Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

Notices biographiques

Gagey à Guyot

Texte intégral

GAGEY Frédéric Nicolas Pierre Paul

1Né le 29 juin 1956 à Vesoul (Haute-Saône), fils de Jacques Gagey universitaire (s. d.) et d’Anne Eve Jacquard universitaire (s. d.).

2École polytechnique 1977, École nationale de la statistique et de l’administration économique 1980.

3Nommé dans l’emploi d’inspecteur des Finances de 2classe 1er juin 1990, titularisé inspecteur de 2classe 1er décembre 1991, 1re classe 1er juin 1995, inspecteur général des Finances 26 décembre 2001.

4Administrateur de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) de 2classe à la direction générale de l’Insee 1982. Assistant professeur d’économie à l’École nationale de la statistique et de l’administration économique 1982-1985. Administrateur de l’Insee de 2classe, chef de la section environnement international et commerce extérieur de la division de la Conjoncture de l’Insee 1985-1987, puis au bureau de l’Industrie de la sous-direction des Études sectorielles de la direction de la Prévision 1987-1988. Administrateur de l’Insee de 1re classe 1988. Chargé du bureau de l’Industrie 1988-1989, puis chef du bureau de l’Industrie de la sous-direction des Études sectorielles de la direction de la Prévision 1989-1990. Administrateur de l’Insee hors classe 1990. Rapporteur du Groupe État, administration et services publics de l’an 2000, modernisation et efficacité (préparation du XIe Plan) 1992. Directeur du contrôle de gestion de la compagnie Air Inter 1994. Directeur général adjoint chargé des affaires financières, juridiques et administratives et directeur du contrôle de gestion central de la compagnie Air France Europe 1996-1997. Directeur de l’ingénierie financière, des participations et de la communication financière à Air France 1997. Directeur des affaires financières à Air France-KLM 1999-2004. Directeur général délégué financier de KLM Royal Dutch Airlines aux Pays-Bas depuis 2005.

5ONM 2009.

6Œuvres

  • F. Gagey (textes choisis et présentés par), Comprendre l’économie africaine, Paris, L’Harmattan, 1986, 566 p. (rééd. : 1992).

7Sources : Fichier BRH ; Fichier CV succinct ; Dossier gestion ; Who’s who, 2000-2005 ; Annuaire(s) de l’IGF.

GAILLARD Yann Marie

8Né le 9 octobre 1936 à Paris (14e), fils de Gilbert Gaillard instituteur (s. d.) et de Simone Lorvol.

9Licencié en droit, diplômé de l’IEP de Paris, Éna (promotion Lazare Carnot) 1961.

10Adjoint à l’Inspection 1er juin 1961, inspecteur de 3classe 1er décembre 1962, 2classe 1er février 1966, 1re classe 1er octobre 1970, inspecteur général des Finances 1er avril 1978, admis à la retraite sur sa demande 1er octobre 1998.

11Conseiller technique au cabinet d’Edgar Faure ministre de l’Agriculture 8 janvier 1966-1er novembre 1967. Secrétaire général adjoint du Comité interministériel pour les questions de coopération économique européenne 1967-1969. Directeur adjoint du cabinet d’Edgar Faure ministre de l’Éducation nationale 18 juillet 1968-26 juin 1969. Directeur du cabinet de Robert Boulin ministre de la Santé publique et de la Sécurité sociale 26 juin 1969-10 juillet 1972. Directeur du cabinet d’Edgar Faure ministre des Affaires sociales 10 juillet 1972-5 avril 1973, puis président de l’Assemblée nationale 5 avril 1973-11 avril 1978. Conseiller général de l’Aube 1976-2001. Maire d’Essoyes (Aube) 1977-2001. Directeur du cabinet de Robert Boulin ministre du Travail et de la Participation 11 avril 1978-1er novembre 1979. Commissaire du Gouvernement auprès de la Banque centrale des coopératives et des mutuelles 1982. Président du conseil d’administration de la Société centrale de banque 1984-1987. Président-directeur général de la Société de banque de Provence 1985-1987. Conseiller régional de Champagne-Ardenne 1986-1992. Vice-président du conseil général de l’Aube 1994-2001. Sénateur (Rassemblement pour la République puis Union pour un mouvement populaire) de l’Aube depuis 1994. Secrétaire de la Commission des finances, du contrôle budgétaire et des comptes économiques de la nation 2001.

12LH 1985. ONM 1971, O. 1978.

13Œuvres

  • Adieu Colbert, Paris, C. Bourgois, 2000, 286 p.

  • Le marché de l’art français aux enchères, Paris, Économica, 2000, 249 p.

  • Reliques des morts illustres, Paris, C. Bourgois, 1994, 178 p.

  • L’orignal, Paris, P. Belfond, 1990, 131 p.

  • Mort des morts illustres, Paris, C. Bourgois, 1988, 220 p.

  • Choix de morts illustres, Paris, Union générale d’édition, 1987, 442 p.

  • L’amateur d’épouvante ou le RER s’arrête à Boissy-Saint-Léger, Paris, P. Belfond, 1985, 203 p.

  • Chronique des morts illustres, Paris, C. Bourgois, 1984, 281 p.

  • La sirène du Jardin des plantes, Paris, P. Belfond, 1981, 156 p.

  • Suppléments au voyage de La Pérouse : essai sur les voyages imaginaires et autres au XVIIIe siècle, Paris, M. Nadeau-Papyrus, 1980, 206 p.

  • Buffon : biographie imaginaire et réelle…, préface d’Edgar Faure, Paris, Hermann, 1977, 173 p.

  • Gloire des morts illustres, Paris, R. Laffont, 1977, 214 p.

  • Le Cirque Orfala, Paris, P. Belfond, 1975, 150 p.

  • Mémoires des morts illustres, Paris, Gallimard, 1973, 216 p.

  • Vies des morts illustres (suivie de) Les données du problème, Paris, C. Bourgois, 1968, 253 p.

  • Collection particulière, essai en forme de tableaux, Paris, Julliard, 1966, 157 p.

  • Le pingouin aux olives, Paris, Julliard, 1964, 103 p.

14Sources: SAEF, 2526; Fichier BRH; Livre d’or; Who’s who, 1969-2005.

15Autres sources : Association Georges-Pompidou, entretien de Yann Gaillard avec Anne Leboucher-Sebbab et Véronique Pradier.

GAILLARD d’AIMÉ Félix

16(Autorisé par jugement du tribunal de la Seine du 24 juillet 1942 à s’appeler Gaillard d’Aimé conformément à la loi du 2 juillet 1923, tendant à perpétuer le nom des citoyens morts pour la patrie pendant la guerre de 1914-1918).

17Né le 5 novembre 1919 à Paris (8e), décédé le 9 juillet 1970 en mer entre Jersey et Guernesey, fils de Maurice Gaillard ingénieur des Mines (C), conseiller général de la Charente (s. d.) et d’Alice d’Aimé.

18Licencié en droit, diplômé de l’ELSP.

19Membre de la délégation générale de la Résistance en 1943-1944, adjoint d’A. Parodi chef de la délégation générale. Membre du comité financier de la Résistance en février 1944. Secrétaire du comité des secrétaires généraux clandestins des ministères d’avril 1944 à la Libération.

20Adjoint à l’Inspection 16 avril 1943, inspecteur de 3classe 1er octobre 1945, 2classe 1er janvier 1950, 1re classe 1er janvier 1955, mort en fonctions.

21En mission à Washington auprès de Jean Monnet président du Comité des approvisionnements aux États-Unis, haut commissaire de la France aux États-Unis (plan d’importation Prêt-bail) 12 octobre 1944. Directeur du cabinet de Jean Monnet commissaire général au Plan de modernisation et d’équipement 1945. Directeur du cabinet de François Tanguy-Prigent sous-secrétaire d’État aux Affaires économiques 26 janvier 1946. Député (radical-socialiste, non inscrit, Rassemblement démocratique, Fédération de la gauche démocrate et socialiste) de la Charente 1946-1970. Sous-secrétaire d’État aux Affaires économiques du gouvernement de Robert Schuman 24 novembre 1947-25 juillet 1948. Délégué à l’Assemblée de l’Europe à Strasbourg 1949. Secrétaire d’État à la présidence du Conseil du gouvernement de René Pleven 11 août 1951-19 janvier 1952. Président du Conseil supérieur de la fonction publique 1951. Secrétaire d’État à la présidence du Conseil et aux Finances des gouvernements d’Edgar Faure président du Conseil et ministre des Finances puis d’Antoine Pinay président du Conseil et ministre des Finances et des Affaires économiques 20 janvier 1952-7 janvier 1953. Secrétaire d’État à la présidence du Conseil du gouvernement de René Mayer 8 janvier 1953-27 juin 1953. Président de la Commission du financement du Commissariat général du Plan 1953. Président de la délégation française auprès du Comité des délégués gouvernementaux institués par la conférence des ministres des Affaires étrangères de Messine 1953. Président de la Commission de l’économie générale et du financement au Commissariat général du Plan 1956. Ministre des Finances, des Affaires économiques et du Plan du gouvernement de Maurice Bourgès-Maunoury 13 juin 1957-5 novembre 1957. Président du Conseil 6 novembre 1957-15 avril 1958. Président du Parti républicain radical et radical-socialiste 1958-1961. Conseiller général de la Charente 1965-1970. Conseiller municipal puis maire de Barbézieux (Charente) 1965. Élu président du comité « Charente 1980 » 1966.

22Médaille de la Résistance.

23Sources : Fichier BRH ; Reg. cand. adjoint ; ASGP ; Livre d’or ; Who’s who, 1955-1970 ; Who’s Who du XXe siècle, p. 877.

24Bibliographie : YVERT (Benoît) (dir.), Premiers ministres et présidents du Conseil depuis 1815, Paris, Perrin, 2002, p. 534-540 ; Les ministres des Finances de 1870 à nos jours, Paris, Ministère de l’Économie et des Finances-Ministère du Budget, 1992, p. 212-213 ; CAZENAVE (Samuel), Félix Gaillard, le président, Boulogne-Billancourt, Ginkgo, 2011, 308 p.  ; LE DOUAREC (François), Félix Gaillard 1919-1970. Un destin inachevé, Paris, Économica, 1991, 246 p.

GALHAU (de) voir VILLEROY de GALHAU

GALLOT Michel Jean Pierre Jacques Marin

25Né le 16 janvier 1931 à Paris (16e), fils de Jean Gallot docteur en médecine (s. d.) et d’Andrée Fouet.

26[Liens de parenté] Gendre de Robert Montarnal*.

27Licencié en droit, diplômé de l’IEP de Paris, Éna (promotion France-Afrique) 1957.

28Rappelé en Algérie du 16 janvier 1957 au 31 juillet 1957.

29Adjoint à l’Inspection 1er août 1957, inspecteur de 2classe 1er août 1959, 2classe 16 février 1962, 1re classe 1er janvier 1969, admis à la retraite 1er juin 1994.

30Rapporteur au Comité (Rueff-Armand) chargé d’examiner les situations qui constituent un obstacle à l’expansion de l’économie française 1959-1960. Chargé de mission au cabinet de Wilfrid Baumgartner* ministre des Finances et des Affaires économiques 22 janvier 1960-18 janvier 1962. Conseiller technique auprès de la délégation française du Conseil économique et social des Nations unies 1961-1962. Détaché auprès du Crédit Lyonnais 1962. Sous-directeur des agences de Paris au Crédit Lyonnais 1963-1964. Directeur adjoint à la direction générale 1964-1968, secrétaire général 1968, directeur chargé de l’administration générale 1968-1973, directeur général adjoint 1973-1991, conseiller du président du Crédit Lyonnais 1991-1994. Président de la Société de la banque occidentale 1976-1994. Président du conseil de surveillance de la SA immobilière et financière Gras Savoye 1992-1998. Consultant financier au CATC 1994-2000. Consultant financier à Parcofrance 2000-2001. Consultant financier à BI 2001.

31LH 1982, O. 1991. ONM 1970, O. 1997.

32Sources: Fichier BRH; Livre d’or; Who’s who, 1963-2005.

33Bibliographie : DESJARDINS, 2003.

GALLUT Jean François Marie Joseph Emmanuel

34Né le 17 avril 1868 à Jonzac (Charente-Maritime), décédé le 4 septembre 1943, fils de Jean Antoine Eugène Gallut avocat (N), juge de paix à Saintes (Charente-Maritime) (C) et de Marie Désirée Léontine Birot.

35Licencié en droit.

36Adjoint à l’Inspection 1er avril 1897, inspecteur de 4classe 21 avril 1899, 3classe 1er juin 1901, 2classe 1er juin 1906, 1re classe 16 septembre 1912, démissionnaire 21 mars 1914.

37Surnuméraire 1893, commis de 2classe 1893, commis de 1re classe à la direction des Contributions indirectes 1894. Directeur du contrôle financier auprès du gouverneur général de l’Afrique occidentale française 1907. Directeur du contrôle financier auprès du gouverneur de l’Indochine 1907-1912. Directeur général des Finances du protectorat français au Maroc 1912-1914. Administrateur délégué de la Société centrale des banques de province 1914-1943.

38Enseigne à l’ELSP 1903.

39LH 1909, O. 1914.

40Sources : SAEF, 1C 34833 ; Reg. cand. adjoint ; Livre d’or ; IGF, 1931.

41Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 133.

GANNE de BEAUCOUDREY Raymond Hyacinthe

42Né le 24 février 1846 à Saint-Nicolas-de-Granville (Manche), décédé le 11 octobre 1932 à Paris (16e), fils de Hector Ganne de Beaucoudrey rentier (N) et de Hyacinthe Zoé Lechartier de Boisnay.

43Licencié en droit.

44Engagé volontaire comme officier dans un bataillon de la garde mobile du 18 août 1870 au 30 mars 1871.

45Adjoint à l’Inspection 1er mai 1873, inspecteur de 4classe 1er mai 1875, 3classe 1er juillet 1877, 2classe 20 octobre 1881, 1re classe 1er janvier 1888, inspecteur général des Finances 1er juillet 1896, admis à la retraite 7 mars 1911.

46Surnuméraire à la direction du Contrôle central 1867. Surnuméraire 1867, puis commis ordinaire de 2classe au secrétariat général du ministère des Finances 1870.

47LH 1889, O. 1899.

48Œuvres

  • Le langage normand au début du XXe siècle noté sur place dans le canton de Percy (Manche), Paris, A. Picard et fils, (1912), 477 p.

49Sources : Renseignements aimablement communiqués par M. Dominique de Beaucoudrey ; SAEF, 1C 34833 et 1C 70751 ; AN, LH 1068/46 ; Livre d’or ; IGF, 1931.

50Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 133 ; CDEA, t. 20, p. 144 ; Dictionnaire biographique… de la Manche, Paris, H. Jouve, 1894, n. p.

GARANDEAU Éric Michel Christian Jacques

51Né le 6 mars 1973 à Angers (Maine-et-Loire), fils de Michel Garandeau chirurgien-dentiste (s. d.) et de Catherine Lothion-Mabileau enseignante (s. d.).

52[Liens de parenté] Ancien époux de Marie Cheval*.

53Diplômé de l’IEP de Paris, Éna (promotion Valmy) 1998.

54Adjoint à l’Inspection 1er avril 1998, inspecteur de 3classe 1er octobre 1999, 2classe 1er avril 2002, 1re classe 6 octobre 2006.

55Chargé de mission responsable du projet Synergia auprès du président de France Télévision 2001-2002. Conseiller technique au cabinet de Jean-Jacques Aillagon ministre de la Culture et de la Communication 27 mai 2002-30 avril 2004. Directeur juridique et financier du Centre national de la cinématographie 2004-2007. Conseiller technique culture et communication à la présidence de la République depuis le 1er juin 2007.

56Sources : Fichier BRH ; Dossier promo. IGF ; Who’s who, 2011.

GARANDEAU Marie voir CHEVAL Marie

GARCERIE Louis Jacques Nicolas

57Né le 23 juin 1795, décédé à une date inconnue.

58Élève-inspecteur 27 avril 1815, sous-inspecteur 1er avril 1819, inspecteur de 2classe 6 décembre 1822.

59Surnuméraire à la direction du Trésor (s. d.). Contrôleur des Contributions indirectes à Lyon 1826. Directeur des Contributions indirectes à Grasse, Dax, Alès, Montélimar. Receveur principal à Brignoles (Var) (s. d.).

60Sources : Livre d’or ; IGF, 1931.

GARIOD Philibert Joseph

61Né le 17 janvier 1787 à Chambéry (Savoie), décédé le 15 novembre 1847 à Strasbourg (Bas-Rhin).

62Sous-inspecteur du Trésor de 2classe 12 mars 1812, sous-inspecteur des Finances de 1re classe 6 mars 1817, inspecteur de 1re classe 6 décembre 1822.

63Employé auprès du payeur de Seine-et-Marne (s. d.). Payeur général du Bas-Rhin 1834. Mort en fonctions.

64LH 1831.

65Sources : Livre d’or ; IGF, 1931.

GARNIER François Raoul Henry Marie

66Né le 8 novembre 1916 à Montigny-sur-Avre (Eure-et-Loir), fils de Raoul Alphonse Henri Joseph Garnier commandant du 14régiment de dragons (N), lieutenant-colonel de cavalerie en retraite (C) et de Marie Anthelmine Eugénie Jeanne Cauchy.

67Docteur en droit, diplômé de l’ELSP.

68Sous les drapeaux à partir du 15 octobre 1937, puis mobilisé jusqu’au 10 septembre 1940. Engagé volontaire du 1er septembre 1944 au 20 juillet 1945 (2DB). Il a participé aux combats de la libération de Paris.

69Adjoint à l’Inspection 1er mai 1945, inspecteur de 3classe 1er juin 1947, 2classe 1er mars 1949, 1re classe 1er janvier 1955, admis à la retraite différée 1er juillet 1960.

70Rédacteur, agent contractuel au service des Prix du ministère secrétariat d’État au Ravitaillement 1er août 1942-31 mars 1943. Employé au Service national des statistiques, devenu Institut national de la statistique et des études économiques, 16 avril 1944-1er septembre 1944. Rapporteur auprès du Conseil supérieur de confiscation des profits illicites 1946. Rapporteur auprès du Comité central d’enquête sur le coût et le rendement des services publics 1946. Rapporteur auprès du Comité de contentieux de l’Agence judiciaire du Trésor 1946. Nommé chargé de mission auprès du haut commissaire et gouverneur général de l’Afrique équatoriale française à Brazzaville 1948, non installé. Contrôleur des dépenses engagées du ministère de la Défense 1948-1956. Contrôleur financier du ministère de la Défense 1956-1958 (le service des dépenses engagées des Armées est remplacé par celui du contrôle financier en 1962). Secrétaire général adjoint 1958, puis secrétaire général des Grands Magasins Au Printemps 1959-1977. Président-directeur général du Printemps-Nation et du Printemps-Parly 2 1962-1971. Président-directeur général d’Uniprintemps 1972-1973. Président-directeur général de la Société financière de grands magasins 1974-1977. Président du conseil de surveillance de la Banque commerciale privée 1978-1990.

71Auditeur à l’IHEDN 1948.

72LH 1947, O. 1956. Croix de guerre 1939-1945.

73Œuvres

  • « L’institution et l’évolution du contrôle des changes en France », Paris, Librairie du Recueil Sirey, 1941, 231 p. (th. doctorat, droit, Paris).

74Sources : SAEF/1C 34833 ; Fichier BRH ; Dossier promo. IGF; Reg. cand. adjoint; Livre d’or; Who’s who, 1955-2000.

75Autres sources : Comité pour l’histoire économique et financière de la France, entretien de François Garnier avec Ch. Pichon et Ph. Masquelier, 1990.

GAS Louis Hippolyte

76Né le 8 janvier 1774 à Montpellier (Hérault), décédé le 2 février 1850 à Paris (2arr. ancien).

77Élève-inspecteur du Trésor 15 février 1811, sous-inspecteur de 2classe 8 mars 1813, inspecteur de 2classe 6 décembre 1822.

78Préposé du trésorier des départements de l’au-delà des Alpes (s. d.). Sous-chef de bureau au ministère des Finances 1824.

79Sources : ADP, état civil, 5Mi1 1406 ; Livre d’or ; IGF, 1931.

GASTINEL Hervé

80Né le 11 mars 1966 à Guérande (Loire-Atlantique), fils de Jean-Louis Gastinel ingénieur, directeur de production (s. d.) et de Marie-Pierre Bourvon enseignante de philosophie (s. d.).

81École supérieure des sciences économiques et commerciales, DESS marchés financiers, diplômé de l’IEP de Paris, Éna (promotion Léon Gambetta) 1993.

82Adjoint à l’Inspection 1er mars 1993, inspecteur de 3classe 1er septembre 1994, 2classe 1er mars 1997, démissionnaire 1er janvier 2008.

83Conseiller technique au cabinet de René Monory président du Sénat 1er mars 1997-1er janvier 1998. Secrétaire du comité exécutif du groupe, membre du comité de direction générale et directeur du plan de Saint-Gobain 1998-2000. Directeur général 2000-2003, puis président-directeur général de Saint-Gobain Terreal depuis 2003.

84Chargé d’enseignement à l’Éna et à Paris II-Panthéon-Assas (s. d.).

85Œuvres

  • H. Gastinel, É. Bernard, Les marchés boursiers dans le monde : situation et évolution, Paris, Monchrestien, 1996, 158 p.

86Sources : Fichier BRH ; Fichier CV succinct ; Dossier promo. IGF; Annuaire(s) de l’IGF; Who’s who, 2007.

GATIER Jérôme Gabriel François Pascal

87Né le 20 octobre 1960 à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), fils de Félix Gatier architecte (N) et de Sylvie Regnault journaliste (s. d.), éditrice (au moment de l’entrée à l’X).

88École polytechnique 1981, École nationale des ponts et chaussées 1984-1986.

89Nommé dans l’emploi d’inspecteur des Finances de 2classe 1er juin 1994, titularisé inspecteur de 2classe 1er décembre 1995, 1re classe 1er mai 2005.

90Ingénieur des Ponts et Chaussées, chef du service des grandes infrastructures de la direction départementale de l’Équipement de l’Oise 1987-1991. Conseiller technique auprès du sous-directeur des Systèmes d’informations et des Investissements immobiliers à la direction des Hôpitaux du ministère des Affaires sociales, de la Santé et de la Ville 1991-1994. Ingénieur des Ponts et Chaussées de 1re classe 1995. Rapporteur spécialisé du Comité des prix de revient des fabrications d’armement 1996. Directeur du patrimoine 1998-2001, puis directeur du patrimoine et de la maintenance du groupe Accor 2001-2003. Directeur général adjoint des services techniques d’Accor SA 2003-2004. Directeur de l’audit et de l’organisation du groupe Suren 2005-2006. Directeur du patrimoine et du développement du groupe Medidep-Suren 2006. Directeur du développement et de la construction du groupe Korian 2006-2009. Directeur de projet chargé de conduire et d’animer la mise en œuvre du projet Plan bâtiment Grenelle auprès du directeur général de l’Aménagement, du Logement et de la Nature au ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire depuis 2009.

91Sources : Fichier BRH ; Fichier CV succinct ; Dossier gestion ; Annuaire(s) de l’IGF ; Bulletin quotidien, 5 mars 2009.

GATINE Marie Alexandre Albert

92Né le 21 août 1854 à Paris (2e arr. ancien), décédé le 27 juin 1938 à Paris (7e), fils d’Adolphe Ambroise Alexandre Gatine avocat au Conseil d’État et à la Cour de cassation (N), gouverneur de la Guadeloupe 1848 et d’Eulalie Perrine Augustine Victoire Egault des Noës.

93École polytechnique 1873, démissionnaire 31 janvier 1874, de nouveau admis en 1874.

94Adjoint à l’Inspection 1er avril 1878, inspecteur de 4classe 1er mars 1880, 3classe 1er décembre 1885, 2classe 1er avril 1891, 1re classe 1er juillet 1896, inspecteur général des Finances 15 mars 1909, admis à la retraite en 1919.

95Surnuméraire au secrétariat général du ministère des Finances 1876, puis à l’Ordonnancement 1878. Chef du cabinet de Georges Cochery ministre des Finances 30 juillet 1909-3 novembre 1910. Président de la Commission des concessions coloniales et des domaines 1919-(1932 ?). Président de la Commission de vérification des comptes des chemins de fer coloniaux 1923-(1932 ?).

96LH 1898, O. 1910, C. 1932.

97Sources : AN, LH 19800035/108/13572 ; SAEF, 1C 34833 ; registre de scolarité de l’École polytechnique ; Livre d’or ; IGF, 1931.

98Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 132.

GAUDIBERT Jean Marie Henry

99Né le 1er avril 1873 au Havre (Seine-Maritime), décédé le 31 mai 1965 à Paris, fils de Jean Marie Gaudibert courtier de commerce (N), négociant au Havre décédé (C) et de Joséphine Aline Saint-Georges.

100Licencié en droit.

101Adjoint à l’Inspection 1er avril 1901, inspecteur de 4e classe 1er mars 1905, 3classe 16 novembre 1907, 2classe 1er octobre 1911, 1re classe 3 juin 1919, inspecteur général des Finances 13 février 1931, admis à la retraite 1er février 1937.

102Attaché au secrétariat de la première présidence de la Cour des comptes 1897. Directeur du contrôle financier à Madagascar 1907-1911. Contrôleur des dépenses engagées au ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts 1914-1917, puis au ministère des Affaires étrangères 1917-1919. Directeur du Personnel, de la Comptabilité et du Matériel à la préfecture de Police 1919-1929. Délégué des porteurs français de fonds serbes et membre du conseil d’administration des Monopoles du royaume de Serbie à Belgrade 1929-1937. Vice-président 1937, puis président du Comptoir Lyon-Alemand 1947-1949.

103LH 1919, O. 1929.

104Sources : SAEF, 1C 34833 ; Fichier BRH ; Reg. cand. adjoint ; Livre d’or ; IGF, 1931.

105Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 133 ; BONIN (Hubert), La Banque nationale de crédit. Histoire de la quatrième banque de dépôts française en 1913-1932, Paris, Plage, 2002, 238 p.

GAUDIN Pierre Henri Jean

106Né le 30 octobre 1979 à Paris (14e), fils de René Gaudin chef de bureau au service de la Formation aéronautique et du Contrôle technique de la direction des Transports aériens (N), ingénieur général des Ponts et Chaussées 2002 et de Dominique Clouet universitaire (s. d.).

107École normale supérieure (Ulm) 1998, licencié d’allemand, agrégé d’anglais, diplômé de l’IEP de Paris, Éna (promotion République) 2007.

108Inspecteur des Finances de 2classe 1er avril 2007.

109Adjoint au chef du bureau Système financier international et préparation des sommets de la direction générale du Trésor depuis 2011.

110Sources : Fichier BRH ; Fiche rens. ; Who’s who, 2011.

GAUTIER-SAUVAGNAC Denis (Marie François) Antoine

111(Autorisé à ajouter Sauvagnac à son nom par décret du 4 juin 1971 à compter du 16 juin 1972).

112Né le 28 mai 1943 à Paris (16e), fils de Jean-Marie Gautier directeur de banque (s. d.) et d’Andrée de Vaureix.

113Licencié ès sciences économiques, diplômé de l’IEP de Paris, Éna (promotion Marcel Proust) 1967.

114Adjoint à l’Inspection 1er juin 1967, inspecteur de 3classe 1er décembre 1968, 2classe 1er juin 1971, 1re classe 1er mars 1976, inspecteur général des Finances 1er janvier 1990, admis à la retraite sur sa demande 1er juillet 2001.

115Rapporteur général de la Commission chargée d’examiner les suites à donner au rapport public de la Cour des comptes 1970. Rapporteur auprès de la Commission nationale d’inscription des commissaires aux comptes de sociétés 1970. Chef du bureau des Affaires monétaires internationales à la direction du Trésor 1971. En mission 1971, puis attaché financier à l’Agence financière de la représentation permanente de la France auprès des Communautés européennes à Bruxelles 1972. Conseiller pour les affaires économiques 1973-1975, directeur adjoint 1974-1976, puis directeur du cabinet 1976-1977 du président de la Commission des Communautés européennes (F.-X. Ortoli*), puis vice-président de la Commission des Communautés européennes 1977-1978. Secrétaire général adjoint du Comité interministériel pour les questions de coopération économique européenne 1978-1979. Directeur général délégué 1979, puis directeur général du groupe de L’Union laitière normande 1981-1985. Président du directoire de Fromançais 1981-1985. Administrateur général de Gama-Nova 1984-1985. Directeur du cabinet de François Guillaume ministre de l’Agriculture 24 mars 1986-10 mai 1988. Directeur de la gestion financière à la Caisse nationale du crédit agricole 1988-1989. Administrateur-directeur 1990-1993, puis président-directeur général de la banque Kleinwort-Benson France 1990-1993. Délégué général 1993-1994, puis vice-président délégué général de l’Union des industries métallurgiques et minières, devenue en 2001 l’Union des industries et métiers de la métallurgie (UIMM), 1994-2005. Président 1994-1996 et 1998-2001 et vice-président de l’Union nationale pour l’emploi dans l’industrie et le commerce (Unédic) 1996-1998. Membre du conseil exécutif du Conseil national du patronat français (CNPF), devenu en 1998 Mouvement des entreprises de France (Medef), 1997 et depuis 2000. Premier vice-président Unédic 2001-2003. Président-directeur général de Capitol Europe depuis 2001. Vice-président de l’Association générale des institutions de retraites des cadres 2002-2008. Président de l’Unédic 2003-(2007 ?). Membre du Conseil économique et social (et environnemental) depuis 2004. Président délégué général de l’UIMM 2005-2007. Délégué général de l’UIMM 2007-2008.

116Enseigne à l’IEP de Paris 1969-1972.

117LH 1993, O. 2001. ONM 1979, O. 1997, C. 2005.

118Sources: Fichier BRH; Fichier CV succinct; ASGP; Who’s who, 2005-2011.

119Bibliographie : MARSEILLE (Jacques) (dir.), L’UIMM, cent ans de vie sociale, Paris, UIMM, 2011, 255 p. ; FRABOULET (Danièle), «  L’UIMM  », DHPF, p. 1082-1089  ; KOULYTCHIZKY (Serge), « L’Union laitière normande. Histoire d’une implosion coopérative », dans CÔTÉ (Daniel) (dir.), Les holdings coopératifs, Bruxelles, De Boeck université, 2001, 413 p.

GAVOIS Francis Robert

120Né le 10 juillet 1935 à Paris (6e), fils de Jean Gavois ingénieur (s. d.) et de Hélène Faÿ.

121Diplômé de l’IEP de Paris, Éna (promotion Lazare Carnot) 1961.

122Service miltiaire à compter du 1er janvier 1957, maintenu sous les drapeaux du 1er juillet 1958 au 27 mai 1959 (en Algérie, à la disposition du préfet de l’Aurès, du 4 novembre 1958 au 30 avril 1959).

123Adjoint à l’Inspection 1er juin 1961, inspecteur de 3classe 1er décembre 1962, chargé de mission à l’Inspection 1er juin 1964-28 février 1965, inspecteur de 2classe 1er février 1966, 1re classe 1er septembre 1971, inspecteur général des Finances 1er juillet 1983, admis à la retraite sur sa demande 1er avril 1998.

124Rapporteur général de la Commission centrale des Dom (préparation du Ve Plan) 1964. Chargé de mission au cabinet de Michel Debré ministre de l’Économie et des Finances 17 janvier 1966-24 janvier 1968. Conseiller technique au cabinet de Roland Nungesser secrétaire d’État à l’Économie et aux Finances 24 janvier 1968-7 juin 1968. Chargé de mission au cabinet de Maurice Couve de Murville* ministre de l’Économie et des Finances 7 juin 1968-11 juillet 1968. Chargé de mission au cabinet de François-Xavier Ortoli* ministre de l’Économie et des Finances 15 juillet 1968-20 juin 1969. Chargé de mission à la direction des Relations économiques extérieures (DREE) 1970-1971. Adjoint au chef du service de l’Inspection 1er mai 1971-1er octobre 1973. Secrétaire de la Commission des garanties et de crédit au commerce extérieur 1972. Secrétaire du Comité taux-terme-exportation 1972. Conseiller technique au cabinet de Valéry Giscard d’Estaing* ministre de l’Économie et des Finances 1er octobre 1972-18 avril 1973. Conseiller technique au cabinet de Michel Jobert ministre des Affaires étrangères 18 avril 1973-3 septembre 1973. Sous-directeur à la DREE 1973-1976. Directeur du cabinet de Raymond Barre ministre du Commerce extérieur 22 janvier 1976-25 août 1976. Directeur adjoint du cabinet de Raymond Barre Premier ministre (et ministre de l’Économie et des Finances du 27 août 1976-4 avril 1978) 30 août 1976-13 mai 1981. Directeur général adjoint 1984-1990, directeur général 1990-1994, président du conseil d’administration de la Banque française du commerce extérieur 1994-1997. Vice-président-directeur général de Natexis SA 1997-1998. Président du conseil de surveillance d’Oddo et Cie entreprise d’investissement 1998-2006. Vice-président du conseil de surveillance du Consortium de réalisation 2001.

125Président du conseil d’administration du Conservatoire national supérieur de musique de Paris 1981-1984.

126ONM 1972.

127Sources: SAEF, 32412; Fichier BRH; Fichier CV succinct; Livre d’or; Who’s who, 1967-2005.

GAY Joseph

128Né le 14 juillet 1839 à Paris (10e arr. ancien), décédé le 20 février 1934 à Paris (17e), fils d’Amédée Gay sous-chef à l’administration de l’Enregistrement et des Domaines (N), chef de bureau au ministère des Finances (s. d.), puis administrateur à la direction de l’Enregistrement 1864-1866 et de Marie Thérèse Zoé Roy.

129[Liens de parenté] Parent d’Ernest Roy*. Neveu de Joseph Roy directeur de l’Enregistrement. Petit-fils de Joseph Marie Gay chef de division à l’administration de l’Enregistrement.

130Licencié en droit.

131Adjoint à l’Inspection 1er avril 1862, inspecteur de 4classe 1er avril 1864, 3classe 1er avril 1869.

132Surnuméraire à la direction générale de l’Enregistrement, des Domaines et du Timbre 1859. Chef de bureau à la direction du Mouvement général des fonds 1874, puis sous-directeur 1877, puis directeur du Mouvement général des fonds 1881-1885. Conseiller d’État (s. e.) 1882. Président du conseil d’administration de la Société générale de crédit industriel et commercial 1885-1895. Président de la Compagnie des chemins de fer de l’Ouest 1899-1914.

133LH 1876, O. 1881, C. 1884.

134Sources : Archives de la Société générale, rapports annuels, B03967 et dossier d’administrateur, B02775 ; AN, LH 1101/56 ; SAEF, 1C 5494 ; Qui êtes-vous ?, 1910 ; IGF, 1931.

135Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 133 ; DBF, t. 15, col. 895 ; VIBERT (Paul), Silhouettes contemporaines : les hommes de mon temps, Paris, Berger-Levrault, 1900, 590 p. ; DRAGO (Roland) et al. (dir.), Dictionnaire biographique des membres du Conseil d’État 1799-2002, Paris, Fayard, 2004, p. 488 ; STOSKOPF (Nicolas), 150 ans du CIC 1859-2009, Paris, Éd. de la Branche, 2009, 2 vol. 

GAYANT Jules

136Né le 24 juin 1829 à Dieppe (Seine-Maritime), décédé le 29 avril 1872 à Paris, fils de Paul Gayant polytechnicien 1818, ingénieur divisionnaire des Ponts et Chaussées, puis vice-président du conseil des Ponts et membre du Conseil supérieur de l’Algérie et des colonies (s. d.) et de Marie Catherine Charlotte Bérigny.

137[Liens de parenté] Trisaïeul d’Antoine Gosset-Grainville*.

138École polytechnique 1849.

139Adjoint à l’Inspection 1er mai 1853, sous-inspecteur 1er avril 1858, inspecteur de 3classe 1er mai 1861, 2classe 1er mai 1865, mort en fonctions.

140Commis au ministère des Finances 1852. En mission en Grèce 1858. Directeur de la Banque de France à Clermont-Ferrand 1870-1871.

141Sources : Renseignements aimablement communiqués par M. D. Gosset-Grainville ; Livre d’or ; IGF, 1931.

142Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 133.

GAYET Alain Marie Joseph Valérien

143Né le 1er avril 1929 à Fès (Maroc), fils de Raoul Gayet receveur de l’Enregistrement à Fès (C) et de Renée Magne.

144Licencié en droit, diplômé de l’IEP de Paris, Éna (promotion Félix Éboué) 1954.

145Adjoint à l’Inspection 1er octobre 1954, inspecteur de 3classe 1er août 1957, 2classe 1er janvier 1961, 1re classe 1er octobre 1965, inspecteur général des Finances 1er février 1978, admis à la retraite par limite d’âge et maintenu en activité 2 avril 1995, cessation de fonctions 2 avril 1998.

146Secrétaire d’administration au 5e bureau du Contentieux du ministère de l’Intérieur 1950-1951. Rapporteur de la Commission des exportations 1958. Chargé de mission à la direction du Plan et des Études économiques de la délégation générale du Gouvernement en Algérie 1961-1962. Conseiller technique au cabinet du délégué général en Algérie 1961-1962. En mission d’assistance technique au Sénégal 1962-1963. Conseiller technique au cabinet de Jacques Maziol ministre de la Construction 9 janvier 1963-10 avril 1964. En mission d’assistance technique au Maroc 1965. Rapporteur particulier de la Commission de vérification des comptes des entreprises publiques 1965-1968. Rapporteur spécialisé du Comité des prix de revient des fabrications d’armement 1967-1968. Directeur de la division des Affaires économiques du secrétariat général de la Défense nationale 1967-1973. Président de la Commission interministérielle d’études des exportations de matériels de guerre 1972. Chef du service des Études et du Développement du marché de la Commission des opérations de bourse 1973-1976. Rapporteur particulier de la Commission de vérification des comptes des entreprises publiques 1976. Commissaire du Gouvernement auprès de l’Union immobilière de France et de l’Union générale d’investissements immobiliers 1979. Vice-président de la commission spécialisée des marchés du génie civil 1983-1994. Commissaire du Gouvernement auprès de la Socim 1992. Président du Comité consultatif des commissionnaires en douanes 1993-1998. Chargé du contrôle de la destruction par la Sicovam d’actions et d’obligations convertibles aux porteurs des sociétés nationalisées 1996-1998. Vice-président de la Commission des marchés près de l’Institut national de l’audiovisuel 1996-1998.

147Administrateur de la Fondation Fyssen 1991. Auditeur à la 19e session de l’IHEDN 1966-1967. Membre de l’Académie de comptabilité (s. d.).

148LH 1973. ONM 1967, O. 1978.

149Sources : Fichier BRH ; Dossier promo. IGF; Livre d’or; Who’s who, 1961-2000.

GEORGES-PICOT Charles Marie François

150(Autorisé par décret du 15 mai 1910 à s’appeler légalement Georges-Picot).

151Né le 27 avril 1866 à Paris (9e), décédé le 24 juin 1930 à Paris (1er), fils de Georges Marie René Picot juge suppléant au tribunal de la Seine (N), magistrat, puis directeur au ministère de la Justice, puis président de la Compagnie des chemins de fer du Midi, secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences morales et politiques et de Marie Adélaïde Camille Amélie Joséphine Marthe Bachasson de Montalivet.

152[Liens de parenté] Sa nièce, May Bardoux fille de l’homme politique Jacques Bardoux, s’est mariée à Edmond Giscard d’Estaing*. Il est donc l’oncle par alliance d’Edmond Giscard d’Estaing* et grand-oncle de Valéry Giscard d’Estaing*. Grand oncle de Dominique Lewandowski*. Petit-fils du comte de Montalivet, pair de France, ministre. Son frère, François, diplomate est le négociateur des accords Sykes-Picot sur le partage de l’Empire ottoman en 1916.

153École polytechnique 1886.

154Adjoint à l’Inspection 1er avril 1891, inspecteur de 4classe 7 septembre 1893, 3classe 1er juillet 1896, 2classe 9 février 1900, démissionnaire 6 septembre 1900.

155À l’administration des chemins de fer de l’État 1894-1897. Chef du bureau central des Travaux législatifs, de la Législation comparée et de la Statistique du secrétariat général du ministère des Finances 1898-1899. En mission en Angleterre en 1899. Inspecteur général 1900, directeur 1907, président de la Société générale de crédit industriel et commercial 1927-1930. Président de la Société de Commentry, Fourchambault et Decazeville (s. d.). Vice-président de la compagnie d’assurances L’Urbaine (s. d.). Président des Charbonnages du Tonkin (s. d.). Vice-président de la Compagnie des chemins de fer (tunisiens) Bône-Guelma et ses prolongements 1900. Président de la chambre de compensation des banquiers de Paris 1909-(encore en 1920). Président du Syndicat des colons français en Tunisie (s. d.). Membre du Comité des forges (s. d.).

156Administrateur de l’Association nationale d’expansion économique. Administrateur du bureau de bienfaisance du 17e arrondissement de Paris 1894-1897. Trésorier du Comité de l’Asie française, de la Société des agriculteurs de France, de l’association La Plus Grande Famille, de la Société amicale de secours des anciens élèves de l’École polytechnique (s. d.). Vice-président de la conférence de Saint-Vincent-de-Paul de sa paroisse (Saint-François-de-Sales) (s. d.). Enseigne à l’ELSP 1894-1906. Maire de Noisy-sur-Oise (Val-d’Oise) 1900-1912 (conseiller municipal pendant ving-sept ans).

157Prix (médaille) Georges-Picot à l’Académie des sciences morales et politiques.

158LH 1909, O. 1920.

159Œuvres

  • La politique de déflation en Tchécoslovaquie, son origine et ses répercussions, Paris, Presses universitaires de France, 1925, XII-89 p.

160Sources : Renseignements aimablement communiqués par M. Bruno Georges-Picot ; AN, LH 1116/60 ; SAEF, 1C 34845 ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; Who’s Who du XXe siècle, p. 910.

161Bibliographie : DELAVENNE (André), Recueil généalogique de la bourgeoisie ancienne, Paris, SGAF, 1954, t. 1, p. 357-359 ; CHADEAU, 1986, p. 133-134 ; CHARLE (Ch.), « Naissance d’un grand corps. L’Inspection des Finances à la fin du XIXe siècle », Actes de la recherche en sciences sociales, 42, avril 1982, p. 12 ; MEUNIER du HOUSSOY (A.), « La famille et la jeunesse de J. Georges-Picot », dans Georges-Picot J., Souvenirs d’une longue carrière. De la rue de Rivoli à la Compagnie de Suez, 1920-1971, introduction et notes de H. Bonin et de N. Carré de Malberg, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1993, p. 45-66.

GEORGES-PICOT Jacques Marie Charles

162Né le 16 décembre 1900 à Paris (17e), décédé le 6 février 1987 à Paris (16e), fils de Charles Georges-Picot* et de Denise Marie Jeanne Marthe Fouquet.

163[Liens de parenté] Cousin par alliance de May Bardoux qui s’est mariée à Edmond Giscard d’Estaing*.

164Licencié en droit et ès lettres, diplômé de l’ELSP.

165Durant son service en 1920-1923, demi-campagne dans les territoires occupés par la France dans les pays rhénans du 13 octobre 1922 au 2 octobre 1923. Mobilisé d’août 1939 à mars 1940, affecté à l’état-major du général Weygand commandant en chef des forces françaises du Moyen-Orient et de la Méditerranée orientale à Beyrouth, au Caire.

166Adjoint à l’Inspection 1er septembre 1925, inspecteur de 4e classe 1er février 1928, 3classe 1er mars 1928, 2classe 5 avril 1929, 1re classe 1er janvier 1935, démissionnaire 1er janvier 1945.

167Chef adjoint du cabinet de Laurent Laurent-Eynac ministre de l’Air 1er août 1928-1er janvier 1930. Chargé de mission à la direction du Budget 1930-1931. Chef du cabinet de François Pietri* ministre du Budget 26 janvier 1931-1er mai 1931. Sous-directeur à la direction du Budget 1931. Chef du service des Prestations en nature 1934-1935. Commissaire du Gouvernement auprès de la Société pour l’importation des charbons et autres produits 1934. Directeur du Contrôle des Régies 1935-1936. Liquidateur des comptes du Comptoir Lyon-Alemand 1937. Agent supérieur adjoint de la Compagnie universelle du canal maritime de Suez en Égypte 1937 à août 1939, puis de retour en France d’août 1940 au 30 juin 1943. En avril 1940 chef du comité exécutif du ravitaillement du Comité de coordination franco-britannique d’achats dirigé à Londres par Jean Monnet. En mai-juillet 1940, directeur adjoint de la mission d’achat franco-britannique à New York. Intendant des Affaires économiques auprès du préfet de la région de Lyon 3 juin 1941 à avril 1942. Chargé de coordonner l’action des directions et services du secrétariat d’État au Ravitaillement (secrétaire général officieux de ce secrétariat d’État) et directeur du cabinet de Paul Charbin secrétariat d’État au Ravitaillement 14 août 1941 à avril 1942. Secrétaire général 1er juillet 1943, co-secrétaire général mai 1945, seul secrétaire général décembre 1945, directeur général adjoint 1946, directeur général de la Compagnie du canal de Suez 1953. Administrateur-directeur général 1957, puis président-directeur général de la Compagnie financière de Suez 1957-1971 (après la nationalisation du canal). Président du Crédit industriel de l’Ouest 1957-1971.

168Enseigne la géopolitique du Moyen-Orient à l’IEP de Paris (autour de 1950).

169LH 1933, O. 1949, C. 1961.

170Œuvres

  • « Jacques Georges-Picot. Souvenirs d’un inspecteur des Finances », Études et documents VI, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1994, p. 297-325.

  • Souvenirs d’une longue carrière : de la rue de Rivoli à la Compagnie de Suez, 1920-1971, introduction et notes de H. Bonin et N. Carré de Malberg, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1993, 427 p.

  • La véritable crise de Suez : fin d’une grande œuvre du XIXe siècle, Paris, Éditions de la Revue politique et parlementaire, 1975, 337 p. (en appendice, choix de textes et documents, 1856-1959, et édité aux États-Unis en 1977).

  • Les problèmes d’actualité du Moyen-Orient, Paris, les Cours de droit, 1949 et 1953, (coll. Cours IEP de Paris 1948-1949, 1952-1953).

  • La politique économique des grandes puissances, Paris, Centre de documentation universitaire, 1943, 243 p. (coll. Cours ELSP 1942-1943).

171Sources : Renseignements aimablement communiqués par M. Bruno Georges-Picot ; SAEF, 1C 34833 ; Fichier BRH ; Reg. cand. adjoint ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; Who’s Who du XXe siècle, p. 911-912.

172Bibliographie : CARRÉ de MALBERG (Nathalie), GEMF  ; BONIN (Hubert) et CARRÉ de MALBERG (Nathalie), « Jacques Georges-Picot », dans DHPF, p. 320-322 ; BONIN (Hubert), Suez. Du canal à la finance 1858-1987, Paris, Économica, 1987, 673 p. ; BONIN (Hubert), Indosuez. L’autre grande banque d’affaires (1975-1987), Paris, Économica, 1987, 141 p. ; MEULEAU (Marc), Des pionniers en Extrême-Orient. Histoire de la Banque de l’Indochine, 1875-1975, Paris, Fayard, 1990, 646 p.

173Autres sources : Archives nationales du monde du travail (Roubaix), fonds de la Compagnie universelle du canal maritime de Suez, 153 AQ.

GERBAUX Jacques Fernand Louis Alfred

174Né le 13 mars 1924 à Paris (14e), fils de Fernand Émile Georges Gerbaux journaliste (s. d.) et de Laure Stéphanie Pauline Blanchi.

175Licencié en droit.

176Intégré en surnombre dans les cadres en qualité d’inspecteur des Finances de 1re classe 1er octobre 1966 (ancienneté du 1er octobre 1962), inspecteur général des Finances 1er juillet 1976, admis à la retraite par limite d’âge 14 mars 1989.

177Élève-commissaire de la Marine 1945. Commissaire de la Marine 1946, chef de section administrative auprès du commandant des forces maritimes en Extrême-Orient 1952-1954, à bord du croiseur école Jeanne-d’Arc 1958-1958. Inspecteur de la France d’outre-mer, puis des Affaires d’outre-mer en Afrique équatoriale française 1959, en Côte d’Ivoire 1960, au Sénégal 1960, en Centrafrique 1960, à Madagascar 1961, au Tchad 1962, 1958-1966. Chargé à titre temporaire des fonctions de liquidateur de la Régie industrielle de la cellulose coloniale 1959-1960. Adjoint à l’inspecteur général, chef du service du Contrôle des forces terrestres stationnées en outre-mer de la direction du Contrôle et de la Comptabilité générale des Armées du ministère des Armées 1962-1963. Chargé de mission à la Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale 1963-1966. Rapporteur spécialisé au Comité des prix de revient des fabrications d’armement 1967. Conseiller technique au cabinet de Olivier Guichard ministre de l’Industrie 7 avril 1967-31 mai 1968. Rapporteur de la commission consultative des marchés de travaux et de fournitures du ministère des Armées 1969. Rapporteur de la Commission consultative des marchés d’armement 1969. Rapporteur particulier près la Commission de vérification des comptes des entreprises publiques 1970-1972. Vice-président de la Commission des marchés d’approvisionnements généraux 1972-1976. Président de la Commission spécialisée des marchés d’électronique et de télécommunications 1981-1987. Chef de la mission de contrôle financier et comptable du Commissariat à l’énergie atomique 1986-1989.

178LH 1960, O. 1979. ONM O. 1966.

179Sources: PH 257/01 0003; Fichier BRH; Livre d’or; Who’s who, 1969-1989.

GERLIÉ Émile Clément Michel

180Né le 2 avril 1849 à Paris (10e arr. ancien), décédé le 23 janvier 1933 à Nancy, fils de Thomas Gerlié rentier (N) et de Sophie Émilie Marie Bonnier de Layens.

181Licencié en droit.

182Adjoint à l’Inspection 1er mai 1873, inspecteur de 4classe 1er mai 1875, 3classe 1er novembre 1877, 2classe 1er décembre 1881, 1re classe 1er mai 1888, inspecteur général des Finances 18 avril 1897, admis à la retraite 2 avril 1914.

183Commis à l’administration des Monnaies et Médailles 1868.

184LH 1889, O. 1900.

185Sources : AN, LH 1122/67 ; SAEF, 1C 34833 ; ADP, état civil, 5 Mi1 658 ; Livre d’or ; IGF, 1931.

186Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 134.

GERMAIN de SALIGNY Stéphane Marie Alphonse

187Né le 5 décembre 1846 à Sedan (Ardennes), décédé le 7 avril 1930 à Alger (Algérie), fils d’Étienne Victoire Alphonse Germain de Saligny contrôleur des Contributions indirectes (N), inspecteur des Contributions indirectes (s. d.) et d’Anne Françoise Magdeleine Hortense Talbotier.

188Licencié en droit.

189Adjoint à l’Inspection 1er mai 1875, inspecteur de 4classe 1er avril 1877, 3classe 1er novembre 1879, 2classe 1er février 1887, 1re classe 1er août 1892, inspecteur général des Finances 8 mai 1902, admis à la retraite 1918.

190Avocat à Nevers (s. d.). Surnuméraire au secrétariat général du ministère des Finances 1873. Commis ordinaire à la direction générale de la Comptabilité publique 1874. Directeur des Finances du gouvernement général de l’Algérie 1899-1902. En mission comme directeur des Services financiers du gouvernement général de l’Algérie 1918. Mort en fonctions.

191LH 1895, O. 1907.

192Œuvres

  • « De exceptionibus, praescriptionibus et prroejudiciis. Des temps requis pour prescrire. De la prescription des peines prononcées en matière criminelle, correctionnelle ou de police », Paris, P. Dupont, 1868, 66 p. (th. licence, droit, Paris).

193Sources : Renseignements aimablement communiqués par Mme Françoise Germain de Saligny ; SAEF, 1C 34833 et 1C 30752 ; AN, LH 19800035/0202/26448 ; Livre d’or ; IGF, 1931.

194Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 134.

GERMINY (de) voir LEBÈGUE de GERMINY

GERVAIS Joseph Marie Henry

195Né le 27 décembre 1883 à Paris (7e), mort pour la France le 11 novembre 1914 près de Zillebeke (Belgique), fils de Marie Jean Prosper Gervais ancien magistrat, propriétaire viticulteur (N), propriétaire viticulteur (C) et d’Alexandrine Marie Joséphine Benoist.

196Docteur en droit, docteur en philosophie scolastique (1914), diplômé de l’ELSP.

197Mobilisé le 3 août 1914, blessé 11 septembre 1914, tué à l’ennemi.

198Adjoint à l’Inspection 1er avril 1909, inspecteur de 4e classe 1er mars 1911, démissionnaire 1er mars 1912.

199Entre au séminaire d’Issy-les-Moulineaux 1912. Reçoit les ordres mineurs 1914.

200LH 1914.

201Œuvres

  • « La rémunération du travail dans la viticulture méridionale », Paris, A. Rousseau, 1908, 247 p. (th. doctorat, droit, Paris).

202Sources : SAEF, 1C 34833 ; ADP, état civil, V4E 5970 ; Reg. cand. adjoint ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; L’Inspection générale des Finances à ses morts de la Grande Guerre 1914-1918, Paris, Impr. nationale, 1921, p. 47-51 ; L’abbé Joseph Marie Henri Gervais, 1883-1914, s. l. n. d., brochure, 91 p.

203Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 134.

GERY Marie Martial

204Né le 12 décembre 1791 à Paris, décédé à une date inconnue.

205Sous-inspecteur du Trésor de 2classe 15 février 1811, sous-inspecteur de 1re classe 8 mars 1813.

206Sous-chef de bureau au ministère des Finances 1816.

207Sources : Livre d’or ; IGF, 1931.

GESLIN Arnaud Pierre

208Né le 27 mai 1973 au Mans (Sarthe), fils de Jean-Michel Geslin et d’Annie Pottier.

209École des mines de Paris, certificate of proficiency in english de l’université de Cambridge, diplômé de l’IEP de Paris, Éna (promotion René Cassin) 2003.

210Adjoint à l’Inspection 1er avril 2003, inspecteur de 3classe 1er octobre 2004, 1re classe 6 octobre 2006.

211Directeur du GIE Axa 2007-2009. Directeur technique et marketing des assurances collectives d’Axa France depuis 2009.

212Sources : Fichier BRH ; Fiche rens. ; Annuaire(s) de l’IGF.

GIBAULT René Jean Joseph

213Né le 28 décembre 1902 à Ozouer-le-Voulgis (Seine-et-Marne), décédé le 26 avril 1958 à Paris (20e), fils d’Alphonse Eleuthère Gibault employé de chemin de fer (N) et de Hélène Joséphine Deforges.

214Licencié en droit.

215Mobilisé du 2 septembre 1939 au 28 juillet 1940. Officier de réserve en activité commandant à la section législation de l’état-major général de l’armée de l’Air du 9 février 1945 au 11 août 1945.

216Inspecteur de 4e classe 1er avril 1928, 3classe 1er septembre 1928, 2classe 1er octobre 1930, 1re classe 1er janvier 1938, inspecteur général des Finances 3 mars 1954, admis à la retraite sur sa demande 7 mai 1957.

217Classeur émargeur au ministère des Finances 1918-1922. Rédacteur stagiaire 1924, rédacteur de 2classe 1925, rédacteur de 1re classe au ministère des Finances 1926-1928. Rapporteur du Conseil supérieur de l’administration pénitentiaire 1938.

218LH 1947, O. 1956.

219Sources : Arch. mun. d’Ozouer-le-Voulgis, acte de naissance ; SAEF, 1C 34833 ; Fichier BRH ; Livre d’or ; IGF, 1931.

GIBERT Jean Rodolphe Eugène

220Né le 17 août 1914 à Versailles (Yvelines), décédé le 7 mars 1981 à Paris (8e), fils de Rodolphe Gibert, receveur des postes en retraite (C) et de Jeanne Bourguet.

221École polytechnique 1934.

222Mobilisé du 2 septembre 1939 au 21 décembre 1939, puis du 17 avril au 6 août 1940.

223Adjoint à l’Inspection 1er mai 1941, inspecteur de 4e classe 1er janvier 1944, 2classe 1er juillet 1945, 1re classe 1er novembre 1952, admis à la retraite différée 1er janvier 1959.

224Rédacteur au ministère des Finances 1938-1er septembre 1939, puis 7 août 1940-1er mai 1941. Rapporteur du Comité consultatif des forces hydrauliques 1944. Chargé de mission au cabinet de Pierre Mendès France ministre de l’Économie nationale 10 septembre 1944. Chargé de mission 1945, puis chef du service des Accords commerciaux de la direction des Relations économiques extérieures au secrétariat d’État aux Affaires économiques 1948-1954. Attaché financier à Beyrouth pour le Proche et le Moyen-Orient 1954-1957. Directeur général adjoint 1957-1962, directeur général de l’Union des mines 1962-1963. Vice-président-directeur général de l’Union des mines-La Hénin 1963-1966. Vice-président de la compagnie Centenaire-Blanzy 1964. Président de la compagnie Centenaire-Blanzy 1967. Vice-président-directeur général de la Banque de Suez et de l’Union des mines 1965-1974 (ou 1975). Président de l’Union financière et minière 1968-1972. Vice-président de la Compagnie financière de Suez 1972-1981.

225LH 1952.

226Sources : SAEF, 1C 34834/1 ; Fichier BRH ; Dossier promo. IGF ; Reg. cand. adjoint ; Annuaire(s) de l’IGF ; Comité pour l’histoire économique et financière de la France, entretien de Paul Delouvrier avec A. Rasmussen, 1989 ; Livre d’or ; Who’s who, 1955-1980 ; CHENU (R.), DELOUVRIER (P.), Paul Delouvrier ou La passion d’agir : entretiens avec Roselyne Chenu ; préface de Georges Balandier, Paris, Seuil, 1994, p. 87 et suiv. ; BONIN (Hubert), Suez. Du canal à la finance 1858-1987, Paris, Économica, 1987, chap. 12 et 13  ; BONIN (Hubert), Indosuez, l’autre grande banque d’affaires, Paris, Économica, 1987, 141 p.

GINIER-GILLET Pierre Aimé Joseph

227Né le 14 octobre 1915 à Lyon (4e), décédé le 28 octobre 2005, fils de Camille Ginier-Gillet ancien chef de service à la société de construction automobile Berliet à Lyon (C) et de Joséphine Billion.

228Licencié en droit et ès lettres, diplômé de l’ELSP.

229Appelé du contingent 18 octobre 1937, mobilisé jusqu’au 24 juillet 1940.

230Adjoint à l’Inspection 4 mai 1942, inspecteur de 3classe 1er janvier 1945, 2classe 1er février 1946, 1re classe 1er janvier 1954, admis à la retraite différée 1er novembre 1966.

231Chargé de mission 1946, puis sous-directeur 1950-1954, puis chef du service des Accords commerciaux à la direction des Relations économiques extérieures 1954-1960. Directeur général adjoint de la Compagnie des machines Bull 1960-1962, puis de la Compagnie Bull 1962-1964. Président-directeur général de la Société financière Hersent 1964. Gérant d’Hersent France SARL 1964. Président-directeur général d’Hersent SA 1964-1981. Vice-président de la Compagnie du port de Mohammedia 1965-1986. Vice-président des Grands Travaux de l’Est 1968-1976. Président-directeur général de la Société financière de Rosario (fusion de la Société financière Hersent et de la Société du port de Rosario) 1981-1985.

232LH 1958.

233Sources : Fichier BRH ; Dossier promo. IGF; Reg. cand. adjoint; Livre d’or; ASGP; Who’s who, 1959-2000.

GINTRAND André Joseph Augustin

234Né le 12 septembre 1923 à Paris (6e), décédé le 15 avril 2007, fils d’Albert Ernest Urbain Marius Gintrand caissier (N), directeur de société (s. d.) et de Marie Jeanne Alice Mialou.

235École nationale de la France d’outre-mer 1945, licencié en droit.

236Mobilisé du 1er mars 1945 au 31 août 1945 (en campagne du 1er mars 1945 au 8 mai 1945).

237Intégré en surnombre dans les cadres en qualité d’inspecteur des Finances de 1re classe 1er juin 1964, inspecteur général des Finances 1er juillet 1983, admis à la retraite par limite d’âge 13 septembre 1989.

238Chargé de cours d’économie politique à l’école de droit de Tananarive 1948-1953. Administrateur adjoint de la France d’outre-mer (FOM) 1949, chef du service des Études, puis du service des Soldes et Pensions, 1949, puis chef du service du Budget et des Comptes de la direction générale des Finances de Madagascar 1953. Chef du district de Betafo (Madagascar) 1954-1955. Administrateur de la FOM 1955. Délégué adjoint au Haut Commissariat de France à Madagascar en résidence à Paris 1955-1956. Inspecteur de 3classe de la FOM 1956. Affecté en mission d’inspection en Guinée, en Côte-d’Ivoire, au Sénégal et au Dahomey 1956-1958. Conseiller technique au cabinet de Bernard Cornut-Gentille ministre de la FOM 24 septembre 1958-8 janvier 1959. Inspecteur de la FOM de 2classe 1958. Rapporteur particulier près la Commission de vérification des comptes des entreprises publiques 1958-1959. Inspecteur des Affaires d’outre-mer de 1re classe 1961, servant au titre de l’assistance technique auprès du gouvernement malgache 1961-1962. Chargé de mission à la Caisse centrale de coopération économique 1962-1964. Rapporteur de la Commission d’études de l’assurance-maladie 1965. En mission pour étudier les possibilités de mise en valeur des provinces australes d’Aysen et de Maollanes au Chili 1966. Conseiller technique au cabinet de Pierre Messmer ministre des Armées 7 avril 1967-11 juillet 1969. Conseiller technique au cabinet de Michel Debré ministre d’État chargé de la Défense nationale 11 juillet 1969-1er janvier 1970. Directeur financier de la Société nationale industrielle aérospatiale (Snias) 1970-1972. Président-directeur général de la Société européenne de matériels mobiles Caravelair 1970-1973. Président de la Société charentaise d’équipements aéronautiques 1970. Directeur général adjoint 1972-1974, directeur général adjoint et membre du directoire 1974-1976, membre du directoire de la Snias 1974-1975. Conseiller financier auprès du président-directeur général de la société Marcel Dassault-Bréguet aviation 1976-1989. Expert-consultant en gestion d’entreprises 1991-(2004 ?).

239LH 1958, O. 1969.

240Sources : SAEF, PH 257/01 0004 ; Fichier BRH ; Livre d’or ; Who’s who, 1998.

GIRODOLLE Jean-Louis

241Né le 2 août 1968 à Limoges (Haute-Vienne), fils de Pierre Girodolle commerçant (s. d.) et d’Yvette Lavergne enseignante (s. d.).

242Diplômé de l’IEP de Paris, Éna (promotion Antoine de Saint-Exupéry) 1994.

243Adjoint à l’Inspection 1er mars 1994, inspecteur de 3classe 1er septembre 1995, 2classe 1er mars 1998, 1re classe 1er mars 2003.

244Rapporteur de la commission des marchés du Centre national d’études spatiales 1996-2000. Adjoint du chef du bureau des Banques nationales et des Caisses d’épargne 1998, puis adjoint au chef du bureau des Banques publiques de la direction du Trésor 1998-2000. Conseiller technique au cabinet de Laurent Fabius ministre de l`Économie, des Finances et de l’Industrie 24 avril 2000-6 mai 2002. Chef du bureau Épargne et Marché financier de la direction du Trésor 2002-2003. Sous-directeur, adjoint au chef du service des Participations, devenu Agence des participations de l’État (APE), de la direction du Trésor, devenue direction générale du Trésor et de la Politique économique, 2003-2004. Sous-directeur des Transports à l’Ape 2004. Associé-gérant de la Banque Lazard frères et Cie depuis 2007.

245Sources : Fichier BRH ; Fichier CV succinct ; Dossier promo. IGF; Dossier gestion; ASGP; Who’s who, 2007.

GISCARD d’ESTAING Antoine Marie Rémi Lazare

246Né le 5 janvier 1961 à Paris (15e), fils de Jacques Giscard d’Estaing conseiller référendaire de 2classe à la Cour des comptes (N), directeur chargé de mission auprès de l’administrateur général du Commissariat à l’énergie atomique en qualité de conseiller financier (C) et d’Isabelle Burin des Roziers.

247[Liens de parenté] Neveu de François Giscard d’Estaing*, petit-fils de René Giscard d’Estaing, petit-neveu d’Edmond Giscard d’Estaing*. Descendant de Lazare Carnot et de Sadi Carnot.

248École des HEC, Éna (promotion Denis Diderot) 1986.

249Adjoint à l’Inspection 1er juin 1986, inspecteur de 3classe 1er décembre 1987, 2classe 1er juin 1990, démissionnaire 1er juin 1996.

250Chargé de mission auprès de la direction financière 1990-1991, puis directeur financier adjoint, chargé de la direction financière de la direction générale de la Lyonnaise des eaux-Dumez 1991-1993. Directeur général adjoint chargé de la direction financière et du secrétariat général du groupe Ufiner-Cofreth 1993-1995. Directeur financier de la Lyonnaise des eaux 1995-1999. Directeur des finances et du contrôle 1999-2001, directeur général en charge des finances, du contrôle de gestion et du service juridique de Schneider Electric SA 2001-2005. Membre du comité exécutif de Schneider Electric SA 1999-2005. Vice-président de la commission opérations et information financière des émetteurs de l’Autorité des marchés financiers 2004-2007. Directeur général finances, stratégie et systèmes d’information et membre du comité exécutif du groupe Danone 1995-2008. Secrétaire général du groupe Danone 2008. Partner du pôle biens de consommation de Partner, Bain & Company 2008-2009. Directeur financier du groupe Casino depuis 2009.

251Œuvres

  • La gestion publique, Paris, Presses universitaires de France, coll. Que sais-je ?, 1991, 127 p.

252Sources : Fichier BRH ; Fichier CV succinct ; Dossier promo. IGF ; Annuaire(s) de l’IGF ; Bulletin quotidien, 24 mars 2009 et 3 juin 1986 ; Who’s who, 2005.

GISCARD d’ESTAING Jean Edmond Lucien

253(Autorisé par décret du 17 juin 1922 à relever le nom d’Estaing et à s’appeler légalement Giscard d’Estaing).

254Né le 29 mars 1894 à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), décédé le 3 août 1982 à Chanonat (Puy-de-Dôme), fils de Valéry Giscard d’Estaing conseiller à la cour d’appel de Riom et avocat au barreau de Riom décédé (C) et de Marie Monteil-Ansaldi.

255[Liens de parenté] Père de Valéry Giscard d’Estaing*, oncle de François Giscard d’Estaing*, cousin par alliance de Jacques Georges-Picot*. Gendre de Jacques Bardoux membre de l’Académie des sciences morales et politiques 1925, sénateur (Union démocratique et radicale) du Puy-de-Dôme 1938-1944, député (Indépendants paysans) du Puy-de-Dôme aux Assemblées constituantes et à l’Assemblée nationale 1945-1955.

256Licencié en droit et ès lettres (histoire).

257Mobilisé du 4 septembre 1914 au 12 septembre 1919 (blessé en 1916).

258Adjoint à l’Inspection 21 octobre 1919, inspecteur de 4e classe 1er février 1922, 3classe 21 octobre 1922, 2classe 1er juin 1924, considéré comme démissionnaire 1er septembre 1929.

259Chargé de mission dans les territoires rhénans 1921. Directeur des services financiers du Haut Commissariat de la République française dans les provinces du Rhin 1922-1926. Délégué général de la Fédération des porteurs de valeurs mobilières 1926-1974. Directeur de la Société financière française et coloniale (SFFC) 1926-1933. Président de la Société financière pour la France et les pays d’outre-mer (Soffo, ex-SFFC) 1933-(1969 ?). Président des Compagnies d’assurances Le Phénix 1939-1946. Chargé de la direction de la propagande pour les émissions du Trésor (dès 1939 ou début 1940). Président du comité français, puis international de la Chambre de commerce internationale 1947-1959. Vice-président du Comité d’action et d’expansion économique 1951. Président de la Société concessionnaire française du tunnel sous le Mont-Blanc 1957-1966. Président de la Société des caoutchoucs d’Extrême-Orient 1960.

260Président de la Société française de géographie économique 1951-1965. Membre de l’Académie des sciences morales et politiques 1960, président pour 1969. Membre du conseil d’administration et du conseil scientifique de la Casa Velasquez 1964. Président du comité France-Amérique. Président d’honneur du comité français de la Ligue européenne de coopération économique. Vice-président puis président d’honneur du Secours catholique. Président d’honneur de la Chambre de commerce internationale.

261Maire de Chanonat 1932-1947, conseiller municipal 1932-1981.

262LH 1924, O. 1930, C. (s. d.), G. C. (s. d.), G. O. (avant 1965). Croix de guerre 1914-1918.

263Œuvres

  • Le cahier beige, Clermont-Ferrand, impr. G. de Bussac, 1973, 96 p.

  • Les finances, terre inconnue, Paris, A. Fayard, 1958, 190 p.

  • Réfractions, Clermont-Ferrand, impr. G. de Bussac, 1957, 367 p.

  • E. Giscard d’Estaing, M. Gérard, La compagnie Davum exportation et le marché mondial des produits sidérurgiques (La fonction vitale du commerce international, par E. Giscard d’Estaing), Montrouge, impr. de Draeger frères, 1955, 38 p.

  • La France et l’unification économique de l’Europe, Paris, M.-T. Génin, 1953, 272 p.

  • J. Lacour-Gayet, C. Rist, A. Pose, Edm. Giscard d’Estaing, J. Rueff, Monnaie d’hier et de demain, Paris, Spid, 1952, 229 p.

  • Les aspects économiques du réarmement européen, Paris, Spid, 1951, 37 p.

  • E. Giscard d’Estaing, P. Rykens, Les avantages de l’intégration économique de l’Europe occidentale, par E. Giscard d’Estaing. L’Unité européenne et le Commonwealth britannique, par Dr. P. Rykens, Bruxelles, (Mons, impr. d’A. Brunin-Libert), 1951, 40 p. (coll. Mouvement européen, n° 40, août 1951).

  • La maison d’Estaing, Clermont-Ferrand, impr. G. de Bussac, 1950, 199 p.

  • La monarchie intérieure. Essai sur la seigneurie de soi-même, Clermont-Ferrand, impr. J. de Bussac, 1949, 311 p.

  • Le chemin de la pauvreté, (Paris), Spid, 1947, 295 p.

  • Faillite du dirigisme, préface de Jacques Lacour-Gayet, Paris, Spid, 1946, 27 p. (coll. du Comité d’action économique et douanière ; 2éd. : 1947).

  • E. Giscard d’Estaing, L. Baudin, Nationalisations, (Paris), Spid, (1945), 60 p. (publ. du Comité d’action économique et douanière, n° 28).

  • L’organisation du crédit à court terme aux colonies. Rapport de M. Ed. Giscard d’Estaing, Paris, (22 Avenue Victor-Emmanuel III), 1933, 12 p. (Comité national des conseillers du commerce extérieur de la France, conférence du commerce colonial 18-20 mai 1933).

  • La maladie du monde. Essai de pathologie monétaire, Paris, impr. J. Téqui ; éditions Jules Tallandier, 192 p. (3e éd. : 1933) (coll. du Temps présent).

  • Capitalisme, Paris, impr. Ramlot et Cie ; Éditions des Portiques, 253 p. (4éd. : 1931).

  • E. Giscard d’Estaing, E. Mireaux, M. Kellersohn, J. Labie, L. de Saint Pulgent, L’organisation financière, Paris, éditions de la SAPE, (1927), 127 p. (E. Giscard d’Estaing : Le problème financier français et le Régime fiscal des successions dans les principaux États modernes ; coll. Les Cahiers du redressement français, n° 29).

  • Valéry de Moriès (pseud.), Misère et splendeur des finances allemandes, ouvrage publié dans la collection des études documentaires et historiques éditée sous les auspices du haut Commissariat de la République française dans les provinces du Rhin, Paris, Société d’édition Les Belles Lettres, 1925, 19 p.

264Sources : SAEF, 1C 34834 ; Reg. cand. adjoint ; ASGP ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; Who’s Who du XXe siècle, p. 932-933 ; entretien enregistré d’Edmond Giscard d’Estaing avec Nathalie Carré de Malberg, 1981.

265Bibliographie : CARRÉ de MALBERG (Nathalie), GEMF  ; DBF, t. 16, col. 319-320 ; Le second siècle de l’Institut de France, 1895-1995, t. 1, Paris, Institut de France, 1999, p. 578 ; HODEIR (Catherine), Le grand patronat colonial face à la décolonisation, Paris, Belin, 2003, 320 p. ; MARSEILLE (Jacques), Empire colonial et capitalisme français. Histoire d’un divorce, Paris, A. Michel, 1984, 462 p.

266Autres sources : Fonds Soffo, conservé à la Compagnie financière de Suez.

GISCARD d’ESTAING François Jean Guy Louis Valéry

267Né le 17 septembre 1926 à Cerny (Essone) décédé le 16 mai 2003, fils de René Giscard d’Estaing conseiller d’État (s. d.) et d’Anne Carnot.

268[Liens de parenté] Neveu d’Edmond Giscard d’Estaing*, oncle d’Antoine Giscard d’Estaing*, cousin de Valéry Giscard d’Estaing*. Descendant de Lazare Carnot et de Sadi Carnot.

269Licencié en droit, diplômé de l’IEP de Paris, Éna (promotion Europe) 1951.

270Engagé volontaire du 1er décembre 1944 au 16 septembre 1945 (campagnes d’Alsace, d’Allemagne et d’Autriche).

271Adjoint à l’Inspection 1er janvier 1952, inspecteur de 3classe 1er janvier 1954, 2classe 1er janvier 1956, 1re classe 1er septembre 1960, inspecteur général des Finances 1er mars 1976, admis à la retraite 1er juillet 1987.

272Conseiller technique au cabinet de Jean Sourbet ministre de l’Agriculture 13 septembre 1955-26 janvier 1956. Conseiller technique au cabinet de Jean Filippi* secrétaire d’État au Budget 2 février 1956-1er juin 1957. Chef de service au secrétariat d’État à l’Agriculture 1957-1959. Rapporteur du Fonds de garantie mutuelle et d’orientation de la production agricole 1956. Directeur adjoint du cabinet de Roger Houdet ministre de l’Agriculture 9 juin 1958-1er mai 1959. Directeur de la Banque centrale des États de l’Afrique équatoriale et du Cameroun 1959-1968. Rapporteur particulier de la Commission de vérification des comptes des entreprises publiques 1968-1971. Conseiller financier du président de la République du Tchad 1969-1979. Directeur 1970-1974, puis directeur général 1974-1977, puis président de la Banque française du commerce extérieur 1977-1982. Président d’American Express Bank 1985. Conseiller de la direction générale de la Banque Vernes (ex-Banque industrielle et commerciale du Marais) 1989-1992. Conseiller du président de Tandem Computer SA 1992-1994.

273Maire de Saint-Amant-Tallende, 1965. Auditeur à la 12session 1959-1960 de l’IHEDN.

274LH 1972, O. 1987. ONM 1968, O. 1977. Croix de guerre 1939-1945.

275Œuvres

  • Financement et garanties du commerce international, Paris, Presses universitaires de France, 1977, 107 p.

  • M. Fleury, F. Giscard d’Estaing, A. Erlande-Brandenburg, Les rois retrouvés, Paris, J. Cuénot, 1977, 79 p.

276Sources : Fichier BRH ; Dossier promo. IGF; Livre d’or; Who’s who, 1959-2003.

GISCARD d’ESTAING Valéry René Marie Georges

277Né le 2 février 1926 à Coblence (Allemagne), fils d’Edmond Giscard d’Estaing* et de May Bardoux.

278[Liens de parenté] Cousin de François Giscard d’Estaing*. Petit-fils de Jacques Bardoux membre de l’Académie des sciences morales et politiques 1925, sénateur (Union démocratique et radicale) du Puy-de-Dôme 1938-1944, député (Indépendants paysans) du Puy-de-Dôme aux Assemblées constituantes et à l’Assemblée nationale 1945-1955.

279École polytechnique 1944 (scolarité 1946-1948), Éna (promotion Europe) 1951.

280A participé à des combats du 15 mai 1944 au 30 août 1944, employé à la section de liaison du SHAEF en octobre-novembre 1944, engagé volontaire (2e régiment de dragons) du 25 novembre 1944 au 7 octobre 1945 (démobilisé).

281Adjoint à l’Inspection 1er janvier 1952, inspecteur de 3classe 1er janvier 1954, 2classe 1er janvier 1956, 1re classe 9 juillet 1966, admis à la retraite 24 septembre 1984.

282Affecté officieusement au cabinet d’Edgar Faure ministre des Finances, des Affaires économiques et du Plan d’août 1953 aux 20 janvier 1955, puis à partir de février 1955. Directeur adjoint du cabinet d’Edgar Faure président du conseil 22 juin 1955-12 décembre 1955. Député (Centre national des indépendants et des paysans) du Puy-de-Dôme 1956-1959. Membre de la délégation française à la 11e, 12e et 13e session de l’assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (Onu) 1956-1958. Conseiller général du Puy-de-Dôme 1958-1974. Secrétaire d’État aux Finances (auprès d’Antoine Pinay puis de Wilfrid Baumgartner* ministres des Finances et des Affaires économiques) du gouvernement de Michel Debré 9 janvier 1959-17 janvier 1962. Ministre des Finances et des Affaires économiques des gouvernements de Michel Debré puis de Georges Pompidou 18 janvier 1962-8 janvier 1966. Député (Républicains indépendants) du Puy-de-Dôme 1962-1963. Président de la Fédération nationale des républicains indépendants en 1966. Député (Fédération nationale des républicains indépendants) du Puy-de-Dôme 1967-1969. Président de la commission des Finances, de l’Économie générale et du Plan à l’Assemblée nationale 1967-1969. Maire de Chamalières 1967-1974. Ministre de l’Économie et des Finances des gouvernements de Jacques Chaban-Delmas* et de Pierre Messmer 21 juin 1969-27 février 1974. Député (Fédération nationale des républicains indépendants) du Puy-de-Dôme 1973. Ministre d’État ministre de l’Économie et des Finances gouvernement de Pierre Messmer 1er mars 1974-26 mai 1974. Président de la République 27 mai 1974-21 mai 1981. Membre de droit du Conseil constitutionnel 1981. Député (Union pour la démocratie française) du Puy-de-Dôme 1984-1989 et 1993-2002. Conseiller régional d’Auvergne 1986-2004. Président de la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale 1987-1989 et 1993-1997. Président de l’Union pour la démocratie française 1988-1996. Député (Union pour la démocratie française-Rassemblement pour la République) au Parlement européen 1989-1993. Membre de la délégation française à la 44e session de l’assemblée générale de l’Onu 1989. Président du Mouvement européen 1989-1997. Président du Conseil des communes et régions d’Europe 1997-2004. Président de la Convention sur l’avenir de l’Europe 2001-2004.

283Élu le 11 décembre 2003 membre de l’Académie française.

284LH G. C. 1974. ONM G. C. 1974. Croix de guerre 1939-1945.

285Œuvres

  • La victoire de la Grande Armée, Paris, Plon, 2010, 324 p.

  • La princesse et le président, Paris, de Fallois : XO éd. et Le Grand Livre du mois, 2009, 264 p.

  • Le pouvoir et la vie. tome III : Choisir, Paris, Compagnie 12 et Le Grand Livre du mois, 2006, 554 p. (nouv. éd. : Le Livre de poche, 2007, 634 p.).

  • L’Europe en route vers sa Constitution : discours et contributions de Valéry Giscard d’Estaing, Nice, Presse d’Europe, 2005, 184 p.

  • La Constitution pour l’Europe : [projet de traité établissant une constitution pour l’Europe adopté par la Convention européenne les 13 juin et 10 juillet 2003], présenté par Valéry Giscard d’Estaing, Paris, A. Michel-Fondation Robert-Schuman, 2003, 395 p.

  • Giscard d’Estaing Valéry, Fourgnaud Agathe, Valéry Giscard d’Estaing : entretien avec Agathe Fourgnaud, Paris, Flammarion Histoire, coll. Mémoire vivante, 2001, 264 p. (entretien réalisé pour la chaîne thématique Histoire).

  • Les Français : réflexions sur le destin d’un peuple, Paris, Plon et France loisirs, 2000, 340 p. (rééd. : Presses Pocket, 2001, 347 p.).

  • Dans cinq ans, l’an 2000 : les enjeux de l’élection présidentielle, Paris, Le Grand Livre du mois, 1995, 167 p.

  • Le passage, Paris, R. Laffont et Le Grand Livre du mois, 1994, 231 p. (rééd. Pocket, 1995, 231 p.).

  • Le pouvoir et la vie. Tome II : L’affrontement, Paris, Compagnie 12, 1991, 486 p. (nouv. éd. : France Loisirs, 1992 et Le Livre de poche, 1992, 471 p. ; rééd. des deux premiers tomes en Livre de poche, 2004, 794 p.).

  • Le pouvoir et la vie. Tome I, Paris, Compagnie 12 et France loisirs, 1988, 401 p. (nouv. éd. : Le Livre de poche, 1989, 411 p. ; nouv. éd. : Compagnie 12, 2004, 428 p.).

  • Giscard d’Estaing Valéry, Couteau Jean-Yves, Devenir plus : ou l’Ambition pour la France de Valéry Giscard d’Estaing/écrit avec lui-même par Jean-Yves Couteau, Saint-Cyr-sur-Loire, J.-Y. Couteau, 1985, 307 ff. (textes choisis).

  • Deux Français sur trois, Paris, Flammarion, 1984, 265 p. (nouv. éd. : Livre de poche, 1985, 316 p.).

  • Peace and East-West relations, Singapour, Institute of Southeast Asian studies, 1983, 33 p.

  • L’état de la France, Paris, Fayard, 1981, 295 p. (recueil de textes extraits pour la plupart de diverses allocutions, 1974-1981).

  • Démocratie française, Paris, Fayard, 1976, 175 p. (trad. en espagnol en 1976, en allemand en 1977, en portugais en 1977 ; rééd. : Livre de Poche, 1978, 191 p.).

  • V. Giscard d’Estaing et L. Armand, Quel avenir pour l’Europe ?, Paris, Publicis conseil, 1968, 25 p.

286Sources : SAEF, PH 22/96 0006 ; Fichier BRH ; Livre d’or.

287Bibliographie : Les ministres des Finances de 1870 à nos jours, Paris, Ministère de l’Économie et des Finances-Ministère du Budget, 1992, p. 218-221 ; BERSTEIN (Serge), et SIRINELLI (Jean-François) (dir.), Les années Giscard. Les institutions à l’épreuve ? 1974-1981, Paris, A. Colin, 2010, 130 p. ; BERSTEIN (Serge), CASANOVA (Jean-Claude) et SIRINELLI (Jean-François) (dir.), Les années Giscard. La politique économique 1974-1981, Paris, A. Colin, 2009, 192 p. ; RÉMOND (René) et SIRINELLI (Jean-François) (dir.), Les années Giscard. Les réformes de la société 1974-1981, Paris, A. Colin, 2007, 296 p. ; RÉMOND (René) et SIRINELLI (Jean-François) (dir.), Les années Giscard. Valéry Giscard d’Estaing et l’Europe 1974-1981, Paris, A. Colin, 2005, 272 p. ; BERSTEIN (Serge), RÉMOND (René) et SIRINELLI (Jean-François) (dir.), Les années Giscard. Institutions et pratiques politiques 1974-1978, Paris, Fayard, 2003, 279 p. ; TRISTRAM (Frédéric), « Un instrument poliitque mal assumé ? L’entourage de Valéry Giscard d’Estaing à l’Élysée de 1974 à 1981 », Histoire@politique, 2009/2, n° 8 (en ligne).

288Autres sources : AN, archives de la présidence de Valéry Giscard d’Estaing, 5 AG3 et 500 AP fonds privé, 345 cartons, 1962-1993 ; Comité pour l’histoire économique et financière de la France, entretien de Valéry Giscard d’Estaing mené par Laure Quennouëlle-Corre avec Serge Berstein et Robert Frank en présence de Jean Serisé, 1997.

GISSEROT Pierre Jean Lucien

289Né le 1er juin 1934 à Brest (Finistère), fils de Théodore Paul Gisserot ingénieur général du Génie maritime, directeur de la DCAN à Lorient (C) et de Jeanne Élisabeth Marguerite Lemoigne.

290[Liens de parenté] Époux de Hélène Gisserot déléguée à la condition féminine 1986-1988, procureur général près la Cour des comptes 1993-2004.

291Diplômé de l’IEP de Paris, Éna (promotion Vauban) 1959.

292Adjoint à l’Inspection 1er août 1959, inspecteur de 3classe 1er août 1961, 2classe 1er novembre 1964, 1re classe 1er octobre 1970, inspecteur général des Finances 1er avril 1981, admis à la retraite et maintenu en activité 2 juin 2000, cessation de fonctions 1er février 2003.

293Chargé de mission au service des Études économiques et financières à la direction du Trésor 1964-1965. Chargé de mission à la direction de la Prévision 1965-1966. Chargé de mission, chargé du service des Affaires économiques 1966-1970, secrétaire général de la Commission centrale des marchés 1970-1976. Sous-directeur au ministère de l’Économie et des Finances 1970. Chef de service au secrétariat général de la Commission centrale des marchés 1976-1977. Directeur général de l’Agence nationale pour l’indemnisation des Français rapatriés de la France d’outre-mer 1978-1983. Chef du service de l’Inspection 1er juin 1987-25 novembre 1997. Vice-président du conseil de surveillance du Crédit d’équipement des petites et moyennes entreprises 1994-1997. Président du conseil d’administration de l’Établissement public Autoroutes de France 1996-1999. Commissaire du Gouvernement auprès de la Commission pour l’indemnisation des victimes des spoliations intervenues du fait des législations antisémites en vigueur pendant l’Occupation 2000-2002.

294Vice-président de la Fondation des orphelins apprentis d’Auteuil 2000. Enseigne à l’Éna 1964. Maire de Foulangues (Oise) 1971-1989.

295LH 1978, O. 1990, C. 1997. ONM 1970, O. 1980, C. 1993.

296Sources : Fichier BRH ; Fichier CV succinct ; Dossier gestion_utilisé ; Who’s who, 1963-2005.

GISSLER Éric Marc

297Né le 23 août 1952 à Arras (Pas-de-Calais), fils de Léon Gissler chef de centre téléphonique (s. d.) et de Julie Santerne.

298École normale supérieure (Ulm) 1974, maîtrise de lettres classiques, agrégé de lettres modernes, Éna (promotion Léonard de Vinci) 1985.

299Adjoint à l’Inspection 1er juin 1985, inspecteur de 3classe 1er décembre 1986, 2classe 1er juin 1989, 1re classe 1er juin 1994, inspecteur général des Finances 16 mai 2001.

300Conseiller technique au cabinet de Paul Dijoud secrétaire d’État à la Jeunesse et aux Sports 1er juin 1977-1er mars 1978. Conseiller au cabinet de François Delmas secrétaire d’État chargé de l’Environnement et du Cadre de vie 1er avril 1978-1er octobre 1978. Chargé de mission au cabinet de René Monory ministre de l’Économie 1er octobre 1978-1er août 1979. Chef du cabinet de Jean Farge secrétaire d’État à la Santé 1er août 1979-18 mai 1981. Professeur agrégé en collège à Évreux 1981-1983. Rapporteur particulier de la mission relative à l’organisation des administrations centrales 1986-1989. Directeur à la Caisse des dépôts et consignations 1989. Chef du bureau Statut général de la fonction publique de la direction du Budget 1990-1991. Conseiller technique 4 juillet 1991-26 décembre 1991, puis chargé de mission au cabinet de Philippe Marchand ministre de l’Intérieur 26 décembre 1991-2 avril 1992. Conseiller technique (officieux) au cabinet de Michel Charasse ministre du Budget d’avril 1992 à octobre 1992. Conseiller technique au cabinet de Martin Malvy ministre du Budget 15 octobre 1992-29 mars 1993. Chef du bureau Budgets des ministères de l’Intérieur et des Dom-Tom, Finances des collectivités locales de la direction du Budget 1993-1997. Directeur général délégué chargé des finances, des investissements et de la gestion de Réseau ferré de France 1997-2001. Chargé de mission affaires budgétaires et financières au cabinet d’Élisabeth Guigou ministre de l’Emploi et de la Solidarité 12 mars 2001-6 mai 2002. Directeur financier et membre du directoire de l’Entreprise minière et chimique 2003-2006. Président-directeur général de la Société commerciale des potasses et de l’azote 2005-2006. Président du conseil d’administration de l’Établissement public national de financement des retraites de La Poste depuis 2007. Président du conseil d’administration de l’Établissement de gestion de la contribution exceptionnelle de France Télécom depuis 2009.

301Œuvres

302É. Gissler, B. Lecherbonnier, H. Mitterrand (textes choisis et présentés par), L’esprit et la lettre. II. Vivre avec les autres, regards sur la société, Paris, F. Nathan, 1978, 150 p.

303Sources : Fichier BRH ; Fichier compétences ; Fichier CV succinct ; Dossier promo. IGF ; Dossier gestion ; Bulletin quotidien, 3 février 2009 ; Who’s who, 2000-2005.

GLICENSTEIN Gilles

304Né le 28 novembre 1964 à Suresnes (Hauts-de-Seine), décédé le 21 avril 2009, fils de Julien Glicenstein chirurgien des hôpitaux (s. d.) et de Micheline Beker docteur en médecine (s. d.).

305Diplômé de l’IEP de Paris, Éna (promotion Jean Monnet) 1990.

306Adjoint à l’Inspection 1er février 1990, inspecteur de 3classe 1er août 1991, 2classe 1er février 1994, démissionnaire 1er juin 2000.

307Directeur de la stratégie et du développement de la Banque nationale de Paris 1994-1997. Adjoint au directeur du département des gestions et du conseil de la Banque nationale de Paris, devenue en 2000 BNP-Paribas, 1997. Président de BNP Épargne-Entreprise 1997-2000. Directeur général adjoint de BNP-Paribas Gestion 1997. Directeur général 2001, puis président-directeur général de BNP-Paribas Asset Management 2005-2009.

308Enseigne à l’IEP de Paris 1991-1999, à l’École nationale de la statistique et de l’administration économique 1990-1993, à Paris IX-Dauphine 2001.

309Œuvres

  • J.-P. Petit, G. Glicenstein, L’euro et la gestion du patrimoine, préface de Michel Pébereau, Paris, BNP, 1998, 34 p.

  • La monnaie unique européenne : quelles conséquences sur l’activité bancaire ?, Paris, BNP, 1996, 40 p. (conférence, 1996).

310Sources : Fichier BRH ; Fichier CV succinct ; Bulletin quotidien, 27 avril 2009 ; Who’s who, 2000-2003.

GOETZE Roger Auguste Alexandre César

311Né le 6 décembre 1912 à Paris (13e), décédé le 3 août 2004 à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), fils de Charles Guillaume Frédéric Goetze négociant, grossiste en fourrure (pelletier) (N), décédé (C) et de Joséphine Eugénie Dupraz.

312[Liens de parenté] Époux de Marcelle Charpentier résistante, nommée lieutenant puis capitaine provisoire officier de liaison pour suivre les armées françaises, part d’Alger début d’août 1944 ira jusque dans les Vosges. Secrétaire générale de l’Association du 8 novembre (1942).

313Licencié ès lettres et ès sciences, diplômé de l’ELSP.

314Mobilisé du 24 août 1939 au 1er août 1940.

315Adjoint à l’Inspection 1er juin 1937, inspecteur de 4e classe 1er novembre 1940, 3classe 1er janvier 1941, 2classe 1er février 1942, 1re classe 1er avril 1947, inspecteur général des Finances 16 avril 1964, admis à la retraite sur sa demande 1er janvier 1978.

316Affecté à la mission de l’Inspection générale des finances en Algérie 1er janvier 1941-18 novembre 1942. Directeur des services financiers puis directeur général des Finances du gouvernement général de l’Algérie 18 novembre 1942 à septembre 1944, puis parallèlement directeur de la 5e direction au commissariat aux Finances du Comité français de la libération nationale du 2 mars 1944-11 septembre 1944. Directeur du cabinet de Pierre Mendès France ministre de l’Économie nationale 12 septembre 1944-5 mai 1945. Directeur général des Finances de l’Algérie 6 mai 1945-1949. Président-directeur général de la Société nationale de recherches et d’exploitation des pétroles en Algérie (SN Repal) 1946-1966. Directeur du Budget 1949-1956. Membre de la Commission du financement (préparation du IIe Plan) 1953. Membre de la Commission de l’économie générale et du financement (préparation du IIIe Plan) 1956. Sous-gouverneur du Crédit foncier de France 1957-1967. Conseiller technique au cabinet de Charles De Gaulle président du Conseil 2 juin 1958-8 janvier 1959. Membre du Conseil économique et social 1959, 1962 et 1964-1969. Président de la Compagnie industrielle et financière d’applications pétrolières 1961-1969. Président du Groupe central de planification urbaine 1964. Gouverneur du Crédit foncier de France 1967-1978. Membre de la Commission de l’économie générale et du financement (préparation du VIe Plan) 1969. Président de la Commission nationale des opérations immobilières et de l’architecture 1970-1980. Président du Groupe central des villes nouvelles, devenu l’Association française des villes nouvelles, devenue l’Association française du développement urbain 1970-1988. Président de la Commission nationale des opérations immobilières et de l’architecture 1975-1979. Président de la Compagnie française d’épargne et de crédit 1978-1983. Président de la Société auxiliaire de constructions immobilières 1978-1984. Vice-président de l’Union de crédit pour le bâtiment 1979-1981.

317LH 1946, O. 1952, C. 1956, G. O. 1968. ONM C. 1965. Croix de guerre 1939-1945.

318Œuvres

  • Entretiens avec Roger Goetze. II. Un financier bâtisseur : 1957-1988, texte établi, présenté et annoté par Sabine Effosse, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2007, XVI-103 p.

  • Entretiens avec Roger Goetze, haut fonctionnaire des Finances. I. Rivoli-Alger-Rivoli : 1937-1958, texte établi, présenté et annoté par Nathalie Carré de Malberg, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1997, 420 p.

  • Pétrole et gaz sahariens, [Birmandreis, Alger], SN Repal, 1960, 20 p. (conférence prononcée le 15 octobre 1959).

319Sources : SAEF, PH 169/93 0009 ; Fichier BRH ; Dossier promo. IGF ; Reg. cand. adjoint ; Livre d’or ; Who’s who, 1957-2000 ; entretien enregistré de Roger Goetze avec Nathalie Carré de Malberg, 1981 ; Comité pour l’histoire économique et financière de la France, entretien transcrit de Roger Goetze avec Fl. Descamps, A. Georges-Picot et Ph. Muller-Feuga 1989 et archives déposées.

320Bibliographie : Dictionnaire biographique français contemporain, Paris, Pharos, 1954 ; La direction du Budget face aux grandes mutations des années cinquante, acteur ou témoin ?, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1998, 864 p. ; DESCAMPS (Florence), « Roger Goetze, la direction du Budget et la réforme de l’État 1949-1958 », Revue française de finances publiques, n° 99, septembre 2007, p. 123-134.

321Autres sources : Fondation Charles-De-Gaulle, entretien thématique de Roger Goetze avec Pierre Desmarquest, 1994.

GOMEZ Alain Michel Gilbert

322Né le 18 octobre 1938 à Paris (14e), fils de François Gomez médecin (C) et de Simonne Blet professeur (C).

323Licencié en droit, diplômé de l’IEP de Paris, Éna (promotion Stendhal) 1965, Harvard Business School.

324Service militaire du 1er janvier 1961 au 24 novembre 1962 (maintenu sous les drapeaux à compter du 1er juillet 1962), en Algérie du 7 mai 1961 au 12 octobre 1961.

325Adjoint à l’Inspection 1er juin 1965, inspecteur de 3classe 1er décembre 1966, 2classe 1er juin 1969, démissionnaire 16 octobre 1971.

326Chargé de mission à la direction générale de la Compagnie de Saint-Gobain 1969-1971. Directeur administratif et financier de la Société Saint-Gobain 1971-1972. Directeur général de la Société générale pour l’emballage 1972-1976. Président-directeur général de Saint-Gobain Desjonquières 1973-1982. Président-directeur général de Saint-Gobain emballage 1974-1982. Président-directeur général de la Société générale pour l’emballage (groupe Saint-Gobain) 1976-1982. Directeur général de Saint-Gobain Industries 1978-1980. Président des Verreries de Saint-Gobain 1978-1982. Directeur de la branche fibres de renforcement de la Compagnie de Saint-Gobain Pont-à-Mousson 1979-1982. Administrateur général (président du conseil d’administration) du groupe Thomson-Brandt 1982-1996. Président-directeur général de Thomson-Brandt, devenu en 1983 Thomson SA, 1982-1996. Président-directeur général de Thomson-CSF 1982-1996. Administrateur et membre du comité exécutif de Fimalac (Financière de Marc de Lacharrière) 1996. Vice-président-directeur général de Sefimeg 1996-1999. Président-directeur général d’Anact AG 1996. Conseiller auprès de la Banque américaine Wasserstein Perella 1997-1999. Président-directeur général de Facom 1999-2002.

327Co-fondateur en 1966 du Centre d’études, de recherches et d’éducation socialistes (Ceres).

328LH 1985. ONM O. 1992.

329Œuvres

  • Jacques Mandrin (pseud. collectif), Le socialisme et la France, Paris, le Sycomore, 1983, 245 p.

  • Jacques Mandrin (pseud. collectif), L’énarchie ou les mandarins de la société bourgeoise, Paris, la Table ronde, 1967, 171 p. (nouv. éd. : 1980).

  • Jacques Mandrin (pseud. collectif), Socialisme ou social-médiocratie ?, Paris, Éditions du Seuil, 1969, 190 p.

330Sources : SAEF, PH 169/93 0005 ; Fichier BRH ; Dossier promo. IGF ; Annuaire(s) de l’IGF ; Grande Chancellerie de la Légion d’honneur ; Livre d’or.

331Bibliographie : FRIDENSON (Patrick), LÉVY-LEBOYER (Maurice) et ROSTAS (Véronique), Une entreprise dans le siècle. Thomson, histoire du groupe, Jouy-en-Josas, Université Thomson, 1995, 142 p. ; MARTIN (Roger), Patron de droit divin…, Paris, Gallimard, 1984, 586 p. ; DAVIET (Jean-Pierre), Une multinationale à la française : histoire de Saint-Gobain 1666-1989, Paris, Fayard, 1989, 334 p.

GONON Maurice Jean

332Né le 5 septembre 1905 à Lyon (3e), décédé (lors d’un attentat contre la Banque de Madagascar et des Comores) le 11 août 1972 à Paris (18e), fils de Claudius Charles Gonon ingénieur chimiste (N), négociant à Lyon (C) et de Marie Valentine Bulle.

333Licencié en droit et ès sciences.

334Adjoint à l’Inspection 20 mars 1929, inspecteur de 4e classe 1er février 1931, 3classe 1er mars 1931, 2classe 1er janvier 1935, 1re classe 1er octobre 1940, inspecteur général des Finances 16 mai 1956, admis à la retraite 1er septembre 1970.

335Chargé de mission à la direction du Budget et du Contrôle financier 1932-1933. Chargé d’études à la direction du Budget 1933-1935. Contrôleur financier des offices et établissements autonomes de l’État 1935-1936. Directeur des services financiers 1936-15 novembre 1942, secrétaire général du gouvernement général de l’Algérie 16 novembre 1942-28 février 1945. Conseiller financier auprès du Haut Commissariat en Indochine 1946-1947. Président-directeur général de la Banque de Madagascar (et des Comores en 1953) à Paris 1948-1972. Président de la Compagnie immobilière algérienne 1964.

336LH 1949, O. 1955, C. 1961.

337Sources : SAEF, PH 169/93 0005 ; Arch. mun. de Lyon, acte de naissance, 3e arr ; Fichier BRH ; Reg. cand. adjoint ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; Who’s who, 1955-1970.

GONOT Jean Auguste Louis Yvon

338Né le 27 octobre 1926 à Brest (Finistère), fils de Pierre Gonot ingénieur, (chez Michelin ?) (C) et de Lucienne Sourier.

339Licencié en droit, diplômé de l’IEP de Paris, Éna (promotion Jean Giraudoux) 1952.

340Engagé volontaire (capitaine de corvette) du 20 octobre 1947 au 20 mai 1949.

341Adjoint à l’Inspection 1er janvier 1953, inspecteur de 3classe 1er janvier 1955, 2classe 1er janvier 1957, 1re classe 1er janvier 1961, admis à la retraite différée 1er mai 1973.

342Chargé de mission à la direction des Prix et des Enquêtes économiques 1956. Conseiller technique au cabinet de Jean Masson secrétaire d’État aux Affaires économiques 2 février 1956-12 juin 1957. Conseiller au cabinet d’Émile Hugues secrétaire d’État aux Affaires économiques 11 juillet 1957-12 juin 1958. Conseiller technique au cabinet d’Antoine Pinay ministre des Finances 12 juin 1958-1er novembre 1958. Chef du service des Enquêtes économiques de la direction générale des Prix et des Enquêtes économiques 1958-1959. Attaché à la section économique et sociale de l’Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) 1959. Chef adjoint de la section économique de l’IHEDN 1959. Directeur du cabinet de François Missoffe secrétaire d’État du Commerce intérieur 25 août 1961-1er septembre 1962. Chef de la section économique de l’IHEDN 1961. Chef de service, directeur général adjoint des Prix et des Enquêtes économiques 1962-1965. Directeur du cabinet de Robert Boulin secrétaire d’État au Budget 1er mai 1965-1er juin 1965. Directeur général adjoint du Commerce intérieur et des Prix 1965-1968. Directeur du cabinet de Robert Boulin secrétaire d’État au Budget 14 janvier 1966-1er avril 1967. Chef de service, adjoint au chef de la mission chargée par le ministre d’étudier la compétence et les moyens du ministère de l’Économie et des Finances (rationalisation des choix budgétaires) 1968-1970. Directeur général adjoint des laboratoires pharmaceutiques Albert Rolland-Hepatrol 1970-1976. Président-directeur général de Collin Gentile Drapier SA 1972-1974 (ou 1975). Directeur général adjoint de la Compagnie française d’assistance spécialisée 1976-1980. Directeur administratif et financier 1976-1980, directeur général adjoint 1980-1984, puis directeur général de la Compagnie générale de participation et de gestion financière 1984-1998.

343Vice-président de l’Association des auditeurs de l’IHEDN (s. d.).

344LH 1991. ONM O. 1966.

345Sources : SAEF, PH 22/96 0001 ; Fichier BRH ; Dossier promo. IGF; Annuaire(s) de l’IGF; Livre d’or; Who’s who, 1959-2000.

346Autres sources : Colloque « Rober Boulin en politique », 1er-3 octobre 2009, Libourne.

GOSSET-GRAINVILLE Antoine Marie Miguel

347Né le 17 mars 1966 à Paris (15e), fils de Jacques Gosset-Grainville administrateur civil (s. d.) et de Claude de Gorostarzu.

348DESS de gestion des organismes financiers et bancaires, diplômé de l’IEP de Paris, Éna (promotion Léon Gambetta) 1993.

349Adjoint à l’Inspection 1er mars 1993, inspecteur de 3classe 1er septembre 1994, 2classe 1er mars 1997, 1re classe 1er mars 2002.

350Secrétaire général adjoint du Comité monétaire européen et du Comité économique et financier de la Commission européenne à Bruxelles 1997-1999. Conseiller pour les affaires économiques et monétaires au cabinet de Pascal Lamy* commissaire européen chargé du Commerce 20 septembre 1999-15 octobre 2002. Avocat en charge des affaires européennes et de concurrence au cabinet d’avocats Gide-Loyrette-Nouel (bureau de Bruxelles) 2002. Associé du cabinet d’avocats Gide-Loyrette-Nouel 2004-2007. Directeur adjoint du cabinet de François Fillon Premier ministre 18 mai 2007-1er mai 2010. Directeur général adjoint de la Caisse des dépôts et consignations depuis mai 2010.

351Coordinateur de la direction d’études des questions européennes à l’IEP de Paris 1995-1999.

352ONM 2007.

353Sources : Fichier BRH ; Fichier CV succinct ; Dossier promo. IGF ; Bulletin quotidien, 15 mars 2010.

GOUBAUX Pierre Gonzague Marie

354Né le 6 juillet 1902 à Paris (16e), décédé le 4 octobre 1934 à Perpignan (Pyrénées-Orientales), fils de Gaston Xavier Marie Goubaux ingénieur des Arts et Manufactures décédé (C) et d’Élisabeth Jeanne Marie Josèphe de Jacquelot de Boisrouvray.

355[Liens de parenté] Oncle de Bernard Delpit*, parent de Dominique Machet de La Martinière*.

356Licencié en droit et ès lettres (histoire), diplômé de l’ELSP.

357Adjoint à l’Inspection 1er avril 1928, inspecteur de 4e classe 1er février 1930, 3classe 1er mars 1930, 2classe 23 novembre 1932, mort en fonctions.

358Sources : SAEF, 1C 34834 ; Reg. cand. adjoint ; Livre d’or ; IGF, 1931.

GOUIFFÈS Pierre-François Louis

359Né le 3 juillet 1965 à Paris (15e), fils de Jean-Yves Gouiffès artisan ou commerçant (C) et de Marie-France Rouxel artisan ou commerçant (C).

360École supérieure des sciences économiques et commerciales, maîtrise de droit privé, diplômé d’expertise comptable, Éna (promotion Victor Schoelcher) 1996.

361Adjoint à l’Inspection 1er avril 1996, inspecteur de 3classe 1er octobre 1997, 2classe 1er avril 2000, 1re classe 6 octobre 2006.

362Assistant au cabinet Arthur Andersen (conseil management) 1988-1990. Superviseur puis directeur du cabinet Cleversys (conseil management) 1990-1993. Vice-président de la division licences de Thomson, puis Thales Multimédia, 2000-2004. Conseiller budget 22 novembre 2004-10 janvier 2005, puis directeur adjoint du cabinet de Jean-Louis Borloo ministre de l’Emploi, du Travail et de la Cohésion sociale puis de l’Économie, des Finances et de l’Emploi 10 janvier 2005-18 juin 2007. Directeur général adjoint en charge des finances de la société Transdév (groupe Caisse des dépôts et consignations) depuis 2007.

363ONM 2008.

364Œuvres

  • Réformes : mission impossible ?, Paris, La Documentation française, 2010, 152 p.

  • Margaret Thatcher face aux mineurs : 1972-1985, treize années qui ont changé l’Angleterre, Toulouse, Privat, 2007, 363 p.

365Sources : Fichier BRH ; Fichier CV succinct ; Dossier promo. IGF.

GOUSSAULT Florent Georges Émile

366Né le 15 novembre 1869 à Varennes (Meuse), décédé le 29 juin 1952, fils de Théodore Rémy Goussault militaire (N), officier principal de l’administration des Subsistances en retraite (C) et de Marguerite Rose Gautier.

367École polytechnique 1889.

368Mobilisé en 1914-1916.

369Adjoint à l’Inspection 1er mai 1894, inspecteur de 4classe 16 mars 1896, 3classe 18 avril 1897, 2classe 1er novembre 1901, 1re classe 8 mars 1911, inspecteur général des Finances 1er octobre 1919, admis à la retraite 15 novembre 1934.

370Commis stagiaire à la direction de la Dette inscrite 1893. Chargé du contrôle et de la comptabilité à la direction des Travaux de la Ville de Paris 1901-1904. Chargé de mission au sous-secrétariat de l’intendance et du ravitaillement du ministère de la Guerre 1916-1917. Directeur du contrôle financier des chemins de fer 1926-1934.

371Enseignant à l’ELSP (s. d.).

372LH 1912, O. 1923.

373Sources : SAEF, 1C 34834 et 1C 5596 ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; Qui êtes-vous ?, 1924.

374Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 134.

GOUYON de COIPEL (de) Hervé

375Né le 15 avril 1940 à Cournon (Morbihan), fils de Jean de Gouyon de Coipel propriétaire exploitant (s. d.) et de Marie Charlotte Le Gac de Lansalut.

376École des HEC 1961, licencié en droit, Éna (promotion Marcel Proust) 1967.

377Adjoint à l’Inspection 1er juin 1967, inspecteur de 3classe 1er décembre 1968, 2classe 1er juin 1971, 1re classe 1er mars 1976, inspecteur général des Finances 16 octobre 1987, admis à la retraite sur sa demande 21 avril 2004.

378Rapporteur de la Commission consultative des marchés au Centre national d’études spatiales 1970-1971. Chargé de mission 1971-1975, puis sous-directeur à la direction du Commerce intérieur et des Prix, devenue en 1974 direction général de la Concurrence et des Prix, 1975-1976. Conseiller technique au cabinet de Raymond Barre Premier ministre et ministre de l’Économie et des Finances 2 septembre 1976-10 janvier 1978. Chef du service de la Concurrence à la direction générale de la Concurrence et des Prix 1978-1983. Directeur adjoint 1983-1986, directeur de la direction centrale des groupes d’entreprises 1986-1991, directeur central, chef de l’inspection générale du Crédit Lyonnais 1991-1999. Président de la Commission des marchés de bâtiment et de génie civil 2002-2004.

379ONM 1979, O. 1992.

380Sources: Fichier BRH; Fichier CV succinct; Who’s who, 2000-2005.

GRANVAL Pierre André Édouard

381Né le 3 septembre 1909 à Haïphong (Tonkin), décédé le 24 décembre 1988, fils d’Alexandre Granval fondé de pouvoirs de la Société bordelaise de crédit à Haïphong (N), industriel à Haïphong (C) et d’Alice Thévenin.

382École polytechnique 1929, licencié en droit, diplômé de l’ELSP.

383Mobilisé le 31 août 1939, prisonnier du 20 juin 1940 au 6 avril 1945 (Oflag III B), démobilisé le 23 mai 1945, rappelé à l’activité le 23 août 1945 (corps de liaison administrative en Extrême-Orient). Chef des services sud, adjoint au conseiller financier auprès de Haut Commissariat en Indochine le 27 octobre 1945, commissaire fédéral aux finances (p. i.) au Haut Commissariat en Indochine du 8 décembre 1945 au 20 janvier 1946, du 12 juin 1946 au 26 septembre 1946, du 8 janvier 1947 au 10 mars 1947, démobilisé le 1er avril 1947.

384Adjoint à l’Inspection 20 avril 1936, inspecteur de 4e classe 1er mars 1939, 3classe 1er octobre 1940, 2classe 1er mars 1942, 1re classe 1er avril 1947, inspecteur général des Finances 1er novembre 1959, admis à la retraite par limite d’âge 2 janvier 1978.

385Rapporteur de la Commission de vérification de la comptabilité de l’assurance crédit 1939. Inspecteur des services financiers, adjoint au conseiller financier du Haut Commissariat en Indochine 1947-1948. Président de la commission consultative des marchés du ministère de l’Intérieur 1963 et 1968. Président de la commission consultative des marchés d’électronique, de transmission et de moyens d’essais du ministère des Armées 1964-1967. Président du Comité des remises et transactions 1966. Président du Comité des changes 1972.

386Auditeur au Centre des hautes études administratives 1949 et à l’IHEDN (session 1954-1955).

387LH 1949, O. 1958. ONM C. 1976. Croix de guerre 1939-1945.

388Sources : SAEF, PH 169/93 0009 ; Fichier BRH ; Dossier promo. IGF; Reg. cand. adjoint; Livre d’or; Who’s who, 1955-1980.

GRAPINET Gilles Paul Francis Dominique

389Né le 3 juillet 1963 à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), fils de Pierre Grapinet magistrat (s. d.) et de Marie Madeleine Franceschetti.

390Institut de sciences juridiques et morales, maîtrise de droit public, DESS en droit de l’urbanisme, Éna (promotion Condorcet) 1992.

391Adjoint à l’Inspection 1er février 1992, inspecteur de 3classe 1er août 1993, 2classe 1er février 1996, 1re classe 1er février 2001, inspecteur général des Finances 1er juillet 2006.

392Rapporteur de la commission consultative des marchés auprès du Commissariat à l’énergie atomique et de l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs 1994. Chef du bureau Contrôle de gestion, Implantation des services et des Emplois 1996-1998, chef du bureau Études prospectives et stratégiques 1998-2000, sous-directeur de la Coordination et de la Stratégie 2000-2002, sous-directeur Système d’information et stratégique à la direction générale des Impôts 2000-2002. Directeur adjoint, directeur du programme Copernic à la direction générale des Impôts et à la direction générale de la Comptabilité publique 2002-2003. Conseiller pour les affaires économiques et financières au cabinet de Jean-Pierre Raffarin Premier ministre 5 février 2003-6 décembre 2004. Directeur du cabinet de Hervé Gaymard ministre de l’Économie, des Finances et de l’Industrie 6 décembre 2004-25 février 2005. Directeur du cabinet de Thierry Breton ministre de l’Économie, des Finances et de l’Industrie 3 mars 2005-15 mai 2007. Chef (p. i.) du service de l’Inspection 28 mai 2007-4 septembre 2007. Directeur de la stratégie 2007-2008, directeur des systèmes et services de paiement de Crédit agricole SA 2008-2009. Directeur général adjoint du groupe de services informatiques Atos Origin depuis janvier 2009.

393Sources : Fichier BRH ; Fichier CV succinct ; Bulletin quotidien, 9 janvier 2009.

GRASSET Yves Pierre André

394Né le 15 février 1925 à Nantes (Loire-Atlantique), fils de Robert Henri Maurice Grasset entrepreneur de plâtrerie (N), entrepreneur (C) et de Lucette Jeanne Émilie Bretesché.

395Licencié en droit, Éna (promotion Paul Cambon) 1953, promotion de rattachement car admis à l’Éna à la suite du concours étudiants du 14 octobre 1946 (promotion Nations unies), en congé de longue durée du 9 mai 1949 au 1er janvier 1953.

396Adjoint à l’Inspection 1er octobre 1953, inspecteur de 3classe 1er octobre 1955, 2classe 1er janvier 1958, 1re classe 1er janvier 1962, inspecteur général des Finances 1er mai 1977, admis à la retraite par limite d’âge et maintenu en activité 16 février 1991, cessation de fonctions (sur sa demande) 1er juillet 1992.

397Participe aux travaux de la Délégation générale à la recherche scientifique et technique 1959. Chargé de mission à la Délégation générale de la recherche scientifique et technique 1960-1962. Conseiller financier auprès du directeur général de l’Assistance publique à Paris 1962-1970. Rapporteur particulier de la Commission de vérification des comptes des entreprises publiques (RATP) 1971-1980.

398LH 1978. ONM 1967, O. 1975.

399Sources : SAEF, 99748 ; Fichier BRH ; Dossier promo. IGF; Livre d’or; Who’s who, 1961-1997.

GREGH François-Didier Fernand Armand Louis Georges

400Né le 26 mars 1906 à Paris (16e), décédé le 19 janvier 1992, fils de Fernand Gregh membre de l’Académie française homme de lettres (N et C) et d’Arlette Hayem femme de lettres.

401[Liens de parenté] Beau-frère de Maurice Druon écrivain et homme politique.

402Licencié en droit et ès lettres, doctorat de droit sans la thèse, diplômé de l’ELSP.

403Mobilisé du 2 septembre 1939 au 20 août 1941.

404Adjoint à l’Inspection 1er juin 1930, inspecteur de 4e classe 1er janvier 1932, 3classe 1er mars 1932, 2classe 1er septembre 1935, 1re classe 1er février 1941, inspecteur général des Finances 1er novembre 1959, admis à la retraite par limite d’âge 27 mars 1976.

405Rapporteur de la commission créée en vue d’étudier les améliorations susceptibles d’être apportées aux règles de la comptabilité publique 1932. Chargé de mission au cabinet de Joseph Paul-Boncour ministère de la Guerre 11 juin 1932-14 décembre 1932. Chef adjoint du cabinet de Joseph Paul-Boncour président du Conseil 18 décembre 1932-1er février 1933. Chef du cabinet d’Eugène Frot ministre de la Marine marchande 1er février 1933-27 octobre 1933, puis ministre du Travail 27 octobre 1933-27 novembre 1933, puis ministre de la Marine marchande 27 novembre 1933-8 janvier 1934, puis ministre du Travail et de la Prévoyance sociale 8 janvier 1934-30 janvier 1934. Contrôleur financier des opérations effectuées en exécution de la loi du 24 décembre 1934 sur l’assainissement du marché du blé et des lois antérieures concernant l’organisation et la défense du marché du blé 1935. Contrôleur financier des offices et établissements autonomes de l’État 1935-1936. Contrôleur financier de la Caisse nationale de crédit agricole et commissaire du Gouvernement auprès de l’Assemblée permanente des présidents des chambres d’agriculture 1936. Chef du cabinet d’Augustin Paul-Boncour ministre d’État 1er mai 1936. Chef du cabinet de Henri Tasso sous-secrétaire d’État à la Marine marchande 16 juin 1936-18 avril 1937. Contrôleur financier de l’Office national interprofessionnel du blé 1936. Liquidateur du Comptoir Lyon-Alemand 1937-13 octobre 1939. Contrôleur financier de 1re classe 1938. Contrôleur financier à la section française de l’Exposition internationale de technique de l’eau à Liège de 1939 1938. Rapporteur du Comité de réorganisation administrative de l’Éducation nationale 1938. Affecté spécial, directeur des services administratifs et financiers du service du ravitaillement général du ministère de l’Agriculture le 13 octobre 1939, puis intendant militaire adjoint à compter du 25 mars 1940. Directeur des services administratifs et financiers au secrétariat d’État au Ravitaillement 15 octobre 1940-17 novembre 1941. Contraint de quitter ses fonctions en application du second statut des juifs de juin 1941 mais maintenu par dérogation dans le corps des contrôleurs financiers 17 novembre 1941. Évadé de France le 4 décembre 1942. Directeur des Finances intérieures (Service Budget-Trésor) du Comité français de la libération nationale à Alger de mai 1943 à août 1944. Membre du Comité central de l’entraide française pour la Libération (à Alger) 21 mars 1944. Membre du Comité de coordination des Croix-Rouge françaises dans les territoires libérés (à Alger) le 30 mars 1944. Directeur du Budget 27 août 1944-1949. Commissaire du Gouvernement auprès du Conseil d’État 1945. Directeur général du Crédit Lyonnais 1949-1953. Président de la délégation française à la Commission tripartite pour le règlement des dettes allemandes à Londres 1951-1953. Directeur de la division des Opérations d’Asie et du Moyen-Orient de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement à Washington 1953-1955. Secrétaire général délégué, secrétaire général adjoint pour l’économie et les finances de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (Otan) 1955. Secrétaire général de l’Otan 1959-1967. Membre de la délégation française à la 22e session de l’assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (Onu) 1967. Membre de la délégation française à la 23e session de l’assemblée générale de l’Onu 1968. Ministre d’État de la principauté de Monaco 1969-1972. Président d’une mission d’étude de l’Institut géographique national 1972.

406Maire de Thomery (Seine-et-Marne) 1947.

407LH 1945, O. 1949, C. 1957.

408Sources : SAEF, PH 169/93 0008 ; 1C 536, 1C 2989, 1C 5993 ; Fichier BRH ; Dossier promo. IGF ; Reg. cand. adjoint ; Livre d’or ; Who’s who, 1955, 1957 et 1967.

409Bibliographie : MARGAIRAZ (Michel), L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion, 1932-1952, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1991, 2 vol. , 1460 p. ; CARRÉ DE MALBERG (Nathalie), GEMF ; La direction du Budget face aux grandes mutations des années cinquante, acteur ou témoin ?, actes de la journée d’études tenue à Bercy le 10 janvier 1997, avant-propos de Christophe Blanchard-Dignac, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1998, 864 p.

410Autres sources : archives familiales, conservées par le filleul de François-Didier Gregh (22 rue Fernand-Gregh, 77810 Thomery).

GRÉTRY (de) Paul Édouard Vilmeux

411Né le 4 décembre 1850 à Paris (1er arr. ancien), décédé le 8 février 1941 à Paris (8e), fils d’Alexis Modeste de Grétry propriétaire (N), receveur général des Finances 1862-1865, trésorier-payeur général 1865-1878 et de Mathilde Travers de Beauvert.

412Licencié en droit.

413Adjoint à l’Inspection 1er avril 1874, inspecteur de 4classe 1er avril 1876, 3classe 1er avril 1878.

414Surnuméraire au ministère des Finances 1871. Commis 1872. Receveur particulier à Vendôme 1878, à Vitry-le-François 1880, à Provins 1888, à Péronne 1892, à Dunkerque 1895. Trésorier-payeur général des Landes 1898, de la Haute-Saône 1899, de la Sarthe 1901, de l’Aisne 1905, de la Loire 1907, des Bouches-du-Rhône 1909. Régent de la Banque de France 1907-1912. Admis à la retraite 1911.

415Œuvres

  • « De vulgari et pupillari substitutione (Dig 28,6). Des substitutions », Paris, impr. E. Donnaud, 1872, 69 p. (th. licence, droit, Paris).

416Sources : SAEF, 1C 5546 ; IGF, 1931 ; Livre d’or.

417Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 135 ; PINAUD (Pierre-François), Les trésoriers-payeurs généraux au XIXsiècle 1865-1914, Paris, Éd. de l’Érudit, 1983, p. 99 ; DIOUDONNAT (Pierre-Marie), Le simili-nobiliaire français, Paris, Sedopols, 2002, p. 253 ; PINAUD (Pierre-François), Les receveurs généraux des Finances 1795-1865, dictionnaire biographique des 500 fonctionnaires banquiers, Paris, Éd. du Trésor, 2005, p. 224.

418Autres sources : Archives de la Banque de France, dossiers individuels.

GRIÈGES (de) voir TABARD de GRIÈGES

GRIFFON du BELLAY Marie Élie Gabriel

419Né le 24 juillet 1872 à Basse-Terre (Guadeloupe), décédé le 29 décembre 1957 à Paris (16e), fils de Marie Théophile Griffon du Bellay médecin principal de la Marine, puis médecin en chef de la Marine, chef du service de santé de la Guadeloupe (N), directeur du service sanitaire à Saint-Nazaire (C) et de Laurence Joséphine Valentine Mongny.

420Licencié en droit, diplômé de l’ELSP.

421Adjoint à l’Inspection 1er avril 1897, inspecteur de 4classe 9 février 1900, 3classe 1er novembre 1903, 2classe 16 avril 1907, 1re classe 1er décembre 1913, inspecteur général des Finances 1er novembre 1921, admis à la retraite 1er juillet 1934.

422Surnuméraire à la direction générale des Contributions indirectes 1893. Commis ordinaire 1894. Attaché au secrétariat de la première présidence de la Cour des comptes 1896. Chef du service financier interallié de la Commission des réparations 1921-1925.

423LH 1919, O. 1927.

424Sources : Renseignements aimablement communiqués par M. Cyrille Griffon du Bellay ; SAEF, 1C 34834 et 1C 5596 ; Reg. cand. adjoint ; Livre d’or ; IGF, 1931.

425Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 135.

GRIMPREL Georges Armand

426Né le 9 mars 1838 à Paris (2e arr. ancien), décédé le 4 mai 1910 à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), fils d’Armand Pierre Grimprel banquier puis agent de change (N) et d’Élisabeth Brulley de la Brunière.

427[Liens de parenté] Frère de Victor Grimprel*.

428Licencié en droit.

429Adjoint à l’Inspection 1er mai 1861, inspecteur de 4classe 1er avril 1863, 3classe 18 septembre 1866, démissionnaire 1er janvier 1887.

430Surnuméraire au secrétariat général du ministère des Finances 1857. Commis ordinaire à la Comptabilité générale 1859. Chef de bureau aux Finances 1870. Chef du cabinet d’Émile Segris ministre des Finances 20 avril 1870-10 août 1870, (peut-être exilé de 1870 à 1873). Chef de bureau à la direction de la Dette inscrite 1873. Sous-directeur à la direction de la Dette inscrite 1874-1881. Directeur de la Dette inscrite 1883-1887. Directeur de la compagnie d’assurances sur la vie La Nationale 1887-1907. Président du conseil d’administration de la compagnie d’assurances La Prévoyance (s. d.).

431LH 1870, O. 1877.

432Sources : Renseignements aimablement communiqués par M. Alain Grimprel ; SAEF, 1C 5494 ; AN, LH 1203/11 ; Qui êtes-vous ?, 1910 ; IGF, 1931.

433Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 135 ; DELAVENNE (André), Recueil généalogique de la bourgeoisie ancienne, Paris, SGAF, 1955, t. 2, p. 215 ; CDEA, t. 4, p. 263 ; Centenaire de La Nationale, ancienne Compagnie royale d’assurances sur la vie, 1831-1930, Paris, éditions Albert Morancé, 1930, 488 p. ; GRIMPREL (Alain), Petite histoire des Grimprel et Grimperel, Paris, Christian, 2004, 215 p.

GRIMPREL Victor Augustin

434Né le 18 mai 1823 à Paris (8e arr. ancien), décédé le 29 août 1911 à Soisy-sous-Étiolles (Essonne), fils d’Armand Pierre Grimprel négociant (N), banquier puis agent de change (s. d.) et d’Élisabeth Brulley de la Brunière.

435[Liens de parenté] Frère de Georges Grimprel*.

436École polytechnique 1841, École d’application de l’artillerie et du génie 1843.

437Adjoint à l’Inspection 1er mai 1845, sous-inspecteur 1er juillet 1847, inspecteur de 3classe 14 janvier 1850.

438Sous-lieutenant d’artillerie de Marine 1844 (démission). Surnuméraire au ministère des Finances 1844. Chef de bureau à la direction générale des Contributions directes 1853. Sous-directeur au Secrétariat général 1863. Directeur général des Contributions directes 1866-1878. Conseiller d’État (s. e.) 1872-1878. En mission pour étudier le cadastre en Belgique et en Hollande 1873. Conseiller maître à la Cour des comptes 1878-1897. Membre de la Commission extraparlementaire du cadastre 1891-1897.

439LH 1860, O. 1865, C. 1875.

440Sources : Renseignements aimablement communiqués par M. Alain Grimprel ; AN, LH 1203/12 ; Discours de rentrée de la Cour des comptes par M. le procureur général Payelle, 16 octobre 1911, p. 10-13 ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; registre de scolarité de l’École polytechnique.

441Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 135 ; CREPEY (A.) (dir.), La Cour des comptes, Paris, Éd. du CNRS, 1984, p. 1005 ; DRAGO (Roland) et al. (dir.), Dictionnaire biographique des membres du Conseil d’État 1799-2002, Paris, Fayard, 2004, p. 495 ; Dictionnaire biographique des magistrats de la Cour des comptes 1807-2007, Paris, La Documentation française, 2007, p. 248-249.

GRIVET Jérôme Pierre

442Né le 26 mars 1962 à Londres (Royaume-Uni), fils de Patrice Grivet cadre (s. d.) et de Brigitte Matignon secrétaire d’un établissement d’enseignement privé (s. d.).

443École supérieure des sciences économiques et commerciales, diplômé de l’IEP de Paris, Éna (promotion Liberté-Egalité-Fraternité) 1989.

444Adjoint à l’Inspection 1er février 1989, inspecteur de 3classe 1er août 1990, 2classe 1er février 1993, 1re classe 1er février 1998.

445Chargé de mission pour les questions financières au Secrétariat général du Comité interministériel pour les questions de coopération économique européenne 1993-1995. Conseiller technique chargé des affaires européennes au cabinet d’Alain Juppé* Premier ministre 9 juin 1995-2 juin 1997. Directeur des finances et du contrôle de gestion, directeur des agences de France 1998-2001, puis directeur de la stratégie et du développement au Crédit Lyonnais 2001-2003. Directeur de la stratégie et du développement et secrétaire du comité exécutif de Crédit agricole SA 2003-2004. Responsable du secrétariat général, de l’organisation et de la stratégie, membre du comité de direction de Calyon depuis 2004. Directeur général délégué de Calyon, devenu en 2010 Crédit agricole CIB, 2007-2010. Directeur général de Crédit agricole assurances et de Predica depuis 2010.

446ONM 2005.

447Œuvres

  • L’argent : épargner et investir, Paris, A. Michel, 1995, 320 p.

448Sources : Fichier BRH ; Fichier CV succinct ; Dossier promo. IGF ; Annuaire(s) de l’IGF ; Bulletin quotidien, 24 février 2010 ; Who’s who, 2007.

GROVEN Éric Henri

449Né le 29 novembre 1962 à Paris (11e), fils de Paul Groven enseignant (s. d.) et de Henriette Arrouzé enseignante (s. d.).

450École des HEC 1985, Éna (promotion Liberté-Egalité-Fraternité) 1989.

451Adjoint à l’Inspection 1er février 1989, inspecteur de 3classe 1er août 1990, 2classe 1er février 1993, démissionnaire 1er février 1999.

452Rapporteur au Conseil national des impôts 1991. Directeur de la planification et de la gestion du bilan au Crédit du Nord 1993-1996. Directeur de la gestion financière au Crédit du Nord 1996-1997. Directeur du groupe d’agences Paris-Victor-Hugo (groupe Société générale) 1997-2000. Vice-président chargé du secteur banque du département banque-assurance de Gemini Consulting 2000-2002. Directeur du développement du réseau 2002, chargé de mission à la direction de la stratégie et de l’organisation 2004, directeur financier du groupe du Crédit commercial de France, devenu en 2005 HSBC France, 2005-2009. Délégué général Île-de-France Sud à la Société générale depuis 2009.

453Enseigne à l’IEP de Paris et à l’Éna (s. d.).

454Sources : Fichier BRH ; Fichier CV succinct ; Dossier promo. IGF ; Who’s who, 2011.

GRUSON Claude Jean

455Né le 12 août 1910 à Paris (17e), décédé le 4 avril 2000 à Paris, fils d’Abel Daniel Gruson chimiste (N), comptable (C) et de Jeanne Lydie Morel.

456[Liens de parenté] Beau-frère de Philippe de Seynes*.

457École polytechnique 1929, ingénieur au Corps des mines 1932.

458Membre du Comité général d’études hiver 1943-1944, adjoint de René Courtin mai 1944.

459Adjoint à l’Inspection 20 avril 1936, inspecteur de 4e classe 1er mars 1939, 3classe 1er avril 1939, 2classe 1er mai 1941, 1re classe 1er juillet 1945, inspecteur général des Finances 1er janvier 1963, admis à la retraite différée 1er octobre 1967.

460Chargé de mission au cabinet de Paul Reynaud ministre des Finances 1er septembre 1939-30 juin 1940. Chargé de mission au secrétariat général pour l’Industrie et le Commerce du ministère de la Production industrielle et du Travail 19 septembre 1940-1er avril 1941. Mis en congé d’avril 1941 à avril 1943. Chargé de mission à la direction du Trésor d’avril 1943 à octobre 1944. Mis en congé de longue durée 22 octobre 1944-1er octobre 1946. Adjoint au chef du service de l’Inspection 1er octobre 1946-31 mars 1949. Directeur du cabinet de Maurice Bourgès-Maunoury secrétaire d’État au Budget 1er juin 1948-2 août 1948. Conseiller technique faisant fonctions de directeur du cabinet civil de Maurice Bourgès-Maunoury secrétaire d’État aux Forces armées 2 août 1948-11 septembre 1948. Chef de la mission de contrôle des activités financières de la direction du Trésor 1949-1951. Censeur de la Banque de l’Algérie et de la Tunisie 1949-1952. Commissaire du Gouvernement près la Banque de l’Indochine 1949-1961. Chef du service des Études économiques et financières de la direction du Trésor 1951-1961. Membre de la Commission des comptes et des budgets économiques de la nation 1952. Membre de la Commission de financement au Commissariat général du Plan 1953. Membre de la Commission de l’économie générale et du financement au Commissariat général du Plan 1956. Membre de la Commission de l’économie générale et du financement au Commissariat général du Plan 1960. Commissaire du Gouvernement auprès de la Banque de la compagnie financière de Suez 1961-1967. Directeur général de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) 1961-1967. Président du Centre de recherches économiques sur l’épargne 1962-1976. Président du Comité scientifique spécialisé dans les problèmes de planification institué auprès du délégué général à la recherche scientifique et technique 1963. Président du Comité scientifique spécialisé dans les problèmes de planification (préparation du Ve Plan) 1964-1966. Président du Comité de liaison entre l’Insee, les administrateurs économiques et les organisations professionnelles, syndicales et sociales 1964. Vice-président de la Commission de l’économie générale et du financement (préparation du Ve Plan) 1964. Membre (représentant des intérêts économiques généraux) du conseil général de la Banque de France 1965-1967. Vice-président 1966-1968, puis président du Comité scientifique d’action concertée dans le domaine de la socio-économie du développement 1969. Conseiller économique à la Compagnie bancaire 1967-1982. Vice-président de la Compagnie française d’épargne et de crédit 1967. Président de la Société d’informatique et de systèmes 1969-1976. Président du Bureau d’information et de prévision économiques 1969-1989. Membre du directoire de la Compagnie bancaire 1970-1976. Président de la Société d’exploitation de systèmes informatiques et de la Société d’études et de participations en informatique 1971-1976. Président de la Compagnie française d’épargne et de crédit 1971-1978. Président du Groupe interministériel d’évaluation de l’environnement 1972. Président du conseil d’orientation du Groupe d’analyses macro-économiques appliquées 1980. Membre de la Commission du bilan sur la situation économique de la France 1981-1982. Vice-président du bureau du Conseil national de l’information statistique 1984-1986.

461Président de la Société de statistiques de Paris à partir de 1971. Président de l’Association de Villemetrie (Centre protestant de recherche éthique) 1969-(après 1998). Enseigne à l’Éna (s. d.). Directeur d’études à l’EHESS 1957. Président de la commission sociale économique et internationale de la Fédération protestante de France 1977-1987.

462LH 1949, O. 1956, C. 1964, G. O. 1985.

463Œuvres

  • Propos d’un opposant obstiné au libéralisme mondial, 1990-2000 ; suivi de La prévision économique aux États-Unis, 1957, préface de Christian Sautter, Paris, Éd. de la Maison des sciences de l’homme, 2001, 355 p.

  • F. Bloch-Lainé, C. Gruson, Hauts Fonctionnaires sous l’Occupation, Paris, O. Jacob, 1996, 283 p.

  • C. Gruson, P. Ladrière, Éthique et gouvernabilité : un projet pour l’Europe, Paris, Presses universitaires de France, 1992, 272 p. (coll. Le Sociologue).

  • Ph. Dominique, C. Gruson, Programmer l’espérance : conversations avec Philippe Dominique, Paris, Stock, 1976, 324 p.

  • Renaissance du Plan, Paris, Éditions du Seuil, 1971, 174 p.

  • Origine et espoir de la planification française, Paris, Dunod, 1968, XXVI-438 p.

  • F. Raison, C. Gruson, Productivité et prospective, par M. Francis Raison, Approche statistique, approche prospective, par M. Claude Gruson, Paris, impr. Richard, 1964, 44 p.

  • La prévision économique aux États-Unis, Paris, Institut de science économique appliquée, (1957), 31 p.

  • P. Besse, F. Bloch-Lainé, C. Gruson, J. Meynaud, M. Pérouse, La vie économique, Paris, les Cours de droit, 1953, 5 vol. (coll. Cours IEP de Paris 1952-1953).

  • Esquisse d’une théorie générale de l’équilibre économique, réflexions sur la théorie générale de lord Keynes, Paris, Presses universitaires de France, 1949, 328 p.

464Sources : SAEF, 1C 34834 ; Fichier BRH ; Dossier promo. IGF ; Reg. cand. adjoint ; Annuaire(s) de l’IGF ; ASGP ; Livre d’or ; Who’s Who du XXe siècle, p. 977 ; Comité pour l’histoire économique et financière de la France, entretien transcrit de Claude Gruson avec A. Terray, 1989 ; Institut d’histoire du temps présent, entretien de Claude Gruson avec Claire Andrieu, 1984, ENT 02101 à 0202 ; entretien enregistré de Claude Gruson avec Nathalie Carré de Malberg, 1981.

465Bibliographie : TERRAY (Aude), Des francs-tireurs aux experts : l’organisation de la prévision économique au ministère des Finances (1948-1968), Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2002, 683 p. ; FOURQUET (François), Les comptes de la puissance : histoire de la comptabilité nationale et du Plan, entretiens recueillis et présentés par François Fourquet, Paris, Encres-Recherches, 1980, XXIV-462 p. ; DESROSIÈRES Alain, MAIRESSE Jacques, VOLLE Michel, « Les temps forts de la statistique française depuis un siècle », dans Pour une histoire de la statistique, Paris, Insee-Économica, 1987, t. I, p. 509-517 ; QUENNOUËLLE-CORRE (Laure), La direction du Trésor, 1947-1967. L’État-banquier et la croissance, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2000, 693 p. ; MARGAIRAZ (Michel), L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion, 1932-1952, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1991, 2 vol. , 1460 p. ; TOUCHELAY (Béatrice), « L’Insee des origines à 1961 : évolution et relation avec la réalité économique, politique et sociale », doctorat, histoire, sous la direction d’Albert Broder, université Paris-Est, 1993, 3 vol. 

GRUSON Paul Théodore Charles

466Né le 19 décembre 1871 à Douai (Nord), décédé le 15 octobre 1948, fils de Henri François Gruson ingénieur en chef des Ponts et Chaussées à Lille (C) et de Juliette Émilie Leclercq.

467Docteur en droit.

468Adjoint à l’Inspection 1er avril 1897, inspecteur de 4classe 21 avril 1899, 3classe 25 octobre 1900, démissionnaire 16 janvier 1902.

469Surnuméraire aux Contributions indirectes 1896. Commis de 2classe 1896. Sous-chef 1902, chef adjoint 1910, puis chef de la comptabilité générale et des finances 1914, puis secrétaire général de la Compagnie des chemins de fer de l’Est 1921-1937.

470LH 1921, O. 1930.

471Œuvres

  • « De l’impôt sur les transports », Paris, A. Rousseau, 1897, 219 p. (th. doctorat, droit, Paris).

472Sources : SAEF, 1C 34835 ; Reg. cand. adjoint ; Livre d’or ; IGF, 1931.

473Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 135.

GUÉAU de REVERSEAUX de ROUVRAY Edmond Ferdinand Clément

474Né le 6 mai 1814 à Rodez (Aveyron), décédé le 3 avril 1883 à Pau (Basses-Pyrénées), fils de Jacques Ferdinand Auguste Guéau de Reverseaux de Rouvray directeur des Droits réunis des Basses-Pyrénées (N) et de Sophie Baure de Laussac.

475[Liens de parenté] Oncle de Léopold Guéau de Reverseaux de Rouvray*.

476Élève-inspecteur 12 mai 1839, inspecteur de 3classe 28 août 1841.

477Surnuméraire aux Contributions indirectes 1832. Entreposeur des tabacs à Arras 1849. Préposé aux ventes directes à Paris 1849. Receveur principal des droits d’entrée à Paris 1858. Admis à la retraite 1880.

478LH 1880.

479Sources : Livre d’or ; IGF, 1931.

480Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 136 ; DBF, t. 16, col. 1417 ; WŒLMONT de BRUMAGNE (Henry de), Notices généalogiques, Paris, E. Champion, 1923-1935, t. 5, p. 518-523 ; RÉVÉREND (A.), La Restauration, t. 3, p. 249-250.

GUÉAU de REVERSEAUX de ROUVRAY Édouard François Marie Jacques Léopold

481Né le 13 décembre 1869 à Paris (2e), décédé le 22 octobre 1956 Paris (7e), fils de Pierre Charles Jacques Édouard Guéau de Reverseaux de Rouvray auditeur au Conseil d’État (N) et de Jeanne Gabrielle Molitor.

482[Liens de parenté] Neveu d’Edmond Ferdinand Clément Guéau de Reverseaux de Rouvray*. Arrière-petit-fils du maréchal Molitor.

483Licencié en droit.

484Adjoint à l’Inspection 1er avril 1896, inspecteur de 4classe 16 mars 1898, 3classe 19 février 1900, 2classe 1er mars 1905, 1re classe 1er octobre 1911, inspecteur général des Finances 1er avril 1921, admis à la retraite 1er janvier 1935.

485Commis stagiaire à la direction générale de la Comptabilité publique 1894. Commis ordinaire 1895. Chargé du contrôle de l’exécution du budget au ministère de l’Agriculture 1922. En mission en Syrie 1923.

486LH 1919, O. 1924.

487Sources : SAEF, 1C 34835 et 1C 5596 ; AN, LH 189800035/0220/28940 ; Livre d’or ; IGF, 1931.

488Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 136 ; VALYNSEELE (Joseph), Les maréchaux de la Restauration et de la monarchie de Juillet, Paris, J. Valynseele, 1962, p. 138-140.

GUÉDÉ Jean-Baptiste

489Né le 15 octobre 1768 à Tartigny (Oise), décédé le 3 juillet 1844 à Paris (1er arr. ancien), fils de Jean-Baptiste Guédé laboureur (N) et de Marie Jeanne Clotilde Trogneux.

490Inspecteur général des Finances 1er mai 1831.

491Contrôleur des actes à Anet (Eure-et-Loir) (s. d.). Receveur de l’Enregistrement dans le Nord et les Ardennes 1787-1794. Vérificateur de l’Enregistrement et des Domaines dans les Ardennes 1794-1795. Inspecteur de l’Enregistrement et des Domaines à Saint-Hubert de Luxembourg (département des Forêts) 1795-1797. Suspendu de ses fonctions 1797-1798. Inspecteur de l’Enregistrement et des Domaines à Genève (département du Léman) 1798-1807. Inspecteur général de l’Enregistrement et des Domaines 1807. Sous-directeur, membre du conseil de l’administration de l’Enregistrement et des Domaines 1832-1844.

492LH 1814, O. 1835.

493Sources : AN, AF/IV/345* et LH 1214/43 ; AD de l’Oise, état civil de Tartigny, 5Mi/1210 ; ADP, état civil, 5Mi1 1322 ; Livre d’or ; IGF, 1931.

GUÉRARD Jacques David

494Né en 1787 ou 1788, décédé le 28 septembre 1815 à Beauvais, fils de Jacques Philippe Guérard ancien négociant (s. d.) et de Perrine Martin.

495[Liens de parenté] Beau-frère d’Emmanuel Auguste Gobert directeur des Contributions indirectes à Blois 1815.

496Sous-inspecteur du Trésor de 2classe 15 février 1811, mort en fonctions 28 septembre 1815.

497En mission au quartier général du maréchal Ney en 1815.

498Sources : AN, inventaire après décès du 6 octobre 1815, ET/XLVI/732 ; AD de l’Oise, état civil de Beauvais, 5Mi1 72 ; IGF, 1931.

GUÉRARD Jacques Marie

499Né le 4 novembre 1897 à Paris (12e), décédé le 24 juin 1977 à Saint-Jean-Cap-Ferrat (Alpes-Maritimes), fils de Louis Marie Étienne Guérard ingénieur des Arts et Manufactures, administrateur des chemins de fer de l’Hérault (C) et de Jeanne Lefrançois.

500Licencié en droit.

501Mobilisé du 15 juillet 1915 au 13 octobre 1919 (blessé en 1916).

502Adjoint à l’Inspection 11 juillet 1920, inspecteur de 4e classe 3 février 1923, 3classe 11 juillet 1923, 2classe 1er décembre 1924, démissionnaire 1er mars 1929.

503Détaché comme lieutenant à l’Inspection générale des Finances puis au cabinet du ministre (service d’Alsace-Lorraine) 1er mars 1919-15 janvier 1920. Chargé de mission à la direction du Budget 1923. Chargé de mission au cabinet de Frédéric François-Marsal ministre des Finances 1er avril 1924-14 juin 1924. Chef adjoint du cabinet de Joseph Caillaux* ministre des Finances 17 avril 1925-29 octobre 1925. Chargé des fonctions de directeur du Contrôle des administrations financières et de l’Ordonnancement 1925-1926. Directeur adjoint puis directeur de la Banque franco-chinoise pour le commerce et l’industrie 1926-1935. Conseiller économique du shah d’Iran 1935-1938. Président de la compagnie d’assurances La Préservatrice 1938-31 décembre 1944. Chef du cabinet de Paul Baudouin* sous-secrétaire d’État à la présidence du Conseil, à la Défense nationale, à la Guerre et aux Affaires étrangères secrétaire du cabinet de Guerre et du comité de Guerre, puis ministre des Affaires étrangères, puis ministre secrétaire d’État aux Affaires étrangères 11 juin 1940-28 octobre 1940. Président du Comité d’organisation des sociétés d’assurances et de capitalisation 11 octobre 1940-1er octobre 1944. Secrétaire général de la présidence du Conseil auprès du chef du gouvernement de Vichy 18 mai 1942-10 août 1944. Conseiller d’État (s. e.) 18 avril 1942. Ministre plénipotentiaire envoyé extraordinaire au Portugal 1er septembre 1943-1er octobre 1943. Reprend son poste de secrétaire général à la présidence du Conseil 1er octobre 1943. Il suit Laval à Sigmaringen en août 1944, puis se réfugie en Espagne. Révoqué de ses fonctions de secrétaire général à la Libération, rayé de tous contrôles (et de l’annuaire de l’IGF) 20 novembre 1944. Décision annulée par le tribunal administratif le 26 février 1965. Condamné à mort par contumace, à la dégradation nationale à vie et à la confiscation de ses biens par la Haute Cour de justice 26 mars 1947. Rentré en France, il se constitue prisonnier en 1955. Il obtient la liberté provisoire en janvier 1956. Amnistié en 1958. Président-directeur général de la compagnie d’assurances Le Continent 1956-1972. Président-directeur général de l’Union générale du Nord 1963-1967. Président-directeur général de la compagnie Le Continent-Vie 1966-1969. Président du Centre interprofessionnel du logement de l’Île-de-France 1969-1971.

504A collaboré aux Nouveaux Cahiers.

505LH 1925, O. (s. d.). Croix de guerre 1914-1918.

506Œuvres

  • Hary Mitchell (pseud.), Les massacres de septembre 1944, Paris, Nouvelles Éditions latines, 1959, 189 p.

  • Criminel de paix, Paris, Nouvelles Éditions latines, 1953, 159 p.

  • Pour une politique de l’assurance, Paris, impr. Guillemot et de Lamothe, 1941, 51 p. (conférence faite le 17 novembre 1941 à l’ELSP).

507Sources : SAEF, 1C 34835 ; Dossier promo. IGF ; Dossier épur. ; Reg. cand. adjoint ; Annuaire(s) de l’IGF ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; Who’s Who du XXe siècle, p. 979.

508Bibliographie : DBF, t. 16, col. 1476-1468 ; YVERT (Benoît) (dir.), Dictionnaire des ministres, 1789-1989, Paris, Perrin, 1990, p. 692 ; DRAGO (Roland) et al. (dir.), Dictionnaire biographique des membres du Conseil d’État 1799-2002, Paris, Fayard, 2004, p. 497-498 ; CARRÉ de MALBERG (Nathalie), GEMF ; BARUCH, 1997 ; ASSOULINE (Pierre), Jean Jardin 1904-1976. Une éminence grise, Paris, Balland, 1986, 374 p.

509Autres sources : AN, 3W 37 et 186-194 (Haute Cour de justice).

GUÉRIN Roger

510Né le 16 octobre 1885 à Plouay (Morbihan), décédé le 4 avril 1945 à Paris, fils de Marcel Guérin receveur de l’Enregistrement (N), trésorier-payeur général en Haute-Loire (C) et de Marcelline Ernestine Vallée.

511Docteur en droit.

512Mobilisé en 1914-1917.

513Adjoint à l’Inspection 1er avril 1913, inspecteur de 4e classe 1er avril 1915, 3classe 16 août 1918, 2classe 1er février 1920, 1re classe 1er juillet 1923, inspecteur général des Finances 1er août 1935, admis à la retraite sur sa demande 25 janvier 1945.

514Rédacteur stagiaire 1909, de 3e classe 1910, de 2e classe 1911, de 1re classe au bureau du Portefeuille de la Caisse centrale du ministère des Finances 1912. En mission de contrôle dans les régions libérées 1919-1920. Sous-directeur 1920-1923, directeur adjoint 1923-1925, directeur général de la Comptabilité publique 1925-1930. Conseiller d’État (s. e.) 1929. Sous-gouverneur 1930, gouverneur du Crédit foncier de France 1936-1945.

515LH 1921, O. 1925, C. 1930.

516Œuvres

  • « Des ententes internationales pour la répression des fraudes fiscales », Paris, V. Giard et E. Brière, 1910, 120 p. (th. doctorat, droit, Paris).

517Sources : SAEF, 1C 34835 ; Fichier BRH ; Reg. cand. adjoint ; Livre d’or ; IGF, 1931.

518Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 136 ; Crédit foncier de France, 1852-1952, (Montrouge), (Draeger), 1952, n. p. ; DRAGO (Roland) et al. (dir.), Dictionnaire biographique des membres du Conseil d’État 1799-2002, Paris, Fayard, 2004, p. 498 ; RAIMBAULT (Aline) et HEUGAS-DARRASPEN (Henri) (dir.), Crédit foncier de France : itinéraire d’une institution, Paris, Éd. du Regard, 1994, p. 138, 144, 153, 157 et 162.

GUÉRIN de VAUX Gustave Pierre Roland Jacques

519Né le 4 juin 1874 à Corbeil (Essonne), décédé le 20 novembre 1960 à Paris (7e), fils de Germain Étienne Rolland Guérin de Vaux substitut du procureur de la République (N), (ancien négociant ?) (C) et de Marie Louise Fanny Fournier des Ormes.

520Licencié en droit, diplômé de l’ELSP.

521Mobilisé en 1914 (adjoint au contrôle de l’armée au contrôle du Ravitaillement du ministère de la Guerre 1914-1915, services auxiliaires).

522Adjoint à l’Inspection 21 avril 1899, inspecteur de 4e classe 1er avril 1901, 3classe 1er décembre 1904, 2classe 1er juin 1908, 1re classe 17 octobre 1916, démissionnaire 31 décembre 1918.

523Rédacteur stagiaire 1897, rédacteur ordinaire de 5e classe à l’administration des Monnaies et Médailles 1898. Sous-directeur puis censeur de la Société générale de crédit industriel et commercial 1919-1956. Président du Crédit de l’Ouest (groupe de la Société générale de crédit industriel et commercial) 1918-1956.

524Administrateur-fondateur de l’Union nationale interfédérale des œuvres et organismes privés sanitaires et sociaux 1947. Fondateur avec le père Lauras et Marie Liron d’Airolles en 1928 puis président du Secrétariat catholique des œuvres charitables et sociales d’hygiène et de santé 1952.

525LH 1935, O. 1956.

526Sources : Renseignements aimablement communiqués par M. Dominique Guérin de Vaux et Antoine Savoye ; AN, LH 19800035/0341/45969 ; SAEF, 1C 34835 et IA-5 ; Reg. cand. Adjoint ; Livre d’or ; IGF, 1931 ;

527Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 136 ; STOSKOPF (Nicolas), 150 ans du CIC 1859-2009, Paris, Éd. de la Branche, 2009, 2 vol. 

GUERLAIN Matthieu Erik

528Né le 25 juillet 1981 à Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne), fils de Pierre Guerlain et de Michèle Bocher.

529École centrale des Arts et Manufactures 2003, diplômé de l’IEP de Paris, Éna (promotion Willy Brandt) 2009.

530Inspecteur des Finances de 2classe 1er avril 2009.

531Sources : Fichier BRH ; Fiche rens.

GUÉROULT Pierre Georges Ramire

532Né le 23 mai 1839 à Paris (2e arr. ancien), décédé le 30 septembre 1921 à Paris (16e), fils d’Adolphe Guéroult homme de lettres (N), rédacteur en chef de La Presse 1857-1859, fondateur de L’Opinion nationale 1859, député (opposition) de la Seine 1863-1869 et de Marie Adélaïde Cazeaux.

533[Liens de parenté] Beau-frère de Georges William Arnould de Sainte-Marie*.

534École polytechnique 1858, École d’application de l’artillerie et du génie 1860.

535Adjoint à l’Inspection 1er avril 1862, inspecteur de 4classe 9 mars 1865, démissionnaire 1er mai 1868.

536Surnuméraire à la direction de la Dette inscrite 1861. Rédacteur puis directeur du journal L’Opinion nationale 1868-1872. Percepteur à Choisy-le-Roi 1876-1879. Receveur percepteur à Paris 19e arrondissement 1879, puis à Paris 6e arrondissement (s. d.). Trésorier-payeur général de la Haute-Saône 1885, de la Charente 1886, d’Ille-et-Vilaine 1890. Admis à la retraite 1900.

537LH 1893.

538Œuvres

  • Maîtres et amis disparus : études politiques, littéraires, philosophiques, religieuses et esthétiques, Paris, G. Crès et Cie, 1915, 318 p. (contenant deux articles d’Adolphe Guéroult : « La République en France » et « La morale et la science »).

  • William Smart, La répartition du revenu national, traduit par Georges Guéroult, avec une préface par Paul Leroy-Beaulieu, Paris, V. Giard et E. Brière, 1902, 358 p. (Bibliothèque internationale d’économie politique).

  • Eugène Sauzay, 1809-1901, Mâcon, impr. de Protat frères, (1901), 38 p.

  • Gerhart von Schulze-Gaevernitz, La grande industrie, son rôle économique et social étudié dans l’industrie cotonnière, traduction et préface de Georges Guéroult, Paris, Guillaumin, 1896, 316 p. (Collection d’auteurs étrangers contemporains).

  • Du rôle de la femme dans notre rénovation sociale, Caen, Vve A. Domin, 1891, 61 p.

  • Le centenaire de 1789 : évolution politique, philosophique, artistique et scientifique de l’Europe depuis cent ans, Paris, F. Alcan, 1889, 399 p. (Bibliothèque d’histoire contemporaine).

  • Esquisse d’une théorie générale des lampes à arc voltaïque, Paris, Gauthier-Villars, 1886, 43 p.

  • Les gloires de la Révolution française. Tableau dressé par Georges Guéroult, Caen, impr. de P. Le Blanc-Hardel, (1883).

  • La poésie de la foi, confidences d’une âme pieuse, Caen, impr. de F. Le Blanc-Hardel, 1883, 34 p. (extr. d’un ouvrage inédit intitulé : Étude sur les rapports de la Bible avec la politique, la science, la littérature, l’art, la morale et la philosophie).

  • Réflexions philosophiques et philanthropiques sur trois grands moralistes considérés au point de vue de l’amélioration sociale, étude suivie d’un exposé tendant à démontrer l’influence que peuvent exercer la littérature et les arts sur la moralisation, Paris, Dentu, 1879, 141 p.

  • Eduard von Hartmann, Le darwinisme : ce qu’il y a de vrai et de faux dans cette théorie, traduit de l’allemand par Georges Guéroult, Paris, G. Baillière, 1877, 172 p. (Bibliothèque de philosophie contemporaine).

  • Projet de réforme municipale, Paris, impr. de Dubuisson, 1876, 16 p.

  • Les théories de l’Internationale. Étude critique, Paris, Didier, 1872, 256 p.

  • Hermann von Helmholtz, Théorie physiologique de la musique fondée sur l’étude des sensations auditives, traduit par Georges Guéroult, Paris, 1868-1874, 2 vol. 

539Sources : AN, LH 1222/70 ; SAEF, 1C 5549 et 1C 5544 ; IGF, 1931.

540Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 136 ; PINAUD (Pierre-François), Les trésoriers-payeurs généraux au XIXsiècle 1865-1914, Paris, Éd. de l’Érudit, 1983, p. 101 ; COSTE (Bernard), « Un journaliste saint-simonien sous le Second Empire, Adolphe Guéroult et L’Opinion nationale », th. inédite, droit, Paris, 1968, 538 ff. (Bib. Cujas).

GUESNET Charles Achille René

541Né le 24 avril 1854 à Cherbourg (Manche), décédé le 19 mai 1881.

542Adjoint à l’Inspection 1er avril 1880, mort en fonctions.

543Surnuméraire 1877. Commis ordinaire de 2classe à la direction de la Dette inscrite 1879.

544Sources : Livre d’or.

GUIBAL Paul Marcel Roland

545Né le 10 août 1889 à Ganges (Hérault), décédé le 7 mars 1930 à Madagascar, fils de Paul Pierre Émile Guibal commerçant de l’Hérault décédé (C) et de Marie Élisa Rolland décédée (C).

546[Liens de parenté] Père de Richard Paul Raymond Guibal*.

547Licencié ès sciences, docteur en droit.

548Mobilisé du 1er août 1914 au 1er août 1919 (blessé).

549Adjoint à l’Inspection 11 juillet 1920, inspecteur de 4e classe 3 février 1923, 3classe 11 juillet 1923, 2classe 1er février 1925, 1re classe 1er septembre 1928, mort en fonctions.

550Chargé de mission 1925-1927, sous-directeur à la direction de la Comptabilité publique 1927-1929. Directeur du contrôle financier à Madagascar 1930.

551LH 1927.

552Œuvres

  • « La femme mariée commerçante », Paris, Librairie générale de droit et de jurisprudence, 1920, VIII-435 p. (th. doctorat, droit, Montpellier).

553Sources : SAEF, 1C 34835 ; Reg. cand. adjoint ; Livre d’or ; IGF, 1931.

GUIBAL Richard Paul Raymond

554Né le 18 décembre 1926 à Paris (16e), décédé le 29 mars 1977 à Paris (7e), fils de Paul Guibal* décédé (C) et de Renée Rabanit.

555École polytechnique 1946, licencié en droit, Éna (promotion Paul Cambon) 1953.

556Adjoint à l’Inspection 1er octobre 1953, inspecteur de 3classe 1er octobre 1955, 2classe 1er octobre 1957, 1re classe 1er janvier 1962, mort en fonctions.

557En mission auprès de l’attaché financier à Washington 1956-1957. Conseiller technique au cabinet d’Arthur Conte secrétaire d’État à l’Industrie et au Commerce 17 juin 1957-15 novembre 1957. Chargé d’études économiques à l’Agence financière de la Caisse des dépôts et consignations 1957-1958. Chargé de mission à la direction générale de la Société nationale de recherche et d’exploitation des pétroles en Algérie 1958-1966. Conseiller technique au cabinet d’Alain Peyrefitte ministre délégué chargé de la Recherche scientifique et des Questions atomiques et spatiales 17 janvier 1966-7 avril 1967. Rapporteur spécialisé du Comité des prix de revient des fabrications d’armement 1967-1968. Rapporteur de la Commission chargée de l’organisation de la préfecture de Paris (commission Arnaud) 1967-1968. Directeur financier et membre du directoire de la Société chimique des Charbonnages de France 1968-1972.

558Auditeur à la 20e session de l’IHEDN 1967-1968.

559ONM 1967.

560Sources : SAEF, PH 169/93 0008 ; Fichier BRH ; Dossier promo. IGF; Livre d’or; Who’s who, 1959-1977.

GUIDE Maurice Marie Joseph Gustave

561Né le 8 décembre 1819 à Antibes (Alpes-Maritimes), décédé le 8 avril 1869 à Paris, fils de Joseph Vincent Guide capitaine de cavalerie (s. d.) et de Marie Françoise Émilie de Barguier.

562[Liens de parenté] Grand-père par alliance de Jacques Barnaud*.

563Adjoint à l’Inspection 1er avril 1844, sous-inspecteur 1er mars 1847, inspecteur de 3classe 1er janvier 1851, 2classe 1er février 1856, 1re classe 1er mai 1861, mort en fonctions.

564Commis à la Caisse centrale des Finances 1842.

565LH 1862.

566Sources : SAEF, 1C 5495 ; Livre d’or ; IGF, 1931.

567Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 137.

GUIDÉE Renaud François Marie Marcel Pierre Nicolas

568Né le 5 juillet 1980 à Paris (16e), fils de Philippe Guidée et de Marie-Claude Guyetant.

569École des HEC, DESS en fiscalité internationale, Éna (promotion République) 2007.

570Inspecteur des Finances de 2classe 1er avril 2007.

571Directeur exécutif de la Investment Banking Division de Goldman Sachs depuis 2011.

572Sources : Fichier BRH ; Fiche rens.

GUILLAUME Henri André

573Né le 3 février 1943 à Lille (Nord), fils de Georges Guillaume cadre administratif (s. d.) et de Hélène Vanhelder.

574École nationale des ponts et chaussées 1966, licencié en sciences économiques, docteur d’État en sciences économiques, agrégé de sciences économiques de gestion.

575Nommé inspecteur général des Finances en service extraordinaire 13 janvier 1999, nommé inspecteur général au tour extérieur 8 juin 2000, admis à la retraite par limite d’âge et maintenu en activité 4 février 2008.

576Chargé de mission (études de rentabilité d’investissements publics, rationalisation des choix budgétaires) 1966-1972, puis chef de la section Méthodes de la rationalisation des choix budgétaires de la direction de la Prévision 1970-1971. Chargé d’enseignement 1971-1972, puis chargé de cours à l’université de Lille I 1972-1973. Expert auprès du conseil régional du Nord – Pas-de-Calais 1973-1976. Conseiller scientifique à l’Institut national de la statistique et des études économiques 1973-1976. Maître de conférences à l’université de Lille I 1974-1977. Maître de conférences 1977, professeur, responsable du département Économie et génie industriel 1977, responsable du département Économie et génie industriel de l’École centrale des arts et manufactures de Paris 1977-1981. Rapporteur de la Commission du développement du VIIIe Plan 1980. Professeur des universités titulaire 1980. Conseiller scientifique au Commissariat général du Plan 1980-1981. Conseiller technique 27 mai 1981-6 avril 1983, puis conseiller au cabinet de Pierre Mauroy Premier ministre 6 avril 1983-24 mai 1984. Commissaire au Plan 1984-1987. Président du Centre d’études prospectives d’économie mathématique appliquée à la planification et du Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie 1984-1987. Professeur à l’École centrale des arts et manufactures de Paris 1987-1989. Conseiller du président de la Compagnie générale des matières nucléaires 1987-1989. Secrétaire général du comité interministériel Eurêka 1989-1996. Président-directeur général de l’Agence nationale de valorisation de la recherche 1989-1996. Vice-président de l’Entreprise de recherches et d’activités pétrolières 1997-1999. Président du groupe de travail Financement de l’entreprise au Conseil national du crédit et du titre 1998. Président du comité d’engagement du Fonds public pour le capital-risque 1998. Président du Comité d’engagement des fonds d’amorçage et des incubateurs d’entreprises 1999. Président de la Mission pour le commerce numérique du ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie 2001. Président du conseil scientifique mis en place pour l’évaluation du contrat de plan et des fonds structurels européens dans la région d’Île-de-France 2001. Président du comité d’orientation du Fonds de promotion pour le capital-risque 2000-2001. Président (renouvelé) de la Mission pour l’économie numérique 2001. Rapporteur de la mission d’expertise contradictoire des données budgétaires des laboratoires publics 2004. Président du Comité d’orientation stratégique des systèmes d’information budgétaire, financière et comptable de l’État 2005. Président du fonds de démantèlement civil et militaire du Commissariat à l’énergie atomique 2005-(2008 ?). Président de la Commission d’examen des conventions de valorisation de la recherche 2008.

577Membre du Cercle des économistes. Chargé de travaux dirigés à la faculté de droit et de sciences économiques de Paris 1966-1968, maître de conférences à l’Éna 1971-(1973 ?).

578LH 1991, O. 1999. ONM 1985, O. (s. d.).

579Œuvres

  • H. Guillaume, G. Dureau, F. Silvent, Gestion publique : l’État et la performance, Paris, Presses de Sciences Po-Dalloz, 2002, 271 p.

  • H. Guillaume (dir.), Le financement de l’entreprise, Paris, Conseil national du crédit et du titre, 1999, 343 p.

  • La technologie et l’innovation, Paris, La Documentation française, 1998, 255 p. (rapport au ministre de l’Éducation nationale, de la Recherche et de la Technologie, au ministre de l’Économie, des Finances et de l’Industrie ; et au secrétaire d’État à l’Industrie).

  • H. Guillaume (dir.), Faire gagner la France, Paris, Hachette, 1985, 410 p. (rapport de la mission du Commissariat général du Plan).

  • D. Fouquet, J.-M. Charpin, H. Guillaume, P.-A. Muet, D. Vallet, DMS : modèle dynamique multi-sectoriel, Paris, Insee, 1978, 335 p.

  • Prix fictifs et calcul économique public, Paris, Éditions du Centre national de la recherche scientifique, 1973, 54 p.

  • Études de calcul économique 2 : Raymond Courbis (Monnaie, financement et croissance en économie de concurrence), Georges Fourcade (Gestion d’un fonds de sécurité), Henri Guillaume (Étude économique du réseau express régional, RER), Paris, Presses universitaires de France, 1971, 248 p.

  • H. Lévy-Lambert, H. Guillaume (dir.), La rationalisation des choix budgétaires : techniques d’analyse, préface de Pierre Massé, Paris, Presses universitaires de France, 1971, 216 p. (2e éd. : 1975).

  • Prix fictifs et décentralisation des décisions publiques, dactylogr., 1972, 388 p. (th. économie, Paris I, Bib. Cujas).

580Sources : Fichier BRH ; Fichier compétences ; Fichier CV succinct ; Dossier gestion ; ASGP Grande Chancellerie de la Légion d’honneur ; Who’s who, 2005.

GUILLEMARDET-LAMARRE Louis Philippe

581(Autorisé par une ordonnance royale du 28 décembre 1828 à ajouter à son nom celui de sa mère).

582Né le 22 octobre 1790 à Autun (Saône-et-Loire), décédé le 18 mai 1865 à Paris, fils de Ferdinand Guillemardet-Lamarre docteur en médecine avant 1789, député à la Convention et aux Cinq-Cents an IV, maire d’Autun, ambassadeur à Madrid an VI-VIII, préfet an IX-1807 et de Lazarette Lamarre.

583Inspecteur des Finances de 1re classe 1er juin 1831, inspecteur général des Finances 1er décembre 1843, admis à la retraite 12 février 1855.

584Commis des Douanes à Paris 1809. Commis aux expéditions à La Rochelle 1811. Vérificateur des Douanes à Emden 1813. Receveur des Douanes aux déclarations à Thionville 1814. Vérificateur des Douanes à La Rochelle 1815. Sous-inspecteur des Douanes à Marans 1820, à Rochefort 1821, à Douarnenez 1822, à Mulhausen 1829. Inspecteur des Douanes sédentaire aux entrepôts de Toulouse 1830. Inspecteur des Douanes de 2e classe à Guérande 1830, à Port-Louis 1831. Directeur général de l’Enregistrement 1848-1852. Secrétaire général du ministère des Finances 1852-1855.

585LH 1838, O. 1849, C.1853.

586Sources : AN, LH 1237/1 ; SAEF, 1C 5495 ; Livre d’or ; IGF, 1931.

587Bibliographie : PINAUD (Pierre-François), « Le secrétariat général du ministère des Finances XIXe-XXe siècle », Revue du Trésor, juillet 1983, p. 404-414.

GUILLEMIN de MONPLANET Jean Baptiste Albert

588Né le 12 décembre 1839 à Montmorillon (Vienne), décédé le 22 mars 1927 à Paris, fils de Sylvain Victor Guillemin de Monplanet ancien magistrat à la cour royale de Poitiers, conseiller général de la Vienne (N) et de Marie Hortense de Crellon de Troisbrioux.

589[Liens de parenté] Oncle de Philippe Guillemin de Monplanet*.

590Adjoint à l’Inspection 1er avril 1862, inspecteur de 4classe 1er avril 1864, 3classe 1er avril 1869, 2classe 1er avril 1874, 1re classe 1er avril 1878, inspecteur général des Finances 1er février 1887, admis à la retraite 1er mai 1892.

591Surnuméraire 1859, commis ordinaire à la direction de la Dette inscrite 1861. En mission en Angleterre 1889. Vice-président 1894, président du conseil d’administration de la Société générale de crédit industriel et commercial 1895-(s. d.). Président de la Société bordelaise 1913-(s. d.) Vice-président de la Banque de l’Indochine (s. d.)-1927. Président de la compagnie d’assurances La Providence (s. d.).

592LH 1878, O. 1887.

593Œuvres

  • Inspection générale des Finances. Mission en Angleterre. Les banques d’émission dans les colonies anglaises, Paris, Impr. nationale, 1891, 60 p.

  • de Monplanet, R. Baulant, Inspection générale des Finances. Mission en Angleterre. L’Angleterre et ses colonies. Leurs rapports réciproques au point de vue budgétaire et financier. Leurs opérations et leurs moyens de trésorerie au dehors, Paris, Impr. nationale, 1890, 73 p.

  • E. Le Blant, A. Certes, R. Baulant, H. Jolly, A. de Monplanet, Inspection générale des Finances. Mission en Italie [Mission en Angleterre. Notes sur la comptabilité publique en Italie et en Angleterre], Paris, Impr. nationale, 1888, 11 fasc. en 1 vol. in-8°, pagin.-div.

  • « De usufructu et quemadmodum qui utatur fruatur (Dig 7,1). Du contrat de mariage et des droits respectifs des époux », Paris, Ch. de Mourgues, 1861, 47 p. (th. licence, droit, Paris).

594Sources : SAEF, 1C 34835 et 1C 30751 ; AN, LH 1238/20 ; Livre d’or ; IGF, 1931.

595Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 137 ; DIOUDONNAT (Pierre-Marie), Le simili-nobiliaire français, Paris, Sedopols, 2002, p. 259 ; STOSKOPF (Nicolas), 150 ans du CIC 1859-2009, Paris, Éd. de la Branche, 2009, 2 vol. ; MEULEAU (Marc), Des pionniers en Extrême-Orient. Histoire de la Banque de l’Indochine, 1875-1975, Paris, Fayard, 1990, 647 p.

GUILLEMIN de MONPLANET Philippe Marie Joseph Albert

596Né le 25 avril 1912 à Paris (7e), décédé le 12 février 1999, fils de Victor Joseph Marie Christian Guillemin de Monplanet officier (N), propriétaire et administrateur du Crédit industriel et commercial (C) et de Geneviève Marie Élisabeth Hua.

597[Liens de parenté] Neveu de Jean Baptiste Albert Guillemin de Monplanet*.

598Licencié en droit, diplômé de l’ELSP.

599Mobilisé de septembre 1939 à octobre 1940. S’engage du 8 août 1944 jusqu’au 12 août 1945.

600Adjoint à l’Inspection 1er mai 1939, inspecteur de 4e classe 1er février 1942, 3classe 15 mars 1942, 2classe 1er juillet 1944, démissionnaire 15 janvier 1948.

601Chef adjoint du cabinet de Jean Bichelonne ministre secrétaire d’État à la Production industrielle et aux Communications 8 décembre 1942. Chef du cabinet de Jean Bichelonne ministre secrétaire d’État à la Production industrielle, aux Communications et au Travail (services de Paris) 27 novembre 1943-1er mai 1944. Sous-directeur à la direction du Bois, des Industries diverses et des Transports industriels au ministère secrétariat d’État à la Production industrielle, aux Communications et au Travail 1er mai 44-8 août 1944. Suspendu de ses fonctions et remis à la disposition de l’IGF 5 septembre 1944. Chargé des questions économiques et financières au cabinet du général Béthouart commandant en chef français en Autriche 1946. Chef de la division Réparations et Restitutions de la mission française de contrôle auprès du Haut Commissariat français en Autriche 1946-1947. Directeur de Segard et Cie (groupe Prouvost) à Tourcoing 1948-1955. Chef des services financiers de la Compagnie Fives-Lille 1955-1957. Co-directeur général 1958, puis directeur général de L’Abeille-Vie 1958-1973. Directeur général adjoint de L’Abeille SA 1959. Directeur général 1959, puis président-directeur général de L’Abeille-Immobilière 1966-1973. Président de la Caisse familiale 1968. Directeur général de L’Abeille SA 1970-1973. Gérant de L’Abeille-Vie et de la compagnie (investissement-conseil) 1971. Directeur général adjoint de L’Abeille et Paix (assurances) 1972. Président de la Société d’investissements industriels et financiers 1972. Président de L’Abeille-Paix-Vie SA belge d’assurances 1973-1987. Président-directeur général de L’Abeille-Vie 1973-1976. Vice-président-directeur général de L’Abeille-Paix-Vie 1976-1978. Vice-président de L’Abeille-Paix-Vie 1978-1984 (ou 1985). Président du conseil de surveillance de Selectipierre 1978. Président du conseil de surveillance de Logipierre (sans doute également depuis 1978). Vice-président de la Compagnie française de protection et d’épargne 1982-1987.

602LH (s. d.), O. 1976. Croix de guerre 1939-1945.

603Sources : SAEF, 1C 34835 et B 68461/2 ; réponse écrite au questionnaire de Nathalie Carré de Malberg, 1980 ; Fichier BRH ; Reg. cand. adjoint ; Annuaire(s) de l’IGF ; ASGP ; Comité pour l’histoire économique et financière de la France, entretien de Philippe de Monplanet avec H. Coulonjou, 1989 ; Grande Chancellerie de la Légion d’honneur ; Livre d’or ; Who’s who, 1959.

GUILLOT-TANTAY André Jean

604Né le 16 octobre 1914 à Lyon (2e), décédé le 19 juin 1986, fils de Charles Guillot-Tantay contrôleur rédacteur des Douanes (N), directeur régional honoraire des Douanes (décédé ?) (C) et de Jeanne Grabrielli.

605Licencié en droit, diplômé de l’École nationale d’organisation économique et sociale (Enoes).

606Mobilisé du 3 septembre 1939 au 18 juin 1940, en captivité du 19 juin 1940 au 23 avril 1945 (Oflag XIII A puis Oflag IV D), démobilisé le 8 mai 1945.

607Adjoint à l’Inspection (concours spécial) 1er décembre 1945, inspecteur de 2classe 1er juillet 1947, 1re classe 1er septembre 1951, inspecteur général des Finances 1er mars 1967, admis à la retraite par limite d’âge 17 octobre 1982.

608Contrôleur stagiaire 1933-1935, contrôleur vérificateur 1937, contrôleur de 3classe 1938, rédacteur principal des Douanes 1939. Rédacteur principal à la direction générale des Douanes 1945. Contrôleur financier adjoint en Algérie 1948-1949. Chef du cabinet de Jean Moreau secrétaire d’État au Budget 1er mars 1952. Conseiller technique au cabinet de Jean Moreau ministre du Budget 8 janvier 1953. Directeur des services financiers de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord au quartier général Centre Europe (puis commandement en chef des forces alliées) à Fontainebleau 1953-1966. Président de la commission consultative des marchés d’électronique, de transmission et de moyens d’essai du ministère des Armées 1967-1972. Chargé du contrôle des dépenses engagées au ministère de l’Économie et des Finances 1970-1981. Commissaire du Gouvernement auprès de la Compagnie française d’investissement immobilier et de gestion 1983-1986.

609Trésorier de la Société des amis des Archives de France 1974-(après 1977). Professeur à HEC 1950-1969.

610LH 1950, O. 1959. ONM O. 1967, C. 1975.

611Sources : SAEF, PH 22/96 0003 ; Fichier BRH ; Dossier promo. IGF; Reg. cand. adjoint; Livre d’or; Who’s who, 1955-1982.

612Autres sources : réponse dactylogr. puis manuscrite au questionnaire de Nathalie Carré de Malberg, 1980 et 1981.

GUINDEY Guillaume Louis Bernard

613Né le 19 juin 1909 à Évreux (Eure), décédé le 11 mars 1989, fils de Claude Richard Guindey sous-préfet de Boulogne-sur-Mer (N), mort pour la France le 15 septembre 1914 au combat de la Neuville dans l’Aisne (C) et de Marthe Francfort décédée en 1919 (C).

614[Liens de parenté] Petit-fils d’Anatole Guindey médecin et sénateur (candidat républicain) de l’Eure 1891-1898.

615École normale supérieure (Ulm) 1927, licencié ès lettres (philosophie), diplômé de l’ELSP.

616Mobilisé du 2 septembre 1939 au 7 octobre 1939 (affecté spécial au ministère des Finances), rappelé sous les drapeaux du 10 juin 1940 au 21 juillet 1940.

617Adjoint à l’Inspection 1er mai 1932, inspecteur de 4e classe 1er mars 1934, 3classe 1er novembre 1935, 2classe 16 février 1939, 1re classe 1er mars 1942, inspecteur général des Finances 1er novembre 1959, admis à la retraite sur sa demande 1er juillet 1972.

618Chargé de mission à la direction du Mouvement général des fonds 1936. Attaché financier (non installé) à Moscou 1937. En mission en Allemagne 1939. Chargé de mission à la direction des Finances extérieures 9 mai 1941. Attaché financier 1er février 1942. Évadé de France en novembre 1942 pour l’Afrique du Nord. En Tunisie durant l’hiver 1942-1943. À Alger en mai 1943. Directeur de la division des Finances extérieures au commissariat aux Finances du Comité français de la libération nationale à Alger en juin 1943. Membre du Conseil supérieur de surveillance de la Caisse centrale de la France d’outre-mer le 30 mars 1944. Directeur adjoint, chef du service des Finances extérieures de la direction du Trésor 15 avril 1945-1946. Membre de la délégation française à la conférence de Paris sur les réparations 1945. Directeur du Blocus, puis directeur des Finances extérieures, 1946-1953. Administrateur-président-directeur général de la Société des mines de cuivre de Mauritanie 1953-1958. Directeur général de la Banque des règlements internationaux à Bâle 1958-1963. Directeur (p. i.) des Relations économiques extérieures 1964. Commissaire du Gouvernement auprès de la Compagnie française des pétroles 1964-1972 et auprès de la Compagnie française de raffinage 1964-1972. Président du conseil de surveillance de la Caisse centrale de coopération économique au ministère de l’Économie et des Finances 1964-1972. Membre de la Commission de l’économie générale et du financement (préparation du Ve plan) 1964. Membre de la délégation française à la 21e session de l’assemblée générale de l’Onu 1966. Président du comité spécialisé n° 5 du conseil de direction du Fonds de développement économique et social (FDES) 1969. Membre de la Commission de l’économie générale et du financement (préparation du VIe Plan) 1969. Président du Comité du financement (préparation du VIe Plan) 1969. Président du conseil d’administration de la Compagnie internationale des wagons-lits et du tourisme 1972-1981. Président de la Société financière pour l’expansion des télécommunications 1972-1979.

619Élu le 19 mars 1979 membre de l’Académie des sciences morales et politiques (au fauteuil de Jacques Rueff). Vice-président de l’association Amitiés Henri Queuille à partir de 1980. Membre du Conseil de l’ordre de la Légion d’honneur 1967-1979.

620LH 1946, O. 1949, C. 1960, G. O. 1972. ONM C. 1964.

621Œuvres

  • Trajectoire, Paris, Presses universitaires de France, 1984, 90 p.

  • La Banque des règlements internationaux : centre de sagesse monétaire, Paris, Institut de France, 1982, 10 p. (séance publique annuelle des cinq académies, 26 octobre 1982).

  • Notice sur la vie et les travaux de Jacques Rueff : 1896-1978, Paris, Institut de France, 1980, 24 p. (séance du 24 juin 1980, Institut de France, Académie des sciences morales et politiques).

  • Vingt et une questions sur le capitalisme, Paris, Presses universitaires de France, 1978, 94 p.

  • Le drame de la pensée dialectique : Hegel, Marx, Sartre, Paris, J. Vrin, 1974, 158 p.

  • Mythes et réalités de la crise monétaire internationale, Paris, J. Delmas, 1973, 119 p. (trad. en anglais : The International Monetary Tangle : Myths and Realities, New York, M. E. Sharpe, White Plains, translated by M. L. Hoffman, 1977, 122 p.

  • Bernard Baudry (pseud.), Théologie d’un laïc, Paris, Fayard, 1968, 128 p.

  • La réforme du système monétaire international, s. l., s. n., s. d. (1966 ?), 15 p.

  • Bernard Baudry (pseud.), Euro-America, Paris, Plon, 1962, 215 p.

  • Bernard Baudry (pseud.), Point de vue sur l’Occident, Paris, La Table ronde, 1958, 269 p.

622Sources : SAEF, Crital PH 169/93 0006 et 1C 541 ; Fichier BRH ; Dossier promo. IGF ; Reg. cand. adjoint ; ASGP ; Livre d’or ; Who’s Who du XXe siècle, p. 1002 ; entretiens enregistrés et transcrits partiellement de Guillaume Guindey avec Nathalie Carré de Malberg, 1981 et 1982 ; COTTIER (Jean), « Guillaume Guindey », Annuaire de l’Association amicale des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1990, p. 50-54.

623Bibliographie : LEPAGE (Solenne), «  Les directeurs des Finances extérieures face à la modernisation et à la nécessité de restaurer la puissance internationale de la France 1946-1950  », Histoire, économie et société, 1999, vol.  18, p. 255-274  ; BOSSUAT (G.), « Guillaume Guindey, haut fonctionnaire de la direction des Finances extérieures 1945-1953, un projet pour la France », Études et documents VII, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1995, p. 297-310 ; GIRAULT (René) et FRANK (Robert), Histoire des relations internationales contemporaines, Paris, Masson, 1979-1993, 3 vol. 

624Autres sources : LEPAGE (Solenne), « La direction des Finances extérieures de 1946 à 1953, les années fondatrices ou le magistère de Guillaume Guindey », thèse de l’École des chartes, 1996, 3 vol. ; GUINDEY (Guillaume), «  Débat François Bloch-Lainé, Jean Bouvier, Guillaume Guindey  », Travaux et recherches, n°  2, automne 1988, Institut Pierre-Renouvin, p. 101-104  ; GUINDEY (Guillaume), «  Guillaume Guindey, entretien avec Gérard Bossuat et Antoine Marès  » (mai 1985), Travaux et recherches, n°  1, été 1986, Institut Pierre-Renouvin, p. 20-38  ; GUINDEY (Guillaume), «  Interview de Guillaume Guindey  », Bulletin du Centre d’histoire de la France contemporaine, n°  3, 1982, université Paris X-Nanterre, p. 49-76.

GUIONIN Émile Guillaume Louis Roger

625Né le 22 août 1910 à Thiers (Puy-de-Dôme), décédé le 26 septembre 1948, fils de Sulpice Henri Guionin banquier à Thiers (Puy-de-Dôme) (N), ancien deuxième secrétaire de la conférence des avocats de Paris (C) et de Julie Marguerite Dufraisse.

626Licencié ès lettres, docteur en droit, diplômé de l’ELSP.

627Adjoint à l’Inspection 1er juin 1935, inspecteur de 4e classe 1er mars 1938, 3classe 8 juillet 1938, 2classe 1er janvier 1941, 1re classe 1er juillet 1942, mort en fonctions.

628Rapporteur au Comité de contrôle financier du ministère de l’Agriculture 1938. Chef adjoint du cabinet de Paul Reynaud ministre des Finances 2 novembre 1938-30 septembre 1939. Contrôleur financier adjoint de la section française de l’Exposition internationale de New York 1939. Rapporteur auprès du Comité de contrôle financier de la présidence du Conseil et du ministère de la Justice 1939. Chargé d’études à la direction du Mouvement général des fonds 30 septembre 1939. Chargé du contrôle financier de la Société d’exploitation de l’usine de Boussens (Haute-Garonne) appartenant à l’État 7 juin 1940-25 janvier 1942. Chargé de mission à la direction du Trésor 9 mai 1941-25 janvier 1942. Sous-directeur au Trésor, commissaire du Gouvernement auprès des Banques populaires 25 janvier 1942-1945. Directeur adjoint à la direction du Blocus 1945-1946. Directeur adjoint de la direction des Finances extérieures 1946-1948.

629Enseigne à l’ELSP 1938-1939 et à l’Éna (s. d.).

630Œuvres

  • « Quelques aspects du capitalisme d’État : les avances à taux réduit », Toulouse, impr. F. Boisseau ; Paris, Rousseau et Cie, 1935, 231 p. (th. doctorat, droit, Paris).

631Sources : SAEF, 1C 34835 ; Fichier BRH ; Reg. cand. adjoint ; Livre d’or ; « Émile Guionin », La Gazette de l’Inspection, n° 9-10, juil.-oct. 1948, p. 8-9.

GUITTON Gilles Bernard Charles Marie Jean

632Né le 15 juillet 1949 à Paris (8e), fils de Bernard Guitton ministre plénipotentiaire, ambassadeur de France en Irlande (s. d.) et de Françoise Évrard.

633Licencié ès sciences économiques, diplômé de l’IEP de Paris, Éna (promotion Simone Weil) 1974.

634Adjoint à l’Inspection 1er juin 1974, inspecteur de 3classe 1er décembre 1975, 2classe 1er juin 1978, 1re classe 1er juin 1983, (admis à la retraite 1er août 2009).

635Rapporteur de la commission des marchés du Centre national d’études spatiales 1975-1985. Rapporteur du Comité interministériel pour l’aménagement des structures industrielles (Ciasi) 1976. Chargé de mission à l’Inspection 1er juin 1977-31 mai 1978. Chargé de mission 1978-1979, puis secrétaire général du Ciasi 1979-1980. Chef du bureau du Mouvement des fonds 1980, puis chef du bureau des Banques et des Compagnies financières nationales à la direction du Trésor 1983-1984. Conseiller technique au cabinet de Pierre Bérégovoy ministre de l’Économie, des Finances et du Budget 4 janvier 1985-1er mars 1985. Directeur central de la Caisse nationale de crédit agricole 1985. Président de la société Groupement pour le financement des entreprises régionales 1985-1988. Directeur général adjoint 1985-1988, puis directeur de l’international à la Caisse nationale de crédit agricole 1986-1988. Président-directeur général d’Épargne unie 1987-1988. Directeur général 1988-1991, puis vice-président-directeur général de la Compagnie financière du Crédit industriel et commercial (CIC), devenue Union européenne de CIC, 1991-1992. Président du conseil d’administration du Crédit industriel et commercial de Paris 1992-1998. Président du conseil de surveillance de la Compagnie de financement industriel 1994-2001. Directeur général de la Compagnie financière du CIC Union européenne 1998-2003. Vice-président du directoire de l’Union européenne de CIC 1998-2003 et du CIC 2000-2003. Directeur général de l’Association française des banques 2000-2003. Directeur général de la Fédération bancaire française 2000-2003. Directeur général de l’Association française des établissements de crédit et des entreprises d’investissements 2002-2003. Secrétaire général du Crédit agricole SA 2003-2005. Président du conseil de direction du Groupement des cartes bancaires CB depuis 2004.

636Président de l’Association Côté 9e. Président du Festival Paris quartiers d’été (s. d.). Président de la fondation Mansart, parcs et demeures de France depuis 2005.

637LH 1996, O. 2006. ONM 1988, O. 2001.

638Œuvres

  • L’abbaye de Saint-Georges-sur-Loire : essai de reconstitution de son histoire, (Paris), (G. Guitton), (2006), 31 p.

639Bibliographie : STOSKOPF (Nicolas), 150 ans du CIC 1859-2009, Paris, Éd. de la Branche, 2009, 2 vol. 

640Sources : Fichier BRH ; Fichier CV succinct ; Dossier promo. IGF ; Who’s who, 2000-2011.

641Autres sources : Comité pour l’histoire économique et financière de la France, entretien de Gilles Guitton de Fl. Galeazzi, 2008.

GUYON de LA BERGE Henri Émile Eugène

642(Adopté en 1897 par sa tante Louise Eugénie Buffault, veuve de Camille de La Berge, son nom devient Guyon-Buffault dit de La Berge).

643Né le 16 novembre 1872 à Paris (9e), décédé à une date inconnue, fils de Henri Albert Guyon industriel en tissus négociant (N), décédé (C) et de Marie Aglaé Buffault décédée (C).

644Licencié en droit.

645Adjoint à l’Inspection 1er mai 1899, inspecteur de 4e classe 1er avril 1901, 3classe 1er mars 1908, 1re classe 1er avril 1917, démissionnaire 1er mars 1920.

646Commis au ministère des Finances 1895. Rédacteur ordinaire de 5e classe 1896. Rédacteur de 4classe au bureau des Transferts de la direction de la Dette inscrite 1896. Chargé de mission au cabinet de Louis-Lucien Klotz ministre des Finances 7 décembre 1918-31 janvier 1920. Chef adjoint 1920, puis chef de la comptabilité générale et des finances de la Compagnie des chemins de fer d’Orléans 1927-1930.

647LH 1919.

648Sources : SAEF, 1C 34835 ; ADP, état civil, V4E 8682 et V4E 3486 ; Reg. cand. adjoint ; Livre d’or ; IGF, 1931.

649Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 137 ; DIOUDONNAT (Pierre-Marie), Le simili-nobiliaire français, Paris, Sedopols, 2002, p. 262.

GUYOT Jean Marie Henri Alexis

650Né le 6 septembre 1921 à Grenoble (Isère), décédé le 10 septembre 2006, fils de Paul Guyot doyen de la faculté de droit de l’université de Grenoble (C) et de Madeleine Porte.

651Licencié en droit.

652Engagé volontaire en 1940. Engagé volontaire dans les Forces françaises de l’intérieur, rejoint un maquis en 1944.

653Adjoint à l’Inspection 1er mai 1945, inspecteur de 3classe 1er juin 1948, 2classe 1er décembre 1950, démissionnaire 8 avril 1957.

654Chargé de mission au cabinet de Robert Schuman ministre des Finances 24 janvier 1947-24 novembre 1947, puis président du Conseil 24 novembre 1947-26 juillet 1948, puis ministre des Affaires étrangères 26 juillet 1948-28 avril 1949. Sous-directeur à la direction du Trésor 1949-1953. Directeur de la division Finances à la Communauté européenne du charbon et de l’acier 1953-1955. Associé-gérant de la Banque Lazard Frères et Compagnie 1955-1993. Vice-président de la Compagnie de recherches et d’exploitation du pétrole (Eurafrep) 1957-1990. Chargé de la réforme économique et financière au comité d’experts 1958. Censeur de la Société d’investissements immobiliers de constructions 1967-1988. Président-directeur général de Citroën SA 1976. Président du Comité de l’économie internationale et des échanges extérieurs auprès de la Commission du développement pour le VIIIe Plan 1979. Membre du comité de direction de Lazard Partners 1984. Conseiller du Centre d’analyse et de prévision du ministère des Affaires étrangères 1984. Associé commanditaire de Lazard frères et Cie, devenu en 2000 Lazard frères, 1993.

655Membre du comité d’orientation du Centre d’études européennes 1996. Ancien vice-président de l’Institut français des relations internationales (s. d.). Co-fondateur avec son épouse, Mona Guyot, de la Fondation Hyppocrène (de soutien aux jeunes artistes européens). Gouverneur de l’Hôpital américain. Mécène, co-fondateur et collaborateur de la revue et du groupe Les Belles Feuilles 1991-1998.

656LH 1970, O. (s. d.). Croix de guerre 1939-1945.

657Œuvres

  • L’espérance européenne de Jean Guyot, Paris, Les Belles Feuilles, 2009, 220 p.

658Sources : Reg. cand. adjoint ; Annuaire(s) de l’IGF ; ASGP ; Livre d’or ; Who’s who, 1957-2000.

659Bibliographie : SABOURET (Anne), MM. Lazard frères et Cie : une saga de la fortune, Paris, O. Orban, 1987, 285 p. ; MARGAIRAZ (Michel), L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion, 1932-1952, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1991, 2 vol. , 1460 p.

660Autres sources : Comité pour l’histoire économique et financière de la France, entretien de Jean Guyot avec O. Feiertag, 1991 et documents déposés.

GUYOT Robert Georges Gustave

661Né le 30 janvier 1895 à Cherbourg (Manche), décédé le 13 mai 1974 à Paris (14e), fils de Georges Guyot ingénieur général du Génie maritime (N), à la direction des Constructions navales de l’arsenal de Rochefort (C) et de Jeanne Marie Marguerite Croissandeau.

662Licencié en droit.

663Engagé volontaire du 29 août 1914 au 5 février 1919 (blessé en 1917).

664Adjoint à l’Inspection 21 juin 1921, inspecteur de 4e classe 1er février 1924, 3classe 1er décembre 1924, 2classe 1er mars 1927, 1re classe 16 janvier 1930, inspecteur général des Finances 1er février 1941, admis à la retraite 30 janvier 1966.

665Président du comité de direction du Service des alcools 1948-1957.

666LH 1931, O. 1938, C. 1966. Croix de guerre 1914-1918.

667Sources : Arch. mun. de Cherbourg, acte de naissance ; SAEF, 1C 34835 ; Fichier BRH ; Reg. cand. adjoint ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; Who’s who, 1953-1972.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540