’IEP de Paris, 1961 et 1963 (coll. Cours IEP de Paris, 1960-1961 et 1962-1963).

  • Nécessité et principe d’une réforme budgétaire, le budget fonctionnel, Paris, Institut technique des administrations publiques, (1950), 6 p.

419Sources : SAEF, PH 22/96 0004 ; Fichier BRH ; Dossier promo. IGF ; Annuaire(s) de l’IGF ; ASGP ; Livre d’or ; Who’s Who du XXe siècle, p. 1610-1611.

420Bibliographie : TERRAY (Aude), Des francs-tireurs aux experts : l’organisation de la prévision économique au ministère des Finances (1948-1968), Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2002, 683 p. ; BONIN (Hubert), Suez. Du canal à la finance 1858-1987, Paris, Économica, 1987, 673 p. ; BONIN (Hubert), Indosuez. L’autre grande banque d’affaires (1975-1987), Paris, Économica, 1987, 141 p. ; PRIOURET (Roger), La Caisse des dépôts et consignations 150 ans d’histoire financière, Paris, Presses universitaires de France, 1966, 508 p.

421Autres sources : « France combattante mars 1946 à juillet 1947 », Cahier pour une histoire de l’Éna, n° 1, Éna/La Documentation française, 2007, 270 p.

PLESSIS Jacques Louis Henri

422Né le 25 janvier 1903 à Paris (6e), décédé en juillet 1985 à Paris, fils de Pierre Henry Plessis généalogiste (C) et d’Adélaïde Émilie Françoise Defontaine.

423[Liens de parenté] Père d’Alain Plessis historien.

424Licencié ès lettres, docteur en droit, diplômé de l’ELSP.

425Demi-campagne dans les territoires occupés par la France dans les pays rhénans du 21 mai au 9 novembre 1926. Mobilisé en 1939 (fait prisonnier, rentré de captivité en 1942 ou 1943).

426Adjoint à l’Inspection 20 mars 1929, inspecteur de 4e classe 1er février 1931, 3classe 16 mars 1931, démissionnaire 5 février 1932.

427Directeur du Crédit populaire de France 1936-1973.

428ONM O. 1972.

429Œuvres

  • Crédit populaire de France 1917-1967. Cinquante années de marche en avant, Paris, OPG Conseil, 1967, n. p.

  • « Les réformes proposées ou acceptées au régime de la taxe sur le chiffre d’affaires », Paris, E. Sagot, 1925, 212 p. (th. doctorat, droit, Paris).

430Sources : SAEF, 1C 34845 ; Reg. cand. adjoint ; Grande Chancellerie de la Légion d’honneur ; Livre d’or ; IGF, 1931.

PLOËUC (de) Alexandre Marie Sébastien

431Né le 7 octobre 1815 à Quimper (Finistère), décédé le 25 août 1887 à Guerguélégrand (Finistère), fils d’Alexandre Jean Sébastien de Ploëuc propriétaire, conseiller de préfecture (N) et de Marie Louise Alexandrine Le Jumeau de Kergaradec.

432Élève-inspecteur 22 février 1840, sous-inspecteur 1er avril 1843, inspecteur de 3classe 1er février 1845, 2classe 7 août 1849, 1re classe 1er mai 1854, inspecteur général des Finances 8 juillet 1861.

433Commis au ministère des Finances 1839. En mission à Rome 1854. En mission en qualité de commissaire du Gouvernement pour négocier la dette en Grèce 1857. En mission en Turquie 1859. Membre du grand conseil du Trésor ottoman 1860-1868. Fondateur et premier directeur général de la Banque impériale ottomane 1863-1867. Sous-gouverneur de la Banque de France 1867-1878. Député de la Seine (Centre droit) à l’Assemblée nationale 1871-1876.

434LH 1858, O. 1860, C. 1871.

435Sources : AN, 272 AP 14 à 25, papiers d’Alexandre Marie Sébastien de Ploëuc et LH 2181/2 ; arch. mun. de Quimper (Finistère) ; Livre d’or ; IGF, 1931.

436Bibliographie : CHADEAU, 1986 ; PINAUD (Pierre-François), « La vie quotidienne de l’Inspection des Finances sous le Second Empire, d’après la correspondance de l’inspecteur de Ploëuc », Revue historique, 1987, t. 1, p. 47-65 ; PLESSIS (Alain), Régents et gouverneurs de la Banque de France sous le Second Empire, Genève, Droz, 1985, p. 340-349 ; THEZAN (Denis de), Histoire généalogique de la maison de Ploëuc, Beauvais, impr. de E. Laffineur, 1873, 494 p. ; AUTHEMAN (André), La Banque impériale ottomane, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1995, 294 p. ; STOSKOPF (Nicolas), Banquiers et financiers parisiens [du Second Empire], Paris, Picard, 2002, p. 307-309 ; CAVATERRA (Éric), La Commune et la Banque de France, Paris, L’Harmattant, 1998, 192 p.

437Autres sources : Archives de la Banque de France, dossiers individuels.

POIGNAND du FONTENIOUX Marie Alfred Joseph François

438Né le 4 janvier 1890 à Poitiers (Vienne), mort pour la France le 1er octobre 1915 à Loos (Pas-de-Calais), fils de Marie Thomas Pierre Poignand du Fontenioux ancien avocat (C) et de Marie Eugénie Joséphine Floucaud de Fourcroy.

439Licencié en droit, diplômé de l’ELSP.

440Mobilisé le 4 août 1914.

441Adjoint à l’Inspection 1er avril 1914.

442LH 1920 (à titre militaire posthume).

443Sources : SAEF, 1C 34845 ; Reg. cand. adjoint ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; L’Inspection générale des Finances à ses morts de la Grande Guerre 1914-1918, Paris, Impr. nationale, 1921, p. 111-114.

444Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 161.

POISSON André Jean Jules

445Né le 6 juillet 1879 à Orléans (Loiret), décédé le 18 février 1952 à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), fils de René Jules Poisson receveur de l’Enregistrement (N), receveur de l’Enregistrement à Orléans (C) et de Berthe Marie Desplanches.

446Licencié ès lettres, docteur en droit, diplômé de l’ELSP.

447Adjoint à l’Inspection 1er avril 1904, inspecteur de 4e classe 11 mars 1906, 3classe 1er juin 1908, 2classe 1er octobre 1911, 1re classe 16 juin 1919, inspecteur général des Finances 1er février 1932, admis à la retraite le 7 juillet 1944 et maintenu en activité jusqu’à la fin des hostilités 7 juillet 1944, cessation de fonctions 1er janvier 1948.

448Conseiller financier de la 2sous-commission de la Commission des réparations 1918-1919. En mission à Berlin 1920. Directeur financier, directeur (p. i.) du Haut Commissariat français dans les pays rhénans 1923. En mission à Budapest (Hongrie) 1924-1925, en Roumanie 1934. Président de la Commission de réforme de la masse des Douanes 1934. Président de la division des compagnies de navigation maritime subventionnées au ministère des Finances 1934. Président du Comité de contrôle financier de la Marine marchande 1935. Chef du service de l’Inspection 14 octobre 1936-27 juin 1939. Contrôleur des dépenses engagées 1936. Conseiller d’État (s. e.) 1936-1939. Chargé de la direction des services financiers de la région de Bordeaux (s. d.).

449LH 1922, O. 1930, C. 1939.

450Œuvres

  • « Du remembrement de la propriété foncière dans les pays germaniques », Paris, L. Larose, 1903, VI-343 p. (th. doctorat, droit, Paris).

451Sources : SAEF, 1C 34845 ; Fichier BRH ; Reg. cand. adjoint ; Livre d’or ; IGF, 1931.

452Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 162 ; DRAGO (Roland) et al. (dir.), Dictionnaire biographique des membres du Conseil d’État 1799-2002, Paris, Fayard, 2004, p. 577.

POLAILLON Auguste Henri Alexandre

453Né le 22 mai 1880 à Paris (4e), décédé le 29 novembre 1961, fils de Marie Nicolas Alexandre Polaillon avocat (N), décédé (C) et de Marie Clémentine Jacques.

454[Liens de parenté] Beau-père de Louis Coquelin*.

455Licencié en droit.

456Mobilisé du 3 août 1914 au 17 avril 1918 (attaché à l’intendance en mars 1915).

457Adjoint à l’Inspection 1er avril 1907, inspecteur de 4e classe 1er mars 1909, 3classe 1er mai 1911, 2classe 2 avril 1914, 1re classe 1er janvier 1921, inspecteur général des Finances 1er novembre 1932, admis à la retraite et maintenu en activité jusqu’à la fin des hostilités 22 mai 1945, cessation de fonctions 1er janvier 1948.

458Contrôleur général des finances des territoires rhénans 1918-1920. Directeur de la Comptabilité au sous-secrétariat d’État à la Marine marchande 1920-1921. Contrôleur des comptes de la Compagnie des câbles transatlantiques 1923. Président de la Commission de contrôle financier des compagnies de navigation aérienne subventionnées 23 mars 1939-21 mai 1945. Président de la Commission de vérification des comptes de l’Office national de l’azote 1939. Président du Comité de contrôle financier de la Justice et des Affaires étrangères et du Blocus au ministère des Finances 15 mai 1940.

459LH 1919, O. 1930.

460Sources : SAEF, 1C 34845 ; Fichier BRH ; Reg. cand. adjoint ; Livre d’or ; IGF, 1931.

461Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 162.

PONT (Du) voir DU PONT

PORTALIS Jean-Baptiste Harold

462Né le 2 août 1810 à Paris (2e arr. ancien), décédé le 8 décembre 1899 à Paris (17e), fils de Joseph Marie Portalis secrétaire général du ministère des Cultes 1805, conseiller d’État, directeur général de l’Imprimerie et de la Librairie, pair de France, membre de l’Académie des sciences morales 1838 et de Frédérique Ina de Holck.

463Élève-inspecteur 30 août 1834, inspecteur de 3classe 31 décembre 1836.

464Surnuméraire 1832, commis de 4classe à la direction de la Dette inscrite 1834. Receveur général de la Haute-Saône 1840, de l’Hérault 1846, du Loiret 1849, de Seine-et-Oise 1858. Trésorier-payeur général de Seine-et-Oise 1866. Admis à la retraite 1876.

465LH 1859, O. 1878.

466Sources : AN, LH 2202/65 ; SAEF, 1C 5575 et 1C 30748 ; Livre d’or ; IGF, 1931.

467Bibliographie : RÉVÉREND (A.), Le Premier Empire, t. 4, p. 73 ; PINAUD (Pierre-François), Les receveurs généraux des Finances 1795-1865, dictionnaire biographique des 500 fonctionnaires banquiers, Paris, Éd. du Trésor, 2005, p. 287-288 ; PINAUD (Pierre-François), Les trésoriers-payeurs généraux au XIXsiècle 1865-1914, Paris, Éd. de l’Érudit, 1983, p. 158.

POSTEL-VINAY André

468Né le 4 juin 1911 à Paris (7e), décédé le 11 février 2007 à Paris, fils de Marcel Postel-Vinay ingénieur polytechnicien (N), ancien président du conseil d’administration de la Compagnie du chemin de fer métropolitain, président-directeur général de la société Applevage (C) et de Madeleine Delombre.

469[Liens de parenté] Petit-fils du président du Métropolitain. Époux d’Anise Girard déportée à Ravensbrück pour faits de Résistance. Père de Claire Andrieu historienne.

470Licencié en droit, diplômé de l’ELSP.

471Mobilisé du 25 août 1939 aux 24 juin 1940 (prisonnier le 17 juin 1940, évadé le 24 juin 1940). Dès octobre 1940, il entre dans le réseau SR guerre du 5e bureau, dépendant du service de renseignement de l’armée de Terre (de Vichy). Début 1941, il participe au réseau anglais Pat O’Leary. Agent P2 chef de mission du réseau du Musée de l’homme (du 1er octobre 1941 au 13 décembre 1941, dates issues de ses états de service, sans doute fictives). Arrêté le 14 décembre 1941, il tente de se suicider trois jours plus tard à la prison de la Santé. Il s’évade (simulant la folie) le 3 septembre 1942. Il rejoint Londres sous le nom d’André Duval fin octobre 1942. Engagé volontaire dans les Forces françaises libres du 28 novembre 1942 au 5 mai 1945 (à Alger à partir de juin 1943).

472Adjoint à l’Inspection 11 mai 1938, inspecteur de 4e classe 20 janvier 1941, 3classe 1er février 1941, 2classe 1er janvier 1943, 1re classe 10 décembre 1948, inspecteur général des Finances 16 avril 1964, admis à la retraite sur sa demande 1er août 1976.

473Directeur général adjoint de la Caisse centrale de la France libre à partir du 1er novembre 1942, membre de l’Assemblée consultative provisoire à Alger en novembre 1943. Directeur général de la Caisse centrale de la France d’outre-mer 8 février 1944-1958. Conseiller technique des affaires économiques au cabinet civil de Jacques Augarde secrétaire d’État aux Affaires musulmanes 30 novembre 1947-26 juillet 1948. Membre de la Commission du financement (préparation du IIe Plan) 1953. Membre de la Commission de l’économie générale et du financement (préparation du IIIe Plan) 1956. Directeur général de la Caisse centrale de la France d’outre-mer, devenue en 1958 Caisse centrale de coopération économique, 1958-1973. Directeur général de l’Institut d’émission des départements d’outre-mer 1959-1973. Membre de la Commission de l’économie générale et du financement (préparation du IVe Plan) 1960. Membre de la Commission de l’économie générale et du financement (préparation du Ve Plan) 1964. Président de la Commission des opérations de bourse 1973-1974. Vice-président de l’Office national de l’immigration 1974. Directeur général de la Population et des Migrations au ministère du Travail, de l’Emploi et de la Population 1974. Secrétaire d’État aux Travailleurs immigrés auprès de Michel Durafour ministre du Travail dans le gouvernement de Jacques Chirac 9 juin 1974-22 juillet 1974.

474Membre conseil de l’ordre national du Mérite 1982-(s. d.). Membre du Conseil de l’ordre de la Libération 23 février 1944 et 1958.

475LH 1948, O. 1954, C. 1971. ONM G. O. 1964, G. C. 1981. Croix de la Libération 1943. Croix de guerre 1939-1945.

476Œuvres

  • Un fou s’évade : souvenirs de 1941-1942, Turriers (04250), Transfaire, cop. 1996, 245 p. (Paris, Éd. du Félin, coll. Résistance, 1997, 205 p. ; nouv. éd. : 2004, 248 p.).

  • Réflexions sur l’aide française, (s. l.), (A. Postel-Vinay), 1972, 21- [4] ff.

  • La Caisse centrale de coopération économique, Paris, Impr. nationale, 1964, 24 p. (extr. du Bulletin de liaison et d’information de l’administration centrale des Finances, 27 juillet-septembre 1964).

477Sources : SAEF, PH 169/93 0008 ; Fichier BRH ; Dossier promo. IGF ; Reg. cand. adjoint ; Livre d’or ; Who’s who, 1955-2000 ; Comité pour l’histoire économique et financière de la France, entretien d’André Postel-Vinay avec A. Georges-Picot, 1989.

478Bibliographie : CARRÉ de MALBERG (Nathalie), GEMF ; notice biographique, du site de l’ordre de la Libération (mise à jour le 19 février 2007) ; DOUZOU (Laurent), « Postel-Vinay », dans MARCOT (François) (dir.), Dictionnaire historique de la Résistance, Paris, R. Laffont, 2006, 1248 p. ; LE MASSON (Alix), « La Caisse centrale de la France d’outre-mer et le financement public de la France d’outre-mer de 1944 à 1958 », thèse, histoire, Université de Paris X-Nanterre, 1996, 549 p.

POURCET de SAHUNE Sigismond Louis Joseph Marie

479Né le 6 janvier 1810 à Strasbourg (Bas-Rhin), décédé le 6 septembre 1903 à Soissons (Aisne), fils d’Alexandre Pourcet de Sahune et d’Amélie de Dietrich.

480[Liens de parenté] Gendre d’Augustin Périer député du Rhône (Majorité) 1815-1827 et de l’Isère (Centre gauche) 1827-1830 puis pair de France 1830-1833, et neveu par alliance de Casimir Périer député de la Seine (Ministériel modéré) 1817-1827 et de l’Yonne (Centre gauche) 1827-1830 puis (Majorité ministérielle) 1830-1832.

481Inspecteur des Finances de 3classe 1er avril 1843, démissionnaire 30 décembre 1848.

482Garde des Forêts à cheval (s. d.). Garde général de 2classe 1834. Sous-inspecteur des Forêts 1837. Receveur particulier à Castelnaudary 1849, à Rambouillet 1850, à Soissons 1856. Admis à la retraite 1874.

483LH 1874.

484Sources : Livre d’or ; IGF, 1931 ; Annales forestières, 1842, p. 170 et 1843, p. 261 ; AD de l’Aisne, état civil de Soissons.

485Bibliographie : JOUGLA de MORÉNAS (Henri), Grand armorial de France, Paris, Éditions héraldiques, 1934-1952, t. 5, p. 366 ; WOLFF (Jacques), Les Perier, la fortune et les pouvoirs, Paris, Économica, 1993, 393 p.

PRADA Michel André Jean Edmond

486Né le 2 avril 1940 à Bordeaux (Gironde), fils de Robert Prada expert judiciaire (s. d.) et de Suzanne Bouffard.

487[Liens de parenté] Frère de Jean Prada président de chambre à la Cour des comptes.

488Licencié en droit, diplômé de l’IEP de Bordeaux, Éna (promotion Montesquieu) 1966.

489Adjoint à l’Inspection 1er juin 1966, inspecteur de 3classe 1er décembre 1967, inspecteur de 2classe 1er juin 1970, 1re classe 1er janvier 1976, inspecteur général des Finances 1er juin 1987, admis à la retraite par limite d’âge 3 avril 2006.

490Chargé de mission à l’Inspection 16 septembre 1968-31 décembre 1969. Chargé de mission 1970-1974, sous-directeur des Études et de la Coordination 1974-1975, chargé (p. i.) de la sous-direction de l’Administration des personnels des services extérieurs du Trésor de la direction de la Comptabilité publique 1977-1978. Chef de service au ministère de l’Économie et des Finances 1978. Directeur de la Comptabilité publique 1978-1985. Directeur du Budget 1986-1988. Président du directoire du Crédit d’équipement des petites et moyennes entreprises 1988-1995. Président de la Banque de l’entreprise 1989-1992. Membre du Conseil économique et social 1994-1996. Président de la Commission des opérations de bourse 1995-2002, puis de l’Autorité des marchés financiers 2003-2008. Président du comité exécutif de l’Organisation internationale des commissions de valeurs mobilières (OICV) 1996-1998. Président du Comité des normes de comptabilité publique 1997. Président du comité technique de l’OICV 1998-2000 et depuis 2005. Chargé de la préparation et de l’animation de la présidence du G7/G8 en 2003, 2002-2003. Membre du Financial Crisis Advisory Group de l’International Accounting Standards Board et l’US Financial Accounting Standards Board 2008-2009. Président du board of trustees (« conseil de surveillance ») de l’International Valuation Standards Council (IVSC) depuis 2009. Président du comité de droit financier de Paris Europlace depuis mai 2009. Président du Conseil de normalisation des comptes publics depuis 2009.

491Président du conseil d’administration de l’Orchestre de Paris 1989-2001. Président de l’IEP de Bordeaux 1990-2005. Vice-président de l’Institut français des sciences administratives (avant 2003). Auditeur à la 2e session du Centre des hautes études de l’armement 1975-1976.

492LH 1985, O. 1994, C. 2002. ONM 1977, O. 1989, C. 1999, G. O. 2005.

493Œuvres

  • Le budget, Paris, FNSP, 1989, 164 p. (coll. Cours IEP de Paris, 1988-1989).

  • M. Prada, André Sonrier, La comptabilité publique, Paris, Berger-Levrault, 2e éd. : 1985 (1re éd. : A. Sonrier (dir.), préface de M. Prada, 1978 ; 3e éd. : M. Prada, René Barberye, 1988).

494Sources : www.ivsc.org ; Fichier BRH ; Bulletin quotidien, 20 mai 2009 ; Who’s who, 2011.

495Bibliographie : La Comptabilité publique, continuité et modernité, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1995, 558 p.

PRAIN Roger Auguste François Alphonse

496Né le 23 mai 1928 à Bourg-sous-la-Roche (Vendée), fils d’Auguste Prain gendarme à Renazé (Mayenne) (N), adjudant de gendarmerie à Laval (C) et de Maria Teillet.

497Diplômé de l’IEP de Paris, Éna (promotion Paul Cambon) 1953.

498Rappelé en Algérie du 1er juillet 1956 au 28 novembre 1956.

499Adjoint à l’Inspection 1er octobre 1953, inspecteur de 3classe 1er octobre 1956, 2classe 1er octobre 1958, 1re classe 1er octobre 1962, admis à la retraite différée 1er janvier 1972.

500Conseiller technique au cabinet de Maurice Bourgès-Maunoury ministre de la Défense nationale et des Forces armées 1er mai 1957-12 juin 1957. Chargé de mission au cabinet de Maurice Bourgès-Maunoury président du Conseil 13 juin 1957-6 novembre 1957. Chargé de mission au cabinet de Paul Ribeyre ministre de l’Industrie et du Commerce 6 novembre 1957-8 janvier 1959. Conseiller technique au cabinet de Roger Frey ministre de l’Information 8 janvier 1959-5 février 1960. Conseiller technique au cabinet de Roger Frey ministre délégué auprès du Premier ministre 5 février 1960-1er avril 1960. Conseiller technique au cabinet de Jean Sainteny commissaire général au Tourisme de juin 1960-27 novembre 1962. Rapporteur général de la Commission du tourisme (préparation du IVe Plan) 1960. Commissaire adjoint au Tourisme, chef de service au commissariat général au Tourisme du ministère des Travaux publics et des Transports 1964-1968. Rapporteur général de la Commission du tourisme (préparation du Ve Plan) 1964. Directeur puis membre du directoire du groupe Jean-Lefebvre 1968. Directeur de l’Entreprise Jean-Lefèbvre 1969-1972. Secrétaire général du Crédit commercial de France (CCF) 1972-1974. Directeur général adjoint 1974-1976, puis directeur général du CCF 1976-1982. Vice-président du conseil de surveillance de la Compagnie foncière Élysée 1975. Président-directeur général de la Société pour la location de matériel à l’industrie et au commerce 1976-1979. Président de la Société immobilière Lafayette 1978-1984. Président de l’Union de banque pour l’équipement 1980-1986. Vice-président du comité exécutif, directeur général du CCF 1982. Président du CCF (Suisse) SA 1983-1986. Chargé de mission auprès de l’administrateur général 1983-1984, puis directeur général 1984-1986, puis président-directeur général de l’Européenne de Banque 1986-1991. Président du Nord financier 1987. Président délégué de la Compagnie commerciale et financière européenne de Monaco 1987. Président du conseil de surveillance de Laffitte Pierre 3 1987. Président-directeur général de l’Immobilière Normandie-Languedoc 1991-2004. Administrateur-directeur général de la Banque Vernes 1992-1996. Président-directeur général d’Eurobail et de Pyramides Bail 1992. Président-directeur général de la Banque Vernes 1996. Président de Vernes Invest 1996-1998.

501LH 1985, O. 1993. ONM 1967.

502Sources : SAEF, PH 169/93 0005 ; Fichier BRH ; Dossier promo. IGF ; Annuaire(s) de l’IGF ; ASGP ; Livre d’or ; Who’s who, 1959-2000.

PRATE Alain Marie André

503Né le 5 juin 1928 à Lille (Nord), décédé le 12 septembre 1997, fils de Jean Marie Prate industriel (s. d.), négociant en huile SARL Éloi et Louis Prate (C) et de Suzanne Lecocq.

504Licencié en droit, diplômé de l’IEP de Paris, Éna (promotion Jean Giraudoux) 1952.

505Adjoint à l’Inspection 1er janvier 1953, inspecteur de 3classe 1er janvier 1955, 2classe 1er janvier 1957, 1re classe 1er janvier 1961, inspecteur général des Finances 16 octobre 1969, admis à la retraite et maintenu en activité sur sa demande 6 juin 1994, cessation de fonctions 1er octobre 1994.

506Chargé de mission auprès de la délégation française au sous-comité douanier de la conférence de Bruxelles sur le Marché commun 1956. Chargé de mission à la direction des Relations économiques extérieures 1957. Secrétaire du Comité monétaire et du Comité de politique conjoncturelle de la Communauté économique européenne (CEE) 1958-1962. Directeur des Structures et du Développement économiques à la direction générale des Affaires économiques et financières 1962-1965, puis directeur général du Marché intérieur à la Commission de la CEE 1965-1967. Conseiller technique pour les questions économiques et financières au secrétariat général à la présidence de la République 25 octobre 1967-28 avril 1968. Rapporteur général à la Commission de l’économie générale et du financement (préparation du VIe Plan) 1969. Chef du service de l’Inspection 16 octobre 1969-16 mai 1971. Chargé des fonctions de chef du corps et du service central de l’inspection générale de l’Économie nationale de janvier 1970 à novembre 1971. Directeur général des Douanes et des Droits indirects 1971-1975. Directeur du Crédit national 1975-1979. Président de la Société pour le financement de l’innovation 1975-1980. Président de la Société d’analyses et de diagnostics économiques et financiers 1976-1979. Second sous-gouverneur 1979, puis premier sous-gouverneur de la Banque de France 1980-1984. Président du groupe de travail Politique monétaire (préparation du IXPlan) 1982-1983. Vice-président de la Banque européenne d’investissement 1984-1994. Membre du Conseil économique et social 1994-1997. Président du conseil de surveillance de la Caisse nationale de prévoyance 1994-1997.

507LH 1973, O. 1984, C. 1994. ONM 1968, O. 1977, C. 1990.

508Œuvres

  • La France en Europe, Paris, Économica, 1995, 373 p.

  • Quelle Europe ?, préface de Raymond Barre et Jacques Delors, Paris, Julliard, 1991, 438 p.

  • La France et sa monnaie : essai sur les relations entre la Banque de France et les gouvernements, Paris, Julliard, 1987, 298 p.

  • Les batailles économiques du général De Gaulle, Paris, Plon, 1978, 329 p.

509Sources : Fichier BRH ; Dossier promo. IGF ; Annuaire(s) de l’IGF ; Livre d’or ; Who’s who, 1959, 1961, 1967 et 1969.

510Bibliographie : POIDEVIN (Raymond) et GIRAULT (René) (dir.), Le rôle des ministères des Finances et des ministères de l’Économie dans la construction européenne 1957-1978, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2004, 2 vol. ; FEIERTAG (Olivier) et MARGAIRAZ (Michel) (dir.), Politiques et pratiques des banques d’émission en Europe XVIIe-XXe siècle, Paris, A. Michel/MHBF, 2003, 830 p. ; QUENNOUËLLE-CORRE (Laure), La direction du Trésor, 1947-1967. L’État-banquier et la croissance, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2000, 693 p.

511Autres sources : Archives de la Banque de France, dossiers individuels ; Comité pour l’histoire économique et financière de la France, entretien d’Alain Prate avec A. de Castelnau, 1997 ; Fondation Charles-De-Gaulle, entretien d’Alain Prate.

PRÉVOST Jules César

512Né le 28 octobre 1834 à Picquigny (Somme), décédé le 31 janvier 1897, fils de Théodore Julien Prévost receveur de l’Enregistrement (N) et de Marie Françoise Stéphanie Gilbert.

513[Liens de parenté] Frère d’Alfred Ernest Prévost conseiller référendaire de 2classe à la Cour des comptes 1909.

514Licencié en droit.

515Inspecteur des Finances de 4classe 1er avril 1864, 3classe 1er mai 1868, 2classe 1er avril 1874, 1re classe 1er avril 1878.

516Surnuméraire au Contentieux du ministère des Finances 1854. Commis d’ordre au secrétariat général du ministère des Finances 1856. Détaché auprès de l’armée d’Italie 1859-1860. Commis au Secrétariat général 1860, à la direction du Personnel 1861. Sous-directeur à la direction du Mouvement général des fonds 1881. Directeur de la Dette inscrite 1887-1892. Conseiller maître à la Cour des comptes 1892. Mort en fonctions.

517LH 1878, O. 1882.

518Sources : AN, LH 2224/72 ; SAEF, 1C 30750 ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; TROLARD, 1998, p. 98-99, 122 et 124.

519Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 162 ; FRÉMONT, Les payeurs d’armées : historique du service de la trésorerie et des postes aux armées. I. (1293-1870), Paris, Plon-Nourrit, 1906, p. 433 ; Dictionnaire biographique des magistrats de la Cour des comptes 1807-2007, Paris, La Documentation française, 2007, p. 409.

PRIVAT-DESCHANEL Georges

520Né le 21 avril 1868 à Paris (14e), décédé le 29 novembre 1942 à Paris, fils d’Augustin Privat-Deschanel ancien élève de l’École normale supérieure, proviseur au lycée de Vanves, professeur de physique au lycée Louis-le-Grand (s. d.), décédé (C) et d’Anne Eugénie Adelina Delcourt.

521École polytechnique 1887, École d’application de l’artillerie et du génie 1889.

522Adjoint à l’Inspection 1er avril 1891, inspecteur de 4classe 1er juillet 1893, 3classe 1er juillet 1896, 2classe 8 janvier 1900, 1re classe 16 mars 1909, inspecteur général des Finances 1er août 1918, admis à la retraite en décembre 1920.

523En mission (Exposition universelle de 1900) au ministère du Commerce, de l’Industrie, des Postes et Télégraphes 1897-1899. Chef du cabinet de Joseph Caillaux* ministre des Finances 24 juin 1899-15 décembre 1900. Sous-directeur chargé des personnels à la direction du Personnel et du Matériel du ministère des Finances 1900. Directeur du Personnel et du Matériel 1900-1902. Directeur de la Dette inscrite 1902-1905. Directeur du Contrôle des administrations financières et de l’Ordonnancement 1905. Directeur général des Manufactures de l’État 1905-1907. Directeur général de la Comptabilité publique 1907-1912. Conseiller d’État (s. e.) 1907. En mission au Maroc 1912. Procureur général près la Cour des comptes 1912-1913. Directeur général de la Comptabilité publique 1913-1919. Chargé des fonctions de secrétaire général du ministère des Finances 1913-1914. Conseiller d’État (s. o.) 1913-1919. Directeur général du Crédit français 1920-1933.

524LH 1899, O. 1906, C. 1912, G. O. 1919.

525Œuvres

  • J. Caillaux, A. Touchard, G. Privat-Deschanel, Les impôts en France. Traité technique, Paris, Chevalier-Marescq, 1896-1904, 2 vol. comprend : I. Contributions directes, enregistrement, domaines et timbre. II. Contributions indirectes, monopoles, octrois, impôt sur le sucre et ses dérivés, douanes, postes, télégraphes et téléphones. La 2e édition a paru en 1911 sous le seul nom de J. Caillaux.

526Sources : AN, LH 19800035/1237/42778 ; SAEF 1C 34845 ; registre de scolarité de l’École polytechnique ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; Qui êtes-vous ?, 1908 et 1924 ; MOLEUX (Ch.-A.), « Nécrologie. Privat-Deschanel », La Gazette de l’Inspection, n° 12, sept. 1943, p. 2-11.

527Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 162 ; CREPEY (A.) (dir.), La Cour des comptes, Paris, Éd. du CNRS, 1984, p. 1060 ; DRAGO (Roland) et al. (dir.), Dictionnaire biographique des membres du Conseil d’État 1799-2002, Paris, Fayard, 2004, p. 580 ; Dictionnaire biographique des magistrats de la Cour des comptes 1807-2007, Paris, La Documentation française, 2007, p. 411 ; DESCAMPS (Florence), « Administration consultative et administration active : le cas des comités d’économies et de réforme administrative de l’entre-deux-guerres », Revue administrative, n° 373, janv.-fév. 2010, p. 75-83 ; ALLAIN (Jean-Claude), Joseph Caillaux, un destin dans le siècle, Paris, Imprimerie nationale, 1978 et 1981, 2 vol.

PROT Baudouin Daniel Claude

528Né le 24 mai 1951 à Paris (17e), fils d’André Prot directeur de sociétés (s. d.) et de Marguerite Le Febvre.

529École des HEC, Éna (promotion Guernica) 1976.

530Adjoint à l’Inspection 1er juin 1976, inspecteur de 3classe 1er décembre 1977, 2classe 1er juin 1980, 1re classe 1er juin 1985, inspecteur général des Finances 1er juin 1993, (admis à la retraite début 2010).

531Chargé de mission auprès du directeur de l’Énergie et des Matières premières du ministère de l’Industrie 1980-1982. Adjoint du directeur général de l’Énergie et des Matières premières du ministère de l’Industrie 1982-1983. Directeur adjoint à la division internationale 1983-1985, directeur du département Europe 1985-1987, directeur à la direction centrale des réseaux métropolitains 1987-1989, directeur central de la BNP 1989-1992. Président du groupement Carte bleue 1991-1997. Directeur général adjoint, chargé de la direction centrale des réseaux métropolitains de la BNP 1992-1996, directeur général chargé des activités bancaires en France de la BNP 1996-2000, directeur général de BNP-Paribas 1999, administrateur-directeur général de BNP-Paribas depuis 2000. Président 2005-2006 et 2009-2010, vice-président de la Fédération bancaire française 2008-2009. Président de l’Association française des banques depuis mai 2009.

532LH 1999, O. 2010. ONM 1994, O. 2006.

533Œuvres

  • B. Prot, M. de Rosen (dir.), Le retour du capital : les fusions-acquisitions en France et dans le monde, Paris, O. Jacob, 1990, 239 p.

  • B. Prot (coord.), La jeunesse inégale : de l’école à l’entreprise : les leçons de l’étranger, Paris, Économica, 1987, 133 p. (Association pour l’étude des expériences étrangères).

  • C. de Croisset, B. Prot, M. de Rosen (dir.), Dénationalisations : les leçons de l’étranger, Paris, Économica, 1986, 209 p.

  • C. de Croisset, B. Prot, M. de Rosen (dir.), Réduire l’impôt : les leçons de l’étranger, Paris, Atlas-Économica, 1985, 154 p.

  • René Lenoir et Baudouin Prot, L’information économique et sociale des Français. 1. Dans les grands pays industrialisés. 2. Pour prévoir, produire et vivre en société, Paris, La Documentation française, 1979, 2 vol. (2e éd. : Paris, Economica, 1980) (rapport au président de la République).

  • Rémy Baudoin (pseud.), Michel Stak (pseud. de Michel de Rosen), S. Vignemont (pseud. de S. Weinberg), Armée, nation : le rendez-vous manqué, Paris, Presses universitaires de France, 1975, 382 p.

534Sources : Fichier BRH ; Fichier CV succinct ; Dossier promo. IGF ; Bulletin quotidien, 29 mai 2009.

PROTO Sébastien

535Né le 25 novembre 1977 à Suresnes (Hauts-de-Seine), fils d’Albert Proto cadre supérieur de société (s. d.) et de Josiane Guiho cadre de société (s. d.).

536École supérieure des sciences économiques et commerciales, diplômé de l’IEP de Paris, Éna (promotion Léopold Sedar Senghor) 2004.

537Adjoint à l’Inspection 1er avril 2004, inspecteur de 3classe 1er octobre 2005, 2classe 6 octobre 2006, 1re classe 1er avril 2007.

538Auditeur junior chez Arthur Andersen 1999-2000. Rapporteur de la Commission de réflexion sur la dette publique (commission Pébereau*) 2005. Rapporteur de la Commission sur l’économie de l’immatériel (commission Lévy-Jouyet*) 2006. Directeur adjoint en charge de la modernisation de l’État au cabinet d’Éric Woerth ministre du Budget, des Comptes publics, de la Fonction publique et de la Réforme de l’État 21 juin 2007-10 juillet 2009. Directeur (en parallèle) du cabinet d’André Santini secrétaire d’État à la Fonction publique 21 janvier 2009-juin 2009. Directeur du cabinet d’Éric Woerth ministre du Budget, des Comptes publics, de la Fonction publique et de la Réforme de l’État 10 juillet 2009-22 mars 2010. Directeur de cabinet d’Éric Woerth ministre du Travail, de la Solidarité et de la Fonction publique 25 mars 2010-6 décembre 2010. Gérant de la banque Rotschild et Cie 2011. Directeur du cabinet de Valérie Pécresse ministre du Budget, des Comptes publics et de la Réforme de l’État depuis le 7 juillet 2011.

539Sources : Fichier BRH ; Fichier CV succinct ; Fiche rens. ; Bulletin quotidien, 13 janvier 2009 ; Who’s who, 2011.

PUIBUSQUE (de) (ou Puybusque) César

540Né le 25 avril 1806 à Paris (1er arr. ancien), décédé le 18 décembre 1844 à Paris (10e arr. ancien), fils de Louis Guillaume de Puibusque commissaire des guerres sous l’Empire (N), prisonnier en Russie un temps, sous-intendant militaire (C) (décédé en 1841) et de Marie Suzanne Desroche.

541[Liens de parenté] Frère d’Adolphe-Louis avocat, sous-préfet sous la Restauration et littérateur (1801-1863) et de Jacques général de brigade en 1855.

542Adjoint à l’Inspection 1er mai 1832, inspecteur de 3classe 1er mai 1834, 2classe 27 janvier 1839, mort en fonctions.

543Surnuméraire 1829. Commis de 4classe au secrétariat particulier à l’Indemnité des émigrés. Attaché au cabinet du baron Dominique Louis ministre des Finances 1831.

544Sources : ADP, état civil, 5Mi1 135 et 5Mi1 1326 ; SAEF, 1C 30748 ; Livre d’or ; IGF, 1931.

545Bibliographie : HOEFER (Ferdinand) (dir.), Nouvelle biographie universelle, Paris, Firmin-Didot, 1852-1866, t. 46.

PUISSANT du LÉDO Alphonse Étienne Pierre

546Né le 24 octobre 1816 à Besançon (Doubs), décédé le 29 juin 1869 à Luxeuil-les-Bains (Haute-Saône), fils d’Adrien Jacques Marie Puissant du Lédo payeur des guerres (s. d.) et de Françoise Bernardine de Buzon de Champdivers.

547Adjoint à l’Inspection 1er mai 1844, sous-inspecteur 10 juin 1846, inspecteur de 3classe 1er février 1849, 2classe 1er mai 1853, 1re classe 1er mars 1860, inspecteur général des Finances 17 septembre 1866, mort en fonctions.

548Commis au Contrôle central 1841. Commis au cabinet de Jean Lacave-Laplagne ministre des Finances 1842.

549LH 1861.

550Sources : SAEF, 1C 5499 ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; TROLARD, 1998, p. 27-29, 34-35 et 59.

551Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 162.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par