Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

Notices biographiques

Ehrhardt à Eveno

Texte intégral

EHRHARDT Lucien André Daniel

1Né le 4 mars 1894 à Bischweiler (Alsace-Lorraine allemande), devenu Bischwiller (Bas-Rhin), décédé le 24 octobre 1981 à Schiltigheim (Bas-Rhin), fils de Christian Eugène Ehrhardt pasteur réformé puis professeur de langue et littérature allemandes à la faculté de Lyon (s. d.), puis professeur à l’université de Paris, doyen de la faculté de théologie protestante de l’université de Strasbourg (C) et d’Amélie Dambach.

2Licencié en droit et ès lettres, diplômé de l’ELSP.

3Mobilisé du 2 septembre 1914 au 2 septembre 1919 (deux blessures en 1915 et 1918).

4Adjoint à l’Inspection 21 juin 1921, inspecteur de 4e classe 1er février 1924, 3classe 1er décembre 1924, 2classe 1er octobre 1926, 1re classe 16 janvier 1930, inspecteur général des Finances 1er février 1941, admis à la retraite 4 mars 1964.

5Chargé de mission à la Caisse de crédit hypothécaire du Chili à Santiago du Chili 1926. Chargé de mission à la Commission de gouvernement du territoire de la Sarre 1927-1932. Conseiller financier et directeur des Affaires économiques de la Commission du gouvernement du territoire de la Sarre 1932-1934. Conseiller aux affaires financières du Haut Commissariat puis à la Délégation générale de la France au Levant et en Syrie 1935-22 février 1942. Arrêté en Syrie le 2 septembre 1940 et incarcéré pour faits de Résistance, acquitté le 23 février 1941, rallie le général Catroux le 1er juillet 1941. Mis à la disposition, sur sa demande, du général De Gaulle du 22 février 1942 à août 1944. Rejoint Londres en juillet 1942 puis Alger en novembre 1942. Commissaire aux Finances du gouvernement français à Alger d’août 1944 au 1er décembre 1944. Directeur de l’Office de gestion provisoire des biens français et de liquidation des services de la Délégation générale de France au Levant 1946-1949. Chef de la mission du contrôle financier de la SNCF 1949-1953. Détaché auprès de l’assistance technique de l’Organisation des Nations unies (expert en matière d’administration fiscale) en République de Panama 1954. Président de la Commission consultative des marchés d’armement 1961. Président de la Commission nationale du Fonds national d’amélioration de l’habitat 1963.

6Professeur de finances publiques à l’université de Santiago (s. d.).

7LH 1929, O. 1939, C. 1963. Croix de guerre 1914-1918. Médaille de la Résistance 1945.

8Œuvres

  • À travers l’affaire Dreyfus (suite). Le silence de Valcarlos, Strasbourg, Libraire Becker, 1979, 214 p.

  • À travers l’affaire Dreyfus. Henry et Valcarlos, Paris, Klincksieck, 1977, 164 p.

  • Les finances publiques au Salvador, New York, Nations unies, 1954, 144 p. (polytypé)

  • « La masse monétaire et son intensité d’utilisation », Revue d’économie politique, 1950.

  • « Les raisonnements fondamentaux de la théorie générale de Keynes », Revue d’économie politique, mars-avril 1949, p. 194 et suiv.

9Sources : SAEF, 1C 34829 et B 68461/2 ; Fichier BRH ; Reg. cand. adjoint ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; Qui êtes-vous ?, 1924 ; Who’s who, 1953-1967.

10Bibliographie : CARRÉ de MALBERG (Nathalie), GEMF.

ELDIN Gérard

11Né le 21 mars 1927 à Cannes (Alpes-Maritimes), fils de Charles Eldin professeur à l’école Jules Ferry de Cannes (N), principal du collège Victor Hugo de Marseille (C) et d’Élise Eldin.

12Licencié en droit et ès lettres, Éna (promotion Félix Éboué) 1954.

13A participé à la Résistance en 1942 (Combats universitaires). En 1944 membre du maquis de la Haute-Loire (Armée secrète).

14Adjoint à l’Inspection 1er octobre 1954, inspecteur de 3classe 1er octobre 1956, 2classe 1er janvier 1960, 1re classe 11 mai 1964, inspecteur général des Finances 1er octobre 1980, admis à la retraite sur sa demande 5 janvier 1990.

15Chargé de mission à la direction du Trésor 1958-1961. Secrétaire général de la Commission des comptes et des budgets économiques de la nation 1961-1965. Conseiller technique au cabinet de Valéry Giscard d’Estaing* ministre des Finances et des Affaires économiques 1er octobre 1963-7 janvier 1966. Sous-directeur à la direction de la Prévision 1965-1970. Secrétaire général adjoint de l’Organisation de coopération et de développement économiques 1970-1980. Sous-gouverneur du Crédit foncier de France 1980-1986. Chargé de mission au Crédit foncier de France 1986-1987. Président de Foncier Investissement (Sicav) 1982-1986. Vice-président de la société L’Auxiliaire de la construction immobilière (Saci) 1983-1986. Vice-président du Conseil de l’habitat 1984-1986. Président de L’Auxiliaire du Crédit foncier 1985-1986. Président du Crédit logement SA 1986-1987. Président-directeur général de la Banque centrale de compensation 1987-1990. Président-directeur général de la Société d’études immobilières et d’expertises foncières 1990-1996.

16Docteur honoris causa de Bethany College (États-Unis). Chargé de cours à l’École centrale des arts et manufactures 1966. Chargé de cours à l’Institut international d’administration publique 1969.

17Membre de la commission exécutive de la Fédération française des associations chrétiennes d’étudiants 1957.

18LH 1980. ONM 1965, O. 1986, C. 1994.

19Sources : SAEF, PH 257/2001 0004 ; Fichier BRH ; Dossier promo. IGF ; Livre d’or ; Who’s who, 1963-2000.

20Bibliographie : TERRAY (Aude), Des francs-tireurs aux experts : l’organisation de la prévision économique au ministère des Finances (1948-1968), Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2002, 683 p.

21Autres sources : Comité pour l’histoire économique et financière de la France, entretien thématique transcrit de Gérard Eldin avec A. Terray, 1998.

ÉPINAY Jules Pierre

22Né le 3 juillet 1873 à Dunkerque (Nord), décédé le 6 octobre 1957 à Paris (16e), fils de Jules Télémaque Épinay professeur d’histoire au lycée de Saint-Brieuc (N), professeur honoraire de l’Université (C) et de Sophie Joséphine Petit.

23Docteur en droit.

24Adjoint à l’Inspection 1er avril 1902, inspecteur de 4e classe 1er janvier 1905, 3classe 16 novembre 1907, 2classe 27 juillet 1911, 1re classe 3 juin 1919, inspecteur général des Finances 27 février 1931, admis à la retraite 1er novembre 1938.

25Rédacteur stagiaire 1900, rédacteur ordinaire à la direction du Contrôle des administrations financières et de l’Ordonnancement 1901. Contrôleur des dépenses engagées à l’administration des Chemins de fer de l’État 1913-1918, au ministère des Travaux publics et des Transports 1918, au ministère du Travail 1918-1920. Délégué des porteurs français de fonds serbes à Belgrade 1921-1927.

26LH 1919, O. 1928.

27Œuvres

  • « La chambre des Pairs sous la Restauration et la monarchie de Juillet », Paris, A. Rousseau, 1899, 16 p. (composition de droit constitutionnel pour l’agrégation de droit 1899).

  • « Les origines et le développement du cabinet en Angleterre », Paris, A. Rousseau, 1897, 16 p. (composition de droit constitutionnel pour l’agrégation de droit 1897).

  • « De la capacité juridique des associations formées sans but lucratif et non reconnues d’utilité publique, étude d’histoire, de jurisprudence et de législation sur les formes inférieures de la personnalité morale », Paris, A. Rousseau, 1897, 619 p. (th. doctorat, droit, Lille).

28Sources : SAEF, 1C 34829 et 1C 5595 ; Fichier BRH ; Reg. cand. adjoint ; Livre d’or ; IGF, 1931.

29Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 130  ; CARRÉ de MALBERG (Nathalie), GEMF.

ESCALLIER Joseph Edmé Louis

30Né le 11 janvier 1883 à Malesherbes (Loiret), décédé le 11 juillet 1965 à Genève (Suisse), fils de Philippe Joseph Escallier receveur de l’Enregistrement à Vincennes (C) et de Victorine Louise Delattre.

31Licencié en droit et ès lettres.

32Mobilisé en 1914-1915 (blessé).

33Adjoint à l’Inspection 1er avril 1909, inspecteur de 4e classe 1er mars 1911, 3classe 1er mai 1912, 2classe 17 octobre 1916, 1re classe 7 janvier 1921, inspecteur général des Finances 1er novembre 1932, admis à la retraite 7 décembre 1951.

34Rédacteur stagiaire 1906, rédacteur ordinaire au service des Pensions de la direction de la Dette inscrite 1907. Contrôleur des dépenses engagées à l’administration des Chemins de fer de l’État 1918-1920. Chef adjoint du cabinet de Frédéric François-Marsal ministre des Finances 27 janvier 1920-13 janvier 1921. Directeur des services financiers du gouvernement général de l’Algérie 1921-1927. Directeur général des Contributions indirectes 1927-1930. Conseiller d’État (s. e.) 1929. Directeur du Mouvement général des fonds 1930-1934. Directeur général de la Banque de l’Algérie 1934-1943. Déporté comme otage de Vichy à Planzee d’août 1943 à mai 1945. Président du conseil d’administration du Crédit Lyonnais 1946-1949. Président du conseil d’administration d’Électricité de France 1949-1953.

35LH 1920, O. 1928, C. 1932, G. O. 1952. Croix de guerre 1914-1918.

36Sources : SAEF, 1C 34829 et 1C 5595 ; Fichier BRH ; Reg. cand. adjoint ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; Who’s Who du XXe siècle, p. 766 ; CARMOY, 1986.

37Bibliographie : CHADEAU, 1986, p. 130 ; DBF, t. 11, col. 1412 ; DRAGO (Roland) et al. (dir.), Dictionnaire biographique des membres du Conseil d’État 1799-2002, Paris, Fayard, 2004, p. 474 ; BELTRAN (Alain), BUNGENER (Martine), PICARD (Jean-François), Histoires de l’EDF : comment se sont prises les décisions de 1946 à nos jours, Paris, Dunod, 1985, 265 p. ; MOURÉ (Kenneth), La politique du franc Poincaré. Perception de l’économie et contraintes politiques dans la stratégie monétaire de la France 1926-1936, Paris, A. Michel, 1998, 553 p. ; FEIERTAG, 2006.

ESPALIOUX Jean-Marc

38Né le 18 mars 1952 à Auxerre (Yonne), fils de Jean Marie Joseph Espalioux cadre de sociétés (s. d.) et de Liliane Mary.

39Licencié en droit, diplômé de l’IEP de Paris, Éna (promotion Pierre Mendès France) 1978.

40Adjoint à l’Inspection 1er juin 1978, inspecteur de 3classe 1er décembre 1979, 2classe 1er juin 1982, démissionnaire 1er mai 1990.

41Chargé de mission à la direction de la Comptabilité publique 1982-1984. Chargé de mission auprès du président de la Compagnie générale des eaux (CGE) 1984-1987. Directeur financier de la CGE 1987-1996. Président-directeur général de Cofico (établissement de crédit du groupe Générale des eaux) 1988-1996. Directeur général adjoint de la CGE 1996. Président du directoire d’Accor 1997-2006. Président du comité exécutif de l’hôtellerie du groupe Accor 1997-2006. Président de la Financière Agache investissement, devenue en 2007 Financière Agache Private Equity, depuis 2006. Membre du conseil d’orientation de France investissement 2006.

42LH 1998. ONM 2006.

43Sources : Fichier BRH ; Dossier promo. IGF ; Annuaire(s) de l’IGF ; Livre d’or ; Who’s who, 2005.

ESPERT Jean

44Né le 21 octobre 1758 à Saint-Quentin (Ariège), décédé le 19 octobre 1832 à Roumengoux (Ariège).

45Inspecteur général du Trésor 10 septembre 1801, quitte ses fonctions à la fin de 1801.

46Avocat en Parlement avant 1789. Procureur-syndic du district de Mirepoix 1790. Député suppléant à l’Assemblée législative 1791. Député (Montagne) de l’Ariège à la Convention 1792-1795. Vote la mort du roi et contre le sursis. Envoyé en mission à l’armée des Pyrénées 1793. Contrôleur de l’armée des Alpes. Délégué près de l’armée des Pyrénées-Orientales, puis dans le Midi an III. Inspecteur de la Trésorerie nationale 1796. Se présente sans succès comme commissaire de la Trésorerie nationale 1799. Vérificateur général à la direction du Trésor 1800. Fournisseur des vivres des armées d’Italie puis d’Espagne et du Portugal (après 1801).

47Grand acquéreur de biens nationaux dans l’Ariège.

48Sources : AD de l’Ariège, actes de l’état civil ; Livre d’or ; IGF, 1931.

49Bibliographie : DBF, t. 13, col. 1510 ; GIBOURY (Jacques-Philippe). Dictionnaire des régicides : 1793, Paris, Perrin, 1989, p. 150 ; ROBERT et COUGNY, Dictionnaire des parlementaires 1789-1889, t. 2, p. 566-567 ; GROS (J.), « Les conventionnels régicides de l’Ariège en 1816 », Bulletin de la Société ariégeoise des sciences, lettres et arts, 1909-1911, p. 85-100 ; CASTERAS (Paul de), Révolutionnaires et terroristes du département de l’Ariège 1789-an VIII, Toulouse, impr. Vialelle et Perry, 1911, p. 215-220.

ESSIG Jean Marie

50Né le 5 octobre 1899 à Villey-le-Sec (Meurthe-et-Moselle), décédé le 2 juin 1968 à Paris (16e), fils d’Auguste Georges Marie Édouard Essig chef de bataillon honoraire, président et administrateur de sociétés électriques (C) et de Marie Alix Champenois.

51École polytechnique 1918, licencié en droit.

52Services militaires en temps de guerre du 18 avril 1918 au 24 octobre 1919. Mobilisé du 27 août 1939 au 30 juillet 1940 comme capitaine d’artillerie puis attaché principal du contrôle de l’administration des Armées.

53Adjoint à l’inspection 1er septembre 1924, inspecteur de 4e classe 22 janvier 1927, 3classe 1er mai 1927, 2classe 1er mars 1929, 1re classe 1er janvier 1935, inspecteur général des Finances 6 février 1946, mort en fonctions.

54Adjoint au directeur du Contrôle financier des chemins de fer 1932. Chargé de mission au cabinet de Georges Bonnet ministre des Travaux publics en janvier 1933. Commissaire contrôleur des comptes auprès de l’association Commissariat des fêtes de Paris 1935-1937. Contrôleur financier du Théâtre français 1936. Conseiller financier au Tourisme 1936. Commissaire adjoint du Gouvernement au Centre national du tourisme 1937. Conseiller financier au tourisme 1938-1939. Faisant fonctions d’inspecteur général des Finances et de chef (p. i.) de la mission de l’Inspection générale des Finances en Afrique du Nord 5 décembre 1940-16 novembre 1942. Attaché comme directeur des Finances du secrétariat général économique du Comité français de la libération nationale 17 novembre 1942. Chef de la délégation financière du Haut Commissariat chargée de la liaison auprès du commandement en chef des forces de terre, de mer et de l’air du 2 janvier 1943 à novembre 1944. Président de la Commission consultative et technique de la marine marchande à Alger 14 août 1943. Commissaire du Gouvernement à la Banque d’État du Maroc du 8 novembre 1943 au 30 août 1944. Vice-président de la Commission interministérielle de contrôle en Indochine 1946. Directeur adjoint 1958, puis directeur de l’Institut des hautes études de la défense nationale 1958-1960. Vice-président de la Commission consultative centrale des marchés appelée à connaître des marchés de matériels de l’armée de l’Air 1958-1960. Président de la Commission instituée par l’art. 26 du décret du 10 janvier 1961 relatif à l’organisation de la Société d’exploitation industrielle des tabacs et allumettes 1961.

55LH 1933, O. 1946, C. 1951.

56Œuvres

  • La duodécimalité : chimère ou vérité future ?, Alençon, Impr. alençonnaise, 1957, 35 p. (Université de Paris. Les Conférences du Palais de la découverte).

  • Douze, notre dix futur, essai sur la numération duodécimale et un système métrique concordant, Paris, Dunod, 1955, 170 p.

57Sources : SAEF, 1C 34829 ; Fichier BRH ; Reg. cand. adjoint ; Annuaire(s) de l’IGF ; ASGP ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; Who’s Who du XXe siècle, p. 771.

58Bibliographie : DBF, t. 13, col. 49.

ESTEVA Pierre Joseph Émile

59Né le 29 décembre 1925 à Reims (Marne), décédé le 11 mars 2005, fils de Maurice Esteva industriel (s. d.) et de Germaine Faupin.

60Licencié en droit et ès lettres, diplômé de l’IEP de Paris, Éna (promotion Quarante-Huit) 1950.

61Adjoint à l’Inspection 1er janvier 1951, inspecteur de 3classe 1er mars 1953, 2classe 1er mars 1955, 1re classe 1er mars 1959, inspecteur général des Finances 1er janvier 1984, admis à la retraite par limite d’âge 30 décembre 1991.

62Adjoint de l’attaché financier à Washington 1954-1956. Chargé de mission 1956-1958, puis attaché financier à la direction des Finances extérieures 1958-1959. Conseiller technique au cabinet d’Antoine Pinay ministre des Finances et des Affaires économiques 24 décembre 1959-22 janvier 1960. Conseiller technique au cabinet de Wilfrid Baumgartner* ministre des Finances et des Affaires économiques 22 janvier 1960-5 octobre 1960. Sous-directeur à la direction des Finances extérieures 1960-1964. Directeur adjoint à la direction des Relations économiques extérieures 1964. Secrétaire général du Conseil national du crédit 1964-1967. Directeur du Crédit national 1967-1968. Conseiller technique au cabinet de Georges Pompidou Premier ministre 1er octobre 1967-31 mai 1968. Directeur du cabinet de Maurice Couve de Murville* ministre de l’Économie et des Finances 7 juin 1968-10 juillet 1968. Directeur du cabinet de François-Xavier Ortoli* ministre de l’Économie et des Finances 15 juillet 1968-1er août 1968. Directeur du cabinet de François-Xavier Ortoli* ministre du Développement industriel et scientifique 23 juin 1969-22 janvier 1971. Chef du corps de l’inspection générale de l’Union des assurances de Paris (UAP) 1971-1972. Directeur général 1972-1980, puis président de l’UAP 1980-1983. Président du conseil de surveillance de la Société séquanaise de banque 1980-1983. Vice-président de la Compagnie du crédit universel 1981. Président de la National Westminster Bank SA 1987-1991. Président de l’Association française des sociétés de bourse 1991-1993.

63LH 1971, O. 1984. ONM O. 1975. C. 1987.

64Sources : Fichier BRH ; Dossier promo. IGF ; Livre d’or ; Who’s who, 1957-2000.

65Autres sources : Fondation Charles-De-Gaulle, entretien thématique de Pierre Esteva avec Daniel Desmarquest, 1994.

ÉTÉ (d’) Marie Joseph Bernard

66Né le 7 mars 1892 à Rouen (Seine-Maritime), décédé le 16 octobre 1959 à Clichy (Hauts-de-Seine), fils de Marie Gustave d’Été propriétaire décédé (C) et de Jeanne Henriette Marie Frossart.

67Licencié en droit et ès lettres, diplômé de l’ELSP.

68Mobilisé du 11 août 1914 au 10 octobre 1919.

69Adjoint à l’inspection 11 juillet 1920, inspecteur de 4e classe 3 février 1923, 3classe 1er juin 1924, 2classe 12 mars 1926, 1re classe 1er décembre 1928, inspecteur général des Finances 2 octobre 1940, mort en fonctions.

70Contrôleur des dépenses engagées au ministère des Travaux publics et de la Marine marchande 1926-1928. Chef adjoint du cabinet de Raymond Poincaré président du Conseil et ministre des Finances 1er janvier 1927-28 décembre 1928. Directeur du Contrôle de la comptabilité et du Personnel central au ministère des Pensions puis au secrétariat d’État à l’Intérieur (secrétariat général des Anciens combattants) 1928-20 septembre 1940. Secrétaire général du Crédit foncier de France 21 septembre 1940 à février 1945. En mission de contrôle en Grande-Bretagne et aux États-Unis 1945. Directeur des services administratifs du Conseil français des approvisionnements aux États-Unis 1945-1946. Réintégré à l’Inspection 16 janvier 1947 (décret). Vice-président de la Commission consultative centrale des marchés instituée auprès du ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports 1958.

71Maire de Semelay (Nièvre) 1947-1959.

72LH 1929, O. 1935, C. 1955. Croix de guerre 1914-1918.

73Œuvres

  • « L’Inspection des Finances pendant la guerre de 1914-1918 », manuscrit, s. d. (3 chap., conservé par le service de l’Inspection).

74Sources : Renseignements aimablement communiqués par MM. Didier d’Été et G. Laffaye, maire de Semelay ; Arch. mun. de Semelay ; SAEF, 1C 34829 ; Fichier BRH ; Reg. cand. adjoint ; Livre d’or ; IGF, 1931 ; Who’s who, 1953 et 1959.

75Bibliographie : Crédit foncier de France, 1852-1952, (Montrouge), (Draeger), 1952, n. p. ; CARRÉ de MALBERG (Nathalie), GEMF.

EUVRARD Michel Yves Raymond

76Né le 4 août 1933 à Paris (16e), fils de Stéphane Euvrard président de chambre au tribunal de commerce de Paris (s. d.) et d’Anita van Dyk.

77[Liens de parenté] Neveu de Raymond Panié*.

78Licencié en droit, diplômé de l’IEP de Paris, Éna (promotion Blaise Pascal) 1964.

79Service militaire du 1er mars 1959 au 17 mai 1961 (en Algérie du 6 mars 1959 au 13 mai 1961), officier dans les sections administratives urbaines.

80Adjoint à l’Inspection 1er juin 1964, inspecteur de 3classe 1er décembre 1965, 2classe 1er juin 1968, 1re classe 1er janvier 1975, inspecteur général des Finances 1er novembre 1986, admis à la retraite par limite d’âge et maintenu en activité 5 août 1999, cessation de fonctions 5 août 2002.

81Chargé de mission à la direction de la Comptabilité publique 1966-1969. Chargé de mission à la direction de la Construction du ministère de l’Équipement 1969-1970. Conseiller technique au cabinet d’Albin Chalandon* ministre de l’Équipement et du Logement 15 avril 1970-15 juin 1971. Directeur financier adjoint 1971-1974, directeur central financier 1974-1983, chargé de mission auprès du vice-président puis du président 1983-1985, directeur à la Société nationale industrielle aérospatiale, devenue en 1973 Aérospatiale, 1985. Directeur général du Comptoir des entrepreneurs 1985-1987. Sous-gouverneur du Crédit foncier de France 1988-1994. Président de la formation arbitrale portant réforme des caisses d’épargne et de prévoyance (compétente dans le domaine de la formation professionnelle) 1997. Président du Comité d’habilitation des associations sans but lucratif 2003.

82Président de la Fondation La Ruche (s. d.). Président de l’Association des anciens élèves des Sciences Po 1995-2001.

83LH 1987. ONM 1977, O. 1991, C. 2001.

84Sources : Fichier BRH ; Dossier gestion ; Who’s who, 1969-2003.

EVENO Bertrand Pierre Henri

85Né le 26 juillet 1944 à Egletons (Corrèze), fils de Jean-Jacques Eveno gérant d’imprimerie (s. d.) et de Suzanne Gavoille.

86[Liens de parenté] Frère de Patrick Eveno historien.

87École des HEC, licencié en droit, diplômé de l’IEP de Paris, Éna (promotion François Rabelais) 1973.

88Adjoint à l’Inspection 1er juin 1973, inspecteur de 3classe 1er décembre 1974, 2classe 1er juin 1977, 1re classe 1er février 1982, démissionnaire 1er janvier 1999.

89Rapporteur de la Commission de développement des responsabilités locales présidée par Olivier Guichard 1975. Conseiller technique au cabinet de Simone Veil ministre de la Santé et de la Sécurité sociale 22 septembre 1977-31 mars 1978. Directeur du cabinet de Jean-Philippe Lecat ministre de la Culture et de la Communication 7 avril 1978-4 mars 1981. Directeur du cabinet de Michel d’Ornano ministre de la Culture et de la Communication 5 mars 1981-21 mai 1981. Attaché à la direction générale aux Chaussures André SA 1983-1984. Directeur général adjoint des Chaussures André SA 1984-1986. Président-directeur général de Sag Chaussures 1985-1986. Vice-président-directeur général de Pinet 1985-1986. Président-directeur général de Minelli SA 1986. Président-directeur général des Éditions Nathan 1987-2000. Directeur général du Groupe de la Cité 1988-2000. Président de Canal Enfants 1989. Président-directeur général des Dictionnaires Le Robert 1989-2000. Président-directeur général des Éditions Presses de la Cité 1991-1995. Président-directeur général des Éditions Masson-Armand Colin 1995-1997. Directeur général de la division édition du groupe CEP 1995-1998. Président des éditions Larousse-Bordas 1996-2000. Président de Havas Éducation et Référence 1998-2000. Président-directeur général de l’Agence France presse 2000-2005. Directeur général du groupe Hachette Filipacchi photos 2006-2007. Président de BPE Conseil depuis 2007. Président de la commission du cinéma d’art et d’essai du Centre national de la cinématographie depuis 2009.

90Président de la Fondation nationale de la photographie 1981-1995. Président de l’Association des Gens d’images 1986-2000. Président du conseil d’administration de l’École nationale supérieure de la photographie 2004-2009. Président de la Société littéraire des amis d’Émile Zola depuis 2009.

91LH 2006. ONM 1993.

92Œuvres

  • Willy Ronis : Marie-Anne, Vincent et moi, (texte de Bertrand Eveno), Trézélan, Filigranes, 1999, n. p. (catalogue de l’exposition à Aix-en-Provence, 1999).

  • Willy Ronis, Paris, P. Belfond, 1983, 186 p.

  • S. Nora, B. Eveno, L’amélioration de l’habitat ancien, Paris, La Documentation française, 1975, 2 vol. 

93Sources : Fichier BRH ; Fichier CV succinct ; Dossier promo. IGF ; Bulletin quotidien, 6 mars 2009 ; Who’s who, 2000-2011.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540