Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

VI. Vie sociale, scientifique, culturelle

Yann Gaillard (1936-)

Patrice Cahart

Texte intégral

1Fils d’un instituteur mort pour la France, il entre à l’Inspection en 1962. Il occupe divers postes, notamment dans des cabinets ministériels, dont la direction de ceux de Robert Boulin (Santé publique, puis Travail) et d’Edgar Faure (Affaires sociales). Durant trois ans (1984-1987), il préside la Société centrale de Banque, puis entame une carrière politique : conseiller régional de Champagne-Ardenne de 1986 à 1992, vice-président du conseil général de l’Aube de 1994 à 2001, sénateur RPR, puis UMP de l’Aube à compter de 1994. Membre de la Commission des finances du Sénat, il s’est plus particulièrement occupé du financement du patrimoine culturel.

2Ses quatorze œuvres de fiction peuvent être réparties en trois groupes.

3Des nouvelles, ou plutôt des fables, dont Le ­Pingouin aux olives (1965), son premier ouvrage, publié alors qu’il s’apprêtait à quitter la tournée, et remarqué à juste titre : une suite de petits plats qu’il faut savourer un à un – faux hommes, faux animaux, fausses plantes…

4Des romans, dont Le Cirque Orfala, histoire insidieuse, presque kafkaïenne, d’un ingénieur qui se fait clown par amour pour une chienne savante.

5Cinq volumes sui generis, quelque part entre l’histoire et le roman, dont la série débute en 1968 avec Les Vies des morts illustres. Ce sont les biographies oniriques et désinvoltes de tous les décédés célèbres d’une année donnée. Par exemple, Bertrand Russell, de Gaulle, Luis Mariano, Mauriac prennent la parole, résument leur existence et se préparent à la mort, d’une manière à la fois cocasse et profonde. On ne devrait plus parler d’eux sans avoir lu ces pages.

6Pas plus que les autres écrivains de l’Inspection, Yann Gaillard n’a fait d’études littéraires. L’écriture – la plus ancienne de ses vocations – s’est développée, du moins en apparence, hors de son expérience de fonctionnaire et de parlementaire. Derrière les facettes, l’unité de l’œuvre apparaît : c’est le royaume d’un humour à la fois mélancolique et ravageur.

Bibliographie

Sources

Gaillard Yann, Adieu Colbert (autobiographie), Paris, Christian Bourgois, 2000, 294 p.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540